Archives par mot-clé : transports

Distances au Brésil et dans le monde, voyages imaginaires

Ce voyage imaginaire a commencé quand j’ai voulu calculer les distances séparant São Paulo, par la route, des frontières des pays voisins, en utilisant le logiciel Google Maps. J’avais besoin de ces données pour m’aider à convaincre des lecteurs français que si les Brésiliens parlent peu les langues étrangères c’est en grande partie parce que – leur pays étant immense – il leur est difficile de se rendre à l’étranger. Par exemple, pour les habitants de São Paulo, la plus peuplée du pays, la frontière la plus proche est située à plus de 1 000 kilomètres.

Une fois cette mesure effectuée, il était tentant d’utiliser les possibilités de cet outil pour d’autres recherches. D’abord sur les distances routières entre Brasilia et les autres capitales sud-américaines, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur du Brésil, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur des grands pays de taille comparable ou supérieure à celle du Brésil. Et finalement sur les plus grandes distance possibles que l’on puisse parcourir par la route dans le monde, selon Google Maps, soit d’une seule traite, soit en enchaînant les étapes.

Tableau 1 Distances entre São Paulo et les frontières des pays voisins

Distance (km) Temps (h)
Foz do Iguaçu 1.061 12,5
Corumbá 1.432 16,75
Chuí 1.654 19,5
Guajara Mirim 3.311 45
Cruzeiro do Sul 4.131 56
Pacaraima 4.810 67

La frontière la plus proche de São Paulo, d’après Google Maps, est atteinte à Foz do Iguaçu (où se situent les cataractes de l’Iguaçu[1]) à 1 061 km de la ville. Corumbá, à la frontière de la Bolivie est à 1 400 km, la frontière de l’Uruguay sur le rio Chui est à plus de 1 600 km et les suivantes sont beaucoup plus lointaines : Guajara-Mirim, autre frontière avec la Bolivie, est à 3 300 km et Cruzeiro do Sul, près de la frontière du Pérou à 4 005 km. Enfin Pacaraima, à la frontière du Venezuela est à près de 5 000 km, 4 810 exactement d’après Google Maps.

Photo 1 Le kilomètre zéro de la route BR101, plus de 4 500 km de bout en bout

RN Marco zero BR101 B

En poursuivant l’exercice par la mesure des distances entre Brasilia et les autres capitales sud-américaine, on constate que la plus proche et une fois encore celle du Paraguay, Asunción, à un peu moins de 2 000 km. Montevideo, la capitale uruguayenne est à environ 3 000 km, ainsi que La Paz, en Bolivie, et Buenos Aires, en Argentine. Les suivantes sont nettement plus loin, Santiago à 4 000 km, Lima à un peu plus de 4 500, Caracas à 5 600 et enfin les capitales andines les plus lointaines, Quito et Bogotá, sont respectivement à 6 300 et 6 700 km (cette dernière via le Venezuela), trajets qui d’après Google Maps prendraient 87 et 97 heures de route, en roulant jour et nuit.

Tableau 2 Distances entre Brasília et les autres capitales sud-américaines

Distance (km) Temps(h)
Asunción 1.860 24
Montevideo 2.930 34
La Paz 3.007 41
Buenos Aires 3.209 37
Santiago de Chile 3.907 47
Lima 4.526 61
Caracas 5.654 79
Quito 6.376 87
Bogotá 6.712 97

Photo 2 Panneau routier à la sortie nord de Brasília

DF plaque Fortaleza 2273

Passant de mesures relativement réalistes à un exercice de fiction, je me suis demandé ce que représenterait un tour du Brésil passant par les capitales de tous ses États fédérés. Cela pourrait être une idée de rallye (mais certainement pas de tour cycliste !), et la question s’est posée récemment puisqu’avant les Jeux Olympiques qui doivent se tenir à Rio de Janeiro en 2016 la torche olympique doit parcourir toutes les capitales brésiliennes. Le parcours se fait en grande partie en avion (rotas aéreas, en bleu sur la figure 1) mais que se passerait-il si l’on devait le faire par la route ?

Figure 1 Le parcours de la torche olympique

Tocha olimpica 1435942515664

http://esportes.estadao.com.br/noticias/jogos-olimpicos,tocha-olimpica-inova-ao-ganhar-cores-e-movimento,1718550

Tableau 3 Tour du Brésil

Distance (km) Temps (h)
1 – Porto Alegre – Boa Vista 9.667 132
2 – Boa Vista – Maceió 7.401 109
3 – Maceió – Brasilia 3.818 52
Total 20.886 293

Comme le logiciel ne permet pas de programmer plus de 10 étapes j’ai dû fractionner ce tour du Brésil en plusieurs tronçons, et la règle que je me suis donné était de passer par toutes les capitales avec un minimum d’aller-retour. Sur le premier tronçon, partant de Porto Alegre et allant jusqu’en Amazonie le seul aller-retour a été celui qui permet, depuis Porto Velho, de passer par l’Acre, dans l’extrême ouest. Le deuxième tronçon partant de Boa Vista, repasse à Manaus, ce sera le deuxième et dernier aller-retour. Ensuite de Manaus le trajet rejoint la côte du Nordeste[2], puis un troisième tronçon va de Maceió à Brasilia, ce qui permet de faire aboutir le tour du Brésil dans la capitale fédérale. Une seule capitale d’État est laissée de côté, Macapá, pour la bonne raison qu’elle n’est pas accessible par la route depuis Belém (il faudrait traverser l’embouchure de l’Amazone), alors qu’elle est reliée à Cayenne, en Guyane française

Au total le parcours de ce tour du Brésil représente – toujours selon Google Maps – près de 21 000 km (plus de la moitié de la circonférence terrestre) et 293 heures (douze jours et douze nuits). On remarquera qu’un tour de l’Amérique du Sud construit selon les mêmes principes serait un peu plus court, il ne faudrait parcourir « que » 18 768 km pour rejoindre les capitales sud-américaines (sauf celles des Guyanes).

Figure 2 Tour du Brésil et de l’Amérique du Sud

Tour du Brésil

Photo 3 Panneau routier à la sortie de Santarém, en Amazonie

PA Santarem plaque de distances

Ayant ainsi exploré les distances à l’intérieur du Brésil et de son continent, j’ai eu envie de faire le même exercice pour les autres très grands pays du monde, ce que le logiciel permet puisqu’il couvre l’ensemble de la planète. J’ai donc essayé de calculer les plus longues distances possible à l’intérieur de ces pays, elles apparaissent sur le tableau 4 et la figure 3, dans le même ordre.

Tableau 4 Distances maximales à l’intérieur des grands pays

Distance Temps Pays
Chuí – Cruzeiro do Sul 5.141 69 Brésil
Bangor – San Diego 5.194 48 États-Unis
Cairn – Perth 5.256 57 Australie
Québec – Prince Rupert 5.309 55 Canada
Zhanjiang – Kashi 5.330 78 Chine
Pacaraima – João Pessoa[3] 5.585 81 Brésil
Chui – Pacaraima 5.819 80 Brésil
Sébastopol – Vladivostok 10.169 124 Russie
Mourmansk – Vladivostok 10.378 125 Russie

Des distances équivalentes à celles observées au Brésil se retrouvent Australie, au Canada, aux États-Unis ou en Chine, dépassant 5 000 km. Les records mondiaux sont toutefois atteints en Russie, le plus grand pays au monde (plus du double de la superficie du Brésil) et l’on arrive à y projeter des parcours de plus de 10 000 km, comme entre Sébastopol et Vladivostok ou entre Mourmansk et Vladivostok. Dans les deux cas il s’agit de ports militaires et ces distances sont probablement franchies par des convois de transferts de matériel entre un port et l’autre (même si ceux-ci se font plutôt par chemins de fer).

Figure 3 Les plus longs trajets possibles dans les plus grands pays au monde

Distance max grand pays portrait v2

Explorant davantage les possibilités de Google Maps je me suis ensuite demandé quelles étaient les plus grandes étapes que l’on pouvait programmer sur le logiciel en une seule traite, de point à point : les plus longues que j’ai obtenues figureraient sur le continent américain s’il n’y avait pas une coupure de la Panaméricaine entre le nord de la Colombie et le sud du Panama. Il n’a en effet jamais été possible d’y construire une route, à cause du terrain extrêmement accidenté et surtout des pluies très abondantes qui tombent dans cette région.

Tableau 5 Les plus longues distances possibles en une seule étape

Distance Temps
Ushuaia – Turbo 9.882 126
Yaviza – Anchorage 11.511 131
Paris- Vladivostok 12.018 139
Le Cap – Nordkapp 17.512 225

De ce fait les plus longues étapes se font soit en Amérique du Sud, soit en Amérique du Nord. D’Ushuaia, à la pointe de la Patagonie, à la dernière ville atteinte par la route au nord de la Colombie le trajet est près de 10 000 km, puis de la première ville au sud du Panama jusqu’en Alaska il est de 11 500 km, et si les deux trajets étaient réunis on aurait un parcours de 20 000 km, la moitié de la circonférence terrestre. Je n’ai pas fait figurer dans le tableau 5 les distances internes à la Russie déjà mentionnées, j’ai juste ajouté – pour le plaisir de rêver – un trajet Paris-Vladivostok de 12 000 km. Dans le même ordre d’idée on peut planifier, en ayant beaucoup de temps devant soi, un trajet entre le Cap Nord, au nord de la Norvège, et Le Cap, en Afrique du Sud, une bagatelle de 17 500 km.

Figure 4 Les plus longues distances d’une seule traite

Une etape

Je me suis enfin demandé si l’on pouvait à partir du logiciel planifier un tour du monde routier – ou du moins du Vieux Monde, puisque les Amériques sont ici hors-jeu –  en parcourant le plus grand nombre possible de kilomètres. À cette occasion j’ai remarqué une limitation de Google Maps, pour lequel certaines frontières ne peuvent pas être franchies, alors qu’en réalité l’examen de la carte montre qu’il existe bel et bien un passage (figure 4), il s’agit donc de blocages géopolitiques.

Figure 5 « Impossible de calculer l’itinéraire entre Lahore, Pakistan et Amritsar, Pendjab, Inde »

Lahore Amritsar

En partant de Vladivostok il est ainsi possible de programmer un voyage qui traverse toute l’Eurasie jusqu’au nord de la Norvège (mais sans aller jusqu’au Cap Nord pour éviter un aller-retour) et de là jusqu’au sud de l’Afrique, puis qui repart vers le nord jusqu’à Wadi Halfa, à la frontière nord du Soudan. Comme le passage entre le Soudan et l’Égypte n’est pas permis par le logiciel, le deuxième trajet repart d’Assouan, dans le sud de l’Égypte, et va sans encombre jusqu’au Pakistan, d’où – selon logiciel – il n’est pas possible de passer en Inde.

Tableau 6 Un tour du Monde par la route

Distance Temps
1- Vladivostok Wadi Halfa 36.269 454
2 – Assouan Lahore 6.940 85
3 – Amritsar Hanoi 10.685 172
4 – Nanning Yanbian 4.850 61
Total 58.744 772

Figure 6 Un tour du Vieux Monde par la route

Tour du Monde

Le troisième trajet repart donc d’Amritsar, juste au-delà de la frontière indienne et se poursuit jusqu’à Hanoi, où il s’arrête, puisque la Chine semble avoir fermé ses frontières terrestres, et il faut donc ajouter un trajet purement chinois, entre Nanning et Yanbian, pour atteindre la frontière avec la Russie, d’où l’on pourrait boucler le trajet en revenant à Vladivostok. Au total le parcours représente 58 744 km toujours, d’après Google Maps, sans compter les (petits) raccords[4] qui serait nécessaires.

Sa durée théorique de 772 heures représenterait donc un peu plus de 30 jours, bien moins que les 80 jours qu’il avait fallu à Phileas Fogg pour faire le tour du monde mais cela supposerait des automobilistes héroïques, roulant jour et nuit sur des routes pas toujours faciles, sans compter les franchissements de frontières et autres aventures qui ne manqueraient pas de se produire sur un aussi long trajet. Mais ces petites contingences – qui font une bonne part de la saveur des vrais voyages – ne concernent pas  qui fait, comme Xavier de Maistre[5], un « voyage autour de [sa] chambre », ou en l’occurrence autour de son écran.

[1] https://braises.hypotheses.org/664

[2] En empruntant la Transamazonienne puisque le logiciel le juge possible, alors qu’elle est en fait difficilement utilisable dans sa partie occidentale, au-delà d’Altamira, uniquement en 4×4 en saison sèche.

[3] On pourrait afficher 6 711 km entre Paracaraima et João Pessoa si Google Maps n’offrait pas la possibilité de passer par la Transamazonienne, et qu’il faille donc passer plus au sud.

[4] Environ 30 km entre Wadi Halfa et Assouan, 48 km entre Lahore et Amritsar, 330 km entre Yanbian et Vladivostok.

[5] Voyage autour de ma chambre (1794), réédition Mille et une Nuits, Paris, 2002. Il écrivit ce livre au cours des quarante-deux jours d’arrêts qui lui furent infligés pour s’être livré à un duel contre un officier piémontais

Ce que disent les fuselages, orgueil et décadence

Une série de photos d’avions prises lors de voyages sur les lignes aériennes intérieures brésiliennes – à l’époque sans intentions particulières – permettent de raconter une histoire. Rien qu’en les juxtaposant on révèle l’orgueil éclatant de la compagnie conquérante, et du pays dont elle porte les couleurs, jusqu’à la triste image de celles qui ont fait faillite et donc les avions pourrissent au bord des pistes, sous les yeux des voyageurs.

TAM, l’orgueil d´être brésilienne

symboles orgueil 3

Le slogan était alors non seulement peint sur le fuselage, mais répété par les hôtesses et stewards à chaque atterrissage.

Transporteur officiel de la Sélection brésilienne

Seleção

Photo prise a Natal en mars 2015, plusieurs mois après la Coupe du Monde de 2014, où la seleção brésilienne ne s’est pas particulièrement distinguée.

Les avions de Vladimir Poutine à Brasília

DF Avions russes 2

Brasília a eu l’honneur de la visite de Vladimir Poutine, accompagné d’une nombreuse délégation, à l’occasion d’une réunion des pays du groupe BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine).

Un des derniers avions de la Varig

Varig Belem

La Varig a longtemps été la compagnie porte-drapeau du Brésil, jusqu’à ce qu’elle soit rachetée, au bord de la faillite, par la Gol, qui a commencé comme une modeste compagnie low-cost lancée par un groupe spécialisé dans le transport en autobus. Pour lui éviter de reprendre le passif de la Varig, celle-ci a été scindée en deux compagnies dont l’une n’a gardé que quelques avions … et les dettes.

Avions de ça Transbrasil abandonnés à Brasília en 2011…

Avions abandonnes Brasilia 2011

La Transbrasil n’a pas eu la même chance et a fait purement et simplement faillite, plusieurs de ses avions sont stationnés depuis des années, sans leurs moteurs, sur l’aéroport de Brasília.

… et les mêmes en 2015

Avions abandonnes Brasilia 2015 1

Au fil des années ils se dégradent et tombent littéralement en morceaux

Avions de la Vasp abandonnés à São Paulo

Vasp

La compagnie de l’État de São Paulo, la Vasp, a elle aussi fait faillite et ses avions ont été abandonnés sur les aéroports de Brasilia et de São Paulo, sur un parking périphérique.

Avions abandonnés à Manaus (1)

Avions abandonnés Manaus 1

 Avions abandonnés à Manaus (2)

Avions abandonnes a Manaus

D’autres avions abandonnés à Manaus, où le climat équatorial, chaud et humide, accélère leur dégradation. Triste fin pour qui, naguère, parcourait avec orgueil le ciel brésilien.

Les embarras de São Paulo

Exergue

Dans les rues de São Paulo circulent sept millions de voitures, 34 000 taxis (sans compter les clandestins), 15 000 autobus et près d’un million de motos, selon le Registre national des véhicules à moteur et le Detran (Departamento de Trânsito). S’y ajoutent plus de 500 000 bicyclettes, selon l’Abraciclo[1]. Plus de 70% de ces deux-roues sont utilisés pour travailler (notamment les coursiers, qui sont d’après leur syndicat plus de 200 000 dans la ville) ou pour se rendre sur le lieu de travail. Au total 43,8 millions de déplacements par jour, dont 14,3 millions à pied ou en vélo, le reste en transport motorisé (bus, train, métro, taxi, voiture et moto principalement).

Même dans une agglomération de plus de 18 millions d’habitants c’est plus qu’il n’en faut pour provoquer constamment des embouteillages de grande ampleur. La ville a battu son record de congestion au début de la soirée du 23 mai «2014 : à 19h, la ville comptait 344 km de ralentissements, 39,6% des voies sous surveillance, alors que la moyenne pour cette période est de 22,4%. La principale raison évoquée pour expliquer le record, en l’absence d’accidents graves, a été la pluie tombant un vendredi soir, quand la circulation des véhicules est la plus dense, beaucoup de Paulistanos[2] prenant ce jour-là leur voiture pour partir en week-end à la fin de la journée de travail. Le précédent record avait été enregistré le 14 novembre 2013, veille de jour férié, avec 309 km de rues et avenues bloquées à 19h.

Figure 1  Embouteillages à São Paulo

congestionamento-valoreconomico

http://www.valor.com.br/brasil/3560156/sao-paulo-registra-o-maior-congestionamento-da-historia#ixzz3CH9OlilZ

La situation des transports collectifs n’est pas beaucoup meilleure : São Paulo apparaît dans l’enquête menée par la firme qui produit l’application Moovit parmi celles où les utilisateurs passent plus de temps dans les transports. Selon cette enquête, qui compare 17 villes dans le monde, São Paulo se situe à la septième place, après six autres villes latino-américaines et Los Angeles, avec un peu plus de deux heures (121 minutes) par jour.

Figure 2 Comparaison du temps passé dans les transports publics

en_us_Servay_infographics-02-1-1024x640

http://www.moovitapp.com/how-does-your-transit-commute-compare-to-the-rest-of-the-world/

Les coûts liés à la congestion des transports ont pratiquement doublé en quatre ans, selon l’enquête menée par la FGV[3]. Les données compilées par l’économiste Marcos Cintra, vice-président de la FGV-SP en 2012, ont indiqué que les pertes ou les manques à gagner ont atteint 50 milliards de Reais (16,6 milliards d’Euros) en 2012. Cette valeur est supérieure au budget de la municipalité de São Paulo en 2013 (42 milliards de Reais), le troisième budget du pays[4].

Entrent dans le calcul le coût du temps perdu dans les embouteillages (heures de travail ou de loisirs), ainsi que celui des combustibles consommés et des dépenses de santé liés à la pollution, de ce total 75% étant des biens et services non produits pendant le temps perdus. En 2008 le total était de 33 milliards, et de 14 milliards en 2004. Selon Cintra, les facteurs prépondérants de cette augmentation des coûts pour les quatre dernières années sont la croissance de la flotte de véhicules et la baisse de la vitesse moyenne de déplacement.

En 2013, les embouteillages enregistrés dans les régions métropolitaines de Rio de Janeiro et de São Paulo ont atteint un coût de 98 milliards de Reais, selon une étude technique publiée en juillet 2014 par la Firjan[5], équivalent à 2% du produit intérieur brut du pays. Dans la seule région métropolitaine de São Paulo, le coût a été de 69,4 milliards de Reais, 7,8% du PIB métropolitain. La situation pourrait empirer si des mesures appropriées ne sont pas prises, l’étude estime que le coût de la congestion de São Paulo pourrait atteindre 120 milliards de Reais. Les investissements dans la mobilité dans la région métropolitaine finissent par ne plus avoir aucun impact dans la réduction de la congestion : « Ils réduisent le taux de croissance de la congestion, qui se développe plus lentement, mais n’inversent pas la courbe ».

Figure 3 Embouteillages nocturnes à São Paulo

Congestionamento_no_Vale_do_Anhagabaú

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Congestionamento_no_Vale_do_Anhagaba%C3%BA.JPG

Les embouteillages ne sont pas une nouveauté à São Paulo, la figure 4 montre que le problème de la circulation dans la capitale de l’État est chronique et ancienne.

Figure 4 Embouteillages en 1969-70, la vallée de l’Anhangabaú vue du viaduc Santa Ifigênia

Vale do Anhangabaú em 19691970 293296_392270864162570_1043171192_n

http://www.fashionbubbles.com/historia-da-moda/fotos-da-sao-paulo-antiga-homenagem-ao-aniversario-da-cidade/

Tenter de résoudre ces problèmes est la tâche – difficile – de la CET[6], qui s’est dotée pour cela d’instruments de mesure efficaces, dont les résultats sont accessibles sur internet. Le premier figure sur la page d’accueil de son site (http://www.cetsp.com.br/), surmontée d’un bandeau qui comptabilise les kilomètres d’embouteillages dans les principales zones de la ville, et la vitesse moyenne : la figure 5 indique que le vendredi 29 aout à 18h30 on comptait 173 km de ralentissement et une vitesse moyenne de 16km/h du centre vers la banlieue et de 18 km/h en sens inverse. Ces données sont largement consultées par les automobilistes sur leur smartphones et constamment citées par les radios d’information continue.

Figure 5 Page d’accueil du site de la CET

CET 5 ven 29+8 18h30

Il en va de même pour les cartes de saturation des principaux axes routiers, qui permettent – parfois – de fuir les plus encombrés et d’en choisir d’autres qui le soient moins.

Figure 6 Carte de saturation des axes de circulation sur le même site

Mapa de fluidez 29-8-14 ven 18h36

Enfin, toujours sur le même site, un graphique de pourcentage des axes affectés par des ralentissement permet de vérifier, heure par heure, si la situation est dans la moyenne habituelle pour ce jour de la semaine et cette période de l’année, en la cadrant entre moyenne basse, moyenne haute et maximum observée. Faute de circuler, on peut au moins avoir si l’on est victime d’un embouteillage « normal »…

Figure 7 Graphique de mesure des encombrements

Percentual de lentidao 29-8-14 ven 18h38

Au-delà des moyens déployés pour mesurer les encombrements, des mesures ont heureusement été prises pour les réduire, ainsi que la pollution qu’ils provoquent. Le principal est le rodizio[7], qui interdit à une partie des automobilistes de circuler dans le centre de la ville, aux heures de pointe, en fonction du chiffre terminal de la plaque minéralogique. Aussi appelé « opération heure de pointe », il a été mis en œuvre en 1997 pour réduire la charge de polluants dans l’atmosphère, mais son intérêt principal a vite été de réduire la congestion sur les principaux axes de la ville et a été étendu aux camions en juin 2008.

Chaque jour de la semaine les voitures dont les immatriculations se terminent par deux des dix chiffres compris entre 0 et 9 ne peuvent donc pas circuler entre 7h et 10h, puis entre 17h et 20, dans tout le centre de la ville (figure 8)

Tableau

Le tableau ci-dessus ne comprend pas les week-ends, où la restriction est levée. Le rodizio est également suspendu quelques semaines pendant les vacances de fin d’année et les vacances d’été, mais aussi les jours de « ponts » entre week-ends et jours fériés, occasions où la réduction du volume de la circulation urbaine le rend inutile. Dans de tels cas, la suspension est décidée par les autorités et dûment publiée par les médias. En outre il peut être, à titre exceptionnel, suspendu à tout moment pour des raisons qui changent la routine normale de la ville, comme les grèves dans les transports publics, où de toute façon la ville devient un chaos ingérable.

Pour les camions les restrictions sont plus strictes encore puisqu’ils doivent de plus éviter les zones et axes dits Zone Maximale de Restriction de Circulation (ZMRC), Zone Spéciale de Restriction de Circulation (ZERC) et les Voies Structurelles Restreintes (VER).

Après avoir pour un temps un peu réduit la congestion en retirant 20 % des véhicules de la circulation, le rodizio a peu à peu perdu de son efficacité, à mesure que le nombre de voitures augmentait: elle en compte aujourd’hui 40 % de plus que quand il a été institué, notamment parce que bon nombre de famille ont acheté une deuxième voiture, dite « de rodizio », dont plaque se termine par un autre chiffre, pour pouvoir rouler tous les jours.

Figure 8 Le « centro expandido », la zone à circulation restreinte par le rodizio

Rodizio 2

Source : http://www.cetsp.com.br/consultas/rodizio-municipal/como-funciona.aspx

Le Paulistano qui veut fuir les embouteillages peut-il compter sur les transports publics? Pas vraiment… Les bus sont eux aussi pris dans les embouteillages, et très chargés aux heures de pointe, et le réseau ferré est très limités et très surchargé.

Figure 9 Dans un bus paulistano

onibus-lotados

http://www.pagina13.org.br/noticias/de-uma-gestao-petista-se-espera-mais/

Si les bus de São Paulo participaient au marathon de la Saint Sylvestre (qui se court le 31 décembre dans les rues de la ville) à leur vitesse habituelle, ils n’auraient aucune chance de gagner. Selon la SPTrans (la société qui gère les transports en commun à São Paulo) ils se déplacent à 12 km/h dans les rues et à 19 km/h dans les couloirs qui leur sont réservés, alors qu’un coureur de marathon professionnel court à 20 km/h. Ce ne sont pas seulement les athlètes qui les battraient, mais aussi des charrettes tirées par deux chevaux, qui arrivent à faire 26 km/h, plus que la vitesse maximale atteinte dans les couloirs. Sur certains axes les bus ne sont pas plus rapides qu’un chameau dans le désert, dont la vitesse moyenne est aussi de 12 km/h.

À titre de comparaison on peut rappeler qu’à Paris les premiers bus à essence remplaçant les omnibus hippomobiles, mis en service en 1889, circulaient à près de 20 km/h. Hélas la situation s’est dégradée depuis lors, aujourd’hui un bus y circule, sans couloir protégé, à une moyenne de 9 km/h de vitesse commerciale[8], et lorsque son parcours est protégé par un couloir réservé, à 12km/h. Il ne reste aux Parisiens et aux Paulistanos qu’à rêver du « Superbus », le bus le plus rapide au monde, qui a été mis en service le 21 mars 2014 à Dubaï : il peut transporter 23 passagers à une vitesse de pointe de 255 km/h, le trajet de 123 km entre Dubaï et Abou Dhabi se fait en seulement 30 minutes sur une nouvelle route construite spécialement le long de l’autoroute reliant les deux villes.

Plus modestement, les bus de Sao Paulo sont devenus de 68,7% plus rapides dans les couloirs qui leur ont été réservés, selon une enquête de la CET publiée le 8 septembre 2014. Celle-ci a mesuré le temps de parcours dans les 66 sections ouvertes entre le 13 janvier et le 22 août, totalisant près de 60 kilomètres, et constaté que la vitesse moyenne des véhicules y est passée de 12,4 à 20,8 km/h. Depuis janvier 2013 ont été créés 356 km ce type de couloirs réservés aux transports publics (autobus et taxis), ce qui avec les 105 km existant avant cette date porte le total à 461 km de voies réservées.

Reste à trouver de la place dans ces bus, ou dans les métros et trains de banlieue qui, avec eux, forment le réseau des transports publics. Ça n’est pas toujours facile…

Figure 10 Entrée en gare d’un train de banlieue

CPTM TREM LOTADO METRO EXPRESSO LESTE COPA 2014

Source : http://diariodacptm.blogspot.com.br/2012_11_25_archive.html

Metrô e CPTM atingem na 6ª marca de 2 bilhões de passageiros no ano

Figure 11 Station de métro Sé, direction Corinthians Itaquera

metrolotado-56611004

Source : http://www.lidifaria.com/tag/metro-lotado/

Figure 12 Station de métro Pinheiros, un jour de grève des bus

CONCENTRAÇÃO DE PASSAGEIROS NA ESTAÇÃO PINHEIROS

Source: http://g1.globo.com/sao-paulo/fotos/2014/05/motoristas-mantem-onibus-em-garagens-em-sao-paulo.html#F1213186

Figure 13 Même station, le même jour

pinheiros_caos

Source: http://agenciat1.com.br/paralisacao-de-onibus-em-sp-fecha-terminais-e-provoca-transito-recorde/pinheiros_caos/

Dans ces conditions, pas très étonnant que les usagers aient fini par se révolter, et ce n’est pas par hasard que le prix – et les conditions de transport – des bus urbains aient été le point de départ des manifestations qui ont secoué le pays en juins 2013.

Figure 14 « Ça suffit, le Brésil s’est réveillé »

Ônibus enlatado 190613

Source: http://umbalaiodenoticias.blogspot.com.br/2013/06/cut-posiciona-se-sobre-movimentos.html

Le 14 Juin, 2013 Le président national de la CUT (Centrale Unique des Travailleurs) et son secrétaire général national déclaraient : « Les récentes manifestations contre les tarifs de transport en commun dans plusieurs capitales brésiliennes ont gagné en visibilité en raison de la répression policière et de la violence qui ont fait des centaines de blessés et provoqué une traînée de destruction, surtout à São Paulo. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues pour demander une réduction tarifaire de moins de cinquante centimes, il est clair que ce n’est pas la vraie raison, ce que les manifestations et leurs conséquences désastreuses révèlent que la population, en particulier à São Paulo, est fatiguée d’être victime de l’absence d’une politique de mobilité urbaine ».

Figure 15 Incendie de bus sur la voie publique

3971225692P-onibus-incendiado-campinas Source : http://jovempan.uol.com.br/noticias/brasil/policia/policiais-sao-os-principais-suspeitos-de-chacina-em-campinas.html

 Ces manifestations de juin 2013 n’ont pas eu de suites directes, mais elles ont amplifié un autre mode de protestation, les incendies de bus sur la voie publique, qui s’étaient déjà produits ici et là mais qui ont pris en 2014 une tout autre d’ampleur, notamment à São Paulo. Selon une enquête réalisée par la NTU[9] sur la base de rapports de police et de données des compagnies de transport, en moins de dix ans (de janvier 2004 à août 201) 1 008 bus ont été détruits dans des incendies volontaires. Cela représente des pertes de 500 millions de Reais (166 millions d’Euros) rien qu’entre janvier et août de cette année si l’on prend en compte remplacement des bus et d’autres dépenses comme les réparations, dépannages et remplacement de pièces endommagées.

Au cours de ces dix années, la ville qui a enregistré plus d’attaques de bus a été São Paulo, 289 véhicules, dont 118 rien qu’en en 2014. Les données de la NTU prennent en compte les incidents enregistrés dans 67 villes de différentes régions du pays. Les raisons des attaques sont variées, mais dans la plupart des cas, selon les enquêtes de police et des services publics, elles sont liées à des consignes donnés par les leaders du crime organisé comme démonstration de force contre l’État, ou à l’action de délinquants locaux qui se rebellent contre les actions de la police, mais dans tous les cas en exploitant le mécontentement, pour ne pas dire la révolte des usagers des transports publics. Bien sûr ceux-ci sont les premiers pénalisés par la destruction des bus mais leur exaspération est telle qu’ils en veulent plus aux autorités qu’aux responsables de la destruction des bus.

Figure 16 Localisation des bus incendiés entre 2004 et 2014

Bus incendies 3 images verticales

 Comment dire plus clairement qu’il y a à São Paulo un vrai problème de congestion, tant de la circulation des voitures particulières que des transports publics?

Sources

Cyclistes à São Paulo : http://www.ricardoribas.com.br/blog/2013/04/23/violento-transito-de-sao-paulo-e-masmorra-para-ciclistas/

Lenteur des transports publics http://blogpontodeonibus.wordpress.com/2014/08/27/rio-e-sao-paulo-entre-as-cidades-mais-congestionadas-do-mundo-aponta-moovit/

Coût des embouteillages : http://www.brasilpost.com.br/2014/07/29/custo-congestionamentos-rio-sao-paulo_n_5631329.html

Rodiziohttp://pt.wikipedia.org/wiki/Rod%C3%ADzio_de_ve%C3%ADculos_de_S%C3%A3o_Paulo

Vitesse des bus : http://blogpontodeonibus.wordpress.com/2014/09/08/onibus-ficaram-687-mais-rapidos-em-novas-faixas-exclusivas-de-sao-paulo/

Wagons réserves aux femmes : http://juntos.org.br/2013/07/vagao-preferencial-para-mulheres/

Bus incendiés : http://blogpontodeonibus.wordpress.com/2014/08/21/exclusivo-mil-onibus-queimados-no-brasil-em-10-anos/

Vitesses des bus : http://www.guiametro.com.br/site/SecaoNoticias/conteudo.php?id=216, http://www.paris.fr/pratique/deplacements-voirie/transports-en-commun/promouvoir-les-transports-collectifs/rub_385_stand_10755_port_1208 et http://french.china.org.cn/foreign/txt/2014-03/24/content_31884223.htm


[1] Association brésilienne des fabricants de motos, cyclomoteurs, scooters, vélos et similaires.

[2] Habitants de la ville de São Paulo, les Paulistas étant les habitants de l’État de São Paulo, dont elle est la capitale.

[3] Fundação Getúlio Vargas, un des centres de recherche économique les plus réputés du pays.

[4] Dépassé seulement par ceux de l’État de São Paulo et du gouvernement fédéral.

[5] Fédération des industries de l’État de Rio de Janeiro.

[6] Companhia de Engenharia de Tráfego

[7] Littéralement «roulette », pour déplacer un meuble par exemple, par extension roue à eau, puis système de restauration où l’on apporte au consommateur, à volonté, les plats dont le restaurant est a fait sa spécialité (principalement viandes rôties et pizzas). Le système évoqué ici a pris ce nom pour indiquer que l’interdiction « tourne » de jour en jour.

[8] À peine mieux que les « carrosses » à cinq sols de 1662, la première expérience au monde de transport en commun urbain, une initiative du philosophe et mathématicien Blaise Pascal : leur vitesse moyenne était de 7 km/h.

[9] Associação Nacional das Empresas de Transportes Urbanos, Association nationale des transports urbains.

Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café

Le Viaduto do Chá (« viaduc du thé ») franchit la vallée de l’Anhangabaú[1], dans le centre de São Paulo. C’est une des icônes de la ville, il sert souvent de toile de fond à des interviews ou des « micros-trottoirs » de télévision et c’est un décor fréquent pour les films et telenovelas situés dans le centre de São Paulo. Du fait de cette célébrité il apparaît souvent sur des images, depuis le début de sa longue histoire, et en les observant on voit se dérouler une partie des transformations de la ville, évolution de l’architecture, des moyens de transport et du costume des passants.

Situé aujourd’hui en plein cœur de la ville, ce viaduc a été une des premières étapes de l’expansion de la ville, lorsqu’elle commença à sortir de son centre historique (autour du collège des Jésuites, fondé en 1554) pour entamer la croissance qui la fit passer de 31.385 habitants en 1872 à près de douze millions en 2014, selon L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique).

Figure n° 1 Situation et aspect actuel du Viaduto do Chá

Situation et imageSource: Google Maps et Google Earth

Avant la construction du viaduc, pour aller du centre au quartier où se situe aujourd’hui le théâtre municipal, il fallait descendre une pente raide vers la vallée de l’Anhangabaú, traverser le pont de Lorena et escalader la pente opposée par la bien nommée Ladeira do Paredão (côte de la falaise), actuelle  Rua Xavier de Toledo.

On traversait alors le Morro do Chá (colline du thé), ainsi nommée parce qu’elle était occupée par la chácara (exploitation agricole) du même nom, propriété du Baron de Tatuí, qui y faisait cultiver des légumes et du thé, et dont le viaduc prit le nom.

L’initiative de sa construction revient à un immigrant français, Jules Martin (Montiers 1832-São Paulo 1906), peintre, enseignant, architecte, lithographe et entrepreneur. Selon l’Encyclopédie Itaú des arts visuel[2]:

« Malgré sa formation artistique, Jules Martin ne s’affirmera pas en tant que peintre, mais en tant qu’entrepreneur polyvalent. Sa carrière depuis son arrivée à São Paulo, est jalonnée par d’ambitieux projets éditoriaux et urbains. Parmi ses projets éditoriaux, Martin s’illustre pour avoir imprimé les premières cartes détaillées de São Paulo – en grands formats ou formats de poche – et de villes voisines en pleine expansion économique, telle Santos ».

Jules Martin était en effet déjà connu par la carte de l’État de São Paulo[3] dont il avait publié une lithographie en 1877 (Cavenaghi 2006), quand l’idée lui vint de construire un pont reliant le centre-ville aux nouveaux quartiers qui naissaient alors de l’autre côté de la vallée de l’Anhangabaú, pour joindre la Rua Direita à la Rua Barão de Itapetininga, en traversant la chacara do Chá. Celle-ci était alors en cours de lotissement, cela apparaît sur le plan de 1881 de la figure n°2, où les rues du nouveau quartier sont esquissées, elles ne commencent à être tracées et occupées que sur celui de 1895.

Ce ne fut pas une entreprise facile. Recueillir les fonds nécessaires, convaincre les autorités municipales, avoir gain de cause pour l’expropriation de maisons appartenant à des personnalités influentes, la bataille dura15 ans.

Figure n° 2 Localisation du viaduc sur les plans de la ville de 1810 à nos jours

1810 a nos jours-p

Les travaux ont commencé en 1888, mais furent arrêtés un mois plus tard, en raison de la résistance du baron de Tatuí, qui avait été exproprié mais refusait de déménager, jusqu’au jour où la population attaqua à coups de pioches l’un de ses murs de son manoir. La construction du viaduc ne fut reprise qu’en 1889, par la « Companhia Paulista do Viaducto do Chá », qui édifia sur une structure en acier, importée d’Allemagne, un viaduc de 240 mètres de longueur, dont 180 de structure métallique, et de 14 mètres de large, qui fut inauguré le 6 novembre 1892.

Photo 1 Inauguration du Viaduto do Chá, 6 novembre 1892

1890 Inauguração do Viaduto do Chá

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Photo 2 La structure métallique du viaduc

1892 Viaduto Chá

http://martiusstaden.org.br/js/ckfinder/userfiles/images/Viaduto%20Ch%C3%A1.jpg, Acervo do Instituto Martius-Staden.

Dès lors, le viaduc permit de franchir commodément la vallée de l’Anhangabaú, à pied ou en utilisant les tramways hippomobiles desservant les nouveaux quartiers. Les véhicules à traction animale y passaient sans problèmes, sauf ceux à axe fixe (comme les chars à bœufs), qui étaient interdits.

La photo 3 montre, à droite, le terrain où serait construit plus tard le Teatro Municipal et, tout au fond, l’École Normale où – a beaucoup plus tard – commença à fonctionner l’Universidade de São Paulo (USP) et où enseigna donc Pierre Monbeig.

Photo 3 Le viaduc sur la vallée de l’Anhangabaú

São Paulo de Piratininga

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Le viaduc avait des portails et guérites de bois à ses extrémités (photo 4). La Companhia Ferrocarril y percevait trois vinténs[4] de ceux qui voulaient traverser. Mais le conseil municipal demanda bientôt la suppression du péage qu’il considérait comme « une véritable honte pour toute la population et les progrès de São Paulo ». Le viaduc fut alors racheté par la Ville et son franchissement devint gratuit.

Photo 4 Les portails et guérites de péage à l’entrée du viaduc

1895-Viaduto do Cha

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Vers 1900 le photographe Guilherme Gaensly prend une photo du viaduc et de la vallée, où l’on voit bien qu’elle est encore occupée par des exploitations agricole de maraîchage, dont celle du Baron de Itapetininga.

Photo 5 Le viaduc et la vallée vers 1900

1900-viaduto-do-cha-p

http://brasildelonge.files.wordpress.com/2013/01/viaduto-do-chc3a1-0.jpg

Quelques années plus tard, le viaduc a dû être reconstruit pour être renforcé et élargi quand les tramways électriques ont commencé à y circuler.

Photo 6 Travaux de renforcement et d’élargissement en 1902

1902-Viaduto do Cha 1902-01

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

En 1910, la vallée de l’Anhangabaú, sous le viaduc, fut aménagée en parc, le Parque Anhangabaú, bordé sur les deux flancs de la vallée par des bâtiments d’architecture européenne, dont la Mairie (à gauche de la photo 7), le palais Prates, siège de l’Automobile Club  (à droite) et l’Edifício Sampaio Moreira (au centre).

Claude Lévi-Strauss mentionne cette transformation dans Tristes Tropiques (Lévi-Strauss 1955) : « On débouche au bord du ravin de l’Anhangabahu (sic, orthographe de l’époque), franchi par un pont qui est une des principales artères de la ville. Le bas-fond est occupé par un parc dans le goût anglais : pelouses ornées de statues et de kiosques, tandis qu’à l’aplomb des deux talus s’élèvent les principaux édifices : le théâtre municipal, l’hôtel Esplanada, l’Automobile Club, les bureaux de la compagnie canadienne qui assure l’éclairage et les transports ».

Photo 7 Le Parque Anhangabaú en 1910

1910 Parque Anhangabaú 2

http://imageshack.com/f/62anhangabaupostal4small3huj

Les premières photos en couleurs (ou colorisées à la main) montrent la circulation tranquille de l´époque (contemporaine de la Belle Époque française), où le viaduc servait notamment à se rendre au Théâtre Municipal, inspiré du palais Garnier, inauguré en 1911.

Photo 8 Cartes postales en couleurs

Cartes en couleurs

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette image de 1919 São Paulo paraît être une ville européenne, juste après le conflit qui amorce le déclin – pour ne pas dire le suicide – de l’Europe, et les premières automobiles se mêlent aux tramways électriques.

Photo 9 Urbanisme européen et premières automobiles

1919 Viaduto do Chá 1919-08888SS77

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette carte postale des années 1920 le viaduc est bordé sur la gauche de l’image, par un palais qui fut longtemps le siège du Grand Hôtel de la Rôtisserie Sportsman, un haut-lieu de la gastronomie, puis dans sa phase finale, le siège du journal A Noite. Sur la droite, le Théâtre São José, plus tard démoli pour faire place à l’immeuble Alexander Mackenzie, siège de la Light and Power Company, concessionnaire de l’éclairage et des transports de la ville.

Photo 10 Années 1920

1920-antigo-viaduto-do-cha-hotel-sportsman-e-teatro

http://sampahistorica.wordpress.com/category/viaduto-do-cha-e-vale-do-anhangabau/page/4/

À la fin des années 1920 les voitures automobiles se font plus nombreuses et les marques mentionnées par les publicités murales indiquent une américanisation de l’économie et de la société pauliste.

Photo 11 Fin des années 1920, voitures américaines

1925 viaduto do Cha sao_paulo

http://cafeguinacultural.blogspot.com.br/2010/11/viaduto-do-cha-da-historia-antiga-aos_20.htm

Avec l’explosion démographique de la ville (de 579 033 habitants à 1 326 261 en 1940), le viaduc de métal allemand à plancher de bois ne pouvait plus supporter le grand nombre de personnes et de véhicules motorisés qui passaient par là tous les jours et commencé à sembler étroit, insuffisant. Un nouveau projet fut dessiné par Elisário Bahiana, mais comme le demande plaisamment José Horta Manzano (Manzano 2013), « Que faire entre la démolition du premier viaduc et la construction du second ? Comment les tramways, les voitures et les piétons pourraient-ils passer d’un côté à l’autre ? La solution était simple : d’abord, construire le nouveau viaduc et alors seulement démolir le vieux. Et ainsi fut fait ».

Le nouveau viaduc n’occupe donc pas exactement la place de l’ancien. La photo 12, de 1938 et créditée à J. Duarte Benedicto, montre la coexistence des deux ponts, le nouveau déjà prêt et l’ancien encore debout, pratiquement collés l’uns à l’autre, celui de gauche étant le nouveau, plus large. Au premier plan, à droite, le bâtiment de la Light, aujourd’hui transformé en centre commercial. Toujours à droite, plus au fond, l’Edifício Matarazzo[5] en construction, l’un des rares témoignages de l’architecture mussolinienne existant dans la ville. Après la débâcle de l’empire Matarazzo, le bâtiment a servi de siège à la Banque d’État Banespa et abrite actuellement la Mairie. En bas à gauche, le palais Prates, à l’angle de la Praça do Patriarca et de la rue Libero Badaró, démoli dans les années 60 pour faire place à une tour de verre qui a gardé le nom de l’ancien propriétaire, l’Edifício Conde de Prates.

Raimundo Menezes raconte la fin de l’ancien viaduc : « Le jour où l’on a commencé à démolir la relique – le lundi 18 avril, 1938 – il n’y a pas eu de cérémonie… Seuls quelques paulistanos[6], amoureux du passé, se sont arrêtés un peu pour observer les travailleurs au travail, pioches à la main, détruisant le pont historique, témoin muet d’un passé pas trop lointain ». Cette fois, le lit du pont serait deux fois plus large et assis sur un élégant arc, de béton, soutenu par deux grands piliers.

Photo 12 L’ancien et le nouveau viaduc côte à côte (à gauche) et le nouveau seul (à droite)

1938 et 1940

http://brasildelonge.com/2013/01/ et http://www.aprenda450anos.com.br/450anos/vila_metropole/2-3_viaduto_cha.asp, Crédit Hildegard Rosenthal

 Au début des années 1940, la fonction du Parque Anhangabaú a radicalement changé après la mise en œuvre d’un projet conçu par le maire Prestes Maia, dont le principal objectif était de rationaliser le transport sur roues (bus et voitures). On construisit alors trois avenues qui traversent la ville : Anhangabaú, 9 de Julho et Itororó et dans le fond de la vallée les parkings occupèrent la place où jadis poussaient des légumes et ou naguère se promenaient les élégantes (à gauche de l’image de 1945 la tour Matarazzo terminée).

Photo 13 Viaduto do Chá en 1945

1945-viaduto-do-chc3a1-iia

http://brasildelonge.com/2013/01/

Sur l’image aérienne de 1947 le palais Prates est toujours là (il a été démoli au d´but des années 1950) l’Edifício Matarazzo (à gauche) qui dépassait déjà sensiblement l’immeuble de la Light (à droite) n’est plus la plus haute, une série de gratte-ciel apparaissent à l’arrière-plan.

Photo 14 Vallée l’Anhangabaú (désormais souterrain) en 1947

1947-palacetes-prates-ed-matarazzo-light-dmitri-kessel

http://sampahistorica.files.wordpress.com/2013/09/1947-vista-do-vale-do-anhangabac3ba-palacetes-prates-ed-matarazzo-viaduto-do-chc3a1-e-light-dmitri-kessel.jpg

Comme le montre la photo de 1950, les environs du viaduc ont pris une allure de City, de centre des affaires, avant que beaucoup de sièges d’entreprises ne partent vers l’Avenida Paulista. C’est là que, tout au long des années 1960 et 1970, en fonction de la nouvelle législation sur l’occupation de sols et d’une intense spéculation immobilière, ont commencé à être construits des immeubles de bureaux de 30 étages en moyenne qui ont pris la place des palais des barons du café.

Photo 15 Le Viaduto do Chá et le bâtiment de la Light en 1950

1950 Viaduto do Chá 1950-02

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

À la fin des années 1960 l’Edifício Matarazzo n’est plus la propriété du groupe que pour peu de temps (il  a été vendu en 1972) et l’Edifício Conde de Prates a pris la place du palais Prates sur le bord de l’Anhangabaú. Il ne reste de la belle époque que son jumeau, là aussi pour peu de temps puisqu’il fut démoli en 1969 et remplacé par l’Edifício Grande São Paulo, un building à façade de verre.

Photo 16 La vallée de l’Anhangabaú à la fin des années 1960

1970-vale-do-anhangabau

https://sampahistorica.wordpress.com/tag/conde-prates/

Plus tard, en 1991, une bretelle routière a été construite dans le Parque Anhangabaú (ou plutôt de ce qu’il en restait), pour relier les Avenues 9 de Julho e 23 de Maio, et un tunnel permet désormais le passage des véhicules dans le fond de la vallée, ce qui a permis de reconstituer des jardins sur la dalle qui le couvre. La vallée est donc redevenue un espace piétonnier, haut-lieu des manifestations et c’est là qu’ont été installés des écrans géants pour les fanatiques de futebol qui n’ont pu s’offrir de billets pour assister dans les stades aux matchs de la Coupe du Monde de 2014.

Photo 17 Bretelle routière et tunnel sous le viaduto do Chá

Street view 1

Street view Google Maps

Sur cette photographie de 2007, l’immeuble de la Light, devenu un centre commercial, est un peu en retrait par rapport au viaduc, l’espace qui l’en sépare est celui qu’occupait l’ancien viaduc. À gauche l’Edifício Conde de Prates, au milieu la tour qui a remplacé les Mappin Stores.

Photo 18 Le viaduto do Chá en 2007

2007 travail 2p

@Hervé Théry 2007

L’Edifício Conde de Prates et l’Edifício Grande São Paulo rapetissent les immeubles du début du XXe siècle. À droite la structure métallique blanche qui recouvre la Praça do Patriarca, dans l’axe du Viaduto do Chá.

Generations  de buildings-p

@Hervé Théry 2006

Avec la croissance et l’expansion de la ville, la majorité de ses habitants vit désormais dans ses immenses périphéries[7] et non plus dans le centre, qui de plus se dévitalise, comme beaucoup de villes des Amériques. Le viaduc qui se trouvait hors du centre historique et a servi à l’étendre, a suivi son destin s’est trouvé progressivement de plus en plus loin du lieu de vie de la plupart des paulistanos (figures n°3 et renvoi n°1).

Figure n° 3 Le viaduto do Chá par rapport au centre de São Paulo

Situation 1810,,1868 et 1897

Il reste pourtant un lieu de référence pour eux, et parfois un lieu de ralliement en raison de présence de la Mairie (ou du moins des bureaux du Maire et de son cabinet), qui occupe l’ancien Edifício Matarazzo, ce qui fait que périodiquement des manifestations se produisent sous ses fenêtre, sur la Praça do Patriarca.

Photo 19 Manifestation sur la Praça do Patriarca, devant la mairie

Manif p

@Hervé Théry 2009

C’est aussi là, cette fois sur le trottoir du Viaduto do Chá lui-même, qu’en avril 2010 près de 700 « sans-toit » ont dressé des tentes, à côté du bâtiment de la mairie, après que 2 000 familles aient occupé deux bâtiments abandonnés du centre et un terrain dans le sud de la ville. Selon le FLM (Front de Lutte pour le Logement), l’utilisation de ces trois sites pour la construction de logements sociaux est une demande de longue date du mouvement et la Mairie ne met guère de bonne volonté à les exproprier et à les aménager.

Photo 20 Des « sans-toit » occupent le viaduto do Chá

2010 2010 sem tetos

http://www.portalflm.com.br/galeria/album/72157623953791998/photo/4561633927/viaduto-do-cha-rotina-ocupacao-abril-2010-ocupacao-viaduto-do-cha-2%C2%BA-dia.html

Ce dernier épisode et cette dernière photo montrent bien à quel point le Viaduto do Chá est toujours intégré dans l’histoire de la ville : le contraste entre le centre commercial (l’ancien siège de la Light) illuminé et les campement des sans-toit dans la rue reflète bien la diversité et aussi conflits de la société paulistana actuelle. Ce viaduc qui le franchit la vallée de l’Anhangabaú reste bien un des hauts-lieux de São Paulo, comme il l’a été depuis l’époque déjà lointaine – 137 ans – où Jules Martin l’a imaginé.

Sources

  • « Como se fez o Viaduto do Chá », Veja São Paulo, IV Centenário de São Paulo, especial Memória, janeiro de 2004
  • Cavenaghi, A. J., « O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana », An. mus. paul. vol.14 no.1, São Paulo Jan. / June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007
  • Lévi-Strauss, C., Tristes Tropiques, Plon, Paris, 1955
  • Moura, P. C. de, São Paulo de outrora: evocações da metrópole. Belo Horizonte: Ed. Itatiaia; São Paulo: Ed. da Universidade de São Paulo, 1980. 312p.

[1] Son nom vient du Tupi-Guarani Anhanga-ba-y, rivière des maléfices. Les Indiens pensaient que ses eaux causaient des maladies physiques et spirituelles. Pas de très bon augure…

[3] Où toute la partie nord-ouest de l’État était marquée terreno desconhecido (terres inconnues).

[4] Ancienne monnaie brésilienne de 20 reis, correspondant à la vingtième partie du cruzado (monnaie ayant une valeur nominale de 400 reis). Elle a cessé d’avoir cours légal en 1942 avec la création du cruzeiro.

[5] Francesco Matarazzo (Castellabate 9 Mars 1854 – São Paulo, 10 Décembre 1937) était un agriculteur italien qui, en 1881, avait émigré au Brésil, où il fut d’abord colporteur, avant de créer le plus grand complexe industriel d’Amérique latine du début du XXe siècle. À sa mort il était l’homme le plus riche du pays et la richesse produite par ses industries dépassait le PIB de tous les États brésiliens à l’exception de São Paulo.

[6] Habitants de la ville de São Paulo, alors que ceux de l’État de São Paulo sont les paulistas.

La place du Brésil dans le Monde mesurée par les transports aériens et le commerce international

Pour jauger l’importance du Brésil dans le Monde on peut chercher des indicateurs dans deux domaines, les flux aériens et le commerce international, flux de personnes et de marchandises qui révèlent les orientation de ses relations privilégiées avec certains pays.

Flux aériens

Quatre compagnies brésiliennes ont des réseaux internationaux, dont le dessin souligne les régions du monde avec lesquelles le Brésil entretient les échanges les plus denses. La compagnie Gol[1] a racheté en 2007 la compagnie brésilienne la plus ancienne et la plus prestigieuse, la Varig, alors secouée par une grave crise, et repris une partie de ses lignes internationale (mais pas la ligne vers Paris). La TAM[2] a un réseau est encore embryonnaire, mais qui se développe, et est appelé à le faire plus encore avec sa fusion avec LAN Chile en 2010[3]. Ocean Air, la denière venue, s’appelle désormais Avianca elle a repris le nom de la compagnie colombienne, car elle ont désormais le même même propriétaire (brésilien) et accède par elle a son réseau international. Toutes quatre privilégient nettement trois directions, les pays voisins d’Amérique du Sud, l’Europe et les États-Unis. En des temps plus fastes, la Varig avait des lignes vers le Japon, via la Californie, et vers Bangkok, via l’Afrique du sud, vers l’Angola et le Nigeria mais ces temps de gloire sont désormais révolus et le pragmatisme a amené les compagnies brésiliennes à se concentrer sur les lignes les plus rentables.

Destinations internationales des compagnies aériennes des compagnies brésiliennes

Heureusemement bon nombre de compagnies étrangères desservent le Brésil, issues des pays avec lesquels elle entretient des relations anciennes (voisins sud-américains, États-Unis, Japon et Europe), mais aussi de ceux avec lesquels ses échanges se sont plus récemment développés, notamment la Chine, les Émirats Arabes Unis et la Turquie. Celle-ci dessert au passage le Sénégal, ce qui atténue un peu le vide africain, les liaisons avec ce continent censé tenir une place-clé dans la diplomatie brésilienne se résumant á une ligne vers l’Angola et une vers l’Afrique du Sud, l’une et l’autre tenue par des compagnies étrangères.

Passagers vers le Brésil en 2010

 

Passagers depuis et vers le Bresil, compagnies brésiliennes et étrangères
Fret depuis et vers le Bresil, compagnies brésiliennes et étrangères

Commerce extérieur

Le commerce extérieur du Brésil montre bien les orientations de ses échanges, leurs évolutions récentes et la place du pays dans le monde d’aujourd’hui. Les partenaires principaux sont les voisins du Mercosul (principalement l’Argentine), les États-Unis, l’Europe, et de plus en plus la Chine, dont le poids était très limité il y a dix ans. Elle a aujourd’hui largement dépassé le Japon comme principal partenaire asiatique, grâce à ses achats massifs de minerai de fer, de soja, de viande et de sucre, en échange d’une foule de produits manufacturés, des plus banals (textiles de bas de gamme) aux plus sophistiqués (électro-ménager et informatique).

Importations et exportations en 2010
Commerce international en 2010

 Le solde est néanmoins positif pour le Brésil, comme il l’est avec la Russie, plusieurs pays du Moyen Orient (le Brésil ayant acquis son auto-suffisance en pétrole) et avec ses voisins d’Amérique du Sud, à l’exception de la Bolivie à qui il achète du gaz sans pouvoir lui vendre beaucoup en échange, en raison de sa faible population et plus encore de son faible pouvoir d’achat. En revanche les soldes sont négatifs avec les États-Unis et l’Europe, qui vendent au Brésil des produits à haute valeur unitaire et lui achètent principalement des minerais et des denrées agricoles, à la notable exceptions des avions de l’Embraer.

Le Brésil a donc une position spécifique dans la division internationale du travail. Pour la fabrication des produits technologiques il a un solde positif des pays moins développés que lui en Améroque du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient, et des soldes négatifs avec les grandes puissances économiques. Cela signifie qu’il occupe une position intermédiaire entre les pays développés du « centre » (auxquels il achète des produits manufacturés, ainsi que des services, qui n’apparaissent pas ici, et vend des produits primaires), et les pays plus périphériques que lui (voisins sud-américains, producteurs de pétrole d’Afrique et du Moyen-Orient), auxquels il vend des biens manufacturés et achète des produits primaires, ce qui reflète sa position intermédiaire entre « Sud » et « Nord ».


[1] Qui était au départ une compagnie low cost fondée par une compagnie de transport par autobus.

[2] Qui était à l’origine une compagnie de taxis aériens de Marília, d’où son nom.

[3] Qui mettra le groupe LATAM au premier rang pour l’hémisphère Sud avec 280 avions, 40 000 employés et 115 destinations dans 23 pays. La LAN aura 70% des actions et la TAM 30, les deux compagnies continuant à opérer sous leur marque, comme Air France et la KLM.

Avions vs bus

Un article de la Folha de São Paulo du 22 mars[1] indique que le nombre de passagers des compagnies aériennes fréquentant les lignes intérieures brésiliennes a dépassé cette année, pour la première fois, celui des voyageurs des lignes de bus à longue distance : en 2010, on a compté 66 millions de passagers sur les liaisons aériennes entre États de la Fédération, et les deux premiers mois de 2011 ont connu une progression d’environ 10% par rapport à l’an dernier. Pour cette même année 2010, l’Agence nationale du transport terrestre (ANTT) calcule que le nombre de passagers ayant voyagé en autobus a été de près de 67 millions, avec une tendance à la baisse qui dure depuis 2003. De 2002 à 2010, le nombre de passagers des compagnies aériennes a augmenté de 115% et celui des passagers des bus a diminué de 31%.

C’est là un changement majeur, depuis des décennies l’immense majorité des Brésiliens utilisaient les bus pour se déplacer d’une ville à l’autre, d’autant plus que le (modeste) réseau ferré ne sert plus qu’au transport de marchandises. On date en général de la construction de Brasília (1955-1960) l’option pour le « tout-routier », avec la construction des routes menant à la nouvelle capitale et vers l’Amazonie, et l’installation des industries automobiles dans le pays.

La photo ci-dessous montre un de ces bus pionniers qui amenait vers la ville nouvelle des migrants venus de tout le pays, elle est exposée (sans mention d’auteur) au musée du Catetinho, le « palais » de planches brutes d’où le Président Kubitschek dirigeait la construction de la ville.

Bus desservant Brasília pendant sa construction (sans mention d’auteur, musée du

Aujourd’hui, les bus interurbains brésiliens sont bien plus modernes et confortables que leurs équivalents européens et même nord-américains : climatisés, équipés de WC et de circuits de télévision, ils sont en outre dotés de soutes immenses qui permettent d’emporter beaucoup de bagages. Cette possibilité est particulièrement appréciée par les Nordestins installés à São Paulo ou à Rio de Janeiro, qui aiment rentrer dans leur région d’origine chargés de cadeaux qui attestent de leur réussite.

Bus interurbain, dans ce cas affrété par une agence touristique (cliché Hervé Théry, 2007)

Ces bus sont en outre généralement dotés d’un compresseur et d’un circuit d’air comprimé qui permet de vérifier et de maintenir la pression des pneus.

Dispositif maintenant la pression des pneus (cliché Hervé Théry 2010)

Cette précaution est rendue nécessaire par l’état déplorable de beaucoup de routes, principalement en Amazonie et dans le Nordeste, comme celle qui apparaît ci-dessous : le panneau publicitaire dit « Le DNIT [Département national des infrastructures terrestres] s’occupe de votre sécurité », sans doute les nids de poule font ils fonction de ralentisseurs…

Route BR319 à proximité de Porto Velho (cliché Hervé Théry 2005)

Comme ces bus à longue distance roulent jour et nuit (les chauffeurs se relayant) il est prévu des arrêts réguliers pour que les passagers puissent se restaurer et se détendre les jambes. Conçus pour accueillir des centaines de personnes à la fois, ces relais routiers qui sont en compétition pour attirer automobilistes, camionneurs et compagnies de bus rivalisent de luxe et apparaissent d’autant plus dans le paysage que leur architecture est parfois étrange.

Relais routier dans l’État de São Paulo (cliché Hervé Théry 2008)

C’est ce système bien rodé qui est aujourd’hui concurrencé par le développement du transport aérien de masse. Après une série de faillites retentissantes, deux compagnies se partagent désormais le marché, la TAM (Taxi aéreo de Marília) et la GOL. La première, comme son nom l’indique, est issue d’une firme de taxi aérien de l’intérieur de l’État de São Paulo, l’autre a été fondée par une famille qui a fait fortune dans le transport par autobus mais a senti que l’avenir était ailleurs.

La TAM affiche clairement son « orgueil d’être brésilienne » (cliché Hervé Théry 2009)

Les deux compagnies rivalisent sur les lignes principales avec des avions de ligne modernes (Airbus, Boeing et Embraer, le constructeur brésilien) mais elles laissent de la place à de nombreuses petites compagnies régionales sur les dessertes des petites villes, opérées avec des avions plus petits, à hélice, avec un service nettement plus rustique.

Sur un aérodrome du Mato Grosso le pilote vérifie le train d’atterrissage pendant qu’on fait le plein de son avion (cliché Hervé Théry, 2009).

Grâce à cette offre abondante et à bas prix – les leçons des compagnies low cost ont été retenues – la fréquentation a beaucoup augmenté, en particulier grâce à l’arrivée de clients qui n’avaient jusque-là jamais pris l’avion. Selon la GOL, qui vient pour la première fois de dépasser sa concurrente, aujourd’hui près de la moitié de ses passagers sont issus des classes populaires, celles qui naguère voyageaient en bus. Pour gagner encore plus de parts de marché, la compagnie permet d’étaler le paiement des billets sur de longues périodes, allant jusqu’à 36 mois.

De ce fait c’est le Nordeste, la région la plus pauvre du pays, qui a vu le plus augmenter (en pourcentage) le nombre de passagers aériens entre 2003 et 2010 : en 2003 ils étaient 5 millions, en 2010, leur nombre a bondi à 12,6 millions. L’empregada (employée de maison) Ruth Luz Santos, 47 ans, s’est ainsi rendu à Rio de Aracaju en avion pour la première fois. Avec 400 Reais (170 Euros) payables en trois fois et avec l’aide du patron, elle acheté un billet aller-retour. Elle y a gagné en temps de transport puisque le vol Rio-Aracaju dure deux heures et demie, contre 30 heures pour le trajet en bus, sans grand surcoût puisque le trajet en bus coûte près de 300 Reais.

Selon le directeur général de l’ANTT, Bernardo Figueiredo, « le bus était imbattable parce qu’il n’avait pas de concurrence. Maintenant, il revient à son marché, les trajets jusqu’à 500 kilomètres ». De fait, les lignes les plus touchées sont celles de plus de 1 000 kilomètres. Mais même pour les longues distances, le bus est toujours nécessaire, « les jours de pointe, comme le Carnaval et Noël, nous pouvons multiplier au moins par six fois la capacité de passagers, et ça l’avion ne peut pas le faire ».


[1] Dimmi Amora et Andreza Matais, Folha de São Paulo, 22 mars 2011, http://www1.folha.uol.com.br/fsp/mercado/me2203201103.htm