Archives par mot-clé : Violence

Terrorisme au Brésil ?

Peut-on parler de terrorisme au Brésil ? Pour répondre à cette question, on peut examiner les données qui concernent ce pays dans la base de données Global Terrorism Database (GTD) et les visualiser par des cartes commentées[1]. Cette base a le – grand – mérite d’exister et de permettre des comparaisons avec les autres pays du monde, mais ne peut évidemment prétendre rendre compte de la diversité des situations locales. En analysant les cas qui y figurent, on peut toutefois faire apparaître qu’ils relèvent de plusieurs logiques différentes et construire une typologie qui en rende compte. Cette constatation amène à explorer des phénomènes voisins, comme le nombre des homicides, dont le terrorisme n’est que l’une des causes.

Le Brésil dans la Global Terrorism Database

La Global Terrorism Database répertorie les évènements considérés comme relevant du terrorisme dans le monde depuis 1970. Elle est basée à l’Université du Maryland, et est maintenue en activité par le consortium START que bénéficie d’un soutien direct du gouvernement des États-Unis. Ses données issues d’informations de presse sur les incidents, ont été synthétisées depuis 2012 dans le Global Terrorism Index, rapport élaboré en collaboration avec l’Institute for Economics and Peace (Sidney).

Figure 1 Le Global Terrorism Index (GTI) des pays du monde

Dans cette base, le Brésil apparaît dans une situation moyenne, la base GTD y recense 284 cas d’actes terroristes, ce qui le met en 59e position mondiale, bien loin derrière des dizaines de milliers en Irak, au Pakistan et en Afghanistan, mais bien plus que dans bien d’autres pays comme les petites îles du Pacifique des Caraïbes ou – plus curieusement – en Corée du Nord…

Tableau 1 Nombre de cas recensés : le Brésil entre les pays les plus et les moins affectés

Rang Pays Cas
1 Irak 26 057
2 Pakistan 14 847
3 Afghanistan 14 509
4 Inde 12 853
5 Colombie 8 515
59 Brésil 284
195 Vanuatu 2
196 Andorre 1
197 Antigua et Barbuda 1
201 Corée du Nord 1
204 Vatican 1

Si l’on analyse leur répartition au Brésil on constate une prédominance – attendue – des deux grandes métropoles, São Paulo et Rio de Janeiro et de leurs banlieues, mais d’autres ont eu lieu dans toutes les régions du pays avec quelques concentrations, en Amazonie ou dans l’intérieur de l’État de São Paulo.

Figure 2 Nombre cas par commune

Période

L’analyse de la répartition des cas par période montre que la période de dictature militaire (1965-1985) est celle où ils sont les plus nombreux, dans les principales métropoles et dans des guérillas situées dans des régions reculées du pays. S’y détachèrent alors des figures de la lutte armée contre le régime, comme Carlos Marighella, l’un des principaux organisateurs de la lutte armée contre la dictature et considéré comme l’ennemi numéro un du régime. Il a été co-fondateur d’Ação Libertadora Nacional, en novembre 1969, et a tué à São Paulo dans une embuscade tendue par des agents du DOPS (Département de l’ordre politique et social). Une autre grande figure en a été Carlos Lamarca : capitaine de l’armée brésilienne, il en a déserté en 1969, devenant l’un des commandants de le Vanguarda Popular Revolucionária (VPR), une organisation de guérilla armée. Pourchassé par les forces de sécurité à travers le pays, il a commandé plusieurs braquages de banque, monté une guérilla dans la région du Vale do Ribeira, au sud de l’État de São Paulo et a dirigé le groupe qui a enlevé l’ambassadeur de Suisse Giovanni Bucher à Rio de Janeiro en 1970, en échange de la libération de 70 prisonniers politiques. Persécuté pendant plus de deux ans par les militaires, il a été localisé et tué à l’intérieur de Bahia le 17 septembre 1971. Mais bien d’autres se sont produits après le retour de la démocratie, avant et après l’arrivée au pouvoir de Luís Inácio « Lula » da Silva et du Parti des Travailleurs (PT) en 2003.

Figure 3 Nombre de cas par période et par commune

Responsables

La liste des responsables des événements classifiés comme terroristes dans la GTD montre ses limites : près de 70 % sont inconnus. Parmi ceux dont les auteurs sont connus, les plus nombreux sont dus à des « escadrons de la mort » (death squads, 13 actions), le mouvement des paysans sans terres (MST, 7), l’Avant-garde Populaire Révolutionnaire (VPR, 5), l’Alliance anticommuniste brésilienne (AAB, 4), le Commandement des Chasseurs de Communistes (CCC, 3), des extrémistes néo-nazis et des extrémistes de droite (3 chacun).

Tableau 2 Principaux types de responsables (plus de 2 cas)

Nombre %
Inconnus 197 69,4
Escadrons de la mort 13 4,6
Mouvement des paysans sans terres (MST) 7 2,5
Avant-garde Populaire Révolutionnaire (VPR) 5 1,8
Alliance Anticommuniste Brésilienne (AAB) 4 1,4
Commandos de Chasseurs de Communistes (CCC) 3 1,1
Fermiers 3 1,1
Extrémistes néo-nazis 3 1,1
Extrémistes de droite 3 1,1

Les autres cas appartiennent à des catégories qui ne paraissent pas pouvoir être qualifiés de terroristes : partis et mouvements politiques, groupes sociaux (orpailleurs, fonctionnaires, syndicalistes), organisations criminelles et peuples indiens.

  • Groupes terroristes: Black September, Commando Delta, Left-Wing Terrorists, M-19 (Movement of April 19), Revolutionary Armed Forces of Colombia (FARC), Right-wing Terrorists, Shining Path (SL)
  • Mouvements politiques: Amazonas Liberation Front, Brazilian Democratic Mobilization Party (PMBD), Left-Wing Demonstrators, Neo-Fascist extremists, Palestinian support group, Pro-Palestinian extremists
  • Mouvements sociaux : Armed Gold Miners, Civil Servants and Unionists, Individuals claimed to be policemen, Skinheads, Union members
  • Organisations criminelles : Chinese Mafia, Comando Vermelho (Red Command), Drug-Related Terrorists, First Capital Command (PCC), Gunmen, Narco-Terrorists
  • Peuples indiens : Guajajara Tribe, Guaycaipuro Indians, Kaingang Indians, Korubo Tribe, Krikapi Indians, Pareci Indians, Pataxo Indians, Terena Indians.

Pour rendre compte de cette diversité nous avons opté pour une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH). Dans ce type d’analyse, des groupes sont formés en fonction de leur ressemblance pour les variables analysées. La représentation graphique qui figure sous la carte indique, pour chaque variable, si le groupe est au-dessus de la moyenne (barres horizontales vers la droite) ou au-dessous (barres horizontales vers la gauche). Une couleur est attribuée à chaque groupe et sur la carte chaque commune reçoit cette couleur en fonction du groupe dont elle fait partie, appliquée sur un cercle de taille proportionnelle au nombre de cas recensés dans la base de données.

Figure 4 Nombre de cas par responsable et par commune

On notera que la base inclut comme terroristes des actions qui ne semblent pas vraiment en relever, et qui ne sont en rien comparables : celles d’organisation criminelles qui luttent, souvent les armes à la main, pour le contrôle du trafic de drogue et de « leurs » territoires, et celles des peuples indigènes protégeant les leurs ou revendiquant sa démarcation : les premiers se situent principalement dans les grandes métropoles et les seconds en Amazonie.

Figure 5 Actes menés par des organisations criminelles et des peuples indigènes

Cibles

La diversité et la localisation des cibles des actions recensées laisse aussi supposer des causes bien différentes : les autorités civiles et militaires ou les infrastructures sensibles ne viennent qu’après le monde des affaires (21,5%) et des « citoyens ordinaires » (17,3%).

Tableau 3 Types de cibles

Nombre %
Hommes d’affaires 61 21,5
Citoyens ordinaires 49 17,3
Gouvernement 44 15,5
Journalistes et médias 38 13,4
Diplomates 22 7,7
Personnalités religieuses 11 3,9
Transports 11 3,9
Inconnu 10 3,5
Militaires 9 3,2
Police 9 3,2

Sur la figure 6 la CAH et apparaître des classes définies de la victime principale des actes terroristes, dont la couleur est reportée sur la carte : militaires pour le groupe 1, journalistes pour le groupe 2, figures et institutions religieuses pour le 3, citoyens ordinaires pour le 4, gouvernement pour le 5, police pour le 6 et milieux d’affaires pour le 7.

Figure 6 Nombre de cas par cibles et par commune

Types d’attaques

La liste des types d’attaque et des moyens employés est classique, les principaux sont les assassinats (25,4%), l’usage d’explosifs (22 ,9%), les attaques à main armée (19,4%), et les prises d’otages (15,5%). Cette dernière catégorie a été notamment utilisées sous la dictature militaire, à Rios et São Paulo, et l’on remarque l’utilisation généralisée des armes à feu, dans un pays où leur circulation est peu contrôlée.

Tableau 4 Types d’attaques

Nombre %
Assassinat 72 25,4
Explosifs 65 22,9
Attaque à main armée 55 19,4
Prise d’otages 44 15,5
Attaque d’infrastructures 21 7,4
Inconnu 17 6,0

Tableau 5 Types d’armes utilisées

Nombre %
Armes à feu 121 42,6
Explosifs 72 25,4
Inconnu 56 19,7
Incendie 22 7,7

Figure 7 Type d’attaque par commune

Victimes

La répartition du nombre de victimes est conforme à celle des cas recensés, avec une prédominance des deux grandes métropoles. Ne ressort guère la proportion plus élevée de tués en Amazonie et de blessés dans les États du Sud et du Sudeste.

Tableau 6 Victimes (plus de 5)

Ville Tués Blessés Total
Total général 213 168 381
Rio de Janeiro 83 45 128
São Paulo 52 31 83
Amambai 0 28 28
Salvador 3 12 15
Tabatinga 3 9 12
Baixada Fluminense 9 0 9
Campinas 5 4 9
Sandovalina district 0 8 8
Francisco Morato 5 2 7
Curitiba 0 6 6

Nationalité des victimes

Une des grandes différences entre les cas brésiliens et d’autres au Moyen-Orient et en Asie est la nationalité des victimes, avec une absolue prédominance (plus de 80 %) de nationaux : au Brésil le terrorisme, tel qu’il est entendu dans la GTD, est un phénomène interne : les seuls étrangers en nombre significatifs sont les ressortissants des États-Unis (12,5 %) et de l’Allemagne (1,1 %), en raison des prises d’otages par des groupes de gauche du temps de la dictature militaire, ceux de tous les autres pays représentent moins de 1 % ( Royaume-Uni, Israël, Japon) ou même de 0,5 % (Bolivie, Chili, Irak, Nigeria, Paraguay, Espagne, Suède, Uruguay) du total.

Figure 8 Nationalité des victimes

Une typologie

À partir de ces éléments analytiques peut commencer à construire une typologie en produisant des tableaux croisés rapprochant deux éléments, puis les prendre tous en compte en même temps, de façon à faire apparaître des groupes aux profils semblables, en utilisant de nouveau une CAH.

Le rapprochement des variables analytiques des tableaux croisés souligne que les victimes principales sont des hommes d’affaires des citoyens ordinaires (ce qui fait penser à des extorsions et à des « dégâts collatéraux ») ou des agents gouvernementaux, victimes d’assassinats ou de prises d’otages. Ces dernières sont plus rares pour les autres catégories, à part les diplomates, dont ceux des États-Unis enlevés par des groupes révolutionnaires sous la dictature militaire. L’usage des armes à feu et des explosifs contre ces trois catégories représentent l’essentiel du total, le reste se dispersant avec des pourcentages très limités.

Pour construire une typologie qui prenne en compte les principales variables de la base de données, nous avons choisi d’utiliser à nouveau une CAH, et cette méthode fait apparaître des groupes aux caractéristiques bien distinctes :

  • Le premier, qui compte quinze communes, est principalement marqué par des assassinats de journalistes dans la période 2003-2018 ;
  • Le deuxième est lié à des conflits fonciers entre membres du mouvement des paysans sans terre (MST) et des grands propriétaires, dans le Sudeste ;
  • Le troisième renvoie à d’autres conflits fonciers en Amazonie, se traduisant par des attaques contre la police ou des infrastructures de transport ;
  • Le quatrième est celui qui a provoqué le plus de morts et de blessés, toutes causes confondues, particulièrement à Salvador de Bahia ;
  • Le cinquième est de loin celui qui est le complexe et le plus étoffé, avec 24 cas dans une série de villes, principalement à Rio de Janeiro et São Paulo, sans prédominance nette de telle ou telle variable ;
  • Le sixième est caractérisé par l’attaque contre des institutions, des « figures religieuses » et des infrastructures au moyen d’explosifs, dans la période la plus récente, ;
  • Dans le septième ces moyens étaient plutôt utilisés contre des militaires, dans la période ils étaient au pouvoir, avant 1985.
  • Le huitième et dernier rassemble des cas d’attaque contre le gouvernement provoquant des blessés, assez logiquement centré sur la capitale fédérale, Brasilia, et quelques capitales des États fédérés.

Figure 9 Typologie par commune

D’autres types d’homicides

Les cas recensés dans cette base sont évidemment bien loin de représenter toutes les violences que connaît le Brésil, et les 213 tués qui y figurent (pour une période de près de 50 ans) sont peu de choses par rapport au nombre d’homicides que connaît le pays, qui ne sont que très minoritairement causés par le terrorisme : ils sont bien plus nombreux et en font l’un des pays les plus violents au monde. Dans les données disponibles à l’échelle mondiale, le Brésil venait en 2018 en seconde position avec près de 60 000 morts, dépassé seulement par le Nigéria. En nombre d’homicides pour 100 000 habitants il ne vient certes qu’en seizième rang, mais derrière des pays beaucoup moins peuplés que lui, principalement (à part le Lesotho, le Venezuela, l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Mexique) des petits pays d’Amérique centrale des Caraïbes.

Tableau 10 Nombre absolu d’homicides et taux par 100 000 habitants

Pays Nombre d’homicides Rang Population en 2020 (millions) Homicides par 100 000 hab. Année Rang
Par nombre absolu    
Nigeria 71 168 1 206,1 34,5 2016 11
Brésil 58 204 2 212,6 27,4 2018 16
Inde 42 494 3 1 380,0 3,1 2018 89
Mexique 37 482 4 128,9 29,1 2018 14
Afrique du Sud 21 292 5 59,3 35,9 2017 10
Etats-Unis 16 408 6 331,0 5,0 2018 72
Colombie 12 896 7 50,9 25,3 2018 18
Russie 11 980 8 145,9 8,2 2018 45
Venezuela 10 432 9 28,4 36,7 2018 7
Éthiopie 10 108 10 115,0 8,8 2012 42
Pour 100 000 hab.
Salvador 3 374 20 6,5 52,0 2018 1
Iles Vierges des Etats-Unis 51 125 0,1 49,3 2012 2
Jamaïque 1 299 35 3,0 43,9 2018 3
Lesotho 933 46 2,1 43,6 2015 4
Honduras 3 855 19 9,9 38,9 2018 5
Belize 150 99 0,4 37,8 2017 6
Venezuela 10 432 9 28,4 36,7 2018 7
Saint Vincent et les Grenadine 41 133 0,1 36,5 2016 8
Saint Kitts et Nevis 19 149 0,1 36,1 2012 9
Afrique du Sud 21 292 5 59,3 35,9 2017 10
Bahamas 126 106 0,4 32 2017 12
Nigeria 71168 1 206,1 34,5 2016 11
Trinité et Tobago 429 69 0,4 30,6 2015 13
Mexique 37 482 4 128 ,9 29,1 2018 14
Saint Martin 11 157 0,03 27,7 2016 15
Brésil 58 204 2 212,6 27,4 2018 16

Source : Banque Mondiale. Nombre d’homicides recalculé à partir du taux, seule donnée disponible.

Figure 10 Homicides dans le monde en 2018

De surcroît leur nombre s’accroît constamment, comme on peut le savoir grâce à une autre base de données, celle que l’Institut de recherche économique appliquée (Ipea) a créée en partenariat avec le Forum brésilien de la sécurité publique, le portail « Atlas de la violence », accessible en ligne à l’adresse https://www.ipea.gov.br/atlasviolencia/download/24 / atlas-de-violence-2020. Le rapport ne contient que des cartes par État mais le portail inclut des statistiques par commune, à partir desquelles ont été faites les cartes suivantes. Elles montrent que le nombres et le taux d’homicides sont très différents selon les régions du pays et que la situation s’aggrave tout au long de la période pour laquelle on dispose de données, de 1997 à 2017.

Figure 11 Nombre d’homicides par commune 1987-2017

On note également que le nombre des homicides, d’abord concentrés dans les grandes villes du Sudeste, notamment Rio de Janeiro et São Paulo, s’accroît progressivement dans les autres régions comme l’Amazonie et le Nordeste

Figure 12 Homicides dans les principales villes 1987-2017

Tableau 11 Homicides en 2018 dans les principales villes du pays

  Homicides en 2018 Taux d’homicides en 2018_
Rio de Janeiro 1 865 27,88
Fortaleza 1 677 63,44
Salvador 1 545 54,07
Belém 1 072 72,15
Manaus 1 053 49,08
Recife 666 40,66
Goiânia 588 39,31
Porto Alegre 544 36,78
São Paulo 535 4,39
Brasília 530 17,82
Total/moyenne national/e 57 081 21,09

Pour compléter les données du portail de la violence on peut recourir à celle produite par le système de santé, qui répertorie les causes de chaque décès. Parmi elles figurent, aux côtés des accidents et des maladies, les plus fréquents, ceux qui ont inscrits sous la rubrique « homicide ». Cela permet de calculer non seulement leur taux pour 100 000 habitants à l’échelle communale, mais aussi la part qu’ils représentent dans la mortalité générale.

Cette approche fait ressortir les fronts pionniers amazoniens, notamment en Amazonie orientale, au sud de Belém (c’est aussi la région principale de travail esclave). Les guerres de gangs sont les principaux responsables des morts dans les grandes villes du Nordeste, comme Fortalezea, tandis que São Paulo a réussi à endiguer les enlèvements et les pires effets des guerres entre narcotrafiquants. Au total, les violences rurales et le banditisme ont donc pris le dessus sur le terrorisme politique

Figure 13 Homicides par 100 000 habitants et part dans la mortalité

Comme l’a montré l’analyse, dans le cas du Brésil, des actions classées comme terroristes dans la GTD, certaines relèvent plutôt de la criminalité et les homicides de tous types y sont bien plus nombreux que ceux qu’elles ont provoquées. C’est vrai dans d’autres pays et l’on peut tenter, en guise de conclusion, de rapprocher trois géographies, celle du terrorisme, des homicides et de la criminalité. Ce faisant, on situe mieux le cas du Brésil, mais on ouvre aussi des perspectives pour une des analyses semblables d’autres pays, comme le montre la figure 12, qui classe les pays du monde selon leur score de terrorisme, d’homicides et de criminalité.

Figure 14 Terrorisme, homicides et criminalité

Une dernière CAH est la base d’une dernière carte (figure 13), les pays y sont répartis en groupes aux profils similaires, où prédomine la criminalité, les homicides ou le terrorisme (et un quatrième, de pays sur lesquels on n’a pas d’information suffisante). Ils y sont notés sur une échelle qui commence à 100 pour celui où la situation est la plus grave. Le premier groupe est le plus nombreux, avec 94 pays. Le Brésil est dans le second, de 23 pays, dont la plupart sont trop petits pour être visibles sur la carte. Le troisième, celui du terrorisme, regroupe 35 pays, sur lesquels il serait intéressant de mener une recherche similaire à celle menée sur le Brésil.

Figure 15 Une typologie mondiale

Bibliographie

  1. Dory, Daniel, « L’analyse géopolitique du terrorisme : conditions théoriques et conceptuelles », L’Espace Politique[En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 11 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.4482
  2. Dory, Daniel, « Les Terrorism studies à l’heure du bilan », Sécurité globale 2020/2 (N° 22)
  3. Dory, Daniel, « Terrorisme : retour sur quelques questions fondamentales, Hommage à Bernard Lavilliers », Sécurité Globale n°43 2019 (n°17 nouvelle série)
  4. Dory, Daniel, Le terrorisme comme objet géographique : un état des lieux, Annales de géographie 2019/4 (N° 728)
  5. Start, Global Terrorism Database (GTD), https://www.start.umd.edu/research-projects/global-terrorism-database-gtd
  6. Théry, Hervé, « Géographie de la violence», in Brésil, corruption, trafic, violence, criminalité, vers la fin du cauchemar, N. Dolo et B. Racouchot eds, Eska Editions, 2019, pp. 55-69, ISBN 978282240655
  7. Théry, Hervé, « Image de la violence au Brésil », Carnet de recherche Braises, 2017, https://braises.hypotheses.org/1240
  8. Théry, Hervé, « Géographie de la violence au Brésil », Spécial Brésil demain, Sécurité globale numéro 16 nouvelle série, Eska, décembre 2018, ISSN 1959-6782, pp. 25-37

[1] Ce texte reprend un article publié en collaboration avec Daniel Dory, avec des cartes moins nombreuses et en noir et blanc, dans la revue Sécurité globale : « Le terrorisme au Brésil : réalités, évolutions et incertitudes », Sécurité globale 2021/2 (N° 26), pp.17-35, https://www.cairn.info/revue-securite-globale-2021-2-page-17.htm

Atlas de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (Ipea), en partenariat avec le Forum brésilien de la sécurité publique, a développé le portail « Atlas de la violence », accessible en ligne à l’adresse https://www.ipea.gov.br/atlasviolencia/download/24 / atlas-de-violence-2020.

Le rapport ne contient que des cartes par État mais le portail inclut des statistiques par commune à partir desquelles ont été faites les cartes suivantes. Elles montrent que le nombres et le taux d’homicides sont très différents selon les régions du pays et que la situation s’aggrave dans le Nord et le Nordeste.

 

 

La carte du crime à São Paulo, entre Suède et Afrique du Sud

Une enquête menée par la Folha de S. Paulo[1] analyse, quartier par quartier et rue par rue, le nombre de morts violentes dans la ville alors que les données gouvernementales permettent seulement de les connaître districts de police. L’analyse a été faite à partir de la base de données du gouvernement de l’État, qui recense des milliers de décès. Le critère adopté celui qui est utilisé à l’échelle internationale, il retient les homicides, les lésions corporelles suivies de décès et les vols suivis de décès, mais exclut les décès liés à des d’affrontements avec des policiers.

Pour localiser précisément les crimes, on a utilisé les adresses portées sur les constats, disponibles sur le site du Secrétariat d’État de la Sécurité Publique de São Paulo, en essayant d’éviter au maximum les doubles enregistrements. En raison de l’inexactitude des constats, il peut y avoir quelques duplications ou omissions mais le nombre global est similaire à celui de la SSP. La population utilisée pour calculer le taux de mortalité des districts est le recensement de l’IBGE de 2010 car il n’y a pas d’estimations récentes avec ce niveau de régionalisation.

Contrastes

Le Jardim Paulista, un des quartiers les plus chics de la ville, dans la zone ouest a pour ces catégories un taux de 1 décès pour 100 000 habitants. Un autre « jardin », bien moins chic, le  Jardim São Luís a eu pour sa part un taux de 16 décès par mort violente pour 100 000 habitants, soit deux fois la moyenne de la ville. Les quartiers violents se situent en grande partie dans le sud de la ville 9Figure 1) mais celui de Jaçanã (zone nord) apparaît dans une situation pire encore, avec 23 décès pour 100 000 habitants. Les districts centraux comme celui de la (la cathédrale) ont des taux qui dépassent 70 morts pour 100 000 habitants, mais ils ne reflètent pas la réalité de la région, car ils ont peu de résidents permanents (ce sont en grande partie des quartiers d’affaires), et l’indice ne tient pas compte de leur nombreuse population flottante qui y circule, comme celle de la Cracolândia (le « quartier du crack »), où les drogués sont souvent prêts à tout, même au crime, pour se procurer leurs doses.

Figure n° 1 Taux de morts violentes par district

Lieux dangereux

La répétition des crimes dans les mêmes endroits fait partie de la dynamique de la violence dans cette ville si marquée par les inégalités. La région qui comprend les quartiers Jardim São Luís, Capão Redondo, Jardim Angela, Campo Limpo et Grajaú, au sud-ouest, concentre 20% des morts violentes de toute la ville. Ce n’est pas par hasard que la route d’Itapecerica (figure 2), qui coupe la région, est la plus mortelle de la capitale, avec un total de 11 morts violentes en 12 mois, dont une forte proportion d’homicides. Les environs de l’Avenue Paulista en compte bien moins et les morts aux abords de la voie rapide Fernão Dias (qui mène à Belo Horizonte) sont principalement dus aux interventions policières.

Figure n° 2 Configurations locales de la violence

Source: Folha de S.Paulo/SSP

Les victimes sont pour la plupart jeunes (21% avaient entre 20 et 29 ans, 24% entre 30 et 39 ans), ont en général un niveau de scolarisation faible (37% niveau primaire, 16% niveau secondaire, 3% niveau supérieur), et les deux tiers meurent sur la voie publique. Le cas le plus fréquent est en effet un meurtre commis par des motards casqués, probablement liés à des groupe d’extermination, qui tirent et disparaissent sans laisser de traces. C’est le cas du policier Eduardo Alexandre Miquelino qui, à ses heures libres, circulait dans le quartier Capão Redondo en commettant des meurtres, il a été arrêté en 2015 et soupçonné d’avoir tué au moins 12 personnes.

Le gouvernement de l’État de São Paulo affirme que le nombre de décès violents a connu une « chute expressive », y compris dans les régions périphériques. « Les cas d’homicides intentionnels ont diminué de 17,74% et ont atteint le plus bas niveau pour la série historique commencée en 2001: 51 par mois, 11 de moins que les 62 comptabilisés en août de l’année dernière », indique une note du Secrétariat de la sécurité publique. En utilisant un critère différent de l’étude de la Folha, qui exclut les vols suivis par la mort, la SSP indique que les homicides ont chuté de 82% depuis 2001 dans la région qui comprend Jardim São Luís, Campo Limpo, Capão Redondo et Jardim Angela. Selon les comptes du gouvernement, le nombre de morts par 100 000 personnes dans cette région est passé de 88,71 à 13,26. En ce qui concerne le district de Jaçanã (zone nord), le secrétariat affirme que les décès ont diminué de 75% au cours de la même période, et la police militaire y a saisi des armes (2 700 en 2016) pour réduire les homicides et cherché à montrer au maximum sa présence, dans le but d’inhiber les actes de violence. Selon ses responsables le taux d’homicide est par ailleurs lié à des problèmes qui ne relèvent pas la police, tels que l’éducation, l’assainissement de base et les loisirs

Comparaisons nationales et internationales

De fait la situation de São Paulo est loin d’être la pire du pays, et l’on peut la mettre en perspective en comparant ses niveaux de violence à celle de pays étrangers.

Comme le montrait déjà une carte un billet précédent, « Images de la violence au Brésil »[2], São Paulo a en effet une situation moins grave que celle d’autres régions et villes du pays. La figure 3, fondée sur les données de l’« Atlas de la violence 2017 », publié par l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP), situe tant l’État que la ville dans les taux d’homicides les plus bas du pays. Pour cette dernière il est (avec 8,5 meurtres par 100 000 habitants), inférieur à la moyenne brésilienne (27) et à ceux d’autres capitales d’États, comme Curitiba (26), Porto Alegre (46,2), Manaus (52,8), São Luis (60,9) et Fortaleza (63,7).

Figure n° 3 Homicides par État et ville de plus de 100 00 habitants

L’indice IHA (Indice d’homicides d’adolescents) a été mis au point par l’Unicef, l’Observatoire des favelas et le Secrétariat national pour la promotion des droits de l’enfant et de l’adolescent du gouvernement fédéral[3]. Il est élaboré en utilisant les données sur les décès du Ministère de la Santé pour 2014, les dernières disponibles, et ne prend en compte que les 300 communes du pays (sur 5 570) de plus de 100 000 habitants. La croissance des taux qui est observée dans le pays s’explique en partie par une augmentation dans le Sudeste (qui croît en effet après une période de déclin jusqu’en 2011) et principalement dans le Nordeste qui a atteint 6,5, alors que le Sud a un taux de 2,3. C’est le Ceará qui a les taux les plus inquiétants notamment dans les quartiers les plus pauvres de Fortaleza, sa capitale, qui ont le pire IHA. L’État de São Paulo a le troisième indice le plus bas du pays (1,6), seulement supérieur à ceux du Roraima (1,4) et du Santa Catarina (0,9), et dans sa capitale l’IHA est de 2,2.

Figure n° 4 Indice d’homicides d’adolescents (IHA) en 2005 et 2014

Les comparaisons sont donc plutôt favorables à l’échelle nationale mais si l’on passe à l’échelle mondiale elles le sont beaucoup moins : l’indice de morts violentes de São Paulo est plus élevé que celui de pays comme la République démocratique du Congo, ou la Colombie, deux pays qui ont connue ou connaissent encore des guerres civiles. C’est ce que montre le graphique de la Folha de S. Paulo qui compare la « température » des quartiers de São Paulo à ceux de pays étrangers, de la Suède à l’Afrique du Sud (dont les valeurs sont reprises pour les limites de classe de la figure 1).

Figure n°  5 Violences à São Paulo et dans le monde

São Paulo a bien des quartiers où le niveau de violence est proche de ceux de l’Europe, comme le Jardim Paulista, un quartier aisé de l’ouest qui a un taux de mortalité violente de 1 pour 100 000 habitants, semblable à celui de la Suède. Si l’on s’en tient aux crimes entraînant des décès, 33 des 96 districts de la ville ont des taux inférieurs à ceux des États-Unis (4,8).Mais Jaçanã (zone nord), avec 23 décès par 100 000 habitants, a un taux plus haut que celui du Mexique, en proie à une véritable guerre entre les trafiquants de drogue.

Figure n°  6 Homicides dans le monde

La situation globale est donc loin d’être satisfaisante. Même si la situation de São Paulo s’est améliorée, le Brésil est un des pires pays au monde selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales, 2013, il arrivait avec un peu plus de 40 000 morts à peu près à égalité avec l’Inde (dont la population est six fois plus nombreuse) mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. En calculant le nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 au 10e rang mondial, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), le Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9).

Des données plus récentes sont plus inquiétantes encore : selon le forum brésilien sur la sécurité publique en 2015, 58 000 personnes ont été tuées dans le pays (en moyenne une toutes les neuf minutes). Plus de gens ont été assassinés au Brésil entre 2010 et 2014 (279 000) que dans des pays en guerre, comme la Syrie (256 000)…

Tableau 1 : Les pays les plus violents au monde

Pays Nombre d’homicides

2013

Taux par

100 000 hab.

2013/2014

Brésil 40 974 24,6
Inde 40 752 3,2
Mexique 25 757 15,7
Éthiopie 20 239 8
Nigeria 18 422 10
Afrique du Sud 15 940 33
Colombie 15 459 27,9
Russie 14 574 9,5

*Taux d’homicide par pays selon la dernière année disponible selon l’UNODC. Source : Office des Nations unies contre la drogue et le crime 2015

Cette réalité tragique ne paraît pourtant pas être une préoccupation majeure pour les pouvoirs publics et pour l’opinion brésilienne, qui semblent la considérer comme une sorte de fatalité. Reste à espérer qu’une prise de conscience se produira et mènera l’ensemble de la société à prendre les mesures nécessaires pour réduire ce fléau.

[1] Artur Rodrigues, Raphael Hernandes, Daniel Mariani et Marlene Bergamo, Folha de S. Paulo, 9/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2017/10/1925481-mapa-da-morte-em-sp-vai-da-suecia-ate-o-mexico-locais-dos-crimes-se-repetem.shtml

[2] https://braises.hypotheses.org/1240

[3] http://www.crianca.mppr.mp.br/arquivos/File/publi/obs_favelas/iha_2014.pdf

Images de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) a lancé en juin 2017 l’« Atlas de la violence 2017 », produit en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP). L’ouvrage, qui analyse les homicides au Brésil, a été présenté sur son site le 5, les sources utilisées pour l’étude sont les données de mortalité du Système d’information (SIM), le ministère de la Santé, pour les années2005-2015, et l’information tirée des dossiers de police publiés dans le 10e Annuaire brésilien de la Sécurité publique du FBSP.

L’Atlas compile et commente de nombreuses statistiques, mais offre peu de cartes, principalement à l’échelle du Brésil par États. Cependant, puisque l’Atlas est disponible en ligne (gratuitement) en format .pdf, il est a été possible d’en extraire les données et de les cartographier de façon plus complète.

Les données

Les données compilées par l’Atlas sont effrayantes. Le Brésil a enregistré en 2015, 59 080 homicides, alors qu’en 2005 ils n’étaient « que » étaient 48 136, soit une augmentation de 22,7%. Cela représente 160 morts violentes par jour, l’équivalent du nombre de passagers d’un Airbus A320 ou d’un Boeing 727-100 : imaginons la consternation et les réactions dans le pays si l’un de ces avions tombait tous les jours, tuant tous leurs passagers …

L’étude analyse les chiffres absolus et les taux d’homicides par 100 000 habitants (l’indicateur internationalement reconnu pour les comparaisons) entre 2005 et 2015. Pour le Brésil dans son ensemble le taux était de 28,9 et l’Atlas détaille les données par région, État fédéré et communes de plus de 100 000 habitants. Notons que 2% des communes (111) ont représenté en 2015 la moitié des cas de meurtre dans le pays, et que 10% d’entre elle (557) concentrent 76,5% de tous les décès.

Les États qui ont plus que doublé leur taux de meurtre dans la période analysée sont situés dans les régions du Nord et du Nord-Est, le pire cas étant le Rio Grande do Norte avec une augmentation de 232% (44,9 en 2015 contre 13,5 en 2005). Viennent ensuite Sergipe (134,7%) et le Maranhão (130,5%). Heureusement, il y a aussi des développements plus favorables, Pernambuco et l’Espirito Santo ont réduit leur taux de 20% et 21,5%, mais les réductions les plus importantes ont été dans le Sud-Est, à São Paulo, le taux a chuté de 44,3% (de 21 9 à 12,2) et à Rio de Janeiro, de 36,4% (48,2 à 30,6).

Les communes les plus et les moins violentes

La seule analyse isolée des taux d’homicides peut cacher le véritable niveau d’agression meurtrière par des tiers dans une commune. Un des exemples est Barreiras (Bahia), où a été enregistré un seul homicide en 2015, ce qui mettrait la ville parmi les plus paisibles du pays. Cependant, il y a eu aussi à Barreiras cette année-là 119 morts violentes de causes indéterminées (MVCI), un taux de 77,3 par 100 mille habitants, ce qui met la ville parmi les communes les plus violentes.

C’est pourquoi, pour établir la liste des communes les plus les moins violentes du Brésil en 2015, l’étude a porté à la fois sur les décès dus à l’agression (homicide) et sur les morts violentes de causes indéterminées (MVCI): Altamira, dans le Pará, est alors en tête, avec un taux de 107, viennent ensuite Lauro de Freitas (Bahia, 97,7), Nossa Senhora do Socorro (Sergipe, 96,4), São José de Ribamar (Maranhão, 96,4) et Simões Filho (Bahia, 92,3). Dans l’ensemble, les régions du Nord et du Nord-Est représentent 22 communes sur les 30 plus violentes en 2015 et parmi les 30 les plus paisibles, 24 sont des communes du Sud-Est. Cependant, les deux premières sur la liste sont situées dans l´État de Santa Catarina: Jaragua do Sul (3,7) et Brusque (4,1). Viennent ensuite Americana (4,8) et Jau (6.3), dans l’État de São Paulo, Araxa (Minas Gerais, 6,8) et Botucatu (São Paulo, 7,2).

Profil des victimes

Les victimes sont pour la plupart des jeunes entre 15 et 29 ans : plus de 318 000 d’entre eux ont été assassinés au Brésil entre 2005 et 2015, rien qu’en 2015 ont été commis 31 264 meurtres de personnes de cet âge. En ce qui concerne les États, il apparaît une grande disparité, alors qu’à São Paulo ce nombre a chuté de 49,4% dans les onze ans, dans le Rio Grande do Norte le taux d’homicides chez les jeunes a augmenté de 292,3%. Les jeunes hommes continuent d’être les principales victimes, ils représentent plus de 92% des homicides. En Alagoas et dans le Sergipe le taux d’homicides des jeunes hommes a atteint respectivement 233 et 230,4 par 100 000 habitants en 2015.

Sur 100 personnes tuées au Brésil, 71 sont noirs. Selon les informations fournies par l’Atlas les Noirs ont 23,5% plus de risque d’être assassinées que les Brésiliens d’autres couleurs de peau, après actualisation des effets de l’âge, de l’éducation, du sexe, de la situation matrimoniale et du lieu de résidence.

Les données sur les décès dus à l’intervention de la police ont deux sources : la base de données SIM donne des chiffres sur ceux qui ont été liés aux « interventions légales et opérations de guerre » (942) et celle du FBSP en compte 3 320 dans tout le pays. Les États qui ont connu le plus de meurtres de ce genre selon le SIM en 2015 ont été Rio de Janeiro (281), Sâo Paulo (277) et Bahia (225). Selon les données FBSP ont été enregistrés dans l’État de São Paulo 848 décès dus à l’action de la police, 645 à Rio de Janeiro et 299 à Bahia.

Les cartes

Pour compléter le travail effectué par l’IPEA et le FBSP on peut d’abord le mettre dans le contexte mondial. Il convient de noter que, pour les meurtres, le Brésil est l’une des pires situations parmi les pays du monde, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales (2013), il était (avec un peu plus de 40 000 morts) pratiquement à égalité avec l’Inde (qui a une population six fois plus nombreuse), mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Cependant, si l’on fait le calcul du nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 à la 10ème place, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), El Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9). Cependant, dans l’ensemble, plus de gens meurent assassinés au Brésil que dans les pays en guerre : en Syrie 256 000 personnes sont mortes en quatre ans, et 279 000 Brésil …

Figure 1 Homicides dans le monde

Source: http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/VC.IHR.PSRC.P5/countries

À partir des données par État publiées par l’IPEA, ont été préparés trois cartes analytiques et une carte synthétique (Figure 2). Les cartes d’analyse montrent les fortes proportions de décès causés par des armes à feu et de jeunes dans le total des homicides, en particulier dans le nord-est, et celle l’une des causes les plus troublantes de décès, l’intervention de la police (en service ou hors service), qui met en évidence le cas de Rio Grande do Norte.

La carte synthétique, réalisée en utilisant la technique de classification hiérarchique ascendante (dite aussi analyse de cluster) groupes les États en fonction d’un certain nombre de critères décrits dans l’Atlas. Cette analyse permet de dégager cinq profils, chacun caractérisé par le fait que le groupe est pour chacun d’entre eux au-dessus de la moyenne globale (barre de couleur vers la droite) ou au-dessous (barre vers la gauche), la longueur de la barre indiquant la façon dont le groupe diffère de moyenne pour ce critère. La taille des cercles sur chaque État est proportionnel au nombre d’homicides et sa couleur indique à quel groupe il appartient.

  • Le profil 4 (cercles jaunes sur la carte), qui comprend neuf États, en particulier du Sud et du Sud-Est, est au-dessous la moyenne pour tous les critères.
  • Profil 1 (cercles rouges sur la carte), qui regroupe sept États, est proche de la moyenne, généralement un peu en dessous, sauf pour le taux global, les victimes non-noires, les femmes et les femmes non-noires.
  • Le profil 2 (cercles bleus sur la carte), sept États, dont quatre dans le nord-est, est au-dessous de la moyenne pour les victimes non noires et les femmes non noires, mais bien au-dessus de la moyenne pour le taux général, les taux de jeunes, d’hommes jeunes, de noirs, de femmes, de femmes noires, l’utilisation d’armes à feu et le pourcentage d’utilisation de celles-ci dans les meurtres. C’est l’une des situations les plus préoccupantes.
  • Le profil 3 (cercle vert sur la carte) concerne un seul État, le Roraima, qui est bien au-dessus de la moyenne pour les victimes non noires, les femmes et les femmes non noires.
  • Le profil 5 (cercles roses sur la carte), est spécifique de deux états, Alagoas et Sergipe, il est au-dessus de la moyenne pour tous les critères, sauf les victimes non noires et les femmes non noires.

Figure 2 Homicides au Brésil, une synthèse

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

Enfin, la figure 3 cartes regroupe et cartographie des données qui restent sont séparées dans l’Atlas, les taux d’homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitants. Les gammes de couleurs qui classent les États et les communes en quatre niveaux de taux d’homicides par 100 000 habitants représentés par quatre nuances – d’intensité croissante – sont volontairement les mêmes (en dehors du minimum et maximum) pour pouvoir observer les écarts qui se produisent entre la situation générale chaque État et celles de certaines de ses grandes villes (la taille du cercle est proportionnelle au nombre d’homicides dans la commune).

  • Pour certains États, en particulier Santa Catarina et São Paulo, le taux général de l’État et ceux des grandes villes sont faibles – par rapport à la moyenne nationale – ce qui se traduit par de cercles clairs dans États de couleurs claires (moins de 16,65 d’homicides 100 000 habitants).
  • Une deuxième catégorie est formée par les États du Sud et du Sud-Est (plus l’Acre et le Piauí), aux couleurs un peu plus fortes (16,55 à 32,30 et de 32,30 à 51,40 homicides par 100 000 habitants) qui comprend les villes aux couleurs plus foncées (51,4 homicides par 100 000 habitants), comme les régions métropolitaines de Curitiba, Porto Alegre, Belo Horizonte et principalement Rio de Janeiro.
  • La troisième catégorie se compose des États de la troisième catégorie (32,2 à 51,4 homicides par 100 000 habitants), tous du Nord et du Nord-Est, plus l’Espírito Santo, et deux États de la quatrième catégorie (plus de 51,4 homicides par 100 000 habitants), l’Alagoas et le Sergipe. Notons que presque toutes les grandes villes sont dans des situations encore pires, généralement dans une plage dont le maximum dépasse largement le maximum enregistré pour les États (jusqu’à 105,2 homicides par 100 000 habitants contre 58,10). Se détachent ici – a tragiquement – les cas de Fortaleza, Salvador et Manaus, ainsi que – dans une moindre mesure – Belém, São Luís, Recife et João Pessoa. En dehors des grandes villes littoral apparaît également un groupe de six communes situées dans le « bec de perroquet » et au long de la Transamazonienne, aux confins du Pará, du Maranhão et du Tocantins.

Figure 3 Homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitantes

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

En dehors de ce dernier cas (une région de conflits fonciers aigus), c’est évidemment dans les communes les plus peuplées, et en particulier dans leurs quartiers les plus pauvres, que les pires situations se produisent. L’Atlas fournit un diagnostic clair, et les cartes tirées de ses données le rendent encore plus évident. L’un et les autres sont à la disposition des forces de l’ordre et des autorités politiques, des ONG humanitaires et qui défendent les droits humains, des médias et de la population, la victime constante de cette violence. Nous savons maintenant où devraient se concentrer les efforts visant à réduire progressivement ce niveau de violence inacceptable.