Archives par mot-clé : France-Brésil

Marc Ferrez, un photographe témoin de son temps

Marc Ferrez (1843-1923) a été témoin des extraordinaires transformations qu’a connu le Brésil du milieu du XIXe siècle au premier quart du XXe et nous a laissé sur elles un précieux témoignages sous formes de photographie d’une grande qualité. On mesure grâce à elles l’évolution du pays puisque les premières montrent encore des esclaves tandis que les dernières sont consacrées au développement du cinéma à Rio.

En suivant, résumant et complétant la chronologie établie par Andrea C. T. Wanderley « O brilhante cronista visual Marc Ferrez »[1], on peut retracer les étapes principales de sa carrière autour de quelques-unes de ses photographies.

Les débuts

Marc Ferrez est né à Rio de Janeiro, le 7 décembre 1843. Son père était sculpteur et graveur, ainsi que son oncle Marc Ferrez. Diplômés de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, ils avaient rejoint la Mission française qui avait été invitée à Rio en 1816 quand la Reine, le prince Régent et toute la Cour Portugaise s’y étaient repliés pour fuir l’avancée des troupes napoléoniennes. Cette mission avait été des étapes majeures du développement des arts au Brésil, elle a puissamment contribué à y développer l’influence culturelle française, et par cette filiation Marc Ferrez s’y inscrit pleinement, en prolongeant dans son domaine, la photographie, ce qui avait commencé dans la littérature, la peinture, la sculpture et la mode.

Il passa quelques années en France, on ne sait pas exactement à quel moment il y est parti mais on sait qu’il en revint vers 1863 et que le 12 mars 1867 il déposa auprès du conseil municipal de Rio de Janeiro une demande de licence pour exploiter un établissement photographique au numéro 96 de la Rua São José, sous la marque commerciale Marc Ferrez & Cia.

Dès 1868 il pouvait annoncer la vente d’« une vaste collection de vues de Rio de Janeiro et de navires de guerre de toutes les nations[2] » (Jornal do Commercio, 6 décembre 1868), mais hélas ces photos n’ont pas été conservées car le 18 novembre 1863, un incendie détruisit son atelier, son équipement photographique et toutes les plaques de ses premières années de photographe (Jornal do Commercio, 19 novembre 1873).

En 1875, Ferrez commença à travailler comme photographe pour la Commission géologique de l’Empire, dirigée par l’américain Charles Frederick Hartt (1840-1878), qui devint directeur de la section géologie du Musée national en 1876. Il visita les États actuels d’Alagoas, Bahia. Pernambouc et une partie de la région amazonienne, dans le cadre d’une mission scientifique menée sous les auspices du gouvernement impérial, qui produisit la première représentation photographique de diverses régions du territoire brésilien[3].

Figure 1 Marc Ferrez en 1876

En cartouche son tampon et une publicité pour ses activités de photographe

Marc Ferrez. Marc Ferrez aos 33 anos de idade, c. 1876. Rio de Janeiro, RJ / Acervo IMS

En 1877 il fit sa première exposition à la galerie La glace élégante, 13 rua do Ouvidor, où il exposa de nombreuses fois tout au long de sa carrière. En 1878, il se rendit en France à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, où il présenta un panorama de Rio de Janeiro qu’il avait déjà exposé à l’Exposition universelle de Philadelphie en 1876. Il y acheta un appareil de prise de vue panoramique, avec cet équipement, pesant plus de 100 kilos, il était possible de produire de grandes images allant jusqu’à 1,1 mètre sans les distorsions souvent causées par la juxtaposition de plusieurs photographies.

Elle lui servit souvent pour produire des photographies de paysages, notamment de Rio de Janeiro, comme celles des figures 2 et 3, prises respectivement de Santa Tereza et du Corcovado. Sur la seconde il a joué avec l’illusion procuré par la double exposition, lui et un ami apparaissent deux fois sur la photo.

Figure 2 Panorama de Rio de Janeiro de Santa Tereza vers 1885

Acervo IMS Panorama parcial do Rio de Janeiro, c. 1885. Rio de janeiro, RJ / Acervo IMS

Figure 3 Panorama de Rio de Janeiro du Corcovado vers 1885

 

Marc Ferrez,, Acervo IMS

Dans les années 1880 Ferrez commença à développer de nouvelles activités. D’une part, celles de commerçant et de représentant de produits et articles de photographie, activités d’où il tira dès lors une grande partie de ses revenus. D’autre part il entreprit de photographier une des transformations les plus spectaculaires du Brésil d’alors, la construction des chemins de fer.

Images de la modernité

Parmi les premières images de ce nouveau Brésil figurent celles qu’il exposa en 1880 dans le magasin du lithographe Jules Martin, des photographies réalisées dans la Province de São Paulo, où il s’était rendu pour la première fois (Jornal da Tarde, 29 septembre 1880). Parmi elles, des vues du chemin de fer Santos-Jundiaí, via São Paulo, récemment construite pour écouler la production de café qui se développait rapidement dans l’ouest de la Province.

Figure 4 Le chemin de fer Santos à São Paulo, vers 1880

Acervo Instituto Moreira Salles.

Il en fit ensuite d’autres chemins de fer, comme la ligne Dona Thereza Cristina (Santa Catarina), toujours à la galerie La Glace élégante (Gazeta da Tarde, 11 de novembro de 1884) et participa à l’inauguration de la da ferrovia do Paraná (19 décembre 1884, 4 février 1885).  « Couvrir » les inaugurations de ces nouvelles infrastructures lui donna l’occasion de photographier les autorités qui les honoraient de leur présence, à commencer par l’Empereur lui-même.

Photographies de la famille impériale et de célébrités

Photographiant le chantier du chemin de fer Dom Pedro II, reliant São Paulo au Minas Gerais, il enregistra ainsi (figure 4) la présence de l’empereur Pedro II et de son entourage à l’entrée du tunnel de la Serra da Mantiqueira (Gazeta de Notícias, 27 juin 1882).

Figure 5 Inauguration d’un tunnel en présence de l’empereur et de son entourage, 1882.

Acervo IMS

Ferrez eut d’autres occasions de faire des clichés de membres de la famille impériale, d’autant plus facilement que Dom Pedro II appréciait la photographie. Il avait lui-même été fasciné par la nouveauté qu’elle était encore au début de son règne, au point d’être surnommé « l’Empereur photographe ») et il constitua l’une des premières et des plus riches collections d’images du monde (et de lui-même).

Figure 6 Les enfants de l’Empereur en 1883

  1. Pedro de Alcântara, D. Antônio Gastão e D. Luís Maria en 1883.

Marc Ferrez fut reçu par Dom Pedro II, notamment lorsque celui-ci lui l’a élevé au rang de Chevalier de l’Ordre de la Rose le 7 mars 1885 (Publicador Maranhense, 26 mars 1885). Il a aussi photographié la cérémonie d’installation de la princesse Isabel (1846 – 1921) comme régente en l’absence de son père (parti faire un long voyage), à la cathédrale de la Sé. Le Te Deum célébré à cette occasion lui a probablement offert sa première occasion d’utiliser les nouveaux flashs de magnésium récemment reçus d’Europe.

Figure 7 Te Deum pour l’installation de la princesse Isabel  comme régente

Coleção Princesa Isabel

Outre ceux de la famille impériale Ferrez fit aussi des portraits d’autres célébrités de l’époque, parfois en collaboration avec un autre photographe, Insley Pacheco. Il exposa ainsi à Notre Dame de Paris, en 1884, un portrait[4] de l’astronome belge Louis Ferdinand Cruls (1848 – 1908), directeur de l’observatoire impérial de Rio de Janeiro (Jornal do Commercio, 4 juillet 1884). Celui-ci fut plus tard l’auteur du rapport qui définissait le périmètre (« rectangle Cruls ») où devrait être construite la future capitale dont le projet avait été inscrit dans la Constitution de 1891 mais ne fut réalisé que bien plus tard, avec la construction de Brasília.

Dans la première édition du magazine Galeria Contemporânea do Brasil, fut publiée une photographie d’un des plus importants écrivains brésiliens, Machado de Assis[5], identifiée comme une « photographie inaltérable de Marc Ferrez et cliché d’Insley Pacheco » (Revista Ilustrada, 31 août 1884, dans la section « Livres à lire »).

Toutefois, tout en témoignant de la naissance du Brésil moderne et des dernières splendeurs de l’Empire, Ferrez a aussi connu – et photographié – les dernières années de l’esclavage, qui n’a été aboli au Brésil qu’en 1888.

Photographies de l’esclavage

Des mesures avaient été prises pour réduire le nombre des esclaves : interdiction de la traite, « loi du ventre libre », qui établissait que leurs enfants naissaient libres, « loi des sexagénaires », qui libérait ceux d’entre eux – ils étaient rares – qui atteignaient 60 ans. Mais jusqu’à la veille de l’abolition il restait légal d’en posséder et il n’était pas fréquent qu’ils soient affranchis.  C’est pourtant ce que firent en 1884 Ferrez et ses sœurs Francisca et Augustine, qui libèrent deux esclaves, dont l’un travaillait à la Maison Leuzinger et l’autre était boulanger (Gazeta da Tarde, 13 décembre 1884).

En dehors de cette action individuelle, Ferrez contribua d’une autre façon à faire avancer la cause de l’abolition, en réalisant une des rares photographies montrant un groupe d’esclaves amenés d’Afrique, prise avant qu’ils ne débarquent de leur voyage transatlantique (figure 8). Parfois présentée comme prise sur un navire négrier il semble qu’elle l’ait en fait été à bord d’un navire de la marine britannique (peut-être le HMS London), qui en avait abordé un et libéré les esclaves africains. Mais d’une façon ou d’une autre l’image eut un fort impact en montrant que malgré toutes les interdictions ce trafic scandaleux existait encore.

Figure 8 Groupe d’esclaves amenés d’Afrique au Brésil

https://sluizalves.wordpress.com/2012/12/04/abolicao-da-escravidao-no-brasil/navio-frances-com-escravos-a-venda-no-rio-de-janeiro-marc-ferrez/

Ferrez prit par ailleurs des photos d’esclaves au travail, que de soit dans les plantations de café, comme orpailleurs ou en ville, travaillant comme domestiques ou comme « escravos de ganho » (« esclaves de gain »), dont leurs maîtres louaient les services[6].

Figure 9 Esclaves dans une plantation de café dans la vallée du Paraíba do Sul, c.1885.

Acervo IMS, http://www.crb8.org.br/marc-ferrez-o-fotografo-que-registrou-a-escravidao-e-o-brasil-do-imperio/

Figure 10 Esclaves orpailleurs dans le Minas Gerais

2430cx065-01

https://www.historiailustrada.com.br/2014/04/raras-fotografias-escravos-brasileiros.html

Figure 11 Esclaves domestique à Bahia vers 1860

https://www.historiailustrada.com.br/2014/04/raras-fotografias-escravos-brasileiros.html et https://idd.org.br/acervo-digital/iconografia/painel-historico/escravidao/

En réalisant et publiant ses photographies, Ferrez contribua à rendre visible l’existence et les conditions de travail d’esclaves au Brésil à l’extrême fin du XIXe siècle, alors qu’ils avaient été libérés dans la plupart des autres pays, et de ce fait contribua à appuyer la cause de l’abolition défendue au Brésil et à l’étranger.

En dehors de cette mutation majeure de la société brésilienne, il fut aussi le témoin d’un autre bouleversement, celui de ses villes, où se produisaient alors des réformes urbanistiques très inspirées de modèles européens, en particulier de celui de Paris.

Mutations urbaines

Ferrez eut d’autant plus l’occasion de comparer ce qui se passait à Rio de Janeiro avec qui s’était passé à Paris sous Haussmann qu’il fit plusieurs fois aller-retour entre les deux capitales, et que ses images franchissaient elles aussi l’Atlantique. Il présenta des vues de Rio de Janeiro à l’Exposition universelle qui se tint à Paris, du 6 mai au 31 octobre 1889, occasion ou fut inaugurée la tour Eiffel. Dans l’article « La Révolution au Brésil » sur la chute de l’Empire, Le Monde illustré publia, le 30 novembre 1889, un dessin basé sur une photographie de la statue équestre de Dom Pedro I, réalisée par lui dans les années 1870.

En 1900 furent lancés les livres O Rio de Janeiro em 1900 : vistas e excursões (Rio de Janeiro en 1900 : vues et excursions) du militaire et journaliste Francisco Ferreira da Rosa (1864-1952) et Estados Unidos do Brasil (Les États-Unis du Brésil) par le géographe et anarchiste français Élisée Reclus (1830-1905). Le premier comprenait des photographies produites par Ferrez et le second des gravures de T. Taylor et A. Slom réalises à partir de ses photos. La même année il participa à l’Exposition universelle qui se tint de nouveau à Paris.

Ayant assisté aux bouleversements causés par l’« haussmannisation » de la capitale française il s’attendait peut-être à ce qu’il s’en produise de semblables à Rio mais on ne sait pas s’il s’attendait en être affecté personnellement. En tout cas, le 4 décembre1903, il accepta la proposition d’indemnisation pour le bien qui lui appartenait, rue San Jose, qui serait démoli pour la construction de l’avenue centrale et reçut 25 Contos de Réis pour sa propriété. Il tirait également de la construction de cette rue une réalisation professionnelle de grande valeur, l’Album da Avenida Central, un important témoignage sur la réforme de la voie principale de la capitale fédérale d’alors. Ce type de photographie a été fondamental pour la construction et la diffusion d’une nouvelle image de Rio de Janeiro, associée aux idéaux de civilisation et de progrès.

Figure 12 L’Avenida Central en 1906

L’Avenida Central, actuelle avenida Rio Branco, aux environs de la rua do Ouvidor et de la rua Miguel Couto, 1906

Acervo IMS

Parallèlement à ces mutations de la ville qui l’entourait, Ferrez s’engagea dans une évolution personnelle permit d’ajouter à la photographie une nouvelle dimension professionnelle quand il devint des pionniers du cinéma au Brésil.

Après la photographie, le cinéma

Avec son fils, Julio, il obtint la représentation au Brésil de la société française Pathé Frères, la plus grande usine de films et de d’appareils cinématographiques en Europe. En 1908 sortit le film réalisé par Julio Ferrez Nhô Anastácio chegou de viagem (M’sieur Anastácio revient de voyage), considéré comme la première comédie brésilienne et la société Marc Ferrez produisit des films sur les chantiers ferroviaires alors en cours au Brésil. En 1911 le film Notre-Dame de Paris a été montré avec grand succès au Cinéma Pathé (Fon-Fon, 4 novembre 1911) et tout au long de 1911 plusieurs films projetés par la Casa Marc Ferrez & Filhos ont été annoncés dans le magazine.

Figure 13 Le cinéma Pathé vers 1919

Acervo IMS, http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/2515

Les dernières années

Jusqu’au bout Ferrez s’est tenu au courant des progrès techniques puisque c’est lui qui a introduit au Brésil les autochromes, un procédé photographique couleur mis au point par les frères Lumière et qu’il s’est ainsi converti la photographie en couleur.

Mais l’âge venant il commença ensuite à prendre du recul, passa plus de temps en France, notamment à Vichy où il alla faire une cure en 1915. En 1921 il se rendit de nouveau en France, à Paris, il y réalisa de magnifiques photographies de roses lors de ses visites à la roseraie du parc de Bagatelle, dans le bois de Boulogne, qu’il fréquentait souvent.

En 1922 il embarqua sur le Lutetia le 31 juillet à Bordeaux[7] pour revenir au Brésil et arriva à Rio de Janeiro le 14 août (O Paiz, 15 août 1922). Ce fut son dernier grand voyage, il mourut le 12 janvier 1923 et fut enterré au cimetière São João Batista (Gazeta de Notícias, 16 janvier 1923, et Fon-Fon, 20 janvier 1923).

[1] Disponible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/?p=13570. Andrea C. T. Wanderley la signe comme “editora-assistente e pesquisadora do portal Brasiliana Fotográfica”

[2] Car il était photographe officiel de la Marine impériale

[3] Selon Gilberto Ferrez, son petit-fils, c’est au cours de ce voyage que Marc Ferrez a contracté une maladie du foie, qu’il n’a jamais guérie

[4] Accessible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/4770

[5] Accessible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/953

[6] Dans ce dernier cas les photographies présentées ne sont pas de Marc Ferrez

[7] Le pionnier de l’aviation Alberto Santos Dumont (1873 – 1932) était également à bord

São Paulo vue par Auguste de Saint-Hilaire (1819)

Qui connaît, par expérience personnelle, par l’image ou par des lectures l’actuelle métropole géante qu’est São Paulo (qui compte aujourd’hui plus de 18 millions d’habitants), ne peut qu’être surpris de la description qu’en fait un voyageur du XIXe siècle, Auguste de Saint-Hilaire.

Ce botaniste français a parcouru de 1816 à 1822[1] les actuels États de Rio de Janeiro, Espírito Santo, Minas Gerais, Goiás, São Paulo, Santa Catarina et Rio Grande do Sul, voyageant à cheval ou à dos d’âne sur des routes précaires et le plus souvent en s’ouvrant un passage à la machette. Il savait prendre son temps – il est resté 15 mois dans le Goiás – et revenir dans les endroits qu’il jugeait intéressants : il s’est rendu à trois reprises dans le Minas Gerais, dont il avait particulièrement apprécié les paysages et les habitants.

Au cours de ses voyages, il fit des observations détaillées de la végétation et plus largement les milieux naturels des régions parcourues, mais il a aussi rassemblé des informations sur l’utilisation des plantes par les habitants et noté une foule de détails sur la culture et l’anthropologie des régions parcourues. Les historiens brésiliens considèrent donc aujourd’hui que ses descriptions constituent, à condition qu’on en fasse une analyse critique, un bon état des lieux des paysages et de la société brésilienne, très utile à la connaissance de ce grand pays.

Voyage dans la Province de Saint-Paul

Les textes ci-dessous sont extraits de la quatrième partie des Voyages dans l’intérieur du Brésil, Voyage dans les provinces de Saint-Paul et de Sainte-Catherine, tome premier[2]. Auguste de Saint-Hilaire y fait figurer sous son nom, en page de garde, une série impressionnante de titres[3] mais l’ouvre par une préface d’une remarquable modestie :

« L’auteur a suivi dans cette nouvelle relation, qui est une continuation du Voyage aux sources du S. Francisco et dans la province de Goyaz[4], le même plan que dans la précédente ; il ne pourrait, par conséquent, que répéter ce qu’il a dit alors. On y trouvera décrits avec la même exactitude, non-seulement les lieux qu’il a visités, mais encore les changements que les écrivains ont indiqués depuis son voyage. Cet ouvrage est comme une sorte d’ébauche de la monographie des contrées qu’il a parcourues. Il s’est livré aux mêmes observations critiques, et a tâché de rectifier les nombreuses erreurs qui se sont répandues dans les livres sur la géographie et ethnographie du Brésil ; il a cité avec le même soin tous les écrivains auxquels il a emprunté quelque chose et dans ce but il a fait tous ses efforts pour réunir les ouvrages publiés sur le Brésil. Souvent on rencontrera, dans cet ouvrage, des numéros qui devaient renvoyer à la description des plantes caractéristiques de chaque canton ; les circonstances n’ont pas permis que cette partie du travail fût achevée : ces descriptions se trouveront, il faut l’espérer, à la fin du Voyage dans la Province du Rio Grande do Sul ».

Dans son « Chapitre premier – Tableau abrégé de la province de S. Paul », il présente d’abord rapidement l’histoire du Brésil puis de la Province, en glorifiant le rôle des aventuriers qui en sont partis pour explorer l’intérieur du continent. :

« L’intérieur du Brésil n’a pas toujours été sillonné par des chemins et parsemé d’habitations hospitalières ; il fut un temps où l’on n’y découvrait pas une cabane, aucune trace de cultures et où les bêtes féroces en disputaient l’empire ; alors les Paulistes le parcoururent dans tous les sens. Ces audacieux aventuriers, comme on le verra plus tard avec détail, pénétrèrent plusieurs foi dans le Paraguay, découvrirent la province de Pihauy[5], les mines de Sabará, celles de Paracatú, s’enfoncèrent dans les vastes solitudes de Cuyabá[6] et de Goyaz, parcoururent la province de Rio Grande do Su1, arrivèrent le nord du Brésil jusqu’au Maranhão et à la rivière des Amazones, et ayant franchi la Cordilière du Pérou, attaquèrent les Espagnols au centre de leurs possessions » (page 23).

Il tente ensuite (page 108), après avoir décrit les composantes des milieux naturels (relief, climat, végétation) d’estimer la population de la Province, alors bien loin de ses actuels 44 millions d’habitants :

« D’après des pièces probablement toutes officielles il y aurait eu dans la Province de S. Paul :

En l777, 116 975 individus

En 1805, 192 729

En 1812, 205 267

En 1813, 209 219, répartis en 26 150 feux.

En 1814, 211 918

En 1815, 215 021

En 1820, 239 290

En 1826, 258 901

En 1838, 326 902, répartis en 50 968 feux »

Sur la composition de cette population il fait une analyse qui commence comme une typologie relativement neutre mais se termine sur une conclusion qui lue aujourd’hui est – pour reprendre le mot qu’il emploie, mais pas pour les mêmes raisons – assez « embrassante » :

« La population de la France, comme celle de toute l’Europe occidentale, est parfaitement homogène : une seule race d’hommes et points d’esclaves. Il n’en est malheureusement pas de même pour Brésil. Non seulement l’esclavagisme y est admis, mais trois races entièrement distinctes et les nombreux métis qu’elles ont produits s’y partagent la population. Des esclaves noirs, les uns créoles, les autres africains ; quelques Indiens baptisés, un nombre considérable d’Indiens sauvages ; des mulâtres libres, des mulâtres esclaves ; des hommes libres, légalement considérés comme appartenant à la race causasique, mais parmi lesquels se trouve une foule de métis de blancs et d’indiennes : tels sont les habitants de la province de S.Paul, étrange bigarrure d’où résultent des complications également embarrassantes pour l’administration et dangereuses pour la morale publique » (page 123).

Figure 1 Composition de la population de la Province de São Paulo

La ville de São Paulo

Sa visite de la ville de São Paulo a commencé le 29 octobre 1819 et son séjour y a duré « depuis le 1er de novembre jusqu’au 9 de décembre » (page 238).

Sur la ville, son jugement est d’emblée positif : « Je traversai 1a ville de S. Paul, incontestablement la plus jolie de toutes celle que j’avais visitées depuis que j’étais au Brésil » (page 237), puis « Non seulement la situation de S. Paul est charmante mais on y respire un air pur » (page 249) et encore « Les maisons, bâties en pisé très solide, sont toutes blanches et couvertes en tuiles creuses ; aucune n’annonce la grandeur et la magnificence, mais on en voit un grand nombre qui, outre le rez-de-chaussée, ont un deuxième étage et se font remarquer par un aspect de gaîté et de propreté » (page 251).

Figure 2 L’entrée de São Paulo en 1821

Panorama de São Paulo en 1821), Arnaud Julien Pallière (1784-1862), Instituto Itaú Cultural

Les comparaisons qu’il fait avec Ouro Preto, alors capitale du Minas Gerais, sont à son avantage de São Paulo : « On y voit un grand nombre de jolies maisons et les rues ne sont pas désertes comme celles de Vila Rica (Ouro Preto) ; les édifices publics sont bien entretenus et l’on n’a point à chaque pas, comme dans une grande partie des villes et villages de Minas Gerais, les regards affligés par l’aspect de l’abandon et des ruines. Celles des rues de la ville qui sont placées sur le flanc de la colline et par lesquelles on se rend dans la campagne sont les seules qui vont en descendant ; les autres s’étendent sur un terrain plat. Toutes sont larges, assez droites et les voitures peuvent y circuler. Les plus jolies sont les rues Droite (Direita) et António Luiz. Quelques-unes sont pavées, mais elles le sont mal ; d’autres le sont seulement devant les maisons » (page 249).

Les principaux monuments lui plaisent également – à quelques réserves près –  notamment la résidence des « Capitães-generais governadores » (« capitaines genéraux gouverneurs ») :

« C’est dans l’ancien couvent des Jésuites que les capitaines-généraux faisaient leur résidence ; cet édifice, depuis qu’il a cessé d’être occupé par des religieux, a pris le nom de palais (palacio), mais n’a réellement d’autre apparence que celle d’un monastère. Le palais, puisqu’il faut lui donner ce nom, est un grand bâtiment à un étage formé par deux corps de logis qui se rencontrent à angle droit et dont l’un est terminé par l’église. Dans ce dernier, les fenêtres sont très rapprochées ; celles de l’autre corps de logis, au contraire, sont fort écartées les unes des autres, ce qui produit un disparate. D’ailleurs la position du palais est aussi heureusement choisie que celle de tous les édifices élevés au Brésil par les jésuites. Construit à. une des extrémités de la ville, il se rattache à celle-ci par sa façade, qui forme deux de côtés d’une petite place carrée ; le derrière du bâtiment regarde la campagne » (page 254).

Figure 3 Palais du gouvernement de São Paulo en 1827 (ancien collège des jésuites)

Jean-Baptiste Debret (1768-1848), collection Aluízio Rebelo de Araújo e Ana Helena Americano de Araújo

C’est en effet la cadre naturel de cette petite ville qui lui plaît :  « Quand on se place aux fenêtres du palais, du côté qui regarde la campagne, on jouit d’une vue délicieuse, celle de la plaine que j’ai déjà décrite. Au-dessous de la ville, on voit le Tamandatahy[7] qui coule en serpentant dans une prairie en partie couverte d’eau (novembre), et au-delà de laquelle s’étendent des pâturages parsemés de touffes de bois peu élevées. Sur la gauche, du côté du nord-ouest, l’horizon est borné par les montagnes de Jaraguá, qui décrivent un demi-cercle. Sur la droite, la plaine s’étend au loin ; le chemin de Rio, de Janeiro la traverse et est bordé de maisons de campagne ; des bestiaux paissent dans la prairie et le paysage est encore animé par les caravanes qui arrivent à la ville, celles qui sortent et par le grand nombre de femmes qui lavent leur linge sur le bord de la rivière » (page 255).

São Paulo ressemblait alors à ce que sont aujourd’hui les villes historiques bien préservées comme Ouro Preto, Tiradentes ou Parati

Figure 4 São Paulo en 1826

Picture 2791

Charles Landseer (1799–1879), Instituto Moreira Salles

La population

Si charmante qu’elle soit – et peut-être pour cette raison même – São Paulo était effet alors une petite ville : « En 1822, la population de la ville et de son district se montait à 25 682 personnes, réparties dans 15 paroisses » (page p 244) et pour analyser sa composition Saint Hilaire a recours de nouveau aux catégories utilisées à l’époque :

« Il y a tant de vague dans les documents sur la population que l’on possède jusqu’ici sur la population de S. Paul que je n’oserais indiquer d’une manière précise les rapports numériques des différentes castes qui composent; cependant, je pense pouvoir dire qu’en 1839 le nombre de Blancs égalait à peine 4/5 de celui des hommes de couleur, noirs et mulâtres; qu’il fallait considérer à peu près nul celui des indigènes; que le nombre de femmes libres, blanches mulâtresses et noires l’emportait  d’une manière sensible sur celui des hommes libres appartenant à ces mêmes races; enfin que les esclaves ne formaient guère qu’un tiers de la population totale » (page 245).

Dans la description qu’il fait du commerce le jugement de Saint Hilaire est plus que nuancé, et les comparaisons avec ceux de Rio de Janeiro et Paris sont peu favorables à São Paulo :

« On ne rencontre point à S. Paul de nègres parcourant les rues, comme à Rio de Janeiro, avec des marchandises sur leurs têtes. Les légumes et 1es menues denrées sont vendus par des négresses qui se tiennent accroupies dans la rue à laquelle ce commerce a fait donner le nom de rua da Quitanda. Quant aux comestibles indispensables tels que la farine, le lard, le riz, le maïs, la viande sèche (carne sêca), les marchands qui les débitent sont, pour la plupart, réunis dans une même rue que l’on appelle rua das Casinhas (rue des maisonnettes), parce qu’effectivement chaque boutique forme une petite maison séparée. Ce n’est pas dans ces boutiques qu’il faudrait chercher la propreté et l’ordre : elles sont obscures et enfumées. Le lard, les grains, la viande y sont jetés pêle-mêle, et 1’on y est encore prodigieusement loin de cet art avec lequel nos marchands de Paris savent donner un air appétissant aux aliments les plus grossiers. Il n’y a point à S. Paul de rue aussi fréquentée que celle des Casinhas. Les gens de la campagne y vendent leurs denrées aux marchands, et les consommateurs vont les acheter entre les mains de, ces derniers. Pendant le jour c’est un encombrement de nègres, de campagnards, de mulets, de muletiers ; le soir, la scène change, les bêtes de somme et les acheteurs font place à des nuées de prostituées d’un ordre inférieur, attirées par les camaradas (serviteurs libres) et les gens de la campagne, qu’elles cherchent à prendre dans leurs filets » (pages 261-262).

Figure 5 Tropeiros (muletiers) pauvres à São Paulo

Jean-Baptiste Debret (1768-1848, Caixa Cultural

Son jugement sur les femmes de São Paulo est, on le voit, guère flatteur, malgré une dernière notation où cette fois ce sont les Parisiennes – ou du moins une catégorie d’entre elles – qui a le mauvais rôle :

« Les femmes qui jouissaient de quelque fortune, m’a-t-on dit, pendant mon séjour à S. Paul, travaillaient à de petits ouvrages dans l’intérieur de leurs maisons ; elles brodaient, faisaient des fleurs, tandis qu’un grand nombre de femmes pauvres, ajoutait-on, restaient dans l’oisiveté pendant toute la durée du jour, et, quand la nuit commençait, elles se répandaient dans la ville pour se livrer au trafic de leurs charmes, devenus leur seule ressource. […] Nulle part je n’avais vu un aussi grand nombre de prostituées ; il y en avait de toutes les couleurs, les pavés en étaient, pour ainsi dire, couverts. Elle se promenaient avec lenteur ou attendaient les chalands dans les carrefours ; mais i1 faut le dire, jamais elles n’abordaient personne. On ne les entendait pas non plus injurier les hommes ou s’injurier entre elle ; à peine regardaient-elles ceux qui passaient ; elles conservaient une sorte de pudeur extérieure et n’avaient absolument rien de ce dévergondage cynique qui, à la même époque, révoltait si souvent chez les prostituées parisiennes de bas étage » (pages 271-272).

La conclusion – paradoxale – d’Auguste de Saint Hilaire

Laissant de côté les jugements de valeur, où il difficile de faire la part de l’opinion personnelle d’Auguste de Saint Hilaire et celle des préjugés dominants à l’époque[8], on retiendra plutôt ce qu’il dit de sa situation, qu’il ne juge pas si avantageuse :

« La ville de São Paulo possède, comme on le voit, divers édifices publics et tout le monde convient qu’elle est jolie et agréablement située ; mais il serait inexact de dire que sa position est très favorable pour le commerce. Il n’y a pas, il est vrai, plus de neuf à douze lieues entre elle et la mer ; cependant, quand on part de Santos, le port le plus voisin, on ne peut faire le voyage en moins de deux jours, obligé que l’on est de gravir la partie extrêmement escarpée de la chaîne maritime qui porte le nom de Serra do Cubatão » (page 259).

Et il continue sur une analyse sans complaisance :

« La ville de S. Paul n’est qu’un centre de dépôt pour les marchandises d’Europe et un lieu de transit pour les produits du pays ; elle a un besoin indispensable du port de Santos et ce dernier pourrait, à la rigueur, se passer d’elle. S. Paul n’aurait certainement jamais été plus florissant que Santos, s’il n’était devenu le chef-lieu de la province et le siège de toutes les autorités civiles et ecclésiastiques » (page 259).

On ne saurait mieux souligner la part du volontarisme dans la croissance de São Paulo : c’est ce facteur qui a fait naître la ville autour du collège des Jésuites puis la décision d’y installer le gouvernement de la Province et plus tard d’y centrer le commerce du café, qui transitait par sa gare sur la ligne Santos-Jundiaí, reliant donc le port aux plantations de l’ouest de l’État. Sans la troisième décision, São Paulo pourrait être aujourd’hui encore une petite ville touristique et universitaire, une sorte de Cambridge ou de Heidelberg brésilienne autour de sa Facuté de Droit, le premier établissement d’enseignement supérieur du pays, fondée en 1827. On peut le regretter, mais l’histoire en a décidé autrement…

[1] Il quitta le Brésil en 1822 et revint en France et pour écrire et à publier ses livres. Les principaux sont Voyage dans la province de Rio de Janeiro et Minas Geraes (Paris, 1830, 2 vol.), Voyage dans le district des diamants et sur le littoral du Brésil (Paris, 1833, 2 vol.) et Voyage aux sources de San Francisco et dans la province de Goyaz (Paris, 1847-48, 2 vol.).

[2] Publié chez Arthus Bertand, libraire-éditeur, Libraire de la Société de Géographie, Rue Hautefeuille n° 21, 1851, accessible sur gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

[3] Membre de l’Académie des Science de l’Institut de France, Professeur à la Faculté des Sciences de Paris, Chevalier de la Légion d’Honneur, des Ordre du Christ et de la Croix du Sud, des Académies de Belin, S. Petersbourg, Lisbonne, C.L.C. des Curieux de la nature, de la société Linéenne de Londres, de l’Institut Historique de Géographique brésilien, de la Société d’Histoire Naturelle de Boston, de celle de Genève, Botanique d’Édimbourg, Médicale de Rio de Janeiro, Philomathique de Paris, des Sciences d’Orléans, etc.

[4] Écrit aujourd’hui Goiás

[5] Écrit aujourd’hui Piauí

[6] Écrit aujourd’hui Cuiabá

[7] Écrit aujourd’hui Tamanduateí

[8] Évidemment inacceptables pour nous mais on se gardera bien de tomber dans l’erreur fatale en histoire, l’anachronisme, à vouloir appliquer nos critères à des époques passées.

« O Grito do Ipiranga », le tableau de Pedro Américo et la réalité historique

Pedro Américo de Figueiredo et Melo (Areia, 29 avril 1843 – Florence, 7 octobre 1905) était un romancier, poète, scientifique, théoricien de l’art, essayiste, philosophe, homme politique et enseignant brésilien, mais on se souvient mieux de lui comme peintre et auteur du tableau « Independência ou Morte! » « (L’indépendance ou la mort ! »), plus connu comme “O Grito do Ipiranga” (3Le cri de l’Ipiranga »), une toile monumentale de 4,15×7,6m, aujourd’hui exposée dans le musée construit sur les lieux mêmes où l’évènement s’est produit.

C’est en effet sur les rives du fleuve Ipiranga, un petit ruisseau situé au centre de la ville actuelle de S. Paulo, qu’a eu lieu l’un des épisodes les plus célèbres de l’histoire du Brésil. Dom Pedro, Prince-Régent du Brésil pour le compte de son père, roi du Portugal, s’était rendu à São Paulo le 14 août, espérant y avoir le même succès que dans le Minas Gerais, quelques mois plus tôt, et s’assurer de la fidélité locale. Il y était arrivé le 25 août et y était resté jusqu’au 5 septembre. De retour de Santos – où il n’était allé que pour surveiller les défenses côtières – il rencontra des messagers envoyés de Rio de Janeiro par son épouse, Leopoldina et son gouvernement, venus à sa rencontre sur la route de Santos.

Informé par eux que les Cortes de Lisbonne avaient réduit ses pouvoirs, il aurait alors déclaré à ses compagnons de voyage et à sa garde d’honneur sa volonté de rendre irréversible la séparation entre le Brésil et le Portugal, et prononcé la célèbre expression « L’indépendance ou la mort ». C’est un épisode dont les détails sont d’une véracité douteuse, mais le 7 septembre est néanmoins devenu la fête nationale du Brésil, officiellement célébré comme le Jour de l’Indépendance. Il a de fait été un moment crucial, suivi d’actes décisifs : le 2 octobre 1822 Dom Pedro est proclamé empereur du Brésil sous le nom de Pedro Ier, et le 1er décembre il est couronné.

Sa mémoire est d’autant plus célébrée que l’épisode a été quelque peu magnifié par le tableau de Pedro Américo.  Le peintre a réalisé son tableau à Florence en 1888, soit 66 ans après la proclamation de l’indépendance du Brésil, l’Empereur l’avait commandé dans le cadre de la construction du musée de l’Ipiranga (l’actuel Museu Paulista) et il devait mettre en valeur la monarchie. Le peintre a donc pris quelques libertés avec la réalité historique, et le tableau n’est pas une représentation fidèle de l’événement :

  • Chevaux : le groupe dont faisait partie Dom Pedro n’utilisait pas de chevaux, à l’époque, on utilisait des ânes et des mules pour les longs voyages, et en particulier pour le trajet qu’il achevait alors de Santos à São Paulo, le port et le plateau où se situe la ville étant séparés par un dénivelé de plus de 800 mètres.
  • Nombre de soldats : l’escorte qui accompagnait Dom Pedro était peu nombreuse
  • Vêtements : ni Dom Pedro ni ses compagnons de voyage ne portaient d’uniformes d’apparat, mais de confortables vêtements de voyage.
  • Maison de la proclamation : la première mention de la maison qui figure à l’arrière-plan date de 1884, soit 62 ans après le cri d’Ipiranga.
  • Topographie : l’Ipiranga est mal situé, ce ruisseau devrait être derrière la personne qui regarde la peinture.
  • Intrus : le peintre y a inclus un autoportrait, bien qu’il soit né bien après l’indépendance. Mais on peut mettre cette « erreur » sur le compte d’une tradition bien établie, il n’est pas le premier à s’inclure discrètement dans sa toile.
  • Incident de voyage : sur le tableau, le prince semble se tenir dans une attitude triomphante, mais en vérité, il éprouvait de fortes douleurs. Il avait la diarrhée, causée d’après de nombreux historiens par les fatigues du voyage et ne s’était arrêté près de ce ruisseau, en pleine campagne, que pour se soulager avant d’arriver en ville.

On a donc affaire ici à une œuvre de commande, ou pour reprendre une expression heureuse d’un des analystes du tableau, de la « vision épique d’un évènement prosaïque »

Par ailleurs Pedro Américo a aussi été accusé d’avoir plagié d’autres tableaux, notamment « 1807, Friedland » d’Ernest Meissonier (1815–1891). Les oeuvres des peintres français Jean-Louis Ernest Meissonier et Horace Vernet ont en effet été utilisées comme sources. Américo a étudié Napoléon III lors de la bataille de Solférino (1863) et Friedland 1807 (1875), tous deux de Meissonier et de Napoléon lors de la bataille de Friedland (1850), de Vernet. Les peintures présentent des similitudes : la disposition de D. Pedro et des soldats de droite a une structure similaire à celle de Friedland 1807 : la concentration de soldats dans les deux images est similaire ; la position de D. Pedro sur un point plus élevé de la topographie rapproche aussi le travail d’Américo de celui de Meissonier. La seule différence sensible est que sur la gauche un groupe de hussards est remplacé par un char à bœufs. Mais on peut plaider qu’Américo, qui souhaitait représenter D. Pedro comme un grand homme d’État, a pu se référer volontairement à la figure de Napoléon dans l’œuvre de Meissonier.

En haut le tableau de Pedro Américo, Independência ou Morte! (1888), en bas celui d’Ernest Meissonier, « 1807, Friedland »

Références

Bastos, Lucia. “Nem as margens ouviram. O Grito do Ipiranga não teve qualquer repercussão na época”. Revista de História, 16/09/2009.

Campofiorito, Quirino. História da pintura brasileira no século XIX. Rio de Janeiro: Pinakotheke, 1983.

Domingues, Joelza Ester, Blog: Ensinar História, https://ensinarhistoriajoelza.com.br/o-grito-do-ipiranga-uma-fraude/

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. O brado do Ipiranga. São Paulo, Edusp, 1999.

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. “A invenção do grito”. Revista de História, 19/09/2007.

Shlichta, Consuelo Alcioni B. D. “Independência ou morte (1888), de Pedro Américo: a pintura histórica e a elaboração de uma certidão visual para a nação”. Anpuh, XXV Simpósio Nacional de História, Fortaleza, 2009.

Wikipedia, “Independência ou Morte (Pedro Américo)”, https://pt.wikipedia.org/wiki/Independ%C3%AAncia_ou_Morte_(Pedro_Am%C3%A9rico)

Anthropophagie et démesure brésiliennes

Les Brésiliens francophiles aiment souligner l’influence française dans leur pays et affirment qu’ils aiment importer des idées françaises, que par exemple leur législation est basée sur le Code Civil napoléonien, ou leur « lois des eaux » sur le modèle français des agences de bassin. Certes, mais il faut bien reconnaître qu’en les important ils modifient ces emprunts au point que les Français ont parfois du mal à les reconnaître. Il n’y a là rien que de normal, il est tout à fait logique que pour adapter quoi que ce soit (idée, institution ou pratique) qui vienne de la vieille Europe, elles doivent être adaptées aux réalités, habitudes et goûts locaux.

Mais le changement est souvent drastique, car en les absorbant, les Brésiliens les assimilent et les transforment, parfois radicalement. Cela commence para la prononciation, « Carr’four » devient « Carréfour », Leroy-Merlin » se prononce « Léroï-Merlinne », et cela continue par la transcription des mots jadis français, réécrits en fonction de leur prononciation locale : abajur (abat-jour), bibelô (bibelot), bijuteria (bijouterie), bisoté (biseauté), bufê (buffet), camelô (camelot), chofer (chauffeur), maiô (maillot), suflê (soufflé), sutiã (soutien-gorge), tafetá (taffetas), toalete (toilette), etc.

Cette tendance ne date pas d’hier et pour qualifier ce processus – et attirer l’attention – un courant artistique brésilien avait dans années 1920 choisi de se baptiser « mouvement anthropophagique »[1]. S’appuyant sur le Manifesto antropófago (« Manifeste anthropophage ») du poète et agitateur Oswald de Andrade, il prônait non pas le rejet des cultures étrangères (et en particulier des cultures européennes), mais au contraire leur appropriation, leur absorption, leur assimilation. Pour cela il proposait aux Brésiliens de s’inspirer de la façon dont les « Indiens » qui peuplaient la côte du (futur) Brésil avaient accueilli les Européens qui le « découvraient » : en les mangeant, pour assimiler leur savoir, leur force, leur puissance, mais en les mettant – si l’on ose dire – « à leur sauce ».

La métaphore a été elle-même bien assimilée et dans sa série des « Portraits de géographe »[2] de la Société de Géographie, celui qu’elle m’a consacré avait pour titre « Le Brésil est un pays anthropophage… »[3]. Le rédacteur a choisi de la titrer ainsi car j’y relatais que, quand il m’avait incité à travailler sur ce pays, Pierre Monbeig « m’avait honnêtement averti que ‘ce pays est anthropophage’, et qu’il me dévorerait probablement », j’ajoutais en conclusion que « je ne lui reproche pas d’avoir été englouti par le pays, comme il l’avait prédit ».

On peut avoir confirmation de cette tendance à transformer, en général dans le sens de l’exagération, ce qui vient d’Europe, en observant des images ce que deviennent au Brésil un certain nombre de produits ou d’institutions. Puisque la métaphore d’Oswald de Andrade passait par l’alimentation, on peut commencer par l’assimilation au Brésil de la banane flambée, du croissant ou du « jambon-beurre » français.

Banane, croissant, sandwich, pizza

Figure 1 Banane flambée, versions français t brésilienne

La toute simple banane flambée française (elle-même le produit d’un échange avec les Amériques, d’où viennent le fruit et le rhum qui sert à la flamber) y devient ainsi un plat élaboré, où des rondelles de banane baignent dans un jus extrêmement sucré et sont accompagnées de glace décorée d’un coulis de fraise et chocolat.

Figure 2 Croissant et sandwich, version française et brésilienne

Au Brésil le croissant est rarement servi nature, il est en général fourré, soit d’une garniture salée (ici un strogonoff[4] de filet de bœuf) ou sucrée (ici un mélange de chocolat et de crème fraîche parsemée de bonbons M&M). Et cela doit convenir au public puisque, par exemple, le réseau Croasonho, un mot-valise formé à partir de croassã (croissant, dans sa transcription brésilienne) et de sonho (rêve) sert 18 000 « croissants » par jour dans ses 73 établissements.

Le sandwich, qui est souvent en France un simple « jambon-beurre » peut devenir l’incroyable sanduiche de mortadela servi au marché municipal de São Paulo, avec beaucoup de mortadelle et très peu de pain. Celui-ci est en général un petit pain blanc bien mal nommé pão francês (« pain français »), bien qu’il n’ait que de lointains rapports avec son modèle original. Ou encore un invraisemblable hamburger multi étages dont on se demande comment on peut bien le prendre en bouche.

Figure 3 Pizza, versions italienne et brésilienne

La pizza vient d’Italie, son origine remonterait à l’Antiquité tardive et le mot y serait apparu en 997[5]. Cette pâte plate ressemble à de nombreux pains que l’on trouve encore aujourd’hui dans différents pays du bassin méditerranéen, mais c’est en Italie qu’elle s’est développée sous sa forme actuelle. Avec les échanges qui ont suivi l’expansion européenne dans le monde, la tomate et le buffle (dont le lait sert à fabriquer la mozzarella) arrivèrent en Italie, plus précisément à Naples et les Napolitains ont été les premiers à recouvrir leur pain de tomates. Au départ, ce plat simple était vendu dans les rues de Naples et dans les pizzerias où ce pain était cuit dans un four à bois, comme dans une boulangerie. Parmi les classiques de la pizza italienne figurent en bonne place la calabresa (du nom de la Calábria, région où est née la saucisse pimentée de sa garniture) ou la Margherita (figure 3), qui est en soi un symbole d’italianité puisqu’elle doit son nom à la reine Margherita de Savoie, ayant – dit-on – été créée par Raffaele Esposito lors d’une de ses visites à Naples : sa garniture de basilic, mozzarella et tomates est censée représenter le drapeau italien vert-blanc-rouge.

Bon nombre de Brésiliens, notamment les Paulistanos[6] pensent que leurs pizzaiolos ont considérablement amélioré la pizza italienne en inventant de nouvelles garnitures salées (courgettes et bacon, poireaux et mortadelle, cœur de palmier et brocoli, roquette aux tomates séchées, oignons et crème de tofu) ou sucrées (banane avec fromage blanc et cannelle, lait concentré – très – sucré et fraise, Nutella et noix de coco, Brie à la poire[7]). Voire, comme sur la figure 3, ananas et glace au coulis de chocolat ou chocolat recouvert (derechef) de bonbons M&M.

Un autre domaine ou s’illustre la tendance brésilienne à importer puis à transformer une habitude – pour ne pas dire une institution – française, est le cas des boulangeries, des restaurants et des plats qu’on y sert au jour le jour ou dans les grandes occasions.

Boulangeries, plat du jour et plat de fête, restaurants

Figure 5 Boulangerie, versions françaises

Une boulangerie française est tout bonnement un endroit où l’on va acheter son pain, en général tous les jours puisque cet aliment, après avoir était longtemps base de l’alimentation des Français, est encore aujourd’hui présent sur la table à tous les repas, depuis le petit déjeuner jusqu’au souper. Mais si somptueux que soit le décor de certaines d’entre elles, si varié que soit le choix qu’elles offrent, on ne s’attend pas y trouver autre chose que du pain et des pâtisseries, ou à la rigueur et plus récemment des sandwiches.

Au Brésil en revanche les padarias, qui sont en principe l’équivalent des boulangeries françaises, sont devenus des magasins où l’on peut trouver de tout et même – en cherchant un peu – du pain. On peut le voir dans le cas emblématique de la boulangerie do Moinho (du moulin), situé à Cuiabá (Mato Grosso).

Figure 6 Boulangerie, version brésilienne

Comme l’indique fièrement le site de la boulangerie[8], « L’ensemble du bâtiment de la boulangerie Moinho est entièrement axé sur la préservation de l’environnement et les économies d’énergie, avec une technologie de pointe, visant une productivité élevée […] le client sera en mesure de l’observer dans la pratique : trancheurs allemands, robinets américains, gondoles et comptoirs italiens, cave suisse, comptoir de préparation et serre d’exposition venus du Japon, machine à expresso informatisée italienne, extracteur de poudre de café allemand ». Une boulangerie mondialisée donc, comme en témoigne le totem indiquant directions et distances des grandes villes mondiales installée devant le bâtiment, mais on notera qu’à aucun moment il n’est question de produire du pain…

L’insistance est bien davantage mise sur la décoration sur ce qui est censé être la production de l’établissement : « Les sièges du restaurant sont les mêmes que ceux des motos Harley Davidson. Ses comptoirs sont en granit « blue » produit en Amazonie. Les luminaires de la cafétéria sont les mêmes que dans les vieilles rues de São Paulo. L’escalier menant au restaurant est en bois du Chili et de Bolivie, et la rampe en fer a été forgée à la main par des forgerons italiens. Le lustre de l’escalier vient d’Espagne, et compte 10 000 cristaux venus de la République tchèque. Les fleurs, pour la plupart des tulipes, bien qu’artificielles, viennent de Hollande ». On est ici bien loin de la modeste boulangerie de quartier où l’on passe au retour du travail pour acheter la baguette du soir et les croissants du petit déjeuner.

Pour rester dans le domaine des habitudes alimentaires, quelle idée de fait-on d’un bon plat du jour au Brésil, l’équivalent du « steaks-frites » qui a longtemps été le plat favori des français ? Dans ce cas, pas d’importation d’idées étrangères, l’unanimité se fait sur arroz-feijão-bife, riz-haricots rouges-steak de bœuf (figure 4), ou au moins les deux premiers avec une autre viande ou un œuf si la viande de bœuf est trop chère. On peut y ajouter ad libitum un peu de salade voir des frites ou des pâtes, mais c’est la base et l’on peut tranquillement envisager d’en manger tous les jours. Et c’est à coup sur ce qui manque le plus aux Brésiliens exilés, sauf aux footballeurs professionnels jouant à l’étranger – ils sont près d’un millier – qui font venir riz, haricots et souvent cuisinier/ère du Brésil pour éviter de souffrir trop durement de la saudade (nostalgie) du pays.

Figure 4 Plat du jour, plat de fête, version française et brésilienne

Qu’en est-il des repas exceptionnels où l’on veut sortir de l’ordinaire, pour un anniversaire, la Saint Valentin ou d’autres occasions festives ? Une tendance fréquente, en France, est d’aller dans un restaurant dit gastronomique, pour y déguster des mets raffinés, à la présentation soignée et originale, et en général en petites quantités depuis la révolution de la « nouvelle cuisine ». Au Brésil, au contraire (peut-être parce que le souvenir de l’époque où une bonne partie de la population était menacée par la faim est toujours présent), on tend à préférer des restaurants qui priment plus par la quantité que par la qualité, comme les churrascarias, ces rôtisseries l’on peut manger de la viande à volonté : la consommation moyenne calculée par les restaurateurs pour un dimanche ordinaire y est de 1 kilo de viande par personne[9]

Sur un point du moins les deux pays convergent, quand ils choisissent de réunir toute la famille autour d’un plat traditionnel roboratif, bien inscrit dans la tradition rurale des deux pays. Au Brésil ce sera la feijoaoda à base de haricots noirs et accompagnés de viande de porc, jadis uniquement les bas morceaux (pieds, oreille, lard, etc.), du temps où c’était la nourriture des esclaves, et aujourd’hui toutes les parties de la bête, y compris les plus nobles. En France c’est le cassoulet, à base de haricots blancs et de viandes diverses, dont du canard ou de l’oie, selon qu’on préfère la tradition de Toulouse ou de Castelnaudary. Cette fois l’emprunt s’est fait en sens inverse puisque le haricot est originaire du continent américain et qu’il a donc fallu attendre le XVIe siècle pour qu’il remplace les fèves qui étaient jusque-là la base de ce plat.

La recherche de la qualité gastronomique ou de la quantité festive se retrouve dans le choix des établissements privilégiés dans chacun des deux pays. C’est en France que l’idée même du restaurant est cense avoir été inventé. La vulgate[10] veut que le premier « restaurant », dans l’acception moderne, ait été ouvert à Paris, rue des Poulies ou rue Bailleul, en 1765 par un marchand de bouillon, nommé Boulanger. Celui-ci avait mis sur sa porte la devise « Venite ad me, omnes qui stomacho laboratis, et ego restaurabo vos » (« Venez tous à moi, vous dont l’estomac crie misère, et je vous restaurerai »). Cela fixa le mot « restaurant » dans son sens actuel, car on trouvait à manger chez lui quand on voulait de la nourriture servie sur table à prix fixé à l’avance, à toute heure et proposée sur une carte.

Ces restaurants étaient tenus par des cuisiniers qui ne trouvaient plus à s’employer dans les hôtels particuliers de la noblesse et proposaient à la population, ou du moins sa fraction la plus aisée, des mets plus raffinés que ceux que l’on servait jusque-là dans les auberges[11]. La tradition est donc bien ancrée en France depuis le XVIIe siècle (date à laquelle a été créé le restaurant parisien Procope, toujours en activité de nos jours, figure 7) et une tendance forte – hors des restaurants de quartier, menacés par la vogue du fastfood – est de donner à ces établissements un cadre qui évoque le luxe ou au moins le confort, comme par exemple les somptueuses dorures du Train Bleu, le restaurant situé au premier étage de la Gare de Lyon (à Paris également).

Figure 7 Restaurants, version française et brésilienne

À l’opposé, en important cette même idée du restaurant, le Brésil s’en est à nouveau écarté dans le sens de la démesure. Une des formules qui s’est le plus développé dans les dernières décennies, au détriment du traditionnel restaurant où l’on commandait « à la carte » (en français dans le texte) et celle de la comida a kilo (« nourriture au kilo »). Le client s’y sert lui-même dans d’immenses buffets offrant des dizaines d’options de salade, plats chaus et desserts, avant de peser son assiette sur des balances situées aux caisses et de régler en sortant le prix de son repas à tant du kilo.

Une autre option, plutôt pour les fins de semaine, les congrès, manifestations sportives ou autres rassemblements, est celle des barbecues géants comme celui de la figure 7, photographié dans le Rio Grande do Sul, où l’on préfère aux broches horizontales le fogo de chão, la viande cuite verticalement sur le lit de braises. Le cas le plus extraordinaire de restauration de masse est toutefois celui du Madalosso, un complexe de restaurants situé dans le quartier de Santa Felicidad, à Curitiba (Paraná). Il comprend le restaurant traditionnel “Velho Madalosso”, fondé en 1963, qui ne comptait que 24 places, mais surtout le « Novo Madalosso », ouvert en 1970, qui compte aujourd’hui 4 645 places assises sur 7 671 mètres carrés, et un parking gratuit pour 900 véhicules, des chiffres qui lui ont garanti son inclusion dans le livre des records Guinness, sous l’intitulé « le plus grand des Amériques »[12].

Pour ne pas en rester aux questions bassement alimentaires, on abordera pour finir deux domaines distincts mais qui en commun que de vastes groupes sociaux s’y rassemblent dans des moments de communion, le football et la religion, domaines que certaines mauvaises langues ont tendance à rapprocher sous l’étiquette « opium du peuple ».

Futebol et églises

L’histoire contemporaine du football remonte à un peu plus de 150 ans, elle a commencé en 1863 en Angleterre, lorsque le rugby football et l’association football se sont séparés et que la Football Association a été créée, devenant ainsi le premier organisme directeur de ce sport.

Figure 8 Football et futebol, version britannique et brésilienne

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associée à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales. Mais comme Braises a déjà eu l’occasion de le raconter[13], il n’y est arrivé que relativement récemment, à l’échelle de l’histoire du pays. En fait elle remonte à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1894 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle d’Eton ou celle du Hampshire, d’où il revenait. Le premier match de football fut organisé à São Paulo, le 14 avril 1895, entre deux équipes d’employés des compagnies anglaise celles de la São Paulo Gas Company et de la São Paulo Railway, un match amical gagné 4-2 par la São Paulo Railway.

Mais il ne fallut pas longtemps pour que le nouveau sport perde son côté aristocratique et entrepreneurial, avec coup d’envoi parfois donné par des membres de la famille royale (figure 8), et devienne au contraire un sport de masse, suivi par des milliers de spectateurs et des groupes organisés de supporters, les torcedores. Le style même du jeu se transforma laissant de plus en plus de place à l’improvisation individuelle et à la recherche du « beau geste » capable d’arracher des cris d’admiration à la foule, avec accompagnement de pétards, percussions et fumigènes, ne gardant rien du flegme britannique qui présidait aux premiers matchs dans les public schools.

La religion dominante du Brésil a elle aussi été importé d’Europe après l’arrivée des Portugais, que ce soit le catholicisme hégémonique pendant des siècles ou, plus récemment, les religions néo-pentecôtistes qui se développent rapidement à son détriment. Outre son empreinte religieuse, morale et culturelle, la religion a laissé sa marque dans tout le pays sous la forme de milliers d’églises de tous les styles qui se sont succédé du XVIe siècle à nos jours.

Mais ici encore l’héritage a été profondément transformé, les styles architecturaux importés d’Europe subissant tour à tour une dérive locale dans le sens de l’exagération. C’est en particulier le cas du baroque qui a connu au Brésil un de ses développements les plus spectaculaires grâce au fait qu’il a coïncidé avec l’un des moments de plus grande prospérité du pays, dû à la découverte des gisements d’or du Minas Gerais, la bien nommée région des « mines générales ». Comparé aux modestes églises de campagne française ou style serein des abbayes romanes, les églises du Minas frappent l’œil le moins averti par leur débauche de décoration et même de luxe.

 Figure 9 Églises, versions française et brésilienne

La ville d’Ouro Preto (littéralement « or noir », de la couleur des pépites que l’on y trouvait) a été d’abord appelée Vila Rica (« ville riche »). Elle a été fondée le 8 juillet 1711 et une foule de chercheurs d’or (bientôt rejoints par des commerçants, artisans, fonctionnaires royaux, etc.) est venue s’y installer dans l’espoir d’y faire fortune, et vers 1750, elle comptait plus d’habitants que Rio de Janeiro ou New York.

La richesse de la ville lui permit de construire une multitude d’églises baroques car les prospecteurs rivalisaient entre eux qui construirait la plus somptueuse : Nossa Senhora do Pilar est ornée de décors qui totalisent plus de 400 kg d’or. Première ville brésilienne à être classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1980, Ouro Preto abrite ainsi un magnifique ensemble architectural baroque, l’un des mieux conservés au monde car la ville, une fois les gisements épuisés, est tombée dans une léthargie aggravée par le transfert, en 1897, de la capitale du Minas Gerais, dans la ville (alors) nouvelle de Belo Horizonte.

On peut de la même façon comparer la pratique des ex-voto dans les deux pays en confrontant (dans le bas de la figure 9) les quelques maquettes de bateaux suspendus à la voûte l’église de Camaret (Finistère) par des marins reconnaissants d’avoir été sauvés du naufrage avec leur équivalent brésilien à la basilique nationale Nossa Senhora Aparecida[14]. Située entre São Paulo et Rio de Janeiro (à 170 km de la première et 264 km de la seconde) c’est l’une de plus grandes églises au monde, la deuxième après Saint Pierre de Rome. Elle a accueilli 13 millions de pèlerins en 2017, un chiffre qui la situerait sur les listes des monuments les plus visités au monde (au même niveau que Notre Dame de Paris), si elle y figurait du moins, car elle semble avoir échappé à l’attention des faiseurs de palmarès, probablement parce qu’elle est très peu fréquentée par des étrangers.

La Salle des Promesses (Sala das Promessas), au sous-sol du sanctuaire, est un lieu de remerciement et d’hommage, où les fidèles déposent des ex-voto (objets, photos, lettres et témoignages) en mémoire d’un vœu fait lors d’une maladie, dans une situation de danger ou de difficultés, en remerciement de la guérison, de l’issue favorable ou d’une faveur obtenue – selon le pèlerin – par l’intercession de Nossa Senhora Aparecida.  Quand le vœu concerne la santé du pèlerin, il est fréquent qu’il suspende au plafond de la salle une représentation en cire ou en plastique de la partie du corps qui était malade, préalablement achetée dans les boutiques du sanctuaire, qui vendent aussi une multitude d’objets religieux (statues, crucifix, rosaires, médailles, etc.), ainsi que de l’eau « à bénir ou à boire ». De ce fait, le plafond de cette immense salle est entièrement tapissé de têtes, bras et jambes qui donnent irrésistiblement l’impression d’un étal de boucher où l’on pourrait choisir un bon morceau pour son dîner : l’anthropophagie, une fois encore[15].

Décidément la métaphore inventée par Oswald de Andrade est toujours aussi féconde et n’a pas fini de s’appliquer à la façon toute particulière qu’à le Brésil de s’emparer des nouveautés étrangères et de les importer, mais non sans transformer profondément, en général dans le sens de l’amplification, de l’exagération et de la démesure.

Référence des images

Banane flambée

http://lespopcorn.com/the-dreamers-la-banane-flambee-de-matthew-theo-et-isabelle
Hervé Théry 2018

Croissant

http://joseluisparada.org/food/platillos-exoticos-tipicos-de-europa/
http://www.espelhorosa.com.br/croasonho-croissant-recheado-e-a-nova-delicia-da-cidade/
https://exame.abril.com.br/pme/como-este-croissant-recheado-virou-o-queridinho-no-brasil

Sandwichs

https://www.arts-et-gastronomie.com/actu/2016-03-14-jambon-beurre-sandwich-de-luxe
https://veja.abril.com.br/economia/carne-frango-ou-porco-entenda-o-que-e-a-mortadela/
http://www.charlesdog.com.br/2017/12/19/x-tudo-duplo/

Pizza

https://www.tudogostoso.com.br/receita/122635-massa-de-pizza-italiana-deliciosa.html
http://massasditalia.ind.br/receitas/pizza-calabresa/
https://www.pinterest.pt/pin/682647255991782201/
http://gshow.globo.com/receitas-gshow/receita/pizza-de-brigadeiro-com-mms

Plats

https://www.hellofresh.com/recipes/strip-steak-frites-59ce4c5e7901f9567d137722
https://www.aprendum.com.co/curso-online-presentacion-de-platos/
https://en.wikipedia.org/wiki/Cassoulet
http://www.parmeggio.com.br/site/
https://michelletcheablog.wordpress.com/2016/07/21/fogo-de-chao-brazilian-churrascaria
http://www.curtamais.com.br/goiania/lugares-que-servem-feijoada-aos-sabados-em-goiania

Boulangeries

https://myparisianlife.com/2012/12/25/rue-montorgueil-a-morning-stroll/maison-collet-paris-montorgueil-patisserie-boulangerie/
http://crazyaboutparisandfrance.blogspot.com/2011/02/
http://parisbym.com/paris-food/
https://www.petitscommerces.fr/page/boulangerie-basso/
https://sergionavegastronomia.wordpress.com/2012/05/23/a-melhor-baguete-de-paris/
https://www.gosselin.paris/
http://celiacosbrasil.blogspot.com/2014/08/padaria-do-moinho.html
http://www.ndrone.com.br/
Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Restaurants

Le Train Bleu Hervé Théry 2018
https://www.guideapolis.fr/fr/visite/st-germain-des-pres-du-club-des-cordeliers-aux-2/
https://foodsnobblog.wordpress.com/2009/01/05/lasserre-paris/
http://www.resto-de-paris.com/le-procope-saint-germain-des-pres/restaurant/paris
https://www.grupomarios.com/fotos-de-festa-e-confraternizacao-de-empresa.html
Restaurante a kilo Hervé Théry 2018
https://poracaso.com/pro-domingo-costela-fogo-de-chao-com-o-selo-confraria-do-churrasco-de-qualidade/

Football

https://www.fifa.com/about-fifa/who-we-are/the-game/index.html
https://www.historic-uk.com/CultureUK/Association-Football-or-Soccer/
http://www.jupitermiddle.com/sites/3rd%20Period/website_MNP/origins.html
http://globoesporte.globo.com/sp/santos-e-regiao/futebol/times/santos/noticia/2017/01/gol-de-bicicleta-e-letra-hernandez-se-apresenta-em-vitoria-de-5-1-do-santos.html
Vitória do SPFC Hervé Théry 2005

Églises

Église de Roscanvel (Finistère) Hervé Théry 2018

Abbaye de Fontenay (Bourgogne) Hervé Théry 2012

Église de Camaret-sur-mer Hervé Théry 2018

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009

Église d’Ouro Preto Hervé Théry 1999

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_anthropophage

[2] https://socgeo.com/category/lire-le-monde/portraits-de-geographes/

[3] https://socgeo.com/2017/09/08/herve-thery-le-bresil-est-un-pays-anthropophage/

[4] Le bœuf Strogonoff est une recette de ragoût de viande de bœuf mariné, sauté, puis braisé avec une sauce à base de crème aigre, de moutarde, de paprika, d’oignons et de champignons. Cette recette classique de la cuisine russe a été elle aussi transformée en remplaçant la crème aigre par de la crème fraiche et la moutarde et le paprika par du ketchup

[5] https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/culture-origine-pizza-5164/

[6] Habitants de la ville de São Paulo, par opposition au plus large Paulistas, habitants de l’État de São Paulo

[7] Une manière originale de permettre une conversation « entre la poire et le fromage »

[8] http://padariadomoinho.com.br//, qui a ici été copié presqu’intégralement.

[9] Déjà évoquées dans Braises « Le Brésil, pays carnivore », https://braises.hypotheses.org/1093

[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Restaurant#%C3%89tymologie

[11] Celles-ci pratiquaient une sorte de vente forcée en obligeant les voyageurs qui y dormaient à y prendre leur repas du soir, d’où l’expression qui figurait sur des pancartes affichées aux murs : « qui dort dîne).

[12] https://pt.wikipedia.org/wiki/Madalosso

[13] « Un musée du futebol et de son contexte », https://braises.hypotheses.org/?s=futebol

[14] « Nossa senhora aparecida, un grand sanctuaire brésilien », https://braises.hypotheses.org/?s=aparecida

[15] Cette photographie, déposée à la photothèque du CNRS, a été retenue par le Théâtre National de Bretagne pour illustrer l’affiche d’un spectacle sur l’anthropophagie, après avoir été choisie par son directeur sur des critères purement visuels, sans qu’il sache ce qu’elle représentait.

La genèse du Christ du Corcovado

La statue du Christ qui domine la baie de Rio de Janeiro est une icône connue dans le monde entier et elle est étroitement associée à l’image de la ville et du Brésil. Elle est pourtant relativement récente (elle a n’a été érigée au sommet du morne du Corcovado qu’en 1931). Revenir sur sa genèse et sa construction permet de la situer dans l’histoire du Brésil avant, pendant et après sa construction.

Figure 1 Le Christ du Corcovado domine Rio de Janeiro

https://inspirationseek.com/cristo-redentor-rio-de-janeiro-best-places-to-visit-in-brazil/

Une icône

Le Christ du Corcovado est un des dix monuments les plus visités au monde[1]: en 2016 le site a été visité par 3 305 010 personnes contre 2 945 355 en 2015, une augmentation de 12% en un an[2]. Le nombre de visites journalières a battu un record historique lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, le 26 juillet 2013, avec 20 000 personnes, alors que la moyenne quotidienne est de 5 500 visites.

La statue apparaît dans d’innombrables films et séries télévisées, la montrer même fugitivement suffit pour signifier que l’action se déroule au Brésil, tout comme une brève apparition de la Tour Eiffel suffit à  indiquer qu’elle se situe à Paris. Elle a fait l’objet non seulement de myriades de reproductions de toutes tailles vendues aux touristes mais aussi de films et de chansons dont « Corcovado », l’un des plus grands succès de Tom Jobim, le père de la bossa nova et plusieurs villes, au Brésil et ailleurs dans le monde, ont construit des répliques de ce Christ aux bras ouverts, probablement pour bénéficier de l’aura de Rio de Janeiro en lui empruntant son icône.

L’identification avec le pays est telle que l’image du Christ a été utilisée par l’hebdomadaire britannique The Economist à trois reprises (en 2009, 2013 et 2016) pour symboliser le décollage économique du pays, son décrochage et la trahison dont il aurait été victime.

Figure 2 Le Christ sur trois couvertures de The Economist

Le Corcovado avant le Christ

Depuis la découverte de la baie de Guanabara, le 1er janvier 1502, par les navigateurs Gonçalo Coelho et Américo Vespucci, deux mornes tropicaux attirent l’attention de tous les voyageur, le Pain de Sucre[3], qui domine l’entrée de la baie et le Corcovado, situé un peu plus à  l’écart mais beaucoup plus haut puisqu’il culmine à 710 m contre 396 pour le Pain de Sucre.

Son sommet a été atteint pour la première fois – officiellement du moins – le 22 Février 1824, quand l’Empereur du Brésil, Dom Pedro Ier, y a mené une expédition.

Figure 4 Le Corcovado avant le Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Le décret impérial 3372 du 7 Janvier 1872 a accordé une concession pour construire un chemin de fer menant au sommet du Corcovado. Les travaux de la première partie de la ligne ont commencé le 2 Janvier 1883, pour relier le quartier de Cosme Velho à Paineiras. Elle a été inaugurée le 9 octobre 1884, en présence de Pedro II et de la famille impériale. Puis les travaux se sont poursuivis et le sommet a été atteint le 1er juillet 1885. La ligne, à crémaillère, a au total 3 824m de long, c’est l’une des plus raides au monde et la première à avoir été électrifiée en Amérique du Sud. Un belvédère avait alors été construit au sommet, un pavillon de fer, verre et ardoise de 13,50 m de diamètre et de 46 tonnes, dont tous les matériaux ont été acheminés par le chemin de fer.

La route qui relie la ville au Christ Rédempteur n’a quant à elle été construite que dans les années 1930. Les techniques modernes n’étaient toutefois pas absentes du sommet du Corcovado puisque la société américaine Westinghouse y avait installé une station émettrice pour réaliser la première démonstration expérimentale de téléphonie radio au Brésil, au cours de l’exposition commémorant le centenaire de l’indépendance, en 1922. Cela crée une parenté avec la Tour Eiffel, elle aussi dotée d’une station de radio (militaire), qui l’a sauvée de la destruction à laquelle elle était promise à la fin de la concession accordée pour l’Exposition Universelle de 1889.

Figure 5 Le chemin de fer du Corcovado en 1884

La genèse du Christ

L’idée de construire un monument au sommet du Corcovado vient du prêtre français Pierre Marie Boss, arrivé au Brésil en 1865. De la fenêtre de l’école où il enseignait il regardait le morne du Corcovado, en pensant – raconta-t-il plus tard – « Quel beau piédestal pour une statue de notre Seigneur ». L’initiative avait reçu le soutien de la princesse Isabel, la fille de l’Empereur, mais elle tourna court avec l’avènement de la République (le 15 novembre 1889) et l’exil de la famille impériale. La séparation de l’Église et de l’État par la première Constitution républicaine du Brésil, en 1891, fut un autre facteur de complication.

En 1921, l’approche du premier centenaire de l’indépendance du Brésil (1822) a été l’occasion de proposer à nouveau la construction d’un monument au Christ Rédempteur, et l’autorisation de construire le monument sur le Corcovado a été accordée le 1er juin 1922. L’année suivante, une campagne de financement a été lancée pour la construction du monument et plusieurs projets ont été présentés.

En 1924, la compagnie de téléphone, avait installé, à  demeure cette fois et en dépit des protestations, une antenne d’émission au sommet du morne. De sa résidence du quartier Botafogo l’ingénieur Heitor da Silva Costa avait noté la forme de l’antenne, en forme de croix dotée de bras horizontaux de 16 mètres, et repris dans cet esprit son projet, qui fut retenu. Il en avait ensuite parlé  avec le sculpteur Paul Landowski à Paris, en 1924: le sculpteur français serait responsable de la construction de la tête et des mains du Christ, et l’artiste plastique brésilien Carlos Oswald de la préparation et de la conception finale du monument. Cette même année avait commencé la préparation du modèle en plâtre de la future sculpture.

La première pierre du monument avait été posée le 4 avril 1922, mais les travaux au sommet du Corcovado n’ont commencé qu’en 1926, entravés par les difficultés du site et du transport du matériel vers le sommet par chemin de fer.

La population de la ville a collaboré volontairement aux travaux en enveloppant de fines doublures de toile des centaines de milliers de pierres triangulaires de stéatite[4] destinées à revêtir la statue. Au passage elles (ce travail ayant été fait principalement par des femmes) ajoutaient souvent des demandes, des bénédictions et des prières derrière chacune de ces pierres, que plus tard les travailleurs ont appliquées en mosaïque sur la statue.

Étape par étape, la construction du Christ Rédempteur

  1. La statue a d’abord été ébauchée en France par le sculpteur français Paul Landowski. Avant que le travail ne soit réalisé en vraie grandeur plusieurs modèles en plâtre avaient été préparés.
  2. Ces éléments ont été transportés de France au Brésil en morceaux: la tête était composée de 50 pièces et chaque main avait 3,2 mètres de long. Une exposition des moulages en plâtre des mains du Christ, sur le modèle préparé par Landowski, a eu lieu sur le Corcovado en 1929.

Figure 6 Main et tête du Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html et http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

  1. Des échafaudages en bois et en fer ont permis aux travailleurs d’avoir accès aux points les plus élevés du chantier. Les différentes parties de Christ ont été progressivement intégrées au châssis métallique monté pour supporter le poids de la statue.

Figure 7 Le Christ dans les échafaudages

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

  1. La première partie mise en place a été la tête, le Christ étant donc construit de haut en bas. Toutes les parties extérieures ont alors été revêtues de la mosaïque de stéatite, une matière qui, bien qu’elle soit facilement rayée, résiste bien aux variations de température.

Figure 8 Le revêtement de pierre-savon

http://thesevensistersseries.com/cristo-redentor/4590607581 et http://acessoverdade.blogspot.com.br/2014/03/

L’inauguration

En 1931, le jour de la fête de la sainte patronne du Brésil, Nossa Senhora Aparecida, le 12 octobre, le monument a été solennellement inauguré, avec la participation du président Getúlio Vargas (1882-1954), alors chef du gouvernement provisoire, et de Pedro Ernesto (1884-1942), Gouverneur nommé  du District fédéral, comme était alors nommée région de Rio de Janeiro.

Figure 9 Inauguration du Christ

http://ngcanela-news.blogspot.com.br/2012/08/monumento-do-cristo-redentor.html et http://origemdascoisas.com/a-origem-do-cristo-redentor/

Au moment de la consécration toutes les cloches des églises de Rio de Janeiro ont retenti pendant trois minutes. Tout au long de la cérémonie une escadrille de l’aviation militaire a fait des évolutions acrobatiques autour du monument du Christ Rédempteur.

L’inventeur Guglielmo Marconi (1864-1937), le créateur de la télégraphie sans fil, devait allumer, par signal radio émis de son yacht Electra ancré dans la baie de Gênes, les projecteurs prévus pour illuminer le monument la nuit. Les lumières ont finalement été allumées depuis Rio de Janeiro et la population n’a pas pu voir cet éclairage, car un nuage épais enveloppait le Christ Rédempteur.

Caractéristiques du Christ Rédempteur

Hauteur totale du monument – 38 mètres

Hauteur de la statue – 30  mètres

Hauteur de la tête – 3,75 mètres

Longueur de la main – 3,20 mètres

Distance entre les extrémités des doigts – 28 mètres

Poids de la statue – 1 145 tonnes

Poids de la tête – 30 tonnes

Poids de chaque main – 8 tonnes

Poids de chaque bras – 57 tonnes.

 

Les travaux d’amélioration

– En 1943, a commencé une campagne d’expansion des belvédères, et la construction d’escaliers et de murets de protection (existants jusqu’à ce jour). Ce travail a été inauguré le 3 juillet 1945.

– En 1965, lors des célébrations du 4e centenaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été installé et inauguré par le pape Paul VI, depuis le Vatican.

– En 1973, tout le parc national de Tijuca (l’un des plus grands parcs urbains au Brésil, qui inclut le Corcovado) a été classé par l’Institut national du patrimoine (IPHAN).

– En 1979, le chemin de fer a été rouvert après une modernisation complète.

– En 1980, la statue a été rénovée pour recevoir la visite du pape Jean Paul II, qui a dit une messe au pied de celui-ci.

– Depuis l’an 2000, quand il a reçu un nouvel éclairage, le monument et ses accès ont fait l’objet d’un processus de revitalisation. Le point culminant a été l’ouverture de l’accès mécanisé, avec trois ascenseurs panoramiques et quatre escalators en 2003, au profit des personnes âgées et handicapées.

Figure 10 Travaux de réparation

http://randomenthusiasm.com/7903354-the-brave-men-who-repair-christ-the-redeemer-statue-have-the-sca

– En 2010, la mosaïque en stéatite couvrant la statue a été restaurée, on a supprimé la patine biologique (champignons et autres micro-organismes) qui s’y était peu à peu formée. Ont été également réparés les paratonnerres situés sur la tête et les bras de la statue, fréquemment frappés par la foudre en raison de la position de la statue.

Figure 11 Un éclair frappe le Christ

http://epicpew.com/breathtaking-images-jesus-christ-the-redeemer/

– Le 1er mars 2011, date anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été inauguré, formé de 300 projecteurs à LED de dernière génération, donnant  la possibilité de créer différents effets de couleurs. Le Christ a ainsi été illuminé en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris de novembre 2016.

Figure 12 Le Christ en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris

Antonio Scorza, O Globo, http://blogs.oglobo.globo.com/agora-no-mundo/post/cristo-redentor-ganha-iluminacao-especial-com-cores-da-bandeira-da-franca.html

La statue a finalement connu une double consécration, nationale et internationale qui a définitivement assis son statut d’icône : en 2005 la statue a été classée par l’Institut du patrimoine historique et artistique (IPHAN), entrant ainsi dans le patrimoine historique et culturel du Brésil. Et en juillet 2007, le Christ Rédempteur a été élu l’une des sept merveilles du monde lors d’une élection populaire[5] qui a rassemblé plus de 100 millions de voix. Dans le résultat final, le Christ était à la troisième place, derrière la Grande Muraille de Chine et Petra, en Jordanie, devant des monuments connus dans le monde entier comme Machu Picchu, le Colisée de Rome et le Taj Mahal d’Agra.

Bibliographie

Antônio Sérgio Ribeiro, Cristo Redentor: 80 anos de um símbolo, 11/10/2011, http://www.al.sp.gov.br/noticia/?id=310849

Cristo Redentor, http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

História do Cristo Redentor, Tudo sobre engenharia e construção civil, http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Inauguração do Cristo Redentor, http://brasilianafotografica.bn.br/?p=2602

[1] Le premier est Notre-Dame de Paris, (12 millions de visiteurs). Puis viennent 2) la Grande Muraille de Chine (9 millions), 3) l’Opéra de Sydney (7,4 millions), 4) la Tour Eiffel (6,7millions), 5) le Lincoln Memorial de Washington(6 millions), 6) le Colisée de Rome (5,11 millions), 7) la Statue de la Liberté de New York (4,24 millions), 8) l’Alhambra de Grenade (3 millions), 9) les pyramides de Gizeh, en Egypte (3 millions), et derrière lui 11) le Taj Mahal d’Agra, en Inde (2,5 millions) http://www.tourism-review.fr/les-dix-monuments-les-plus-visites-dans-le-monde-news3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.99

[2] http://g1.globo.com/turismo-e-viagem/noticia/parques-nacionais-registram-recorde-de-visitantes-pelo-10-ano-consecutivo.ghtml

[3] Que les premiers occupants de la baie, des Français menés par Nicolas Durand de Villegaignon avaient baptisé « Le Pot de Beurre », sans doute par nostalgie de la Normandie dont beaucoup étaient issus.

[4] Roche tendre principalement composée de talc, plus connue au Brésil comme « pierre-savon » et très utilisée par l’artisanat car elle est facile à graver et sculpter

[5] Organisée par la Fondation New 7 Wonders

Havaianas, du chinelo de pedreiro au succès mondial

Havaianas est un fabricant des tongs (sandales composées d’une semelle et de brides en caoutchouc) qui étaient à l’origine un produit de consommation populaire, vendu uniquement au Brésil, et est devenu en vingt ans un produit de mode mondialement connu.

Origines

L’entreprise Fabrica Brasileira de Alpargatas e Calçados a été créée en 1907 mais la marque Havaianas (« hawaïennes » en portugais) n’a été lancée qu’en 1962. Jusque-là spécialisée dans la fabrication d’espadrille en toile et en corde, elle avait alors décidé de fabriquer des tong légères en caoutchouc, librement inspirée des sandales japonaises Zori, à semelle en paille de riz et bride de tissu.

Figure 1 Sandales Zori et Havianas tradicional

Zori et havaianas

http://otaku-plane.blogspot.fr/ et http://calcados.mercadolivre.com.br/chinelos/havaianas

Le succès a été immédiat auprès des classes populaires grâce à son petit prix, mais surtout aux propriétés du caoutchouc, antidérapant, qui ne brûle pas les pieds (contrairement au plastique), ne sent pas et est très résistant. C’était donc la chaussure idéale pour ceux qui étaient pour la plupart jusque-là littéralement des « va-nu-pieds », elle a chaussé des générations de travailleurs sur les chantiers et dans les champs et était surnommée – non sans un certain méprise de classe – chinelos de pedreiro (tongs de maçon). Elles étaient si populaires que le gouvernement en avait fixé les prix, comme pour d’autres produits tels que le riz et les haricots, la base de l’alimentation brésilienne.

Figure 2 Chinelos de pedreiro, les chaussures des pauvres

sebastiao_salgado_pés

Photo Sebastião Salgado, http://modosdeolhar.blogspot.fr/search/label/Sebasti%C3%A3o%20Salgado

Le tournant

Durant une trentaine d’années, le produit n’a pas évolué, les premiers modèles, nommés Havaianas Tradicional, étaient disponibles dans une unique version : brides bleues, et semelle blanche et bleue. Selon la légende de l’entreprise le changement est dû à un hasard, suite à un problème technique un lot entier de tongs est sorti en vert au lieu de la couleur bleue traditionnelle. Comme ce lot s’est bien vendu, les Havaianas ont commencé à être produites avec des brides de différentes couleurs (rouge, jaune, vert et noir). À partir de 1994 la semelle fut elle aussi proposée en plusieurs couleurs.

La même année a eu lieu un autre changement, sans doute plus décisif, dans le domaine du marketing. Pour résister à la contrefaçon la firme a cherché à consolider son image par des campagnes de publicité et de communication, mettant notamment en scène des artistes, des joueurs de football et des mannequins. Dans les années 1990 elle a connu un premier succès avec sa ligne « Top monochrome », puis elle y a ajouté en 1998 une touche de patriotisme avec la création d’un modèle « Havaianas Brasil » orné du drapeau brésilien, en signe de soutien à l’équipe nationale, la seleção, pour la Coupe du monde de football.

Figure 3 Havaianas à drapeau brésilien

havaianas-sandale-brasil-logo-vert-2

http://www.keepitforyou.com/fr

Chic

Le marketing de la marque a ensuite cherché à l’associer à d’autres nomes fameux. De 2003 à 2009, chaque acteur proposé aux Oscars a reçu un modèle exclusif, à partir de 2004 démarrèrent les collections en édition limitée avec des marques ou créateurs reconnus, comme Swarovski, ou le joaillier H. Stern qui proposa des tongs décorées d’or ou de diamants.On a alors commencé à trouver des Havaianas même dans les shoppings centers les plus chics du pays.

Figure 4 Stand Havaianas dans le shopping center de Mossoró

Mossoro Havaianas 2

Photo H. Théry 2015

De nombreuses séries spéciales ont été réalisées, comme celles de l’hôtel Meurice et de l’hôtel Murano, ou celles de la fondation du footballeur Raï, vendues au profit des enfants des favelas. Depuis que deux présentateurs de télévision très connus au Brésil ont choisi d’offrir des Havaianas à leurs invités le jour de leur mariage il est devenu chic, dans certains milieux, d’offrir des tongs aux invités pour qu’ils puissent danser toute la nuit. La marque a donc créé comme elle l’indique sur son site multilingue deux « modèles spéciaux pour les mariages, Havaianas Top wedding et Havaianas Slim wedding, pré-personnalisées avec l’une des trois paires de pin’s exclusifs de votre choix ».

Succès mondial

Au début des années 2000 les exportations représentaient moins de 3% des revenus d’Alpargatas, ils pèsent aujourd’hui environ 30% du total. La société est présente dans 117 pays, en France elle possédait en 2012 deux boutiques en propre à Paris, plus six en franchise Et la firme a fermé, en entrant sur le marché japonais, le cycle qu’elle avait commencé par la copie de sandales de paysans nippo-brésiliens. Ces dernières années, la société Alpartagas s’est diversifiée en créant une collection de sacs et bagages en 2009, ou une ligne de chaussures fermées comme des espadrilles, des ballerines, ou des bottes en 2010, mais la division Havaianas représente les deux tiers de ses ventes mondiales avec un chiffre d’affaires de 520 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010 et 650 millions en 2014.

Alpartagas appartenait pour 44 % au groupe de BTP Camargo Corrêa, celui-ci a vendu, via une OPA, ses actions à la société brésilienne J&F, qui contrôle le plus grand vendeur de viande dans le monde, JBS, qui souhaitait diversifier le portefeuille d’activités de l’entreprise. De son côté Camargo Corrêa a dû reconnaître sa participation aux actions d’entente illicites et de corruption développés autour de la compagnie pétrolière Petrobras. En août elle a signé un accord de clémence avec les procureurs fédéraux et cherche à se recentrer sur ses métiers centraux.

Différentiel de prix

Selon les calculs de Capital[1], « chaque paire coûterait entre 1,50 et 2,50 Euros à fabriquer, pour un prix moyen de vente de 10 euros (20 euros en France). En ajoutant 1,10 euro de frais de mar­keting et 5 euros de coûts de ­distribution, la marge atteindrait 18% d’après nos estimations, comparable à celle de Nike, le plus rentable des fabricants de sportswear ».

Mais il semble que Havaianas ait une politique de prix adaptée à chaque marché national. Sur le site en français d’achat en ligne sont proposées, pour les femmes, des tongs, sandales, espadrilles et bottes de pluie, dont les prix vont de 10 € à 55 €. Pour les hommes des tongs, espadrilles et sneakers, entre 10 € à 50 €. Le site est décliné pour 28 pays européens, y compris Andorre, Saint-Marin et le Saint-Siège (Cité, du, Vatican).

Figure 5 Modèles pour femmes et pour hommes sur le site français d’Havaianas

Modeles France

http://www.havaianas-store.com/fr

Sur le site brésilien les prix vont de 12.90 Reais (3,22 €) à 274,90 Reais (69 €) mais il existe aussi un modèle Swarovski (195 euros), associant au caoutchouc pas moins de 174 cristaux. Alors que sur le site français l’écart entre les modèles les moins chers et les plus chers est dans un rapport de 1 à 5,5, sur le site brésilien le rapport est de 1 à 21, même pour des tongs apparemment à peu près identiques le Brésil est décidément un pays d’inégalités.

Figure 6 Modèles les moins chers et les plus chers sur le site brésilien d’Havaianas

Modeles Brésil

www.loja.havaianas.com.br

[1] http://www.capital.fr/enquetes/succes/havaianas-ou-l-art-de-vendre-le-caoutchouc-a-prix-d-or-608668

Défilé du 7 septembre à Brasília

La fête nationale est, au Brésil comme en France, l’occasion d’un défilé militaire sur l’une des artères majeures de la ville, en l’occurrence l’Axe Monumental de Brasília, où se situent tous les monuments officiels de la ville, de la Place des Trois pouvoirs jusqu’à la Bibliothèque nationale, en passant par l’esplanade des ministères et la cathédrale.

La Présidente Dima Rousseff a cette année encore ouvert le défilé dans la Rolls Royce 1953 qui est la voiture officielle des Présidents depuis Getúlio Vargas.

Brasília - DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR
Brasília – DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR

Foto: Ichiro Guerra/PR – http://www2.planalto.gov.br/centrais-de-conteudos/imagens/desfile-civico-militar-de-7-de-setembro-em-comemoracao-ao-dia-da-independencia

Une des attractions récurrentes du défilé, très attendu par les spectateurs, est le passage des Dragons de l’Indépendance, dont le nom officiel est 1º Regimento de Cavalaria de Guardas, l’équivalent de la Garde Républicaine française.

datas-comemorativas-2015

http://www.vidadeturista.com/wp-content/uploads/2015/01/datas-comemorativas-2015.jpg

Comme ailleurs un autre moment fort est le passage des blindés, ici vus devant la cathédrale ce qui, sans aller à évoquer “le sabre et le goupillon” associe du moins des symboles forts des pouvoirs militaire et spirituel.
Chars + avions

© Hervé Théry 2015

Le défilé de 2015 a attirés des milliers de badauds, dont beaucoup s’accumulaient dans les rares zones librement accessibles du bout de l’esplanade, comme ici devant le Musée National de Brasília.
Foule

© Hervé Théry 2015

L’affluence y était d’autant plus grande que les espaces accessibles aux non-VIP sur l’esplanade étaient peu nombreux et qu’il fallait faire une longue queue pour y accéder, une fois le défilé commencé, en espérant occuper la place de ceux qui partiraient avant la fin.
Fila 1

© Hervé Théry 2015

Beaucoup de spectateurs n’ont donc vu du défilé que les barrières érigées pour protéger les tribunes d’une invasion par le vulgum pecus des citoyens ordinaires.

Tapumes 1

© Hervé Théry 2015

Certains ont bien tenté de forcer le passage entre les plaques métalliques, ici devant la caméra du réseau de télévision SBT, mais la police militaire mettait toujours rapidement fin à ces tentatives.

Invasao

© Hervé Théry 2015

Les réticences des autorités à laisser les citoyens accéder librement au défilé venaient de ce qu’elles craignaient des manifestations hostiles à la Présidente ou à son prédécesseur et mentor, Luís Inácio “Lula” da Silva, comme celles qui apparaissent sur la photo ci-dessous. Ils y sont représentés par des mannequins gonflables géants, la première avec un long nez à la Pinocchio, parce qu’elle est accusée d’avoir beaucoup menti pour obtenir sa réélection en 2014, l’autre en uniforme de prisonnier en raison des accusations de corruption portées contre lui dans divers scandales.

Bonecos

https://www.youtube.com/watch?v=e4XbC0cJPdQ, http://msalx.veja.abril.com.br/2015/08/16/1735/pe6Cx/alx_manifestacao_contra_gov_09_original.jpeg?1439757346

Malgré tout le défilé est un moment d’exaltation nationale, notamment au passage de l’Esquadrilha da Fumaça (littéralement l'”Escadrille de la fumée”, officiellement “Esquadrão de Demonstração Aérea – EDA”), l’équivalent de la Patrouille de France. On notera tout de même – sans chauvinisme aucun – que cette dernière, elle, parvient à dessiner le drapeau national dans le ciel de Paris le 14 juillet…

Brasília - DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
Brasília – DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.

The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013.     REUTERS/Charles Platiau  (FRANCE - Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) - RTX11MJ5
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE – Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) – RTX11MJ5

https://en.wikipedia.org/wiki/Smoke_Squadron et http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-festivites-ensoleillees-du-14-Juillet-521677

Un pont entre la France et le Brésil

Un pont relie désormais la France au Brésil, pays avec lequel – le fait est peu connu – elle partage sa plus longue frontière terrestre, plus de 700 kilomètres de bout en bout, dont plus de 400 au long de l’Oyapock. C’est sur ce fleuve que le pont est en construction, à la suite d’une décision qui relève plus de la géopolitique que d’une quelconque logique économique.

La genèse du pont

Ce pont à haubans de 378 m de longueur comportera deux voies de 3,50 m de largeur et deux voies mixtes séparées pour piétons et cyclistes. Le tirant d’air minimal sous le tablier est de 15m, et les deux pylônes culminent à 83 m de hauteur. Les travaux sont déjà bien avancés puisque le samedi 28 mai, vers 22h30, la jonction entre les deux tronçons du tablier a été effectuée, actuellement les travaux sur les voies d’accès à Saint Georges de l’Oyapock (côté français) et Oiapoque (côté brésilien) se terminent. Cela ne veut pas dire que le pont doive être ouvert très prochainement à la circulation, selon Jean-Paul Le Pelletier, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Guyane, il faudra attendre encore un bon moment pour que l’ouvrage soit opérationnel. Si les maîtres d’œuvre du pont estiment qu’ils devraient terminer les finitions (enrobé, glissières, signalisation…) autour du mois de juillet,. l’inauguration officielle ne se fera pas avant septembre – sa date dépendra des calendriers politiques des dirigeants français et brésiliens – et l’ouverture à la circulation pourrait ne pas se faire avant début 2012.

Figure 1 Le pont en avril 2011

Photo Stéphane Granger

La genèse de ce pont a été longue. Lors de sa rencontre à Saint-Georges de l’Oyapock, le 25 novembre 1997, avec le président brésilien Fernando Henrique Cardoso Jacques Chirac avait déclaré « nous avons évoqué naturellement la route. J’ai dit au Président Cardoso que, grâce notamment aux autorités départementales, les choses étaient bien parties et que l’an 2000 ne serait pas franchi sans que l’on puisse aller du Venezuela à Buenos Aires par la route et sans difficulté, il s’en est réjoui ».

En réalité, l’aménagement du franchissement n’a été confirmé par le comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT) que le 18 décembre 2003, et l’accord franco-brésilien relatif à la construction d’un pont sur le fleuve Oyapock et de la liaison routière reliant la Guyane et l’État de l’Amapa n’a été signé que le 15 juillet 2005, à l’occasion de la visite du président Luiz Inácio Lula da Silva en France. Cet accord a ensuite été ratifié par le Brésil en 2006 et par la France par une loi du 18 janvier 2007.

Figure 2 Les ouvriers – tous brésiliens – du chantier

Photo Hervé Théry

L’appel d’offres relatif à la construction du Pont a été ensuite été lancé fin novembre 2008. La commission intergouvernementale réunie à Paris le 29 avril 2009 a retenu le groupement brésilien EGESA/CMT pour la construction du pont sur l’Oyapock. Le contrat entre le DNIT (Département National des Infrastructures Terrestres) et l’entreprise Egesa Engenharia S/A a été signé le 29 juin 2009 et publié au Journal Officiel du 2 juillet 2009. L’ordre de service de démarrage des travaux a été donné le 13 juillet 2009, mais des travaux complémentaires de fouilles archéologiques ont été nécessaires, ralentissant les travaux des fondations de l’ouvrage.

Le contexte régional

Pourquoi un pont aussi grandiose alors que l’on n’attend qu’un trafic très limité, qui aurait très probablement pu être absorbé sans difficulté – à un coût infiniment moindre – en renforçant le service des bacs qui assuraient déjà la traversée ? Cela ne s’explique que dans une perspective géopolitique régionale de liaison entre le Brésil et ses voisins du Nord.

Ces voisins se sont longtemps méfiés de son expansionnisme, notamment la France qui s’est abstenue de construire la liaison routière de 80 km entre Régina (déjà reliée à Cayenne) et Saint Georges de l’Oyapock. Ce n’est que plusieurs années après le retour de la démocratie au Brésil, après la période de la dictature militaire (1964-1985) que les travaux ont été entrepris, et ils n’ont été achevés qu’en 2003. Avec leur conclusion, l’axe RN1 / RN2 assure désormais la liaison sur 450 kilomètres entre Saint Laurent du Maroni et la frontière du Surinam, à l’Ouest, et Saint Georges de l’Oyapock et la frontière brésilienne, à l’Est. Avec la construction du pont, la route côtière constitue donc désormais un maillon d’une « panaméricaine atlantique », doublant celle qui parcourt le continent, sur le versant Pacifique, de la Terre de Feu à l’isthme de Panama. Il faut toutefois noter que le Brésil n’avait pas attendu pour se doter d’une autre sortie vers les Caraïbes, l’ouverture de la route BR174, Manaus – Caracas permettant déjà la liaison Venezuela – Buenos Aires que Jacques Chirac imaginait passant par la Guyane.

Mais cet axe guyanais n’est pas pour autant inutile pour le Brésil, il est inclus dans les projets d’aménagement à l’échelle continentale sous le nom d’« Arc Nord », rejoignant l’axe de la BR174 à l’ouest. Cet axe ne rejoint toutefois pas Belém et l’axe amazonien du côté oriental, il reste un obstacle à franchir entre Macapá et Belém, la vallée de l’Amazone. On peut se faire une idée des distances en question si l’on se rappelle que l’île de Marajó, qui en occupe l’embouchure, a sensiblement la taille – 40 000 km2 – des Pays Bas…

Inquiétudes

Tout ne va pourtant pas pour le mieux car, en Guyane, le pont inquiète certains : « Oiapoque est l’une des portes d’entrée des Brésiliens vers la Guyane. De fait, l’ouvrage est perçu comme un vecteur d’invasion », explique Frédéric Piantoni spécialiste des questions migratoires guyanaises à l’Institut de recherche et de développement, cité par Viviane Thivent. Celle-ci ajoute que « selon les sources, les estimations varient de 10 000 à 40 000. En septembre 2009, le Consul du Brésil à Cayenne a donné les chiffres suivants : de 8 000 à 10 000 Brésiliens en situation régulière et 10 000 à 12 000 illégaux, soit environ 22 000 Brésiliens (10% de la population). Ce chiffre est néanmoins jugé comme un seuil minimum. Les estimations plus communément avancées font état de 20% de Brésiliens en Guyane dont la plupart travaillent non pas dans l’orpaillage mais dans les travaux publics et les gardes d’enfants ».

On peut aussi avoir des doutes sérieux sur l’utilité économique de la nouvelle liaison routière « Ce pont est avant tout un symbole, celui de la relance des relations franco-brésiliennes. Il est donc le fruit d’une décision politique et non celui d’un besoin socio-économique local… ou régional », explique Madeleine Boudoux d’Hautefeuille. La Guyane et l’Amapa présentent des profils géographiques relativement similaires (économie du bois). Du coup, ces deux territoires n’ont pas grand chose à échanger à l’échelle régionale ». Les échanges commerciaux ne sont donc sans doute pas pour demain. « La seule chose qui risque de transiter par le pont, c’est la police des frontières, regrette Françoise Grenand. On imagine qu’un pont sert à relier, mais celui-ci est en train de tirailler ces deux petites communes de Saint-Georges et d’Oiapoque. Ce pont devait relier, réduire les distances mais il est en train d’écarter le fleuve et de transformer la région en frontière, chose qu’il n’a jamais été jusque-là. C’est le paradoxe de ce pont ».

L’observatoire Hommes-Milieux Oyapock

Pour mieux comprendre ce qui va se passer, savoir si ces inquiétudes sont justifiées ou si ce sont plutôt les rêves grandioses d’un commerce frontalier florissant qui vont se concrétiser, on pourra se fonder sur les résultats des travaux de l’Observatoire Hommes-Milieux Oyapock créé en 2008, avant la construction du pont, et qui en accompagnera les effets dans les années à venir.

Imaginés en 2007, les Observatoires hommes-milieux (OHM) sont de nouvelles structures pluridisciplinaires du CNRS. Ils sont mis en place lorsqu’un événement majeur d’origine anthropique vient bouleverser l’équilibre d’une région. À ce jour, six observatoires fonctionnent : l’OHM du bassin minier de Provence à Gardanne, l’OHM « Guyane-Oyapock », l’OHM « grande muraille verte » au Sénégal, l’OHM « Pyrénées Haut-Vicdessos », l’OHM « Estarreja » au Portugal et l’OHM « Rhône », trois autres étant en projet.

Selon Viviane Thivent « décrire le fonctionnement de la région avant et après la construction du pont, tel est l’objectif de l’Observatoire. À ce stade du projet, les chercheurs ont décrit les problématiques complexes de l’accession à la propriété de part et d’autre de la frontière. Ils ont de plus mis l’accent sur la caractérisation des pratiques agricoles : qui cultive ? Quand ? Comment ? ». « Les Observatoires hommes-milieux sont des structures de recherche ponctuelles, pluridisciplinaires… » explique Françoise Grenand, sa directrice. « Ils rassemblent des géographes, des anthropologues, des biologistes… et sont mis en place lorsqu’un événement majeur, d’origine anthropique, risque de modifier l’équilibre d’une région… ». « L’élément perturbateur ici, c’est le pont. Ou plutôt le complexe pont et route. » précise Damien Davy, ingénieur au CNRS qui travaille depuis l’origine à l’OHM :    « Depuis 2008, nous avons entamé une série d’études de part et d’autre de la frontière afin de comprendre les dynamiques socio-économiques, identitaires et culturelles, environnementales et migratoires de cette contrée. Et en ce moment, nous travaillons plus particulièrement sur l’agriculture et le foncier. ».

L’OHM va donc permettre de suivre les effets – positifs et négatifs – de la construction du pont et des routes qui lui sont associées, à plusieurs échelles. On pourra ainsi se faire une idée des conséquences locales, régionales et continentales du geste géopolitique qui se concrétise aujourd’hui avec la conclusion de ce pont.

 

Références

Construction du pont (site de la DDE Guyane)

http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=162, http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=17

État des travaux, http://www.guyane.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=335, http://www.latribunedesantilles.net/index.php?option=com_content&task=view&id=2977&Itemid=53, 31-05-2011, http://www.brasilyane.com/index.php/actualites-bresiliennes/actualites-amapa/420-3005-pont-sur-loyapock-pas-douverture-avant-2012-

Discours de Jacques Chirac et Fernando Henrique Cardoso

http://discours.vie-publique.fr/notices/977016769.html

Décret n° 2007-1518 du 22 octobre 2007 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République fédérative du Brésil relatif à la construction d’un pont routier sur le fleuve Oyapock reliant la Guyane française et l’Etat de l’Amapá, signé à Paris le 15 juillet 2005, http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000794015&dateTexte

Frontière entre le Brésil et la France, http://fr.wikipedia.org/wiki/Fronti%C3%A8re_entre_le_Br%C3%A9sil_et_la_France

Frontières de Guyane, Guyane des frontières http://www.terresdeguyane.fr/articles/frontieres/default.asp

Les Observatoires Hommes-Milieux du CNRS, http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2155.htm et http://www.cnrs.fr/inee/recherche/fichiers/ohm/OHM%20plaquette%20A3.pdf

Observatoire Hommes-Milieux “Oyapock, un Fleuve en partage”, http://www.guyane.cnrs.fr/projoyapock.html , http://www2.cnrs.fr/sites/communique/fichier/fiche_photos_oyapock.pdf

Viviane Thivent, Guyane : le pont qui sépare deux rives, http://www.universcience.fr/fr/science-actualites/enquete-as/wl/1248116676440/guyane-le-pont-qui-separe-deux-rives/