Archives par mot-clé : population

La population du Brésil en 2017

L’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 30 août 2017 les chiffres officiels de la population pour 2017, à la date de référence le 1er juillet 2017. L’Institut publie cette estimation annuellement pour ajuster, entre autres, les subventions du Fonds de participation attribuées aux États et communes (municípios), et qui elle est également une référence pour divers indicateurs sociaux, économiques et démographiques[1].

Selon l’IBGE « la populations des communes ont été estimées par une procédure mathématique et sont le résultat de la répartition des populations des États, projetés par des méthodes démographiques, entre les communes. La méthode est basée sur la projection de la population de l’État et la tendance à la croissance des communes, calculée entre les deux derniers recensements démographiques (2000 et 2010). Les estimations municipales comprennent également les changements dans les limites territoriales municipales qui ont eu lieu après 2010. Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié aujourd’hui au Journal Officiel de l’Union (D.O.U.). La note méthodologique et les estimations démographiques pour les 5 570 communes et 27 États se trouvent à l’adresse https://ww2.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/estimativa2017/default.shtm« .

La population du pays, selon ces données, est officiellement de 207 660 929 habitants, soit une augmentation de 0,77% par rapport à 2016 (206 081 432). Il est donc, de loin, le plus peuplé d’Amérique du Sud, devant la Colombie et l’Argentine (46 et 40 millions, respectivement) et le cinquième dans le monde, après l’Indonésie et devant le Pakistan. Et le cinquième du monde, pour le moment du moins, puisque selon l’article « Tous les pays du monde (2017) » de la revue Population & Sociétés (Numéro 547 Septembre 2017), il doit être dépassé en 2050 par le Pakistan

Tableau 1  Les pays les plus peuplés au monde en 2017 et 2050

2017 Rang 2050 Rang
Chine 1387 1 1343 2
Inde 1352 2 1676 1
États-Unis 325 3 397 4
Indonésie 264 4 322 5
Brésil 208 5 231 7
Pakistan 199 6 311 6
Nigeria 191 7 411 3
Bangladesh 165 8 202 9
Russie 147 9
Mexique 129 10
Congo 216 8
Éthiopie 191 10

La commune de São Paulo continue à être la plus peuplée du pays, avec 12,1 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions d’habitants), Brasilia et Salvador (environ 3,0 millions d’habitants chacune). Dix-sept communes brésiliennes ont une population de plus d’un million de personnes, soit 45,5 millions d’habitants, 21,9% de la population brésilienne. Parmi les États, les trois plus peuplés sont dans le sud-est, et les cinq moins peuplés sont dans le nord amazonien. Le leader est São Paulo, avec 45,1 millions d’habitants, concentrant 21,7% de la population du pays. Le Roraima est le moins peuplé avec 522 000 habitants (0,3% de la population totale).

Tableau 2 Communes de plus d’un million d’habitants

Ordre Estado Município Population 2017
SP São Paulo 12.106.920
RJ Rio de Janeiro 6.520.266
DF Brasília 3.039.444
BA Salvador 2.953.986
CE Fortaleza 2.627.482
MG Belo Horizonte 2.523.794
AM Manaus 2.130.264
PR Curitiba 1.908.359
PE Recife 1.633.697
10º RS Porto Alegre 1.484.941
11º GO Goiânia 1.466.105
12º PA Belém 1.452.275
13º SP Guarulhos 1.349.113
14º SP Campinas 1.182.429
15º MA São Luís 1.091.868
16º RJ São Gonçalo 1.049.826
17º AL Maceió 1.029.129
TOTAL 45.549.898
% / Brésil 21,9%
Total 207.660.929
 Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – COPIS.

Un peu plus de la moitié de la population brésilienne (56,5% ou 117,2 millions) vit dans les 310 communes (5,6% du total), qui comptent plus de 100 000 habitants. Celles de plus de 500 000 habitants (42) concentrent 30,2% de la population du pays (62,6 millions d’habitants). Celles de moins de 20 000 habitants (68,3%) ne représentent que 15,5% de la population du pays (32,2 millions d’habitants). Serra da Saudade (Minas Gerais) est la commune brésilienne la moins peuplée avec 812 habitants en 2017, suivie par Borá (SP), avec 839 habitants, et Araguainha (MT), avec 931 habitants 9(ces trois communes sont  les seules du pays à compter moins de 1 000 habitants).

Pour ce qui est des régions métropolitaines (RM) et des régions intégrées de développement (RIDES) constituées au 31 décembre 2016, la RM de São Paulo est la plus peuplée, avec 21,4 millions d’habitants, suivie de celle de Rio de Janeiro (12,4 millions d’habitants), de la RM de Belo Horizonte (5,9 millions d’habitants) et de la RIDE du District fédéral de Brasília (4,4 millions d’habitants). Parmi les régions métropolitaines ou les RIDES, 28 ont une population de plus d’un million d’habitants et représentent 97,9 millions d’habitants, soit 47,1% de la population totale.

Entre 2016 et 2017 près du quart des 5 570 municipalités brésiliennes (1 364) ont connu une réduction de leur population. Dans plus de la moitié d’entre elles (56,2% ou 3 130), les taux de croissance de la population ont été inférieurs à 1%, et dans 207 (3,7% du total), la croissance a été égale ou supérieure à 2%. C’est parmi les communes des régions du Nord et du Centre-Ouest, que l’on trouve les proportions les plus élevées des communes ayant eu des taux de croissance supérieurs à 1%, et dans Sud la proportion la plus élevée de municipalités à des taux négatifs.

La population est loin d’être répartie uniformément dans tout le pays. Il existe encore une opposition claire entre les régions côtières et intérieures, qui reflète encore les effets de la colonisation et de l’histoire du peuplement : les premières sont densément peuplées, les secondes beaucoup moins.

Figure 1 Répartition de la population

Au long de la période 2000-2017 on constate (figure 2), que les communes dont la population a diminué (en bleu sur la carte) sont rares et petites. Pour la plupart, les effectifs ont augmenté (jusqu’à + 50% en jaune) au cours de ces 17 ans et certains ont augmenté très rapidement (de + 50% à près de + 300% en rouge). La se produit principalement sur les fronts pionniers d’Amazonie et à la périphérie des grandes villes, Rio, São Paulo et Brasília. São Paulo a encore gagné plus d’un million et demi d’habitants dans cette période, Rio un peu plus d’un demi-million et Brasília a atteint pour la première fois les 3 millions d’habitants, un fait remarquable pour une ville fondée en 1960.

Figure 2 Évolution 2010-2017 de la population par commune

[1] Article 102 de la Loi nº 8.443/1992 et de la Loi complementaire nº 143/2013

La Pedra do Telégrafo, quintessence du tourisme au Brésil

La Pedra do Telégrafo près de Rio de Janeiro, est un promontoire rocheux qui offre une vue magnifique sur les plages de l’ouest de la ville, Meio, Funda, Grumari, Recreio, Barra, etc. Mais son intérêt principal n’est pas le remarquable paysage qui l’entoure, mais le fait qu’elle permet d’observer une sorte de quintessence de nouvelles tendances du tourisme au Brésil : elle est typique de l’attraction pour le tourisme sportif et d’aventure qui s’y développe, et sa fréquentation croissante témoigne du rôle croissant des réseaux sociaux dans la réputation des lieux. Et ce d’autant plus que, en l’occurrence, la raison principale de s’y rendre est d’y des photos spectaculaires et de les poster sur ces réseaux.

Situation

La Pedra do Telégrafo est un morne tropical de 354 mètres de haut, situé dans le município (commune) de Barra de Guaratiba, dans l’État de Rio de Janeiro, à 60 kilomètres à l’ouest de sa capitale (figure 1). Elle fait partie du parc de Pedra Branca, un massif montagneux de 150 km2, vaste structure anticlinale formée de granites ou de gneiss et marquée par la présence de batholites du genre de ceux qui ont donné naissance au Pain de Sucre ou la Pedra da Gávea qui domine le paysage régional du haut de ses 844 mètres. Elle doit son nom (littéralement « Roche du Télégraphe ») au fait que, pendant la Seconde Guerre mondiale, elle avait reçu un avant-poste militaire, équipé d’une radio, pour l’observation de sous-marins ennemis et la prévention des attaques contre les navires entrant ou sortant de le baie de Guanabara.

Figura 1 Localisation de la Pedra do Telégrafo

Google Maps

Située à l’ouest de Rio elle se situe dans le prolongement de l’axe majeur d’expansion de la ville hors de son site original de la baie de Guanabara. Ce mouvement vers le littoral atlantique avait commencé à la fin du XIXe siècle avec la fondation de Copacabana[1], prolongée ensuite par une succession de quartiers d’abord balnéaires puis résidentiels, Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca, Recreio dos Bandeirantes. Sa proximité des quartiers les plus récents et les plus à la mode de la ville lui assure ainsi une clientèle de résidents cariocas aisés et de touristes séjournant dans la ville la plus visitée du pays, les uns et les autres souvent à la recherche d’une excursion de la journée.

Figura 2 Le contexte de la Pedra do Telégrafo

Google Earth

La Pedra do Telégrafo est donc désormais incluse dans les guides touristiques imprimés et mentionnée par les sites électroniques indiquant aux touristes quoi faire et quoi voir à Rio. Car elle est devenue célèbre, sur les réseaux sociaux, pour les photos que l’on peut y prendre, sur lesquelles les touristes semblent suspendus au bord d’un précipice vertigineux dominant un magnifique paysage de mer, de plages et de montagnes.

Des photos spectaculaires

Ces images se sont multipliées sur internet et le hashtag # pedradotelegrafo y est apparu des dizaines de milliers de fois. Il y en tant que prendre une pose qui n’a jamais été vue est devenu presque impossible et il ne reste plus qu’à répéter les plus réussies et à s’amuser de la peur faite aux amis, qui croient que vous avez risqué votre vie dans cette aventure.  Ce que tout le monde veut, en fait, c’est gagner beaucoup de « like » sur internet en prenant une photo de soi au bord l’abîme, avec le massif de la Pedra Branca, les plages de la zone Ouest et le nouveau quartier de Barra da Tijuca en arrière-plan, puis en l’affichant immédiatement sur Instagram, Snapchat ou Facebook. C’est d’autant plus facile que le lieu est bien couvert par les réseaux des principaux opérateurs, qui ont bien compris qu’il est très fréquenté par leurs clients.

Figura 3 Au bord de l’abîme, mais avec le sourire

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

On notera que les personnes photographiées ne semblent pas inquiètes d’être suspendues dans le vide, sur la plupart des images elles sourient, méditent, font du yoga, de la musculation ou s’embrassent[2]. Elles y exhibent aussi leurs élégantes tenues sportives, leur impeccable forme physique – dont témoigne le fait qu’elles ont atteint le sommet – et – éventuellement – la complicité amoureuse de leur couple, hétéro ou homosexuel.

Figura 4 Exhibitions de forme physique et de complicité de couple

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/ et https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

La Pedra do Telégrafo est donc le lieu idéal pour observer des caractéristiques qui en font une quintessence du Brésil à la mode, de l’image que veulent en donner à leurs correspondants ceux qui y résident ou y sont en vacances. On y retrouve le culte du corps en forme et bronzé; le succès de la mode sportive ou casual, depuis les maillots de bain minuscules (dits fio dental, « fil dentaire ») jusqu’aux jeans artistiquement percés aux genoux et aux textiles sophistiqués évacuant la sueur. Mais la dominante est la manie d’afficher des photos de soi sur les réseaux sociaux, selfies ou photos prises par d’autres mais où le sujet principal est le propriétaire de l’appareil. Ou, plus fréquemment, du smartphone avec lequel la photo a été prise et postée. C’est évidemment plus moderne et plus chic que les « là c’est moi devant la tour Eiffel » ou « là Germaine fait semblant de soutenir la Tour de Pise » des interminables soirées diapos d’antan, mais tout aussi narcissique…

En réalité…

Comme il s’agit d’image, choc et flatteuse, peu importe qu’elle embellisse quelque peu la réalité. En réalité tout est dans le cadrage de la photo, car sous la roche la terre ferme est à moins de deux mètres, juste sous les pieds des personnes photographiée, il suffit de bien choisir son angle pour obtenir l’illusion d’optique recherchée. Les photos sont vertigineuses, car tout le monde pense, en les voyant, que les amis qui vous les envoient étaient en danger, perchés au sommet d’une immense falaise, mais il n’en est rien, elles étaient en fait en parfaite sécurité. Les pentes qui dominent la mer sont plus loin et le sommet du morne est en fait en pente modéré. Tout au plus peut-on dire que certains endroits sont en pente plus accentuée, et donc qu’il y a un petit risque d’accident pour les imprudents et pour les impatients qui explorent les environs en attendant leur tour de prendre « la » photo.

Figura 5 La situation réelle

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

Files d’attente

En effet, si peu de gens connaissaient la Pedra do Telégrafo avant que le G1 (le site d’information de Globo news, la principale chaîne d’information en continu) et quelques célébrités aient commencé à faire connaître cette attraction touristique naturelle. Depuis lors des foules d’« aventuriers » s’y sont rendus à la recherche d’images drôles et des centaines de personnes y affluent chaque jour, sauf quand il pleut, évidemment, sous la pluie pas de photos possibles.

Leur nombre a tellement augmenté que certains jours et à certaines heures il y a une file d’attente pour prendre des photos, en raison du temps que chaque personne met à prendre ses images, en particulier les couples. Certains n’ont pas le bon sens élémentaire de céder la place au plus vite et veulent engranger d’innombrables clichés – à tous les sens du terme puisque ce sont généralement les mêmes que ceux déjà enregistrés par leurs prédécesseurs et qui le seront jour après jour par leur successeurs. Si bien que le temps d’attente augmente et peut atteindre jusqu’à deux heures le week-end, il est habituellement beaucoup plus long que le temps de montée, car tout le monde est pressé d’arriver, mais personne n’est pressé d’en partir. La figure  6 montre ces files d’attente, que l’on peut également voir sur YouTube[3], et on est ici nettement dans un cas d’overturism, pour reprendre le terme généralement utilisé pour décrire des situations de fréquentation excessive de certains sites.

Figura 6 Les files d’attente pour prendre des photos

https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA , http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/ , https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA , https://derigo.me/ita/blog/post/94/at-the-edge-of-the-cliff et https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

Une belle randonnée

Malgré tout, l’excursion à la Pedra do Telégrafo vaut la peine – de préférence hors saison – parce que la vue est superbe, de deux côtés, vers Rio et vers la Restinga de Marambaia, la région de lagunes et de flèches sableuses qui se situe plus à l’est. On notera toutefois une curiosité, la roche connue sous le nom de Pedra do Telégrafo est, en fait, celle du cheval ou de l’enclume (ce qui est en effet ce qu’évoque sa forme). La vraie roche du télégraphe est située plus haut, et porte un drapeau du Brésil.  Décidément la Pedra do Telégrafo est un monde d’illusions et de faux-semblants…

Figura 7 La pierre du cheval, ou de l’enclume

DCIM102GOPROG5055053.

http://www.dougpelomundo.com/2016/10/04/trilha-pedra-do-telegrafo-rio-de-janeiro/

Figura 8 Vue vers la Restinga de Marambaia

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

Comment y aller?

Environ une heure et demie en voiture depuis Rio (par la côte ou en contournant le parc national de la Tijuca). Environ quatre heures en vélo (idem) ou douze heures à pied (idem).

En bus par le tramway à la station Ilha de Guaratiba. De l’autre côté de la gare, prendre le bus 867 jusqu’à la plage de Barra de Guaratiba.

Le week-end la plage est bondée et il n’y a pas d’endroit pour se garer, arriver tôt ou prendre un bus.

Le sentier de randonnée final n’est pas trop dur et il faut en moyenne une heure pour arriver la pierre du Télégraphe. Certains passages sont plus raides, attentions aux bifurcations, tant dans les rues par lesquelles se fait l’approche que sur les sentiers.Voir description complète (avec photos) à l’adresse http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Figura 9 L’accès à la Pedra do Telégrafo

http://trilhatranscarioca.com.br/barra-de-guaratiba-x-grumari/

Sources

http://www.seguindoviagem.com/brasil/rio-de-janeiro/pedra-do-telegrafo/

http://www.trilhaseaventuras.com.br/20-picos-pedras-e-morros-mais-famosos-para-trilhas-no-rio-de-janeiro/

https://www.kmonadventure.com.br/kmon-blog/cinco-trilhas-rio-de-janeiro-carnaval-2017/

https://oglobo.globo.com/rio/pedra-em-barra-de-guaratiba-cria-ilusao-de-precipicio-18578929

http://beersfivehostel.com.br/dicas-para-fazer-a-trilha-da-pedra-do-telegrafo/

https://www.bloglovin.com/blogs/a-pipoca-mais-doce-7737261/rio-maravilha-2-pedra-do-telegrafo-5468204817

[1] Voir « Histoire d’un lieu mythique, Copacabana », (https://braises.hypotheses.org/1303)

[2] Ces images deviennent donc une sorte de métaphore de la situation actuelle du Brésil qui, selon beaucoup de ses habitants, vit en permanence au bord du gouffre, mais avec le sourire…

[3] https://www.youtube.com/watch?v=d9UPCq3SuQA  et https://www.youtube.com/watch?v=QPeWS6g8GVA

Le Brésil dans le monde et ses inégalités

La publication de données récentes, dans divers domaines, permet de produire ou mettre à jour des images qui aident à situer le Brésil dans le monde et de mesurer ses inégalités internes. Les premières portent sur le commerce extérieur (elles montrent que le Brésil est dans une situation intermédiaire entre les pays les plus avancés et les plus pauvres), et sur les flux aériens de passagers entre lui et le reste du monde. À l’intérieur du pays les mêmes flux aériens de passagers, mais cette fois sur les lignes intérieures, montrent bien les lignes de force du pays et aident à mesurer les inégalités de poids entre les villes. Celles-ci sont confirmées par une analyse cartographique de la localisation des régions où se concentrent les familles les plus riches du pays, tandis que les données sur la distribution de la population par commune en 2016 et son évolution depuis 2000 font ressortir les régions en perte de vitesse et la marque front pionnier qui avance vers le nord amazonien.

Le Brésil et le monde

Le commerce extérieur du Brésil montre bien les orientations de ses échanges, leurs évolutions récentes et la place du pays dans le monde d’aujourd’hui. Les partenaires principaux sont les voisins du Mercosul (principalement l’Argentine), les États-Unis, l’Europe, et de plus en plus la Chine, dont le poids était naguère très limité. Elle a aujourd’hui largement dépassé le Japon comme principal partenaire asiatique, grâce à ses achats massifs de minerai de fer, de soja, de viande et de sucre, en échange d’une foule de produits manufacturés, des plus banals (textiles de bas de gamme) aux plus sophistiqués (électro-ménager et informatique).

Le solde est néanmoins positif pour le Brésil, comme il l’est avec la Russie, plusieurs pays du Moyen Orient (le Brésil ayant acquis son autosuffisance en pétrole) et avec ses voisins d’Amérique du Sud, à l’exception de la Bolivie (à qui il achète du gaz sans pouvoir lui vendre beaucoup en échange en raison de sa faible population et plus encore de son faible pouvoir d’achat). En revanche les soldes sont négatifs avec les États-Unis et l’Europe, qui vendent au Brésil des produits à haute valeur unitaire et lui achètent principalement des minerais et des denrées agricoles, à la notable exception des avions de l’Embraer.

Le Brésil a donc une position spécifique dans la division internationale du travail, il a un solde positif avec les pays moins développés que lui en Amérique du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient, et des soldes négatifs avec les grandes puissances économiques. Cela signifie qu’il occupe une position intermédiaire entre les pays développés du « centre » (auxquels il achète des produits manufacturés, ainsi que des services, qui n’apparaissent pas ici, et vend des produits primaires), et les pays plus périphériques que lui (voisins sud-américains, producteurs de pétrole d’Afrique et du Moyen-Orient), auxquels il vend des biens manufacturés et achète des produits primaires, ce qui reflète sa position intermédiaire entre « Sud » et « Nord ».

Figure 1 Le commerce extérieur brésilien en 2016

Une autre façon de jauger la place du Brésil dans le monde est d’observer les flux aériens qui y mènent ou en viennent. Parmi les compagnies aériennes brésiliennes, seules deux (TAM et Gol) ont des réseaux internationaux, dont le dessin souligne les régions du monde avec lesquelles le Brésil entretient les échanges les plus denses. Toutes les deux privilégient nettement trois directions : les pays voisins d’Amérique du Sud, l’Europe et les États-Unis. En des temps plus fastes, la Varig (qui entretemps a fait faillite) avait des lignes vers le Japon, via la Californie, vers Bangkok, via l’Afrique du sud, vers l’Angola et le Nigeria mais ces temps de gloire sont désormais révolus et le pragmatisme a amené les compagnies survivantes à se concentrer sur les lignes les plus fréquentées par les clients brésiliens, et donc les plus rentables.

Heureusement, bon nombre de compagnies étrangères desservent le Brésil, issues des pays avec lesquels elle entretient des relations anciennes (voisins sud-américains, États-Unis, Japon et Europe), mais aussi de ceux avec lesquels ses échanges se sont plus récemment développés, notamment la Chine, les Émirats Arabes unis et la Turquie. La Turkish Airlines dessert au passage le Sénégal, ce qui atténue un peu le vide africain, les liaisons avec ce continent, censé tenir une place-clé dans la diplomatie brésilienne, se résumant á une ligne vers l’Angola et une vers l’Afrique du Sud, l’une et l’autre tenue par des compagnies étrangères.

Figure 2 Flux internationaux de passagers en 2016

Inégalités brésiliennes

L’observation des flux aériens de passagers à l’intérieur du pays révèle les lignes de forces du territoire car les déplacements de ceux qui peuvent prendre l’avion afin de se rendre dans d’autres villes pour régler leurs affaires, publiques et privées, donne une bonne idée des échanges entre elles. La figure 3 comporte deux éléments : d’une part les flux entre les 27 États de la fédération (en rouge) et d’autre part la localisation des principaux aéroports (en vert).

Le dessin ne reflète pas exactement la réalité puisque les États sont reliés « à vol d’oiseau », de centre (géométrique) à centre, sans tenir compte de la localisation des aéroports (mais les carrés verts qui les représentent sont bien à leur place) ni des couloirs aériens qui existent dans certaines régions du pays (mais pas dans d’autres, où les pilotes ont la liberté de couper au plus court). Les flux principaux sont toutefois clairs, les plus importants sont de loin ceux qui accompagnent la direction du littoral, de la frontière méridionale jusqu’à Recife, et notamment ceux qui relient entre elles les villes du Sudeste et du Sud, ils apparaissent comme la « colonne vertébrale » du pays. Si l’on y ajoute l’axe secondaire qui longe le littoral plus au nord, puis la vallée de l’Amazone, il rassemble l’essentiel des liaisons aériennes du pays

Mais si l’organisation spatiale du trafic aérien reflète dans l’ensemble la logique de l’organisation territoriale brésilienne – et de ce fait la renforce – il permet aussi, par sa capacité à s’affranchir partiellement des distances et des obstacles, de faire émerger d’autres axes. C’est notamment le cas des faisceaux des flux, qui relient São Paulo et Brasília au nord amazonien, Pará, Amazonas, Rondônia (via Cuiabá), et Acre. Cet éventail de lignes structurant les échanges du Nord du pays vers la capitale politique mais surtout vers la capitale économique du pays a sans nul doute été un des moyens majeurs de la « capture » de tout le Centre-Ouest et de l’Amazonie, au moins de l’Amazonie occidentale, dans la zone d’attraction pauliste.

Figure 3 Flux internes de passagers en 2016

Ce dessin des flux aériens reflète bien la centralisation économique et politique du pays. Le trafic des vingt premiers aéroports en 2016 démontre la prédominance écrasante de São Paulo, dont les deux aéroports, Guarulhos (l’aéroport international, situé hors de la ville) et Congonhas (l’ancien aéroport, désormais inclus dans le tissu urbain mais maintenu en activité pour le trafic intérieur, d’affaires notamment), se situent en tête de liste, et de très loin, avec respectivement 36,6 et près de 21 millions de passagers.

La capitale, Brasília ne vient qu’ensuite, et même derrière Rio de Janeiro si l’on totalise les deux aéroports de la cidade maravilhosa, l’international du Galeão (rebaptisé du nom du musicien Tom Jobim, père de la bossa nova,) et le national, Santos Dumont. Plus bas sur la liste viennent, sans surprise, les grandes capitales régionales, avec une prime à celles qui bénéficient de flux touristiques, comme Salvador de Bahia, Recife ou Fortaleza, dans le Nordeste. La seule ville de la liste qui ne soit pas une capitale d’État est Campinas, située à 100 km de São Paulo et qui fonctionne de fait comme son troisième aéroport.

Aéroport Passagers en 2016 État
São Paulo Guarulhos 36 596 326  São Paulo
São Paulo Congonhas 20 816 957  São Paulo
Brasília Juscelino Kubitschek 17 947 153  Distrito Federal
Rio de Janeiro Galeão 16 103 011  Rio de Janeiro
Belo Horizonte Confins 9 638 798  Minas Gerais
Campinas Viracopos 9 325 252  São Paulo
Rio de Janeiro Santos Dumont 9 065 905  Rio de Janeiro
Porto Alegre Salgado Filho 7 648 743  Rio Grande do Sul
Salvador Luís Eduardo Magalhães 7 526 358  Bahia
Recife Guararapes 6 811 676  Pernambuco
Curitiba Afonso Pena 6 385 838  Paraná
Fortaleza Pinto Martins 5 706 489  Ceará
Florianópolis Hercílio Luz 3 536 435  Santa Catarina
Belém Val-de-Cans 3 282 513  Pará
Vitória Eurico de Aguiar Salles 3 120 166  Espírito Santo
Goiânia Santa Genoveva 3 016 798  Goiás
Cuiabá Marechal Rondon 2 840 559  Mato Grosso
Manaus Eduardo Gomes 2 651 452  Amazonas
Natal Governador Aluízio Alves 2 316 349  Rio Grande do Norte
Maceió Zumbi dos Palmares 1 995 069  Alagoas

En termes de zones de desserte, les situations des États sont aussi bien différentes. Ici encore São Paulo se détache, avec un nombre de liaisons qui est près du double de celles de Rio de Janeiro, et qui lui donnent un rayonnement réellement national. Brasília a connu une forte croissance récente grâce à sa position centrale, qui en fait un hub de fait, car bien des liaisons de région à région transitent par elle, et lui apportent des flux de transit qui s’ajoutent à ceux des politiciens et des solliciteurs « montant » vers la capitale. C’est pourtant vers et depuis São Paulo que les déplacements sont les plus nombreux, et tant le Minas Gerais que le Rio Grande do Sul ainsi que – à une échelle plus limitée, le Pará amazonien alimentent principalement des flux vers cette ville, bien plus que vers Rio de Janeiro.

Figure 4 Flux de passagers des principaux États en 2016

Les flux aériens reflètent donc (et dans une certaine mesure alimentent) les très fortes inégalités régionales (entre régions riches du Sudeste et du Centre-Ouest et régions pauvres d’Amazonie et du Nordeste), elles-mêmes reliées aux inégalités sociales qui sont une des caractéristiques marquantes, et l’un des problèmes majeurs, du pays.

La figure 5 apporte trois informations différentes grâce au recours à trois types de représentation cartographique: l’anamorphose déforme le fonds de carte des microrégions en donnant à chacune la taille qu’elle « mérite » en fonction de son nombre de foyers dont les revenus sont supérieurs à 10 fois le salaire minimum. La couleur affectée à ce fonds ainsi déformé correspond à la proportion de ces foyers dans le total de ceux de la microrégion, la nuance de vert étant d’autant plus forte que cette proportion est élevée. Et finalement le « camembert »[1] centré sur chaque microrégion indique la part des tranches de revenus visés, de 10 à 15 salaires minimums, de 15 à 20 salaires minimums et plus de 30 fois le salaire minimum. Il souligne la concentration des familles aisées dans les grandes villes, en particulier à Rio de Janeiro et à São Paulo en nombre absolu, et en proportion à Brasilia, où le District fédéral est de taille limitée et n’inclut pas les périphéries pauvres qui marquent les autres grandes métropoles.

Figure 5 Où sont les riches ?

Une des composantes évidentes des disparités démographiques du pays est la très nette opposition entre les régions littorales et intérieures, qui reflète aujourd’hui encore les effets du processus de colonisation et de peuplement du territoire, menée depuis la côte: les premières sont densément peuplées alors que les secondes ne sont pour la plupart que très faiblement occupées. Même les zones de concentration sont irrégulières, jusque dans des États très peuplés apparaissent de vides importants, seuls São Paulo, le Paraná, Rio de Janeiro et quelques petits États côtiers voient leur territoire occupé de façon continue. Dans le reste du territoire la répartition de la population est étroitement corrélée avec les réseaux de transport, voies navigables dans la haute Amazonie mais surtout et de plus en plus routes de desserte régionale et nationale. Dans le Sud-Est elles ont remplacé les chemins de fer naguère construits pour exporter les produits de l’intérieur, notamment le café de São Paulo, on en voit encore la trace dans les chapelets de villes alignées au long de leur tracé

En Amazonie méridionale et orientale ce sont les routes ouvertes pour l’amarrer au reste du pays et lui ouvrir ses ressources qui ont commandé la localisation des villes pionnières, qui ici aussi s’alignent au long de leur tracé, que ce soir celui des routes Belém-Brasília ou Cuiabá-Santarém (Nord/Sud), de la Transamazonienne (Est/Ouest) ou des pénétrantes Sud-est/Nord-ouest) comme la BR364 Cuiabá-Porto Velho.

Une modeste correction est toutefois apportée par l’évolution récente de la population, comme le montre la figure 6, construite sur la base des données officielles sur la population de chaque commune en 2016. L’IBGE (institut brésilien de géographie et statistiques) a en effet l’obligation de calculer et de publier annuellement ce chiffre au Journal Officiel, une mesure qui a été adoptée essentiellement à la demande des autorités locales, qui se plaignaient de n’avoir des données officielles du recensement de tous les dix ans alors que les évolutions intermédiaires pouvaient être rapides, ce qui avait pour elles des effets fâcheux puisqu’une bonne partie des subventions et transferts est liée aux effectifs de population dans chaque commune.

Entre 2000 et 2016 les – rares – cas de diminution concernent pour l’essentiel des régions rurales proches du littoral, dans le Nordeste, et des frontières, dans l’extrême Sud. On en trouve toutefois aussi en Amazonie, soit dans des vielles régions de l' »Amazonie des fleuves » en perte de vitesse par rapport à l' »Amazonie des routes », soit dans des régions que où le front de conquête est stabilisé et d’où les pionniers repartent de l’avant, comme en Rondônia et sur la Transamazonienne. À l’opposé, les progressions les plus rapides (de +50 à +281%) signalent les fronts pionniers encore actifs, au long de l’« arc du déboisement » et dans l’extrême Nord, et dans les périphéries des grandes métropoles, Rio, São Paulo et Brasília-Goiânia.

Figure 6 Répartition et évolution de la population des communes entre 2000 et 2016

Cette brève analyse permet donc souligner de mettre en évidence deux conclusions. D’une part que le Brésil dispose de statistiques de qualité, rassemblées et traitées par des organismes publics directement intéressés à les produire et à les utiliser, en l’occurrence le ministère du commerce extérieur, l’agence nationale de l’aviation civile et l’institut national de géographie et statistique. Il est à noter que ces données sont mises à disposition librement, gratuitement et à échelle fine sur Internet, ce qui est loin d’être le cas dans beaucoup de pays du monde, France comprise. Et d’autre part que le Brésil, bien que se hissant progressivement au rang de pays émergent, voire émergé, continue à être un pays très marqué par de profondes inégalités entre régions riches et pauvres, régions côtières consolidées et régions pionnières intérieures encore en cours de formation.

[1] On notera que (différence de références culturelles oblige) cette représentation graphique porte au Brésil le nom de « pizza »…

Images de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) a lancé en juin 2017 l’« Atlas de la violence 2017 », produit en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP). L’ouvrage, qui analyse les homicides au Brésil, a été présenté sur son site le 5, les sources utilisées pour l’étude sont les données de mortalité du Système d’information (SIM), le ministère de la Santé, pour les années2005-2015, et l’information tirée des dossiers de police publiés dans le 10e Annuaire brésilien de la Sécurité publique du FBSP.

L’Atlas compile et commente de nombreuses statistiques, mais offre peu de cartes, principalement à l’échelle du Brésil par États. Cependant, puisque l’Atlas est disponible en ligne (gratuitement) en format .pdf, il est a été possible d’en extraire les données et de les cartographier de façon plus complète.

Les données

Les données compilées par l’Atlas sont effrayantes. Le Brésil a enregistré en 2015, 59 080 homicides, alors qu’en 2005 ils n’étaient « que » étaient 48 136, soit une augmentation de 22,7%. Cela représente 160 morts violentes par jour, l’équivalent du nombre de passagers d’un Airbus A320 ou d’un Boeing 727-100 : imaginons la consternation et les réactions dans le pays si l’un de ces avions tombait tous les jours, tuant tous leurs passagers …

L’étude analyse les chiffres absolus et les taux d’homicides par 100 000 habitants (l’indicateur internationalement reconnu pour les comparaisons) entre 2005 et 2015. Pour le Brésil dans son ensemble le taux était de 28,9 et l’Atlas détaille les données par région, État fédéré et communes de plus de 100 000 habitants. Notons que 2% des communes (111) ont représenté en 2015 la moitié des cas de meurtre dans le pays, et que 10% d’entre elle (557) concentrent 76,5% de tous les décès.

Les États qui ont plus que doublé leur taux de meurtre dans la période analysée sont situés dans les régions du Nord et du Nord-Est, le pire cas étant le Rio Grande do Norte avec une augmentation de 232% (44,9 en 2015 contre 13,5 en 2005). Viennent ensuite Sergipe (134,7%) et le Maranhão (130,5%). Heureusement, il y a aussi des développements plus favorables, Pernambuco et l’Espirito Santo ont réduit leur taux de 20% et 21,5%, mais les réductions les plus importantes ont été dans le Sud-Est, à São Paulo, le taux a chuté de 44,3% (de 21 9 à 12,2) et à Rio de Janeiro, de 36,4% (48,2 à 30,6).

Les communes les plus et les moins violentes

La seule analyse isolée des taux d’homicides peut cacher le véritable niveau d’agression meurtrière par des tiers dans une commune. Un des exemples est Barreiras (Bahia), où a été enregistré un seul homicide en 2015, ce qui mettrait la ville parmi les plus paisibles du pays. Cependant, il y a eu aussi à Barreiras cette année-là 119 morts violentes de causes indéterminées (MVCI), un taux de 77,3 par 100 mille habitants, ce qui met la ville parmi les communes les plus violentes.

C’est pourquoi, pour établir la liste des communes les plus les moins violentes du Brésil en 2015, l’étude a porté à la fois sur les décès dus à l’agression (homicide) et sur les morts violentes de causes indéterminées (MVCI): Altamira, dans le Pará, est alors en tête, avec un taux de 107, viennent ensuite Lauro de Freitas (Bahia, 97,7), Nossa Senhora do Socorro (Sergipe, 96,4), São José de Ribamar (Maranhão, 96,4) et Simões Filho (Bahia, 92,3). Dans l’ensemble, les régions du Nord et du Nord-Est représentent 22 communes sur les 30 plus violentes en 2015 et parmi les 30 les plus paisibles, 24 sont des communes du Sud-Est. Cependant, les deux premières sur la liste sont situées dans l´État de Santa Catarina: Jaragua do Sul (3,7) et Brusque (4,1). Viennent ensuite Americana (4,8) et Jau (6.3), dans l’État de São Paulo, Araxa (Minas Gerais, 6,8) et Botucatu (São Paulo, 7,2).

Profil des victimes

Les victimes sont pour la plupart des jeunes entre 15 et 29 ans : plus de 318 000 d’entre eux ont été assassinés au Brésil entre 2005 et 2015, rien qu’en 2015 ont été commis 31 264 meurtres de personnes de cet âge. En ce qui concerne les États, il apparaît une grande disparité, alors qu’à São Paulo ce nombre a chuté de 49,4% dans les onze ans, dans le Rio Grande do Norte le taux d’homicides chez les jeunes a augmenté de 292,3%. Les jeunes hommes continuent d’être les principales victimes, ils représentent plus de 92% des homicides. En Alagoas et dans le Sergipe le taux d’homicides des jeunes hommes a atteint respectivement 233 et 230,4 par 100 000 habitants en 2015.

Sur 100 personnes tuées au Brésil, 71 sont noirs. Selon les informations fournies par l’Atlas les Noirs ont 23,5% plus de risque d’être assassinées que les Brésiliens d’autres couleurs de peau, après actualisation des effets de l’âge, de l’éducation, du sexe, de la situation matrimoniale et du lieu de résidence.

Les données sur les décès dus à l’intervention de la police ont deux sources : la base de données SIM donne des chiffres sur ceux qui ont été liés aux « interventions légales et opérations de guerre » (942) et celle du FBSP en compte 3 320 dans tout le pays. Les États qui ont connu le plus de meurtres de ce genre selon le SIM en 2015 ont été Rio de Janeiro (281), Sâo Paulo (277) et Bahia (225). Selon les données FBSP ont été enregistrés dans l’État de São Paulo 848 décès dus à l’action de la police, 645 à Rio de Janeiro et 299 à Bahia.

Les cartes

Pour compléter le travail effectué par l’IPEA et le FBSP on peut d’abord le mettre dans le contexte mondial. Il convient de noter que, pour les meurtres, le Brésil est l’une des pires situations parmi les pays du monde, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales (2013), il était (avec un peu plus de 40 000 morts) pratiquement à égalité avec l’Inde (qui a une population six fois plus nombreuse), mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Cependant, si l’on fait le calcul du nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 à la 10ème place, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), El Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9). Cependant, dans l’ensemble, plus de gens meurent assassinés au Brésil que dans les pays en guerre : en Syrie 256 000 personnes sont mortes en quatre ans, et 279 000 Brésil …

Figure 1 Homicides dans le monde

Source: http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/VC.IHR.PSRC.P5/countries

À partir des données par État publiées par l’IPEA, ont été préparés trois cartes analytiques et une carte synthétique (Figure 2). Les cartes d’analyse montrent les fortes proportions de décès causés par des armes à feu et de jeunes dans le total des homicides, en particulier dans le nord-est, et celle l’une des causes les plus troublantes de décès, l’intervention de la police (en service ou hors service), qui met en évidence le cas de Rio Grande do Norte.

La carte synthétique, réalisée en utilisant la technique de classification hiérarchique ascendante (dite aussi analyse de cluster) groupes les États en fonction d’un certain nombre de critères décrits dans l’Atlas. Cette analyse permet de dégager cinq profils, chacun caractérisé par le fait que le groupe est pour chacun d’entre eux au-dessus de la moyenne globale (barre de couleur vers la droite) ou au-dessous (barre vers la gauche), la longueur de la barre indiquant la façon dont le groupe diffère de moyenne pour ce critère. La taille des cercles sur chaque État est proportionnel au nombre d’homicides et sa couleur indique à quel groupe il appartient.

  • Le profil 4 (cercles jaunes sur la carte), qui comprend neuf États, en particulier du Sud et du Sud-Est, est au-dessous la moyenne pour tous les critères.
  • Profil 1 (cercles rouges sur la carte), qui regroupe sept États, est proche de la moyenne, généralement un peu en dessous, sauf pour le taux global, les victimes non-noires, les femmes et les femmes non-noires.
  • Le profil 2 (cercles bleus sur la carte), sept États, dont quatre dans le nord-est, est au-dessous de la moyenne pour les victimes non noires et les femmes non noires, mais bien au-dessus de la moyenne pour le taux général, les taux de jeunes, d’hommes jeunes, de noirs, de femmes, de femmes noires, l’utilisation d’armes à feu et le pourcentage d’utilisation de celles-ci dans les meurtres. C’est l’une des situations les plus préoccupantes.
  • Le profil 3 (cercle vert sur la carte) concerne un seul État, le Roraima, qui est bien au-dessus de la moyenne pour les victimes non noires, les femmes et les femmes non noires.
  • Le profil 5 (cercles roses sur la carte), est spécifique de deux états, Alagoas et Sergipe, il est au-dessus de la moyenne pour tous les critères, sauf les victimes non noires et les femmes non noires.

Figure 2 Homicides au Brésil, une synthèse

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

Enfin, la figure 3 cartes regroupe et cartographie des données qui restent sont séparées dans l’Atlas, les taux d’homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitants. Les gammes de couleurs qui classent les États et les communes en quatre niveaux de taux d’homicides par 100 000 habitants représentés par quatre nuances – d’intensité croissante – sont volontairement les mêmes (en dehors du minimum et maximum) pour pouvoir observer les écarts qui se produisent entre la situation générale chaque État et celles de certaines de ses grandes villes (la taille du cercle est proportionnelle au nombre d’homicides dans la commune).

  • Pour certains États, en particulier Santa Catarina et São Paulo, le taux général de l’État et ceux des grandes villes sont faibles – par rapport à la moyenne nationale – ce qui se traduit par de cercles clairs dans États de couleurs claires (moins de 16,65 d’homicides 100 000 habitants).
  • Une deuxième catégorie est formée par les États du Sud et du Sud-Est (plus l’Acre et le Piauí), aux couleurs un peu plus fortes (16,55 à 32,30 et de 32,30 à 51,40 homicides par 100 000 habitants) qui comprend les villes aux couleurs plus foncées (51,4 homicides par 100 000 habitants), comme les régions métropolitaines de Curitiba, Porto Alegre, Belo Horizonte et principalement Rio de Janeiro.
  • La troisième catégorie se compose des États de la troisième catégorie (32,2 à 51,4 homicides par 100 000 habitants), tous du Nord et du Nord-Est, plus l’Espírito Santo, et deux États de la quatrième catégorie (plus de 51,4 homicides par 100 000 habitants), l’Alagoas et le Sergipe. Notons que presque toutes les grandes villes sont dans des situations encore pires, généralement dans une plage dont le maximum dépasse largement le maximum enregistré pour les États (jusqu’à 105,2 homicides par 100 000 habitants contre 58,10). Se détachent ici – a tragiquement – les cas de Fortaleza, Salvador et Manaus, ainsi que – dans une moindre mesure – Belém, São Luís, Recife et João Pessoa. En dehors des grandes villes littoral apparaît également un groupe de six communes situées dans le « bec de perroquet » et au long de la Transamazonienne, aux confins du Pará, du Maranhão et du Tocantins.

Figure 3 Homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitantes

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

En dehors de ce dernier cas (une région de conflits fonciers aigus), c’est évidemment dans les communes les plus peuplées, et en particulier dans leurs quartiers les plus pauvres, que les pires situations se produisent. L’Atlas fournit un diagnostic clair, et les cartes tirées de ses données le rendent encore plus évident. L’un et les autres sont à la disposition des forces de l’ordre et des autorités politiques, des ONG humanitaires et qui défendent les droits humains, des médias et de la population, la victime constante de cette violence. Nous savons maintenant où devraient se concentrer les efforts visant à réduire progressivement ce niveau de violence inacceptable.

L’Antiquité survit dans les prénoms brésiliens

Heródoto Barbeiro est journaliste, présentateur du journal de la chaîne brésilienne de télévision Record News. Temístocles Américo Corrêa Cezar est professeur à l’Université Fédérale de Rio Grande do Sul. Diógenes Salsas Alves est chercheur à l’Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE, Institut National de Recherches Spatiales), Deocleciano Bittencourt Rosa est professeur à l’Université Fédérale du Mato Grosso, Julio Cesar Suzuki à l’Université de São Paulo (USP).

Le prénom du premier cité est un hommage au savant grec du IVe siècle avant Jésus Christ considéré comme le « Père de l’Histoire » . Celui du deuxième  se réfère à Thémistocle (v. 524 – 459 av. J.C.), homme d’État et stratège athénien, qui joua un rôle déterminant dans la victoire grecque lors de la deuxième guerre médique. Dioclétien (Caius Aurelius Valerius Diocletianus Augustus (244-311), était un empereur romain qui régna de 284 à 305. Diogène de Sinope, également appelé Diogène le Cynique (Sinope v. 413 – Corinthe, v. 327 av. J.C.), était un philosophe grec et le plus célèbre représentant de l’école cynique. Il n’est pas nécessaire de présenter Jules César (Caius Iulius Caesar), né à Rome en 100 av. J.-C. et mort le 15 mars 44 av. J.C., aux ides de mars, dans la même ville).

Qui vit au Brésil après avoir « fait ses humanités » grecque et latine remarque avec plaisir cette présence de prénoms issus de l’Antiquité, mais la nouveauté est qu’on peut maintenant la quantifier grâce à une recherche publiée en avril 2016 par l’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique), Nomes no Brasil. Elle analyse les prénoms de tous les résidents du pays, collectés lors dernier recensement démographique, en 2010. La liste compte 130 348 noms différents (pour un peu moins de 200 millions de personnes), et recense les prénoms les plus communs pour chaque décennie depuis 1930, permettant savoir ce qui était à la mode ou pas dans chaque période. L’information est organisée par sexe, États et communes, et un site spécifique permet d’interroger la base de données prénom par prénom[1].

Figure 1 Le site Nomes no Brasil

nomes-do-brasil

Sans surprise, le prénom le plus fréquent est Maria, c’est celui de 11,7 millions de brésiliennes. C’est plus du double du prénom masculin le plus porté, Joseph (José). Suivent, dans le même registre religieux de personnages bibliques, saints et évangélistes, Anne (Ana), Jean (João), Antoine (Antônio), François (Francisco), Charles (Carlos), Paul (Paulo), Pierre (Pedro), Lucas, Louis (Luíz) et Marc (Marcos), comme le montre le tableau 1.

Tableau 1 Les prénoms les plus fréquents

Nom Fréquence Pourcentage Ranga Étatb Tauxc

.

Maria 11.734.129 6,41 1 PI 11.645,19
José 5.574.529 3,14 2 AL 7.961,53
Ana 3.089.858 1,69 3 CE 2.154,84
João 2.984.119 1,63 4 RN 2.284,17
Antônio 2.576.348 1,41 5 CE 3.541,58
Francisco 1.772.197 0,97 6 CE 6.155,41
Carlos 1.489.191 0,81 7 RJ 1.194,59
Paulo 1.423.262 0,78 8 RS 1.014,19
Pedro 1.219.605 0,67 9 DF 830,57
Lucas 1.127.310 0,62 10 DF 749,29
Luiz 1.107.792 0,61 11 RJ 802,10
Marcos 1.106.165 0,6 12 RJ 703,72

a-Rang de popularité, du plus au moins populaire.

b- État de fréquence maximum du prénom. c- par 100 000 habitants

Les noms antiques ne figurent pas dans cette tête de liste de 12 noms, mais le premier d’entre eux n’est pas si loin puisque Philippe se classe au 18e rang, suivi par Juliana au 29e, Fábio au 32e, Léandro au 39e, Camila au 43e, Alexandre au 51e (mais il serait bien plus haut si on y ajoutait les variantes masculines et féminines), etc.

Les prénoms antiques les plus fréquents

Tableau 2 Les prénoms antiques les plus fréquents

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Felipe 615.924 18 SP 447,49 Alessandra 243.633 121 RJ 197,48
Adriana 567.968 28 SP 363,10 Flávia 233.904 128 RJ 182,00
Fábio 547.965 32 SP 371,30 Caio 227.778 134 RJ 189,08
Juliana 534.706 29 RJ 392,22 Helena 197.591 162 PR 138,01
Leandro 509.248 39 RJ 338,12 Hélio 137.525 221 MG 109,85
Camila 471.559 43 SP 319,27 Moises 124.697 120 AM 136,74
Alexandre 444.097 51 RJ 383,96 César 118.934 260 RS 106,90
Júlia 431.842 54 SP 310,25 Juliano 115.736 266 RS 184,07
Claúdia 359.494 66 RJ 333,43 Augusto 105.177 292 RS 74,60
Claúdio 352.031 71 RJ 274,05 Alexandro 76.950 379 PE 69,08
Adriano 338.315 79 SC 215,43 Diana 74.947 392 RR 81,91
Júlio 336.030 81 RJ 242,28 Romulo 53.192 232 AP 82,15
Mário 269.379 107 AM 222,19 Emilia 51.734 526 PR 42,98
Flavio 265.201 56 RJ 181,62 Íris 50.228 537 SE 51,89
Cícero 248.627 118 AL 1019,77

 

La plupart des porteurs de ces prénoms n’ont probablement pas conscience de leur origine antique, à commencer par les 615 924 Philippes qui perpétuent le souvenir de plusieurs rois de Macédoine amateurs de cavalerie militaire, comme l’indique l´étymologie de Phílippos (« qui aime les chevaux »). Le plus connu est Philippe II (né en 382 av. J.-C. et mort assassiné en 336 av. J.C.), fit de la Macédoine la plus grande puissance du monde grec. Père d’Alexandre le Grand il a été, selon le philosophe péripatéticien Théophraste, « le plus grand des rois de Macédoine, non seulement par sa fortune, mais encore par sa sagesse et sa modération ».

Figure 2 Monnaie à l’effigie de Philippe de Macédoine

philippe-de-macedoine-bgr_354105

Ce monnayage avec le cavalier passant aurait débuté après la victoire des chevaux de Philippe aux Jeux Olympiques (348 AC.). http://www.cgb.fr/macedoine-royaume-de-macedoine-philippe-ii-tetradrachme,bgr_354105,a.html

Il en va probablement de même pour les noms suivants de la liste des prénoms les plus fréquents, qui font survivre à dix mille kilomètres de distance la mémoire d’hommes et de femmes morts depuis plus de deux mille ans.

Juliana/o

Ce prénom qui a une version féminine et une version masculine (534 706 porteuses et 115 736 porteurs) renvoie à la dynastie julio-claudienne (14-68) qui compta, après Auguste (27 av. J.C.-14 apr. J.C., 105 177 prénoms au Brésil), les quatre empereurs qui lui succèdent: Tibère (14-37, 1 660 prénoms), Caligula (37-41, aucun prénom), Claude (41-54, 352 031 prénoms) et Néron (54-68, 807 prénoms). Celui-ci vient bon dernier car il symbolise pour la postérité ce que le pire de l’histoire romaine Les historiens antiques, Tacite et Suétone, ont tracé un sombre portrait de cet empereur qui – entre autres méfaits – fit incendier Rome et les chrétiens, dont il fut le premier persécuteur, ont encore noirci ce tableau. Il est même surprenant que son nom ait survécu au Brésil, contrairement à ceux de Caligula ou de Messaline.

Figure 3 L’Empereur Auguste

ob_ac9637_60

http://www.paris-pour-la-vie.com/2014/05/moi-auguste-empereur-de-rome-au-grans-palais.html

Fábio/a

Ce prénom (547 965 fois présent dans le recensement sous sa forme masculine et 18 250 au féminin) rappelle la gens Fabia, une famille patricienne dont l’origine remonte aux premiers temps de la Rome royale. Elle affirmait descendre d’Hercule et du fils de Mercure, Évandre (121 093 porteurs), qui construisit une ville sur le mont Palatin. La gens Fabia portait ce nom parce qu’elle a importé, dit la légende, la culture de la fève (faba). Son membre le plus éminent a été Fabius Maximus Quintus (env. 275 env. 203), dont le sens tactique lui valut le sobriquet de Cunctator (« le temporisateur »).

Figure 4 Fabius Maximus Quintus, dit Cunctator

24fabio-massimo

http://www.comicartfans.com/gallerypiece.asp?piece=682471

Leandro/a

Le prénom Leandro, porté par plus d’un demi-million de brésiliens (et dans sa version féminine par 34 464 brésiliennes), est celui du protagoniste masculin de l’histoire tragique d’un couple d’amoureux de la mythologie grecque, Héro et Léandre. Héro était prêtresse d’Aphrodite à Sestos (sur la rive européenne de l’Hellespont), tandis que Léandre habitait à Abydos, sur la rive asiatique. Toutes les nuits, Léandre traversait le détroit à la nage, guidé par une lampe qu’Héro allumait en haut de la tour où elle vivait. Mais lors d’un orage, la lampe s’éteignit et Léandre s’égara dans les ténèbres. Lorsque la mer rejeta son corps le lendemain, Héro se suicida en se jetant du haut de sa tour.

Figure 5 Hero et Leandre, par Joseph Taillasson

hero-et-leandre-taillasson-bordx026

http://andrewhopkinsart.blogspot.com.br/2011/01/joseph-taillasson-hero-et-leandre-salon.html

Camila

Les deux formes Camila (471 559 porteuses) et Camilla (10 455 porteuses) évoquent Camille, jeune romaine, sœur des Horaces (6 937 porteurs) et fiancée à l’un des Curiaces, fut tuée par son frère, vainqueur dans le combat des trois Horaces contre les trois Curiaces, parce qu’elle maudissait sa victoire (667 av. J.C.). Pierre Corneille en a fait l’héroïne de sa tragédie Horace, dans laquelle il lui fait prononcer contre Rome des imprécations célèbres :

« Rome, l’unique objet de mon ressentiment !

Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !

Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !

Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !

Puissent tous ses voisins ensemble conjurés

Saper ses fondements encor mal assurés !

Et si ce n’est assez de toute l’Italie,

Que l’Orient contre elle à l’Occident s’allie ;

Que cent peuples unis des bouts de l’univers

Passent pour la détruire et les monts et les mers !  »

Figure 6 Camila entre Horaces et Curiaces par Guiseppe Cesari

horaces-curiaces

Les Horaces contre les Curiaces, Guiseppe Cesari, © Musée du Capitole, Rome, https://mythologica.fr/rome/horaces.htm

Alexandre

L’Alexandre dont plus d’un million (1 005 638) Brésiliens et Brésiliennes portent le prénom (444 097 Alexandre, plus 243 633 Alessandra, 150 491 Alessandro, 90 467 Alexandra et 76 950 Alexandro) est Alexandre le Grand, ou Alexandre III de Macédoine, né en 356 av. J.-C. à Pella (Grèce), mort en 323 av. J.-C. à Babylone, l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité. Fils de Philippe II, élève d’Aristote et roi de Macédoine à partir de 336 av. J.C., il devint l’un des plus grands conquérants de l’histoire. Il fit de son petit royaume le maître de l’immense empire perse achéménide, s’avança jusqu’aux rives de l’Indus et fonda près de 70 villes, dont la majorité porte le nom d’Alexandrie.

Figure 7 Les expéditions d’Alexandre

1009142-lexpedition_dalexandre

https://www.tes.com/lessons/VNdUyan_G9rmQw/alexandre-le-grand

Flavio/a

Les Flavii sont les membres de la gens Flavia (le nomen Flavius signifie « blond » en latin). Cette dynastie romaine (69-96) fondée par Vespasien (69-79, 250 prénoms masculins seulement) a été ensuite représentée par ses fils Titus (79-81, 4 334 prénoms masculins et 359 féminins) et Domitien (81-96, 1403 et 477 prénoms).

Claúdio/a

La gens Claudia a été fondée par Appius Claudius, d’origine sabine, qui vient à Rome avec quelque 5 000 clients en ~ 504. Les Claudii accèdent au titre impérial au début du1er siècle en la personne de Tibère (1 660 prénoms).

Adriano/a

Adriana (567 968 prénoms) et Adriano (338 315) évoquent Hadrien (Traianus Hadrianus Augustus, né en 76 à Italica et mort en 138 à Baïes), est un empereur de la dynastie des Antonins. Il succède en 117 à Trajan (1 497 prénoms) et règne jusqu’à sa mort. Empereur humaniste, lettré, poète et philosophe à la réputation pacifique, il rompt avec la politique expansionniste de son prédécesseur, s’attachant à pacifier et à structurer administrativement l’Empire, tout en consolidant des frontières parfois poreuses.

Figure 8 Buste d’Hadrien et Mémoires d’Hadrine de Marguerite Yourcenar

hadrien-et-memoires

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Buste_cuirass%C3%A9_d’Hadrien_2.jpg

Júlio

Les Iulii, ou gens Iulia, appartiennent à une vieille famille de la Rome antique que la tradition fait descendre du Troyen Iule (ou Ascagne), fils d’Énée (5 595 prénoms) et de Créuse (24 841 prénoms), amené en Italie par son père après la chute de Troie. Ce fondateur d’Albe la Longue est considéré comme le créateur de la famille qui, selon l’empereur Claude, se joint ensuite aux patriciens de Rome. Par ce lignage, Jules César revendiqua, lorsqu’il prononça l’éloge funèbre de sa tante Julia, une ascendance remontant à Vénus.

Les Iulii historiquement connus sont une famille patricienne d’importance mineure, qui exerça quelques consulats mais ne fit pas partie, au 1er siècle av. J.C., de la cinquantaine de familles de la nobilitas qui fournissaient la plupart des consuls. Les Iulii connurent des revers de fortune, et Jules César grandit dans une maison assez modeste du bas quartier de Subure, de mauvaise réputation, ce qui rend plus remarquable encore son ascension au sommet du pouvoir et son passage à la postérité, même si celle-ci se fait parfois sous forme de caricature dans une célèbre série de bandes dessinées et dans ses dérivés au cinéma.

Figure 9 Jules César interprété par Alain Delon dans Astérix aux Jeux olympiques

delon-en-jules-cesar

http://www.papodecinema.com.br/filmes/asterix-nos-jogos-olimpicos

Mario

Le prénom Mario (sans version féminine, pour des raisons évidentes) se réfère à Caius Marius (né en 157 av. J.C. à Cereatae, près d’Arpinum et mort à Rome en 86 av. J.C.), élu consul à sept reprises et connu principalement pour avoir réformé l’armée romaine, en permettant le recrutement de citoyens qui n’étaient pas propriétaires terriens, les proletarii, et en restructurant les légions en plusieurs cohortes. Il épousa Julia Caesaris, tante de Jules César.

Ciceron

Cicéron (en latin Marcus Tullius Cicero, né en 106 av. J.C. à Arpinum et assassiné le en 43 av. J.C. à Gaète), n’appartenait pas à la noblesse, ce qui en principe excluait un rôle politique majeur. Mais après une solide formation à la rhétorique et au droit, il réussit grâce à ses talents d’avocat à se constituer suffisamment d’appuis pour parvenir en 63 av. J.C. à la magistrature suprême, le consulat. Dans une République en crise menacée par les ambitieux, il déjoua la conjuration de Catilina (aucun  prénom dans la liste de l’IBGE) par la seule énergie de ses discours, les Catilinaires. Orateur remarquable, il publie une abondante production considérée comme un modèle de l’expression latine classique, utilisé jusqu’à aujourd’hui comme norme pour l’enseignement du latin. Il est aussi présent sous la forme de la Société Internationale des Amis de Cicéron (site http://tulliana.eu, newsletter https://tulliananews.wordpress.com/ ).

Figure 10 Cicéron dénonce Catilina par Cesare Maccari, 1889

maccari-cicero

https://pt.wikipedia.org/wiki/C%C3%ADcero#/media/File:Maccari-Cicero.jpg

Au Brésil le prénom ne se réfère toutefois pas qu’à lui, du moins pas directement, car il a été porté par un religieux très populaire. Cicero Romão Batista (Crato 1844 – Juazeiro 1934). Dans la dévotion populaire, il est connu comme Padre Cicero ou Padim Ciço. Charismatique, a eu un grand prestige et d’influence sur la vie sociale, politique et religieuse du Ceará et du Nordeste, ce qui explique que le prénom soit à son maximum de popularité dans l’Alagoas (le plus élevé de tout le tableau 2). Un statue monumentale à son effigie a même été élevée à Juazeiro do Norte (Ceará).

Figure 11 Statue du Padre Cícero à Juazeiro do Norte

padim-cico-sdc10563

http://passe-ando.blogspot.com.br/2010/08/o-caminho-do-meu-padim-pade-cico.html

Les moins cités

À l’autre extrémité du spectre de fréquence figurent les prénoms antiques les moins représentés qui perpétuent néanmoins, même en plus petit nombre, le souvenir de l’Antiquité dans la vie quotidienne des Brésiliens.

Tableau 3 Les prénoms les moins fréquents

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Hera 22 120.692 Alcibiades 196 26.474 SC 0,38
Hades 22 120.646 Setimo 223 24.194 RS 0,48
Fedra 26 107.212 Juno 211 24.114 MG 0,15
Eratóstenes 32 92.819 Anastasia 234 23.357 RS 0,50
Spartaco 35 87.869 SP 0,05 Vênus 234 23.351 RN 0,76
Nabucodonosor 39 81.143 Zeus 238 23.078 BA 0,25
Heródoto 49 69.037 Vespasiano 250 22.313 MS 1,39
Catão 64 57.465 CE 18,00 Orfeu 275 20.842 RS 0,28
Atena 68 55.075 Ajax 277 20.688 PA 1,56
Afrodite 76 50.976 SP 0,04 Euridice 97 20.521 SP 0,12
Júpiter 86 46.918 RJ 0,11 Asdrubal 284 20.311 RS 0,28
Aspásia 109 39.554 RJ 0,15 Minerva 392 16.109 PI 0,58
Tarquino 129 35.396 MA 0,46 Pompeu 395 16.010 PI 0,61
Cincinato 150 31.887 MG 0,12 Arquimedes 3.169 3.737 MT 2,37
Atlas 166 29.704 PE 0,26 Pitágoras 464 14.269 DF 0,74
Telemaco 191 27.007 PR 0,26 Cleopatra 479 13.985 PB 0,85

 

Y figurent des dieux grecs et romains, des rois et empereurs romains (Tarquin, Septime Severe, Vespasien) ou d’autres royaumes antiques (le babylonien Nabuchodonosor, le carthaginois Asdrubal, l’égyptienne Cléopatre).

On y trouve aussi des figures illustres de la vie politique romaine, comme Marcus Porcius Cato, dit Caton l’Ancien ou le Censeur (c.234-c.149), un Romain aux mœurs irréprochables du temps de la Rome républicaine, devenu le symbole de la virtus romaine, alliance de courage et d’abnégation, de fierté patriotique et d’austérité morale. Lucius Quinctius Cincinnatus (v. 519 – v. 430 av. J.C.) était considéré par les Romains comme un des héros du premier siècle de la République et comme un modèle de vertu et d’humilité. On ne peut que regretter que ces deux prénoms ne soient pas davantage populaires en ce temps où l’opinion brésilienne semble ne plus supporter certains comportements douteux de ses hommes (et femmes) politiques

D’autres étaient plus controversés, comme Cneius Pompeius Magnus, dit Pompée (v.106-v.48) qui, au même titre que César et Alexandre le Grand, figure pourtant dans la Vie des hommes illustres de Plutarque. Il est toutefois principalement connu pour avoir été le héros malheureux de la guerre civile qui mit un terme à la République romaine, et le concurrent malchanceux de César. Alcibiade (né en -450 et mort en -404), adopté par Périclès a été dans la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. l’une des personnalités politiques les plus importantes du monde grec. L’épisode majeur de sa vie est la guerre du Péloponnèse, qui opposa Athènes à Sparte de 431 à 404 et vit la ruine finale de l’empire athénien : au cours de ces années, Alcibiade combattit alternativement dans l’armée athénienne, dans le camp spartiate et chez les satrapes de Perse.

La liste comprend encore quelques grandes figures de la science et de la philosophie, comme Ératosthène (Cyrène v. -276 – Alexandrie, Égypte, v. -194), astronome, géographe, philosophe et mathématicien grec du IIIe siècle av. J.-C. Archimède de Syracuse (né à Syracuse vers 287 av. J.C. et mort en cette même ville en 212 av. J.C.), est considéré comme l’un des principaux scientifiques de l’Antiquité classique. Parmi ses domaines d’étude en physique, on peut citer l’hydrostatique, la mécanique statique et l’explication du principe du levier. Il est crédité de la conception de plusieurs outils innovants, comme la vis d’Archimède. La vie énigmatique de Pythagore (né vers 580 av. J.C. à Samos et mort vers 495 av. J.C.) permet difficilement d’éclaircir l’histoire de ce réformateur religieux, mathématicien, philosophe et thaumaturge. Hérodote le mentionne comme « l’un des plus grands esprits de la Grèce».

Ce même Hérodote (IVe siècle avant J.C) a été un historien et un explorateur, né à Halicarnasse. Son unique œuvre, intitulée Histoires ou Enquêtes, est considérée comme le premier ouvrage historique. Elle relate les différents voyages qu’il a effectués (en Égypte, à Babylone, en Macédoine) et traite de tous les humains (« tant les grecs que les barbares »). Il est vivement critiqué par les Anciens (Aristote le traite de « mythologue », Plutarque le trouve trop proche des barbares), mais la postérité le considérera, suivant en cela l’opinion de Cicéron, comme le premier historien, le « Père de l’Histoire » et un des premiers géographes (d’où le nom de la revue fondée par Yves Lacoste).

Figure 12 Le monde d’Hérodote

880px-herodotus_world_map-fr-svg

http://www.wikiwand.com/fr/H%C3%A9rodote

Un prénom issu de l’Antiquité, Orphée/Orfeu, et (un peu) présents au Brésil doit son succès (relatif) à une transposition d’un mythe antique au Brésil. Selon la légende, Orphée descendit aux Enfers pour en ramener sa bien-aimée. Hadès (22 prénoms, honorable score pour un dieu des Enfers) et Perséphone (aucun prénom) consentirent à laisser partir Eurydice, à condition que tant qu’il serait dans le Royaume des morts, il ne chercherait pas à la voir. Orfée oublia sa promesse, pour son plus grand malheur, et la jeune fille retomba aussitôt dans les abîmes. Inspiré de ce mythe, Orfeu negro est un film musical franco-italo-brésilien de Marcel Camus, adapté d’une pièce de Vinícius de Moraes (dont le prénom latin est porté par 304 822 Brésiliens), Orfeu da Conceição (1956). Sorti en 1959 il a reçu la Palme d’or au Festival de Cannes de la même année, il revisite le mythe d’Orphée et d’Eurydice en le transposant de Thrace à Rio de Janeiro pendant le carnaval, Orfeu y est conducteur de tramway et Eurydice une jeune campagnarde. Le film marqua les esprits, en France, en Europe et aux États-Unis. Il révèla dans le monde entier un style musical, la bossa nova, une terminologie alors encore inconnue en dehors du Brésil.

Figure 13 DVD du film Orfeu Negro

orfeu

https://coversblog.wordpress.com/2009/08/27/orfeu-negro/

Dieux grecs et romains

On aura noté que bon nombre des prénoms d’origine antique présents au Brésil sont ceux de dieux grecs et romains, qui méritent donc qu’on les regarde de plus près, en particulier pour voir si c’est la première ou la deuxième catégorie qui est la plus populaire.

Le tableau 6 montre que c’est sans ambiguïté le monde grec qui l’emporte, le dieu le plus populaire étant Dionysos, suivi par Hermès. Seules deux figures féminines l’emportent du côté romain, Diana et Vénus, mais dans le premier cas est probable que le choix du prénom se réfère plus à une princesse anglaise qu’à la déesse grecque.

Tableau 6 Prénoms de dieux grecs et romains

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Dionísio 19.442 1.058 MS 16,78 Baco 0
Hermes 12.485 1.412 RS 14,05 Mercúrio 0
Ceres 1.492 6.288 Demeter 0
Ártemis 553 12.650 AM 3,04 Diana 74.947 392 RR 81,91
Zeus 238 23.078 BA 0,25 Júpiter 86 46.918 RJ 0,11
Afrodite 76 50.976 SP 0,04 Vênus 234 23.351 RN 0,76
Netuno 33 Poseidon 0
Hera 22 120.692 Juno 0 24.114 MG 0,15
Hades 22 120.646 Plutão 0

Une géographie des prénoms antiques?

En guise de conclusion on peut esquisser l’analyse de la distribution géographique de ces prénoms antiques puisque que la base de données de l’IBGE donne une indication sur l’État où la fréquence de chaque prénom est à son maximum. On aurait évidemment préféré avoir des indications sur la présence des prénoms dans chaque État, mais telle quelle cette information permet déjà de tirer quelques conclusions.

L’analyse du nombre de prénoms (193 en tout) met en tête le Rio Grande do Sul, qui en compte 19, peut-être parce que c’est dans cet État que s’est concentrée au XIXe siècle une immigration massive de colons d’origine européenne, dont certains auraient apporté avec eux une culture classique ou le grec et le latin avaient une place importante. Suivent Rio de Janeiro et São Paulo, les États les plus développés, où cette même culture garde une forte position.

Figure 14 Distribution des prénoms antiques et e de leurs porteurs par État

prenoms-et-porteurs-de-prenoms-par-etat-2

En nombre de porteurs de prénoms antiques, dont le total atteint presque 9,5 millions dans tout le pays, ce sont évidemment les États les plus peuplés qui se détachent mais curieusement dans ce cas celui de Rio de Janeiro (avec 3,5 millions de porteurs), vient devant celui de São Paulo (qui en compte tout de même 2,7 millions) alors que les deux États ont respectivement 16 et 44 millions d’habitants. Suit le Rio Grande do Sul avec près d’un demi-million et le Santa Catarina avec près de 400 000. Le troisième territoire de cette région Sud (qui a reçu la majeure partie des immigrants européens), le Paraná suit de près, tout de même derrière l’Amazonas, qui n’a pas connu le même afflux d’Européens. Tous les autres États en comptent également à la seule exception du Goiás.

Quand dans son sonnet Língua portuguesa, à la gloire de la langue portugaise, Olavo Bilac (1865-1918) la qualifiait de “Última flor do Lácio, inculta e bela” (« Dernière fleur du Latium, inculte et belle ») il se référait au fait qu’elle a été la dernière langue romane transmis au (futur) Portugal à partir du latin vulgaire, parlé par les soldats romains, pour la plupart issus de la région du Latium. Le dernier vers du premier tercet dit  “Amo-te, ó rude e doloroso idioma” (« Je t’aime, ô langue rude et douloureuse »). Manifestement, à en juger par le nombre de prénoms antiques, essentiellement grecs et latins, que les parents brésiliens donnent à leurs enfants, l’amour de l’Antiquité a été transmis avec la langue et a lui aussi survécu et prospéré au Brésil.

[1] http://censo2010.ibge.gov.br/nomes/#/search

Défilé du 7 septembre à Brasília

La fête nationale est, au Brésil comme en France, l’occasion d’un défilé militaire sur l’une des artères majeures de la ville, en l’occurrence l’Axe Monumental de Brasília, où se situent tous les monuments officiels de la ville, de la Place des Trois pouvoirs jusqu’à la Bibliothèque nationale, en passant par l’esplanade des ministères et la cathédrale.

La Présidente Dima Rousseff a cette année encore ouvert le défilé dans la Rolls Royce 1953 qui est la voiture officielle des Présidents depuis Getúlio Vargas.

Brasília - DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR
Brasília – DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR

Foto: Ichiro Guerra/PR – http://www2.planalto.gov.br/centrais-de-conteudos/imagens/desfile-civico-militar-de-7-de-setembro-em-comemoracao-ao-dia-da-independencia

Une des attractions récurrentes du défilé, très attendu par les spectateurs, est le passage des Dragons de l’Indépendance, dont le nom officiel est 1º Regimento de Cavalaria de Guardas, l’équivalent de la Garde Républicaine française.

datas-comemorativas-2015

http://www.vidadeturista.com/wp-content/uploads/2015/01/datas-comemorativas-2015.jpg

Comme ailleurs un autre moment fort est le passage des blindés, ici vus devant la cathédrale ce qui, sans aller à évoquer « le sabre et le goupillon » associe du moins des symboles forts des pouvoirs militaire et spirituel.
Chars + avions

© Hervé Théry 2015

Le défilé de 2015 a attirés des milliers de badauds, dont beaucoup s’accumulaient dans les rares zones librement accessibles du bout de l’esplanade, comme ici devant le Musée National de Brasília.
Foule

© Hervé Théry 2015

L’affluence y était d’autant plus grande que les espaces accessibles aux non-VIP sur l’esplanade étaient peu nombreux et qu’il fallait faire une longue queue pour y accéder, une fois le défilé commencé, en espérant occuper la place de ceux qui partiraient avant la fin.
Fila 1

© Hervé Théry 2015

Beaucoup de spectateurs n’ont donc vu du défilé que les barrières érigées pour protéger les tribunes d’une invasion par le vulgum pecus des citoyens ordinaires.

Tapumes 1

© Hervé Théry 2015

Certains ont bien tenté de forcer le passage entre les plaques métalliques, ici devant la caméra du réseau de télévision SBT, mais la police militaire mettait toujours rapidement fin à ces tentatives.

Invasao

© Hervé Théry 2015

Les réticences des autorités à laisser les citoyens accéder librement au défilé venaient de ce qu’elles craignaient des manifestations hostiles à la Présidente ou à son prédécesseur et mentor, Luís Inácio « Lula » da Silva, comme celles qui apparaissent sur la photo ci-dessous. Ils y sont représentés par des mannequins gonflables géants, la première avec un long nez à la Pinocchio, parce qu’elle est accusée d’avoir beaucoup menti pour obtenir sa réélection en 2014, l’autre en uniforme de prisonnier en raison des accusations de corruption portées contre lui dans divers scandales.

Bonecos

https://www.youtube.com/watch?v=e4XbC0cJPdQ, http://msalx.veja.abril.com.br/2015/08/16/1735/pe6Cx/alx_manifestacao_contra_gov_09_original.jpeg?1439757346

Malgré tout le défilé est un moment d’exaltation nationale, notamment au passage de l’Esquadrilha da Fumaça (littéralement l' »Escadrille de la fumée », officiellement « Esquadrão de Demonstração Aérea – EDA »), l’équivalent de la Patrouille de France. On notera tout de même – sans chauvinisme aucun – que cette dernière, elle, parvient à dessiner le drapeau national dans le ciel de Paris le 14 juillet…

Brasília - DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
Brasília – DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013.     REUTERS/Charles Platiau  (FRANCE - Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) - RTX11MJ5
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE – Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) – RTX11MJ5

https://en.wikipedia.org/wiki/Smoke_Squadron et http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-festivites-ensoleillees-du-14-Juillet-521677

Les chutes d’Iguaçu

Les chutes d’Iguaçu, situées près de Foz do Iguaçu (Paraná) et de la triple frontière Brésil-Argentine-Paraguay, ont été choisies comme l’une des sept merveilles naturelles du monde après une campagne organisée par la Fondation New 7 Wonders qui a recueilli plus de cent millions de votes sur internet. Les chutes étaient parmi les 28 finalistes, et la liste finale a été annoncée lors de la cérémonie de déclaration le 7 Juillet 2007 (07.07.07).

Figure n° 1 Localisation des chutes

Localisation

Google maps

Le premier Européen à voir les chutes a été l’Espagnol Álvar Núñez Cabeza de Vaca, le 31 Janvier 1542. Avant de parcourir le fleuve Paraná et Iguaçu, il avait exploré l’Amérique du Nord, où il avait visité la région des (futurs) États du Mississippi, de l’Arkansas, du Colorado, du Nouveau Mexique et de l’Arizona, atteignant la Californie en 1536. En 1542 il commandait une expédition d’Espagnols qui traversait la région, habitée par les Indiens Caiagangue et Tupi-Guarani, en direction de la colonie d’Asunción, un point stratégique d’où l’on pouvait atteindre l’empire Inca. Largement inaccessible, la région ne fut de nouveau parcourue qu’au XVIIIe siècle, quand les jésuites s’installèrent dans la région pour catéchiser les Indiens. Dans l’intervalle elle avait été disputée entre les domaines espagnols et portugais et la délimitation du territoire n’a été définie qu’après l’indépendance de l’Argentine, du Paraguay et le du Brésil.

Les chutes sont formées par l’Iguaçu («la grande eau» en Tupi-guarani) quand il se précipite, 21 km avant de rejoindre le Paraná, dans un canyon étroit creusé dans les roches basaltiques. Ces roches proviennent du plus grand épanchement de lave qui ait eu lieu sur Terre, il y a entre 120 et 130 millions d’années, au Crétacé. Mais la formation du relief de la chute m’a commencé qu’il y a environ 200 000 ans, le canyon étant creusé par l’érosion régressive des chutes, le long de failles et de fractures dans les roches. Encore aujourd’hui, le bord de la calotte de basalte recule en moyenne de 1.4 à 2.1 cm par an. L’Iguaçu mesure 1 200 mètres de large au-dessus des chutes, mais au-dessous de celles-ci il n’a plus que 65 mètres de largeur. Le front des chutes est d’environ 800 m du côté du Brésil et de 1 900 mètres du côté argentin.

Figure n° 2 Les chutes en vue aérienne

PR Iguaçu parc catatactes 2

©Hervé Théry 2001

Le débit moyen de la rivière est d’environ 1 500 m3 par seconde, allant de 500 m3/s en étiage à 8 500 m3/s aux hautes eaux, entre octobre et mars. C’est le deuxième débit annuel moyen pour une chute d’eau dans le monde, après les chutes du Niagara, 1 746 m³/s. Son débit maximal officiellement enregistrée a été de 46 300 m³/s le 9 juin 2014, mais le système de mesure, débordé par l’ampleur de la crue avait alors arrêté de calculer le débit réel instantané, estimée à entre 50 000 et 60 000 m³/s. En comparaison, le débit moyen du Niagara est de 2 400 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 8 300 m³/s. Le débit moyen des Victoria Falls est de 1 088 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 7 100 m³/s.

Figure n° 3 La gorge du Diable vue du côté argentin

GD2 c

©Hervé Théry 2015

En fonction du débit de la rivière, le nombre de cascades varie, elles sont plus de 250 dans les périodes de débit moyen. On compte 19 chutes principales, cinq du côté brésilien et 14 du côté argentin, ce qui  offre une meilleure vue aux visiteurs les observant depuis le Brésil.

Figure n° 4 La gorge du Diable en vue aérienne (1)

LM1_8972

http://www.fotonat.org/details.php?image_id=51786

Certaines des chutes ont jusqu’à 82 mètres de hauteur, bien que la plupart aient seulement 64 mètres : ces chutes en escaliers sont une conséquence de la structure des coulées basaltiques. La gorge du Diable, en forme de U, reçoit de l’eau de trois côtés, elle a 82 mètres de haut  et 700 mètres de long, c’est la plus impressionnante de toutes les chutes.

Figure n° 5 La gorge du Diable en vue aérienne (2)

p1010935

https://aniyami.wordpress.com/2011/06/

En voyant les chutes d’Iguaçu, l’ancienne première dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt se serait – dit-on – exclamée « Mon pauvre Niagara! ».

Figure n° 6 La gorge du Diable vue du côté brésilien

PR Cataratas 3c

©Hervé Théry 2015

Les chutes d’Iguaçu sont également souvent comparées aux Victoria Falls, qui séparent la Zambie et le Zimbabwe, en Afrique austral. Les chutes d’Iguaçu sont plus larges, car divisées en de nombreuses chutes séparées par de grandes îles, en revanche les Victoria Falls forment le plus grand rideau d’eau dans le monde, avec plus de 1 600 m de large et plus de 100 mètres de haut.

Figure n° 7 Les chutes côté brésilien et la passerelle d’accès des touristes

Cataractes et touristes c

©Hervé Théry 2015

Les chutes sont maintenant incluses dans deux parcs contigus, Parc national d’Iguaçu, au Brésil et le Parc national d’Iguazú, en Argentine. La superficie totale des deux parcs nationaux totalise 250 000 hectares de forêt subtropicale. Le parc national argentin a été créée en 1934 et le parc national brésilien en 1939 (il était le deuxième parc national brésilien créé), afin de gérer et de protéger les sources qui alimente les chutes et tout l’environnement qui les englobe. Les deux parcs, brésilien et argentin, ont été classés site du patrimoine mondial, en 1984 et 1986 respectivement.

Figure n° 8 Affiche du parc national argentin

iguasu-park-map

http://roteirosjali.com/2012/10/10/mapa-turistico-do-parque-nacional-iguazu-argentina/

Figure n°  9 Panneau d’information du parc brésilien

570_Carte parc

©Hervé Théry 2001

Le parc brésilien forme le plus grand fragment restant de forêt atlantique du sud du Brésil. Il abrite une riche biodiversité, constituée d’espèces représentatives de la faune et la flore brésiliennes, dont certaines sont menacées d’extinction, comme le jaguar (Panthera onca), le puma (Puma concolor), le caïman à museau jaune (Caiman latirostris), le perroquet à poitrine violette (Amazon vinacea), l’aigle harpie (harpyja harpie), l’acajou rose (Aspidosperma polyneutron), l’ariticum (Rollinia salicifolia), l’araucaria (Araucaria angustifolia), ainsi que de nombreuses autres espèces de grande valeur et intérêt scientifique.

Figure n° 10 Entrée du parc brésilien et (en cartouche) le logo du parc argentin

Parque-Nacional-do-Iguacu

http://mydestinationanywhere.com/wp-content/uploads/2014/04/Parque-Nacional-do-Iguacu.jpg et https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Cartel_Puerto_Iguaz%C3%BA_-_Logo_del_Parque_Nacional_Iguaz%C3%BA.jpg

L’accès du côté argentin est facilité par le « train écologique » qui amène les visiteurs jusqu’à l’entrée de la Gorge du Diable. Le Paseo Garganta del Diablo est une passerelle d’un kilomètre de long qui conduit le visiteur sur la bord même de la Gorge du Diable.

Figure n° 11 « Train écologique » acheminant les visiteurs côté argentin

Trem Iguaçu

©Hervé Théry 2015

Figure n° 12 La passerelle du Paseo Garganta del Diablo

PR Cataratas Iguaçu 1

©Hervé Théry 2015

Figure n° 13 Touristes au bord de la gorge du Diable

GD4 c

©Hervé Théry 2015

Du côté brésilien, un cheminement a été aménagé le long du canyon sur une longueur de 1 200 m, depuis le sommet du plateau jusqu’à la base de la gorge du Diable, offrant différents points de vue sur plusieurs chutes, si proches qu’il est habituel que les touristes portent des ponchos imperméables jetables, vendus sur place.

Figure n° 14 Passerelle et point de vue du côté brésilien

PR Iguaçu visiteurs 4

©Hervé Théry 2001

Les chutes sont la principale attraction de Foz de Iguaçu, la ville la plus peuplée de la frontière du Brésil, avec 256 088 habitants selon le recensement de 2010 de l’IBGE. La ville possède l’un des six plus grands parcs hôteliers du Brésil, plus de 23 000 lits, et dispose également d’une des meilleures infrastructures dans le pays pour organiser des événements, ses centres de congrès sont en mesure de recevoir 40 000 personnes simultanément. La ville est la deuxième destination des touristes étrangers en visite au Brésil, selon une étude menée par l’Embratur. Elle est également considéré comme l’un des cinq premières villes brésiliennes hébergeant des événements nationaux et internationaux de tourisme, selon l’International Congress and Convention Association – ICCA.

On estime que la région reçoit chaque année plus de 5 millions de touristes, en ajoutant ceux qui visitent les chutes, côté Brésil et côté Argentine (2,5 millions de visiteurs), ceux qui visitent le barrage d’Itaipu (la plus grand centrale hydroélectrique dans le monde par la production totale d’électricité, à 12 kilomètres de la ville, 500 000 visiteurs), ceux qui participent à des événements nationaux et internationaux et ceux qui vont faire des achats à Ciudad del Este, au Paraguay (300 000 visiteurs).

Figure n°  13 Les deux parcs et les deux aéroports

Mapa local Plans

Apple Maps

Deux aéroports internationaux desservent les chutes d’Iguaçu, l’aéroport de Foz do Iguaçu International (UGI) et l’aéroport international Cataratas del Iguazú (IGR). LAN Airlines et Aerolineas Argentinas ont des vols directs à partir de Buenos Aires et plusieurs compagnies aériennes brésiliennes, comme TAM, Gol et Azul offrent des services des principales villes brésiliennes vers Foz do Iguaçu. Avec plus de 24 vols réguliers quotidiens, l’aéroport international de Foz do Iguaçu a été au cours des dernières années l’un des plus dynamiques au Brésil, il a connu près de 2,1 millions d’embarquements et débarquements de passagers en 2011.

Par position stratégique qu’elle occupe, la ville commence à former une nouvelle métropole régionale. Dans un rayon de 170 km autour de Foz do Iguaçu, dans les trois pays, vivent maintenant environ deux millions de personnes, dont 1,2 million dans l’ouest du Paraná. La création du parc technologique d’Itaipu (PTI) et de l’Université fédérale de l’intégration latino-américaine (Unila) à Foz do Iguaçu, pour laquelle doit être construit un bâtiment dessiné par Oscar Niemeyer et destinée à accueillir 10 000 étudiants brésiliens et latino-américain, visent à transformer la région en un centre de connaissances et d’activités universitaires.

Webographie

http://www.cataratasdoiguacu.com.br/portal/paginas/37-cataratas-do-iguacu.aspx

http://pt.wikipedia.org/wiki/Cataratas_do_Igua%C3%A7u

http://www.fozdoiguacudestinodomundo.com.br/sobre-a-cidade/a-cidade

http://www.icmbio.gov.br/parnaiguacu/guia-do-visitante.html

http://world.new7wonders.com/new7wonders-of-nature/the-new7wonders-of-nature/

http://www.anvtravelservice.com.br/aspx/descobrimento-das-cataratas-do-iguacu.html

http://www.mineropar.pr.gov.br/modules/conteudo/conteudo.php?conteudo=12

États brésiliens et pays du monde

Le Brésil est un pays-continent marqué par de profondes inégalités, tous les manuels de géographie le disent. Mais il n’est pas facile de le faire comprendre pleinement à qui n’y a jamais voyagé, seules les heures d’avion ou de bus passés à le parcourir font réellement sentir son immensité. Et ce n’est qu’en observant les conditions de vie de ses habitants que l’on perçoit l’ampleur des disparités entre des régions où l’on vit grosso modo comme en Europe et d’autres encore très pauvres.

À défaut de pouvoir offrir un voyage, on a cherché des moyens de rendre compte de façon aussi claire que possible de la taille et de la diversité du pays, par des données chiffrées et par des cartes. Les données chiffrées du tableau 1 rapprochent d’un pays étranger chacun des 27 États de l’Union (et le district fédéral de Brasília), pour trois variables, sa superficie (en milliers de kilomètres carrés), sa population (en millions d’habitants) et son Indice de Développement Humain, ou IDH, calculé à l’échelle mondiale et recalculé pour les États brésiliens par le PNUD.

Le tableau se lit donc, ligne à ligne, comme suit : l’État de Rondônia a une superficie comparable à celle du pays X, une population comparable à celle du pays Y et un IDH comparable à celui du pays Z. Le simple rapprochement des comparaisons avec des pays très différents entre eux donne des indices sur la dissimilitude des situations entre des États immenses et peu peuplés – en Amazonie notamment – d’autres peuplés mais encore pauvres – dans le Nordeste – et d’autres enfin qui ont atteint, avec une population relativement dense, des niveaux proches de certains pays européens.

Tableau 1 Pays et États brésiliens, trois variables

Tableau

Pour faciliter la comparaison visuelle de ces données mondiales, on a eu recours à des cartes qui mettent en regard les États brésiliens et les pays du reste du monde. La figure 1 montre que les États du Sudeste et du Sud du Brésil ont un poids démographique comparable à celui de bien des pays, à commencer par ses voisins sud-américains, l´État de São Paulo faisant à peu près jeu égal avec l’Argentine. En revanche celle des États amazonien est bien faible pour occuper leur immense superficie.

Figure 1 Population des pays et États

 Populaçao

La figure 2, associant superficie et population par le calcul de la densité, détache également l´État de São Paulo et celui de Rio de Janeiro, de niveau europén (et supérieur à celui de la France), tandis que celui des États amazoniens est proches de celui des pays du Sahel et du Sahara, du Canada ou de l’Australie.

Figure 2 Densité démographique des pays et États

Densite

La figure 3, la carte de l’IDH, montre également un Brésil dont certaines parties – au sud et dans le centre-ouest pionnier – se hissent à des scores comparables à ceux de l’Europe orientale, alors que le nord et le Nordeste en sont au mieux à ceux de l’Afrique du nord ou australe, ou de l’Asie du sud-est.

Figure 3 IDH des pays et États

IDH

Pour mieux jauger les superficies des États brésiliens on a eu recours à l’artifice de superposer leur contour et celui de pays de taille comparable.

Figure 4 États brésiliens et pays de superficie équivalente

UFs et pays séparés

Tous les ajustements ne sont pas parfaits – les pays peuvent avoir la même superficie qu’un État brésilien mais pas la même forme – mais parfois même la forme est proche, et le rapprochement n’en est que plus saisissant, comme pour les couples Nigeria/Mato Grosso, Angola/Pará, Mato Grosso do Sul/Allemagne, Botswana/Minas Gerais ou Roumanie/São Paulo (dans ce dernier cas en inclinant un peu la Roumanie).

Enfin, pour rassembler les trois données et faire un pendant visuel au tableau 1, on a reporté sur une carte du Brésil les formes du pays équivalent en taille à chaque État (nommé en noir), représenté sous forme de graphique de barres la population de son équivalent démographique (nommé en rouge) et mentionné (en vert) son équivalent en IDH. La carte confirme bien ce que disait la dernière ligne du tableau, la superficie totale du Brésil est très proche du total de celles de ces 28 pays – et non des moindres – et à part dans l’extrême ouest cette sorte de Frankenstein cartographique reconstitue raisonnablement bien la mosaïque brésilienne, à quelques lacunes et recouvrements près.

Figure 5 Pays et États brésiliens, les équivalences

Pays et UFs-v4-Fr

Il ne reste plus alors qu’a parcourir le pays en rapprochant les trois noms de pays associés à chaque État pour mesurer la diversité des situations. Pour nous en teniur Pa deux exemples on notera que São Paulo a la taille et l’IDH de la Roumanie avec la population de l’Argentine, Brasília la taille du sultanat de Brunei, la population de la Jamaïque et l’IDH du Chili, ce qui ne manquera pas d’alimenter les plaisanteries que les Brésiliens font sur leur capitale.

Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café

Le Viaduto do Chá (« viaduc du thé ») franchit la vallée de l’Anhangabaú[1], dans le centre de São Paulo. C’est une des icônes de la ville, il sert souvent de toile de fond à des interviews ou des « micros-trottoirs » de télévision et c’est un décor fréquent pour les films et telenovelas situés dans le centre de São Paulo. Du fait de cette célébrité il apparaît souvent sur des images, depuis le début de sa longue histoire, et en les observant on voit se dérouler une partie des transformations de la ville, évolution de l’architecture, des moyens de transport et du costume des passants.

Situé aujourd’hui en plein cœur de la ville, ce viaduc a été une des premières étapes de l’expansion de la ville, lorsqu’elle commença à sortir de son centre historique (autour du collège des Jésuites, fondé en 1554) pour entamer la croissance qui la fit passer de 31.385 habitants en 1872 à près de douze millions en 2014, selon L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique).

Figure n° 1 Situation et aspect actuel du Viaduto do Chá

Situation et imageSource: Google Maps et Google Earth

Avant la construction du viaduc, pour aller du centre au quartier où se situe aujourd’hui le théâtre municipal, il fallait descendre une pente raide vers la vallée de l’Anhangabaú, traverser le pont de Lorena et escalader la pente opposée par la bien nommée Ladeira do Paredão (côte de la falaise), actuelle  Rua Xavier de Toledo.

On traversait alors le Morro do Chá (colline du thé), ainsi nommée parce qu’elle était occupée par la chácara (exploitation agricole) du même nom, propriété du Baron de Tatuí, qui y faisait cultiver des légumes et du thé, et dont le viaduc prit le nom.

L’initiative de sa construction revient à un immigrant français, Jules Martin (Montiers 1832-São Paulo 1906), peintre, enseignant, architecte, lithographe et entrepreneur. Selon l’Encyclopédie Itaú des arts visuel[2]:

« Malgré sa formation artistique, Jules Martin ne s’affirmera pas en tant que peintre, mais en tant qu’entrepreneur polyvalent. Sa carrière depuis son arrivée à São Paulo, est jalonnée par d’ambitieux projets éditoriaux et urbains. Parmi ses projets éditoriaux, Martin s’illustre pour avoir imprimé les premières cartes détaillées de São Paulo – en grands formats ou formats de poche – et de villes voisines en pleine expansion économique, telle Santos ».

Jules Martin était en effet déjà connu par la carte de l’État de São Paulo[3] dont il avait publié une lithographie en 1877 (Cavenaghi 2006), quand l’idée lui vint de construire un pont reliant le centre-ville aux nouveaux quartiers qui naissaient alors de l’autre côté de la vallée de l’Anhangabaú, pour joindre la Rua Direita à la Rua Barão de Itapetininga, en traversant la chacara do Chá. Celle-ci était alors en cours de lotissement, cela apparaît sur le plan de 1881 de la figure n°2, où les rues du nouveau quartier sont esquissées, elles ne commencent à être tracées et occupées que sur celui de 1895.

Ce ne fut pas une entreprise facile. Recueillir les fonds nécessaires, convaincre les autorités municipales, avoir gain de cause pour l’expropriation de maisons appartenant à des personnalités influentes, la bataille dura15 ans.

Figure n° 2 Localisation du viaduc sur les plans de la ville de 1810 à nos jours

1810 a nos jours-p

Les travaux ont commencé en 1888, mais furent arrêtés un mois plus tard, en raison de la résistance du baron de Tatuí, qui avait été exproprié mais refusait de déménager, jusqu’au jour où la population attaqua à coups de pioches l’un de ses murs de son manoir. La construction du viaduc ne fut reprise qu’en 1889, par la « Companhia Paulista do Viaducto do Chá », qui édifia sur une structure en acier, importée d’Allemagne, un viaduc de 240 mètres de longueur, dont 180 de structure métallique, et de 14 mètres de large, qui fut inauguré le 6 novembre 1892.

Photo 1 Inauguration du Viaduto do Chá, 6 novembre 1892

1890 Inauguração do Viaduto do Chá

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Photo 2 La structure métallique du viaduc

1892 Viaduto Chá

http://martiusstaden.org.br/js/ckfinder/userfiles/images/Viaduto%20Ch%C3%A1.jpg, Acervo do Instituto Martius-Staden.

Dès lors, le viaduc permit de franchir commodément la vallée de l’Anhangabaú, à pied ou en utilisant les tramways hippomobiles desservant les nouveaux quartiers. Les véhicules à traction animale y passaient sans problèmes, sauf ceux à axe fixe (comme les chars à bœufs), qui étaient interdits.

La photo 3 montre, à droite, le terrain où serait construit plus tard le Teatro Municipal et, tout au fond, l’École Normale où – a beaucoup plus tard – commença à fonctionner l’Universidade de São Paulo (USP) et où enseigna donc Pierre Monbeig.

Photo 3 Le viaduc sur la vallée de l’Anhangabaú

São Paulo de Piratininga

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Le viaduc avait des portails et guérites de bois à ses extrémités (photo 4). La Companhia Ferrocarril y percevait trois vinténs[4] de ceux qui voulaient traverser. Mais le conseil municipal demanda bientôt la suppression du péage qu’il considérait comme « une véritable honte pour toute la population et les progrès de São Paulo ». Le viaduc fut alors racheté par la Ville et son franchissement devint gratuit.

Photo 4 Les portails et guérites de péage à l’entrée du viaduc

1895-Viaduto do Cha

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Vers 1900 le photographe Guilherme Gaensly prend une photo du viaduc et de la vallée, où l’on voit bien qu’elle est encore occupée par des exploitations agricole de maraîchage, dont celle du Baron de Itapetininga.

Photo 5 Le viaduc et la vallée vers 1900

1900-viaduto-do-cha-p

http://brasildelonge.files.wordpress.com/2013/01/viaduto-do-chc3a1-0.jpg

Quelques années plus tard, le viaduc a dû être reconstruit pour être renforcé et élargi quand les tramways électriques ont commencé à y circuler.

Photo 6 Travaux de renforcement et d’élargissement en 1902

1902-Viaduto do Cha 1902-01

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

En 1910, la vallée de l’Anhangabaú, sous le viaduc, fut aménagée en parc, le Parque Anhangabaú, bordé sur les deux flancs de la vallée par des bâtiments d’architecture européenne, dont la Mairie (à gauche de la photo 7), le palais Prates, siège de l’Automobile Club  (à droite) et l’Edifício Sampaio Moreira (au centre).

Claude Lévi-Strauss mentionne cette transformation dans Tristes Tropiques (Lévi-Strauss 1955) : « On débouche au bord du ravin de l’Anhangabahu (sic, orthographe de l’époque), franchi par un pont qui est une des principales artères de la ville. Le bas-fond est occupé par un parc dans le goût anglais : pelouses ornées de statues et de kiosques, tandis qu’à l’aplomb des deux talus s’élèvent les principaux édifices : le théâtre municipal, l’hôtel Esplanada, l’Automobile Club, les bureaux de la compagnie canadienne qui assure l’éclairage et les transports ».

Photo 7 Le Parque Anhangabaú en 1910

1910 Parque Anhangabaú 2

http://imageshack.com/f/62anhangabaupostal4small3huj

Les premières photos en couleurs (ou colorisées à la main) montrent la circulation tranquille de l´époque (contemporaine de la Belle Époque française), où le viaduc servait notamment à se rendre au Théâtre Municipal, inspiré du palais Garnier, inauguré en 1911.

Photo 8 Cartes postales en couleurs

Cartes en couleurs

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette image de 1919 São Paulo paraît être une ville européenne, juste après le conflit qui amorce le déclin – pour ne pas dire le suicide – de l’Europe, et les premières automobiles se mêlent aux tramways électriques.

Photo 9 Urbanisme européen et premières automobiles

1919 Viaduto do Chá 1919-08888SS77

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette carte postale des années 1920 le viaduc est bordé sur la gauche de l’image, par un palais qui fut longtemps le siège du Grand Hôtel de la Rôtisserie Sportsman, un haut-lieu de la gastronomie, puis dans sa phase finale, le siège du journal A Noite. Sur la droite, le Théâtre São José, plus tard démoli pour faire place à l’immeuble Alexander Mackenzie, siège de la Light and Power Company, concessionnaire de l’éclairage et des transports de la ville.

Photo 10 Années 1920

1920-antigo-viaduto-do-cha-hotel-sportsman-e-teatro

http://sampahistorica.wordpress.com/category/viaduto-do-cha-e-vale-do-anhangabau/page/4/

À la fin des années 1920 les voitures automobiles se font plus nombreuses et les marques mentionnées par les publicités murales indiquent une américanisation de l’économie et de la société pauliste.

Photo 11 Fin des années 1920, voitures américaines

1925 viaduto do Cha sao_paulo

http://cafeguinacultural.blogspot.com.br/2010/11/viaduto-do-cha-da-historia-antiga-aos_20.htm

Avec l’explosion démographique de la ville (de 579 033 habitants à 1 326 261 en 1940), le viaduc de métal allemand à plancher de bois ne pouvait plus supporter le grand nombre de personnes et de véhicules motorisés qui passaient par là tous les jours et commencé à sembler étroit, insuffisant. Un nouveau projet fut dessiné par Elisário Bahiana, mais comme le demande plaisamment José Horta Manzano (Manzano 2013), « Que faire entre la démolition du premier viaduc et la construction du second ? Comment les tramways, les voitures et les piétons pourraient-ils passer d’un côté à l’autre ? La solution était simple : d’abord, construire le nouveau viaduc et alors seulement démolir le vieux. Et ainsi fut fait ».

Le nouveau viaduc n’occupe donc pas exactement la place de l’ancien. La photo 12, de 1938 et créditée à J. Duarte Benedicto, montre la coexistence des deux ponts, le nouveau déjà prêt et l’ancien encore debout, pratiquement collés l’uns à l’autre, celui de gauche étant le nouveau, plus large. Au premier plan, à droite, le bâtiment de la Light, aujourd’hui transformé en centre commercial. Toujours à droite, plus au fond, l’Edifício Matarazzo[5] en construction, l’un des rares témoignages de l’architecture mussolinienne existant dans la ville. Après la débâcle de l’empire Matarazzo, le bâtiment a servi de siège à la Banque d’État Banespa et abrite actuellement la Mairie. En bas à gauche, le palais Prates, à l’angle de la Praça do Patriarca et de la rue Libero Badaró, démoli dans les années 60 pour faire place à une tour de verre qui a gardé le nom de l’ancien propriétaire, l’Edifício Conde de Prates.

Raimundo Menezes raconte la fin de l’ancien viaduc : « Le jour où l’on a commencé à démolir la relique – le lundi 18 avril, 1938 – il n’y a pas eu de cérémonie… Seuls quelques paulistanos[6], amoureux du passé, se sont arrêtés un peu pour observer les travailleurs au travail, pioches à la main, détruisant le pont historique, témoin muet d’un passé pas trop lointain ». Cette fois, le lit du pont serait deux fois plus large et assis sur un élégant arc, de béton, soutenu par deux grands piliers.

Photo 12 L’ancien et le nouveau viaduc côte à côte (à gauche) et le nouveau seul (à droite)

1938 et 1940

http://brasildelonge.com/2013/01/ et http://www.aprenda450anos.com.br/450anos/vila_metropole/2-3_viaduto_cha.asp, Crédit Hildegard Rosenthal

 Au début des années 1940, la fonction du Parque Anhangabaú a radicalement changé après la mise en œuvre d’un projet conçu par le maire Prestes Maia, dont le principal objectif était de rationaliser le transport sur roues (bus et voitures). On construisit alors trois avenues qui traversent la ville : Anhangabaú, 9 de Julho et Itororó et dans le fond de la vallée les parkings occupèrent la place où jadis poussaient des légumes et ou naguère se promenaient les élégantes (à gauche de l’image de 1945 la tour Matarazzo terminée).

Photo 13 Viaduto do Chá en 1945

1945-viaduto-do-chc3a1-iia

http://brasildelonge.com/2013/01/

Sur l’image aérienne de 1947 le palais Prates est toujours là (il a été démoli au d´but des années 1950) l’Edifício Matarazzo (à gauche) qui dépassait déjà sensiblement l’immeuble de la Light (à droite) n’est plus la plus haute, une série de gratte-ciel apparaissent à l’arrière-plan.

Photo 14 Vallée l’Anhangabaú (désormais souterrain) en 1947

1947-palacetes-prates-ed-matarazzo-light-dmitri-kessel

http://sampahistorica.files.wordpress.com/2013/09/1947-vista-do-vale-do-anhangabac3ba-palacetes-prates-ed-matarazzo-viaduto-do-chc3a1-e-light-dmitri-kessel.jpg

Comme le montre la photo de 1950, les environs du viaduc ont pris une allure de City, de centre des affaires, avant que beaucoup de sièges d’entreprises ne partent vers l’Avenida Paulista. C’est là que, tout au long des années 1960 et 1970, en fonction de la nouvelle législation sur l’occupation de sols et d’une intense spéculation immobilière, ont commencé à être construits des immeubles de bureaux de 30 étages en moyenne qui ont pris la place des palais des barons du café.

Photo 15 Le Viaduto do Chá et le bâtiment de la Light en 1950

1950 Viaduto do Chá 1950-02

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

À la fin des années 1960 l’Edifício Matarazzo n’est plus la propriété du groupe que pour peu de temps (il  a été vendu en 1972) et l’Edifício Conde de Prates a pris la place du palais Prates sur le bord de l’Anhangabaú. Il ne reste de la belle époque que son jumeau, là aussi pour peu de temps puisqu’il fut démoli en 1969 et remplacé par l’Edifício Grande São Paulo, un building à façade de verre.

Photo 16 La vallée de l’Anhangabaú à la fin des années 1960

1970-vale-do-anhangabau

https://sampahistorica.wordpress.com/tag/conde-prates/

Plus tard, en 1991, une bretelle routière a été construite dans le Parque Anhangabaú (ou plutôt de ce qu’il en restait), pour relier les Avenues 9 de Julho e 23 de Maio, et un tunnel permet désormais le passage des véhicules dans le fond de la vallée, ce qui a permis de reconstituer des jardins sur la dalle qui le couvre. La vallée est donc redevenue un espace piétonnier, haut-lieu des manifestations et c’est là qu’ont été installés des écrans géants pour les fanatiques de futebol qui n’ont pu s’offrir de billets pour assister dans les stades aux matchs de la Coupe du Monde de 2014.

Photo 17 Bretelle routière et tunnel sous le viaduto do Chá

Street view 1

Street view Google Maps

Sur cette photographie de 2007, l’immeuble de la Light, devenu un centre commercial, est un peu en retrait par rapport au viaduc, l’espace qui l’en sépare est celui qu’occupait l’ancien viaduc. À gauche l’Edifício Conde de Prates, au milieu la tour qui a remplacé les Mappin Stores.

Photo 18 Le viaduto do Chá en 2007

2007 travail 2p

@Hervé Théry 2007

L’Edifício Conde de Prates et l’Edifício Grande São Paulo rapetissent les immeubles du début du XXe siècle. À droite la structure métallique blanche qui recouvre la Praça do Patriarca, dans l’axe du Viaduto do Chá.

Generations  de buildings-p

@Hervé Théry 2006

Avec la croissance et l’expansion de la ville, la majorité de ses habitants vit désormais dans ses immenses périphéries[7] et non plus dans le centre, qui de plus se dévitalise, comme beaucoup de villes des Amériques. Le viaduc qui se trouvait hors du centre historique et a servi à l’étendre, a suivi son destin s’est trouvé progressivement de plus en plus loin du lieu de vie de la plupart des paulistanos (figures n°3 et renvoi n°1).

Figure n° 3 Le viaduto do Chá par rapport au centre de São Paulo

Situation 1810,,1868 et 1897

Il reste pourtant un lieu de référence pour eux, et parfois un lieu de ralliement en raison de présence de la Mairie (ou du moins des bureaux du Maire et de son cabinet), qui occupe l’ancien Edifício Matarazzo, ce qui fait que périodiquement des manifestations se produisent sous ses fenêtre, sur la Praça do Patriarca.

Photo 19 Manifestation sur la Praça do Patriarca, devant la mairie

Manif p

@Hervé Théry 2009

C’est aussi là, cette fois sur le trottoir du Viaduto do Chá lui-même, qu’en avril 2010 près de 700 « sans-toit » ont dressé des tentes, à côté du bâtiment de la mairie, après que 2 000 familles aient occupé deux bâtiments abandonnés du centre et un terrain dans le sud de la ville. Selon le FLM (Front de Lutte pour le Logement), l’utilisation de ces trois sites pour la construction de logements sociaux est une demande de longue date du mouvement et la Mairie ne met guère de bonne volonté à les exproprier et à les aménager.

Photo 20 Des « sans-toit » occupent le viaduto do Chá

2010 2010 sem tetos

http://www.portalflm.com.br/galeria/album/72157623953791998/photo/4561633927/viaduto-do-cha-rotina-ocupacao-abril-2010-ocupacao-viaduto-do-cha-2%C2%BA-dia.html

Ce dernier épisode et cette dernière photo montrent bien à quel point le Viaduto do Chá est toujours intégré dans l’histoire de la ville : le contraste entre le centre commercial (l’ancien siège de la Light) illuminé et les campement des sans-toit dans la rue reflète bien la diversité et aussi conflits de la société paulistana actuelle. Ce viaduc qui le franchit la vallée de l’Anhangabaú reste bien un des hauts-lieux de São Paulo, comme il l’a été depuis l’époque déjà lointaine – 137 ans – où Jules Martin l’a imaginé.

Sources

  • « Como se fez o Viaduto do Chá », Veja São Paulo, IV Centenário de São Paulo, especial Memória, janeiro de 2004
  • Cavenaghi, A. J., « O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana », An. mus. paul. vol.14 no.1, São Paulo Jan. / June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007
  • Lévi-Strauss, C., Tristes Tropiques, Plon, Paris, 1955
  • Moura, P. C. de, São Paulo de outrora: evocações da metrópole. Belo Horizonte: Ed. Itatiaia; São Paulo: Ed. da Universidade de São Paulo, 1980. 312p.

[1] Son nom vient du Tupi-Guarani Anhanga-ba-y, rivière des maléfices. Les Indiens pensaient que ses eaux causaient des maladies physiques et spirituelles. Pas de très bon augure…

[3] Où toute la partie nord-ouest de l’État était marquée terreno desconhecido (terres inconnues).

[4] Ancienne monnaie brésilienne de 20 reis, correspondant à la vingtième partie du cruzado (monnaie ayant une valeur nominale de 400 reis). Elle a cessé d’avoir cours légal en 1942 avec la création du cruzeiro.

[5] Francesco Matarazzo (Castellabate 9 Mars 1854 – São Paulo, 10 Décembre 1937) était un agriculteur italien qui, en 1881, avait émigré au Brésil, où il fut d’abord colporteur, avant de créer le plus grand complexe industriel d’Amérique latine du début du XXe siècle. À sa mort il était l’homme le plus riche du pays et la richesse produite par ses industries dépassait le PIB de tous les États brésiliens à l’exception de São Paulo.

[6] Habitants de la ville de São Paulo, alors que ceux de l’État de São Paulo sont les paulistas.

La population du Brésil en 2014

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) a publié, ce 28 août 2014[1], les estimations de la population résidant dans les 5 570 communes brésiliennes à la date de référence du 1er Juillet 2014. Il estime que le Brésil a actuellement 202,7 millions d’habitants et a eu un taux de croissance de 0,86% de 2013 à 2014.

La commune de São Paulo reste la plus peuplée, avec 11,9 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions), Salvador (2,9 millions), Brasília (2,9 millions) et Fortaleza (2,6 millions). Les 25 communes les plus peuplées ont totalisé 51,0 millions d’habitants, soit 25,2% de la population totale du pays.

Cette publication annuelle[2] obéit à la loi complémentaire n° 59 du 22 Décembre 1988, et à l’article 102 de la loi n° 8443 du 16 Juillet 1992, estimations de population sont essentielles pour le calcul des indicateurs économiques et socio-démographiques entre les périodes et sont également l’un des paramètres utilisés par la Cour des comptes dans la distribution du Fonds de participation des États et des communes.

Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié au Diário Oficial da União (DOU) le même jour. Elle peut également être consultée sur la page www.ibge.gov.br/home/estatistica / population / estimativa2014 . Une analyse complète des estimations de la population se trouve à l’adresse suivante : http://www.ibge.gov.br/home/presidencia/noticias/pdf/analise_estimativas_2014.pdf

Les 25 communes les plus peuplées

Ordre État Commune

População   2014

SP São Paulo

11 895 893

RJ Rio de Janeiro

6 453 682

BA Salvador

2 902 927

DF Brasília

2 852 372

CE Fortaleza

2 571 896

MG Belo Horizonte

2 491 109

AM Manaus

2 020 301

PR Curitiba

1 864 416

PE Recife

1 608 488

10º RS Porto Alegre

1 472 482

11º PA Belém

1 432 844

12º GO Goiânia

1 412 364

13º SP Guarulhos

1 312 197

14º SP Campinas

1 154 617

15º MA São Luís

1 064 197

16º RJ São Gonçalo

1 031 903

17º AL Maceió

1 005 319

18º RJ Duque de Caxias

878 402

19º RN Natal

862 044

20º MS Campo Grande

843 120

21º PI Teresina

840 600

22º SP São Bernardo do Campo

811 489

23º RJ Nova Iguaçu

806 177

24º PB João Pessoa

780 738

25º SP Santo André

707 613

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis

Toutes ensemble, ces communes ont 51 077 190 habitants, 25,2% de la population du pays.  Hors de la capitale, les plus peuplées sont Guarulhos (1,3 million), Campinas (1,2 million), São Gonçalo (1,0 million), Duque de Caxias (878 400), São Bernardo do Campo (811 5000), Nova Iguaçu (806 200), Santo André (707 600), Osasco (693 300) et de São José dos Campos (681 000).  Les 25 communes les plus peuplées hors des capitales d’États représentent un total de 17,0 millions d’habitants, soit 8,4% de la population totale.

Serra da Saudade, dans l’État de Minas Gerais est la municipalité brésilienne de plus petite population, estimée à 822 habitants en 2014, suivie par Bora, dans celui de São Paulo, avec 835 habitants : actuellement, ce sont les deux seules villes de moins de mille habitants.  La population des 25 communes les moins peuplés totalise 32 946 habitants, ce qui représente environ 0,02% de la population totale du Brésil.

Parmi les régions métropolitaines, celle de São Paulo reste la plus peuplée, avec 20,9 millions d’habitants, suivie par celles de Rio de Janeiro (11,9 millions d’habitants), de Belo Horizonte (5,8 millions d’habitants), de Porto Alegre (4,2 millions d’habitants) et la « zone de développement intégrée (RIDE) » du District fédéral et des régions avoisinantes (4,1 millions d’habitants).  Les 25 régions métropolitaines les plus peuplées totalisent 87,0 millions, soit 42,9% de la population totale

Population des régions métropolitaines

Ordre Région Métropolitaine

Population   2014

%   Population totale

RM São Paulo

20 935 204

10,32%

RM Rio de Janeiro

11 973 505

5,91%

RM Belo Horizonte

5 767 414

2,84%

RM Porto Alegre

4 161 237

2,05%

Ride DF e Entorno

4 118 154

2,03%

RM Salvador

3 919 864

1,93%

RM Recife

3 887 261

1,92%

RM Fortaleza

3 818 380

1,88%

RM Curitiba

3 414 115

1,68%

10º RM Campinas

3 043 217

1,50%

11º RM Manaus

2 478 088

1,22%

12º RM Goiânia

2 296 678

1,13%

13º RM Belém

2 129 515

1,05%

14º RM Grande Vitória

1 884 096

0,93%

15º RM Baixada Santista

1 781 620

0,88%

16º RM Natal

1 462 045

0,72%

17º RM Grande São Luís

1 403 111

0,69%

18º RM Maceió

1 246 421

0,61%

19º RM João Pessoa

1 195 904

0,59%

20º RM No/Ne Catarinense

1 191 558

0,59%

21º Ride Teresina

1 180 930

0,58%

22º RM Florianópolis

1 111 702

0,55%

23º RM Aracaju

912 647

0,45%

24º RM Vale do Rio Cuiabá

871 729

0,43%

25º RM Londrina

818 300

0,40%

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis  RM = Região Metropolitana e RIDE = Região Integrada de Desenvolvimento

Ensembl, ces régions métropolitaines comptent 87 002 695 habitants, 42,91% du total national

Pour compléter le communiqué de presse de l’IBGE, qui se poursuit avec une analyse de la croissance par taille de population des communes (et qui montre que ce sont les villes de taille moyenne qui ont la croissance la plus rapide), nous avons créé une carte à partir de ces données et des données du recensement démographique 2010 de l’IBGE

Population des communes en 2014

Variation 2010-2014 Jenks              Les cercles y sont proportionnels à la population communale en 2014 et la couleur représente sa variation par rapport à celle de 2010[3] : la carte confirme la tendance de ralentissement de la croissance des villes, les plus forts taux figurant dans des communes moyennes ou petites. Ils mettent en évidence la croissance de la zone du Centre-Ouest où se développent les productions de soja, de maïs et de coton. Apparaissent ainsi clairement les axes de la BR153 (Belém-Brasilia), BR163 (Cuiabá-Santarém) et BR364 (Cuiabá-Porto Velho). Une autre région qui a connu une forte croissance démographique (avec un tout autre système de production), a été le Pará oriental et le « bec de perroquet » du Nord Tocantins. On note enfin des taux élevés à ​​la périphérie de la région métropolitaine de São Paulo, sur la côte de Rio de Janeiro, en Espírito Santo et dans le sud de Bahia.


[1] Le texte ci-dessous est fondé sur le communiqué de presse publié par l’IBGE, http://saladeimprensa.ibge.gov.br/noticias?view=noticia&id=1&busca=1&idnoticia=2704, et complété par une carte originale.

[2] En 2013, l’IBGE a publié la population projetée pour les unités de la fédération du pays, par sexe et par âge, par la méthode des composantes démographiques, ce qui représente une amélioration méthodologique. Ainsi, les estimations de la population résidente pour les communes, à la date de référence du 1er Juillet 2014, ont été préparées à partir de cette projection pour chaque État, en intégrant les résultats des paramètres démographiques calculées sur la base des résultats de recensement de 2010 et les dernières informations des registres de naissances et de décès.

[3] En % de la population 2010. Les couleurs chaudes (jaune, orange et rouge) indiquent une augmentation, le bleu une diminution.

Nouvelles images de la population brésilienne en 2010

Le recensement démographique réalisé en 2010 par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques) contient une foule de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, librement (et gratuitement) accessibles sur son site (www.ibge.gov.br).  À partir de ses données par estado (État de la fédération), microregião (regroupements de commune par bassin de vie) et município (l’équivalent des communes), on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes entre les régions du pays.

Masses

Le Sudeste – la région qui contient les États de São Paulo et de Rio de Janeiro –  est de loin la partie la plus peuplée du pays, et une carte en anamorphose de la population des États qui donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, montre bien leur prédominance. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas).

Figure n° 1 Anamorphose de la population par État en 2010

Le poids spécifique des régions métropolitaines des deux villes éponymes de ces États apparaît bien si l’on répète l’exercice à l’échelle des microregiões : bien que celles-ci aient été conçues pour être, sinon homogènes, du moins comparables, le poids des grandes villes et de leurs satellites atrophie le Sud, secondairement le Nordeste. Inversement l’Amazonie disparaît presque, bien que ses communes soient immenses, certaines d’entre elles étant plus vastes que bien des pays européens.

Figure n° 2 Anamorphose de la population par microregião  en 2010

Densités

L’opposition majeure qui fonde l’organisation de l’espace est donc celle des densités : au littoral densément peuplé – c’est là que se situent toutes les grandes villes – s’oppose l’intérieur qui l’est nettement moins (la seule exception étant Brasília), résultat d’un processus d’occupation et de colonisation qui a commencé par le littoral. Presque partout la densité tombe en dessous de cinq habitants par kilomètre carré dès qu’on s’éloigne de plus de 200 km des côtes, et dans le Nord-Ouest amazonien on tombe même à moins d’un habitant par kilomètre carré. Cette disparité est bien révélée par la  carte classique (elle figure dans le billet « Du nouveau sur la population du Brésil en 2010 », http://braises.hypotheses.org/76), mais une carte en 3D en dit plus sur la contribution des villes, car si vives soient les teintes correspondant à leurs hautes densités, la petite taille de leurs municípios et même de leur microregião les dissimule, au contraire les « pics » de la 3D les fait – littéralement – ressortir par rapport à leur environnement.

Figure n° 3 Densité de population par microregião

On en a confirmation quand on ne prend en compte que la population urbaine de chaque município, les très grandes villes sont concentrées au long du littoral atlantique et parmi elles São Paulo, Rio de Janeiro et quelques autres se détachent nettement.

Figure n°  4 Population urbaine par município

Évolutions

Le boom démographique qui a marqué le XXe siècle a fait passer la population du pays de dix à près de 200 millions d’habitants, ce qui est évidemment un atout formidable, mais aussi un redoutable défi pour nourrir, loger, éduquer ces millions de nouveaux citoyens. Dans le même temps le centre de gravité du pays s’est déplacé, la série des cartes qui retrace l’évolution de la population montre l’extension progressive de la population vers l’Ouest et le Nord, où sont créé de nouveaux États, mais aussi le renforcement progressif du poids du centre, essentiellement São Paulo et Rio de Janeiro.

Figure n°  5 Population des États

Cette croissance s’est bien ralentie – le nombre moyen d’enfants par femme est aujourd’hui plus bas au Brésil qu’en France, mais le dynamisme spatial n’a pas complètement disparu pour autant, des mouvements de population se font toujours, à la fois par la migration et par les différence de dynamisme démographique entre les régions.

Une dernière carte, à l’échelle des municípios, montre que – pour la première fois dans l’histoire du pays, certaines régions perdent de la population (cercles bleus), dans le sud-ouest, dans le nordeste et même dans certaines zones de l’Amazonie (Rondônia et Transamazonienne), occupées dans les années 1970 par une colonisation qui n’a pas réussi à fixer une agriculture à haute densité.

En revanche les forts accroissements (cercles rouges) signalent que des fronts pionniers sont encore actifs dans d’autres régions amazoniennes, comme l’est du Pará (bois et élevage) ou dans le nord du Mato Grosso (soja). La plupart des villes n’ont que des progressions modestes (en pourcentage), la croissance se faisant dans les communes de leurs périphéries.

Figure n°  6 Évolution de la population entre 2000 et 2010

 

Du nouveau sur la population du Brésil en 2010

Les premiers résultats définitifs du recensement de 2010, le Sinopse do Censo Demográfico 2010, ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Outre le total officiel de la population du pays (190 755 799 habitants), la publication offre une mine de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, des données de population par sexe et par groupes d’âge, urbaine et rurale, le nombre moyen de résidents par ménage, le nombre de logements privés occupés ou non. Au cours des prochains mois, l’IBGE publiera de nouvelles données sur la structure territoriale du pays, le maillage des secteurs de recensement et de nouvelles données sociales, économiques et démographiques, selon un calendrier disponible sur son site . Á partir des données par município (commune) de cette livraison, on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes.

Figure 1 La population par município en 2010

La population brésilienne très inégalement distribuée sur le territoire, avec une très forte opposition entre les régions littorales et intérieures, les premières sont densément peuplées alors que les secondes ne sont que très faiblement occupées. Ce contraste reflète les effets du processus d’un processus colonisation et de peuplement du territoire qui s’est pour l’essentiel fait d’est en ouest de la côte vers l’intérieur, et secondairement du sud vers le nord.
Les zones de concentration sont toutefois irrégulières : même dans des États très peuplés apparaissent de vides importants, seuls São Paulo, le Paraná, Rio de Janeiro, le Sergipe, l’Alagoas, la Paraíba et le Ceará voient leu territoire occupé de façon à peu près continue.
Sur le reste du territoire la répartition de la population est étroitement corrélé avec les réseaux de transport, voies navigables (en Amazonie) et routes de desserte régionale: on suit sur la carte, jalonnés par les chefs-lieux des communes, les tracés des principales routes amazoniennes (BR364 Cuiabá-Porto Velho, BR163 Cuiabá-Santarém, BR010 Brasília-Belém, BR230 Transamazônica).

Maille municipale

Figure 2 La superficie des municípios

Cause et conséquence de ces contrastes de peuplement, les disparités entre les municípios sont énormes, si les plus petits sont grosso modo l’équivalent d’une commune de type européen, on trouve à l’autre extrême des territoires de la taille d’un pays du vieux continent. Entre le plus petit, Santa Cruz de Minas (Minas Gerais, 3,6 km2, qui a détroné à ce recensement celui qui détenait jusque lá le record avec 4 km2, Águas de São Pedro, dans l’État de São Paulo) et le plus grand, Altamira (État du Pará, 159 533 km2), le rapport est de plus de 1 à 44 000. Quatre municípios, tous situés en Amazonie, dépassent les 100 000 km2 (leur superficie combinée atteint presque la superficie de la France métropolitaine). Si l’on additionne les superficies des dix premiers d’entre eux (sur plus de 5 000 au total), on arrive à 11 % du territoire national, autant qu’en représentent ensemble les 3 450 plus petits.

Figure 3 Les cas extrêmes

Densités

La répartition des densités de peuplement obéit à une logique clairement est-ouest, résultat du processus d’occupation et de colonisation à partir du littoral. C’est donc dans les parties les plus proches de la mer des régions Nordeste, Sudeste et Sud, que se trouvent les densité les plus élevées, qui peuvent monter jusqu’à plus de 10 000 habitant par kilomètre carré dans les capitales. Si l’on répartit les 5565 municípios en trois groupes égaux, on fait apparaître des plages de densités contrastées: la majeure partie de l’Amazonie et du Centre-Ouest présentent des densités très basses, entre 0,13 et 16 habitants par kilomètre carré, dont ne se détachent que les capitales et quelques municípios où elles se situent entre 16 et 38 habitants par kilomètre carré.
La zone littorale n’est toutefois pas homogène : à peu près déserte au Nord de l’Amazone, elle voit s’opposer nettement, de part et d’autre d’un centre peu densément occupé (Sud de Bahia et Espírito Santo), les deux régions les plus importantes du pays. Dans le Nordeste, le contraste national entre littoral et intérieur est redoublé. Dans le Sudeste et le Sud, en revanche, la densité reste forte dans bien des régions proches des frontières occidentales du pays : c’est le seul endroit où le Brésil peuplé ait une certaine « profondeur », mais les densités chutent brutalement à la frontière entre les États de São Paulo et du Paraná, à l’est, et le Mato Grosso do Sul, à l’ouest.
Masculinité
On terminera par la construction d’autre indicateur démographique simple, le taux de masculinité (ou de féminité, comme on voudra, puisqu’il s’agit simplement de la proportion entre nombre des hommes et celui des femmes dans la population de chaque lieu). Ce ratio classique prend ici un sens nouveau puisqu’il est marqué par une forte opposition spatiale entre les régions littorales et l’intérieur pionnier, et entre villes et campagnes. La prédominance des femmes (en bleu sur la carte) est nette dans les grandes villes, en partie en raison de l’afflux de jeunes rurales qui y trouvent des emplois de domestiques, que les classes moyennes et supérieures emploient encore en grand nombre.
La même prédominance se retrouve dans les campagnes, du Minas Gerais, de São Paulo, de tout le Sud et surtout du Nordeste : cette fois il ne s’agit pas d’un afflux de femmes (et donc d’une sur-féminité), mais du départ des hommes (et donc de sous-masculinité). On retrouve ces hommes dans des zones bien spécifiques (en orange et rouge sur la carte), les zones pionnières du Nordeste (Ouest de la Bahia), Centre-Ouest et Amazonie, notamment sur l’« arc du déboisement», ou plutôt une zones située plus au nord-ouest, que les taux maximaux de masculinité (plus de 105 hommes pour 100 femmes) soulignent clairement, ainsi que dans les États du Roraima et d’Amapá. Ce sont les zones où l’on a besoin de main d’œuvre peu qualifiée mais dotée de force musculaire pour abattre des arbres à la tronçonneuse, ce qui requiert des hommes, jeunes de préférence. Ces ont aussi des régions où l’on vit loin de toute école, de tout dispensaire, et donc sans famille, celle-ci étant laissée, provisoirement ou définitivement, dans les régions d’origine des migrants. La présence d’une ville peut toutefois faire passer en bleu des communes comme Santarém ou Altamira, cette dernière étant particulièrement visible sur la carte en raison de sa superficie, la plus vaste de tout le pays.

Figure 5 Taux de masculinité en 2010

Cette analyse se confirme si l’on fait le calcul du taux de masculinité pour la seule population rurale, ce qui gomme l’effet urbain, et si l’on le représente dans des cercles proportionnels au total de la population rurale. On voit alors bien que les taux de masculinité élevé, en dehors du le Mato Grosso do Sul et de la Campanha gaúcha (terres d’élevage à prédominance traditionnellement masculine) concernent principalement les axes de la conquête pionnière du Centre-Ouest au long des routes déjà mentionnées, les BR364 Cuiabá-Porto Velho, BR163 Cuiabá-Santarém, BR010 Brasília-Belém et BR230 Transamazônica, ainsi que la partie orientale de la vallée de l’Amazone, le Roraima et l’Amapá. Cet indice simple constitue donc toujours un des plus sûrs indices de l’arrivée d’un front pionnier, avec son cortège de phénomènes positifs – augmentation de la population et de la production – et négatifs, du déboisement aux conflits fonciers et à la violence.

Figure 6 Taux de masculinité rurale en 2010

 

La population du Brésil en 2010

Les premiers résultats du recensement de 2010 ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Une carte en anamorphormose de la population des États qui composent la République fédérative du Brésil donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, elle montre bien le poids prédominant de ceux du Sud et du Nordeste. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas)