Archives par mot-clé : élevage

Fromages de France et du Brésil

Le Brésil n’est pas un grand pays de fromages, contrairement à la France, qui s’enorgueillit tant de la qualité et de la variété de ses productions dans ce domaine.
Il est même l’une des icônes de la Nation et de sa diversité, comme le montre la figure 1 qui associe un fromage en forme de France et un camembert nommé Marianne (dont on peut déplorer qu’il soit « fabriqué en Picardie » et pas en Normandie, comme l’exige l’appellation d’origine). Cette diversité est si grande, et l’attachement aux produits locaux si fort, que l’on prête au General de Gaulle la phrase « Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? ».

Figure 1 France et fromage
france-et-fromage

Source: http://bernard-richard-histoire.com/2015/10/19/lactualite-et-lhistoire-sur-les-etiquettes-de-fromages-francais/

De fait, la plupart des régions françaises ont développé des variétés locales de fromages , à base de lait de vache, de chèvre ou de brebis, à pâte molle (à croûte fleurie ou à croûte lavée) ou pressée (cuites ou non-cuites), plus ou moins secs, plus ou moins affinés, cendrés, persillés, en forme de cylindre bas et vertical, long et horizontal, de parallélépipède, de cône, de cube, etc. Même les régions d’Outre-Mer ont les leurs, comme le montre la figure 2.

Figure 2 Fromages et régions

fromages-et-regions

Sources: http://www.produits-laitiers.com/dossier/les-signes-officiels-de-qualite-des-produits-laitiers/ et https://www.opendatasoft.com/fr/2015/05/04/open-data-cartographie-la-carte-des-fromages-francais/

On fait même parfois de la gastronomie locale, des produits du terroir dont les fromages sont les plus notables, un des fondements de l’identité régionale, et ils disputent âprement les médailles très recherchées du Concours Général associé au Salon Agricole de Paris. Sur les sacs édités à cette occasion (figure 3) la liaison est explicitement faite entre région, goût et France.

Figure 3 Goût et région

region-et-gout

Source: sacs distribués au Salon Agricole de Paris

Face à cette diversité et à cet enracinement local et affectif, la production brésilienne fait pâle figure, avec un petit nombre de fromages bien moins élaborés. La raison de cette faiblesse est simple, l’élevage bovin y est principalement le fait de très grandes exploitations, comptant des centaines ou de milliers de têtes de bétail, surveillées par des vaqueiros à cheval (tout à fait comparables aux cowboys nord-américains). Dans ces conditions la priorité a été donnée à la production de viande, car il est évidemment plus commode de rassembler un groupe de bœufs (jusque-là laissés à eux-mêmes dans la savane) et de les conduire à l’abattoir – jadis à pied et aujourd’hui en bétaillère – que de traire des vaches tous les jours.

Comme les Brésiliens ne consommaient traditionnellement que peu de lait, une petite production locale suffisait aux besoins, et le développement récent de la consommation de yaourts et dérivés a été rendue possible par celui de grandes exploitations spécialisées avec stabulation et traite automatiques (sur la deuxième partie de la figure 4 une ferme de 1 500 vaches laitières).

Figure 4 Élevage à viande dans le Mato Grosso et laiterie industrielle près de São Paulo

elevages-a-viande-et-lait

Photos Hervé Théry 2009 et 2015

Il existe pourtant une production brésilienne de fromages, de l’ordre de 1,5 million de tonnes en 2016 (contre 1,8 en France), dont les principaux sont le queijo Minas et le queijo prata, auquel il faut ajouter le Minas frescal, un fromage frais qui doit être consommé très rapidement.

Figure 5 Fromages brésiliens

queijos

Sources: carte http://www.papodevinho.com/2016/02/veja-que-interessante-esse-mapa-do.html?m=1, queijo-minas, http://deliciasdasfazendas.lojavirtualnuvem.com.br, queijo prato http://www.queijariademinas.com.br/queijos/queijo-prato-300-gramas-fatiadas.html, frescal http://adoroumacozinha.blogspot.com.br

La consommation par tête est encore faible (5,3 kg par personne et par an, contre 25 en France) mais elle s’accroit rapidement et l’on observe un effort de diversification avec le développement de productions artisanales de qualité, reproduisant des types de fromages européens (mozzarella, parmesan, gruyère, brie, etc.). On peut même – est-ce une bonne idée? – associer deux types de fromages comme cette invention de São Vicente de Minas (la « capitale brésilienne des fromages fins »), le « Camembleu […] qui a uni en un seul les deux fromages les plus appréciés par les Brésiliens, le camembert et gorgonzola ».

Figure 6 Fromages artisanaux

queijos-finos

Sources: Grupiara http://naoseicozinhar.ne10.uol.com.br/noticias-de-gastro-9 et http://www.blogvinhotinto.com.br/destaquesdoblog/dicas-para-degustar-queijos-e-vinhos/

La fromagerie Cruzeiro (figure 7) indique sur son site « Le fromage est un produit traditionnel dans notre région, il est fait de la même manière depuis environ 200 ans, depuis l’arrivée dans cette région des premières expéditions à la recherche de l’or, nous sommes situés dans le district de Brejo Bonito, dans la commune de Fortaleza-MG à une altitude de 920 mètres au-dessus du niveau de la mer, à 60 km de Patos de Minas ». Cela témoigne d’un vrai souci d’associer le produit au terroir et à l’histoire locale, et c’est à tout prendre mieux que de copier telles quelles des productions industrielles françaises, dont celle qui a pour emblème un bovin hilare.

Figure 7 Fromage artisanal et fromage industriel mimétique

queijos-e-copias

Source: Queijaria Cruzeiro http://www.queijariacruzeiro.com.br et http://www.embalagemmarca.com.br/2013/01/queijo-a-vaca-que-ri-chega-ao-brasil/

On commence même à trouver des étals intéressants (celui de la figure 8 annonce du « Gouda national » et du « Gorgonzola national’ à côté du ‘Roquefort argentin ») même s’ils ne peuvent évidemment pas encore rivaliser avec ceux de la rue Mouffetard ou de tout autre marché parisien.

Figure 8 Étal de fromages au marché municipal de São Paulo et rue Mouffetard, à Paris.

etals-compares

Photos Hervé Théry 2006 et 2008

Espérons qu’avec cette nouvelle production se développera une culture du fromage qui amènera de plus en plus de Brésiliens à l’apprécier, après tout il fait déjà partie du plus classique des desserts brésiliens, le Roméo et Juliette (fromage frais et pâte de goyave). Mais souhaitons que l’accès à des fromages plus élaborés ne soit pas utilisé pour le « revisiter » sous la forme du désastre gastronomique de la figure 9, associant Brie coulant et confiture d’oranges…

Figure 9 Romeu e Julieta classique et « revisité »

romeo-e-julieta

Source: http://noemiamartins.blogspot.com.br/2010/05/um-pf-necessario.html et http://www.laticiniosmarilia.com.br/sobre_queijo/artigos/exibe/9

 

Productions agricoles en 2014 et leur dynamique depuis 1990

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) publie chaque année des données sur la production agricole et de l’élevage par commune[1], organisées sur en bases connues comme PAM (production agricole par commune) et PPM (production de l’élevage par commune). Les deux sont librement et gratuitement accessibles sur le site de l’IBGE, via la base de données Sidra (http://www.sidra.ibge.gov.br). La PAM indique, pour chaque production agricole, la superficie ensemencée, la superficie récoltée, la quantité produite et la valeur de la production, pour les années de 1990 à 2014. Le PPM donne pour les mêmes années le nombre de têtes de chaque type de cheptel, la production de lait, d’œufs, de miel, de cocons de ver à soie et de laine, plus le nombre de vaches traites et de moutons tondus. Les données peuvent être extraites, à l’échelle des communes ou de leurs agrégations (microrégions, mésorégions, États et régions), pour l’ensemble du pays ou d’une partie de celui-ci, États ou « visions territoriales » spécifiques comme la région semi-aride, l’Amazonie ou les « territoires de la citoyenneté ».

Les données de 2014 étant disponibles, nous avons trouvé intéressant d’en tirer des cartes (en utilisant les logiciels Philcarto[2] et Adobe Illustrator[3]) de la distribution des principales productions agricoles et de l’élevage dans les 557 microrégions que compte le pays, et de l’évolution de certaines au cours des 24 dernières années.

Élevage

La figure 1 regroupe les cheptels recensés en 2014, recalculés en UGB (unités de gros bétail) pour pouvoir comparer leur importance relative, en poids et en pression sur les ressources naturelles : le nombre brut est multiplié 0,3 pour les porcs, 0,1 pour les moutons, les chèvres 0,09 0,01 poulets, etc.

Ce calcul fait apparaître clairement la prédominance de l’élevage bovin, le nombre de bovins dans le pays étant plus élevé que le nombre d’êtres humains (212 millions contre 202,7 millions selon l’estimation officielle de l’IBGE pour 2014).

Tableau 1 Cheptels bruts et en UGB

Bovins Volailles Porcins Équidés Ovins Caprins Buffles Total
212 1.331 38 5 18 9 1 1.614
212 13 11 4 2 1 1 244

Millions de têtes. Source : IBGE, PPM 2014

Les bovins sont présents dans tout le pays, en particulier dans le Centre-Ouest, tandis que les autres cheptels sont concentrés dans des régions bien définies : buffles dans l’embouchure de l’Amazone, chèvres dans les régions intérieures du Nordeste, moutons dans la campagne gaúcha du Rio Grande do Sul. Les porcs et les poulets ont des distributions similaires, dans les régions d’agriculture familiale du Sud et à proximité des grandes villes du Sudeste, ainsi que – plus récemment – dans la région du soja du Mato Grosso, où les producteurs ont créé des parcs d’engraissement pour valoriser leur production de céréales et de protéines animales.

Dans la dynamique historique, ce qui attire l’attention est la croissance du nombre de bovins (figures 2 et 3) et son expansion vers le nord, en Amazonie, tandis qu’ils diminuent dans le sertão du Nordeste et dans l’État de São Paulo, où ils cèdent la place à la canne à sucre (figure 4 et 5).

Figure 1 Cheptels en 2014

Elevages 2 fr

Figure 2 Bovins en 1990

Bovins 1990 fr

Figure 3 Bovins en 2014

Bovins 2014 fr

Figure 4 Avancée de l’élevage bovin de 1990 à 2004

Bovinos Var 90-10 choro fr

Bovinos 90-14 micro fr

Agriculture

La distribution des productions agricoles est elle aussi très contrastée et marquée de fortes dynamiques. La figure 5 regroupe les principales d’entre elles, en tonnages et à la même échelle, exceptée la canne à sucre dont les volumes sont si élevés qu’ils déséquilibrent toute comparaison. Elle fait apparaître la prédominance du soja et du maïs, dans les mêmes régions puisqu’ils sont souvent associés dans les rotations culturales.

La canne à sucre occupe des régions immédiatement au sud de celle du soja, dans le Goiás, le Mato Grosso do Sul et surtout l’État de São Paulo, où elle a replacé le café – qui a migré vers le sud du Minas Gerais et l’Espírito Santo (figures 6 et 7) – principalement depuis le développement de la production d’alcool combustible lancée par le plan Proalcool de 1973 (d’où le choix de la date de référence de la figure 7). Les plantations d’orangers sont elles aussi concentrées dans l´État de São Paulo.

Les autres cultures se partagent clairement entre celles du nord (manioc et palmier à huile), du Nordeste (manioc, canne à sucre, noix de coco, bananes) et celles du Sud (riz, blé, raisin et pommes), en fonction des aptitudes climatiques et des marchés consommateurs de chaque région.

Tableau 2 Principales productions agricoles

Canne à sucre Soja Maïs Manioc Oranges Riz
737 87 80 23 17 12
Bananes Blé Haricots Café Noix de coco Raisin
7 6 3 3 2 1

Millions de tonnes. Source : IBGE, PAM 2014

Figure 5 Principales productions agricoles en 2014

Toutes cultures 2014-2 fr

Figure 6  Déplacements du café

Cafe 1990 2014 micro 2 fr

Figure 7 Déplacements de la canne à sucre

Cana 1973-2010 micro fr

Les figures 8 et 9 montrent l’ampleur du déplacement des régions productrices de soja et de maïs depuis le Sud, où elles ont commencé dans les années 1970, vers le Mato Grosso puis vers le Maranhão, le Piauí et plus récemment vers le Pará. C’est toutefois encore le Mato Grosso, au terme d’une croissance spectaculaire (figures 10 et 11) qui est le centre de gravité de ce complexe soja-maïs, auquel s’ajoutent de plus en plus le coton et les parcs d’engraissement déjà mentionnés.

Figure 8 Déplacements du soja

Soja 1990-2014 micro -1+1 fr

Figure 9 Déplacements  du maïs

Milho 90-2014 micro -1+1 fr

Figure 10 Production de soja en 1990

soja 1990 mun 3D fr

Figura 11 Production de soja en 2014

soja 2014 mun 3D fr

[1] Le Brésil en comptait 5 570 en 2014 (contre 36 68 en France) alors que sa superficie est plus de quinze fois plus grande

[2] Logiciel gratuit qui peut être téléchargé à partir du site de l’auteur http://philcarto.free.fr/

[3] Pour la superposition des cartes analytiques et le traitement graphique final

Histoire d’un pionnier

Messias Lopes de Mello  (1926-2015)Messias de Mello

Le texte qui suit est la traduction de la première annexe de la thèse de doctorat de Neli Aparecida de Mello, fille de Messias Lopes de Mello. Soutenue en 2002 en cotutelle entre l’Université Paris X Nanterre et l’Universidade de São Paulo. La thèse était intitulée « Politiques publiques territoriales en Amazonie brésilienne : conflits entre conservation et développement  » et l’auteure avait jugé opportun – le jury lui a donné raison – de donner la parole à l’un des anonymes concernés par ces politiques, à l’un de ces pionniers sans lesquels ces politiques auraient été sans objet.

Car c’est leur volonté irrépressible d’avancer vers ces terres inconnues qui a permis de les occuper, de les mettre en valeur, d’y construire routes et villes, mais aussi – on ne saurait le cacher – de dégrader sensiblement ses forêts et ses rivières. Messias Lopes de Mello a été un de ceux-là, il a participé de la poussée pionnière au long de la route Belém-Brasília, juste après la construction de la nouvelle capitale. Il a souffert des conséquences du coup d’État militaire de 1964, côtoyé la répression de la guérilla de l’Araguaia. Il a ensuite été de ceux qui ont obtenu des terres au long de la Transamazonienne, à ceci près qu’il a dû ouvrir une route pour les atteindre. Le plan Real de 1994 lui a permis de se retirer honorablement de l’aventure amazonienne et de repartir vers le Sud, concluant un parcours exemplaire.

À la demande de sa fille, Messias a raconté sa vie, dans un cahier d’écolier emprunté à l’un de ses petits-fils. Une autre petite-fille a transcrit le texte sur son ordinateur et l’a envoyé par mail à Paris, son gendre a dessiné la carte qui retrace son parcours. Ce texte a dû être un grand effort pour lui qui n’avait pu aller que quatre ans à l’école, mais le résultat, clair et précis, est informatif et touchant. Cédons-lui donc la parole.

Messias raconte son histoire

Je soussigné Messias de Mello, connaisseur de longue date d’une partie de la route Belém-Brasilia, déclare que vers l’an 1957, je suis parti d’Olímpia, São Paulo, avec mon ami M. Elizeu Denadai, à destination de Buriti Alegre de Goiás, grande région d’élevage, pour y acheter du bétail. De là, nous avons décidé de visiter Goiânia, et avons passé la nuit à l’Hôtel Itajubá, place Araguaia. Nous y avons parlé avec des agriculteurs et ils nous ont informés qu’à Planaltina de Goiás[1] on trouvait des bêtes à bon prix. Nous avons pris la route et quand nous sommes arrivés nous avons trouvé un fermier qui nous a dit avoir un troupeau sur sa ferme, dans la vallée du Paraná. Nous avons commencé à négocier le prix, et dit qu’il nous convenait, mais alors l’agriculteur nous a dit que le système de la région était le suivant : j’avancerais un paiement partiel, il rassemblerait les bœufs et, après 20 jours, je pouvais revenir chercher. C’est qu’on était dans l’arrière-pays et qu’il n’y avait pas de clôtures à cette époque. On élevait les bêtes en liberté, personne n’avait de pâturages fermés, on reconnaissait ses bêtes à la marque faite au fer rouge. Face à ces propositions, nous avons décidé d’abandonner l’affaire.

Nous sommes alors retournés à Goiânia. Nous avons su que la zone de Ceres était une région de pâturages fermés et de bétail de bonne qualité. Nous sommes donc allés à Ceres, on nous avait dit de parler à M. Mariano Rodriguez, agriculteur dans le village de Castrinópolis. Nous avons trouvé des bœufs, mais ils étaient trop jeunes, nous cherchions du bétail plus âgé. Puis il nous a renvoyés à M. Uilton Monteiro da Rocha, propriétaire de la fazenda Matão à Porangatu, sur la route Belém-Brasilia. Quand nous sommes arrivés à la ferme, nous avons été bien reçu et avons commencé à négocier, mais l’agriculteur venait de vendre un troupeau de bovins et nous a dit que, dans 20 à 30 jours il en aurait un autre à nous montrer. Suivant d’autres informations nous sommes allés à Porto Nacional, Miracema do Norte et Cristalândia, des petites villes qui existaient déjà à ce moment-là.

Nous avons décidé d’aller à Cristalândia, à 400 kilomètres de Porangatu et 800 d’Annapolis. La route Belém-Brasilia était gravillonnée par endroits et dans d’autres seulement déboisées et nivelée. En arrivant à Cristalândia, nous avons pris contact avec des agriculteurs, Celso Maranhão et Antenor Aguiar, tous les deux agriculteurs et commerçants. À Cristalândia, en 1958, les transactions commerciales ont été très difficiles parce qu’il n’y avait pas de routes, tout était transporté par bateau sur le Tocantins, vers Belém. Au passage des rapides, il fallait débarquer les marchandises et les mettre sur des bêtes de somme pour contourner l’obstacle. Il y avait une seule alternative, l’avion, qui passait une fois par semaine, allant de Belém à Goiânia, et vice versa, en passant à l’époque par Marabá, Impératriz, Tocantinópolis, Carolina, Filadélfia, Pedro Afonso, Araguacema (au bord de l’Araguaia) et Miracema do Norte. La rive droite du Tocantins était habitée par les Indiens.

Revenant à Goiânia nous avons vu 35 bœufs chez l’éleveur Benedito Almeida et fini par les acheter. À cette époque, il n’y avait pas de banque, donc nous avons dû revenir à Olímpia pour aller chercher l’argent. Et tout l’argent était en liquide. En 40 jours j’ai acheté 750 bœufs.

Dans la même année (1958), nous avons formons un convoi pour acheminer du bétail sur pied. Nous avions quatre bêtes de somme pour transporter tout le matériel, les casseroles et la nourriture, des bobines de fil de fer pour faire un corral chaque après-midi, pour y enfermer les bœufs. On tendait le fil de fer d’un arbre à l’autre, en cercle, et le lendemain, on sortait le bétail et on le comptait. Il n’y avait pas de routes, juste des pistes, et nous devions récupérer le fil de fer attaché aux arbres, l’enrouler en deux bobines et le charger sur les bêtes de somme. Le voyage a duré 47 jours jusqu’au confluent de l’Agua Fria et du Javaé, un des bras de l’Araguaia[2]. Le déjeuner et le dîner étaient pris au bord des ruisseaux et les nuits passées sous les arbres. De tout le parcours nous avons vu seulement quatre maisons, au bord de l’Araguaia.

Figure n° 1 Le parcours de Messias Lopes de Mello

Am_Circuits Messias 2fr

Je suis revenu de la fazenda Agua Fria, près du Javaé, qui à cette époque appartenait au brigadier Clovis Classi, qui je ne connaissais pas, et j’ai loué un camion de la fazenda pour nous emmener à Porangatu et rapporter 100 sacs de sel, la distance était de 200 kilomètres. De cette fazenda jusqu’à l’endroit où nous voulions mettre les bovins à engraisser il y avait 20 km et pas de routes, tout a été transporté par des bêtes de somme.

Le voyage avait déjà duré quatre mois et pour aller de Porangatu à Olímpia, nous avons attendu le camion de M. Eliseu, qui était à Cristalândia pour revenir à Olímpia. Pendant la période d’engraissement des bovins, Eliseu et moi avons transportés des marchandises d’Olímpia à Cristalândia. Nous les avons vendues, acheté des porcs, les avons mis dans le camion et sommes allés les vendre à Rio Verde, Bom Jesus, Itumbiara et Quirinopolis, nous avons vendu à engraisser, parce que ces régions cultivaient du maïs. À cette époque, il n’y avait aucun moyen d’industrialisation du maïs et tout était mis à profit pour élever les porcs. Dans ce commerce beaucoup de gens ont perdu de l’argent, à la fois dans le commerce des marchandises comme dans celui des porcs.

Au bout de 87 jours, les bovins ont été vendus à un commerçant de Belém, Pedro Gomes. Il les a ramenés à Cristalândia, les a fait abattre et transporté la viande par avion à Belém. La vente avait été faite à crédit mais l’acheteur n’a pas honoré l’accord, et il a fallu un an pour obtenir ce que nous avions négocié, sans intérêts ni sans tenir compte de l’inflation[3], si bien que nous avons de nouveau perdu de l’argent. En attendant de recevoir l’argent du bétail nous avons fait commerce des marchandises et de porcs, pendant un an.

Figure n° 2 Camions et routes dans les années 1970

Route et camion

©Hervé Théry 1974 et http://www.clasf.com.br/q/caminhao-mb-toco-boiadeiro/

Quand nous avons reçu l’argent, Elizeu nous nous le sommes partagé et j’ai acheté une petite ferme il à Ceres, de M. Severino Lauriano Botelho, plus ou moins en 1959. Là, je travaillais avec Rubens Marcondes, un ami, il m’a donné de l’argent pour acheter 200 bovins. En 1963, sur cette ferme de Ceres, M. Pinheiro Tunico m’a confié 450 bœufs, en divisant le profit. J’ai donc loué pendant un an une ferme sur les rives du rio Ouro, à Porangatu, pour y mettre les bœufs de M. Tunico. Un an après notre transaction est survenue la révolution[4], Monsieur le Président Joao Goulart a été déposé et sous la direction de l’armée les prix des bovins vivants ont fléchi, à l’époque l’arroba[5] était à 31 000 cruzeiros, elle a chuté à 18 000 cruzeiros. Résultat, personne ne voulait vendre des bœufs à ce prix.

Le gouvernement a alors créé des groupes composés d’un lieutenant et de quatre soldats, qui allaient dans les fermes et avertissaient les agriculteurs que le lendemain les camions allaient ramasser des bovins pour les conduire à l’abattoir. Avant ça les lieutenants étaient allés à la Chambre d’Agriculture ou au Bureau Fiscal et avaient demandé combien de têtes de bétail avait chaque éleveur. Par conséquent, ils réquisitionnaient une partie du troupeau au prix de 18.000 cruzeiros, avec paiement à 30 jours. À l’époque, M. Nego de Mello, notre cousin, le propriétaire de la ferme Santa Amelia à Auriflama, São Paulo, avait acheté 400 bovins à engraisser. L’inspection de l’Armée est arrivée à la ferme et a réquisitionné 250 bœufs, et les a fait abattre à Araçatuba, à l’abattoir Tumaia.

Cette réquisition a duré environ deux ans et demi. Et les affaires, ou plutôt le prix du bétail a subi une forte baisse. Comme j’avais les bœufs de Rubens Marcondes et Tunico Pinheiro en association et partage du bénéfice, au bout d’une année les bœufs étaient engraissés et la seule solution a été de les vendre et de liquider la société. J’ai vendu le bétail, nous avons fait les comptes et couvert les coûts. La dévaluation de l’argent nous a fait du tort et je me suis trouvé face à diverses dépenses liées à la pâture, le sel, aux vaccins, aux médicaments, aux ouvriers agricoles. Cela m’a forcé à vendre la ferme de Ceres pour payer les dettes. Ce qui est arrivé en 1968.

Après avoir remis de l’ordre dans mes affaires, j’ai acheté la fazenda Santa Rosa, à Paraíso do Norte, Goiás[6], avec 500 hectares. J’y ai travaillé pendant deux ans, avec un capital de M. Rubens Marcondes. À cette époque, j’avais aussi une bétaillère, avec laquelle je nourrissais ma maison, en faisant du fret.

En 1976, j’ai vendu 120 veaux à M. Florentino Garcia, à São José do Rio Preto, São Paulo, mais cette année je vivais déjà à Altamira, Pará. La route Transamazonienne avait été récemment construite, il y avait tous les 100 kilomètres un campement avec des machines pour aider sur la route. Souvent, un pont s’effondrait ou il apparaissait de bourbiers, ce qui retardait le voyage entre Altamira et Araguaina d’au moins dix jours. C’était un tronçon de 800 km, passant par São Domingos et São Geraldo do Pará, par une route très mauvaise, que l’Armée avait ouverte dans la forêt, en passant près de la Serra de Andorinha.

Cette route a été faite au moment de la révolution pour arrêter les subversifs qui se cachaient dans les montagnes et il y avait d’autres personnes qui se cachaient aussi dans les villages sur les rives du Tocantins[7]. L’Armée surveillait les routes, les villes et les fermes, jusqu’à ce qu’elle ait arrêté les dirigeants. Ils ont tous été arrêtés et tués. À cette époque, l’Armée a fait pression dans tous ces États, le Pará, le Mato Grosso, les Goiás. Je voyageais beaucoup avec mon camion, et il a souvent été fouillé, dans la cabine, sous la carrosserie, tous les documents étaient examinés, puis j’étais autorisé à continuer ma route.

Figure n° 3 Messias Lopes de Mello, éleveur

GO Messias de Mello 2

©Hervé Théry 2004

Quand je suis allé pour la première fois à Altamira, je suis allé au lieu-dit Usine à Sucre (90 km d’Altamira vers Santarém). La terre m’a plu et j’ai demandé des informations à l’INCRA[8] de la ville. Il m’a informé que je devrais m’inscrire, passer un examen de santé, que je ne pouvais pas posséder de terres ailleurs et que je devrais vivre sur les terres acquises. Je devais aussi parler avec des agronomes, pour tester mes connaissances sur l’exploitation des terres par l’agriculture et l’élevage. Ma candidature a été approuvée et je suis allé chercher un lot, ils étaient déjà délimités.

Sur le bord de la route, les lots étaient de 100 hectares, avec une maison, et ils étaient déjà tous occupés. De 2 km et demi à 16 km de la route, les lots étaient de 500 hectares, délimités, mais il n’y avait pas de route pour y accéder, pas d’habitants, que des forêts. J’ai visité plusieurs endroits, tous les 50 km il y avait une personne désignée par l’INCRA, avec la carte des lots numérotés. La démarcation avait été faite avec des poteaux de ciment tous les 100 mètres, qui portaient le numéro de lot, jusqu’à 16 km de la route. Le lot le plus proche que j’aie trouvé était au km27 du tronçon Marabá-Altamira, à droite de la route Transamazonienne, le lot le plus éloigné de la route, le poteau de ciment portait la marque G12-LT23. Après c’étaient des terres de l’Union[9].

Je suis retourné à l’INCRA et j’ai pris possession du lot par une lettre de colonisation agraire, en août 1976. J’ai ensuite repris ma vie normale, l’achat des bêtes grasses que je conduisais à Belém, la vente et l’achat de veaux que j’amenais à Altamira. J’ai engagé dix ouvriers agricoles pour m’aider, je leur ai fait ouvrir une route d’accès[10] et déboiser 50 hectares, ça a été terminé à la fin de juillet de cette année.

Je suis retourné à Olímpia où j’ai acheté 1 500 kilos de semences pour former des pâturages. En arrivant sur la route du lot, je les ai déchargé et loué quatre chevaux avec des selles et je suis allé porter les graines sur le lot, cinq sacs par animal. Je dormais au bord de la route. Ce transport a pris dix jours, et après avoir semé les graines dans la partie du lot qui avait été défrichée et brûlée, j’ai payé les ouvriers agricoles suis retournés à Goiás, puis 60 jours après avoir semé les graines, je suis revenu à Altamira, et comme il avait bien plu, l’herbe était déjà haute.

Figure n° 4 Élevage en Amazonie dans les années 1970

Elevage en Amazonie

©Hervé Théry 1974

La Transamazonienne était une route construite sous le gouvernement du président Médicis, depuis l’État d’Alagoas jusqu’au port d’Itamarati, sur le Madeira, pour se connecter à la route reliant Cuiabá à Porto Velho et Manaus[11]. Le gouvernement l’a faite dans l’intention de coloniser, de construire des maisons pour les familles et de les y installer, avec des écoles et du financement pour aider les familles à survivre. Dans les premières années des agrovilles ont été construites pour servir de points d’appui aux nouvelles familles qui sont venues s’installer.

Ces agrovilles devaient être de petites villes avec des magasins, des médecins et des pharmacies. On a construit également des hangars pour stocker les produits agricoles des colons comme le riz, les haricots, le café, le cacao et d’autres variétés. Ces produits étaient achetés par la Banque du Brésil, et le gouvernement lui avait également ordonné de rassembler des vaches de races laitières et d’en vendre une à chaque famille. Cela a été fait par la Banque du Brésil, mais plus de 80% des familles ont abandonné et migré vers les villes ou sont repartie vers leur région d’origine. Parce que la vie y était dure. Il n’y avait pas de radio, car il n’y avait pas de station émettrice. Il n’y avait pas de loisir, à part rendre visite au voisin.

Quand je passais avec ma bétaillère vers Altamira, des gens qui avaient entendu le rugissement du moteur couraient sur le bord de la route, me saluaient de la main et me criaient leur nostalgie de leur région et la famille qu’ils y avaient laissée. À cette époque il n’y avait pas de bus, il n’y avait pas de téléphone, même pas à Altamira ou à Marabá. Il n’y avait que la radio amateur, et encore, quand ça marchait. Obtenir une communication était rare et presque impossible à réaliser plus d’une fois. La station était bondée toute la journée de personnes en attente de connexions. Les communications se faisaient via Belém, et de là on reliait la radio au téléphone. Ainsi, à cause de cette vie difficile, peu de familles sont restés. Celles qui y sont actuellement sont bien financièrement, mais l’intention du président, qui était de coloniser la région, a échoué.

Je suis allé à Brasilia et obtenu de José Jacinto de l’argent pour acheter du bétail et le mettre au pâturage. L’affaire faite, je suis allé acheter 100 vaches à Dueré, dans la région de l’Araguaia, loué cinq camions et je les ai emmenées à Altamira. Quand elles ont été grasses et je les ai vendues à M.Osvaldo Passarelli à Altamira, et fait mes comptes avec José Jacinto, lui remboursant prestation capital et bénéfices, car il avait une autre affaire en vue.

Figure n° 5 Messias Lopes de Mello

SP Messias

Mes pâturages étaient vides. Je suis retourné à Goiás nouveau vendre ma ferme de Paraíso do Norte et investir l’argent à Altamira. J’ai réussi à la vendre, plus ou moins en 1982. Dans le Goiás, la terre n’était pas chère, alors je n’en ai pas tiré beaucoup d’argent. Lorsque je l’ai eu vendue la ferme je suis allé à Altamira, pour continuer à ouvrir la voie, car il n’y avait que la piste que j’avais faite auparavant, et on ne pouvait y passer qu’à cheval. Nous avons continué à l’ouvrir avec un bulldozer. Nous avons déboisé, fait trois ponts et nivelé la route pour que les voitures puissent passer. Cela fait, j’ai laissé Altamira et la ferme, qui a été rebaptisée « ferme abandonnée  », faute d’aide, et je suis reparti sur la Belém-Brasilia, où je continuais à acheter du bétail et à le conduire à Belém. Les villes de Ribeira, Araguaína, Nova Olinda, Nova Colinas, Alvorada et Figueirópolis n’existaient pas à cette époque. Porangatu était alors une très petite ville parce qu’avant la route Belém-Brasilia le transport était fait par des bêtes de somme et des chevaux. Il avait aussi Ceres, qui était une colonie agricole, après Anápolis et Goiânia. Les années passèrent et les progrès est arrivé, le DNER[12] a amélioré la route Belém-Brasília, en construisant des ponts et en la goudronnant.

Ensuite je suis allé encore une fois à Altamira, j’avais acheté veaux à Goiás et les y ai vendus. Mais personne ne pouvait circuler sur la Transamazonienne quand il pleuvait, ça glissait trop. D’Altamira j’ai conduit du bétail à plusieurs reprises à Santarém (d’Altamira à Santarém il y avait 460 km de routes de terre), a également à Itaituba, de l’autre côté du Tapajós, sur la Transamazonienne.

Le progrès est venu lentement, avec les bûcherons et de grandes scieries, avec la construction de la centrale hydroélectrique de Tucuruí, avec de l’asphalte de Marabá à Repartimento, 185 kilomètres. De Marabá à Altamira c’était déjà fait. De l’Araguaia à Marabá il y a 250 km, par une route qui part de la Transamazonienne. Aujourd’hui Eletronorte construit une centrale électrique à Altamira, l’asphalte va jusqu’à Altamira. De Repartimento à Altamira il y a 320 Km. D’Altamira à Itaituba, au bord du Tapajós, 470 km. Selon M. Osias, sur ce tronçon ont été créés plusieurs villages, dont certains ont grandi, comme les villes de Ruronópolis, Uruará, Medicilândia, Brasil Novo (siège de l’INCRA). Sur ce tronçon, il y a beaucoup de résidents exploitant le cacao, le poivre, le café et le bétail.

Une fois je suis allé vendre des bovins gras dans la zone d’orpaillage d’Oripuri. On allait jusqu’à un village de la route Santarém-Cuiabá, nommé Moraes de Almeida. On quittait la Santarém-Cuiabá, on avançait sur 200 km jusqu’au rio Oripurizão. La route s’arrêtait la, à partir de là le transport se faisait par bateau. Ce fut un voyage très difficile, il y avait beaucoup de bourbiers et il n’y avait presque pas de résidents, donc aucun moyen de lâcher le bétail pour qu’il se repose. Pour le débarquer il fallait le sortir du camion en profitant d’un bord de route escarpé et faire une passerelle et un corral en bois. Il nous a fallu douze jours pour atteindre la zone d’orpaillage. La distance entre Altamira et Oripuri était 1 050 km de routes de terre sans accotements et avec des ponts en bois tout cassés. Une fois là nous avons dû attendre huit jours pour tuer le bétail, car il y en avait d’autres camions devant nous.

De retour à Altamira, je suis allé à la ferme et décidé d’y planter du poivre, j’ai vendu le camion pour faire de l’argent et acheté les plants. J’ai coupé des tuteurs pour soutenir les pieds de poivriers, qui sont des plantes grimpantes. J’ai planté 4 000 pieds, qui ont mis trois ans pour produire. Les prix ont alors chuté et les producteurs ont abandonné la culture. Mais j’ai insisté pour ma plantation. Deux ans sans aucun résultat

Figure n° 6 Plantation de poivre

poivre

©Hervé Théry 2007

J’ai fait un emprunt à la Banque d’Amazonie, à Altamira, pour acheter 100 vaches, faire des enclos, installer une balance pour peser les bœufs. Le financement était sur une durée de sept ans. Le contrat avec la banque prévoyait que le TR (taux de référence) puisse être ajusté au maximum de 85%. Quand j’ai signé le contrat il était de 21%, en un an et demi il est passé à 63%. Par conséquent, ma dette à la banque a triplé, bien sûr le bétail a également augmenté, mais moins, et tous ceux qui ont fait ce type d’emprunt ont eu des problèmes. Lorsque le président Fernando Henrique a changé la monnaie[13], les prix des bovins ont augmenté à Altamira de 15,00 à 35,00 Reais par arroba. J’avais 188 têtes financées par la Banque, toutes grasses, je suis allé à la Banque, demandé le solde dû et comme le bétail suffisait pour payer ma dette j’ai soldé mon emprunt.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de financements octroyés par le Banco do Brasil et le Banco da Amazônia. Ainsi la ville d’Altamira a grandi, mais les conditions d’écoulement des produits sont encore difficiles, il se fait par voie d’eau, par Belém, et à partir de là, il va par la route vers le sud, les centres de consommations principaux sont Anápolis et Goiânia. Maintenant d’Itaituba à Jacareacanga, sur la rive gauche du Tapajós, il y a 400 km et de Jacareacanga au port d’Itamarati 600 kilomètres. Sur cette distance de 1 000 km, entre Itaituba et le port d’Itamarati, ont longtemps circulé les bus de la société Transbrasiliana. Puis les ponts se sont effondrés et les remblais ont été emportés par les pluies, si bien que tout trafic a cessé et ce tronçon est désormais impraticable.

Figure n° 7 Route et pont en Amazonie

Route et pont

©Hervé Théry 2004

Certains résidents qui vivaient entre Itaituba et Jacareacanga sont partis. Entre Jacareacanga e Itamarati il n’y avait plus personne. Il y avait seulement de la forêt, et à ce jour c’est encore une zone d’exploitation clandestine du bois. La route Transamazonienne est aujourd’hui active d’Itaituba à Altamira et Santarém. Et d’Altamira à Marabá, le progrès est plus grand, mais dans l’élevage, il n’y a plus de bois et l’agriculture est faible. Il en va de même de parties de la Transamazonienne que j’ai connues entre Riachão, Carolina et Estreito, dans l’État du Maranhão. On passe un pont sur le Tocantins, sur la route Belém-Brasilia, et sur la rive gauche, entre le Tocantins à l’Araguaia, jusqu’à la ville d’Araguaina, un tronçon de 120 km a décliné à cause des Indiens. Les mouvements qui les protégeaient ont grandi, ils ont brûlé deux ponts et bloqué la circulation.

Actuellement, il y a déjà des abattoirs à Tacua, Xinguara et on est en train d’en construire un à Marabá. Contrôler la dévastation de l’Amazonie n’est pas facile, parce que beaucoup de personnes y vivent. Et avec l’asphalte le progrès d’Altamira sera plus rapide. Et donc les difficultés du passé ne seront plus qu’un souvenir, et dans mon esprit je garde l’espoir d’y retourner un jour.

La suite de l’histoire de Messias Lopes de Mello

  • De 1994 à 1997 : retour à Ceres, fazenda Santa Cruz. Une nouvelle vie, il travaille principalement en tant que gestionnaire de la fazenda qui appartient à son cousin Nego de Mello cousin et était sous la responsabilité de ses enfants Tuta et Custodio de Mello, mais il engraisse aussi quelques bêtes qui lui sont restées sur une partie de la fazenda.
  • De 1997 à 2003 : Auriflama, fazenda Santa Amelia, il fait fonction d’administrateur en échange de pâturage pour l’engraissement des veaux. Cette période se termine au moment où Nego de Mello fait don de la fazenda à ses filles, qui la louent pour la production de canne à sucre.
  • De 2003 à 2007 : Campinaçu, Fazenda Cantagalo. Ayant terminé sa collaboration avec ses cousins, bien qu’ils l’aient invité à continuer, il a préféré recommencer seul. Il a loue la ferme, y engraisse de veaux, mais perd près de deux ans de travail acharné parce que le prix de vente du bétail était presque le même que celui de l’achat.

Figure n° 8 Messias Lopes de Mello à Campinaçu

Messias trabalhando

©Hervé Théry 2006

  • De 2008 à 2012. Après avoir rendu la fazenda louée, il commence à chercher une terre proche de Brasilia, car en raison de son âge avancé (82 ans), sa femme et ses enfants insistent pour qu’il soit plus proche. Après beaucoup de recherches, il réussit à trouver un sitio (5 ha) près de Cristalina, où, une fois de plus, il recommence. Cette fois, cependant, a cessé d’être un éleveur de bovins pour devenir un petit agriculteur, avec l’aide de sa femme Anália. Il cultive de la canne à sucre pour nourrir ses quatre vaches laitières, élève des porcs et des poules pour vendre leurs œufs. Dans le jardin il plante du manioc, des gombos, piments, poivrons, courgettes, chayottes[14], le verger donne des jabuticabas[15], oranges, citrons, mangues, noix de coco, pour la consommation et pour donner aux voisins. Il fait des fromages et de la confiture de lait qu’il apporte à ses enfants à Brasília et São Paulo. Quand il est tombé de cheval, à 85 ans[16], toute la famille a pensé qu’il ne devrait plus vivre seul, et à contrecœur il a accepté de venir vivre en ville.

Figure n° 9 Messias jeune et à la fin de sa vie, au sitio Vitória

Messias jeune et vieux

Auteur inconnu et ©Hervé Théry 2006

  • De 2012 à 2015 il rejoint à Brasilia son épouse Anália, qui a élevé leurs quatre enfants pendant qu’il courait les routes du Brésil. Tous quatre ont fait des études supérieures, devenant professeur, infirmière, professeur d’Université et commissaire de police. Il s’est éteint le 13 septembre 2015, juste après le mariage de son petit-fils, après une longue et belle vie.

La compagne de toujours et la famille

Figure n° 10 Messias, Anália, leurs descendants, parents et amis, lors de son 80e anniversaire

Famille

©Hervé Théry 2006

Vous pouvez citer cet article comme: Hervé Théry, "Histoire d’un pionnier," dans Braises, 20 septembre 2015, https://braises.hypotheses.org/734.

[1] Située à 58 km au nord de Brasília – qui n’existait pas à l’époque – c’était la seule ville de la région choisie trois ans plus tard pour devenir le district fédéral où serait construite la nouvelle capitale.

[2] Messias racontait, comme si c’était la chose la plus banale au monde, comment ils faisaient passer par le troupeau les rivières infestées de piranhas : on égorgeait une bête malade ou affaiblie bien en amont, et pendant que les piranhas, attirés par le sang, l´attaquaient et la dévoraient, le reste du troupeau passait en aval.

[3] 25,4% cette année-là selon la FGV-IBRE, http://portalibre.fgv.br/

[4] Le coup d’État militaire du 31 mars 1964

[5] Unité de poids valant 14,688 kilos.

[6] Aujourd’hui État du Tocantins, créé en 1988.

[7] Il s’agit ici du conflit de l’Araguaia, la seule guérilla rurale qu’ait eu à affronter le régime militaire (1964-1985)

[8] Institut National de Colonisation et Réforme Agraire

[9] Terres publique pas encore attribuées.

[10] Sur 16 km, de la route au lot, à la hache et à la machette dans la forêt primaire. Messias racontait qu’un guide partait en avant le matin et tirait des fusées de détresse pour orienter le travail des bûcherons.

[11] Il s’agit probablement du port d’Humaitá, où la Transamazonienne croise en effet l’axe Cuiabá-Porto Velho-Manaus.

[12] Departamento Nacional de Estrada de Rodagem, Département National des Routes.

[13] En remplaçant le Cruzeiro real par le Real en 1994

[14] (Sechium edule), appelée chuchu au Brésil, christophine en Guyane, chouchou à la Réunion.

[15] Myrtus cauliflora, également appelé vigne brésilienne, petit arbres à fruit natif de la région du Minas Gerais

[16] Il a toujours soutenu qu’il n’était pas tombé, que c’est le cheval qui est tombé sur lui, et il a continué plusieurs jours à s’occuper du sitio malgré une fracture du péroné.

Un géant de l’agro-business dans le Mato Grosso

On dit ici et là que le Brésil est devenu « la ferme du monde », comme la Chine est devenue sont usine et l’Inde son bureau. De fait, il a le rare privilège de disposer de millions d’hectares de terres arables disponibles, qui sont progressivement mises en culture par un puissant complexe agro-industriel. Déjà premier producteur mondial de café et de sucre, premier exportateur mondial de viande de bœuf et de jus d’orange concentré, il est aussi plus récemment devenu le second producteur mondial de soja, alors que sa culture n’a commencé au Brésil que dans les années 1970.

Cette montée en puissance est en grande partie due à la mise en place dans les régions pionnières du Centre-Ouest, principalement dans le Mato Grosso, d’immenses domaines agro-pastoraux comme celui du groupe Bom Futuro, situé à Campo Verde, à une centaine de kilomètres à l’Est de Cuiabá, la capitale du Mato Grosso (figures n° 1 et 2). Un voyage récent m’a permis de le visiter pour la deuxième fois et les informations ci-dessous, sans constituer un scoop, apportent je crois quelques éléments concrets pour faire comprendre l’immensité de ces nouvelles exploitations agricoles.

Figure n° 1 Localisation du Mato Grosso

Localisation

L’entreprise

Le groupe[1] appartient à la famille Maggi-Scheffer, ses propriétaires sont trois frères et un beau-frère, qui ont commencé leurs activités agricoles en 1964 à São Miguel do Iguaçu, dans le Paraná. En 1982 ils se sont installés dans le Mato Grosso, alors au début de son boom agricole. En 1988 ils cultivaient 3 000 ha en partenariat avec d’autres membres de la famille Maggi, dont l’un des membres, a été un temps le plus grand producteur de soja au monde, et gouverneur du Mato Grosso. En 1993 les quatre associés ont pris leur indépendance, achèté la fazenda Bom Futuro et en 1994 commencé à y planter du coton.

Ce choix sera une des raisons principales de leur succès, avec la pratique systématique d’une deuxième récolte annuelle (soja + coton ou soja + maïs), le semis direct dans les chaumes (sans labour) et la diversification (élevage, pisciculture, production de semences).

Figure n° 2 Localisation du groupe Bom Futuro

Localisation

Les dimensions

À sa fondation, le groupe cultivait 2 500 ha. Aujourd’hui il en cultive 420 000 (en deux récoltes, sur 250 000 cultivables), et le domaine compte en outre 160 000 de terres destinées à l’élevage et aux réserves forestières que la loi brésilienne leur fait obligation de conserver.

Soja :                     230 000 ha

Maïs :                    105 000 ha

Coton :                    75 000 ha

Autres cultures :     10 000 ha

Total :                   420 000 ha

Toutes ces terres n’appartiennent pas du groupe, la moitié sont louées à des propriétaires qui ont chacun 1 000 ou 2 000 ha. Le prix de la location est calculé en sacs de soja, l’unité de compte universelle dans la région, coté à 57,65 Reais le 21 février 2014 à Primavera do Leste – la référence locale – soit 17,74 Euros à la même date. En moyenne elle se monte à 9 sacs par ha et par an (160 Euros, mais variant de 5 sacs pour des terres sableuses sans infrastructure à 13 sacs pour des terres argileuses et dotées de bonnes infrastructures, comme des silos, l’électricité, etc.). À l’achat ces terres vaudraient de 80 à 100 sacs (1 400 à 1800 Euros) pour les pour les terres sableuses à 400-500 (7 000 à 9 000 Euros) pour des terres argileuses proches de la ville. Il y a 10 ans les prix moyens étaient respectivement de 50 et 200 sacs (900 et 3 500 Euros au cours actuel du soja et des monnaies), ils ont beaucoup monté avec les prix des commodities, les denrées cotées en bourse et demandées par le marché international, la Chine en tête.

Le groupe de souhaite pas s’agrandir davantage, mais ses propriétaires saisissent les occasions qui se présentent et cherchent à diversifier, sans renoncer à la sécurité climatique que leur offre le climat du Mato Grosso. Récemment ils ont acheté des terres dans la vallée de l’Araguaia, plus à l’Est, visant l’exportation de leur production par un chemin de fer, encore en construction, qui permettra une sortie par le port de São Luis, dans le Maranhão. En outre, en réponse aux nouvelles règles environnementales qui ont augmenté la proportion de forêts à conserver, ils cherchent à acheter des terres forestières, dans la même commune ou au moins dans le même bassin fluvial, comme le prescrit la loi.

Figure n° 3 Les terres du groupe Bom Futuro

Bom futuro 1

Figure n° 4 Le siège principal, situé à 32 kilomètres de l’entrée.

Bom futuro 4

Figure n° 5 Une des batteries de silos pour le stockage des grains

MT FAZ  Filadelfia Silos

La production agricole

Le rendement en soja est en moyenne de 53 sacs par hectare, soit 3,2 t, mais cette année 2014 le groupe attend, si tout se passe bien, un rendement de 3,5 t/ha, avec de bon prix. Le maïs produit 6 t/ha en moyenne, mais comme il est planté en deuxième culture, il dépend beaucoup de la quantité de précipitations en fin de saison des pluies. C’est une loterie, mais qui peut donner de très bon résultats et de toute façon coûte peu, juste peu d’engrais puisqu’il utilise les mêmes terres, machines, silos et personnels que le soja qui le précède. Il est normalement prêt en 115 à 125 jours, mais souvent récolté à 140-150 jours puisqu’il clôt le cycle annuel et peut rester en terre sans dommage en période sèche.

À la fondation du groupe, le coton rapportait – selon le directeur technique – sept fois plus que le soja, mais cette différence tend à s’estomper, et ses cotations fluctuent beaucoup selon les années. Le marché est assuré puisque le Brésil consomme 800 000 t de fibres par an, et exporte le reste (mais pas tellement vers la Chine, un marché conquis par USA). En outre, comme le Brésil a réussi à conserver une partie de son industrie textile, les prix internes sont parfois meilleurs que ceux de l’exportation.

Outre le coton, un autre facteur qui a permis le succès de l’entreprise a été l’adoption du « semis direct », qui consiste a planter une récolte dans les chaumes de la précédente, sans labours ni hersage. Expérimentée dans les années 1980 – avec l’aide du Cirad, l’organisme français de coopération agricole – cette pratique a permis entre autres avantages de réduire l’érosion des sols, qui ne restent découverts que quelques jours, d’augmenter leur teneur en matière organique et les rendements.

Le coton ou le maïs sont donc semés juste après la récolte du soja, ce qui donne le temps d’une seconde récolte de maïs ou de coton sur les meilleures terres, alors que sur les plus sableuses on sème plutôt un millet destiné à devenir un engrais vert ou de la brachiara (Brachiaria brizantha) une graminée fourragère destinée à nourrir le bétail mais aussi particulièrement utile pour son pouvoir restructurant sur les sols.

Figure n° 6 Semis direct dans la culture d’engrais vert

MT Faz Filadelfia semis direct 4

Tout cela suppose évidemment une mécanisation massive et les machines en tout genre ne manquent pas dans les fazendas du groupe, depuis les semoirs capables de semer des grains sur près de cinquante rangs à la fois jusqu’aux moissonneuses-batteuses dont les barres de coupe ont une envergure de plus de quinze mètres.

Figure n° 7 Un semoir à 49 lignes

Bom futuro semoirs 1

Au moment des récoltes, et tout particulièrement de celle du soja, qui était en cours lors de notre visite en février 2014, s’organise donc dans les champs et sur les routes qui sillonnent le domaine un ballet complexe de moissonneuses, transbordeurs, camions de transport vers les silos, tracteurs et semoirs, camions citernes, etc.

Figure n° 8 Récolte du soja à la fazenda Filadelfia

Bom futuro moisson 2bis

Figure n° 9 Une des moissonneuses-batteuses

MT Faz Filadelfia machines 3

Au moment de la récolte il faut en outre traiter avec un soin particulier les parcelles destinées aux semences de la campagne suivante. La partie du domaine dont c’est la spécialité produit plus de 700 000 sacs de 60 kg de graines de soja par an (la livraison des semences se fait dans de grands bacs, mais ici aussi la production est comptée en sacs). Bom Futuro en utilise environ 30 %, vend le reste et produit également ses semences de coton, de maïs, de sorgho et d’autres cultures.

Dans d’autres parties du domaine des installations de type plus industriel qu’agricole sont destinées au traitement du coton qui est expédié en fardeaux comprimés vers les filatures ou les ports d’embarquement.

Figure n° 10 Expédition des fardeaux de coton

MT Faz Filadelfia embarquement du coton 2

Pisciculture

À côté de ces activités agricoles, le domaine comprend une partie consacrée à la pisciculture, avec trois unités de production, un laboratoire de reproduction et une unité de commercialisation d’alevins. Le groupe s’est lancé dans cette activité en ayant constaté la très basse consommation de poisson au Brésil, qui pourrait facilement être augmentée s’il existait une offre à bas prix, que le groupe peut obtenir grâce aux atouts dont il dispose.

Figure n° 11 Agriculture irriguée et pisciculture

Bom futuro 3bis

Les bassins de production ont été installés sur des sols de moindre qualité, mais où l’on peut disposer de beaucoup d’eau. Pour nourrir les poissons on utilise des sous-produits de l’exploitations agricole, les protéines animales, étant obtenue par le recyclage des déchets de la production piscicole elle-même (têtes et arrêtes, chairs non utilisées par la production de filets de poisson). Au total l’exploitation compte 150 hectares de bassins, avec un rendement d’environ 11 tonnes par ha/an. Les espèces élevées sont des espèces amazoniennes ou du Pantanal (pintado, piau, matrinxã e peraputanga) et une espèce exotique, le tilápia.

Figure n° 12 Pisciculture et expédition du poisson

Pisciculture

Élevage

Le groupe développe l’élevage bovin depuis 1998, et compte en moyenne 40 000 têtes, qui font partie d’un système agriculture-élevage où l’élevage s’intègre au système de rotation des cultures et contribue à la fertilisation des sols (ce qui paraît évident aux agriculteurs européens mais est une nouveauté au Brésil ou élevage et agriculture sont dans l’immense majorité des cas rigoureusement séparés). Les responsables de ce secteur insistent sur le fait que leur activité se cantonne strictement aux zones déjà défrichées et ne nuit donc pas à l’environnement par l’ouverture de nouvelles zones dans les parties forestières.

Pour la nourriture du bétail sont utilisés des produits et sous- produits de l’agriculture, notamment du maïs et des tourteaux de soja et de coton. Il s’agit d’une embouche, des lots de bétail maigre sont engraissés en confinement, un lot de mai à juillet, un autre de septembre à novembre, suivis par un arrêt au moment des pluies. Le groupe a choisi de participer au système de traçabilité Sisbov garantissant la provenance et de la qualité de la viande par le suivi des bovins, on distingue sur la photo ci-dessous les boucles d’identification jaunes rivetées dans l’oreille des bêtes, qui permettent de les suivre de la naissance à l’abattoir.

Figure n° 13 Élevage en confinement

MT Faz Filadelfia vaqueiro 2

Les problèmes, transports et énergie

Les deux problèmes principaux que doivent affronter les responsables du groupe sont ceux du transport de leurs produits vers les marchés consommateurs et la fourniture d’énergie. Le plus grave est sans conteste l’écoulement de leur récolte, en raison de la distance entre les zones de production et le principal port exportateur, Paranaguá, dans le Paraná. Ce port avait été choisi et équipé pour exporter le soja brésilien (et paraguayen) du temps où l’essentiel de la production se faisait dans le Sud, une décision alors logique mais qui est devenue de plus en plus absurde à mesure que les zones productrices se sont déplacées vers le nord.

Les distances à parcourir sont aujourd’hui démesurées, surtout si on les juge à l’aune européenne. Pour mieux apprécier les kilométrages que les camions de soja doivent parcourir, pour atteindre le port de Paranaguá depuis quelques-unes des villes de la région du soja, on les a rapprochées de distances similaires calculées depuis Paris (dans les deux cas en utilisant des logiciels de calcul de distances routières). Campos Novos dos Parecis est à 2 136 kilomètres du port d’embarquement, soit la distance Paris-Tirana (Albanie) ou Paris-Minsk (Biélorussie). Sorriso est à 2 196 kilomètres, soit Paris-Skopje (Macédoine), Sinop à 2 290 kilomètres, soit Paris-Bergen (Norvège), Alta Floresta à 2 603 kilomètres, soit Paris – Istanboul (Turquie).

C’est pourquoi des solutions alternatives commencent à se mettre en place. Des lignes de chemin de fer ont été construites ou réformées pour atteindre les zones de production, ou du moins s’en rapprocher : elles arrivent actuellement á Rondonópolis, dans le sud du Mato Grosso. Et un port céréalier a été construit par le groupe Maggi à Itacoatiara, sur l’Amazone (un peu en aval de Manaus), desservi par des barges fluviales descendant le rio Madeira au départ de Porto Velho (Rondônia). De là le soja part vers les marchés européens et asiatiques par navires de haute mer, d’une capacité volontairement limitée à 55 000 tonnes (navires dits Panamax) : quand ils descendent l’Amazone, puis font cap vers le nord, ils ne savent pas encore quelle sera leur destination finale, Europe ou Asie, et il faut donc qu’ils puissent, si l’ordre vient d’aller vers la Chine – le client principal – passer par le canal de Panama. Ces voies nouvelles offrent donc des alternatives, mais même pour atteindre le terminal de Porto Velho les distances restent grandes, et peuvent être à peu près équivalentes pour les producteurs du sud du Mato Grosso, dans le cas de Campos Verde 1 580 km contre 1 720 pour Paranaguá.

Pour couvrir la – considérable – consommation électrique du domaine, trois centrales hydroélectriques ont été construites, elles assurent en temps normal les besoins du domaine, et vendent même leur production excédentaire au réseau électrique national. Cependant, les besoins d’énergie pour le séchage des semences et le stockage du grain sur place créent des besoins croissants et l’alimentation électrique par les barrages n’étant plus suffisante, il a fallu installer plusieurs gros générateurs diesel. Pour y remédier, le système de séchage des grains a récemment été changé, en passant du propane à un système à base de bois d’eucalyptus pour alimenter les conduits d’air chaud allant aux bacs de séchage. Le coût du système utilisant le bois d’eucalyptus comme source de chaleur est d’environ 20 % du coût de propane pour la même quantité de séchage.

En guise de conclusion – légèrement ironique – on pourrait dire, en rappelant la célèbre phrase de Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine(1870-1924), dans son discours au 8e Congrès des Soviets, 1919, « Le communisme, c’est les Soviets, plus l’électricité » qu’avec cette production électrique le groupe Bom Futuro se qualifie encore plus – il en sera sans doute surpris – comme digne héritier des sovkhozes soviétiques.

Le côté soviétique est évidemment ce qui fait la différence entre eux et cette entreprise vigoureusement capitaliste. Mais on rappellera que la taille moyenne d’un sovkhoze était de 15 300 hectare (près de trois fois celle des kolkhozes, 5 900 hectares en 1990) et que les sovkhozes étaient plus nombreux en Asie centrale, les partie pionnières de l’Union soviétique, que dans sa partie européenne, comme ces exploitations géantes sont plus fréquentes sur les marges pionnières du Brésil que dans ses parties centrales. Ces terres agricoles collectives représentaient en 1990 24 % du territoire russe, soit 406 millions d’hectares, mais la Russie a définitivement mis fin en 2002 aux kolkhozes et sovkhozes. Une large partie de l’opinion publique étant hostile à leur privatisation, il a fallu plusieurs semaines de négociations au président Vladimir Poutine pour parvenir à un compromis, et le gouvernement espère ainsi accélérer l’arrivée de nouveaux capitaux pour moderniser une agriculture arriérée où la productivité reste très faible. Qui sait si les agriculteurs brésiliens du genre du groupe Bom Futuro ne pourraient pas s’y intéresser, si l’agriculture était ouverte aux étrangers – ce qui n’est pas le cas actuellement – voire s’ils étaient appelés á apporter leur aide comme ils l’ont été au Mozambique.

En attendant, il reste à espérer que la présentation de colosse agro-industriel serve à porter de nouveaux éléments sur l’agora des discussions en cours sur l’avenir de l’agriculture brésilienne, et la concurrence qu’elle fait aux agricultures européennes.


[1] Une vidéo institutionnelle de 15 mn est disponible sur le site du groupe http://www.bomfuturo.com.br/