São Paulo vue par Auguste de Saint-Hilaire (1819)

Qui connaît, par expérience personnelle, par l’image ou par des lectures l’actuelle métropole géante qu’est São Paulo (qui compte aujourd’hui plus de 18 millions d’habitants), ne peut qu’être surpris de la description qu’en fait un voyageur du XIXe siècle, Auguste de Saint-Hilaire.

Ce botaniste français a parcouru de 1816 à 1822[1] les actuels États de Rio de Janeiro, Espírito Santo, Minas Gerais, Goiás, São Paulo, Santa Catarina et Rio Grande do Sul, voyageant à cheval ou à dos d’âne sur des routes précaires et le plus souvent en s’ouvrant un passage à la machette. Il savait prendre son temps – il est resté 15 mois dans le Goiás – et revenir dans les endroits qu’il jugeait intéressants : il s’est rendu à trois reprises dans le Minas Gerais, dont il avait particulièrement apprécié les paysages et les habitants.

Au cours de ses voyages, il fit des observations détaillées de la végétation et plus largement les milieux naturels des régions parcourues, mais il a aussi rassemblé des informations sur l’utilisation des plantes par les habitants et noté une foule de détails sur la culture et l’anthropologie des régions parcourues. Les historiens brésiliens considèrent donc aujourd’hui que ses descriptions constituent, à condition qu’on en fasse une analyse critique, un bon état des lieux des paysages et de la société brésilienne, très utile à la connaissance de ce grand pays.

Voyage dans la Province de Saint-Paul

Les textes ci-dessous sont extraits de la quatrième partie des Voyages dans l’intérieur du Brésil, Voyage dans les provinces de Saint-Paul et de Sainte-Catherine, tome premier[2]. Auguste de Saint-Hilaire y fait figurer sous son nom, en page de garde, une série impressionnante de titres[3] mais l’ouvre par une préface d’une remarquable modestie :

« L’auteur a suivi dans cette nouvelle relation, qui est une continuation du Voyage aux sources du S. Francisco et dans la province de Goyaz[4], le même plan que dans la précédente ; il ne pourrait, par conséquent, que répéter ce qu’il a dit alors. On y trouvera décrits avec la même exactitude, non-seulement les lieux qu’il a visités, mais encore les changements que les écrivains ont indiqués depuis son voyage. Cet ouvrage est comme une sorte d’ébauche de la monographie des contrées qu’il a parcourues. Il s’est livré aux mêmes observations critiques, et a tâché de rectifier les nombreuses erreurs qui se sont répandues dans les livres sur la géographie et ethnographie du Brésil ; il a cité avec le même soin tous les écrivains auxquels il a emprunté quelque chose et dans ce but il a fait tous ses efforts pour réunir les ouvrages publiés sur le Brésil. Souvent on rencontrera, dans cet ouvrage, des numéros qui devaient renvoyer à la description des plantes caractéristiques de chaque canton ; les circonstances n’ont pas permis que cette partie du travail fût achevée : ces descriptions se trouveront, il faut l’espérer, à la fin du Voyage dans la Province du Rio Grande do Sul ».

Dans son « Chapitre premier – Tableau abrégé de la province de S. Paul », il présente d’abord rapidement l’histoire du Brésil puis de la Province, en glorifiant le rôle des aventuriers qui en sont partis pour explorer l’intérieur du continent. :

« L’intérieur du Brésil n’a pas toujours été sillonné par des chemins et parsemé d’habitations hospitalières ; il fut un temps où l’on n’y découvrait pas une cabane, aucune trace de cultures et où les bêtes féroces en disputaient l’empire ; alors les Paulistes le parcoururent dans tous les sens. Ces audacieux aventuriers, comme on le verra plus tard avec détail, pénétrèrent plusieurs foi dans le Paraguay, découvrirent la province de Pihauy[5], les mines de Sabará, celles de Paracatú, s’enfoncèrent dans les vastes solitudes de Cuyabá[6] et de Goyaz, parcoururent la province de Rio Grande do Su1, arrivèrent le nord du Brésil jusqu’au Maranhão et à la rivière des Amazones, et ayant franchi la Cordilière du Pérou, attaquèrent les Espagnols au centre de leurs possessions » (page 23).

Il tente ensuite (page 108), après avoir décrit les composantes des milieux naturels (relief, climat, végétation) d’estimer la population de la Province, alors bien loin de ses actuels 44 millions d’habitants :

« D’après des pièces probablement toutes officielles il y aurait eu dans la Province de S. Paul :

En l777, 116 975 individus

En 1805, 192 729

En 1812, 205 267

En 1813, 209 219, répartis en 26 150 feux.

En 1814, 211 918

En 1815, 215 021

En 1820, 239 290

En 1826, 258 901

En 1838, 326 902, répartis en 50 968 feux »

Sur la composition de cette population il fait une analyse qui commence comme une typologie relativement neutre mais se termine sur une conclusion qui lue aujourd’hui est – pour reprendre le mot qu’il emploie, mais pas pour les mêmes raisons – assez « embrassante » :

« La population de la France, comme celle de toute l’Europe occidentale, est parfaitement homogène : une seule race d’hommes et points d’esclaves. Il n’en est malheureusement pas de même pour Brésil. Non seulement l’esclavagisme y est admis, mais trois races entièrement distinctes et les nombreux métis qu’elles ont produits s’y partagent la population. Des esclaves noirs, les uns créoles, les autres africains ; quelques Indiens baptisés, un nombre considérable d’Indiens sauvages ; des mulâtres libres, des mulâtres esclaves ; des hommes libres, légalement considérés comme appartenant à la race causasique, mais parmi lesquels se trouve une foule de métis de blancs et d’indiennes : tels sont les habitants de la province de S.Paul, étrange bigarrure d’où résultent des complications également embarrassantes pour l’administration et dangereuses pour la morale publique » (page 123).

Figure 1 Composition de la population de la Province de São Paulo

La ville de São Paulo

Sa visite de la ville de São Paulo a commencé le 29 octobre 1819 et son séjour y a duré « depuis le 1er de novembre jusqu’au 9 de décembre » (page 238).

Sur la ville, son jugement est d’emblée positif : « Je traversai 1a ville de S. Paul, incontestablement la plus jolie de toutes celle que j’avais visitées depuis que j’étais au Brésil » (page 237), puis « Non seulement la situation de S. Paul est charmante mais on y respire un air pur » (page 249) et encore « Les maisons, bâties en pisé très solide, sont toutes blanches et couvertes en tuiles creuses ; aucune n’annonce la grandeur et la magnificence, mais on en voit un grand nombre qui, outre le rez-de-chaussée, ont un deuxième étage et se font remarquer par un aspect de gaîté et de propreté » (page 251).

Figure 2 L’entrée de São Paulo en 1821

Panorama de São Paulo en 1821), Arnaud Julien Pallière (1784-1862), Instituto Itaú Cultural

Les comparaisons qu’il fait avec Ouro Preto, alors capitale du Minas Gerais, sont à son avantage de São Paulo : « On y voit un grand nombre de jolies maisons et les rues ne sont pas désertes comme celles de Vila Rica (Ouro Preto) ; les édifices publics sont bien entretenus et l’on n’a point à chaque pas, comme dans une grande partie des villes et villages de Minas Gerais, les regards affligés par l’aspect de l’abandon et des ruines. Celles des rues de la ville qui sont placées sur le flanc de la colline et par lesquelles on se rend dans la campagne sont les seules qui vont en descendant ; les autres s’étendent sur un terrain plat. Toutes sont larges, assez droites et les voitures peuvent y circuler. Les plus jolies sont les rues Droite (Direita) et António Luiz. Quelques-unes sont pavées, mais elles le sont mal ; d’autres le sont seulement devant les maisons » (page 249).

Les principaux monuments lui plaisent également – à quelques réserves près –  notamment la résidence des « Capitães-generais governadores » (« capitaines genéraux gouverneurs ») :

« C’est dans l’ancien couvent des Jésuites que les capitaines-généraux faisaient leur résidence ; cet édifice, depuis qu’il a cessé d’être occupé par des religieux, a pris le nom de palais (palacio), mais n’a réellement d’autre apparence que celle d’un monastère. Le palais, puisqu’il faut lui donner ce nom, est un grand bâtiment à un étage formé par deux corps de logis qui se rencontrent à angle droit et dont l’un est terminé par l’église. Dans ce dernier, les fenêtres sont très rapprochées ; celles de l’autre corps de logis, au contraire, sont fort écartées les unes des autres, ce qui produit un disparate. D’ailleurs la position du palais est aussi heureusement choisie que celle de tous les édifices élevés au Brésil par les jésuites. Construit à. une des extrémités de la ville, il se rattache à celle-ci par sa façade, qui forme deux de côtés d’une petite place carrée ; le derrière du bâtiment regarde la campagne » (page 254).

Figure 3 Palais du gouvernement de São Paulo en 1827 (ancien collège des jésuites)

Jean-Baptiste Debret (1768-1848), collection Aluízio Rebelo de Araújo e Ana Helena Americano de Araújo

C’est en effet la cadre naturel de cette petite ville qui lui plaît :  « Quand on se place aux fenêtres du palais, du côté qui regarde la campagne, on jouit d’une vue délicieuse, celle de la plaine que j’ai déjà décrite. Au-dessous de la ville, on voit le Tamandatahy[7] qui coule en serpentant dans une prairie en partie couverte d’eau (novembre), et au-delà de laquelle s’étendent des pâturages parsemés de touffes de bois peu élevées. Sur la gauche, du côté du nord-ouest, l’horizon est borné par les montagnes de Jaraguá, qui décrivent un demi-cercle. Sur la droite, la plaine s’étend au loin ; le chemin de Rio, de Janeiro la traverse et est bordé de maisons de campagne ; des bestiaux paissent dans la prairie et le paysage est encore animé par les caravanes qui arrivent à la ville, celles qui sortent et par le grand nombre de femmes qui lavent leur linge sur le bord de la rivière » (page 255).

São Paulo ressemblait alors à ce que sont aujourd’hui les villes historiques bien préservées comme Ouro Preto, Tiradentes ou Parati

Figure 4 São Paulo en 1826

Picture 2791

Charles Landseer (1799–1879), Instituto Moreira Salles

La population

Si charmante qu’elle soit – et peut-être pour cette raison même – São Paulo était effet alors une petite ville : « En 1822, la population de la ville et de son district se montait à 25 682 personnes, réparties dans 15 paroisses » (page p 244) et pour analyser sa composition Saint Hilaire a recours de nouveau aux catégories utilisées à l’époque :

« Il y a tant de vague dans les documents sur la population que l’on possède jusqu’ici sur la population de S. Paul que je n’oserais indiquer d’une manière précise les rapports numériques des différentes castes qui composent; cependant, je pense pouvoir dire qu’en 1839 le nombre de Blancs égalait à peine 4/5 de celui des hommes de couleur, noirs et mulâtres; qu’il fallait considérer à peu près nul celui des indigènes; que le nombre de femmes libres, blanches mulâtresses et noires l’emportait  d’une manière sensible sur celui des hommes libres appartenant à ces mêmes races; enfin que les esclaves ne formaient guère qu’un tiers de la population totale » (page 245).

Dans la description qu’il fait du commerce le jugement de Saint Hilaire est plus que nuancé, et les comparaisons avec ceux de Rio de Janeiro et Paris sont peu favorables à São Paulo :

« On ne rencontre point à S. Paul de nègres parcourant les rues, comme à Rio de Janeiro, avec des marchandises sur leurs têtes. Les légumes et 1es menues denrées sont vendus par des négresses qui se tiennent accroupies dans la rue à laquelle ce commerce a fait donner le nom de rua da Quitanda. Quant aux comestibles indispensables tels que la farine, le lard, le riz, le maïs, la viande sèche (carne sêca), les marchands qui les débitent sont, pour la plupart, réunis dans une même rue que l’on appelle rua das Casinhas (rue des maisonnettes), parce qu’effectivement chaque boutique forme une petite maison séparée. Ce n’est pas dans ces boutiques qu’il faudrait chercher la propreté et l’ordre : elles sont obscures et enfumées. Le lard, les grains, la viande y sont jetés pêle-mêle, et 1’on y est encore prodigieusement loin de cet art avec lequel nos marchands de Paris savent donner un air appétissant aux aliments les plus grossiers. Il n’y a point à S. Paul de rue aussi fréquentée que celle des Casinhas. Les gens de la campagne y vendent leurs denrées aux marchands, et les consommateurs vont les acheter entre les mains de, ces derniers. Pendant le jour c’est un encombrement de nègres, de campagnards, de mulets, de muletiers ; le soir, la scène change, les bêtes de somme et les acheteurs font place à des nuées de prostituées d’un ordre inférieur, attirées par les camaradas (serviteurs libres) et les gens de la campagne, qu’elles cherchent à prendre dans leurs filets » (pages 261-262).

Figure 5 Tropeiros (muletiers) pauvres à São Paulo

Jean-Baptiste Debret (1768-1848, Caixa Cultural

Son jugement sur les femmes de São Paulo est, on le voit, guère flatteur, malgré une dernière notation où cette fois ce sont les Parisiennes – ou du moins une catégorie d’entre elles – qui a le mauvais rôle :

« Les femmes qui jouissaient de quelque fortune, m’a-t-on dit, pendant mon séjour à S. Paul, travaillaient à de petits ouvrages dans l’intérieur de leurs maisons ; elles brodaient, faisaient des fleurs, tandis qu’un grand nombre de femmes pauvres, ajoutait-on, restaient dans l’oisiveté pendant toute la durée du jour, et, quand la nuit commençait, elles se répandaient dans la ville pour se livrer au trafic de leurs charmes, devenus leur seule ressource. […] Nulle part je n’avais vu un aussi grand nombre de prostituées ; il y en avait de toutes les couleurs, les pavés en étaient, pour ainsi dire, couverts. Elle se promenaient avec lenteur ou attendaient les chalands dans les carrefours ; mais i1 faut le dire, jamais elles n’abordaient personne. On ne les entendait pas non plus injurier les hommes ou s’injurier entre elle ; à peine regardaient-elles ceux qui passaient ; elles conservaient une sorte de pudeur extérieure et n’avaient absolument rien de ce dévergondage cynique qui, à la même époque, révoltait si souvent chez les prostituées parisiennes de bas étage » (pages 271-272).

La conclusion – paradoxale – d’Auguste de Saint Hilaire

Laissant de côté les jugements de valeur, où il difficile de faire la part de l’opinion personnelle d’Auguste de Saint Hilaire et celle des préjugés dominants à l’époque[8], on retiendra plutôt ce qu’il dit de sa situation, qu’il ne juge pas si avantageuse :

« La ville de São Paulo possède, comme on le voit, divers édifices publics et tout le monde convient qu’elle est jolie et agréablement située ; mais il serait inexact de dire que sa position est très favorable pour le commerce. Il n’y a pas, il est vrai, plus de neuf à douze lieues entre elle et la mer ; cependant, quand on part de Santos, le port le plus voisin, on ne peut faire le voyage en moins de deux jours, obligé que l’on est de gravir la partie extrêmement escarpée de la chaîne maritime qui porte le nom de Serra do Cubatão » (page 259).

Et il continue sur une analyse sans complaisance :

« La ville de S. Paul n’est qu’un centre de dépôt pour les marchandises d’Europe et un lieu de transit pour les produits du pays ; elle a un besoin indispensable du port de Santos et ce dernier pourrait, à la rigueur, se passer d’elle. S. Paul n’aurait certainement jamais été plus florissant que Santos, s’il n’était devenu le chef-lieu de la province et le siège de toutes les autorités civiles et ecclésiastiques » (page 259).

On ne saurait mieux souligner la part du volontarisme dans la croissance de São Paulo : c’est ce facteur qui a fait naître la ville autour du collège des Jésuites puis la décision d’y installer le gouvernement de la Province et plus tard d’y centrer le commerce du café, qui transitait par sa gare sur la ligne Santos-Jundiaí, reliant donc le port aux plantations de l’ouest de l’État. Sans la troisième décision, São Paulo pourrait être aujourd’hui encore une petite ville touristique et universitaire, une sorte de Cambridge ou de Heidelberg brésilienne autour de sa Facuté de Droit, le premier établissement d’enseignement supérieur du pays, fondée en 1827. On peut le regretter, mais l’histoire en a décidé autrement…

[1] Il quitta le Brésil en 1822 et revint en France et pour écrire et à publier ses livres. Les principaux sont Voyage dans la province de Rio de Janeiro et Minas Geraes (Paris, 1830, 2 vol.), Voyage dans le district des diamants et sur le littoral du Brésil (Paris, 1833, 2 vol.) et Voyage aux sources de San Francisco et dans la province de Goyaz (Paris, 1847-48, 2 vol.).

[2] Publié chez Arthus Bertand, libraire-éditeur, Libraire de la Société de Géographie, Rue Hautefeuille n° 21, 1851, accessible sur gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

[3] Membre de l’Académie des Science de l’Institut de France, Professeur à la Faculté des Sciences de Paris, Chevalier de la Légion d’Honneur, des Ordre du Christ et de la Croix du Sud, des Académies de Belin, S. Petersbourg, Lisbonne, C.L.C. des Curieux de la nature, de la société Linéenne de Londres, de l’Institut Historique de Géographique brésilien, de la Société d’Histoire Naturelle de Boston, de celle de Genève, Botanique d’Édimbourg, Médicale de Rio de Janeiro, Philomathique de Paris, des Sciences d’Orléans, etc.

[4] Écrit aujourd’hui Goiás

[5] Écrit aujourd’hui Piauí

[6] Écrit aujourd’hui Cuiabá

[7] Écrit aujourd’hui Tamanduateí

[8] Évidemment inacceptables pour nous mais on se gardera bien de tomber dans l’erreur fatale en histoire, l’anachronisme, à vouloir appliquer nos critères à des époques passées.

Itinéraires franco-brésiliens du café

Dans le succès planétaire qu’est l’histoire du café, une des premières mondialisations[1], on peut distinguer quelques itinéraires franco-brésiliens spécifiques, quelques chemins par lesquels la plante est arrivée de France – ou plutôt de ses colonies – jusqu’au Brésil, le pays qui est depuis les années 1830 et jusqu’à aujourd’hui le premier producteur mondial de café.

Le caféier est originaire d’Éthiopie, où ses fruits étaient consommés sous forme de pâte ou de boisson, pour ses vertus médicinales. De là l’arbuste fut introduit au Yémen aux environs du XIVe siècle, et c’est là que furent créées ses premières plantations. Pour répondre à une demande en forte hausse, sa culture s’est ensuite déplacée, dès le début du XVIIe siècle, vers Java puis vers l’Amérique, après un passage rapide par l’Europe. Ces transferts ont toutefois reposé sur une base génétique très limitée : seuls quelques plants de chacune des deux principales variétés, Typica et Bourbon, ont été exportés, puis dupliqués partout dans le monde.

Récapitulons quelques étapes de cette migration :

En 1614, une délégation de marchands hollandais et de spécialistes de l’horticulture visite Aden afin d’étudier comment les Arabes transformaient le café, et dès 1616 la Compagnie néerlandaise des Indes orientales s’y approvisionnait.  

En 1658 la culture du « moka » est tentée par les Hollandais à Ceylan.

En 1706 les Hollandais implantent le café à Java, et un plant est déposé au jardin botanique d’Amsterdam.

En 1708 les corsaires malouins organisent la première « expéditions de Moka », en contournant l’Afrique, et rapportent 1 500 tonnes de café à Saint-Malo.

En 1711 une deuxième expédition de Moka est organisée par Antoine Crozat.

En 1712, la France et la Hollande préparent la paix qui sera signée lors du Traité d’Utrecht (en 1713). Le bourgmestre d’Amsterdam offre à Louis XIV un pied de café, qui meurt rapidement.

En 1713, Antoine de Jussieu, professeur aux serres du Jardin du roi, futur Jardin des plantes de Paris, publie une description de la plante dans les Mémoires de l’Académie des sciences.

En 1714 les Hollandais envoient à Louis XIV un second pied, qu’il fait soigner dans son jardin de Marly-le-Roi.

En 1715 La Cour ayant apprécié le goût du café, la Compagnie des Indes orientales charge Guillaume Dufresne d’Arsel d’implanter à La Réunion des plants de moka. Dès septembre 1715, six plants de moka, offerts cette fois par le sultan du Yémen, sont transplantés à Saint-Paul de la Réunion. La Compagnie des Indes orientales organise la production, l’achat de graines, construit des greniers et des routes. Elle offre des concessions gratuites à tout colon de 15 à 60 ans acceptant d’entretenir cent plants de café.

En 1718 un plant hollandais arrive au Suriname.

En 1725, le gouverneur de Cayenne, Claude Guillouet d’Orvilliers se rend au Suriname hollandais, où il obtient des pieds de café en cachette, puis en plante mille à douze cents pieds. Mais en Guyane comme en Martinique, la culture du café est vite concurrencée par l’expansion sur l’île de La Réunion.

En 1726 le café commence à être cultivé en quantités significative à La Réunion (alors appelée Île Bourbon, qui ne comptait encore que 734 habitants en 1704). Dans une lettre au ministre de la Marine du 27 avril 1728, le gouverneur de La Réunion Pierre-Benoît Dumas s’enthousiasme : « On ne peut rien voir de plus beau que les plantations de café qui se multiplient à l’infini. Cette île sera, dans peu (de temps), capable d’en fournir au-delà de la consommation du royaume ». La variété « Bourbon », ou « Bourbon pointu », est alors jugée la meilleure au monde. Elle permet une récolte de 20 à 30 % supérieure à celle obtenue à partir du Typica, mais la qualité du produit final est similaire.

En 1727 le Brésil est encore une colonie portugaise, dont l´économie repose sur la production de canne à sucre. Le gouverneur de la province du Grão-Pará, frontalière de la Guyane, soucieux de développer d´autres sources de revenus pour sa région, dépêche à Cayenne un jeune lieutenant-colonel, avec la délicate mission d´en ramener des boutures ou des semences de caféier. L´opération est délicate, car les nations productrices, dont la France, interdisent totalement la multiplication de caféiers hors de leur contrôle. Elle réussit pourtant, mais malheureusement, les caféiers ne supportent pas bien le long voyage entre Cayenne et Belém, où seul un pied arrive vivant.

En 1809, l’occupation de la Guyane française par les Portugais eut notamment pour effet le pillage du jardin botanique de Cayenne, dont nombre de plantes furent transférées au Pará puis à Rio de Janeiro. Diverses espèces de plantes donnant des épices et des fruits ont ainsi été envoyées au Brésil, tels que la noix de muscade, le clou girofle, l’arbre à pain, ainsi que des plants de noyers, d’avocatiers et de canne à sucre Cayenne, de beaucoup supérieure à celle qui était alors cultivée au Brésil. Mais pas, semble-t-il, de caféier.

L’histoire prend alors d’autres chemins. En 1859 commença au Brésil la diffusion des caféiers dits « Bourbon » mais son nom ne vient qu’indirectement de celui l’île de la Réunion, où il a d’abord prospéré et reçu son nom. Cette nouvelle variété a été produite par Luiz Pereira Barreto[2], quand un navire avait apporté au Brésil une nouvelle variété de café, dite Libéria, il en avait acheté douze pieds.

Lors de la première floraison, il pensa qu’il s’agissait d’un café de qualité inférieure, à cause de la taille exagérée des fleurs, et celles-ci fanèrent faute de fécondation. Lors de la deuxième floraison, il décida de fertiliser artificiellement les fleurs en les croisant avec celles des espèces qu’il cultivait jusque-là, et les fruits, une fois mûrs, furent traités pour que les graines puissent être plantées. Malgré tous ses soins, il n’obtint que cinq pieds, mais c’étaient de belles plantes, avec des fruits d’excellente qualité, absolument différents du Libéria des espèces locales. Avec le produit de ces cinq pieds, rapidement multipliés, Luiz Barreto et sa famille ont commencé une plantation de café qui au bout de quatre ans comptait quatre mille pieds. Se rappelant avoir vu dans les serres de l’Université de Bruxelles, où il avait étudié, une qualité de café très similaire, connue sous le nom de « Bourbon », il le donna ce nom à la nouvelle variété.

Filiation indirecte donc, hélas. On peut le regretter, et regretter aussi que ne soit pas attestée une version plus pittoresque, voire plus piquante, de la mission du jeune lieutenant-colonel brésilien, Francisco de Mello Palheta. Selon quelques sources[3], celui-ci était beau garçon, élégant et fougueux, et pour se procurer les précieuses boutures, faute de parvenir à convaincre le gouverneur, il aurait joué de ses charmes auprès de son épouse, Madame d´Orvilliers. Gagnant sa confiance, il aurait ainsi obtenu les précieuses bouture en remerciements pour leurs longues promenades dans les jardins du palais du gouverneur.

Vraie ou pas, cette belle histoire franco-brésilienne a eu au moins pour effet d’inspirer quelques artistes et la création de deux marques de café, qui ont eu beaucoup de succès dans les années 1970 et sont encore présentes aujourd’hui sur le marché, ou essaient d’y revenir respectivement nommées Palheta et Madame d’Orvilliers. Se non è vero

[1] Voir “Le monde dans nos tasses, trois siècles de petit déjeuner” de Christian Grataloup, Arland Colin 2017 et https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_caf%C3%A9iculture

[2] https://revistacafeicultura.com.br/?mat=19954

[3] https://www.brasil-agora.com/2015/04/10/bresil-le-pays-du-cafe/

 

« O Grito do Ipiranga », le tableau de Pedro Américo et la réalité historique

Pedro Américo de Figueiredo et Melo (Areia, 29 avril 1843 – Florence, 7 octobre 1905) était un romancier, poète, scientifique, théoricien de l’art, essayiste, philosophe, homme politique et enseignant brésilien, mais on se souvient mieux de lui comme peintre et auteur du tableau « Independência ou Morte! » « (L’indépendance ou la mort ! »), plus connu comme “O Grito do Ipiranga” (3Le cri de l’Ipiranga »), une toile monumentale de 4,15×7,6m, aujourd’hui exposée dans le musée construit sur les lieux mêmes où l’évènement s’est produit.

C’est en effet sur les rives du fleuve Ipiranga, un petit ruisseau situé au centre de la ville actuelle de S. Paulo, qu’a eu lieu l’un des épisodes les plus célèbres de l’histoire du Brésil. Dom Pedro, Prince-Régent du Brésil pour le compte de son père, roi du Portugal, s’était rendu à São Paulo le 14 août, espérant y avoir le même succès que dans le Minas Gerais, quelques mois plus tôt, et s’assurer de la fidélité locale. Il y était arrivé le 25 août et y était resté jusqu’au 5 septembre. De retour de Santos – où il n’était allé que pour surveiller les défenses côtières – il rencontra des messagers envoyés de Rio de Janeiro par son épouse, Leopoldina et son gouvernement, venus à sa rencontre sur la route de Santos.

Informé par eux que les Cortes de Lisbonne avaient réduit ses pouvoirs, il aurait alors déclaré à ses compagnons de voyage et à sa garde d’honneur sa volonté de rendre irréversible la séparation entre le Brésil et le Portugal, et prononcé la célèbre expression « L’indépendance ou la mort ». C’est un épisode dont les détails sont d’une véracité douteuse, mais le 7 septembre est néanmoins devenu la fête nationale du Brésil, officiellement célébré comme le Jour de l’Indépendance. Il a de fait été un moment crucial, suivi d’actes décisifs : le 2 octobre 1822 Dom Pedro est proclamé empereur du Brésil sous le nom de Pedro Ier, et le 1er décembre il est couronné.

Sa mémoire est d’autant plus célébrée que l’épisode a été quelque peu magnifié par le tableau de Pedro Américo.  Le peintre a réalisé son tableau à Florence en 1888, soit 66 ans après la proclamation de l’indépendance du Brésil, l’Empereur l’avait commandé dans le cadre de la construction du musée de l’Ipiranga (l’actuel Museu Paulista) et il devait mettre en valeur la monarchie. Le peintre a donc pris quelques libertés avec la réalité historique, et le tableau n’est pas une représentation fidèle de l’événement :

  • Chevaux : le groupe dont faisait partie Dom Pedro n’utilisait pas de chevaux, à l’époque, on utilisait des ânes et des mules pour les longs voyages, et en particulier pour le trajet qu’il achevait alors de Santos à São Paulo, le port et le plateau où se situe la ville étant séparés par un dénivelé de plus de 800 mètres.
  • Nombre de soldats : l’escorte qui accompagnait Dom Pedro était peu nombreuse
  • Vêtements : ni Dom Pedro ni ses compagnons de voyage ne portaient d’uniformes d’apparat, mais de confortables vêtements de voyage.
  • Maison de la proclamation : la première mention de la maison qui figure à l’arrière-plan date de 1884, soit 62 ans après le cri d’Ipiranga.
  • Topographie : l’Ipiranga est mal situé, ce ruisseau devrait être derrière la personne qui regarde la peinture.
  • Intrus : le peintre y a inclus un autoportrait, bien qu’il soit né bien après l’indépendance. Mais on peut mettre cette « erreur » sur le compte d’une tradition bien établie, il n’est pas le premier à s’inclure discrètement dans sa toile.
  • Incident de voyage : sur le tableau, le prince semble se tenir dans une attitude triomphante, mais en vérité, il éprouvait de fortes douleurs. Il avait la diarrhée, causée d’après de nombreux historiens par les fatigues du voyage et ne s’était arrêté près de ce ruisseau, en pleine campagne, que pour se soulager avant d’arriver en ville.

On a donc affaire ici à une œuvre de commande, ou pour reprendre une expression heureuse d’un des analystes du tableau, de la « vision épique d’un évènement prosaïque »

Par ailleurs Pedro Américo a aussi été accusé d’avoir plagié d’autres tableaux, notamment « 1807, Friedland » d’Ernest Meissonier (1815–1891). Les oeuvres des peintres français Jean-Louis Ernest Meissonier et Horace Vernet ont en effet été utilisées comme sources. Américo a étudié Napoléon III lors de la bataille de Solférino (1863) et Friedland 1807 (1875), tous deux de Meissonier et de Napoléon lors de la bataille de Friedland (1850), de Vernet. Les peintures présentent des similitudes : la disposition de D. Pedro et des soldats de droite a une structure similaire à celle de Friedland 1807 : la concentration de soldats dans les deux images est similaire ; la position de D. Pedro sur un point plus élevé de la topographie rapproche aussi le travail d’Américo de celui de Meissonier. La seule différence sensible est que sur la gauche un groupe de hussards est remplacé par un char à bœufs. Mais on peut plaider qu’Américo, qui souhaitait représenter D. Pedro comme un grand homme d’État, a pu se référer volontairement à la figure de Napoléon dans l’œuvre de Meissonier.

En haut le tableau de Pedro Américo, Independência ou Morte! (1888), en bas celui d’Ernest Meissonier, « 1807, Friedland »

Références

Bastos, Lucia. “Nem as margens ouviram. O Grito do Ipiranga não teve qualquer repercussão na época”. Revista de História, 16/09/2009.

Campofiorito, Quirino. História da pintura brasileira no século XIX. Rio de Janeiro: Pinakotheke, 1983.

Domingues, Joelza Ester, Blog: Ensinar História, https://ensinarhistoriajoelza.com.br/o-grito-do-ipiranga-uma-fraude/

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. O brado do Ipiranga. São Paulo, Edusp, 1999.

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. “A invenção do grito”. Revista de História, 19/09/2007.

Shlichta, Consuelo Alcioni B. D. “Independência ou morte (1888), de Pedro Américo: a pintura histórica e a elaboração de uma certidão visual para a nação”. Anpuh, XXV Simpósio Nacional de História, Fortaleza, 2009.

Wikipedia, “Independência ou Morte (Pedro Américo)”, https://pt.wikipedia.org/wiki/Independ%C3%AAncia_ou_Morte_(Pedro_Am%C3%A9rico)

Anthropophagie et démesure brésiliennes

Les Brésiliens francophiles aiment souligner l’influence française dans leur pays et affirment qu’ils aiment importer des idées françaises, que par exemple leur législation est basée sur le Code Civil napoléonien, ou leur « lois des eaux » sur le modèle français des agences de bassin. Certes, mais il faut bien reconnaître qu’en les important ils modifient ces emprunts au point que les Français ont parfois du mal à les reconnaître. Il n’y a là rien que de normal, il est tout à fait logique que pour adapter quoi que ce soit (idée, institution ou pratique) qui vienne de la vieille Europe, elles doivent être adaptées aux réalités, habitudes et goûts locaux.

Mais le changement est souvent drastique, car en les absorbant, les Brésiliens les assimilent et les transforment, parfois radicalement. Cela commence para la prononciation, « Carr’four » devient « Carréfour », Leroy-Merlin » se prononce « Léroï-Merlinne », et cela continue par la transcription des mots jadis français, réécrits en fonction de leur prononciation locale : abajur (abat-jour), bibelô (bibelot), bijuteria (bijouterie), bisoté (biseauté), bufê (buffet), camelô (camelot), chofer (chauffeur), maiô (maillot), suflê (soufflé), sutiã (soutien-gorge), tafetá (taffetas), toalete (toilette), etc.

Cette tendance ne date pas d’hier et pour qualifier ce processus – et attirer l’attention – un courant artistique brésilien avait dans années 1920 choisi de se baptiser « mouvement anthropophagique »[1]. S’appuyant sur le Manifesto antropófago (« Manifeste anthropophage ») du poète et agitateur Oswald de Andrade, il prônait non pas le rejet des cultures étrangères (et en particulier des cultures européennes), mais au contraire leur appropriation, leur absorption, leur assimilation. Pour cela il proposait aux Brésiliens de s’inspirer de la façon dont les « Indiens » qui peuplaient la côte du (futur) Brésil avaient accueilli les Européens qui le « découvraient » : en les mangeant, pour assimiler leur savoir, leur force, leur puissance, mais en les mettant – si l’on ose dire – « à leur sauce ».

La métaphore a été elle-même bien assimilée et dans sa série des « Portraits de géographe »[2] de la Société de Géographie, celui qu’elle m’a consacré avait pour titre « Le Brésil est un pays anthropophage… »[3]. Le rédacteur a choisi de la titrer ainsi car j’y relatais que, quand il m’avait incité à travailler sur ce pays, Pierre Monbeig « m’avait honnêtement averti que ‘ce pays est anthropophage’, et qu’il me dévorerait probablement », j’ajoutais en conclusion que « je ne lui reproche pas d’avoir été englouti par le pays, comme il l’avait prédit ».

On peut avoir confirmation de cette tendance à transformer, en général dans le sens de l’exagération, ce qui vient d’Europe, en observant des images ce que deviennent au Brésil un certain nombre de produits ou d’institutions. Puisque la métaphore d’Oswald de Andrade passait par l’alimentation, on peut commencer par l’assimilation au Brésil de la banane flambée, du croissant ou du « jambon-beurre » français.

Banane, croissant, sandwich, pizza

Figure 1 Banane flambée, versions français t brésilienne

La toute simple banane flambée française (elle-même le produit d’un échange avec les Amériques, d’où viennent le fruit et le rhum qui sert à la flamber) y devient ainsi un plat élaboré, où des rondelles de banane baignent dans un jus extrêmement sucré et sont accompagnées de glace décorée d’un coulis de fraise et chocolat.

Figure 2 Croissant et sandwich, version française et brésilienne

Au Brésil le croissant est rarement servi nature, il est en général fourré, soit d’une garniture salée (ici un strogonoff[4] de filet de bœuf) ou sucrée (ici un mélange de chocolat et de crème fraîche parsemée de bonbons M&M). Et cela doit convenir au public puisque, par exemple, le réseau Croasonho, un mot-valise formé à partir de croassã (croissant, dans sa transcription brésilienne) et de sonho (rêve) sert 18 000 « croissants » par jour dans ses 73 établissements.

Le sandwich, qui est souvent en France un simple « jambon-beurre » peut devenir l’incroyable sanduiche de mortadela servi au marché municipal de São Paulo, avec beaucoup de mortadelle et très peu de pain. Celui-ci est en général un petit pain blanc bien mal nommé pão francês (« pain français »), bien qu’il n’ait que de lointains rapports avec son modèle original. Ou encore un invraisemblable hamburger multi étages dont on se demande comment on peut bien le prendre en bouche.

Figure 3 Pizza, versions italienne et brésilienne

La pizza vient d’Italie, son origine remonterait à l’Antiquité tardive et le mot y serait apparu en 997[5]. Cette pâte plate ressemble à de nombreux pains que l’on trouve encore aujourd’hui dans différents pays du bassin méditerranéen, mais c’est en Italie qu’elle s’est développée sous sa forme actuelle. Avec les échanges qui ont suivi l’expansion européenne dans le monde, la tomate et le buffle (dont le lait sert à fabriquer la mozzarella) arrivèrent en Italie, plus précisément à Naples et les Napolitains ont été les premiers à recouvrir leur pain de tomates. Au départ, ce plat simple était vendu dans les rues de Naples et dans les pizzerias où ce pain était cuit dans un four à bois, comme dans une boulangerie. Parmi les classiques de la pizza italienne figurent en bonne place la calabresa (du nom de la Calábria, région où est née la saucisse pimentée de sa garniture) ou la Margherita (figure 3), qui est en soi un symbole d’italianité puisqu’elle doit son nom à la reine Margherita de Savoie, ayant – dit-on – été créée par Raffaele Esposito lors d’une de ses visites à Naples : sa garniture de basilic, mozzarella et tomates est censée représenter le drapeau italien vert-blanc-rouge.

Bon nombre de Brésiliens, notamment les Paulistanos[6] pensent que leurs pizzaiolos ont considérablement amélioré la pizza italienne en inventant de nouvelles garnitures salées (courgettes et bacon, poireaux et mortadelle, cœur de palmier et brocoli, roquette aux tomates séchées, oignons et crème de tofu) ou sucrées (banane avec fromage blanc et cannelle, lait concentré – très – sucré et fraise, Nutella et noix de coco, Brie à la poire[7]). Voire, comme sur la figure 3, ananas et glace au coulis de chocolat ou chocolat recouvert (derechef) de bonbons M&M.

Un autre domaine ou s’illustre la tendance brésilienne à importer puis à transformer une habitude – pour ne pas dire une institution – française, est le cas des boulangeries, des restaurants et des plats qu’on y sert au jour le jour ou dans les grandes occasions.

Boulangeries, plat du jour et plat de fête, restaurants

Figure 5 Boulangerie, versions françaises

Une boulangerie française est tout bonnement un endroit où l’on va acheter son pain, en général tous les jours puisque cet aliment, après avoir était longtemps base de l’alimentation des Français, est encore aujourd’hui présent sur la table à tous les repas, depuis le petit déjeuner jusqu’au souper. Mais si somptueux que soit le décor de certaines d’entre elles, si varié que soit le choix qu’elles offrent, on ne s’attend pas y trouver autre chose que du pain et des pâtisseries, ou à la rigueur et plus récemment des sandwiches.

Au Brésil en revanche les padarias, qui sont en principe l’équivalent des boulangeries françaises, sont devenus des magasins où l’on peut trouver de tout et même – en cherchant un peu – du pain. On peut le voir dans le cas emblématique de la boulangerie do Moinho (du moulin), situé à Cuiabá (Mato Grosso).

Figure 6 Boulangerie, version brésilienne

Comme l’indique fièrement le site de la boulangerie[8], « L’ensemble du bâtiment de la boulangerie Moinho est entièrement axé sur la préservation de l’environnement et les économies d’énergie, avec une technologie de pointe, visant une productivité élevée […] le client sera en mesure de l’observer dans la pratique : trancheurs allemands, robinets américains, gondoles et comptoirs italiens, cave suisse, comptoir de préparation et serre d’exposition venus du Japon, machine à expresso informatisée italienne, extracteur de poudre de café allemand ». Une boulangerie mondialisée donc, comme en témoigne le totem indiquant directions et distances des grandes villes mondiales installée devant le bâtiment, mais on notera qu’à aucun moment il n’est question de produire du pain…

L’insistance est bien davantage mise sur la décoration sur ce qui est censé être la production de l’établissement : « Les sièges du restaurant sont les mêmes que ceux des motos Harley Davidson. Ses comptoirs sont en granit « blue » produit en Amazonie. Les luminaires de la cafétéria sont les mêmes que dans les vieilles rues de São Paulo. L’escalier menant au restaurant est en bois du Chili et de Bolivie, et la rampe en fer a été forgée à la main par des forgerons italiens. Le lustre de l’escalier vient d’Espagne, et compte 10 000 cristaux venus de la République tchèque. Les fleurs, pour la plupart des tulipes, bien qu’artificielles, viennent de Hollande ». On est ici bien loin de la modeste boulangerie de quartier où l’on passe au retour du travail pour acheter la baguette du soir et les croissants du petit déjeuner.

Pour rester dans le domaine des habitudes alimentaires, quelle idée de fait-on d’un bon plat du jour au Brésil, l’équivalent du « steaks-frites » qui a longtemps été le plat favori des français ? Dans ce cas, pas d’importation d’idées étrangères, l’unanimité se fait sur arroz-feijão-bife, riz-haricots rouges-steak de bœuf (figure 4), ou au moins les deux premiers avec une autre viande ou un œuf si la viande de bœuf est trop chère. On peut y ajouter ad libitum un peu de salade voir des frites ou des pâtes, mais c’est la base et l’on peut tranquillement envisager d’en manger tous les jours. Et c’est à coup sur ce qui manque le plus aux Brésiliens exilés, sauf aux footballeurs professionnels jouant à l’étranger – ils sont près d’un millier – qui font venir riz, haricots et souvent cuisinier/ère du Brésil pour éviter de souffrir trop durement de la saudade (nostalgie) du pays.

Figure 4 Plat du jour, plat de fête, version française et brésilienne

Qu’en est-il des repas exceptionnels où l’on veut sortir de l’ordinaire, pour un anniversaire, la Saint Valentin ou d’autres occasions festives ? Une tendance fréquente, en France, est d’aller dans un restaurant dit gastronomique, pour y déguster des mets raffinés, à la présentation soignée et originale, et en général en petites quantités depuis la révolution de la « nouvelle cuisine ». Au Brésil, au contraire (peut-être parce que le souvenir de l’époque où une bonne partie de la population était menacée par la faim est toujours présent), on tend à préférer des restaurants qui priment plus par la quantité que par la qualité, comme les churrascarias, ces rôtisseries l’on peut manger de la viande à volonté : la consommation moyenne calculée par les restaurateurs pour un dimanche ordinaire y est de 1 kilo de viande par personne[9]

Sur un point du moins les deux pays convergent, quand ils choisissent de réunir toute la famille autour d’un plat traditionnel roboratif, bien inscrit dans la tradition rurale des deux pays. Au Brésil ce sera la feijoaoda à base de haricots noirs et accompagnés de viande de porc, jadis uniquement les bas morceaux (pieds, oreille, lard, etc.), du temps où c’était la nourriture des esclaves, et aujourd’hui toutes les parties de la bête, y compris les plus nobles. En France c’est le cassoulet, à base de haricots blancs et de viandes diverses, dont du canard ou de l’oie, selon qu’on préfère la tradition de Toulouse ou de Castelnaudary. Cette fois l’emprunt s’est fait en sens inverse puisque le haricot est originaire du continent américain et qu’il a donc fallu attendre le XVIe siècle pour qu’il remplace les fèves qui étaient jusque-là la base de ce plat.

La recherche de la qualité gastronomique ou de la quantité festive se retrouve dans le choix des établissements privilégiés dans chacun des deux pays. C’est en France que l’idée même du restaurant est cense avoir été inventé. La vulgate[10] veut que le premier « restaurant », dans l’acception moderne, ait été ouvert à Paris, rue des Poulies ou rue Bailleul, en 1765 par un marchand de bouillon, nommé Boulanger. Celui-ci avait mis sur sa porte la devise « Venite ad me, omnes qui stomacho laboratis, et ego restaurabo vos » (« Venez tous à moi, vous dont l’estomac crie misère, et je vous restaurerai »). Cela fixa le mot « restaurant » dans son sens actuel, car on trouvait à manger chez lui quand on voulait de la nourriture servie sur table à prix fixé à l’avance, à toute heure et proposée sur une carte.

Ces restaurants étaient tenus par des cuisiniers qui ne trouvaient plus à s’employer dans les hôtels particuliers de la noblesse et proposaient à la population, ou du moins sa fraction la plus aisée, des mets plus raffinés que ceux que l’on servait jusque-là dans les auberges[11]. La tradition est donc bien ancrée en France depuis le XVIIe siècle (date à laquelle a été créé le restaurant parisien Procope, toujours en activité de nos jours, figure 7) et une tendance forte – hors des restaurants de quartier, menacés par la vogue du fastfood – est de donner à ces établissements un cadre qui évoque le luxe ou au moins le confort, comme par exemple les somptueuses dorures du Train Bleu, le restaurant situé au premier étage de la Gare de Lyon (à Paris également).

Figure 7 Restaurants, version française et brésilienne

À l’opposé, en important cette même idée du restaurant, le Brésil s’en est à nouveau écarté dans le sens de la démesure. Une des formules qui s’est le plus développé dans les dernières décennies, au détriment du traditionnel restaurant où l’on commandait « à la carte » (en français dans le texte) et celle de la comida a kilo (« nourriture au kilo »). Le client s’y sert lui-même dans d’immenses buffets offrant des dizaines d’options de salade, plats chaus et desserts, avant de peser son assiette sur des balances situées aux caisses et de régler en sortant le prix de son repas à tant du kilo.

Une autre option, plutôt pour les fins de semaine, les congrès, manifestations sportives ou autres rassemblements, est celle des barbecues géants comme celui de la figure 7, photographié dans le Rio Grande do Sul, où l’on préfère aux broches horizontales le fogo de chão, la viande cuite verticalement sur le lit de braises. Le cas le plus extraordinaire de restauration de masse est toutefois celui du Madalosso, un complexe de restaurants situé dans le quartier de Santa Felicidad, à Curitiba (Paraná). Il comprend le restaurant traditionnel “Velho Madalosso”, fondé en 1963, qui ne comptait que 24 places, mais surtout le « Novo Madalosso », ouvert en 1970, qui compte aujourd’hui 4 645 places assises sur 7 671 mètres carrés, et un parking gratuit pour 900 véhicules, des chiffres qui lui ont garanti son inclusion dans le livre des records Guinness, sous l’intitulé « le plus grand des Amériques »[12].

Pour ne pas en rester aux questions bassement alimentaires, on abordera pour finir deux domaines distincts mais qui en commun que de vastes groupes sociaux s’y rassemblent dans des moments de communion, le football et la religion, domaines que certaines mauvaises langues ont tendance à rapprocher sous l’étiquette « opium du peuple ».

Futebol et églises

L’histoire contemporaine du football remonte à un peu plus de 150 ans, elle a commencé en 1863 en Angleterre, lorsque le rugby football et l’association football se sont séparés et que la Football Association a été créée, devenant ainsi le premier organisme directeur de ce sport.

Figure 8 Football et futebol, version britannique et brésilienne

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associée à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales. Mais comme Braises a déjà eu l’occasion de le raconter[13], il n’y est arrivé que relativement récemment, à l’échelle de l’histoire du pays. En fait elle remonte à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1894 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle d’Eton ou celle du Hampshire, d’où il revenait. Le premier match de football fut organisé à São Paulo, le 14 avril 1895, entre deux équipes d’employés des compagnies anglaise celles de la São Paulo Gas Company et de la São Paulo Railway, un match amical gagné 4-2 par la São Paulo Railway.

Mais il ne fallut pas longtemps pour que le nouveau sport perde son côté aristocratique et entrepreneurial, avec coup d’envoi parfois donné par des membres de la famille royale (figure 8), et devienne au contraire un sport de masse, suivi par des milliers de spectateurs et des groupes organisés de supporters, les torcedores. Le style même du jeu se transforma laissant de plus en plus de place à l’improvisation individuelle et à la recherche du « beau geste » capable d’arracher des cris d’admiration à la foule, avec accompagnement de pétards, percussions et fumigènes, ne gardant rien du flegme britannique qui présidait aux premiers matchs dans les public schools.

La religion dominante du Brésil a elle aussi été importé d’Europe après l’arrivée des Portugais, que ce soit le catholicisme hégémonique pendant des siècles ou, plus récemment, les religions néo-pentecôtistes qui se développent rapidement à son détriment. Outre son empreinte religieuse, morale et culturelle, la religion a laissé sa marque dans tout le pays sous la forme de milliers d’églises de tous les styles qui se sont succédé du XVIe siècle à nos jours.

Mais ici encore l’héritage a été profondément transformé, les styles architecturaux importés d’Europe subissant tour à tour une dérive locale dans le sens de l’exagération. C’est en particulier le cas du baroque qui a connu au Brésil un de ses développements les plus spectaculaires grâce au fait qu’il a coïncidé avec l’un des moments de plus grande prospérité du pays, dû à la découverte des gisements d’or du Minas Gerais, la bien nommée région des « mines générales ». Comparé aux modestes églises de campagne française ou style serein des abbayes romanes, les églises du Minas frappent l’œil le moins averti par leur débauche de décoration et même de luxe.

 Figure 9 Églises, versions française et brésilienne

La ville d’Ouro Preto (littéralement « or noir », de la couleur des pépites que l’on y trouvait) a été d’abord appelée Vila Rica (« ville riche »). Elle a été fondée le 8 juillet 1711 et une foule de chercheurs d’or (bientôt rejoints par des commerçants, artisans, fonctionnaires royaux, etc.) est venue s’y installer dans l’espoir d’y faire fortune, et vers 1750, elle comptait plus d’habitants que Rio de Janeiro ou New York.

La richesse de la ville lui permit de construire une multitude d’églises baroques car les prospecteurs rivalisaient entre eux qui construirait la plus somptueuse : Nossa Senhora do Pilar est ornée de décors qui totalisent plus de 400 kg d’or. Première ville brésilienne à être classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1980, Ouro Preto abrite ainsi un magnifique ensemble architectural baroque, l’un des mieux conservés au monde car la ville, une fois les gisements épuisés, est tombée dans une léthargie aggravée par le transfert, en 1897, de la capitale du Minas Gerais, dans la ville (alors) nouvelle de Belo Horizonte.

On peut de la même façon comparer la pratique des ex-voto dans les deux pays en confrontant (dans le bas de la figure 9) les quelques maquettes de bateaux suspendus à la voûte l’église de Camaret (Finistère) par des marins reconnaissants d’avoir été sauvés du naufrage avec leur équivalent brésilien à la basilique nationale Nossa Senhora Aparecida[14]. Située entre São Paulo et Rio de Janeiro (à 170 km de la première et 264 km de la seconde) c’est l’une de plus grandes églises au monde, la deuxième après Saint Pierre de Rome. Elle a accueilli 13 millions de pèlerins en 2017, un chiffre qui la situerait sur les listes des monuments les plus visités au monde (au même niveau que Notre Dame de Paris), si elle y figurait du moins, car elle semble avoir échappé à l’attention des faiseurs de palmarès, probablement parce qu’elle est très peu fréquentée par des étrangers.

La Salle des Promesses (Sala das Promessas), au sous-sol du sanctuaire, est un lieu de remerciement et d’hommage, où les fidèles déposent des ex-voto (objets, photos, lettres et témoignages) en mémoire d’un vœu fait lors d’une maladie, dans une situation de danger ou de difficultés, en remerciement de la guérison, de l’issue favorable ou d’une faveur obtenue – selon le pèlerin – par l’intercession de Nossa Senhora Aparecida.  Quand le vœu concerne la santé du pèlerin, il est fréquent qu’il suspende au plafond de la salle une représentation en cire ou en plastique de la partie du corps qui était malade, préalablement achetée dans les boutiques du sanctuaire, qui vendent aussi une multitude d’objets religieux (statues, crucifix, rosaires, médailles, etc.), ainsi que de l’eau « à bénir ou à boire ». De ce fait, le plafond de cette immense salle est entièrement tapissé de têtes, bras et jambes qui donnent irrésistiblement l’impression d’un étal de boucher où l’on pourrait choisir un bon morceau pour son dîner : l’anthropophagie, une fois encore[15].

Décidément la métaphore inventée par Oswald de Andrade est toujours aussi féconde et n’a pas fini de s’appliquer à la façon toute particulière qu’à le Brésil de s’emparer des nouveautés étrangères et de les importer, mais non sans transformer profondément, en général dans le sens de l’amplification, de l’exagération et de la démesure.

Référence des images

Banane flambée

http://lespopcorn.com/the-dreamers-la-banane-flambee-de-matthew-theo-et-isabelle
Hervé Théry 2018

Croissant

http://joseluisparada.org/food/platillos-exoticos-tipicos-de-europa/
http://www.espelhorosa.com.br/croasonho-croissant-recheado-e-a-nova-delicia-da-cidade/
https://exame.abril.com.br/pme/como-este-croissant-recheado-virou-o-queridinho-no-brasil

Sandwichs

https://www.arts-et-gastronomie.com/actu/2016-03-14-jambon-beurre-sandwich-de-luxe
https://veja.abril.com.br/economia/carne-frango-ou-porco-entenda-o-que-e-a-mortadela/
http://www.charlesdog.com.br/2017/12/19/x-tudo-duplo/

Pizza

https://www.tudogostoso.com.br/receita/122635-massa-de-pizza-italiana-deliciosa.html
http://massasditalia.ind.br/receitas/pizza-calabresa/
https://www.pinterest.pt/pin/682647255991782201/
http://gshow.globo.com/receitas-gshow/receita/pizza-de-brigadeiro-com-mms

Plats

https://www.hellofresh.com/recipes/strip-steak-frites-59ce4c5e7901f9567d137722
https://www.aprendum.com.co/curso-online-presentacion-de-platos/
https://en.wikipedia.org/wiki/Cassoulet
http://www.parmeggio.com.br/site/
https://michelletcheablog.wordpress.com/2016/07/21/fogo-de-chao-brazilian-churrascaria
http://www.curtamais.com.br/goiania/lugares-que-servem-feijoada-aos-sabados-em-goiania

Boulangeries

https://myparisianlife.com/2012/12/25/rue-montorgueil-a-morning-stroll/maison-collet-paris-montorgueil-patisserie-boulangerie/
http://crazyaboutparisandfrance.blogspot.com/2011/02/
http://parisbym.com/paris-food/
https://www.petitscommerces.fr/page/boulangerie-basso/
https://sergionavegastronomia.wordpress.com/2012/05/23/a-melhor-baguete-de-paris/
https://www.gosselin.paris/
http://celiacosbrasil.blogspot.com/2014/08/padaria-do-moinho.html
http://www.ndrone.com.br/
Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Restaurants

Le Train Bleu Hervé Théry 2018
https://www.guideapolis.fr/fr/visite/st-germain-des-pres-du-club-des-cordeliers-aux-2/
https://foodsnobblog.wordpress.com/2009/01/05/lasserre-paris/
http://www.resto-de-paris.com/le-procope-saint-germain-des-pres/restaurant/paris
https://www.grupomarios.com/fotos-de-festa-e-confraternizacao-de-empresa.html
Restaurante a kilo Hervé Théry 2018
https://poracaso.com/pro-domingo-costela-fogo-de-chao-com-o-selo-confraria-do-churrasco-de-qualidade/

Football

https://www.fifa.com/about-fifa/who-we-are/the-game/index.html
https://www.historic-uk.com/CultureUK/Association-Football-or-Soccer/
http://www.jupitermiddle.com/sites/3rd%20Period/website_MNP/origins.html
http://globoesporte.globo.com/sp/santos-e-regiao/futebol/times/santos/noticia/2017/01/gol-de-bicicleta-e-letra-hernandez-se-apresenta-em-vitoria-de-5-1-do-santos.html
Vitória do SPFC Hervé Théry 2005

Églises

Église de Roscanvel (Finistère) Hervé Théry 2018

Abbaye de Fontenay (Bourgogne) Hervé Théry 2012

Église de Camaret-sur-mer Hervé Théry 2018

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009

Église d’Ouro Preto Hervé Théry 1999

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_anthropophage

[2] https://socgeo.com/category/lire-le-monde/portraits-de-geographes/

[3] https://socgeo.com/2017/09/08/herve-thery-le-bresil-est-un-pays-anthropophage/

[4] Le bœuf Strogonoff est une recette de ragoût de viande de bœuf mariné, sauté, puis braisé avec une sauce à base de crème aigre, de moutarde, de paprika, d’oignons et de champignons. Cette recette classique de la cuisine russe a été elle aussi transformée en remplaçant la crème aigre par de la crème fraiche et la moutarde et le paprika par du ketchup

[5] https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/culture-origine-pizza-5164/

[6] Habitants de la ville de São Paulo, par opposition au plus large Paulistas, habitants de l’État de São Paulo

[7] Une manière originale de permettre une conversation « entre la poire et le fromage »

[8] http://padariadomoinho.com.br//, qui a ici été copié presqu’intégralement.

[9] Déjà évoquées dans Braises « Le Brésil, pays carnivore », https://braises.hypotheses.org/1093

[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Restaurant#%C3%89tymologie

[11] Celles-ci pratiquaient une sorte de vente forcée en obligeant les voyageurs qui y dormaient à y prendre leur repas du soir, d’où l’expression qui figurait sur des pancartes affichées aux murs : « qui dort dîne).

[12] https://pt.wikipedia.org/wiki/Madalosso

[13] « Un musée du futebol et de son contexte », https://braises.hypotheses.org/?s=futebol

[14] « Nossa senhora aparecida, un grand sanctuaire brésilien », https://braises.hypotheses.org/?s=aparecida

[15] Cette photographie, déposée à la photothèque du CNRS, a été retenue par le Théâtre National de Bretagne pour illustrer l’affiche d’un spectacle sur l’anthropophagie, après avoir été choisie par son directeur sur des critères purement visuels, sans qu’il sache ce qu’elle représentait.

La disparition annoncée des chambres de bonne

Dans un article de la Folha de S. Paulo intitulé « La chambre de bonne devient rare sur les plans [d’appartements], mais sa mini-salle de bain résiste »[1], Júlia Zaremba écrivait : « La chambre de bonne est sur le point de disparaître. Des appartements plus petits, des arrière-cuisines[2] réduites, des changements culturels et des droits du travail garantis même pour les domestiques contribuent à expliquer la disparition de cette pièce, désormais limitée aux logements chers »

Présente dans des films comme Domésticas (2001) et Que Horas Ela Volta?? (2015) c’était un héritage de l’esclavage, dont la logique était d’avoir á tout moment quelqu’un sous la main pour servir la famille, mais cela a changé ». La figure qui accompagne l’article et son commentaire explicitent cette évolution

Figure 1 Deux siècles d’évolution des chambres de bonnes

XIXe siècle

« Dans les anciennes maisons de maître les dépendances pour les domestiques se situaient en dehors de la résidence, dans des édicules situés au fond du terrain, héritage des senzalas[3] de l’époque coloniale. Elles comportaient d’habitude plus d’une chambre et d’une salle de bains ».

Années 1930

« Les grandes villes sont de plus en plus constituées d’immeubles dont les appartements reproduisent les caractéristiques des maisons. On crée de grandes arrière-cuisines, avec des espaces pour laver et sécher les vêtements, ainsi que des chambres de bonnes d’environ 4,5 m². Dans quelques immeubles elles se situent en dehors de l’immeuble ».

Années 1950

« L’arrière-cuisine commence à diminuer, la taille des salles de séjour augmente, ce qui se traduit par une réduction de celle des chambres de bonne. Ce changement est dû à l’arrivée de nouvelles technologies come la machine à laver, et à la réduction de l’offre de terrains disponibles, qui provoque une augmentation du prix du mètre carré ».

Année 2000

« Les appartements deviennent plus compacts et comportent des pièces intégrées, par exemple la cuisine et le living. L’arrière-cuisine est encore réduite, les chambres de bonne commencent à disparaître ».

En résumé, « L’arrière-cuisine a représenté jusqu’à 25% de l’appartement, et plus elle était grande plus la valeur de la propriété était élevée. Au fil des ans, l’espace a diminué, tandis que l’espace de vie augmentait : la chambre de bonne faisait 4,5 mètres carrés, contre 3 mètres carrés en moyenne aujourd’hui. La salle de bain de service est toujours là, elle mesure généralement entre 1,8 et 3,5 mètres carrés et doit toujours être proche de la cuisine et de l’arrière-cuisine, pour plus d”intimité” ». On pourrait ajouter, intimité de qui, celle de la bonne ou celle des maîtres ? Ils s’assurent, en lui réservant une petite salle de bains (ou plutôt une salle d’eau), qu’elle n’utilisera pas la leur…

Que deviennent les chambres de bonnes ?

Cette disparition est bien visible sur l’évolution de plans d’appartements inclus dans des publicités immobilières glanées sur internet au fil des quinze dernières années

Elles résist(ai)e

Figure  2 Appartement 156m2 Aguas Claras (Brasília) 2004

Figure  3 Appartement chic 2004

Elles deviennent réversibles

« Il existe des cas où la chambre est approuvée sur plan en tant que débarras mais – dans la publicité – vendue comme chambre de bonne selon Fasanella. C’est parfois un artifice pour contourner la législation, alors qu’il n’y a pas les conditions minimales pour que l’espace soit considéré comme une chambre. Mais l’obsolescence de la chambre de bonne conduit souvent les familles à changer la fonction de cette pièce, qui se transforme en bureau (figure 4), cave à vin, penderie, ou s’intègre dans d’autres espaces. Les projets actuels ont tendance à inclure une zone joker, explique Marcello Romano, président de Bossa Nova Sotheby’s. “Le plan est aujourd’hui pensé comme multifonctionnel et répond aux demandes” ». Pour pouvoir servir à plusieurs usages la pièce est prévue avec deux portes, l’un donnant sur le living, l’autres sur l’arrière-cuisine, elle sert alors de chambre d’appoint ou chambre de bonne, selon la porte qu’on ouvre ou condamne.

Figure 4 Réversible 2005

Figure  5 Reversible 2017

Elles sont toujours là dans les grands appartements …

« Mais il y a ceux qui tiennent encore à la chambre de bonne : les acheteurs d’appartement de plus de 200 mètres carrés. “La demande est de 100% parmi le public AAA”, déclare Ana Paula Kaneyuki, du groupe Lopes. Selon elle, aujourd’hui la chambre de bonne dispose “de la climatisation, d’internet et du bouquet de chaînes de télévision que la famille utilise”. Dans l’immeuble New Castle de la société de construction Bueno Netto, dans le quartier du Morumbi, à São Paulo, les appartements de 940 mètres carrés comptent trois chambres de bonne de 5,3 mètres carrés chacune. Cyrela, de son côté, prévoit deux chambres de bonne dans les appartements de plus de 300 mètres carrés, comme dans l’immeuble Heritage, à Itaim Bibi, également à São Paulo.

On peut citer ici un extrait la description d’un appartement de 501 m2 habitables (doté de six places de stationnement et coutant 1 018 ans du salaire minimum brésilien), publiée dans un billet antérieur de Braises[4] : “Les employés de maison ont leur place bien prévue, et bien séparée du reste de l’appartement : deux chambres de bonne (avec toilettes et douche bien à elles), dépense, buanderie, lingerie. Toutes ces pièces, ainsi que le hall, le couloir de service et la salle du chauffeur (dotée d’un canapé où il attend qu’on ait besoin de lui), sont carrelés de blanc, alors que les sols du reste de l’appartement ont des sols de parquet ou de carrelages de couleur”.

… mais parfois sous d’autres noms et alternatives…

Mais même dans les grands appartements on offre parfois, sur les plans du moins, des alternatives aux chambres de bonne, même si leur taille permettrait de les affecter réellement à cet usage. Cela peut être un « dépôt » servant de dépense pour la cuisine ou de débarras, les immeubles brésiliens n’ayant que très rarement une cave correspondant à chaque appartement.

Figure  6 Quatre chambres dont 2 suites131m2 2017

Cela peut être une « aire technique » ou une « aire de service » même si sa superficie est presque suffisante pour une chambre, qu’elle se prolonge par une petite salle de bain et qu’y est dessiné un meuble aux fonctions indéterminées mais qui pourrait être un lit d’une personne ou un canapé-lit.

Figure  7 Quatre chambres dont 2 suites161m2 2017

L’ambiguïté est parfois cultivée comme dans cet appartement de 106 m² ou apparaît dans l’arrière-cuisine une salle de bain de service, une buanderie et un « espace multi-usages » où sont dessinés un lit et une penderie dotée de cintres identiques à ceux qui figurent dans les chambres

Figure  8 Trois chambres dont 1 suites et chambre de bonne 106m2 2017

L’alternative peut être plus ouverte comme dans cet appartement de 275 mètres carrés où sont dessinées une chambre de bonne et une salle de bain qui lui est visiblement destinée, mais où est portée en marge la mention « espace multi-usages avec possibilité d’agrandissement de la cuisine ». Il n’y a pas si longtemps il aurait été impensable qu’un appartement de cette superficie, comptant quatre suites et quatre places de stationnement, ne prévoie pas explicitement une ou plusieurs chambres de bonne.

Figure  9 Quatre suites 275m2 2017

… ou disparaissent purement et simplement

Cela semble pourtant bien être le sens de l’évolution, comme le confirment des plans distribués en 2019 dans les rues d’un quartier aisé de São Paulo pour vendre des appartements qui se veulent résolument modernes et apporter « une touche nordique dans les Jardins[5] ».

Le premier, de 94 m² et deux suites, ne prévoit aucun espace de service, pas même une une salle d’eau pour une femme de ménage, tout juste une pièce dotée d’un lavabo pour les invités, qui sert aussi de buanderie puisqu’on y loge la machine à laver le linge. Le second est un loft de 80 m², dont une mezzanine où se situe l’unique chambre, tandis que dans la partie basse la cuisine ouverte est séparée de la grande pièce à vivre par un simple comptoir, qui remplace la salle à mang

Figure 10 Deux suites 94m2 2019

Figure  11 Loft 80m2 2019

Le loft compte quand même deux salles d’eau, celle du haut avec douche pour les maîtres de maison, celle du bas se décomposant d’une part en toilettes et lave-mains (ce qui était naguère aussi rare au Brésil que fréquent en France), pour les visiteurs, et d’autre part buanderie, probablement utilisée par la faxineira, la femme de ménage qui vient entretenir l’appartement un ou plusieurs jours par semaine mais n’y vit pas.

Figure 12 Le même loft en perspective

Pour compenser la disparition progressive des chambres de bonne (et semble-t-il de plus en plus souvent des salles d’eau qui leur étaient associées) la mode chez les promoteurs est de proposer des zones communes pour le personnel de service. Sont alors installés réfectoire, armoires et douches pour le personnel du bâtiment (encore très nombreux au Brésil), ainsi que pour les femmes de ménage qui ne passent plus que la journée sur place.

Cette évolution marque donc la rupture de liens anciens, remontant à l’époque coloniale[6], où un personnel de service (plus ou moins nombreux selon le niveau social des maitres de maison) vivait sur place, à leurs côtés : cuisinière, femme de chambre, nourrice, valet, cocher, etc. On sait que cette présence du personnel de service, souvent esclave et d’origine africaine, a beaucoup contribué au métissage – plus ou moins consenti, à la fois biologique et culturel – qui est l’une des caractéristiques fortes de la société brésilienne.

Plus récemment et à l’échelle plus modeste des classes moyennes urbaines, qui avaient encore il y quelques décennies des bonnes à plein temps alors que ce n’est plus en Europe qu’un lointain souvenir, cette proximité avait des avantages et des inconvénients. Il était très commode pour les ménages dont la femme travaille de ne pas avoir à se soucier de rentrer à temps pour prendre les enfants à la sortie de l’école, d’autant que les écoles brésiliennes ne fonctionnent souvent qu’une partie de la journée, le matin ou l’après-midi. En revanche il pouvait être pesant d’avoir constamment, jour et nuit, dans l’appartement une personne qui, si proche qu’elle soit, n’était tout de même pas de la famille, au sens de la famille étroite d’aujourd’hui, qui tend à remplacer au Brésil comme ailleurs les familles étendues de naguère.

Les sept millions de bonnes que compte le pays y ont-elles gagné ou perdu ? D’un côté elles retrouvent désormais tous les jours mari et enfants, dont elles étaient séparées toute la semaine au mieux et souvent pour de longs mois quand elles venaient de régions lointaines – et pauvres – du pays, le plus souvent le Nordeste. Mais comme les bonnes habitent en général loin de l’immeuble qui est leur lieu de travail, c’est au prix de longues heures de transport, parfois des heures matin et soir alors que jusque-là leur lieu de résidence et de travail se confondaient.

Seule exception, le cas où une favela est proche, où elles peuvent trouver ou créer un logement à la portée de leurs faibles moyens financiers : ce n’est évidemment qu’un pis-aller mais cela explique aussi que les tentatives de reloger les habitants des favelas dans des logements plus confortables mais plus lointains soient en général vouées à l’échec. D’une certaine façon on peut dire que la ségrégation s’est renforcée puisque la cohabitation de personnes de niveaux sociaux et de niveau de revenus très différent ne se produit plus à l’intérieur des appartements, mais hors de ses murs. Elle s’est reportée à l’échelle de l’immeuble ou même plus loin puisqu’il n’y a pas l’équivalent de ce qui se passait dans les immeubles français avec l’étage des chambres de bonne.


[1] Júlia Zaremba, “Quarto de empregada torna-se raro em projetos, mas banheirinho resiste”, Folha de S. Paulo, 09/06/2018, https://Www1.Folha.Uol.Com.Br/Sobretudo/Morar/2018/06/1971353-Quarto-De-Empregada-E-Raro-Mas-Banheiro-De-Servico-Resiste-Na-Planta-Atual.Shtml

[2] On a traduit ainsi área de servico, qui inclut dépense, buanderie et chambre(s) de bonne et sa/leur salle de bains

[3] Bâtiment où les maîtres logeaient – mal – leurs esclaves

[4] “Appartements de luxe à São Paulo”, (17/9/2011) , https://braises.hypotheses.org/171

[5] Le quartier le plus chic et le plus cher de São Paulo

[6] De l’arrivée des Portugais à l’Indépendance, de 1500 à 1822.

Le Brésil dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

L’Édition Numérique, Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) met pour la première fois à disposition de tous, librement et gratuitement, l’accès à l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert (1751-1772). L’ENCCRE a utilisé pour cela le premier des deux exemplaires conservés à la Bibliothèque Mazarine, dont les 17 volumes de texte et 11 volumes de planches font partie du premier tirage de la première édition. Acquis au moment de la parution, livraison après livraison, et mis à la disposition des usagers de la bibliothèque, il n’a jamais quitté son lieu de conservation initial.

L’ENCCRE est le premier exemplaire numérisé original, homogène et complet de l’Encyclopédie. Comme l’indique le site[1] « L’interface numérique permet à la fois d’admirer la beauté de cet exemplaire, de redécouvrir le spectacle de ses 2 579 planches, d’y naviguer de façon intuitive et innovante, et d’y effectuer les recherches les plus variées, comme les plus pointues ». Cette mise à disposition est d’autant plus utile qu’il s’agit d’un ouvrage fondamental dans l’histoire des idées puisque c’est la première encyclopédie française, une véritable synthèse des connaissances de son temps.

Il était tentant, pour Braises, de voir ce qu’elle dit du Brésil. En utilisant le modes d’accès par la nomenclature et par domaine de l’ENCCRE, on y a trouvé une des entrées principales à « Brésil », une au verbe « Brésiller », une entrée secondaire « Bois de Brésil » (dans l’entrée « Bois ») et trois noms de lieux, « Olinde », «  Sébastien, saint » (Rio de Janeiro) et «  Salvador, San », que Salvador de Bahia partage avec deux autres villes, en Afrique et en Amérique centrale. On trouvera ci-dessous le fac-simile de ces articles, leur transcription, des illustrations (l’Encyclopédie n’en contient pas pour ces articles), autant que possible françaises et de la même époque.

Brésil, Brésiller, Bois de Brésil

La plus longue entrée principale associe donc au nom du pays une entrée secondaire (bois de Brésil) et est immédiatement suivie par une autre (brésiller), l’une et l’autre renvoyant à la première richesse qui a pu être exportée du territoire « découvert »[2] par Pedro Cabral en 1500 et dont il avait alors pris possession au nom de la Couronne portugaise.

L’association vient de ce que le pays, après avoir d’abord été appelé Terra da Vera Cruz (Terre de la Vraie Croix) ou Terra dos Papagaios (Terre des Perroquets), a pris le nom de son premier produit d’exportation et bien des observateurs ont déjà fait remarquer sarcastiquement que la prédominance du commerce sur la religion ou la faune annonçait déjà que le pays était voué à devenir une colonie agro-exportatrice.

Figure 1 Entrées Brésil et brésiller

BRESIL, (Géog.) Grande contrée de l’Amérique méridionale, bornée au nord, à l’orient & au midi par la mer, & à l’occident par le pays des Amazones & le Paraguai : les côtes qui ont environ 1200 lieues de long sur 60 de large, appartiennent aux Portugais. L’intérieur du pays est habité par des peuples sauvages & idolatres, qui se défigurent le visage pour paroître plus redoutables à leurs ennemis : on prétend qu’ils sont anthropophages. Les plus connus sont les Topinambous, les Marjagas & les Onétacas. Cette partie du Nouveau-monde est fort riche. Les Espagnols la reconnurent en 1500. Alvarès Cabral, Portugais, en prit possession en 1501 pour son roi. Voyez quant à son commerce Saint-Salvador, Olinde, & Saint-Sebastien  (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

La présentation du pays est – pour un lecteur d’aujourd’hui – banalement descriptive, commençant par la liste des mers et terres adjacentes, la seule originalité étant que le texte situe l’Amazonie à l’ouest du Brésil, et non au nord. C’est toutefois compréhensible à lire la suite, qui oppose le littoral peuplé par les Portugais à l’intérieur encore occupé par les « Indiens »[3].

Le premier ensemble, de 1 200 kilomètres sur 240 (si l’on adopte une équivalence de quatre kilomètres par lieue) est de fait à peu près l’espace que les Portugais avaient colonisé à la date de rédaction du texte. Le second, dont les dimensions ne sont pas mentionnées car elles étaient de fait ignorées, montre que les Amérindiens étaient alors, même sous la plume des auteurs de l’un des ouvrages majeurs du mouvement des Lumières, vus comme des « sauvages », et pas même comme des « bons sauvages » puisque l’accent est mis sur leur aspect (volontairement) effrayant, leur « idolâtrie » et la pratique de l’anthropophagie, tout juste atténuée par un « on prétend que ». Atténuation bien inutile puisque cette pratique était attestée depuis le XVIe siècle, notamment par des auteurs français comme (André Thévet ou Jean de Léry) et qu’il aurait fallu remettre dans un contexte cérémoniel et social qui l’explique, sans le justifier. Ce n’était manifestement pas le souci des auteurs de la notice, comme le montre la suite, qui qualifie le pays comme « fort riche » et – après avoir attribué sa reconnaissance aux Espagnols en 1500 et la prise de possession par Cabral en 1501[4] – passe au commerce, en renvoyant aux trois entrées sur les villes principales.

L’entrée suivante, « brésiller », un verbe aujourd’hui inusité, est très courte, et se résume pratiquement à un renvoi vers une autre entrée principale, sur le bois de Brésil, complétée seulement par une précision technique sur les méthodes de teinture qui l’utilisent, elle-même suivie de la mention « voyez teinture » : dans ce Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers les techniques ont manifestement le pas sur la géographie.

BRESILLER, v. act. (Teinture) C’est teindre avec le bois de Bresil ; il faut que les toiles & les fils à marquer ayent été teints en bonne cuve, pour être bresillés. Voyez Teinture (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

Figure 2 Entrée Bois de Brésil

Bois de Bresil ; ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil, province de l’Amérique. M. Huet soûtient cependant qu’on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays. Voyez Huetiana, pag. 268.

On le surnomme différemment suivant les divers lieux d’où il vient ; ainsi il y a le bresil de Fernambouc, le bresil du Japon, le bresil de Lamon, le bresil de sainte Marthe, & enfin le bresillet ou bois de la Jamaique qu’on apporte des îles Antilles.

L’arbre de bresil croît ordinairement dans des lieux secs & arides, & au milieu des rochers. Il devient fort gros & fort grand, & pousse de longues branches, dont les rameaux sont chargés de quantité de petites feuilles à demi-rondes. Son tronc est rarement droit, mais tortu & raboteux, & plein de nœuds à peu près comme l’épine blanche. Ses fleurs, qui sont semblables au muguet & d’un très-beau rouge, exhalent une odeur agréable & très-amie du cerveau qu’elle fortifie. Quoique cet arbre soit très-gros, il est couvert d’un aubier si épais, que lorsque les Sauvages l’ont enlevé de dessus le vif du bois, si le tronc étoit de la grosseur d’un homme, à peine reste-t-il une bûche de bresil de la grosseur de la jambe.

Le bois de Brésil mérite dans l’Encyclopédie une notice plus longue que le pays éponyme. Elle reconnaît sa qualité (« Le plus estimé est le bresil de Fernambouc ») et son antériorité (« ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil »), tout en notant qu’il peut provenir d’ailleurs (Japon, Lamon, S Marthe, Jamaïque) et que «  cependant […] on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays » selon M. Huet.

Il est en effet possible que ce nom de « bois de braise » lui ait été donné par les Portugais s’ils l’ont connu avant le Brésil, en provenance de Lamon (s’il s’agit bien du Lamon de Vénétie): dès le Moyen Âge, le « bois de braise » provenait des Indes via la Perse, importé en Europe par les Vénitiens. C’est à la « couleur de braise » (brasa en portugais) du bois qu’il doit son nom dans cette langue (pau brasil) et de fait la dénomination vient facilement à l’esprit quand on voit la couleur du bois, une fois le tronc dégagé de son aubier.

Figure 3 Bois de Brésil

https://braises.hypotheses.org/482

Le bois de bresil est très-pesant, fort sec, & pétille beaucoup dans le feu, où il ne fait presque point de fumée à cause de sa grande sécheresse.

Toutes ces différentes sortes de bresil n’ont point de moelle, à la réserve de celui du Japon. Le plus estimé est le bresil de Fernambouc.

Pour bien choisir ce dernier, il faut qu’il soit en bûches lourdes, compact, bien sain, c’est-à-dire sans aubier & sans pourriture ; qu’après avoir été éclaté, de pâle qu’il est il devienne rougeâtre, & qu’étant mâché il ait un goût sucré.

Le bois de bresil est propre pour les ouvrages de tour, & prend bien le poli : cependant son principal usage est pour la teinture, où il sert à teindre en rouge, mais c’est une fausse couleur qui s’évapore aisément, & qu’on ne peut employer sans l’alun & le tartre. Voyez Teinture.

Du bois de bresil de Fernambouc on tire une espece de carmin par le moyen des acides : on en fait aussi de la lacque liquide pour la mignature[5]. V. Rouge, Lacque, &c. (Vol II [B-Cez] p.308a).

Ce n’est pas sans raison que l’Encyclopédie associe aussi fortement le bois de braise et le Brésil, car ce fut longtemps sa principale richesse, ou du moins celle qui intéressait le plus les Portugais, la principale exportation de leur colonie d’Amérique. En cela ils avaient eu moins de chance que les Espagnols, qui avaient mis la main sur les métaux précieux du Pérou et du Mexique, et il leur a fallu attendre la mise en place des plantations de canne à sucre et surtout la découverte de l’or du Minas Gerais (la bien nommée province des « mines générales »), au XVIIIe siècle, pour que le Brésil les enrichisse vraiment.

Du moins le pau brasil ne leur coutait pas beaucoup d’efforts puisque c’étaient les Indiens qui faisaient l’essentiel du travail, coupant les arbres en forêt et apportant les troncs dépouillés de leur aubier jusqu’à la côte. Là ils les échangeaient contre des outils de métal auprès de commerçants venus d’Outre-Atlantique, un cycle de collecte et d’échanges qui apparaît bien sur la carte de Giacomo Gastaldi (figure 4). Ces commerçants étaient en général portugais mais aussi parfois français, car les navigateurs normands avaient bien compris le profit à tirer de cet échange inégal, avec l’encouragement de la Couronne, qui voyait là une bonne occasion de battre en brèche l’attribution de ces terres au Portugal par le traité de Tordesillas (1494).

Figure 4 Le Brésil vu par Giacomo Gastaldi (1556)

Olga Okuneva, « Ensaio sobre o mapa «Brasil» de G. Gastaldi pertencente ao Delle navigationi e viaggi de G. B. Ramusio (1556; 1565; 1606) », Terra Brasilis (Nova Série) [En ligne], 2 | 2013. URL : http://journals.openedition.org/terrabrasilis/715  ; DOI : 10.4000/terrabrasilis.715

Entre le XVIe siècle, où le bois de braise a donné son nom au pays, et la rédaction de l’Encyclopédie, le Brésil a bien sur beaucoup changé, comme le montrent les entrées consacrées à des trois principales villes, Olinda/Recife, Rio de Janeiro et Salvador.

Trois villes : Olinda, Rio de Janeiro, Salvador

Figure 5 Entrée Olinde

Olinde, (Géog.) ville de l’Amérique méridionale au Bresil, dans la capitanie de Fernambouc. Elle étoit située sur un côteau d’un agréable aspect ; & la riviere qui tombe dans le port, s’appelle Bibiribe. Les Hollandois s’en emparerent en 1630, & les Portugais n’ont pas réparé ses ruines. Longit. selon Cassini, 342. 21. 30. lat. 8. 18. Long. suivant Harris, 342. 31. 15. lat. 7. 48. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 449a).

D’Olinda – francisée en Olinde – le texte ne dit pas grand-chose, si ce n’est qu’après sa prise par les Hollandais elle n’a pas retrouvé son ancienne splendeur et de fait c’est Recife, située quelques à quelques kilomètres d’elle, développée par eux sous le nom de Mauritsstad qui est devenue la capitale du Pernambuco après sa reprise par les Portugais.

Figure 6 La prise de Recife par les Hollandais en 1630

http://wordpress1.brazil-travel.net/recife-dos-holandeses/

Figure 7 Entrée Saint Sébastien

Sébastien, saint, (Géog. mod.) Ville de l’Amérique méridionale, au Brésil, dans la capitainerie de Rio-Janéiro, sur la côte occidentale du golfe formé par cette riviere, dans une plaine entourée de montagnes. Corréa, célebre capitaine du xv. siecle, fonda cette ville, que son petit-fils augmenta & embellit dans le siecle suivant. Les Jésuites & les Bénédictins y ont des palais : c’est le siege d’un évêque suffragant de Saint-Salvador, & la résidence du gouverneur de la province. Le commerce consiste principalement en coton, & bois du Brésil. Latit. méridion. 23. 46. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 852b).

L’entrée « Saint Sébastien », est consacrée à Rio de Janeiro, dont le nom officiel est de fait São Sebastião do Rio de Janeiro. La ville est présentée comme fondée par « Corréa, célèbre capitaine », alors qu’on considère généralement qu’elle l’a été par Estácio de Sá, le 1er mars 1565, et surtout sans mentionner qu’en novembre 1555, Nicolas Durant de Villegaignon, accompagné de 600 colons avait débarqué dans la baie de Guanabara, fondé sur l’île qui porte encore son nom (figure 8) un établissement baptisé Fort-Coligny et projeté de créer sur la terre ferme Henryville, future capitale de la « France Antarctique ». Trop occupés à leurs querelles internes entre catholiques et protestants les colons négligèrent de renforcer leurs défenses et les Portugais n’eurent guère de mal à les déloger et à fonder leur propre colonie au même endroit.

Au moment de la rédaction de l’Encyclopédie Rio de Janeiro n’était encore que « résidence du gouverneur de la province » et son commerce consistait « principalement en coton et bois du Brésil ». Mais en 1763 elle devint la capitale de la colonie portugaise lorsque que le « caminho novo », le « nouveau chemin » en fit le débouché principal des convois de mules transportant jusqu’à son port, pour l’embarquer vers Lisbonne, l’or récemment découvert dans le Minas Gerais. Ce fit le point de départ de la croissance de la ville, alors encore très petite.

Figure 8 Extrait de la carte « Plan de la Baye de Rio de Janeiro »

Jacques Bellin (1703-1772) était cartographe au ministère de la Marine française. En 1764, il publia Le Petit Atlas Maritime, un ouvrage en cinq volumes contenant 581 cartes. Cette carte de 21 x 32 cm, extraite du deuxième volume de l’atlas, montre la baie de Rio de Janeiro, elle est conservée à la Bibliothèque nationale du Brésil, http://hdl.loc.gov/loc.wdl/brrjbn.187 )

Figure 9 Entrée San-Salvador

3°. San-Salvador, ville de l’Amérique méridionale, au Bresil, dont elle est la capitale. Elle est grande, bien bâtie, fort peuplée, très-commerçante, & située sur la baie de tous les Saints, Bahya de Todos los Santos ; son assiette n’est pas avantageuse, parce qu’elle est haute & basse, & qu’elle n’a presque point de rues qui soient droites.

Comme on ne peut s’y servir d’aucunes voitures, les esclaves y font la fonction de chevaux, & transportent d’un lieu à un autre, toutes les marchandises ; ils portent aussi les habitans sur une espece de lit de coton à réseau, suspendu par les deux bouts ; ce lit ou palanquin est couvert d’une impériale, d’où pendent des rideaux qui empêchent d’être vû, & qui garantissent du soleil. On est fort à son aise dans ce lit ; la tête repose sur un chevet, & le corps sur un petit matelas proprement piqué ; la chaleur violente du climat, & la molesse extrème des habitans, ont rendu ces hamacs très-communs, non-seulement pour faire les visites, mais aussi pour se rendre à l’église.

San-Salvador, est la résidence du viceroi du Bresil, le siege d’un archevêque, d’un conseil souverain, & d’une cour des monnoies.

Les maisons y sont hautes, & presque toutes de pierre de taille & de brique. Les églises sont riches, & les communautés nombreuses ; les jésuites seuls y sont au nombre de près de deux cens, & les plus riches de tous les religieux. Ils y possedent une église & un college magnifique, où ils entretiennent six régens pour enseigner.

L’actuelle ville de Salvador de Bahia n’apparaît dans l‘Encyclopédie qu’au troisième paragraphe d’une entrée « San-Salvador » un « nom commun à plusieurs lieux », après « 1°. San-Salvador, ville d’Afrique, sur la côte orientale de l’Ethiopie, capitale du Congo » et « 2°. San-Salvador, ville de l’Amérique, au gouvernement de Guatimala ».

C’est alors la capitale du Brésil et « la résidence du Vice-Roi du Brésil, le siège d’un archevêque, d’un conseil souverain et d’une cour des monnaies », « fort peuplée, très commerçante », dotée de nombreuses églises et communautés religieuses, dont les Jésuites sont les plus riches. Ce n’est pourtant pas ce qui retient d’abord l’attention du rédacteur, qui préfère décrire les palanquins dans lesquels les habitants (certains du moins) se font transporter par des esclaves.

Figure 10 Un propriétaire foncier rentre à son exploitation

https://voyager1.net/regresso-de-um-proprietario-de-jean-baptiste-debret/

Cette habitude est attribué au fait que la ville est partagée entre ville haute et ville basse, mais surtout à « la chaleur violente du climat » et à la « mollesse extrême » des Bahianais, une réputation – injustifiée ou très exagérée, comme tous les ethnotypes – qui dure jusqu’à nos jours. La même scène retint au siècle suivant l’attention de Jean-Baptiste Debret, un des membres de la mission artistique française qui vint au Brésil en 1816 et nous a laissé de nombreux témoignages de la vie quotidienne au Brésil (figure 10).

Figure 11 Entrée San-Salvador (suite)

San-Salvador, est un lieu de grand abord pour les marchandises qui s’y trafiquent, telles que sont les toiles, les baies, les serges, & les perpétuanes[6] ; les chapeaux, les bas de soie & de fil, les biscuits, les farines, le froment, les vins de port-à-port, &c. les huiles, le beurre, le fromage, les batteries de cuisine, les esclaves de Guinée, &c. Pour toutes ces choses, on y reçoit en retour de l’or, du sucre, du tabac, du bois de teinture de Brésil & autres ; des peaux, des huiles, des suifs, du baume de copahu[7], de l’ypécacuana[8], &c.

Cette ville si avantageuse pour les Portugais, est sur une hauteur de 80 toises, qui dépend de la côte orientale de la baie de tous les Saints. Cette hauteur est très-difficile à grimper, & on s’y sert d’une espece de gruë pour monter & descendre les marchandises du port à la ville.

 Revenant à des notations plus conformes au ton général du « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers », le rédacteur détaille ensuite les marchandises importées qui se vendent à Salvador : tissus, vêtements, denrées alimentaires, ainsi que les « esclaves de Guinée », mis sur le même plan que les autres articles. On les échanges contre des produits agricoles et de cueillette (dont le bois du Brésil), ou contre de l’or, qui ouvre la liste.

Ici encore le site de la ville crée des contraintes et impose l’usage de grues, ou du portage à dos d’homme ou d’animaux. Faible inconvénient en regard des avantages défensifs et de l’abri que le relief offre a la Baie de tous les Saints.

Figure 12 Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil, 1757

PRÉVOST, Antoine François, 1697-1763. Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil. – In: Histoire Générale des Voïages ou nouvelle collection de toutes les relations de Voiages par Mer et par Terre, qui ont été publiées jusqu’a present dans les differentes langues de toutes les Nations connues, Chez Didot, Libraire et Imprimeur, 1757.

San-Salvador est en général bien fortifiée, mais la garnison est aussi débauchée que mal disciplinée. Les autres habitans ne valent guere mieux ; ils sont voluptueux, ignorans, vains, & bigots. Ils marchent ordinairement un rosaire à la main, un chapelet au col, un S. Antoine sur l’estomac, un poignard sur le sein, un pistolet dans la poche, & une longue épée au côté, afin de ne pas perdre l’occasion en disant leurs chapelets, de se venger d’un ennemi. Lat. méridionale, 12. (D. J.) (Vol XIV [Reggi-SEM], 1765 p.582b).

Hélas le paragraphe final, en dehors de la demi-phrase initiale et de la notation finale de la latitude, retombe dans des jugements de valeur très négatifs sur la garnison, étendus ensuite aux « autres habitants » qui « ne valent guère mieux ». Ils sont « voluptueux, ignorants, vains et bigots », caractérisés par un mélange de religiosité et d’animosité, portant sur eux à la fois des objets de piété et des armes.

Le rédacteur qui signe de ses initiales D.J. partage manifestement les préjugés que bien des Européens du Nord avaient alors sur les Latins du Sud, on trouve à l’époque – et même plus tard – des tirades semblables sur les Siciliens, les Corses ou les Espagnols, tous englobés (au XIXe siècle) dans le terme méprisant « rastaquouères », soumis à l’influence de l’Église et portés sur la vendetta. Décidément, même dans une œuvre aussi remarquable que l’Encyclopédie, l’un des principaux symboles de l’époque des Lumières, les stéréotypes ont la vie dure.

[1] Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie

[2] Les Amérindiens (et leurs défenseurs) objectent à cette expression, soulignant que leurs ancêtres habitaient le continent bien avant l’arrivée des conquistadores.

[3] Pour reprendre l’appellation héritée de l’erreur initiale de Christophe Colomb, qui croyait avoir atteint les Indes

[4][4] Il semble en effet que Vicente Yañez Pinzón ait vu le 26 janvier 1500 un cap qu’il avait appelé Cap de Sainte-Marie de la Consolation. Mais la découverte du Brésil est généralement attribuée à Pedro Alvares Cabral qui était arrivé le 22 avril 1500 en vue d’une montagne à laquelle il donna le nom de Monte Pascoal. Il célébra le 26 avril 1500 une première messe célébrée sur l’île de la Coroa Vermelha, prit le 1er mai 1500 possession de la terre au nom du Roi et célébra une deuxième messe en présence des commandants de ses navires et de nombreux “Indiens”, scène que représente le tableau “Première messe au Brésil” de Victor Meireles.

[5] Variante désuète de miniature selon le Dictionnaire critique de la langue française, Jean Féraud, 1788

[6] Selon Jacques Savary des Bruslons, Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières, Volume 38, 1762, La sempiterne ou perpétuane est une «espèce d’étoffe de laine croisée, dont la qualité a rapport à celle d’une serge […] dont il se fait quantité en Flandres, & dont le débit le plus ordinaire est pour l’Espagne et l’Italie […] En Espagne on ne les appelle que sempiternes, à cause de leur longue durée»

[7] Réputé pour ses vertus apaisantes et réparatrices, le baume de Copahu, appelée aussi huile de Copaïba, est traditionnellement conseillé pour préparer des huiles de massage pour le confort articulaire

[8] L’Ipeca, Ipéca ou Ipécacuana (du portugais ipecacuanha, du tupi Ygpecaya). Sa racine de contient de l’émétine, un alcaloïde aux propriétés émétisantes (vomitives), il n’est plus guère utilisé comme tel mais l’est en homéopathie.

Varig, ascension et chute d’une grande compagnie aérienne brésilienne

La Varig a été la première compagnie aérienne brésilienne, fondée en 1927, et l’une des compagnies pionnières de l’aviation en Amérique du Sud. Non seulement elle a dominé le marché national pendant quarante ans, des années 1950 aux années 1990, mais elle conquis un monopole des vols internationaux sous pavillon brésiien et est devenue l’une des grandes compagnies mondiales, (avec des liaisons internationales vers l’Amérique et l’Europe, l’Afrique et l’Asie), et l’une des plus prestieuses, souvent comparée avec la Panam (Pan American World Airways).

La comparaison est d’autant plus valide que, comme elle, elle a aujourd’hui disparu. Alors qu’ en 2006 elle desservait encore 59 destinations, en 2007 ce qui restait d’elle après une faillite partielle a été vendue à la Gol, une compagnie low-cost brésilienne dont la concurrence avait largement contribué à sa chute. Sa trajectoire est donc ainsi représentative de l’évolution d’autres compagnies qui n’ont pas su ou pas pu s’adapter à l’évolution du marché mondial dans les années 2000.

Après avoir retracé son histoire décennie par décennie pourra donc tenter de déterminer les raisons de son ascension et de sa chute, qui s’observe bien dans la création,l’extension progressive et l’effondrement d’un réseau régional, national et international. Commençant modestement à l’échelle du sud du Brésil il s’est ensuite étendu à tout le pays puis, à partir de liaisons vers le Cône Sud, il a successivement atteint d’autres pays et continents, dessinant ainsi la carte géopolitique des parties du monde avec lesquelles le Brésil entretient le plus de relations.

L’épopée de la Varig

Les années 1920

La Varig a été fondée le 27 mai 1927, à Porto Alegre (Rio Grande do Sul, l’État le plus méridional du Brésil, frontalier de l’Uruguay et de l’Argentine) par Otto Ernst Meyer La Bastille (de père allemand et mère française). Né en 1897, ancien officier-pilote des Luftstreitkräfte (ancêtres de la Luftwaffe), il avait émigré au Brésil en 1921, été employé par une société allemande à Recife, avait tenté d’y créer une entreprise de transport aérien, puis plus tard à Rio de Janeiro, mais seulement trouvé le soutien nécessaire à Porto Alegre, auprès de personnalités germano-brésiliennes du Rio Grande do Sul. Grâce à leur appui, en 1926, il partit pour l’Allemagne à la recherche d’avions et de personnel expérimenté et y passa un accord avec la compagnie aérienne Condor Syndikat, à l’origine de la Lufthansa. Elle fournirait un avion et du personnel à la future compagnie brésilienne, en échange de 21% de son capital.

Le Condor Syndikat a été autorisé à voler au Brésil le 26 janvier 1927, le 3 février suivant le premier vol commercial a été effectué et le 7 mai la Viação Aérea Rio Grandense, ou plus simplement Varig (une abréviation qui est par la suite devenue son nom courant), a officiellement été créée.

Le premier avion de la compagnie a été un hydravion Dornier Wal, baptisé « l’Atlantique », qui pouvait transporter neuf passagers. À la fin de 1927, la Varig avait transporté un total de 668 passagers et reçu son deuxième avion, le Dornier Merkur, baptisé « Gaúcho ». La compagnie a ensuite également acheté deux Klemm L-25, mais ces avions avaient seulement deux sièges et étaient utilisés pour transporter le courrier et faire de la publicité pour l’aviation commerciale dans les villes de l’intérieur du Rio Grande do Sul.

Figure 1 Les premiers avions

Dornier Wal « Atlântico »; le premier avion Varig. Les passagers embarquaient d’abord dans un bateau qui les amenait jusqu à l’avion. En bas à droite le Dornier Wal « Atlântico » / « Gaúcho », le deuxième avion de la Varig, http://www.varig-airlines.com/pt/20.htm

La première ligne, connue sous le nom de « Linha da Lagoa » (« Ligne de la lagune ») reliait Porto Alegre, Rio Grande et Pelotas. Le vol durait un peu plus de deux heures, il était effectué à basse altitude, entre 20 et 50 mètres, sur la Lagoa dos Patos (« lagune des canards »), à une vitesse de croisière de 160 km/h.

Figure 2 La première ligne sur la « lagune des canards »

Source : Google maps

Les annés 1930

En 1930, le Condor Syndikat quitta la société et la Varig dut rendre l’Atlantique et le Gaucho. Sans avion pour transporter des passagers, elle demanda l’aide du gouvernement du Rio Grande do Sul. La compagnie obtint ainsi un terrain pour construire un hangar et put acquérir de nouveaux avion, elle fit de nouveau appel à l’industrie allemande en achetant des Junkers. Ceux-ci étaient cette fois dotés d’un train d’atterrissage, l’âge des hydravions était passée et l’aviation brésilienne entrée dans l’ère des monomoteurs se posant sur la terre ferme. À cette fin, la Varig construisit des pistes d’atterrissage et de décollage dans les villes de l’intérieur du Rio Grande do Sul, Livramento, Santana do Livramento, Santa Cruz et Cruz Alta.

Figure 3 Premières dessertes du Rio Grande do Sul

Affiches publicitaires dans la Varig dans les années 1920. On y remarque les couleurs (similaires) du drapeau allemand, noir-rouge-jaune, et du Rio Grande do Sul, vert-rouge-jaune. Premiers avions terrestres et premiers aéroports, http://www.varig-airlines.com/pt/marketing.htm et http://www.varig-airlines.com/pt/20.htm

En commençant à fréquenter les villes de l’intérieur, où ils étaient les premiers à poser des avions, les pilotes de la Varig ont créé une façon inhabituelle de s’orienter. Pour voir s’ils étaient sur la bonne voie, ils regardaient si les animaux étaient effrayés par le bruit du moteur de l’avion : s’ils avaient peur, c’était signe qu’ils n’étaient pas habitués au bruit et qu’ils étaient sur la mauvaise route. Si les animaux étaient indifférents, ils étaient sur la bonne voie…

Le joyau de la flotte de l’époque est arrivé en 1937, le Junkers JU52, capable de transporter 17 passagers, il n’était mis en ligne que lorsqu’il y avait suffisamment de passagers..

Figure 4 Les Junkers et la base de Porto Alegre

Junkers F-13 / Aeroporto de São João – Porto Alegre, http://www.varig-airlines.com/pt/30.htm

Les années 1940

Jusqu’alors, la majeure partie de la flotte de la Varig était composée d’avions allemands mais avec la Seconde Guerre mondiale il devint de plus en plus difficile d’obtenir des pièces, ce qui obligea à renouveler la flotte. Le premier nouvel avion acheté était fut un DH89 Dragon Rapide de la firme britannique De Havilland et avec lui la Varig a ouvert sa première ligne internationale, entre Porto Alegre et Montevideo, le 5 août 1942.

Outre le renouvellement de la flotte, l’entrée du Brésil dans la guerre eut une autre conséquence, elle obligea Otto Meyer à quitter la compagnie pour la protéger, car il était d’origine allemande et donc suspect de connivence avec l’ennemi. Il fut remplacé par Rubem Martin Berta, le premier employé de la Varig, qu’il avait lui-même embauché, et qui devint président en décembre 1941. Le rêve de Berta était de voir la Varig faire le tour du monde, mais sa plus audacieuse et innovatrice contribution à la société a été la création de la Fondation des Employés de la Varig (qui a été rebaptisée par la suite Foudation Rubem Berta) : tous les employés de la société appartenaient à la fondation, qui posséderait désormais 50% de la société.

À partir de 1946, Varig a connu la plus grande expansion de toute son histoire: avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, les avions se vendaient à très bas prix sur le marché et cela lui permit de se développer rapidement, elle a ainsi acquis une grande quantité de Curtiss C-46 et surtout de Douglas DC-3/C-47, un avion robuste et polyvalent, capable de se poser sur de courtes pistes de terre, qui resta en service plusieurs décennies dans tout le pays.

Figure 5 Le DC-3, l’avion à tout faire

Douglas DC-3 / Intérieur du DC-3, http://www.varig-airlines.com/pt/40.htm

Figure 6 Le DC-3 retrouve sa splendeur

L’exposition « Varig Experience » a mis en valeur un Douglas DC-3 restauré. L’avion de 1936 est considéré comme l’un des premiers avions DC-3 fabriqués dans le monde et faisait partie de la flotte de la Varig, http://boulevardsc.com.br/lacador/visitas-a-bordo-do-dc-3-da-varig/

Les DC-3 opéraient sur pratiquement toutes les lignes et ont été responsables de l’expansion du réseau au-delà de l’État de Rio Grande do Sul. Le 27 août 1946 fut inaugurée la ligne Porto Alegre – São Paulo – Rio de Janeiro et dans les années 1940 la Varig a également ouvert des lignes vers les villes de l’intérieur du Santa Catarina et du Paraná, en plus des capitales Florianópolis et Curitiba.

Figure 7 Le réseau s’étend grâce au DC-3

http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm

Les années 1950

Les années 50 ont connu une nouvelle série d’expansions du réseau de la Varig :

  • En 1952, elle achète Aero Gal, ce qui lui permet d’étendre ses lignes vers le Nordeste, desservant désormais Vitória, Salvador, Maceió, Recife, João Pessoa et Natal.
  • En 1953, la ligne vers Montevideo a été étendue à Buenos Aires, deuxième destination internationale. Le trajet Rio de Janeiro – São Paulo – Porto Alegre – Montevideo – Buenos Aires, parcouru trois fois par semaine, durait environ sept heures.
  • En 1953, elle opère une restructuration complète après avoir reçu l’autorisation du gouvernement d’opérer des vols vers les États-Unis. Pour ce faire, elle commande des avions Convair 240 et le quadrimoteur Lockheed Super Constellation (le Convair 240 était l’avion le plus rapide de l’époque et servait à alimenter les vols internationaux, réalisés par les Constellations).
  • En 1955, les premiers Constellation arrivent, et avec eux, Varig a inauguré sa route la plus longue, reliant Porto Alegre à New York avec des escales à São Paulo, Rio de Janeiro, Belém et Santo Domingo.

Figure 8 Le Constellation

http://www.varig-airlines.com/pt/50.htm

Pour affronter la concurrence des compagnies américaines sur cette ligne de prestige, la Varig crée alors un service de bord de haute qualité et devient une icône du luxe, à une époque où l’aviation était encore un moyen de transport réservé à des clients à revenus élevés.

Figure 9 Service de bord dans le Constellation

http://www.varig-airlines.com/pt/colecoes.htm et http://www.varig-airlines.com/pt/50.htm

  • Pour conserver sa position de pionnier et devancer ses concurrents, Varig a ensuite commandé ses premiers Boeing 707 (en septembre 1957) et Caravelle de Sud Aviation (en octobre).
  • En 1959, les premiers jets commerciaux de l’histoire de l’aviation brésilienne sont mis en service par la Varig. Les Caravelle ont d’abord été utilisées sur la ligne Rio de Janeiro – New York, réduisant la durée du vol de 25 à 14 heures et la Varig a ainsi été la première compagnie à poser un « jet pur » (ou turbo-jet, par opposition au moteur turbo-hélice.) à l’aéroport de JFK de New York.
  • En 1960, Varig reçoit le Boeing 707, qui reprend la ligne vers New York.

Figure 10 L’arrivée de la Caravelle

http://www.varig-airlines.com/pt/marketing.htm et http://www.varig-airlines.com/pt/caravelle.htm

Avec ces liaisons vers le Cône Sud et les États-Unis la Varig amorce la constitution d’un réseau mondial dont une série de cartes[1], une par décennie, permet de reconstituer l’évolution, des années 1950 aux années 2000.

Figure 11 Villes desservies dans les années 1950

Source des données: http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm, ©Hervé Théry 2018

Les années 1960

  • Le 22 juin 1960 se pose à l’aéroport du Galeão, à Rio de Janeiro, le premier vol venant de New York réalisé avec le Boeing 707-441, et la Varig est la première compagnie à offrir des vols sans escale entre Rio de Janeiro et New. York.
  • En 1961, Varig achète la Real Aerovias, qui était la plus grande entreprise brésilienne sur le marché intérieur et qui connaissait des difficultés financières. En incorporant cette compagnie, elle double pratiquement sa flotte et dessert plus de 90 villes au Brésil. Les liaisons internationales vers Lima, Bogotá, Caracas, Mexico, Miami et Los Angeles sont ajoutées à celles de la Varig.

Le réseau international est alors centré sur Rio de Janeiro, qui a alors une image de glamour et de modernité, dont témoignent la vogue internationale de la bossa nova[2] ou des films comme Orfeu Negro (de Marcel Camus, Palme d’Or à Cannes en 1959) ou l’Homme de Rio ( 1964, de Philippe de Broca et avec Jean-Paul Belmondo et Françoise d’Orléac).

Figure 12 L’appel de Rio de Janeiro

https://br.pinterest.com/felipecrdpaula/v-a-r-i-g, http://www.flybrother.net/magazine/vintage-travel-posters-vtp-rio/, http://culturaaeronautica.blogspot.com.br/2013/01/os-electras-da-ponte-aerea-rio-sao-paulo.html

En 1965, la Panair do Brasil est dissoute par le gouvernement brésilien. Varig devient alors leader incontesté sur le marché international en héritant de ses lignes vers l’Europe et le Moyen-Orient : Lisbonne, Madrid, Rome, Paris, Francfort, Londres et Beyrouth, se consolidant du même coup comme la plus grande compagnie aérienne d’Amérique latine

À cette époque, le Brésil venait de passer, après le coup d’État de 1964, sous un régime militaire qui durerait vingt ans (1964-1985). La Panair do Brasil était jusqu’alors une des principales compagnies aériennes brésiliennes, mais l’un des principaux actionnaires, Mário Wallace Simonsen, était un ami des deux derniers présidents civils, Juscelino Kubitscheck et João Goulart, et donc la Panair était considérée comme un ennemi du gouvernement. Le 10 février 1965, le président de Panair reçut un télégramme l’informant que les opérations de sa compagnie étaient suspendues. Cinq jours plus tard, la faillite de l’entreprise était décrétée, les lignes nationales transférées à la Cruzeiro et les lignes internationales à la Varig. La nuit même de la fermeture de la Panair, les Boeing 707 de la Varig étaient déjà prêts à décoller et à reprendre toutes ses lignes, sans aucun retard et avec tous ses passagers. Il était clair que la fermeture de la Panair avait été planifiée des mois à l’avance…

La conquête du monde se poursuit quand la Varig ouvre, en 1968, la ligne vers Tokyo. Cependant, même si elle a désormais le monopole sur les lignes internationales, sur les lignes nationales elle a été dépassée par la VASP et la Transbrasil.

Figure 13 Agence de la Varig à Paris, New York et Los Angeles

http://www.varig-airlines.com/pt/marketing.htm

Figure 14 Villes desservies dans les années 1960

Source des données: http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm, ©Hervé Théry 2018

Les années 1970

La décennie de 1970 a été marquée par la reconnaissance internationale et la poursuite de l’expansion. À cette époque, la Varig était l’une des entreprises les plus connues au monde, réputée pour la qualité de son service à bord, et elle concurrençait directement des sociétés de renom telles que Lufthansa, Air France et Pan American. En 1979, elle a ainsi remporté le prix du meilleur service à bord, décerné par le magazine américain Air Transport World.

Le principal développement technique a été la présence accrue d’avions à réaction sur les routes nationales et l’arrivée d’avions gros-porteurs (wide body, à deux couloirs au lieu d’un seul), comme le Douglas DC-10-30, utilisé par Varig à partir de 1974 sur la ligne Rio de Janeiro – New York et sur ses principales lignes intérieures (Belém, Brasília, Manaus, Porto Alegre, Rio de Janeiro, Salvador et São Paulo).

Figure 15 L’arrivée du DC-10

http://culturaaeronautica.blogspot.com.br/2011/01/os-mcdonnell-douglas-dc-10-da-varig.html

La décoration intérieure suivait la mode de l’époque, avec une prédominance de tons orange et jaunes, et un nouvel uniforme avait été lancé pour les hôtesses, lui aussi bien conforme à la mode de l’époque

Figure 16 Première classe du DC-10

Première classe du Douglas DC-10-30 et nouveaux uniformes pour les hôtesses, http://www.varig-airlines.com/pt/colecoes.htm et http://www.varig-airlines.com/pt/70.htm

La décennie a également été marquée par l’expansion des vols vers l’Amérique du Sud, avec l’achat de Cruzeiro do Sul en 1975. En ce qui concerne les routes internationales à longue distance, la Varig est arrivée en Afrique en 1970 avec l’inauguration de la ligne Rio de Janeiro – Luanda – Johannesburg. À la fin des années 1970, Varig était la plus grande société privée au monde en dehors des États-Unis, la huitième plus grande entreprise de fret au monde, la 14e en kilomètres de lignes et la 22e en passagers-kilomètres.

La généralisation de l’emploi des avions à réaction sur les routes intérieures a permis de voyager beaucoup plus vite, réduisant de moitié les temps de vol moyens. Cependant, de nombreuses villes régionales n’étaient plus desservies par des vols réguliers, car leur volume de trafic ne justifiait pas l’usage de ces nouveaux avions. Confronté à cette situation, le gouvernement brésilien créa en 1976 le SITAR (Système régional de transport aérien), qui a divisé le Brésil en cinq régions, attribuées à de nouvelles compagnies régionales créées pour fonctionner dans chacune d’entre elles. La Varig a alors fondé, avec deux compagnies de taxi aérien, une entreprise régionale, la Rio Sul. Cell-ci a repris ses routes régionales dans le sud du pays, puis commencé à exploiter d’autres lignes régionales dans les États du Sudeste, Rio de Janeiro, São Paulo et Espírito Santo.

Figure 17 Villes desservies dans les années 1970

Source des données: http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm, ©Hervé Théry 2018

Les années 1980

En 1981, Varig a reçu ses premiers Boeing 747-200 (dits Jumbojets, à deux étages), employés sur les lignes vers New York, Francfort, Paris, Londres et Rome. En raison de l’expansion de la Varig et de l’arrivée d’autres sociétés étrangères, l’aéroport du Galeão, à Rio de Janeiro, alors le principal aéroport international brésilien, fonctionnait alors au-delà de sa limite opérationnelle.

En prévision de cette saturation, le gouvernement avait lancé la construction d’un aéroport international à São Paulo, la plus grande ville et principal centre économique du pays, où le petit aéroport de Congonhas n’avait pas la capacité suffisante pour accueillir des vols long-courriers. L’aéroport international de São Paulo-Guarulhos une fois inauguré, en janvier 1985, de nombreuses entreprises brésiliennes et étrangères ont alors transféré une grande partie de leurs opérations du Galeão à Guarulhos.

Figure 18 L’arrivée du Boeing 747

L’arrivée des premiers Boeing 747, http://www.varig-airlines.com/pt/80.htm

Figure 19 Un Boeing 747 survole Rio de Janeiro

Deux icônes en une, le 747 Jumbojet et le Pain de Sucre, à l’entrée de la baie de Rio, http://www.varig-airlines.com/pt/imagens.htm

Figure 20 Villes desservies dans les années 1980

Source des données: http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm, ©Hervé Théry 2018

Les années 1990

Cette décennie a été à la fois celle de l’apogée de la Varig et du début de ses difficultés

  • En 1991, elle reçoit son premier Boeing 747-400, affectés aux lignes vers New York, Paris, Rome et inaugure la route de Rio de Janeiro à Hong Kong avec escales à Sao Paulo, Johannesburg et Bangkok.
  • En 1993, Varig elle renforce sa présence aux États-Unis avec des vols vers Orlando, Washington, Atlanta et Chicago.
  • En 1995, le groupe Varig grandit encore avec l’acquisition de 49% de la compagnie aérienne uruguayenne Pluna et celle de la Nordeste par Rio Sul.
  • En 1997, année de son 70e anniversaire, elle franchit une autre étape importante de son histoire en rejoignant la Star Alliance, un réseau mondial de compagnies aériennes offrant plus de 10 000 vols quotidiens vers 124 pays.

Figure 21 Carte du réseau à son apogée

http://construcaocriativa.blogspot.com.br/2015/02/50-anos-do-fim-da-panair-o-papel-do.html

Toutefois, dans les mêmes années, de sérieuses difficultés ont commencé à apparaître dans le ciel sans nuages où la Varig évoluait jusque-là.

À la fin des années 1980, les militaires ont rejoint leurs casernes et le Brésil est redevenu un pays démocratique, adoptant en 1988 une nouvelle Constitution. Entre autres changements survenus dans ce nouveau contexte le marché brésilien de l’aviation commerciale a été déréglementé en mars 1990, les compagnies aériennes pouvant désormais rivaliser entre elles et fixer librement leurs tarifs. La Varig a alors perdu son monopole sur les routes internationales et a dû entrer en compétition non seulement avec la Vasp et de la Transbrasil, mais aussi avec plusieurs compagnies étrangères, qui ont été autorisées à voler vers le Brésil. Après des années de monopole, elle a dû subir de fortes concurrences : rien que sur la route Brésil-États-Unis, où elle était seule avec Pan Am, sont arrivés cinq autres sociétés, dont Delta, Vasp et American Airlines. Et elle a également commencé à sentir de plus en plus, sur le marché national, la pression de la Tam, issue d’une modeste entreprise de taxis aériens (Tam signifiant originellement Taxis aériens de Marília), qui a grandi vertigineusement dans cette décennie.

Par ailleurs, ce qui s’était passé aux États-Unis et en Europe depuis quelque temps a commençé à se produire aussi au Brésil. Les compagnies «low cost, low fare» ont connu une croissance exponentielle, changeant profondément le marché mondial de l’aviation. La Varig, comme toutes les compagnies aériennes établies, a vu la concurrence augmenter, les prix baisser et les taux d’occupation de ses avions diminuer. Comme elles, elle a dû s’adapter à cette nouvelle réalité et réduire ses coûts, bien loin de l’image de luxe qu’elle cultivait naguère. Le confort des sièges a dû être réduit, la distance entre les rangs diminuée, les repas simplifiés. Elle a commencé à subir des pertes et été forcée à restructurer sa flotte, en 1994 elle a rendu tous les Boeing 747-400 reçus à peine trois ans plus tôt, retiré de ses lignes tous les Boeing 747-300, Boeing 727-100, Boeing 737-200 et accéléré la retraite du DC-10-30.

Mais les problèmes ne s’arrêtaient pas là, les plans du gouvernement lancés pour tenter de contrôler l’inflation ont fait du tort aux entreprises brésiliennes, dont la Varig, ses tarifs ont été gelés, causant encore plus de pertes. La Fondation Ruben Berta (celle des employés, qui possédait déjà plus de 80% de la société), a commencé à percevoir que la situation n’était pas bonne et a commencé à intervenir de plus en plus au jour le jour dans la gestion. En 1995, elle a licencié, pour la première fois, le président de Varig et entre 2002 et 2005 la Varig a eu neuf présidents, démis l’un après l’autre par la Fondation;

Figure 22 Villes desservies dans les années 1990

Source des données: http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm, ©Hervé Théry 2018

Les années 2000

Au début du nouveau millénaire la Varig a encore connu quelques succès. En octobre 2000, elle a créé la Variglog, la plus grande compagnie de fret aérien d’Amérique latine, avec une flotte de onze avions-cargos. En 2001, sa branche VEM (Varig Engenharia e Manutenção, ingénierie et maintenance) est devenue une entreprise distincte et a été classée parmi les dix meilleurs centres de maintenance au monde. Elle est également devenue la première société d’Amérique latine à opérer en Chine, en association avec Air China elle a commencé à vendre des billets sur la ligne São Paulo – Munich – Pékin.

Cependant l’année 2001 a surtout été marquée par une crise profonde dans le secteur aérien, qui a touché toutes les entreprises du secteur, après les attentats du 11 septembre 2001, l’aviation commerciale a été frappée par une crise aux répercussions mondiales.

Figure 23 Villes desservies dans les années 2000

Source des données: http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm, ©Hervé Théry 2018

La situation de la Varig est alors devenue critique :

  • Ses comptes étaient alors déjà dans le rouge et elle a de plus perdu beaucoup de parts sur le marché intérieur en raison de la croissance de la Tam (rebaptisée LATAM) et de la Gol (lancée et developpée par les propriétaires d’une compagnie de bus), qui avaient adopté le modèle low cost et offraient des billets à bas prix.
  • Dans les années 2003 et 2004 elle a subi une restructuration, qui a abouti à la fusion avec ses filiales régionales Rio Sul et Nordeste (ce qui a porté sa flotte a plus de 120 avions).
  • En 2005 elle a dû déposer une demande de redressement judiciaire, en application de la loi promulguée un an plus tôt, dont elle a ainsi été la première application majeure. Le juge avait alors approuvé un plan qui divisait la Varig en deux sociétés : la VRG Linhas Aéreas (plus connue comme « nouvelle Varig ») qui gardait les parties partie économiquement saines de l’entreprise, la marque et les opérations (et qui a continué à fonctionner sous licence Varig jusqu’à ce qu’elle obtienne sa propre licence d’exploitation), et la « vieille Varig », qui gardait essentiellement les dette, un passif estimé à l’époque à 7,9 milliards de Reais (à l’époque à parité avec le Dollar).
  • En 2006, les licenciements ont commencé, totalisant plus de 5 000 suppressions d’emplois en une seule journée. Des dizaines d’avions ont été retenus dans les hangars de l’aéroport du Galeão, sans pouvoir voler. En août elle a opéré son dernier vol international, mais étant interdite de vol à Lisbonne, Paris, Madrid, Londres, Rome, Zurich et Beyrouth, le seul endroit où ses avions pouvaient encore se poser était Francfort et le 14 décembre elle a effectué.son dernier vol international.

La « nouvelle Varig » a continué ses opérations sur les lignes intérieures, avec seulement deux avions, tous les autres étant techniquement ou légalement immobilisés. Quelques mois plus tard, la situation de trésorerie s’étant encore détériorée, il a fallu se résoudre à vendre la compagnie.

Elle a donc été d’abord cédée à la Volo do Brasil, un groupe associant des hommes d’affaires brésiliens et le fonds américain Matlin Patterson, le même qui avait auparavant acheté sa filiale de fret, Variglog. Toutefois, les partenaires n’étaient pas d’accord entre eux, les fournisseurs voulant des paiements rapides et les gestionnaires manquant d’argent pour relancer l’entreprise. Si bien qu’ils ont finalement décidé de revendre la Varig, à vil prix (320 millions de dollars), pour en finir eu plus vite. Et, de ce fait, ils ont préféré l’offre de la Gol à celle de la Tam, pourtant plus élevée.

  • En 2007, la VRG Linhas Aéreas a donc été rachetée par la Gol, qui, en novembre, l’a incorporée sa raison sociale à la sienne.
  • En 2009, il a été mis fin au redressement judiciaire de la Varig, dont le dernier vol commercial a eu lieu en novembre 2009
  • En 2010, le pouvoir judiciaire du Brésil a décrété sa faillite.
  • La marque Varig a pu encore être vue jusqu’en avril 2014, lorsque les derniers avions ont été repeints aux couleurs de Gol.

Figure 24 Les derniers avions sous les couleurs de la Varig

©Hervé Théry 2011

Causes de la chute et bilan final

Beaucoup croyaient qu’il était impossible que la Varig fasse faillite. Comment une compagnie aérienne qui était une source de fierté pour le pays, parmi les plus grandes et les meilleures dans le monde, connue et respectée dans le monde entier pourrait-elle faire faillite ? Elle n’a pourtant pas été la seule à connaître cette triste fin, plusieurs compagnies aériennes traditionnelles, comme Pan Am, Eastern et la SwissAir ont eu la même, pour la même raison : elles n’ont pas su s’adapter à la nouvelle réalité du marché. Et la liste serait plus longue si les compagnies aériennes européennes n’avaient pas été détenues par leurs États respectifs, des compagnies comme Air France, KLM, Tap, Alitalia et bien d’autres auraient pu faire faillite sans l’aide de leurs gouvernements.

Car, comme l’épisode de la Panair l’avait déjà clairement fait comprendre, l’appui du gouvernement était essentiel à la survie et à la croissance de la compagnie. À sa grande époque tout dépendait de l’approbation du gouvernement et il était plus facile pour la Varig d’importer de nouveaux avions et d’élargir ses itinéraires, alors que d’autres entreprises, comme la Vasp et la Transbrasil, devaient se battre pour renouveler leur flotte, leurs commande ayant à plusieurs reprises été bloquées par le gouvernement.

Par ailleurs, la Fondation Ruben Berta, qui contrôlait la majeure partie du capital, était totalement opposée au licenciement des employés, ne voulant pas voir que si la compagnie rétrécissait elle ne pouvait pas maintenir le même niveau d’emploi : en 2006, la Varig n’avait plus que 60 avions (alors que la Tam en avait plus de 80), mais deux fois plus d’employés que sa concurrente. La Fondation bloquant toute mesure capable de sauver l’entreprise, le destin de Varig était scellé …

Le rachat de la Varig a été une étape audacieuse pour la Gol, qui n’est entrée sur le marché brésilien qu’en 2001. À l’époque elle avait l’intention d’utiliser les deux marques et de continuer les vols internationaux sous le nom de la Varig, en achetant des Boeing 767 d’occasion. Mais cet avion déjà un peu ancien consommait beaucoup de carburant et n’a pas été bien accepté par le marché. Le patron de la Gol, Constantino de Oliveira Junior, a lui-même a admis l’année suivante que la compagnie avait eu tort de le choisir, les vols vers l’Europe et l’Amérique du Nord ont été annulés en 2008 et Varig n’a maintenu son activité qu’en Amérique du Sud.

Dans les années qui ont suivi, le marché brésilien a beaucoup progressé grâce à la démocratisation du transport aérien, mais au lieu d’offrir du luxe, le but était désormais de gagner en efficacité et de faciliter la vente de billets à bas prix. Dans ce contexte, la Gol n’avait plus de place pour la prestigieuse marque Varig et son haut niveau de service.

Malgré les pertes financières qu’elle a causées, la Varig a malgré tout laissé son héritage à la Gol. Elle a obtenu des créneaux horaires dans les principaux aéroports du pays, ainsi que Smiles, le programme de fidélité de la Varig, créé en 1994. Au moment où l’affaire a été conclue, Smiles avait 5 millions de clients enregistrés et était considéré comme un passif mais c’est aujourd’hui une entreprise indépendante, qui a ouvert son capital en 2012 et qui vaut quatre fois plus que la Gol : elle a clôturé 2016 avec 12 millions de clients et une valeur de marché de 7,5 milliards de Reais (plus de deux milliards d’Euros). C’est le plus gros acheteur de billets d’avion de Gol, qui en possède 53,8%.

Outre les créneaux horaires et Smiles la Gol a aussi acquis un vrai capital humain, elle a intégré bon nombre de « varigiens » et ainsi renforcé ses équipes à une époque où l’aviation brésilienne se développait rapidement et où il le Brésil manquait de professionnels qualifiés. Pour Rodrigo Sales, le coordinateur des alliances chez Gol, « l’esprit pionnier, le souci du service et la fierté de montrer au monde que le Brésil peut avoir des produits de haute qualité, cet héritage de la Varig a été bien exploité par des entreprises plus jeunes ». Certaines d’entre elles hors du Brésil en ont d’ailleurs également bénéficié, comme Emirates et Qatar Airways où de nombreux ex-varigiens ont continué leur carrière après la fin de l’entreprise.

Plus triste a été la situation des retraités qui avaient investi dans la caisse de retraite de l’entreprise, Aerus (créée en 1982 par Varig, Cruzeiro et Transbrasil) et qui attendent toujours une fixation définitive des versements auxquels ils ont droit. La liquidation extrajudiciaire d’Aerus a été décrétée en 2006 et jusqu’en 2014 les retraités n’avaient reçu que 8% des montants auxquels qui leur étaient dus. Mais après que la Cour suprême fédérale brésilienne (STF) ait confirmé, en 2014, le résultat du procès que la Varig avait intenté contre le gouvernement fédéral, en 1993, ces travailleurs (qui sont un peu plus de dix mille) ont obtenu une décision conservatoire qui a forcé le gouvernement fédéral à anticiper ses versements pour ne pas avoir bien supervisé le fonctionnement du fonds. Depuis 2015, ils bénéficient pleinement de leurs retraites, mais ils attendent toujours le jugement du recours introduit par le gouvernement fédéral.

Bilans

Revoyant en perspective l’histoire de la Varig on y discerne, avec le recul du temps, plusieurs traits originaux:

  • Sa naissance doit beaucoup à la convergence du projet de Otto Ernst Meyer (ancien officier de l’armée de l’air allemande), qui voulait créer une compagnie aérienne au Brésil, avc les intérêts de l’Allemagne, qui souhaitait vendre des avions après la Première Guerre mondiale.
  • La montée en puissance de la Varig a été bien soutenue par le gouvernement de l’État du Rio Grande do Sul et par le gouvernement fédéral, à différentes occasions. Au cours des quatre premières années de sa vie elle a bénéficié de deux apports en capital du gouvernement de l’État et a élargi sa flotte grâce aux avions utilisés au cours de la révolution de 1930. Dans les années 1950, le gouvernement fédéral, qui avait refusé d’accorder des routes vers les États-Unis à la Cruzeiro Sud, en a attribué à la Varig. Et comme on l’a vu plus haut 1965 il a révoqué, en 1965, le permis d’exploitation d’un autre concurrent, la PanAir, et accordé ses lignes internationales à la Varig.
  • La Varig a toujours été une pionnière. Selon Gianfranco Beting, un des auteurs du livre « Varig, a eterna pioneira » (« Varig, éternelle pionnière »), « L’importance de la Varig transcende l’industrie de l’aviation. Elle était une ambassadrice pour le Brésil. Elle a été un chef de file dans l’industrie du transport aérien pendant 40 ans, jusqu’en 2001, quand elle a été dépassée par la TAM ».
  • La Varig a tenté de réagir, elle a changé son mode de gestion au milieu des années 1990 et a obtenu des résultats positifs, atteignant son maximum en nombre d’heures de vol en 1997. Mais cela n’a pas suffi pour la sauver. Comme le note Beting, « La Varig n’a pas été capable de s’adapter à un environnement compétitif. Et son administration a été arrogante quand elle n’a pas compris qu’il fallait des changements sévères pour survivre ».

On finira sur un bilan en images. En 80 ans, de 1927 à 2007 (ou au moins en 70 ans, jusqu’à son pic d’heures de vol), la Varig a su s’adapter aux changements du monde de l’aviation – et du monde tout court – comme le montre l’évolution de sa flotte d’avions, de ses logos successifs et surtout de son réseau de lignes aériennes;

Le choix initial d’hydravions était dicté par le choix des premières lignes sur la « lagune des canards », mais très vite la Varig est passée aux avions à train d’atterrissage. Elle a d’abord – c’était dans son ADN – préféré les constructeurs allemands mais a su – sous pression géopolitique – les remplacer ensuite par des constructeurs britanniques et – principalement – américains. Et elle a su saisir les occasions et les les nouveautés techniques intégré en successivement à sa flotte les surplus de la seconde Guerre mondiale, de la Révolution de 1930, les premiers jets et les premiers avions gros porteurs. La première des deux figures ci-dessous rappelle quatre avions emblématiques de changements décisifs dans son histoire, et l’autre, une image de marketing du temps de sa splendeur, rassemble en un improbable vol en formation serrée la plupart des modèles qui ont formé sa flotte des origines à la chute finale.

Figure 25 Quatre avions emblématiques

Dragon Rapide Havilland, exposé au Museu Aeroespacial / Douglas DC-3 exposé à Rio de Janeiro / Boeing 707 en opération à Zurich / Premier Boeing 747 à Orly, Lgtrapp Wikipedia, http://www.airlinefan.com/airline-photos/5812368/Varig/Douglas/DC-3/PP-VBF/, http://www.airliners.net/photo/Varig/Boeing-707-320C/0221162/L/, MilborneOne Wikipedia.

Figure 26 L’évolution de la flotte

http://www.varig-airlines.com/pt/marketing9000.htm

Les logos successifs de la Varig racontent aussi son histoire, de la représentation presque abstraite d’un Biguá, oiseau aquatique palmipède de la “lagune des canards” de ses débuts (il fut utilisé de 1927 à 1930) à l’universelle rose des vents (1961-2006) en passant par l’image d’Icare (1930-1961, mais utilisé à l’avant des avions jusqu’en 1996). En l’occurrence le choix de celle-ci a été bien prophétique puisqu’on rappellera que ce héros mythique symbolise l’audace des hommes qui ont voulu voler comme les oiseaux, mais qu’il a fini, après avoir pris un envol spectaculaire, par se brûler les ailes en volant trop près du soleil…

Figure 27 Les logos successifs

http://www.varig-airlines.com/pt/logos.htm

Une façon plus géographique et géopolitique de faire le bilan des 80 ans d’existence de la Varig peut être d’ observer l’évolution du réseau des villes desservies et des lignes les reliant au Brésil, qui s’étend progressivement du Rio Grande do Sul au monde entier

Figure 28 Le monde de laVarig

http://www.varig-airlines.com/pt/colecoes.htm

L’évolution du réseau des lignes de la Varig dessine progressivement, outre la capacité des avions à faire des étapes de plus en plus longues, la carte des relations économiques et géopolitiques du Brésil. D’abord les plus proches voisins du Cône Sud, puis dès que possible les États-Unis, l’Europe est les voisins sud-américains. Et finalement l’Asie et l’Afrique, qui ont aussi été les premières destinations abandonnées – à part le Japon – lors de la crise finale.

Figure 29 L’évolution du réseau de la Varig

Source des données: http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm, ©Hervé Théry 2018

De ce réseau mondial bâti par la Varig une partie seulement a été reprise par ses héritières et concurrentes. Elle-même, dans ses dernières années, se limitait à l’Amérique du Sud, la Tam (aujourd’hui Latam) et la Gol aux États-Unis et à l’Europe. Sauf pour de très grosses compagnies l’ère des réseaux mondiaux est passée, il se dessinent désormais dans le cadre des alliances, Star Alliance, Sky Team et One World

Figure 30 La reprise – partielle – de l´héritage

Source des données: http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm, ©Hervé Théry 2018

Sources

10 anos da venda da Varig à Gol, http://especiais.g1.globo.com/economia/2017/10-anos-da-venda-da-varig-a-gol/

Beting, Gianfranco e Joelmir, Varig – Eterna Pioneira, Coedição da Beting Books e da EDIPUC-RS, 2009.

História da Varig, http://www.varig-airlines.com/pt/70.htm

História, https://pt.wikipedia.org/wiki/Varig

Images http://www.varig-airlines.com/pt/colecoes.htm

Lignes http://www.aviacaocomercial.net/rotasvarig.htm

Nova Varig, https://pt.wikipedia.org/wiki/Varig_(2006)

Pereira, A.P.C. et Théry, H; “As asas da centralidade, redes aéreas planetárias e mundialização”, Geofronter, Campo Grande, n. 1, v. 1, julho a dezembro de 2015, pp 22-46.

Théry, H., « Les ailes de la centralité, réseaux aériens et mondialisation », M@ppemonde n°119, 2017, http://mappemonde.mgm.fr/119as1/

Varig, https://pt.wikipedia.org/wiki/Varig (104 notes et références bibliographiques)

[1] Cartes réalisées avec le logiciel Cartes et Données d’Articque.

[2] « Garota de Ipanema », 55 ans plus tard, https://braises.hypotheses.org/1374

Estimer la population en quelques clics

Le bulletin d’information du site Géoconfluences[1] recommande un outil développé par la NASA (Administration Nationale de l’Aéronautique et de l’Espace) qui estime la population de n’importe quelle partie du monde en quelques clics. Disponible sur son site Earthdata[2], il est basé sur un carroyage mondial fin et qui permet d’estimer la population contenue dans un polygone (dessiné librement par l’utilisateur) ou dans un cercle (de diamètre configurable). La fiabilité de l’estimation dépend bien entendu de la qualité des données disponibles et donc des services statistiques des pays concernés.

Cet outil est accessible aux adresses suivantes :

– Vision générale du service: http://sedac.ciesin.columbia.edu/data/collection/gpw-v4/population-estimation-service

– Application Gridded Population of the World (GPW4): http://sedac.ciesin.columbia.edu/mapping/popest/gpw-v4/

Comme l’indiqué Géoconfluences, les images de la NASA sont libres de droits pour une utilisation non commerciale, en particulier pour un usage éducatif, sauf indication contraire.

Ci-dessous des exemples concernant le Brésil ou le mettre en perspective : deux exemples de cercles et de polygones, l’estimation de la population de grandes régions par des cercles et des polygones opposant Brésil peuplé et Brésil « vide ». D’autres polygones situent les concentrations urbaines brésiliennes et sud-américaines par rapport aux mégalopoles mondiales ses densités aux extrêmes observés dans le monde.

Deux exemples, cercle et polygone

Dès que l’on dessine un polygone, le système donne une estimation de la population y est incluse. La première tentation est évidemment de vérifier la qualité des données en traçant une forme qui se rapproche le plus possible de celle du pays, pour vérifier si l’estimation de la population nationale est correcte. Dans le cas du Brésil elle l’est en effet puisque la population en 2015 y est de 202 millions d’habitants, très proche de celle calculée par l’Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE). De même, un cercle qui inclut la partie la plus peuplée du pays, dans le Sud Sud-Est (et du même coup une partie du Paraguay), donne une estimation de 130 millions d’habitants, qui paraît tout à fait plausible.

Figure 1 Exemples de polygone et de cercle

Régions

On peut ensuite parcourir les régions du pays et y tracer des cercles qui en évaluent la population, soit globalement soit pour certaines portions. Dans le cas de l’Amazonie, si l’on se centre sur la partie occidentale, la moins peuplée, on y trouve un peu plus de 7 millions d’habitants sur un peu moins de 3 millions de kilomètres carrés, ce qui lui donne une densité de 2,6 habitants au kilomètre carré même en incluant Manaus (2,1 millions d’habitants).

Figure 2 7,6 millions d’habitants en Amazonie

Le centre Ouest, qui inclut Brasilia et les régions pionnières où progresse la culture du soja, voit sa population estimée à 23 millions d’habitants sur presque 3 millions de kilomètres carrés, et donc une densité de huit habitants par kilomètre carré.

Figure 3 23 millions d’habitants dans le Centre Ouest

Le Nordeste a 54 millions d’habitants dans sa partie la plus peuplée, sur 1,5 million de kilomètres carrés, et donc une densité de 35,6.

Figure 4 54 millions d’habitants dans le Nordeste

Enfin, si l’on se centre sur ce qui peut être considéré comme le cœur du Brésil, en traçant un cercle qui inclue São Paulo, Rio de Janeiro et Brasilia, on y trouve près de 92 millions d’habitants sur un million de kilomètres, soit une densité de 83 habitants par km2.

Figure 5 91 millions d’habitants Cœur du Brésil

Brésil « plein » et Brésil « vide »

Comme cela est bien apparu en parcourant les différentes régions du pays, les masses de population et les densités de peuplement y sont très différentes. Si l’on essaie d’évaluer successivement la population du Brésil « plein », proche du littoral, et celle du Brésil « vide » (ou à peu près) qui se situe dans l’intérieur, on obtient dans le premier cas un total de 183 millions d’habitants sur un peu plus de 3 millions de kilomètres carrés (densité 56), dans l’autre presque 17 millions d’habitants sur un peu moins de 5 millions de kilomètres carrés, soit une densité de 3,5.

Figure 6 Brésil « plein »

Figure 7 Brésil « vide »

« Bananes »

Tracer des polygones pour estimer la population qui y est incluse permet aussi d’évaluer le poids démographique des principales agglomérations brésiliennes par rapport aux mégalopoles mondiales. La plus connue d’entre elles (décrite dans les années 1940 par Jean Gottmann, sous le nom de «Boswash » car elle s’étendait alors de Boston à Washington), aurait aujourd’hui (ou plutôt avait en 2015) selon GPW4 48,5 millions d’habitants.

Figure 8 « Boswash » 48 millions d’habitants

Son équivalent brésilien, restreint à l’axe Belo Horizonte-Curitiba en avait la même date 69 millions.

Figure 9 Belo Horizonte-Curitiba 69 millions d’habitants

Si l’on élargit le champ vers le Sud, de façon à aller de Boston Atlanta, on arrive dans le cas des États-Unis a 74,5 millions d’habitants…

Figure 10 Boston-Atlanta 74 millions d’habitants

… et dans le cas brésilien, en allant jusqu’à Porto Alegre, à 79 millions d’habitants et donc à des masses démographiques tout à fait comparables.

Figure 11 Belo Horizonte-Porto Alegre 79 millions d’habitants

Une autre mégalopole mondiale, celle qui se situe au centre de l’Europe et est désormais connue (depuis les travaux de Roger Brunet et du GIP Reclus) comme la « banane bleue » représente un total de 112,5 millions d’habitants.

Figure 12 La « Banane bleue », 112 millions d’habitants

Figure 13 La « Banane sud-américaine », 117 millions d’habitants

Si l’on lui cherche un équivalent qui associe le cœur du Brésil aux parties les plus peuplées de son continent, et que l’on trace une « banane sud-américaine » allant de Belo Horizonte jusqu’à Valparaiso (au Chili), on y trouve 117 millions d’habitants, là aussi un total tout à fait comparable mais sur une surface bien plus grande, 1 million de kilomètres carrés contre 310 000 km².

Densités extrêmes

On peut enfin, pour mettre le Brésil dans une perspective mondiale, chercher à le situer par rapport aux densités extrêmes de la planète. Les plus basses se trouvent, pour des cercles englobant environ 3 millions de kilomètres carrés, en Australie (112 000 habitants, densité 0,03), dans le Nord canadien (534 000 habitants, densité 0,19) ou en Sibérie (914 000 habitants, densité 0,3).

Figure 14 De 0 à 1 million d’habitants

Les plus basses densités sud-américaines, en Amazonie occidentale (8,6 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 2,8), ne se situent pas à ces niveaux extrêmes, mais plutôt à ceux de la Patagonie (3 millions d’habitants sur un peu moins d’un million de kilomètres carrés, densité 3), doubles de celles du Sahara (un peu moins de 5 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 1,5).

Figure 15 De 3 à10 millions d’habitants

À l’opposé, le cœur du continent sud-américain (de São Paulo à Buenos Aires) avec 111 millions d’habitants sur 2,2 millions de kilomètres carrés à une population et une densité (49) comparables à celle du centre du Mexique (117,4 millions d’habitants pour un million de kilomètres carrés, densité 78) ou du golfe persique (presque 129 millions d’habitants sur 2,7 millions de kilomètres carrés, densité 47).

Figure 16 De 110 à 120 millions d’habitants

Aucune densité brésilienne ne s’approche des records mondiaux que l’on peut trouver en Europe (372 millions d’habitants sur 2,1 million de kilomètres carrés, densité 176), et plus encore en Asie, que ce soit en Chine (1 065 000 000 d’habitants sur 2,9 millions kilomètres carrés, densité 367) en Inde (1 155 000 000 d’habitants sur 2,8 millions de kilomètres carrés, densité 407).

Figure 17 De 372 à 1 155 millions d’habitants

Au total, Gridded Population of the World (GPW4) est donc un outil utile et facile à utiliser, qui permet de parcourir le monde, d’y observer la répartition de la population et de mettre en perspective les situations de ses régions, que ce soit le Brésil, comme ici, ou de tout autre pays.

[1] http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/nasa-outil-quadrillage-demographique

[2] https://earthdata.nasa.gov/

« Garota de Ipanema », 55 ans plus tard

Plus de 55 ans après sa création « Garota de Ipanema » (la fille d’Ipanema), composée en 1962 par Vinícius de Moraes et Antônio Carlos Jobim, est encore l’une des chansons les plus connues de toute la bossa nova. Elle en est considérée comme l’hymne, plus encore que « Chega de Saudade » (assez de nostalgie) enregistré par João Gilberto en 1958, qui avait provoqué une véritable révolution dans la musique populaire brésilienne.

Elle est devenue l’un des plus grands « standards » du XXe siècle, elle a été et continue d’être enregistré par de nombreuses interprètes. Officiellement, il y aurait près de 300 versions, mais le nombre réel doit être près de deux fois plus élevé, compte tenu des versions non autorisées. Au total, c’est la deuxième chanson la plus enregistrée dans l’histoire de la musique pop, après « Yesterday » par les Beatles (Vinciguerra 2012).

Paroles originales et traduction française

Olha que coisa mais linda / Regarde quelle belle chose

Mais cheia de graça / Si pleine de grâce

É ela menina, que vem e que passa / C’est elle la fille, qui vient et qui passe

Num doce balanço a caminho do mar / Dans un doux balancement sur le chemin de la mer

Moça do corpo dourado / Demoiselle au corps doré

Do sol de Ipanema / Par le soleil d’Ipanema

O seu balançado é mais que um poema / Son balancement est plus qu’un poème

É a coisa mais linda que eu já vi passar / C’est la chose la plus belle que j’ai vu passer

 Ai ! Por que estou tão sozinho ? / Oh, pourquoi suis je si seul…

Ai ! Como tudo é tão triste / Oh, comme tout est si triste…

Ai ! A beleza que existe / Ah, la beauté qui existe

A beleza que não é só minha / La beauté qui n’est pas qu’a moi,

Que também passa sozinha  / Que passe aussi toute seule

 Ai ! Se ela soubesse que quando ela passa / Oh, si elle savait que quand elle passe

O mundo interinho se enche de graça / Le monde entier se remplit de grâce

E fica mais lindo por causa do amor / Et devient plus beau grâce à l’amour

Só por causa do amor… / Juste à cause de l’amour…

Copyright Marcus Vinícius da Cruz de M. Moraes et Antônio Carlos Brasileiro de A. Jobim

Pour entendre cette version par Tom Jobim et Vinícius de Moraes:https://www.youtube.com/watch?v=lg_afqmeZoE  ou (en public et plus jazzy) https://www.youtube.com/watch?v=KJzBxJ8ExRk

Géographie

Ipanema est un quartier situé dans la zone sud de la ville de Rio de Janeiro, à l’ouest de celui de Copacabana, séparé de lui par la pointe rocheuse où se situe le fort du même nom. Dans les années 1960 il était plus chic que le quartier pionnier de l’occupation du littoral[1], mais il a depuis lors été quelque peu délaissé au profit d’autres plages situées plus loin sur le littoral. La chanson date donc bien un moment d’un gigantesque jeu de saute-mouton immobilier, les plus riches reportant plus loin leurs somptueuses villas à mesure que les moins riches viennent s’installer à proximité. Ipanema, Leblon, les abords de la lagune Lagoa de Freitas, ont été ainsi successivement occupés, puis le mouvement a continué vers Barra da Tijuca, au prix de la construction d’une voie rapide à pistes superposées, indispensable pour franchir les passages où les mornes rocheux tombent directement dans la mer.

Figure 1 Localisation d’Ipanema

Google Maps

Figure 2 Ipanema entre Copacabana et Leblon

Google Maps

Histoire

La chanson avait été composée pour une comédie musicale intitulée Dirigível, à laquelle travaillait alors Vinícius de Moraes. Le titre original était « Menina que passa » (« La fille qui passe »), et les premiers vers étaient différents de ceux de la chanson définitive, plus sombres. Mais ni Tom ni Vinícius n’aimaient les paroles, et elles furent donc remaniées par Vinícius, qui fréquentait assidument avec Tom e bar Veloso (aujourd’hui rebaptisé Garota de Ipanema), où ils s’installaient fréquemment aux petites tables installées sur le trottoir, face à la mer.

La première version

Vinha cansado de tudo / J’étais fatigué de tout

De tantos caminhos / De tant de chemins

Tão sem poesia / Tellement sans poésie

Tão sem passarinhos / Tellement sans oiseaux

Com medo da vida / Peur de la vie

Com medo de amar / Peur d’aimer

Quando na tarde vaziaQuand dans l’après-midi vide

Tão linda no espaçoTellement belle dans l’espace

Eu vi a meninaJ’ai vu cette fille

Que vinha num passo / Qui marchait d’un pas

Cheio de balanço / Qui semblait une danse

Caminho do mar / Sur le chemin de la mer

Figure 3 Tom Jobim et Vinícius de Moraes

http://www.gazetadopovo.com.br

La chanson leur y a été inspirée par Heloísa Eneida Menezes Paes Pinto (dite Helô Pinheiro), une jeune fille qui vivait dans la rue Montenegro, à Ipanema. Chaque jour, elle passait devant le bar Veloso pour aller à la plage et y entrait parfois acheter des cigarettes pour sa mère.

Beaucoup de femmes ont prétendu être la muse inspiratrice de la chanson, mais c’est l’auteur lui-même, Vinícius, qui a fait connaître publiquement le nom d’Heloísa Pinheiro : « c’est pour elle que nous avons fait, avec respect et un enchantement muet, la samba qui l’a fait connaître dans le monde entier et fait de notre bien-aimée Ipanema un mot magique dans les oreilles étrangères », a expliqué le poète de l’époque.

Dans « Revelação a verdadeira Garota de Ipanema » (Révélation la vraie fille d’Ipanema, 2004), Vinícius  de Moraes a écrit: « C’était le paradigme de la jeune carioca: une adolescente dorée, un mélange de fleur et de sirène, pleine de lumière et de grâce, à la voir on est aussi triste, parce qu’elle porte avec elle, en route vers la mer, le sentiment de la jeunesse qui disparaît, de la beauté qui n’est pas la nôtre, c’est un don de la vie dans son constant mouvement de flux et reflux ».

Figure 4 Vinícius de Moraes e Helô Pinheiro

http://g1.globo.com

Le succès international

La chanson a été présentée pour la première fois au public carioca le 2 août 1962, le premier enregistrement commercial par Pery Ribeiro date de 1962, mais elle n’a connu sa véritable reconnaissance comme succès international que lorsque, trois ans plus tard, certains artistes américains ont repris sa mélodie. Le 19 mars 1963, elle figurait sur un disque publié par Verve Records et l’année suivante sur le LP Getz / Gilberto (enregistré en mars 1963, sorti en mars 1964), interprétée par Astrud Gilberto, avec João Gilberto à la guitare, Stan Getz au saxophone et la participation de Tom Jobim au piano.

Pour entendre version de Pery Ribeiro: https://www.youtube.com/watch?v=jc6nMjX9pNU&feature=youtu.be

La version de João Gilberto et Stan Getz:

https://www.youtube.com/watch?v=P5sA3fb9Yn4

Lors d’une session d’enregistrement à New York, l’idée leur était venue de créer une version en anglais, dont Norman Gimbel a écrit les paroles. L’épouse de João Gilberto, Astrud Gilberto, était la seule des Brésiliennes du groupe à bien parler anglais et sa voix, sans maniérisme de chanteuse professionnelle, s’est révélée être parfaite pour la chanson. Le single de la chanson est devenu un succès international, dans sa version complète où étaient également incluses les paroles portugaises chantées par João Gilberto, alors qu’elle avait été raccourcie pour la version qui figure sur l’album Getz / Gilberto. Aux États-Unis, le single a culminé à la cinquième place du Billboard Hot 100, et s’est classé au premier rang pendant deux semaines dans la catégorie Easy Listening. Il a culminé au numéro 29 au Royaume-Uni, a très bien figuré dans les classements du monde entier et la reconnaissance majeure est venue avec le Grammy of Recording of the Year, en 1965.

Traduction en anglais

Tall and tan and young and lovely

The girl from Ipanema goes walking

And when she passes, each one she passes goes – ah

When she walks, she’s like a samba

That swings so cool and sways so gentle

That when she passes, each one she passes goes – ooh

(Ooh) But I watch her so sadly

How can I tell her I love her?

Yes I would give my heart gladly

But each day, when she walks to the sea

She looks straight ahead, not at me

Tall, (and) tan, (and) young, (and) lovely

The girl from Ipanema goes walking

And when she passes, I smile – but she doesn’t see (doesn’t see)

(She just doesn’t see, she never sees me…)

 Pour entendre cette version par Astrud Gilberto: https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA

L’héritage de « Garota de Ipanema » a été reconnu lors des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été 2016 à Rio de Janeiro : les mascottes olympiques et paralympiques ont été respectivement nommées Vinícius et Tom, d’après les co-auteurs de la chanson. La cérémonie d’ouverture des Jeux comportait une séquence sur elle et le petit-fils de Jobim, Daniel Jobim, y a interprété la chanson. Spotify a rapporté que la chanson avait été diffusée sur son service 40 000 fois par jour dans les jours qui ont suivi la cérémonie (1 200% d’augmentation), tandis qu’aux États-Unis, la chanson a atteint la 5e place.

Une marque évidente du succès de la chanson est le nombre de reprises par d’autres interprètes et dans des films et téléfilms. Une version instrumentale avait déjà été faite pour le film Girl from Ipanema, en 1967. Sa version anglaise a été chantée par Frank Sinatra, Cher, Nat King Cole, Plácido Domingo, Ella Fitzgerald, Cliff Richards, Madonna, Amy Winehouse et plusieurs autres artistes. Un duo entre Xuxa et Daniel Jobim faisait partie de la bande-son et de l’ouverture de la telenovela de la Rede Globo, Aquele Beijo.

 Pour entendre d’autres versions:

En portugais

Daniel Jobim aux JO de Rio 2016 https://www.youtube.com/watch?v=jXPk4ahT6zY

Baden Powell https://www.youtube.com/watch?v=KTUyLMLdwJo

Elis Regina e Hermeto Paschoal https://www.youtube.com/watch?v=zGnqyIfyXOI

Elsa Soares e Wilson das Neves https://www.youtube.com/watch?v=YB4LUEtrS5o

Gal Costa https://www.youtube.com/watch?v=ITsKmGfiStY

Marina Lima https://www.youtube.com/watch?v=w3twDCV6vKo

Nara Leão https://www.youtube.com/watch?v=z-faHBCDnI4

Roberto Carlos et Caetano Veloso https://www.youtube.com/watch?v=qcf9Opdfmzw

Sepultura https://www.youtube.com/watch?v=dUgr50v_e3M

Xuxa et Daniel Jobim https://www.youtube.com/watch?v=vQFqjTUCBhk

Xuxa et Daniel Jobim https://www.youtube.com/watch?v=vQFqjTUCBhk

En anglais

Amy Winehouse https://www.youtube.com/watch?v=cMCm1I25IJA

Cher https://www.youtube.com/watch?v=NjPK7Qc0ZXE

Cliff Richards https://www.youtube.com/watch?v=TTiK5UthiFA

Frank Sinatra https://www.youtube.com/watch?v=ue4_VM5jxTU

Madonna https://www.youtube.com/watch?v=VGj2IBNZC-Y

Mike Tyson https://www.youtube.com/watch?v=ymadl0aVPC0

Nat King Cole https://www.youtube.com/watch?v=FKT10vJFqp8

Plácido Domingo et Paula Fernandes https://www.youtube.com/watch?v=FKT10vJFqp8

Stevie Wonder https://www.youtube.com/watch?v=ydVvI8N0V9o

Tom Jobim et Frank Sinatra https://www.youtube.com/watch?v=ue4_VM5jxTU

En d’autres langues

Chinois https://www.youtube.com/watch?v=rL9T0mnicmo

Finlandais – Laila Kinunnen https://www.youtube.com/watch?v=wDBbwbGzyhg&feature=youtu.be

Français – Jacqueline François https://www.youtube.com/watch?v=eeVuSLM4krQ&feature=youtu.be

Espagnol et anglais – Maria Esteli Gradiz Rodriguez https://www.youtube.com/watch?v=QzZyr4mRcC4&feature=youtu.be

Esperanto https://www.youtube.com/watch?v=gouAIO8gx_w&feature=youtu.be

Diverses langues https://www.youtube.com/watch?v=7LX9ybOtr_Y

La musique est également présente dans sa version musicale au générique du film Finding Nemo (Le Monde de Nemo en France ou Trouver Nemo au Québec), sorti en mai 2003, et dans une version de musique ascenseur dans le film The Blues Brothers.

Lorsqu’elle est chantée par des artistes féminines, la chanson devient souvent « The Boy from Ipanema », comme l’on fait Peggy Lee (1964), Ella Fitzgerald, The Supremes (1965) et Shirley Bassey (1966). Petula Clark l’a chanté en 1977 dans The Muppet Show et Diana Krall l’a enregistré sur son album de 2009 Quiet Nights.

Pour entendre ces versions:

Diana Krall https://www.youtube.com/watch?v=F5nrXZiHYbY

Ella Fitzgerald https://www.youtube.com/watch?v=0mEAPqxED70

Peggy Lee https://www.youtube.com/watch?v=8GrXmoVNDVw

Petula Clark https://www.youtube.com/watch?v=_RKQI5P7GAU

Shirley Bassey https://www.youtube.com/watch?v=Ltpt8M4lH9w

The Supremes https://www.youtube.com/watch?v=tZPFlR3yrtM

La chanson a été couronnée au Latin Grammy Hall of Fame en 2001 et en 2004, elle a été l’un des 50 enregistrements choisis par la Library of Congress pour être ajoutés au registre national des enregistrements. En 2009, elle a été classée par l’édition brésilienne de Rolling Stone comme une des trente plus grandes chansons brésiliennes.

Autre marque de succès, Garota de Ipanema a connu parodies et procès. Une parodie de la chanson, avec des paroles différentes écrites par Stephen Sondheim, est intitulée The Boy From… et une autre, de Bob Rivers, était intitulée The Girl With Emphysema… En 2001, les propriétaires des droits d’auteur de la chanson (les héritiers des compositeurs) ont poursuivi Helô Pinheiro pour avoir utilisé son titre comme nom de sa boutique de vêtements. Dans leur plainte, ils ont déclaré qu’ils ne lui avaient pas permis d’utiliser un nom qui leur appartenait légalement. En réponse elle a fait état du communiqué de presse de Jobim et Moraes, dans lequel ils avaient déclaré qu’elle était la vraie fille d’Ipanema, comme preuve qu’ils avaient bien l’intention de lui accorder l’usage du titre, et le tribunal a statué en sa faveur.

Pour entendre ces versions:

Stephen Sondheim  https://www.youtube.com/watch?v=zdNkvByFVvI

Bob Rivers https://www.youtube.com/watch?v=5-wyCWE4kSk

55 ans plus tard

Aujourd’hui âgée de 72 ans, mariée à son petit ami de l’époque, mère de quatre enfants et grand-mère de trois petits-enfants, Helô Pinheiro se souvient avec nostalgie, dans un entretien de 2015 (Silveira 2015), de la plage qu’elle a contribué à faire connaître dans le monde entier.

« Elle n’avait que 17 ans lorsque les précurseurs de la bossa nova la virent passer sur le chemin de la mer. Ce n’est que deux ans et demi plus tard qu’elle a su avoir été l’inspiration de la chanson. Je disais “Mais non, je ne suis pas tout ça. Qu’est-ce que ça veut dire ?” ». Elle ajoutait: « “Tout ce que j’ai vécu est maintenant du passé. Je plaisante qu’aujourd’hui je suis la petite vieille d’Ipanema, plus la fille d’Ipanema”. La vie de l’adolescente timide, fille d’un père militaire et d’une mère rigide, a été bouleversée. Harcelée par des journalistes du monde entier, elle a commencé à être recherchée comme modèle et mannequin. À l’époque, elle sortait déjà avec Fernando Pinheiro, sa fidélité à son premier amour a été déterminante, elle ne s’est pas laissé emporter par la galanterie des bossa-novistas ». […]

Figure 5 Helô Pinheiro hier et aujourd’hui

La photographie du bas est l’image d’accueil du site d’Helô Pinheiro, celle du haut est un montage puisque le paysage d’arrière-plan est dans son état actuel. http://helopinheiro.com.br/

“Nous étions beaucoup plus naturels, nous jouions au volleyball sur la plage, mais sans ce souci de se montrer. Les gens d’aujourd’hui sont très inquiets d’avoir un corps bien travaillé, plein de muscles […] Mais je plaisante que le sable est le même, et la mer est la même. Elle continue à nous rafraîchir, le sable a toujours la même texture et le morne Dois Irmãos continue à embellir le paysage. Je pense qu’Ipanema est un cadeau de Dieu” ». Mais la bossa nova a été la bande son de sa vie et c’est Garota de Ipanema qui lui indique que son téléphone portable reçoit un appel ».

Figure 6 Le bar Veloso devenu Garota de Ipanema

http://garotadeipanemashop.com

Le bar Veloso est devenu Garota de Ipanema  et à côté se trouve un Garota de Ipanema Shop, au coin de la rue qui s’appelait Montenegro et a été rebaptisée rue Vinícius de Moraes, devenus des sites touristiques qui accueillent tous les jours de nombreux visiteurs du monde entier.

Figure 7 La rue Vinícius de Moraes

http://garotadeipanemashop.com

Références webographiques

EFE, « Música ‘Garota de Ipanema’ completa 50 anos de sucesso, ciúmes e disputas judiciais », Gazeto do Povo, 04/07/2012, http://www.gazetadopovo.com.br/caderno-g/musica-garota-de-ipanema-completa-50-anos-de-sucesso-ciumes-e-disputas-judiciais-2i5touazm7qtvnyfpa4zzrrke

Garota de Ipanea Shop, « A história da garota de Ipanema », http://garotadeipanemashop.com/historia-da-garota-de-ipanema/?v=19d3326f3137

Morais, Vinícius de, « Revelação: a verdadeira Garota de Ipanema. », November 24, 2004, http://oblogdopeter.blogspot.fr/2004/11/revelao-verdadeira-garota-de.html

Paroles originales et traduction française, https://www.lacoccinelle.net/263038.html

Silveira, Daniel, « Eterna ‘Garota de Ipanema’ lembra com saudade do Rio de 1965 », G1 Rio, 08/02/2015, http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/noticia/2015/02/eterna-garota-de-ipanema-lembra-com-saudade-do-rio-de-1965-assista.html

Vinciguerra, Thomas, « The Elusive Girl From Ipanema », The Wall Street Journal, Thomas, July 2, 2012, https://www.wsj.com/articles/SB10001424052702303649504577492603567202024

X, « Garota de Ipanema », Wikipédia, a enciclopédia livre, https://pt.wikipedia.org/wiki/Garota_de_Ipanema

X, « The Girl from Ipanema », Wikipedia, the free encyclopedia, https://en.wikipedia.org/wiki/The_Girl_from_Ipanema

[1] Voir dans Braises Histoire d’un lieu mythique, Copacabana“, (https://braises.hypotheses.org/1303).

Nossa Senhora Aparecida, un grand sanctuaire brésilien

Le sanctuaire d’Aparecida reçoit chaque année entre 11 et 12 millions de visiteurs, c’est le monument le plus fréquenté au Brésil et, bien que peu connu en dehors du pays, l’un des plus visités au monde.

Situé dans la vallée de Paraíba do Sul, entre São Paulo et Rio de Janeiro (à 170 km de la première et 264 km de la seconde) il a vu passer entre 155 000 et 200 000 personnes le 12 Octobre 2017, jour de la fête de Nossa Senhora Aparecida, Sainte Patronne du Brésil (G1, 2017). Cela été le point culminant d’une année de jubilé marquant les 300 ans de l’« apparition » (d’où son appellation d’« Aparecida ») de la statue de la Vierge retirée par des pêcheurs des eaux du Paraíba do Sul, en 1717.

C’est donc un bon moment pour essayer de comprendre l’importance du sanctuaire né de cette apparition : les miracles attribués la statuette ont conduit à la construction d’une chapelle, en 1745, autour de laquelle sont installés de nombreux fidèles et les premiers habitants de la ville, qui compet aujourd’hui près de 40 000 habitants. Le nombre croissant des visiteurs a incité à la construction d’une église, qui a ouvert en 1888, à son tour remplacée par la nouvelle basilique, construite entre 1955 et 1980, qui est maintenant au centre d’un grand centre d’accueil pour les pèlerins, l’activité principale de la ville.

Un des grands sanctuaires mondiaux

La basilique est l’une de plus grandes églises au monde, selon deux sources convergentes2. D’après celles-ci (qui lui attribuent une surface de 12 000 m2 alors qu’elle en compte en réalité bien plus) ce serait la deuxième après Saint Pierre de Rome (15 160 m2), devant la cathédrale de Milan (11 700m2) et celle de Séville (11 520m2)[1]. Il est à noter que la basilique brésilienne a été construite entre 1955 et 1980, bien plus récemment et plus vite que les trois autres, bâties respectivement entre 1506 et 1626, 1386 et 1965 et 1401 et 1528.

 

Superficie (m2) Nom Localisation
1 15 160 Basilique Saint Pierre Vatican
2 12 000 Basilique Nossa Senhora Aparecida Brésil
3 11 700 Cathédrale de Milan Italie
4 11 520 Cathédrale de Sevilla Espagne
5 11 200 Cathédrale Saint John the Divine New York, États-Unis

Source : Insider Monkey

Figure 1 La basilique Nossa Senhora Aparecida

Au premier plan la Passerelle de la Foi. Photo Hervé Théry 2010

Un des monuments les plus visités au monde

Le Sanctuaire a accueilli 11,7 millions de pèlerins en 2016 (G1 2016), un peu moins qu’en 2015, où 12,1 millions de visites ont été enregistrées. Le plus grand nombre en une seule année a été enregistré en 2014, avec un peu plus de 12,2 millions de pèlerins

Tableau 1 Nombre annuel de visiteurs

2012 11.114.639
2013 11.856.705
2014 12.225.608
2015 12.112.583
2016 11.701.889

Ces chiffres le situeraient parmi les monuments et les villes les plus visités au monde, s’il y figurait, car il semble avoir échappé à l’attention des faiseurs de listes, probablement parce qu’il est très peu fréquenté par des étrangers. Si c’était le cas, le sanctuaire cas se situerait entre Disneyland et le Sacré Cœur, et Aparecida entre New York et Istanbul.

Tableau 1 Les lieux les plus visités

Classement Site Visiteurs (millions/an)
1 The Strip, Las Vegas 39,67
2 Times Square, New York 39,2
3 Central Park, New York 37,5
4 Union Station, Washington 32,85
5 Chutes du Niagara, Buffalo 22,5
6 Grand Central Terminal, New York 21,6
7 Faneuil Hall Marketplace, Boston 18
8 Disneyworld’s Magic Kingdom, Orlando 17,54
9 Disneyland Park, Anaheim 15,96
10 Cité Interdite, Pékin 15,3
11 Grand Bazar, Istanbul 15
12 Tokyo Disneyland, Tokyo 14,85
13 Cathédrale Notre Dame, Paris 13,65
14 Golden Gate Park, San Francisco 13
15 Disney Sea, Tokyo 12,66
16 Disneyland Paris, France 11,2
17 Epcot, Floride 11,06
18 Basilique Sacré Coeur, Paris 10,5

Sites touristiques les plus visités dans le monde, 27 janvier 2017

https://www.actualitix.com/sites-touristiques-plus-visites-monde.html

Tableau 2 Les villes les plus visitées

Classement Ville Pays Visiteurs

(milliers)

1 Hong Kong Hong Kong, Chine 27 770,0
2 Londres Royaume Uni 17 383,9
3 Singapour Singapour 17 086,2
4 Bangkok Thaïlande 16 245,0
5 Paris France 14 981,7
6 Macao Macao 14 966,5
7 Dubaï Émirats arabes unis 13 200,0
8 Shenzhen Chine 13 120,8
9 New York City USA 12 230,0
10 Istanbul Turquie 11 871,2
11 Kuala Lumpur Malaisie 11 629,6

Villes les plus visitées au monde, 29 décembre 2016

https://www.actualitix.com/villes-les-plus-visitees-au-monde.html

Le sanctuaire

Son portail officiel[2] précise les proportions gigantesques du sanctuaire, confirmant l’impression faite, lors de la visite, même sur les plus mécréants des visiteurs.

Dimensions

Afin d’accueillir près de 12 millions de pèlerins par an, le sanctuaire national offre une superficie de plus de 1,3 millions de mètres carrés, avec près de 143 000 mètres carrés de superficie construite.

Tableau 4 Superficies

Centre cultuel 18 331 m²
Stationnements 285 000 m²
Cité du pèlerin 110 567 m²
Espaces verts 395 000 m²
Centre d’appui aux pèlerins (380 magasins) 36 877 m2

– La surface totale de la basilique d’Aparecida, qui comprend le rez-de-chaussée, la tribune sud, le dôme central, les chapelles de la résurrection et du baptême, ainsi que la tour Brasília totalise près de 72 000 m2 : cela lui permet d’accueillir 45 000 personnes, 70 000 en ouvrant des zones périphériques et 300 000 personnes pour les célébrations en plein air.

– Dans le bâtiment cultuel central se déroulent les célébrations eucharistiques qui rassemblent environ 30 000 fidèles autour de l’autel central. La Tour Brasilia mesure 109 mètres de haut, y compris la Croix, le dôme central a une hauteur de 70 mètres et les transepts chacun 40 mètres sous plafond.

Figure 2 Composantes et surfaces

http://www.a12.com/santuario/santuario-nacional-de-nossa-senhora-aparecida

La statue de Nossa Senhora

C’est à l’intérieur de la basilique, au rez-de-chaussée, que se trouve la niche contenant la statue de Nossa Senhora Aparecida, de petite taille (36 cm), mais surmontée d’une couronne d’or et diamants, enveloppée dans un manteau brodé, enchâssée dans une alcôve dorée (figure 3) et exposée dans un retable de 37 mètres de hauteur (figure 4).

Cette image de Notre-Dame de la Conception a probablement été sculptée au milieu du XVIIe siècle par le frère Agostinho de Jesus, disciple du frère portugais Agostinho da Piedade, premier sculpteur savant au Brésil (Pliger et Balloussier, 2017). Lors de la restauration de 1978, des traces de peinture colorée ont été trouvées, prouvant qu’à l’origine la statue avait des couleurs comme les autres du même temps (la statue polychrome de la figure 3 est également l’œuvre d’Agostinho de Jesus). Une ancienne photo montre que les cheveux longs ont été ajoutés au début du 20ème siècle, pour mieux  soutenir la tête de la statue, et après l’attaque subie par la statue en 1978 (elle avait alors été cassée en plus de 200 morceaux) certaines partie, comme le côté droit du visage, ont été reconstituées sur la base de deux répliques fournies par l’archidiocèse.

Figure 3 La statue de Nossa Senhora Aparecida

http://jovensconectados.org.br

Le manteau et la couronne renforcent le caractère sacré de la statue et l’éminente position de la Vierge dans la hiérarchie céleste catholique. Cependant, depuis qu’elle a été trouvée, l’image a été particulièrement appréciée par les pauvres, en partie en raison de la couleur noire de la statue. Un fait circonstanciel – son teint sombre provient en fait de son séjour dans l’eau du Paraíba do Sul et de la suie accumulée par la fumée des cierges au fil des siècles – est ainsi devenu un symbole, évoquant le principe chrétien selon lequel tous sont égaux devant Dieu.

En dépit de la grandeur du sanctuaire, son cœur est donc une modeste figure d’argile qui, même entourée de métaux et de tissus précieux, touche le cœur des pèlerins qui la perçoivent comme proche d’eux.

Figure 4 Éléments et contexte de la statue

A imagem, outra imagem colorida, os ornamentos, o retábulo e fiéis lotam o Nicho para ver a imagem de Nossa Senhora (Folha de S. Paulo et Carlos Santos/G1)

Ferveur

Ce qui frappe le plus qui visite le sanctuaire un jour de grande affluence – ils les sont presque tous – est en effet la ferveur des pèlerins venus prier, allumer un cierge, demander une grâce ou remercier de l’avoir reçue. Ces derniers finissent souvent le parcours à genoux, en signe d’humilité, et portent des vêtements évoquant ceux de la statue (figure 5).

Figure 5 La ferveur des pèlerins

La salle des cierges est l’un de lieux les plus fréquentés du sanctuaire (Photos Carlos Santos/G1). Antonio Fagundes e sa fille, Daniela Fagundes, tiennent une promesse faite à Nossa Senhora (Photo Camilla Motta G1).

La Salle des Promesses (Sala das Promessas), au sous-sol du sanctuaire, est un lieu de remerciement et d’hommage, les fidèles y déposent des ex-votos, (objets, photos, lettres et témoignages) en mémoire d’un vœu fait lors d’une maladie, dans une situation de danger ou de difficultés, en remerciement de la guérison, de l’issue favorable ou d’une faveur obtenue – selon le pèlerin – par l’intercession de Nossa Senhora Aparecida.

Quand le vœu concerne la santé du pèlerin, il est fréquent qu’il suspende au plafond de la salle une représentation en cire ou en plastique de la partie du corps qui était malade, préalablement achetée dans les boutiques du sanctuaire, qui vendent aussi une multitude d’objets religieux (statues, crucifix, rosaires, médailles, etc.), ainsi que de l’eau « à bénir ou à boire » (figure 6)

Figura 6 Commerces et ex-votos

Foto Hervé Théry 2010

Une logistique capable d’accueillir des millions de pèlerins

Bien loin de ses modestes origines, le sanctuaire national est devenu un «complexe touristique religieux» qui « traite » des millions de pèlerins chaque année.

– Le sanctuaire possède la plus grande aire de stationnement d’Amérique latin (285 000 m²), qui peut acueillir plus de 6 000 véhicules, ainsi qu’un héliport.

Tableau 5 Places de stationnement

Bus 2 000
Voitures 3 000
Motos 602
Bicyclettes 526
Camping-car et caravanes 24
Écurie pour les chevaux des pèlerins 1

– Le « centre de support du pèlerin » compte 380 magasins, dont de nombreux établissements de restauration (restaurants, bars, fast food), des fontaines d’eau potable et près de 900 toilettes (dont 55 adaptées aux personnes handicapées).

– Parmi les hôtels que compte la ville, le principal est Rainha do Brasil (« Reine du Brésil »), appartenant au sanctuaire, qui compte 15 étages, 330 chambres et peut accueillir 1 032 personnes.

Toute cette structure est entretenue par 2 000 employés, en plus des centaines de bénévoles qui reçoivent des pèlerins et contribuent à soutenir sept projets sociaux qui profitent à la communauté.

Figure 7 Accueillir des foules

Au second plan sur l’image du haut (et au premier plan sur celle du bas) les parkings et le centre de support du pèlerin (Photo André Rosa/TV Vanguarda)

Le complexe du Sanctuaire national abrite encore d’autres zones : le Morro do Cruzeiro (Morne du Calvaire), où des milliers de fidèles suivent un chemin de croix, le port d’Itaguassu, où la statue a été trouvée en 1717 et la Basílica Velha (Vieille Basilique) avec sa crèche permanente de 7 000 m², où sont représentées les scènes des principaux moments de l’enfance de Jésus.

Principales attractions touristiques

– Beffroi situé, à côté de la Passarela da Fé (passerelle de la Foi), composé de 13 cloches, dédiées aux Apôtres, religieux et à Nossa Senhora Aparecida ;

– Belvédère du 18ème étage, d’où l’on a une vue privilégiée sur le Paraíba et l’autoroute Presidente Dutra, qui traverse la ville d’Aparecida ;

– Chapelles du Sanctuaire d’Aparecida, chacune avec un projet artistique plein de symboles et de significations : chapelle Saint-Joseph à gauche de l’autel central, chapelle du Saint-Sacrement à sa droite, chapelle de la Résurrection et chapelle du Baptême, toutes deux situées sur la terrasse João Paulo II, dans la cour du sanctuaire, et chapelle des Cierges à la gauche de la Porte Sainte ;

– Mémorial de la Dévotion, qui abrite le Cinéma de la Sainte Patronne, le Musée de Cire avec plus de 60 figures et le Cantinho dos Devotos Mirins (« Coin des Petits Dévots ») ;

– Musée Nossa Senhora Aparecida, qui rassemble des objets historiques de la région, mettant en valeur les pièces archéologiques et les instruments sacrés, dans l’annexe de la basilique.

– Passerelle de la Foi, l’un des principaux accès à Basílica Velha, l’une des premières églises construites en l’honneur de Nossa Senhora Aparecida, inaugurée en 1888 ;

– Réplique du monument en l’honneur de Nossa Senhora Aparecida installé au Vatican, situé dans les jardins du sanctuaire, à proximité du Pátio das Palmeiras (Cour des Palmiers) ;

Seminário Missionário Bom Jesus (Séminaire missionnaire Bon Jésus), construit à la fin du XIXe siècle comme centre de formation religieuse, il a abrité les Papes João Paulo II et Benoît XVI au cours de leur séjour à Aparecida

– Téléphérique de 1 170 mètres de longueur et 115 mètres de dénivelé menant au Morro do Cruzeiro. Inauguré en 2014, ils part de la basilique et au-dessus de l’autoroute Presidente Dutra.

Chronologie

Figure 8 L’ancienne basilique

http://www.a12.com/santuario/santuario-nacional-de-nossa-senhora-aparecida

1600 – La statue a probablement été sculptée autour de 1600 par Agostinho de Jesus, qui a réalisé d’autres images pieuses de l’Immaculée Conception en argile, petites et destinées à des oratoires domestiques. Il n’y a aucune information sur la façon dont l’image s’est retrouvée dans la rivière Paraíba, avant d’en être repêchée. Elle y a peut-être été jetée par quelqu’un qui voulait s’en débarrasser après qu’elle ait été cassée, à moins qu’elle ne provienne de la petite chapelle de Roseira, qui a été emportée par une inondation.

1717 – Les pêcheurs João Alves, Felipe Pedroso et Garcia Domingos ont été chargés d’apporter du poisson au banquet que le village de Santo Antônio de Guaratinguetá voulait offrir à Don Pedro de Almeida et Portugal, comte d’Assumar, gouverneur de Province de São Paulo et Minas Gerais, qui visitait la région en octobre 1717.

Après avoir plusieurs fois jeté leurs filets sans succès, les trois pêcheurs remontent des eaux du Paraíba une statue de Notre-Dame en deux morceaux, le corps d’abord, puis – en aval – la tête. Après avoir placé l’image à l’intérieur bateau, les pêcheurs (qui n’avaient jusque-là pas pu attraper quoi que ce soit) remplissent rapidement leurs filets de poissons

Avant de d’apporter les poissons à la fête, ils confient les morceaux de la statue à Silvana da Rocha Alves (épouse de Domingos, sœur de Felipe et mère de João), qui réunit les deux parties avec de la cire, et la place sur un petit autel dans la maison famille, remerciant la Vierge Marie pour le miracle du poisson.

1732 – Felipe Pedroso donne la statue à son fils Atanasio Pedroso, qui construit le premier oratoire ouvert au public.

1740 – En raison de l’expansion de la dévotion à Notre-Dame Aparecida le vicaire de Guaratinguetá et quelques dévots construisent une petite chapelle.

1743 – Le Vicaire fait un rapport sur les miracles qui se sont produits et sur la dévotion du peuple à Nossa Senhora Aparecida et l’envoie à l’évêque de Rio Janeiro pour qu’il approuve son culte et autorise la construction de la première église à sa gloire.

1745 – L’inauguration de l’église a eu lieu le jour de la Sainte Anne, le 26 juillet 1745. À cette occasion, le village a également été inauguré sous le nom de « Capela de Aparecida » (« Chapelle d’Aparecida »). Ce premier sanctuaire, construit en torchis et n’a pas résisté à l’épreuve du temps.

1822 – Le Prince héritier de Portugal, lors de son voyage à Rio de Janeiro et à São Paulo, passe par le sanctuaire d’Aparecida le 22 août. Il jure de revenir s’il parvient à résoudre favorablement la situation politique où il se trouve. Quinze jours plus tard il proclame l’indépendance du Brésil, dont il sera plus tard couronné empereur sous le nom de Dom Pedro Ier

1843 – L’empereur Dom Pedro II et l’impératrice Teresa Cristina viennent à Aparecida, pour prier devant la statue (ils y sont revenus en 1865)

1844 – L’église risque de s’effondrer, il est décidé d’en construire une nouvelle.

1868 – La princesse Isabel, héritière du trône brésilien, participe aux célébrations de la fête d’Aparecida, aux côtés de son mari, le comte d’Eu, dans l’espoir d’obtenir de Nossa Senhora Aparecida la grâce d’un héritier.

1884 – La princesse Isabel revient à Aparecida en reconnaissance de la grâce reçue, accompagnée non seulement par son mari mais aussi par les trois héritiers, les princes D. Pedro, D. Luís et D. Antônio. La princesse tuent à honorer la statue en lui offrant une couronne en or de 24 carats de 300 grammes, ornée de diamants.

1888 – L’évêque de São Paulo inaugure l’église connue sous le nom d’« Igreja de Monte Carmelo » (la future Basílica Velha, « Vieille Basilique »).

1893 – Création de la paroisse d’Aparecida et concession à la « Vieille Basilique » du titre de Sanctuaire épiscopal de Nossa Senhora da Conceição Aparecida

1894 – Les Missionnaires Rédemptoristes arrivent à Aparecida, venus de Bavière pour se consacrer à la pastorale du nouveau Sanctuaire, où ils demeurent jusqu’à nos jours.

1917 – La première idée de la construction d’un nouveau sanctuaire apparaît à l’occasion des célébrations du bicentenaire de l’« apparition ». Symboliquement, le futur site est parcouru par une procession précédée par la statue de Nossa Senhora Aparecida.

1946- Le clergé et les autorités civiles assistent à la pose de la première pierre du nouveau Sanctuaire, le 10 septembre (mais elle est volée à l’aube) et la première messe est dite le 11 septembre.

1947- Le projet de la nouvelle basilique est commandé en septembre à l’architecte Benedito Calixto de Jesus.

1953 – La Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) décide que la fête de la Patronne du Brésil soit célébrée le 12 octobre.

1954 – En août, la bénédiction de la première pierre est renouvelée.

1955 – Début effectif de la construction le 11 novembre.

1958 – La paroisse d’Aparecida est élevée au rang d’Archidiocèse par le pape Pie XII. Ses limites territoriales sont les communes d’Aparecida, Guaratinguetá et Lagoinha, puis viennent Roseira (1965) et Potim (1991), après leur émancipation des précédentes.

1959 – Premier accueils de pèlerins.

1962 – La statue est transportée à Brasilia pour être proclamée Patronne de l’Archidiocèse et de la ville.

1967 – Pendant les célébrations du 250ème anniversaire, le Musée du Sanctuaire est ouvert au deuxième étage de la Tour Brasilia et le Sanctuaire reçoit une Rose d’Or, une distinction accordée par le Pape en preuve d’estime aux personnes, villes ou centres de dévotion.

1971 – La Passerelle de la Foi est construite par le Département National des Routes (DNER).

1980 – La Basilique est consacrée par le pape Jean-Paul II, qui lui accorde le titre de Basilique Mineure (les Basiliques Majeures sont toutes à Rome).

1980 – À l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II au Brésil, le président de la République de l’époque, le général João Batista Figueiredo, promulgue la loi n°6 802, du 30 juin 1980, « instituant une fête fédérale le 12 octobre pour le culte public et officiel de Nossa Senhora Aparecida. »

1982 – Les activités religieuses se tiennent définitivement dans le nouveau sanctuaire, une fois la statue transférée de l’ancienne à la nouvelle basilique.

1983 – La Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) déclare officiellement la basilique d’Aparecida sanctuaire national.

2003 – Un concours national de design est organisé pour choisir la Couronne du Centenaire pour la statue, 167 artistes, de 17 États brésiliens, y participent.

2004 – Centenaire du couronnement pontifical de Notre-Dame Aparecida. Le pape Jean-Paul II accorde une période d’indulgences plénières, de mai à la fin décembre.

2007 – Le pape Benoît XVI visite le sanctuaire national lors de l’ouverture de la 5e Conférence épiscopale d’Amérique latine et des Caraïbes.

2013 – Le pape François visite le sanctuaire national à l’occasion de la Journée mondiale de la jeunesse à Rio de Janeiro.

Figure 9 Trois visites de Papes

João Paulo II en 1980, Bento XVI en 2007, François en 2013. http://www.a12.com/santuario/santuario-nacional-de-nossa-senhora-aparecida

La ville

Figure 10 Le sanctuaire dans la ville

Vue d’Aparecida depuis le morne do Cruzeiro avec la basilique au centre, https://pt.wikipedia.org/wiki/Aparecida_(S%C3%A3o_Paulo)

La commune d’Aparecida occupe une superficie de 121 km², dont 5,7 km² dans le périmètre urbain, qui concentre 99% de sa population. C’est l’une des communes classées « stations touristiques » par l’État de São Paulo, car elle remplit les conditions définies pour cela par la loi (Assemblée législative 2014) et de fait le tourisme, centré sur la basilique, est son activité principale.

Elle a longtemps été desservie par chemin de fer de l’Estrada de Ferro Central do Brasil (EFCB), qui traverse la ville. Elle est même généralement appelée Aparecida do Norte en fonction de sa situation sur ligne ferroviaire Estrada de Ferro do Norte (ensuite rebaptisée Estrada de Ferro Central do Brasil), construite dans la seconde moitié du XIXe siècle, qui a grandement facilité le développement des pèlerinages. La gare est entrée en service en 1877 et a été active jusqu’en 1998, date à laquelle la circulation des passagers a été abandonnée. La voie ne sert donc plus qu’au transport de marchandises et l’ancienne gare a été transformée en un centre culturel qui organise occasionnellement des spectacles. Le relais a été pris par l’autoroute Presidente Dutra (section de la route féderale BR-116), qui relie directement Aparecida à São Paulo et Rio de Janeiro, et aujourd’hui la plupart des touristes qui visitent Aparecida s’y rendent en autobus d’excursion (68,86%), en voiture (21,91%) ou en autobus de ligne (6,46%)[3].

La population de la commune est de 36 279 habitants en 2017, mais pendant les fêtes religieuses, comme la Semaine Sainte, elle augmente considérablement, atteignant 140 000 habitants.

Tableau 6 Croissance de la population

Recensement   Population Croissance (%)
1970 24 669
1980 29 344 19,00%
1991 33 247 13,30%
2000 34 904 5,00%
2010 35 007 0,30%
2017 36 279 3,60%

Source : IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatísticas)

Dans le produit intérieur brut (PIB) d’Aparecida, la part principale est la prestation de services. La municipalité compte 147 hôtels (totalisant 33 000 lits, soit pratiquement un par habitant de la commune), ainsi que des centaines d’établissements spécialisés dans l’alimentation, des magasins de d’articles religieux, d’artisanat et de vêtements, et plus de 2 000 stands de vente ambulante. L’artisanat est l’une de activités les plus développées, notamment la broderie, le travail du bois et celui des matériaux recyclés, sa production vise en grande partie à répondre à la demande créée par le flux touristique.

La plupart des habitants d’Aparecida sont – évidemment – catholiques, mais aussi – moins évidemment – relativement pauvres. Selon les données du recensement IBGE de 2010, la population d’Aparecida est composée de 29 876 catholiques (85,34%), et 4 114 evangélicos (protestants pentecôtistes, 11,75%). Toujours selon l’IBGE, 51,35% des ménages vivaient en 2010 avec moins d’un salaire minimum mensuel par habitant (le salaire minimum était alors de 510 Reais par mois, soit 204 Euros), 38,10% entre un et trois salaires minimum par personne (204 à 612 Euros), 5,81% entre trois et cinq salaires (612 à 1 020 Euros), et seulement 2,74% avaient un revenu mensuel supérieur à cinq fois le salaire minimum (et 1,95% n’avaient aucun revenu) [4]. Le crime est toujours un problème à Aparecida : en 2012, un taux de 37,1 homicides pour 100 000 habitants a été enregistré, soit le huitième indice le plus élevé de l’État de São Paulo[5].

Aparecida et le tourisme religieux au Brésil

Le sanctuaire d’Aparecida est donc – de loin – le plus grand du pays, mais pas le seul, car le tourisme religieux y met en mouvement des millions de personnes vers plusieurs autres sanctuaires. Il existe des dizaines de destinations touristiques religieuses (Castanho 2017), le ministère du Tourisme estime officiellement que 15 millions de personnes pratiquent ce type de tourisme, mais ces chiffres sont clairement sous-estimés (Araujo 2017).

– Le Sanctuaire du Divin Père Eternel, situé à Trindade, dans l’État de Goiás, a reçu en 2017 plus de quatre millions de pèlerins, dont 2,8 millions au cours des dix jours du Pèlerinage du Divin Père Éternel, entre la fin juin et le premier dimanche de juillet.

– Le festival du Círio de Nazaré, à Belém do Pará accueille chaque année plus de deux millions de visiteurs.

– Les activités organisées plusieurs fois par semaine au siège de la communauté catholique de Canção Nova, à Cachoeira Paulista (État de São Paulo), amènent chaque année plus d’un million de personnes dans la ville.

Avec Aparecida, ces trois exemples totalisent déjà près de 20 millions de pèlerins/an. Si l’on inclut le nombre de visiteurs d’autres lieux importants du tourisme religieux brésilien, tels que Juazeiro do Norte, Penha, Bom Jesus da Lapa, Canindé de São Francisco, Nova Trento et le Sanctuaire de Piedade, ce total dépasse 29,5 millions.

Et ce nombre n’inclut pas les nombreux visiteurs du Christ Rédempteur du Corcovado, à Rio de Janeiro, de la cathédrale de São Paulo, de la statue de Santa Rita, dans le Rio Grande do Norte, et ceux des églises baroques de Salvador et des villes historiques du Minas Gerais, pour n’en nommer que quelques-uns. Selon le ministère du Tourisme, le Brésil compte 344 villes possédant des attractions touristiques religieuses, dont 117 ont un calendrier fixe d’événements liés à la foi. Un sondage d’Expotour Catholic souligne qu’à elles seules les 15 premières destinations ont réuni plus de 35,4 millions de personnes.

Tableau 7 Tourisme religieux au Brésil

Rang Lieu Pèlerins (milliers/an)
1 Aparecida 12,1
2 Trindade 4
3 Juazeiro do Norte 2,5
4 Penha 2,5
5 Canindé 2,5
6 Círio de Nazaré 2
7 Bom Jesus da Lapa 1,5
8 Canção Nova 1
9 Nova Trento 0,85
Total 28,95

Figura 11 Autres lieux de pèlerinage

2- Trindade (http://www.goiasagora.go.gov.br), 3- Juazeiro do Norte (http://iderval.blogspot.com.br), 4- Penha (https://www.tripadvisor.com.br), 5- Canindé (http://www.hotelpalmeira.com.br), 6- Círio de Nazaré (http://g1.globo.com), 7- Bom Jesus da Lapa (http://www.centraldalapa.com), 8- Canção Nova (http://www.abcdoabc.com.br), 9- Nova Trento (http://g1.globo.com).

Il semble donc que, tout comme pour le tourisme, où la faiblesse relative du nombre des étrangers est plus que compensée par un puissant secteur national (Ceron, 2017) les flux intérieurs du tourisme religieux, lui aussi essentiellement national, soient largement sous-estimés. On peut toutefois avoir quelque inquiétude pour l’avenir, dans un pays où le catholicisme est en net recul.

Comme le soulignait un récent éditorial (19/10/2017) de la Folha de S. Paulo, un des plus influent quotidiens brésiliens, sobrement intitulé « Aparecida », une enquête menée par l’institut Datafolha[6] montre que seulement 38% des Brésiliens vénèrent aujourd’hui les figures sacrées du catholicisme, contre 49% il y a dix ans. Les catholiques ne représentent plus que 52% de la population brésilienne, en recul rapide (figure 12) alors que s’accroit la part ceux qui se déclarent sans religion (8%) et celle des evangélicos (32%) – qui ne reconnaissent pas les saints – alors qu’en 1940 elle n’était que 2,6%.

Figure 12 Évolution des religions 1872-2017

Sources: IBGE et Datafolha

Toutefois, parmi ceux qui vénèrent encore les saints, la patronne du Brésil est de loin la préférée, elle est citée spontanément par 19% des interviewés[7], loin devant Saint Georges et Saint Antoine, avec 2% de mentions pour chacun, Saint Expedit, Saint François d’Assise, Notre Dame de Fátima, Sainte Rita de Cascia et Saint Joseph, 1% chacun/e (figure 13). L’avenir n’est donc pas trop préoccupant pour Nossa Senhora Aparecida, et donc pour son sanctuaire.

Figure 13 Principales dévotions

Fonte: Folha de S. Paulo 12/10/2017

Sources

Actualitix, Sites touristiques les plus visités dans le monde, 27 janvier 2017, https://www.actualitix.com/sites-touristiques-plus-visites-monde.html

Actualitix, Villes les plus visitées au monde, 29 décembre 2016, https://www.actualitix.com/villes-les-plus-visitees-au-monde.html

Araújo, Eli, « Números do turismo religioso são subdimensionados », ttp://www.romariabrasil.com.br/2017/08/numeros-do-turismo-religioso-sao-subdimensionados/

Assembleia Legislativa do Estado de São Paulo (ALESP) (8 de julho de 2014). «Três municípios paulistas tornam-se estâncias turísticas»

Balloussier, Anna Virginia, « Aparecida é padroeira de um país cada vez menos devoto a santos », Folha de São Paulo 12/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/poder/2017/10/1926459-aparecida-e-padroeira-de-um-pais-cada-vez-menos-devoto-a-santos.shtml

Castanho, Amadeu, 13/02/2017, « Turismo religioso: viagens de fé e devoção », http://www.viagensdefe.com.br/turismo-religioso-viagens-de-fe-e-devocao/

Ceron, Jean Paul et Dubois, Ghislain, « Les émissions de gaz à effet de serre du tourisme des Brésiliens », Confins, 30 | 2017, http://confins.revues.org/11852 ; DOI : 10.4000/confins.11852

Chevrier, Marie-Hélène, « Pèlerinage, développement urbain et mondialisation : l’exemple de Lourdes », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/fait-religieux-et-construction-de-l-espace/corpus-documentaire/pelerinage-lourdes

Editorial Folha, « Aparecida », http://www1.folha.uol.com.br/opiniao/2017/10/1926958-aparecida.shtml

G1 Vale do Paraíba e Região, « Santuário de Aparecida recebe 11,7 milhões de romeiros em 2016 », http://g1.globo.com/sp/vale-do-paraiba-regiao/noticia/2017/02/santuario-de-aparecida-recebe-117-milhoes-de-romeiros-em-2016.html

G1 Vale do Paraíba e região, 12/10/2017, https://g1.globo.com/sp/vale-do-paraiba-regiao/aparecida-300-anos/2017/noticia/devotos-lotam-procissao-e-missa-em-aparecida-no-dia-da-padroeira-veja-fotos.ghtml e https://g1.globo.com/sp/vale-do-paraiba-regiao/aparecida-300-anos/2017/noticia/fieis-lotam-santuario-nacional-de-aparecida-no-dia-da-padroeira-veja-fotos.ghtml

Insider Monkey, 15 Biggest Churches in The World, http://www.insidermonkey.com/blog/15-biggest-churches-in-the-world-579926/?singlepage=1

Nossa Senhora Aparecida, Site oficial http://www.a12.com/santuario

Oliveira, Christian Dennys Monteiro de Souza, José Arilson Xavier de, « A “geograficidade” das formas simbólicas: o santuário de Fátima da Serra Grande em análise », Confins 9 | 2010,  http://confins.revues.org/6509 ; DOI : 10.4000/confins.6509

Pliger, Marcelo e Balloussier, Anna Virginia, « Encontrada há 300 anos, imagem de Aparecida virou símbolo », Folha de São Paulo 12/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/poder/2017/10/1926537-imagem-de-aparecida-virou-simbolo-no-brasil-ha-300-anos-saiba-tudo.shtml

The WorldAtlas.com, Largest Churches in the World, http://www.worldatlas.com/articles/the-largest-churches-in-the-world.html

Wikipedia https://pt.wikipedia.org/wiki/Aparecida

[1] Insider Monkey, 15 Biggest Churches in The World –

http://www.insidermonkey.com/blog/15-biggest-churches-in-the-world-579926/?singlepage=1 et The WorldAtlas.com, Largest Churches in the World –

http://www.worldatlas.com/articles/the-largest-churches-in-the-world.html

 

[2] http://www.a12.com/santuario

[3] Jornal O Lince (11 de setembro de 2010). «Aparecida, Santuário e 40 anos de peregrinações: Aparecida sob a ótica do turista»

[4] Sistema IBGE de Recuperação Automática (SIDRA) (2010). «Domicílios particulares permanentes, por classes de rendimento nominal mensal domiciliar per capita»

[5] Julio Jacobo Waiselfisz (2 de julho de 2014). «Número e taxas (por 100 mil) de homicídio em municípios com mais de 20.000 habitantes» (xls). Mapa da Violência

[6] Sondage réalisé entre le 27 et le 28 septembre 2017 auprès de 2 772 personnes de 194 communes (Balloussier 2017)

[7] En 2007 elle avait la même popularité (18%)

La carte du crime à São Paulo, entre Suède et Afrique du Sud

Une enquête menée par la Folha de S. Paulo[1] analyse, quartier par quartier et rue par rue, le nombre de morts violentes dans la ville alors que les données gouvernementales permettent seulement de les connaître districts de police. L’analyse a été faite à partir de la base de données du gouvernement de l’État, qui recense des milliers de décès. Le critère adopté celui qui est utilisé à l’échelle internationale, il retient les homicides, les lésions corporelles suivies de décès et les vols suivis de décès, mais exclut les décès liés à des d’affrontements avec des policiers.

Pour localiser précisément les crimes, on a utilisé les adresses portées sur les constats, disponibles sur le site du Secrétariat d’État de la Sécurité Publique de São Paulo, en essayant d’éviter au maximum les doubles enregistrements. En raison de l’inexactitude des constats, il peut y avoir quelques duplications ou omissions mais le nombre global est similaire à celui de la SSP. La population utilisée pour calculer le taux de mortalité des districts est le recensement de l’IBGE de 2010 car il n’y a pas d’estimations récentes avec ce niveau de régionalisation.

Contrastes

Le Jardim Paulista, un des quartiers les plus chics de la ville, dans la zone ouest a pour ces catégories un taux de 1 décès pour 100 000 habitants. Un autre « jardin », bien moins chic, le  Jardim São Luís a eu pour sa part un taux de 16 décès par mort violente pour 100 000 habitants, soit deux fois la moyenne de la ville. Les quartiers violents se situent en grande partie dans le sud de la ville 9Figure 1) mais celui de Jaçanã (zone nord) apparaît dans une situation pire encore, avec 23 décès pour 100 000 habitants. Les districts centraux comme celui de la (la cathédrale) ont des taux qui dépassent 70 morts pour 100 000 habitants, mais ils ne reflètent pas la réalité de la région, car ils ont peu de résidents permanents (ce sont en grande partie des quartiers d’affaires), et l’indice ne tient pas compte de leur nombreuse population flottante qui y circule, comme celle de la Cracolândia (le « quartier du crack »), où les drogués sont souvent prêts à tout, même au crime, pour se procurer leurs doses.

Figure n° 1 Taux de morts violentes par district

Lieux dangereux

La répétition des crimes dans les mêmes endroits fait partie de la dynamique de la violence dans cette ville si marquée par les inégalités. La région qui comprend les quartiers Jardim São Luís, Capão Redondo, Jardim Angela, Campo Limpo et Grajaú, au sud-ouest, concentre 20% des morts violentes de toute la ville. Ce n’est pas par hasard que la route d’Itapecerica (figure 2), qui coupe la région, est la plus mortelle de la capitale, avec un total de 11 morts violentes en 12 mois, dont une forte proportion d’homicides. Les environs de l’Avenue Paulista en compte bien moins et les morts aux abords de la voie rapide Fernão Dias (qui mène à Belo Horizonte) sont principalement dus aux interventions policières.

Figure n° 2 Configurations locales de la violence

Source: Folha de S.Paulo/SSP

Les victimes sont pour la plupart jeunes (21% avaient entre 20 et 29 ans, 24% entre 30 et 39 ans), ont en général un niveau de scolarisation faible (37% niveau primaire, 16% niveau secondaire, 3% niveau supérieur), et les deux tiers meurent sur la voie publique. Le cas le plus fréquent est en effet un meurtre commis par des motards casqués, probablement liés à des groupe d’extermination, qui tirent et disparaissent sans laisser de traces. C’est le cas du policier Eduardo Alexandre Miquelino qui, à ses heures libres, circulait dans le quartier Capão Redondo en commettant des meurtres, il a été arrêté en 2015 et soupçonné d’avoir tué au moins 12 personnes.

Le gouvernement de l’État de São Paulo affirme que le nombre de décès violents a connu une « chute expressive », y compris dans les régions périphériques. « Les cas d’homicides intentionnels ont diminué de 17,74% et ont atteint le plus bas niveau pour la série historique commencée en 2001: 51 par mois, 11 de moins que les 62 comptabilisés en août de l’année dernière », indique une note du Secrétariat de la sécurité publique. En utilisant un critère différent de l’étude de la Folha, qui exclut les vols suivis par la mort, la SSP indique que les homicides ont chuté de 82% depuis 2001 dans la région qui comprend Jardim São Luís, Campo Limpo, Capão Redondo et Jardim Angela. Selon les comptes du gouvernement, le nombre de morts par 100 000 personnes dans cette région est passé de 88,71 à 13,26. En ce qui concerne le district de Jaçanã (zone nord), le secrétariat affirme que les décès ont diminué de 75% au cours de la même période, et la police militaire y a saisi des armes (2 700 en 2016) pour réduire les homicides et cherché à montrer au maximum sa présence, dans le but d’inhiber les actes de violence. Selon ses responsables le taux d’homicide est par ailleurs lié à des problèmes qui ne relèvent pas la police, tels que l’éducation, l’assainissement de base et les loisirs

Comparaisons nationales et internationales

De fait la situation de São Paulo est loin d’être la pire du pays, et l’on peut la mettre en perspective en comparant ses niveaux de violence à celle de pays étrangers.

Comme le montrait déjà une carte un billet précédent, « Images de la violence au Brésil »[2], São Paulo a en effet une situation moins grave que celle d’autres régions et villes du pays. La figure 3, fondée sur les données de l’« Atlas de la violence 2017 », publié par l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP), situe tant l’État que la ville dans les taux d’homicides les plus bas du pays. Pour cette dernière il est (avec 8,5 meurtres par 100 000 habitants), inférieur à la moyenne brésilienne (27) et à ceux d’autres capitales d’États, comme Curitiba (26), Porto Alegre (46,2), Manaus (52,8), São Luis (60,9) et Fortaleza (63,7).

Figure n° 3 Homicides par État et ville de plus de 100 00 habitants

L’indice IHA (Indice d’homicides d’adolescents) a été mis au point par l’Unicef, l’Observatoire des favelas et le Secrétariat national pour la promotion des droits de l’enfant et de l’adolescent du gouvernement fédéral[3]. Il est élaboré en utilisant les données sur les décès du Ministère de la Santé pour 2014, les dernières disponibles, et ne prend en compte que les 300 communes du pays (sur 5 570) de plus de 100 000 habitants. La croissance des taux qui est observée dans le pays s’explique en partie par une augmentation dans le Sudeste (qui croît en effet après une période de déclin jusqu’en 2011) et principalement dans le Nordeste qui a atteint 6,5, alors que le Sud a un taux de 2,3. C’est le Ceará qui a les taux les plus inquiétants notamment dans les quartiers les plus pauvres de Fortaleza, sa capitale, qui ont le pire IHA. L’État de São Paulo a le troisième indice le plus bas du pays (1,6), seulement supérieur à ceux du Roraima (1,4) et du Santa Catarina (0,9), et dans sa capitale l’IHA est de 2,2.

Figure n° 4 Indice d’homicides d’adolescents (IHA) en 2005 et 2014

Les comparaisons sont donc plutôt favorables à l’échelle nationale mais si l’on passe à l’échelle mondiale elles le sont beaucoup moins : l’indice de morts violentes de São Paulo est plus élevé que celui de pays comme la République démocratique du Congo, ou la Colombie, deux pays qui ont connue ou connaissent encore des guerres civiles. C’est ce que montre le graphique de la Folha de S. Paulo qui compare la « température » des quartiers de São Paulo à ceux de pays étrangers, de la Suède à l’Afrique du Sud (dont les valeurs sont reprises pour les limites de classe de la figure 1).

Figure n°  5 Violences à São Paulo et dans le monde

São Paulo a bien des quartiers où le niveau de violence est proche de ceux de l’Europe, comme le Jardim Paulista, un quartier aisé de l’ouest qui a un taux de mortalité violente de 1 pour 100 000 habitants, semblable à celui de la Suède. Si l’on s’en tient aux crimes entraînant des décès, 33 des 96 districts de la ville ont des taux inférieurs à ceux des États-Unis (4,8).Mais Jaçanã (zone nord), avec 23 décès par 100 000 habitants, a un taux plus haut que celui du Mexique, en proie à une véritable guerre entre les trafiquants de drogue.

Figure n°  6 Homicides dans le monde

La situation globale est donc loin d’être satisfaisante. Même si la situation de São Paulo s’est améliorée, le Brésil est un des pires pays au monde selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales, 2013, il arrivait avec un peu plus de 40 000 morts à peu près à égalité avec l’Inde (dont la population est six fois plus nombreuse) mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. En calculant le nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 au 10e rang mondial, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), le Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9).

Des données plus récentes sont plus inquiétantes encore : selon le forum brésilien sur la sécurité publique en 2015, 58 000 personnes ont été tuées dans le pays (en moyenne une toutes les neuf minutes). Plus de gens ont été assassinés au Brésil entre 2010 et 2014 (279 000) que dans des pays en guerre, comme la Syrie (256 000)…

Tableau 1 : Les pays les plus violents au monde

Pays Nombre d’homicides

2013

Taux par

100 000 hab.

2013/2014

Brésil 40 974 24,6
Inde 40 752 3,2
Mexique 25 757 15,7
Éthiopie 20 239 8
Nigeria 18 422 10
Afrique du Sud 15 940 33
Colombie 15 459 27,9
Russie 14 574 9,5

*Taux d’homicide par pays selon la dernière année disponible selon l’UNODC. Source : Office des Nations unies contre la drogue et le crime 2015

Cette réalité tragique ne paraît pourtant pas être une préoccupation majeure pour les pouvoirs publics et pour l’opinion brésilienne, qui semblent la considérer comme une sorte de fatalité. Reste à espérer qu’une prise de conscience se produira et mènera l’ensemble de la société à prendre les mesures nécessaires pour réduire ce fléau.

[1] Artur Rodrigues, Raphael Hernandes, Daniel Mariani et Marlene Bergamo, Folha de S. Paulo, 9/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2017/10/1925481-mapa-da-morte-em-sp-vai-da-suecia-ate-o-mexico-locais-dos-crimes-se-repetem.shtml

[2] https://braises.hypotheses.org/1240

[3] http://www.crianca.mppr.mp.br/arquivos/File/publi/obs_favelas/iha_2014.pdf

La population du Brésil en 2017

L’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 30 août 2017 les chiffres officiels de la population pour 2017, à la date de référence le 1er juillet 2017. L’Institut publie cette estimation annuellement pour ajuster, entre autres, les subventions du Fonds de participation attribuées aux États et communes (municípios), et qui elle est également une référence pour divers indicateurs sociaux, économiques et démographiques[1].

Selon l’IBGE “la populations des communes ont été estimées par une procédure mathématique et sont le résultat de la répartition des populations des États, projetés par des méthodes démographiques, entre les communes. La méthode est basée sur la projection de la population de l’État et la tendance à la croissance des communes, calculée entre les deux derniers recensements démographiques (2000 et 2010). Les estimations municipales comprennent également les changements dans les limites territoriales municipales qui ont eu lieu après 2010. Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié aujourd’hui au Journal Officiel de l’Union (D.O.U.). La note méthodologique et les estimations démographiques pour les 5 570 communes et 27 États se trouvent à l’adresse https://ww2.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/estimativa2017/default.shtm“.

La population du pays, selon ces données, est officiellement de 207 660 929 habitants, soit une augmentation de 0,77% par rapport à 2016 (206 081 432). Il est donc, de loin, le plus peuplé d’Amérique du Sud, devant la Colombie et l’Argentine (46 et 40 millions, respectivement) et le cinquième dans le monde, après l’Indonésie et devant le Pakistan. Et le cinquième du monde, pour le moment du moins, puisque selon l’article « Tous les pays du monde (2017) » de la revue Population & Sociétés (Numéro 547 Septembre 2017), il doit être dépassé en 2050 par le Pakistan

Tableau 1  Les pays les plus peuplés au monde en 2017 et 2050

2017 Rang 2050 Rang
Chine 1387 1 1343 2
Inde 1352 2 1676 1
États-Unis 325 3 397 4
Indonésie 264 4 322 5
Brésil 208 5 231 7
Pakistan 199 6 311 6
Nigeria 191 7 411 3
Bangladesh 165 8 202 9
Russie 147 9
Mexique 129 10
Congo 216 8
Éthiopie 191 10

La commune de São Paulo continue à être la plus peuplée du pays, avec 12,1 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions d’habitants), Brasilia et Salvador (environ 3,0 millions d’habitants chacune). Dix-sept communes brésiliennes ont une population de plus d’un million de personnes, soit 45,5 millions d’habitants, 21,9% de la population brésilienne. Parmi les États, les trois plus peuplés sont dans le sud-est, et les cinq moins peuplés sont dans le nord amazonien. Le leader est São Paulo, avec 45,1 millions d’habitants, concentrant 21,7% de la population du pays. Le Roraima est le moins peuplé avec 522 000 habitants (0,3% de la population totale).

Tableau 2 Communes de plus d’un million d’habitants

Ordre Estado Município Population 2017
SP São Paulo 12.106.920
RJ Rio de Janeiro 6.520.266
DF Brasília 3.039.444
BA Salvador 2.953.986
CE Fortaleza 2.627.482
MG Belo Horizonte 2.523.794
AM Manaus 2.130.264
PR Curitiba 1.908.359
PE Recife 1.633.697
10º RS Porto Alegre 1.484.941
11º GO Goiânia 1.466.105
12º PA Belém 1.452.275
13º SP Guarulhos 1.349.113
14º SP Campinas 1.182.429
15º MA São Luís 1.091.868
16º RJ São Gonçalo 1.049.826
17º AL Maceió 1.029.129
TOTAL 45.549.898
% / Brésil 21,9%
Total 207.660.929
 Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – COPIS.

Un peu plus de la moitié de la population brésilienne (56,5% ou 117,2 millions) vit dans les 310 communes (5,6% du total), qui comptent plus de 100 000 habitants. Celles de plus de 500 000 habitants (42) concentrent 30,2% de la population du pays (62,6 millions d’habitants). Celles de moins de 20 000 habitants (68,3%) ne représentent que 15,5% de la population du pays (32,2 millions d’habitants). Serra da Saudade (Minas Gerais) est la commune brésilienne la moins peuplée avec 812 habitants en 2017, suivie par Borá (SP), avec 839 habitants, et Araguainha (MT), avec 931 habitants 9(ces trois communes sont  les seules du pays à compter moins de 1 000 habitants).

Pour ce qui est des régions métropolitaines (RM) et des régions intégrées de développement (RIDES) constituées au 31 décembre 2016, la RM de São Paulo est la plus peuplée, avec 21,4 millions d’habitants, suivie de celle de Rio de Janeiro (12,4 millions d’habitants), de la RM de Belo Horizonte (5,9 millions d’habitants) et de la RIDE du District fédéral de Brasília (4,4 millions d’habitants). Parmi les régions métropolitaines ou les RIDES, 28 ont une population de plus d’un million d’habitants et représentent 97,9 millions d’habitants, soit 47,1% de la population totale.

Entre 2016 et 2017 près du quart des 5 570 municipalités brésiliennes (1 364) ont connu une réduction de leur population. Dans plus de la moitié d’entre elles (56,2% ou 3 130), les taux de croissance de la population ont été inférieurs à 1%, et dans 207 (3,7% du total), la croissance a été égale ou supérieure à 2%. C’est parmi les communes des régions du Nord et du Centre-Ouest, que l’on trouve les proportions les plus élevées des communes ayant eu des taux de croissance supérieurs à 1%, et dans Sud la proportion la plus élevée de municipalités à des taux négatifs.

La population est loin d’être répartie uniformément dans tout le pays. Il existe encore une opposition claire entre les régions côtières et intérieures, qui reflète encore les effets de la colonisation et de l’histoire du peuplement : les premières sont densément peuplées, les secondes beaucoup moins.

Figure 1 Répartition de la population

Au long de la période 2000-2017 on constate (figure 2), que les communes dont la population a diminué (en bleu sur la carte) sont rares et petites. Pour la plupart, les effectifs ont augmenté (jusqu’à + 50% en jaune) au cours de ces 17 ans et certains ont augmenté très rapidement (de + 50% à près de + 300% en rouge). La se produit principalement sur les fronts pionniers d’Amazonie et à la périphérie des grandes villes, Rio, São Paulo et Brasília. São Paulo a encore gagné plus d’un million et demi d’habitants dans cette période, Rio un peu plus d’un demi-million et Brasília a atteint pour la première fois les 3 millions d’habitants, un fait remarquable pour une ville fondée en 1960.

Figure 2 Évolution 2010-2017 de la population par commune

[1] Article 102 de la Loi nº 8.443/1992 et de la Loi complementaire nº 143/2013

La Pedra do Telégrafo, quintessence du tourisme au Brésil

La Pedra do Telégrafo près de Rio de Janeiro, est un promontoire rocheux qui offre une vue magnifique sur les plages de l’ouest de la ville, Meio, Funda, Grumari, Recreio, Barra, etc. Mais son intérêt principal n’est pas le remarquable paysage qui l’entoure, mais le fait qu’elle permet d’observer une sorte de quintessence de nouvelles tendances du tourisme au Brésil : elle est typique de l’attraction pour le tourisme sportif et d’aventure qui s’y développe, et sa fréquentation croissante témoigne du rôle croissant des réseaux sociaux dans la réputation des lieux. Et ce d’autant plus que, en l’occurrence, la raison principale de s’y rendre est d’y des photos spectaculaires et de les poster sur ces réseaux.

Situation

La Pedra do Telégrafo est un morne tropical de 354 mètres de haut, situé dans le município (commune) de Barra de Guaratiba, dans l’État de Rio de Janeiro, à 60 kilomètres à l’ouest de sa capitale (figure 1). Elle fait partie du parc de Pedra Branca, un massif montagneux de 150 km2, vaste structure anticlinale formée de granites ou de gneiss et marquée par la présence de batholites du genre de ceux qui ont donné naissance au Pain de Sucre ou la Pedra da Gávea qui domine le paysage régional du haut de ses 844 mètres. Elle doit son nom (littéralement « Roche du Télégraphe ») au fait que, pendant la Seconde Guerre mondiale, elle avait reçu un avant-poste militaire, équipé d’une radio, pour l’observation de sous-marins ennemis et la prévention des attaques contre les navires entrant ou sortant de le baie de Guanabara.

Figura 1 Localisation de la Pedra do Telégrafo

Google Maps

Située à l’ouest de Rio elle se situe dans le prolongement de l’axe majeur d’expansion de la ville hors de son site original de la baie de Guanabara. Ce mouvement vers le littoral atlantique avait commencé à la fin du XIXe siècle avec la fondation de Copacabana[1], prolongée ensuite par une succession de quartiers d’abord balnéaires puis résidentiels, Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca, Recreio dos Bandeirantes. Sa proximité des quartiers les plus récents et les plus à la mode de la ville lui assure ainsi une clientèle de résidents cariocas aisés et de touristes séjournant dans la ville la plus visitée du pays, les uns et les autres souvent à la recherche d’une excursion de la journée.

Figura 2 Le contexte de la Pedra do Telégrafo

Google Earth

La Pedra do Telégrafo est donc désormais incluse dans les guides touristiques imprimés et mentionnée par les sites électroniques indiquant aux touristes quoi faire et quoi voir à Rio. Car elle est devenue célèbre, sur les réseaux sociaux, pour les photos que l’on peut y prendre, sur lesquelles les touristes semblent suspendus au bord d’un précipice vertigineux dominant un magnifique paysage de mer, de plages et de montagnes.

Des photos spectaculaires

Ces images se sont multipliées sur internet et le hashtag # pedradotelegrafo y est apparu des dizaines de milliers de fois. Il y en tant que prendre une pose qui n’a jamais été vue est devenu presque impossible et il ne reste plus qu’à répéter les plus réussies et à s’amuser de la peur faite aux amis, qui croient que vous avez risqué votre vie dans cette aventure.  Ce que tout le monde veut, en fait, c’est gagner beaucoup de « like » sur internet en prenant une photo de soi au bord l’abîme, avec le massif de la Pedra Branca, les plages de la zone Ouest et le nouveau quartier de Barra da Tijuca en arrière-plan, puis en l’affichant immédiatement sur Instagram, Snapchat ou Facebook. C’est d’autant plus facile que le lieu est bien couvert par les réseaux des principaux opérateurs, qui ont bien compris qu’il est très fréquenté par leurs clients.

Figura 3 Au bord de l’abîme, mais avec le sourire

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

On notera que les personnes photographiées ne semblent pas inquiètes d’être suspendues dans le vide, sur la plupart des images elles sourient, méditent, font du yoga, de la musculation ou s’embrassent[2]. Elles y exhibent aussi leurs élégantes tenues sportives, leur impeccable forme physique – dont témoigne le fait qu’elles ont atteint le sommet – et – éventuellement – la complicité amoureuse de leur couple, hétéro ou homosexuel.

Figura 4 Exhibitions de forme physique et de complicité de couple

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/ et https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

La Pedra do Telégrafo est donc le lieu idéal pour observer des caractéristiques qui en font une quintessence du Brésil à la mode, de l’image que veulent en donner à leurs correspondants ceux qui y résident ou y sont en vacances. On y retrouve le culte du corps en forme et bronzé; le succès de la mode sportive ou casual, depuis les maillots de bain minuscules (dits fio dental, « fil dentaire ») jusqu’aux jeans artistiquement percés aux genoux et aux textiles sophistiqués évacuant la sueur. Mais la dominante est la manie d’afficher des photos de soi sur les réseaux sociaux, selfies ou photos prises par d’autres mais où le sujet principal est le propriétaire de l’appareil. Ou, plus fréquemment, du smartphone avec lequel la photo a été prise et postée. C’est évidemment plus moderne et plus chic que les « là c’est moi devant la tour Eiffel » ou « là Germaine fait semblant de soutenir la Tour de Pise » des interminables soirées diapos d’antan, mais tout aussi narcissique…

En réalité…

Comme il s’agit d’image, choc et flatteuse, peu importe qu’elle embellisse quelque peu la réalité. En réalité tout est dans le cadrage de la photo, car sous la roche la terre ferme est à moins de deux mètres, juste sous les pieds des personnes photographiée, il suffit de bien choisir son angle pour obtenir l’illusion d’optique recherchée. Les photos sont vertigineuses, car tout le monde pense, en les voyant, que les amis qui vous les envoient étaient en danger, perchés au sommet d’une immense falaise, mais il n’en est rien, elles étaient en fait en parfaite sécurité. Les pentes qui dominent la mer sont plus loin et le sommet du morne est en fait en pente modéré. Tout au plus peut-on dire que certains endroits sont en pente plus accentuée, et donc qu’il y a un petit risque d’accident pour les imprudents et pour les impatients qui explorent les environs en attendant leur tour de prendre « la » photo.

Figura 5 La situation réelle

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

Files d’attente

En effet, si peu de gens connaissaient la Pedra do Telégrafo avant que le G1 (le site d’information de Globo news, la principale chaîne d’information en continu) et quelques célébrités aient commencé à faire connaître cette attraction touristique naturelle. Depuis lors des foules d’« aventuriers » s’y sont rendus à la recherche d’images drôles et des centaines de personnes y affluent chaque jour, sauf quand il pleut, évidemment, sous la pluie pas de photos possibles.

Leur nombre a tellement augmenté que certains jours et à certaines heures il y a une file d’attente pour prendre des photos, en raison du temps que chaque personne met à prendre ses images, en particulier les couples. Certains n’ont pas le bon sens élémentaire de céder la place au plus vite et veulent engranger d’innombrables clichés – à tous les sens du terme puisque ce sont généralement les mêmes que ceux déjà enregistrés par leurs prédécesseurs et qui le seront jour après jour par leur successeurs. Si bien que le temps d’attente augmente et peut atteindre jusqu’à deux heures le week-end, il est habituellement beaucoup plus long que le temps de montée, car tout le monde est pressé d’arriver, mais personne n’est pressé d’en partir. La figure  6 montre ces files d’attente, que l’on peut également voir sur YouTube[3], et on est ici nettement dans un cas d’overturism, pour reprendre le terme généralement utilisé pour décrire des situations de fréquentation excessive de certains sites.

Figura 6 Les files d’attente pour prendre des photos

https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA , http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/ , https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA , https://derigo.me/ita/blog/post/94/at-the-edge-of-the-cliff et https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

Une belle randonnée

Malgré tout, l’excursion à la Pedra do Telégrafo vaut la peine – de préférence hors saison – parce que la vue est superbe, de deux côtés, vers Rio et vers la Restinga de Marambaia, la région de lagunes et de flèches sableuses qui se situe plus à l’est. On notera toutefois une curiosité, la roche connue sous le nom de Pedra do Telégrafo est, en fait, celle du cheval ou de l’enclume (ce qui est en effet ce qu’évoque sa forme). La vraie roche du télégraphe est située plus haut, et porte un drapeau du Brésil.  Décidément la Pedra do Telégrafo est un monde d’illusions et de faux-semblants…

Figura 7 La pierre du cheval, ou de l’enclume

DCIM102GOPROG5055053.

http://www.dougpelomundo.com/2016/10/04/trilha-pedra-do-telegrafo-rio-de-janeiro/

Figura 8 Vue vers la Restinga de Marambaia

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

Comment y aller?

Environ une heure et demie en voiture depuis Rio (par la côte ou en contournant le parc national de la Tijuca). Environ quatre heures en vélo (idem) ou douze heures à pied (idem).

En bus par le tramway à la station Ilha de Guaratiba. De l’autre côté de la gare, prendre le bus 867 jusqu’à la plage de Barra de Guaratiba.

Le week-end la plage est bondée et il n’y a pas d’endroit pour se garer, arriver tôt ou prendre un bus.

Le sentier de randonnée final n’est pas trop dur et il faut en moyenne une heure pour arriver la pierre du Télégraphe. Certains passages sont plus raides, attentions aux bifurcations, tant dans les rues par lesquelles se fait l’approche que sur les sentiers.Voir description complète (avec photos) à l’adresse http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Figura 9 L’accès à la Pedra do Telégrafo

http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Sources

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/

https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

https://oglobo.globo.com/rio/pedra-em-barra-de-guaratiba-cria-ilusao-de-precipicio-18578929

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

[1] Voir “Histoire d’un lieu mythique, Copacabana”, (https://braises.hypotheses.org/1303)

[2] Ces images deviennent donc une sorte de métaphore de la situation actuelle du Brésil qui, selon beaucoup de ses habitants, vit en permanence au bord du gouffre, mais avec le sourire…

[3] https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA  et https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA

Histoire d’un lieu mythique, Copacabana

Si Rio de Janeiro, porte d’entrée du Brésil pour la plupart des touristes, est déjà un lieu mythique pour beaucoup de candidats au voyage, Copacabana l’est plus encore, c’est un nom qui fait rêver bon nombre d’habitants de la planète. Quelle est la réalité derrière le mythe, comment le lieu s’est-il formé et a-t-il évolué de ses origines à nos jours[1] où – il faut bien le dire – il ne correspond plus tout à fait à l’image qu’il a en dehors de Rio et du Brésil.

Copacabana avant

Avant l’arrivée des Portugais, Copacabana était une zone inhabitée, où les Indiens venaient seulement se baigner, pêcher ou ramasser des moules, des crabes et autres fruits de mer. Une simulation infographique (figure 1) permet de reconstituer sa topographie et ses paysages, qui restèrent intacts jusqu’au milieu du XVIe siècle car bien que la région ait été visitée par l’explorateur portugais Gaspar de Lemos en 1502, la ville de Rio de Janeiro n’a été fondée que le 1er mars 1565 par Estacio de Sá, après qu’il en ait expulsé la colonie que les Français y avaient installée[2]. Mais, comme eux, les Portugais s’installèrent dans l’immense baie de Guanabara, qui offrait un abri bien plus sûr et commode que le littoral ouvert sur la pleine mer. Ils ne pouvaient pourtant pas se désintéresser complètement de cette côte battue par les vents et les vagues (ne serait- ce que pour surveiller les approches de la ville), ni donc de Copacabana, qui est sa partie la plus proche de la ville, juste au-delà du Pain de Sucre qui marque l’entrée de la baie.

Figure 1 Copacabana avant l’arrivée des Portugais

Simulation numérique des plages de Copacabana et Ipanema comme elles étaient au XVIe siècle, à l’arrivée des Portugais. Dans le coin droit de la première image et le coin gauche de la seconde le promontoire sur lequel a été construit le Fort. Source http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/fotos/2015/02/fotos-veja-imagens-do-antes-e-depois-de-paisagens-do-rio.html

Après la prise de la ville par le corsaire français Duguay-Trouin, en 1711, les habitants avaient pris des mesures pour pouvoir mieux scruter l’horizon et en 1779 Copacabana a été incorporé au système de défense de la ville[3] avec la construction de fortifications de la redoute du Leme, du fort do Vigia (au sommet du Morro da Babilônia) et de la redoute de Copacabana, sur la Ponta da Igrejinha, afin d’alerter les autres fortifications de la baie de Guanabara de l’approche les navires suspects.

Mais à part ce fort et l’église voisine (voir ci-dessous) la région restait inhabitée et sauvage, comme en témoigne Maria Graham, une écrivaine et peintre anglaise qui  a publié en 1824 le premier livre qui mentionne Copacabana, Journal d’un voyage au Brésil: « Après mon retour, je me suis joint un joyeux groupe pour une balade à cheval à Copacabana, petit fort qui défend une des baies situées derrière la Praia Vermelha, et d’où l’on peut voir quelques-unes des plus belles vues d’ici. Les forêts des environs sont belles [..] et dans les collines abondent les opossums et les tatous ».

En août 1858 se produisit le premier événement majeur qu’ait connue le lieu. Il avait couru la nouvelle de l’échouage de deux baleines sur la plage de Copacabana, et l’affaire avait attiré beaucoup de gens, y compris l’empereur Pedro II, qui s’était rendu sur place accompagné d’un nombreux entourage. Les baleines ne furent pas trouvées mais cela lança la mode d’y faire des promenades à cheval et des pique-niques en bord de mer.

Les deux seules implantations durables étaient donc l’église et le fort qui partageait avec elle la Ponta da Igrejinha.

L’église Nossa Senhora de Copacabana

C’est l’église de Nossa Senhora de Copacabana[4] qui donné son nom au futur quartier après la consécration, au XVIIIe siècle,  d’une chapelle qui existait sur une pointe rocheuse entre Copacabana et Ipanema (figure 2). Construite par les pêcheurs et les navigateurs, elle leur permettait de prier lorsqu’ils approchaient de l’entrée de la baie ou en sortaient vers le sud.

Elle a été nommée ainsi en référence à une ville de Bolivie, située sur les rives du lac Titicaca, où une église abritait une statue, connue sous le nom de « Vierge de Copacabana », sculptée par un Indien nommé Tito Yupanqui, dans les années 1600. Le mot Copacabana est d’origine quechua, l’original étant Kupa kawanae, ce qui signifie « qui regarde le lac »).  La renommée de la statue se répandit dans toute l’Amérique catholique, des commerçants portugais en ont apporté une copie à Rio de Janeiro à la fin du 17ème siècle, et la chapelle fut baptisée en son honneur. Elle a probablement été construite au début du XVIIe siècle et en 1732 l’évêque Fray Antônio de Guadalupe avait ordonné la réparation du toit, des murs et des porches car elle était pratiquement en ruines.

Figure 2 L’église de Nossa Senhora de Copacabana

En bas à gauche photo des années 1880. En bas à droite photo vers.1895 de Marc Ferrez

L’église a été expropriée par décret du 20 mars 1918 et démolie la même année pour faire place à un fort moderne.

Le fort de Copacabana

Figure 3 Le fort de Copacabana

En haut le fort et son site, http://www.fortedecopacabana.com/galeria-de-imagens.html , en bas reddition des « 18 du fort » de Copacabana : de gauche à droite les lieutenants Eduardo Gomes, Siqueira Campos, Nílton Prado et le civil Otávio Correia, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Os_18_do_Forte.jpg, les tourelles des canons de 305mm Krupps https://fatosfotoseregistros.wordpress.com/page/21/

La construction du Fort de Copacabana a commencé en 1908[5], ont d’abord été élevées ses parois latérales (d’une épaisseur de 12 mètres), en 1912 ont été installés les tourelles contenant les canons Krupps de 190mm et 305mm (figure 3) et le fort a été inauguré le 28 Septembre 1914.

Au long du XXe siècle il a connu des épisodes qui sont entrés dans l’histoire du Brésil, comme la rébellion dite des « 18 du fort ». Au début de l’épisode les rebelles étaient 301mais à la fin ils n’étaient plus que 19, dont 18 militaires, principalement des lieutenants (tenentes), d’où le terme « tenentismo », utilisé pour caractériser les soulèvements de secteurs de l’armée contre República Velha (la « Vieille République ») dominée par les oligarchies rurales de l’Indépendance (1822) à la Révolution de 1930.

Durant celle-ci le fort a servi de prison au président de la République déchu, Washington Luís  et lors du coup d’État militaire de 1964 il a été point de rencontre pour le « commandement révolutionnaire ». Après la Seconde Guerre mondiale le fort, est devenu progressivement obsolète, a été désactivé en 1987 et il abrite désormais le Musée de l’Armée.

Les années 1890-1900

Jusqu’à la fin du XIXe siècle Copacabana était un champ de dunes, avec ici et là des oasis formées de cajueiros (arbres à cajous, anacardiers, Anacardium occidentale) de jambeiros (Syzygium jambos), de pitangueiras (Eugenia uniflora), de cactus et de palmiers nains. Quelques huttes de chaume abritaient des pêcheurs et des esclaves vivant des produits de petits jardins. Personne ne se serait risqué à prédire un bel avenir à la région.

Les tableaux de Guta et Eduardo Camões (figure 4) en reconstituent les paysages, mais on dispose aussi de quelques photographies (figure 5), une technique introduite au Brésil dans la deuxième moitié du XIXe siècle et dont l’Empereur Pedro II était un amateur éclairé et passionné.

Figure 4 Années 1890 (tableaux)

En haut Copacabana en 1893, recréation de l’artiste Guta. Trois suivants tableaux d’Eduardo Camões, de haut en bas deux vues en direction du Leme (au fond), o Leme et colonie de pêcheurs près la pointe où a été construit le fort de Copacabana.

Figure 5 Années 1890 (photos)

En haut photo de la fin du XIXe siècle, une des dernières images de Copacabana et de Leme portant encore une végétation qui a ensuite été engloutie par l’urbanisation. En bas à gauche la même colonie de pêcheurs que sur la figure 3, photo de Marc Ferrez en 1895, en bas à gauche la même région au début du XXe siècle.

Le quartier était donc à cette époque géographiquement isolée et d’accès difficile. La côte n’offrait aucune crique où se protéger des vagues déferlantes, les plaines côtières étaient limitées par les falaises d’une série de mornes do Urubu, da Babilônia, de São João, dos Cabritos, do Cantagalo e do Pavão. Copacabana était donc bien à l’image de la géographie physique de Rio, des montagnes aux pieds baignés par la mer.

Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, pour atteindre ces dunes partiellement couvertes par une rare végétation, à peine occupées par quelques colonies de pêcheurs et de petits paysans, les visiteurs devraient franchir les mornes qui les séparent du quartier Botafogo ou entreprendre un long voyage de via Humaitá et Lagoa (figure 6). Ce fut donc l’ouverture de nouveaux accès, plus directs, qui permit l’occupation de Copacabana, qui n’avait officiellement que 297 habitants en 1906, alors qu’elle en comptait actuellement environ 150 000 (146 392 en 2010).

Accès et tunnels

L’article de Jenner da Silva Soares comporte une carte (figure 6) qui montre, sur une image satellitaire actuelle, les anciens et les nouveaux accès ouverts par la construction de tunnels (figure 7) sous les mornes séparant Copacabana du reste de la ville (nommés sur la figure 6). C’est en effet grâce à ceux-ci que le quartier a commencé à être intégré au reste de la ville. Le premier a été ouvert sous le Morro de Vila Rica, le Túnel Prefeito Alaor Prata, plus connu comme Túnel Velho (vieux tunnel), entre Copacabana et Botafogo, il a été mis en service le 6 juillet 1892 par la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (l’actuelle compagnie Light)

Figure 6 Les accès à Copacabana

Un peu plus tard, en 1906, un autre tunnel a été ouvert sous le morne da Babilônia, le Túnel Novo (nouveau tunnel), doublé ultérieurement par un deuxième à ses côtés (tunnels Engenheiro Coelho Cintra e Marques Porto)[6]. Copacabana étant désormais accessible en tramway (d’abord hippomobile, puis électrique) en passant par les nouveaux tunnels, la marche vers l’urbanisation complète du quartier était définitivement engagée.

Figure 7 Les tunnels vers Copacabana

En haut à gauche l’ouverture du Túnel velho en 1892, en bas à droite l’entrée du Túnel Velho du côté de Copacabana vers 1920. En bas à gauche sortie du Túnel novo du côté du centre, en bas à droite dans les années 1950, quand les voitures le partageaient avec les tramways (ils ont cessé d’y circuler en 1963)[7].

La dernière photo de la figure 7, prise en 1963 pour le Correio da Manhã, montre les derniers jours de la cohabitation des tramways et des voitures. Le petit viaduc traversant la rue était beaucoup plus sympathique que de nos jours, et avait le même fronton décoré dans le style néocolonial que le tunnel.

Le décollage, 1900-1920

Bien avant son attrait touristique un des principaux attraits de Copacabana était sa réputation de salubrité, alors que Rio était victime d’épidémies de fièvre jaune jusqu’à ce qu’Oswaldo Cruz en vienne à bout en 1904[8]. Le séjour à la plage de Copacabana était donc considéré comme ayant une valeur thérapeutique, car les bains de mer dans l’Océan étaient jugés plus salubres que dans l’eau « stagnante » de la baie Guanabara. Le docteur Figueiredo Magalhães, médecin renommé et résident dans le nouveau quartier, le recommandait aux personnes convalescentes pour se reposer. Il croyait beaucoup à l’avenir de Copacabana et dès le début des années 1880 il avait toujours proclamé les bienfaits thérapeutiques de l’air et de la mer de Copacabana[9].

Pour motiver encore davantage le public, les entreprises intéressées, comme la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (qui avait ouvert le Túnel Velho), claironnaient partout les qualités du quartier. Ses dirigeants ont fait valoir que « les deux plages de Copacabana et Arpoador sont dotées d’un climat magnifique et salubre, elles sont balayées constamment par les brises fraîches de l’Océan, qui en font deux véritables sanatoriums et dans une ville décimée périodiquement par des épidémies, elles seront rapidement recherchées par la population comme les villes balnéaires d’Europe ».

Autre enthousiaste du quartier, le deuxième Baron d’Ipanema, José Antonio Moreira Filho, était grand propriétaire foncier dans la région actuelle de Copacabana. En partenariat avec José Luís Guimarães Caipora il a joué un rôle important dans l’urbanisation de la zone par la construction de la plupart de ses parcs publics. Il a aussi été le responsable de l’urbanisation d’Ipanema le quartier voisin, au-delà de la pointe de l’Igrejinha. Avec l’expansion des lignes de tramway jusqu’au fort de Leme et l’église de Nossa Senhora de Copacabana, le quartier a vue se créer de nouvelles rues, vite bordées de maisons neuves dans le style balnéaire alors à la mode.

Figure 8 Copacabana vers 1905

A Ribeiro, http://www.laparola.com.br/acervo-de-fotos-historicas-do-brasil-disponivel-no-portal-brasiliana-fotografica

Les premières années du XXe siècle virent de grands progrès à Copacabana, comme les premiers tramways électriques passant par les tunnels. En 1906, le maire Pereira Passos lança les travaux de construction de l’Avenida Atlântica, sur le front de mer, en prenant sur les arrière-cours des maisons de l’Avenida Nossa Senhora de Copacabana. Le morne d’Inhangá fut été rasé pour lui permettre de courir d’un bout à l’autre de la plage et ses trottoirs revêtus de mosaïques de pierres noires et blanches en forme de vagues (voir ci-dessous).

En 1910, après dix-huit ans d’existence, Copacabana avait 20 000 habitants, qui soumirent une pétition à la mairie pour demander l’installation d’écoles, d’un sanatorium et de jeux pour enfants. En 1915 le maire Rivadávia da Cunha signa le décret déterminant la séparation du quartier de Copacabana du district de Gávea. Un autre décret, d’octobre 1917, reconnut la dénomination plage de Copacabana sur plus de 4 kilomètres, au long desquelles se situaient déjà 45 rues, une avenue, quatre places et deux tunnels.

Figure 9 Années 1920, les villas de la station balnéaire

En haut à gauche l’avenue Nossa Senhora de Copacabana est déjà goudronnée, à droite la maison de la famille Guinle, sur l’Avenida Atlântica. Au milieu à gauche le morne d’Inhangá n’a pas encore été supprimé, à droite l’espace vide au premier plan fait aujourd’hui partie de la place Cardinal Arcoverde, à l’époque il servait de corral pour les mules qui tiraient les tramways. En bas à gauche vue depuis la terrasse du Copacabana Palace encore neuf, en direction de la Praia do Leme, à droite la rue Barata Ribeiro (au centre) entre les rues Santa Clara et Constante Ramos.

 

Le 22 juillet 1919 fut inauguré la nouvelle Avenida Atlântica e, à double voie et dotée de trottoirs élargis ainsi que d’un éclairage moderne sur son terre-plein central, ce qui a encore embelli le front de mer.

Figure 11 Élargissements successifs de l’Avenida Atlântica

En haut élargissement de l’Avenida Atlântida (1919). En bas à gauche época da inauguração do Copoacabana Palace, tirada no terraço de um casarão no Leme, à droite dans les années 1970 l’Avenida Atlântica est déjè à deux fois trois voies.

Au début des années 1920 Copacabana était donc dotée de l’un de ses principaux symboles, les mosaïques de pierres noires et blanches du front de mer et allait bientôt en recevoir un autre, le Copacabana Palace Hotel.

Le Copacabana Palace Hotel

L’hôtel le plus célèbre de la plage, le Copacabana Palace Hotel a ouvert ses portes en 1923. Dans un premier temps il devait être ouvert pour commémorer le centenaire de l’indépendance du Brésil, en 1922 mais les travaux ont été retardés. Mais l’ouverture de l’hôtel le plus luxueux du pays n’en a pas moins donné le départ de processus d’installation d’établissements hôteliers dans le quartier.

Le Copacabana Palace a été conçu par l’architecte Joseph Gire, qui s’est inspiré des deux hôtels les plus glamour de la Côte d’Azur française, le Negresco de Nice et le Carlton de Cannes. En 1933, il a été le décor du film Flying Down to Rio, dans lequel Fred Astaire et Ginger Rogers ont dansé ensemble pour la première fois.

Figure 10 Le Copacabana Palace Hotel

En haut à gauche et en bas à droite la station balnéaire formée de grandes maisons, et l’hôtel tout récemment construit. En haut à droite l´hôtel encore neuf, en bas à gauche aujourd’hui, entouré d’immeubles, https://www.youtube.com/watch?v=u-Ouj3UVORk

Les mosaïques de pierres noires et blanches

Le dessin des mosaïques de la promenade en front de mer longe sur 4 150 mètres les plages de Copacabana et du Leme. Il était à l’origine basé sur celui de la place du Rocio à Lisbonne, les pierres bicolores de calcite blanche et basalte noir ont été d’abord importés du Portugal, accompagnées d’un groupe de paveurs professionnels spécialisés dans la pose et l’entretien des trottoirs de pierres portugaises. Le travail ne leur a pas manqué pour poser ces millions de pierres et les remplacer quand une tempête emportait une partie du trottoir côté mer. Peu après ont été découverts des dépôts de ces pierres dans tout le Brésil, ce qui a permis de reproduire ce type de trottoir dans d’autres villes.

Figure 12 Les trottoirs de pierres portugaises noires et blanches

En haut le revêtement de pierres encore neuf, en deuxième ligne les effets d’une tempête en 1921, en troisième ligne le revêtement, considérablement élargi, dans les années 1950 et 1970.

Le style curviligne des mosaïques de la promenade actuelle n’est vraiment apparu que depuis 1970, avec le travail paysager de de Burle Marx, l’élargissement de la bande de sable, des trottoirs et des pistes : le paysage a gardé la conception d’origine, mais les courbes ont pris de l’ampleur. Certains citoyens de Rio voudraient restreindre le pavage de pierres portugaises à certains tronçons, et pas le voir étendu à presque tous les trottoirs de la ville. Ils mettent en cause le coût et de la difficulté d’entretien (il y a peu de paveurs spécialisés) et des risques d’accident pour les piétons, en particulier les personnes âgées, en raison de la facilité avec laquelle les pierres se déchaussent.

Les années 1930 à 1960

À partir des années 1930, à mesure que le Brésil s’urbanisait et se modernisait, Copacabana a vu ses paysages changer : des immeubles d’appartements ont remplacé les villas de style balnéaire, des voitures de plus en plus nombreuses ont remplacé les tramways électriques comme moyen de transport dominant. Les premiers ont transformé le front de mer en une muraille continue de bâtiments de plus en plus hauts et serrés, empêchant la brise marine d’atteindre ceux des rues intérieures. Les secondes ont largement aggravé la situation en polluant l’air jusque-là réputé salubre et transformé en cauchemar la circulation dans les rues à sens unique et même sur l’Avenida Atlântica, naguère lieu de promenade et de flânerie.

Figure 13 Années 1940

En haut à gauche vue du haut d’un immeuble de l’Avenida Atlântica, à droite la plage remblayée. En bas à gauche vue aérienne de Copacabana, Ipanema et leblon au fond, au-delà de la pointe du fort, à droite L’Avenida Atlântica à l’angle de la rue Djalma Ulrich.

Dans les années 1950 des milliers d’immeubles ont encore été construits, à mesure que s’accroissait l’attraction des plages, elle-même liée à un véritable culte du corps, de plus en plus répandu. C’est en effet un trait partagé par une large part de la population brésilienne, toutes classes sociales confondues, le corps « doit » être mince, musclé et bronzé,  d’où – pour ceux qui en ont les moyens – la floraison des clubs de musculation, les academias, et le succès des cliniques de chirurgie esthétique.

Dans un article intitulé « Brésil, le pays où le corps est roi »[10], Dominique Audibert et Annie Gasnier racontent : « Au Brésil, la religion de la beauté atteint des sommets. Sur les plages d’Ipanema et de Copacabana, les paires de seins atomiques et de fesses pneumatiques laissent rêveur. Ou perplexe. C’est peu dire que ce pays qui a inventé le string (plaisamment surnommé fio fental, ou « fil dentaire ») est à la hauteur de sa réputation ». Copacabana en a bénéficié, car sa plage était le lieu parfait pour montrer à tous ces corps si bien soignés, aux formes et à la couleur idéales.

Figure 14 Années 1950

En haut Avenida Atlântica en 1957, http://www.procrie.com.br/wp-content/uploads/2010/01/Copacabana1957.jpg. Au milieu à gauche la Praça do Lido en 1951, à droite l’hôtel Miramar, en bas les débuts des problèmes de circulation.

Les plages

Au début du XXe siècle les bains de mer étaient à la mode, on ne parlait pas d’« aller à la plage », mais plutôt d’« aller au bain » et il n’était pas de bon ton de séjourner longtemps sur le sable. Pas de bains de soleil et la norme de la beauté élégante était la peau pâle, protégée par les cosmétiques, les chapeaux, parasols, et ombrelles.

En 1917, le maire Amaro Cavalcanti, a publié un décret réglementant l’utilisation des bains de mer : « Le bain ne sera autorisé du 2 avril au 30 novembre, de 6 h à 9 h et de 16h à 18h. À partir du 1er décembre et jusqu’au 31 mars de 5h à 8h et de 17 h à 19 h. Le dimanche et les jours fériés, il y aura une tolérance d’une heure de plus pour chaque période ». Les baigneurs devaient se présenter avec des « vêtements appropriés pour garder la décence nécessaire ».

Peu à peu, cependant, la pratique du sport, et surtout de la natation, ont contribué à la diminution de la taille des maillots de bain, qui ont laissé apparaître épaules et genoux, puis de plus en plus de surface de peau jusqu’à se réduire au strict minimum.

Figure 15 Les plages naguère et aujourd’hui

En haut à gauche scène de plage en 1929, à droite en 1931, en deuxième ligne dans les années 1950, en troisième ligne en dans les années 1970, en quatrième ligne à gauche en 1967, à droite en 2014, https://oglobo.globo.com/rio/banhistas-de-antigamente-nas-praias-do-rio-7133716

Alors qu’en 1946 Alberto Ribeiro e João de Barro chantaient encore «Copacabana princesinha do mar » (Copacabana, la petite princesse de la mer), il est à noter que Garota de Ipanema, l’une des chansons les plus populaires de toute la bossa nova, composée en 1962 par Vinicius de Moraes et Antonio Carlos Jobim[11], vante – comme son titre l’indique – la beauté d’une jeune femme d’Ipanema, et non plus de Copacabana. Victime de son succès, celle-ci avait alors déjà perdu de son charme. Sa plage était déjà devenue un lieu de loisir de masse, y compris bon nombre des habitants des favelas qui s’étaient multipliées sur les mornes voisins (les habitants do morro, par opposition à ceux do asfalto, des quartiers du bas, aux rues asphaltées). Le phénomène n’a fait que s’accentuer depuis lors et certains jours chauds de produit donc une saturation totale des plages, comme le montre la figure 16.

Figure 16 La foule sur les plages

4 janvier 2014, http://blogjackiegeo.blogspot.com.br/2014/01/clima-no-mundo-aqui-derretemos-la.html et « Sea of humanity » http://www.megatimes.com.br/2013/10/rio-janeiro.html

Copacabana aujourd’hui

Au cours des dernières décennies du XXe siècle, Copacabana, comme d’autres quartiers traditionnels de Rio, a subi un processus de dégradation, avec la spéculation immobilière, la circulation chaotique, les différents types de pollution, la prolifération des bidonvilles sur les mornes environnants, le tourisme sexuel, la violence urbaine.

La densité de population y est devenue très élevée (figure 17), sur 411 hectares Copacabana comptait au recensement de 2010 147 021 habitants (plus 14 157 a Leme) et la plus grande densité de Rio de Janeiro avec 35 618 habitants par kilomètre carré, plus qu’à Dacca (Bangladesh, 29 401), Mumbai (Inde, 20 680) ou Djakarta (Indonésie, 16 548). Avec 92 156 logements, bâtiments, bureaux et espaces commerciaux Copacabana représente à elle seule 9% de la taxe foncière totale recueillies dans la commune de Rio de Janeiro. Elle compte plus de 92 000 téléphones fixes et près de 180 000 téléphones portables, un téléphone pour 1,9 habitant[12].

Figure 17 Copacabana aujourd’hui

En haut à gauche Vista da Praia de Copacabana do alto do Morro do Leme, à droite au premier plan la pointe du fort. Au milieu à gauche vue en direction de la pointe du fort, à droite vers Leme. En bas à gauche Copacabana vue du sommet du Pain de Sucre J. Nabucet 2009, à droite la plage en « hiver » HThéry2009.

Aujourd’hui, Copacabana a perdu beaucoup de son prestige par rapport à d’autres quartiers situés plus loin sur la côte, comme Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca et Recreio dos Bandeirantes. Cependant, le glamour du passé est resté dans la mémoire des générations plus âgées, et Copacabana – naguère le quartier chic des artistes de la radio, du cinéma et de la télévision – a désormais la plus grande population âgée de la ville, qui, après avoir atteint la retraite, a choisi le quartier pour y passer les dernières années de sa vie.

Copacabana est donc devenu un quartier de vieux, environ un tiers de sa population (43 431 personnes en 2010) est composé de personnes âgées de plus de soixante ans, la plus forte proportion de toute la ville[13]. On a même plus dire que si la capitale n’avait pas été transférée à Brasilia la première mesure du gouvernement Lula n’aurait pas pu être d’imposer aux retraités des cotisations sociales qui ont diminué leurs revenus de 11%, ils auraient sans aucun doute assiégé en force l’ancien palais présidentiel du Catete, dans le quartier voisin.

Feux d’artifices de conclusion

Copacabana reste toutefois au moins une fois par ne le centre de l’attention de la ville, du pays et un des hauts-lieux de la planète, dans la nuit du Réveillon, grâce à ses feux d’artifice qui « ouvrent les portes de l’année ».

Figure 18 Feux d’artifices du Réveillon

Sources: Fernando Maia/ Riotur (31/12/2013), http://fotospublicas.com/no-rio-de-janeiro-34-mil-fogos-de-artificio-irao-iluminar-o-ceu-de-copacabana-por-16-minutos/ , https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas et https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/325180/bombeiros-e-pms-pedem-cancelamento-do-reveillonem-copacabana

 

Bien sûr, des feux d’artifice étaient déjà lancés sur les sables de Copacabana, dès la première phase d’urbanisation du quartier (dans la première moitié du XXe siècle), accompagnant les groupes de religions afro-brésiliennes qui célèbrent leurs cultes à la déesse de la mer, Iemanja, dans la nuit 31 décembre. Mais c’est avec l’alliance de la mairie avec une chaîne d’hôtel, en 1981, que l’événement est devenu officiel et a commencé à faire partie de la tradition du Réveillon à Rio, qui attire des millions de spectateurs brésiliens et étrangers.

Le spectacle a pris des proportions gigantesques (figure 18). En 2015 des barges chargées de 24 tonnes de feux d’artifice, ont été remorquées face à la plage pour un spectacle géant marquant l’arrivée de 2016 et célébrant les 100 ans de la samba et les Jeux Olympiques de Rio. Seize minutes d’illuminations, dans des tons vert, violet et orange, aboutissant à un moment où le ciel a été illuminé en blanc pour symboliser la paix[14]. Espérons que ce ne soient pas là les derniers feux de Copacabana…

[1] En suivant principalement l’article de Jenner da Silva Soares “Copacabana em muito mais de 100 anos”, http://jensoares.blogspot.com.br/p/copacabana-em-muito-mais-de-100-anos.html, sauf indication contraire pour le texte et les images.

[2] La “France Antarctique” qu’avait voulu créer l’expédition commandée par Nicolas Durand de Villegagnon, arrivée en 1555, n’avait pas résisté aux dissensions entre catholiques et protestants et elle fut expulsée en 1560.

[3] http://copacabana.com/historia-de-copacabana

[4] Sources http://www.cruzterrasanta.com.br/historia-de-nossa-senhora-de-copacabana/31/102/#c  et http://www.dicionariotupiguarani.com.br/dicionario/copacabana/

[5] Source: http://www.fortedecopacabana.com/historia.html

[6] Source : http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[7] Sources: https://ama2345decopacabana.wordpress.com/planejamento-urbano/processo-de-urbanizacao-em-copacabana/, http://rioantigofotos.blogspot.com.br/2009_12_01_archive.html , http://lemeantigo.blogspot.com.br/p/fotos.html et http://www.rioquepassou.com.br/2004/05/05/tunel-velho-boca-de-botafogo-1963/

[8] L’extinction du foyer endémique de la Havane, en 1901, avait démontré que les moustiques sont l’unique disséminateur de la maladie. Oswaldo Cruz, chargé d’organiser la lutte contre la fièvre jaune, refit à Rio de Janeiro ce qui avait été fait à la Havane. La mortalité, qui auparavant était en moyenne de 150 décès par mois, tomba à 8 au mois d’avril et à 4 au mois de juin. Au mois de janvier 1904, on ne comptait que 3 décès. Source A. Dastre, Revue scientifique – La Lutte contre la fièvre jaune, Revue des Deux Mondes, 5e période, tome 29, 1905 (pp. 216-228). https://fr.wikisource.org/wiki/Revue_scientifique_-_La_Lutte_contre_la_fi%C3%A8vre_jaune

[9] https://pt.wikipedia.org/wiki/Copacabana  et http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[10] Le Point, 08/04/2010,

[11] Sa version la plus connue, Girl from Ipanema, a été publié par Verve Records l’année suivante, sur le disque Getz / Gilberto, chantée par Astrud Gilberto et accompagnée João Gilberto et Stan Getz, avec la participation de Tom Jobim au piano (https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA ).

[12] http://copacabana.com/dados-sobre-copacabana/

[13] http://brasil.estadao.com.br/noticias/geral,copacabana-e-o-bairro-com-maior-numero-de-idosos-do-pais-diz-censo,739329

[14] https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas

Le Rodoanel, rocade autoroutière de São Paulo

Le Rodoanel Mário Covas (SP-21), mieux connu sous le nom de Rodoanel Metropolitano de São Paulo est le plus grand chantier routier du pays, c’est une rocade autoroutière à deux fois trois voies de 180 kilomètres, encore en construction autour du centre de São Paulo. Elle est principalement destinée à réduire l’intense trafic de camions venant de l’intérieur de l’État et des différentes régions du pays, qui y provoque une grave congestion urbaine. Le Rodoanel a donc été pensé comme un moyen de dévier des flux comme, par exemple ceux qui vont du port de Santos, au sud de la ville, vers Rio de Janeiro, à l’ouest, sans passer par le centre-ville.

En effet, les voies sur berge des rios Tietê et Pinheiros y jouent à la fois le rôle de desserte locale et de liaison entre les autoroutes convergeant vers São Paulo et elles sont constamment saturées. L’idée est donc venue aux responsables de la construction des infrastructures routières d’implanter un anneau autoroutier comparable à celui qui existe autour de bon nombre de villes nord-américaines et de métropoles européennes (comme les autoroutes A86 et Francilienne autour de Paris, A10 autour de Berlin et M25 autour de Londres, le MKAD à Moscou, le Ring de Bruxelles ou le Grand raccordement annulaire/GRA de Rome).

Un immense chantier

Sa construction a été et est encore un gigantesque chantier, car les voies et les échangeurs ont été largement dimensionnés et la topographie en demi-oranges[1] a exigé beaucoup de remblais et déblais. De vastes tranchées ont révélé la terre rouge du sous-sol et par endroit éventré des collines couvertes d’une dense forêt tropicale jusque-là préservée, au grand chagrin des ONGs de préservation de l’environnement (figure 1). Des mesures compensatoires ont toutefois été prises, si vastes que les viviers de toute la région ont eu beaucoup de mal à fournir les millions des boutures d’arbres requises pour les plantations à réaliser.

Figure 1 Déblais et remblais sur les chantiers du Rodoanel

Photos Hervé Théry 2009

Par ailleurs, il a fallu en plusieurs points franchir les bras des lacs de barrage qui fonctionnent aujourd’hui comme réserve d’eau potable pour la ville.  Il a donc fallu prendre de grandes précautions pour que les énormes volumes de terre remuée par les engins de chantier n’aillent pas polluer ces réserves d’eau, principalement lors de la saison des pluies, très violente en climat tropical. Avec la collaboration des services de la mairie et de l’État de São Paulo, les compagnies de travaux publics qui avaient remporté les marchés de construction avaient mis en place, lors de cette phase du chantier, un système d’alerte qui arrêtait automatiquement le chantier si une pollution était détectée dans les lacs.

Figure 2 Étapes de la construction d’un pont 1

Photos Hervé Théry 2008 et http://www.dnit.gov.br/noticias/trecho-sul-do-rodoanel-e-inaugurado/image/image_view_fullscreen

La qualité des mesures prises pour protéger l’environnement et la durée des travaux ont de ce fait pendant plusieurs années fait du Rodoanel l’une des destinations favorites des professeurs des universités de São Paulo pour mener des visites de chantiers avec leurs étudiants de génie civil, biologie, environnement et géographie.

Figure 3 Étapes de la construction d’un pont 2

Photos Hervé Théry 2009 et 2012

Situation

Le Rodoanel est à la fois une infrastructure d’intérêt national, car les axes qui y convergent relient São Paulo, le principal pôle économique national, au reste du pays, et la figure 4 fait bien apparaître la convergence vers lui de ses voies principales. On y voit bien l’éventail de routes qui s’étend du nord-est (vers Rio de Janeiro et au-delà) au sud-ouest (vers le Sud du Brésil, l’Uruguay et l’Argentine). Au sud-est il donne en outre accès au port de Santos, en contrebas de São Paulo, porte d’entrée de la plupart des importations du pays et principal port de sortie pour des exportations dont le Brésil est le premier producteur mondial, comme le sucre, l’alcool combustible, le café et le soja (dans ce dernier cas, conjointement avec le port de Paranaguá, dans le Paraná).

Figure 4 São Paulo dans les réseaux routiers brésiliens

C’est donc aussi un point de passage obligé pour les relations d’autres régions entre elles, par exemple entre Rio de Janeiro et le sud du pays, ou entre le Sud et le Nordeste, au long d’un axe parallèle au littoral mais situé non pas dans les étroites plaines littorales ou à flanc de la Serra do Mar mais sur le haut plateau intérieur. Le trajet passe donc inévitablement par São Paulo même si les voitures, bus et camions qui le fréquentent n’ont rien à y faire, redoutent ce passage et souhaiteraient l’éviter.

Figure 5 São Paulo, noeud de communications

http://www.sp-turismo.com/mapa.htm

Mais c’est aussi une voie d’intérêt local, car il redistribue les circulations entre divers points de l’agglomération, les banlieues industrielles et les zones résidentielles, les condominiums fermés des classes aisées à l’ouest et les grands ensembles des classes populaires à l’est, le littoral où se sont développées d’importantes infrastructures touristiques, et l’intérieur d’où vient la nourriture nécessaire à la subsistance de près de vingt millions de personnes.

La rocade a été d’emblée conçue comme une voie autoroutière, avec de larges espaces vides ou à remplir, à proximité des zones résidentielles, par des plantations forestières afin d’éviter l’occupation des zones voisines. Néanmoins, sa simple présence – et même souvent l’annonce de son tracé – a provoqué un mouvement intense de spéculation dans ces régions, la proximité de la rocade devenant un facteur attractif même si les points d’entrée sont volontairement rares.

Figure 6 Le Rodoanel de São Paulo

https://goppp.wordpress.com/2011/08/02/be-bid-abre-painel-para-investigar-obra-do-rodoanel/

Antécédents et genèse

L’idée d’une rocade contournant le cœur de la région du Grand São Paulo avait été envisagée par les planificateurs urbains depuis la deuxième décennie du XXe siècle. Elle avait fini par donner naissance, dans les années 1970, aux deux voies sur berge du Tietê et du Pinheiros et aux avenues Jacu Pêssego et Fabio Eduardo Ramos Esquível. Ensemble elles forment un cercle distant de 5 à 10 km de la capitale et relient entre elles les dix principales autoroutes[2] qui arrivent dans la ville de São Paulo. Elles délimitent le « centre élargi » (en jaune sur la figure 6) où s’appliquent des restrictions de circulation aux heures de pointe, un jour par semaine, en fonction du numéro de plaque minéralogique des véhicules.

Mais ces voies ont perdu leurs caractéristiques de voies rapides et sont devenues de banales voies urbaines. Au fil du temps et de la croissance de la ville, elles ont été incluses dans des régions densément peuplées, la multiplication des intersections et des feux de circulation a provoqué une saturation du système. Des études menées avant 1992 avaient examiné trois solutions de rechange et de nombreuses variantes dans un rayon de 10 à 40 km du centre de São Paulo. Les volumes de trafic permis par chaque projet dépendaient du tracé, la distance au centre influant directement sur le volume de trafic attiré par le projet, sa longueur totale de la voie nouvelle et les types d’impacts provoqués. Le choix a finalement été fait de tracer le Rodoanel à une distance de 20 à 30 km du centre.

Figure 7 Les quatre tronçons du Rodoanel et les dix autoroutes qu’il relie

http://cdn1.sempretops.com/wp-content/uploads/mapa-rodoanel.jpg et https://commons.wikimedia.org/wiki/File:RodoanelSP.JPG

Les quatre tronçons

L’exécution des travaux a été divisée en quatre sections, Ouest, Sud, Est et Nord. Plus de 75% du parcours total ont été livrés, les tronçons Ouest, Sud et Est, inaugurés respectivement en 2002, 2010 et 2014. La partie Nord, encore en construction, devrait ouvrir en mars 2018.

Tronçon Ouest (32 km)

Inauguré le 11 octobre 2002, ce tronçon est de 32 km permet l’accès aux autoroutes Régis Bittencourt, Bandeirantes, Anhanguera, Castelo Branco et Raposo Tavares. Il vise à empêcher que les véhicules qui veulent seulement passer de l’une à l’autre de ces autoroutes empruntent le dernier tronçon des voies sur berge Tietê et Pinheiros et d’autres avenues qui traversent l’ouest de la capitale.

Figure 8 Échangeurs autoroutiers sur le Rodoanel

http://www.constran.com.br/contratodetalhes.php?idcontrato=39

Tronçon Sud (57 km)

Ouverte le 1er avril 2010, la partie sud du Rodoanel prolonge le segment ouest à partir de l’échangeur avec la Régis Bittencourt, passe par les échangeurs avec les autoroutes Imigrantes et Anchieta (qui donnent accès au port de Santos et aux stations balnéaires du littoral) puis au « complexe routier » Jacu Pêssego et de là à l’autoroute Ayrton Senna, vers Rio de Janeiro.

La construction de ce tronçon devait initialement commencer en 2003, peu de temps après la fin de celle du tronçon ouest et devait être terminée en 2008, mais une série de problèmes environnementaux et de questions politiques (qui ont ralenti le transfert des fonds) a ont eu pour conséquence que le contrat n’a été signé que trois ans plus tard, le 27 avril 2006. Le premier coup de pioche (ou plutôt de pelleteuse) a été donné 28 mai 2007, et l’inauguration célébrée le 30 mars 2010. Son ouverture a réduit la circulation des camions de 43% sur la voie sur berge Pinheiros et de 37% des véhicules sur l’Avenida dos Bandeirantes. Mais deux mois plus tard, une partie des véhicules lourds étaient de retour, préférant les embouteillages aux péages, en juin 2010, il y avait 18% de camions de plus sur l’avenue par rapport à l’après-inauguration du tronçon Sud. Pourtant, le trafic sur l’avenue Bandeirantes était encore loin de ce qu’il était lorsque le tronçon Sud n’existait pas, à l’époque il y avait en moyenne 30% de camions en plus.

Tronçon Est (43,5 km)

Sur le tronçon de 38 km entre Mauá et l’autoroute Ayrton Senna les travaux avaient commencé le 11 août 2011. Il a ouvert le 3 juillet 2014 et le tronçon restant de 5,5 km vers l’Ayrton Senna a suivi le 27 juin 2015. Ce tronçon sud sert à la liaison entre les autoroutes qui desservent le port de Santos (et le littoral) avec cette autoroutes menant vers Rio de Janeiro et tout le Nord du pays, en évitant de passer par le centre de São Paulo.

Tronçon Nord (44 km)

Les travaux de ce tronçon ont commencé le 11 mars 2013, il reliera les parties ouest et est, complétant ainsi la rocade, et donnera accès, par une bretelle à l’aéroport international de Guarulhos (figure 9) et aux autoroutes Presidente Dutra (vers Rio de Janeiro) et Fernão Dias (vers Belo Horizonte). Il servira à retirer de la voie sur berge du Tietê les véhicules venant du Minas Gerais, au nord, ou de la vallée do Paraíba et de Rio de Janeiro, à l’est. On estime que ce tronçon verra quotidiennement passer 65 000 véhicules dont 30 000 camions.

Figure 9 Accès du tronçon nord à l’aéroport et aux autoroutes

http://www.penaestrada.com.br/obras-rodoanel-norte/

Ce tronçon présente des particularités qui compliquent sa construction. La première est la présence des hautes collines de la Serra da Cantareira, au nord de la ville de São Paulo, une ceinture verte reconnue comme région de préservation de l’environnement par l’UNESCO. Cela exige que la voie soit conçue différemment, avec plusieurs kilomètres de viaducs et tunnels.

Figure 10 Les travaux du tronçon nord entre Serra da Cantareira et São Paulo

O Gov

Alexandre Carvalho/A2img, http://fotospublicas.com/geraldo-alckmin-participou-de-visita-tecnica-ao-lote-3-do-trecho-norte-do-rodoanel-mario-covas/

Un autre facteur est l’existence de la route Dom Pedro I (SP065), qui relie déjà l’autoroute Presidente Dutra à Campinas, à moins de 50 kilomètres au nord du tronçon nord: elle est considérée comme sous-utilisée, bien qu’elle porte déjà pratiquement tout le flux de circulation entre le Minas Gerais, la vallée do Paraíba et Rio de Janeiro.

La construction de ce tronçon a donc été longtemps retardée par le retard du financement de la BID (Banque Interaméricaine de Développement), qui a exigé plusieurs changements dans les documents d’appel d’offres, ce qui a causé de nombreux recours déposés par les concurrents et amené les organismes de contrôle à poser de nombreuses questions. Ces difficultés ont finalement été surmontées et en décembre 2012, la BID a fait son premier versement de fonds en faveur du gouvernement de l’État pour la construction du tronçon. Les travaux devraient se terminer en 2018, s’il n’y a plus de recours en justice.

Retards et controverses

La mise en œuvre du projet Rodoanel, qui a déjà coûté plus de 1 milliard de Reais[3] aux coffres publics depuis 1998, a fait l’objet de plusieurs plaintes pour surfacturation depuis 2001 et un audit de la Cour des comptes (TCU) réalisé entre janvier 2007 et juillet 2008 en a effectivement apporté la preuve dans la construction du tronçon sud. Le Bureau du procureur général et la police fédérale ont demandé les détails sur des détournements de fonds publics, estimés à 39,6 millions de Reais[4].

Les travaux ont par ailleurs connu plusieurs interruptions. En 2016 (Senra 2016) une grève d’environ un mois sur l’un des lots a conduit le Dersa[5] à menacer de rompre le contrat avec le consortium chargé de le construire. Jusqu’alors, moins de la moitié (42%) du travail avait été fait. Ce n’était pas la première fois que le consortium responsable du lot 1 avait interrompu la construction. Selon la Dersa l’entrepreneur avait déjà suspendu les travaux pendant environ deux mois au début de 2015. Le but était d’amener la Dersa à signer un avenant au contrat d’un montant de 716 millions de Reais[6]. La décision a été reportée de trois mois, après que la police fédérale ait ouvert une enquête sur des surfacturations d’au moins 170 millions de Reais[7] dans les travaux de terrassement.

En mars 2017, le journal O Estado de São Paulo (Estadão 2017) notait qu’au cours des quatre années écoulées depuis le début des travaux, en février 2013, un peu plus de la moitié du projet (55%) avait été réalisée, et que ce serait « un acte de foi » de penser qu’en un an les 45% restants seraient terminés. Leur conclusion a déjà été reportée à trois reprises : à février 2016, juin 2017 et maintenant mars 2018. Les retards ont entraîné des modifications contractuelles qui représentent déjà une augmentation de 235 millions de Reais par rapport au coût total des travaux initialement prévu de 4 milliards de Reais[8].

La Dersa a attribué les retards aux difficultés rencontrées pour mener à bien les expropriations nécessaires, en particulier dans la ville de Guarulhos, à travers de laquelle passe la plus grande partie du tronçon Nord. Selon elle, 95% des expropriations ont été faites devant les tribunaux, ce qui a soumis l’avancement des travaux au – très lent – progrès des affaires devant les tribunaux. En outre, le Ministère Public de l’État (MPE) a commencé une enquête sur les activités d’un gang formé par des avocats et des juges qui agissaient de manière coordonnée pour augmenter l’évaluation des biens immobiliers expropriés de plus de 100% du montant dû. Selon l’accusation, les pertes subies par les caisses de l’État peuvent atteindre 1,3 milliard de Reais[9], pas moins d’un tiers de la valeur totale des travaux.

Le Rodoanel est donc un bon exemple de la situation toute spéciale de São Paulo dans le pays. On peut donc y voir, d’une certaine façon, son image même, de sa puissance économique et de sa primauté urbaine unique au Brésil, mais aussi des difficultés immenses créées par cette puissance, en termes de flux à contrôler, de contrastes à gérer, de risques d’explosion toujours présents. Cette rocade fait bien partie de la métropole brésilienne par excellence, celle qui résume les forces, les potentiels, mais aussi les fragilités et les contradictions du Brésil actuel.

Bibliographie

Wikipedia, Rodoanel Mário Covas, https://pt.wikipedia.org/wiki/Rodoanel_M%C3%A1rio_Covas

Senra, Ricardo, “Consórcio paralisa obra do Rodoanel Norte e Dersa ameaça romper contrato”, O Estado de S. Paulo 03/06/2016, http://noticias.uol.com.br/ultimas-noticias/agencia-estado/2016/06/03/consorcio-paralisa-obra-do-rodoanel-norte-e-dersa-ameaca-romper-contrato.htm

Estadão, “O atraso do Rodoanel”, O Estado de S.Paulo, 04 Março 2017, http://opiniao.estadao.com.br/noticias/geral,o-atraso-do-rodoanel,70001686476

[1] Colline hémisphérique modelée dans les altérites, typique des socles en milieu tropical humide.

[2] Anhanguera, Bandeirantes, Castelo Branco, Raposo Tavares, Régis Bittencourt, Imigrantes, Anchieta, Ayrton Senna, Presidente Dutra et Fernão Dias

[3] 277 millions d’Euros au cours de juillet 2017

[4] 11 millions d’Euros au même cours

[5] Le DERSA – (Desenvolvimento Rodoviário S.A.) est une société de capital mixte, contrôlée par le gouvernement de l’État de São Paulo, dont le but est de construire, d’exploiter, d’entretenir et de gérer les routes

[6] 199 millions d’Euros

[7] 47 millions d’Euros

[8] 65 millions d’Euros sur 1,1 milliard

[9] 360 millions d’Euros