Archives par mot-clé : esclavage

Le Brésil dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

L’Édition Numérique, Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) met pour la première fois à disposition de tous, librement et gratuitement, l’accès à l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert (1751-1772). L’ENCCRE a utilisé pour cela le premier des deux exemplaires conservés à la Bibliothèque Mazarine, dont les 17 volumes de texte et 11 volumes de planches font partie du premier tirage de la première édition. Acquis au moment de la parution, livraison après livraison, et mis à la disposition des usagers de la bibliothèque, il n’a jamais quitté son lieu de conservation initial.

L’ENCCRE est le premier exemplaire numérisé original, homogène et complet de l’Encyclopédie. Comme l’indique le site[1] « L’interface numérique permet à la fois d’admirer la beauté de cet exemplaire, de redécouvrir le spectacle de ses 2 579 planches, d’y naviguer de façon intuitive et innovante, et d’y effectuer les recherches les plus variées, comme les plus pointues ». Cette mise à disposition est d’autant plus utile qu’il s’agit d’un ouvrage fondamental dans l’histoire des idées puisque c’est la première encyclopédie française, une véritable synthèse des connaissances de son temps.

Il était tentant, pour Braises, de voir ce qu’elle dit du Brésil. En utilisant le modes d’accès par la nomenclature et par domaine de l’ENCCRE, on y a trouvé une des entrées principales à « Brésil », une au verbe « Brésiller », une entrée secondaire « Bois de Brésil » (dans l’entrée « Bois ») et trois noms de lieux, « Olinde », «  Sébastien, saint » (Rio de Janeiro) et «  Salvador, San », que Salvador de Bahia partage avec deux autres villes, en Afrique et en Amérique centrale. On trouvera ci-dessous le fac-simile de ces articles, leur transcription, des illustrations (l’Encyclopédie n’en contient pas pour ces articles), autant que possible françaises et de la même époque.

Brésil, Brésiller, Bois de Brésil

La plus longue entrée principale associe donc au nom du pays une entrée secondaire (bois de Brésil) et est immédiatement suivie par une autre (brésiller), l’une et l’autre renvoyant à la première richesse qui a pu être exportée du territoire « découvert »[2] par Pedro Cabral en 1500 et dont il avait alors pris possession au nom de la Couronne portugaise.

L’association vient de ce que le pays, après avoir d’abord été appelé Terra da Vera Cruz (Terre de la Vraie Croix) ou Terra dos Papagaios (Terre des Perroquets), a pris le nom de son premier produit d’exportation et bien des observateurs ont déjà fait remarquer sarcastiquement que la prédominance du commerce sur la religion ou la faune annonçait déjà que le pays était voué à devenir une colonie agro-exportatrice.

Figure 1 Entrées Brésil et brésiller

BRESIL, (Géog.) Grande contrée de l’Amérique méridionale, bornée au nord, à l’orient & au midi par la mer, & à l’occident par le pays des Amazones & le Paraguai : les côtes qui ont environ 1200 lieues de long sur 60 de large, appartiennent aux Portugais. L’intérieur du pays est habité par des peuples sauvages & idolatres, qui se défigurent le visage pour paroître plus redoutables à leurs ennemis : on prétend qu’ils sont anthropophages. Les plus connus sont les Topinambous, les Marjagas & les Onétacas. Cette partie du Nouveau-monde est fort riche. Les Espagnols la reconnurent en 1500. Alvarès Cabral, Portugais, en prit possession en 1501 pour son roi. Voyez quant à son commerce Saint-Salvador, Olinde, & Saint-Sebastien  (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

La présentation du pays est – pour un lecteur d’aujourd’hui – banalement descriptive, commençant par la liste des mers et terres adjacentes, la seule originalité étant que le texte situe l’Amazonie à l’ouest du Brésil, et non au nord. C’est toutefois compréhensible à lire la suite, qui oppose le littoral peuplé par les Portugais à l’intérieur encore occupé par les « Indiens »[3].

Le premier ensemble, de 1 200 kilomètres sur 240 (si l’on adopte une équivalence de quatre kilomètres par lieue) est de fait à peu près l’espace que les Portugais avaient colonisé à la date de rédaction du texte. Le second, dont les dimensions ne sont pas mentionnées car elles étaient de fait ignorées, montre que les Amérindiens étaient alors, même sous la plume des auteurs de l’un des ouvrages majeurs du mouvement des Lumières, vus comme des « sauvages », et pas même comme des « bons sauvages » puisque l’accent est mis sur leur aspect (volontairement) effrayant, leur « idolâtrie » et la pratique de l’anthropophagie, tout juste atténuée par un « on prétend que ». Atténuation bien inutile puisque cette pratique était attestée depuis le XVIe siècle, notamment par des auteurs français comme (André Thévet ou Jean de Léry) et qu’il aurait fallu remettre dans un contexte cérémoniel et social qui l’explique, sans le justifier. Ce n’était manifestement pas le souci des auteurs de la notice, comme le montre la suite, qui qualifie le pays comme « fort riche » et – après avoir attribué sa reconnaissance aux Espagnols en 1500 et la prise de possession par Cabral en 1501[4] – passe au commerce, en renvoyant aux trois entrées sur les villes principales.

L’entrée suivante, « brésiller », un verbe aujourd’hui inusité, est très courte, et se résume pratiquement à un renvoi vers une autre entrée principale, sur le bois de Brésil, complétée seulement par une précision technique sur les méthodes de teinture qui l’utilisent, elle-même suivie de la mention « voyez teinture » : dans ce Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers les techniques ont manifestement le pas sur la géographie.

BRESILLER, v. act. (Teinture) C’est teindre avec le bois de Bresil ; il faut que les toiles & les fils à marquer ayent été teints en bonne cuve, pour être bresillés. Voyez Teinture (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

Figure 2 Entrée Bois de Brésil

Bois de Bresil ; ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil, province de l’Amérique. M. Huet soûtient cependant qu’on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays. Voyez Huetiana, pag. 268.

On le surnomme différemment suivant les divers lieux d’où il vient ; ainsi il y a le bresil de Fernambouc, le bresil du Japon, le bresil de Lamon, le bresil de sainte Marthe, & enfin le bresillet ou bois de la Jamaique qu’on apporte des îles Antilles.

L’arbre de bresil croît ordinairement dans des lieux secs & arides, & au milieu des rochers. Il devient fort gros & fort grand, & pousse de longues branches, dont les rameaux sont chargés de quantité de petites feuilles à demi-rondes. Son tronc est rarement droit, mais tortu & raboteux, & plein de nœuds à peu près comme l’épine blanche. Ses fleurs, qui sont semblables au muguet & d’un très-beau rouge, exhalent une odeur agréable & très-amie du cerveau qu’elle fortifie. Quoique cet arbre soit très-gros, il est couvert d’un aubier si épais, que lorsque les Sauvages l’ont enlevé de dessus le vif du bois, si le tronc étoit de la grosseur d’un homme, à peine reste-t-il une bûche de bresil de la grosseur de la jambe.

Le bois de Brésil mérite dans l’Encyclopédie une notice plus longue que le pays éponyme. Elle reconnaît sa qualité (« Le plus estimé est le bresil de Fernambouc ») et son antériorité (« ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil »), tout en notant qu’il peut provenir d’ailleurs (Japon, Lamon, S Marthe, Jamaïque) et que «  cependant […] on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays » selon M. Huet.

Il est en effet possible que ce nom de « bois de braise » lui ait été donné par les Portugais s’ils l’ont connu avant le Brésil, en provenance de Lamon (s’il s’agit bien du Lamon de Vénétie): dès le Moyen Âge, le « bois de braise » provenait des Indes via la Perse, importé en Europe par les Vénitiens. C’est à la « couleur de braise » (brasa en portugais) du bois qu’il doit son nom dans cette langue (pau brasil) et de fait la dénomination vient facilement à l’esprit quand on voit la couleur du bois, une fois le tronc dégagé de son aubier.

Figure 3 Bois de Brésil

https://braises.hypotheses.org/482

Le bois de bresil est très-pesant, fort sec, & pétille beaucoup dans le feu, où il ne fait presque point de fumée à cause de sa grande sécheresse.

Toutes ces différentes sortes de bresil n’ont point de moelle, à la réserve de celui du Japon. Le plus estimé est le bresil de Fernambouc.

Pour bien choisir ce dernier, il faut qu’il soit en bûches lourdes, compact, bien sain, c’est-à-dire sans aubier & sans pourriture ; qu’après avoir été éclaté, de pâle qu’il est il devienne rougeâtre, & qu’étant mâché il ait un goût sucré.

Le bois de bresil est propre pour les ouvrages de tour, & prend bien le poli : cependant son principal usage est pour la teinture, où il sert à teindre en rouge, mais c’est une fausse couleur qui s’évapore aisément, & qu’on ne peut employer sans l’alun & le tartre. Voyez Teinture.

Du bois de bresil de Fernambouc on tire une espece de carmin par le moyen des acides : on en fait aussi de la lacque liquide pour la mignature[5]. V. Rouge, Lacque, &c. (Vol II [B-Cez] p.308a).

Ce n’est pas sans raison que l’Encyclopédie associe aussi fortement le bois de braise et le Brésil, car ce fut longtemps sa principale richesse, ou du moins celle qui intéressait le plus les Portugais, la principale exportation de leur colonie d’Amérique. En cela ils avaient eu moins de chance que les Espagnols, qui avaient mis la main sur les métaux précieux du Pérou et du Mexique, et il leur a fallu attendre la mise en place des plantations de canne à sucre et surtout la découverte de l’or du Minas Gerais (la bien nommée province des « mines générales »), au XVIIIe siècle, pour que le Brésil les enrichisse vraiment.

Du moins le pau brasil ne leur coutait pas beaucoup d’efforts puisque c’étaient les Indiens qui faisaient l’essentiel du travail, coupant les arbres en forêt et apportant les troncs dépouillés de leur aubier jusqu’à la côte. Là ils les échangeaient contre des outils de métal auprès de commerçants venus d’Outre-Atlantique, un cycle de collecte et d’échanges qui apparaît bien sur la carte de Giacomo Gastaldi (figure 4). Ces commerçants étaient en général portugais mais aussi parfois français, car les navigateurs normands avaient bien compris le profit à tirer de cet échange inégal, avec l’encouragement de la Couronne, qui voyait là une bonne occasion de battre en brèche l’attribution de ces terres au Portugal par le traité de Tordesillas (1494).

Figure 4 Le Brésil vu par Giacomo Gastaldi (1556)

Olga Okuneva, « Ensaio sobre o mapa «Brasil» de G. Gastaldi pertencente ao Delle navigationi e viaggi de G. B. Ramusio (1556; 1565; 1606) », Terra Brasilis (Nova Série) [En ligne], 2 | 2013. URL : http://journals.openedition.org/terrabrasilis/715  ; DOI : 10.4000/terrabrasilis.715

Entre le XVIe siècle, où le bois de braise a donné son nom au pays, et la rédaction de l’Encyclopédie, le Brésil a bien sur beaucoup changé, comme le montrent les entrées consacrées à des trois principales villes, Olinda/Recife, Rio de Janeiro et Salvador.

Trois villes : Olinda, Rio de Janeiro, Salvador

Figure 5 Entrée Olinde

Olinde, (Géog.) ville de l’Amérique méridionale au Bresil, dans la capitanie de Fernambouc. Elle étoit située sur un côteau d’un agréable aspect ; & la riviere qui tombe dans le port, s’appelle Bibiribe. Les Hollandois s’en emparerent en 1630, & les Portugais n’ont pas réparé ses ruines. Longit. selon Cassini, 342. 21. 30. lat. 8. 18. Long. suivant Harris, 342. 31. 15. lat. 7. 48. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 449a).

D’Olinda – francisée en Olinde – le texte ne dit pas grand-chose, si ce n’est qu’après sa prise par les Hollandais elle n’a pas retrouvé son ancienne splendeur et de fait c’est Recife, située quelques à quelques kilomètres d’elle, développée par eux sous le nom de Mauritsstad qui est devenue la capitale du Pernambuco après sa reprise par les Portugais.

Figure 6 La prise de Recife par les Hollandais en 1630

http://wordpress1.brazil-travel.net/recife-dos-holandeses/

Figure 7 Entrée Saint Sébastien

Sébastien, saint, (Géog. mod.) Ville de l’Amérique méridionale, au Brésil, dans la capitainerie de Rio-Janéiro, sur la côte occidentale du golfe formé par cette riviere, dans une plaine entourée de montagnes. Corréa, célebre capitaine du xv. siecle, fonda cette ville, que son petit-fils augmenta & embellit dans le siecle suivant. Les Jésuites & les Bénédictins y ont des palais : c’est le siege d’un évêque suffragant de Saint-Salvador, & la résidence du gouverneur de la province. Le commerce consiste principalement en coton, & bois du Brésil. Latit. méridion. 23. 46. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 852b).

L’entrée « Saint Sébastien », est consacrée à Rio de Janeiro, dont le nom officiel est de fait São Sebastião do Rio de Janeiro. La ville est présentée comme fondée par « Corréa, célèbre capitaine », alors qu’on considère généralement qu’elle l’a été par Estácio de Sá, le 1er mars 1565, et surtout sans mentionner qu’en novembre 1555, Nicolas Durant de Villegaignon, accompagné de 600 colons avait débarqué dans la baie de Guanabara, fondé sur l’île qui porte encore son nom (figure 8) un établissement baptisé Fort-Coligny et projeté de créer sur la terre ferme Henryville, future capitale de la « France Antarctique ». Trop occupés à leurs querelles internes entre catholiques et protestants les colons négligèrent de renforcer leurs défenses et les Portugais n’eurent guère de mal à les déloger et à fonder leur propre colonie au même endroit.

Au moment de la rédaction de l’Encyclopédie Rio de Janeiro n’était encore que « résidence du gouverneur de la province » et son commerce consistait « principalement en coton et bois du Brésil ». Mais en 1763 elle devint la capitale de la colonie portugaise lorsque que le « caminho novo », le « nouveau chemin » en fit le débouché principal des convois de mules transportant jusqu’à son port, pour l’embarquer vers Lisbonne, l’or récemment découvert dans le Minas Gerais. Ce fit le point de départ de la croissance de la ville, alors encore très petite.

Figure 8 Extrait de la carte « Plan de la Baye de Rio de Janeiro »

Jacques Bellin (1703-1772) était cartographe au ministère de la Marine française. En 1764, il publia Le Petit Atlas Maritime, un ouvrage en cinq volumes contenant 581 cartes. Cette carte de 21 x 32 cm, extraite du deuxième volume de l’atlas, montre la baie de Rio de Janeiro, elle est conservée à la Bibliothèque nationale du Brésil, http://hdl.loc.gov/loc.wdl/brrjbn.187 )

Figure 9 Entrée San-Salvador

3°. San-Salvador, ville de l’Amérique méridionale, au Bresil, dont elle est la capitale. Elle est grande, bien bâtie, fort peuplée, très-commerçante, & située sur la baie de tous les Saints, Bahya de Todos los Santos ; son assiette n’est pas avantageuse, parce qu’elle est haute & basse, & qu’elle n’a presque point de rues qui soient droites.

Comme on ne peut s’y servir d’aucunes voitures, les esclaves y font la fonction de chevaux, & transportent d’un lieu à un autre, toutes les marchandises ; ils portent aussi les habitans sur une espece de lit de coton à réseau, suspendu par les deux bouts ; ce lit ou palanquin est couvert d’une impériale, d’où pendent des rideaux qui empêchent d’être vû, & qui garantissent du soleil. On est fort à son aise dans ce lit ; la tête repose sur un chevet, & le corps sur un petit matelas proprement piqué ; la chaleur violente du climat, & la molesse extrème des habitans, ont rendu ces hamacs très-communs, non-seulement pour faire les visites, mais aussi pour se rendre à l’église.

San-Salvador, est la résidence du viceroi du Bresil, le siege d’un archevêque, d’un conseil souverain, & d’une cour des monnoies.

Les maisons y sont hautes, & presque toutes de pierre de taille & de brique. Les églises sont riches, & les communautés nombreuses ; les jésuites seuls y sont au nombre de près de deux cens, & les plus riches de tous les religieux. Ils y possedent une église & un college magnifique, où ils entretiennent six régens pour enseigner.

L’actuelle ville de Salvador de Bahia n’apparaît dans l‘Encyclopédie qu’au troisième paragraphe d’une entrée « San-Salvador » un « nom commun à plusieurs lieux », après « 1°. San-Salvador, ville d’Afrique, sur la côte orientale de l’Ethiopie, capitale du Congo » et « 2°. San-Salvador, ville de l’Amérique, au gouvernement de Guatimala ».

C’est alors la capitale du Brésil et « la résidence du Vice-Roi du Brésil, le siège d’un archevêque, d’un conseil souverain et d’une cour des monnaies », « fort peuplée, très commerçante », dotée de nombreuses églises et communautés religieuses, dont les Jésuites sont les plus riches. Ce n’est pourtant pas ce qui retient d’abord l’attention du rédacteur, qui préfère décrire les palanquins dans lesquels les habitants (certains du moins) se font transporter par des esclaves.

Figure 10 Un propriétaire foncier rentre à son exploitation

https://voyager1.net/regresso-de-um-proprietario-de-jean-baptiste-debret/

Cette habitude est attribué au fait que la ville est partagée entre ville haute et ville basse, mais surtout à « la chaleur violente du climat » et à la « mollesse extrême » des Bahianais, une réputation – injustifiée ou très exagérée, comme tous les ethnotypes – qui dure jusqu’à nos jours. La même scène retint au siècle suivant l’attention de Jean-Baptiste Debret, un des membres de la mission artistique française qui vint au Brésil en 1816 et nous a laissé de nombreux témoignages de la vie quotidienne au Brésil (figure 10).

Figure 11 Entrée San-Salvador (suite)

San-Salvador, est un lieu de grand abord pour les marchandises qui s’y trafiquent, telles que sont les toiles, les baies, les serges, & les perpétuanes[6] ; les chapeaux, les bas de soie & de fil, les biscuits, les farines, le froment, les vins de port-à-port, &c. les huiles, le beurre, le fromage, les batteries de cuisine, les esclaves de Guinée, &c. Pour toutes ces choses, on y reçoit en retour de l’or, du sucre, du tabac, du bois de teinture de Brésil & autres ; des peaux, des huiles, des suifs, du baume de copahu[7], de l’ypécacuana[8], &c.

Cette ville si avantageuse pour les Portugais, est sur une hauteur de 80 toises, qui dépend de la côte orientale de la baie de tous les Saints. Cette hauteur est très-difficile à grimper, & on s’y sert d’une espece de gruë pour monter & descendre les marchandises du port à la ville.

 Revenant à des notations plus conformes au ton général du « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers », le rédacteur détaille ensuite les marchandises importées qui se vendent à Salvador : tissus, vêtements, denrées alimentaires, ainsi que les « esclaves de Guinée », mis sur le même plan que les autres articles. On les échanges contre des produits agricoles et de cueillette (dont le bois du Brésil), ou contre de l’or, qui ouvre la liste.

Ici encore le site de la ville crée des contraintes et impose l’usage de grues, ou du portage à dos d’homme ou d’animaux. Faible inconvénient en regard des avantages défensifs et de l’abri que le relief offre a la Baie de tous les Saints.

Figure 12 Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil, 1757

PRÉVOST, Antoine François, 1697-1763. Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil. – In: Histoire Générale des Voïages ou nouvelle collection de toutes les relations de Voiages par Mer et par Terre, qui ont été publiées jusqu’a present dans les differentes langues de toutes les Nations connues, Chez Didot, Libraire et Imprimeur, 1757.

San-Salvador est en général bien fortifiée, mais la garnison est aussi débauchée que mal disciplinée. Les autres habitans ne valent guere mieux ; ils sont voluptueux, ignorans, vains, & bigots. Ils marchent ordinairement un rosaire à la main, un chapelet au col, un S. Antoine sur l’estomac, un poignard sur le sein, un pistolet dans la poche, & une longue épée au côté, afin de ne pas perdre l’occasion en disant leurs chapelets, de se venger d’un ennemi. Lat. méridionale, 12. (D. J.) (Vol XIV [Reggi-SEM], 1765 p.582b).

Hélas le paragraphe final, en dehors de la demi-phrase initiale et de la notation finale de la latitude, retombe dans des jugements de valeur très négatifs sur la garnison, étendus ensuite aux « autres habitants » qui « ne valent guère mieux ». Ils sont « voluptueux, ignorants, vains et bigots », caractérisés par un mélange de religiosité et d’animosité, portant sur eux à la fois des objets de piété et des armes.

Le rédacteur qui signe de ses initiales D.J. partage manifestement les préjugés que bien des Européens du Nord avaient alors sur les Latins du Sud, on trouve à l’époque – et même plus tard – des tirades semblables sur les Siciliens, les Corses ou les Espagnols, tous englobés (au XIXe siècle) dans le terme méprisant « rastaquouères », soumis à l’influence de l’Église et portés sur la vendetta. Décidément, même dans une œuvre aussi remarquable que l’Encyclopédie, l’un des principaux symboles de l’époque des Lumières, les stéréotypes ont la vie dure.

[1] Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie

[2] Les Amérindiens (et leurs défenseurs) objectent à cette expression, soulignant que leurs ancêtres habitaient le continent bien avant l’arrivée des conquistadores.

[3] Pour reprendre l’appellation héritée de l’erreur initiale de Christophe Colomb, qui croyait avoir atteint les Indes

[4][4] Il semble en effet que Vicente Yañez Pinzón ait vu le 26 janvier 1500 un cap qu’il avait appelé Cap de Sainte-Marie de la Consolation. Mais la découverte du Brésil est généralement attribuée à Pedro Alvares Cabral qui était arrivé le 22 avril 1500 en vue d’une montagne à laquelle il donna le nom de Monte Pascoal. Il célébra le 26 avril 1500 une première messe célébrée sur l’île de la Coroa Vermelha, prit le 1er mai 1500 possession de la terre au nom du Roi et célébra une deuxième messe en présence des commandants de ses navires et de nombreux « Indiens », scène que représente le tableau « Première messe au Brésil » de Victor Meireles.

[5] Variante désuète de miniature selon le Dictionnaire critique de la langue française, Jean Féraud, 1788

[6] Selon Jacques Savary des Bruslons, Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières, Volume 38, 1762, La sempiterne ou perpétuane est une «espèce d’étoffe de laine croisée, dont la qualité a rapport à celle d’une serge […] dont il se fait quantité en Flandres, & dont le débit le plus ordinaire est pour l’Espagne et l’Italie […] En Espagne on ne les appelle que sempiternes, à cause de leur longue durée»

[7] Réputé pour ses vertus apaisantes et réparatrices, le baume de Copahu, appelée aussi huile de Copaïba, est traditionnellement conseillé pour préparer des huiles de massage pour le confort articulaire

[8] L’Ipeca, Ipéca ou Ipécacuana (du portugais ipecacuanha, du tupi Ygpecaya). Sa racine de contient de l’émétine, un alcaloïde aux propriétés émétisantes (vomitives), il n’est plus guère utilisé comme tel mais l’est en homéopathie.

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique

La ville de Paraty, dans l’État de Rio de Janeiro, est l’un des sites touristiques les plus fréquentés du Brésil,  l’une de vingt premières destinations du pays et l’une des cinq premières pour les visiteurs français et anglais. Le tourisme ne s’y est pourtant développé que depuis une cinquantaine d’années, les principaux facteurs de sa croissance récente étant son exceptionnelle localisation et les nouvelles routes qui ont permis la redécouverte et la valorisation de son patrimoine historique, bien préservé par une longue période d’isolement.

Figure n° 1 Localisation de Paraty

LocalisationSource: VistaDivina http://www.vistadivina.com/downloads/rssp3.php et GoogleMaps

Figure n° 2 Les voies d’accès à Paraty

Routes d'acces 2 Source: http://www.paraty.com.br/roteiros.asp

 Paraty est située entre les deux principales métropoles urbaines du Brésil, à 248 km de Rio de Janeiro et 330 km de São Paulo, ce qui est évidemment un atout majeur puisque la première compte plus de 12 millions d’habitants et la seconde plus de 20 millions, parmi lesquels la plus grande concentration de familles à haut niveau de revenu du pays. La petite commune – elle a une superficie de 925 km² et une population estimée à 37 533 habitants (IBGE, 2010) – peut donc compter sur un immense bassin de clientèle solvable, auquel elle est en outre bien raccordée par la route littorale et (plus en retrait, dans la vallée du Paraíba), par les autoroutes qui relient les deux métropoles entre elles et d´où plusieurs perpendiculaires permettent de descendre la Serra do Mar et de rejoindre la côte (figure 2).

Figure n° 3 La ville dans son cadre

paraty3-2b

 Source : http://www.vistadivina.com/downloads/paraty3.php

Figure n° 4 Plan du centre historique

mapa_centro_historico 2a Source : http://www.paraty.com.br/centro_historico.asp

La date de fondation de la ville est mal établie. Selon certains existait déjà en 1540/1560 une bourgade consacrée à San Roque, d’autres font remonter son origine à 1597, quand Martim Correa de Sá entreprit une expédition contre les Indiens Guaianás dans la vallée du Paraíba. D’autres encore à 1606, à l’arrivée des premiers colons de la capitainerie d’Itanhahém. En tout cas en 1660, la situation était assez florissante pour que ses habitants exigent leur séparation d’Angra dos Reis et leur élévation au rang de Vila, obtenue en 1667 sous le nom de Villa de Nossa Senhora dos Remédios de Paratii.

Paraty était alors devenu un poste de traite prospère en raison de sa position stratégique au fond de la baie d’Ilha Grande. C’est là qu’aboutissait le chemin intérieur qui, par Guaratinguetá, Freguesia da Piedade (l’actuelle Lorena) et les gorges d’Embu atteignait le bien nommé Minas Gerais (les mines générales), où d’énormes gisements d’or ont été découverts à la fin du XVIIe siècle : grâce à ce « chemin de l’or de Piedade » son port était alors devenu le deuxième du pays.

En 1702 le gouverneur de Rio de Janeiro promulgua le « Règlement des Mines » qui prévoyait que seuls les bovins pourraient y être amenés depuis Bahia et que tous les autres produits devraient transiter par Rio de Janeiro (alors une toute petite ville), puis de là « prendre la direction de Paraty ». En 1703 la Lettre Royale du 9 mai ordonna d’installer à Paraty une Casa de Quintar (littéralement une maison où prélever le 5e de l’or pour la Couronne) afin de contrôler le flux d’or des mines vers Rio de Janeiro et celui des hommes et des marchandises en sens contraire.

Malheureusement pour Paraty, dès 1710-1711 fut entreprise l’ouverture d’un autre chemin allant tout droit de Rio de Janeiro au Minas par la Serra dos Orgãos, réduisant le temps de trajet de moitié. En 1767 les travaux d’aménagement du caminho novo, le « nouveau chemin », étaient terminés, celui de Paraty devenant le caminho velho, le « vieux chemin ». Avec la chute du trafic de l’or, Paraty se tourna vers la production de cachaça (la version brésilienne du rhum), utilisée comme monnaie de troc contre des esclaves africains. L’ancien chemin de l’or fut alors de plus en plus utilisé pour acheminer ceux-ci vers les plantations de café de la vallée du Paraíba, et descendre les sacs de café à dos de mulet. À la montée passaient aussi les produits de luxe importés d’Europe par les « barons du café », anoblis par l’Empereur du Brésil parce qu’ils fournissaient au pays sa principale richesse, et au gouvernement – via la taxe d’exportation – sa principale ressource fiscale.

En 1850 ce même Empereur Dom Pedro II passa, sous la pression des rares abolitionnistes brésiliens et surtout de la Grande Bretagne, une loi interdisant la traite des esclaves, mais celle-ci se poursuivit sous forme de contrebande, qui passait par Paraty car aux environs les négriers trouvaient de multiples anses moins contrôlées que le port de Rio de Janeiro et des îles où faire reposer, sous bonne garde, les esclaves éprouvés par la traversée de l’Atlantique. Le port était en outre en plein essor grâce au café et aux autres produits transitant par Guaratinguetá, mais en 1864 le chemin de fer atteignit la vallée du Paraíba à Barra do Piraí et toute la vallée commença à l’utiliser pour écouler sa production, provoquant la décadence définitive de Paraty et de l’ancien chemin de l’or. Le coup de grâce fut l’abolition de l’esclavage, en 1888, il provoqua un tel exode que, alors que la ville comptait 16 000 habitants en 1851, il ne restait plus à la fin du XIXe siècle, selon un voyageur de l’époque, que « 600 vieillards, des femmes et des enfants ».

Paraty resta alors pratiquement isolée pendant des décennies, ce qui a préservé la ville dans l’état où elle était du temps de sa splendeur, à la fin du cycle du café du XIXe siècle. La plupart des maisons, construites du temps du cycle de l’or, avaient alors été embellies grâce à l’argent provenant en grande partie de la contrebande des esclaves et de la cachaça. Les figures 4 et 5 montrent qu’au milieu du XXe siècle la ville avait à peu près la même étendue et le même aspect que vers la fin de l’Empire.

Figure n° 5 Photo aérienne de Paraty en 1945

1945 Source : Cotrim 2012

Figure n° 6 Plan de Paraty en 1863

1863

Source : Cotrim 2012

La ville et son patrimoine ont été redécouverts en 1954, avec la réouverture de la route Paraty-Cunha, la reliant à l’État de São Paulo. En 1929 une première automobile l’avait déjà empruntée pour descendre à Paraty, mais elle n’avait jamais pu remonter la serra do Mar et était restée en ville… Le mouvement s’est ensuite intensifié avec la construction de la route Rio-Santos (BR-101) en 1973, la reliant par le littoral aux deux métropoles.

D’abord « découverte » par des intellectuels et des artistes qui y trouvèrent de belles maisons à très bas prix, la ville devint progressivement une destination courue grâce à son patrimoine, mais surtout à ses les paysages, à ses 65 îles, 11 cascades et près de 120 plages, ce qui lui a permis de combiner tourisme culturel, écologique et balnéaire.

Paraty a été décrétée patrimoine d’État en 1945, inscrite à l’inventaire de l’Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional en 1958 et classée « monument national » en 1966. Elle compte officiellement 88 attractions culturelles, dont 20 bâtiments, 23 institutions culturelles et plus de 30 événements inscrits à son calendrier. Parmi ceux-ci, les fêtes du Divin Esprit Saint, de Notre-Dame du Rosaire, de Saint-Benoît et de Notre-Dame des Remèdes, sa sainte patronne. Plus original, le Festival da Pinga (de la « goutte », la cachaça) et le Festival littéraire international de Paraty (FLIP) qui attire tous les ans des écrivains du monde entier, dont les plus médiatiques.

Figure n° 7 Paysages

Parati cadre 1 site 2 ©Hervé Théry 2014

Figure n° 8 Rues du centre historique

Rues ©Hervé Théry 2014

Outre le cadre naturel offert à la ville par le versant de la serra do Mar couvert de forêts, l’attrait de la ville tient à son ensemble unique de maisons et bâtiments construits du temps du cycle de l’or sous la conduite d’ingénieurs militaires. Leur alignement impeccable est assuré à chaque croisement de rues par trois bornes de pierre (le quatrième angle étant simplement chaulé comme le reste des murs). Certains ont voulu y voir un triangle maçonnique (la franc-maçonnerie était de fait très présente dans le corps des ingénieurs) mais il est plus probable que dans leur rationalisme ils aient considéré que trois points suffisaient à définir le triangle-rectangle garantissant l’alignement au cordeau des façades.

Un autre charme de la ville réside dans ses rues pavées de galets bruts, un pavage en opus incertum aussi agréable à l’œil qu’il est désagréable aux chevilles des visiteurs, et plus encore des visiteuses juchées sur des talons hauts. Du moins ces galets sont-ils propres, les rues étant nettoyées deux fois par jour par la marée haute grâce à un système de portes ouvertes dans les quais du port.

Figure n° 9 Tourismes

Tourismes©Hervé Théry 2014

Le site www.destinoparaty.com.br  (qui était hors service au moment de la rédaction de cet texte, dans l’attente de l’appui du bureau du Tourisme de Paraty) recensait en 2014 276 lieux d’hébergement, 195 établissements de restauration, quatre agences de locations saisonnières, 32 guides touristiques et cinq entreprises de location de transport. Ces dernières offrent des excursions allant des plus confortables aux plus sportives, permettant de parcourir tranquillement les plages ou de remonter en 4×4 les anciens sentiers muletiers par où les esclaves gravissaient la serra do Mar et par où les convois d’or rejoignaient le port. S’y ajoutent des centaines de bateaux disponibles pour parcourir la baie et les îles, rejoindre des plages inaccessibles par voie terrestre, que ce soient les escunas (le nom et la forme de ces bateaux sont dérivés de ceux des schooners hollandais) ou de simple canots, comme celui de la figure 9, dont le propriétaire considère qu’il a réussi dans la vie en parvenant à acquérir cette modeste embarcation, et retrouve presque la formule de Jules César, « eu venci » (« j’ai vaincu »).

Figure n° 10 Gastronomie

Gastronomie©Hervé Théry 2014

Les restaurants de Paraty ont eux aussi diversifié leur offre et certains ont commencé à inscrire à leurs menus des plats sortant nettement de l’ordinaire arroz-feijão-bife (riz, haricots et beefsteak) brésilien : aïoli, croque-monsieur et croque-madame, salade niçoise, terrine de foies de volailles, risotto de funghi seco (sic) à provençal (figure 10), on voit que la ville reçoit des visiteurs français… D’autres font des efforts d’originalité, comme celui qui reconstitue le paysage de la ville dans un dessert (même figure) : les montagnes, la mer, la plage et les escunas, respectivement en glace, crème de cassis, chapelure de biscuit, biscuit et zestes d’orange et de citron.

La cachaça qui servait jadis de monnaie d’échange pour acquérir des esclaves est aujourd’hui devenue une ressource touristique, elle est le fonds de commerce de nombre de magasins de la ville et ses distillateurs se sont organisés pour que la spécificité de leur produit soit reconnue. La Cachaça de Paraty a ainsi obtenu en 2007 de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) une indication d’origine, c’est-à-dire le droit exclusif pour les distillateurs installés dans la commune de mentionner son nom sur leurs étiquettes, alors que jusque-là plusieurs marques, dans de nombreux États, l’utilisaient pour leur production. Au Brésil seuls six produits ont obtenu cette l’indication d’origine, et Paraty est la première cachaça à recevoir cette certification, avant même la région de Salinas, dans le Minas Gerais, d’où proviennent les eaux de vie les plus réputées – et les plus chères – du pays.

Cet effort de diversification et de montée en gamme du tourisme de Paraty apparaît aussi clairement dans l’aspect des magasins et services destinés aux touristes, qui présentent année après année des vitrines et des marchandises de plus en plus sophistiquées (figure 11). On passe progressivement des « boutiques à touristes » empilant des gadgets probablement fabriqués en Chine à des galeries d’art exposant quelques beaux objets bien choisis, des magasins de tee-shirts bariolés à des boutiques de mode. On trouve même désormais une librairie bien fournie en livres d’art ou portant sur l’histoire régionale. Les enseignes de la figure 12 montrent qu’il y a aussi place – et un marché, apparemment – pour des commerces de bouche et d’équipement domestique plus raffinés.

Figure n° 11 Artisanat

Artisanat©Hervé Théry 2014

Figure n° 12 Enseignes chic

Enseignes©Hervé Théry 2014

Figure n° 13 Des “boutiques à touristes” à des commerces plus ambitieux

Façades

©Hervé Théry 2014

Même dans la graphie du nom de la ville ses habitants cherchent à donner une impression de raffinement, par l’usage du « y » final, très inhabituel en portugais. Comme l’explique le site touristique officiel du tourisme), alors que le gouvernement fédéral et ses agences écrivent Parati avec un «i», le gouvernement municipal utilise le «y» par respect de la tradition et de l’étymologie.

Le nom vient en effet des Indiens de la vallée du Paraiba, qui descendaient de la Serra do Mar pour pêcher. Ils savaient qu’en hiver le poisson parati (Mugil curema) remontait les rivières pour frayer, et qu’il se concentrait en grand nombre dans un endroit qu’ils appelaient Paratii, qui en Tupi signifie « l’eau du parati »  (« i » = rivière ou eau). Les Jésuites, qui furent les premiers à étudier les langues amérindiennes, avaient l’habitude de remplacer le double « i » par la lettre « y » et le nom devint ainsi Paraty.

Cependant, le 29 Janvier 1942, une réforme de l’orthographe élimina les lettres W, K Y, et l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE) commença donc à écrire le nom de la ville avec un « i ». Mais cette même réforme, approuvée à l’unanimité par l’Académie Brésilienne des Lettres, indiquait qu’outre les 23 lettres de base les trois lettres supprimées pouvaient être utilisées dans des cas particuliers, et précisait « les toponymes à tradition historique séculaire ne subissent pas de changement de leur graphie quand celle-ci est déjà consacrée par l’usage quotidien ».  La manière correcte d’écrire le nom de la ville est donc bien Paraty, et cette variante place bien la ville dans sa «tradition historique séculaire ».

Dans cette mise en tourisme du patrimoine historique de la ville il y a même une – petite – place pour les vaincus de cette histoire déjà longue de plus de quatre siècles. Les indiens d’une réserve voisine, héritiers lointains des premiers occupants de cette terre, y vendent leur artisanat dans la rue, et un jeune homme entreprenant s’est trouvé un gagne-pain en posant, en haillons et fers aux poignets, pour rappeler le sort des esclaves qui sont passés jadis par ce port pour aller extraire l’or ou cueillir le café qui ont fait sa fortune et permis d’ériger ses monuments, dont l’église qui sert de toile de fond aux photos. Et les touristes de poser à ses côtés sans percevoir apparemment l’ironie de ce retour d’une histoire tragique sous forme ludique et commerciale…

Figure n° 14 Exploitation des héritages

Heritages©Hervé Théry 2014

 

 

Bibliographie

Tricentenário de Paraty: notícias históricas de J. S. A. Pizarro e Araújo. Rio de Janeiro: SPHAN, 1960.

Paraty (ed. comemorativa do tricentenário do Município). Rio de Janeiro: IBGE/CNE, 1977.

Camargo Maia, Theresa Regina de; Maia, Tom. Paraty. São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1975.

Camargo Maia, Theresa Regina de; Maia, Tom. Do Rio a Santos: Velho Litoral. São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1976.

Cotrim, Cássio Ramiro Mohallem, Villa de Paraty, Rio de Janeiro, Capivara, 2012.

Gurgel, Heitor; Amaral, Edelweiss. Paraty: Caminho do Ouro. Rio de Janeiro: Livraria São José, 1973.

Mello, Diuner José de. Paraty: Roteiro Histórico do Visitante. Ed. do autor, 1976.

Narjara do Valle Nogueira, Paraty: análise histórica do seu desenvolvimento turístico, Universidade Federal Fluminense, Departamento De Turismo, Niterói 2011

Webographie

Parati Patrimônio Cultural da Humanidade

http://ecoviagem.uol.com.br/brasil/rio-de-janeiro/parati/

Paraty: Cidade Histórica, Monumento Nacional

http://www.paraty.com.br/cidade_historica.asp

Cronologia Histórica

http://www.paraty.com.br/cronologia.asp

http://www.paraty.com.br/caminho_do_ouro.asp

Alambics

http://www.paraty.com.br/alambiques.asp

Paraty e Búzios lançam inventário turístico

http://www.turismo.gov.br/turismo/noticias/todas_noticias/20110912-2.html

Site officiel du tourisme municipal

http://www.paraty.tur.br/como_escreve.php

Atlas de l’esclavage rural au Brésil

La persistance de cas d’esclavage rural au Brésil, en plein XXIe siècle, met en lumière la contradiction profonde entre le niveau de développement atteint par le pays dans de nombreux domaines la persistances d’archaïsmes inacceptables. L’Atlas do trabalho escravo réalisé pour l’OIT et publié sur le site des Amigos da Terra Amazônia (référence en bibliographie ci-dessous) examine les formes contemporaines de l’esclavage dans certaines régions rurales du Brésil, où les travailleurs exécutent des tâches pénibles dans des conditions inhumaines, sans recevoir un paiement approprié pour leur travail et surtout sans pouvoir le quitter librement: c’est la privation de liberté qui constitue l’esclavage, il est condamné par la loi brésilienne et c’est sur cette base légale que l’OIT fonde son action et a pu financer la recherche dont est né l’atlas.

Celle-ci visait à comprendre la distribution du phénomène au Brésil, à d’identifier les situa-tions qui favorisent ou inhibent l’esclavage des travailleurs et à construire des indices synthé-tiques évaluant la probabilité de présence d’esclaves et la vulnérabilité au recrutement. Deux bases de données sur le travail esclave sont les principales sources de connaissance et de me-sure de ce phénomène : celles de la Commission pastorale de la terre (CPT) et du Ministère du Travail et de l’Emploi (MTE). La CPT a été à l’origine du processus, puisque depuis les années 1980 elle enregistre les dénonciations de cas de travail forcé, pratiquement ignorés par l’État jusqu’en 1995, lorsque le ministère du Travail a commencé à inspecter les cas signalés. En 1995, il a créé le groupe spécial d’inspection mobile qui, avec l’aide et la protection de la police fédérale, se rend sur les lieux où lui ont été signalés des cas d’esclavage. S’ils sont avé-rés, les travailleurs sont libérés, des amendes infligées à l’employeur, qui doit effectuer im-médiatement le paiement des salaires et des impôts. Ensuite, les travailleurs sont renvoyés à leurs lieux d’origine, les coûts du voyage étant de la responsabilité de l’employeur, et ils peu-vent bénéficier de l’assurance chômage (pour quelques mois).

Les données du MTE ont donc trait aux cas dans lesquels le travail esclave a été prouvé, ils indiquent le nombre de travailleurs libérés par le groupe mobile de 1995 à 2008. Le nombre réel de travailleurs esclaves est certainement plus élevé, car il n’est pas possible de vérifier toutes les plaintes et, dans certains cas, les opérations échouent parce qu’une fuite se produit, et que les contrôleurs et la police sont souvent devancés par les propriétaires qui, ayant eu connaissance de l’enquête, ont eu le temps de préparer le terrain. Entre 1990 et 2006, la CPT a enregistré  des dénonciations concernant de 133 656 travailleurs forcés et entre 1995 et 2006, le département du Travail a libéré de l’esclavage 17 961 travailleurs dans  onze États de la fédération brésilienne.

L’analyse des lieux de naissance montre que les travailleurs libérés proviennent de tout le pays, à l’exception des états situés à l’extrême ouest, très peu peuplés. Il apparaît cependant une importante zone dans les états de Maranhão, du Piauí, dans le nord du Tocantins (région con-nue sous le nom de “bec de perroquet”) et dans le nord-est du Pará. Un deuxième groupe est originaire du “polygone de la sécheresse”, principalement du nord-nord-ouest du Minas Gerais et des régions centrale et occidentale de Bahia.

Les cas connus
Les cas connus

La concentration des communes où ont eu lieu des libérations de travailleurs esclaves est plus nette encore. Certes le phénomène est présent dans 22 États du Brésil, même les plus riches, mais la majorité des travailleurs libérés l’ont été dans un petit nombre d’entre eux, d’abord le Pará, suivi par le Mato Grosso, puis par l’ouest de Bahia et le centre-sud du Goiás. En analy-sant les données issues des dénonciations, les informations existantes dans les Cadernos de Conflitos no Campo publiés par la CPT depuis 1986 et les registres de travailleurs libérés par le groupe mobile de surveillance du Ministère du Travail, à partir de 1995, on remarque que le travail esclave se concentre principalement dans quelques activités économiques. Les princi-pales sont la production de charbon de bois, la sidérurgie (fabrication de fonte au charbon de bois), les mines et l’orpaillage, les scieries, les tuileries et briqueteries, les exploitations agri-coles et les entreprises de reboisement. De fait, les activités économiques qui se développent le plus dans les régions où se situent les plus grandes concentrations de travail esclave sont la production de charbon (Santa Maria da Vitória, par exemple), l’élevage du bétail (São Felix do Xingu), les mines (Parauapebas), l’exploration en bois (Paragominas, Tomé Açu).

Il est notoire que les conditions sont extrêmement précaires travail dans la production du charbon de bois et de bois d’œuvre, principalement en Amazonie, où la majorité absolue du bois est produite illégalement, sans plan de gestion sylvicole: si l’activité est illégale, on peut s’attendre à ce que la situation des travailleurs qui y sont impliqués le soit également. Dans ces secteurs économiques et dans d’autres, le déboisement initial concentre une grande partie des cas connus de travail esclave. La corrélation entre déboisement et travail esclave est en effet très forte et l’utilisation de ce type de travail dans la phase initiale du déboisement (nettoyage du sous-bois, ouverture de layons, etc.) est bien établie.

Violence et travail esclave sont, sans aucun doute, des pathologies sociales en étroite corréla-tion. Une étude menée par la Délégation régionale du Travail du Pará en 2006 met en lumière un ensemble complexe de variables qui contribuent fortement à la présence simultanée des deux processus. Le livre publié en avril 2008 par la CPT indique que 28 personnes ont été assassinées dans des conflits fonciers en 2007, un peu moins qu’en 2006, où avaient été enre-gistrés 39 meurtres. Dans l’état du Pará, des épisodes comme celui d’Eldorado de Carajás (en 1996, qui entraîna la mort de 19 paysans sans terre) sont encore dans la mémoire publique.

Après avoir analysé un par un les aspects du travail esclave tels qu’on peut les percevoir dans les données disponibles et tenté quelques mises en relation avec des facteurs présumé explica-tifs, on peut  aller plus loin et traiter conjointement avec elles (par une analyse factorielle) un grand nombre de variables économiques et sociales pour de mettre en lumière le contexte dans lequel se développe le travail esclave, le syndrome social dont le travail esclave n’est que le symptôme le plus aigu.

On peut alors élaborer un indice de probabilité (ou de risque, s’agissant d’un fait illégal) de présence de travail esclave, indépendant des dénonciations. Un tel indice peut aider à estimer, à partir la partie déjà détectée du phénomène, les régions où il est probable qu’il existe, bien qu’aucune opération n’y ait encore été menée, voire aider à orienter des recherches là où – bien qu’aucune dénonciation n’ait été reçue – on peut supposer que des cas de travail esclave peu-vent exister.

Le test de la valeur de l’indice est que les régions qu’il désigne soient effectivement au maxi-mum celles où des situations de travail esclave ont été constatées, avec un minimum de cas dans des régions d’indice bas. La partie haute de la carte nº 63 représente cet indice, qui cor-respond bien à ces exigences : les cas constatés (moyenne des données MTE et CPT) sont bien situées dans les plages les plus sombres – celles où l’indice est à son maximum – et très peu d’entre eux dans les zones claires (indice bas). Les zones sombres sans cas constatés sont celles où l’on peut supposer – hors du littoral ou des environs de Brasilia, où les conditions sociales sont différentes – que des cas de travail esclave pourraient être détectés si des recherches y étaient faites.

Détecter les cas de travail esclave sans attendre les dénonciations est évidemment un progrès, mais on peut espérer, par les mêmes méthodes, faire un pas de plus : identifier les régions où existe un risque sérieux de recrutement de travailleurs qui se retrouveront en situation d’esclavage, autrement dit une vulnérabilité au recrutement d’esclaves (aliciamento).

À l’échelle nationale on observe bien une coïncidence entre les plages de haut indice de vul-nérabilité (partie basse de la carte nº 63) et les lieux où sont nés les travailleurs libérés de si-tuation d’esclavage (naturalidade) notamment dans le Nordeste, d’où viennent la plupart des cas connus. Deux exceptions semblent infirmer la validité de l’indice, le Sud-Sudeste et la haute Amazonie, mais ces exceptions ne sont qu’apparentes. Dans le cas de la haute Amazo-nie, les effectifs humains présents sont trop faibles pour intéresser les recruteurs et dans le cas du Sud-Sudeste le lieu de naissance n’a été qu’une étape sur une longue route de migrations.

Indice re risque d'esclavage
Indice re risque d'esclavage
Indice de vulnérabilité
Indice de vulnérabilité

Au terme de cette analyse, on pourrait donc suggérer que les autorités compétentes (munici-pales, des États fédérés et de l’État fédéral) prêtent particulièrement attention à cette avant-garde du front pionnier, qui pourrait bien receler non seulement des travailleurs esclaves, mais aussi d’autres atteintes aux lois sociales et environnementales du pays. Certes, on sait qu’il existe une grande différence entre la nécessité de surveillance et les moyens dont dispose l’État, qui ne réussit même pas à traiter toutes les dénonciations qui lui sont acheminées. Mais des actions ciblées sur les lieux où le risque de présence de travail esclave est élevé pourraient rendre plus efficace l’action de surveillance.

 

Améliorer la connaissance fine des situations de travail esclave permettra en outre de bien distinguer les cas qui tombent sous le coup de la législation brésilienne – essentiellement ceux où les travailleurs sont retenus contre leur gré – de ceux où les conditions de travail, de loge-ment et d’alimentation sont mauvaises, mais sans qu’il y ait illégalité, comme cela peut être le cas dans la production de soja et de canne à sucre. On y trouve sans aucun doute des cas de surexploitation, parfois mortelle, mais rien qui justifie l’action des groupes mobiles de lutte contre l’esclavage, qui ont donc peu de chances de trouver des travailleurs esclaves dans des états plus riches du Sud-Sudeste. Les régions à surveiller sont donc bien toujours les marches avancées du front pionnier, dans le Nord et le Centre-Ouest, les situations du reste du pays relevant d’autres analyses et devant faire l’objet d’autres modes d’intervention.

En conclusion – un peu optimiste sur ce sujet grave – on peut espérer que la publication d’informations relatives à la situation de travailleurs asservis permettra une plus grande trans-parence pour la population en général et une plus grande efficacité des associations engagées sur ces thèmes. Des pétitions et des projets de loi ont été envoyés au Parlement, mais beau-coup sont classés sans suite en raison de pressions politico-économiques qui visent à créer, dans la législation comme dans la jurisprudence, des brèches réduisant l’efficacité du Plan National d’Éradication du Travail Esclave au Brésil. Si une analyse typiquement géographique et cartographique peut contribuer à jeter la lumière là où certains ne la souhaitent pas, et aider au meilleur fonctionnement des politiques de prévention et de répression des formes archaïques et illégales de travail esclave, ce ne serait pas un mauvais résultat.

Bibliographie

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J.,  Atlas as do trabalho escravo no Brasil, Amigos da Terra Amazônia, 2012, 82 p., http://amazonia.org.br/wp-content/uploads/2012/04/Atlas-do-Trabalho-Escravo.pdf

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J., « Géographies du travail esclave au Brésil » , Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, article 541, mis en ligne le 23 juin 2011, modifié le 24 juin 2011. URL : http://cybergeo.revues.org/23818

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J, “Geografias do trabalho escravo no Brasil”, Nera 17, Presidente Prudente, juin 2011, pp. 7-28, http://www4.fct.unesp.br/nera/revistas/17/6_thery_et_al.pdf

Répercussions

Ce n’est  pas tous les jours qu’un travail de recherche universitaire franco-brésilien a cette répercussion et surtout des chances de peser sur la réalité sociale observée.

L’Atlas do trabalho escravo est l’objet de l’article de tête du bulletin de l’agence Fapesp, après avoir été en même position dans la Folha de S. Paulo online et signalé dans divers autres bulletins et blogs (voir ci-dessous). Nous avons par ailleurs répondu à bon nombre de demandes d’interviews dans des radios, dont la Radio Nacional de Brasilia et sa filiale Amazonia (qui diffuse en ondes courtes en Amazonie).

L’article de la Fapesp est le plus complet et le plus gratifiant pour nous, et il sort le lendemain du jour ou la Chambre des Députes a voté la confiscation des fazendas ou seraient trouvés des travailleurs en situation d’esclavage, ce qui fait qu’il pourrait avoir une réelle utilité dans les politiques publiques brésiliennes.

  Agences officielles

Agencia Fapesp

http://agencia.fapesp.br/15642

Jornal da USP

Ano XXVII nº 962 de 11 a 17 de junho de 2012 « O mapa da degradação ».

http://espaber.uspnet.usp.br/jorusp/?p=22673

CNRS-INSHS, La vie des laboratoires

http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/atlas-esclavage.htm

 Cendotec

ttp://comunidadefb.com.br/web/index_not.php?p=10000

Jornal da Ciência (JC),  Sociedade Brasileira para o Progresso da Ciência  (SBPC)

Número 4504, 24/5/2012

Agencia de Notícias para a Difusão da Ciência e Tecnologia (DiCYT), Salamanca

http://www.dicyt.com/noticia/atlas-mostra-fluxo-de-trabalhadores-escravos-no-brasil

 Journaux nationaux

Folha de S. Paulo online (São Paulo)

(http://www1.folha.uol.com.br/empreendedorsocial/1090107-atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil-pode-prevenir-exploracao.shtml)

Estado de S. Paulo (Saõ Paulo)

« Trabalho escravo » 9/6/2012

Globo (Rio de Janeiro)

http://oglobo.globo.com/rio20/pesquisadores-lancam-atlas-do-trabalho-escravo-5018243

EM Estado de Minas (Belo Horizonte)

http://www.em.com.br/app/noticia/tecnologia/2012/06/04/interna_tecnologia,298165/estudo-traca-retrato-do-escravo-contemporaneo.shtml

Correio Braziliense (Brasília)

http://www2.correioweb.com.br/euestudante//noticias.php?id=29828

Exame

http://exame.abril.com.br/economia/brasil/politica/noticias/pesquisadores-criam-atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil

Journaux amazoniens

O Liberal (Belém)

http://www.orm.com.br/projetos/oliberal/interna/default.asp?modulo=250&codigo=596009

Gram-Pará:

http://www.grampara.com.br/atlas-do-trabalho-escravo-ajuda-empresas-a-se-prevenir/

O Paraense

http://www.oparaense.com.br/index.php?option=com_content&view=article&id=1795:o-atlas-do-trabalho-escravo&catid=5:direitos-humanos&Itemid=6

Portal da Amazônia

http://www.portalamazonia.com.br/editoria/amazonia/atlas-traca-perfil-de-escravo-contemporaneo-no-brasil/

 Radios

CBN 

http://cbn.globoradio.globo.com/programas/cbn-noite-total/2012/04/19/OSCIP-AMIGOS-DA-TERRA-AMAZONIA-BRASILEIRA-LANCA-EM-PARCEIRA-COM-A-OIT-O-ATLAS-DO-TRA.htm

Radio Novo Tempo

http://novotempo.com/radio/2012/05/29/no-dia-do-geografo-conheca-o-trabalho-escravo-no-brasil/

ONGs

Repórter Brasil 

http://reporterbrasil.org.br/blogdaredacao/?p=930

Instituto Ethos

http://www1.ethos.org.br/EthosWeb/pt/6749/servicos_do_portal/noticias/itens/pelo_fim_do_trabalho_escravo_em_todo_o_mundo.aspx

IHU On-line
http://www.ihu.unisinos.br/noticias/508544-primeiroatlasdotrabalhoescravotrazferramentadeprevencaoparaasempresas

GT de combate ao Racismo Ambiental
http://racismoambiental.net.br/2012/04/primeiro-atlas-do-trabalho-escravo-traz-ferramenta-de-prevencao-para-as-empresas/

 Grupo de estudos de geografia histórica:

http://geohistorica.wordpress.com/category/grupo-de-estudos-de-geografia-historica/noticias/

 Amigos da Agroecologia:

http://agroecologiace.blogspot.com.br/

Blogs

Hum Historiador

http://umhistoriador.wordpress.com/2012/05/27/atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil-e-a-pec-438-01-do-senado/

Blog Quarto Poder
http://www.blogquartopoder.com.br/2012/04/primeiro-atlas-do-trabalho-escravo-traz.html

Margens, reflexões sociológicas

http://margensociologicas.blogspot.com.br/2012/05/atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil.html

Professor News

http://www.professornews.com.br/index.php/component/content/article/93-tecnologia/2358-geografo-da-unesp-produz-atlas-do-trabalho-escravo

Diplomatizzando (Paulo Roberto de Almeida)

http://diplomatizzando.blogspot.com.br/2012/05/o-brasil-e-o-trabalho-escravo-atlas.html

Revista Giz

http://revistagiz.sinprosp.org.br/?p=2015