Archives par mot-clé : Rio de Janeiro

La genèse du Christ du Corcovado

La statue du Christ qui domine la baie de Rio de Janeiro est une icône connue dans le monde entier et elle est étroitement associée à l’image de la ville et du Brésil. Elle est pourtant relativement récente (elle a n’a été érigée au sommet du morne du Corcovado qu’en 1931). Revenir sur sa genèse et sa construction permet de la situer dans l’histoire du Brésil avant, pendant et après sa construction.

Figure 1 Le Christ du Corcovado domine Rio de Janeiro

https://inspirationseek.com/cristo-redentor-rio-de-janeiro-best-places-to-visit-in-brazil/

Une icône

Le Christ du Corcovado est un des dix monuments les plus visités au monde[1]: en 2016 le site a été visité par 3 305 010 personnes contre 2 945 355 en 2015, une augmentation de 12% en un an[2]. Le nombre de visites journalières a battu un record historique lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, le 26 juillet 2013, avec 20 000 personnes, alors que la moyenne quotidienne est de 5 500 visites.

La statue apparaît dans d’innombrables films et séries télévisées, la montrer même fugitivement suffit pour signifier que l’action se déroule au Brésil, tout comme une brève apparition de la Tour Eiffel suffit à  indiquer qu’elle se situe à Paris. Elle a fait l’objet non seulement de myriades de reproductions de toutes tailles vendues aux touristes mais aussi de films et de chansons dont « Corcovado », l’un des plus grands succès de Tom Jobim, le père de la bossa nova et plusieurs villes, au Brésil et ailleurs dans le monde, ont construit des répliques de ce Christ aux bras ouverts, probablement pour bénéficier de l’aura de Rio de Janeiro en lui empruntant son icône.

L’identification avec le pays est telle que l’image du Christ a été utilisée par l’hebdomadaire britannique The Economist à trois reprises (en 2009, 2013 et 2016) pour symboliser le décollage économique du pays, son décrochage et la trahison dont il aurait été victime.

Figure 2 Le Christ sur trois couvertures de The Economist

Le Corcovado avant le Christ

Depuis la découverte de la baie de Guanabara, le 1er janvier 1502, par les navigateurs Gonçalo Coelho et Américo Vespucci, deux mornes tropicaux attirent l’attention de tous les voyageur, le Pain de Sucre[3], qui domine l’entrée de la baie et le Corcovado, situé un peu plus à  l’écart mais beaucoup plus haut puisqu’il culmine à 710 m contre 396 pour le Pain de Sucre.

Son sommet a été atteint pour la première fois – officiellement du moins – le 22 Février 1824, quand l’Empereur du Brésil, Dom Pedro Ier, y a mené une expédition.

Figure 4 Le Corcovado avant le Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Le décret impérial 3372 du 7 Janvier 1872 a accordé une concession pour construire un chemin de fer menant au sommet du Corcovado. Les travaux de la première partie de la ligne ont commencé le 2 Janvier 1883, pour relier le quartier de Cosme Velho à Paineiras. Elle a été inaugurée le 9 octobre 1884, en présence de Pedro II et de la famille impériale. Puis les travaux se sont poursuivis et le sommet a été atteint le 1er juillet 1885. La ligne, à crémaillère, a au total 3 824m de long, c’est l’une des plus raides au monde et la première à avoir été électrifiée en Amérique du Sud. Un belvédère avait alors été construit au sommet, un pavillon de fer, verre et ardoise de 13,50 m de diamètre et de 46 tonnes, dont tous les matériaux ont été acheminés par le chemin de fer.

La route qui relie la ville au Christ Rédempteur n’a quant à elle été construite que dans les années 1930. Les techniques modernes n’étaient toutefois pas absentes du sommet du Corcovado puisque la société américaine Westinghouse y avait installé une station émettrice pour réaliser la première démonstration expérimentale de téléphonie radio au Brésil, au cours de l’exposition commémorant le centenaire de l’indépendance, en 1922. Cela crée une parenté avec la Tour Eiffel, elle aussi dotée d’une station de radio (militaire), qui l’a sauvée de la destruction à laquelle elle était promise à la fin de la concession accordée pour l’Exposition Universelle de 1889.

Figure 5 Le chemin de fer du Corcovado en 1884

La genèse du Christ

L’idée de construire un monument au sommet du Corcovado vient du prêtre français Pierre Marie Boss, arrivé au Brésil en 1865. De la fenêtre de l’école où il enseignait il regardait le morne du Corcovado, en pensant – raconta-t-il plus tard – « Quel beau piédestal pour une statue de notre Seigneur ». L’initiative avait reçu le soutien de la princesse Isabel, la fille de l’Empereur, mais elle tourna court avec l’avènement de la République (le 15 novembre 1889) et l’exil de la famille impériale. La séparation de l’Église et de l’État par la première Constitution républicaine du Brésil, en 1891, fut un autre facteur de complication.

En 1921, l’approche du premier centenaire de l’indépendance du Brésil (1822) a été l’occasion de proposer à nouveau la construction d’un monument au Christ Rédempteur, et l’autorisation de construire le monument sur le Corcovado a été accordée le 1er juin 1922. L’année suivante, une campagne de financement a été lancée pour la construction du monument et plusieurs projets ont été présentés.

En 1924, la compagnie de téléphone, avait installé, à  demeure cette fois et en dépit des protestations, une antenne d’émission au sommet du morne. De sa résidence du quartier Botafogo l’ingénieur Heitor da Silva Costa avait noté la forme de l’antenne, en forme de croix dotée de bras horizontaux de 16 mètres, et repris dans cet esprit son projet, qui fut retenu. Il en avait ensuite parlé  avec le sculpteur Paul Landowski à Paris, en 1924: le sculpteur français serait responsable de la construction de la tête et des mains du Christ, et l’artiste plastique brésilien Carlos Oswald de la préparation et de la conception finale du monument. Cette même année avait commencé la préparation du modèle en plâtre de la future sculpture.

La première pierre du monument avait été posée le 4 avril 1922, mais les travaux au sommet du Corcovado n’ont commencé qu’en 1926, entravés par les difficultés du site et du transport du matériel vers le sommet par chemin de fer.

La population de la ville a collaboré volontairement aux travaux en enveloppant de fines doublures de toile des centaines de milliers de pierres triangulaires de stéatite[4] destinées à revêtir la statue. Au passage elles (ce travail ayant été fait principalement par des femmes) ajoutaient souvent des demandes, des bénédictions et des prières derrière chacune de ces pierres, que plus tard les travailleurs ont appliquées en mosaïque sur la statue.

Étape par étape, la construction du Christ Rédempteur

  1. La statue a d’abord été ébauchée en France par le sculpteur français Paul Landowski. Avant que le travail ne soit réalisé en vraie grandeur plusieurs modèles en plâtre avaient été préparés.
  2. Ces éléments ont été transportés de France au Brésil en morceaux: la tête était composée de 50 pièces et chaque main avait 3,2 mètres de long. Une exposition des moulages en plâtre des mains du Christ, sur le modèle préparé par Landowski, a eu lieu sur le Corcovado en 1929.

Figure 6 Main et tête du Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html et http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

  1. Des échafaudages en bois et en fer ont permis aux travailleurs d’avoir accès aux points les plus élevés du chantier. Les différentes parties de Christ ont été progressivement intégrées au châssis métallique monté pour supporter le poids de la statue.

Figure 7 Le Christ dans les échafaudages

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

  1. La première partie mise en place a été la tête, le Christ étant donc construit de haut en bas. Toutes les parties extérieures ont alors été revêtues de la mosaïque de stéatite, une matière qui, bien qu’elle soit facilement rayée, résiste bien aux variations de température.

Figure 8 Le revêtement de pierre-savon

http://thesevensistersseries.com/cristo-redentor/4590607581 et http://acessoverdade.blogspot.com.br/2014/03/

L’inauguration

En 1931, le jour de la fête de la sainte patronne du Brésil, Nossa Senhora Aparecida, le 12 octobre, le monument a été solennellement inauguré, avec la participation du président Getúlio Vargas (1882-1954), alors chef du gouvernement provisoire, et de Pedro Ernesto (1884-1942), Gouverneur nommé  du District fédéral, comme était alors nommée région de Rio de Janeiro.

Figure 9 Inauguration du Christ

http://ngcanela-news.blogspot.com.br/2012/08/monumento-do-cristo-redentor.html et http://origemdascoisas.com/a-origem-do-cristo-redentor/

Au moment de la consécration toutes les cloches des églises de Rio de Janeiro ont retenti pendant trois minutes. Tout au long de la cérémonie une escadrille de l’aviation militaire a fait des évolutions acrobatiques autour du monument du Christ Rédempteur.

L’inventeur Guglielmo Marconi (1864-1937), le créateur de la télégraphie sans fil, devait allumer, par signal radio émis de son yacht Electra ancré dans la baie de Gênes, les projecteurs prévus pour illuminer le monument la nuit. Les lumières ont finalement été allumées depuis Rio de Janeiro et la population n’a pas pu voir cet éclairage, car un nuage épais enveloppait le Christ Rédempteur.

Caractéristiques du Christ Rédempteur

Hauteur totale du monument – 38 mètres

Hauteur de la statue – 30  mètres

Hauteur de la tête – 3,75 mètres

Longueur de la main – 3,20 mètres

Distance entre les extrémités des doigts – 28 mètres

Poids de la statue – 1 145 tonnes

Poids de la tête – 30 tonnes

Poids de chaque main – 8 tonnes

Poids de chaque bras – 57 tonnes.

 

Les travaux d’amélioration

– En 1943, a commencé une campagne d’expansion des belvédères, et la construction d’escaliers et de murets de protection (existants jusqu’à ce jour). Ce travail a été inauguré le 3 juillet 1945.

– En 1965, lors des célébrations du 4e centenaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été installé et inauguré par le pape Paul VI, depuis le Vatican.

– En 1973, tout le parc national de Tijuca (l’un des plus grands parcs urbains au Brésil, qui inclut le Corcovado) a été classé par l’Institut national du patrimoine (IPHAN).

– En 1979, le chemin de fer a été rouvert après une modernisation complète.

– En 1980, la statue a été rénovée pour recevoir la visite du pape Jean Paul II, qui a dit une messe au pied de celui-ci.

– Depuis l’an 2000, quand il a reçu un nouvel éclairage, le monument et ses accès ont fait l’objet d’un processus de revitalisation. Le point culminant a été l’ouverture de l’accès mécanisé, avec trois ascenseurs panoramiques et quatre escalators en 2003, au profit des personnes âgées et handicapées.

Figure 10 Travaux de réparation

http://randomenthusiasm.com/7903354-the-brave-men-who-repair-christ-the-redeemer-statue-have-the-sca

– En 2010, la mosaïque en stéatite couvrant la statue a été restaurée, on a supprimé la patine biologique (champignons et autres micro-organismes) qui s’y était peu à peu formée. Ont été également réparés les paratonnerres situés sur la tête et les bras de la statue, fréquemment frappés par la foudre en raison de la position de la statue.

Figure 11 Un éclair frappe le Christ

http://epicpew.com/breathtaking-images-jesus-christ-the-redeemer/

– Le 1er mars 2011, date anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été inauguré, formé de 300 projecteurs à LED de dernière génération, donnant  la possibilité de créer différents effets de couleurs. Le Christ a ainsi été illuminé en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris de novembre 2016.

Figure 12 Le Christ en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris

Antonio Scorza, O Globo, http://blogs.oglobo.globo.com/agora-no-mundo/post/cristo-redentor-ganha-iluminacao-especial-com-cores-da-bandeira-da-franca.html

La statue a finalement connu une double consécration, nationale et internationale qui a définitivement assis son statut d’icône : en 2005 la statue a été classée par l’Institut du patrimoine historique et artistique (IPHAN), entrant ainsi dans le patrimoine historique et culturel du Brésil. Et en juillet 2007, le Christ Rédempteur a été élu l’une des sept merveilles du monde lors d’une élection populaire[5] qui a rassemblé plus de 100 millions de voix. Dans le résultat final, le Christ était à la troisième place, derrière la Grande Muraille de Chine et Petra, en Jordanie, devant des monuments connus dans le monde entier comme Machu Picchu, le Colisée de Rome et le Taj Mahal d’Agra.

Bibliographie

Antônio Sérgio Ribeiro, Cristo Redentor: 80 anos de um símbolo, 11/10/2011, http://www.al.sp.gov.br/noticia/?id=310849

Cristo Redentor, http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

História do Cristo Redentor, Tudo sobre engenharia e construção civil, http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Inauguração do Cristo Redentor, http://brasilianafotografica.bn.br/?p=2602

[1] Le premier est Notre-Dame de Paris, (12 millions de visiteurs). Puis viennent 2) la Grande Muraille de Chine (9 millions), 3) l’Opéra de Sydney (7,4 millions), 4) la Tour Eiffel (6,7millions), 5) le Lincoln Memorial de Washington(6 millions), 6) le Colisée de Rome (5,11 millions), 7) la Statue de la Liberté de New York (4,24 millions), 8) l’Alhambra de Grenade (3 millions), 9) les pyramides de Gizeh, en Egypte (3 millions), et derrière lui 11) le Taj Mahal d’Agra, en Inde (2,5 millions) http://www.tourism-review.fr/les-dix-monuments-les-plus-visites-dans-le-monde-news3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.99

[2] http://g1.globo.com/turismo-e-viagem/noticia/parques-nacionais-registram-recorde-de-visitantes-pelo-10-ano-consecutivo.ghtml

[3] Que les premiers occupants de la baie, des Français menés par Nicolas Durand de Villegaignon avaient baptisé « Le Pot de Beurre », sans doute par nostalgie de la Normandie dont beaucoup étaient issus.

[4] Roche tendre principalement composée de talc, plus connue au Brésil comme « pierre-savon » et très utilisée par l’artisanat car elle est facile à graver et sculpter

[5] Organisée par la Fondation New 7 Wonders

Une application pour cartographier les fusillades à Rio de Janeiro

Peu de temps avant l’ouverture des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, prévue pour le 5 août, 2016, une préoccupation majeure des organisateurs et des autorités brésiliennes était évidemment la sécurité. Une innovation cartographique, qui a été lancée un peu plus d’un mois avant l’ouverture, devrait permettre, à défaut d’y mettre fin, au moins de connaître, grâce à la participation de la population, l’étendue du risque lié aux constants échanges de tirs qui se produisent dans la ville, entre trafiquants de drogue et avec la police. Une nouvelle application mobile peut être utilisé pour les cartographier, Fogo Cruzado (tirs croisés), publié le 5 Juillet 2016 par Amnesty International, elle signale les cas de tirs avec blessures, les fusillades sans victimes et les fusillades multiples. Cette information sera utilisée pour créer des rapports qui seront mis à disposition sur le site www.fogocruzado.org.br.

Figure 1 L’image d’ouverture de l’application

Capa aplicativo petit

La genèse du projet

L’idée de créer l’application est de la journaliste et experte en sécurité publique Cecilia Oliveira. Dans une interview, Claudio Lima (références ci-dessous) lui pose des questions qui aident à comprendre le projet

« – Comment est née l’idée de créer une application qui cartographie la violence en ville?

– L’année dernière je cherchais des renseignements sur les blessés par balles perdues et les échanges des tirs dans la ville et je n’ai rien trouvé […] Cela m’a donné l’idée de commencer à recenser ces fusillades, en les suivant par la presse, les bulletins d’information de la police qui sont disponibles sur le internet et les associations locales d’habitants. Je me suis aperçu que le problème était beaucoup plus grave qu’on ne l’imaginait et j’ai proposé le projet.à Amnesty International.

– L’application a déjà enregistré de nombreux cas, peut-elle être utile aux touristes pendant les Jeux Olympiques?

-. Il est important que les gens – touristes ou non – sachent que la violence se produit sélectivement à Rio. Ceux qui souffrent sont les habitants des favelas et des banlieues, généralement de jeunes hommes noirs qui deviennent victimes de la guerre de la drogue. […] La région métropolitaine de Rio de Janeiro a des niveaux élevés de violence armée. Selon Mapa da Violência (la carte de la violence), il y aurait eu environ 3 500 meurtres par armes à feu en 2012. Parmi ceux-ci, 2 000 ont concerné des jeunes âgés de 15 à 29 ans

– Pourquoi selon vous est-il important d’avoir accès à l’information?

– Un outil comme l’application Fogo Cruzado est surtout un moyen de faire pression sur les autorités pour qu’elles adoptent des politiques de sécurité publique qui respectent les droits de l’homme. Sur la base des données produites par l’application, nous allons demander des informations complémentaires aux autorités de mieux comprendre les impacts des tirs ».

Pour l’instant, la priorité est donnée, pour la préparation du rapport, à certaines régions, y compris Jacarezinho, Manguinhos, Complexo da Maré, Complexo do Alemão, Acari, Cité de Dieu. Dans ces quartiers, Amnesty International a conclu des partenariats avec d’autres organisations, ce qui permettra de confirmer si les notifications envoyées par les utilisateurs de l’application sont correctes. Dans la première semaine qui a suivi le lancement de l’application ont été reçues plus de 400 notifications envoyées par les utilisateurs. Parmi ceux-ci, 265 ont été validés par Amnesty International, elles ont signalé 24 morts, 20 blessés et 51 des opérations de police.

Comment fonctionne Fogo Cruzado?

Selon son site Web, l’application permettra d’approfondir le débat sur la sécurité publique à Rio de Janeiro, permettant que la population des quartiers les plus touchés par la logique de la guerre se manifeste concrètement et en toute sécurité. C’est un moyen pour la population de montrer, par le biais de l’application, qu’elle est souvent placée au milieu de « feux croisés ». L’application permet à tout citoyen de partager des données chaque fois qu’il est a vu ou entendu une fusillade. En remplissant un formulaire simple et sécurisé, l’information est transformée par l’application en une notification sur une carte de la région métropolitaine de Rio de Janeiro

Colabore aplicativo 2

Figure 2 Le formulaire de notification

Ainsi, en interaction avec la population, les cartes produites par l’application peuvent être regroupées et combinées avec des informations provenant d’autres domaines comme la santé et l’éducation. De ce processus émerge progressivement une image plus réelle de la violence armée dans la ville, qui sera utile pour  définir des politiques publiques plus efficaces pour faire face au problème.

Il est prévu de publier les documents suivants:

  • – Carte hebdomadaire: nombre de tirs dans la semaine (disponible à partir du 13/7).
  • – Carte mensuelle: nombre de tirs au cours du mois (disponible à partir du 02/08).
  • – Carte trimestrielle: nombre de tirs au cours du trimestre (disponible à partir du 30/09).

Les cartes fournissent des informations sur le nombre de coups de feu, s’il y a eu des décès et des blessures, et les localisations des faits. Sur les cartes hebdomadaires et trimestrielles figureront également des informations comparatives disponibles pour les périodes antérieures et une analyse plus approfondie. L’application est disponible en téléchargement gratuit pour Android et iOS.

Fogo cruzado site1

Figure 3 Carte générale des fusillades dans la région métropolitaine, par quartier.

Fogo cruzado site 3

Figure 4 Zoom sur une zone de favelas

Fogo cruzado site 4

Figure 5 Details de l’une des notifications

Relatorio 1

Figure 7 Rapport sur les fusillades dans la deuxième semaine de fonctionnement

Relatorio 2

Figure 8 Détail du rapport par quartier

Webographie

Filipe Oliveira, « App Fogo Cruzado mapeia tiroteios no Rio e ajuda a contabilizar perdas », 14-7-2016, http://www1.folha.uol.com.br/tec/2016/07/1791334-app-fogo-cruzado-mapeia-tiroteios-no-rio-e-ajuda-a-contabilizar-perdas.shtml

Fernanda Rouvenat, « App registra mais de 250 tiroteios no RJ em 7 dias; média é de 1,5 por hora », 14/7/2016, http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/noticia/2016/07/app-registra-mais-de-250-tiroteios-no-rj-em-7-dias-media-e-de-15-por-hora.html

Felipe Payão, « App ‘Fogo Cruzado’ ajuda morador e turista a fugir de tiroteios no RJ », 5/7/2016,  Em Segurança, http://www.tecmundo.com.br/seguranca/106907-app-fogo-cruzado-ajuda-morador-turista-fugir-tiroteios-rj.htm

Claudio Lima, « Entrevistamos uma das criadoras do app Fogo Cruzado », 12/7/2016,

http://www.psafe.com/blog/entrevistamos-uma-das-criadoras-do-app-fogo-cruzado/