Archives par mot-clé : sectes

São Paulo vue du ciel

Le dimanche 1er mai a été l’occasion de réaliser le projet rêvé depuis longtemps mais qui supposait un dimanche de temps très stable et très clair, survoler São Paulo en hélicoptère. Un temps très stable et très clair pour voler dans de bonnes conditions, un dimanche pour bénéficier du prix réduit offert par les compagnies dont l’essentiel du chiffre d’affaires provient des vols fait les jours ouvrables pour effectuer des déplacements professionnels. Comme la ville compte plus de 900 hélicoptères, la première flotte au monde (avant New York), la concurrence est rude et ces vols ce week-end sont à des prix presque abordables. Une vingtaine de photos ont été chargées sur un album Flickr à l’adresse https://flic.kr/s/aHskvSG98D.

Être assis à côté du pilote dans un petit hélicoptère à quatre places permet d’avoir une vision presque panoramique sur la ville et le parcours est conçu de façon à survoler ses principaux monuments.

Figure n° 1 Le musée Ipiranga vu de l’hélicoptère.

Ipiranga 3

©Hervé Théry 2016

Le point de départ est le Campo de Marte (Champ-de-Mars), l’ancien aéroport aujourd’hui réservé aux vols d’affaires et d’hélicoptères, un peu comme le Bourget à Paris.

Figure n° 2 Le hangar du Campo de Marte

Hangar dos helicopteros N_publi

©Hervé Théry 2016

Le passage par le hangar a permis de voir une partie de la flotte d’hélicoptères, au repos ce jour-là puisque les vols d’affaires sont inexistants le dimanche. Le hangar était toutefois loin d’être rempli car une partie des clients loue des hélicoptères pour se rendre à leurs maisons de campagne ou du bord de mer, évitant ainsi les embouteillages du week-end.

Figure n° 3 Hélicoptères en attente

Helicos au hangar

©Hervé Théry 2016

Le vol réalisé en un peu plus de 40 minutes a permis de parcourir une bonne partie du centre de la ville, comme cela apparaît sur la figure numéro quatre, et de voir la plupart des points et monuments remarquables de la ville.

Figure n° 4 Le parcours dans le centre de São Paulo

Parcours

On notera toutefois qu’il n’a qui n’a représenté qu’une très petit proportion l’agglomération de São Paulo, comme le montre la figure numéro cinq.

Figure n° 5 Le parcours par rapport à l’agglomération de São Paulo

Parcours RMSP

©Hervé Théry 2016

Le premier point remarquable est – à tout seigneur tout honneur – le Patio do Colegio, la place du collège des Jésuites qui a été l’origine de la ville de São Paulo. Restauré dans un état proche de l’original après avoir un temps servi de palais du gouverneur, il est entouré de bâtiments néoclassiques XIXe siècle et de bâtiments plus récents stylent nord-américain du XXe siècle, une ‘évolution de l’architecture qui constitue un raccourci des étapes de la croissance de la ville.

Figure n° 6 La Patio do Colegio

Patio do Colegio 2

©Hervé Théry 2016

Un autre monument témoigne du déclin de l’influence de l’Église catholique et de la montée en puissance des religions pentecôtistes : face à l’énorme « temple de Salomon » érigé par l’Igreja Universal do Reino de Deus (Église universelle du règne de Dieu) la pauvre église catholique São João Batista fait bien pâle figure.

Figure n° 7 Le nouveau temple de Salomon

Templo de Salomao e Igreja catolica N

©Hervé Théry 2016

Entre la ville historique, longtemps contenue sur un étroit plateau triangulaire, et son extension au XIXe siècle, le Viaduto do Chá (viaduc du thé[1]), permet de franchir la vallée de l’Anhangabau. Celle-ci est aujourd’hui occupée par une voie rapide, en partie recouverte par une dalle où se tenait ce jour-là une manifestation du 1er mai protestant contre la destitution de la président de la république Dilma Rousseff. Sur la gauche de l’image apparaît le théâtre municipal, à l’architecture inspirée de l’opéra de Paris.

Figure n° 8 Vale do Anhangabau

Vale do Anhangabau

©Hervé Théry 2016

L’avenue Paulista est l’un des axes majeurs de la ville, au long duquel s’alignaient originellement les maisons des barons du café, mais celles-ci ont été remplacées par des immeubles de bureaux. Les centres d’affaires ayant pour une bonne part migré vers d’autres quartiers, l’avenue a aujourd’hui une fonction largement culturelle et est fermée à la circulation le dimanche. Elle était, lors de notre passage, occupée en partie par une autre manifestation, celle-ci favorable à la destitution de la Présidente. Pour la survoler en toute sécurité hélicoptère a dû prendre un peu de hauteur, ce qui permet d’avoir une idée de l’étendue de la ville.

Figure n° 9 Panorama centré sur l’Avenida Paulista

Paulista panorama 2

©Hervé Théry 2016

Au retour vers le point de départ, le parcours nous a amené à survoler les zones industrielles de la ville, au long d’un autre affluent du Tietê, la modeste rivière qui traverse São Paulo. Le viaduc surélevé qui apparaît bien sur l’image grâce sa peinture jaune est une voie en site propre réservée aux bus. Le centre-ville est à l’arrière-plan et tout au fond de l’image apparaît le pic de Jaraguá, le point culminant de la région.

Figure n° 10 Zones industrielles et résidentielles

Zone industrielle  et centre_publi

©Hervé Théry 2016

Le survol en hélicoptère permet évidemment d’avoir une vue plus ample que celles qu’on peut avoir au sol, mais on n’appréhende encore qu’une toute petite partie de cette immense métropole de plus de 18 millions d’habitants.

[1] Voir le billet Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café, http://braises.hypotheses.org/513)

Les religions au Brésil en 2010

L’IBGE (Institut brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 29 Juin 2012 les données du Recensement de 2010 sur les religions (données de l’enquête détaillée par échantillon). Ses responsables de la communication, commentant ces résultats ont souligné certains des changements qui ont eu lieu depuis le dernier recensement, en 2000, le principal étant le déclin de l’Église catholique et la croissance des religions évangéliques et du nombre de personnes qui prétendent n’avoir aucune religion. Quelques cartes ont été présentées, mais les données sont si riches que leur dimension territoriale – la répartition des religions dans le pays – peut être approfondie. Les cartes suivantes1 ont été élaborées à partir du tableau de données 1489 (Population résidente, par religion, couleur de peau et sexe, Résultats généraux de l’échantillon), à l’échelle des micro-régions (elles sont 558 dans tout le pays)2.

Tableau 1 – Les religions au Brésil en 2010
IBGE, Censo demográfico 2010

Les religions principales
Les grandes religions étaient en 2010, comme l’indique le tableau ci-dessus, l’Église catholique (romaine) et les diverses religions protestantes, puis le groupe qui a déclaré n’avoir «aucune religion». Les trois premières cartes les localisent, en utilisant la même échelle pour les rendre comparables.
Catholiques
Le catholicisme reste dominant dans le Nordeste et dans les régions d’agriculture paysanne du Sud mais dans les grandes villes il ne représente pas plus de deux tiers de la population et même, dans le cas de Rio de Janeiro, la moitié.
Protestants évangéliques
Le public des religions évangéliques est essentiellement urbain, avec une présence plus forte à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Sans religion

Le «sans religion» sont également plus nombreux en milieu urbain et à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Géographies différenciées
Les autres religions n’ont pas le même poids en chiffres absolus, mais certaines présentent des configurations spatiales différenciées, révélées par les cartes ci-dessous, qui ne sont pas comparables avec les trois premières, ni entre eux, parce que leurs effectifs absolus sont à des échelles différentes, adaptées au nombre de fidèles de chaque religion .
Judaïsme
Le judaïsme est une autre religion région urbaine, cette fois c’est São Paulo qui se distingue, avec plus de 44 000 personnes, soit près du double de Rio de Janeiro.
Islam
Les musulmans se concentrent principalement à São Paulo et à Foz do Iguaçu, sur la Triple Frontière Brésil – Argentine – Paraguay.
Candomblé
Les fidèles du Candomblé (religion afro-brésilienne) sont nombreux – comme on pouvait s’y attendre – à Bahia, mais plus encore à Rio de Janeiro
Umbanda
L’Umbanda (autre religion afro-brésilienne) est présente, avec le Candomblé, à Rio de Janeiro, mais son foyer principal est le Rio Grande do Sul, dans la capitale et la partie sud de l’État.
Spiritistes
La répartition des Spiritistes, à part une concentration dans le Rio Grande do Sul similaire à celle de l’Umbanda, dessine un axe Janeiro Rio de Janeiro – São Paulo – Brasilia.
Traditions ésotériques

Brasilia est clairement – au moins en proportion – la capitale brésilienne de l’ésotérisme .
Traditions indigènes
La répartition des fidèles des traditions indigènes suit évidemment celle des Indiens eux-mêmes, concentrés principalement en Amazonie.
Typologies
Deux techniques statistiques permettent la construction de typologies – et de cartes – indiquant quelle religion occupe une place particulière dans chaque région et la différencie des autres, sans être nécessairement en position dominante puisque le catholiques restent partout les plus nombreux.
CAH
La Classification Hiérarchique Ascendante (CAH) construit des groupes de régions de même profil, dont la composition est expliquée par le graphique situé au-dessous de la carte, où chaque groupe apparaît avec des valeurs supérieures à la moyenne (barre vers la droite) ou au-dessous de celle-ci (barre vers la gauche) pour chaque religion. La carte confirme la bonne résistance du catholicisme dans le Nordeste et le sud intérieur (en dehors de la Campanha Gaúcha du sud du Rio Grande do Sul, marquée par l’Umbanda). Dans le reste du pays apparaît la force des évangéliques sauf dans de petites zones marquées par l’Islam (une région), l’Umbanda et le Candomblé (13 régions), les traditions indigènes (6 régions) et l’absence de religion, conjointement avec les évangéliques (3 régions) .
Analyse factorielle

L’analyse factorielle groupe les variables analysées –ici les religions – selon les similitudes ou les différences de leur distribution statistique et géographique, au long d’axes qui rendent compte de ces variations, de manière décroissante. Le premier axe de la figure centrale du graphique, qui se lit de gauche à droite, représente près de 40% de la variabilité et oppose à la religion catholique à tous les autres: la carte du haut de la figure, construit à partir de la position des régions sur cet axe, fait apparaître à nouveau les bastions du catholicisme dans le Nordeste et du Sud. L’axe deux, qui se lit de haut en bas et représente 16,65% de la variabilité, nuance la distribution des «autres» religions, il regroupe d’un côté Umbanda/Candomblé, Islam et judaïsme (groupe du haut du graphique et couleurs chaudes sur la carte du bas), d’autre part les évangéliques, les sans-religion et les traditions indigènes (bas du graphique et des couleurs froides sur la carte). Les deux groupes ont leurs bases principales dans les grandes villes mais la première et la plus répandue dans le Sud et le Centre-Ouest, la seconde dans le Nord et le Nord.
Évolution 2000-2010
Quel est l’impact territorial de la tendance générale de croissance des religions évangéliques et de reflux du catholicisme? Les cartes suivantes analysent cet aspect, une fois éliminé l’effet de la croissance démographique et en faisant la moyenne de chaque région avec ses voisins, afin de renforcer les cohérences régionales en éliminant les phénomènes purement locaux.
Variation 2000-2010 de la religion catholique
Le reflux du catholicisme est général (valeurs négatives dans toutes les régions), mais est plus prononcé dans les grandes villes et sur les fronts pionniers amazoniens, le long de l' »arc de la déforestation » et au-delà. Il semble y avoir une certaine co-incidence entre la religion protestante et l’esprit pionnier, qui devra être étudié plus avant.
Variation 2000-2010 des religions évangéliques
Les progrès des religions évangéliques sont – de façon symétrique du reflux du catholicisme – visibles dans toutes les régions du pays, mais surtout en Acre, dans le sud du Minas Gerais et surtout dans le Nordeste.

Notes

1) Publiées originellement dans la rubrique « images commentées » de Confins, sous un pseudonyme, selon l’usage brésilien de ne pas publier dans une revue quand on en est le rédacteur en chef: René Somain, « Religiões no Brasil em 2010 », Confins 15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2012, URL : http://confins.revues.org/7785 , DOI : 10.4000/confins.7785

2) Ces cartes ont été ébauchées sous les logiciels Philcarto, écrit par Philippe Waniez, et Cartes et Données, du groupe Articque, disponibls gratuitement et respectivament sur les sites http://philcarto.free.fr/  et http://www.geocampus.com/fr/solutions-international/solutions-international-cartes-et-donnees-pro.html