Archives par mot-clé : São Paulo

La formation du territoire brésilien

La formation du territoire brésilien

Le site Panmythica, Dimensões de um mesmo mundo (dimensions d’un même monde, https://www.panmythica.com/), animé par Michael serra, offre parmi bien d’autres sujets (guides de l’aérospatiale, des aéronefs, des androïdes, des armes blanches, des armes à feu, des divinités, des vaisseaux spatiaux, des guerriers sacrés, des navires, des véhicules, etc.) trois animation de cartes sur l’évolution des subdivisions du Brésil, des communes de l’État de São Paulo et de la région métropolitaine de sa capitale :

https://www.panmythica.com/2008/04/mapas-histricos-do-brasil.html

https://www.panmythica.com/2020/04/mapa-da-capitania-e-da-provincia-de-sao.html

https://www.panmythica.com/2020/04/mapa-da-evolucao-territorial-da-atual.html

La première représente le massage des capitaineries coloniales aux provinces impériales puis aux États sous la République, de 1534 (créations des « capitaineries héréditaires) à 1988 (création de l’État de Tocantins). Elle n’a pas la prétention d’être, comme l’indique le site « une représentation officielle de l’évolution de l’histoire du Brésil, mais seulement une tentative de refléter les principaux faits de son expansion territoriale. De nombreuses cartes, essentiellement les plus anciennes, représentent les zones revendiquées par une unité administrative, ce qui ne signifie pas qu’elles en avaient le contrôle ou la possession totale (en fait, jusqu’au milieu du XIXe siècle, une grande partie était occupée par les amérindiens) Les frontières entre unités administratives ne doivent pas être considérées comme des faits établis mais uniquement des suggestions approximatives, basées sur des rapports, des cartes de l’hydrographie, des chaînes de montagnes, etc. Un autre fait à souligner, principalement sur des cartes très anciennes, est que les documents cartographiques de l’époque, dans la grande majorité des cas, n’étaient pas à jour au moment de leur publication. Les effets des décrets royaux, par exemple, ont tardé à apparaître sur les cartes les plus récentes et donc la base principale de ce travail ont été les informations textuelles, et non les cartes ».

Outre l’animation, le site offre les 125 cartes qui le composent, toutes disponibles en format vectoriel .ai (Adobe Illustrator) dont quelques-unes sont présentées ci-dessous avec le court texte qui les accompagne (parfois légèrement développé). Cette sélection très partielle de compte de l’ensemble du récit composé par les 125 images, il est vivement conseillé de se reporter à l’animation vous retrouver la continuité de cette histoire de presque cinq siècles. Les couleurs indiquent l’appartenance à une même unité administrative et les caractères majuscules indiquent une unité administrative d’ordre supérieur, entre lesquelles le Brésil a été divisé à certaines périodes.

Figura 1 1534

1534 – Formation de capitaineries héréditaires délimitées par la ligne issue du traité de Tordesillas, partageant l’Amérique du Sud entre les Portugais, elle est, et les Espagnols à l’ouest.

Figura 2 1593

1593 – La Bandeira (expédition d’exploration) d’Antônio Macedo et Domingos Luís Grau, partie de São Vicente, longe la rive gauche du Tocantins jusqu’à la zone actuellement occupée par l’État du même nom. Du fait de cette exploration, qui définissait le territoire occupé au nom de la capitainerie de São Vicente, la limite occidentale des autres capitaineries a pu être dessinée, au moins en termes de revendications

Figura 4 1637

1637 – Les Hollandais, qui avaient occupé la capitainerie de Pernambuco en 1630, conquièrent la capitainerie de Sergipe del-Rei. Création de la « sous-capitainerie » du Cap Nord, dans le Grão-Pará (actuellement Amapá). L’expédition de Pedro Teixeira explore presque entièrement la région amazonienne jusqu’au Pérou et déclare les terres propriétés de l’État de Maranhão

Figura 3 1709

1709 – Après la découverte de l’or dans l’actuel État du Minas Gerais, la capitainerie de São Vicente devient la capitainerie de São Paulo et Minas de Ouro, apogée de l’expansion des terres parcourues et revendiquées par les Bandeirantes.

Figura 5 1748

1748 – Création des capitaineries du Mato Grosso et du Goiás, qui faisaient partie de celle de São Paulo. Celle-ci est supprimée et incorporée à celle de Rio de Janeiro.

Figura 6 1772

1772 – L’État de Grão-Pará et Maranhão est divisé en deux partie, l’État de Grão-Pará et Rio Negro et l’État de Maranhão et Piauí, chacune composée de deux capitaineries.

Figura 7 1809

1809 – Les troupes portugaise venues du Brésil envahissent la Guyane française et établissent la colonie de Cayenne et Guyane

Figura 8 1824

1824 – Après la révolte de la Confédération de l’Équateur, Pernambuco est puni par la perte des territoires situés sur la rive ouest du São Francisco au profit de la province de Minas Gerais

Figura 9 1853

1853 – La province du Paraná est créée au sud de celle de São Paulo.

Figura 10 1903

1903 – L’Acre se sépare de la Bolivie et est incorporé par le Brésil en tant que territoire fédéral.

Figura 1962

1960 – Création de l’actuel District fédéral de Brasília, l’ancien, centré sur Rio de Janeiro, devient l’État de Guanabara. En 1962, les territoires fédéraux d’Acre et Amapá deviennent des États. Le territoire de Rio Branco devient le territoire de Roraima

Figura 12 1988

1988 – Le territoire de Roraima devient l’État de Roraima. Création de l’État de Tocantins.

Bibliographie

  • Atlas Digital da América Lusa (http://lhs.unb.br/atlas/In%C3%ADcio )
  • Biblioteca Digital de Cartografia Histórica da Universidade de São Paulo (http://www.mapashistoricos.usp.br/ )
  • Guia Geográfico da História do Brasil (https://www.historia-brasil.com/mapas/mapas-historicos.htm )
  • Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística: Portal Cidades (https://cidades.ibge.gov.br/ )
  • Memória da Administração Pública Brasileira – Arquivo Nacional (http://mapa.an.gov.br/ )
  • ALBUQUERQUE, Manoel Maurício; REIS, Arthur Cézar Ferreira; CARVALHO, Carlos Delgado de. Atlas histórico escolar. Rio de Janeiro: FENAME, 1977.
  • BUENO, Eduardo. A coroa, a cruz e a espada. Rio de Janeiro: Estação Brasil, 2016.
  • BUENO, Eduardo. Capitães do Brasil. Rio de Janeiro: Estação Brasil, 2016.
  • CALIXTO, Benedito de Jesus. Capitanias paulistas. 2ª edição. São Paulo: Duprat e Mayenca, 1927.
  • CASTRO, Carlos Félix Ferreira. A história do Piauí. Teresina: 2006.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. Os limites cartográficos das Capitanias Hereditárias do Sul. 3º Simpósio Brasileiro de Cartografia Histórica. Belo Horizonte: UFMG, 2016.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. Reconstruindo o mapa das Capitanias Hereditárias. São Paulo: USP, 2013.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. A formação do Território da Capitania do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Acervo Arquivo Nacional, 2016.
  • ELLIS, Myriam. São Paulo, de Capitania a Provincia: Pontos de partida para uma história político-administrativa da Capitania de São Paulo. Campinas: Unicamp, 1972.
  • FERREIRA, Jurandyr Pires. Enciclopédia dos Municípios Brasileiros. Volumes 1 ao 36. Rio de Janeiro: IBGE, 1957.
  • GUIMARÃES, Eduardo Nunes. A influência paulista na formação econômica e social do Triângulo Mineiro.
  • INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA. Evolução da Divisão Territorial do Brasil – 1872-2010. Rio de Janeiro, 2011.
  • MAIA, Luiz Carlos Mourão; FARIAS, Luiz Carlos Moreira. Histórico da divisa Ceará-Piauí. Fortaleza: Assembleia Legislativa do Estado do Ceará: 2019.
  • MARTINS, Herbert Toledo Martins. A retaliação de Pernambuco: o caso da Comarca do Rio de São Francisco. Revista CLIO, vol. 28.2.
  • MOTT, Luiz R. B. Descrição da Capitania de São José do Piauí – 1772. Campinas: Unicamp.
  • NEVES, Juliana Brainer Barroso. Colonização e resistência no Paraguaçu-Bahia, 1530-1678. Recife, 2008.
  • OLIVEIRA FILHO, Pedro Affonso; BRITO, Juliana de; GONÇALVES, Maísa Albino dos Santos. Os relegados: a história oculta dos primeiros povos do Pontal do Triângulo. UFG/Jataí.
  • PENNA, Patrícia Ladeira. Benta Pereira: mulher, rebelião e família em Campos dos Goytacazes, 1748. Niterói: UFF, 2014.
  • PICANÇO, Jefferson de Lima; MESQUITA, Maria José. A cartografia primitiva da Baía de Paranaguá (séculos XVI-XVII) e os limites da América Portuguesa. Campinas: Unicamp, 2015.
  • PRIORI, Ângelo [et al.]. História do Paraná: séculos XIX e XX. Maringá: Eduem, 2012.
  • RAZENTE, Nestor. Povoações abandonadas no Brasil. Londrina: Eduel, 2016.
  • SILVA, Leonardo Augusto Ramos. Os índios principais na sublevação do Caeté (1741-1745). Manaus: Revista Manduarisawa, vol. 2, nº 1, 2018.
  • TOLEDO, Roberto Pompeu. A capital da solidão. Rio de Janeiro: Editora Objetiva, 2003.
  • VALENCIA VILLA, Carlos. O retorno dos mapas: sistemas de informação geográfica em história. Porto Alegre: Ladeira Livros, 2016.

D’Élisée Reclus à OpenStreetMap, la croissance des villes brésiliennes de 1894 à 2020

Le volume XIX, de la deuxième Géographie Universelle, « L’Amérique du Sud, l’Amazonie et La Plata (Guyanes, Brésil, Paraguay, Uruguay, République argentine) » inclut bon nombre de cartes de villes brésiliennes qui donnent une image de leur étendue en 1894, au moment de la publication de l’ouvrage.

Cette deuxième Géographie Universelle, après l’œuvre pionnière publiée à partir de 1810 par Malte-Brun[1], fut l’œuvre d’un seul homme, le géographe Elisée Reclus (1830-1906). L’ouvrage compte 20 tomes, publié en 18 ans, de 1876 à 1894 et illustrés par des cartes et gravures en noir et blanc. Près de la moitié des cartes sont de son ami Charles Perron, cartographe anarchiste suisse : principal collaborateur du géographe, il est avec lui à l’origine de production de cartes statistiques, thématiques et géopolitiques qui sont une innovation de l’ouvrage.

Comme ce volume est disponible en format pdf sur Gallica, le site de la Bibliothèque Nationale de France (à l’adresse suivante: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31525j), on a pu les en extraire en faisant des copies d’écran. Pour mesurer à quel point elles ont grandi a mis en regard pour chacune d’entre elles la carte de la Géographie Universelle et des images extraites d’OpenStreetMap et de Google Earth, centrées sur le même espace qu’elle (repéré par un cadre noir ou blanc) et le plus souvent suivie de cadrages plus larges pour monter l’extension actuelle de l’agglomération. Elle dépasse toujours de très loin celle de la ville telle qu’elle était dessinée en 1894, repérée par un liseré rouge.

Les villes sont présentées par ordre alphabétique, certaines (Fortaleza, par exemple) n’occupent qu’une petite partie du cadre car le cartographe est parti de cartes marines dont l’auteur s’intéressait plus à la profondeur de l’eau dans les chenaux d’accès qu’à la ville elle-même. D’autres sont mise dans leur contexte régional, comme l’ensemble São Paulo-Santos, ou Cayenne (ici ajoutée in fine aux villes brésiliennes) dans son « île ».

Figure 1 Belém

La capitale du Pará, Belém, est à peine visible sur la carte de 1894, perdue parmi les îles de l’embouchure du rio Guama (l’embouchure de l’Amazone se situe de l’autre côté de l’île de Marajó, plus grande que la Belgique), alors que l’on alors est en plein boom du caoutchouc, qui a fait sa fortune.

Depuis lors elle a énormément grandi, occupant toute la presqu’île de son site initial et débordant largement vers le nord et l’est, au long du fleuve et vers l’intérieur des terres, au long de la route Brasilia- Belém. La construction de celle-ci, lancée en 1959 dans la foulée de celle de la nouvelle capitale, l’a rattachée au reste du Brésil par voie terrestre pour la première fois, alors que jusque là elle ne l’était que par voie maritime ou aérienne.

Figure 2 Fortaleza

Fortaleza a longtemps tourné le dos à la mer, et regardait vers le sertão, l’intérieur semi-aride (où s’était développé l’élevage extensif qui était la base économique de l’État), et en 1894 le littoral était pratiquement désert. C’est avec le « désir de rivage », l’intérêt pour la fréquentation des plages et le tourisme balnéaire, que la ville est passée par une « maritimisation » et une occupation rapide de tout le littoral. Celui-ci est bordé par des quartiers bien équipés et chers, alors que les énormes périphéries intérieures le sont par des migrants venus des campagnes délaissées par l’exode rural massif qu’a connu le pays.

Figure 3 João Pessoa

Sur la carte de 1894 João Pessoa s’appelle encore Parahyba, elle a pris son nom actuel le 4 septembre 1930 en hommage à un homme politique assassiné la même année, un des événements majeurs de la révolution de 1930 menée par Getúlio Vargas. João Pessoa est connue comme « la ville où le soleil se lève en premier » car elle abrite la Pointe de Seixas, le point le plus oriental des Amériques. Situé en fond d’estuaire elle était reliée par une ligne de chemin de fer à l’avant-port de Cabedelo, qui est officiellement kilomètre zéro de la route Transamazonienne.

La croissance urbaine ultérieure a depuis longtemps rejoint Cabedelo, et a continué largement tout au long du littoral atlantique puis vers l’intérieur des terres, englobant Santa Rita et la petite commune de Bayeux, ainsi rebaptisée pour célébrer la libération de la ville française homonyme, lors du débarquement en Normandie.

Figure 4 Maceió

La ville de Maceió la ville n’occupe qu’une très petite partie de la carte de 1894 et n’a même pas de port, tout juste un hameau littoral, probablement de pêcheurs. Sur la carte actuelle l’espace occupé par le même cadrage est entièrement urbanisé, des installations portuaires ont été aménagées ainsi que des avenues de bord de mer, ici aussi parmi les plus valorisées de la ville. En élargissant le cadre on constate qu’il ne s’agit que d’une petite partie d’une agglomération qui s’étend très loin vers le nord jusqu’à la cité universitaire et à l’aéroport.

Figure 5 Natal

En 1894 la partie urbanisée de la carte consistait en deux ensembles séparés, d’un côté la ville créée à l’époque coloniale, de l’autre le quartier qui s’était développé autour de la gare de chemin de fer. Toutes deux se situaient à l’intérieur de l’estuaire protégé par la presqu’île au bout de laquelle avait été construit le fort des rois mages, construit à l’origine pour repousser les incursions de corsaires et d’aventurier français. Son extrémité est d’ailleurs toujours occupée par des installations militaires, celles du 17e groupe d’artilleries de campagne, mais elle est néanmoins parcourue par une route qui donne accès au pont permettant de traverser l’estuaire à son embouchure. C’était d’autant plus nécessaire bonne partie de l’agglomération se situe désormais sur l’autre rive.

Sur la rive gauche on remarque que les dunes ont été préservées et incluses dans un parc, alors que sur la rive droite l’urbanisation va jusqu’au bord de la mer. Sur ces images  le nouvel aéroport est encore en travaux et mal relié à la ville, l’ancien étant désormais réservés à la base aérienne, toute proche de la zone militaire de Barreira do Inferno (« barrière de l’Enfer ») où sont faits des tests de missiles.

Figure 6 Paranaguá

Le port Paranaguá, dans le Paraná, a connu un très fort développement quand il a été aménagé pour l’embarquement du soja, initialement produit dans le Sud du pays. Il l’est resté en majeure partie, même quand la production s’est déplacée vers le Mato Grosso, à plus de 2 000 kilomètres plus au nord, soit la distance Paris-Minsk ou Paris-Istamboul. Mais une partie croissante des grains sont désormais exporté par l’Amazone, à partir des ports d’Itacoatiara (près de Manaus) et de Santarém.

Figure 7 Porto Alegre

En 1894 la ville de Porto Alegre n’occupait qu’une petite péninsule au débouché d’une coalescence de rivières dans le lac Guaiba, d’où l’on peut rejoindre la mer, via la « lagune des canards » (Lagoa dos Patos). Sa croissance est liée à sa fonction de porte d’entrée de la colonisation européenne, des millions d’Italiens et Allemands y sont passés pour aller s’installer plus au nord et implanter une agriculture de petite propriété sans équivalent dans le reste du Brésil (dont les seuls vignobles du pays). C’est donc vers le nord de la ville s’est étendue, incluant dans l’agglomération la ville de Novo Hamburgo dont le nom dit bien quelle était l’origine de ses habitants.

Figure 8 Recife

Alors que la première implantation coloniale portugaise s’était faite à Olinda, un peu plus au nord, Recife s’est développée lors de l’occupation par les Hollandais au XVIIe siècle, qui en avaient fait la capitale de leur éphémère colonie. En 1894 la ville n’occupait que de petites presqu’îles créées par un cordon littoral et une petite tête de pont sur la côte, à l’abri des récifs qui ont donné leur nom à la ville. L’agglomération compte aujourd’hui plus d’un million et demi d’habitants et s’étire tout au long du littoral sur plus de 40 km du nord au sud.

La représentation de Rio de Janeiro dans la Géographie Universelle (figure 9) étant peu satisfaisante (la multiplication des hachures rend difficile la reconnaissance des limites urbaines) on a eu recours à une autre plan de la ville d’une date proche (1890), également disponible sur Gallica.

Figure 9 Rio de Janeiro dans la Géographie Universelle

Figure 10 Rio de Janeiro

Rio de Janeiro a une longue histoire depuis la tentative française d’installation, en 1555, d’une colonie dans la baie de Guanabara, la « France antarctique ». Il en reste le nom d’une île encore aujourd’hui appelée « Ilha de Villegaignon », du nom du chef de l’expédition, rattachée à la ville par la construction de l’aéroport Santos-Dumont. Il est seulement dommage que le morne tropical qui est aujourd’hui connu comme le « Pain de sucre », ait perdu le nom de « Pot de beurre » qui lui avait été donné, sans doute sous l’effet de la nostalgie que ces navigateurs normands avaient de leur province natale.

La ville est restée très longtemps cantonnée à l’intérieur de la baie de Guanabara, que ses découvreurs avaient pris pour l’embouchure d’un fleuve, la « rivière de janvier » qui lui a donné son nom. Sa croissance a été très limitée jusqu’à ce qu’elle devienne en 1763 la capitale de la colonie portugaise (une décision prise pour contrôler plus efficacement la sortie de l’or extrait du Minas Gerais), et surtout l’arrivée du roi du Portugal et de sa Cour, fuyant l’avancée des troupes napoléoniennes vers Lisbonne. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle, avec l’ouverture des tunnels vers la côte atlantique se sont développées des quartiers résidentiels balnéaires, dont le plus connu est Copacabana.

La ville s’est alors insérée tant bien que mal entre la montagne, la mer et une série de mornes tropicaux, dont certains sont encore couverts de forêts et inclus dans des parcs nationaux ou locaux.  Elle compte aujourd’hui un peu plus de 6,7 millions d’habitants et avec ses banlieues l’agglomération en compte au total plus de 11,8 millions, c’est la deuxième du pays après celle de São Paulo

Le centre historique n’en occupe plus qu’une très petite partie, elle s’est développée vers le sud, au long des plages, et surtout vers le nord puis l’ouest par la construction désordonnée de banlieues qui entremêlent industries, entrepôts, quartiers populaires, terrains vagues et favelas. Le fond de la baie est occupé par des industries dont certaines très polluantes (comme les raffineries de Duque de Caxias) et la ville de Niteroi fait face à Rio sur son flanc oriental.

Figure 11 Salvador

Salvador de Bahia a été fondée sur un abrupt dominant la « Baie de tous les Saints » (Bahia de Todos os Santos) qui offrait un abri idéal aux navires des colonisateurs portugais. Elle s’est développée quand ils ont trouvé dans la canne à sucre une base économique pour la colonie dont elle est devenue la capitale jusqu’en 1763.

Enrichie par les booms successifs du sucre et de l’or, elle recèle encore aujourd’hui des trésors d’architecture baroque qui en font des grandes attractions touristiques du pays. Mais ici encore la partie historique ne représente plus qu’une très petite partie de l’agglomération qui a conquis toute la presqu’île qui sépare la baie de la mer. Elle s’est étendue au long du littoral bien au-delà de l’aéroport par une série de sites balnéaires, tandis que vers le nord elle a rejoint les zones industrielles nées autour du pôle pétrochimique de Camaçari.

Figure 12 São Paulo

La petite mission fondée par les Jésuites en 1554 est devenue, au terme d’une croissance tardive mais rapide, la première agglomération du continent sud-américain. Lorsque le Brésil a pris son indépendance, en 1822, la ville avait à peine 7 000 habitants. Elle avait été choisie comme siège d’une des deux premières facultés de droit du pays, en 1827, justement parce que c’était une petite ville où les étudiants pourraient travailler au calme. Une extraordinaire croissance l’a ensuite fait passer de 31 000 habitants en 1872 à 19 millions en 2010 : sa population a donc été multipliée par près de 612 en 138 ans et par 2 714 en 188 ans. Cette croissance a été dévoreuse d’espace : l’agglomération couvre plus de 8 000 km², 80 fois la superficie de la ville de Paris et près de trois fois celle de l’agglomération parisienne.

Figure 13 São Paulo et Santos

Situé sur le revers d’un plateau incliné vers l’ouest, la ville est séparée de la mer par un abrupt de plus de 800 m de dénivelé, mais a toujours fonctionné en liaison avec son port, Santos. Celui-ci, né avant elle, a grandi avec elle pour exporter ses productions et celles de l’intérieur, à commencer par le café qui a été le grand moteur de sa croissance : elle a vraiment décollé avec la construction du chemin de fer de Santos a Jundiai, via São Paulo, par les Anglais. Inaugurée en 1867 il a permis l’exportation du café produits à l’ouest de São Paulo et drainé vers la ville par plusieurs compagnies de chemin de fer concurrentes, qui ont colonisé chacune une partie de l’État en acheminant les immigrants (principalement italiens puis japonais) jusqu’aux plantations et en sens inverse le café jusqu’au port de Santos.

Figure 14 Ubatuba

Ubatuba était une très petite ville isolée au pied de la serra do Mar jusqu’à la construction de la route côtière Rio-Santos (1973-1975) qui en a fait une des villes balnéaires de la Riviera paulista. Celle-ci s’étend de Santos jusqu’à la frontière de l’État de Rio de Janeiro, depuis Guarujá en passant par Bertioga, Maresias, São Sebastião et Caraguatatuba.

Cet ensemble de stations balnéaires accueille chaque week-end et plus encore aux vacances d’été (en janvier-février, hémisphère sud oblige), des millions de citadins descendus du plateau de São Paulo. Le flux est tel qu’au moment de la descente sept des huit voies que comptent les deux autoroutes reliant São Paulo à Santos sont réservées à la descente, et vice-versa au moment des retours.

Avec cette mutation le village de pêcheurs à peine visible sur la carte de 1894 est devenu une ville balnéaire qui occupe tout le littoral et remonte dans les vallées des rivières qui dévalent la Serra do Mar, jusqu’aux limites du parc d’État du même nom, et parfois un peu au-delà…

Figure 15 Vitória

Vitória, la capitale de l’État d’Espírito Santo, a connu une croissance rapide avec la construction du port de Tubarão (en haut à droite de l’image OpenStreetMap cadrée comme l’image originale), par où est exporté le minerai de fer du Minas Gerais, après avoir suivi la vallée du Rio Doce. Autour du terminal portuaire s’est développé complexe industriel de traitement du minerai qui occupe toute la presqu’île déserte sur la carte de 1894 mais est bien visible sur les cartes et l’image satellitaire actuelle.

Figure 16 Cayenne

Pour conclure on peut faire le même exercice à partir de deux autres cartes qui figurent dans la Géographie Universelle d’Élisée Reclus, celles de Cayenne et de l’« île de Cayenne » dont elle fait partie et dont l’urbanisation survenue depuis 1894 a largement dépassé les limites.

Figure 17 Île de Cayenne

[1] Hervé Théry, « Visions ambiguës d’un Brésil disparu, le Brésil dans la Géographie universelle de Conrad Malte-Brun », Annales de géographie n° 683, février 2012, Issn 0003-4010, pp 66-85.

Des inégalités en cascade

À l’échelle mondiale l’Indice de Développement Humain (IDH) calculé par le PNUD montre que le Brésil est en situation moyenne entre les pays développés d’Europe et d’Amérique du Nord/Australie et les moins développés d’Afrique et d’Asie. Mais ce n’est qu’un effet de moyenne car si ses États du Sud ont des niveaux de développement comparables à ceux de l’Europe de l’Est, ceux du Nord sont plus proches des niveaux africains. À l’échelle nationale l’État de São Paulo se détache nettement du reste du pays, suivi de façon plus contrastée par les trois États du Sud et la région de production de soja du Centre-Ouest, en opposition franche avec le Nordeste et la région Nord, où l’IDH (recalculé à l’échelle des communes) est beaucoup plus bas. À l’intérieur de l’État de São Paulo la situation de l’axe central allant de la capitale vers le nord-ouest est plus favorable que celle des communes rurales, notamment dans le sud-ouest de l’État et aux deux extrémités du territoire, à l’est et à l’ouest. Enfin, à l’échelle de la commune centrale, São Paulo, l’IDH distingue des couronnes successives du centre vers la périphérie, au nord et au sud de la commune, mais surtout à l’est, dans la Zona Leste, qui compte 4,5 millions d’habitants.

Carte réalisée pour le chapitre « Population et inégalités au Brésil », de Marie-Françoise Fleury et Maie Girardot, in Population et inégalités dans le monde, aux éditions Atlante.

On notera qu’il suffit d’inverser la gamme de couleurs pour attirer l’attention sur les pays, régions, communes et quartiers moins favorisés: astuce de cartographie ancienne, mais  toujours efficace.

São Paulo vue par Auguste de Saint-Hilaire (1819)

Qui connaît, par expérience personnelle, par l’image ou par des lectures l’actuelle métropole géante qu’est São Paulo (qui compte aujourd’hui plus de 18 millions d’habitants), ne peut qu’être surpris de la description qu’en fait un voyageur du XIXe siècle, Auguste de Saint-Hilaire.

Ce botaniste français a parcouru de 1816 à 1822[1] les actuels États de Rio de Janeiro, Espírito Santo, Minas Gerais, Goiás, São Paulo, Santa Catarina et Rio Grande do Sul, voyageant à cheval ou à dos d’âne sur des routes précaires et le plus souvent en s’ouvrant un passage à la machette. Il savait prendre son temps – il est resté 15 mois dans le Goiás – et revenir dans les endroits qu’il jugeait intéressants : il s’est rendu à trois reprises dans le Minas Gerais, dont il avait particulièrement apprécié les paysages et les habitants.

Au cours de ses voyages, il fit des observations détaillées de la végétation et plus largement les milieux naturels des régions parcourues, mais il a aussi rassemblé des informations sur l’utilisation des plantes par les habitants et noté une foule de détails sur la culture et l’anthropologie des régions parcourues. Les historiens brésiliens considèrent donc aujourd’hui que ses descriptions constituent, à condition qu’on en fasse une analyse critique, un bon état des lieux des paysages et de la société brésilienne, très utile à la connaissance de ce grand pays.

Voyage dans la Province de Saint-Paul

Les textes ci-dessous sont extraits de la quatrième partie des Voyages dans l’intérieur du Brésil, Voyage dans les provinces de Saint-Paul et de Sainte-Catherine, tome premier[2]. Auguste de Saint-Hilaire y fait figurer sous son nom, en page de garde, une série impressionnante de titres[3] mais l’ouvre par une préface d’une remarquable modestie :

« L’auteur a suivi dans cette nouvelle relation, qui est une continuation du Voyage aux sources du S. Francisco et dans la province de Goyaz[4], le même plan que dans la précédente ; il ne pourrait, par conséquent, que répéter ce qu’il a dit alors. On y trouvera décrits avec la même exactitude, non-seulement les lieux qu’il a visités, mais encore les changements que les écrivains ont indiqués depuis son voyage. Cet ouvrage est comme une sorte d’ébauche de la monographie des contrées qu’il a parcourues. Il s’est livré aux mêmes observations critiques, et a tâché de rectifier les nombreuses erreurs qui se sont répandues dans les livres sur la géographie et ethnographie du Brésil ; il a cité avec le même soin tous les écrivains auxquels il a emprunté quelque chose et dans ce but il a fait tous ses efforts pour réunir les ouvrages publiés sur le Brésil. Souvent on rencontrera, dans cet ouvrage, des numéros qui devaient renvoyer à la description des plantes caractéristiques de chaque canton ; les circonstances n’ont pas permis que cette partie du travail fût achevée : ces descriptions se trouveront, il faut l’espérer, à la fin du Voyage dans la Province du Rio Grande do Sul ».

Dans son « Chapitre premier – Tableau abrégé de la province de S. Paul », il présente d’abord rapidement l’histoire du Brésil puis de la Province, en glorifiant le rôle des aventuriers qui en sont partis pour explorer l’intérieur du continent. :

« L’intérieur du Brésil n’a pas toujours été sillonné par des chemins et parsemé d’habitations hospitalières ; il fut un temps où l’on n’y découvrait pas une cabane, aucune trace de cultures et où les bêtes féroces en disputaient l’empire ; alors les Paulistes le parcoururent dans tous les sens. Ces audacieux aventuriers, comme on le verra plus tard avec détail, pénétrèrent plusieurs foi dans le Paraguay, découvrirent la province de Pihauy[5], les mines de Sabará, celles de Paracatú, s’enfoncèrent dans les vastes solitudes de Cuyabá[6] et de Goyaz, parcoururent la province de Rio Grande do Su1, arrivèrent le nord du Brésil jusqu’au Maranhão et à la rivière des Amazones, et ayant franchi la Cordilière du Pérou, attaquèrent les Espagnols au centre de leurs possessions » (page 23).

Il tente ensuite (page 108), après avoir décrit les composantes des milieux naturels (relief, climat, végétation) d’estimer la population de la Province, alors bien loin de ses actuels 44 millions d’habitants :

« D’après des pièces probablement toutes officielles il y aurait eu dans la Province de S. Paul :

En l777, 116 975 individus

En 1805, 192 729

En 1812, 205 267

En 1813, 209 219, répartis en 26 150 feux.

En 1814, 211 918

En 1815, 215 021

En 1820, 239 290

En 1826, 258 901

En 1838, 326 902, répartis en 50 968 feux »

Sur la composition de cette population il fait une analyse qui commence comme une typologie relativement neutre mais se termine sur une conclusion qui lue aujourd’hui est – pour reprendre le mot qu’il emploie, mais pas pour les mêmes raisons – assez « embrassante » :

« La population de la France, comme celle de toute l’Europe occidentale, est parfaitement homogène : une seule race d’hommes et points d’esclaves. Il n’en est malheureusement pas de même pour Brésil. Non seulement l’esclavagisme y est admis, mais trois races entièrement distinctes et les nombreux métis qu’elles ont produits s’y partagent la population. Des esclaves noirs, les uns créoles, les autres africains ; quelques Indiens baptisés, un nombre considérable d’Indiens sauvages ; des mulâtres libres, des mulâtres esclaves ; des hommes libres, légalement considérés comme appartenant à la race causasique, mais parmi lesquels se trouve une foule de métis de blancs et d’indiennes : tels sont les habitants de la province de S.Paul, étrange bigarrure d’où résultent des complications également embarrassantes pour l’administration et dangereuses pour la morale publique » (page 123).

Figure 1 Composition de la population de la Province de São Paulo

La ville de São Paulo

Sa visite de la ville de São Paulo a commencé le 29 octobre 1819 et son séjour y a duré « depuis le 1er de novembre jusqu’au 9 de décembre » (page 238).

Sur la ville, son jugement est d’emblée positif : « Je traversai 1a ville de S. Paul, incontestablement la plus jolie de toutes celle que j’avais visitées depuis que j’étais au Brésil » (page 237), puis « Non seulement la situation de S. Paul est charmante mais on y respire un air pur » (page 249) et encore « Les maisons, bâties en pisé très solide, sont toutes blanches et couvertes en tuiles creuses ; aucune n’annonce la grandeur et la magnificence, mais on en voit un grand nombre qui, outre le rez-de-chaussée, ont un deuxième étage et se font remarquer par un aspect de gaîté et de propreté » (page 251).

Figure 2 L’entrée de São Paulo en 1821

Panorama de São Paulo en 1821), Arnaud Julien Pallière (1784-1862), Instituto Itaú Cultural

Les comparaisons qu’il fait avec Ouro Preto, alors capitale du Minas Gerais, sont à son avantage de São Paulo : « On y voit un grand nombre de jolies maisons et les rues ne sont pas désertes comme celles de Vila Rica (Ouro Preto) ; les édifices publics sont bien entretenus et l’on n’a point à chaque pas, comme dans une grande partie des villes et villages de Minas Gerais, les regards affligés par l’aspect de l’abandon et des ruines. Celles des rues de la ville qui sont placées sur le flanc de la colline et par lesquelles on se rend dans la campagne sont les seules qui vont en descendant ; les autres s’étendent sur un terrain plat. Toutes sont larges, assez droites et les voitures peuvent y circuler. Les plus jolies sont les rues Droite (Direita) et António Luiz. Quelques-unes sont pavées, mais elles le sont mal ; d’autres le sont seulement devant les maisons » (page 249).

Les principaux monuments lui plaisent également – à quelques réserves près –  notamment la résidence des « Capitães-generais governadores » (« capitaines genéraux gouverneurs ») :

« C’est dans l’ancien couvent des Jésuites que les capitaines-généraux faisaient leur résidence ; cet édifice, depuis qu’il a cessé d’être occupé par des religieux, a pris le nom de palais (palacio), mais n’a réellement d’autre apparence que celle d’un monastère. Le palais, puisqu’il faut lui donner ce nom, est un grand bâtiment à un étage formé par deux corps de logis qui se rencontrent à angle droit et dont l’un est terminé par l’église. Dans ce dernier, les fenêtres sont très rapprochées ; celles de l’autre corps de logis, au contraire, sont fort écartées les unes des autres, ce qui produit un disparate. D’ailleurs la position du palais est aussi heureusement choisie que celle de tous les édifices élevés au Brésil par les jésuites. Construit à. une des extrémités de la ville, il se rattache à celle-ci par sa façade, qui forme deux de côtés d’une petite place carrée ; le derrière du bâtiment regarde la campagne » (page 254).

Figure 3 Palais du gouvernement de São Paulo en 1827 (ancien collège des jésuites)

Jean-Baptiste Debret (1768-1848), collection Aluízio Rebelo de Araújo e Ana Helena Americano de Araújo

C’est en effet la cadre naturel de cette petite ville qui lui plaît :  « Quand on se place aux fenêtres du palais, du côté qui regarde la campagne, on jouit d’une vue délicieuse, celle de la plaine que j’ai déjà décrite. Au-dessous de la ville, on voit le Tamandatahy[7] qui coule en serpentant dans une prairie en partie couverte d’eau (novembre), et au-delà de laquelle s’étendent des pâturages parsemés de touffes de bois peu élevées. Sur la gauche, du côté du nord-ouest, l’horizon est borné par les montagnes de Jaraguá, qui décrivent un demi-cercle. Sur la droite, la plaine s’étend au loin ; le chemin de Rio, de Janeiro la traverse et est bordé de maisons de campagne ; des bestiaux paissent dans la prairie et le paysage est encore animé par les caravanes qui arrivent à la ville, celles qui sortent et par le grand nombre de femmes qui lavent leur linge sur le bord de la rivière » (page 255).

São Paulo ressemblait alors à ce que sont aujourd’hui les villes historiques bien préservées comme Ouro Preto, Tiradentes ou Parati

Figure 4 São Paulo en 1826

Picture 2791

Charles Landseer (1799–1879), Instituto Moreira Salles

La population

Si charmante qu’elle soit – et peut-être pour cette raison même – São Paulo était effet alors une petite ville : « En 1822, la population de la ville et de son district se montait à 25 682 personnes, réparties dans 15 paroisses » (page p 244) et pour analyser sa composition Saint Hilaire a recours de nouveau aux catégories utilisées à l’époque :

« Il y a tant de vague dans les documents sur la population que l’on possède jusqu’ici sur la population de S. Paul que je n’oserais indiquer d’une manière précise les rapports numériques des différentes castes qui composent; cependant, je pense pouvoir dire qu’en 1839 le nombre de Blancs égalait à peine 4/5 de celui des hommes de couleur, noirs et mulâtres; qu’il fallait considérer à peu près nul celui des indigènes; que le nombre de femmes libres, blanches mulâtresses et noires l’emportait  d’une manière sensible sur celui des hommes libres appartenant à ces mêmes races; enfin que les esclaves ne formaient guère qu’un tiers de la population totale » (page 245).

Dans la description qu’il fait du commerce le jugement de Saint Hilaire est plus que nuancé, et les comparaisons avec ceux de Rio de Janeiro et Paris sont peu favorables à São Paulo :

« On ne rencontre point à S. Paul de nègres parcourant les rues, comme à Rio de Janeiro, avec des marchandises sur leurs têtes. Les légumes et 1es menues denrées sont vendus par des négresses qui se tiennent accroupies dans la rue à laquelle ce commerce a fait donner le nom de rua da Quitanda. Quant aux comestibles indispensables tels que la farine, le lard, le riz, le maïs, la viande sèche (carne sêca), les marchands qui les débitent sont, pour la plupart, réunis dans une même rue que l’on appelle rua das Casinhas (rue des maisonnettes), parce qu’effectivement chaque boutique forme une petite maison séparée. Ce n’est pas dans ces boutiques qu’il faudrait chercher la propreté et l’ordre : elles sont obscures et enfumées. Le lard, les grains, la viande y sont jetés pêle-mêle, et 1’on y est encore prodigieusement loin de cet art avec lequel nos marchands de Paris savent donner un air appétissant aux aliments les plus grossiers. Il n’y a point à S. Paul de rue aussi fréquentée que celle des Casinhas. Les gens de la campagne y vendent leurs denrées aux marchands, et les consommateurs vont les acheter entre les mains de, ces derniers. Pendant le jour c’est un encombrement de nègres, de campagnards, de mulets, de muletiers ; le soir, la scène change, les bêtes de somme et les acheteurs font place à des nuées de prostituées d’un ordre inférieur, attirées par les camaradas (serviteurs libres) et les gens de la campagne, qu’elles cherchent à prendre dans leurs filets » (pages 261-262).

Figure 5 Tropeiros (muletiers) pauvres à São Paulo

Jean-Baptiste Debret (1768-1848, Caixa Cultural

Son jugement sur les femmes de São Paulo est, on le voit, guère flatteur, malgré une dernière notation où cette fois ce sont les Parisiennes – ou du moins une catégorie d’entre elles – qui a le mauvais rôle :

« Les femmes qui jouissaient de quelque fortune, m’a-t-on dit, pendant mon séjour à S. Paul, travaillaient à de petits ouvrages dans l’intérieur de leurs maisons ; elles brodaient, faisaient des fleurs, tandis qu’un grand nombre de femmes pauvres, ajoutait-on, restaient dans l’oisiveté pendant toute la durée du jour, et, quand la nuit commençait, elles se répandaient dans la ville pour se livrer au trafic de leurs charmes, devenus leur seule ressource. […] Nulle part je n’avais vu un aussi grand nombre de prostituées ; il y en avait de toutes les couleurs, les pavés en étaient, pour ainsi dire, couverts. Elle se promenaient avec lenteur ou attendaient les chalands dans les carrefours ; mais i1 faut le dire, jamais elles n’abordaient personne. On ne les entendait pas non plus injurier les hommes ou s’injurier entre elle ; à peine regardaient-elles ceux qui passaient ; elles conservaient une sorte de pudeur extérieure et n’avaient absolument rien de ce dévergondage cynique qui, à la même époque, révoltait si souvent chez les prostituées parisiennes de bas étage » (pages 271-272).

La conclusion – paradoxale – d’Auguste de Saint Hilaire

Laissant de côté les jugements de valeur, où il difficile de faire la part de l’opinion personnelle d’Auguste de Saint Hilaire et celle des préjugés dominants à l’époque[8], on retiendra plutôt ce qu’il dit de sa situation, qu’il ne juge pas si avantageuse :

« La ville de São Paulo possède, comme on le voit, divers édifices publics et tout le monde convient qu’elle est jolie et agréablement située ; mais il serait inexact de dire que sa position est très favorable pour le commerce. Il n’y a pas, il est vrai, plus de neuf à douze lieues entre elle et la mer ; cependant, quand on part de Santos, le port le plus voisin, on ne peut faire le voyage en moins de deux jours, obligé que l’on est de gravir la partie extrêmement escarpée de la chaîne maritime qui porte le nom de Serra do Cubatão » (page 259).

Et il continue sur une analyse sans complaisance :

« La ville de S. Paul n’est qu’un centre de dépôt pour les marchandises d’Europe et un lieu de transit pour les produits du pays ; elle a un besoin indispensable du port de Santos et ce dernier pourrait, à la rigueur, se passer d’elle. S. Paul n’aurait certainement jamais été plus florissant que Santos, s’il n’était devenu le chef-lieu de la province et le siège de toutes les autorités civiles et ecclésiastiques » (page 259).

On ne saurait mieux souligner la part du volontarisme dans la croissance de São Paulo : c’est ce facteur qui a fait naître la ville autour du collège des Jésuites puis la décision d’y installer le gouvernement de la Province et plus tard d’y centrer le commerce du café, qui transitait par sa gare sur la ligne Santos-Jundiaí, reliant donc le port aux plantations de l’ouest de l’État. Sans la troisième décision, São Paulo pourrait être aujourd’hui encore une petite ville touristique et universitaire, une sorte de Cambridge ou de Heidelberg brésilienne autour de sa Facuté de Droit, le premier établissement d’enseignement supérieur du pays, fondée en 1827. On peut le regretter, mais l’histoire en a décidé autrement…

[1] Il quitta le Brésil en 1822 et revint en France et pour écrire et à publier ses livres. Les principaux sont Voyage dans la province de Rio de Janeiro et Minas Geraes (Paris, 1830, 2 vol.), Voyage dans le district des diamants et sur le littoral du Brésil (Paris, 1833, 2 vol.) et Voyage aux sources de San Francisco et dans la province de Goyaz (Paris, 1847-48, 2 vol.).

[2] Publié chez Arthus Bertand, libraire-éditeur, Libraire de la Société de Géographie, Rue Hautefeuille n° 21, 1851, accessible sur gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

[3] Membre de l’Académie des Science de l’Institut de France, Professeur à la Faculté des Sciences de Paris, Chevalier de la Légion d’Honneur, des Ordre du Christ et de la Croix du Sud, des Académies de Belin, S. Petersbourg, Lisbonne, C.L.C. des Curieux de la nature, de la société Linéenne de Londres, de l’Institut Historique de Géographique brésilien, de la Société d’Histoire Naturelle de Boston, de celle de Genève, Botanique d’Édimbourg, Médicale de Rio de Janeiro, Philomathique de Paris, des Sciences d’Orléans, etc.

[4] Écrit aujourd’hui Goiás

[5] Écrit aujourd’hui Piauí

[6] Écrit aujourd’hui Cuiabá

[7] Écrit aujourd’hui Tamanduateí

[8] Évidemment inacceptables pour nous mais on se gardera bien de tomber dans l’erreur fatale en histoire, l’anachronisme, à vouloir appliquer nos critères à des époques passées.

Vous pouvez citer cet article comme: Hervé Théry, "São Paulo vue par Auguste de Saint-Hilaire (1819)," dans Braises, 15 août 2019, https://braises.hypotheses.org/1591.

« O Grito do Ipiranga », le tableau de Pedro Américo et la réalité historique

Pedro Américo de Figueiredo et Melo (Areia, 29 avril 1843 – Florence, 7 octobre 1905) était un romancier, poète, scientifique, théoricien de l’art, essayiste, philosophe, homme politique et enseignant brésilien, mais on se souvient mieux de lui comme peintre et auteur du tableau « Independência ou Morte! » « (L’indépendance ou la mort ! »), plus connu comme “O Grito do Ipiranga” (3Le cri de l’Ipiranga »), une toile monumentale de 4,15×7,6m, aujourd’hui exposée dans le musée construit sur les lieux mêmes où l’évènement s’est produit.

C’est en effet sur les rives du fleuve Ipiranga, un petit ruisseau situé au centre de la ville actuelle de S. Paulo, qu’a eu lieu l’un des épisodes les plus célèbres de l’histoire du Brésil. Dom Pedro, Prince-Régent du Brésil pour le compte de son père, roi du Portugal, s’était rendu à São Paulo le 14 août, espérant y avoir le même succès que dans le Minas Gerais, quelques mois plus tôt, et s’assurer de la fidélité locale. Il y était arrivé le 25 août et y était resté jusqu’au 5 septembre. De retour de Santos – où il n’était allé que pour surveiller les défenses côtières – il rencontra des messagers envoyés de Rio de Janeiro par son épouse, Leopoldina et son gouvernement, venus à sa rencontre sur la route de Santos.

Informé par eux que les Cortes de Lisbonne avaient réduit ses pouvoirs, il aurait alors déclaré à ses compagnons de voyage et à sa garde d’honneur sa volonté de rendre irréversible la séparation entre le Brésil et le Portugal, et prononcé la célèbre expression « L’indépendance ou la mort ». C’est un épisode dont les détails sont d’une véracité douteuse, mais le 7 septembre est néanmoins devenu la fête nationale du Brésil, officiellement célébré comme le Jour de l’Indépendance. Il a de fait été un moment crucial, suivi d’actes décisifs : le 2 octobre 1822 Dom Pedro est proclamé empereur du Brésil sous le nom de Pedro Ier, et le 1er décembre il est couronné.

Sa mémoire est d’autant plus célébrée que l’épisode a été quelque peu magnifié par le tableau de Pedro Américo.  Le peintre a réalisé son tableau à Florence en 1888, soit 66 ans après la proclamation de l’indépendance du Brésil, l’Empereur l’avait commandé dans le cadre de la construction du musée de l’Ipiranga (l’actuel Museu Paulista) et il devait mettre en valeur la monarchie. Le peintre a donc pris quelques libertés avec la réalité historique, et le tableau n’est pas une représentation fidèle de l’événement :

  • Chevaux : le groupe dont faisait partie Dom Pedro n’utilisait pas de chevaux, à l’époque, on utilisait des ânes et des mules pour les longs voyages, et en particulier pour le trajet qu’il achevait alors de Santos à São Paulo, le port et le plateau où se situe la ville étant séparés par un dénivelé de plus de 800 mètres.
  • Nombre de soldats : l’escorte qui accompagnait Dom Pedro était peu nombreuse
  • Vêtements : ni Dom Pedro ni ses compagnons de voyage ne portaient d’uniformes d’apparat, mais de confortables vêtements de voyage.
  • Maison de la proclamation : la première mention de la maison qui figure à l’arrière-plan date de 1884, soit 62 ans après le cri d’Ipiranga.
  • Topographie : l’Ipiranga est mal situé, ce ruisseau devrait être derrière la personne qui regarde la peinture.
  • Intrus : le peintre y a inclus un autoportrait, bien qu’il soit né bien après l’indépendance. Mais on peut mettre cette « erreur » sur le compte d’une tradition bien établie, il n’est pas le premier à s’inclure discrètement dans sa toile.
  • Incident de voyage : sur le tableau, le prince semble se tenir dans une attitude triomphante, mais en vérité, il éprouvait de fortes douleurs. Il avait la diarrhée, causée d’après de nombreux historiens par les fatigues du voyage et ne s’était arrêté près de ce ruisseau, en pleine campagne, que pour se soulager avant d’arriver en ville.

On a donc affaire ici à une œuvre de commande, ou pour reprendre une expression heureuse d’un des analystes du tableau, de la « vision épique d’un évènement prosaïque »

Par ailleurs Pedro Américo a aussi été accusé d’avoir plagié d’autres tableaux, notamment « 1807, Friedland » d’Ernest Meissonier (1815–1891). Les oeuvres des peintres français Jean-Louis Ernest Meissonier et Horace Vernet ont en effet été utilisées comme sources. Américo a étudié Napoléon III lors de la bataille de Solférino (1863) et Friedland 1807 (1875), tous deux de Meissonier et de Napoléon lors de la bataille de Friedland (1850), de Vernet. Les peintures présentent des similitudes : la disposition de D. Pedro et des soldats de droite a une structure similaire à celle de Friedland 1807 : la concentration de soldats dans les deux images est similaire ; la position de D. Pedro sur un point plus élevé de la topographie rapproche aussi le travail d’Américo de celui de Meissonier. La seule différence sensible est que sur la gauche un groupe de hussards est remplacé par un char à bœufs. Mais on peut plaider qu’Américo, qui souhaitait représenter D. Pedro comme un grand homme d’État, a pu se référer volontairement à la figure de Napoléon dans l’œuvre de Meissonier.

En haut le tableau de Pedro Américo, Independência ou Morte! (1888), en bas celui d’Ernest Meissonier, « 1807, Friedland »

Références

Bastos, Lucia. “Nem as margens ouviram. O Grito do Ipiranga não teve qualquer repercussão na época”. Revista de História, 16/09/2009.

Campofiorito, Quirino. História da pintura brasileira no século XIX. Rio de Janeiro: Pinakotheke, 1983.

Domingues, Joelza Ester, Blog: Ensinar História, https://ensinarhistoriajoelza.com.br/o-grito-do-ipiranga-uma-fraude/

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. O brado do Ipiranga. São Paulo, Edusp, 1999.

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. “A invenção do grito”. Revista de História, 19/09/2007.

Shlichta, Consuelo Alcioni B. D. “Independência ou morte (1888), de Pedro Américo: a pintura histórica e a elaboração de uma certidão visual para a nação”. Anpuh, XXV Simpósio Nacional de História, Fortaleza, 2009.

Wikipedia, “Independência ou Morte (Pedro Américo)”, https://pt.wikipedia.org/wiki/Independ%C3%AAncia_ou_Morte_(Pedro_Am%C3%A9rico)

Vous pouvez citer cet article comme: Hervé Théry, "« O Grito do Ipiranga », le tableau de Pedro Américo et la réalité historique," dans Braises, 25 juillet 2019, https://braises.hypotheses.org/1574.

Anthropophagie et démesure brésiliennes

Les Brésiliens francophiles aiment souligner l’influence française dans leur pays et affirment qu’ils aiment importer des idées françaises, que par exemple leur législation est basée sur le Code Civil napoléonien, ou leur « lois des eaux » sur le modèle français des agences de bassin. Certes, mais il faut bien reconnaître qu’en les important ils modifient ces emprunts au point que les Français ont parfois du mal à les reconnaître. Il n’y a là rien que de normal, il est tout à fait logique que pour adapter quoi que ce soit (idée, institution ou pratique) qui vienne de la vieille Europe, elles doivent être adaptées aux réalités, habitudes et goûts locaux.

Mais le changement est souvent drastique, car en les absorbant, les Brésiliens les assimilent et les transforment, parfois radicalement. Cela commence para la prononciation, « Carr’four » devient « Carréfour », Leroy-Merlin » se prononce « Léroï-Merlinne », et cela continue par la transcription des mots jadis français, réécrits en fonction de leur prononciation locale : abajur (abat-jour), bibelô (bibelot), bijuteria (bijouterie), bisoté (biseauté), bufê (buffet), camelô (camelot), chofer (chauffeur), maiô (maillot), suflê (soufflé), sutiã (soutien-gorge), tafetá (taffetas), toalete (toilette), etc.

Cette tendance ne date pas d’hier et pour qualifier ce processus – et attirer l’attention – un courant artistique brésilien avait dans années 1920 choisi de se baptiser « mouvement anthropophagique »[1]. S’appuyant sur le Manifesto antropófago (« Manifeste anthropophage ») du poète et agitateur Oswald de Andrade, il prônait non pas le rejet des cultures étrangères (et en particulier des cultures européennes), mais au contraire leur appropriation, leur absorption, leur assimilation. Pour cela il proposait aux Brésiliens de s’inspirer de la façon dont les « Indiens » qui peuplaient la côte du (futur) Brésil avaient accueilli les Européens qui le « découvraient » : en les mangeant, pour assimiler leur savoir, leur force, leur puissance, mais en les mettant – si l’on ose dire – « à leur sauce ».

La métaphore a été elle-même bien assimilée et dans sa série des « Portraits de géographe »[2] de la Société de Géographie, celui qu’elle m’a consacré avait pour titre « Le Brésil est un pays anthropophage… »[3]. Le rédacteur a choisi de la titrer ainsi car j’y relatais que, quand il m’avait incité à travailler sur ce pays, Pierre Monbeig « m’avait honnêtement averti que ‘ce pays est anthropophage’, et qu’il me dévorerait probablement », j’ajoutais en conclusion que « je ne lui reproche pas d’avoir été englouti par le pays, comme il l’avait prédit ».

On peut avoir confirmation de cette tendance à transformer, en général dans le sens de l’exagération, ce qui vient d’Europe, en observant des images ce que deviennent au Brésil un certain nombre de produits ou d’institutions. Puisque la métaphore d’Oswald de Andrade passait par l’alimentation, on peut commencer par l’assimilation au Brésil de la banane flambée, du croissant ou du « jambon-beurre » français.

Banane, croissant, sandwich, pizza

Figure 1 Banane flambée, versions français t brésilienne

La toute simple banane flambée française (elle-même le produit d’un échange avec les Amériques, d’où viennent le fruit et le rhum qui sert à la flamber) y devient ainsi un plat élaboré, où des rondelles de banane baignent dans un jus extrêmement sucré et sont accompagnées de glace décorée d’un coulis de fraise et chocolat.

Figure 2 Croissant et sandwich, version française et brésilienne

Au Brésil le croissant est rarement servi nature, il est en général fourré, soit d’une garniture salée (ici un strogonoff[4] de filet de bœuf) ou sucrée (ici un mélange de chocolat et de crème fraîche parsemée de bonbons M&M). Et cela doit convenir au public puisque, par exemple, le réseau Croasonho, un mot-valise formé à partir de croassã (croissant, dans sa transcription brésilienne) et de sonho (rêve) sert 18 000 « croissants » par jour dans ses 73 établissements.

Le sandwich, qui est souvent en France un simple « jambon-beurre » peut devenir l’incroyable sanduiche de mortadela servi au marché municipal de São Paulo, avec beaucoup de mortadelle et très peu de pain. Celui-ci est en général un petit pain blanc bien mal nommé pão francês (« pain français »), bien qu’il n’ait que de lointains rapports avec son modèle original. Ou encore un invraisemblable hamburger multi étages dont on se demande comment on peut bien le prendre en bouche.

Figure 3 Pizza, versions italienne et brésilienne

La pizza vient d’Italie, son origine remonterait à l’Antiquité tardive et le mot y serait apparu en 997[5]. Cette pâte plate ressemble à de nombreux pains que l’on trouve encore aujourd’hui dans différents pays du bassin méditerranéen, mais c’est en Italie qu’elle s’est développée sous sa forme actuelle. Avec les échanges qui ont suivi l’expansion européenne dans le monde, la tomate et le buffle (dont le lait sert à fabriquer la mozzarella) arrivèrent en Italie, plus précisément à Naples et les Napolitains ont été les premiers à recouvrir leur pain de tomates. Au départ, ce plat simple était vendu dans les rues de Naples et dans les pizzerias où ce pain était cuit dans un four à bois, comme dans une boulangerie. Parmi les classiques de la pizza italienne figurent en bonne place la calabresa (du nom de la Calábria, région où est née la saucisse pimentée de sa garniture) ou la Margherita (figure 3), qui est en soi un symbole d’italianité puisqu’elle doit son nom à la reine Margherita de Savoie, ayant – dit-on – été créée par Raffaele Esposito lors d’une de ses visites à Naples : sa garniture de basilic, mozzarella et tomates est censée représenter le drapeau italien vert-blanc-rouge.

Bon nombre de Brésiliens, notamment les Paulistanos[6] pensent que leurs pizzaiolos ont considérablement amélioré la pizza italienne en inventant de nouvelles garnitures salées (courgettes et bacon, poireaux et mortadelle, cœur de palmier et brocoli, roquette aux tomates séchées, oignons et crème de tofu) ou sucrées (banane avec fromage blanc et cannelle, lait concentré – très – sucré et fraise, Nutella et noix de coco, Brie à la poire[7]). Voire, comme sur la figure 3, ananas et glace au coulis de chocolat ou chocolat recouvert (derechef) de bonbons M&M.

Un autre domaine ou s’illustre la tendance brésilienne à importer puis à transformer une habitude – pour ne pas dire une institution – française, est le cas des boulangeries, des restaurants et des plats qu’on y sert au jour le jour ou dans les grandes occasions.

Boulangeries, plat du jour et plat de fête, restaurants

Figure 5 Boulangerie, versions françaises

Une boulangerie française est tout bonnement un endroit où l’on va acheter son pain, en général tous les jours puisque cet aliment, après avoir était longtemps base de l’alimentation des Français, est encore aujourd’hui présent sur la table à tous les repas, depuis le petit déjeuner jusqu’au souper. Mais si somptueux que soit le décor de certaines d’entre elles, si varié que soit le choix qu’elles offrent, on ne s’attend pas y trouver autre chose que du pain et des pâtisseries, ou à la rigueur et plus récemment des sandwiches.

Au Brésil en revanche les padarias, qui sont en principe l’équivalent des boulangeries françaises, sont devenus des magasins où l’on peut trouver de tout et même – en cherchant un peu – du pain. On peut le voir dans le cas emblématique de la boulangerie do Moinho (du moulin), situé à Cuiabá (Mato Grosso).

Figure 6 Boulangerie, version brésilienne

Comme l’indique fièrement le site de la boulangerie[8], « L’ensemble du bâtiment de la boulangerie Moinho est entièrement axé sur la préservation de l’environnement et les économies d’énergie, avec une technologie de pointe, visant une productivité élevée […] le client sera en mesure de l’observer dans la pratique : trancheurs allemands, robinets américains, gondoles et comptoirs italiens, cave suisse, comptoir de préparation et serre d’exposition venus du Japon, machine à expresso informatisée italienne, extracteur de poudre de café allemand ». Une boulangerie mondialisée donc, comme en témoigne le totem indiquant directions et distances des grandes villes mondiales installée devant le bâtiment, mais on notera qu’à aucun moment il n’est question de produire du pain…

L’insistance est bien davantage mise sur la décoration sur ce qui est censé être la production de l’établissement : « Les sièges du restaurant sont les mêmes que ceux des motos Harley Davidson. Ses comptoirs sont en granit « blue » produit en Amazonie. Les luminaires de la cafétéria sont les mêmes que dans les vieilles rues de São Paulo. L’escalier menant au restaurant est en bois du Chili et de Bolivie, et la rampe en fer a été forgée à la main par des forgerons italiens. Le lustre de l’escalier vient d’Espagne, et compte 10 000 cristaux venus de la République tchèque. Les fleurs, pour la plupart des tulipes, bien qu’artificielles, viennent de Hollande ». On est ici bien loin de la modeste boulangerie de quartier où l’on passe au retour du travail pour acheter la baguette du soir et les croissants du petit déjeuner.

Pour rester dans le domaine des habitudes alimentaires, quelle idée de fait-on d’un bon plat du jour au Brésil, l’équivalent du « steaks-frites » qui a longtemps été le plat favori des français ? Dans ce cas, pas d’importation d’idées étrangères, l’unanimité se fait sur arroz-feijão-bife, riz-haricots rouges-steak de bœuf (figure 4), ou au moins les deux premiers avec une autre viande ou un œuf si la viande de bœuf est trop chère. On peut y ajouter ad libitum un peu de salade voir des frites ou des pâtes, mais c’est la base et l’on peut tranquillement envisager d’en manger tous les jours. Et c’est à coup sur ce qui manque le plus aux Brésiliens exilés, sauf aux footballeurs professionnels jouant à l’étranger – ils sont près d’un millier – qui font venir riz, haricots et souvent cuisinier/ère du Brésil pour éviter de souffrir trop durement de la saudade (nostalgie) du pays.

Figure 4 Plat du jour, plat de fête, version française et brésilienne

Qu’en est-il des repas exceptionnels où l’on veut sortir de l’ordinaire, pour un anniversaire, la Saint Valentin ou d’autres occasions festives ? Une tendance fréquente, en France, est d’aller dans un restaurant dit gastronomique, pour y déguster des mets raffinés, à la présentation soignée et originale, et en général en petites quantités depuis la révolution de la « nouvelle cuisine ». Au Brésil, au contraire (peut-être parce que le souvenir de l’époque où une bonne partie de la population était menacée par la faim est toujours présent), on tend à préférer des restaurants qui priment plus par la quantité que par la qualité, comme les churrascarias, ces rôtisseries l’on peut manger de la viande à volonté : la consommation moyenne calculée par les restaurateurs pour un dimanche ordinaire y est de 1 kilo de viande par personne[9]

Sur un point du moins les deux pays convergent, quand ils choisissent de réunir toute la famille autour d’un plat traditionnel roboratif, bien inscrit dans la tradition rurale des deux pays. Au Brésil ce sera la feijoaoda à base de haricots noirs et accompagnés de viande de porc, jadis uniquement les bas morceaux (pieds, oreille, lard, etc.), du temps où c’était la nourriture des esclaves, et aujourd’hui toutes les parties de la bête, y compris les plus nobles. En France c’est le cassoulet, à base de haricots blancs et de viandes diverses, dont du canard ou de l’oie, selon qu’on préfère la tradition de Toulouse ou de Castelnaudary. Cette fois l’emprunt s’est fait en sens inverse puisque le haricot est originaire du continent américain et qu’il a donc fallu attendre le XVIe siècle pour qu’il remplace les fèves qui étaient jusque-là la base de ce plat.

La recherche de la qualité gastronomique ou de la quantité festive se retrouve dans le choix des établissements privilégiés dans chacun des deux pays. C’est en France que l’idée même du restaurant est cense avoir été inventé. La vulgate[10] veut que le premier « restaurant », dans l’acception moderne, ait été ouvert à Paris, rue des Poulies ou rue Bailleul, en 1765 par un marchand de bouillon, nommé Boulanger. Celui-ci avait mis sur sa porte la devise « Venite ad me, omnes qui stomacho laboratis, et ego restaurabo vos » (« Venez tous à moi, vous dont l’estomac crie misère, et je vous restaurerai »). Cela fixa le mot « restaurant » dans son sens actuel, car on trouvait à manger chez lui quand on voulait de la nourriture servie sur table à prix fixé à l’avance, à toute heure et proposée sur une carte.

Ces restaurants étaient tenus par des cuisiniers qui ne trouvaient plus à s’employer dans les hôtels particuliers de la noblesse et proposaient à la population, ou du moins sa fraction la plus aisée, des mets plus raffinés que ceux que l’on servait jusque-là dans les auberges[11]. La tradition est donc bien ancrée en France depuis le XVIIe siècle (date à laquelle a été créé le restaurant parisien Procope, toujours en activité de nos jours, figure 7) et une tendance forte – hors des restaurants de quartier, menacés par la vogue du fastfood – est de donner à ces établissements un cadre qui évoque le luxe ou au moins le confort, comme par exemple les somptueuses dorures du Train Bleu, le restaurant situé au premier étage de la Gare de Lyon (à Paris également).

Figure 7 Restaurants, version française et brésilienne

À l’opposé, en important cette même idée du restaurant, le Brésil s’en est à nouveau écarté dans le sens de la démesure. Une des formules qui s’est le plus développé dans les dernières décennies, au détriment du traditionnel restaurant où l’on commandait « à la carte » (en français dans le texte) et celle de la comida a kilo (« nourriture au kilo »). Le client s’y sert lui-même dans d’immenses buffets offrant des dizaines d’options de salade, plats chaus et desserts, avant de peser son assiette sur des balances situées aux caisses et de régler en sortant le prix de son repas à tant du kilo.

Une autre option, plutôt pour les fins de semaine, les congrès, manifestations sportives ou autres rassemblements, est celle des barbecues géants comme celui de la figure 7, photographié dans le Rio Grande do Sul, où l’on préfère aux broches horizontales le fogo de chão, la viande cuite verticalement sur le lit de braises. Le cas le plus extraordinaire de restauration de masse est toutefois celui du Madalosso, un complexe de restaurants situé dans le quartier de Santa Felicidad, à Curitiba (Paraná). Il comprend le restaurant traditionnel « Velho Madalosso », fondé en 1963, qui ne comptait que 24 places, mais surtout le « Novo Madalosso », ouvert en 1970, qui compte aujourd’hui 4 645 places assises sur 7 671 mètres carrés, et un parking gratuit pour 900 véhicules, des chiffres qui lui ont garanti son inclusion dans le livre des records Guinness, sous l’intitulé « le plus grand des Amériques »[12].

Pour ne pas en rester aux questions bassement alimentaires, on abordera pour finir deux domaines distincts mais qui en commun que de vastes groupes sociaux s’y rassemblent dans des moments de communion, le football et la religion, domaines que certaines mauvaises langues ont tendance à rapprocher sous l’étiquette « opium du peuple ».

Futebol et églises

L’histoire contemporaine du football remonte à un peu plus de 150 ans, elle a commencé en 1863 en Angleterre, lorsque le rugby football et l’association football se sont séparés et que la Football Association a été créée, devenant ainsi le premier organisme directeur de ce sport.

Figure 8 Football et futebol, version britannique et brésilienne

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associée à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales. Mais comme Braises a déjà eu l’occasion de le raconter[13], il n’y est arrivé que relativement récemment, à l’échelle de l’histoire du pays. En fait elle remonte à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1894 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle d’Eton ou celle du Hampshire, d’où il revenait. Le premier match de football fut organisé à São Paulo, le 14 avril 1895, entre deux équipes d’employés des compagnies anglaise celles de la São Paulo Gas Company et de la São Paulo Railway, un match amical gagné 4-2 par la São Paulo Railway.

Mais il ne fallut pas longtemps pour que le nouveau sport perde son côté aristocratique et entrepreneurial, avec coup d’envoi parfois donné par des membres de la famille royale (figure 8), et devienne au contraire un sport de masse, suivi par des milliers de spectateurs et des groupes organisés de supporters, les torcedores. Le style même du jeu se transforma laissant de plus en plus de place à l’improvisation individuelle et à la recherche du « beau geste » capable d’arracher des cris d’admiration à la foule, avec accompagnement de pétards, percussions et fumigènes, ne gardant rien du flegme britannique qui présidait aux premiers matchs dans les public schools.

La religion dominante du Brésil a elle aussi été importé d’Europe après l’arrivée des Portugais, que ce soit le catholicisme hégémonique pendant des siècles ou, plus récemment, les religions néo-pentecôtistes qui se développent rapidement à son détriment. Outre son empreinte religieuse, morale et culturelle, la religion a laissé sa marque dans tout le pays sous la forme de milliers d’églises de tous les styles qui se sont succédé du XVIe siècle à nos jours.

Mais ici encore l’héritage a été profondément transformé, les styles architecturaux importés d’Europe subissant tour à tour une dérive locale dans le sens de l’exagération. C’est en particulier le cas du baroque qui a connu au Brésil un de ses développements les plus spectaculaires grâce au fait qu’il a coïncidé avec l’un des moments de plus grande prospérité du pays, dû à la découverte des gisements d’or du Minas Gerais, la bien nommée région des « mines générales ». Comparé aux modestes églises de campagne française ou style serein des abbayes romanes, les églises du Minas frappent l’œil le moins averti par leur débauche de décoration et même de luxe.

 Figure 9 Églises, versions française et brésilienne

La ville d’Ouro Preto (littéralement « or noir », de la couleur des pépites que l’on y trouvait) a été d’abord appelée Vila Rica (« ville riche »). Elle a été fondée le 8 juillet 1711 et une foule de chercheurs d’or (bientôt rejoints par des commerçants, artisans, fonctionnaires royaux, etc.) est venue s’y installer dans l’espoir d’y faire fortune, et vers 1750, elle comptait plus d’habitants que Rio de Janeiro ou New York.

La richesse de la ville lui permit de construire une multitude d’églises baroques car les prospecteurs rivalisaient entre eux qui construirait la plus somptueuse : Nossa Senhora do Pilar est ornée de décors qui totalisent plus de 400 kg d’or. Première ville brésilienne à être classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1980, Ouro Preto abrite ainsi un magnifique ensemble architectural baroque, l’un des mieux conservés au monde car la ville, une fois les gisements épuisés, est tombée dans une léthargie aggravée par le transfert, en 1897, de la capitale du Minas Gerais, dans la ville (alors) nouvelle de Belo Horizonte.

On peut de la même façon comparer la pratique des ex-voto dans les deux pays en confrontant (dans le bas de la figure 9) les quelques maquettes de bateaux suspendus à la voûte l’église de Camaret (Finistère) par des marins reconnaissants d’avoir été sauvés du naufrage avec leur équivalent brésilien à la basilique nationale Nossa Senhora Aparecida[14]. Située entre São Paulo et Rio de Janeiro (à 170 km de la première et 264 km de la seconde) c’est l’une de plus grandes églises au monde, la deuxième après Saint Pierre de Rome. Elle a accueilli 13 millions de pèlerins en 2017, un chiffre qui la situerait sur les listes des monuments les plus visités au monde (au même niveau que Notre Dame de Paris), si elle y figurait du moins, car elle semble avoir échappé à l’attention des faiseurs de palmarès, probablement parce qu’elle est très peu fréquentée par des étrangers.

La Salle des Promesses (Sala das Promessas), au sous-sol du sanctuaire, est un lieu de remerciement et d’hommage, où les fidèles déposent des ex-voto (objets, photos, lettres et témoignages) en mémoire d’un vœu fait lors d’une maladie, dans une situation de danger ou de difficultés, en remerciement de la guérison, de l’issue favorable ou d’une faveur obtenue – selon le pèlerin – par l’intercession de Nossa Senhora Aparecida.  Quand le vœu concerne la santé du pèlerin, il est fréquent qu’il suspende au plafond de la salle une représentation en cire ou en plastique de la partie du corps qui était malade, préalablement achetée dans les boutiques du sanctuaire, qui vendent aussi une multitude d’objets religieux (statues, crucifix, rosaires, médailles, etc.), ainsi que de l’eau « à bénir ou à boire ». De ce fait, le plafond de cette immense salle est entièrement tapissé de têtes, bras et jambes qui donnent irrésistiblement l’impression d’un étal de boucher où l’on pourrait choisir un bon morceau pour son dîner : l’anthropophagie, une fois encore[15].

Décidément la métaphore inventée par Oswald de Andrade est toujours aussi féconde et n’a pas fini de s’appliquer à la façon toute particulière qu’à le Brésil de s’emparer des nouveautés étrangères et de les importer, mais non sans transformer profondément, en général dans le sens de l’amplification, de l’exagération et de la démesure.

Référence des images

Banane flambée

http://lespopcorn.com/the-dreamers-la-banane-flambee-de-matthew-theo-et-isabelle
Hervé Théry 2018

Croissant

http://joseluisparada.org/food/platillos-exoticos-tipicos-de-europa/
http://www.espelhorosa.com.br/croasonho-croissant-recheado-e-a-nova-delicia-da-cidade/
https://exame.abril.com.br/pme/como-este-croissant-recheado-virou-o-queridinho-no-brasil

Sandwichs

https://www.arts-et-gastronomie.com/actu/2016-03-14-jambon-beurre-sandwich-de-luxe
https://veja.abril.com.br/economia/carne-frango-ou-porco-entenda-o-que-e-a-mortadela/
http://www.charlesdog.com.br/2017/12/19/x-tudo-duplo/

Pizza

https://www.tudogostoso.com.br/receita/122635-massa-de-pizza-italiana-deliciosa.html
http://massasditalia.ind.br/receitas/pizza-calabresa/
https://www.pinterest.pt/pin/682647255991782201/
http://gshow.globo.com/receitas-gshow/receita/pizza-de-brigadeiro-com-mms

Plats

https://www.hellofresh.com/recipes/strip-steak-frites-59ce4c5e7901f9567d137722
https://www.aprendum.com.co/curso-online-presentacion-de-platos/
https://en.wikipedia.org/wiki/Cassoulet
http://www.parmeggio.com.br/site/
https://michelletcheablog.wordpress.com/2016/07/21/fogo-de-chao-brazilian-churrascaria
http://www.curtamais.com.br/goiania/lugares-que-servem-feijoada-aos-sabados-em-goiania

Boulangeries

https://myparisianlife.com/2012/12/25/rue-montorgueil-a-morning-stroll/maison-collet-paris-montorgueil-patisserie-boulangerie/
http://crazyaboutparisandfrance.blogspot.com/2011/02/
http://parisbym.com/paris-food/
https://www.petitscommerces.fr/page/boulangerie-basso/
https://sergionavegastronomia.wordpress.com/2012/05/23/a-melhor-baguete-de-paris/
https://www.gosselin.paris/
http://celiacosbrasil.blogspot.com/2014/08/padaria-do-moinho.html
http://www.ndrone.com.br/
Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Restaurants

Le Train Bleu Hervé Théry 2018
https://www.guideapolis.fr/fr/visite/st-germain-des-pres-du-club-des-cordeliers-aux-2/
https://foodsnobblog.wordpress.com/2009/01/05/lasserre-paris/
http://www.resto-de-paris.com/le-procope-saint-germain-des-pres/restaurant/paris
https://www.grupomarios.com/fotos-de-festa-e-confraternizacao-de-empresa.html
Restaurante a kilo Hervé Théry 2018
https://poracaso.com/pro-domingo-costela-fogo-de-chao-com-o-selo-confraria-do-churrasco-de-qualidade/

Football

https://www.fifa.com/about-fifa/who-we-are/the-game/index.html
https://www.historic-uk.com/CultureUK/Association-Football-or-Soccer/
http://www.jupitermiddle.com/sites/3rd%20Period/website_MNP/origins.html
http://globoesporte.globo.com/sp/santos-e-regiao/futebol/times/santos/noticia/2017/01/gol-de-bicicleta-e-letra-hernandez-se-apresenta-em-vitoria-de-5-1-do-santos.html
Vitória do SPFC Hervé Théry 2005

Églises

Église de Roscanvel (Finistère) Hervé Théry 2018

Abbaye de Fontenay (Bourgogne) Hervé Théry 2012

Église de Camaret-sur-mer Hervé Théry 2018

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009

Église d’Ouro Preto Hervé Théry 1999

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_anthropophage

[2] https://socgeo.com/category/lire-le-monde/portraits-de-geographes/

[3] https://socgeo.com/2017/09/08/herve-thery-le-bresil-est-un-pays-anthropophage/

[4] Le bœuf Strogonoff est une recette de ragoût de viande de bœuf mariné, sauté, puis braisé avec une sauce à base de crème aigre, de moutarde, de paprika, d’oignons et de champignons. Cette recette classique de la cuisine russe a été elle aussi transformée en remplaçant la crème aigre par de la crème fraiche et la moutarde et le paprika par du ketchup

[5] https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/culture-origine-pizza-5164/

[6] Habitants de la ville de São Paulo, par opposition au plus large Paulistas, habitants de l’État de São Paulo

[7] Une manière originale de permettre une conversation « entre la poire et le fromage »

[8] http://padariadomoinho.com.br//, qui a ici été copié presqu’intégralement.

[9] Déjà évoquées dans Braises « Le Brésil, pays carnivore », https://braises.hypotheses.org/1093

[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Restaurant#%C3%89tymologie

[11] Celles-ci pratiquaient une sorte de vente forcée en obligeant les voyageurs qui y dormaient à y prendre leur repas du soir, d’où l’expression qui figurait sur des pancartes affichées aux murs : « qui dort dîne).

[12] https://pt.wikipedia.org/wiki/Madalosso

[13] « Un musée du futebol et de son contexte », https://braises.hypotheses.org/?s=futebol

[14] « Nossa senhora aparecida, un grand sanctuaire brésilien », https://braises.hypotheses.org/?s=aparecida

[15] Cette photographie, déposée à la photothèque du CNRS, a été retenue par le Théâtre National de Bretagne pour illustrer l’affiche d’un spectacle sur l’anthropophagie, après avoir été choisie par son directeur sur des critères purement visuels, sans qu’il sache ce qu’elle représentait.

Estimer la population en quelques clics

Le bulletin d’information du site Géoconfluences[1] recommande un outil développé par la NASA (Administration Nationale de l’Aéronautique et de l’Espace) qui estime la population de n’importe quelle partie du monde en quelques clics. Disponible sur son site Earthdata[2], il est basé sur un carroyage mondial fin et qui permet d’estimer la population contenue dans un polygone (dessiné librement par l’utilisateur) ou dans un cercle (de diamètre configurable). La fiabilité de l’estimation dépend bien entendu de la qualité des données disponibles et donc des services statistiques des pays concernés.

Cet outil est accessible aux adresses suivantes :

– Vision générale du service: http://sedac.ciesin.columbia.edu/data/collection/gpw-v4/population-estimation-service

– Application Gridded Population of the World (GPW4): http://sedac.ciesin.columbia.edu/mapping/popest/gpw-v4/

Comme l’indiqué Géoconfluences, les images de la NASA sont libres de droits pour une utilisation non commerciale, en particulier pour un usage éducatif, sauf indication contraire.

Ci-dessous des exemples concernant le Brésil ou le mettre en perspective : deux exemples de cercles et de polygones, l’estimation de la population de grandes régions par des cercles et des polygones opposant Brésil peuplé et Brésil « vide ». D’autres polygones situent les concentrations urbaines brésiliennes et sud-américaines par rapport aux mégalopoles mondiales ses densités aux extrêmes observés dans le monde.

Deux exemples, cercle et polygone

Dès que l’on dessine un polygone, le système donne une estimation de la population y est incluse. La première tentation est évidemment de vérifier la qualité des données en traçant une forme qui se rapproche le plus possible de celle du pays, pour vérifier si l’estimation de la population nationale est correcte. Dans le cas du Brésil elle l’est en effet puisque la population en 2015 y est de 202 millions d’habitants, très proche de celle calculée par l’Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE). De même, un cercle qui inclut la partie la plus peuplée du pays, dans le Sud Sud-Est (et du même coup une partie du Paraguay), donne une estimation de 130 millions d’habitants, qui paraît tout à fait plausible.

Figure 1 Exemples de polygone et de cercle

Régions

On peut ensuite parcourir les régions du pays et y tracer des cercles qui en évaluent la population, soit globalement soit pour certaines portions. Dans le cas de l’Amazonie, si l’on se centre sur la partie occidentale, la moins peuplée, on y trouve un peu plus de 7 millions d’habitants sur un peu moins de 3 millions de kilomètres carrés, ce qui lui donne une densité de 2,6 habitants au kilomètre carré même en incluant Manaus (2,1 millions d’habitants).

Figure 2 7,6 millions d’habitants en Amazonie

Le centre Ouest, qui inclut Brasilia et les régions pionnières où progresse la culture du soja, voit sa population estimée à 23 millions d’habitants sur presque 3 millions de kilomètres carrés, et donc une densité de huit habitants par kilomètre carré.

Figure 3 23 millions d’habitants dans le Centre Ouest

Le Nordeste a 54 millions d’habitants dans sa partie la plus peuplée, sur 1,5 million de kilomètres carrés, et donc une densité de 35,6.

Figure 4 54 millions d’habitants dans le Nordeste

Enfin, si l’on se centre sur ce qui peut être considéré comme le cœur du Brésil, en traçant un cercle qui inclue São Paulo, Rio de Janeiro et Brasilia, on y trouve près de 92 millions d’habitants sur un million de kilomètres, soit une densité de 83 habitants par km2.

Figure 5 91 millions d’habitants Cœur du Brésil

Brésil « plein » et Brésil « vide »

Comme cela est bien apparu en parcourant les différentes régions du pays, les masses de population et les densités de peuplement y sont très différentes. Si l’on essaie d’évaluer successivement la population du Brésil « plein », proche du littoral, et celle du Brésil « vide » (ou à peu près) qui se situe dans l’intérieur, on obtient dans le premier cas un total de 183 millions d’habitants sur un peu plus de 3 millions de kilomètres carrés (densité 56), dans l’autre presque 17 millions d’habitants sur un peu moins de 5 millions de kilomètres carrés, soit une densité de 3,5.

Figure 6 Brésil « plein »

Figure 7 Brésil « vide »

« Bananes »

Tracer des polygones pour estimer la population qui y est incluse permet aussi d’évaluer le poids démographique des principales agglomérations brésiliennes par rapport aux mégalopoles mondiales. La plus connue d’entre elles (décrite dans les années 1940 par Jean Gottmann, sous le nom de «Boswash » car elle s’étendait alors de Boston à Washington), aurait aujourd’hui (ou plutôt avait en 2015) selon GPW4 48,5 millions d’habitants.

Figure 8 « Boswash » 48 millions d’habitants

Son équivalent brésilien, restreint à l’axe Belo Horizonte-Curitiba en avait la même date 69 millions.

Figure 9 Belo Horizonte-Curitiba 69 millions d’habitants

Si l’on élargit le champ vers le Sud, de façon à aller de Boston Atlanta, on arrive dans le cas des États-Unis a 74,5 millions d’habitants…

Figure 10 Boston-Atlanta 74 millions d’habitants

… et dans le cas brésilien, en allant jusqu’à Porto Alegre, à 79 millions d’habitants et donc à des masses démographiques tout à fait comparables.

Figure 11 Belo Horizonte-Porto Alegre 79 millions d’habitants

Une autre mégalopole mondiale, celle qui se situe au centre de l’Europe et est désormais connue (depuis les travaux de Roger Brunet et du GIP Reclus) comme la « banane bleue » représente un total de 112,5 millions d’habitants.

Figure 12 La « Banane bleue », 112 millions d’habitants

Figure 13 La « Banane sud-américaine », 117 millions d’habitants

Si l’on lui cherche un équivalent qui associe le cœur du Brésil aux parties les plus peuplées de son continent, et que l’on trace une « banane sud-américaine » allant de Belo Horizonte jusqu’à Valparaiso (au Chili), on y trouve 117 millions d’habitants, là aussi un total tout à fait comparable mais sur une surface bien plus grande, 1 million de kilomètres carrés contre 310 000 km².

Densités extrêmes

On peut enfin, pour mettre le Brésil dans une perspective mondiale, chercher à le situer par rapport aux densités extrêmes de la planète. Les plus basses se trouvent, pour des cercles englobant environ 3 millions de kilomètres carrés, en Australie (112 000 habitants, densité 0,03), dans le Nord canadien (534 000 habitants, densité 0,19) ou en Sibérie (914 000 habitants, densité 0,3).

Figure 14 De 0 à 1 million d’habitants

Les plus basses densités sud-américaines, en Amazonie occidentale (8,6 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 2,8), ne se situent pas à ces niveaux extrêmes, mais plutôt à ceux de la Patagonie (3 millions d’habitants sur un peu moins d’un million de kilomètres carrés, densité 3), doubles de celles du Sahara (un peu moins de 5 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 1,5).

Figure 15 De 3 à10 millions d’habitants

À l’opposé, le cœur du continent sud-américain (de São Paulo à Buenos Aires) avec 111 millions d’habitants sur 2,2 millions de kilomètres carrés à une population et une densité (49) comparables à celle du centre du Mexique (117,4 millions d’habitants pour un million de kilomètres carrés, densité 78) ou du golfe persique (presque 129 millions d’habitants sur 2,7 millions de kilomètres carrés, densité 47).

Figure 16 De 110 à 120 millions d’habitants

Aucune densité brésilienne ne s’approche des records mondiaux que l’on peut trouver en Europe (372 millions d’habitants sur 2,1 million de kilomètres carrés, densité 176), et plus encore en Asie, que ce soit en Chine (1 065 000 000 d’habitants sur 2,9 millions kilomètres carrés, densité 367) en Inde (1 155 000 000 d’habitants sur 2,8 millions de kilomètres carrés, densité 407).

Figure 17 De 372 à 1 155 millions d’habitants

Au total, Gridded Population of the World (GPW4) est donc un outil utile et facile à utiliser, qui permet de parcourir le monde, d’y observer la répartition de la population et de mettre en perspective les situations de ses régions, que ce soit le Brésil, comme ici, ou de tout autre pays.

[1] http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/nasa-outil-quadrillage-demographique

[2] https://earthdata.nasa.gov/

Nossa Senhora Aparecida, un grand sanctuaire brésilien

Le sanctuaire d’Aparecida reçoit chaque année entre 11 et 12 millions de visiteurs, c’est le monument le plus fréquenté au Brésil et, bien que peu connu en dehors du pays, l’un des plus visités au monde.

Situé dans la vallée de Paraíba do Sul, entre São Paulo et Rio de Janeiro (à 170 km de la première et 264 km de la seconde) il a vu passer entre 155 000 et 200 000 personnes le 12 Octobre 2017, jour de la fête de Nossa Senhora Aparecida, Sainte Patronne du Brésil (G1, 2017). Cela été le point culminant d’une année de jubilé marquant les 300 ans de l’« apparition » (d’où son appellation d’« Aparecida ») de la statue de la Vierge retirée par des pêcheurs des eaux du Paraíba do Sul, en 1717.

C’est donc un bon moment pour essayer de comprendre l’importance du sanctuaire né de cette apparition : les miracles attribués la statuette ont conduit à la construction d’une chapelle, en 1745, autour de laquelle sont installés de nombreux fidèles et les premiers habitants de la ville, qui compet aujourd’hui près de 40 000 habitants. Le nombre croissant des visiteurs a incité à la construction d’une église, qui a ouvert en 1888, à son tour remplacée par la nouvelle basilique, construite entre 1955 et 1980, qui est maintenant au centre d’un grand centre d’accueil pour les pèlerins, l’activité principale de la ville.

Un des grands sanctuaires mondiaux

La basilique est l’une de plus grandes églises au monde, selon deux sources convergentes2. D’après celles-ci (qui lui attribuent une surface de 12 000 m2 alors qu’elle en compte en réalité bien plus) ce serait la deuxième après Saint Pierre de Rome (15 160 m2), devant la cathédrale de Milan (11 700m2) et celle de Séville (11 520m2)[1]. Il est à noter que la basilique brésilienne a été construite entre 1955 et 1980, bien plus récemment et plus vite que les trois autres, bâties respectivement entre 1506 et 1626, 1386 et 1965 et 1401 et 1528.

 

Superficie (m2) Nom Localisation
1 15 160 Basilique Saint Pierre Vatican
2 12 000 Basilique Nossa Senhora Aparecida Brésil
3 11 700 Cathédrale de Milan Italie
4 11 520 Cathédrale de Sevilla Espagne
5 11 200 Cathédrale Saint John the Divine New York, États-Unis

Source : Insider Monkey

Figure 1 La basilique Nossa Senhora Aparecida

Au premier plan la Passerelle de la Foi. Photo Hervé Théry 2010

Un des monuments les plus visités au monde

Le Sanctuaire a accueilli 11,7 millions de pèlerins en 2016 (G1 2016), un peu moins qu’en 2015, où 12,1 millions de visites ont été enregistrées. Le plus grand nombre en une seule année a été enregistré en 2014, avec un peu plus de 12,2 millions de pèlerins

Tableau 1 Nombre annuel de visiteurs

2012 11.114.639
2013 11.856.705
2014 12.225.608
2015 12.112.583
2016 11.701.889

Ces chiffres le situeraient parmi les monuments et les villes les plus visités au monde, s’il y figurait, car il semble avoir échappé à l’attention des faiseurs de listes, probablement parce qu’il est très peu fréquenté par des étrangers. Si c’était le cas, le sanctuaire cas se situerait entre Disneyland et le Sacré Cœur, et Aparecida entre New York et Istanbul.

Tableau 1 Les lieux les plus visités

Classement Site Visiteurs (millions/an)
1 The Strip, Las Vegas 39,67
2 Times Square, New York 39,2
3 Central Park, New York 37,5
4 Union Station, Washington 32,85
5 Chutes du Niagara, Buffalo 22,5
6 Grand Central Terminal, New York 21,6
7 Faneuil Hall Marketplace, Boston 18
8 Disneyworld’s Magic Kingdom, Orlando 17,54
9 Disneyland Park, Anaheim 15,96
10 Cité Interdite, Pékin 15,3
11 Grand Bazar, Istanbul 15
12 Tokyo Disneyland, Tokyo 14,85
13 Cathédrale Notre Dame, Paris 13,65
14 Golden Gate Park, San Francisco 13
15 Disney Sea, Tokyo 12,66
16 Disneyland Paris, France 11,2
17 Epcot, Floride 11,06
18 Basilique Sacré Coeur, Paris 10,5

Sites touristiques les plus visités dans le monde, 27 janvier 2017

https://www.actualitix.com/sites-touristiques-plus-visites-monde.html

Tableau 2 Les villes les plus visitées

Classement Ville Pays Visiteurs

(milliers)

1 Hong Kong Hong Kong, Chine 27 770,0
2 Londres Royaume Uni 17 383,9
3 Singapour Singapour 17 086,2
4 Bangkok Thaïlande 16 245,0
5 Paris France 14 981,7
6 Macao Macao 14 966,5
7 Dubaï Émirats arabes unis 13 200,0
8 Shenzhen Chine 13 120,8
9 New York City USA 12 230,0
10 Istanbul Turquie 11 871,2
11 Kuala Lumpur Malaisie 11 629,6

Villes les plus visitées au monde, 29 décembre 2016

https://www.actualitix.com/villes-les-plus-visitees-au-monde.html

Le sanctuaire

Son portail officiel[2] précise les proportions gigantesques du sanctuaire, confirmant l’impression faite, lors de la visite, même sur les plus mécréants des visiteurs.

Dimensions

Afin d’accueillir près de 12 millions de pèlerins par an, le sanctuaire national offre une superficie de plus de 1,3 millions de mètres carrés, avec près de 143 000 mètres carrés de superficie construite.

Tableau 4 Superficies

Centre cultuel 18 331 m²
Stationnements 285 000 m²
Cité du pèlerin 110 567 m²
Espaces verts 395 000 m²
Centre d’appui aux pèlerins (380 magasins) 36 877 m2

– La surface totale de la basilique d’Aparecida, qui comprend le rez-de-chaussée, la tribune sud, le dôme central, les chapelles de la résurrection et du baptême, ainsi que la tour Brasília totalise près de 72 000 m2 : cela lui permet d’accueillir 45 000 personnes, 70 000 en ouvrant des zones périphériques et 300 000 personnes pour les célébrations en plein air.

– Dans le bâtiment cultuel central se déroulent les célébrations eucharistiques qui rassemblent environ 30 000 fidèles autour de l’autel central. La Tour Brasilia mesure 109 mètres de haut, y compris la Croix, le dôme central a une hauteur de 70 mètres et les transepts chacun 40 mètres sous plafond.

Figure 2 Composantes et surfaces

http://www.a12.com/santuario/santuario-nacional-de-nossa-senhora-aparecida

La statue de Nossa Senhora

C’est à l’intérieur de la basilique, au rez-de-chaussée, que se trouve la niche contenant la statue de Nossa Senhora Aparecida, de petite taille (36 cm), mais surmontée d’une couronne d’or et diamants, enveloppée dans un manteau brodé, enchâssée dans une alcôve dorée (figure 3) et exposée dans un retable de 37 mètres de hauteur (figure 4).

Cette image de Notre-Dame de la Conception a probablement été sculptée au milieu du XVIIe siècle par le frère Agostinho de Jesus, disciple du frère portugais Agostinho da Piedade, premier sculpteur savant au Brésil (Pliger et Balloussier, 2017). Lors de la restauration de 1978, des traces de peinture colorée ont été trouvées, prouvant qu’à l’origine la statue avait des couleurs comme les autres du même temps (la statue polychrome de la figure 3 est également l’œuvre d’Agostinho de Jesus). Une ancienne photo montre que les cheveux longs ont été ajoutés au début du 20ème siècle, pour mieux  soutenir la tête de la statue, et après l’attaque subie par la statue en 1978 (elle avait alors été cassée en plus de 200 morceaux) certaines partie, comme le côté droit du visage, ont été reconstituées sur la base de deux répliques fournies par l’archidiocèse.

Figure 3 La statue de Nossa Senhora Aparecida

http://jovensconectados.org.br

Le manteau et la couronne renforcent le caractère sacré de la statue et l’éminente position de la Vierge dans la hiérarchie céleste catholique. Cependant, depuis qu’elle a été trouvée, l’image a été particulièrement appréciée par les pauvres, en partie en raison de la couleur noire de la statue. Un fait circonstanciel – son teint sombre provient en fait de son séjour dans l’eau du Paraíba do Sul et de la suie accumulée par la fumée des cierges au fil des siècles – est ainsi devenu un symbole, évoquant le principe chrétien selon lequel tous sont égaux devant Dieu.

En dépit de la grandeur du sanctuaire, son cœur est donc une modeste figure d’argile qui, même entourée de métaux et de tissus précieux, touche le cœur des pèlerins qui la perçoivent comme proche d’eux.

Figure 4 Éléments et contexte de la statue

A imagem, outra imagem colorida, os ornamentos, o retábulo e fiéis lotam o Nicho para ver a imagem de Nossa Senhora (Folha de S. Paulo et Carlos Santos/G1)

Ferveur

Ce qui frappe le plus qui visite le sanctuaire un jour de grande affluence – ils les sont presque tous – est en effet la ferveur des pèlerins venus prier, allumer un cierge, demander une grâce ou remercier de l’avoir reçue. Ces derniers finissent souvent le parcours à genoux, en signe d’humilité, et portent des vêtements évoquant ceux de la statue (figure 5).

Figure 5 La ferveur des pèlerins

La salle des cierges est l’un de lieux les plus fréquentés du sanctuaire (Photos Carlos Santos/G1). Antonio Fagundes e sa fille, Daniela Fagundes, tiennent une promesse faite à Nossa Senhora (Photo Camilla Motta G1).

La Salle des Promesses (Sala das Promessas), au sous-sol du sanctuaire, est un lieu de remerciement et d’hommage, les fidèles y déposent des ex-votos, (objets, photos, lettres et témoignages) en mémoire d’un vœu fait lors d’une maladie, dans une situation de danger ou de difficultés, en remerciement de la guérison, de l’issue favorable ou d’une faveur obtenue – selon le pèlerin – par l’intercession de Nossa Senhora Aparecida.

Quand le vœu concerne la santé du pèlerin, il est fréquent qu’il suspende au plafond de la salle une représentation en cire ou en plastique de la partie du corps qui était malade, préalablement achetée dans les boutiques du sanctuaire, qui vendent aussi une multitude d’objets religieux (statues, crucifix, rosaires, médailles, etc.), ainsi que de l’eau « à bénir ou à boire » (figure 6)

Figura 6 Commerces et ex-votos

Foto Hervé Théry 2010

Une logistique capable d’accueillir des millions de pèlerins

Bien loin de ses modestes origines, le sanctuaire national est devenu un «complexe touristique religieux» qui « traite » des millions de pèlerins chaque année.

– Le sanctuaire possède la plus grande aire de stationnement d’Amérique latin (285 000 m²), qui peut acueillir plus de 6 000 véhicules, ainsi qu’un héliport.

Tableau 5 Places de stationnement

Bus 2 000
Voitures 3 000
Motos 602
Bicyclettes 526
Camping-car et caravanes 24
Écurie pour les chevaux des pèlerins 1

– Le « centre de support du pèlerin » compte 380 magasins, dont de nombreux établissements de restauration (restaurants, bars, fast food), des fontaines d’eau potable et près de 900 toilettes (dont 55 adaptées aux personnes handicapées).

– Parmi les hôtels que compte la ville, le principal est Rainha do Brasil (« Reine du Brésil »), appartenant au sanctuaire, qui compte 15 étages, 330 chambres et peut accueillir 1 032 personnes.

Toute cette structure est entretenue par 2 000 employés, en plus des centaines de bénévoles qui reçoivent des pèlerins et contribuent à soutenir sept projets sociaux qui profitent à la communauté.

Figure 7 Accueillir des foules

Au second plan sur l’image du haut (et au premier plan sur celle du bas) les parkings et le centre de support du pèlerin (Photo André Rosa/TV Vanguarda)

Le complexe du Sanctuaire national abrite encore d’autres zones : le Morro do Cruzeiro (Morne du Calvaire), où des milliers de fidèles suivent un chemin de croix, le port d’Itaguassu, où la statue a été trouvée en 1717 et la Basílica Velha (Vieille Basilique) avec sa crèche permanente de 7 000 m², où sont représentées les scènes des principaux moments de l’enfance de Jésus.

Principales attractions touristiques

– Beffroi situé, à côté de la Passarela da Fé (passerelle de la Foi), composé de 13 cloches, dédiées aux Apôtres, religieux et à Nossa Senhora Aparecida ;

– Belvédère du 18ème étage, d’où l’on a une vue privilégiée sur le Paraíba et l’autoroute Presidente Dutra, qui traverse la ville d’Aparecida ;

– Chapelles du Sanctuaire d’Aparecida, chacune avec un projet artistique plein de symboles et de significations : chapelle Saint-Joseph à gauche de l’autel central, chapelle du Saint-Sacrement à sa droite, chapelle de la Résurrection et chapelle du Baptême, toutes deux situées sur la terrasse João Paulo II, dans la cour du sanctuaire, et chapelle des Cierges à la gauche de la Porte Sainte ;

– Mémorial de la Dévotion, qui abrite le Cinéma de la Sainte Patronne, le Musée de Cire avec plus de 60 figures et le Cantinho dos Devotos Mirins (« Coin des Petits Dévots ») ;

– Musée Nossa Senhora Aparecida, qui rassemble des objets historiques de la région, mettant en valeur les pièces archéologiques et les instruments sacrés, dans l’annexe de la basilique.

– Passerelle de la Foi, l’un des principaux accès à Basílica Velha, l’une des premières églises construites en l’honneur de Nossa Senhora Aparecida, inaugurée en 1888 ;

– Réplique du monument en l’honneur de Nossa Senhora Aparecida installé au Vatican, situé dans les jardins du sanctuaire, à proximité du Pátio das Palmeiras (Cour des Palmiers) ;

Seminário Missionário Bom Jesus (Séminaire missionnaire Bon Jésus), construit à la fin du XIXe siècle comme centre de formation religieuse, il a abrité les Papes João Paulo II et Benoît XVI au cours de leur séjour à Aparecida

– Téléphérique de 1 170 mètres de longueur et 115 mètres de dénivelé menant au Morro do Cruzeiro. Inauguré en 2014, ils part de la basilique et au-dessus de l’autoroute Presidente Dutra.

Chronologie

Figure 8 L’ancienne basilique

http://www.a12.com/santuario/santuario-nacional-de-nossa-senhora-aparecida

1600 – La statue a probablement été sculptée autour de 1600 par Agostinho de Jesus, qui a réalisé d’autres images pieuses de l’Immaculée Conception en argile, petites et destinées à des oratoires domestiques. Il n’y a aucune information sur la façon dont l’image s’est retrouvée dans la rivière Paraíba, avant d’en être repêchée. Elle y a peut-être été jetée par quelqu’un qui voulait s’en débarrasser après qu’elle ait été cassée, à moins qu’elle ne provienne de la petite chapelle de Roseira, qui a été emportée par une inondation.

1717 – Les pêcheurs João Alves, Felipe Pedroso et Garcia Domingos ont été chargés d’apporter du poisson au banquet que le village de Santo Antônio de Guaratinguetá voulait offrir à Don Pedro de Almeida et Portugal, comte d’Assumar, gouverneur de Province de São Paulo et Minas Gerais, qui visitait la région en octobre 1717.

Après avoir plusieurs fois jeté leurs filets sans succès, les trois pêcheurs remontent des eaux du Paraíba une statue de Notre-Dame en deux morceaux, le corps d’abord, puis – en aval – la tête. Après avoir placé l’image à l’intérieur bateau, les pêcheurs (qui n’avaient jusque-là pas pu attraper quoi que ce soit) remplissent rapidement leurs filets de poissons

Avant de d’apporter les poissons à la fête, ils confient les morceaux de la statue à Silvana da Rocha Alves (épouse de Domingos, sœur de Felipe et mère de João), qui réunit les deux parties avec de la cire, et la place sur un petit autel dans la maison famille, remerciant la Vierge Marie pour le miracle du poisson.

1732 – Felipe Pedroso donne la statue à son fils Atanasio Pedroso, qui construit le premier oratoire ouvert au public.

1740 – En raison de l’expansion de la dévotion à Notre-Dame Aparecida le vicaire de Guaratinguetá et quelques dévots construisent une petite chapelle.

1743 – Le Vicaire fait un rapport sur les miracles qui se sont produits et sur la dévotion du peuple à Nossa Senhora Aparecida et l’envoie à l’évêque de Rio Janeiro pour qu’il approuve son culte et autorise la construction de la première église à sa gloire.

1745 – L’inauguration de l’église a eu lieu le jour de la Sainte Anne, le 26 juillet 1745. À cette occasion, le village a également été inauguré sous le nom de « Capela de Aparecida » (« Chapelle d’Aparecida »). Ce premier sanctuaire, construit en torchis et n’a pas résisté à l’épreuve du temps.

1822 – Le Prince héritier de Portugal, lors de son voyage à Rio de Janeiro et à São Paulo, passe par le sanctuaire d’Aparecida le 22 août. Il jure de revenir s’il parvient à résoudre favorablement la situation politique où il se trouve. Quinze jours plus tard il proclame l’indépendance du Brésil, dont il sera plus tard couronné empereur sous le nom de Dom Pedro Ier

1843 – L’empereur Dom Pedro II et l’impératrice Teresa Cristina viennent à Aparecida, pour prier devant la statue (ils y sont revenus en 1865)

1844 – L’église risque de s’effondrer, il est décidé d’en construire une nouvelle.

1868 – La princesse Isabel, héritière du trône brésilien, participe aux célébrations de la fête d’Aparecida, aux côtés de son mari, le comte d’Eu, dans l’espoir d’obtenir de Nossa Senhora Aparecida la grâce d’un héritier.

1884 – La princesse Isabel revient à Aparecida en reconnaissance de la grâce reçue, accompagnée non seulement par son mari mais aussi par les trois héritiers, les princes D. Pedro, D. Luís et D. Antônio. La princesse tuent à honorer la statue en lui offrant une couronne en or de 24 carats de 300 grammes, ornée de diamants.

1888 – L’évêque de São Paulo inaugure l’église connue sous le nom d’« Igreja de Monte Carmelo » (la future Basílica Velha, « Vieille Basilique »).

1893 – Création de la paroisse d’Aparecida et concession à la « Vieille Basilique » du titre de Sanctuaire épiscopal de Nossa Senhora da Conceição Aparecida

1894 – Les Missionnaires Rédemptoristes arrivent à Aparecida, venus de Bavière pour se consacrer à la pastorale du nouveau Sanctuaire, où ils demeurent jusqu’à nos jours.

1917 – La première idée de la construction d’un nouveau sanctuaire apparaît à l’occasion des célébrations du bicentenaire de l’« apparition ». Symboliquement, le futur site est parcouru par une procession précédée par la statue de Nossa Senhora Aparecida.

1946- Le clergé et les autorités civiles assistent à la pose de la première pierre du nouveau Sanctuaire, le 10 septembre (mais elle est volée à l’aube) et la première messe est dite le 11 septembre.

1947- Le projet de la nouvelle basilique est commandé en septembre à l’architecte Benedito Calixto de Jesus.

1953 – La Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) décide que la fête de la Patronne du Brésil soit célébrée le 12 octobre.

1954 – En août, la bénédiction de la première pierre est renouvelée.

1955 – Début effectif de la construction le 11 novembre.

1958 – La paroisse d’Aparecida est élevée au rang d’Archidiocèse par le pape Pie XII. Ses limites territoriales sont les communes d’Aparecida, Guaratinguetá et Lagoinha, puis viennent Roseira (1965) et Potim (1991), après leur émancipation des précédentes.

1959 – Premier accueils de pèlerins.

1962 – La statue est transportée à Brasilia pour être proclamée Patronne de l’Archidiocèse et de la ville.

1967 – Pendant les célébrations du 250ème anniversaire, le Musée du Sanctuaire est ouvert au deuxième étage de la Tour Brasilia et le Sanctuaire reçoit une Rose d’Or, une distinction accordée par le Pape en preuve d’estime aux personnes, villes ou centres de dévotion.

1971 – La Passerelle de la Foi est construite par le Département National des Routes (DNER).

1980 – La Basilique est consacrée par le pape Jean-Paul II, qui lui accorde le titre de Basilique Mineure (les Basiliques Majeures sont toutes à Rome).

1980 – À l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II au Brésil, le président de la République de l’époque, le général João Batista Figueiredo, promulgue la loi n°6 802, du 30 juin 1980, « instituant une fête fédérale le 12 octobre pour le culte public et officiel de Nossa Senhora Aparecida. »

1982 – Les activités religieuses se tiennent définitivement dans le nouveau sanctuaire, une fois la statue transférée de l’ancienne à la nouvelle basilique.

1983 – La Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) déclare officiellement la basilique d’Aparecida sanctuaire national.

2003 – Un concours national de design est organisé pour choisir la Couronne du Centenaire pour la statue, 167 artistes, de 17 États brésiliens, y participent.

2004 – Centenaire du couronnement pontifical de Notre-Dame Aparecida. Le pape Jean-Paul II accorde une période d’indulgences plénières, de mai à la fin décembre.

2007 – Le pape Benoît XVI visite le sanctuaire national lors de l’ouverture de la 5e Conférence épiscopale d’Amérique latine et des Caraïbes.

2013 – Le pape François visite le sanctuaire national à l’occasion de la Journée mondiale de la jeunesse à Rio de Janeiro.

Figure 9 Trois visites de Papes

João Paulo II en 1980, Bento XVI en 2007, François en 2013. http://www.a12.com/santuario/santuario-nacional-de-nossa-senhora-aparecida

La ville

Figure 10 Le sanctuaire dans la ville

Vue d’Aparecida depuis le morne do Cruzeiro avec la basilique au centre, https://pt.wikipedia.org/wiki/Aparecida_(S%C3%A3o_Paulo)

La commune d’Aparecida occupe une superficie de 121 km², dont 5,7 km² dans le périmètre urbain, qui concentre 99% de sa population. C’est l’une des communes classées « stations touristiques » par l’État de São Paulo, car elle remplit les conditions définies pour cela par la loi (Assemblée législative 2014) et de fait le tourisme, centré sur la basilique, est son activité principale.

Elle a longtemps été desservie par chemin de fer de l’Estrada de Ferro Central do Brasil (EFCB), qui traverse la ville. Elle est même généralement appelée Aparecida do Norte en fonction de sa situation sur ligne ferroviaire Estrada de Ferro do Norte (ensuite rebaptisée Estrada de Ferro Central do Brasil), construite dans la seconde moitié du XIXe siècle, qui a grandement facilité le développement des pèlerinages. La gare est entrée en service en 1877 et a été active jusqu’en 1998, date à laquelle la circulation des passagers a été abandonnée. La voie ne sert donc plus qu’au transport de marchandises et l’ancienne gare a été transformée en un centre culturel qui organise occasionnellement des spectacles. Le relais a été pris par l’autoroute Presidente Dutra (section de la route féderale BR-116), qui relie directement Aparecida à São Paulo et Rio de Janeiro, et aujourd’hui la plupart des touristes qui visitent Aparecida s’y rendent en autobus d’excursion (68,86%), en voiture (21,91%) ou en autobus de ligne (6,46%)[3].

La population de la commune est de 36 279 habitants en 2017, mais pendant les fêtes religieuses, comme la Semaine Sainte, elle augmente considérablement, atteignant 140 000 habitants.

Tableau 6 Croissance de la population

Recensement   Population Croissance (%)
1970 24 669
1980 29 344 19,00%
1991 33 247 13,30%
2000 34 904 5,00%
2010 35 007 0,30%
2017 36 279 3,60%

Source : IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatísticas)

Dans le produit intérieur brut (PIB) d’Aparecida, la part principale est la prestation de services. La municipalité compte 147 hôtels (totalisant 33 000 lits, soit pratiquement un par habitant de la commune), ainsi que des centaines d’établissements spécialisés dans l’alimentation, des magasins de d’articles religieux, d’artisanat et de vêtements, et plus de 2 000 stands de vente ambulante. L’artisanat est l’une de activités les plus développées, notamment la broderie, le travail du bois et celui des matériaux recyclés, sa production vise en grande partie à répondre à la demande créée par le flux touristique.

La plupart des habitants d’Aparecida sont – évidemment – catholiques, mais aussi – moins évidemment – relativement pauvres. Selon les données du recensement IBGE de 2010, la population d’Aparecida est composée de 29 876 catholiques (85,34%), et 4 114 evangélicos (protestants pentecôtistes, 11,75%). Toujours selon l’IBGE, 51,35% des ménages vivaient en 2010 avec moins d’un salaire minimum mensuel par habitant (le salaire minimum était alors de 510 Reais par mois, soit 204 Euros), 38,10% entre un et trois salaires minimum par personne (204 à 612 Euros), 5,81% entre trois et cinq salaires (612 à 1 020 Euros), et seulement 2,74% avaient un revenu mensuel supérieur à cinq fois le salaire minimum (et 1,95% n’avaient aucun revenu) [4]. Le crime est toujours un problème à Aparecida : en 2012, un taux de 37,1 homicides pour 100 000 habitants a été enregistré, soit le huitième indice le plus élevé de l’État de São Paulo[5].

Aparecida et le tourisme religieux au Brésil

Le sanctuaire d’Aparecida est donc – de loin – le plus grand du pays, mais pas le seul, car le tourisme religieux y met en mouvement des millions de personnes vers plusieurs autres sanctuaires. Il existe des dizaines de destinations touristiques religieuses (Castanho 2017), le ministère du Tourisme estime officiellement que 15 millions de personnes pratiquent ce type de tourisme, mais ces chiffres sont clairement sous-estimés (Araujo 2017).

– Le Sanctuaire du Divin Père Eternel, situé à Trindade, dans l’État de Goiás, a reçu en 2017 plus de quatre millions de pèlerins, dont 2,8 millions au cours des dix jours du Pèlerinage du Divin Père Éternel, entre la fin juin et le premier dimanche de juillet.

– Le festival du Círio de Nazaré, à Belém do Pará accueille chaque année plus de deux millions de visiteurs.

– Les activités organisées plusieurs fois par semaine au siège de la communauté catholique de Canção Nova, à Cachoeira Paulista (État de São Paulo), amènent chaque année plus d’un million de personnes dans la ville.

Avec Aparecida, ces trois exemples totalisent déjà près de 20 millions de pèlerins/an. Si l’on inclut le nombre de visiteurs d’autres lieux importants du tourisme religieux brésilien, tels que Juazeiro do Norte, Penha, Bom Jesus da Lapa, Canindé de São Francisco, Nova Trento et le Sanctuaire de Piedade, ce total dépasse 29,5 millions.

Et ce nombre n’inclut pas les nombreux visiteurs du Christ Rédempteur du Corcovado, à Rio de Janeiro, de la cathédrale de São Paulo, de la statue de Santa Rita, dans le Rio Grande do Norte, et ceux des églises baroques de Salvador et des villes historiques du Minas Gerais, pour n’en nommer que quelques-uns. Selon le ministère du Tourisme, le Brésil compte 344 villes possédant des attractions touristiques religieuses, dont 117 ont un calendrier fixe d’événements liés à la foi. Un sondage d’Expotour Catholic souligne qu’à elles seules les 15 premières destinations ont réuni plus de 35,4 millions de personnes.

Tableau 7 Tourisme religieux au Brésil

Rang Lieu Pèlerins (milliers/an)
1 Aparecida 12,1
2 Trindade 4
3 Juazeiro do Norte 2,5
4 Penha 2,5
5 Canindé 2,5
6 Círio de Nazaré 2
7 Bom Jesus da Lapa 1,5
8 Canção Nova 1
9 Nova Trento 0,85
Total 28,95

Figura 11 Autres lieux de pèlerinage

2- Trindade (http://www.goiasagora.go.gov.br), 3- Juazeiro do Norte (http://iderval.blogspot.com.br), 4- Penha (https://www.tripadvisor.com.br), 5- Canindé (http://www.hotelpalmeira.com.br), 6- Círio de Nazaré (http://g1.globo.com), 7- Bom Jesus da Lapa (http://www.centraldalapa.com), 8- Canção Nova (http://www.abcdoabc.com.br), 9- Nova Trento (http://g1.globo.com).

Il semble donc que, tout comme pour le tourisme, où la faiblesse relative du nombre des étrangers est plus que compensée par un puissant secteur national (Ceron, 2017) les flux intérieurs du tourisme religieux, lui aussi essentiellement national, soient largement sous-estimés. On peut toutefois avoir quelque inquiétude pour l’avenir, dans un pays où le catholicisme est en net recul.

Comme le soulignait un récent éditorial (19/10/2017) de la Folha de S. Paulo, un des plus influent quotidiens brésiliens, sobrement intitulé « Aparecida », une enquête menée par l’institut Datafolha[6] montre que seulement 38% des Brésiliens vénèrent aujourd’hui les figures sacrées du catholicisme, contre 49% il y a dix ans. Les catholiques ne représentent plus que 52% de la population brésilienne, en recul rapide (figure 12) alors que s’accroit la part ceux qui se déclarent sans religion (8%) et celle des evangélicos (32%) – qui ne reconnaissent pas les saints – alors qu’en 1940 elle n’était que 2,6%.

Figure 12 Évolution des religions 1872-2017

Sources: IBGE et Datafolha

Toutefois, parmi ceux qui vénèrent encore les saints, la patronne du Brésil est de loin la préférée, elle est citée spontanément par 19% des interviewés[7], loin devant Saint Georges et Saint Antoine, avec 2% de mentions pour chacun, Saint Expedit, Saint François d’Assise, Notre Dame de Fátima, Sainte Rita de Cascia et Saint Joseph, 1% chacun/e (figure 13). L’avenir n’est donc pas trop préoccupant pour Nossa Senhora Aparecida, et donc pour son sanctuaire.

Figure 13 Principales dévotions

Fonte: Folha de S. Paulo 12/10/2017

Sources

Actualitix, Sites touristiques les plus visités dans le monde, 27 janvier 2017, https://www.actualitix.com/sites-touristiques-plus-visites-monde.html

Actualitix, Villes les plus visitées au monde, 29 décembre 2016, https://www.actualitix.com/villes-les-plus-visitees-au-monde.html

Araújo, Eli, « Números do turismo religioso são subdimensionados », ttp://www.romariabrasil.com.br/2017/08/numeros-do-turismo-religioso-sao-subdimensionados/

Assembleia Legislativa do Estado de São Paulo (ALESP) (8 de julho de 2014). «Três municípios paulistas tornam-se estâncias turísticas»

Balloussier, Anna Virginia, « Aparecida é padroeira de um país cada vez menos devoto a santos », Folha de São Paulo 12/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/poder/2017/10/1926459-aparecida-e-padroeira-de-um-pais-cada-vez-menos-devoto-a-santos.shtml

Castanho, Amadeu, 13/02/2017, « Turismo religioso: viagens de fé e devoção », http://www.viagensdefe.com.br/turismo-religioso-viagens-de-fe-e-devocao/

Ceron, Jean Paul et Dubois, Ghislain, « Les émissions de gaz à effet de serre du tourisme des Brésiliens », Confins, 30 | 2017, http://confins.revues.org/11852 ; DOI : 10.4000/confins.11852

Chevrier, Marie-Hélène, « Pèlerinage, développement urbain et mondialisation : l’exemple de Lourdes », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/fait-religieux-et-construction-de-l-espace/corpus-documentaire/pelerinage-lourdes

Editorial Folha, « Aparecida », http://www1.folha.uol.com.br/opiniao/2017/10/1926958-aparecida.shtml

G1 Vale do Paraíba e Região, « Santuário de Aparecida recebe 11,7 milhões de romeiros em 2016 », http://g1.globo.com/sp/vale-do-paraiba-regiao/noticia/2017/02/santuario-de-aparecida-recebe-117-milhoes-de-romeiros-em-2016.html

G1 Vale do Paraíba e região, 12/10/2017, https://g1.globo.com/sp/vale-do-paraiba-regiao/aparecida-300-anos/2017/noticia/devotos-lotam-procissao-e-missa-em-aparecida-no-dia-da-padroeira-veja-fotos.ghtml e https://g1.globo.com/sp/vale-do-paraiba-regiao/aparecida-300-anos/2017/noticia/fieis-lotam-santuario-nacional-de-aparecida-no-dia-da-padroeira-veja-fotos.ghtml

Insider Monkey, 15 Biggest Churches in The World, http://www.insidermonkey.com/blog/15-biggest-churches-in-the-world-579926/?singlepage=1

Nossa Senhora Aparecida, Site oficial http://www.a12.com/santuario

Oliveira, Christian Dennys Monteiro de Souza, José Arilson Xavier de, « A “geograficidade” das formas simbólicas: o santuário de Fátima da Serra Grande em análise », Confins 9 | 2010,  http://confins.revues.org/6509 ; DOI : 10.4000/confins.6509

Pliger, Marcelo e Balloussier, Anna Virginia, « Encontrada há 300 anos, imagem de Aparecida virou símbolo », Folha de São Paulo 12/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/poder/2017/10/1926537-imagem-de-aparecida-virou-simbolo-no-brasil-ha-300-anos-saiba-tudo.shtml

The WorldAtlas.com, Largest Churches in the World, http://www.worldatlas.com/articles/the-largest-churches-in-the-world.html

Wikipedia https://pt.wikipedia.org/wiki/Aparecida

[1] Insider Monkey, 15 Biggest Churches in The World –

http://www.insidermonkey.com/blog/15-biggest-churches-in-the-world-579926/?singlepage=1 et The WorldAtlas.com, Largest Churches in the World –

http://www.worldatlas.com/articles/the-largest-churches-in-the-world.html

 

[2] http://www.a12.com/santuario

[3] Jornal O Lince (11 de setembro de 2010). «Aparecida, Santuário e 40 anos de peregrinações: Aparecida sob a ótica do turista»

[4] Sistema IBGE de Recuperação Automática (SIDRA) (2010). «Domicílios particulares permanentes, por classes de rendimento nominal mensal domiciliar per capita»

[5] Julio Jacobo Waiselfisz (2 de julho de 2014). «Número e taxas (por 100 mil) de homicídio em municípios com mais de 20.000 habitantes» (xls). Mapa da Violência

[6] Sondage réalisé entre le 27 et le 28 septembre 2017 auprès de 2 772 personnes de 194 communes (Balloussier 2017)

[7] En 2007 elle avait la même popularité (18%)

La carte du crime à São Paulo, entre Suède et Afrique du Sud

Une enquête menée par la Folha de S. Paulo[1] analyse, quartier par quartier et rue par rue, le nombre de morts violentes dans la ville alors que les données gouvernementales permettent seulement de les connaître districts de police. L’analyse a été faite à partir de la base de données du gouvernement de l’État, qui recense des milliers de décès. Le critère adopté celui qui est utilisé à l’échelle internationale, il retient les homicides, les lésions corporelles suivies de décès et les vols suivis de décès, mais exclut les décès liés à des d’affrontements avec des policiers.

Pour localiser précisément les crimes, on a utilisé les adresses portées sur les constats, disponibles sur le site du Secrétariat d’État de la Sécurité Publique de São Paulo, en essayant d’éviter au maximum les doubles enregistrements. En raison de l’inexactitude des constats, il peut y avoir quelques duplications ou omissions mais le nombre global est similaire à celui de la SSP. La population utilisée pour calculer le taux de mortalité des districts est le recensement de l’IBGE de 2010 car il n’y a pas d’estimations récentes avec ce niveau de régionalisation.

Contrastes

Le Jardim Paulista, un des quartiers les plus chics de la ville, dans la zone ouest a pour ces catégories un taux de 1 décès pour 100 000 habitants. Un autre « jardin », bien moins chic, le  Jardim São Luís a eu pour sa part un taux de 16 décès par mort violente pour 100 000 habitants, soit deux fois la moyenne de la ville. Les quartiers violents se situent en grande partie dans le sud de la ville 9Figure 1) mais celui de Jaçanã (zone nord) apparaît dans une situation pire encore, avec 23 décès pour 100 000 habitants. Les districts centraux comme celui de la (la cathédrale) ont des taux qui dépassent 70 morts pour 100 000 habitants, mais ils ne reflètent pas la réalité de la région, car ils ont peu de résidents permanents (ce sont en grande partie des quartiers d’affaires), et l’indice ne tient pas compte de leur nombreuse population flottante qui y circule, comme celle de la Cracolândia (le « quartier du crack »), où les drogués sont souvent prêts à tout, même au crime, pour se procurer leurs doses.

Figure n° 1 Taux de morts violentes par district

Lieux dangereux

La répétition des crimes dans les mêmes endroits fait partie de la dynamique de la violence dans cette ville si marquée par les inégalités. La région qui comprend les quartiers Jardim São Luís, Capão Redondo, Jardim Angela, Campo Limpo et Grajaú, au sud-ouest, concentre 20% des morts violentes de toute la ville. Ce n’est pas par hasard que la route d’Itapecerica (figure 2), qui coupe la région, est la plus mortelle de la capitale, avec un total de 11 morts violentes en 12 mois, dont une forte proportion d’homicides. Les environs de l’Avenue Paulista en compte bien moins et les morts aux abords de la voie rapide Fernão Dias (qui mène à Belo Horizonte) sont principalement dus aux interventions policières.

Figure n° 2 Configurations locales de la violence

Source: Folha de S.Paulo/SSP

Les victimes sont pour la plupart jeunes (21% avaient entre 20 et 29 ans, 24% entre 30 et 39 ans), ont en général un niveau de scolarisation faible (37% niveau primaire, 16% niveau secondaire, 3% niveau supérieur), et les deux tiers meurent sur la voie publique. Le cas le plus fréquent est en effet un meurtre commis par des motards casqués, probablement liés à des groupe d’extermination, qui tirent et disparaissent sans laisser de traces. C’est le cas du policier Eduardo Alexandre Miquelino qui, à ses heures libres, circulait dans le quartier Capão Redondo en commettant des meurtres, il a été arrêté en 2015 et soupçonné d’avoir tué au moins 12 personnes.

Le gouvernement de l’État de São Paulo affirme que le nombre de décès violents a connu une « chute expressive », y compris dans les régions périphériques. « Les cas d’homicides intentionnels ont diminué de 17,74% et ont atteint le plus bas niveau pour la série historique commencée en 2001: 51 par mois, 11 de moins que les 62 comptabilisés en août de l’année dernière », indique une note du Secrétariat de la sécurité publique. En utilisant un critère différent de l’étude de la Folha, qui exclut les vols suivis par la mort, la SSP indique que les homicides ont chuté de 82% depuis 2001 dans la région qui comprend Jardim São Luís, Campo Limpo, Capão Redondo et Jardim Angela. Selon les comptes du gouvernement, le nombre de morts par 100 000 personnes dans cette région est passé de 88,71 à 13,26. En ce qui concerne le district de Jaçanã (zone nord), le secrétariat affirme que les décès ont diminué de 75% au cours de la même période, et la police militaire y a saisi des armes (2 700 en 2016) pour réduire les homicides et cherché à montrer au maximum sa présence, dans le but d’inhiber les actes de violence. Selon ses responsables le taux d’homicide est par ailleurs lié à des problèmes qui ne relèvent pas la police, tels que l’éducation, l’assainissement de base et les loisirs

Comparaisons nationales et internationales

De fait la situation de São Paulo est loin d’être la pire du pays, et l’on peut la mettre en perspective en comparant ses niveaux de violence à celle de pays étrangers.

Comme le montrait déjà une carte un billet précédent, « Images de la violence au Brésil »[2], São Paulo a en effet une situation moins grave que celle d’autres régions et villes du pays. La figure 3, fondée sur les données de l’« Atlas de la violence 2017 », publié par l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP), situe tant l’État que la ville dans les taux d’homicides les plus bas du pays. Pour cette dernière il est (avec 8,5 meurtres par 100 000 habitants), inférieur à la moyenne brésilienne (27) et à ceux d’autres capitales d’États, comme Curitiba (26), Porto Alegre (46,2), Manaus (52,8), São Luis (60,9) et Fortaleza (63,7).

Figure n° 3 Homicides par État et ville de plus de 100 00 habitants

L’indice IHA (Indice d’homicides d’adolescents) a été mis au point par l’Unicef, l’Observatoire des favelas et le Secrétariat national pour la promotion des droits de l’enfant et de l’adolescent du gouvernement fédéral[3]. Il est élaboré en utilisant les données sur les décès du Ministère de la Santé pour 2014, les dernières disponibles, et ne prend en compte que les 300 communes du pays (sur 5 570) de plus de 100 000 habitants. La croissance des taux qui est observée dans le pays s’explique en partie par une augmentation dans le Sudeste (qui croît en effet après une période de déclin jusqu’en 2011) et principalement dans le Nordeste qui a atteint 6,5, alors que le Sud a un taux de 2,3. C’est le Ceará qui a les taux les plus inquiétants notamment dans les quartiers les plus pauvres de Fortaleza, sa capitale, qui ont le pire IHA. L’État de São Paulo a le troisième indice le plus bas du pays (1,6), seulement supérieur à ceux du Roraima (1,4) et du Santa Catarina (0,9), et dans sa capitale l’IHA est de 2,2.

Figure n° 4 Indice d’homicides d’adolescents (IHA) en 2005 et 2014

Les comparaisons sont donc plutôt favorables à l’échelle nationale mais si l’on passe à l’échelle mondiale elles le sont beaucoup moins : l’indice de morts violentes de São Paulo est plus élevé que celui de pays comme la République démocratique du Congo, ou la Colombie, deux pays qui ont connue ou connaissent encore des guerres civiles. C’est ce que montre le graphique de la Folha de S. Paulo qui compare la « température » des quartiers de São Paulo à ceux de pays étrangers, de la Suède à l’Afrique du Sud (dont les valeurs sont reprises pour les limites de classe de la figure 1).

Figure n°  5 Violences à São Paulo et dans le monde

São Paulo a bien des quartiers où le niveau de violence est proche de ceux de l’Europe, comme le Jardim Paulista, un quartier aisé de l’ouest qui a un taux de mortalité violente de 1 pour 100 000 habitants, semblable à celui de la Suède. Si l’on s’en tient aux crimes entraînant des décès, 33 des 96 districts de la ville ont des taux inférieurs à ceux des États-Unis (4,8).Mais Jaçanã (zone nord), avec 23 décès par 100 000 habitants, a un taux plus haut que celui du Mexique, en proie à une véritable guerre entre les trafiquants de drogue.

Figure n°  6 Homicides dans le monde

La situation globale est donc loin d’être satisfaisante. Même si la situation de São Paulo s’est améliorée, le Brésil est un des pires pays au monde selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales, 2013, il arrivait avec un peu plus de 40 000 morts à peu près à égalité avec l’Inde (dont la population est six fois plus nombreuse) mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. En calculant le nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 au 10e rang mondial, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), le Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9).

Des données plus récentes sont plus inquiétantes encore : selon le forum brésilien sur la sécurité publique en 2015, 58 000 personnes ont été tuées dans le pays (en moyenne une toutes les neuf minutes). Plus de gens ont été assassinés au Brésil entre 2010 et 2014 (279 000) que dans des pays en guerre, comme la Syrie (256 000)…

Tableau 1 : Les pays les plus violents au monde

Pays Nombre d’homicides

2013

Taux par

100 000 hab.

2013/2014

Brésil 40 974 24,6
Inde 40 752 3,2
Mexique 25 757 15,7
Éthiopie 20 239 8
Nigeria 18 422 10
Afrique du Sud 15 940 33
Colombie 15 459 27,9
Russie 14 574 9,5

*Taux d’homicide par pays selon la dernière année disponible selon l’UNODC. Source : Office des Nations unies contre la drogue et le crime 2015

Cette réalité tragique ne paraît pourtant pas être une préoccupation majeure pour les pouvoirs publics et pour l’opinion brésilienne, qui semblent la considérer comme une sorte de fatalité. Reste à espérer qu’une prise de conscience se produira et mènera l’ensemble de la société à prendre les mesures nécessaires pour réduire ce fléau.

[1] Artur Rodrigues, Raphael Hernandes, Daniel Mariani et Marlene Bergamo, Folha de S. Paulo, 9/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2017/10/1925481-mapa-da-morte-em-sp-vai-da-suecia-ate-o-mexico-locais-dos-crimes-se-repetem.shtml

[2] https://braises.hypotheses.org/1240

[3] http://www.crianca.mppr.mp.br/arquivos/File/publi/obs_favelas/iha_2014.pdf

La population du Brésil en 2017

L’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 30 août 2017 les chiffres officiels de la population pour 2017, à la date de référence le 1er juillet 2017. L’Institut publie cette estimation annuellement pour ajuster, entre autres, les subventions du Fonds de participation attribuées aux États et communes (municípios), et qui elle est également une référence pour divers indicateurs sociaux, économiques et démographiques[1].

Selon l’IBGE « la populations des communes ont été estimées par une procédure mathématique et sont le résultat de la répartition des populations des États, projetés par des méthodes démographiques, entre les communes. La méthode est basée sur la projection de la population de l’État et la tendance à la croissance des communes, calculée entre les deux derniers recensements démographiques (2000 et 2010). Les estimations municipales comprennent également les changements dans les limites territoriales municipales qui ont eu lieu après 2010. Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié aujourd’hui au Journal Officiel de l’Union (D.O.U.). La note méthodologique et les estimations démographiques pour les 5 570 communes et 27 États se trouvent à l’adresse https://ww2.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/estimativa2017/default.shtm« .

La population du pays, selon ces données, est officiellement de 207 660 929 habitants, soit une augmentation de 0,77% par rapport à 2016 (206 081 432). Il est donc, de loin, le plus peuplé d’Amérique du Sud, devant la Colombie et l’Argentine (46 et 40 millions, respectivement) et le cinquième dans le monde, après l’Indonésie et devant le Pakistan. Et le cinquième du monde, pour le moment du moins, puisque selon l’article « Tous les pays du monde (2017) » de la revue Population & Sociétés (Numéro 547 Septembre 2017), il doit être dépassé en 2050 par le Pakistan

Tableau 1  Les pays les plus peuplés au monde en 2017 et 2050

2017 Rang 2050 Rang
Chine 1387 1 1343 2
Inde 1352 2 1676 1
États-Unis 325 3 397 4
Indonésie 264 4 322 5
Brésil 208 5 231 7
Pakistan 199 6 311 6
Nigeria 191 7 411 3
Bangladesh 165 8 202 9
Russie 147 9
Mexique 129 10
Congo 216 8
Éthiopie 191 10

La commune de São Paulo continue à être la plus peuplée du pays, avec 12,1 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions d’habitants), Brasilia et Salvador (environ 3,0 millions d’habitants chacune). Dix-sept communes brésiliennes ont une population de plus d’un million de personnes, soit 45,5 millions d’habitants, 21,9% de la population brésilienne. Parmi les États, les trois plus peuplés sont dans le sud-est, et les cinq moins peuplés sont dans le nord amazonien. Le leader est São Paulo, avec 45,1 millions d’habitants, concentrant 21,7% de la population du pays. Le Roraima est le moins peuplé avec 522 000 habitants (0,3% de la population totale).

Tableau 2 Communes de plus d’un million d’habitants

Ordre Estado Município Population 2017
SP São Paulo 12.106.920
RJ Rio de Janeiro 6.520.266
DF Brasília 3.039.444
BA Salvador 2.953.986
CE Fortaleza 2.627.482
MG Belo Horizonte 2.523.794
AM Manaus 2.130.264
PR Curitiba 1.908.359
PE Recife 1.633.697
10º RS Porto Alegre 1.484.941
11º GO Goiânia 1.466.105
12º PA Belém 1.452.275
13º SP Guarulhos 1.349.113
14º SP Campinas 1.182.429
15º MA São Luís 1.091.868
16º RJ São Gonçalo 1.049.826
17º AL Maceió 1.029.129
TOTAL 45.549.898
% / Brésil 21,9%
Total 207.660.929
 Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – COPIS.

Un peu plus de la moitié de la population brésilienne (56,5% ou 117,2 millions) vit dans les 310 communes (5,6% du total), qui comptent plus de 100 000 habitants. Celles de plus de 500 000 habitants (42) concentrent 30,2% de la population du pays (62,6 millions d’habitants). Celles de moins de 20 000 habitants (68,3%) ne représentent que 15,5% de la population du pays (32,2 millions d’habitants). Serra da Saudade (Minas Gerais) est la commune brésilienne la moins peuplée avec 812 habitants en 2017, suivie par Borá (SP), avec 839 habitants, et Araguainha (MT), avec 931 habitants 9(ces trois communes sont  les seules du pays à compter moins de 1 000 habitants).

Pour ce qui est des régions métropolitaines (RM) et des régions intégrées de développement (RIDES) constituées au 31 décembre 2016, la RM de São Paulo est la plus peuplée, avec 21,4 millions d’habitants, suivie de celle de Rio de Janeiro (12,4 millions d’habitants), de la RM de Belo Horizonte (5,9 millions d’habitants) et de la RIDE du District fédéral de Brasília (4,4 millions d’habitants). Parmi les régions métropolitaines ou les RIDES, 28 ont une population de plus d’un million d’habitants et représentent 97,9 millions d’habitants, soit 47,1% de la population totale.

Entre 2016 et 2017 près du quart des 5 570 municipalités brésiliennes (1 364) ont connu une réduction de leur population. Dans plus de la moitié d’entre elles (56,2% ou 3 130), les taux de croissance de la population ont été inférieurs à 1%, et dans 207 (3,7% du total), la croissance a été égale ou supérieure à 2%. C’est parmi les communes des régions du Nord et du Centre-Ouest, que l’on trouve les proportions les plus élevées des communes ayant eu des taux de croissance supérieurs à 1%, et dans Sud la proportion la plus élevée de municipalités à des taux négatifs.

La population est loin d’être répartie uniformément dans tout le pays. Il existe encore une opposition claire entre les régions côtières et intérieures, qui reflète encore les effets de la colonisation et de l’histoire du peuplement : les premières sont densément peuplées, les secondes beaucoup moins.

Figure 1 Répartition de la population

Au long de la période 2000-2017 on constate (figure 2), que les communes dont la population a diminué (en bleu sur la carte) sont rares et petites. Pour la plupart, les effectifs ont augmenté (jusqu’à + 50% en jaune) au cours de ces 17 ans et certains ont augmenté très rapidement (de + 50% à près de + 300% en rouge). La se produit principalement sur les fronts pionniers d’Amazonie et à la périphérie des grandes villes, Rio, São Paulo et Brasília. São Paulo a encore gagné plus d’un million et demi d’habitants dans cette période, Rio un peu plus d’un demi-million et Brasília a atteint pour la première fois les 3 millions d’habitants, un fait remarquable pour une ville fondée en 1960.

Figure 2 Évolution 2010-2017 de la population par commune

[1] Article 102 de la Loi nº 8.443/1992 et de la Loi complementaire nº 143/2013

Le Rodoanel, rocade autoroutière de São Paulo

Le Rodoanel Mário Covas (SP-21), mieux connu sous le nom de Rodoanel Metropolitano de São Paulo est le plus grand chantier routier du pays, c’est une rocade autoroutière à deux fois trois voies de 180 kilomètres, encore en construction autour du centre de São Paulo. Elle est principalement destinée à réduire l’intense trafic de camions venant de l’intérieur de l’État et des différentes régions du pays, qui y provoque une grave congestion urbaine. Le Rodoanel a donc été pensé comme un moyen de dévier des flux comme, par exemple ceux qui vont du port de Santos, au sud de la ville, vers Rio de Janeiro, à l’ouest, sans passer par le centre-ville.

En effet, les voies sur berge des rios Tietê et Pinheiros y jouent à la fois le rôle de desserte locale et de liaison entre les autoroutes convergeant vers São Paulo et elles sont constamment saturées. L’idée est donc venue aux responsables de la construction des infrastructures routières d’implanter un anneau autoroutier comparable à celui qui existe autour de bon nombre de villes nord-américaines et de métropoles européennes (comme les autoroutes A86 et Francilienne autour de Paris, A10 autour de Berlin et M25 autour de Londres, le MKAD à Moscou, le Ring de Bruxelles ou le Grand raccordement annulaire/GRA de Rome).

Un immense chantier

Sa construction a été et est encore un gigantesque chantier, car les voies et les échangeurs ont été largement dimensionnés et la topographie en demi-oranges[1] a exigé beaucoup de remblais et déblais. De vastes tranchées ont révélé la terre rouge du sous-sol et par endroit éventré des collines couvertes d’une dense forêt tropicale jusque-là préservée, au grand chagrin des ONGs de préservation de l’environnement (figure 1). Des mesures compensatoires ont toutefois été prises, si vastes que les viviers de toute la région ont eu beaucoup de mal à fournir les millions des boutures d’arbres requises pour les plantations à réaliser.

Figure 1 Déblais et remblais sur les chantiers du Rodoanel

Photos Hervé Théry 2009

Par ailleurs, il a fallu en plusieurs points franchir les bras des lacs de barrage qui fonctionnent aujourd’hui comme réserve d’eau potable pour la ville.  Il a donc fallu prendre de grandes précautions pour que les énormes volumes de terre remuée par les engins de chantier n’aillent pas polluer ces réserves d’eau, principalement lors de la saison des pluies, très violente en climat tropical. Avec la collaboration des services de la mairie et de l’État de São Paulo, les compagnies de travaux publics qui avaient remporté les marchés de construction avaient mis en place, lors de cette phase du chantier, un système d’alerte qui arrêtait automatiquement le chantier si une pollution était détectée dans les lacs.

Figure 2 Étapes de la construction d’un pont 1

Photos Hervé Théry 2008 et http://www.dnit.gov.br/noticias/trecho-sul-do-rodoanel-e-inaugurado/image/image_view_fullscreen

La qualité des mesures prises pour protéger l’environnement et la durée des travaux ont de ce fait pendant plusieurs années fait du Rodoanel l’une des destinations favorites des professeurs des universités de São Paulo pour mener des visites de chantiers avec leurs étudiants de génie civil, biologie, environnement et géographie.

Figure 3 Étapes de la construction d’un pont 2

Photos Hervé Théry 2009 et 2012

Situation

Le Rodoanel est à la fois une infrastructure d’intérêt national, car les axes qui y convergent relient São Paulo, le principal pôle économique national, au reste du pays, et la figure 4 fait bien apparaître la convergence vers lui de ses voies principales. On y voit bien l’éventail de routes qui s’étend du nord-est (vers Rio de Janeiro et au-delà) au sud-ouest (vers le Sud du Brésil, l’Uruguay et l’Argentine). Au sud-est il donne en outre accès au port de Santos, en contrebas de São Paulo, porte d’entrée de la plupart des importations du pays et principal port de sortie pour des exportations dont le Brésil est le premier producteur mondial, comme le sucre, l’alcool combustible, le café et le soja (dans ce dernier cas, conjointement avec le port de Paranaguá, dans le Paraná).

Figure 4 São Paulo dans les réseaux routiers brésiliens

C’est donc aussi un point de passage obligé pour les relations d’autres régions entre elles, par exemple entre Rio de Janeiro et le sud du pays, ou entre le Sud et le Nordeste, au long d’un axe parallèle au littoral mais situé non pas dans les étroites plaines littorales ou à flanc de la Serra do Mar mais sur le haut plateau intérieur. Le trajet passe donc inévitablement par São Paulo même si les voitures, bus et camions qui le fréquentent n’ont rien à y faire, redoutent ce passage et souhaiteraient l’éviter.

Figure 5 São Paulo, noeud de communications

http://www.sp-turismo.com/mapa.htm

Mais c’est aussi une voie d’intérêt local, car il redistribue les circulations entre divers points de l’agglomération, les banlieues industrielles et les zones résidentielles, les condominiums fermés des classes aisées à l’ouest et les grands ensembles des classes populaires à l’est, le littoral où se sont développées d’importantes infrastructures touristiques, et l’intérieur d’où vient la nourriture nécessaire à la subsistance de près de vingt millions de personnes.

La rocade a été d’emblée conçue comme une voie autoroutière, avec de larges espaces vides ou à remplir, à proximité des zones résidentielles, par des plantations forestières afin d’éviter l’occupation des zones voisines. Néanmoins, sa simple présence – et même souvent l’annonce de son tracé – a provoqué un mouvement intense de spéculation dans ces régions, la proximité de la rocade devenant un facteur attractif même si les points d’entrée sont volontairement rares.

Figure 6 Le Rodoanel de São Paulo

https://goppp.wordpress.com/2011/08/02/be-bid-abre-painel-para-investigar-obra-do-rodoanel/

Antécédents et genèse

L’idée d’une rocade contournant le cœur de la région du Grand São Paulo avait été envisagée par les planificateurs urbains depuis la deuxième décennie du XXe siècle. Elle avait fini par donner naissance, dans les années 1970, aux deux voies sur berge du Tietê et du Pinheiros et aux avenues Jacu Pêssego et Fabio Eduardo Ramos Esquível. Ensemble elles forment un cercle distant de 5 à 10 km de la capitale et relient entre elles les dix principales autoroutes[2] qui arrivent dans la ville de São Paulo. Elles délimitent le « centre élargi » (en jaune sur la figure 6) où s’appliquent des restrictions de circulation aux heures de pointe, un jour par semaine, en fonction du numéro de plaque minéralogique des véhicules.

Mais ces voies ont perdu leurs caractéristiques de voies rapides et sont devenues de banales voies urbaines. Au fil du temps et de la croissance de la ville, elles ont été incluses dans des régions densément peuplées, la multiplication des intersections et des feux de circulation a provoqué une saturation du système. Des études menées avant 1992 avaient examiné trois solutions de rechange et de nombreuses variantes dans un rayon de 10 à 40 km du centre de São Paulo. Les volumes de trafic permis par chaque projet dépendaient du tracé, la distance au centre influant directement sur le volume de trafic attiré par le projet, sa longueur totale de la voie nouvelle et les types d’impacts provoqués. Le choix a finalement été fait de tracer le Rodoanel à une distance de 20 à 30 km du centre.

Figure 7 Les quatre tronçons du Rodoanel et les dix autoroutes qu’il relie

http://cdn1.sempretops.com/wp-content/uploads/mapa-rodoanel.jpg et https://commons.wikimedia.org/wiki/File:RodoanelSP.JPG

Les quatre tronçons

L’exécution des travaux a été divisée en quatre sections, Ouest, Sud, Est et Nord. Plus de 75% du parcours total ont été livrés, les tronçons Ouest, Sud et Est, inaugurés respectivement en 2002, 2010 et 2014. La partie Nord, encore en construction, devrait ouvrir en mars 2018.

Tronçon Ouest (32 km)

Inauguré le 11 octobre 2002, ce tronçon est de 32 km permet l’accès aux autoroutes Régis Bittencourt, Bandeirantes, Anhanguera, Castelo Branco et Raposo Tavares. Il vise à empêcher que les véhicules qui veulent seulement passer de l’une à l’autre de ces autoroutes empruntent le dernier tronçon des voies sur berge Tietê et Pinheiros et d’autres avenues qui traversent l’ouest de la capitale.

Figure 8 Échangeurs autoroutiers sur le Rodoanel

http://www.constran.com.br/contratodetalhes.php?idcontrato=39

Tronçon Sud (57 km)

Ouverte le 1er avril 2010, la partie sud du Rodoanel prolonge le segment ouest à partir de l’échangeur avec la Régis Bittencourt, passe par les échangeurs avec les autoroutes Imigrantes et Anchieta (qui donnent accès au port de Santos et aux stations balnéaires du littoral) puis au « complexe routier » Jacu Pêssego et de là à l’autoroute Ayrton Senna, vers Rio de Janeiro.

La construction de ce tronçon devait initialement commencer en 2003, peu de temps après la fin de celle du tronçon ouest et devait être terminée en 2008, mais une série de problèmes environnementaux et de questions politiques (qui ont ralenti le transfert des fonds) a ont eu pour conséquence que le contrat n’a été signé que trois ans plus tard, le 27 avril 2006. Le premier coup de pioche (ou plutôt de pelleteuse) a été donné 28 mai 2007, et l’inauguration célébrée le 30 mars 2010. Son ouverture a réduit la circulation des camions de 43% sur la voie sur berge Pinheiros et de 37% des véhicules sur l’Avenida dos Bandeirantes. Mais deux mois plus tard, une partie des véhicules lourds étaient de retour, préférant les embouteillages aux péages, en juin 2010, il y avait 18% de camions de plus sur l’avenue par rapport à l’après-inauguration du tronçon Sud. Pourtant, le trafic sur l’avenue Bandeirantes était encore loin de ce qu’il était lorsque le tronçon Sud n’existait pas, à l’époque il y avait en moyenne 30% de camions en plus.

Tronçon Est (43,5 km)

Sur le tronçon de 38 km entre Mauá et l’autoroute Ayrton Senna les travaux avaient commencé le 11 août 2011. Il a ouvert le 3 juillet 2014 et le tronçon restant de 5,5 km vers l’Ayrton Senna a suivi le 27 juin 2015. Ce tronçon sud sert à la liaison entre les autoroutes qui desservent le port de Santos (et le littoral) avec cette autoroutes menant vers Rio de Janeiro et tout le Nord du pays, en évitant de passer par le centre de São Paulo.

Tronçon Nord (44 km)

Les travaux de ce tronçon ont commencé le 11 mars 2013, il reliera les parties ouest et est, complétant ainsi la rocade, et donnera accès, par une bretelle à l’aéroport international de Guarulhos (figure 9) et aux autoroutes Presidente Dutra (vers Rio de Janeiro) et Fernão Dias (vers Belo Horizonte). Il servira à retirer de la voie sur berge du Tietê les véhicules venant du Minas Gerais, au nord, ou de la vallée do Paraíba et de Rio de Janeiro, à l’est. On estime que ce tronçon verra quotidiennement passer 65 000 véhicules dont 30 000 camions.

Figure 9 Accès du tronçon nord à l’aéroport et aux autoroutes

http://www.penaestrada.com.br/obras-rodoanel-norte/

Ce tronçon présente des particularités qui compliquent sa construction. La première est la présence des hautes collines de la Serra da Cantareira, au nord de la ville de São Paulo, une ceinture verte reconnue comme région de préservation de l’environnement par l’UNESCO. Cela exige que la voie soit conçue différemment, avec plusieurs kilomètres de viaducs et tunnels.

Figure 10 Les travaux du tronçon nord entre Serra da Cantareira et São Paulo

O Gov

Alexandre Carvalho/A2img, http://fotospublicas.com/geraldo-alckmin-participou-de-visita-tecnica-ao-lote-3-do-trecho-norte-do-rodoanel-mario-covas/

Un autre facteur est l’existence de la route Dom Pedro I (SP065), qui relie déjà l’autoroute Presidente Dutra à Campinas, à moins de 50 kilomètres au nord du tronçon nord: elle est considérée comme sous-utilisée, bien qu’elle porte déjà pratiquement tout le flux de circulation entre le Minas Gerais, la vallée do Paraíba et Rio de Janeiro.

La construction de ce tronçon a donc été longtemps retardée par le retard du financement de la BID (Banque Interaméricaine de Développement), qui a exigé plusieurs changements dans les documents d’appel d’offres, ce qui a causé de nombreux recours déposés par les concurrents et amené les organismes de contrôle à poser de nombreuses questions. Ces difficultés ont finalement été surmontées et en décembre 2012, la BID a fait son premier versement de fonds en faveur du gouvernement de l’État pour la construction du tronçon. Les travaux devraient se terminer en 2018, s’il n’y a plus de recours en justice.

Retards et controverses

La mise en œuvre du projet Rodoanel, qui a déjà coûté plus de 1 milliard de Reais[3] aux coffres publics depuis 1998, a fait l’objet de plusieurs plaintes pour surfacturation depuis 2001 et un audit de la Cour des comptes (TCU) réalisé entre janvier 2007 et juillet 2008 en a effectivement apporté la preuve dans la construction du tronçon sud. Le Bureau du procureur général et la police fédérale ont demandé les détails sur des détournements de fonds publics, estimés à 39,6 millions de Reais[4].

Les travaux ont par ailleurs connu plusieurs interruptions. En 2016 (Senra 2016) une grève d’environ un mois sur l’un des lots a conduit le Dersa[5] à menacer de rompre le contrat avec le consortium chargé de le construire. Jusqu’alors, moins de la moitié (42%) du travail avait été fait. Ce n’était pas la première fois que le consortium responsable du lot 1 avait interrompu la construction. Selon la Dersa l’entrepreneur avait déjà suspendu les travaux pendant environ deux mois au début de 2015. Le but était d’amener la Dersa à signer un avenant au contrat d’un montant de 716 millions de Reais[6]. La décision a été reportée de trois mois, après que la police fédérale ait ouvert une enquête sur des surfacturations d’au moins 170 millions de Reais[7] dans les travaux de terrassement.

En mars 2017, le journal O Estado de São Paulo (Estadão 2017) notait qu’au cours des quatre années écoulées depuis le début des travaux, en février 2013, un peu plus de la moitié du projet (55%) avait été réalisée, et que ce serait « un acte de foi » de penser qu’en un an les 45% restants seraient terminés. Leur conclusion a déjà été reportée à trois reprises : à février 2016, juin 2017 et maintenant mars 2018. Les retards ont entraîné des modifications contractuelles qui représentent déjà une augmentation de 235 millions de Reais par rapport au coût total des travaux initialement prévu de 4 milliards de Reais[8].

La Dersa a attribué les retards aux difficultés rencontrées pour mener à bien les expropriations nécessaires, en particulier dans la ville de Guarulhos, à travers de laquelle passe la plus grande partie du tronçon Nord. Selon elle, 95% des expropriations ont été faites devant les tribunaux, ce qui a soumis l’avancement des travaux au – très lent – progrès des affaires devant les tribunaux. En outre, le Ministère Public de l’État (MPE) a commencé une enquête sur les activités d’un gang formé par des avocats et des juges qui agissaient de manière coordonnée pour augmenter l’évaluation des biens immobiliers expropriés de plus de 100% du montant dû. Selon l’accusation, les pertes subies par les caisses de l’État peuvent atteindre 1,3 milliard de Reais[9], pas moins d’un tiers de la valeur totale des travaux.

Le Rodoanel est donc un bon exemple de la situation toute spéciale de São Paulo dans le pays. On peut donc y voir, d’une certaine façon, son image même, de sa puissance économique et de sa primauté urbaine unique au Brésil, mais aussi des difficultés immenses créées par cette puissance, en termes de flux à contrôler, de contrastes à gérer, de risques d’explosion toujours présents. Cette rocade fait bien partie de la métropole brésilienne par excellence, celle qui résume les forces, les potentiels, mais aussi les fragilités et les contradictions du Brésil actuel.

Bibliographie

Wikipedia, Rodoanel Mário Covas, https://pt.wikipedia.org/wiki/Rodoanel_M%C3%A1rio_Covas

Senra, Ricardo, “Consórcio paralisa obra do Rodoanel Norte e Dersa ameaça romper contrato”, O Estado de S. Paulo 03/06/2016, http://noticias.uol.com.br/ultimas-noticias/agencia-estado/2016/06/03/consorcio-paralisa-obra-do-rodoanel-norte-e-dersa-ameaca-romper-contrato.htm

Estadão, “O atraso do Rodoanel”, O Estado de S.Paulo, 04 Março 2017, http://opiniao.estadao.com.br/noticias/geral,o-atraso-do-rodoanel,70001686476

[1] Colline hémisphérique modelée dans les altérites, typique des socles en milieu tropical humide.

[2] Anhanguera, Bandeirantes, Castelo Branco, Raposo Tavares, Régis Bittencourt, Imigrantes, Anchieta, Ayrton Senna, Presidente Dutra et Fernão Dias

[3] 277 millions d’Euros au cours de juillet 2017

[4] 11 millions d’Euros au même cours

[5] Le DERSA – (Desenvolvimento Rodoviário S.A.) est une société de capital mixte, contrôlée par le gouvernement de l’État de São Paulo, dont le but est de construire, d’exploiter, d’entretenir et de gérer les routes

[6] 199 millions d’Euros

[7] 47 millions d’Euros

[8] 65 millions d’Euros sur 1,1 milliard

[9] 360 millions d’Euros

Le Brésil dans le monde et ses inégalités

La publication de données récentes, dans divers domaines, permet de produire ou mettre à jour des images qui aident à situer le Brésil dans le monde et de mesurer ses inégalités internes. Les premières portent sur le commerce extérieur (elles montrent que le Brésil est dans une situation intermédiaire entre les pays les plus avancés et les plus pauvres), et sur les flux aériens de passagers entre lui et le reste du monde. À l’intérieur du pays les mêmes flux aériens de passagers, mais cette fois sur les lignes intérieures, montrent bien les lignes de force du pays et aident à mesurer les inégalités de poids entre les villes. Celles-ci sont confirmées par une analyse cartographique de la localisation des régions où se concentrent les familles les plus riches du pays, tandis que les données sur la distribution de la population par commune en 2016 et son évolution depuis 2000 font ressortir les régions en perte de vitesse et la marque front pionnier qui avance vers le nord amazonien.

Le Brésil et le monde

Le commerce extérieur du Brésil montre bien les orientations de ses échanges, leurs évolutions récentes et la place du pays dans le monde d’aujourd’hui. Les partenaires principaux sont les voisins du Mercosul (principalement l’Argentine), les États-Unis, l’Europe, et de plus en plus la Chine, dont le poids était naguère très limité. Elle a aujourd’hui largement dépassé le Japon comme principal partenaire asiatique, grâce à ses achats massifs de minerai de fer, de soja, de viande et de sucre, en échange d’une foule de produits manufacturés, des plus banals (textiles de bas de gamme) aux plus sophistiqués (électro-ménager et informatique).

Le solde est néanmoins positif pour le Brésil, comme il l’est avec la Russie, plusieurs pays du Moyen Orient (le Brésil ayant acquis son autosuffisance en pétrole) et avec ses voisins d’Amérique du Sud, à l’exception de la Bolivie (à qui il achète du gaz sans pouvoir lui vendre beaucoup en échange en raison de sa faible population et plus encore de son faible pouvoir d’achat). En revanche les soldes sont négatifs avec les États-Unis et l’Europe, qui vendent au Brésil des produits à haute valeur unitaire et lui achètent principalement des minerais et des denrées agricoles, à la notable exception des avions de l’Embraer.

Le Brésil a donc une position spécifique dans la division internationale du travail, il a un solde positif avec les pays moins développés que lui en Amérique du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient, et des soldes négatifs avec les grandes puissances économiques. Cela signifie qu’il occupe une position intermédiaire entre les pays développés du « centre » (auxquels il achète des produits manufacturés, ainsi que des services, qui n’apparaissent pas ici, et vend des produits primaires), et les pays plus périphériques que lui (voisins sud-américains, producteurs de pétrole d’Afrique et du Moyen-Orient), auxquels il vend des biens manufacturés et achète des produits primaires, ce qui reflète sa position intermédiaire entre « Sud » et « Nord ».

Figure 1 Le commerce extérieur brésilien en 2016

Une autre façon de jauger la place du Brésil dans le monde est d’observer les flux aériens qui y mènent ou en viennent. Parmi les compagnies aériennes brésiliennes, seules deux (TAM et Gol) ont des réseaux internationaux, dont le dessin souligne les régions du monde avec lesquelles le Brésil entretient les échanges les plus denses. Toutes les deux privilégient nettement trois directions : les pays voisins d’Amérique du Sud, l’Europe et les États-Unis. En des temps plus fastes, la Varig (qui entretemps a fait faillite) avait des lignes vers le Japon, via la Californie, vers Bangkok, via l’Afrique du sud, vers l’Angola et le Nigeria mais ces temps de gloire sont désormais révolus et le pragmatisme a amené les compagnies survivantes à se concentrer sur les lignes les plus fréquentées par les clients brésiliens, et donc les plus rentables.

Heureusement, bon nombre de compagnies étrangères desservent le Brésil, issues des pays avec lesquels elle entretient des relations anciennes (voisins sud-américains, États-Unis, Japon et Europe), mais aussi de ceux avec lesquels ses échanges se sont plus récemment développés, notamment la Chine, les Émirats Arabes unis et la Turquie. La Turkish Airlines dessert au passage le Sénégal, ce qui atténue un peu le vide africain, les liaisons avec ce continent, censé tenir une place-clé dans la diplomatie brésilienne, se résumant á une ligne vers l’Angola et une vers l’Afrique du Sud, l’une et l’autre tenue par des compagnies étrangères.

Figure 2 Flux internationaux de passagers en 2016

Inégalités brésiliennes

L’observation des flux aériens de passagers à l’intérieur du pays révèle les lignes de forces du territoire car les déplacements de ceux qui peuvent prendre l’avion afin de se rendre dans d’autres villes pour régler leurs affaires, publiques et privées, donne une bonne idée des échanges entre elles. La figure 3 comporte deux éléments : d’une part les flux entre les 27 États de la fédération (en rouge) et d’autre part la localisation des principaux aéroports (en vert).

Le dessin ne reflète pas exactement la réalité puisque les États sont reliés « à vol d’oiseau », de centre (géométrique) à centre, sans tenir compte de la localisation des aéroports (mais les carrés verts qui les représentent sont bien à leur place) ni des couloirs aériens qui existent dans certaines régions du pays (mais pas dans d’autres, où les pilotes ont la liberté de couper au plus court). Les flux principaux sont toutefois clairs, les plus importants sont de loin ceux qui accompagnent la direction du littoral, de la frontière méridionale jusqu’à Recife, et notamment ceux qui relient entre elles les villes du Sudeste et du Sud, ils apparaissent comme la « colonne vertébrale » du pays. Si l’on y ajoute l’axe secondaire qui longe le littoral plus au nord, puis la vallée de l’Amazone, il rassemble l’essentiel des liaisons aériennes du pays

Mais si l’organisation spatiale du trafic aérien reflète dans l’ensemble la logique de l’organisation territoriale brésilienne – et de ce fait la renforce – il permet aussi, par sa capacité à s’affranchir partiellement des distances et des obstacles, de faire émerger d’autres axes. C’est notamment le cas des faisceaux des flux, qui relient São Paulo et Brasília au nord amazonien, Pará, Amazonas, Rondônia (via Cuiabá), et Acre. Cet éventail de lignes structurant les échanges du Nord du pays vers la capitale politique mais surtout vers la capitale économique du pays a sans nul doute été un des moyens majeurs de la « capture » de tout le Centre-Ouest et de l’Amazonie, au moins de l’Amazonie occidentale, dans la zone d’attraction pauliste.

Figure 3 Flux internes de passagers en 2016

Ce dessin des flux aériens reflète bien la centralisation économique et politique du pays. Le trafic des vingt premiers aéroports en 2016 démontre la prédominance écrasante de São Paulo, dont les deux aéroports, Guarulhos (l’aéroport international, situé hors de la ville) et Congonhas (l’ancien aéroport, désormais inclus dans le tissu urbain mais maintenu en activité pour le trafic intérieur, d’affaires notamment), se situent en tête de liste, et de très loin, avec respectivement 36,6 et près de 21 millions de passagers.

La capitale, Brasília ne vient qu’ensuite, et même derrière Rio de Janeiro si l’on totalise les deux aéroports de la cidade maravilhosa, l’international du Galeão (rebaptisé du nom du musicien Tom Jobim, père de la bossa nova,) et le national, Santos Dumont. Plus bas sur la liste viennent, sans surprise, les grandes capitales régionales, avec une prime à celles qui bénéficient de flux touristiques, comme Salvador de Bahia, Recife ou Fortaleza, dans le Nordeste. La seule ville de la liste qui ne soit pas une capitale d’État est Campinas, située à 100 km de São Paulo et qui fonctionne de fait comme son troisième aéroport.

Aéroport Passagers en 2016 État
São Paulo Guarulhos 36 596 326  São Paulo
São Paulo Congonhas 20 816 957  São Paulo
Brasília Juscelino Kubitschek 17 947 153  Distrito Federal
Rio de Janeiro Galeão 16 103 011  Rio de Janeiro
Belo Horizonte Confins 9 638 798  Minas Gerais
Campinas Viracopos 9 325 252  São Paulo
Rio de Janeiro Santos Dumont 9 065 905  Rio de Janeiro
Porto Alegre Salgado Filho 7 648 743  Rio Grande do Sul
Salvador Luís Eduardo Magalhães 7 526 358  Bahia
Recife Guararapes 6 811 676  Pernambuco
Curitiba Afonso Pena 6 385 838  Paraná
Fortaleza Pinto Martins 5 706 489  Ceará
Florianópolis Hercílio Luz 3 536 435  Santa Catarina
Belém Val-de-Cans 3 282 513  Pará
Vitória Eurico de Aguiar Salles 3 120 166  Espírito Santo
Goiânia Santa Genoveva 3 016 798  Goiás
Cuiabá Marechal Rondon 2 840 559  Mato Grosso
Manaus Eduardo Gomes 2 651 452  Amazonas
Natal Governador Aluízio Alves 2 316 349  Rio Grande do Norte
Maceió Zumbi dos Palmares 1 995 069  Alagoas

En termes de zones de desserte, les situations des États sont aussi bien différentes. Ici encore São Paulo se détache, avec un nombre de liaisons qui est près du double de celles de Rio de Janeiro, et qui lui donnent un rayonnement réellement national. Brasília a connu une forte croissance récente grâce à sa position centrale, qui en fait un hub de fait, car bien des liaisons de région à région transitent par elle, et lui apportent des flux de transit qui s’ajoutent à ceux des politiciens et des solliciteurs « montant » vers la capitale. C’est pourtant vers et depuis São Paulo que les déplacements sont les plus nombreux, et tant le Minas Gerais que le Rio Grande do Sul ainsi que – à une échelle plus limitée, le Pará amazonien alimentent principalement des flux vers cette ville, bien plus que vers Rio de Janeiro.

Figure 4 Flux de passagers des principaux États en 2016

Les flux aériens reflètent donc (et dans une certaine mesure alimentent) les très fortes inégalités régionales (entre régions riches du Sudeste et du Centre-Ouest et régions pauvres d’Amazonie et du Nordeste), elles-mêmes reliées aux inégalités sociales qui sont une des caractéristiques marquantes, et l’un des problèmes majeurs, du pays.

La figure 5 apporte trois informations différentes grâce au recours à trois types de représentation cartographique: l’anamorphose déforme le fonds de carte des microrégions en donnant à chacune la taille qu’elle « mérite » en fonction de son nombre de foyers dont les revenus sont supérieurs à 10 fois le salaire minimum. La couleur affectée à ce fonds ainsi déformé correspond à la proportion de ces foyers dans le total de ceux de la microrégion, la nuance de vert étant d’autant plus forte que cette proportion est élevée. Et finalement le « camembert »[1] centré sur chaque microrégion indique la part des tranches de revenus visés, de 10 à 15 salaires minimums, de 15 à 20 salaires minimums et plus de 30 fois le salaire minimum. Il souligne la concentration des familles aisées dans les grandes villes, en particulier à Rio de Janeiro et à São Paulo en nombre absolu, et en proportion à Brasilia, où le District fédéral est de taille limitée et n’inclut pas les périphéries pauvres qui marquent les autres grandes métropoles.

Figure 5 Où sont les riches ?

Une des composantes évidentes des disparités démographiques du pays est la très nette opposition entre les régions littorales et intérieures, qui reflète aujourd’hui encore les effets du processus de colonisation et de peuplement du territoire, menée depuis la côte: les premières sont densément peuplées alors que les secondes ne sont pour la plupart que très faiblement occupées. Même les zones de concentration sont irrégulières, jusque dans des États très peuplés apparaissent de vides importants, seuls São Paulo, le Paraná, Rio de Janeiro et quelques petits États côtiers voient leur territoire occupé de façon continue. Dans le reste du territoire la répartition de la population est étroitement corrélée avec les réseaux de transport, voies navigables dans la haute Amazonie mais surtout et de plus en plus routes de desserte régionale et nationale. Dans le Sud-Est elles ont remplacé les chemins de fer naguère construits pour exporter les produits de l’intérieur, notamment le café de São Paulo, on en voit encore la trace dans les chapelets de villes alignées au long de leur tracé

En Amazonie méridionale et orientale ce sont les routes ouvertes pour l’amarrer au reste du pays et lui ouvrir ses ressources qui ont commandé la localisation des villes pionnières, qui ici aussi s’alignent au long de leur tracé, que ce soir celui des routes Belém-Brasília ou Cuiabá-Santarém (Nord/Sud), de la Transamazonienne (Est/Ouest) ou des pénétrantes Sud-est/Nord-ouest) comme la BR364 Cuiabá-Porto Velho.

Une modeste correction est toutefois apportée par l’évolution récente de la population, comme le montre la figure 6, construite sur la base des données officielles sur la population de chaque commune en 2016. L’IBGE (institut brésilien de géographie et statistiques) a en effet l’obligation de calculer et de publier annuellement ce chiffre au Journal Officiel, une mesure qui a été adoptée essentiellement à la demande des autorités locales, qui se plaignaient de n’avoir des données officielles du recensement de tous les dix ans alors que les évolutions intermédiaires pouvaient être rapides, ce qui avait pour elles des effets fâcheux puisqu’une bonne partie des subventions et transferts est liée aux effectifs de population dans chaque commune.

Entre 2000 et 2016 les – rares – cas de diminution concernent pour l’essentiel des régions rurales proches du littoral, dans le Nordeste, et des frontières, dans l’extrême Sud. On en trouve toutefois aussi en Amazonie, soit dans des vielles régions de l' »Amazonie des fleuves » en perte de vitesse par rapport à l' »Amazonie des routes », soit dans des régions que où le front de conquête est stabilisé et d’où les pionniers repartent de l’avant, comme en Rondônia et sur la Transamazonienne. À l’opposé, les progressions les plus rapides (de +50 à +281%) signalent les fronts pionniers encore actifs, au long de l’« arc du déboisement » et dans l’extrême Nord, et dans les périphéries des grandes métropoles, Rio, São Paulo et Brasília-Goiânia.

Figure 6 Répartition et évolution de la population des communes entre 2000 et 2016

Cette brève analyse permet donc souligner de mettre en évidence deux conclusions. D’une part que le Brésil dispose de statistiques de qualité, rassemblées et traitées par des organismes publics directement intéressés à les produire et à les utiliser, en l’occurrence le ministère du commerce extérieur, l’agence nationale de l’aviation civile et l’institut national de géographie et statistique. Il est à noter que ces données sont mises à disposition librement, gratuitement et à échelle fine sur Internet, ce qui est loin d’être le cas dans beaucoup de pays du monde, France comprise. Et d’autre part que le Brésil, bien que se hissant progressivement au rang de pays émergent, voire émergé, continue à être un pays très marqué par de profondes inégalités entre régions riches et pauvres, régions côtières consolidées et régions pionnières intérieures encore en cours de formation.

[1] On notera que (différence de références culturelles oblige) cette représentation graphique porte au Brésil le nom de « pizza »…

La conquête de l’État de São Paulo vu par des cartes anciennes (1837-1932)

Alors que l’État de São Paulo, aujourd’hui peuplé de plus de quarante millions d’habitants est devenu le centre de gravité de l’économie brésilienne, il peut paraître étrange de lire sur des cartes de son territoire à la fin du XIXe siècle les mentions « territoire inconnu », « terres peu explorées », « terres inhabitées », voire « terrains occupés par des indigènes féroces ». C’est que sa très rapide croissance démographique (tableau 1) et économique ne s’est produite qu’après l’arrivée des chemins de fer qui ont permis l’exportation en masse du café et le déclenchement d’une conquête pionnière de tout l’ouest de l’État, dans des zones en effet encore peuplées uniquement d’Indiens (ceux qui avaient échappé aux raids des chasseurs d’esclaves) près de quatre siècles après l’arrivée des Portugais, en 1500.

Rassembler et observer une série de cartes anciennes (datées de 1837 à 1910) permet d’observer  cette avancée du peuplement, de la vague pionnière du café et des chemins de fer qui en ont assuré la logistique, série à laquelle ont  été ajoutées deux images produites au moment où l’État, enivré par son succès, avait envisagé de se séparer du Brésil et de prendre son indépendance.

Tableau 1 Population de l’État de São Paulo et du Brésil

 

État de

São Paulo

Brésil Proportion

(%)

1872 837 354 10 112 061 8,28
1890 1.384 753 14 333 915 9,66
1900 2 282 279 17 318 556 13,18
1920 4 592 188 30 635 605 14,99
1940 7 180 316 41 236 315 17,41

Source: recensements démographiques

La première carte représente la Province de São Paulo au début de l’Empire (1822-1889). En février 1835, les membres de l’Assemblée législative provinciale de São Paulo ont approuvé le projet de produire une carte de la Province. Deux ans plus tard, en 1837, a été publiée la « Carte chorographique de la province de São Paulo », conçue par Daniel Peter Müller, maréchal retraité du corps des ingénieurs. La carte a été lithographiée à Paris et, selon Cavenaghi (2006), elle a été la première forme officielle de représentation et de promotion de l’image du territoire de la Province (État après 1891). C’est un témoignage cartographique rare de la Province quand  elle incluait encore le Paraná, qui a obtenu son indépendance en 1853. Sa population était à l’époque de 326 000 habitants, moins du centième de sa population actuelle. C’est sur cette carte qu’apparaît pour la première fois dans l’Ouest la mention « Sertão Desconhecido« , (sertão inconnu), le sertão étant l’équivalent de la brousse africaine, de l’outback australien, du bled algérien ou de la wilderness américaine, des régions de l’intérieur des terres, peu peuplées, mal connues et encore assez mystérieuses.

Figure 1 Daniel Pedro Müller, Mappa Chorographico da Provincia de São Paulo (1837)

Paris: Alexis Orgiazzi, c.1841. 1 mapa: 148 x 140 cm. Acervo do Arquivo Público do Estado de São Paulo. Fundo IHGSP, http://lemad.fflch.usp.br/node/3826

La deuxième carte est extraite du premier atlas géographique de l’Empire brésilien, publié en 1868 par Cândido Mendes, le premier au Brésil, dont la figure 2 représente la province de São Paulo. On notera non seulement qu’elle est littéralement « orientée » (le haut de la carte correspond à l’Est, pas au Nord et que la planche inclut des plans des villes de São Paulo et Santos (le port principal), mais aussi que cette fois les régions occidentales sont présentées comme des « terrains occupés par des indigènes féroces »  (Terrenos occupados pelos indígenas feroses).

Figure 2 Cândido Mendes, Provincia de São Paulo, Atlas do Império do Brazil, 1868

Les premières cartes modernes de la Province ont été publiées à partir du milieu des années 1870. Jules Martin[1] en a lancé trois éditions différentes en 1875, 1876 et 1877. La Carta Ilustrada da Província de São Paulo, en 1875, fut la première image du territoire largement diffusée. Les journaux soulignaient que ce serait la carte existante la plus complète de la Province, et qu’elle serait corrigée et complétée par diverses données. La vente était proposée en deux formats, de prix assez élevé, sur papier et sur tissu, la seconde étant destinée aux voyageurs.

L’année suivante, en 1876, la même carte était vendue sous le titre « Guide des voyageurs dans la Province de S. Paulo », cette fois à un prix plus abordable. Comme la carte imprimée sur tissu, le titre indique bien l’intention de Martin et le format répond à cette demande puisque, une fois repliée, elle a un format commode de 15,2 sur 10,4 cm. Le voyage est en effet un facteur crucial pour la production de la plupart des cartes de cette époque, et celle-ci est directement liée à l’expansion des chemins de fer, les entreprises ferroviaires ayant commandé de nouvelles études géographiques afin de construire leurs lignes.

Sur cette carte, tout en indiquant la topographie, les rivières et les villes de la Province, Martin décrit en trait plein les chemins de fer construits et par des lignes pointillées ceux qui sont prévus. Traversant au nord-ouest tout le « territoire inconnu », vers les Provinces de Goyaz (aujourd’hui Goiás) et Minas Geraes (Minas Gerais), elles sont ainsi une première manifestation  d’un aspect récurrent des cartes produites par Martin, la projection d’éléments futurs dans ses images. La mention « Terrenos Desconhecidos » (Terres inconnues) continue à y remplir une grande partie du territoire, mais de nouvelles villes y apparaissent comme Araraquara, Jaboticabal et Barretos, étapes de la «marche civilisatrice» vers la région nord-ouest de la province. La représentation du Rio Grande, la frontière entre les Provinces de São Paulo et du Minas Gerais, était loin d’être une réalité cartographique précise, mais reflétait le besoin de montrer l’extension réelle du territoire.

Martin produit enfin, en 1877, une nouvelle version de la carte de la Province la « 3e édition corrigée, agrandie et illustré avec 30 vues des principaux édifices de la capitale et tous les chemins de fer ». Il propose d’envoyer la carte aux acheteurs par la poste, sans frais supplémentaires, ce qui suppose qu’il vise un marché plus large que la seule ville de São Paulo. La cartographie de São Paulo avait donc commencé, dans le dernier quart du XIXe siècle, à attirer l’attention d’un plus grand nombre d’utilisateurs, et il est significatif que Jose Maria Lisboa ait publié en 1878 une nouvelle carte provinciale de Martin en pièce jointe à son Almanach Litterario. Elle avait pour but de promouvoir la représentation de la Province telle qu’elle était connue à ce moment et Lisboa a toujours soutenu que la plupart des documents publiés dans le ses almanachs était actualisés grâce à la collaboration de ses lecteurs, avec qui était en contact par correspondance. Un almanach est en effet un ouvrage de consultation permanente, qui contient des informations sur le calendrier religieux, les horaires des trains, entre autres, et était vendu à  un prix accessible à une grande partie de la population

Figure 3 Jules Martin, Carta da Provincia de S.Paulo (1877)

Litografia, 32cm x 21cm (LISBOA, 1983, p. 208). http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

La carte de la province de São Paulo 1882 de Claudio Lomellino de Carvalho présente une caractéristique différente de ses prédécesseurs depuis Müller, elle réduit la partie de la province classée comme «inconnue». Le mot sertão n’est plus présent, la désignation retenue est plus neutre que celle de Candido Mendes en 1868 et s’adapte aux exigences de la mise en valeur. Ces zones inconnues sont classées comme «terrains», ce qui indique une possibilité de possession et de colonisation, il n’est plus question de la menace des indigènes.

Figure 4 Provincia de S. Paulo, Cláudio Lomellino de Carvalho (1882)

Acervo da Biblioteca da Faculdade de Economia, Administração e Contabilidade da Universidade de São Paulo, São Paulo, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

La « Carta da Provincia de São Paulo » a été établie par C. D. Rath em 1877, em noir et blanc. Cette version colorisée a été produite par le gouvernement provincial en 1886 et faisait partie de la « Carteira do Viajante » (Portefeuille du voyageur). Les régions non encore occupées du nord-ouest sont qualifiées de « sertão pouco conhecido e ocupado pelos indígenas » (« brousse peu connue et occupée par les indigènes ». Le choix de nuances de bleu pour les Provinces voisines comme pour la mer donne l’impression que celle de São Paulo est une île.

Figure 5 Carta da Provincia de São Paulo, C. D. Rath (1886)

http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

L’expansion des plantations de café a déclenché un long processus de croissance économique et sociale qui a duré plus d’un siècle. Intensifiée par la construction de chemins de fer, à partir de 1866, elle a été responsable de l’occupation de grandes zones de l’Ouest de São Paulo et de la fondation des dizaines de villes, à mesure de l’avancée des rails. La carte de la Province São Paulo de 1886, organisée par la « Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo » (Société pour la promotion de l’immigration à S. Paulo) était destinée à faire de la publicité pour attirer des immigrants dans les nouvelles zones d’occupation. Le document fait apparaître les chemins de fer et mentionne la distance de chaque ville par rapport au port de Santos, des données climatiques et des informations sur la géographie. Tout le nord-ouest de la Province est caractérisé comme « terres inhabitées », bien qu’y vivent encore quelques Indiens.

Figure 6 Mappa da Provincia de São Paulo mandado organisada pela Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo (1886)

Acervo Apesp, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

La figure 7 est un extrait d’une carte du Brésil, publiée en 1892, peu après la proclamation de la République (1889). Les lignes de chemin de fer y sont bien visibles, le nord-ouest de l’État est indiqué comme « Terrenos pouco explorados » (ce qui peut se traduire tant par « terres peu explorées » que par « terrains peu exploités »). La population de l’État était alors d’un peu moins de 1,4 millions d’habitats sur les 14 millions que comptait le pays.

Figure 7 Mapa extraído da Carta da Republica dos Estados Unidos do Brazil (1892)

http://www.historia-brasil.com/mapas/1892/imagens/brasil-1892.jpg

Au début du XXe siècle a commencé un nouveau cycle migratoire de grande intensité, marqué en particulier par l’arrivée d’Italiens, d’Allemands, d’Espagnols et de Japonais (dont le premier groupe arriva en juin 1908). Toute une infrastructure avait été mise en place pour les recevoir au port de Santos et les transporter directement vers les plantations de café et d’autres zones agricoles de São Paulo et d’autres États du Sud. En janvier 2008, le Secrétariat à l’Agriculture de l’État de São Paulo a lancé la publication mensuelle, O Immigrante, en portugais, espagnol, français, anglais, italien, allemand, polonais et ancien letton, avec des photos prises sur le parcours des immigrants du port de Santos vers les fermes et les colonies de l’intérieur. La couverture porte une carte de facture médiocre où le contour de l’État est très approximatif mais où du moins sont représentés les courants migratoires convergeant vers São Paulo. Les Paulistes étaient alors 2,3 millions sur 17 millions de Brésiliens.

Figure 8 couverture de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Sur la carte qui figure dans ce premier numéro de O Immigrante (figure 10) se détachent les colonies déjà installée ou en projet, les chemins de fer construits, en construction ou en projet. L’un d’entre eux traverserait de bout en bout la région nord-ouest, devenue « zona pouco conhecida » (zone peu connue). De part et d’autre de la carte des carrés de couleur situent la superficie de l’État de São Paulo et la population du Brésil par rapport à celles de pays européens.

Figure 9 Carte extraite de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Exemplar no acervo do Arquivo do Estado de São Paulo, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

Sur la carte de l’Atlas de Francisco Ignacio Homem de Mello, de 1909 (figure 8), apparaît désormais la vallée du Paranapanema, au sud, rapprochant ainsi le format de l’État de São Paulo de ce qu’il est représenté aujourd’hui. La connaissance du territoire progresse, notamment dans la région du nord-ouest, qui n’est plus une terra incognita. Y apparaît São José do Rio Preto, fondée officiellement en 1852, bien que la ville ait été connue depuis au moins 1858 comme Curato Jaboticabal. Il y a donc clairement une évolution dans la collecte et l’organisation de l’information cartographique, et une préoccupation visible de la délimitation des territoires des Provinces.

La production de café avait alors déjà occupé une longue bande sud-nord, à la lisière entre le territoire officiellement connu et la frontière pionnière, et il était nécessaire de montrer les zones conquises et de faire disparaître les derniers « blancs » de la carte. Sont identifiées les routes maritimes reliant le port de Santos aux principales villes du pays et du monde entier, les chemins de fer existants, en cours d’exécution et à l’étude, les principales colonies agricoles et diverses statistiques économiques.

Figure 10 Francisco Ignacio Homem de Mello, Estado de São Paulo, 1909

Gravé por A. Simon – Paris. Impressão litográfica, 32cm x 50cm, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Sur la remarquable carte de 1910 publiée (en français) par la Commission Géographique et Géologique de São Paulo (figure 11) sont distinguées les zones encore en forêts et les différentes déjà implantées: café, canne à sucre, coton, riz et autres. Les chemins de fer des différentes compagnies (Paulista, Mogiana, Sorocobana, Noroeste) sont distinguées par un code de couleur, ce qui fait apparaître leurs zones d’influence, dont Pierre Monbeig (1937 et 1952) a bien montré qu’elles étaient âprement disputées. L’exemplaire dont a été tirée la figure est conservé à la National Diet Library, la bibliothèque de la Chambre des Députés du Japon, pays qui envoyait alors de nombreux migrants vers São Paulo. Il a été scanné et publié à haute définition, ce qui permet d’en observer les moindres détails.

Figure 11 Carte générale de  l’État de São Paulo, Commission Géographique et Géologique de São Paulo (1910)

Lith. Laporte et Dosse, Anvers, Copyright © 2009- National Diet Library. Japan. All Rights Reserved, http://www.ndl.go.jp/brasil/data/R/010/010-001r.html

Au cours de la República Velha (Ancienne République, 1889-1930), l’occupation de  l’intérieur s’est intensifiée et a atteint les limites ouest et nord de l’État. La population de l’État a doublé de 1900 à 1920 (passant de 2,3 à 4,6 millions d’habitants et elle serait de 7,2 millions en 1940). Dans le même temps 109 communes ont été créées, soit près du double du nombre antérieur, et l’on avait atteint le nombre de 224 en 1930. Outre l’expansion continue de la production de café, le  motif principal de la création de nouvelles communes était la plus grande autonomie dont elles jouissaient désormais avec l’élargissement de leurs compétences et la hausse de la perception des impôts.

L’État de São Paulo voit donc s’accroître sa puissance économique et son poids politique, au point de dominer, en partie, le pouvoir central. Celui-ci était alors marqué par l’alternance de présidents originaires de São Paulo – représentant les intérêts des planteurs de café – et du Minas Gerais – représentant ceux des éleveurs – et a de ce fait été qualifiée de « politique du café au lait ». Mais en 1930 les Paulistes décidèrent de rompre l’alternance, ce qui déclencha une révolte contre eux d’une coalition d’États et un coup de force mené par Getúlio Vargas, qui s’empara du pouvoir et ne le rendit qu’en 1945.

La période qui a suivi (1930-1945) a donc été marquée par de vives tensions et la tentative, en 1932, de sécession de l’État de São Paulo qui, faute de pouvoir dominer le Brésil, décida de s’en séparer, ce qui donna  lieu à de nombreuses publications à la gloire de l’État, dont la carte routière de la figure 12, ou celui-ci est représenté par une jeune femme, dont le visage est parcouru par les principales routes de la région du café tandis que les régions du nord-ouest sont recouvertes par un foulard aux couleurs du drapeau de São Paulo.

Figure 12 Plano de viaçao de rodagem do estado de Sao Paulo, Revoluçao constitucionalista (1932)

O Diario, http://humanasmogi.blogspot.com.br/2014/02/caminhos-antigos-viii.html

La figure 13 est carte est clandestine, qui a failli causer l’arrestation de son auteur et la fermeture de l’imprimerie. Après la répression de la tentative de sécession de 1932, toute personne qui aurait osé imprimer une carte São Paulo « Constitutionaliste » (comme s’auto-proclamait le mouvement sécessionniste), prenait des risques. Et celle-ci a été retrouvée 45 ans après dans le faux plafond où un imprimeur apeuré l’avait caché. Sur l’original on voit clairement les armées de São Paulo et du reste du Brésil, avec leurs drapeaux et les avions qui menaçaient de bombarder la ville. Dans le coin gauche, entre un bandeirante (les premiers explorateurs – et chasseurs d’esclaves – partis de São Paulo) et un soldat constitutionnaliste, un cartouche porte les mots « Ceci est la véritable carte de la révolution qui a eu lieu à São Paulo dans l’année MCMXXXII ».

En 1972 les éditions Hamburg prirent le contrôle de la Weiss et Cia Ltda, une des plus anciennes imprimeries au Brésil. Comme son bâtiment était vétuste, des travaux étaient nécessaires et quand on enleva le faux plafond on trouva parmi les gravats un rouleau de papiers. Des employés âgés reconnurent, grâce aux initiales JWR écrites dans le coin droit, le travail de Wasth José Rodrigues, le premier illustrateur de Monteiro Lobato. Ils racontèrent qu’une fois la « révolution » terminée, des soldats étaient venus perquisitionner l’imprimerie, car le propriétaire avait été dénoncé pour avoir imprimé une carte « séparatiste ». Les matrices, de lourdes pierres de 30 à 40 kilos, avaient été brisées sur place, mais certaines cartes, des œuvres d’art imprimées en six couleurs (aujourd’hui on en utilise au maximum de quatre) ont été préservées et cachées.

Figure 13 Carte de la période de la Revolução Constitucionalista (1937)

http://vejasp.abril.com.br/cidades/oitenta-anos-revolucao-1932/

La sécession, réprimée militairement, ayant échoué, les élites dirigeantes de São Paulo choisirent un autre chemin, la modernisation de leur État, pour en faire – au lieu de s’en séparer – le plus avancé du pays, ce qui se traduisit entre autres initiatives par la fondation de l’Universidade de São Paulo, l’USP. Les cartes de son territoire furent elles aussi améliorées, notamment après la fondation de l’IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística) et sont aujourd’hui aux normes les plus récentes, mais on ne peut s’empêcher d’avoir la nostalgie du temps où elles portaient des mentions rappelant les hic sunt dracones ou hic sunt leones (« ici il y a des dragon » ou « ici il y a des lions »), expression utilisée par les cartographes romains et médiévaux pour annoter les zones inconnues de leurs cartes.

Sources

Beier, José Rogério, “Os aldeamentos indígenas paulistas na representação cartográfica de Daniel Pedro Müller (1837)”, Oficina de Cartografia Histórica, http://lemad.fflch.usp.br/node/3838

Cavenaghi, Airton José “O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana”, Anais do Museu Paulista: História e Cultura Material, vol.14 no.1 São Paulo Jan./June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Cursos de Turismo e Engenharia de Energia, http://www.rosana.unesp.br/#!/pesquisa/laboratorio-de-patrimonio-cultural/projetos/projeto-memoria-ferroviaria-pmf/documentos—relatorios/mapas/

Exposicao Cenarios  As cidades do interior de São paulo no começo do sculo XX, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

Leite, Mateus Pavan de Moura, Jules Martin : mapas litográficos de São Paulo, http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

Mapa de uma revolução, http://tudoporsaopaulo1932.blogspot.com.br/2013/12/o-mapa-de-uma-revolucao.html

Monbeig, Pierre, « Les voies de communication dans l’État de São Paulo (Brésil)”, Bulletin de l’Association de géographes français, 1937, Vol.14,  N° 102,  pp. 9-16, http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1937_num_14_102_7005

Monbeig, Pierre, Pionniers et planteurs de Sao Paulo, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n° 28, 1952.

O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

[1] Jules-Victor-André Martin (Montiers1832 – São Paulo 1906). Peintre, professeur, architecte, lithographe et entrepreneur, arrivé à São Paulo em 1868, il y monta en 1871 un des premiers ateliers de lithographie qui reçut en 1875 de l’Empereur Pedro II le titre de « lithographie impériale ».

Le Tietê, le fleuve de São Paulo

Le Tietê est une rivière[1] de l’État de São Paulo, qu’il traverse sur 1 010 km d’Est en Ouest, des environs de la ville de São Paulo au rio Paraná : contrairement à la plupart des fleuves fleuves, le Tietê court en effet vers l’intérieur du continent, et non pas vers la mer, caractéristique qui en a fait jadis un vecteur important dans la colonisation du pays.

Mapa Rio_Tiete

Figure 1 Le Rio Tietê dans l´État de São Paulo

http://2rodasaventura.com/blog/wp-content/uploads/2013/05/Rio_Tiete.jpg

Histoire

Ses sources sont situées à 1 120 mètres d’altitude, à Salesópolis, dans la Serra do Mar, protégées aujourd’hui par le parc Nascentes do Rio Tietê (sources du Rio Tietê). Bien qu’elles soient seulement 22 kilomètres de la mer, les contreforts de la Serra do Mar le forcent à couler dans la direction opposée, traversant l’État de São Paulo vers le nord-ouest jusqu’au lac formé par le barrage de Jupiá, sur le fleuve Paraná, entre les municipalités d’Itapura et Castilho, à une cinquantaine de kilomètres en aval de la ville de Pereira Barreto.

Figure 2 Sources du Tietê

L1000082

©Hervé Théry 2011

Figure 3 « Ici naît le Tietê »

L1000081

©Hervé Théry 2011

Figure 4 Le Tietê entre sa source et São Paulo

SP SP Mogi Tiete champetre

©Hervé Théry 2011

Les rives du fleuve étaient déjà habitées[2] par les Indiens avant l’arrivée des Portugais et elles ont été les premières terres occupées par les Portugais sur le plateau central. Dans la seconde moitié du XVIe siècle des missions y furent installées pour convertir les indigènes au catholicisme, et fournir de la main-d’œuvre aux colons. L’accès au Tietê fut l’une des raisons principales de la fondation par les Jésuites, en 1554, du collège qui a été le point de départ de ce qui est devenu, en 1560, la vila[3] de São Paulo.

L’expansion s’est ensuite faite au long du Tietê avec la fondation, en 1580, de Santana de Parnaíba[4]. Dans la seconde moitié du siècle suivant, des habitants de Santos montèrent sur le plateau et fondèrent Mogi das Cruzes, qui en 1661 est devenu une vila et peu après le village indigène de Nossa Senhora da Escada (Notre-Dame de l’échelle).

La découverte des mines d’or dans la région de Cuiabá, au début du XVIIIe siècle, a favorisé l’intensification de la navigation sur le Tietê. Outre les colons qui allaient tenter leur chance dans les mines, des convois de bateaux de commerce, appelés « moussons », descendaient le fleuve et ont favorisé la croissance de villages qui servaient de points d’appui aux voyageurs. Ils pouvaient y obtenir des approvisionnements jusqu’à ce qu’ils atteignent leur destination, et ces villages ont ensuite été inclus dans les itinéraires des éleveurs et des chercheurs d’or, qu’ils suivent ou croisent le fleuve.

La vallée du Tietê a ensuite partagé le destin du reste de l’État de São Paulo, progressivement conquis par le front du café au XIXe et au début du XXe siècles. Dans la ville de São Paulo, ses rives avaient une fonction récréative, servant de lieu de loisirs et de baignade aux habitants de la ville, même si l’on a peine à l’imaginer quand on voit dans quel état il est aujourd’hui.

Figure 5 Promenade en barque sur le Tietê en 1900

4-passeio-de-barco-no-rio-tiete1909-acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana

Acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana.jpg, https://unipalphaville.wordpress.com/category/uncategorized

Encore dans les années 1920 et 1930, le Tietê était utilisé pour les activités de pêche et de sports nautiques sur la rivière. À cette époque, des clubs de natation et de régates ont été créés le long de la rivière, comme le Clube de Regatas Tietê et le Clube Esperia, qui existent encore aujourd’hui[5].

Figure 6 Activités sportives sur le Tietê

memoria_t

http://www.pescarianoriotiete.com/2010_09_01_archive.html

Aménagement

La volonté de rectifier le cours du Tietê est ancienne[6]. Dès 1866, le président de la province de São Paulo, João Alfredo Correia de Oliveira, avait insisté sur la nécessité d’utiliser ses várzeas (plaines inondables) ainsi que celles de son affluent le Tamanduateí. À la fin du XIXe siècle le gouvernement de l’État avait déjà pris en charge l’organisation d’une commission d’assainissement du Tietê pour en contrôler les inondations. Dans les années 1920 la « Société d’Amélioration de São Paulo », réunissant des ingénieurs et des spécialistes de questions sanitaires, avait défendu la nécessité de rectifier le cours sinueux du fleuve et de draguer son lit

Parmi eux avait été embauché l’ingénieur sanitaire Francisco Saturnino Rodrigues de Brito, auteur de plusieurs ouvrages sur la rivière. Dans un rapport publié en 1926, il recommandait la préservation des zones humides comme un moyen de maîtriser les inondations. Son projet prévoyait un grand parc dans la plaine inondable, pour réguler l’écoulement du Tietê pendant la saison des crues. À l’embouchure de chaque affluent devait être préservée une zone pour former deux lacs de trois kilomètres de long sur un de large, avec une île au milieu.

Figure 7 Projet de rectification du cours du Tietê

Rectif tiete2bis

http://wasserlink.wordpress.com/2013/10/22/do-outro-lado-do-rio-parte-2-projetos-abandonados-canalizacoes-e-retificacoes-dos-rios-de-sao-paulo/

Le Plano de Avenidas (Plan des Avenues) du maire de São Paulo Prestes Maia incluait, entre autres, la mise en œuvre de parkways formé par des voies sur berge au long du Tietê et du Pinheiros et la canalisation du Tietê. Celle-ci permettrait d’y faire passer le trafic routier et ferroviaire, et d’y développer la navigation et les loisirs par l’affectation de ses rives d’un côté aux chemins de fer et l’autre aux résidences et à la promenade, ainsi que des zones industrielles par la canalisation du Pinheiros et du Tamanduatei.

Des travaux reprenant une partie de ces projets ont commencé en 1938 et pris fin dans les années 1960, lorsque le Tietê a été doté de voies sur berge (marginais). Le Pinheiros a subi une rectification de son lit, entre 1937 et 1957, exécuté par la Light, la compagnie canadienne qui avait le monopole de la production et de la distribution d’électricité, des travaux qui, couplés avec la construction du barrage Billings en 1923, ont favorisé l’expansion de l’occupation du secteur sud de la ville.

Figure 8 L’ancien lit du Tietê dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê

La figure montre l’ancien lit du fleuve (relevé sur une carte de la ville en 1943) sur une image de satellite de 2007 dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê.

meandrostiete_2007gdhttp://www.ecotiete.org.br/historico/meandros_tiete.htm

Les inondations répétées ont forcé le gouvernement de l’État de São Paulo à aménager presque tous les tronçons du Tietê dans la ville de São Paulo, atteignant la limite de la viabilité économique des travaux d’ingénierie qui pourraient augmenter la capacité d’écoulement de la rivière et contrôler ses inondations périodiques.

De ce fait, les études techniques ont commencé à se concentrer sur la récupération des fonctions naturelles des plaines inondables en amont du tronçon qui traverse la ville comme alternative viable pour le contrôle des inondations. Le projet résultant, appelé Parque Várzeas do Tietê (parc des zones inondables du Tietê) envisageait dans sa conception originale (en 1976) d’écarter les voies sur berge du cours du fleuve pour permettre l’implantation d’un parc sur ses rives, intégrant le cours d’eau de façon écologiquement plus appropriée, et en y implantant des équipements culturels, sportifs, des jardins et des pépinières, etc.

On est bien loin aujourd’hui de ce rêve et les voies sur berge été progressivement accaparé par la circulation automobile : sur certains tronçons on ne compte pas moins de 11 voies de circulation dans chaque sens, aménagées en faisant disparaître progressivement tous les espaces verts. C’est une stratégie sans issue car les nouvelles voies créées pour remédier à la saturation ont été à leur tour saturées dès qu’elles ont été inaugurées. Le seul espoir d’y voir se réduire la circulation est la conclusion de l’anneau autoroutier en construction autour de São Paulo, qui devrait détourner des voies sur berges la circulation à longue distance. Trois des quatre tronçons prévus déjà été réalisés et à chaque fois que l’un d’entre eux a été mis en service la circulation des camions a légèrement diminué, pour un temps.

Figure 9 Voie sur berge (marginais) du Tietê

97 - Vôo Panorâmico SP - Marginal Tietê

Sources: http://outrasviagensmundoafora.blogspot.com.br/

Un des exemples les plus frappants de l’artificialisation des rives est la confluence du Pinheiros et du Tietê : la figure 10 associe (en cartouc) le paysage tel qu’il était en 1929 et la situation actuelle où les berges de rivières sont entièrement prises par des voies de circulation et où même le confluent est traversé par des bretelles routières.

Figure 10 Confluence du Pinheiros e Tietê

Confluent Pinheiros-Tiete Earth hier et aujourd'hui 2

Source: http://aguasclarasdoriopinheiros.org.br/rio-pinheiros/historia/ et Google Maps

Le seul reste de ce vaste projet et le parc écologique du Tietê, un peu en aval de São Paulo, à proximité de l’aéroport international de Guarulhos, qui non seulement permet aux crues du Tietê de s’étaler sans dommage dans une zone inondable mais crée aussi un vaste espace vert en bordure de la Zone Est, qui en a bien besoin.

Figure 11 Le Parque ecológico do Tietê

SP SP Parce ecologique du Tiete

©Hervé Théry 2010

Utilisation (plus ou moins heureuse) des várzeas

À défaut d’être devenu des parcs, les zones inondables des berges du Tietê ont reçu d’autres usages, plus ou moins heureux. Elles servent notamment aux maraîchers qui y ont trouvé des sols fertiles et faciles à irriguer avec l’eau de la rivière, si bien qu’elles produisent une partie des fruits et légumes consommé par les habitants de São Paulo. Elles sont heureusement situées pour la plupart en amont de la ville, et ne sont donc pas touchés par la pollution créée par celle-ci.

Figure 12 Maraîchage dans les plaines inondables du Tietê

SP SP Mogi Produçao de hortigranjeiros

©Hervé Théry 2011

Autre usage des plaines inondables, l’extraction de sable et de gravier, a en revanche des effets écologiques extrêmement négatifs, perturbant le drainage et en laissant après elle un paysage lunaire. Quelques-unes des carrières servent, après l’extraction des matériaux de construction, à déposer les gravats issus de destructions et de rénovations de bâtiments, leurs heureux propriétaires recevant ainsi de l’argent pour creuser des trous puis pour les combler.

Figure 13 Extraction de sable dans les plaines inondable du Tietê

DSCN1048

©Hervé Théry 2011

Cependant, ce qui occupe la plus grande partie des plaines inondables, chaque année davantag,e est l’occupation urbaine qui avance depuis les terrasses encadrant la vallée jusque dans le lit majeur et parfois même jusqu’au bord de la rivière. Menée le plus souvent sans autorisation et sans tenir compte du zonage, pourtant censé être impératif, elle se fait de façon désordonnée et très préjudiciable à fois à la conservation de l’environnement et au bien-être de ses habitants.

Figure 14 Occupation urbaine dans les plaines inondables du Tietê

L1020803

©Hervé Théry 2011

Cette occupation urbaine se fait la plupart du temps sous forme de quartier en autoconstruction par ses habitants, sans plan d’urbanisme et sans prise en compte des risques, ce qui fait qu’ils sont régulièrement victimes d’inondations. Ils ne veulent pas entendre qu’ils se sont eux-mêmes exposés au risque en allant s’installer dans des zones constructibles, ils réclament – et parfois obtiennent – que les pouvoirs publics engagent des travaux de protection de leur quartier, notamment des digues qui en protègent le pourtour. Ce n’est pourtant pas une panacée, comme on l’a vu lorsque, à plusieurs reprises, ces digues ont été franchies par les inondations et ont eu pour effet de freiner l’évacuation des eaux.

Figure 15 Digue de protection d’un quartier d’invasion dans les plaines inondables du Tietê

L1000195

©Hervé Théry 2011

Si l’on interroge des habitants de São Paulo (ou même plus largement au Brésil) sur le mot qu’ils associent le plus volontiers à « Tietê » on a de bonnes chances de tenir en réponse le mot « pollution » tant la qualité de ses eaux et dégradée dans sa traversée de la ville et en aval.

Pollution

Bien qu’il soit l’un des fleuves les plus importants sur le plan économique pour l’État de São Paulo et même pour le pays, le Tietê est en effet surtout connu pour ses problèmes environnementaux, en particulier dans le tronçon qui traverse la ville de São Paulo. Les difficultés ont commencé dans les années 1920 avec la construction du lac de barrage de Guarapiranga para la Light. Cette intervention a modifié le régime hydrique de la rivière dans la capitale, mais la dégradation de la rivière par la pollution industrielle et les eaux usées domestiques vient principalement du processus d’industrialisation et d’expansion urbaine non planifiée qui a eu lieu dans les années 1940 à 1970. Il a été accompagné – à la fois cause et conséquence – par la croissance rapide de la population dans cette période, la commune passant d’une population de deux millions d’habitants dans les années 1940 à plus de six millions dans les années 1960.

Ce processus de dégradation a également affecté ses principaux affluents, l’Aricanduva et le Tamanduateí, ce dernier étant plus particulièrement dangereux parce qu’il apportait au Tietê les eaux usées de grandes usines de la région dite ABC (Santo André, São Bernardo e São Caetano). Permettre une expansion majeure du parc industriel à São Paulo sans contreparties environnementales a rapidement rendu impossible l’utilisation des eaux du Tietê pour alimenter la ville et pour ses loisirs.

Après les années du « miracle brésilien » des années 70 et les difficultés qui ont suivi le choc pétrolier, une prise de conscience progressive sur les questions environnementales s’est fait jour, notamment après la conférence de Rio de 1992. Des mesures ont été prises pour réduire la pollution du Tietê, en particulier grâce à une aide du Japon, attribuée en reconnaissance de la façon dont le Brésil avait accueilli les migrants issus de ce pays.

La trainée de pollution dans le Tietê en aval de São Paulo qui, dans les années 1990, avait atteint une centaine de kilomètres, avait progressivement réduit, mais la situation s’est de nouveau dégradée avec la crise hydrique de 2015. À la suite d’une légère réduction de la pluviosité (d’environ 3 %), la ville de São Paulo a dû mettre en place un rationnement non réellement reconnu par les autorités mais bien réel dans les quartiers périphériques où la pression été diminué et où l’eau n’atteignait pas les points les plus hauts et les plus éloignés.

Faute d’eau pour diluer la charge liquide et solide des égouts et des galeries pluviales, le Tietê a été sensiblement plus pollué, selon la Fondation SOS Mata Atlântica, la tache de pollution en aval de São Paulo a augmenté de 71 km à 157 km en un an. La zone, considérée comme morte par manque d’oxygène s’étendait alors jusqu’à Mogi das Cruzes et Salto.

Un des effets les plus spectaculaires de cette pollution a été qu’en aval immédiat de São Paulo le Tietê a été fréquemment recouvert d’une épaisse couche de mousse blanche, produite par le déversement dans ses eaux de détergents issus des salles de bains, des cuisines et des machines à laver des 18 millions d’habitants de l’agglomération. Une partie des eaux usées et certes traitée par les stations d’épuration, mais dans les quartiers populaires et les favelas ce sont les galeries pluviales qui font fonction de tout-à-l’égout et leur contenu va directement à la rivière.

Figure 16 Mousse de savon sur le Tietê en aval de São Paulo

SP Santana do Parnaiba Tiete pollue 1

©Hervé Théry 2008

À Pirapora de Bom Jesus, dans la région métropolitaine de São Paulo, les mousses ont dépassé en juin 2015 la hauteur du pont et ont fait irruption dans les maisons des rues proches de la rivière. Selon le gouvernement de l’État de São Paulo, le phénomène était dû à la présence de grandes quantités de détergent non-biodégradable, et aggravé par la saison sèche en raison du faible débit d’eau, insuffisant pour dissoudre les polluants

Figure 17 Le Tietê envahi par la mousse de savon à Pirapora

Pirapora do Bom Jesus- SP- Brasil- 23/06/2015- Imagens feitas ontem (22/06), mostram a grande concentração de espuma no rio Tietê. A formação de espumas, que ocorre frequentemente no Rio Tietê ao longo das cidades de Santana de Parnaíba, Salto e Pirapora do Bom Jesus, está relacionada principalmente a baixa vazão da água, a presença de esgotos domésticos não tratados que dificultam a decomposição de detergentes domésticos. Os moradores da cidade ainda reclamam do mau cheiro que fica mais intenso, conforme a quantidade de espuma aumenta. Foto: Rafael Pacheco
. Foto: Rafael Pacheco

http://Photospublicas.s3.amazonaws.com/files/2015/06/RP_espuma-poluicao-rio-Tiete-Pirapora-Bom-Jesus_22062015002.jpg

Cette mousse n’est pourtant qu’une partie du problème, s’y ajoute une importante charge solide de déchets ménagers, à cause des insuffisances de la collecte des ordures, et toutes sortes d’objets finissent dans les eaux de la rivière. À Pirapora do Bom Jesus, située à environ 50 km de la capitale, il est fréquent de trouver des déchets comme des sacs et bouteilles en plastique, des chaussures, des balles de tennis, des emballages en polystyrène expansé, etc., flottant dans la rivière. Selon le Secrétariat d’État aux ressources en eau, la Compagnie des eaux Sabesp recueille 84% des déchets et traite 70% des eaux usées de São Paulo, mais certaines municipalités de la région métropolitaine ne traitent pas les effluents des égouts.

Figure 18 Ordures ménagères dans le Tietê

rio-tiet6e-sao-paulo

https://andradetalis.wordpress.com/tag/royalties-agua/

En aval, tout va mieux

Pour conclure sur une note plus optimiste, on notera que le Tietê est un cas rare de cours d’eau qui commence sale et se termine propre. Après avoir traversé l’agglomération de São Paulo presque au début de son parcours il continue vers le nord-ouest et parcourt de bout en bout l’État de São Paulo, recevant sur ces deux rives des affluents issus de régions rurales qui lui apportent des eaux propres, et celles-ci diluent progressivement ses eaux sales jusqu’à ce que, avec l’aide de l’épuration naturelle, pratiquement toute trace de pollution ait disparu. À hauteur de Barra Bonita le Tietê est devenu si propre que l’on a peine à imaginer que c’est le même cours d’eau pollué qu’il était à la sortie de la ville de São Paulo.

Figure 19 Le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

Photo José Reynaldo da Fonseca – REFON – https://pt.wikipedia.org/wiki/Rio_Tiet%C3%AA#/media/File:Rio_Tiet%C3%AA_Barra_Bonita_150606_REFON.jpg

Il a même été possible de développer sur le lac créé par les barrages mis en place pour faciliter la navigation sur le Tietê diverses formes de tourisme, notamment des promenades en bateau et des mini-croisières qui ont rencontré un certain succès.

Figure 20 Bateau de croisière sur le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

http://udiviagens.blogspot.com.br/2011/06/barra-bonita-sp.html

La preuve que les eaux sont effectivement propres et salubres est qu’y naissent et y vivent assez de poissons pour que se développent des activités de pêche sportive. Les touristes en rapportent quelques kilos de poissons pour les manger avec leur famille, ce que personne n’envisagerait de faire à proximité de São Paulo.

Figure 21 Pêche dans le Tietê à Barra Bonita

FOTOS PESCARIA PRAIA 268

http://pescasagaesportiva.blogspot.com.br/2012/06/tucunares-do-rio-tiete.html

De ce point de vue la récupération de la qualité des eaux du Tietê a mieux réussi que celle de la Tamise de la Seine, pas tellement à vrai dire grâce aux politiques mises en place mais grâce à l’immensité du territoire brésilien aux capacités de régénération naturelle des eaux, pourvu qu’on leur laisse le temps et l’espace nécessaire.

C’est malgré tout assez réjouissant de voir qu’au moins dans sa partie aval le Tietê à pu garder ou retrouver ce qui faisait son attrait pour les populations indiennes avant l’arrivée des Portugais et justifie ainsi de nouveau l’étymologie de son nom. En tupi  « ti » désigne l’eau d’une rivière et « été » signifie « très bon, vrai, authentique », le Tietê étant donc une véritable et une très bonne rivière.

[1] Techniquement c’est une rivière puisqu’elle se jette dans le Paraná, pas dans la mer, mais il a pratiquement la même longueur que la Loire, le principal fleuve français (1 010 km,) et son débit à São Paulo (1 188 m3/s) est déjà supérieur au module du fleuve à Saint-Nazaire (931 m3/s).

[2] Les éléments historiques de ce texte sont pour la plupart tirés de Zanirato, S. H., « História da ocupação e das intervenções na várzea do rio Tietê ». Revista Crítica Histórica, v. 4, p. 117-129, 2011.

[3] Première étape de la reconnaissance institutionnelle, avant de devenir une ville (cidade).

[4] «Santana de Parnaíba, berceau des Bandeirantes», Braises,  https://braises.hypotheses.org/717

[5] http://portal.esperia.com.br/site/ et http://guia.folha.uol.com.br/passeios/2016/07/10003103-centro-esportivo-tiete-tem-boas-quadras-de-tenis-e-futebol-americano.shtml

[6]  Informações obtidas de http://alotatuape.com.br/tiete-o-rio-de-sao-paulo/, textos: Professor Fausto Henrique G. Nogueira (IFSP), edição: Gerson Soares

Hiver à São Paulo

Quand on pense au Brésil, on évoque en général des images de chaleur, de plage, de forêt amazonienne. C’est en effet un pays de climat tropical, où les températures sont en général élevées, voire très élevées. Ce n’est pourtant pas le cas toute l’année ni dans toutes ses régions et il peut y faire froid en hiver (entre juin et septembre) notamment dans le sud : dans l’hémisphère sud les températures décroissent vers le sud et ce sont les régions situées au nord qui sont les plus chaudes. C’est le cas à São Paulo car, bien que la ville soit située juste sur le tropique du Capricorne, étant situé à 800 m d’altitude, elle peut avoir l’hiver des températures franchement fraîches.

Cela a par exemple été le cas dans les premières heures du 6 juin 2016 quand la ville enregistré son record de température minimum de l’année : 5 ° C au Mirante de Santana, dans le nord de la ville, selon les informations fournies par le Centre de gestion des urgences (CGE) de la Mairie.

L’entrée d’une forte masse d’air polaire a fait chuter la température de 10ºC en douze heures et les météorologues d’Inmet (Institut de météorologie) ont signalé qu’il avait gelé dans certaines villes proches, comme Itapevi, dans la région métropolitaine. Dans l’État de São Paulo, la température la plus basse a été enregistrée à Barra do Turvo, dans la vallée du Ribeira: -0.2 ° C, en-dessous de la température enregistrée le jeudi 9 au même endroit, 0,4 °.

Figure 1 Bulletins météo du début de l’hiver 2016

Temperatures 2

Source: Climatempo 14-6-16 et INPE Cptec 12-6-16

Temperatures

Source: Cptec – Températures au Brésil le 12-6-16, Minimas du Sudeste le 12-6-16, Minimas du Sul le 12-6-16

Si l’on s’en tient aux seuls mois de juin, toujours selon la même agence, la température de ce matin du 16 juin 2016 a été la température la plus basse depuis le 30 juin 1994, lorsque le thermomètre avait déjà indiqué 5°C à São Paulo. La température la plus basse avait été de 1,2°C le 26, record absolu pour ce mois de juin qui avait connu la pire vague de froid de toute la série commencée en 1943.

En hiver, l’entrée d’une forte masse d’air polaire, accompagnée de forte nébulosité fait parfois que les températures restent très faibles, même dans l’après-midi, où des températures maximales comprises entre 14°C et 16°C sont fréquentes, même pendant l’automne et au début du printemps. Pendant l’hiver, il y a eu parfois des après-midis où la température ne dépasse pas 10°C, comme le 24 juillet 2013, où le maximum avait été de 8,5°C.

Figure 2 Um passant se protège du froid devant le théâtre municipal de São Paulo

27set2012---homem-se-protege-de-frio-que-atinge-o-centro-de-sao-paulo-nas-primeiras-horas-do-dia-a-capital-paulista-teve-a-menor-temperatura-do-anoter

http://noticias.uol.com.br/album/2012/09/26/frio-pelo-brasil-2012.htm?mobile

Ces températures peuvent ne pas paraître très basses à des Européens, qui ont l’habitude de températures négative en hiver, mais il faut rappeler que les logements brésiliens n’ont pas de chauffage et sont très mal isolés, si bien que ces températures extérieures se répètent à l’intérieur.

Figure 3 Petit matin à 8°C sur l’Avenida Paulista

são-paulo-frio

Source: http://www.pensamentoverde.com.br/colunistas/reflexoes-sobre-o-frio-para-alem-do-cobertor/

Figure 4 10°C le matin devant la Cathédrale de São Paulo

Segunda-feira (22) gelada em São Paulo, a minima fica em 9ºC mas o vento deixa a sensação termica proxima aos 5ºC.

http://noticias.r7.com/sao-paulo/fotos/sp-tera-chuva-leve-e-dia-frio-com-maxima-de-16-c-20110822.html

São Paulo n’est pourtant pas la région la plus froide du Brésil, les températures sont fréquemment beaucoup plus basses dans les trois États du Sud. C’est dans les régions montagneuses du Santa Catarina que l’on trouve les points les plus froids de tout le pays, il n’est pas rare qu’il y neige l’hiver, ce qui donne tous les ans aux médias l’occasion de diffuser des images de chalets sous la neige, dont on reconnaîtra que bien peu de ceux qui les voient pensent qu’elles ont été prises au Brésil.

Figure 5 Bom-Jardim-da-Serra (Santa Catarina)

Bom-Jardim-da-Serra

Source: http://amigodeviagem.com.br/que-tal-ver-neve-sem-sair-do-brasil-veja-algumas-cidades-catarinenses-onde-indo-e-possivel/

Figure 6 Gelée blanche le matin dans le Santa Catarina

timthumb

Source: http://www.capitalfm.com.br/abril-pode-terminar-com-neve-no-sul/