Archives par mot-clé : photographie

Histoire d’un lieu mythique, Copacabana

Si Rio de Janeiro, porte d’entrée du Brésil pour la plupart des touristes, est déjà un lieu mythique pour beaucoup de candidats au voyage, Copacabana l’est plus encore, c’est un nom qui fait rêver bon nombre d’habitants de la planète. Quelle est la réalité derrière le mythe, comment le lieu s’est-il formé et a-t-il évolué de ses origines à nos jours[1] où – il faut bien le dire – il ne correspond plus tout à fait à l’image qu’il a en dehors de Rio et du Brésil.

Copacabana avant

Avant l’arrivée des Portugais, Copacabana était une zone inhabitée, où les Indiens venaient seulement se baigner, pêcher ou ramasser des moules, des crabes et autres fruits de mer. Une simulation infographique (figure 1) permet de reconstituer sa topographie et ses paysages, qui restèrent intacts jusqu’au milieu du XVIe siècle car bien que la région ait été visitée par l’explorateur portugais Gaspar de Lemos en 1502, la ville de Rio de Janeiro n’a été fondée que le 1er mars 1565 par Estacio de Sá, après qu’il en ait expulsé la colonie que les Français y avaient installée[2]. Mais, comme eux, les Portugais s’installèrent dans l’immense baie de Guanabara, qui offrait un abri bien plus sûr et commode que le littoral ouvert sur la pleine mer. Ils ne pouvaient pourtant pas se désintéresser complètement de cette côte battue par les vents et les vagues (ne serait- ce que pour surveiller les approches de la ville), ni donc de Copacabana, qui est sa partie la plus proche de la ville, juste au-delà du Pain de Sucre qui marque l’entrée de la baie.

Figure 1 Copacabana avant l’arrivée des Portugais

Simulation numérique des plages de Copacabana et Ipanema comme elles étaient au XVIe siècle, à l’arrivée des Portugais. Dans le coin droit de la première image et le coin gauche de la seconde le promontoire sur lequel a été construit le Fort. Source http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/fotos/2015/02/fotos-veja-imagens-do-antes-e-depois-de-paisagens-do-rio.html

Après la prise de la ville par le corsaire français Duguay-Trouin, en 1711, les habitants avaient pris des mesures pour pouvoir mieux scruter l’horizon et en 1779 Copacabana a été incorporé au système de défense de la ville[3] avec la construction de fortifications de la redoute du Leme, du fort do Vigia (au sommet du Morro da Babilônia) et de la redoute de Copacabana, sur la Ponta da Igrejinha, afin d’alerter les autres fortifications de la baie de Guanabara de l’approche les navires suspects.

Mais à part ce fort et l’église voisine (voir ci-dessous) la région restait inhabitée et sauvage, comme en témoigne Maria Graham, une écrivaine et peintre anglaise qui  a publié en 1824 le premier livre qui mentionne Copacabana, Journal d’un voyage au Brésil: « Après mon retour, je me suis joint un joyeux groupe pour une balade à cheval à Copacabana, petit fort qui défend une des baies situées derrière la Praia Vermelha, et d’où l’on peut voir quelques-unes des plus belles vues d’ici. Les forêts des environs sont belles [..] et dans les collines abondent les opossums et les tatous ».

En août 1858 se produisit le premier événement majeur qu’ait connue le lieu. Il avait couru la nouvelle de l’échouage de deux baleines sur la plage de Copacabana, et l’affaire avait attiré beaucoup de gens, y compris l’empereur Pedro II, qui s’était rendu sur place accompagné d’un nombreux entourage. Les baleines ne furent pas trouvées mais cela lança la mode d’y faire des promenades à cheval et des pique-niques en bord de mer.

Les deux seules implantations durables étaient donc l’église et le fort qui partageait avec elle la Ponta da Igrejinha.

L’église Nossa Senhora de Copacabana

C’est l’église de Nossa Senhora de Copacabana[4] qui donné son nom au futur quartier après la consécration, au XVIIIe siècle,  d’une chapelle qui existait sur une pointe rocheuse entre Copacabana et Ipanema (figure 2). Construite par les pêcheurs et les navigateurs, elle leur permettait de prier lorsqu’ils approchaient de l’entrée de la baie ou en sortaient vers le sud.

Elle a été nommée ainsi en référence à une ville de Bolivie, située sur les rives du lac Titicaca, où une église abritait une statue, connue sous le nom de « Vierge de Copacabana », sculptée par un Indien nommé Tito Yupanqui, dans les années 1600. Le mot Copacabana est d’origine quechua, l’original étant Kupa kawanae, ce qui signifie « qui regarde le lac »).  La renommée de la statue se répandit dans toute l’Amérique catholique, des commerçants portugais en ont apporté une copie à Rio de Janeiro à la fin du 17ème siècle, et la chapelle fut baptisée en son honneur. Elle a probablement été construite au début du XVIIe siècle et en 1732 l’évêque Fray Antônio de Guadalupe avait ordonné la réparation du toit, des murs et des porches car elle était pratiquement en ruines.

Figure 2 L’église de Nossa Senhora de Copacabana

En bas à gauche photo des années 1880. En bas à droite photo vers.1895 de Marc Ferrez

L’église a été expropriée par décret du 20 mars 1918 et démolie la même année pour faire place à un fort moderne.

Le fort de Copacabana

Figure 3 Le fort de Copacabana

En haut le fort et son site, http://www.fortedecopacabana.com/galeria-de-imagens.html , en bas reddition des « 18 du fort » de Copacabana : de gauche à droite les lieutenants Eduardo Gomes, Siqueira Campos, Nílton Prado et le civil Otávio Correia, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Os_18_do_Forte.jpg, les tourelles des canons de 305mm Krupps https://fatosfotoseregistros.wordpress.com/page/21/

La construction du Fort de Copacabana a commencé en 1908[5], ont d’abord été élevées ses parois latérales (d’une épaisseur de 12 mètres), en 1912 ont été installés les tourelles contenant les canons Krupps de 190mm et 305mm (figure 3) et le fort a été inauguré le 28 Septembre 1914.

Au long du XXe siècle il a connu des épisodes qui sont entrés dans l’histoire du Brésil, comme la rébellion dite des « 18 du fort ». Au début de l’épisode les rebelles étaient 301mais à la fin ils n’étaient plus que 19, dont 18 militaires, principalement des lieutenants (tenentes), d’où le terme « tenentismo », utilisé pour caractériser les soulèvements de secteurs de l’armée contre República Velha (la « Vieille République ») dominée par les oligarchies rurales de l’Indépendance (1822) à la Révolution de 1930.

Durant celle-ci le fort a servi de prison au président de la République déchu, Washington Luís  et lors du coup d’État militaire de 1964 il a été point de rencontre pour le « commandement révolutionnaire ». Après la Seconde Guerre mondiale le fort, est devenu progressivement obsolète, a été désactivé en 1987 et il abrite désormais le Musée de l’Armée.

Les années 1890-1900

Jusqu’à la fin du XIXe siècle Copacabana était un champ de dunes, avec ici et là des oasis formées de cajueiros (arbres à cajous, anacardiers, Anacardium occidentale) de jambeiros (Syzygium jambos), de pitangueiras (Eugenia uniflora), de cactus et de palmiers nains. Quelques huttes de chaume abritaient des pêcheurs et des esclaves vivant des produits de petits jardins. Personne ne se serait risqué à prédire un bel avenir à la région.

Les tableaux de Guta et Eduardo Camões (figure 4) en reconstituent les paysages, mais on dispose aussi de quelques photographies (figure 5), une technique introduite au Brésil dans la deuxième moitié du XIXe siècle et dont l’Empereur Pedro II était un amateur éclairé et passionné.

Figure 4 Années 1890 (tableaux)

En haut Copacabana en 1893, recréation de l’artiste Guta. Trois suivants tableaux d’Eduardo Camões, de haut en bas deux vues en direction du Leme (au fond), o Leme et colonie de pêcheurs près la pointe où a été construit le fort de Copacabana.

Figure 5 Années 1890 (photos)

En haut photo de la fin du XIXe siècle, une des dernières images de Copacabana et de Leme portant encore une végétation qui a ensuite été engloutie par l’urbanisation. En bas à gauche la même colonie de pêcheurs que sur la figure 3, photo de Marc Ferrez en 1895, en bas à gauche la même région au début du XXe siècle.

Le quartier était donc à cette époque géographiquement isolée et d’accès difficile. La côte n’offrait aucune crique où se protéger des vagues déferlantes, les plaines côtières étaient limitées par les falaises d’une série de mornes do Urubu, da Babilônia, de São João, dos Cabritos, do Cantagalo e do Pavão. Copacabana était donc bien à l’image de la géographie physique de Rio, des montagnes aux pieds baignés par la mer.

Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, pour atteindre ces dunes partiellement couvertes par une rare végétation, à peine occupées par quelques colonies de pêcheurs et de petits paysans, les visiteurs devraient franchir les mornes qui les séparent du quartier Botafogo ou entreprendre un long voyage de via Humaitá et Lagoa (figure 6). Ce fut donc l’ouverture de nouveaux accès, plus directs, qui permit l’occupation de Copacabana, qui n’avait officiellement que 297 habitants en 1906, alors qu’elle en comptait actuellement environ 150 000 (146 392 en 2010).

Accès et tunnels

L’article de Jenner da Silva Soares comporte une carte (figure 6) qui montre, sur une image satellitaire actuelle, les anciens et les nouveaux accès ouverts par la construction de tunnels (figure 7) sous les mornes séparant Copacabana du reste de la ville (nommés sur la figure 6). C’est en effet grâce à ceux-ci que le quartier a commencé à être intégré au reste de la ville. Le premier a été ouvert sous le Morro de Vila Rica, le Túnel Prefeito Alaor Prata, plus connu comme Túnel Velho (vieux tunnel), entre Copacabana et Botafogo, il a été mis en service le 6 juillet 1892 par la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (l’actuelle compagnie Light)

Figure 6 Les accès à Copacabana

Un peu plus tard, en 1906, un autre tunnel a été ouvert sous le morne da Babilônia, le Túnel Novo (nouveau tunnel), doublé ultérieurement par un deuxième à ses côtés (tunnels Engenheiro Coelho Cintra e Marques Porto)[6]. Copacabana étant désormais accessible en tramway (d’abord hippomobile, puis électrique) en passant par les nouveaux tunnels, la marche vers l’urbanisation complète du quartier était définitivement engagée.

Figure 7 Les tunnels vers Copacabana

En haut à gauche l’ouverture du Túnel velho en 1892, en bas à droite l’entrée du Túnel Velho du côté de Copacabana vers 1920. En bas à gauche sortie du Túnel novo du côté du centre, en bas à droite dans les années 1950, quand les voitures le partageaient avec les tramways (ils ont cessé d’y circuler en 1963)[7].

La dernière photo de la figure 7, prise en 1963 pour le Correio da Manhã, montre les derniers jours de la cohabitation des tramways et des voitures. Le petit viaduc traversant la rue était beaucoup plus sympathique que de nos jours, et avait le même fronton décoré dans le style néocolonial que le tunnel.

Le décollage, 1900-1920

Bien avant son attrait touristique un des principaux attraits de Copacabana était sa réputation de salubrité, alors que Rio était victime d’épidémies de fièvre jaune jusqu’à ce qu’Oswaldo Cruz en vienne à bout en 1904[8]. Le séjour à la plage de Copacabana était donc considéré comme ayant une valeur thérapeutique, car les bains de mer dans l’Océan étaient jugés plus salubres que dans l’eau « stagnante » de la baie Guanabara. Le docteur Figueiredo Magalhães, médecin renommé et résident dans le nouveau quartier, le recommandait aux personnes convalescentes pour se reposer. Il croyait beaucoup à l’avenir de Copacabana et dès le début des années 1880 il avait toujours proclamé les bienfaits thérapeutiques de l’air et de la mer de Copacabana[9].

Pour motiver encore davantage le public, les entreprises intéressées, comme la Companhia Ferro-Carril do Jardim Botânico (qui avait ouvert le Túnel Velho), claironnaient partout les qualités du quartier. Ses dirigeants ont fait valoir que « les deux plages de Copacabana et Arpoador sont dotées d’un climat magnifique et salubre, elles sont balayées constamment par les brises fraîches de l’Océan, qui en font deux véritables sanatoriums et dans une ville décimée périodiquement par des épidémies, elles seront rapidement recherchées par la population comme les villes balnéaires d’Europe ».

Autre enthousiaste du quartier, le deuxième Baron d’Ipanema, José Antonio Moreira Filho, était grand propriétaire foncier dans la région actuelle de Copacabana. En partenariat avec José Luís Guimarães Caipora il a joué un rôle important dans l’urbanisation de la zone par la construction de la plupart de ses parcs publics. Il a aussi été le responsable de l’urbanisation d’Ipanema le quartier voisin, au-delà de la pointe de l’Igrejinha. Avec l’expansion des lignes de tramway jusqu’au fort de Leme et l’église de Nossa Senhora de Copacabana, le quartier a vue se créer de nouvelles rues, vite bordées de maisons neuves dans le style balnéaire alors à la mode.

Figure 8 Copacabana vers 1905

A Ribeiro, http://www.laparola.com.br/acervo-de-fotos-historicas-do-brasil-disponivel-no-portal-brasiliana-fotografica

Les premières années du XXe siècle virent de grands progrès à Copacabana, comme les premiers tramways électriques passant par les tunnels. En 1906, le maire Pereira Passos lança les travaux de construction de l’Avenida Atlântica, sur le front de mer, en prenant sur les arrière-cours des maisons de l’Avenida Nossa Senhora de Copacabana. Le morne d’Inhangá fut été rasé pour lui permettre de courir d’un bout à l’autre de la plage et ses trottoirs revêtus de mosaïques de pierres noires et blanches en forme de vagues (voir ci-dessous).

En 1910, après dix-huit ans d’existence, Copacabana avait 20 000 habitants, qui soumirent une pétition à la mairie pour demander l’installation d’écoles, d’un sanatorium et de jeux pour enfants. En 1915 le maire Rivadávia da Cunha signa le décret déterminant la séparation du quartier de Copacabana du district de Gávea. Un autre décret, d’octobre 1917, reconnut la dénomination plage de Copacabana sur plus de 4 kilomètres, au long desquelles se situaient déjà 45 rues, une avenue, quatre places et deux tunnels.

Figure 9 Années 1920, les villas de la station balnéaire

En haut à gauche l’avenue Nossa Senhora de Copacabana est déjà goudronnée, à droite la maison de la famille Guinle, sur l’Avenida Atlântica. Au milieu à gauche le morne d’Inhangá n’a pas encore été supprimé, à droite l’espace vide au premier plan fait aujourd’hui partie de la place Cardinal Arcoverde, à l’époque il servait de corral pour les mules qui tiraient les tramways. En bas à gauche vue depuis la terrasse du Copacabana Palace encore neuf, en direction de la Praia do Leme, à droite la rue Barata Ribeiro (au centre) entre les rues Santa Clara et Constante Ramos.

 

Le 22 juillet 1919 fut inauguré la nouvelle Avenida Atlântica e, à double voie et dotée de trottoirs élargis ainsi que d’un éclairage moderne sur son terre-plein central, ce qui a encore embelli le front de mer.

Figure 11 Élargissements successifs de l’Avenida Atlântica

En haut élargissement de l’Avenida Atlântida (1919). En bas à gauche época da inauguração do Copoacabana Palace, tirada no terraço de um casarão no Leme, à droite dans les années 1970 l’Avenida Atlântica est déjè à deux fois trois voies.

Au début des années 1920 Copacabana était donc dotée de l’un de ses principaux symboles, les mosaïques de pierres noires et blanches du front de mer et allait bientôt en recevoir un autre, le Copacabana Palace Hotel.

Le Copacabana Palace Hotel

L’hôtel le plus célèbre de la plage, le Copacabana Palace Hotel a ouvert ses portes en 1923. Dans un premier temps il devait être ouvert pour commémorer le centenaire de l’indépendance du Brésil, en 1922 mais les travaux ont été retardés. Mais l’ouverture de l’hôtel le plus luxueux du pays n’en a pas moins donné le départ de processus d’installation d’établissements hôteliers dans le quartier.

Le Copacabana Palace a été conçu par l’architecte Joseph Gire, qui s’est inspiré des deux hôtels les plus glamour de la Côte d’Azur française, le Negresco de Nice et le Carlton de Cannes. En 1933, il a été le décor du film Flying Down to Rio, dans lequel Fred Astaire et Ginger Rogers ont dansé ensemble pour la première fois.

Figure 10 Le Copacabana Palace Hotel

En haut à gauche et en bas à droite la station balnéaire formée de grandes maisons, et l’hôtel tout récemment construit. En haut à droite l´hôtel encore neuf, en bas à gauche aujourd’hui, entouré d’immeubles, https://www.youtube.com/watch?v=u-Ouj3UVORk

Les mosaïques de pierres noires et blanches

Le dessin des mosaïques de la promenade en front de mer longe sur 4 150 mètres les plages de Copacabana et du Leme. Il était à l’origine basé sur celui de la place du Rocio à Lisbonne, les pierres bicolores de calcite blanche et basalte noir ont été d’abord importés du Portugal, accompagnées d’un groupe de paveurs professionnels spécialisés dans la pose et l’entretien des trottoirs de pierres portugaises. Le travail ne leur a pas manqué pour poser ces millions de pierres et les remplacer quand une tempête emportait une partie du trottoir côté mer. Peu après ont été découverts des dépôts de ces pierres dans tout le Brésil, ce qui a permis de reproduire ce type de trottoir dans d’autres villes.

Figure 12 Les trottoirs de pierres portugaises noires et blanches

En haut le revêtement de pierres encore neuf, en deuxième ligne les effets d’une tempête en 1921, en troisième ligne le revêtement, considérablement élargi, dans les années 1950 et 1970.

Le style curviligne des mosaïques de la promenade actuelle n’est vraiment apparu que depuis 1970, avec le travail paysager de de Burle Marx, l’élargissement de la bande de sable, des trottoirs et des pistes : le paysage a gardé la conception d’origine, mais les courbes ont pris de l’ampleur. Certains citoyens de Rio voudraient restreindre le pavage de pierres portugaises à certains tronçons, et pas le voir étendu à presque tous les trottoirs de la ville. Ils mettent en cause le coût et de la difficulté d’entretien (il y a peu de paveurs spécialisés) et des risques d’accident pour les piétons, en particulier les personnes âgées, en raison de la facilité avec laquelle les pierres se déchaussent.

Les années 1930 à 1960

À partir des années 1930, à mesure que le Brésil s’urbanisait et se modernisait, Copacabana a vu ses paysages changer : des immeubles d’appartements ont remplacé les villas de style balnéaire, des voitures de plus en plus nombreuses ont remplacé les tramways électriques comme moyen de transport dominant. Les premiers ont transformé le front de mer en une muraille continue de bâtiments de plus en plus hauts et serrés, empêchant la brise marine d’atteindre ceux des rues intérieures. Les secondes ont largement aggravé la situation en polluant l’air jusque-là réputé salubre et transformé en cauchemar la circulation dans les rues à sens unique et même sur l’Avenida Atlântica, naguère lieu de promenade et de flânerie.

Figure 13 Années 1940

En haut à gauche vue du haut d’un immeuble de l’Avenida Atlântica, à droite la plage remblayée. En bas à gauche vue aérienne de Copacabana, Ipanema et leblon au fond, au-delà de la pointe du fort, à droite L’Avenida Atlântica à l’angle de la rue Djalma Ulrich.

Dans les années 1950 des milliers d’immeubles ont encore été construits, à mesure que s’accroissait l’attraction des plages, elle-même liée à un véritable culte du corps, de plus en plus répandu. C’est en effet un trait partagé par une large part de la population brésilienne, toutes classes sociales confondues, le corps « doit » être mince, musclé et bronzé,  d’où – pour ceux qui en ont les moyens – la floraison des clubs de musculation, les academias, et le succès des cliniques de chirurgie esthétique.

Dans un article intitulé « Brésil, le pays où le corps est roi »[10], Dominique Audibert et Annie Gasnier racontent : « Au Brésil, la religion de la beauté atteint des sommets. Sur les plages d’Ipanema et de Copacabana, les paires de seins atomiques et de fesses pneumatiques laissent rêveur. Ou perplexe. C’est peu dire que ce pays qui a inventé le string (plaisamment surnommé fio fental, ou « fil dentaire ») est à la hauteur de sa réputation ». Copacabana en a bénéficié, car sa plage était le lieu parfait pour montrer à tous ces corps si bien soignés, aux formes et à la couleur idéales.

Figure 14 Années 1950

En haut Avenida Atlântica en 1957, http://www.procrie.com.br/wp-content/uploads/2010/01/Copacabana1957.jpg. Au milieu à gauche la Praça do Lido en 1951, à droite l’hôtel Miramar, en bas les débuts des problèmes de circulation.

Les plages

Au début du XXe siècle les bains de mer étaient à la mode, on ne parlait pas d’« aller à la plage », mais plutôt d’« aller au bain » et il n’était pas de bon ton de séjourner longtemps sur le sable. Pas de bains de soleil et la norme de la beauté élégante était la peau pâle, protégée par les cosmétiques, les chapeaux, parasols, et ombrelles.

En 1917, le maire Amaro Cavalcanti, a publié un décret réglementant l’utilisation des bains de mer : « Le bain ne sera autorisé du 2 avril au 30 novembre, de 6 h à 9 h et de 16h à 18h. À partir du 1er décembre et jusqu’au 31 mars de 5h à 8h et de 17 h à 19 h. Le dimanche et les jours fériés, il y aura une tolérance d’une heure de plus pour chaque période ». Les baigneurs devaient se présenter avec des « vêtements appropriés pour garder la décence nécessaire ».

Peu à peu, cependant, la pratique du sport, et surtout de la natation, ont contribué à la diminution de la taille des maillots de bain, qui ont laissé apparaître épaules et genoux, puis de plus en plus de surface de peau jusqu’à se réduire au strict minimum.

Figure 15 Les plages naguère et aujourd’hui

En haut à gauche scène de plage en 1929, à droite en 1931, en deuxième ligne dans les années 1950, en troisième ligne en dans les années 1970, en quatrième ligne à gauche en 1967, à droite en 2014, https://oglobo.globo.com/rio/banhistas-de-antigamente-nas-praias-do-rio-7133716

Alors qu’en 1946 Alberto Ribeiro e João de Barro chantaient encore «Copacabana princesinha do mar » (Copacabana, la petite princesse de la mer), il est à noter que Garota de Ipanema, l’une des chansons les plus populaires de toute la bossa nova, composée en 1962 par Vinicius de Moraes et Antonio Carlos Jobim[11], vante – comme son titre l’indique – la beauté d’une jeune femme d’Ipanema, et non plus de Copacabana. Victime de son succès, celle-ci avait alors déjà perdu de son charme. Sa plage était déjà devenue un lieu de loisir de masse, y compris bon nombre des habitants des favelas qui s’étaient multipliées sur les mornes voisins (les habitants do morro, par opposition à ceux do asfalto, des quartiers du bas, aux rues asphaltées). Le phénomène n’a fait que s’accentuer depuis lors et certains jours chauds de produit donc une saturation totale des plages, comme le montre la figure 16.

Figure 16 La foule sur les plages

4 janvier 2014, http://blogjackiegeo.blogspot.com.br/2014/01/clima-no-mundo-aqui-derretemos-la.html et « Sea of humanity » http://www.megatimes.com.br/2013/10/rio-janeiro.html

Copacabana aujourd’hui

Au cours des dernières décennies du XXe siècle, Copacabana, comme d’autres quartiers traditionnels de Rio, a subi un processus de dégradation, avec la spéculation immobilière, la circulation chaotique, les différents types de pollution, la prolifération des bidonvilles sur les mornes environnants, le tourisme sexuel, la violence urbaine.

La densité de population y est devenue très élevée (figure 17), sur 411 hectares Copacabana comptait au recensement de 2010 147 021 habitants (plus 14 157 a Leme) et la plus grande densité de Rio de Janeiro avec 35 618 habitants par kilomètre carré, plus qu’à Dacca (Bangladesh, 29 401), Mumbai (Inde, 20 680) ou Djakarta (Indonésie, 16 548). Avec 92 156 logements, bâtiments, bureaux et espaces commerciaux Copacabana représente à elle seule 9% de la taxe foncière totale recueillies dans la commune de Rio de Janeiro. Elle compte plus de 92 000 téléphones fixes et près de 180 000 téléphones portables, un téléphone pour 1,9 habitant[12].

Figure 17 Copacabana aujourd’hui

En haut à gauche Vista da Praia de Copacabana do alto do Morro do Leme, à droite au premier plan la pointe du fort. Au milieu à gauche vue en direction de la pointe du fort, à droite vers Leme. En bas à gauche Copacabana vue du sommet du Pain de Sucre J. Nabucet 2009, à droite la plage en « hiver » HThéry2009.

Aujourd’hui, Copacabana a perdu beaucoup de son prestige par rapport à d’autres quartiers situés plus loin sur la côte, comme Ipanema, Leblon, São Conrado, Barra da Tijuca et Recreio dos Bandeirantes. Cependant, le glamour du passé est resté dans la mémoire des générations plus âgées, et Copacabana – naguère le quartier chic des artistes de la radio, du cinéma et de la télévision – a désormais la plus grande population âgée de la ville, qui, après avoir atteint la retraite, a choisi le quartier pour y passer les dernières années de sa vie.

Copacabana est donc devenu un quartier de vieux, environ un tiers de sa population (43 431 personnes en 2010) est composé de personnes âgées de plus de soixante ans, la plus forte proportion de toute la ville[13]. On a même plus dire que si la capitale n’avait pas été transférée à Brasilia la première mesure du gouvernement Lula n’aurait pas pu être d’imposer aux retraités des cotisations sociales qui ont diminué leurs revenus de 11%, ils auraient sans aucun doute assiégé en force l’ancien palais présidentiel du Catete, dans le quartier voisin.

Feux d’artifices de conclusion

Copacabana reste toutefois au moins une fois par ne le centre de l’attention de la ville, du pays et un des hauts-lieux de la planète, dans la nuit du Réveillon, grâce à ses feux d’artifice qui « ouvrent les portes de l’année ».

Figure 18 Feux d’artifices du Réveillon

Sources: Fernando Maia/ Riotur (31/12/2013), http://fotospublicas.com/no-rio-de-janeiro-34-mil-fogos-de-artificio-irao-iluminar-o-ceu-de-copacabana-por-16-minutos/ , https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas et https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/325180/bombeiros-e-pms-pedem-cancelamento-do-reveillonem-copacabana

 

Bien sûr, des feux d’artifice étaient déjà lancés sur les sables de Copacabana, dès la première phase d’urbanisation du quartier (dans la première moitié du XXe siècle), accompagnant les groupes de religions afro-brésiliennes qui célèbrent leurs cultes à la déesse de la mer, Iemanja, dans la nuit 31 décembre. Mais c’est avec l’alliance de la mairie avec une chaîne d’hôtel, en 1981, que l’événement est devenu officiel et a commencé à faire partie de la tradition du Réveillon à Rio, qui attire des millions de spectateurs brésiliens et étrangers.

Le spectacle a pris des proportions gigantesques (figure 18). En 2015 des barges chargées de 24 tonnes de feux d’artifice, ont été remorquées face à la plage pour un spectacle géant marquant l’arrivée de 2016 et célébrant les 100 ans de la samba et les Jeux Olympiques de Rio. Seize minutes d’illuminations, dans des tons vert, violet et orange, aboutissant à un moment où le ciel a été illuminé en blanc pour symboliser la paix[14]. Espérons que ce ne soient pas là les derniers feux de Copacabana…

[1] En suivant principalement l’article de Jenner da Silva Soares « Copacabana em muito mais de 100 anos », http://jensoares.blogspot.com.br/p/copacabana-em-muito-mais-de-100-anos.html, sauf indication contraire pour le texte et les images.

[2] La « France Antarctique » qu’avait voulu créer l’expédition commandée par Nicolas Durand de Villegagnon, arrivée en 1555, n’avait pas résisté aux dissensions entre catholiques et protestants et elle fut expulsée en 1560.

[3] http://copacabana.com/historia-de-copacabana

[4] Sources http://www.cruzterrasanta.com.br/historia-de-nossa-senhora-de-copacabana/31/102/#c  et http://www.dicionariotupiguarani.com.br/dicionario/copacabana/

[5] Source: http://www.fortedecopacabana.com/historia.html

[6] Source : http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[7] Sources: https://ama2345decopacabana.wordpress.com/planejamento-urbano/processo-de-urbanizacao-em-copacabana/, http://rioantigofotos.blogspot.com.br/2009_12_01_archive.html , http://lemeantigo.blogspot.com.br/p/fotos.html et http://www.rioquepassou.com.br/2004/05/05/tunel-velho-boca-de-botafogo-1963/

[8] L’extinction du foyer endémique de la Havane, en 1901, avait démontré que les moustiques sont l’unique disséminateur de la maladie. Oswaldo Cruz, chargé d’organiser la lutte contre la fièvre jaune, refit à Rio de Janeiro ce qui avait été fait à la Havane. La mortalité, qui auparavant était en moyenne de 150 décès par mois, tomba à 8 au mois d’avril et à 4 au mois de juin. Au mois de janvier 1904, on ne comptait que 3 décès. Source A. Dastre, Revue scientifique – La Lutte contre la fièvre jaune, Revue des Deux Mondes, 5e période, tome 29, 1905 (pp. 216-228). https://fr.wikisource.org/wiki/Revue_scientifique_-_La_Lutte_contre_la_fi%C3%A8vre_jaune

[9] https://pt.wikipedia.org/wiki/Copacabana  et http://copacabana.com/historia-de-copacabana/

[10] Le Point, 08/04/2010,

[11] Sa version la plus connue, Girl from Ipanema, a été publié par Verve Records l’année suivante, sur le disque Getz / Gilberto, chantée par Astrud Gilberto et accompagnée João Gilberto et Stan Getz, avec la participation de Tom Jobim au piano (https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA ).

[12] http://copacabana.com/dados-sobre-copacabana/

[13] http://brasil.estadao.com.br/noticias/geral,copacabana-e-o-bairro-com-maior-numero-de-idosos-do-pais-diz-censo,739329

[14] https://www.noticiasaominuto.com.br/brasil/172002/balsas-com-fogos-de-artificio-para-noite-da-virada-sao-liberadas

La genèse du Christ du Corcovado

La statue du Christ qui domine la baie de Rio de Janeiro est une icône connue dans le monde entier et elle est étroitement associée à l’image de la ville et du Brésil. Elle est pourtant relativement récente (elle a n’a été érigée au sommet du morne du Corcovado qu’en 1931). Revenir sur sa genèse et sa construction permet de la situer dans l’histoire du Brésil avant, pendant et après sa construction.

Figure 1 Le Christ du Corcovado domine Rio de Janeiro

https://inspirationseek.com/cristo-redentor-rio-de-janeiro-best-places-to-visit-in-brazil/

Une icône

Le Christ du Corcovado est un des dix monuments les plus visités au monde[1]: en 2016 le site a été visité par 3 305 010 personnes contre 2 945 355 en 2015, une augmentation de 12% en un an[2]. Le nombre de visites journalières a battu un record historique lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, le 26 juillet 2013, avec 20 000 personnes, alors que la moyenne quotidienne est de 5 500 visites.

La statue apparaît dans d’innombrables films et séries télévisées, la montrer même fugitivement suffit pour signifier que l’action se déroule au Brésil, tout comme une brève apparition de la Tour Eiffel suffit à  indiquer qu’elle se situe à Paris. Elle a fait l’objet non seulement de myriades de reproductions de toutes tailles vendues aux touristes mais aussi de films et de chansons dont « Corcovado », l’un des plus grands succès de Tom Jobim, le père de la bossa nova et plusieurs villes, au Brésil et ailleurs dans le monde, ont construit des répliques de ce Christ aux bras ouverts, probablement pour bénéficier de l’aura de Rio de Janeiro en lui empruntant son icône.

L’identification avec le pays est telle que l’image du Christ a été utilisée par l’hebdomadaire britannique The Economist à trois reprises (en 2009, 2013 et 2016) pour symboliser le décollage économique du pays, son décrochage et la trahison dont il aurait été victime.

Figure 2 Le Christ sur trois couvertures de The Economist

Le Corcovado avant le Christ

Depuis la découverte de la baie de Guanabara, le 1er janvier 1502, par les navigateurs Gonçalo Coelho et Américo Vespucci, deux mornes tropicaux attirent l’attention de tous les voyageur, le Pain de Sucre[3], qui domine l’entrée de la baie et le Corcovado, situé un peu plus à  l’écart mais beaucoup plus haut puisqu’il culmine à 710 m contre 396 pour le Pain de Sucre.

Son sommet a été atteint pour la première fois – officiellement du moins – le 22 Février 1824, quand l’Empereur du Brésil, Dom Pedro Ier, y a mené une expédition.

Figure 4 Le Corcovado avant le Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Le décret impérial 3372 du 7 Janvier 1872 a accordé une concession pour construire un chemin de fer menant au sommet du Corcovado. Les travaux de la première partie de la ligne ont commencé le 2 Janvier 1883, pour relier le quartier de Cosme Velho à Paineiras. Elle a été inaugurée le 9 octobre 1884, en présence de Pedro II et de la famille impériale. Puis les travaux se sont poursuivis et le sommet a été atteint le 1er juillet 1885. La ligne, à crémaillère, a au total 3 824m de long, c’est l’une des plus raides au monde et la première à avoir été électrifiée en Amérique du Sud. Un belvédère avait alors été construit au sommet, un pavillon de fer, verre et ardoise de 13,50 m de diamètre et de 46 tonnes, dont tous les matériaux ont été acheminés par le chemin de fer.

La route qui relie la ville au Christ Rédempteur n’a quant à elle été construite que dans les années 1930. Les techniques modernes n’étaient toutefois pas absentes du sommet du Corcovado puisque la société américaine Westinghouse y avait installé une station émettrice pour réaliser la première démonstration expérimentale de téléphonie radio au Brésil, au cours de l’exposition commémorant le centenaire de l’indépendance, en 1922. Cela crée une parenté avec la Tour Eiffel, elle aussi dotée d’une station de radio (militaire), qui l’a sauvée de la destruction à laquelle elle était promise à la fin de la concession accordée pour l’Exposition Universelle de 1889.

Figure 5 Le chemin de fer du Corcovado en 1884

La genèse du Christ

L’idée de construire un monument au sommet du Corcovado vient du prêtre français Pierre Marie Boss, arrivé au Brésil en 1865. De la fenêtre de l’école où il enseignait il regardait le morne du Corcovado, en pensant – raconta-t-il plus tard – « Quel beau piédestal pour une statue de notre Seigneur ». L’initiative avait reçu le soutien de la princesse Isabel, la fille de l’Empereur, mais elle tourna court avec l’avènement de la République (le 15 novembre 1889) et l’exil de la famille impériale. La séparation de l’Église et de l’État par la première Constitution républicaine du Brésil, en 1891, fut un autre facteur de complication.

En 1921, l’approche du premier centenaire de l’indépendance du Brésil (1822) a été l’occasion de proposer à nouveau la construction d’un monument au Christ Rédempteur, et l’autorisation de construire le monument sur le Corcovado a été accordée le 1er juin 1922. L’année suivante, une campagne de financement a été lancée pour la construction du monument et plusieurs projets ont été présentés.

En 1924, la compagnie de téléphone, avait installé, à  demeure cette fois et en dépit des protestations, une antenne d’émission au sommet du morne. De sa résidence du quartier Botafogo l’ingénieur Heitor da Silva Costa avait noté la forme de l’antenne, en forme de croix dotée de bras horizontaux de 16 mètres, et repris dans cet esprit son projet, qui fut retenu. Il en avait ensuite parlé  avec le sculpteur Paul Landowski à Paris, en 1924: le sculpteur français serait responsable de la construction de la tête et des mains du Christ, et l’artiste plastique brésilien Carlos Oswald de la préparation et de la conception finale du monument. Cette même année avait commencé la préparation du modèle en plâtre de la future sculpture.

La première pierre du monument avait été posée le 4 avril 1922, mais les travaux au sommet du Corcovado n’ont commencé qu’en 1926, entravés par les difficultés du site et du transport du matériel vers le sommet par chemin de fer.

La population de la ville a collaboré volontairement aux travaux en enveloppant de fines doublures de toile des centaines de milliers de pierres triangulaires de stéatite[4] destinées à revêtir la statue. Au passage elles (ce travail ayant été fait principalement par des femmes) ajoutaient souvent des demandes, des bénédictions et des prières derrière chacune de ces pierres, que plus tard les travailleurs ont appliquées en mosaïque sur la statue.

Étape par étape, la construction du Christ Rédempteur

  1. La statue a d’abord été ébauchée en France par le sculpteur français Paul Landowski. Avant que le travail ne soit réalisé en vraie grandeur plusieurs modèles en plâtre avaient été préparés.
  2. Ces éléments ont été transportés de France au Brésil en morceaux: la tête était composée de 50 pièces et chaque main avait 3,2 mètres de long. Une exposition des moulages en plâtre des mains du Christ, sur le modèle préparé par Landowski, a eu lieu sur le Corcovado en 1929.

Figure 6 Main et tête du Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html et http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

  1. Des échafaudages en bois et en fer ont permis aux travailleurs d’avoir accès aux points les plus élevés du chantier. Les différentes parties de Christ ont été progressivement intégrées au châssis métallique monté pour supporter le poids de la statue.

Figure 7 Le Christ dans les échafaudages

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

  1. La première partie mise en place a été la tête, le Christ étant donc construit de haut en bas. Toutes les parties extérieures ont alors été revêtues de la mosaïque de stéatite, une matière qui, bien qu’elle soit facilement rayée, résiste bien aux variations de température.

Figure 8 Le revêtement de pierre-savon

http://thesevensistersseries.com/cristo-redentor/4590607581 et http://acessoverdade.blogspot.com.br/2014/03/

L’inauguration

En 1931, le jour de la fête de la sainte patronne du Brésil, Nossa Senhora Aparecida, le 12 octobre, le monument a été solennellement inauguré, avec la participation du président Getúlio Vargas (1882-1954), alors chef du gouvernement provisoire, et de Pedro Ernesto (1884-1942), Gouverneur nommé  du District fédéral, comme était alors nommée région de Rio de Janeiro.

Figure 9 Inauguration du Christ

http://ngcanela-news.blogspot.com.br/2012/08/monumento-do-cristo-redentor.html et http://origemdascoisas.com/a-origem-do-cristo-redentor/

Au moment de la consécration toutes les cloches des églises de Rio de Janeiro ont retenti pendant trois minutes. Tout au long de la cérémonie une escadrille de l’aviation militaire a fait des évolutions acrobatiques autour du monument du Christ Rédempteur.

L’inventeur Guglielmo Marconi (1864-1937), le créateur de la télégraphie sans fil, devait allumer, par signal radio émis de son yacht Electra ancré dans la baie de Gênes, les projecteurs prévus pour illuminer le monument la nuit. Les lumières ont finalement été allumées depuis Rio de Janeiro et la population n’a pas pu voir cet éclairage, car un nuage épais enveloppait le Christ Rédempteur.

Caractéristiques du Christ Rédempteur

Hauteur totale du monument – 38 mètres

Hauteur de la statue – 30  mètres

Hauteur de la tête – 3,75 mètres

Longueur de la main – 3,20 mètres

Distance entre les extrémités des doigts – 28 mètres

Poids de la statue – 1 145 tonnes

Poids de la tête – 30 tonnes

Poids de chaque main – 8 tonnes

Poids de chaque bras – 57 tonnes.

 

Les travaux d’amélioration

– En 1943, a commencé une campagne d’expansion des belvédères, et la construction d’escaliers et de murets de protection (existants jusqu’à ce jour). Ce travail a été inauguré le 3 juillet 1945.

– En 1965, lors des célébrations du 4e centenaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été installé et inauguré par le pape Paul VI, depuis le Vatican.

– En 1973, tout le parc national de Tijuca (l’un des plus grands parcs urbains au Brésil, qui inclut le Corcovado) a été classé par l’Institut national du patrimoine (IPHAN).

– En 1979, le chemin de fer a été rouvert après une modernisation complète.

– En 1980, la statue a été rénovée pour recevoir la visite du pape Jean Paul II, qui a dit une messe au pied de celui-ci.

– Depuis l’an 2000, quand il a reçu un nouvel éclairage, le monument et ses accès ont fait l’objet d’un processus de revitalisation. Le point culminant a été l’ouverture de l’accès mécanisé, avec trois ascenseurs panoramiques et quatre escalators en 2003, au profit des personnes âgées et handicapées.

Figure 10 Travaux de réparation

http://randomenthusiasm.com/7903354-the-brave-men-who-repair-christ-the-redeemer-statue-have-the-sca

– En 2010, la mosaïque en stéatite couvrant la statue a été restaurée, on a supprimé la patine biologique (champignons et autres micro-organismes) qui s’y était peu à peu formée. Ont été également réparés les paratonnerres situés sur la tête et les bras de la statue, fréquemment frappés par la foudre en raison de la position de la statue.

Figure 11 Un éclair frappe le Christ

http://epicpew.com/breathtaking-images-jesus-christ-the-redeemer/

– Le 1er mars 2011, date anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été inauguré, formé de 300 projecteurs à LED de dernière génération, donnant  la possibilité de créer différents effets de couleurs. Le Christ a ainsi été illuminé en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris de novembre 2016.

Figure 12 Le Christ en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris

Antonio Scorza, O Globo, http://blogs.oglobo.globo.com/agora-no-mundo/post/cristo-redentor-ganha-iluminacao-especial-com-cores-da-bandeira-da-franca.html

La statue a finalement connu une double consécration, nationale et internationale qui a définitivement assis son statut d’icône : en 2005 la statue a été classée par l’Institut du patrimoine historique et artistique (IPHAN), entrant ainsi dans le patrimoine historique et culturel du Brésil. Et en juillet 2007, le Christ Rédempteur a été élu l’une des sept merveilles du monde lors d’une élection populaire[5] qui a rassemblé plus de 100 millions de voix. Dans le résultat final, le Christ était à la troisième place, derrière la Grande Muraille de Chine et Petra, en Jordanie, devant des monuments connus dans le monde entier comme Machu Picchu, le Colisée de Rome et le Taj Mahal d’Agra.

Bibliographie

Antônio Sérgio Ribeiro, Cristo Redentor: 80 anos de um símbolo, 11/10/2011, http://www.al.sp.gov.br/noticia/?id=310849

Cristo Redentor, http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

História do Cristo Redentor, Tudo sobre engenharia e construção civil, http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Inauguração do Cristo Redentor, http://brasilianafotografica.bn.br/?p=2602

[1] Le premier est Notre-Dame de Paris, (12 millions de visiteurs). Puis viennent 2) la Grande Muraille de Chine (9 millions), 3) l’Opéra de Sydney (7,4 millions), 4) la Tour Eiffel (6,7millions), 5) le Lincoln Memorial de Washington(6 millions), 6) le Colisée de Rome (5,11 millions), 7) la Statue de la Liberté de New York (4,24 millions), 8) l’Alhambra de Grenade (3 millions), 9) les pyramides de Gizeh, en Egypte (3 millions), et derrière lui 11) le Taj Mahal d’Agra, en Inde (2,5 millions) http://www.tourism-review.fr/les-dix-monuments-les-plus-visites-dans-le-monde-news3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.99

[2] http://g1.globo.com/turismo-e-viagem/noticia/parques-nacionais-registram-recorde-de-visitantes-pelo-10-ano-consecutivo.ghtml

[3] Que les premiers occupants de la baie, des Français menés par Nicolas Durand de Villegaignon avaient baptisé « Le Pot de Beurre », sans doute par nostalgie de la Normandie dont beaucoup étaient issus.

[4] Roche tendre principalement composée de talc, plus connue au Brésil comme « pierre-savon » et très utilisée par l’artisanat car elle est facile à graver et sculpter

[5] Organisée par la Fondation New 7 Wonders

Les Indiens manifestent à Brasília : images et enjeux

Le mardi 25 avril 2017 une grande manifestation a rassemblé des milliers d’Indiens le bâtiment du Congrès national[1], à Brasília : plus de 4 000 selon les organisateurs de la manifestation (la police n’a pas donné d’estimation officielle). Au-delà des images spectaculaires – peintures de guerre et coiffes de plumes, arcs et flèches devant les monuments modernistes dessinés par Oscar Niemeyer pour la nouvelle capitale, inaugurée en 1961 – c’est l’occasion de se demander pourquoi les plus anciens occupants de qui est aujourd’hui le Brésil ne sont pas satisfaits de la place qui leur y est laissée, et éprouvent le besoin de le faire savoir.

Leur but était cette fois de protester contre le gouvernement du président Michel Temer et de réclamer des progrès dans la démarcation des territórios indígenas (les réserves indiennes dans la terminologie brésilienne). Vers 15h30, ils se sont avancés sur la pelouse située devant le Congrès mais ont été empêchés par la police anti-émeute d’accéder à l’entrée de la Chambre des Députés et du Sénat. Ils ont néanmoins réussi à briser le blocus et sauté dans la pièce d’eau qui ceinture le bâtiment pour y jeter des cercueils symbolisant les ethnies indiennes disparues au cours des dernières décennies. La police a alors riposté avec des gaz lacrymogènes et dispersé les participants.

Figure 1 Les Indiens pointent leurs flèches sur le palais présidentiel

Lula Marques/ Fotos Públicas, https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html et http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

Figure 2 Les caciques, portant les traditionnelles coiffures de plumes

Raoni http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio e http://www.ebc.com.br/noticias/brasil/2013/10/indios-fazem-manifestacoes-na-esplanada-dos-ministerios

Figure 3 Les chamanes procèdent aux invocations rituelles et les cercueils rappellent les ethnies disparues

Dida Sampaio/Estadão, http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,policia-usa-bombas-para-dispersar-manifestacao-de-indios-em-frente-ao-congresso,70001751516 et http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

Cette manifestation n’était toutefois pas la première du genre et rappellent notamment celles de 2015

Déjà en 2015

Le deuxième jour de la 11ème édition du Campement de la Terre Libre (13-16 avril 2015), environ 1 500 Indiens d’Amazonie, du Nordeste, du Centre-Ouest, du Sudeste et du Sud du Brésil avaient défilé sur l’Esplanade des Ministères en essayant d’attirer l’attention de la présidente Dilma Rousseff sur leur cause. La police militaire – portant casques, boucliers, armures et matraques – avait alors protégé la Cour suprême, l’objectif symbolique des manifestants de la « Mobilisation Nationale Autochtone ».

Pedro Alexandre Sanches (2015) raconte avoir vu, devant le Palais Itamaraty (siège du Ministère des Affaires Étrangères), les motos des voltigeurs de la police slalomer au milieu des archers, des caciques et des chamanes. Un des caciques avait alors barré la route d’une des motos qui tentait d’entrer dans la procession, en répétant un seul mot : « Respect ! Respect ! Respect !». Selon son récit, la manifestation était pacifique, sans vandalisme, les militants lui donnaient une tonalité de célébration, de danse, de chant, de fête. Des familles entières marchaient ensemble, avec des enfants, des adolescents, des couples âgés, main dans la main. La sonorisation annonçait le passage des divers groupes ethniques, chacun avec ses traits distinctifs : Tupinambás, Pataxós, Xucurus, Araras, Guarani-Kaiowá, venus de tout le pays, du Rondônia, du Roraima, du Pará, du Tocantins, du Mato Grosso, du Mato Grosso do Sul, de la Bahia, du Paraná.

Selon Marcello Pellegrini (2015) les Indiens, les corps peint en rouge de pâte d’urucum (roucou) et portant arcs, flèches et massues, avaient alors demandé et obtenu des réunions avec de hauts responsables brésiliens, comme Michel Temer, alors vice-président, le président de la Chambre des Députés et des juges de la Cour suprême fédérale (STF). Ils ont dû avoir recours à ces pressions externes car ils n’ont plus de représentant au Congrès, le dernier était Mário Juruna, élu en 1983: sans représentation, ils n’ont pas les moyens de contrer au Congrès les intérêts de la bancada ruralista, le groupe parlementaire des grands propriétaires, qui réclame, en justice ou par les armes, des terres dont les Indiens disent qu’elles leur appartiennent.

Figure  4 Les Indiens affichent leurs revendications

Traduction des slogans : « La démocratie c’est de délimiter toutes les terres indigènes » et « Fin du génocide, longue vie aux Indiens, aux fleuves et aux arbres ». Photo 1 Mário Vilela/Funai, http://www.funai.gov.br/index.php/comunicacao/noticias/3580-indigenas-ocupam-congresso-nacional-contra-pec-215-presidente-da-camara-plano-matopiba-e-paralizacao-de-demarcacoes et http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

Le point de vue officiel et celui des Indiens

Au Sénat, les rencontres avec les Indiens sont pourtant fréquentes, à en croire, sur son site (photos à l’appui), la « galerie »[2] du « Jour de l’Indien » (Dia do Índio). Selon celle-ci les Indiens viennent régulièrement au Sénat pour participer aux débats sur la délimitation de leurs terres et des questions relatives à la Journée de la lutte des peuples autochtones. Ils ont assisté à des débats tenus par la Commission des droits de l’homme sur de meilleures conditions pour l’éducation et la santé publique dans leurs territoires, ou sur les problèmes causés par le décret qui a remodelé la Funai (Fondation Nationale de l’Indien) et supprimé ses administrations régionales.

Figure  5  Des leaders indiens présentent leurs revendications au Congrès

Foto: Marcelo Camargo/Agência Brasil http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio  et https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html

Figure  6 Des leaders indiens sont reçus par les présidents successifs du Sénat

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

Le point de vue des Indiens, transmis par Mônica Carneiro et Matheus Alencastro sur le site de la Funai, est quelque peu différent. Selon Sonia Guajajara, de l’Association des peuples autochtones du Brésil (APIB), le mouvement indigène est mobilisé depuis le début de l’année 2015 : « Des délégations se sont relayées chaque semaine, chaque mois, tout au long de 2015, pour protester contre la PEC 215 [voir ci-dessous], contre les projets miniers, pour protester contre les autres mesures qui sont discutées ici et qu’ils peuvent voter à tout moment ». Neguinho Truká ajoute que « la Chambre des Députés est la grande menace pour les peuples autochtones du Brésil ».

Présent à la manifestation de 2015, le cacique Babau, du peuple indigène Tupinambá (dans l’état de Bahia, une région marquée par d’intenses conflits fonciers avec les agriculteurs) avait dit, lui aussi, que les populations autochtones devaient revendiquer leurs droits à Brasilia, exprimer leur insatisfaction à l’égard de la bancada ruralista, et demander la régularisation des territoires des communautés traditionnelles. « Assez de concentration des terres entre les mains des puissants. Donnez la terre qui leur revient à ceux qui y vivent, et veulent y prospérer » insistait-il.

Les Indiens qui vivent dans le cerrado (savanes arborées) ont également manifesté contre le plan de développement dit « Matopiba », un mot-valise utilisé pour désigner une zone géographique qui couvre en partie les territoires du Maranhão, du Tocantins, du Piauí et de la Bahia. Elza, représentant des populations autochtones Xerente, avait souligné que son peuple n’acceptera pas le plan : « Nous sommes là pour qu’ils voient que nous existons et que nous n’acceptons pas Matopiba, qui détruit la nature, nous prend notre eau. Nos peuples autochtones vivent des fruits qui poussent dans le cerrado ».

La cacique Nega Kanela, qui vit à Araguacema (Tocantins) sur des terres non encore régularisées, expliquait en outre que la défense du cerrado ne devait pas seulement être le fait des seuls peuples autochtones et des communautés traditionnelles, mais de tout le peuple brésilien. « Le Matobipa pour nous est comme une nuée de sauterelles, il détruira toutes les forêts. Aujourd’hui, nos cours d’eau sont déjà à sec, en raison de l’action de la bancada ruralista. Il y a trop de soja, trop de canne à sucre, maintenant les plantations d’eucalyptus viennent détruire ce qui nous reste. Alors nous, les peuples autochtones défendons le Cerrado […]. Nous ne le protégeons pas seulement pour nous, mais pour toute la population. Parce que le réchauffement climatique est déjà là, et Mapitoba va détruire le peu de cerrado qui nous reste ».

Les acteurs et les enjeux

La frustration des Indiens s’est aggravée parce que bien peu de ce que Dilma Rousseff avait promis au cours de la campagne électorale de 2014 a été réalisé. En octobre de cette année, elle avait publié une « Lettre aux peuples autochtones du Brésil », dans laquelle elle avait réaffirmé son engagement en faveur de la démarcation des terres, de la santé et de l’éducation des autochtones. Le document avait été reçu par eux comme une demande de « deuxième chance » du gouvernement de Dilma, son premier mandat (2011-2014) est celui qui a connu le moins de démarcation de terres depuis le retour à la démocratie, en 1985, ce qui est considéré comme « un tournant historique » par l’ancien président de la Funai, Marcio Santilli : seulement 10 terres délimitées et 11 homologuées (la dernière étape), contre 51 et 21 sous Lula). Et depuis lors, la situation n’a fait qu’empirer.

La Funai, responsable de la protection et de la promotion des droits des Indiens, a vu son budget baisser de 174 millions de Reais en 2013 à 154 en 2014 (de 52 à 46 millions d’Euros) et le nombre de ses employés permanents a diminué de 2 396 à 2 238. En outre, elle a été en situation de précarité institutionnelle pendant la majeure partie du gouvernement Dilma, elle a eu un président intérimaire pendant près de deux ans, fait sans précédent dans son histoire. C’est pourquoi l’Association des peuples autochtones du Brésil (Apib) avait envoyé, le 15 avril 2015, une lettre à la Président, qui exigeait l’accomplissement des promesses de campagne et demandait « aucun droit en moins, aucun retour en arrière, plus de droits et plus de marche en avant ».

Figure 7 La lettre des Indiens à Dilma Rousseff

https://mobilizacaonacionalindigena.files.wordpress.com/2015/04/carta-pc3bablica-da-mobilizac3a7c3a3o-indc3adgena-nacional-c3a0-presidente-dilma-15-de-abril-2015.pdf

La PEC 215

À la Chambre des Députés, des parlementaires de la bancada ruralista ont réactivé la Commission spéciale créée pour étudier la proposition d’amendement constitutionnel (PEC) 215. Si elle est approuvée, celle-ci retirera à l’exécutif l’exclusivité de la démarcation des terres indiennes et partagera ce pouvoir entre lui et le Congrès. Cette initiative est interprétée par les dirigeants indiens comme un moyen de retarder la démarcation, déjà lente, des terres indiennes et selon Rui Daher (2014), ce serait comme donner au renard les clés du poulailler.

L’objet principal du litige est la possession des terres fédérales réservées à l’usage exclusif des Indiens et l’argument principal de la bancada ruralista repose est que, selon les données de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique), 13 % du territoire national sont déjà réservé aux Indiens, qui représentent moins de 0,5% de la population. Sans mentionner, toutefois,  que 98,5 % de ces terres sont situées en Amazonie et que la délimitation des réserves n’empêche pas complètement la spéculation immobilière, l’avancée des chercheurs d’or, des bûcherons ou même le lancement de grands projets publics et privés pour l’exploitation minière et l’énergie hydraulique.

Dans le même temps, la justice se prononce régulièrement sur les conflits en cours, et pas toujours en faveur des Indiens. En octobre 2014, le STF (Supremo Tribunal Federal, la Cour suprême brésilienne) a décidé d’annuler deux reconnaissances des terres occupées traditionnellement par les peuples Guarani-Kaiowá et Terena, dans le Mato Grosso do Sul, et Shin-Apãnjekra dans le Maranhão. De l’avis des juges, la promulgation de la Constitution de 1998 était la date-limite pour reconnaître le droit des autochtones à occuper le territoire. Autrement dit, les Indiens qui n’avaient pas fait reconnaître leur occupation avant 1988 n’ont aucun droit à la terre.

« C’est une décision absurde, qui ne prend pas en compte l’histoire du conflit dans le pays », dit le cacique Lindomar Terena. « Comment aurions-nous pu être sur le terrain en 1988 alors que nous en avons été expulsés et transférés vers des réserves ? ». Le juge du STF Dias Toffoli a déclaré que le recours au pouvoir judiciaire n’est pas la meilleure façon de résoudre des problèmes comme celui-ci. « En justice, il n’y a pas de moyen terme, l’un ou l’autre gagne, ce qui ne résout pas le conflit. Idéalement, ce serait à l’État d’intervient pour créer trouver une solution arbitrée »

Le nœud du problème, la démarcation des terres indiennes

Le processus de démarcation, régi par le décret n° 1775-1796, vise à identifier et signaler les limites du territoire traditionnellement occupé par les peuples autochtones. En vertu du même décret, la délimitation des terres traditionnellement occupées par des autochtones passe par les étapes suivantes, de compétence du pouvoir exécutif [3]:

  1. études d’identification et de délimitation, à la charge de la Funai ;
  2. études administratives « contradictoires » (prenant en compte les points de vue opposés) ;
  3. déclaration des limites, sous la responsabilité du Ministre de la Justice ;
  4. délimitation physique, à la charge de la Funai ;
  5. enquête foncière évaluation des améliorations mises en œuvre par les occupants non indigènes, à la charge de la Funai, conjointement avec l’enregistrement des occupants non indigènes, à la charge de l’INCRA (Institut national de colonisation et réforme agraire) ;
  6. approbation de la démarcation, à la charge de la Présidence ;
  7. expulsion des occupants non indigènes, avec indemnisation des améliorations jugées faites de bonne foi, à la charge de la Funai, et réinstallation des occupants non-autochtones qui correspondent au profil de la réforme agraire, à la charge de l’INCRA ;
  8. enregistrement des terres autochtones au Secrétariat du Patrimoine de l’Union, à la charge de la Funai ;
  9. interdiction de l’accès aux zones réservées à la protection des peuples autochtones isolés, à la charge de la Funai.

À l’heure actuelle, selon l’ISA (Instituto Socioambiental)[4] 480 terres autochtones ont été homologuées mais 224 sont toujours en cours de reconnaissance (108 en identification, 44 identifiées et 72 seulement déclarées). La plupart des terres autochtones – 70% – ont donc été reconnues, si bien que le processus est en « phase terminale », selon l’ancien président de la Funai Marcio Santilli (Milanes, 2013). Le problème est que les zones qui restent sont précisément celles où existent des conflits : « souvent, les problèmes de reconnaissance des terres indigènes se concentrent dans des zones où des titres de propriété ont été donnés à des tiers par le gouvernement lui-même », a déclaré Santilli. Les terres auxquelles il fait référence sont des terres publiques, en territoire indien, qui ont été donnés à des squatters pendant la dictature, dans le cadre de la réforme agraire ou d’un projet « intégrer pour ne pas perdre » en Amazonie.

Ces processus traînent depuis des décennies devant les tribunaux, ce qui augmente l’anxiété et les risques de conflits La solution à cette impasse, argumente Santilli, pourrait être accélérée si la Présidence mettait en œuvre des arrangements de compensation entre les Indiens et les colons, au lieu de judiciariser le conflit. « Il est clair que seul le gouvernement peut résoudre un problème qu’il a lui-même créé dans le passé », dit-il.

Cependant, rien n’indique que la Présidence opter pour cette voie. Une vingtaine de terres indigènes attendent depuis des années la signature présidentielle pour être homologuées, une douzaine d’autres processus, sans qu’aucun obstacle administratif ou judiciaire s’y oppose, attendent les décisions déclaratoires du ministère de la Justice. « Le processus doit être repris, parce que la situation est très mauvaise dans tout le pays. Dans le Mato Grosso do Sul nous vivons une violence constante, il y a des gens qui campent sur le bord des routes et des meurtres sont commis chaque jour. […] Les terres indigènes souffrent de situations graves invasion, l’exploitation forestière et minière » explique Sonia Guajajara, coordinatrice de l’Association des peuples autochtones du Brésil (Apib).

En outre, la PEC 215 n’est pas la seule préoccupation pour les Indiens. Circulent au Congrès un projet de loi (PL) et un projet de loi complémentaire (PLP) de contenu similaire, visant à réduire leurs droits en faveur des intérêts de l’exploitation minière et de l’agro-industrie. Le projet de loi 1610-1696, vise à réglementer l’exploitation minière dans les terres indigènes, alors que la PLP 227 crée des exceptions au droit à l’usage exclusif des terres traditionnelles autochtones, en cas d’intérêt public pour l’Union.

Les problèmes de la démarcation

L’anthropologue Beto Ricardo est l’un des fondateurs de l’Institut socio-environnemental (ISA), un chef de file des organisations de défense des droits des autochtones et des populations traditionnelles. Il raconte à un journaliste de Carta Capital (Milanes, 2013) les arrière-plans de la mobilisation rurale et des tentatives de changer la Constitution.

Carta Capital – Pour se défendre, les Indiens manifesteront à Brasilia. Quels sont les enjeux ? Comme se passe ce débat ?

Beto Ricardo […]. Il n’y pas, y a dans le monde entier, un seul cas où le pouvoir législatif procède à la délimitation des terres, c’est typiquement une tâche de l’exécutif. Par le transfert partiel de cette tâche depuis le pouvoir exécutif vers le législatif, la bancada ruralista a l’intention de paralyser le processus ou de retailler les territoires en fonction de critères politiques, ce qui est manifestement contraire à la Constitution. […]. Les Indiens croient que la Constitution actuelle est un pacte entre l’Etat brésilien et son peuple, modifier ce texte, rapidement, de façon nébuleuse et unilatérale, est une rupture de cette alliance […].

CC- Une étude de l’ISA a montré plusieurs autres projets contraires aux droits des peuples autochtones […]. Quelle est la stratégie derrière tout cela ?

BR […] Certaines propositions peuvent fournir un meilleur moyen de chantage contre le gouvernement, comme la PEC 215, pour forcer l’approbation d’autres propositions telles que la PLP (projeto de lei complementar) 227, qui lui est inférieure dans la hiérarchie juridique (elle n’a besoin que d’un plus petit quorum pour son approbation) mais qui est plus dangereuse pour les droits des autochtones, en raison de la portée de ses dispositions […].

Figure 8 Des négociations qui prennent appui sur la Constitution

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

CC – Pourquoi cette réaction contre la Constitution fédérale maintenant, qu’est-ce qui a changé ? C’est la société qui ne veut plus protéger les Indiens, ou ce sont les grands agriculteurs qui ont pris le pouvoir et l’utilisent contre la société ?

BR – Il y a une distorsion de la représentation politique, avec un poids disproportionné, à la Chambre des Députés, des grands exploitants agricoles, dans un pays essentiellement urbain. […]. Au cours des 25 dernières années, les frontières territoriales se sont fermées. Il y a eu une augmentation significative de la mise en réserve des terres publiques fédérales, y compris la reconnaissance des terres autochtones, la création d’aires protégées et d’autres zones spéciales, en parallèle avec l’augmentation exponentielle de l’agriculture. […] Et maintenant les intérêts expansionnistes des grands agriculteurs veulent se développer sur ces terres de l’Union réservées à des destinations spéciales et collective […].

CC – Que signifient ces changements dans la Constitution pour l’avenir ? Plus de conflits ?

BR – La façon de surmonter ou de réduire les conflits est la démarcation des terres, la paralyser signifie perpétuer les conflits, et réexaminer les démarcations signifie rouvrir les conflits déjà surmontés. En brisant le pacte constitutionnel, le Congrès et le gouvernement mettent ces peuples en conflit permanent avec l’État,  la société et la Nation, comme au temps la dictature militaire (1964-1985). Maintenant, les dégâts politiques dans le pays seraient bien plus grands, car on ne peut plus censurer la presse et les mouvements indigènes […].

CC – Quelles sont les similitudes entre l’actuel mouvement contraire aux droits des Indiens et des quilombos[5] et les changements dans la législation environnementale, comme le Code forestier ?

BR – Avec la destruction du Code forestier brésilien, en 2012, les propriétaires fonciers se sont débarrassés de pratiquement toutes les obligations légales relatives à la fonction environnementale de leurs propriétés. Maintenant, ils veulent avancer au-delà de leurs propriétés afin de faire place à l’expansion de la frontière agricole par l’occupation illégale (même si elle est ensuite légalisée) des terres publiques. Cela ne va pas nuire seulement aux Indiens, mais à tout le Brésil. Ils veulent avancer sur les terres autochtones, les quilombos, les parcs nationaux, les réserves de cueillette, les lotissements de réforme agraire pour augmenter leur patrimoine […]. Rappelez-vous aussi que ces sont ces mêmes élites qui ont massacré les Indiens, naguère, et qui veulent recommencer à le faire maintenant, sont les responsables de la création de l’une des sociétés les plus inégales du monde contemporain, de l’une de ses pires concentrations de terres.

Les Indiens sont intégrés à la société nationale brésilienne, que certains le veuillent ou non, et c’est pourquoi ils manifestent à Brasilia, qui est aussi leur capitale. D’où le raccourci saisissant d’ancestrales coiffures de plumes profilées devant les dômes d’Oscar Niemeyer. Et ils sont partie prenante à ses débats, comme ceux qui ont précédé la Coupe du Monde de football Fifa de 2014 : beaucoup d’entre eux supportent la Seleção, l’équipe nationale (et ont été attristés par sa défaite en demi finale), mais beaucoup ont été aussi révoltés par ses coûts astronomiques – gonflés par la corruption – et se sont joints à d’autre segments de la société pour les dénoncer. Une preuve comme une autre de leur appartenance à la nation brésilienne, pour le meilleur et pour le pire.

Figure  9 Symboles, coiffures de plume, dôme du Sénat et futebol

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio et http://copadomundo.uol.com.br/album/2014/05/28/indios-jogam-futebol-durante-protesto-em-brasilia-e-usam-bola-fifa-nao.htm

Bibliographie

Carneiro, Mônica, et Alencastro, Matheus, « Indígenas ocupam Congresso Nacional contra PEC 215, presidente da Câmara e paralisação de demarcações », 16 Dezembro 2015, http://www.funai.gov.br/index.php/comunicacao/noticias/3580-indigenas-ocupam-congresso-nacional-contra-pec-215-presidente-da-camara-plano-matopiba-e-paralizacao-de-demarcacoes

Daher, Rui, Agência Brasil, « Sem pressa para a questão indígena », 25/04/2014

Milanez, Felipe, « Fim de demarcações trará mais conflitos, diz estudioso », Carta Capital, 18/09/2013, https://www.cartacapital.com.br/blogs/blog-do-milanez/fim-das-demarcacoes-vai-provocar-mais-conflitos-mortes-e-inseguranca-juridica-afirma-antropologo-5677.html

Pellegrini, Marcelo, « Índios ocupam Brasília para serem enxergados pelo governo », Carta Capital, 19/04/2015, https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html

Peron, Isadora, « Polícia usa bombas para dispersar manifestação de índios em frente ao Congresso », O Estado de S. Paulo, 25 abril 2017, http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,policia-usa-bombas-para-dispersar-manifestacao-de-indios-em-frente-ao-congresso,70001751516

Sanches, Pedro Alexandre, « A marcha dos invisíveis », Carta Capital, 15 abril 2015, http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

[1] Sous ses deux coupoles et dans ses deux tours il abrite à la fois le Sénat (coupole convexe) la Chambre des Députés (coupole concave).

[2] http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

[3] http://www.funai.gov.br/index.php/2014-02-07-13-24-53

[4] https://terrasindigenas.org.br/

[5] Villages de descendants d’esclaves fugitifs (note du traducteur)).

Paysages du programme Minha casa, minha vida

Le programme “Minha casa, minha vida” (« Ma Maison, Ma Vie »), le plus grand programme de construction de logements des trente dernières années, a profondément changé le paysage de nombreuses villes brésiliennes en y créant d’immense quartiers de maisons identiques, alignées au cordeau et très proches les unes des autres (figure 3). Lancé en 2009,  au cours du second mandat de l’ancien président Luíz Inácio Lula da Silva, il est devenu l’un des principaux fleurons des politiques gouvernementales de Dilma Rousseff. Conçu pour stimuler la construction et à lutter contre les effets de la crise économique internationale, le programme a commencé en 2008, il est devenu un instrument pour réduire le déficit de logements dans le pays. Si elle est menée à bien, la troisième phase du programme, lancée en mars 2016, portant le total de maisons construites à 5,75 millions de maisons pour 23 millions de bénéficiaires, pourrait lui faire dépasser les résultats de la BNH (Banque nationale du logement), créée sous la dictature militaire (1964-1985).

Récemment, le programme a fait l’objet d’une controverse quand Michel Temer (PMDB) a pris ses fonctions en tant que président par intérim après la destitution de Dilma Rousseff. Les membres du MTST (Mouvement des travailleurs sans-abri) ont occupé le hall du Secrétariat de la Présidence, sur l’avenue Paulista de São Paulo, pour exiger que le nouveau ministre des Villes ne revienne sur sa décision de révoquer l’ordre du gouvernement Dilma Rousseff autorisant la construction de nouvelles unités.

Au moment où le programme semble menacé il est donc opportun d’essayer de faire le point. Sans prétention à faire une analyse approfondie, nous avons choisi un angle spécifique et, après une brève présentation de son histoire, nous avons cherché à repérer la marque du programme sur le paysage des villes brésiliennes sur des photos (prises sur le terrain ou récoltées sur Internet) et des images verticales de Google Earth, en particulier dans les villes de taille moyenne, mais aussi dans certaines capitales. Enfin deux interviews nous aideront compléter l’évaluation du programme, en en soulignant les forces et les faiblesses.

Le programme et son évolution

La première étape du programme a atteint, au moins sur le papier, son objectif de fournir entre 2009 et 2011 un million de maisons à la population ayant un revenu allant jusqu’à dix salaires minimums (environ 1 400 Euros) . Selon le rapport de la Cour des comptes (TCU) à la fin de 2010 un peu plus d’un million de contrats pour la construction ou le financement de logements avaient été signés, soit 100,4% de l’objectif du programme. Toutefois, sur ce total seulement 238 000 (23%) avaient été livrés. Au cours des deux premières phases du programme de logement ont été investi environ 240 milliards de Reais (68,6 milliards d’Euros)[1].

Sur les deux millions de logements prévus pour 2014, 1,2 million étaient destinés aux familles gagnant jusqu’à 1 600 Reais par mois (457 Euros). Pour les familles dont le revenu était inférieur à 3 100 Reais (885 Euros), l’objectif était de construire 600 000 logements et 200 000 pour ceux qui gagnaient jusqu’à 5 000 Reais (1 428 Euros). En outre, le gouvernement a répondu à la demande des sociétés de BTP et a augmenté la valeur moyenne des logements pour la population à faible revenu de 42 000 à 55 000 Reais (12 000 à 15 715 Euros.

En 2014, l’année où elle a été candidate à la réélection, la présidente avait promis que la troisième phase du programme de logements livrerait trois millions de logements. En mars 2016, au milieu de la procédure de destitution lancé contre elle et un jour après que le PMDB, son principal soutien en dehors du Parti des Travailleurs, ait rompu officiellement avec elle, a été lancée la troisième phase du programme, dont le but était de fournir deux millions de logements pour 2018 (et donc un total réduit d’un million). Selon le Ministère des Villes, la prévision du gouvernement était alors d’investir environ 210 milliards de Reais (60 milliards d’Euros) dans cette nouvelle étape.

Toujours en mars 2016, le gouvernement fédéral a lancé le portail du programme (http://www.minhacasaminhavida.gov.br/) qui rassemble les informations sur le programme. Le 17 octobre 2016 il indiquait un total de 4 219 366 maisons déjà commandées, 294,5 milliards de Reais (80 milliards d’Euros) investis, 2 632 953 familles ayant reçu un logement, soit 10,5 millions de personnes relogées et 1 586 413 sur le point d’obtenir leurs maisons.

Si l’on cartographie les actions du programme (figure 1) on voit que de nouvelles maisons ont été effectivement construites dans tout le pays, en priorité dans les régions déficitaires. Cependant, il existe une différenciation des éléments qui composent ce déficit. En ce qui concerne les logements insalubres, le Maranhão est l’État qui a le pourcentage le plus élevé, suivi de près par le Pará, le Piauí, le Ceará et la Bahia. Mais la composante décohabitation représente plus d’un tiers des ménages dans le Pará, le Ceará, le Rio Grande do Norte, la Paraíba, le Sergipe, l’Alagoas, la Bahia, le Minas Gerais, Rio de Janeiro et le Rio Grande do Sul. Dans d’autres États c’est la charge excessive du loyer dans le budget de la famille qui a poussé les gens à chercher à bénéficier des actions du programme.

Figure 1 Répartition des actions du programme

10-20-minha-casa-minha-vida

Source: Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry, Atlas do Brasil, Edusp, 3ª edição sous presse.

Paysages urbains

Les images qui suivent montrent les effets du programme sur les paysages urbains, vus sur le terrain ou sur internet, que ce soit des photos de l’inauguration des nouveaux ensembles ou des vues verticales obtenues à partir de Google Earth. La figure 2 situe les villes mentionnées.

Figure 2 Villes citées

cidades-citadas

Figure 3 Paysages du programme

sol

1) Serra Talhada (PE), 2) Posse (GO), 3) Jí-Paraná (RO), 4) Santarém (PA), 5) São Carlos (SP), 6) Imperatiz (PA). Sources: Voir la note en bas de page[2]

Ce qui est frappant sur ces photos est l’uniformité des paysages produits, en raison de la normalisation des maisons. Dans le cas de Serra Talhada (photo 1 sur la figure 3), ville de Pernambuco située à 450 km de Recif), le Conjunto Habitacional Poço da Cruz a été créé, au km 418 de la route BR232, près du centre de Serra Talhada. Sa planification avait été prévue en deux étapes, la seconde formée par Poço da Cruz III (195 maisons), et le Poço da Cruz IV (500 maisons, livrées le 1er février 2016). Avec la livraison de ces 500 logements ce sont environ 1 200 familles qui s’ajoutent au quartier de Vila Bela, et en font un des plus peuplés de la ville. Les maisons de Poço da Cruz IV ont une superficie 32,23m2, divisée en deux chambres, couloir, salon, salle de bains, cuisine et buanderie, un modèle qui se répète dans d’autres ensembles du programme.

Figure 4 Plan typique des maisons du programme

planta

Fonte: http://www.cantodasideias.com/plantas-de-casas-populares/

Villes moyennes

Dans les villes moyennes l’impact du programme est fort parce qu’il a conduit à la construction de quartiers qui deviennent souvent les plus grands de la ville. L’option « images historiques » Google Earth permet de suivre les étapes de leur apparition à la périphérie des villes, comme à Ponta Pora et Sobral, sur la figure 5 et dans les paragraphes suivants.

Figure 5 Nouveaux quartiers dans deux villes moyennes

ponta-pora-e-sobral

Fonte Google Earth

Ponta Porã

Le programme a livré en juillet 2016 plus d’un millier de logement dans la ville de Ponta Porã (Mato Grosso do Sul, 330 km de Campo Grande), le plus grand ensemble de logements jamais construit dans l’État, et l’un des plus importants au Brésil. Sa construction avait commencé en 2014, le financement fédéral étent complété par le gouvernement de l’État et les municipalités pour 10% des montants (donation de terrains).

La cité, qui a reçu le nom de Kemel Saad, est située dans le quartier Jardim dos Eucaliptos. Au total, y ont été investis environ 63,7 millions de Reais (18,2 millions d’Euros) dont 3 (850 000 Euros) par le gouvernement de l’État. Les maisons, construites sur 250 mètres carrés de terrain, ont 41,6 m² et disposent de deux chambres à coucher, salon, cuisine et salle de bains. Parmi ces logements, 31 sont adaptés pour les personnes handicapées et 832 sont conçus pour les femmes. Les murs de la cuisine, salle de bains et buanderie, où a été installé le lavoir, sont carrelés sur une hauteur d’un mètre et demi, toutes les portes intérieures sont en bois, et celles qui donnent accès à l’extérieur sont en fer.

Sobral

En mars 2016, ont été livrés des maisons du programme à 976 familles de Sobral (Ceará, à 240 km de Fortaleza). Le même jour, 1 458 autres familles ont reçu un logement au cours de cérémonies simultanées dans quatre autres États: Rio Grande do Sul, Mato Grosso do Sul, São Paulo et Minas Gerais, au total 2 434 familles. En 2015 2 911 logements avaient été livrés dans le Ceará, 768 à Fortaleza et 2 143 dans l’intérieur. Le total des investissements a été de 229 millions de Reais (65,4 millions d’Euros), dont une contribution du gouvernement de l’État de 11 millions de Reais (3,14 millions d’Euros).

À Sobral, les maisons font partie du quartier résidentiel « Fierté Tropicale » (Orgulho Tropical), trois modules qui, ensemble, comptent 3 368 maisons pour un investissement de 198,5  millions de Reais (56,7 millions d’Euros), dont 10,11 (2,9) de l’État. Chaque maison est de 42,9 mètres carrés, divisés en salle de séjour, cuisine, deux chambres, salle de bains et buanderie.

Parauapebas

À Parauapebas le programme a contribué de manière significative à l’expansion de la zone urbaine, qui a doublé entre 2006 et 2001, une croissance portée à la fois par l’effet du programme et par la situation financière favorable de la municipalité, qui bénéficie des royalties provenant de l’exploitation des mines de fer de Carajás.

Figure 6 Maisons du programme à Parauapebas (PA)

parauapebas-minha-casa-minha-vida-3

Photos Hervé Théry 2009

Figure 7 Parauapebas 2006-2013

parauapebas-crescimento-2006-2013

Figura 8 Crescimento de Parauapebas

parauapebas-2006-2013-plages

Source Google Earth et Hervé Théry

Effets sur le paysage des capitales

L’effet du programme est si fort qu’il est sensible même à la périphérie de certaines capitales d’États. Lorsque l’on voyage en avion les nouveaux quartiers sont clairement visibles dans le paysage, car ils sont généralement construits dans des zones jusque-là non urbanisées. Le remplacement du le vert de la végétation par le rouge vif de la terre nue, et la géométrie rigide des alignements de centaines de maisons saute aux yeux des voyageurs.

De nouveaux quartiers géométriques

Figure 9 Vues aériennes de nouveaux quartiers

aeriennes

Photos Manaus Google Earth , Cuiabá, Natal e São Luís Hervé Théry, 2015 e 2016

Le cas de Fortaleza est exemplaire car la capitale du Ceará aura, quand il sera terminé, le plus grand projet Minha Casa Minha Vida du pays, dans le quartier d’Ancuri.

Ancuri

Figure 10 Localisation d’Ancuri

ancuri-localizacao

Source: Google Earth et Hervé Théry

Plus de 1 700 familles y bénéficieront de la construction de la première étape du résidentiel Luiz Gonzaga. Lancé en octobre 2015, il abritera 1 760 maisons et recevra des investissements de 130,6 millions Reais (37,3 millions d’Euros) de l’Union et de l’État. En tout, le programme compte à Fortaleza 25 088 logements  répartis sur 29 sites. Les logements sont de 47,3 m² divisé en deux chambres, cuisine, salle de bains, salon et véranda.

C’est également le premier ensemble, au Ceará, de la modalité dans lequel des organisations non gouvernementales, comme des associations et des coopératives, présentent leurs demandes et sont responsables de la gestion du chantier. Dans ce cas, les familles, dont le revenu brut mensuel ne doit pas dépasser 1 600 Reais (457 Euros), commencent à payer, après la mise à disposition du logement, un maximum de 5% de leur revenu familial.

Figure 11 Étapes de la construction de la cité Luis Gonzaga

ancuri

Source: Google Earth

La demande de logements est si forte que l’attribution est faite par tirage au sort, après établissement des priorités pour certaines catégories de bénéficiaires. Le premier tirage au sort était réservé aux familles inscrites jusqu’au 13 novembre 2014, 88 068 d’entre elles avaient été enregistrées et ont pu participer cette fois. Sur un total de 3 304 logements ont d’abord été tirés au sort 3% destinés uniquement aux familles comptant un ou des handicapés, et 3% pour les familles dont le chef ou le conjoint est âgé de plus de 60 ans.

Les autres familles inscrites pourront être incluses dans d’autres occasions, le nombre de maisons des prochains tirages variant en fonction du degré d’avancement des travaux. Six critères prioritaires ont été retenus: les familles vivant dans les zones à risque; celles qui sont dirigés par des femmes; celles qui ont des membres âgés ou handicapés; celles qui sont bénéficiaires de loyers sociaux; les familles nombreuses (plus de trois personnes partageant la même chambre); et celles qui comptent des personnes atteintes de maladies chroniques graves comme le cancer, le sida, les maladies cardiaques ou l’hémophilie.

Une tranche de 75% des parts sera affectée familles qui répondent à cinq des six critères, les autres 25% à celles qui répondent à quatre critères. Pour chaque groupe, 30% de plus seront sélectionnés en liste supplémentaire. Les gagnants recevront les maisons après validation des informations fournies lors de l’inscription, si elles sont fausses, la personne sélectionnée sera exclue du processus.

Au total, les impacts du programme sont assez forts pour remodeler la périphérie de grandes villes, comme Cuiabá et São Luis, qui ont  reçu en quelques années bon nombre de nouveaux quartiers (figure 12).

Figure 12 Étapes de la construction de nouveaux quartiers,

cuiaba-e-sao-luis

Source: Google Earth et Hervé Théry

Em conclusion, deux interviews

Enfin, deux interviews donnent des visions contrastées du programme. Le premier est celui d’Adauto Cardoso, professeur à l’Université fédérale de Rio de Janeiro et chercheur à l’Observatoire des Métropoles, qui suit la question du logement et notamment les actions de Minha Casa Minha Vida. Dans cette interview (publiée sur le site de l’Observatoire des Métropoles), il commente les principaux problèmes de la première étape du programme et leurs effets sur la configuration des régions métropolitaines du Brésil.

La deuxième est celle d’Inês Magalhães, sociologue diplômée de l’Université Catholique de São Paulo (PUC-SP) et spécialiste de la planification et de la gestion. Depuis 2003, elle a travaillé au Ministère des villes, d’abord en tant que directrice, puis en tant que secrétaire nationale au logement et, enfin en tant que ministre (pendant 21 jours, la veille de la mise en accusation de Dilma Rousseff). Dans l’interview (publiée sur le site Web du magazine Forum), il fait le point sur le programme au moment de la transition politique entre les gouvernements Rousseff et Temer.

Adauto Cardoso

D’après les études de l’Observatoire des Métropoles, quels problèmes ont été rencontrés dans la première étape de Minha Casa, Minha Vida?

Nous pouvons parler de quatre problèmes majeurs dans le programme fédéral. Le premier, qui apparaît dans toutes les analyses que nous avons faites, est lié à l’emplacement des nouvelles cités, puisque la plupart d’entre elles sont construites dans des zones périphériques, peu en rapport avec le tissu urbain. Nous avons des exemples de maisons complètement isolées par rapport à la ville, ce qui a des implications en termes d’infrastructures de transport et en termes de la qualité de vie pour les populations qui y vivent […].

En outre le programme ne réussit pas à prendre en charge la question foncière, le problème de la terre et de la valeur de celle-ci […]. Ainsi, plus on investit dans le programme, plus les terres prennent de valeur, plus le coût de l’unité va augmenter, et plus de cet argent sera capturé par la propriété de la terre, par les propriétaires. Le résultat est que vous utilisez des ressources publiques, vous accordez des subventions pour aider la population à faible revenu, mais cela bénéficie indirectement aux propriétaires de la terre […].

Et quels sont les autres problèmes?

Un deuxième défaut vient des technologies utilisées dans ces entreprises. Nous avons observé un certain nombre de problèmes à cet égard, puisque les plans sont des solutions conventionnelles et peu adaptables à la population à faible revenu […]. Par exemple, les projets ont été réalisés avec des coûts de charges relativement élevés, ce qui créer de difficultés pour les familles à faible revenu. […]. Un autre problème [vient des] solutions constructives […] Par exemple, certains constructeurs utilisent un « moule tunnel »[3] qui produit des murs en béton, si le résident veut percer un trou pour placer un tableau ou ouvrir une porte, il ne le peut pas. […] Les solutions architecturales sont classiques et sont répétées à travers le Brésil, sans une adaptation aux besoins régionaux de la population […].

D’autres difficultés viennent du modèle de copropriété fermée, conçu pour le mode de vie de la classe moyenne, peu adaptée à ces nouveaux développements […]. Dans le cas des projets construits dans des zones très reculées se pose toujours le problème de l’absence de services pour la population, car les zones commerciales ne sont pas autorisés dans ces ensembles purement résidentiels.

Il y a des résultats différents entre les États?

Nous avons constaté une claire distorsion régionale dans la répartition des ressources. [Dans la première phase] Bahia a reçu 11,6% des contrats depuis 2011, et São Paulo 19%[4]. D’autre part, il y a des États qui ont reçu peu de ressources, comme le Ceará (2,2%), et l’Espírito Santo (1,8%). Le Pará, par exemple, a reçu moins de ressources que l’État d’Alagoas, alors qu’il souffre d’une grave pénurie de logements.

Et si l’on regarde la dynamique de la distribution au sein de chaque État nous voyons aussi la même distorsion, dans le cas de Rio de Janeiro la plupart des ressources ont été allouées à la région métropolitaine, et pas à toutes les municipalités. Itaboraí, par exemple, qui a une très forte dynamique urbaine et une très grande demande de logements pour les populations à faible revenu, n’a reçu aucune cité pour la tranche de zéro à trois fois le salaire minimum, c’est la capitale qui a reçu la quasi-totalité des fonds pour ces tranches de revenu. Et en dehors de la région métropolitaine seulement deux municipalités ont reçu des fonds: Volta Redonda et Cabo Frio.

Inês Magalhães

Vous qui étiez au ministère des Villes depuis le son premier titulaire, Olivio Dutra (PT), quelle évaluation pouvez-vous faire depuis la première unité livrée jusqu’à ce jour? Quel est le résultat concret dans la vie des gens?

Inês Magalhães – Lorsque nous avons lancé le Minha Casa, Minha Vida (MCMV), en 2009, nous avions de très grands défis à relever. Parmi eux, répondre à demande de la population à faible revenu et combler le déficit de logements dans le pays. Aujourd’hui, sept ans plus tard, nous pouvons dire que nous sommes sur la bonne voie pour surmonter ces défis, plus de 90% de nos ressources ont été allouées à des familles dont le revenu est inférieur à trois fois le salaire minimum.

Depuis le lancement des contrats ont été signés pour la construction de 4,25 millions de logements. À la fin de la troisième phase de MCMV, 5,75 millions d’unités bénéficieront toucheront 23 millions de personnes. Aujourd’hui, plus de 10 millions de personnes vivent dans une maison du programme et le MCMV est présent dans plus de 5 300 municipalités[5]. Cela signifie que les familles à faible revenu vivant dans plus de 96% des municipalités brésiliennes ont accès à ce programme de logement […].

Quel est le calendrier établi par le gouvernement fédéral pour le Minha Casa, Minha Vida d’ici la fin de cette année?

Inês Magalhães – En mars de cette année, le gouvernement a annoncé la troisième phase du programme avec l’objectif de deux millions d’unités dans la période 2015-2018. Pour 2016, l’objectif est de 480 000 unités, dont 110 000 pour la tranche 1 (familles ayant un revenu jusqu’à 1,800 Reais / 514 Euros).

Que manque-t-il pour rendre le droit au logement atteigne un plus grand nombre de bénéficiaires?

Inês Magalhães – A la fin de MCMV 3, auront été passés des contrats pour 5,75 millions d’unités. Quand elles auront été livrées, il y aura plus de 23 millions de bénéficiaires, c’est-à-dire qu’une personne sur huit dans le pays sera bénéficiaire du programme. Je souligne que la plupart des avantages pour la tranche 1 (69%) ont été alloués à des familles dont le revenu ne dépasse pas 800 Reais (229 Euros) par mois, ce qui montre bien l’adéquation entre le programme et les caractéristiques du déficit de logements existants dans le pays.

Referências

Observatório das metrópoles, “Desafios para a política habitacional na 2ª etapa do programa minha-casa minha vida”, sem data, http://observatoriodasmetropoles.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1695%3Adesafios-para-a-politica-habitacional-2o-etapa-do-programa-minha-casa%20minhavida&catid=43%3Anoticias&Itemid=114&lang=pt

“Duarte irá construir mais 695 casas populares em Serra Talhada”, 31/01/2012, http://www1.duarteconstrucoes.com.br/cms/opencms/duarte2011/pt/noticias/arquivos/0031.html

“Fortaleza inicia maior obra do Minha Casa Minha Vida do País”17/10/2015, http://www.opovo.com.br/app/opovo/cotidiano/2015/10/17/noticiasjornalcotidiano,3520330/fortaleza-inicia-maior-obra-do-minha-casa-minha-vida-do-pais.shtml.

“Fortaleza terá maior projeto Minha Casa Minha Vida do país”, 9/10/2015, http://www.vermelho.org.br/noticia/271631-1

Filipe Matoso, “Governo lança terceira fase do programa Minha Casa, Minha Vida”, 30/03/2016, http://g1.globo.com/politica/noticia/2016/03/governo-lanca-terceira-fase-do-programa-minha-casa-minha-vida.html

Lucio Borges, “Minha Casa Minha Vida” entrega hoje maior conjunto habitacional de MS em Ponta Porã, 20 de julho de 2016, http://paginabrazil.com/minha-casa-minha-vida-entrega-hoje-maior-conjunto-habitacional-de-ponta-pora/

Marco Piva, “Minha Casa, Minha Vida em risco? ”, 13/5/2016, http://www.revistaforum.com.br/2016/05/13/minha-casa-minha-vida-em-risco/

Murilo Viana, “Prefeitura prevê entrega de 10 mil casas em 2016”, 01/12/2015, http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/cadernos/negocios/prefeitura-preve-entrega-de-10-mil-casas-em-2016-1.1445034

Wellington Ramalhoso, “Minha Casa, Minha Vida deu certo? Veja pontos positivos e negativos”, 19/06/2016, http://noticias.uol.com.br/cotidiano/ultimas-noticias/2016/06/19/minha-casa-minha-vida-deu-certo-veja-pontos-positivos-e-negativos.htm

Wilame Januário, “Minha Casa, Minha Vida: Sobral recebe maior empreendimento do interior do Ceará”, 07/3/2016, http://www.ceara.gov.br/sala-de-imprensa/noticias/15877-minha-casa-minha-vida-sobral-recebe-maior-empreendimento-do-interior-do-ceara

Marco Piva, “Minha Casa, Minha Vida em risco? ”, 13/5/2016, http://www.revistaforum.com.br/2016/05/13/minha-casa-minha-vida-em-risco/

Murilo Viana, “Prefeitura prevê entrega de 10 mil casas em 2016”, 01/12/2015, http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/cadernos/negocios/prefeitura-preve-entrega-de-10-mil-casas-em-2016-1.1445034

Wellington Ramalhoso, “Minha Casa, Minha Vida deu certo? Veja pontos positivos e negativos”, 19/06/2016, http://noticias.uol.com.br/cotidiano/ultimas-noticias/2016/06/19/minha-casa-minha-vida-deu-certo-veja-pontos-positivos-e-negativos.htm

Wilame Januário, “Minha Casa, Minha Vida: Sobral recebe maior empreendimento do interior do Ceará”, 07/3/2016, http://www.ceara.gov.br/sala-de-imprensa/noticias/15877-minha-casa-minha-vida-sobral-recebe-maior-empreendimento-do-interior-do-ceara

[1] Le cours du change Reais/Euros adopté tout au long de cet article est celui d’octobre 2016, 3,5/1.

[2] 1) Serra Talhada (PE), http://www1.duarteconstrucoes.com.br/cms/opencms/duarte2011/pt/noticias/arquivos/0031.html;

2) Posse (GO), http://www.dinomarmiranda.com/2015/05/prefeitura-de-posse-go-vai-realizar-dia.html;

3) Jí-Paraná (RO), http://www.portaljipa.com.br/?pg=noticias&i=MTY0MzU=;

4) Santarém (PA), http://www.brasil.gov.br/governo/2016/05/residencial-salvacao-transforma-vidas-em-santarem-no-para;

5) São Carlos (SP), https://wordpaulotamer.wordpress.com/2015/10/14/presidente-dilma-roussef-e-governador-geraldo-alckmin-parceiros-no-programa-minha-casa-minha-vida/;

6) Imperatiz (PA), http://g1.globo.com/ma/maranhao/bom-dia-mirante/videos/v/construcao-do-minha-casa-minha-vida-segue-atrasada-em-imperatriz-ma/4855899/.

[3] Système qui permet de construire simultanément piliers, murs et dalles, facilite une répétition normalisée, utilise peu de main-d’œuvre qualifiée et assure une grande vitesse de construction.

[4] Bahia a 15 millions d’habitants et São Paulo 44 (note du traducteur)

[5] Sur les 5 570 que compte le pays.

Le Brésil, pays carnivore

Le Brésil compte l’un des plus importants cheptels de bovins au monde[1], plus de 200 millions de têtes, si bien que le pays compte plus de bovins que d’humains. À la différence de la France, dont le bétail compte essentiellement des races de type Bos taurus, comme les Charolais, Limousines, etc., le troupeau brésilien est composé en majorité de races de type zébu, de la sous-espèce Bos indicus, reconnaissable à leur bosse sur le dos et à leurs oreilles tombantes. La Nelore (viande) ou la Gir (mixte lait/viande) ont été importées d’Inde au XIXe siècle car elles sont bien adaptées aux conditions d’élevage en zone chaudes et humides. « Très rustique, le Nelore est bâti pour résister aux fortes chaleurs des tropiques grâce à des glandes sudoripares très développées et à sa peau noire recouverte de poils blancs qui le protège du soleil. La race s’est aussi adaptée aux insectes grâce à sa peau lâche mais dense qui rend l’animal moins sensible aux tiques et aux moustiques. Il possède une couche musculaire sous-cutanée efficace pour faire trembler la peau et éloigner les insectes. Bon marcheur et bon transformateur de fourrages grossiers en viande, le Nelore sait s’adapter à des restrictions en eau lors d’une sécheresse et peut différer sa croissance en cas de disette sans que cela ne se répercute sur la reproduction et le poids adulte »[2].

Figure 1 Charolais et Nelore

nelore-et-charolais

Source: http://www.boucherie-clavel.fr/portfolio/boeuf-charolais et http://www.altagenetics.com.br/Busca/Touro/3408

Les différences ne s’arrêtent pas à la composition du cheptel, elles se prolongent dans la façon dont on découpe les bêtes – bien que leur anatomie soit exactement la même – dans les deux pays. Un boucher français et un boucher brésilien ne découpent pas l’animal de la même façon, et ils le font d’autant moins que s’ils s’y risquaient leurs clients n’achèteraient pas la viande mise en vente, faute de reconnaître les morceaux dont ils ont l’habitude. C’est la mésaventure qui est arrivée à Carrefour lors de son installation au Brésil, il lui a fallu adopter la découpe brésilienne, qui ne coïncide avec la française que pour un seul morceau, le filet. La divergence des « cartes du bœuf » s’expliquent en partie par l’usage différent qui est fait en cuisine de pièces de bœuf, qui sont le plus souvent grillés au Brésil alors qu’en France elles peuvent aussi être braisées ou mitonnées.

Figure 2 Découpe du bœuf en France et au Brésil

coupe-boeuf-et-boi

Sources: fourchetteetedredon.wordpress.com et http://temperonoforte.com.br

On ne cherchera évidemment pas à savoir si une méthode est meilleure ou moins bonne que l’autre, on notera seulement, en comparant le prix auquel sont vendu ces morceaux dans les deux pays, que la viande est nettement moins chère au Brésil qu’en France (figure 3), de quatre à huit fois selon les morceaux.

Figure 3 Prix de la viande de bœuf en France et au Brésil

prix-compares-4

Le différentiel vient de ce que, malgré les mérites et le savoir-faire des éleveurs français, ils ne peuvent rivaliser en termes de prix de production avec leurs homologues brésiliens. Le fait que le Brésil (dont la superficie représente plus de quinze fois celle de la France) dispose d’immenses pâturages, bien arrosés, d’une main d’œuvre spécialisée, aux salaires bien inférieurs aux salaires français, et d’un puissant appareil agroindustriel lui a permis de constituer cet immense cheptel, de produire de la viande en grande quantité et à bas prix et de devenir le premier exportateur de viande au monde.

Figure 4 Arrivée des premiers zébus et troupeau dans le Mato Grosso

elevages

Photos Hervé Théry au musée d’Araxá et à la fazenda Santa Maria da Amazônia

Cela permet aux Brésiliens de sacrifier sans que cela leur coûte trop cher à l’un de leurs rites favoris, le churrasco, qui rassemble familles et amis autour de grands plats de viande – de bœuf principalement – dans leur jardin ou sur le balcon de leur appartement. La churrasqueira – équivalent du barbecue – est plus ou moins élaborée et imposante selon les moyens de la famille mais elle est toujours le centre de l’attention pendant les quelques heures où l’on y fait griller des pièces de viande. Celles-ci sont ensuite distribuées en petits morceaux aux convives, qui les saisissent avec des cure-dents de bois et les accompagnent de manioc bouilli ou de farofa (une sorte de chapelure de manioc) et de bière très fraîche.

Figure  5 Churrasqueiras fixe et mobile

churrasqueiras

Sources: http://www.artetijolos.com.br/espaco-gourrmet et http://www.pontofrio.com.br/UtilidadesDomesticas

Il existe par ailleurs des restaurants spécialisés, les churrascarias, où des garçons circulent entre les tables avec d’énormes morceaux de viande grillée dont ils taillent à la demande des tranches qu’ils déposent dans les assiettes, un système connu sous le nom de rodízio (figure xxx). Beaucoup sont tenues par des restaurateurs originaires du Rio Grande do Sul, un État dont les habitants sont surnommés gaúchos, en référence aux cavaliers des pampas, au service des éleveurs dont les troupeaux occupaient ces vastes pâturages naturels.

Figure 6 Churrascaria et service de la viande

churrascaria-1

Photo Hervé Théry à Goiânia en 2016 et hohcopelandwj.wordpress.com

Avec – éventuellement – des salades et des légumes pris aux buffets disposés sur les côtés du restaurant, la viande est le plat unique, et la consommation moyenne calculée par les restaurateurs pour fixer le prix – forfaitaire – du repas est d’un kilo de viande par personne en moyenne ( une moyenne qui inclut femmes, enfants et personnes âgées, ce qui laisse penser que certains doivent dépasser largement ce total). Les convives ne réalisent pas forcément qu’ils absorbent cette quantité de viande car le repas s’étale généralement sur plusieurs heures, le week-end le plus souvent.

Figure 7 Churrascaria et picanha

churrascaria-2

Sources: http://churrascariatropeiro.com.br et http://www.picanhafatiada.com.br/saibamais/saiba-escolher-uma-picanha-de-qualidade

Tout cela fait du Brésil un pays nettement carnivore, comme on peut s’en achever de s’en convaincre en notant que la consommation par tête et par an y est de 24 kilos de viande, par tête et par an, ce qui le classe aux tout premiers rangs mondiaux, derrière seulement ses voisins du Cône Sud et les États-Unis.

Tableau 1. Consommation de viande de bœuf par têt et par an

Gros mangeurs Kg/an Petits mangeurs Kg/an
Uruguay 46,4 Indonésie 1,9
Argentine 40,4 Thaïlande 1,8
Paraguay 25,6 Nigéria 1,7
États-Unis 24,7 Bangladesh 0,9
Brésil 24,2 Mozambique 0,8
Australie 22,8 Ghana 0,7
Israël 20,2 Inde 0,5

Comme les carcasses sont en moyenne au Brésil d’un peu plus de 200 kilos, on peut donc calculer qu’une famille brésilienne de 5 personnes mange un demi-bœuf par an, quelle que soit la façon dont elle le découpe…

[1] Avec l’Inde, où la majeure partie de la population est hindouiste, considère les vaches comme sacrées, et ne mange pas de viande bovine

[2] Robin Vergonjeanne, Terre-net Média, ttp://www.web-agri.fr/conduite-elevage/genetique-race/article/nelore-gir-ou-girolanda-vous-connaissez-1175-101526.html

Le Tietê, le fleuve de São Paulo

Le Tietê est une rivière[1] de l’État de São Paulo, qu’il traverse sur 1 010 km d’Est en Ouest, des environs de la ville de São Paulo au rio Paraná : contrairement à la plupart des fleuves fleuves, le Tietê court en effet vers l’intérieur du continent, et non pas vers la mer, caractéristique qui en a fait jadis un vecteur important dans la colonisation du pays.

Mapa Rio_Tiete

Figure 1 Le Rio Tietê dans l´État de São Paulo

http://2rodasaventura.com/blog/wp-content/uploads/2013/05/Rio_Tiete.jpg

Histoire

Ses sources sont situées à 1 120 mètres d’altitude, à Salesópolis, dans la Serra do Mar, protégées aujourd’hui par le parc Nascentes do Rio Tietê (sources du Rio Tietê). Bien qu’elles soient seulement 22 kilomètres de la mer, les contreforts de la Serra do Mar le forcent à couler dans la direction opposée, traversant l’État de São Paulo vers le nord-ouest jusqu’au lac formé par le barrage de Jupiá, sur le fleuve Paraná, entre les municipalités d’Itapura et Castilho, à une cinquantaine de kilomètres en aval de la ville de Pereira Barreto.

Figure 2 Sources du Tietê

L1000082

©Hervé Théry 2011

Figure 3 « Ici naît le Tietê »

L1000081

©Hervé Théry 2011

Figure 4 Le Tietê entre sa source et São Paulo

SP SP Mogi Tiete champetre

©Hervé Théry 2011

Les rives du fleuve étaient déjà habitées[2] par les Indiens avant l’arrivée des Portugais et elles ont été les premières terres occupées par les Portugais sur le plateau central. Dans la seconde moitié du XVIe siècle des missions y furent installées pour convertir les indigènes au catholicisme, et fournir de la main-d’œuvre aux colons. L’accès au Tietê fut l’une des raisons principales de la fondation par les Jésuites, en 1554, du collège qui a été le point de départ de ce qui est devenu, en 1560, la vila[3] de São Paulo.

L’expansion s’est ensuite faite au long du Tietê avec la fondation, en 1580, de Santana de Parnaíba[4]. Dans la seconde moitié du siècle suivant, des habitants de Santos montèrent sur le plateau et fondèrent Mogi das Cruzes, qui en 1661 est devenu une vila et peu après le village indigène de Nossa Senhora da Escada (Notre-Dame de l’échelle).

La découverte des mines d’or dans la région de Cuiabá, au début du XVIIIe siècle, a favorisé l’intensification de la navigation sur le Tietê. Outre les colons qui allaient tenter leur chance dans les mines, des convois de bateaux de commerce, appelés « moussons », descendaient le fleuve et ont favorisé la croissance de villages qui servaient de points d’appui aux voyageurs. Ils pouvaient y obtenir des approvisionnements jusqu’à ce qu’ils atteignent leur destination, et ces villages ont ensuite été inclus dans les itinéraires des éleveurs et des chercheurs d’or, qu’ils suivent ou croisent le fleuve.

La vallée du Tietê a ensuite partagé le destin du reste de l’État de São Paulo, progressivement conquis par le front du café au XIXe et au début du XXe siècles. Dans la ville de São Paulo, ses rives avaient une fonction récréative, servant de lieu de loisirs et de baignade aux habitants de la ville, même si l’on a peine à l’imaginer quand on voit dans quel état il est aujourd’hui.

Figure 5 Promenade en barque sur le Tietê en 1900

4-passeio-de-barco-no-rio-tiete1909-acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana

Acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana.jpg, https://unipalphaville.wordpress.com/category/uncategorized

Encore dans les années 1920 et 1930, le Tietê était utilisé pour les activités de pêche et de sports nautiques sur la rivière. À cette époque, des clubs de natation et de régates ont été créés le long de la rivière, comme le Clube de Regatas Tietê et le Clube Esperia, qui existent encore aujourd’hui[5].

Figure 6 Activités sportives sur le Tietê

memoria_t

http://www.pescarianoriotiete.com/2010_09_01_archive.html

Aménagement

La volonté de rectifier le cours du Tietê est ancienne[6]. Dès 1866, le président de la province de São Paulo, João Alfredo Correia de Oliveira, avait insisté sur la nécessité d’utiliser ses várzeas (plaines inondables) ainsi que celles de son affluent le Tamanduateí. À la fin du XIXe siècle le gouvernement de l’État avait déjà pris en charge l’organisation d’une commission d’assainissement du Tietê pour en contrôler les inondations. Dans les années 1920 la « Société d’Amélioration de São Paulo », réunissant des ingénieurs et des spécialistes de questions sanitaires, avait défendu la nécessité de rectifier le cours sinueux du fleuve et de draguer son lit

Parmi eux avait été embauché l’ingénieur sanitaire Francisco Saturnino Rodrigues de Brito, auteur de plusieurs ouvrages sur la rivière. Dans un rapport publié en 1926, il recommandait la préservation des zones humides comme un moyen de maîtriser les inondations. Son projet prévoyait un grand parc dans la plaine inondable, pour réguler l’écoulement du Tietê pendant la saison des crues. À l’embouchure de chaque affluent devait être préservée une zone pour former deux lacs de trois kilomètres de long sur un de large, avec une île au milieu.

Figure 7 Projet de rectification du cours du Tietê

Rectif tiete2bis

http://wasserlink.wordpress.com/2013/10/22/do-outro-lado-do-rio-parte-2-projetos-abandonados-canalizacoes-e-retificacoes-dos-rios-de-sao-paulo/

Le Plano de Avenidas (Plan des Avenues) du maire de São Paulo Prestes Maia incluait, entre autres, la mise en œuvre de parkways formé par des voies sur berge au long du Tietê et du Pinheiros et la canalisation du Tietê. Celle-ci permettrait d’y faire passer le trafic routier et ferroviaire, et d’y développer la navigation et les loisirs par l’affectation de ses rives d’un côté aux chemins de fer et l’autre aux résidences et à la promenade, ainsi que des zones industrielles par la canalisation du Pinheiros et du Tamanduatei.

Des travaux reprenant une partie de ces projets ont commencé en 1938 et pris fin dans les années 1960, lorsque le Tietê a été doté de voies sur berge (marginais). Le Pinheiros a subi une rectification de son lit, entre 1937 et 1957, exécuté par la Light, la compagnie canadienne qui avait le monopole de la production et de la distribution d’électricité, des travaux qui, couplés avec la construction du barrage Billings en 1923, ont favorisé l’expansion de l’occupation du secteur sud de la ville.

Figure 8 L’ancien lit du Tietê dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê

La figure montre l’ancien lit du fleuve (relevé sur une carte de la ville en 1943) sur une image de satellite de 2007 dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê.

meandrostiete_2007gdhttp://www.ecotiete.org.br/historico/meandros_tiete.htm

Les inondations répétées ont forcé le gouvernement de l’État de São Paulo à aménager presque tous les tronçons du Tietê dans la ville de São Paulo, atteignant la limite de la viabilité économique des travaux d’ingénierie qui pourraient augmenter la capacité d’écoulement de la rivière et contrôler ses inondations périodiques.

De ce fait, les études techniques ont commencé à se concentrer sur la récupération des fonctions naturelles des plaines inondables en amont du tronçon qui traverse la ville comme alternative viable pour le contrôle des inondations. Le projet résultant, appelé Parque Várzeas do Tietê (parc des zones inondables du Tietê) envisageait dans sa conception originale (en 1976) d’écarter les voies sur berge du cours du fleuve pour permettre l’implantation d’un parc sur ses rives, intégrant le cours d’eau de façon écologiquement plus appropriée, et en y implantant des équipements culturels, sportifs, des jardins et des pépinières, etc.

On est bien loin aujourd’hui de ce rêve et les voies sur berge été progressivement accaparé par la circulation automobile : sur certains tronçons on ne compte pas moins de 11 voies de circulation dans chaque sens, aménagées en faisant disparaître progressivement tous les espaces verts. C’est une stratégie sans issue car les nouvelles voies créées pour remédier à la saturation ont été à leur tour saturées dès qu’elles ont été inaugurées. Le seul espoir d’y voir se réduire la circulation est la conclusion de l’anneau autoroutier en construction autour de São Paulo, qui devrait détourner des voies sur berges la circulation à longue distance. Trois des quatre tronçons prévus déjà été réalisés et à chaque fois que l’un d’entre eux a été mis en service la circulation des camions a légèrement diminué, pour un temps.

Figure 9 Voie sur berge (marginais) du Tietê

97 - Vôo Panorâmico SP - Marginal Tietê

Sources: http://outrasviagensmundoafora.blogspot.com.br/

Un des exemples les plus frappants de l’artificialisation des rives est la confluence du Pinheiros et du Tietê : la figure 10 associe (en cartouc) le paysage tel qu’il était en 1929 et la situation actuelle où les berges de rivières sont entièrement prises par des voies de circulation et où même le confluent est traversé par des bretelles routières.

Figure 10 Confluence du Pinheiros e Tietê

Confluent Pinheiros-Tiete Earth hier et aujourd'hui 2

Source: http://aguasclarasdoriopinheiros.org.br/rio-pinheiros/historia/ et Google Maps

Le seul reste de ce vaste projet et le parc écologique du Tietê, un peu en aval de São Paulo, à proximité de l’aéroport international de Guarulhos, qui non seulement permet aux crues du Tietê de s’étaler sans dommage dans une zone inondable mais crée aussi un vaste espace vert en bordure de la Zone Est, qui en a bien besoin.

Figure 11 Le Parque ecológico do Tietê

SP SP Parce ecologique du Tiete

©Hervé Théry 2010

Utilisation (plus ou moins heureuse) des várzeas

À défaut d’être devenu des parcs, les zones inondables des berges du Tietê ont reçu d’autres usages, plus ou moins heureux. Elles servent notamment aux maraîchers qui y ont trouvé des sols fertiles et faciles à irriguer avec l’eau de la rivière, si bien qu’elles produisent une partie des fruits et légumes consommé par les habitants de São Paulo. Elles sont heureusement situées pour la plupart en amont de la ville, et ne sont donc pas touchés par la pollution créée par celle-ci.

Figure 12 Maraîchage dans les plaines inondables du Tietê

SP SP Mogi Produçao de hortigranjeiros

©Hervé Théry 2011

Autre usage des plaines inondables, l’extraction de sable et de gravier, a en revanche des effets écologiques extrêmement négatifs, perturbant le drainage et en laissant après elle un paysage lunaire. Quelques-unes des carrières servent, après l’extraction des matériaux de construction, à déposer les gravats issus de destructions et de rénovations de bâtiments, leurs heureux propriétaires recevant ainsi de l’argent pour creuser des trous puis pour les combler.

Figure 13 Extraction de sable dans les plaines inondable du Tietê

DSCN1048

©Hervé Théry 2011

Cependant, ce qui occupe la plus grande partie des plaines inondables, chaque année davantag,e est l’occupation urbaine qui avance depuis les terrasses encadrant la vallée jusque dans le lit majeur et parfois même jusqu’au bord de la rivière. Menée le plus souvent sans autorisation et sans tenir compte du zonage, pourtant censé être impératif, elle se fait de façon désordonnée et très préjudiciable à fois à la conservation de l’environnement et au bien-être de ses habitants.

Figure 14 Occupation urbaine dans les plaines inondables du Tietê

L1020803

©Hervé Théry 2011

Cette occupation urbaine se fait la plupart du temps sous forme de quartier en autoconstruction par ses habitants, sans plan d’urbanisme et sans prise en compte des risques, ce qui fait qu’ils sont régulièrement victimes d’inondations. Ils ne veulent pas entendre qu’ils se sont eux-mêmes exposés au risque en allant s’installer dans des zones constructibles, ils réclament – et parfois obtiennent – que les pouvoirs publics engagent des travaux de protection de leur quartier, notamment des digues qui en protègent le pourtour. Ce n’est pourtant pas une panacée, comme on l’a vu lorsque, à plusieurs reprises, ces digues ont été franchies par les inondations et ont eu pour effet de freiner l’évacuation des eaux.

Figure 15 Digue de protection d’un quartier d’invasion dans les plaines inondables du Tietê

L1000195

©Hervé Théry 2011

Si l’on interroge des habitants de São Paulo (ou même plus largement au Brésil) sur le mot qu’ils associent le plus volontiers à « Tietê » on a de bonnes chances de tenir en réponse le mot « pollution » tant la qualité de ses eaux et dégradée dans sa traversée de la ville et en aval.

Pollution

Bien qu’il soit l’un des fleuves les plus importants sur le plan économique pour l’État de São Paulo et même pour le pays, le Tietê est en effet surtout connu pour ses problèmes environnementaux, en particulier dans le tronçon qui traverse la ville de São Paulo. Les difficultés ont commencé dans les années 1920 avec la construction du lac de barrage de Guarapiranga para la Light. Cette intervention a modifié le régime hydrique de la rivière dans la capitale, mais la dégradation de la rivière par la pollution industrielle et les eaux usées domestiques vient principalement du processus d’industrialisation et d’expansion urbaine non planifiée qui a eu lieu dans les années 1940 à 1970. Il a été accompagné – à la fois cause et conséquence – par la croissance rapide de la population dans cette période, la commune passant d’une population de deux millions d’habitants dans les années 1940 à plus de six millions dans les années 1960.

Ce processus de dégradation a également affecté ses principaux affluents, l’Aricanduva et le Tamanduateí, ce dernier étant plus particulièrement dangereux parce qu’il apportait au Tietê les eaux usées de grandes usines de la région dite ABC (Santo André, São Bernardo e São Caetano). Permettre une expansion majeure du parc industriel à São Paulo sans contreparties environnementales a rapidement rendu impossible l’utilisation des eaux du Tietê pour alimenter la ville et pour ses loisirs.

Après les années du « miracle brésilien » des années 70 et les difficultés qui ont suivi le choc pétrolier, une prise de conscience progressive sur les questions environnementales s’est fait jour, notamment après la conférence de Rio de 1992. Des mesures ont été prises pour réduire la pollution du Tietê, en particulier grâce à une aide du Japon, attribuée en reconnaissance de la façon dont le Brésil avait accueilli les migrants issus de ce pays.

La trainée de pollution dans le Tietê en aval de São Paulo qui, dans les années 1990, avait atteint une centaine de kilomètres, avait progressivement réduit, mais la situation s’est de nouveau dégradée avec la crise hydrique de 2015. À la suite d’une légère réduction de la pluviosité (d’environ 3 %), la ville de São Paulo a dû mettre en place un rationnement non réellement reconnu par les autorités mais bien réel dans les quartiers périphériques où la pression été diminué et où l’eau n’atteignait pas les points les plus hauts et les plus éloignés.

Faute d’eau pour diluer la charge liquide et solide des égouts et des galeries pluviales, le Tietê a été sensiblement plus pollué, selon la Fondation SOS Mata Atlântica, la tache de pollution en aval de São Paulo a augmenté de 71 km à 157 km en un an. La zone, considérée comme morte par manque d’oxygène s’étendait alors jusqu’à Mogi das Cruzes et Salto.

Un des effets les plus spectaculaires de cette pollution a été qu’en aval immédiat de São Paulo le Tietê a été fréquemment recouvert d’une épaisse couche de mousse blanche, produite par le déversement dans ses eaux de détergents issus des salles de bains, des cuisines et des machines à laver des 18 millions d’habitants de l’agglomération. Une partie des eaux usées et certes traitée par les stations d’épuration, mais dans les quartiers populaires et les favelas ce sont les galeries pluviales qui font fonction de tout-à-l’égout et leur contenu va directement à la rivière.

Figure 16 Mousse de savon sur le Tietê en aval de São Paulo

SP Santana do Parnaiba Tiete pollue 1

©Hervé Théry 2008

À Pirapora de Bom Jesus, dans la région métropolitaine de São Paulo, les mousses ont dépassé en juin 2015 la hauteur du pont et ont fait irruption dans les maisons des rues proches de la rivière. Selon le gouvernement de l’État de São Paulo, le phénomène était dû à la présence de grandes quantités de détergent non-biodégradable, et aggravé par la saison sèche en raison du faible débit d’eau, insuffisant pour dissoudre les polluants

Figure 17 Le Tietê envahi par la mousse de savon à Pirapora

Pirapora do Bom Jesus- SP- Brasil- 23/06/2015- Imagens feitas ontem (22/06), mostram a grande concentração de espuma no rio Tietê. A formação de espumas, que ocorre frequentemente no Rio Tietê ao longo das cidades de Santana de Parnaíba, Salto e Pirapora do Bom Jesus, está relacionada principalmente a baixa vazão da água, a presença de esgotos domésticos não tratados que dificultam a decomposição de detergentes domésticos. Os moradores da cidade ainda reclamam do mau cheiro que fica mais intenso, conforme a quantidade de espuma aumenta. Foto: Rafael Pacheco
. Foto: Rafael Pacheco

http://Photospublicas.s3.amazonaws.com/files/2015/06/RP_espuma-poluicao-rio-Tiete-Pirapora-Bom-Jesus_22062015002.jpg

Cette mousse n’est pourtant qu’une partie du problème, s’y ajoute une importante charge solide de déchets ménagers, à cause des insuffisances de la collecte des ordures, et toutes sortes d’objets finissent dans les eaux de la rivière. À Pirapora do Bom Jesus, située à environ 50 km de la capitale, il est fréquent de trouver des déchets comme des sacs et bouteilles en plastique, des chaussures, des balles de tennis, des emballages en polystyrène expansé, etc., flottant dans la rivière. Selon le Secrétariat d’État aux ressources en eau, la Compagnie des eaux Sabesp recueille 84% des déchets et traite 70% des eaux usées de São Paulo, mais certaines municipalités de la région métropolitaine ne traitent pas les effluents des égouts.

Figure 18 Ordures ménagères dans le Tietê

rio-tiet6e-sao-paulo

https://andradetalis.wordpress.com/tag/royalties-agua/

En aval, tout va mieux

Pour conclure sur une note plus optimiste, on notera que le Tietê est un cas rare de cours d’eau qui commence sale et se termine propre. Après avoir traversé l’agglomération de São Paulo presque au début de son parcours il continue vers le nord-ouest et parcourt de bout en bout l’État de São Paulo, recevant sur ces deux rives des affluents issus de régions rurales qui lui apportent des eaux propres, et celles-ci diluent progressivement ses eaux sales jusqu’à ce que, avec l’aide de l’épuration naturelle, pratiquement toute trace de pollution ait disparu. À hauteur de Barra Bonita le Tietê est devenu si propre que l’on a peine à imaginer que c’est le même cours d’eau pollué qu’il était à la sortie de la ville de São Paulo.

Figure 19 Le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

Photo José Reynaldo da Fonseca – REFON – https://pt.wikipedia.org/wiki/Rio_Tiet%C3%AA#/media/File:Rio_Tiet%C3%AA_Barra_Bonita_150606_REFON.jpg

Il a même été possible de développer sur le lac créé par les barrages mis en place pour faciliter la navigation sur le Tietê diverses formes de tourisme, notamment des promenades en bateau et des mini-croisières qui ont rencontré un certain succès.

Figure 20 Bateau de croisière sur le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

http://udiviagens.blogspot.com.br/2011/06/barra-bonita-sp.html

La preuve que les eaux sont effectivement propres et salubres est qu’y naissent et y vivent assez de poissons pour que se développent des activités de pêche sportive. Les touristes en rapportent quelques kilos de poissons pour les manger avec leur famille, ce que personne n’envisagerait de faire à proximité de São Paulo.

Figure 21 Pêche dans le Tietê à Barra Bonita

FOTOS PESCARIA PRAIA 268

http://pescasagaesportiva.blogspot.com.br/2012/06/tucunares-do-rio-tiete.html

De ce point de vue la récupération de la qualité des eaux du Tietê a mieux réussi que celle de la Tamise de la Seine, pas tellement à vrai dire grâce aux politiques mises en place mais grâce à l’immensité du territoire brésilien aux capacités de régénération naturelle des eaux, pourvu qu’on leur laisse le temps et l’espace nécessaire.

C’est malgré tout assez réjouissant de voir qu’au moins dans sa partie aval le Tietê à pu garder ou retrouver ce qui faisait son attrait pour les populations indiennes avant l’arrivée des Portugais et justifie ainsi de nouveau l’étymologie de son nom. En tupi  « ti » désigne l’eau d’une rivière et « été » signifie « très bon, vrai, authentique », le Tietê étant donc une véritable et une très bonne rivière.

[1] Techniquement c’est une rivière puisqu’elle se jette dans le Paraná, pas dans la mer, mais il a pratiquement la même longueur que la Loire, le principal fleuve français (1 010 km,) et son débit à São Paulo (1 188 m3/s) est déjà supérieur au module du fleuve à Saint-Nazaire (931 m3/s).

[2] Les éléments historiques de ce texte sont pour la plupart tirés de Zanirato, S. H., « História da ocupação e das intervenções na várzea do rio Tietê ». Revista Crítica Histórica, v. 4, p. 117-129, 2011.

[3] Première étape de la reconnaissance institutionnelle, avant de devenir une ville (cidade).

[4] «Santana de Parnaíba, berceau des Bandeirantes», Braises,  https://braises.hypotheses.org/717

[5] http://portal.esperia.com.br/site/ et http://guia.folha.uol.com.br/passeios/2016/07/10003103-centro-esportivo-tiete-tem-boas-quadras-de-tenis-e-futebol-americano.shtml

[6]  Informações obtidas de http://alotatuape.com.br/tiete-o-rio-de-sao-paulo/, textos: Professor Fausto Henrique G. Nogueira (IFSP), edição: Gerson Soares

Hiver à São Paulo

Quand on pense au Brésil, on évoque en général des images de chaleur, de plage, de forêt amazonienne. C’est en effet un pays de climat tropical, où les températures sont en général élevées, voire très élevées. Ce n’est pourtant pas le cas toute l’année ni dans toutes ses régions et il peut y faire froid en hiver (entre juin et septembre) notamment dans le sud : dans l’hémisphère sud les températures décroissent vers le sud et ce sont les régions situées au nord qui sont les plus chaudes. C’est le cas à São Paulo car, bien que la ville soit située juste sur le tropique du Capricorne, étant situé à 800 m d’altitude, elle peut avoir l’hiver des températures franchement fraîches.

Cela a par exemple été le cas dans les premières heures du 6 juin 2016 quand la ville enregistré son record de température minimum de l’année : 5 ° C au Mirante de Santana, dans le nord de la ville, selon les informations fournies par le Centre de gestion des urgences (CGE) de la Mairie.

L’entrée d’une forte masse d’air polaire a fait chuter la température de 10ºC en douze heures et les météorologues d’Inmet (Institut de météorologie) ont signalé qu’il avait gelé dans certaines villes proches, comme Itapevi, dans la région métropolitaine. Dans l’État de São Paulo, la température la plus basse a été enregistrée à Barra do Turvo, dans la vallée du Ribeira: -0.2 ° C, en-dessous de la température enregistrée le jeudi 9 au même endroit, 0,4 °.

Figure 1 Bulletins météo du début de l’hiver 2016

Temperatures 2

Source: Climatempo 14-6-16 et INPE Cptec 12-6-16

Temperatures

Source: Cptec – Températures au Brésil le 12-6-16, Minimas du Sudeste le 12-6-16, Minimas du Sul le 12-6-16

Si l’on s’en tient aux seuls mois de juin, toujours selon la même agence, la température de ce matin du 16 juin 2016 a été la température la plus basse depuis le 30 juin 1994, lorsque le thermomètre avait déjà indiqué 5°C à São Paulo. La température la plus basse avait été de 1,2°C le 26, record absolu pour ce mois de juin qui avait connu la pire vague de froid de toute la série commencée en 1943.

En hiver, l’entrée d’une forte masse d’air polaire, accompagnée de forte nébulosité fait parfois que les températures restent très faibles, même dans l’après-midi, où des températures maximales comprises entre 14°C et 16°C sont fréquentes, même pendant l’automne et au début du printemps. Pendant l’hiver, il y a eu parfois des après-midis où la température ne dépasse pas 10°C, comme le 24 juillet 2013, où le maximum avait été de 8,5°C.

Figure 2 Um passant se protège du froid devant le théâtre municipal de São Paulo

27set2012---homem-se-protege-de-frio-que-atinge-o-centro-de-sao-paulo-nas-primeiras-horas-do-dia-a-capital-paulista-teve-a-menor-temperatura-do-anoter

http://noticias.uol.com.br/album/2012/09/26/frio-pelo-brasil-2012.htm?mobile

Ces températures peuvent ne pas paraître très basses à des Européens, qui ont l’habitude de températures négative en hiver, mais il faut rappeler que les logements brésiliens n’ont pas de chauffage et sont très mal isolés, si bien que ces températures extérieures se répètent à l’intérieur.

Figure 3 Petit matin à 8°C sur l’Avenida Paulista

são-paulo-frio

Source: http://www.pensamentoverde.com.br/colunistas/reflexoes-sobre-o-frio-para-alem-do-cobertor/

Figure 4 10°C le matin devant la Cathédrale de São Paulo

Segunda-feira (22) gelada em São Paulo, a minima fica em 9ºC mas o vento deixa a sensação termica proxima aos 5ºC.

http://noticias.r7.com/sao-paulo/fotos/sp-tera-chuva-leve-e-dia-frio-com-maxima-de-16-c-20110822.html

São Paulo n’est pourtant pas la région la plus froide du Brésil, les températures sont fréquemment beaucoup plus basses dans les trois États du Sud. C’est dans les régions montagneuses du Santa Catarina que l’on trouve les points les plus froids de tout le pays, il n’est pas rare qu’il y neige l’hiver, ce qui donne tous les ans aux médias l’occasion de diffuser des images de chalets sous la neige, dont on reconnaîtra que bien peu de ceux qui les voient pensent qu’elles ont été prises au Brésil.

Figure 5 Bom-Jardim-da-Serra (Santa Catarina)

Bom-Jardim-da-Serra

Source: http://amigodeviagem.com.br/que-tal-ver-neve-sem-sair-do-brasil-veja-algumas-cidades-catarinenses-onde-indo-e-possivel/

Figure 6 Gelée blanche le matin dans le Santa Catarina

timthumb

Source: http://www.capitalfm.com.br/abril-pode-terminar-com-neve-no-sul/

São Paulo vue du ciel

Le dimanche 1er mai a été l’occasion de réaliser le projet rêvé depuis longtemps mais qui supposait un dimanche de temps très stable et très clair, survoler São Paulo en hélicoptère. Un temps très stable et très clair pour voler dans de bonnes conditions, un dimanche pour bénéficier du prix réduit offert par les compagnies dont l’essentiel du chiffre d’affaires provient des vols fait les jours ouvrables pour effectuer des déplacements professionnels. Comme la ville compte plus de 900 hélicoptères, la première flotte au monde (avant New York), la concurrence est rude et ces vols ce week-end sont à des prix presque abordables. Une vingtaine de photos ont été chargées sur un album Flickr à l’adresse https://flic.kr/s/aHskvSG98D.

Être assis à côté du pilote dans un petit hélicoptère à quatre places permet d’avoir une vision presque panoramique sur la ville et le parcours est conçu de façon à survoler ses principaux monuments.

Figure n° 1 Le musée Ipiranga vu de l’hélicoptère.

Ipiranga 3

©Hervé Théry 2016

Le point de départ est le Campo de Marte (Champ-de-Mars), l’ancien aéroport aujourd’hui réservé aux vols d’affaires et d’hélicoptères, un peu comme le Bourget à Paris.

Figure n° 2 Le hangar du Campo de Marte

Hangar dos helicopteros N_publi

©Hervé Théry 2016

Le passage par le hangar a permis de voir une partie de la flotte d’hélicoptères, au repos ce jour-là puisque les vols d’affaires sont inexistants le dimanche. Le hangar était toutefois loin d’être rempli car une partie des clients loue des hélicoptères pour se rendre à leurs maisons de campagne ou du bord de mer, évitant ainsi les embouteillages du week-end.

Figure n° 3 Hélicoptères en attente

Helicos au hangar

©Hervé Théry 2016

Le vol réalisé en un peu plus de 40 minutes a permis de parcourir une bonne partie du centre de la ville, comme cela apparaît sur la figure numéro quatre, et de voir la plupart des points et monuments remarquables de la ville.

Figure n° 4 Le parcours dans le centre de São Paulo

Parcours

On notera toutefois qu’il n’a qui n’a représenté qu’une très petit proportion l’agglomération de São Paulo, comme le montre la figure numéro cinq.

Figure n° 5 Le parcours par rapport à l’agglomération de São Paulo

Parcours RMSP

©Hervé Théry 2016

Le premier point remarquable est – à tout seigneur tout honneur – le Patio do Colegio, la place du collège des Jésuites qui a été l’origine de la ville de São Paulo. Restauré dans un état proche de l’original après avoir un temps servi de palais du gouverneur, il est entouré de bâtiments néoclassiques XIXe siècle et de bâtiments plus récents stylent nord-américain du XXe siècle, une ‘évolution de l’architecture qui constitue un raccourci des étapes de la croissance de la ville.

Figure n° 6 La Patio do Colegio

Patio do Colegio 2

©Hervé Théry 2016

Un autre monument témoigne du déclin de l’influence de l’Église catholique et de la montée en puissance des religions pentecôtistes : face à l’énorme « temple de Salomon » érigé par l’Igreja Universal do Reino de Deus (Église universelle du règne de Dieu) la pauvre église catholique São João Batista fait bien pâle figure.

Figure n° 7 Le nouveau temple de Salomon

Templo de Salomao e Igreja catolica N

©Hervé Théry 2016

Entre la ville historique, longtemps contenue sur un étroit plateau triangulaire, et son extension au XIXe siècle, le Viaduto do Chá (viaduc du thé[1]), permet de franchir la vallée de l’Anhangabau. Celle-ci est aujourd’hui occupée par une voie rapide, en partie recouverte par une dalle où se tenait ce jour-là une manifestation du 1er mai protestant contre la destitution de la président de la république Dilma Rousseff. Sur la gauche de l’image apparaît le théâtre municipal, à l’architecture inspirée de l’opéra de Paris.

Figure n° 8 Vale do Anhangabau

Vale do Anhangabau

©Hervé Théry 2016

L’avenue Paulista est l’un des axes majeurs de la ville, au long duquel s’alignaient originellement les maisons des barons du café, mais celles-ci ont été remplacées par des immeubles de bureaux. Les centres d’affaires ayant pour une bonne part migré vers d’autres quartiers, l’avenue a aujourd’hui une fonction largement culturelle et est fermée à la circulation le dimanche. Elle était, lors de notre passage, occupée en partie par une autre manifestation, celle-ci favorable à la destitution de la Présidente. Pour la survoler en toute sécurité hélicoptère a dû prendre un peu de hauteur, ce qui permet d’avoir une idée de l’étendue de la ville.

Figure n° 9 Panorama centré sur l’Avenida Paulista

Paulista panorama 2

©Hervé Théry 2016

Au retour vers le point de départ, le parcours nous a amené à survoler les zones industrielles de la ville, au long d’un autre affluent du Tietê, la modeste rivière qui traverse São Paulo. Le viaduc surélevé qui apparaît bien sur l’image grâce sa peinture jaune est une voie en site propre réservée aux bus. Le centre-ville est à l’arrière-plan et tout au fond de l’image apparaît le pic de Jaraguá, le point culminant de la région.

Figure n° 10 Zones industrielles et résidentielles

Zone industrielle  et centre_publi

©Hervé Théry 2016

Le survol en hélicoptère permet évidemment d’avoir une vue plus ample que celles qu’on peut avoir au sol, mais on n’appréhende encore qu’une toute petite partie de cette immense métropole de plus de 18 millions d’habitants.

[1] Voir le billet Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café, http://braises.hypotheses.org/513)

Ce que disent les fuselages, orgueil et décadence

Une série de photos d’avions prises lors de voyages sur les lignes aériennes intérieures brésiliennes – à l’époque sans intentions particulières – permettent de raconter une histoire. Rien qu’en les juxtaposant on révèle l’orgueil éclatant de la compagnie conquérante, et du pays dont elle porte les couleurs, jusqu’à la triste image de celles qui ont fait faillite et donc les avions pourrissent au bord des pistes, sous les yeux des voyageurs.

TAM, l’orgueil d´être brésilienne

symboles orgueil 3

Le slogan était alors non seulement peint sur le fuselage, mais répété par les hôtesses et stewards à chaque atterrissage.

Transporteur officiel de la Sélection brésilienne

Seleção

Photo prise a Natal en mars 2015, plusieurs mois après la Coupe du Monde de 2014, où la seleção brésilienne ne s’est pas particulièrement distinguée.

Les avions de Vladimir Poutine à Brasília

DF Avions russes 2

Brasília a eu l’honneur de la visite de Vladimir Poutine, accompagné d’une nombreuse délégation, à l’occasion d’une réunion des pays du groupe BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine).

Un des derniers avions de la Varig

Varig Belem

La Varig a longtemps été la compagnie porte-drapeau du Brésil, jusqu’à ce qu’elle soit rachetée, au bord de la faillite, par la Gol, qui a commencé comme une modeste compagnie low-cost lancée par un groupe spécialisé dans le transport en autobus. Pour lui éviter de reprendre le passif de la Varig, celle-ci a été scindée en deux compagnies dont l’une n’a gardé que quelques avions … et les dettes.

Avions de ça Transbrasil abandonnés à Brasília en 2011…

Avions abandonnes Brasilia 2011

La Transbrasil n’a pas eu la même chance et a fait purement et simplement faillite, plusieurs de ses avions sont stationnés depuis des années, sans leurs moteurs, sur l’aéroport de Brasília.

… et les mêmes en 2015

Avions abandonnes Brasilia 2015 1

Au fil des années ils se dégradent et tombent littéralement en morceaux

Avions de la Vasp abandonnés à São Paulo

Vasp

La compagnie de l’État de São Paulo, la Vasp, a elle aussi fait faillite et ses avions ont été abandonnés sur les aéroports de Brasilia et de São Paulo, sur un parking périphérique.

Avions abandonnés à Manaus (1)

Avions abandonnés Manaus 1

 Avions abandonnés à Manaus (2)

Avions abandonnes a Manaus

D’autres avions abandonnés à Manaus, où le climat équatorial, chaud et humide, accélère leur dégradation. Triste fin pour qui, naguère, parcourait avec orgueil le ciel brésilien.

Images soulignées

Nous vivons dans un monde d’images, leur déferlement nous submerge tous les jours et nous y prêtons de moins en moins attention, si bien que nous avons souvent de la peine à y voir ce qui importe vraiment. Symétriquement, pour celles que nous produisons, nous devons donc veiller à rendre clair le message principal, pour qu’il soit perçu par ses destinataires dans le brouhaha général. Une des façons d’y arriver est de souligner un élément de l’image, car concentrer l’attention sur un détail, c’est déjà la traiter, l’interpréter, presque la commenter.

La sémiologie graphique nous enseigne à rendre les cartes plus claires, plus expressives, plus significatives, mais quid des photographies? Certes, nous pouvons jouer sur les cadrages, la profondeur de champ, les zooms, mais cela peut ne pas suffire, et un traitement complémentaire se révéler nécessaire. Pour cela le logiciel Photoshop ou ses divers succédanés gratuits ou à bas prix peuvent être utiles, grâce aux filtres, tampons et convertisseurs qu’ils offrent.

C’est ce qui a été fait pour les photographies ci-dessous, où l’on a laissé en couleurs l’élément principal et fait passer tout le reste en noir et blanc, créant ainsi une forme un peu particulière de réalité augmentée. Est-ce plus clair ainsi?

Photo nº 1 Église baroque à Ouro Preto

MG Ouro Preto eglise ovale 2©Hervé Théry

Photo nº 2 Cochon rôti entier dans un restaurant de Minas Gerais

SP Santana do Parnaiba cochon roti©Hervé Théry

Photo nº 3 Indiens Kayapó dans le parc national du Xingú (1)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA©Hervé Théry

Photo nº 4 Indiens Kayapó dans le parc national du Xingú (2)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA©Hervé Théry

Photo nº 5 Supporters du São Paulo futebol clube au stade Morumbí (1)

SP SP torcedores 2©Hervé Théry

Photo nº 6 Supporters du São Paulo futebol clube au stade Morumbí (2)

SP SP torcedores 4©Hervé Théry

Photo nº 7 Vendeuse vêtue en Bahiana à Salvador de Bahia

BA Salvador Bahiana 2©Hervé Théry

Photo nº 8 Figurants représentant le Père Anchieta et la marquise de Santos un jour de fête nationale à São Paulo

SP Anchieta e Marquesa de Santos-Daniel©Hervé Théry

Photo nº 9 Taxi transfrontaliers à Santa Helena, aux confins du Brésil et du Venezuela

RR Frontière 2©Hervé Théry

Photo nº 10 Bateau de promenade pour touristes à Parati, État de Rio de Janeiro

RJ Paraty bateau rose©Hervé Théry

Photo nº  11 Enfants dans un campement du Mouvement des Sans-Terre

SP invasao 2©Hervé Théry

Photo nº  12 Agriculteurs champenois en visite dans un campement du MST

SP Pontal groupe Demeter 2

©Hervé Théry