Archives par mot-clé : Rio de Janeiro

Le Brésil dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

L’Édition Numérique, Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) met pour la première fois à disposition de tous, librement et gratuitement, l’accès à l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert (1751-1772). L’ENCCRE a utilisé pour cela le premier des deux exemplaires conservés à la Bibliothèque Mazarine, dont les 17 volumes de texte et 11 volumes de planches font partie du premier tirage de la première édition. Acquis au moment de la parution, livraison après livraison, et mis à la disposition des usagers de la bibliothèque, il n’a jamais quitté son lieu de conservation initial.

L’ENCCRE est le premier exemplaire numérisé original, homogène et complet de l’Encyclopédie. Comme l’indique le site[1] « L’interface numérique permet à la fois d’admirer la beauté de cet exemplaire, de redécouvrir le spectacle de ses 2 579 planches, d’y naviguer de façon intuitive et innovante, et d’y effectuer les recherches les plus variées, comme les plus pointues ». Cette mise à disposition est d’autant plus utile qu’il s’agit d’un ouvrage fondamental dans l’histoire des idées puisque c’est la première encyclopédie française, une véritable synthèse des connaissances de son temps.

Il était tentant, pour Braises, de voir ce qu’elle dit du Brésil. En utilisant le modes d’accès par la nomenclature et par domaine de l’ENCCRE, on y a trouvé une des entrées principales à « Brésil », une au verbe « Brésiller », une entrée secondaire « Bois de Brésil » (dans l’entrée « Bois ») et trois noms de lieux, « Olinde », «  Sébastien, saint » (Rio de Janeiro) et «  Salvador, San », que Salvador de Bahia partage avec deux autres villes, en Afrique et en Amérique centrale. On trouvera ci-dessous le fac-simile de ces articles, leur transcription, des illustrations (l’Encyclopédie n’en contient pas pour ces articles), autant que possible françaises et de la même époque.

Brésil, Brésiller, Bois de Brésil

La plus longue entrée principale associe donc au nom du pays une entrée secondaire (bois de Brésil) et est immédiatement suivie par une autre (brésiller), l’une et l’autre renvoyant à la première richesse qui a pu être exportée du territoire « découvert »[2] par Pedro Cabral en 1500 et dont il avait alors pris possession au nom de la Couronne portugaise.

L’association vient de ce que le pays, après avoir d’abord été appelé Terra da Vera Cruz (Terre de la Vraie Croix) ou Terra dos Papagaios (Terre des Perroquets), a pris le nom de son premier produit d’exportation et bien des observateurs ont déjà fait remarquer sarcastiquement que la prédominance du commerce sur la religion ou la faune annonçait déjà que le pays était voué à devenir une colonie agro-exportatrice.

Figure 1 Entrées Brésil et brésiller

BRESIL, (Géog.) Grande contrée de l’Amérique méridionale, bornée au nord, à l’orient & au midi par la mer, & à l’occident par le pays des Amazones & le Paraguai : les côtes qui ont environ 1200 lieues de long sur 60 de large, appartiennent aux Portugais. L’intérieur du pays est habité par des peuples sauvages & idolatres, qui se défigurent le visage pour paroître plus redoutables à leurs ennemis : on prétend qu’ils sont anthropophages. Les plus connus sont les Topinambous, les Marjagas & les Onétacas. Cette partie du Nouveau-monde est fort riche. Les Espagnols la reconnurent en 1500. Alvarès Cabral, Portugais, en prit possession en 1501 pour son roi. Voyez quant à son commerce Saint-Salvador, Olinde, & Saint-Sebastien  (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

La présentation du pays est – pour un lecteur d’aujourd’hui – banalement descriptive, commençant par la liste des mers et terres adjacentes, la seule originalité étant que le texte situe l’Amazonie à l’ouest du Brésil, et non au nord. C’est toutefois compréhensible à lire la suite, qui oppose le littoral peuplé par les Portugais à l’intérieur encore occupé par les « Indiens »[3].

Le premier ensemble, de 1 200 kilomètres sur 240 (si l’on adopte une équivalence de quatre kilomètres par lieue) est de fait à peu près l’espace que les Portugais avaient colonisé à la date de rédaction du texte. Le second, dont les dimensions ne sont pas mentionnées car elles étaient de fait ignorées, montre que les Amérindiens étaient alors, même sous la plume des auteurs de l’un des ouvrages majeurs du mouvement des Lumières, vus comme des « sauvages », et pas même comme des « bons sauvages » puisque l’accent est mis sur leur aspect (volontairement) effrayant, leur « idolâtrie » et la pratique de l’anthropophagie, tout juste atténuée par un « on prétend que ». Atténuation bien inutile puisque cette pratique était attestée depuis le XVIe siècle, notamment par des auteurs français comme (André Thévet ou Jean de Léry) et qu’il aurait fallu remettre dans un contexte cérémoniel et social qui l’explique, sans le justifier. Ce n’était manifestement pas le souci des auteurs de la notice, comme le montre la suite, qui qualifie le pays comme « fort riche » et – après avoir attribué sa reconnaissance aux Espagnols en 1500 et la prise de possession par Cabral en 1501[4] – passe au commerce, en renvoyant aux trois entrées sur les villes principales.

L’entrée suivante, « brésiller », un verbe aujourd’hui inusité, est très courte, et se résume pratiquement à un renvoi vers une autre entrée principale, sur le bois de Brésil, complétée seulement par une précision technique sur les méthodes de teinture qui l’utilisent, elle-même suivie de la mention « voyez teinture » : dans ce Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers les techniques ont manifestement le pas sur la géographie.

BRESILLER, v. act. (Teinture) C’est teindre avec le bois de Bresil ; il faut que les toiles & les fils à marquer ayent été teints en bonne cuve, pour être bresillés. Voyez Teinture (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

Figure 2 Entrée Bois de Brésil

Bois de Bresil ; ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil, province de l’Amérique. M. Huet soûtient cependant qu’on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays. Voyez Huetiana, pag. 268.

On le surnomme différemment suivant les divers lieux d’où il vient ; ainsi il y a le bresil de Fernambouc, le bresil du Japon, le bresil de Lamon, le bresil de sainte Marthe, & enfin le bresillet ou bois de la Jamaique qu’on apporte des îles Antilles.

L’arbre de bresil croît ordinairement dans des lieux secs & arides, & au milieu des rochers. Il devient fort gros & fort grand, & pousse de longues branches, dont les rameaux sont chargés de quantité de petites feuilles à demi-rondes. Son tronc est rarement droit, mais tortu & raboteux, & plein de nœuds à peu près comme l’épine blanche. Ses fleurs, qui sont semblables au muguet & d’un très-beau rouge, exhalent une odeur agréable & très-amie du cerveau qu’elle fortifie. Quoique cet arbre soit très-gros, il est couvert d’un aubier si épais, que lorsque les Sauvages l’ont enlevé de dessus le vif du bois, si le tronc étoit de la grosseur d’un homme, à peine reste-t-il une bûche de bresil de la grosseur de la jambe.

Le bois de Brésil mérite dans l’Encyclopédie une notice plus longue que le pays éponyme. Elle reconnaît sa qualité (« Le plus estimé est le bresil de Fernambouc ») et son antériorité (« ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil »), tout en notant qu’il peut provenir d’ailleurs (Japon, Lamon, S Marthe, Jamaïque) et que «  cependant […] on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays » selon M. Huet.

Il est en effet possible que ce nom de « bois de braise » lui ait été donné par les Portugais s’ils l’ont connu avant le Brésil, en provenance de Lamon (s’il s’agit bien du Lamon de Vénétie): dès le Moyen Âge, le « bois de braise » provenait des Indes via la Perse, importé en Europe par les Vénitiens. C’est à la « couleur de braise » (brasa en portugais) du bois qu’il doit son nom dans cette langue (pau brasil) et de fait la dénomination vient facilement à l’esprit quand on voit la couleur du bois, une fois le tronc dégagé de son aubier.

Figure 3 Bois de Brésil

https://braises.hypotheses.org/482

Le bois de bresil est très-pesant, fort sec, & pétille beaucoup dans le feu, où il ne fait presque point de fumée à cause de sa grande sécheresse.

Toutes ces différentes sortes de bresil n’ont point de moelle, à la réserve de celui du Japon. Le plus estimé est le bresil de Fernambouc.

Pour bien choisir ce dernier, il faut qu’il soit en bûches lourdes, compact, bien sain, c’est-à-dire sans aubier & sans pourriture ; qu’après avoir été éclaté, de pâle qu’il est il devienne rougeâtre, & qu’étant mâché il ait un goût sucré.

Le bois de bresil est propre pour les ouvrages de tour, & prend bien le poli : cependant son principal usage est pour la teinture, où il sert à teindre en rouge, mais c’est une fausse couleur qui s’évapore aisément, & qu’on ne peut employer sans l’alun & le tartre. Voyez Teinture.

Du bois de bresil de Fernambouc on tire une espece de carmin par le moyen des acides : on en fait aussi de la lacque liquide pour la mignature[5]. V. Rouge, Lacque, &c. (Vol II [B-Cez] p.308a).

Ce n’est pas sans raison que l’Encyclopédie associe aussi fortement le bois de braise et le Brésil, car ce fut longtemps sa principale richesse, ou du moins celle qui intéressait le plus les Portugais, la principale exportation de leur colonie d’Amérique. En cela ils avaient eu moins de chance que les Espagnols, qui avaient mis la main sur les métaux précieux du Pérou et du Mexique, et il leur a fallu attendre la mise en place des plantations de canne à sucre et surtout la découverte de l’or du Minas Gerais (la bien nommée province des « mines générales »), au XVIIIe siècle, pour que le Brésil les enrichisse vraiment.

Du moins le pau brasil ne leur coutait pas beaucoup d’efforts puisque c’étaient les Indiens qui faisaient l’essentiel du travail, coupant les arbres en forêt et apportant les troncs dépouillés de leur aubier jusqu’à la côte. Là ils les échangeaient contre des outils de métal auprès de commerçants venus d’Outre-Atlantique, un cycle de collecte et d’échanges qui apparaît bien sur la carte de Giacomo Gastaldi (figure 4). Ces commerçants étaient en général portugais mais aussi parfois français, car les navigateurs normands avaient bien compris le profit à tirer de cet échange inégal, avec l’encouragement de la Couronne, qui voyait là une bonne occasion de battre en brèche l’attribution de ces terres au Portugal par le traité de Tordesillas (1494).

Figure 4 Le Brésil vu par Giacomo Gastaldi (1556)

Olga Okuneva, « Ensaio sobre o mapa «Brasil» de G. Gastaldi pertencente ao Delle navigationi e viaggi de G. B. Ramusio (1556; 1565; 1606) », Terra Brasilis (Nova Série) [En ligne], 2 | 2013. URL : http://journals.openedition.org/terrabrasilis/715  ; DOI : 10.4000/terrabrasilis.715

Entre le XVIe siècle, où le bois de braise a donné son nom au pays, et la rédaction de l’Encyclopédie, le Brésil a bien sur beaucoup changé, comme le montrent les entrées consacrées à des trois principales villes, Olinda/Recife, Rio de Janeiro et Salvador.

Trois villes : Olinda, Rio de Janeiro, Salvador

Figure 5 Entrée Olinde

Olinde, (Géog.) ville de l’Amérique méridionale au Bresil, dans la capitanie de Fernambouc. Elle étoit située sur un côteau d’un agréable aspect ; & la riviere qui tombe dans le port, s’appelle Bibiribe. Les Hollandois s’en emparerent en 1630, & les Portugais n’ont pas réparé ses ruines. Longit. selon Cassini, 342. 21. 30. lat. 8. 18. Long. suivant Harris, 342. 31. 15. lat. 7. 48. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 449a).

D’Olinda – francisée en Olinde – le texte ne dit pas grand-chose, si ce n’est qu’après sa prise par les Hollandais elle n’a pas retrouvé son ancienne splendeur et de fait c’est Recife, située quelques à quelques kilomètres d’elle, développée par eux sous le nom de Mauritsstad qui est devenue la capitale du Pernambuco après sa reprise par les Portugais.

Figure 6 La prise de Recife par les Hollandais en 1630

http://wordpress1.brazil-travel.net/recife-dos-holandeses/

Figure 7 Entrée Saint Sébastien

Sébastien, saint, (Géog. mod.) Ville de l’Amérique méridionale, au Brésil, dans la capitainerie de Rio-Janéiro, sur la côte occidentale du golfe formé par cette riviere, dans une plaine entourée de montagnes. Corréa, célebre capitaine du xv. siecle, fonda cette ville, que son petit-fils augmenta & embellit dans le siecle suivant. Les Jésuites & les Bénédictins y ont des palais : c’est le siege d’un évêque suffragant de Saint-Salvador, & la résidence du gouverneur de la province. Le commerce consiste principalement en coton, & bois du Brésil. Latit. méridion. 23. 46. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 852b).

L’entrée « Saint Sébastien », est consacrée à Rio de Janeiro, dont le nom officiel est de fait São Sebastião do Rio de Janeiro. La ville est présentée comme fondée par « Corréa, célèbre capitaine », alors qu’on considère généralement qu’elle l’a été par Estácio de Sá, le 1er mars 1565, et surtout sans mentionner qu’en novembre 1555, Nicolas Durant de Villegaignon, accompagné de 600 colons avait débarqué dans la baie de Guanabara, fondé sur l’île qui porte encore son nom (figure 8) un établissement baptisé Fort-Coligny et projeté de créer sur la terre ferme Henryville, future capitale de la « France Antarctique ». Trop occupés à leurs querelles internes entre catholiques et protestants les colons négligèrent de renforcer leurs défenses et les Portugais n’eurent guère de mal à les déloger et à fonder leur propre colonie au même endroit.

Au moment de la rédaction de l’Encyclopédie Rio de Janeiro n’était encore que « résidence du gouverneur de la province » et son commerce consistait « principalement en coton et bois du Brésil ». Mais en 1763 elle devint la capitale de la colonie portugaise lorsque que le « caminho novo », le « nouveau chemin » en fit le débouché principal des convois de mules transportant jusqu’à son port, pour l’embarquer vers Lisbonne, l’or récemment découvert dans le Minas Gerais. Ce fit le point de départ de la croissance de la ville, alors encore très petite.

Figure 8 Extrait de la carte « Plan de la Baye de Rio de Janeiro »

Jacques Bellin (1703-1772) était cartographe au ministère de la Marine française. En 1764, il publia Le Petit Atlas Maritime, un ouvrage en cinq volumes contenant 581 cartes. Cette carte de 21 x 32 cm, extraite du deuxième volume de l’atlas, montre la baie de Rio de Janeiro, elle est conservée à la Bibliothèque nationale du Brésil, http://hdl.loc.gov/loc.wdl/brrjbn.187 )

Figure 9 Entrée San-Salvador

3°. San-Salvador, ville de l’Amérique méridionale, au Bresil, dont elle est la capitale. Elle est grande, bien bâtie, fort peuplée, très-commerçante, & située sur la baie de tous les Saints, Bahya de Todos los Santos ; son assiette n’est pas avantageuse, parce qu’elle est haute & basse, & qu’elle n’a presque point de rues qui soient droites.

Comme on ne peut s’y servir d’aucunes voitures, les esclaves y font la fonction de chevaux, & transportent d’un lieu à un autre, toutes les marchandises ; ils portent aussi les habitans sur une espece de lit de coton à réseau, suspendu par les deux bouts ; ce lit ou palanquin est couvert d’une impériale, d’où pendent des rideaux qui empêchent d’être vû, & qui garantissent du soleil. On est fort à son aise dans ce lit ; la tête repose sur un chevet, & le corps sur un petit matelas proprement piqué ; la chaleur violente du climat, & la molesse extrème des habitans, ont rendu ces hamacs très-communs, non-seulement pour faire les visites, mais aussi pour se rendre à l’église.

San-Salvador, est la résidence du viceroi du Bresil, le siege d’un archevêque, d’un conseil souverain, & d’une cour des monnoies.

Les maisons y sont hautes, & presque toutes de pierre de taille & de brique. Les églises sont riches, & les communautés nombreuses ; les jésuites seuls y sont au nombre de près de deux cens, & les plus riches de tous les religieux. Ils y possedent une église & un college magnifique, où ils entretiennent six régens pour enseigner.

L’actuelle ville de Salvador de Bahia n’apparaît dans l‘Encyclopédie qu’au troisième paragraphe d’une entrée « San-Salvador » un « nom commun à plusieurs lieux », après « 1°. San-Salvador, ville d’Afrique, sur la côte orientale de l’Ethiopie, capitale du Congo » et « 2°. San-Salvador, ville de l’Amérique, au gouvernement de Guatimala ».

C’est alors la capitale du Brésil et « la résidence du Vice-Roi du Brésil, le siège d’un archevêque, d’un conseil souverain et d’une cour des monnaies », « fort peuplée, très commerçante », dotée de nombreuses églises et communautés religieuses, dont les Jésuites sont les plus riches. Ce n’est pourtant pas ce qui retient d’abord l’attention du rédacteur, qui préfère décrire les palanquins dans lesquels les habitants (certains du moins) se font transporter par des esclaves.

Figure 10 Un propriétaire foncier rentre à son exploitation

https://voyager1.net/regresso-de-um-proprietario-de-jean-baptiste-debret/

Cette habitude est attribué au fait que la ville est partagée entre ville haute et ville basse, mais surtout à « la chaleur violente du climat » et à la « mollesse extrême » des Bahianais, une réputation – injustifiée ou très exagérée, comme tous les ethnotypes – qui dure jusqu’à nos jours. La même scène retint au siècle suivant l’attention de Jean-Baptiste Debret, un des membres de la mission artistique française qui vint au Brésil en 1816 et nous a laissé de nombreux témoignages de la vie quotidienne au Brésil (figure 10).

Figure 11 Entrée San-Salvador (suite)

San-Salvador, est un lieu de grand abord pour les marchandises qui s’y trafiquent, telles que sont les toiles, les baies, les serges, & les perpétuanes[6] ; les chapeaux, les bas de soie & de fil, les biscuits, les farines, le froment, les vins de port-à-port, &c. les huiles, le beurre, le fromage, les batteries de cuisine, les esclaves de Guinée, &c. Pour toutes ces choses, on y reçoit en retour de l’or, du sucre, du tabac, du bois de teinture de Brésil & autres ; des peaux, des huiles, des suifs, du baume de copahu[7], de l’ypécacuana[8], &c.

Cette ville si avantageuse pour les Portugais, est sur une hauteur de 80 toises, qui dépend de la côte orientale de la baie de tous les Saints. Cette hauteur est très-difficile à grimper, & on s’y sert d’une espece de gruë pour monter & descendre les marchandises du port à la ville.

 Revenant à des notations plus conformes au ton général du « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers », le rédacteur détaille ensuite les marchandises importées qui se vendent à Salvador : tissus, vêtements, denrées alimentaires, ainsi que les « esclaves de Guinée », mis sur le même plan que les autres articles. On les échanges contre des produits agricoles et de cueillette (dont le bois du Brésil), ou contre de l’or, qui ouvre la liste.

Ici encore le site de la ville crée des contraintes et impose l’usage de grues, ou du portage à dos d’homme ou d’animaux. Faible inconvénient en regard des avantages défensifs et de l’abri que le relief offre a la Baie de tous les Saints.

Figure 12 Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil, 1757

PRÉVOST, Antoine François, 1697-1763. Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil. – In: Histoire Générale des Voïages ou nouvelle collection de toutes les relations de Voiages par Mer et par Terre, qui ont été publiées jusqu’a present dans les differentes langues de toutes les Nations connues, Chez Didot, Libraire et Imprimeur, 1757.

San-Salvador est en général bien fortifiée, mais la garnison est aussi débauchée que mal disciplinée. Les autres habitans ne valent guere mieux ; ils sont voluptueux, ignorans, vains, & bigots. Ils marchent ordinairement un rosaire à la main, un chapelet au col, un S. Antoine sur l’estomac, un poignard sur le sein, un pistolet dans la poche, & une longue épée au côté, afin de ne pas perdre l’occasion en disant leurs chapelets, de se venger d’un ennemi. Lat. méridionale, 12. (D. J.) (Vol XIV [Reggi-SEM], 1765 p.582b).

Hélas le paragraphe final, en dehors de la demi-phrase initiale et de la notation finale de la latitude, retombe dans des jugements de valeur très négatifs sur la garnison, étendus ensuite aux « autres habitants » qui « ne valent guère mieux ». Ils sont « voluptueux, ignorants, vains et bigots », caractérisés par un mélange de religiosité et d’animosité, portant sur eux à la fois des objets de piété et des armes.

Le rédacteur qui signe de ses initiales D.J. partage manifestement les préjugés que bien des Européens du Nord avaient alors sur les Latins du Sud, on trouve à l’époque – et même plus tard – des tirades semblables sur les Siciliens, les Corses ou les Espagnols, tous englobés (au XIXe siècle) dans le terme méprisant « rastaquouères », soumis à l’influence de l’Église et portés sur la vendetta. Décidément, même dans une œuvre aussi remarquable que l’Encyclopédie, l’un des principaux symboles de l’époque des Lumières, les stéréotypes ont la vie dure.

[1] Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie

[2] Les Amérindiens (et leurs défenseurs) objectent à cette expression, soulignant que leurs ancêtres habitaient le continent bien avant l’arrivée des conquistadores.

[3] Pour reprendre l’appellation héritée de l’erreur initiale de Christophe Colomb, qui croyait avoir atteint les Indes

[4][4] Il semble en effet que Vicente Yañez Pinzón ait vu le 26 janvier 1500 un cap qu’il avait appelé Cap de Sainte-Marie de la Consolation. Mais la découverte du Brésil est généralement attribuée à Pedro Alvares Cabral qui était arrivé le 22 avril 1500 en vue d’une montagne à laquelle il donna le nom de Monte Pascoal. Il célébra le 26 avril 1500 une première messe célébrée sur l’île de la Coroa Vermelha, prit le 1er mai 1500 possession de la terre au nom du Roi et célébra une deuxième messe en présence des commandants de ses navires et de nombreux « Indiens », scène que représente le tableau « Première messe au Brésil » de Victor Meireles.

[5] Variante désuète de miniature selon le Dictionnaire critique de la langue française, Jean Féraud, 1788

[6] Selon Jacques Savary des Bruslons, Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières, Volume 38, 1762, La sempiterne ou perpétuane est une «espèce d’étoffe de laine croisée, dont la qualité a rapport à celle d’une serge […] dont il se fait quantité en Flandres, & dont le débit le plus ordinaire est pour l’Espagne et l’Italie […] En Espagne on ne les appelle que sempiternes, à cause de leur longue durée»

[7] Réputé pour ses vertus apaisantes et réparatrices, le baume de Copahu, appelée aussi huile de Copaïba, est traditionnellement conseillé pour préparer des huiles de massage pour le confort articulaire

[8] L’Ipeca, Ipéca ou Ipécacuana (du portugais ipecacuanha, du tupi Ygpecaya). Sa racine de contient de l’émétine, un alcaloïde aux propriétés émétisantes (vomitives), il n’est plus guère utilisé comme tel mais l’est en homéopathie.

« Garota de Ipanema », 55 ans plus tard

Plus de 55 ans après sa création « Garota de Ipanema » (la fille d’Ipanema), composée en 1962 par Vinícius de Moraes et Antônio Carlos Jobim, est encore l’une des chansons les plus connues de toute la bossa nova. Elle en est considérée comme l’hymne, plus encore que « Chega de Saudade » (assez de nostalgie) enregistré par João Gilberto en 1958, qui avait provoqué une véritable révolution dans la musique populaire brésilienne.

Elle est devenue l’un des plus grands « standards » du XXe siècle, elle a été et continue d’être enregistré par de nombreuses interprètes. Officiellement, il y aurait près de 300 versions, mais le nombre réel doit être près de deux fois plus élevé, compte tenu des versions non autorisées. Au total, c’est la deuxième chanson la plus enregistrée dans l’histoire de la musique pop, après « Yesterday » par les Beatles (Vinciguerra 2012).

Paroles originales et traduction française

Olha que coisa mais linda / Regarde quelle belle chose

Mais cheia de graça / Si pleine de grâce

É ela menina, que vem e que passa / C’est elle la fille, qui vient et qui passe

Num doce balanço a caminho do mar / Dans un doux balancement sur le chemin de la mer

Moça do corpo dourado / Demoiselle au corps doré

Do sol de Ipanema / Par le soleil d’Ipanema

O seu balançado é mais que um poema / Son balancement est plus qu’un poème

É a coisa mais linda que eu já vi passar / C’est la chose la plus belle que j’ai vu passer

 Ai ! Por que estou tão sozinho ? / Oh, pourquoi suis je si seul…

Ai ! Como tudo é tão triste / Oh, comme tout est si triste…

Ai ! A beleza que existe / Ah, la beauté qui existe

A beleza que não é só minha / La beauté qui n’est pas qu’a moi,

Que também passa sozinha  / Que passe aussi toute seule

 Ai ! Se ela soubesse que quando ela passa / Oh, si elle savait que quand elle passe

O mundo interinho se enche de graça / Le monde entier se remplit de grâce

E fica mais lindo por causa do amor / Et devient plus beau grâce à l’amour

Só por causa do amor… / Juste à cause de l’amour…

Copyright Marcus Vinícius da Cruz de M. Moraes et Antônio Carlos Brasileiro de A. Jobim

Pour entendre cette version par Tom Jobim et Vinícius de Moraes:https://www.youtube.com/watch?v=lg_afqmeZoE  ou (en public et plus jazzy) https://www.youtube.com/watch?v=KJzBxJ8ExRk

Géographie

Ipanema est un quartier situé dans la zone sud de la ville de Rio de Janeiro, à l’ouest de celui de Copacabana, séparé de lui par la pointe rocheuse où se situe le fort du même nom. Dans les années 1960 il était plus chic que le quartier pionnier de l’occupation du littoral[1], mais il a depuis lors été quelque peu délaissé au profit d’autres plages situées plus loin sur le littoral. La chanson date donc bien un moment d’un gigantesque jeu de saute-mouton immobilier, les plus riches reportant plus loin leurs somptueuses villas à mesure que les moins riches viennent s’installer à proximité. Ipanema, Leblon, les abords de la lagune Lagoa de Freitas, ont été ainsi successivement occupés, puis le mouvement a continué vers Barra da Tijuca, au prix de la construction d’une voie rapide à pistes superposées, indispensable pour franchir les passages où les mornes rocheux tombent directement dans la mer.

Figure 1 Localisation d’Ipanema

Google Maps

Figure 2 Ipanema entre Copacabana et Leblon

Google Maps

Histoire

La chanson avait été composée pour une comédie musicale intitulée Dirigível, à laquelle travaillait alors Vinícius de Moraes. Le titre original était « Menina que passa » (« La fille qui passe »), et les premiers vers étaient différents de ceux de la chanson définitive, plus sombres. Mais ni Tom ni Vinícius n’aimaient les paroles, et elles furent donc remaniées par Vinícius, qui fréquentait assidument avec Tom e bar Veloso (aujourd’hui rebaptisé Garota de Ipanema), où ils s’installaient fréquemment aux petites tables installées sur le trottoir, face à la mer.

La première version

Vinha cansado de tudo / J’étais fatigué de tout

De tantos caminhos / De tant de chemins

Tão sem poesia / Tellement sans poésie

Tão sem passarinhos / Tellement sans oiseaux

Com medo da vida / Peur de la vie

Com medo de amar / Peur d’aimer

Quando na tarde vaziaQuand dans l’après-midi vide

Tão linda no espaçoTellement belle dans l’espace

Eu vi a meninaJ’ai vu cette fille

Que vinha num passo / Qui marchait d’un pas

Cheio de balanço / Qui semblait une danse

Caminho do mar / Sur le chemin de la mer

Figure 3 Tom Jobim et Vinícius de Moraes

http://www.gazetadopovo.com.br

La chanson leur y a été inspirée par Heloísa Eneida Menezes Paes Pinto (dite Helô Pinheiro), une jeune fille qui vivait dans la rue Montenegro, à Ipanema. Chaque jour, elle passait devant le bar Veloso pour aller à la plage et y entrait parfois acheter des cigarettes pour sa mère.

Beaucoup de femmes ont prétendu être la muse inspiratrice de la chanson, mais c’est l’auteur lui-même, Vinícius, qui a fait connaître publiquement le nom d’Heloísa Pinheiro : « c’est pour elle que nous avons fait, avec respect et un enchantement muet, la samba qui l’a fait connaître dans le monde entier et fait de notre bien-aimée Ipanema un mot magique dans les oreilles étrangères », a expliqué le poète de l’époque.

Dans « Revelação a verdadeira Garota de Ipanema » (Révélation la vraie fille d’Ipanema, 2004), Vinícius  de Moraes a écrit: « C’était le paradigme de la jeune carioca: une adolescente dorée, un mélange de fleur et de sirène, pleine de lumière et de grâce, à la voir on est aussi triste, parce qu’elle porte avec elle, en route vers la mer, le sentiment de la jeunesse qui disparaît, de la beauté qui n’est pas la nôtre, c’est un don de la vie dans son constant mouvement de flux et reflux ».

Figure 4 Vinícius de Moraes e Helô Pinheiro

http://g1.globo.com

Le succès international

La chanson a été présentée pour la première fois au public carioca le 2 août 1962, le premier enregistrement commercial par Pery Ribeiro date de 1962, mais elle n’a connu sa véritable reconnaissance comme succès international que lorsque, trois ans plus tard, certains artistes américains ont repris sa mélodie. Le 19 mars 1963, elle figurait sur un disque publié par Verve Records et l’année suivante sur le LP Getz / Gilberto (enregistré en mars 1963, sorti en mars 1964), interprétée par Astrud Gilberto, avec João Gilberto à la guitare, Stan Getz au saxophone et la participation de Tom Jobim au piano.

Pour entendre version de Pery Ribeiro: https://www.youtube.com/watch?v=jc6nMjX9pNU&feature=youtu.be

La version de João Gilberto et Stan Getz:

https://www.youtube.com/watch?v=P5sA3fb9Yn4

Lors d’une session d’enregistrement à New York, l’idée leur était venue de créer une version en anglais, dont Norman Gimbel a écrit les paroles. L’épouse de João Gilberto, Astrud Gilberto, était la seule des Brésiliennes du groupe à bien parler anglais et sa voix, sans maniérisme de chanteuse professionnelle, s’est révélée être parfaite pour la chanson. Le single de la chanson est devenu un succès international, dans sa version complète où étaient également incluses les paroles portugaises chantées par João Gilberto, alors qu’elle avait été raccourcie pour la version qui figure sur l’album Getz / Gilberto. Aux États-Unis, le single a culminé à la cinquième place du Billboard Hot 100, et s’est classé au premier rang pendant deux semaines dans la catégorie Easy Listening. Il a culminé au numéro 29 au Royaume-Uni, a très bien figuré dans les classements du monde entier et la reconnaissance majeure est venue avec le Grammy of Recording of the Year, en 1965.

Traduction en anglais

Tall and tan and young and lovely

The girl from Ipanema goes walking

And when she passes, each one she passes goes – ah

When she walks, she’s like a samba

That swings so cool and sways so gentle

That when she passes, each one she passes goes – ooh

(Ooh) But I watch her so sadly

How can I tell her I love her?

Yes I would give my heart gladly

But each day, when she walks to the sea

She looks straight ahead, not at me

Tall, (and) tan, (and) young, (and) lovely

The girl from Ipanema goes walking

And when she passes, I smile – but she doesn’t see (doesn’t see)

(She just doesn’t see, she never sees me…)

 Pour entendre cette version par Astrud Gilberto: https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA

L’héritage de « Garota de Ipanema » a été reconnu lors des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été 2016 à Rio de Janeiro : les mascottes olympiques et paralympiques ont été respectivement nommées Vinícius et Tom, d’après les co-auteurs de la chanson. La cérémonie d’ouverture des Jeux comportait une séquence sur elle et le petit-fils de Jobim, Daniel Jobim, y a interprété la chanson. Spotify a rapporté que la chanson avait été diffusée sur son service 40 000 fois par jour dans les jours qui ont suivi la cérémonie (1 200% d’augmentation), tandis qu’aux États-Unis, la chanson a atteint la 5e place.

Une marque évidente du succès de la chanson est le nombre de reprises par d’autres interprètes et dans des films et téléfilms. Une version instrumentale avait déjà été faite pour le film Girl from Ipanema, en 1967. Sa version anglaise a été chantée par Frank Sinatra, Cher, Nat King Cole, Plácido Domingo, Ella Fitzgerald, Cliff Richards, Madonna, Amy Winehouse et plusieurs autres artistes. Un duo entre Xuxa et Daniel Jobim faisait partie de la bande-son et de l’ouverture de la telenovela de la Rede Globo, Aquele Beijo.

 Pour entendre d’autres versions:

En portugais

Daniel Jobim aux JO de Rio 2016 https://www.youtube.com/watch?v=jXPk4ahT6zY

Baden Powell https://www.youtube.com/watch?v=KTUyLMLdwJo

Elis Regina e Hermeto Paschoal https://www.youtube.com/watch?v=zGnqyIfyXOI

Elsa Soares e Wilson das Neves https://www.youtube.com/watch?v=YB4LUEtrS5o

Gal Costa https://www.youtube.com/watch?v=ITsKmGfiStY

Marina Lima https://www.youtube.com/watch?v=w3twDCV6vKo

Nara Leão https://www.youtube.com/watch?v=z-faHBCDnI4

Roberto Carlos et Caetano Veloso https://www.youtube.com/watch?v=qcf9Opdfmzw

Sepultura https://www.youtube.com/watch?v=dUgr50v_e3M

Xuxa et Daniel Jobim https://www.youtube.com/watch?v=vQFqjTUCBhk

Xuxa et Daniel Jobim https://www.youtube.com/watch?v=vQFqjTUCBhk

En anglais

Amy Winehouse https://www.youtube.com/watch?v=cMCm1I25IJA

Cher https://www.youtube.com/watch?v=NjPK7Qc0ZXE

Cliff Richards https://www.youtube.com/watch?v=TTiK5UthiFA

Frank Sinatra https://www.youtube.com/watch?v=ue4_VM5jxTU

Madonna https://www.youtube.com/watch?v=VGj2IBNZC-Y

Mike Tyson https://www.youtube.com/watch?v=ymadl0aVPC0

Nat King Cole https://www.youtube.com/watch?v=FKT10vJFqp8

Plácido Domingo et Paula Fernandes https://www.youtube.com/watch?v=FKT10vJFqp8

Stevie Wonder https://www.youtube.com/watch?v=ydVvI8N0V9o

Tom Jobim et Frank Sinatra https://www.youtube.com/watch?v=ue4_VM5jxTU

En d’autres langues

Chinois https://www.youtube.com/watch?v=rL9T0mnicmo

Finlandais – Laila Kinunnen https://www.youtube.com/watch?v=wDBbwbGzyhg&feature=youtu.be

Français – Jacqueline François https://www.youtube.com/watch?v=eeVuSLM4krQ&feature=youtu.be

Espagnol et anglais – Maria Esteli Gradiz Rodriguez https://www.youtube.com/watch?v=QzZyr4mRcC4&feature=youtu.be

Esperanto https://www.youtube.com/watch?v=gouAIO8gx_w&feature=youtu.be

Diverses langues https://www.youtube.com/watch?v=7LX9ybOtr_Y

La musique est également présente dans sa version musicale au générique du film Finding Nemo (Le Monde de Nemo en France ou Trouver Nemo au Québec), sorti en mai 2003, et dans une version de musique ascenseur dans le film The Blues Brothers.

Lorsqu’elle est chantée par des artistes féminines, la chanson devient souvent « The Boy from Ipanema », comme l’on fait Peggy Lee (1964), Ella Fitzgerald, The Supremes (1965) et Shirley Bassey (1966). Petula Clark l’a chanté en 1977 dans The Muppet Show et Diana Krall l’a enregistré sur son album de 2009 Quiet Nights.

Pour entendre ces versions:

Diana Krall https://www.youtube.com/watch?v=F5nrXZiHYbY

Ella Fitzgerald https://www.youtube.com/watch?v=0mEAPqxED70

Peggy Lee https://www.youtube.com/watch?v=8GrXmoVNDVw

Petula Clark https://www.youtube.com/watch?v=_RKQI5P7GAU

Shirley Bassey https://www.youtube.com/watch?v=Ltpt8M4lH9w

The Supremes https://www.youtube.com/watch?v=tZPFlR3yrtM

La chanson a été couronnée au Latin Grammy Hall of Fame en 2001 et en 2004, elle a été l’un des 50 enregistrements choisis par la Library of Congress pour être ajoutés au registre national des enregistrements. En 2009, elle a été classée par l’édition brésilienne de Rolling Stone comme une des trente plus grandes chansons brésiliennes.

Autre marque de succès, Garota de Ipanema a connu parodies et procès. Une parodie de la chanson, avec des paroles différentes écrites par Stephen Sondheim, est intitulée The Boy From… et une autre, de Bob Rivers, était intitulée The Girl With Emphysema… En 2001, les propriétaires des droits d’auteur de la chanson (les héritiers des compositeurs) ont poursuivi Helô Pinheiro pour avoir utilisé son titre comme nom de sa boutique de vêtements. Dans leur plainte, ils ont déclaré qu’ils ne lui avaient pas permis d’utiliser un nom qui leur appartenait légalement. En réponse elle a fait état du communiqué de presse de Jobim et Moraes, dans lequel ils avaient déclaré qu’elle était la vraie fille d’Ipanema, comme preuve qu’ils avaient bien l’intention de lui accorder l’usage du titre, et le tribunal a statué en sa faveur.

Pour entendre ces versions:

Stephen Sondheim  https://www.youtube.com/watch?v=zdNkvByFVvI

Bob Rivers https://www.youtube.com/watch?v=5-wyCWE4kSk

55 ans plus tard

Aujourd’hui âgée de 72 ans, mariée à son petit ami de l’époque, mère de quatre enfants et grand-mère de trois petits-enfants, Helô Pinheiro se souvient avec nostalgie, dans un entretien de 2015 (Silveira 2015), de la plage qu’elle a contribué à faire connaître dans le monde entier.

« Elle n’avait que 17 ans lorsque les précurseurs de la bossa nova la virent passer sur le chemin de la mer. Ce n’est que deux ans et demi plus tard qu’elle a su avoir été l’inspiration de la chanson. Je disais “Mais non, je ne suis pas tout ça. Qu’est-ce que ça veut dire ?” ». Elle ajoutait: « “Tout ce que j’ai vécu est maintenant du passé. Je plaisante qu’aujourd’hui je suis la petite vieille d’Ipanema, plus la fille d’Ipanema”. La vie de l’adolescente timide, fille d’un père militaire et d’une mère rigide, a été bouleversée. Harcelée par des journalistes du monde entier, elle a commencé à être recherchée comme modèle et mannequin. À l’époque, elle sortait déjà avec Fernando Pinheiro, sa fidélité à son premier amour a été déterminante, elle ne s’est pas laissé emporter par la galanterie des bossa-novistas ». […]

Figure 5 Helô Pinheiro hier et aujourd’hui

La photographie du bas est l’image d’accueil du site d’Helô Pinheiro, celle du haut est un montage puisque le paysage d’arrière-plan est dans son état actuel. http://helopinheiro.com.br/

“Nous étions beaucoup plus naturels, nous jouions au volleyball sur la plage, mais sans ce souci de se montrer. Les gens d’aujourd’hui sont très inquiets d’avoir un corps bien travaillé, plein de muscles […] Mais je plaisante que le sable est le même, et la mer est la même. Elle continue à nous rafraîchir, le sable a toujours la même texture et le morne Dois Irmãos continue à embellir le paysage. Je pense qu’Ipanema est un cadeau de Dieu” ». Mais la bossa nova a été la bande son de sa vie et c’est Garota de Ipanema qui lui indique que son téléphone portable reçoit un appel ».

Figure 6 Le bar Veloso devenu Garota de Ipanema

http://garotadeipanemashop.com

Le bar Veloso est devenu Garota de Ipanema  et à côté se trouve un Garota de Ipanema Shop, au coin de la rue qui s’appelait Montenegro et a été rebaptisée rue Vinícius de Moraes, devenus des sites touristiques qui accueillent tous les jours de nombreux visiteurs du monde entier.

Figure 7 La rue Vinícius de Moraes

http://garotadeipanemashop.com

Références webographiques

EFE, « Música ‘Garota de Ipanema’ completa 50 anos de sucesso, ciúmes e disputas judiciais », Gazeto do Povo, 04/07/2012, http://www.gazetadopovo.com.br/caderno-g/musica-garota-de-ipanema-completa-50-anos-de-sucesso-ciumes-e-disputas-judiciais-2i5touazm7qtvnyfpa4zzrrke

Garota de Ipanea Shop, « A história da garota de Ipanema », http://garotadeipanemashop.com/historia-da-garota-de-ipanema/?v=19d3326f3137

Morais, Vinícius de, « Revelação: a verdadeira Garota de Ipanema. », November 24, 2004, http://oblogdopeter.blogspot.fr/2004/11/revelao-verdadeira-garota-de.html

Paroles originales et traduction française, https://www.lacoccinelle.net/263038.html

Silveira, Daniel, « Eterna ‘Garota de Ipanema’ lembra com saudade do Rio de 1965 », G1 Rio, 08/02/2015, http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/noticia/2015/02/eterna-garota-de-ipanema-lembra-com-saudade-do-rio-de-1965-assista.html

Vinciguerra, Thomas, « The Elusive Girl From Ipanema », The Wall Street Journal, Thomas, July 2, 2012, https://www.wsj.com/articles/SB10001424052702303649504577492603567202024

X, « Garota de Ipanema », Wikipédia, a enciclopédia livre, https://pt.wikipedia.org/wiki/Garota_de_Ipanema

X, « The Girl from Ipanema », Wikipedia, the free encyclopedia, https://en.wikipedia.org/wiki/The_Girl_from_Ipanema

[1] Voir dans Braises « Histoire d’un lieu mythique, Copacabana« , (https://braises.hypotheses.org/1303).

La Pedra do Telégrafo, quintessence du tourisme au Brésil

La Pedra do Telégrafo près de Rio de Janeiro, est un promontoire rocheux qui offre une vue magnifique sur les plages de l’ouest de la ville, Meio, Funda, Grumari, Recreio, Barra, etc. Mais son intérêt principal n’est pas le remarquable paysage qui l’entoure, mais le fait qu’elle permet d’observer une sorte de quintessence de nouvelles tendances du tourisme au Brésil : elle est typique de l’attraction pour le tourisme sportif et d’aventure qui s’y développe, et sa fréquentation croissante témoigne du rôle croissant des réseaux sociaux dans la réputation des lieux. Et ce d’autant plus que, en l’occurrence, la raison principale de s’y rendre est d’y des photos spectaculaires et de les poster sur ces réseaux.

Situation

La Pedra do Telégrafo est un morne tropical de 354 mètres de haut, situé dans le município (commune) de Barra de Guaratiba, dans l’État de Rio de Janeiro, à 60 kilomètres à l’ouest de sa capitale (figure 1). Elle fait partie du parc de Pedra Branca, un massif montagneux de 150 km2, vaste structure anticlinale formée de granites ou de gneiss et marquée par la présence de batholites du genre de ceux qui ont donné naissance au Pain de Sucre ou la Pedra da Gávea qui domine le paysage régional du haut de ses 844 mètres. Elle doit son nom (littéralement « Roche du Télégraphe ») au fait que, pendant la Seconde Guerre mondiale, elle avait reçu un avant-poste militaire, équipé d’une radio, pour l’observation de sous-marins ennemis et la prévention des attaques contre les navires entrant ou sortant de le baie de Guanabara.

Figura 1 Localisation de la Pedra do Telégrafo

Google Maps

Située à l’ouest de Rio elle se situe dans le prolongement de l’axe majeur d’expansion de la ville hors de son site original de la baie de Guanabara. Ce mouvement vers le littoral atlantique avait commencé à la fin du XIXe siècle avec la fondation de Copacabana[1], prolongée ensuite par une succession de quartiers d’abord balnéaires puis résidentiels, Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca, Recreio dos Bandeirantes. Sa proximité des quartiers les plus récents et les plus à la mode de la ville lui assure ainsi une clientèle de résidents cariocas aisés et de touristes séjournant dans la ville la plus visitée du pays, les uns et les autres souvent à la recherche d’une excursion de la journée.

Figura 2 Le contexte de la Pedra do Telégrafo

Google Earth

La Pedra do Telégrafo est donc désormais incluse dans les guides touristiques imprimés et mentionnée par les sites électroniques indiquant aux touristes quoi faire et quoi voir à Rio. Car elle est devenue célèbre, sur les réseaux sociaux, pour les photos que l’on peut y prendre, sur lesquelles les touristes semblent suspendus au bord d’un précipice vertigineux dominant un magnifique paysage de mer, de plages et de montagnes.

Des photos spectaculaires

Ces images se sont multipliées sur internet et le hashtag # pedradotelegrafo y est apparu des dizaines de milliers de fois. Il y en tant que prendre une pose qui n’a jamais été vue est devenu presque impossible et il ne reste plus qu’à répéter les plus réussies et à s’amuser de la peur faite aux amis, qui croient que vous avez risqué votre vie dans cette aventure.  Ce que tout le monde veut, en fait, c’est gagner beaucoup de « like » sur internet en prenant une photo de soi au bord l’abîme, avec le massif de la Pedra Branca, les plages de la zone Ouest et le nouveau quartier de Barra da Tijuca en arrière-plan, puis en l’affichant immédiatement sur Instagram, Snapchat ou Facebook. C’est d’autant plus facile que le lieu est bien couvert par les réseaux des principaux opérateurs, qui ont bien compris qu’il est très fréquenté par leurs clients.

Figura 3 Au bord de l’abîme, mais avec le sourire

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

On notera que les personnes photographiées ne semblent pas inquiètes d’être suspendues dans le vide, sur la plupart des images elles sourient, méditent, font du yoga, de la musculation ou s’embrassent[2]. Elles y exhibent aussi leurs élégantes tenues sportives, leur impeccable forme physique – dont témoigne le fait qu’elles ont atteint le sommet – et – éventuellement – la complicité amoureuse de leur couple, hétéro ou homosexuel.

Figura 4 Exhibitions de forme physique et de complicité de couple

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/ et https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

La Pedra do Telégrafo est donc le lieu idéal pour observer des caractéristiques qui en font une quintessence du Brésil à la mode, de l’image que veulent en donner à leurs correspondants ceux qui y résident ou y sont en vacances. On y retrouve le culte du corps en forme et bronzé; le succès de la mode sportive ou casual, depuis les maillots de bain minuscules (dits fio dental, « fil dentaire ») jusqu’aux jeans artistiquement percés aux genoux et aux textiles sophistiqués évacuant la sueur. Mais la dominante est la manie d’afficher des photos de soi sur les réseaux sociaux, selfies ou photos prises par d’autres mais où le sujet principal est le propriétaire de l’appareil. Ou, plus fréquemment, du smartphone avec lequel la photo a été prise et postée. C’est évidemment plus moderne et plus chic que les « là c’est moi devant la tour Eiffel » ou « là Germaine fait semblant de soutenir la Tour de Pise » des interminables soirées diapos d’antan, mais tout aussi narcissique…

En réalité…

Comme il s’agit d’image, choc et flatteuse, peu importe qu’elle embellisse quelque peu la réalité. En réalité tout est dans le cadrage de la photo, car sous la roche la terre ferme est à moins de deux mètres, juste sous les pieds des personnes photographiée, il suffit de bien choisir son angle pour obtenir l’illusion d’optique recherchée. Les photos sont vertigineuses, car tout le monde pense, en les voyant, que les amis qui vous les envoient étaient en danger, perchés au sommet d’une immense falaise, mais il n’en est rien, elles étaient en fait en parfaite sécurité. Les pentes qui dominent la mer sont plus loin et le sommet du morne est en fait en pente modéré. Tout au plus peut-on dire que certains endroits sont en pente plus accentuée, et donc qu’il y a un petit risque d’accident pour les imprudents et pour les impatients qui explorent les environs en attendant leur tour de prendre « la » photo.

Figura 5 La situation réelle

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

Files d’attente

En effet, si peu de gens connaissaient la Pedra do Telégrafo avant que le G1 (le site d’information de Globo news, la principale chaîne d’information en continu) et quelques célébrités aient commencé à faire connaître cette attraction touristique naturelle. Depuis lors des foules d’« aventuriers » s’y sont rendus à la recherche d’images drôles et des centaines de personnes y affluent chaque jour, sauf quand il pleut, évidemment, sous la pluie pas de photos possibles.

Leur nombre a tellement augmenté que certains jours et à certaines heures il y a une file d’attente pour prendre des photos, en raison du temps que chaque personne met à prendre ses images, en particulier les couples. Certains n’ont pas le bon sens élémentaire de céder la place au plus vite et veulent engranger d’innombrables clichés – à tous les sens du terme puisque ce sont généralement les mêmes que ceux déjà enregistrés par leurs prédécesseurs et qui le seront jour après jour par leur successeurs. Si bien que le temps d’attente augmente et peut atteindre jusqu’à deux heures le week-end, il est habituellement beaucoup plus long que le temps de montée, car tout le monde est pressé d’arriver, mais personne n’est pressé d’en partir. La figure  6 montre ces files d’attente, que l’on peut également voir sur YouTube[3], et on est ici nettement dans un cas d’overturism, pour reprendre le terme généralement utilisé pour décrire des situations de fréquentation excessive de certains sites.

Figura 6 Les files d’attente pour prendre des photos

https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA , http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/ , https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA , https://derigo.me/ita/blog/post/94/at-the-edge-of-the-cliff et https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

Une belle randonnée

Malgré tout, l’excursion à la Pedra do Telégrafo vaut la peine – de préférence hors saison – parce que la vue est superbe, de deux côtés, vers Rio et vers la Restinga de Marambaia, la région de lagunes et de flèches sableuses qui se situe plus à l’est. On notera toutefois une curiosité, la roche connue sous le nom de Pedra do Telégrafo est, en fait, celle du cheval ou de l’enclume (ce qui est en effet ce qu’évoque sa forme). La vraie roche du télégraphe est située plus haut, et porte un drapeau du Brésil.  Décidément la Pedra do Telégrafo est un monde d’illusions et de faux-semblants…

Figura 7 La pierre du cheval, ou de l’enclume

DCIM102GOPROG5055053.

http://www.dougpelomundo.com/2016/10/04/trilha-pedra-do-telegrafo-rio-de-janeiro/

Figura 8 Vue vers la Restinga de Marambaia

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

Comment y aller?

Environ une heure et demie en voiture depuis Rio (par la côte ou en contournant le parc national de la Tijuca). Environ quatre heures en vélo (idem) ou douze heures à pied (idem).

En bus par le tramway à la station Ilha de Guaratiba. De l’autre côté de la gare, prendre le bus 867 jusqu’à la plage de Barra de Guaratiba.

Le week-end la plage est bondée et il n’y a pas d’endroit pour se garer, arriver tôt ou prendre un bus.

Le sentier de randonnée final n’est pas trop dur et il faut en moyenne une heure pour arriver la pierre du Télégraphe. Certains passages sont plus raides, attentions aux bifurcations, tant dans les rues par lesquelles se fait l’approche que sur les sentiers.Voir description complète (avec photos) à l’adresse http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Figura 9 L’accès à la Pedra do Telégrafo

http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Sources

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/

https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

https://oglobo.globo.com/rio/pedra-em-barra-de-guaratiba-cria-ilusao-de-precipicio-18578929

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

[1] Voir « Histoire d’un lieu mythique, Copacabana », (https://braises.hypotheses.org/1303)

[2] Ces images deviennent donc une sorte de métaphore de la situation actuelle du Brésil qui, selon beaucoup de ses habitants, vit en permanence au bord du gouffre, mais avec le sourire…

[3] https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA  et https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA

Histoire d’un lieu mythique, Copacabana

Si Rio de Janeiro, porte d’entrée du Brésil pour la plupart des touristes, est déjà un lieu mythique pour beaucoup de candidats au voyage, Copacabana l’est plus encore, c’est un nom qui fait rêver bon nombre d’habitants de la planète. Quelle est la réalité derrière le mythe, comment le lieu s’est-il formé et a-t-il évolué de ses origines à nos jours[1] où – il faut bien le dire – il ne correspond plus tout à fait à l’image qu’il a en dehors de Rio et du Brésil.

Copacabana avant

Avant l’arrivée des Portugais, Copacabana était une zone inhabitée, où les Indiens venaient seulement se baigner, pêcher ou ramasser des moules, des crabes et autres fruits de mer. Une simulation infographique (figure 1) permet de reconstituer sa topographie et ses paysages, qui restèrent intacts jusqu’au milieu du XVIe siècle car bien que la région ait été visitée par l’explorateur portugais Gaspar de Lemos en 1502, la ville de Rio de Janeiro n’a été fondée que le 1er mars 1565 par Estacio de Sá, après qu’il en ait expulsé la colonie que les Français y avaient installée[2]. Mais, comme eux, les Portugais s’installèrent dans l’immense baie de Guanabara, qui offrait un abri bien plus sûr et commode que le littoral ouvert sur la pleine mer. Ils ne pouvaient pourtant pas se désintéresser complètement de cette côte battue par les vents et les vagues (ne serait- ce que pour surveiller les approches de la ville), ni donc de Copacabana, qui est sa partie la plus proche de la ville, juste au-delà du Pain de Sucre qui marque l’entrée de la baie.

Figure 1 Copacabana avant l’arrivée des Portugais

Simulation numérique des plages de Copacabana et Ipanema comme elles étaient au XVIe siècle, à l’arrivée des Portugais. Dans le coin droit de la première image et le coin gauche de la seconde le promontoire sur lequel a été construit le Fort. Source http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/fotos/2015/02/fotos-veja-imagens-do-antes-e-depois-de-paisagens-do-rio.html

Après la prise de la ville par le corsaire français Duguay-Trouin, en 1711, les habitants avaient pris des mesures pour pouvoir mieux scruter l’horizon et en 1779 Copacabana a été incorporé au système de défense de la ville[3] avec la construction de fortifications de la redoute du Leme, du fort do Vigia (au sommet du Morro da Babilônia) et de la redoute de Copacabana, sur la Ponta da Igrejinha, afin d’alerter les autres fortifications de la baie de Guanabara de l’approche les navires suspects.

Mais à part ce fort et l’église voisine (voir ci-dessous) la région restait inhabitée et sauvage, comme en témoigne Maria Graham, une écrivaine et peintre anglaise qui  a publié en 1824 le premier livre qui mentionne Copacabana, Journal d’un voyage au Brésil: « Après mon retour, je me suis joint un joyeux groupe pour une balade à cheval à Copacabana, petit fort qui défend une des baies situées derrière la Praia Vermelha, et d’où l’on peut voir quelques-unes des plus belles vues d’ici. Les forêts des environs sont belles [..] et dans les collines abondent les opossums et les tatous ».

En août 1858 se produisit le premier événement majeur qu’ait connue le lieu. Il avait couru la nouvelle de l’échouage de deux baleines sur la plage de Copacabana, et l’affaire avait attiré beaucoup de gens, y compris l’empereur Pedro II, qui s’était rendu sur place accompagné d’un nombreux entourage. Les baleines ne furent pas trouvées mais cela lança la mode d’y faire des promenades à cheval et des pique-niques en bord de mer.

Les deux seules implantations durables étaient donc l’église et le fort qui partageait avec elle la Ponta da Igrejinha.

L’église Nossa Senhora de Copacabana

C’est l’église de Nossa Senhora de Copacabana[4] qui donné son nom au futur quartier après la consécration, au XVIIIe siècle,  d’une chapelle qui existait sur une pointe rocheuse entre Copacabana et Ipanema (figure 2). Construite par les pêcheurs et les navigateurs, elle leur permettait de prier lorsqu’ils approchaient de l’entrée de la baie ou en sortaient vers le sud.

Elle a été nommée ainsi en référence à une ville de Bolivie, située sur les rives du lac Titicaca, où une église abritait une statue, connue sous le nom de « Vierge de Copacabana », sculptée par un Indien nommé Tito Yupanqui, dans les années 1600. Le mot Copacabana est d’origine quechua, l’original étant Kupa kawanae, ce qui signifie « qui regarde le lac »).  La renommée de la statue se répandit dans toute l’Amérique catholique, des commerçants portugais en ont apporté une copie à Rio de Janeiro à la fin du 17ème siècle, et la chapelle fut baptisée en son honneur. Elle a probablement été construite au début du XVIIe siècle et en 1732 l’évêque Fray Antônio de Guadalupe avait ordonné la réparation du toit, des murs et des porches car elle était pratiquement en ruines.

Figure 2 L’église de Nossa Senhora de Copacabana

En bas à gauche photo des années 1880. En bas à droite photo vers.1895 de Marc Ferrez

L’église a été expropriée par décret du 20 mars 1918 et démolie la même année pour faire place à un fort moderne.

Le fort de Copacabana

Figure 3 Le fort de Copacabana

En haut le fort et son site, http://www.fortedecopacabana.com/galeria-de-imagens.html , en bas reddition des « 18 du fort » de Copacabana : de gauche à droite les lieutenants Eduardo Gomes, Siqueira Campos, Nílton Prado et le civil Otávio Correia, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Os_18_do_Forte.jpg, les tourelles des canons de 305mm Krupps https://fatosfotoseregistros.wordpress.com/page/21/

La construction du Fort de Copacabana a commencé en 1908[5], ont d’abord été élevées ses parois latérales (d’une épaisseur de 12 mètres), en 1912 ont été installés les tourelles contenant les canons Krupps de 190mm et 305mm (figure 3) et le fort a été inauguré le 28 Septembre 1914.

Au long du XXe siècle il a connu des épisodes qui sont entrés dans l’histoire du Brésil, comme la rébellion dite des « 18 du fort ». Au début de l’épisode les rebelles étaient 301mais à la fin ils n’étaient plus que 19, dont 18 militaires, principalement des lieutenants (tenentes), d’où le terme « tenentismo », utilisé pour caractériser les soulèvements de secteurs de l’armée contre República Velha (la « Vieille République ») dominée par les oligarchies rurales de l’Indépendance (1822) à la Révolution de 1930.

Durant celle-ci le fort a servi de prison au président de la République déchu, Washington Luís  et lors du coup d’État militaire de 1964 il a été point de rencontre pour le « commandement révolutionnaire ». Après la Seconde Guerre mondiale le fort, est devenu progressivement obsolète, a été désactivé en 1987 et il abrite désormais le Musée de l’Armée.

Les années 1890-1900

Jusqu’à la fin du XIXe siècle Copacabana était un champ de dunes, avec ici et là des oasis formées de cajueiros (arbres à cajous, anacardiers, Anacardium occidentale) de jambeiros (Syzygium jambos), de pitangueiras (Eugenia uniflora), de cactus et de palmiers nains. Quelques huttes de chaume abritaient des pêcheurs et des esclaves vivant des produits de petits jardins. Personne ne se serait risqué à prédire un bel avenir à la région.

Les tableaux de Guta et Eduardo Camões (figure 4) en reconstituent les paysages, mais on dispose aussi de quelques photographies (figure 5), une technique introduite au Brésil dans la deuxième moitié du XIXe siècle et dont l’Empereur Pedro II était un amateur éclairé et passionné.

Figure 4 Années 1890 (tableaux)

En haut Copacabana en 1893, recréation de l’artiste Guta. Trois suivants tableaux d’Eduardo Camões, de haut en bas deux vues en direction du Leme (au fond), o Leme et colonie de pêcheurs près la pointe où a été construit le fort de Copacabana.

Figure 5 Années 1890 (photos)

En haut photo de la fin du XIXe siècle, une des dernières images de Copacabana et de Leme portant encore une végétation qui a ensuite été engloutie par l’urbanisation. En bas à gauche la même colonie de pêcheurs que sur la figure 3, photo de Marc Ferrez en 1895, en bas à gauche la même région au début du XXe siècle.

Le quartier était donc à cette époque géographiquement isolée et d’accès difficile. La côte n’offrait aucune crique où se protéger des vagues déferlantes, les plaines côtières étaient limitées par les falaises d’une série de mornes do Urubu, da Babilônia, de São João, dos Cabritos, do Cantagalo e do Pavão. Copacabana était donc bien à l’image de la géographie physique de Rio, des montagnes aux pieds baignés par la mer.

Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, pour atteindre ces dunes partiellement couvertes par une rare végétation, à peine occupées par quelques colonies de pêcheurs et de petits paysans, les visiteurs devraient franchir les mornes qui les séparent du quartier Botafogo ou entreprendre un long voyage de via Humaitá et Lagoa (figure 6). Ce fut donc l’ouverture de nouveaux accès, plus directs, qui permit l’occupation de Copacabana, qui n’avait officiellement que 297 habitants en 1906, alors qu’elle en comptait actuellement environ 150 000 (146 392 en 2010).

Accès et tunnels

L’article de Jenner da Silva Soares comporte une carte (figure 6) qui montre, sur une image satellitaire actuelle, les anciens et les nouveaux accès ouverts par la construction de tunnels (figure 7) sous les mornes séparant Copacabana du reste de la ville (nommés sur la figure 6). C’est en effet grâce à ceux-ci que le quartier a commencé à être intégré au reste de la ville. Le premier a été ouvert sous le Morro de Vila Rica, le Túnel Prefeito Alaor Prata, plus connu comme Túnel Velho (vieux tunnel), entre Copacabana et Botafogo, il a été mis en service le 6 juillet 1892 par la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (l’actuelle compagnie Light)

Figure 6 Les accès à Copacabana

Un peu plus tard, en 1906, un autre tunnel a été ouvert sous le morne da Babilônia, le Túnel Novo (nouveau tunnel), doublé ultérieurement par un deuxième à ses côtés (tunnels Engenheiro Coelho Cintra e Marques Porto)[6]. Copacabana étant désormais accessible en tramway (d’abord hippomobile, puis électrique) en passant par les nouveaux tunnels, la marche vers l’urbanisation complète du quartier était définitivement engagée.

Figure 7 Les tunnels vers Copacabana

En haut à gauche l’ouverture du Túnel velho en 1892, en bas à droite l’entrée du Túnel Velho du côté de Copacabana vers 1920. En bas à gauche sortie du Túnel novo du côté du centre, en bas à droite dans les années 1950, quand les voitures le partageaient avec les tramways (ils ont cessé d’y circuler en 1963)[7].

La dernière photo de la figure 7, prise en 1963 pour le Correio da Manhã, montre les derniers jours de la cohabitation des tramways et des voitures. Le petit viaduc traversant la rue était beaucoup plus sympathique que de nos jours, et avait le même fronton décoré dans le style néocolonial que le tunnel.

Le décollage, 1900-1920

Bien avant son attrait touristique un des principaux attraits de Copacabana était sa réputation de salubrité, alors que Rio était victime d’épidémies de fièvre jaune jusqu’à ce qu’Oswaldo Cruz en vienne à bout en 1904[8]. Le séjour à la plage de Copacabana était donc considéré comme ayant une valeur thérapeutique, car les bains de mer dans l’Océan étaient jugés plus salubres que dans l’eau « stagnante » de la baie Guanabara. Le docteur Figueiredo Magalhães, médecin renommé et résident dans le nouveau quartier, le recommandait aux personnes convalescentes pour se reposer. Il croyait beaucoup à l’avenir de Copacabana et dès le début des années 1880 il avait toujours proclamé les bienfaits thérapeutiques de l’air et de la mer de Copacabana[9].

Pour motiver encore davantage le public, les entreprises intéressées, comme la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (qui avait ouvert le Túnel Velho), claironnaient partout les qualités du quartier. Ses dirigeants ont fait valoir que « les deux plages de Copacabana et Arpoador sont dotées d’un climat magnifique et salubre, elles sont balayées constamment par les brises fraîches de l’Océan, qui en font deux véritables sanatoriums et dans une ville décimée périodiquement par des épidémies, elles seront rapidement recherchées par la population comme les villes balnéaires d’Europe ».

Autre enthousiaste du quartier, le deuxième Baron d’Ipanema, José Antonio Moreira Filho, était grand propriétaire foncier dans la région actuelle de Copacabana. En partenariat avec José Luís Guimarães Caipora il a joué un rôle important dans l’urbanisation de la zone par la construction de la plupart de ses parcs publics. Il a aussi été le responsable de l’urbanisation d’Ipanema le quartier voisin, au-delà de la pointe de l’Igrejinha. Avec l’expansion des lignes de tramway jusqu’au fort de Leme et l’église de Nossa Senhora de Copacabana, le quartier a vue se créer de nouvelles rues, vite bordées de maisons neuves dans le style balnéaire alors à la mode.

Figure 8 Copacabana vers 1905

A Ribeiro, http://www.laparola.com.br/acervo-de-fotos-historicas-do-brasil-disponivel-no-portal-brasiliana-fotografica

Les premières années du XXe siècle virent de grands progrès à Copacabana, comme les premiers tramways électriques passant par les tunnels. En 1906, le maire Pereira Passos lança les travaux de construction de l’Avenida Atlântica, sur le front de mer, en prenant sur les arrière-cours des maisons de l’Avenida Nossa Senhora de Copacabana. Le morne d’Inhangá fut été rasé pour lui permettre de courir d’un bout à l’autre de la plage et ses trottoirs revêtus de mosaïques de pierres noires et blanches en forme de vagues (voir ci-dessous).

En 1910, après dix-huit ans d’existence, Copacabana avait 20 000 habitants, qui soumirent une pétition à la mairie pour demander l’installation d’écoles, d’un sanatorium et de jeux pour enfants. En 1915 le maire Rivadávia da Cunha signa le décret déterminant la séparation du quartier de Copacabana du district de Gávea. Un autre décret, d’octobre 1917, reconnut la dénomination plage de Copacabana sur plus de 4 kilomètres, au long desquelles se situaient déjà 45 rues, une avenue, quatre places et deux tunnels.

Figure 9 Années 1920, les villas de la station balnéaire

En haut à gauche l’avenue Nossa Senhora de Copacabana est déjà goudronnée, à droite la maison de la famille Guinle, sur l’Avenida Atlântica. Au milieu à gauche le morne d’Inhangá n’a pas encore été supprimé, à droite l’espace vide au premier plan fait aujourd’hui partie de la place Cardinal Arcoverde, à l’époque il servait de corral pour les mules qui tiraient les tramways. En bas à gauche vue depuis la terrasse du Copacabana Palace encore neuf, en direction de la Praia do Leme, à droite la rue Barata Ribeiro (au centre) entre les rues Santa Clara et Constante Ramos.

 

Le 22 juillet 1919 fut inauguré la nouvelle Avenida Atlântica e, à double voie et dotée de trottoirs élargis ainsi que d’un éclairage moderne sur son terre-plein central, ce qui a encore embelli le front de mer.

Figure 11 Élargissements successifs de l’Avenida Atlântica

En haut élargissement de l’Avenida Atlântida (1919). En bas à gauche época da inauguração do Copoacabana Palace, tirada no terraço de um casarão no Leme, à droite dans les années 1970 l’Avenida Atlântica est déjè à deux fois trois voies.

Au début des années 1920 Copacabana était donc dotée de l’un de ses principaux symboles, les mosaïques de pierres noires et blanches du front de mer et allait bientôt en recevoir un autre, le Copacabana Palace Hotel.

Le Copacabana Palace Hotel

L’hôtel le plus célèbre de la plage, le Copacabana Palace Hotel a ouvert ses portes en 1923. Dans un premier temps il devait être ouvert pour commémorer le centenaire de l’indépendance du Brésil, en 1922 mais les travaux ont été retardés. Mais l’ouverture de l’hôtel le plus luxueux du pays n’en a pas moins donné le départ de processus d’installation d’établissements hôteliers dans le quartier.

Le Copacabana Palace a été conçu par l’architecte Joseph Gire, qui s’est inspiré des deux hôtels les plus glamour de la Côte d’Azur française, le Negresco de Nice et le Carlton de Cannes. En 1933, il a été le décor du film Flying Down to Rio, dans lequel Fred Astaire et Ginger Rogers ont dansé ensemble pour la première fois.

Figure 10 Le Copacabana Palace Hotel

En haut à gauche et en bas à droite la station balnéaire formée de grandes maisons, et l’hôtel tout récemment construit. En haut à droite l´hôtel encore neuf, en bas à gauche aujourd’hui, entouré d’immeubles, https://www.youtube.com/watch?v=u-Ouj3UVORk

Les mosaïques de pierres noires et blanches

Le dessin des mosaïques de la promenade en front de mer longe sur 4 150 mètres les plages de Copacabana et du Leme. Il était à l’origine basé sur celui de la place du Rocio à Lisbonne, les pierres bicolores de calcite blanche et basalte noir ont été d’abord importés du Portugal, accompagnées d’un groupe de paveurs professionnels spécialisés dans la pose et l’entretien des trottoirs de pierres portugaises. Le travail ne leur a pas manqué pour poser ces millions de pierres et les remplacer quand une tempête emportait une partie du trottoir côté mer. Peu après ont été découverts des dépôts de ces pierres dans tout le Brésil, ce qui a permis de reproduire ce type de trottoir dans d’autres villes.

Figure 12 Les trottoirs de pierres portugaises noires et blanches

En haut le revêtement de pierres encore neuf, en deuxième ligne les effets d’une tempête en 1921, en troisième ligne le revêtement, considérablement élargi, dans les années 1950 et 1970.

Le style curviligne des mosaïques de la promenade actuelle n’est vraiment apparu que depuis 1970, avec le travail paysager de de Burle Marx, l’élargissement de la bande de sable, des trottoirs et des pistes : le paysage a gardé la conception d’origine, mais les courbes ont pris de l’ampleur. Certains citoyens de Rio voudraient restreindre le pavage de pierres portugaises à certains tronçons, et pas le voir étendu à presque tous les trottoirs de la ville. Ils mettent en cause le coût et de la difficulté d’entretien (il y a peu de paveurs spécialisés) et des risques d’accident pour les piétons, en particulier les personnes âgées, en raison de la facilité avec laquelle les pierres se déchaussent.

Les années 1930 à 1960

À partir des années 1930, à mesure que le Brésil s’urbanisait et se modernisait, Copacabana a vu ses paysages changer : des immeubles d’appartements ont remplacé les villas de style balnéaire, des voitures de plus en plus nombreuses ont remplacé les tramways électriques comme moyen de transport dominant. Les premiers ont transformé le front de mer en une muraille continue de bâtiments de plus en plus hauts et serrés, empêchant la brise marine d’atteindre ceux des rues intérieures. Les secondes ont largement aggravé la situation en polluant l’air jusque-là réputé salubre et transformé en cauchemar la circulation dans les rues à sens unique et même sur l’Avenida Atlântica, naguère lieu de promenade et de flânerie.

Figure 13 Années 1940

En haut à gauche vue du haut d’un immeuble de l’Avenida Atlântica, à droite la plage remblayée. En bas à gauche vue aérienne de Copacabana, Ipanema et leblon au fond, au-delà de la pointe du fort, à droite L’Avenida Atlântica à l’angle de la rue Djalma Ulrich.

Dans les années 1950 des milliers d’immeubles ont encore été construits, à mesure que s’accroissait l’attraction des plages, elle-même liée à un véritable culte du corps, de plus en plus répandu. C’est en effet un trait partagé par une large part de la population brésilienne, toutes classes sociales confondues, le corps « doit » être mince, musclé et bronzé,  d’où – pour ceux qui en ont les moyens – la floraison des clubs de musculation, les academias, et le succès des cliniques de chirurgie esthétique.

Dans un article intitulé « Brésil, le pays où le corps est roi »[10], Dominique Audibert et Annie Gasnier racontent : « Au Brésil, la religion de la beauté atteint des sommets. Sur les plages d’Ipanema et de Copacabana, les paires de seins atomiques et de fesses pneumatiques laissent rêveur. Ou perplexe. C’est peu dire que ce pays qui a inventé le string (plaisamment surnommé fio fental, ou « fil dentaire ») est à la hauteur de sa réputation ». Copacabana en a bénéficié, car sa plage était le lieu parfait pour montrer à tous ces corps si bien soignés, aux formes et à la couleur idéales.

Figure 14 Années 1950

En haut Avenida Atlântica en 1957, http://www.procrie.com.br/wp-content/uploads/2010/01/Copacabana1957.jpg. Au milieu à gauche la Praça do Lido en 1951, à droite l’hôtel Miramar, en bas les débuts des problèmes de circulation.

Les plages

Au début du XXe siècle les bains de mer étaient à la mode, on ne parlait pas d’« aller à la plage », mais plutôt d’« aller au bain » et il n’était pas de bon ton de séjourner longtemps sur le sable. Pas de bains de soleil et la norme de la beauté élégante était la peau pâle, protégée par les cosmétiques, les chapeaux, parasols, et ombrelles.

En 1917, le maire Amaro Cavalcanti, a publié un décret réglementant l’utilisation des bains de mer : « Le bain ne sera autorisé du 2 avril au 30 novembre, de 6 h à 9 h et de 16h à 18h. À partir du 1er décembre et jusqu’au 31 mars de 5h à 8h et de 17 h à 19 h. Le dimanche et les jours fériés, il y aura une tolérance d’une heure de plus pour chaque période ». Les baigneurs devaient se présenter avec des « vêtements appropriés pour garder la décence nécessaire ».

Peu à peu, cependant, la pratique du sport, et surtout de la natation, ont contribué à la diminution de la taille des maillots de bain, qui ont laissé apparaître épaules et genoux, puis de plus en plus de surface de peau jusqu’à se réduire au strict minimum.

Figure 15 Les plages naguère et aujourd’hui

En haut à gauche scène de plage en 1929, à droite en 1931, en deuxième ligne dans les années 1950, en troisième ligne en dans les années 1970, en quatrième ligne à gauche en 1967, à droite en 2014, https://oglobo.globo.com/rio/banhistas-de-antigamente-nas-praias-do-rio-7133716

Alors qu’en 1946 Alberto Ribeiro e João de Barro chantaient encore «Copacabana princesinha do mar » (Copacabana, la petite princesse de la mer), il est à noter que Garota de Ipanema, l’une des chansons les plus populaires de toute la bossa nova, composée en 1962 par Vinicius de Moraes et Antonio Carlos Jobim[11], vante – comme son titre l’indique – la beauté d’une jeune femme d’Ipanema, et non plus de Copacabana. Victime de son succès, celle-ci avait alors déjà perdu de son charme. Sa plage était déjà devenue un lieu de loisir de masse, y compris bon nombre des habitants des favelas qui s’étaient multipliées sur les mornes voisins (les habitants do morro, par opposition à ceux do asfalto, des quartiers du bas, aux rues asphaltées). Le phénomène n’a fait que s’accentuer depuis lors et certains jours chauds de produit donc une saturation totale des plages, comme le montre la figure 16.

Figure 16 La foule sur les plages

4 janvier 2014, http://blogjackiegeo.blogspot.com.br/2014/01/clima-no-mundo-aqui-derretemos-la.html et « Sea of humanity » http://www.megatimes.com.br/2013/10/rio-janeiro.html

Copacabana aujourd’hui

Au cours des dernières décennies du XXe siècle, Copacabana, comme d’autres quartiers traditionnels de Rio, a subi un processus de dégradation, avec la spéculation immobilière, la circulation chaotique, les différents types de pollution, la prolifération des bidonvilles sur les mornes environnants, le tourisme sexuel, la violence urbaine.

La densité de population y est devenue très élevée (figure 17), sur 411 hectares Copacabana comptait au recensement de 2010 147 021 habitants (plus 14 157 a Leme) et la plus grande densité de Rio de Janeiro avec 35 618 habitants par kilomètre carré, plus qu’à Dacca (Bangladesh, 29 401), Mumbai (Inde, 20 680) ou Djakarta (Indonésie, 16 548). Avec 92 156 logements, bâtiments, bureaux et espaces commerciaux Copacabana représente à elle seule 9% de la taxe foncière totale recueillies dans la commune de Rio de Janeiro. Elle compte plus de 92 000 téléphones fixes et près de 180 000 téléphones portables, un téléphone pour 1,9 habitant[12].

Figure 17 Copacabana aujourd’hui

En haut à gauche Vista da Praia de Copacabana do alto do Morro do Leme, à droite au premier plan la pointe du fort. Au milieu à gauche vue en direction de la pointe du fort, à droite vers Leme. En bas à gauche Copacabana vue du sommet du Pain de Sucre J. Nabucet 2009, à droite la plage en « hiver » HThéry2009.

Aujourd’hui, Copacabana a perdu beaucoup de son prestige par rapport à d’autres quartiers situés plus loin sur la côte, comme Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca et Recreio dos Bandeirantes. Cependant, le glamour du passé est resté dans la mémoire des générations plus âgées, et Copacabana – naguère le quartier chic des artistes de la radio, du cinéma et de la télévision – a désormais la plus grande population âgée de la ville, qui, après avoir atteint la retraite, a choisi le quartier pour y passer les dernières années de sa vie.

Copacabana est donc devenu un quartier de vieux, environ un tiers de sa population (43 431 personnes en 2010) est composé de personnes âgées de plus de soixante ans, la plus forte proportion de toute la ville[13]. On a même plus dire que si la capitale n’avait pas été transférée à Brasilia la première mesure du gouvernement Lula n’aurait pas pu être d’imposer aux retraités des cotisations sociales qui ont diminué leurs revenus de 11%, ils auraient sans aucun doute assiégé en force l’ancien palais présidentiel du Catete, dans le quartier voisin.

Feux d’artifices de conclusion

Copacabana reste toutefois au moins une fois par ne le centre de l’attention de la ville, du pays et un des hauts-lieux de la planète, dans la nuit du Réveillon, grâce à ses feux d’artifice qui « ouvrent les portes de l’année ».

Figure 18 Feux d’artifices du Réveillon

Sources: Fernando Maia/ Riotur (31/12/2013), http://fotospublicas.com/no-rio-de-janeiro-34-mil-fogos-de-artificio-irao-iluminar-o-ceu-de-copacabana-por-16-minutos/ , https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas et https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/325180/bombeiros-e-pms-pedem-cancelamento-do-reveillonem-copacabana

 

Bien sûr, des feux d’artifice étaient déjà lancés sur les sables de Copacabana, dès la première phase d’urbanisation du quartier (dans la première moitié du XXe siècle), accompagnant les groupes de religions afro-brésiliennes qui célèbrent leurs cultes à la déesse de la mer, Iemanja, dans la nuit 31 décembre. Mais c’est avec l’alliance de la mairie avec une chaîne d’hôtel, en 1981, que l’événement est devenu officiel et a commencé à faire partie de la tradition du Réveillon à Rio, qui attire des millions de spectateurs brésiliens et étrangers.

Le spectacle a pris des proportions gigantesques (figure 18). En 2015 des barges chargées de 24 tonnes de feux d’artifice, ont été remorquées face à la plage pour un spectacle géant marquant l’arrivée de 2016 et célébrant les 100 ans de la samba et les Jeux Olympiques de Rio. Seize minutes d’illuminations, dans des tons vert, violet et orange, aboutissant à un moment où le ciel a été illuminé en blanc pour symboliser la paix[14]. Espérons que ce ne soient pas là les derniers feux de Copacabana…

[1] En suivant principalement l’article de Jenner da Silva Soares « Copacabana em muito mais de 100 anos », http://jensoares.blogspot.com.br/p/copacabana-em-muito-mais-de-100-anos.html, sauf indication contraire pour le texte et les images.

[2] La « France Antarctique » qu’avait voulu créer l’expédition commandée par Nicolas Durand de Villegagnon, arrivée en 1555, n’avait pas résisté aux dissensions entre catholiques et protestants et elle fut expulsée en 1560.

[3] http://copacabana.com/historia-de-copacabana

[4] Sources http://www.cruzterrasanta.com.br/historia-de-nossa-senhora-de-copacabana/31/102/#c  et http://www.dicionariotupiguarani.com.br/dicionario/copacabana/

[5] Source: http://www.fortedecopacabana.com/historia.html

[6] Source : http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[7] Sources: https://ama2345decopacabana.wordpress.com/planejamento-urbano/processo-de-urbanizacao-em-copacabana/, http://rioantigofotos.blogspot.com.br/2009_12_01_archive.html , http://lemeantigo.blogspot.com.br/p/fotos.html et http://www.rioquepassou.com.br/2004/05/05/tunel-velho-boca-de-botafogo-1963/

[8] L’extinction du foyer endémique de la Havane, en 1901, avait démontré que les moustiques sont l’unique disséminateur de la maladie. Oswaldo Cruz, chargé d’organiser la lutte contre la fièvre jaune, refit à Rio de Janeiro ce qui avait été fait à la Havane. La mortalité, qui auparavant était en moyenne de 150 décès par mois, tomba à 8 au mois d’avril et à 4 au mois de juin. Au mois de janvier 1904, on ne comptait que 3 décès. Source A. Dastre, Revue scientifique – La Lutte contre la fièvre jaune, Revue des Deux Mondes, 5e période, tome 29, 1905 (pp. 216-228). https://fr.wikisource.org/wiki/Revue_scientifique_-_La_Lutte_contre_la_fi%C3%A8vre_jaune

[9] https://pt.wikipedia.org/wiki/Copacabana  et http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[10] Le Point, 08/04/2010,

[11] Sa version la plus connue, Girl from Ipanema, a été publié par Verve Records l’année suivante, sur le disque Getz / Gilberto, chantée par Astrud Gilberto et accompagnée João Gilberto et Stan Getz, avec la participation de Tom Jobim au piano (https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA ).

[12] http://copacabana.com/dados-sobre-copacabana/

[13] http://brasil.estadao.com.br/noticias/geral,copacabana-e-o-bairro-com-maior-numero-de-idosos-do-pais-diz-censo,739329

[14] https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas

La genèse du Christ du Corcovado

La statue du Christ qui domine la baie de Rio de Janeiro est une icône connue dans le monde entier et elle est étroitement associée à l’image de la ville et du Brésil. Elle est pourtant relativement récente (elle a n’a été érigée au sommet du morne du Corcovado qu’en 1931). Revenir sur sa genèse et sa construction permet de la situer dans l’histoire du Brésil avant, pendant et après sa construction.

Figure 1 Le Christ du Corcovado domine Rio de Janeiro

https://inspirationseek.com/cristo-redentor-rio-de-janeiro-best-places-to-visit-in-brazil/

Une icône

Le Christ du Corcovado est un des dix monuments les plus visités au monde[1]: en 2016 le site a été visité par 3 305 010 personnes contre 2 945 355 en 2015, une augmentation de 12% en un an[2]. Le nombre de visites journalières a battu un record historique lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, le 26 juillet 2013, avec 20 000 personnes, alors que la moyenne quotidienne est de 5 500 visites.

La statue apparaît dans d’innombrables films et séries télévisées, la montrer même fugitivement suffit pour signifier que l’action se déroule au Brésil, tout comme une brève apparition de la Tour Eiffel suffit à  indiquer qu’elle se situe à Paris. Elle a fait l’objet non seulement de myriades de reproductions de toutes tailles vendues aux touristes mais aussi de films et de chansons dont « Corcovado », l’un des plus grands succès de Tom Jobim, le père de la bossa nova et plusieurs villes, au Brésil et ailleurs dans le monde, ont construit des répliques de ce Christ aux bras ouverts, probablement pour bénéficier de l’aura de Rio de Janeiro en lui empruntant son icône.

L’identification avec le pays est telle que l’image du Christ a été utilisée par l’hebdomadaire britannique The Economist à trois reprises (en 2009, 2013 et 2016) pour symboliser le décollage économique du pays, son décrochage et la trahison dont il aurait été victime.

Figure 2 Le Christ sur trois couvertures de The Economist

Le Corcovado avant le Christ

Depuis la découverte de la baie de Guanabara, le 1er janvier 1502, par les navigateurs Gonçalo Coelho et Américo Vespucci, deux mornes tropicaux attirent l’attention de tous les voyageur, le Pain de Sucre[3], qui domine l’entrée de la baie et le Corcovado, situé un peu plus à  l’écart mais beaucoup plus haut puisqu’il culmine à 710 m contre 396 pour le Pain de Sucre.

Son sommet a été atteint pour la première fois – officiellement du moins – le 22 Février 1824, quand l’Empereur du Brésil, Dom Pedro Ier, y a mené une expédition.

Figure 4 Le Corcovado avant le Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Le décret impérial 3372 du 7 Janvier 1872 a accordé une concession pour construire un chemin de fer menant au sommet du Corcovado. Les travaux de la première partie de la ligne ont commencé le 2 Janvier 1883, pour relier le quartier de Cosme Velho à Paineiras. Elle a été inaugurée le 9 octobre 1884, en présence de Pedro II et de la famille impériale. Puis les travaux se sont poursuivis et le sommet a été atteint le 1er juillet 1885. La ligne, à crémaillère, a au total 3 824m de long, c’est l’une des plus raides au monde et la première à avoir été électrifiée en Amérique du Sud. Un belvédère avait alors été construit au sommet, un pavillon de fer, verre et ardoise de 13,50 m de diamètre et de 46 tonnes, dont tous les matériaux ont été acheminés par le chemin de fer.

La route qui relie la ville au Christ Rédempteur n’a quant à elle été construite que dans les années 1930. Les techniques modernes n’étaient toutefois pas absentes du sommet du Corcovado puisque la société américaine Westinghouse y avait installé une station émettrice pour réaliser la première démonstration expérimentale de téléphonie radio au Brésil, au cours de l’exposition commémorant le centenaire de l’indépendance, en 1922. Cela crée une parenté avec la Tour Eiffel, elle aussi dotée d’une station de radio (militaire), qui l’a sauvée de la destruction à laquelle elle était promise à la fin de la concession accordée pour l’Exposition Universelle de 1889.

Figure 5 Le chemin de fer du Corcovado en 1884

La genèse du Christ

L’idée de construire un monument au sommet du Corcovado vient du prêtre français Pierre Marie Boss, arrivé au Brésil en 1865. De la fenêtre de l’école où il enseignait il regardait le morne du Corcovado, en pensant – raconta-t-il plus tard – « Quel beau piédestal pour une statue de notre Seigneur ». L’initiative avait reçu le soutien de la princesse Isabel, la fille de l’Empereur, mais elle tourna court avec l’avènement de la République (le 15 novembre 1889) et l’exil de la famille impériale. La séparation de l’Église et de l’État par la première Constitution républicaine du Brésil, en 1891, fut un autre facteur de complication.

En 1921, l’approche du premier centenaire de l’indépendance du Brésil (1822) a été l’occasion de proposer à nouveau la construction d’un monument au Christ Rédempteur, et l’autorisation de construire le monument sur le Corcovado a été accordée le 1er juin 1922. L’année suivante, une campagne de financement a été lancée pour la construction du monument et plusieurs projets ont été présentés.

En 1924, la compagnie de téléphone, avait installé, à  demeure cette fois et en dépit des protestations, une antenne d’émission au sommet du morne. De sa résidence du quartier Botafogo l’ingénieur Heitor da Silva Costa avait noté la forme de l’antenne, en forme de croix dotée de bras horizontaux de 16 mètres, et repris dans cet esprit son projet, qui fut retenu. Il en avait ensuite parlé  avec le sculpteur Paul Landowski à Paris, en 1924: le sculpteur français serait responsable de la construction de la tête et des mains du Christ, et l’artiste plastique brésilien Carlos Oswald de la préparation et de la conception finale du monument. Cette même année avait commencé la préparation du modèle en plâtre de la future sculpture.

La première pierre du monument avait été posée le 4 avril 1922, mais les travaux au sommet du Corcovado n’ont commencé qu’en 1926, entravés par les difficultés du site et du transport du matériel vers le sommet par chemin de fer.

La population de la ville a collaboré volontairement aux travaux en enveloppant de fines doublures de toile des centaines de milliers de pierres triangulaires de stéatite[4] destinées à revêtir la statue. Au passage elles (ce travail ayant été fait principalement par des femmes) ajoutaient souvent des demandes, des bénédictions et des prières derrière chacune de ces pierres, que plus tard les travailleurs ont appliquées en mosaïque sur la statue.

Étape par étape, la construction du Christ Rédempteur

  1. La statue a d’abord été ébauchée en France par le sculpteur français Paul Landowski. Avant que le travail ne soit réalisé en vraie grandeur plusieurs modèles en plâtre avaient été préparés.
  2. Ces éléments ont été transportés de France au Brésil en morceaux: la tête était composée de 50 pièces et chaque main avait 3,2 mètres de long. Une exposition des moulages en plâtre des mains du Christ, sur le modèle préparé par Landowski, a eu lieu sur le Corcovado en 1929.

Figure 6 Main et tête du Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html et http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

  1. Des échafaudages en bois et en fer ont permis aux travailleurs d’avoir accès aux points les plus élevés du chantier. Les différentes parties de Christ ont été progressivement intégrées au châssis métallique monté pour supporter le poids de la statue.

Figure 7 Le Christ dans les échafaudages

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

  1. La première partie mise en place a été la tête, le Christ étant donc construit de haut en bas. Toutes les parties extérieures ont alors été revêtues de la mosaïque de stéatite, une matière qui, bien qu’elle soit facilement rayée, résiste bien aux variations de température.

Figure 8 Le revêtement de pierre-savon

http://thesevensistersseries.com/cristo-redentor/4590607581 et http://acessoverdade.blogspot.com.br/2014/03/

L’inauguration

En 1931, le jour de la fête de la sainte patronne du Brésil, Nossa Senhora Aparecida, le 12 octobre, le monument a été solennellement inauguré, avec la participation du président Getúlio Vargas (1882-1954), alors chef du gouvernement provisoire, et de Pedro Ernesto (1884-1942), Gouverneur nommé  du District fédéral, comme était alors nommée région de Rio de Janeiro.

Figure 9 Inauguration du Christ

http://ngcanela-news.blogspot.com.br/2012/08/monumento-do-cristo-redentor.html et http://origemdascoisas.com/a-origem-do-cristo-redentor/

Au moment de la consécration toutes les cloches des églises de Rio de Janeiro ont retenti pendant trois minutes. Tout au long de la cérémonie une escadrille de l’aviation militaire a fait des évolutions acrobatiques autour du monument du Christ Rédempteur.

L’inventeur Guglielmo Marconi (1864-1937), le créateur de la télégraphie sans fil, devait allumer, par signal radio émis de son yacht Electra ancré dans la baie de Gênes, les projecteurs prévus pour illuminer le monument la nuit. Les lumières ont finalement été allumées depuis Rio de Janeiro et la population n’a pas pu voir cet éclairage, car un nuage épais enveloppait le Christ Rédempteur.

Caractéristiques du Christ Rédempteur

Hauteur totale du monument – 38 mètres

Hauteur de la statue – 30  mètres

Hauteur de la tête – 3,75 mètres

Longueur de la main – 3,20 mètres

Distance entre les extrémités des doigts – 28 mètres

Poids de la statue – 1 145 tonnes

Poids de la tête – 30 tonnes

Poids de chaque main – 8 tonnes

Poids de chaque bras – 57 tonnes.

 

Les travaux d’amélioration

– En 1943, a commencé une campagne d’expansion des belvédères, et la construction d’escaliers et de murets de protection (existants jusqu’à ce jour). Ce travail a été inauguré le 3 juillet 1945.

– En 1965, lors des célébrations du 4e centenaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été installé et inauguré par le pape Paul VI, depuis le Vatican.

– En 1973, tout le parc national de Tijuca (l’un des plus grands parcs urbains au Brésil, qui inclut le Corcovado) a été classé par l’Institut national du patrimoine (IPHAN).

– En 1979, le chemin de fer a été rouvert après une modernisation complète.

– En 1980, la statue a été rénovée pour recevoir la visite du pape Jean Paul II, qui a dit une messe au pied de celui-ci.

– Depuis l’an 2000, quand il a reçu un nouvel éclairage, le monument et ses accès ont fait l’objet d’un processus de revitalisation. Le point culminant a été l’ouverture de l’accès mécanisé, avec trois ascenseurs panoramiques et quatre escalators en 2003, au profit des personnes âgées et handicapées.

Figure 10 Travaux de réparation

http://randomenthusiasm.com/7903354-the-brave-men-who-repair-christ-the-redeemer-statue-have-the-sca

– En 2010, la mosaïque en stéatite couvrant la statue a été restaurée, on a supprimé la patine biologique (champignons et autres micro-organismes) qui s’y était peu à peu formée. Ont été également réparés les paratonnerres situés sur la tête et les bras de la statue, fréquemment frappés par la foudre en raison de la position de la statue.

Figure 11 Un éclair frappe le Christ

http://epicpew.com/breathtaking-images-jesus-christ-the-redeemer/

– Le 1er mars 2011, date anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été inauguré, formé de 300 projecteurs à LED de dernière génération, donnant  la possibilité de créer différents effets de couleurs. Le Christ a ainsi été illuminé en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris de novembre 2016.

Figure 12 Le Christ en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris

Antonio Scorza, O Globo, http://blogs.oglobo.globo.com/agora-no-mundo/post/cristo-redentor-ganha-iluminacao-especial-com-cores-da-bandeira-da-franca.html

La statue a finalement connu une double consécration, nationale et internationale qui a définitivement assis son statut d’icône : en 2005 la statue a été classée par l’Institut du patrimoine historique et artistique (IPHAN), entrant ainsi dans le patrimoine historique et culturel du Brésil. Et en juillet 2007, le Christ Rédempteur a été élu l’une des sept merveilles du monde lors d’une élection populaire[5] qui a rassemblé plus de 100 millions de voix. Dans le résultat final, le Christ était à la troisième place, derrière la Grande Muraille de Chine et Petra, en Jordanie, devant des monuments connus dans le monde entier comme Machu Picchu, le Colisée de Rome et le Taj Mahal d’Agra.

Bibliographie

Antônio Sérgio Ribeiro, Cristo Redentor: 80 anos de um símbolo, 11/10/2011, http://www.al.sp.gov.br/noticia/?id=310849

Cristo Redentor, http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

História do Cristo Redentor, Tudo sobre engenharia e construção civil, http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Inauguração do Cristo Redentor, http://brasilianafotografica.bn.br/?p=2602

[1] Le premier est Notre-Dame de Paris, (12 millions de visiteurs). Puis viennent 2) la Grande Muraille de Chine (9 millions), 3) l’Opéra de Sydney (7,4 millions), 4) la Tour Eiffel (6,7millions), 5) le Lincoln Memorial de Washington(6 millions), 6) le Colisée de Rome (5,11 millions), 7) la Statue de la Liberté de New York (4,24 millions), 8) l’Alhambra de Grenade (3 millions), 9) les pyramides de Gizeh, en Egypte (3 millions), et derrière lui 11) le Taj Mahal d’Agra, en Inde (2,5 millions) http://www.tourism-review.fr/les-dix-monuments-les-plus-visites-dans-le-monde-news3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.99

[2] http://g1.globo.com/turismo-e-viagem/noticia/parques-nacionais-registram-recorde-de-visitantes-pelo-10-ano-consecutivo.ghtml

[3] Que les premiers occupants de la baie, des Français menés par Nicolas Durand de Villegaignon avaient baptisé « Le Pot de Beurre », sans doute par nostalgie de la Normandie dont beaucoup étaient issus.

[4] Roche tendre principalement composée de talc, plus connue au Brésil comme « pierre-savon » et très utilisée par l’artisanat car elle est facile à graver et sculpter

[5] Organisée par la Fondation New 7 Wonders

Une application pour cartographier les fusillades à Rio de Janeiro

Peu de temps avant l’ouverture des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, prévue pour le 5 août, 2016, une préoccupation majeure des organisateurs et des autorités brésiliennes était évidemment la sécurité. Une innovation cartographique, qui a été lancée un peu plus d’un mois avant l’ouverture, devrait permettre, à défaut d’y mettre fin, au moins de connaître, grâce à la participation de la population, l’étendue du risque lié aux constants échanges de tirs qui se produisent dans la ville, entre trafiquants de drogue et avec la police. Une nouvelle application mobile peut être utilisé pour les cartographier, Fogo Cruzado (tirs croisés), publié le 5 Juillet 2016 par Amnesty International, elle signale les cas de tirs avec blessures, les fusillades sans victimes et les fusillades multiples. Cette information sera utilisée pour créer des rapports qui seront mis à disposition sur le site www.fogocruzado.org.br.

Figure 1 L’image d’ouverture de l’application

Capa aplicativo petit

La genèse du projet

L’idée de créer l’application est de la journaliste et experte en sécurité publique Cecilia Oliveira. Dans une interview, Claudio Lima (références ci-dessous) lui pose des questions qui aident à comprendre le projet

« – Comment est née l’idée de créer une application qui cartographie la violence en ville?

– L’année dernière je cherchais des renseignements sur les blessés par balles perdues et les échanges des tirs dans la ville et je n’ai rien trouvé […] Cela m’a donné l’idée de commencer à recenser ces fusillades, en les suivant par la presse, les bulletins d’information de la police qui sont disponibles sur le internet et les associations locales d’habitants. Je me suis aperçu que le problème était beaucoup plus grave qu’on ne l’imaginait et j’ai proposé le projet.à Amnesty International.

– L’application a déjà enregistré de nombreux cas, peut-elle être utile aux touristes pendant les Jeux Olympiques?

-. Il est important que les gens – touristes ou non – sachent que la violence se produit sélectivement à Rio. Ceux qui souffrent sont les habitants des favelas et des banlieues, généralement de jeunes hommes noirs qui deviennent victimes de la guerre de la drogue. […] La région métropolitaine de Rio de Janeiro a des niveaux élevés de violence armée. Selon Mapa da Violência (la carte de la violence), il y aurait eu environ 3 500 meurtres par armes à feu en 2012. Parmi ceux-ci, 2 000 ont concerné des jeunes âgés de 15 à 29 ans

– Pourquoi selon vous est-il important d’avoir accès à l’information?

– Un outil comme l’application Fogo Cruzado est surtout un moyen de faire pression sur les autorités pour qu’elles adoptent des politiques de sécurité publique qui respectent les droits de l’homme. Sur la base des données produites par l’application, nous allons demander des informations complémentaires aux autorités de mieux comprendre les impacts des tirs ».

Pour l’instant, la priorité est donnée, pour la préparation du rapport, à certaines régions, y compris Jacarezinho, Manguinhos, Complexo da Maré, Complexo do Alemão, Acari, Cité de Dieu. Dans ces quartiers, Amnesty International a conclu des partenariats avec d’autres organisations, ce qui permettra de confirmer si les notifications envoyées par les utilisateurs de l’application sont correctes. Dans la première semaine qui a suivi le lancement de l’application ont été reçues plus de 400 notifications envoyées par les utilisateurs. Parmi ceux-ci, 265 ont été validés par Amnesty International, elles ont signalé 24 morts, 20 blessés et 51 des opérations de police.

Comment fonctionne Fogo Cruzado?

Selon son site Web, l’application permettra d’approfondir le débat sur la sécurité publique à Rio de Janeiro, permettant que la population des quartiers les plus touchés par la logique de la guerre se manifeste concrètement et en toute sécurité. C’est un moyen pour la population de montrer, par le biais de l’application, qu’elle est souvent placée au milieu de « feux croisés ». L’application permet à tout citoyen de partager des données chaque fois qu’il est a vu ou entendu une fusillade. En remplissant un formulaire simple et sécurisé, l’information est transformée par l’application en une notification sur une carte de la région métropolitaine de Rio de Janeiro

Colabore aplicativo 2

Figure 2 Le formulaire de notification

Ainsi, en interaction avec la population, les cartes produites par l’application peuvent être regroupées et combinées avec des informations provenant d’autres domaines comme la santé et l’éducation. De ce processus émerge progressivement une image plus réelle de la violence armée dans la ville, qui sera utile pour  définir des politiques publiques plus efficaces pour faire face au problème.

Il est prévu de publier les documents suivants:

  • – Carte hebdomadaire: nombre de tirs dans la semaine (disponible à partir du 13/7).
  • – Carte mensuelle: nombre de tirs au cours du mois (disponible à partir du 02/08).
  • – Carte trimestrielle: nombre de tirs au cours du trimestre (disponible à partir du 30/09).

Les cartes fournissent des informations sur le nombre de coups de feu, s’il y a eu des décès et des blessures, et les localisations des faits. Sur les cartes hebdomadaires et trimestrielles figureront également des informations comparatives disponibles pour les périodes antérieures et une analyse plus approfondie. L’application est disponible en téléchargement gratuit pour Android et iOS.

Fogo cruzado site1

Figure 3 Carte générale des fusillades dans la région métropolitaine, par quartier.

Fogo cruzado site 3

Figure 4 Zoom sur une zone de favelas

Fogo cruzado site 4

Figure 5 Details de l’une des notifications

Relatorio 1

Figure 7 Rapport sur les fusillades dans la deuxième semaine de fonctionnement

Relatorio 2

Figure 8 Détail du rapport par quartier

Webographie

Filipe Oliveira, « App Fogo Cruzado mapeia tiroteios no Rio e ajuda a contabilizar perdas », 14-7-2016, http://www1.folha.uol.com.br/tec/2016/07/1791334-app-fogo-cruzado-mapeia-tiroteios-no-rio-e-ajuda-a-contabilizar-perdas.shtml

Fernanda Rouvenat, « App registra mais de 250 tiroteios no RJ em 7 dias; média é de 1,5 por hora », 14/7/2016, http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/noticia/2016/07/app-registra-mais-de-250-tiroteios-no-rj-em-7-dias-media-e-de-15-por-hora.html

Felipe Payão, « App ‘Fogo Cruzado’ ajuda morador e turista a fugir de tiroteios no RJ », 5/7/2016,  Em Segurança, http://www.tecmundo.com.br/seguranca/106907-app-fogo-cruzado-ajuda-morador-turista-fugir-tiroteios-rj.htm

Claudio Lima, « Entrevistamos uma das criadoras do app Fogo Cruzado », 12/7/2016,

http://www.psafe.com/blog/entrevistamos-uma-das-criadoras-do-app-fogo-cruzado/