Archives par mot-clé : hiérarchies

Où sont les riches ?

Pour répondre à la question « où sont les riches ? », des chercheurs de la Fundação Getúlio Vargas (FGV Social) ont utilisé les données issues des déclarations de l’impôt sur le revenu des particuliers (IRPF) de 2018. Selon le directeur de FGV Social, Marcelo Neri, c’est la première fois qu’une analyse de ces données est publiée, elles fournissent des informations qu’on ne trouve pas dans le recensement, « nous voyons ceux qui déclarent l’impôt sur le revenu comme une sorte de ligne de richesse » (à l’opposé de la « ligne de pauvreté).

Les auteurs de l’étude ont effectué le calcul du revenu moyen des communes de deux manières : en prenant en compte la population totale en 2019[1] et uniquement les contribuables. Les données sont publiées sous forme de tableau, il ne semble pas possible de les exporter, mais une autre source nous a permis de le faire, l’article « Vérifier les revenus moyens et les capitaux propres de votre ville », publié par Folha de S. Paulo, où un tableau interactif « permet de voir où il y a plus de contribuables, quel est le revenu mensuel moyen et le patrimoine accumulé. […] En cliquant sur les champs disponibles, il est possible de classer le tableau de plusieurs manières : par États ou communes à revenus plus ou moins élevés, par richesse moyenne de ses habitants et pourcentage de la population déclarant l’IRPF ». L’écran affiche jusqu’à 100 communes et permet – via un processus laborieux de copier / coller – de créer un tableau unique des 5 570 communes que compte le pays.

Ce tableau a été utilisé pour produire les cartes suivantes, des revenus et patrimoines déclarés et des puis analysent la différence entre ce qui est déclaré et la moyenne calculée pour l’ensemble de la population : les résultats répondent clairement à la question initiale et montrent bien où sont les riches.

Revenus déclarés

La moyenne nationale des assujettis à l’impôt sur le revenu en 2018 était de 14,4%, moins que la moyenne de l’Amérique latine et de nombreux pays du sud de l’Europe. Mais cette moyenne nationale n’a guère de sens tant sont fortes les disparités entre les parties du territoire national, que montre la figure 1. À l’échelle des États, apparaît déjà un niveau de revenus beaucoup plus élevé dans ceux du Sud que dans ceux du Nord et du Nordeste et l’on note qu’il l’est plus encore dans les capitales que dans la moyenne de l’État.

À l’échelle des communes les disparités sont encore bien plus grandes, des zones de faiblesse apparaissent à l’intérieur quelques États du Sud, comme le centre du Paraná, tandis qu’à l’inverse certaines communes du Nord et du Nordeste ont des niveaux élevés de déclaration (et donc de revenus) comme la région des mines de fer de Carajas ou le pôle d’agriculture irriguée de Juazeiro-Petrolina. Globalement c’est bien toutefois la prédominance du Sud Sud-Est qui se confirme, à laquelle il faut ajouter le centre ouest et en particulier les régions productrices de soja.

C’est dans le District fédéral de Brasília qu’il y a le plus de contribuables, 24,8%, et les revenus moyens les plus élevés parmi les 27 unités de la Fédération, en moyenne et parmi ceux qui déclarent leurs revenus. Dans la population totale, le revenu y est de 2 981 Reais[2] par mois contre 1 228 dans la moyenne générale du pays, et de 11 994 parmi les contribuables contre 8 528 Reais en moyenne. Comme l’explique Fernando Canzian[3]: « Les salaires des fonctionnaires fédéraux expliquent que le District fédéral ait un revenu moyen supérieur à celui des États plus riches, comme São Paulo et Rio de Janeiro[4]. Dans la région du Lac Sud, où vivent les ministres, les politiciens et les hauts fonctionnaires, le revenu mensuel déclaré est plus de quatre fois supérieur à la moyenne nationale : 38 460 Reais. […] À Ceilândia[5], le revenu mensuel moyen de la population (déclarant ou non IRPF) n’atteint pas 800 Reais ».

Figure 1 Revenu déclaré dans les communes, les États et leurs capitales

« Les résultats montrent une nouvelle frontière où les gains sont de plus en plus concentrés dans certaines régions du Centre-Ouest, où de nombreux nouveaux riches ont des revenus élevés », déclare Neri. Un exemple est Aporé (Goiás), où seulement 11,3% des habitants déclarent leurs revenus pour l’IRPF. Ils font de la commune la deuxième du pays en termes de revenus (46 400 Reais par mois) et la première en patrimoine (6,5 millions de Reais en moyenne). Neri souligne que les niveaux d’éducation restent des déterminants de l’inégalité au Brésil. « L’effet de l’enseignement supérieur est très important pour les revenus et n’a pas diminué, même pendant la crise ». Selon un rapport de l’OCDE, avoir un diplôme universitaire au Brésil signifie un revenu moyen de 150% supérieur à celui de ceux qui n’en ont pas (environ 85% de la population).

Comme le travail de la FGV distingue les revenus déclarés de ceux qui sont calculés en faisant la moyenne pour l’ensemble de la population, on peut produire deux cartes différentes. On rencontre toutefois ici un problème sérieux, les valeurs sont tellement différentes qu’il est a priori impossible de créer des catégories comparables pour l’une et pour l’autre. Il a donc fallu dégager une petite zone de recouvrement pour faire ressortir les quelques cas qui ont des valeurs comparables, les plus bas des revenus déclarés et les plus élevés de la moyenne générale. Ils sont colorés en rouge sur la figure 2, signalant en quelque sorte les plus riches des pauvres et les plus pauvres des riches.

Figure 2 Revenus moyens et revenus déclarés

Patrimoines

Un des aspects les plus intéressants du travail de la FGV est qu’il permet de connaître les patrimoines, dont on soupçonnait qu’ils étaient plus inégaux que les revenus, sans disposer réellement de moyens de les mesurer. Ceux qui sont déclarés pour l’impôt sur le revenu ne sont pas forcément totalement sincères, malgré tous les contrôles auxquels procède l’administration fiscale, mais tels qu’ils sont, ils montrent déjà de très fortes disparités.

En termes nationaux, en tenant compte de l’ensemble de la population (qu’elle déclare ou non l’IRPF), le patrimoine brésilien en immobilier (environ la moitié de ce qui est déclaré), en automobile ou en investissements est de 41 000 Reais, variant de 78 000 dans le District Fédéral à 5 600 dans le Maranhão.

Comme l’image globale de la figure 3 est un peu complexe, on a mis à part sur les deux petites cartes du bas les plus petits et les plus gros patrimoines : les premiers se concentrent dans les zones les plus peuplées du Norte et du Sudeste tandis que les seconds sont rares (mais pas absents) dans le Nordeste, très nombreux dans le Sud et le Sudeste mais aussi dans le Centre -Ouest grâce au développement de l’agrobusiness.

Figure 3 Patrimoines déclarés

Différences

Finalement, parce que les cartes des revenus et des patrimoines moyens et déclarés donnaient à peu près les mêmes configurations spatiales, on a choisi de faire des cartes des différence entre les uns et les autres, les figures 4 et 5. Toutes deux proposent très fortement Nordeste et Amazonie d’une part, Sud, Sudeste et Centre-Ouest d’autre part (où l’on observe des alignements de communes au long des routes pionnières avançant vers l’Amazonie, Brasilia Belém, BR163 et BR364). On remarque cependant que les disparités sont encore plus fortes les patrimoines les revenus, au détriment du Nord et du Nordeste, où les patrimoines sont beaucoup plus limités. Ceux du Centre-Ouest s’y remarquent d’autant plus quand on sait que jusqu’aux années 1970 ces régions étaient très peu peuplées et que ces patrimoines ont donc été accumulés en moins de 50 ans.

Figure 4 Différence entre les revenus moyens et les revenus déclarés

Figure 5 Différence entre les patrimoines moyens et les patrimoines déclarés

Deux exemples

Pour donner à ces chiffres plus de « chair », Katna Baran et Fernanda Canofre donnent dans la Folha de S. Paulo deux exemples opposés, la commune la plus riche et la plus pauvre selon les travaux de FGV, Nova Lima (Minas Gerais) et Fernando Falcão (Maranhão). Alors que la première a la plus forte concentration de personnes aisées du Brésil, avec un revenu estimé à 6 200 Reais et le 5e revenu le plus élevé parmi les contribuables (20 477 Reais), la seconde a le revenu moyen le plus bas du pays, 20 Reais. A Nova Lima, 30,5% des habitants sont contribuables, contre seulement 0,71% à Fernando Falcão.

Les revenus élevés de la ville du Minas Gerais sont tirés vers le haut par les résidents des condominiums de luxe qui ont quitté Belo Horizonte pour s’y installer, ses avantages principaux étant le climat plus frais et la sécurité. Nova Lima est donc considérée comme une sorte d’extension de la capitale, avec environ 96 000 habitants et une superficie plus grande que celle-ci, elle est formée de quartiers aux conditions sociales très différentes. Les sociétés minières, comme Vale, possèdent la plupart des terres et alors que les condominiums de luxe sont situés dans des régions éloignées, la population à faible revenu est concentrée dans la région centrale, que la plupart de ceux qui vivent en copropriété fréquentent rarement.

Katna Baran et Fernanda Canofre racontent : « Il y a deux ans et demi, l’architecte Sergio Viana, 42 ans, a quitté Belo Horizonte pour une maison dans une copropriété à Nova Lima. Son bureau y a été déplacé, il y a un supermarché et une pharmacie, du travail pour sa femme et l’école bilingue de ses enfants. Avec un revenu supérieur à 6 000 Reais, la famille a suivi la trajectoire d’une grande partie des résidents. Dans le condominium de Sergio, l’un des 47 de la ville, où les lots valent jusqu’à 1,3 million de Reais et les maisons varient de 900 000 Reais à 10 millions Reais, l’offre est rare.

À plus de 2 000 kilomètres de là, à Fernando Falcão (Maranhão), Maiane Araújo, 23 ans, a terminé le lycée mais n’a pas trouvé de travail et, pour élever seule son fils de trois ans, dépend essentiellement de 180 Reais de la Bolsa Família[6]. C’est la principale source de revenus pour 19% des habitants de la commune où elle vit et où plus de 40% de la population a demandé une aide d’urgence du gouvernement pendant la pandémie. L’agriculture et la pisciculture occupent près de 86% de la population, mais la production est presque entièrement destinée à l’autoconsommation. La commune a été démembrée il y a 23 ans de Barra do Corda, 71% de sa superficie est occupée par des réserves indiennes, mais la population a plus que doublé en dix ans, elle est aujourd’hui d’environ 10 500 habitants. Pour ceux qui ont une source de revenus, le salaire est bas, même pour les fonctionnaires. En excluant le maire, qui gagne 15 000 Reais, et le maire-adjoint, 5 000 Reais, les 493 employés de la mairie de Fernando Falcão reçoivent en moyenne 1 669 Reais, sans tenir compte des déductions ».

Pour l’économiste de l’Ipea (Institut de recherche économique appliquée) Pedro Ferreira de Souza, une réponse plus structurelle aux inégalités serait que le Brésil poursuive des réformes qui augmentent le nombre de personnes qui déclarent l’impôt sur le revenu et réduisent les déductions qui favorisent les plus riches. Souza est l’auteur de Une histoire des inégalités : la concentration des revenus parmi les riches au Brésil, prix Jabuti du meilleur livre de 2019 et qui analyse les disparités sociales dans le pays et l’effet de l’impôt sur le revenu. Cité par Katna Baran et Fernanda Canofre, il déclare : « Nous taxons beaucoup la consommation et peu les revenus et les patrimoines. Changer cela est le moyen le plus évident de lutter contre les inégalités ». Selon Souza, l’idéal serait que de plus en plus de gens fassent des déclarations de revenus, même si les plus pauvres ne payent aucun impôt. Il voit également la possibilité pour le Brésil de créer une tranche d’imposition supérieure au taux maximum de 27,5% pour ceux qui gagnent le plus. « D’autres pays à revenu intermédiaire comme le Brésil ont des taux maximums de 35% à 40%. Nous pourrions facilement le faire ici aussi ».

Webographie

FGV Social, “A renda dos ricos – FGV social debate a desigualdade a partir do imposto de renda”, https://cps.fgv.br/destaques/renda-dos-ricos-fgv-social-debate-desigualdade-partir-do-imposto-de-renda

Herzer, André Rafael “Estudo da FGV apresenta como é a distribuição geográfica da riqueza”, 25/8/2020,https://jornalibia.com.br/regiao/valedocai/estudo-da-fgv-apresenta-como-e-a-distribuicao-geografica-da-riqueza/

Canzian, Fernando, “Imposto de Renda explicita vantagem de servidores federais e desigualdade”, 19/9/2020, https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2020/09/imposto-de-renda-explicita-vantagem-de-servidores-federais-e-desigualdade.shtml

Canofre, Fernanda e Baran, Katna, “Diferenças regionais revelam abismo da desigualdade de renda no Brasil”, 19/9/2020, https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2020/09/diferencas-regionais-revelam-abismo-da-desigualdade-de-renda-no-brasil.shtml

[1] TCU / IBGE 2019

[2] Le taux de change était de 6,5 Reais par Euro en septembre 2020

[3] Références en webographie à la fin du texte

[4] On peut nuancer cette affirmation en précisant que ces salaires sont déclarés directement par l’État, sans marge pour la fraude, et que le District Fédéral est petit et quasiment dépourvu des quartiers périphériques et des zones rurales qui baissent la moyenne des grands États.

[5] Le quartier le plus pauvre, d’immenses ensembles de petites maisons créés par la CEI, la « Compagnie d’Éradication des Invasions », d’où son nom.

[6] Un équivalent, grosso modo, des allocations familiales

Géographie du futebol

Quand l’attention ne se focalise pas sur la Coupe du Monde, tous les quatre ans, le Brésil suit avec passion sa Coupe et ses championnats nationaux, tout aussi disputés. Les programmes de télévision, les radios et les journaux font place belle au sport-roi et dans tout le pays les dimanches après-midis sont consacrés aux matches et les lundis matins à commenter les résultats du week-end, nationaux, régionaux et locaux.

Au vu des résultats, et malgré toute l´énergie déployée par les petites équipes, on ne peut toutefois que constater que le succès va généralement aux équipes des grandes villes, et que comme disait Voltaire, « Dieu est toujours pour les gros bataillons »[1]. Malgré quelques exceptions, comme le Santos où s’illustra Pelé, on a l’impression que la hiérarchie footballistique suit de près la hiérarchie urbaine. On peut toufefois vouloir le vérifier, c’est ce que j’ai fait dans une recherche à paraître d’une part dans un livre dirigé par Bertrand Piraudeau, d’autre part (sous forme plus brève) dans un article de la revue Jurisport: l’idée était de mesurer si les deux hiérarchies coïncident, ou si elles diffèrent sur quelques points, de chercher des corrélations et voir s’il n’existerait pas quelques facteurs spécifiques.

On a pour cela une base statistique solide, la CBF (Confederação brasileira de futebol), tient des comptes minutieux des résultats, publiés sur son site (http://www.cbf.com.br/), et l’on dispose donc de données pour vérifier ou invalider cette hypothèse, notamment par un traitement cartographique[2].

Les données disponibles en janvier 2014, qui portent sur l’ensemble de l’année 2013 pour les quatre ligues nationale (ici appelées séries A, B, C et D), permettent non seulement de vérifier que les équipes des série A et B sont en effet les meilleures (la série B paraissant plus pugnace, sans doute pour tenter de « monter » en série A). Elles montrent aussi, rien qu’en calculant la population moyenne des villes où les clubs sont installés, que celle-ci va en décroissant avec les séries, de plus de 2,5 millions d’habitants pour la série A à un peu plus d’un demi-million pour la série D. Elles permettent enfin de construire des cartes montrant localisation et poids démographique des villes-sièges des équipes disputant ces épreuves.

 Population communale et classification du meilleur club de la ville

Population et classification

 

Sur le site de la CBF figure en outre un classement complet des clubs, au-delà de ceux qui jouent dans le quatre séries du championnat, résultat d’un travail complexe de traitement des résultats puisqu’il prend en compte à la fois leurs résultats dans les matchs de Coupe du Brésil et dans le championnat, selon des critères clairement affichés : le classement obtenu en série A, B ou C vaut tant de points, atteindre les 32e de finales tant de points, les 16ede finale tant, etc. La carte que j’en ai tiré confirme la poids des grandes villes, notamment celles du Sud-Sudeste, qui se taillent la part du lion dans ce classement.

Classement des clubs par la CBF en 2014

Ranking CBF 2014 [Converti]

Sur les données des championnats, plus complètes en termes de données, j’ai choisi de mener une classification ascendante hiérarchique (CAH) associant des critères de succès au football (points par habitant – pour réduire l’effet de masse – victoires, but marqués, victoires à l’extérieur, points par partie) et d’autres caractérisant la situation socio-économique de la ville.

La typologie produite par la CAH produit de groupes de villes ayant des profils semblable. Sur ces profil (situé sous la carte), pour chaque variable le groupe est soit au-dessus (barres vers la droite) soit au-dessous (barres vers la gauche) de l’ensemble des villes analysées. Cette typologie peut être interprétée comme suit:

–          Groupe 1: résultats au futebol un peu au-dessus de la moyenne, principalement en termes de buts marqués et de victoires à l’extérieur, mais moins en points par partie (on est dans l’élite, les défenses sont efficaces) et en points par habitant (ce sont des villes très peuplées). La marque distinctive du groupe est un PIB par habitant et un indice de développement élevés, elles se situent toutes (à une exception près), dans le Sudeste, le Sul et la partie du Centre-Ouest qui s’est récemment développée grâce à la culture du soja, du maïs et du coton.

–          Groupe 2: proche du précédent, avec des résultats moins bons dans les stades (les cercles indiquant le nombre de points sont plus petits), mais tous au-dessus de la moyenne, un PIB par habitant plus bas mais un meilleur indice de développement. Il comprend Brasília, Vitória (capitale de l’État d’Espírito Santo), les villes industrielles de Catalão, et Betim, et Barueri, dans la banlieue de São Paulo.

–          Groupe 3: résultats au futebol en-dessous de la moyenne, sauf pour le nombre de points par partie et par habitant (ce sont des villes moins peuplées), PIB par habitant et indice de développement plus bas que la moyenne et surtout – c’est le trait distinctif du groupe – proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família, donc de pauvres. Sans surprise, ce groupe se situe tout entier dans le Nordeste et en Amazonie, les régions les plus pauvres du pays,

–          Groupes 4 et 5: proches du précédent, avec des résultats sur les terrains un peu meilleurs pour le groupe 4 (en victoires et buts marqués) et moins bons pour le groupe 5, alors que c’est l’inverse pour la proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família. Sauf la petite ville de Goianésia (moins de 60 000 habitants) dans les Goiás, Aracruz (Espírito Santo) et les banlieues pauvres de Rio de Janeiro (Nova Iguaçu et Duque de Caxias) toutes sont dans le Nordeste et en Amazonie. On trouve ici bon nombre de capitales d’États fédérés, plutôt dans le groupe 5, moins marqué par la pauvreté.

Typologie des villes participant au championnat

CAH indices-5

Cette typologie qui associe résultats aux sportifs et poids des villes a donc manifestement une dimension socio-économique, à côté de sa dimension démographique, et l’on retrouve ici – sans surprise – les disparités bien connues entre le Brésil du Sud-Sudeste et l’ensemble Norte-Nordeste, une des trames majeures de la géographie sociale brésilienne. Toutefois, on a vu ici et là des exceptions, de grandes équipes dans de petites villes, de belles réussites même dans des régions pauvres, ce qui oblige à changer d’échelle d’analyse, à passer de celle des villes à celle des clubs.

 Il suffit de parler un peu de football avec des passionnés de ce sport pour réaliser que la fidélité des supporters (torcedores) va en fait non pas à leur ville mais à leur club. C’est d’autant plus perceptible que de multiples signes extérieurs leur permettent d’afficher leur appartenance, les clubs ont un drapeau, un blason, un maillot (camisa). Il est de bon ton de revêtir ce dernier pour aller assister aux matchs, évidemment, mais aussi pour aller jouer une partie entre amis, aller à la plage, ou même au cinéma ou au shopping center.

Un des éléments principaux de la fidélité fanatique des supporters à leur club est la rivalité avec ceux d’autres équipes, dont aucune n’est aussi vive que celle qui les oppose à l’autre (ou aux autres) torcidas (groupes de torcedores) de leur ville. On « est » Fluminense, Vasco ou Flamengo (à Rio), São Paulo, Palmeiras ou  Corinthians (à São Paulo). L’effet de ces rivalités est manifestement positif puisque toutes les premières villes du classement de la CBF comptent au moins deux clubs, et souvent plus. De toute évidence l’émulation entre les clubs est un puissant aiguillon, incitant les joueurs à se surpasser, les dirigeants à attirer les meilleurs joueurs, les supporters à fréquenter les stades pour les encourager. Si l’on y ajoute les rivalités régionales entre villes proches, comme João Pessoa et Campina Grande, ou Londrina et Maringá, et les rivalités entres les capitales d’États proches, on voit bien que la compétition avec les voisins est le ressort principal de l’excellence.

Répartition des points entre les clubs d’une même ville

Graphique clubs

Il est pourtant un moment où ces rivalités disparaissent, ou plutôt se transfèrent sur un autre plan: quand le Brésil joue dans les compétitions internationales, l’unité se fait et la ferveur qui entoure l’équipe nationale est sans égale. Pendant les matchs le pays s’arrête, chaque but marqué provoque une vague de hurlements d’enthousiasme devant les télévisions, dans tous les coins du pays, des grandes métropoles aux bourgades misérables du Nordeste et jusqu’au dernier village d’Amazonie. Les explosions de pétards permettent de suivre le score (ou du moins celui du Brésil) même aux rares sceptiques qui vaquent à d’autres occupations pendant ces moments de communion nationale.

Cette ferveur et cette communion sont telles que la meilleure Université du pays, l’USP (Universidade de São Paulo) a supprimé les cours (não haverá aula), dans son calendrier officiel pour 2014 les jours où le Brésil jouera un match (jogo do Brasil) et ceux où se jouera à São Paulo un match de la Coupe, même si le Brésil n’y participe pas. Nous signalons –  pour éviter les commentaires malicieux – que les jours perdus ont été compensés en avançant la date de la rentrée. Mais les mois de juin et juillet vont être durs…

Calendrier 2014 de l’Universidade de São Paulo

Calendario USP

 

Source: USP, https://uspdigital.usp.br/jupiterweb/jupCalendario2014_final.jsp


[2] La première étape du traitement des cartes statistiques a été réalisée en utilisant le logiciel Philcarto, disponible sur le site philcarto.free.fr.