Archives par mot-clé : France-Brésil

Havaianas, du chinelo de pedreiro au succès mondial

Havaianas est un fabricant des tongs (sandales composées d’une semelle et de brides en caoutchouc) qui étaient à l’origine un produit de consommation populaire, vendu uniquement au Brésil, et est devenu en vingt ans un produit de mode mondialement connu.

Origines

L’entreprise Fabrica Brasileira de Alpargatas e Calçados a été créée en 1907 mais la marque Havaianas (« hawaïennes » en portugais) n’a été lancée qu’en 1962. Jusque-là spécialisée dans la fabrication d’espadrille en toile et en corde, elle avait alors décidé de fabriquer des tong légères en caoutchouc, librement inspirée des sandales japonaises Zori, à semelle en paille de riz et bride de tissu.

Figure 1 Sandales Zori et Havianas tradicional

Zori et havaianas

http://otaku-plane.blogspot.fr/ et http://calcados.mercadolivre.com.br/chinelos/havaianas

Le succès a été immédiat auprès des classes populaires grâce à son petit prix, mais surtout aux propriétés du caoutchouc, antidérapant, qui ne brûle pas les pieds (contrairement au plastique), ne sent pas et est très résistant. C’était donc la chaussure idéale pour ceux qui étaient pour la plupart jusque-là littéralement des « va-nu-pieds », elle a chaussé des générations de travailleurs sur les chantiers et dans les champs et était surnommée – non sans un certain méprise de classe – chinelos de pedreiro (tongs de maçon). Elles étaient si populaires que le gouvernement en avait fixé les prix, comme pour d’autres produits tels que le riz et les haricots, la base de l’alimentation brésilienne.

Figure 2 Chinelos de pedreiro, les chaussures des pauvres

sebastiao_salgado_pés

Photo Sebastião Salgado, http://modosdeolhar.blogspot.fr/search/label/Sebasti%C3%A3o%20Salgado

Le tournant

Durant une trentaine d’années, le produit n’a pas évolué, les premiers modèles, nommés Havaianas Tradicional, étaient disponibles dans une unique version : brides bleues, et semelle blanche et bleue. Selon la légende de l’entreprise le changement est dû à un hasard, suite à un problème technique un lot entier de tongs est sorti en vert au lieu de la couleur bleue traditionnelle. Comme ce lot s’est bien vendu, les Havaianas ont commencé à être produites avec des brides de différentes couleurs (rouge, jaune, vert et noir). À partir de 1994 la semelle fut elle aussi proposée en plusieurs couleurs.

La même année a eu lieu un autre changement, sans doute plus décisif, dans le domaine du marketing. Pour résister à la contrefaçon la firme a cherché à consolider son image par des campagnes de publicité et de communication, mettant notamment en scène des artistes, des joueurs de football et des mannequins. Dans les années 1990 elle a connu un premier succès avec sa ligne « Top monochrome », puis elle y a ajouté en 1998 une touche de patriotisme avec la création d’un modèle « Havaianas Brasil » orné du drapeau brésilien, en signe de soutien à l’équipe nationale, la seleção, pour la Coupe du monde de football.

Figure 3 Havaianas à drapeau brésilien

havaianas-sandale-brasil-logo-vert-2

http://www.keepitforyou.com/fr

Chic

Le marketing de la marque a ensuite cherché à l’associer à d’autres nomes fameux. De 2003 à 2009, chaque acteur proposé aux Oscars a reçu un modèle exclusif, à partir de 2004 démarrèrent les collections en édition limitée avec des marques ou créateurs reconnus, comme Swarovski, ou le joaillier H. Stern qui proposa des tongs décorées d’or ou de diamants.On a alors commencé à trouver des Havaianas même dans les shoppings centers les plus chics du pays.

Figure 4 Stand Havaianas dans le shopping center de Mossoró

Mossoro Havaianas 2

Photo H. Théry 2015

De nombreuses séries spéciales ont été réalisées, comme celles de l’hôtel Meurice et de l’hôtel Murano, ou celles de la fondation du footballeur Raï, vendues au profit des enfants des favelas. Depuis que deux présentateurs de télévision très connus au Brésil ont choisi d’offrir des Havaianas à leurs invités le jour de leur mariage il est devenu chic, dans certains milieux, d’offrir des tongs aux invités pour qu’ils puissent danser toute la nuit. La marque a donc créé comme elle l’indique sur son site multilingue deux « modèles spéciaux pour les mariages, Havaianas Top wedding et Havaianas Slim wedding, pré-personnalisées avec l’une des trois paires de pin’s exclusifs de votre choix ».

Succès mondial

Au début des années 2000 les exportations représentaient moins de 3% des revenus d’Alpargatas, ils pèsent aujourd’hui environ 30% du total. La société est présente dans 117 pays, en France elle possédait en 2012 deux boutiques en propre à Paris, plus six en franchise Et la firme a fermé, en entrant sur le marché japonais, le cycle qu’elle avait commencé par la copie de sandales de paysans nippo-brésiliens. Ces dernières années, la société Alpartagas s’est diversifiée en créant une collection de sacs et bagages en 2009, ou une ligne de chaussures fermées comme des espadrilles, des ballerines, ou des bottes en 2010, mais la division Havaianas représente les deux tiers de ses ventes mondiales avec un chiffre d’affaires de 520 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010 et 650 millions en 2014.

Alpartagas appartenait pour 44 % au groupe de BTP Camargo Corrêa, celui-ci a vendu, via une OPA, ses actions à la société brésilienne J&F, qui contrôle le plus grand vendeur de viande dans le monde, JBS, qui souhaitait diversifier le portefeuille d’activités de l’entreprise. De son côté Camargo Corrêa a dû reconnaître sa participation aux actions d’entente illicites et de corruption développés autour de la compagnie pétrolière Petrobras. En août elle a signé un accord de clémence avec les procureurs fédéraux et cherche à se recentrer sur ses métiers centraux.

Différentiel de prix

Selon les calculs de Capital[1], « chaque paire coûterait entre 1,50 et 2,50 Euros à fabriquer, pour un prix moyen de vente de 10 euros (20 euros en France). En ajoutant 1,10 euro de frais de mar­keting et 5 euros de coûts de ­distribution, la marge atteindrait 18% d’après nos estimations, comparable à celle de Nike, le plus rentable des fabricants de sportswear ».

Mais il semble que Havaianas ait une politique de prix adaptée à chaque marché national. Sur le site en français d’achat en ligne sont proposées, pour les femmes, des tongs, sandales, espadrilles et bottes de pluie, dont les prix vont de 10 € à 55 €. Pour les hommes des tongs, espadrilles et sneakers, entre 10 € à 50 €. Le site est décliné pour 28 pays européens, y compris Andorre, Saint-Marin et le Saint-Siège (Cité, du, Vatican).

Figure 5 Modèles pour femmes et pour hommes sur le site français d’Havaianas

Modeles France

http://www.havaianas-store.com/fr

Sur le site brésilien les prix vont de 12.90 Reais (3,22 €) à 274,90 Reais (69 €) mais il existe aussi un modèle Swarovski (195 euros), associant au caoutchouc pas moins de 174 cristaux. Alors que sur le site français l’écart entre les modèles les moins chers et les plus chers est dans un rapport de 1 à 5,5, sur le site brésilien le rapport est de 1 à 21, même pour des tongs apparemment à peu près identiques le Brésil est décidément un pays d’inégalités.

Figure 6 Modèles les moins chers et les plus chers sur le site brésilien d’Havaianas

Modeles Brésil

www.loja.havaianas.com.br

[1] http://www.capital.fr/enquetes/succes/havaianas-ou-l-art-de-vendre-le-caoutchouc-a-prix-d-or-608668

Défilé du 7 septembre à Brasília

La fête nationale est, au Brésil comme en France, l’occasion d’un défilé militaire sur l’une des artères majeures de la ville, en l’occurrence l’Axe Monumental de Brasília, où se situent tous les monuments officiels de la ville, de la Place des Trois pouvoirs jusqu’à la Bibliothèque nationale, en passant par l’esplanade des ministères et la cathédrale.

La Présidente Dima Rousseff a cette année encore ouvert le défilé dans la Rolls Royce 1953 qui est la voiture officielle des Présidents depuis Getúlio Vargas.

Brasília - DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR
Brasília – DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR

Foto: Ichiro Guerra/PR – http://www2.planalto.gov.br/centrais-de-conteudos/imagens/desfile-civico-militar-de-7-de-setembro-em-comemoracao-ao-dia-da-independencia

Une des attractions récurrentes du défilé, très attendu par les spectateurs, est le passage des Dragons de l’Indépendance, dont le nom officiel est 1º Regimento de Cavalaria de Guardas, l’équivalent de la Garde Républicaine française.

datas-comemorativas-2015

http://www.vidadeturista.com/wp-content/uploads/2015/01/datas-comemorativas-2015.jpg

Comme ailleurs un autre moment fort est le passage des blindés, ici vus devant la cathédrale ce qui, sans aller à évoquer « le sabre et le goupillon » associe du moins des symboles forts des pouvoirs militaire et spirituel.
Chars + avions

© Hervé Théry 2015

Le défilé de 2015 a attirés des milliers de badauds, dont beaucoup s’accumulaient dans les rares zones librement accessibles du bout de l’esplanade, comme ici devant le Musée National de Brasília.
Foule

© Hervé Théry 2015

L’affluence y était d’autant plus grande que les espaces accessibles aux non-VIP sur l’esplanade étaient peu nombreux et qu’il fallait faire une longue queue pour y accéder, une fois le défilé commencé, en espérant occuper la place de ceux qui partiraient avant la fin.
Fila 1

© Hervé Théry 2015

Beaucoup de spectateurs n’ont donc vu du défilé que les barrières érigées pour protéger les tribunes d’une invasion par le vulgum pecus des citoyens ordinaires.

Tapumes 1

© Hervé Théry 2015

Certains ont bien tenté de forcer le passage entre les plaques métalliques, ici devant la caméra du réseau de télévision SBT, mais la police militaire mettait toujours rapidement fin à ces tentatives.

Invasao

© Hervé Théry 2015

Les réticences des autorités à laisser les citoyens accéder librement au défilé venaient de ce qu’elles craignaient des manifestations hostiles à la Présidente ou à son prédécesseur et mentor, Luís Inácio « Lula » da Silva, comme celles qui apparaissent sur la photo ci-dessous. Ils y sont représentés par des mannequins gonflables géants, la première avec un long nez à la Pinocchio, parce qu’elle est accusée d’avoir beaucoup menti pour obtenir sa réélection en 2014, l’autre en uniforme de prisonnier en raison des accusations de corruption portées contre lui dans divers scandales.

Bonecos

https://www.youtube.com/watch?v=e4XbC0cJPdQ, http://msalx.veja.abril.com.br/2015/08/16/1735/pe6Cx/alx_manifestacao_contra_gov_09_original.jpeg?1439757346

Malgré tout le défilé est un moment d’exaltation nationale, notamment au passage de l’Esquadrilha da Fumaça (littéralement l' »Escadrille de la fumée », officiellement « Esquadrão de Demonstração Aérea – EDA »), l’équivalent de la Patrouille de France. On notera tout de même – sans chauvinisme aucun – que cette dernière, elle, parvient à dessiner le drapeau national dans le ciel de Paris le 14 juillet…

Brasília - DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
Brasília – DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013.     REUTERS/Charles Platiau  (FRANCE - Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) - RTX11MJ5
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE – Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) – RTX11MJ5

https://en.wikipedia.org/wiki/Smoke_Squadron et http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-festivites-ensoleillees-du-14-Juillet-521677

Un pont entre la France et le Brésil

Un pont relie désormais la France au Brésil, pays avec lequel – le fait est peu connu – elle partage sa plus longue frontière terrestre, plus de 700 kilomètres de bout en bout, dont plus de 400 au long de l’Oyapock. C’est sur ce fleuve que le pont est en construction, à la suite d’une décision qui relève plus de la géopolitique que d’une quelconque logique économique.

La genèse du pont

Ce pont à haubans de 378 m de longueur comportera deux voies de 3,50 m de largeur et deux voies mixtes séparées pour piétons et cyclistes. Le tirant d’air minimal sous le tablier est de 15m, et les deux pylônes culminent à 83 m de hauteur. Les travaux sont déjà bien avancés puisque le samedi 28 mai, vers 22h30, la jonction entre les deux tronçons du tablier a été effectuée, actuellement les travaux sur les voies d’accès à Saint Georges de l’Oyapock (côté français) et Oiapoque (côté brésilien) se terminent. Cela ne veut pas dire que le pont doive être ouvert très prochainement à la circulation, selon Jean-Paul Le Pelletier, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Guyane, il faudra attendre encore un bon moment pour que l’ouvrage soit opérationnel. Si les maîtres d’œuvre du pont estiment qu’ils devraient terminer les finitions (enrobé, glissières, signalisation…) autour du mois de juillet,. l’inauguration officielle ne se fera pas avant septembre – sa date dépendra des calendriers politiques des dirigeants français et brésiliens – et l’ouverture à la circulation pourrait ne pas se faire avant début 2012.

Figure 1 Le pont en avril 2011

Photo Stéphane Granger

La genèse de ce pont a été longue. Lors de sa rencontre à Saint-Georges de l’Oyapock, le 25 novembre 1997, avec le président brésilien Fernando Henrique Cardoso Jacques Chirac avait déclaré « nous avons évoqué naturellement la route. J’ai dit au Président Cardoso que, grâce notamment aux autorités départementales, les choses étaient bien parties et que l’an 2000 ne serait pas franchi sans que l’on puisse aller du Venezuela à Buenos Aires par la route et sans difficulté, il s’en est réjoui ».

En réalité, l’aménagement du franchissement n’a été confirmé par le comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT) que le 18 décembre 2003, et l’accord franco-brésilien relatif à la construction d’un pont sur le fleuve Oyapock et de la liaison routière reliant la Guyane et l’État de l’Amapa n’a été signé que le 15 juillet 2005, à l’occasion de la visite du président Luiz Inácio Lula da Silva en France. Cet accord a ensuite été ratifié par le Brésil en 2006 et par la France par une loi du 18 janvier 2007.

Figure 2 Les ouvriers – tous brésiliens – du chantier

Photo Hervé Théry

L’appel d’offres relatif à la construction du Pont a été ensuite été lancé fin novembre 2008. La commission intergouvernementale réunie à Paris le 29 avril 2009 a retenu le groupement brésilien EGESA/CMT pour la construction du pont sur l’Oyapock. Le contrat entre le DNIT (Département National des Infrastructures Terrestres) et l’entreprise Egesa Engenharia S/A a été signé le 29 juin 2009 et publié au Journal Officiel du 2 juillet 2009. L’ordre de service de démarrage des travaux a été donné le 13 juillet 2009, mais des travaux complémentaires de fouilles archéologiques ont été nécessaires, ralentissant les travaux des fondations de l’ouvrage.

Le contexte régional

Pourquoi un pont aussi grandiose alors que l’on n’attend qu’un trafic très limité, qui aurait très probablement pu être absorbé sans difficulté – à un coût infiniment moindre – en renforçant le service des bacs qui assuraient déjà la traversée ? Cela ne s’explique que dans une perspective géopolitique régionale de liaison entre le Brésil et ses voisins du Nord.

Ces voisins se sont longtemps méfiés de son expansionnisme, notamment la France qui s’est abstenue de construire la liaison routière de 80 km entre Régina (déjà reliée à Cayenne) et Saint Georges de l’Oyapock. Ce n’est que plusieurs années après le retour de la démocratie au Brésil, après la période de la dictature militaire (1964-1985) que les travaux ont été entrepris, et ils n’ont été achevés qu’en 2003. Avec leur conclusion, l’axe RN1 / RN2 assure désormais la liaison sur 450 kilomètres entre Saint Laurent du Maroni et la frontière du Surinam, à l’Ouest, et Saint Georges de l’Oyapock et la frontière brésilienne, à l’Est. Avec la construction du pont, la route côtière constitue donc désormais un maillon d’une « panaméricaine atlantique », doublant celle qui parcourt le continent, sur le versant Pacifique, de la Terre de Feu à l’isthme de Panama. Il faut toutefois noter que le Brésil n’avait pas attendu pour se doter d’une autre sortie vers les Caraïbes, l’ouverture de la route BR174, Manaus – Caracas permettant déjà la liaison Venezuela – Buenos Aires que Jacques Chirac imaginait passant par la Guyane.

Mais cet axe guyanais n’est pas pour autant inutile pour le Brésil, il est inclus dans les projets d’aménagement à l’échelle continentale sous le nom d’« Arc Nord », rejoignant l’axe de la BR174 à l’ouest. Cet axe ne rejoint toutefois pas Belém et l’axe amazonien du côté oriental, il reste un obstacle à franchir entre Macapá et Belém, la vallée de l’Amazone. On peut se faire une idée des distances en question si l’on se rappelle que l’île de Marajó, qui en occupe l’embouchure, a sensiblement la taille – 40 000 km2 – des Pays Bas…

Inquiétudes

Tout ne va pourtant pas pour le mieux car, en Guyane, le pont inquiète certains : « Oiapoque est l’une des portes d’entrée des Brésiliens vers la Guyane. De fait, l’ouvrage est perçu comme un vecteur d’invasion », explique Frédéric Piantoni spécialiste des questions migratoires guyanaises à l’Institut de recherche et de développement, cité par Viviane Thivent. Celle-ci ajoute que « selon les sources, les estimations varient de 10 000 à 40 000. En septembre 2009, le Consul du Brésil à Cayenne a donné les chiffres suivants : de 8 000 à 10 000 Brésiliens en situation régulière et 10 000 à 12 000 illégaux, soit environ 22 000 Brésiliens (10% de la population). Ce chiffre est néanmoins jugé comme un seuil minimum. Les estimations plus communément avancées font état de 20% de Brésiliens en Guyane dont la plupart travaillent non pas dans l’orpaillage mais dans les travaux publics et les gardes d’enfants ».

On peut aussi avoir des doutes sérieux sur l’utilité économique de la nouvelle liaison routière « Ce pont est avant tout un symbole, celui de la relance des relations franco-brésiliennes. Il est donc le fruit d’une décision politique et non celui d’un besoin socio-économique local… ou régional », explique Madeleine Boudoux d’Hautefeuille. La Guyane et l’Amapa présentent des profils géographiques relativement similaires (économie du bois). Du coup, ces deux territoires n’ont pas grand chose à échanger à l’échelle régionale ». Les échanges commerciaux ne sont donc sans doute pas pour demain. « La seule chose qui risque de transiter par le pont, c’est la police des frontières, regrette Françoise Grenand. On imagine qu’un pont sert à relier, mais celui-ci est en train de tirailler ces deux petites communes de Saint-Georges et d’Oiapoque. Ce pont devait relier, réduire les distances mais il est en train d’écarter le fleuve et de transformer la région en frontière, chose qu’il n’a jamais été jusque-là. C’est le paradoxe de ce pont ».

L’observatoire Hommes-Milieux Oyapock

Pour mieux comprendre ce qui va se passer, savoir si ces inquiétudes sont justifiées ou si ce sont plutôt les rêves grandioses d’un commerce frontalier florissant qui vont se concrétiser, on pourra se fonder sur les résultats des travaux de l’Observatoire Hommes-Milieux Oyapock créé en 2008, avant la construction du pont, et qui en accompagnera les effets dans les années à venir.

Imaginés en 2007, les Observatoires hommes-milieux (OHM) sont de nouvelles structures pluridisciplinaires du CNRS. Ils sont mis en place lorsqu’un événement majeur d’origine anthropique vient bouleverser l’équilibre d’une région. À ce jour, six observatoires fonctionnent : l’OHM du bassin minier de Provence à Gardanne, l’OHM « Guyane-Oyapock », l’OHM « grande muraille verte » au Sénégal, l’OHM « Pyrénées Haut-Vicdessos », l’OHM « Estarreja » au Portugal et l’OHM « Rhône », trois autres étant en projet.

Selon Viviane Thivent « décrire le fonctionnement de la région avant et après la construction du pont, tel est l’objectif de l’Observatoire. À ce stade du projet, les chercheurs ont décrit les problématiques complexes de l’accession à la propriété de part et d’autre de la frontière. Ils ont de plus mis l’accent sur la caractérisation des pratiques agricoles : qui cultive ? Quand ? Comment ? ». « Les Observatoires hommes-milieux sont des structures de recherche ponctuelles, pluridisciplinaires… » explique Françoise Grenand, sa directrice. « Ils rassemblent des géographes, des anthropologues, des biologistes… et sont mis en place lorsqu’un événement majeur, d’origine anthropique, risque de modifier l’équilibre d’une région… ». « L’élément perturbateur ici, c’est le pont. Ou plutôt le complexe pont et route. » précise Damien Davy, ingénieur au CNRS qui travaille depuis l’origine à l’OHM :    « Depuis 2008, nous avons entamé une série d’études de part et d’autre de la frontière afin de comprendre les dynamiques socio-économiques, identitaires et culturelles, environnementales et migratoires de cette contrée. Et en ce moment, nous travaillons plus particulièrement sur l’agriculture et le foncier. ».

L’OHM va donc permettre de suivre les effets – positifs et négatifs – de la construction du pont et des routes qui lui sont associées, à plusieurs échelles. On pourra ainsi se faire une idée des conséquences locales, régionales et continentales du geste géopolitique qui se concrétise aujourd’hui avec la conclusion de ce pont.

 

Références

Construction du pont (site de la DDE Guyane)

http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=162, http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=17

État des travaux, http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=335, http://www.latribunedesantilles.net/index.php?option=com_content&task=view&id=2977&Itemid=53, 31-05-2011, http://www.brasilyane.com/index.php/actualites-bresiliennes/actualites-amapa/420-3005-pont-sur-loyapock-pas-douverture-avant-2012-

Discours de Jacques Chirac et Fernando Henrique Cardoso

http://discours.vie-publique.fr/notices/977016769.html

Décret n° 2007-1518 du 22 octobre 2007 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République fédérative du Brésil relatif à la construction d’un pont routier sur le fleuve Oyapock reliant la Guyane française et l’Etat de l’Amapá, signé à Paris le 15 juillet 2005, http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000794015&dateTexte

Frontière entre le Brésil et la France, http://fr.wikipedia.org/wiki/Fronti%C3%A8re_entre_le_Br%C3%A9sil_et_la_France

Frontières de Guyane, Guyane des frontières http://www.terresdeguyane.fr/articles/frontieres/default.asp

Les Observatoires Hommes-Milieux du CNRS, http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2155.htm et http://www.cnrs.fr/inee/recherche/fichiers/ohm/OHM%20plaquette%20A3.pdf

Observatoire Hommes-Milieux « Oyapock, un Fleuve en partage », http://www.guyane.cnrs.fr/projoyapock.html , http://www2.cnrs.fr/sites/communique/fichier/fiche_photos_oyapock.pdf

Viviane Thivent, Guyane : le pont qui sépare deux rives, http://www.universcience.fr/fr/science-actualites/enquete-as/wl/1248116676440/guyane-le-pont-qui-separe-deux-rives/