Archives par mot-clé : eau

Le Tietê, le fleuve de São Paulo

Le Tietê est une rivière[1] de l’État de São Paulo, qu’il traverse sur 1 010 km d’Est en Ouest, des environs de la ville de São Paulo au rio Paraná : contrairement à la plupart des fleuves fleuves, le Tietê court en effet vers l’intérieur du continent, et non pas vers la mer, caractéristique qui en a fait jadis un vecteur important dans la colonisation du pays.

Mapa Rio_Tiete

Figure 1 Le Rio Tietê dans l´État de São Paulo

http://2rodasaventura.com/blog/wp-content/uploads/2013/05/Rio_Tiete.jpg

Histoire

Ses sources sont situées à 1 120 mètres d’altitude, à Salesópolis, dans la Serra do Mar, protégées aujourd’hui par le parc Nascentes do Rio Tietê (sources du Rio Tietê). Bien qu’elles soient seulement 22 kilomètres de la mer, les contreforts de la Serra do Mar le forcent à couler dans la direction opposée, traversant l’État de São Paulo vers le nord-ouest jusqu’au lac formé par le barrage de Jupiá, sur le fleuve Paraná, entre les municipalités d’Itapura et Castilho, à une cinquantaine de kilomètres en aval de la ville de Pereira Barreto.

Figure 2 Sources du Tietê

L1000082

©Hervé Théry 2011

Figure 3 « Ici naît le Tietê »

L1000081

©Hervé Théry 2011

Figure 4 Le Tietê entre sa source et São Paulo

SP SP Mogi Tiete champetre

©Hervé Théry 2011

Les rives du fleuve étaient déjà habitées[2] par les Indiens avant l’arrivée des Portugais et elles ont été les premières terres occupées par les Portugais sur le plateau central. Dans la seconde moitié du XVIe siècle des missions y furent installées pour convertir les indigènes au catholicisme, et fournir de la main-d’œuvre aux colons. L’accès au Tietê fut l’une des raisons principales de la fondation par les Jésuites, en 1554, du collège qui a été le point de départ de ce qui est devenu, en 1560, la vila[3] de São Paulo.

L’expansion s’est ensuite faite au long du Tietê avec la fondation, en 1580, de Santana de Parnaíba[4]. Dans la seconde moitié du siècle suivant, des habitants de Santos montèrent sur le plateau et fondèrent Mogi das Cruzes, qui en 1661 est devenu une vila et peu après le village indigène de Nossa Senhora da Escada (Notre-Dame de l’échelle).

La découverte des mines d’or dans la région de Cuiabá, au début du XVIIIe siècle, a favorisé l’intensification de la navigation sur le Tietê. Outre les colons qui allaient tenter leur chance dans les mines, des convois de bateaux de commerce, appelés « moussons », descendaient le fleuve et ont favorisé la croissance de villages qui servaient de points d’appui aux voyageurs. Ils pouvaient y obtenir des approvisionnements jusqu’à ce qu’ils atteignent leur destination, et ces villages ont ensuite été inclus dans les itinéraires des éleveurs et des chercheurs d’or, qu’ils suivent ou croisent le fleuve.

La vallée du Tietê a ensuite partagé le destin du reste de l’État de São Paulo, progressivement conquis par le front du café au XIXe et au début du XXe siècles. Dans la ville de São Paulo, ses rives avaient une fonction récréative, servant de lieu de loisirs et de baignade aux habitants de la ville, même si l’on a peine à l’imaginer quand on voit dans quel état il est aujourd’hui.

Figure 5 Promenade en barque sur le Tietê en 1900

4-passeio-de-barco-no-rio-tiete1909-acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana

Acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana.jpg, https://unipalphaville.wordpress.com/category/uncategorized

Encore dans les années 1920 et 1930, le Tietê était utilisé pour les activités de pêche et de sports nautiques sur la rivière. À cette époque, des clubs de natation et de régates ont été créés le long de la rivière, comme le Clube de Regatas Tietê et le Clube Esperia, qui existent encore aujourd’hui[5].

Figure 6 Activités sportives sur le Tietê

memoria_t

http://www.pescarianoriotiete.com/2010_09_01_archive.html

Aménagement

La volonté de rectifier le cours du Tietê est ancienne[6]. Dès 1866, le président de la province de São Paulo, João Alfredo Correia de Oliveira, avait insisté sur la nécessité d’utiliser ses várzeas (plaines inondables) ainsi que celles de son affluent le Tamanduateí. À la fin du XIXe siècle le gouvernement de l’État avait déjà pris en charge l’organisation d’une commission d’assainissement du Tietê pour en contrôler les inondations. Dans les années 1920 la « Société d’Amélioration de São Paulo », réunissant des ingénieurs et des spécialistes de questions sanitaires, avait défendu la nécessité de rectifier le cours sinueux du fleuve et de draguer son lit

Parmi eux avait été embauché l’ingénieur sanitaire Francisco Saturnino Rodrigues de Brito, auteur de plusieurs ouvrages sur la rivière. Dans un rapport publié en 1926, il recommandait la préservation des zones humides comme un moyen de maîtriser les inondations. Son projet prévoyait un grand parc dans la plaine inondable, pour réguler l’écoulement du Tietê pendant la saison des crues. À l’embouchure de chaque affluent devait être préservée une zone pour former deux lacs de trois kilomètres de long sur un de large, avec une île au milieu.

Figure 7 Projet de rectification du cours du Tietê

Rectif tiete2bis

http://wasserlink.wordpress.com/2013/10/22/do-outro-lado-do-rio-parte-2-projetos-abandonados-canalizacoes-e-retificacoes-dos-rios-de-sao-paulo/

Le Plano de Avenidas (Plan des Avenues) du maire de São Paulo Prestes Maia incluait, entre autres, la mise en œuvre de parkways formé par des voies sur berge au long du Tietê et du Pinheiros et la canalisation du Tietê. Celle-ci permettrait d’y faire passer le trafic routier et ferroviaire, et d’y développer la navigation et les loisirs par l’affectation de ses rives d’un côté aux chemins de fer et l’autre aux résidences et à la promenade, ainsi que des zones industrielles par la canalisation du Pinheiros et du Tamanduatei.

Des travaux reprenant une partie de ces projets ont commencé en 1938 et pris fin dans les années 1960, lorsque le Tietê a été doté de voies sur berge (marginais). Le Pinheiros a subi une rectification de son lit, entre 1937 et 1957, exécuté par la Light, la compagnie canadienne qui avait le monopole de la production et de la distribution d’électricité, des travaux qui, couplés avec la construction du barrage Billings en 1923, ont favorisé l’expansion de l’occupation du secteur sud de la ville.

Figure 8 L’ancien lit du Tietê dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê

La figure montre l’ancien lit du fleuve (relevé sur une carte de la ville en 1943) sur une image de satellite de 2007 dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê.

meandrostiete_2007gdhttp://www.ecotiete.org.br/historico/meandros_tiete.htm

Les inondations répétées ont forcé le gouvernement de l’État de São Paulo à aménager presque tous les tronçons du Tietê dans la ville de São Paulo, atteignant la limite de la viabilité économique des travaux d’ingénierie qui pourraient augmenter la capacité d’écoulement de la rivière et contrôler ses inondations périodiques.

De ce fait, les études techniques ont commencé à se concentrer sur la récupération des fonctions naturelles des plaines inondables en amont du tronçon qui traverse la ville comme alternative viable pour le contrôle des inondations. Le projet résultant, appelé Parque Várzeas do Tietê (parc des zones inondables du Tietê) envisageait dans sa conception originale (en 1976) d’écarter les voies sur berge du cours du fleuve pour permettre l’implantation d’un parc sur ses rives, intégrant le cours d’eau de façon écologiquement plus appropriée, et en y implantant des équipements culturels, sportifs, des jardins et des pépinières, etc.

On est bien loin aujourd’hui de ce rêve et les voies sur berge été progressivement accaparé par la circulation automobile : sur certains tronçons on ne compte pas moins de 11 voies de circulation dans chaque sens, aménagées en faisant disparaître progressivement tous les espaces verts. C’est une stratégie sans issue car les nouvelles voies créées pour remédier à la saturation ont été à leur tour saturées dès qu’elles ont été inaugurées. Le seul espoir d’y voir se réduire la circulation est la conclusion de l’anneau autoroutier en construction autour de São Paulo, qui devrait détourner des voies sur berges la circulation à longue distance. Trois des quatre tronçons prévus déjà été réalisés et à chaque fois que l’un d’entre eux a été mis en service la circulation des camions a légèrement diminué, pour un temps.

Figure 9 Voie sur berge (marginais) du Tietê

97 - Vôo Panorâmico SP - Marginal Tietê

Sources: http://outrasviagensmundoafora.blogspot.com.br/

Un des exemples les plus frappants de l’artificialisation des rives est la confluence du Pinheiros et du Tietê : la figure 10 associe (en cartouc) le paysage tel qu’il était en 1929 et la situation actuelle où les berges de rivières sont entièrement prises par des voies de circulation et où même le confluent est traversé par des bretelles routières.

Figure 10 Confluence du Pinheiros e Tietê

Confluent Pinheiros-Tiete Earth hier et aujourd'hui 2

Source: http://aguasclarasdoriopinheiros.org.br/rio-pinheiros/historia/ et Google Maps

Le seul reste de ce vaste projet et le parc écologique du Tietê, un peu en aval de São Paulo, à proximité de l’aéroport international de Guarulhos, qui non seulement permet aux crues du Tietê de s’étaler sans dommage dans une zone inondable mais crée aussi un vaste espace vert en bordure de la Zone Est, qui en a bien besoin.

Figure 11 Le Parque ecológico do Tietê

SP SP Parce ecologique du Tiete

©Hervé Théry 2010

Utilisation (plus ou moins heureuse) des várzeas

À défaut d’être devenu des parcs, les zones inondables des berges du Tietê ont reçu d’autres usages, plus ou moins heureux. Elles servent notamment aux maraîchers qui y ont trouvé des sols fertiles et faciles à irriguer avec l’eau de la rivière, si bien qu’elles produisent une partie des fruits et légumes consommé par les habitants de São Paulo. Elles sont heureusement situées pour la plupart en amont de la ville, et ne sont donc pas touchés par la pollution créée par celle-ci.

Figure 12 Maraîchage dans les plaines inondables du Tietê

SP SP Mogi Produçao de hortigranjeiros

©Hervé Théry 2011

Autre usage des plaines inondables, l’extraction de sable et de gravier, a en revanche des effets écologiques extrêmement négatifs, perturbant le drainage et en laissant après elle un paysage lunaire. Quelques-unes des carrières servent, après l’extraction des matériaux de construction, à déposer les gravats issus de destructions et de rénovations de bâtiments, leurs heureux propriétaires recevant ainsi de l’argent pour creuser des trous puis pour les combler.

Figure 13 Extraction de sable dans les plaines inondable du Tietê

DSCN1048

©Hervé Théry 2011

Cependant, ce qui occupe la plus grande partie des plaines inondables, chaque année davantag,e est l’occupation urbaine qui avance depuis les terrasses encadrant la vallée jusque dans le lit majeur et parfois même jusqu’au bord de la rivière. Menée le plus souvent sans autorisation et sans tenir compte du zonage, pourtant censé être impératif, elle se fait de façon désordonnée et très préjudiciable à fois à la conservation de l’environnement et au bien-être de ses habitants.

Figure 14 Occupation urbaine dans les plaines inondables du Tietê

L1020803

©Hervé Théry 2011

Cette occupation urbaine se fait la plupart du temps sous forme de quartier en autoconstruction par ses habitants, sans plan d’urbanisme et sans prise en compte des risques, ce qui fait qu’ils sont régulièrement victimes d’inondations. Ils ne veulent pas entendre qu’ils se sont eux-mêmes exposés au risque en allant s’installer dans des zones constructibles, ils réclament – et parfois obtiennent – que les pouvoirs publics engagent des travaux de protection de leur quartier, notamment des digues qui en protègent le pourtour. Ce n’est pourtant pas une panacée, comme on l’a vu lorsque, à plusieurs reprises, ces digues ont été franchies par les inondations et ont eu pour effet de freiner l’évacuation des eaux.

Figure 15 Digue de protection d’un quartier d’invasion dans les plaines inondables du Tietê

L1000195

©Hervé Théry 2011

Si l’on interroge des habitants de São Paulo (ou même plus largement au Brésil) sur le mot qu’ils associent le plus volontiers à « Tietê » on a de bonnes chances de tenir en réponse le mot « pollution » tant la qualité de ses eaux et dégradée dans sa traversée de la ville et en aval.

Pollution

Bien qu’il soit l’un des fleuves les plus importants sur le plan économique pour l’État de São Paulo et même pour le pays, le Tietê est en effet surtout connu pour ses problèmes environnementaux, en particulier dans le tronçon qui traverse la ville de São Paulo. Les difficultés ont commencé dans les années 1920 avec la construction du lac de barrage de Guarapiranga para la Light. Cette intervention a modifié le régime hydrique de la rivière dans la capitale, mais la dégradation de la rivière par la pollution industrielle et les eaux usées domestiques vient principalement du processus d’industrialisation et d’expansion urbaine non planifiée qui a eu lieu dans les années 1940 à 1970. Il a été accompagné – à la fois cause et conséquence – par la croissance rapide de la population dans cette période, la commune passant d’une population de deux millions d’habitants dans les années 1940 à plus de six millions dans les années 1960.

Ce processus de dégradation a également affecté ses principaux affluents, l’Aricanduva et le Tamanduateí, ce dernier étant plus particulièrement dangereux parce qu’il apportait au Tietê les eaux usées de grandes usines de la région dite ABC (Santo André, São Bernardo e São Caetano). Permettre une expansion majeure du parc industriel à São Paulo sans contreparties environnementales a rapidement rendu impossible l’utilisation des eaux du Tietê pour alimenter la ville et pour ses loisirs.

Après les années du « miracle brésilien » des années 70 et les difficultés qui ont suivi le choc pétrolier, une prise de conscience progressive sur les questions environnementales s’est fait jour, notamment après la conférence de Rio de 1992. Des mesures ont été prises pour réduire la pollution du Tietê, en particulier grâce à une aide du Japon, attribuée en reconnaissance de la façon dont le Brésil avait accueilli les migrants issus de ce pays.

La trainée de pollution dans le Tietê en aval de São Paulo qui, dans les années 1990, avait atteint une centaine de kilomètres, avait progressivement réduit, mais la situation s’est de nouveau dégradée avec la crise hydrique de 2015. À la suite d’une légère réduction de la pluviosité (d’environ 3 %), la ville de São Paulo a dû mettre en place un rationnement non réellement reconnu par les autorités mais bien réel dans les quartiers périphériques où la pression été diminué et où l’eau n’atteignait pas les points les plus hauts et les plus éloignés.

Faute d’eau pour diluer la charge liquide et solide des égouts et des galeries pluviales, le Tietê a été sensiblement plus pollué, selon la Fondation SOS Mata Atlântica, la tache de pollution en aval de São Paulo a augmenté de 71 km à 157 km en un an. La zone, considérée comme morte par manque d’oxygène s’étendait alors jusqu’à Mogi das Cruzes et Salto.

Un des effets les plus spectaculaires de cette pollution a été qu’en aval immédiat de São Paulo le Tietê a été fréquemment recouvert d’une épaisse couche de mousse blanche, produite par le déversement dans ses eaux de détergents issus des salles de bains, des cuisines et des machines à laver des 18 millions d’habitants de l’agglomération. Une partie des eaux usées et certes traitée par les stations d’épuration, mais dans les quartiers populaires et les favelas ce sont les galeries pluviales qui font fonction de tout-à-l’égout et leur contenu va directement à la rivière.

Figure 16 Mousse de savon sur le Tietê en aval de São Paulo

SP Santana do Parnaiba Tiete pollue 1

©Hervé Théry 2008

À Pirapora de Bom Jesus, dans la région métropolitaine de São Paulo, les mousses ont dépassé en juin 2015 la hauteur du pont et ont fait irruption dans les maisons des rues proches de la rivière. Selon le gouvernement de l’État de São Paulo, le phénomène était dû à la présence de grandes quantités de détergent non-biodégradable, et aggravé par la saison sèche en raison du faible débit d’eau, insuffisant pour dissoudre les polluants

Figure 17 Le Tietê envahi par la mousse de savon à Pirapora

Pirapora do Bom Jesus- SP- Brasil- 23/06/2015- Imagens feitas ontem (22/06), mostram a grande concentração de espuma no rio Tietê. A formação de espumas, que ocorre frequentemente no Rio Tietê ao longo das cidades de Santana de Parnaíba, Salto e Pirapora do Bom Jesus, está relacionada principalmente a baixa vazão da água, a presença de esgotos domésticos não tratados que dificultam a decomposição de detergentes domésticos. Os moradores da cidade ainda reclamam do mau cheiro que fica mais intenso, conforme a quantidade de espuma aumenta. Foto: Rafael Pacheco
. Foto: Rafael Pacheco

http://Photospublicas.s3.amazonaws.com/files/2015/06/RP_espuma-poluicao-rio-Tiete-Pirapora-Bom-Jesus_22062015002.jpg

Cette mousse n’est pourtant qu’une partie du problème, s’y ajoute une importante charge solide de déchets ménagers, à cause des insuffisances de la collecte des ordures, et toutes sortes d’objets finissent dans les eaux de la rivière. À Pirapora do Bom Jesus, située à environ 50 km de la capitale, il est fréquent de trouver des déchets comme des sacs et bouteilles en plastique, des chaussures, des balles de tennis, des emballages en polystyrène expansé, etc., flottant dans la rivière. Selon le Secrétariat d’État aux ressources en eau, la Compagnie des eaux Sabesp recueille 84% des déchets et traite 70% des eaux usées de São Paulo, mais certaines municipalités de la région métropolitaine ne traitent pas les effluents des égouts.

Figure 18 Ordures ménagères dans le Tietê

rio-tiet6e-sao-paulo

https://andradetalis.wordpress.com/tag/royalties-agua/

En aval, tout va mieux

Pour conclure sur une note plus optimiste, on notera que le Tietê est un cas rare de cours d’eau qui commence sale et se termine propre. Après avoir traversé l’agglomération de São Paulo presque au début de son parcours il continue vers le nord-ouest et parcourt de bout en bout l’État de São Paulo, recevant sur ces deux rives des affluents issus de régions rurales qui lui apportent des eaux propres, et celles-ci diluent progressivement ses eaux sales jusqu’à ce que, avec l’aide de l’épuration naturelle, pratiquement toute trace de pollution ait disparu. À hauteur de Barra Bonita le Tietê est devenu si propre que l’on a peine à imaginer que c’est le même cours d’eau pollué qu’il était à la sortie de la ville de São Paulo.

Figure 19 Le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

Photo José Reynaldo da Fonseca – REFON – https://pt.wikipedia.org/wiki/Rio_Tiet%C3%AA#/media/File:Rio_Tiet%C3%AA_Barra_Bonita_150606_REFON.jpg

Il a même été possible de développer sur le lac créé par les barrages mis en place pour faciliter la navigation sur le Tietê diverses formes de tourisme, notamment des promenades en bateau et des mini-croisières qui ont rencontré un certain succès.

Figure 20 Bateau de croisière sur le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

http://udiviagens.blogspot.com.br/2011/06/barra-bonita-sp.html

La preuve que les eaux sont effectivement propres et salubres est qu’y naissent et y vivent assez de poissons pour que se développent des activités de pêche sportive. Les touristes en rapportent quelques kilos de poissons pour les manger avec leur famille, ce que personne n’envisagerait de faire à proximité de São Paulo.

Figure 21 Pêche dans le Tietê à Barra Bonita

FOTOS PESCARIA PRAIA 268

http://pescasagaesportiva.blogspot.com.br/2012/06/tucunares-do-rio-tiete.html

De ce point de vue la récupération de la qualité des eaux du Tietê a mieux réussi que celle de la Tamise de la Seine, pas tellement à vrai dire grâce aux politiques mises en place mais grâce à l’immensité du territoire brésilien aux capacités de régénération naturelle des eaux, pourvu qu’on leur laisse le temps et l’espace nécessaire.

C’est malgré tout assez réjouissant de voir qu’au moins dans sa partie aval le Tietê à pu garder ou retrouver ce qui faisait son attrait pour les populations indiennes avant l’arrivée des Portugais et justifie ainsi de nouveau l’étymologie de son nom. En tupi  « ti » désigne l’eau d’une rivière et « été » signifie « très bon, vrai, authentique », le Tietê étant donc une véritable et une très bonne rivière.

[1] Techniquement c’est une rivière puisqu’elle se jette dans le Paraná, pas dans la mer, mais il a pratiquement la même longueur que la Loire, le principal fleuve français (1 010 km,) et son débit à São Paulo (1 188 m3/s) est déjà supérieur au module du fleuve à Saint-Nazaire (931 m3/s).

[2] Les éléments historiques de ce texte sont pour la plupart tirés de Zanirato, S. H., « História da ocupação e das intervenções na várzea do rio Tietê ». Revista Crítica Histórica, v. 4, p. 117-129, 2011.

[3] Première étape de la reconnaissance institutionnelle, avant de devenir une ville (cidade).

[4] «Santana de Parnaíba, berceau des Bandeirantes», Braises,  https://braises.hypotheses.org/717

[5] http://portal.esperia.com.br/site/ et http://guia.folha.uol.com.br/passeios/2016/07/10003103-centro-esportivo-tiete-tem-boas-quadras-de-tenis-e-futebol-americano.shtml

[6]  Informações obtidas de http://alotatuape.com.br/tiete-o-rio-de-sao-paulo/, textos: Professor Fausto Henrique G. Nogueira (IFSP), edição: Gerson Soares

Un tsunami de boue, de Mariana à la mer

La Brésil a la chance de ne pas être exposé à de graves risques naturels : pas de volcans actifs, peu de sismicité, pas de cyclones tropicaux. Mais il vient de connaître le pire désastre environnemental de son histoire avec la rupture de barrages dans l’État du Minas Gerais, dont le nom signifie « mines générales ». Il est e effet un des premiers producteurs de minerais du pays et les barrages qui ont cédé faisaient partie d’un complexe minier, à 35 km du centre de la ville de Mariana, ville minière historique à 124 kilomètres de Belo Horizonte.

Figure 1 Localisation

Localisation

http://s2.glbimg.com/1WlhgD60guri_V3a3UYOt1dAgVU=/s.glbimg.com/jo/g1/f/original/2015/11/05/estouro-barragem-mariana-mg_vale.jpg

Les barrages de Fundão et Santarém, situés entre Mariana et Ouro Preto, dans le Minas Gerais, ont cédé le 5 novembre 2015, libérant une vague de boue de 2,5 m de haut, une boue qui s’est propagée jusqu’à la mer, à 670 km en aval.

Le barrage qui s’est rompu était le Fundão, ce qui a ensuite endommagé le barrage de Santarém, tous deux situés dans le subdistrito de Bento Rodrigues. Ces barrages servaient à retenir les boues provenant de l’extraction de minerai de fer dans les mines immédiatement en amont. Le barrage de Fundão avait une licence d’exploitation valide jusqu’en 2019, mais les permis d’exploitation de Germano (le 3e barrage du complexe) et Santarém avaient expiré depuis mai 2013 et juillet 2013, respectivement. Le Fundão faisait l’objet de travaux de surélévation pour accroître sa capacité.

Figure 2 Les barrages avant leur rupture

Barrages

http://www.mecanorte.com.br/areas-de-atuacao/projetos-realizados/barragens

Les barrages appartiennent à la compagnie minière Samarco, une entreprise fondée en 1977 qui produit de boulettes de minerai de fer utilisées dans la production d’acier. Samarco est contrôlée par la Vale, la plus grande entreprise minière brésilienne (et la 2e au monde) et l’anglo-australienne BHP Billiton. Elle opère dans le Minas Gerais et l’Espírito Santo et est le 10e plus grand exportateur du pays.

Figure 3 Les barrages, en aval des mines de fer

Bento Rodrigues Google Earth

Google Maps

Selon la Samarco, la boue se compose pour l’essentiel de sable et ne présente aucun élément chimique dangereux pour la santé. Selon l’Ibama (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables), la boue est composée principalement d’oxyde de fer (d’où sa couleur rouge) et de sable. Les images de la coulée qui a suivi la rupture des barrages, très spectaculaires, ont été reproduites dans de nombreux journaux dans le monde, notamment celles de Felipe Dana (AP).

Figure 4 Après la rupture des barrages

Aerial view of the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area.  (AP Photo/Felipe Dana)
Aerial view of the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area. (AP Photo/Felipe Dana)

http://cdn-parismatch.ladmedia.fr/var/news/storage/images/paris-match/actu/environnement/une-gigantesque-coulee-de-boue-fait-17-morts-bresil-860733/node_860753/9106389-1-fre-FR/image.jpg

Le volume de boue liquide libéré par la rupture des barrages est estimé à 40 milliards de litres, volume équivalent à un cube de 342 mètres de côté, ou encore 16 000 piscines olympiques de 2,5 millions de litres.

Figure 5 Le volume de boue libéré par la rupture des barrages

Cube

http://arte.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/22/rastro-lama/

Le village de Bento Rodrigues, subdistrito de Mariana, situé immédiatement en aval, des barrages (cadre rouge sur le figure 3), a été recouvert par la boue qui est sortie des barrages, et a été dévasté. L’inondation a détruit la plupart des maisons, plus de 600 personnes se sont retrouvées sans abri et ont été secourues par les pompiers. Elles ont abandonné leurs maisons et fui vers les parties supérieures de la région, sans qu’aucun signal d’alerte n’ait été émis. La Samarco admis que les résidents n’ont été avertis que par téléphone.

Figure 6 Bento Rodrigues après le passage de la vague de boue

BRAZIL-DAMBURST/

http://g1.globo.com/minas-gerais/fotos/2015/11/barragem-se-rompe-e-distrito-de-mariana-e-inundado.htm

Au 1er décembre le bilan s’établissait à 15 morts. La police a fait le difficile travail d’identification des corps des victimes, un homme n’a pas été identifié, neuf corps ont été reconnus par les familles et les cinq autres par des techniques médico-légales telles que l’ADN et la tomographie. Quatre personnes sont toujours portées disparues.

Figure 7 Bento Rodrigues après le passage de la vague de boue, détail

Two dogs stand on the roof of a destroyed house at the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday, in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area.  (AP Photo/Felipe Dana)
Two dogs stand on the roof of a destroyed house at the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday, in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area. (AP Photo/Felipe Dana)

http://www.wsj.com/articles/hopes-fade-for-survivors-of-brazil-dam-burst-as-companies-criticized-1447018759

La boue a ensuite parcouru des centaines de communes du Minas Gerais et de l’Espírito Santo, provoquant des ruptures de l’approvisionnement en eau dans des villes comme de Governador Valadares (MG) et Colatina (ES).

Figure 8 La boue dans les vallées en aval

cms-image-000467673

http://www.brasil247.com/images/cms-image-000467673.jpg

La boue a progressivement a parcouru tout la vallée du rio Doce, jusqu’à la mer : le 6 novembre elle avait atteint Belo Oriente et le barrage hydroélectrique de Risolato Neves, le 8 le barrage hydroélectrique de Baguari (le 9 novembre 500 kilos de poissons morts en ont été retirés) et la ville de Governador Valadares (278 363 habitants en 2015 selon l’IBGE), le 9 la ville de Baixo Guandu (31 467  hab.), Colantina (122 646  hab.), où les écoles ont été fermées, et Linhares (163 662  hab.).

Figure 9 Le parcours de la vague de boue dans la vallée du Rio Doce

Sequence  verticale

http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/1708857-rio-doce-nao-morreu-mas-sera-lento-caro-e-dificil-recupera-lo.shtml?cmpid=comptw

La boue a ensuite atteint la mer dans la région de Regência, à l’embouchure du Rio Doce, qui est une zone protégée car elle est considérée comme nurserie pour de nombreuses espèces marines, en particulier les tortues. Avant son arrivée, des membres du projet Tamar avaient déplacé des nids de tortues, à titre préventif.

Selon un modèle mathématique développé par des chercheurs de l’UFRJ (Université Fédérale de Rio de Janeiro) il est prédit que la boue polluera 9 km le long de la côte. Les impacts sur l’océan doivent être moins radicaux que dans la vallée du Rio Doce, mais ils peuvent être de longue durée et affecter, pendant de nombreuses années, la présence d’algues, mollusques, crustacés et poissons

Figure 10 La boue atteint la mer

BARRAGEM/ROMPIMENTO/OCEANO

http://dw9kw6lfaa11c.cloudfront.net/wp-content/uploads/2015/11/a8fe5ed8860db0435249dc9f659973ea.jpg

Pour la biogéographe Claudia Câmara do Vale, professeur à l’Université fédérale de l’Espírito Santo, la récupération du Rio Doce pendra « beaucoup plus que juste une décennie, comme cela a été annoncé ». Samarco « devrait supporter les frais de reconstitution de l’environnement, ou il prendra 50 ans, ou plus » […] Outre la question de la destruction de la faune, il y aura des changements hydrodynamiques dans la rivière elle-même, qui aura une plus grande charge à transporter jusqu’à son embouchure. Nous ne pouvons pas dire avec certitude que ces déchets l’atteindront, car il y a aura de la sédimentation pendant le transport […] Quant au contexte social, plusieurs communautés de pêcheurs au long du Doce seront sans revenus, ou même sans nourriture. Beaucoup sont des communautés qui vivent en autosubsistance et trouvent dans le fleuve leur source protéines (le poisson) et sur ses rives leurs cultures de alimentaires. Du Rio Doce dépend l’approvisionnement en eau de plusieurs grandes villes comme Colatina, par exemple, et de plus petites, qui souffriront de pénuries. L’élevage et grandes exploitations agricoles, qui dépendent de l’eau du Rio Doce auront des pertes incalculables » [1].

Pour Paul Rosman, professeur d’ingénierie côtière à la COPPE / UFRJ et auteur d’une étude commandée par le ministère de l’Environnement afin d’évaluer l’impact et l’étendue de l’arrivée de la boue de la mer, il y a trois scénarios différents de gravité de la catastrophe et de vitesse de récupération. Dans la haute vallée, là où le barrage a cédé à proximité de Bento Rodrigues, elle devrait prendre plus d’un an et dépendra des opérations de nettoyage des décombres et d’un programme de reboisement. Pour lui, la société et les gouvernements du Minas Gerais et fédéral doivent exiger de la Vale et de BHP Hillington, propriétaires de Samarco, le processus de reboisement et de reconstruction de l’environnement, un coût «négligeable» pour ces entreprises. Sur la plupart du parcours du rio Doce, la pluie devrait effacer les dégâts et les poissons devraient être revenus dans la rivière en cinq mois, tandis qu’en mer la dilution des sédiments doit se produire plus rapidement, avant janvier l’année prochaine[2].

L’IBAMA (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) a imposé à Samarco une amende de 250 millions de Reais (61 millions d’Euros). Il a invoqué cinq infractions, punies de 50 millions de Reais chacune. La compagnie est poursuivie pour avoir pollué des rivières, rendu des zones urbaines impropres à l’habitation, provoqué une perturbation de l’approvisionnement public en eau, jeté des déchets sans respecter les exigences légales, causé la mort des animaux et une perte de biodiversité le long du rio Doce, mettant en danger la santé humaine. En moyenne les contrevenants environnementaux ne paient que 8,7% des amendes imposées par l’IBAMA.

[1]http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/1712352-mineradora-e-governo-tem-sido-desastrosos-diz-biogeografa-do-es.shtml

[2] http://www1.folha.uol.com.br/bbc/2015/11/1712387-rio-doce-ressuscitara-em-cinco-meses-afirma-pesquisador.shtml

Le paradoxe de la crise de l’eau à São Paulo

Un article récent du magazine Fortune, sous le titre « Comment deux des pays les plus riches en eau sur la Terre peuvent avoir la crise de l’H2O ? », s’ouvrait par « le Brésil a été appelé l' »Arabie saoudite de l’eau ». Les États-Unis comptent le plus grand lac d’eau douce du monde. Les deux vivent une crise de l’eau. Que se passe-t-il ? ». Il continue ainsi : « Les deux nations, le Brésil et les États-Unis, possèdent un cinquième des réserves d’eau douce dans le monde, et pourtant les deux sont confrontés à la crise de l’eau historique. Après deux ans de saisons des pluies insuffisantes, les 20 millions d’habitants de la région métropolitaine de São Paulo, la plus grande ville des Amériques, connaissent des interruptions intermittentes dans la fourniture de l’eau et pourrait voir le rationnement ou même des livraisons de l’eau par camion au cours des prochaines années. En Californie, le gouverneur Jerry Brown a ordonné des réductions de consommation qui pourraient affecter les 39 millions d’habitants de l’Etat. C’est le premier rationnement à travers l’état dans l’histoire du Golden State »[1].

On évalue à 40 000 millions de km3/an, les ressources mondiales en eau douce renouvelable (pluie – évapotranspiration – évaporation), ce qui équivaut à 5 700 m3 par habitant et par an. Neuf pays « géants » de l’eau, dont le Brésil fait partie, se partagent près de 60 % des ressources naturelles renouvelables d’eau douce du monde. Leurs richesses se calculent en milliers de milliards de m3 par an (ou km3) par an.

Les pays riches en eau

Pays                     Précipitation         Ressources totales           Indice/tête

moyenne 1961-1990          (km3/an)                         (m3/an)

(km3/an)

Brésil                         15 236                        8 233                        31 795

Russie                          7 855                        4 507                        29 642

Canada                        5 352                        2 902                        92 662

Indonésie                     5 147                        2 838                        13 381

Chine                           5 995                        2 830                          2 245

États-Unis                    5 800                        2 701                          7 193

Inde                             3 559                        1 897                          1 249

http://www.fao.org/docrep/005/y4473e/y4473e08.htm

À l’opposé un tiers de la population mondiale est privé d’eau potable. 1,1 milliard de personnes réparties dans 80 pays, n’ont pas accès à une eau salubre, et voient leur développement entravé par ce problème Dans certains pays, moins de 40 % de la population a accès à l’eau potable. C’est le cas du Cambodge, du Tchad, de l’Éthiopie, de la Mauritanie, de l’Afghanistan et d’Oman[2].

0221-waterstress-FR v2Source : FAO, Nation unies, World Resources Institute (WRI) Copyright © 2008, United Nations Environment Programme &Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique)

Comme le note F. Boudier, Le Brésil dispose de ressources hydriques colossales, notamment grâce à l’Amazone : pour l’ensemble du bassin amazonien, incluant la contribution des pays d’amont, on estime que la disponibilité d’eaux superficielles est d’environ 251 000 m3/s. Si l’on ne compte que la contribution du territoire brésilien, elle est encore de 180 000 m3/. Mais la richesse hydrologique est répartie de façon inégale : 70% en Amazonie, région où vit moins de 7 % de la population, 15% dans le Centre-Ouest, 6% dans le Sud et le Sud-Est et à peine 3% dans le Nordeste.

Si l’on s’en tient au classement de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) relatif à la disponibilité hydrique par habitant des régions du monde (qui distingue régions d’abondance, intermédiaires et en situation critique[3]), au Brésil, tous les États de la région Nord sont classés dans les régions d’abondance, le Roraima arrivant même à l’incroyable chiffre de 1,7 milliard de m3/personne/an. L’État de Bahia, dont l’approvisionnement est légèrement supérieur à 2 500 m3/personne/an, arrive à avoir d’avantage d’eau que l’État de São Paulo car il bénéficie de l’apport du fleuve São Francisco. La situation des autres États nordestins (Sergipe, Alagoas, Pernambuco, Paraíba, Rio Grande do Norte et Ceará) est préoccupante avec un approvisionnement inférieur à 2 500 m3/personne/an[4].

Un bon indicateur des ressources en eau est le débit moyen des cours d’eau, qui varie de 7,6 à 52,6 litres/seconde/m2, respectivement dans le « polygone des sécheresses » et dans l’extrême Nord-Ouest de l’Amazonie, à la frontière de la Colombie. Dans l’ensemble le Nord et l’Ouest du pays disposent de ressources bien supérieures à celles du Centre-Sud, la partie la plus peuplée du pays, et ici encore les minimums se situent dans le Nordeste. On notera toutefois que si l’on ramène ces totaux à la disponibilité en mètres cubes par habitant et par an, certaines régions très peuplées, comme l’axe du Tietê, dans l’État de São Paulo, ont une situation aussi critique que celle de régions du Nordeste semi-aride. De toute évidence le facteur population pèse au moins aussi lourd dans la formule que le facteur eau disponible, et malgré le bilan globalement favorable du Brésil quelques régions urbaines auront quelques soucis dans les années à venir, en termes de quantité d’eau et plus encore de qualité.

Figure 1 Les eaux du Brésil

EauxFigure 2 Disponibilité en eau

Disponibilite en eauLa même inégalité vaut pour la disponibilité du potentiel hydroélectrique. Les rivières du Sud et du Sud-Est ont le plus grand nombre de barrages et les capacités résiduelles y sont faibles. Le potentiel du São Francisco est toujours important et il a été bien inventorié, mais c’est sans aucun doute dans les bassins de l’Amazone et de l’Araguaia-Tocantins que sont situées les principales réserves. Leur utilisation est toutefois difficile, parce que si les débits sont énormes, la topographie est généralement plate et la construction de barrages peut causer l’inondation de vastes zones de forêts, avec des conséquences écologiques et sociales désastreuses.

 

Figure 3 Potentiel et utilisation de bassins hydroélectriques

Potentiel bassinsLes premières centrales hydroélectriques ont été construites, à partir du début du XXe siècle, dans les États de São Paulo, Minas Gerais, Paraná et Santa Catarina, à côté, donc les villes où l’énergie a été consommée, en utilisant le potentiel des rios Grande, Paranapanema, Iguaçu et Uruguay. Les phases suivantes ont consisté à équiper les autres grands fleuves du Sud-Est, en particulier le système de Tietê-Paraná, et le São Francisco, et à construire quelques barrages isolées en Amazonie, comme Tucuruí. Depuis le milieu des années 1980, c’est dans cette région et dans le Centre-Ouest que les nouveaux barrages ont été construits, malgré de grandes difficultés d’accès, de construction et d’écoulement de la production. C’est clairement un phénomène de diffusion du centre vers la périphérie, comme le confirmé l’emplacement des barrages encore prévus, en particulier sur les fleuves Araguaia et Tocantins. Le problème essentiel que crée cette nouvelle configuration est que, si les barrages du Nord ont un important potentiel, souvent plus élevé que dans le Sud, leur intérêt en termes de marché est limité par la faiblesse de la consommation locale et les distances par rapport aux grands marchés nationaux, nécessitant un transport sur de longues distances, avec technologies pas encore totalement maîtrisées.

Figure Le système hydroélectrique

Systeme hydroelectriquePour le moment le faisceau de lignes à très haute tension qui relie Itaipú à São Paulo est l’axe majeur des réseaux électriques brésiliens. Interconnecté avec le complexe de barrages du Paraná et du Tietê il assure à la région Sudeste une bonne couverture et, la plupart du temps, une alimentation suffisante malgré la croissance constante de la demande. Cela n’a cependant pas suffi à lui éviter le rationnement – volontaire et discipliné – lors de la crise de 2001 (que les Brésiliens avaient surnommée l’« apagão », le « grand black-out»), alors que la région Sud, mieux arrosée, y échappait. Le Nordeste est moins bien doté, puisque la pluviosité y est très faible sur une part importante de son territoire, mais il a la chance qu’un fleuve important, le São Francisco, alimenté en amont par le « château d’eau » du Minas Gerais, traverse les régions les plus sèches, ce qui permet non seulement une puissante irrigation, mais aussi une génération d’énergie qui couvre presque les besoins régionaux. La construction d’une série de centrales hydro-électriques et de barrages régulateurs a mis ce potentiel en production, mais les limites sont atteintes et pour l’avenir il va falloir avoir recours à d’autres sources et à des transferts.

Des lignes à haute tension ont déjà été tirées depuis la centrale amazonienne de Tucuruí, ce qui a permis de mailler davantage le réseau nordestin. Dans le même temps, une ligne à haute tension a été tirée vers la Transamazonienne, ce qui a permis de pousser vers l’ouest un pseudopode du réseau interconnecté, symétrique de celui qui avance année après année vers le Nord du Mato Grosso. Mais le véritable enjeu est de mettre en valeur les potentiels de l’axe de l’Araguaia-Tocantins, qui suit à peu près le tracé de la route Belém – Brasília. C’est donc pour satisfaire les besoins du Nordeste et surtout ceux, infiniment plus grands, du Sudeste, qu’a été entreprise la construction d’une série de barrages et de lignes de transmission sur l’axe Araguaia-Tocantins et plus récemment sur le Madeira. Utilisant les ressources propres de ces fleuves et de leurs affluents, qui sont loin d’être négligeables, cet axe alimentera des lignes qui partiront vers l’est (droit vers Salvador), et sans doute à terme vers l’ouest (et les besoins non satisfaits des régions pionnières du sud-est du Pará et du nord-est du Mato Grosso). Mais surtout ces aménagements seront l’occasion de tirer des lignes à haute et très haute tension vers le nord et le sud, et ce faisant de constituer une liaison nord-sud qui mettra en relation les principales régions du pays. C’est un enjeu considérable, et cet axe est appelé à devenir la colonne vertébrale de l’interconnexion du pays, reliant les principales régions productrices et consommatrices entre elles et plus encore avec les ressources immenses et sous-utilisées du bassin amazonien, la grande frontière énergétique du pays, principalement au bénéfice de São Paulo , qui « boit » ainsi indirectement les eaux de l’Amazone.

 

[1] Rob Curran, 2015, http://fortune.com/2015/04/06/brazil-california-water-crisis-drought/

[2] http://www.cieau.com/les-ressources-en-eau/dans-le-monde/ressources-en-eau-monde

[3] Régions d’abondance : quantité supérieure à 20 000 m3/personne/an, régions intermédiaires : quantité d’environ 5 000 m3/personne/an, régions en situation critique : quantité inférieure à 1500 m3/personne/an

[4] « L’eau au Brésil : les paradoxes de l’abondance ». Chef d’escadron Frédéric Boudier, (gendarmerie nationale), http://www.diploweb.com/forum/eaubresil08037.htm

Santana de Parnaíba, berceau des bandeirantes

 

Santana de Parnaíba est une commune de l’État de São Paulo, peuplée d’environ 110.000 habitants, qui fait partie de la « zone métropolitaine » de la capitale. Il ne s’agit toutefois pas d’une banale commune de sa lointaine périphérie de la ville-centre (distante d’un peu plus de 40 km) mais d’une localité qui a connu une histoire tout à fait particulière comme « berceau des bandeirantes », comme le proclame fièrement un panneau signalétique à l’entrée de son centre historique bien préservé (figure n°1).

Figure n°1 Santana do Parnaíba, berceau des bandeirantes

Santana de Parnaiba

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

Santana de Parnaíba, porte do sertão

La ville était un point de départ important de bandeiras, des expéditions partant vers le sertão[1], dont les principaux objectifs étaient à la recherche de main d’œuvre indigène et la lutte contre les tribus indiennes hostiles ou les quilombos[2] à la demande de la couronne portugaise. Sans que cela ait été explicitement leur but, elles ont en outre contribué à la défense et l’expansion du territoire brésilien[3], dépassant les limites fixées par le traité de Tordesillas[4].

La plupart de ces expéditions ont suivi le cours du Tietê, en raison d’une particularité de son parcours, qui traverse pratiquement tout le territoire de l’État d’est en ouest, depuis la Serra do Mar, sur la côte atlantique, jusqu’au Paraná, à l’extrême ouest de l’État. Bien que sa source se situe à moins de 22 km de l’océan, dans les contreforts de la Serra do Mar (dans la commune de Salesópolis, à 110 km à l’est de São Paulo et à environ 1120 m d’altitude), ses eaux coulent sur plus de 1 000 km vers l’ouest avant de se jeter dans le Paraná, parcourant au total une distance de 3 700 km jusqu’à atteindre la mer dans l’estuaire du rio de la Plata.

Pendant de nombreuses années, la rivière a été la seule voie d’accès à l’intérieur de la province de São Paulo et, bien que non navigable en certains endroits, elle est devenu le moyen le plus rapide pour atteindre l’ouest de la province, et de là des régions plus lointaines.

Figure n° 2 Localisation de Santana de Parnaíba

Localisation 3

Source : Google maps

Située sur les rives du Tietê, Santana de Parnaíba a une situation stratégique car elle était le point où la rivière cessait d’être navigable pour qui venait de São Paulo de Piratininga, à cause d’une grande chute d’eau connue sous le nom « chute de l’enfer ». De ce point de la rivière ne pouvait être parcourue à nouveau que 50 km plus loin, en aval du port d’Utu Guaçu, ou Salto Grande, autour duquel ont été fondées les villes de Salto et Itu. Le nom de la ville reflète exactement cette situation, il résulte du rapprochement du nom de la sainte pour laquelle la fondatrice de la ville avait une dévotion particulière – Santa Ana – avec le mot indien Parnaíba qui signifie « rivière non navigable ». Santana de Parnaíba était donc un inévitable point de rupture de charge pour les expéditions qui se dirigeaient vers l’intérieur des terres, ce qui a favorisé lors la période coloniale le contrôle de l’accès à l’hinterland.

Les origines

La fondation de Santana de Parnaíba[5] a eu lieu au tout début du processus d’occupation du territoire brésilien, qui a commencé dans la région avec la fondation en 1532 (par Martim Afonso de Souza), de la première vila[6] brésilienne, São Vicente, sur la côte du futur État de Sao Paulo. Santana de Parnaíba est née du temps de Mem de Sá, le troisième gouverneur général du Brésil, le premier à s’installer dans la région étant Manuel Fernandes Ramos, membre d’une expédition menée en 1561 par Mem de Sa pour explorer l’arrière-pays, en descendant le Tietê, à la recherche de l’or et de métaux précieux. Il construisit une ferme et une chapelle en l’honneur de Saint Antoine, mais elles ne résistèrent pas aux constantes inondations. Après sa mort, en 1589, son épouse Suzana Dias et ses 17 enfants se sont installés sur place, créant l’embryon d’un village et érigeant en 1580, une nouvelle chapelle, cette fois en l’honneur de Santa Ana.

Le 14 novembre 1625 le village qui avait grandi autour de la chapelle a été élevé à la catégorie de vila, démembrée de São Paulo, devenant la troisième vila fondée sur le plateau. Elle avait alors une grande extension territoriale, englobant toutes les terres jusqu’au Paraná. En plus de la famille Fernandes, d’autres pionniers, grands propriétaires terriens et leurs esclaves, étaient alors installés dans la région, comme Fernão Dias Paes, avec près de 5 000 Indiens et les frères Ferdinand et Pero Vaz de Barros, ce dernier fondateur de la ville de São Roque. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Santana de Parnaíba a connu un grand développement à la fois comme l’une des principales régions minières de la capitania[7] et comme exportatrice de main-d’œuvre indigène, capturée par les bandeiras, vers les autres capitanias, ce qui la mettait souvent en conflit avec les jésuites.

Les chemins des bandeirantes vers le sertão

On peut considérer le capitaine André Fernandes (1578 – 1648) comme le premier grand nom du bandeirismo de Santana de Parnaíba. Considéré comme co-fondateur de la ville (avec sa mère, Suzana Dias), c’était l’un des principaux chasseurs d’Indiens de première moitié du XVIIe siècle. Il a parcouru le Goiás, explorant les rives de l’Araguaia, le Paraná, le Rio Grande do Sul, le Mato Grosso do Sul et le Paraguay.

  • Belchior Dias Carneiro (1554-1607), frère de Suzana Dias, a trouvé de l’or au lieu-dit Voturuna, à Santana de Parnaiba, et a parcouru le Goiás, pour combattre combat les Indiens Caiapós, et est mort dans le sertão en 1608.
  • D’autres fils du bandeirante Manoel Fernandes Ramos, Baltazar et Domingos Fernandes (respectivement fondateurs de Sorocaba et d’Itu), ont contribué à la maîtrise de l’accès au Sud et au Centre-Ouest du pays. Entre 1613 et 1615, les trois frères (André, Baltazar et Domingos) parcoururent l’intérieur du Goiás sur les rives de la rivière Paraupava (affluent de l’Araguaia), fondant en chemin de nombreuses villes.
  • Pedro (ou Pero) Barros Vaz (1580-1644) était le chef de l’avant-garde de l’expédition d’Antônio Raposo Tavares et Manuel Preto sur les rives du Parapanema et contre les missions jésuites des Sete Povos das Missões.
  • Fernão Dias Paes (1608-1681) a parcouru les actuels États du Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul. Une de ses bandeiras, qui partit le 21 juillet 1674, a passé sept années à explorer le sertão du Minas Gerais. À la recherche d’argent et d’émeraudes, il a exploré le nord-est de l’État, fondant de nombreux villages sur son chemin pour produire haricots, manioc et maïs. Bien qu’il soit mort en pensant avoir trouvé des émeraudes, alors qu’en fait il s’agissait de tourmalines, des membres de sa bandeira ont continué son œuvre, réalisant une reconnaissance importante pour l’intégration du territoire colonial. Et en 1690, ils trouvèrent de l’or à dans la région d’Ouro Preto et de Mariana.

Figure n° 3 Images des bandeirantes

Bandeirantes

1e image Debret https://historiajacarei.wordpress.com/page/3/. 2e image http://prof-tathy.blogspot.com.br/2012/09/bandeirantes.html. 3e image Debret , sous-titrée « Sauvages civilisés soldats indiens de la province de Coritiba ramenant des sauvages prisonnières », https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ec/Indian_Soldiers_from_the_Coritiba_Province_Escorting_Native_Prisoners.jpg

  • Antonio Raposo Tavares (1598-1658) a commencé en 1648 une expédition qui dura trois ans, parcourant plus de 10 000 km par voie de terre et en suivant les cours d’eau. Il a relié les bassins du Paraguay et du Paraná à celui de l’Amazone, atteignant le Rio Guaporé, puis descendant le Mamoré et le Madeira, jusqu’à atteindre l’Amazone, le suivant jusqu’à son embouchure dans l’état actuel du Pará (figure 4). Cette expédition, entreprise à la demande du roi du Portugal, a ébauché la cartographie des principaux fleuves brésiliens et d’une large partie du territoire national, faisant la jonction de deux axes de pénétration, les bandeiras du sud et les entradas du nord. Elle a fourni des informations qui ont permis, plus de cent ans plus tard, au diplomate Alexandre de Gusmão, représentant du Portugal, de négocier avec l’Espagne les limites territoriales fixées par le traité de Madrid, en 1750.

Figure n° 4 Bandeiras et frontières

Bandeiras et frontieres lieu

  • Bartolomeu Bueno da Silva (1608-1681, surnommé le premier Anhanguera, (« Le vieux démon »), né en Santana de Parnaíba, et en est parti en 1682 avec une nombreuse bandeira, vers l’actuel État de Goiás. Il est notamment connu pour avoir utilisé l’artifice de faire brûler un peu de cachaça[8] en prétendant que c’était de l’eau, pour menacer les Indiens de mettre le feu à leurs rivières.
  • Domingos Jorge Velho (1641-1703) a mené des expéditions qui l’ont conduit dans l’État actuel du Piauí, et a été également à la tête de la bandeira qui détruisit le quilombo de Palmares en 1695, dans l’actuel État d’Alagoas.
  • Pascoal Moreira Cabral (1654-1730), arrière-petit-fils d’André Fernandes, a commandé en 1718, une bandeira contre les Indiens Aripoconé dans le Mato Grosso. En 1719, il a trouvé de l’or sur le Rio Coxipó et fondée Cuiabá, actuelle capitale du Mato Grosso.
  • Le bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (1672-1740), le deuxième Anhanguera, partant de Santana de Parnaíba, a atteint le Goiás par voie terrestre, via le cours supérieur du Rio Paranaíba, dans l’état actuel du Minas Gerais. Il a suivi le cours supérieur du Tocantins et de l’Araguaia, découvert les mines d’or du Goiás, entre 1717 et 1718 et fondé entre 1723 et 1725, le campement de Santana, qui devint plus tard Vila Boa de Goiás, l’embryon de l’État actuel.

Figure n° 5 Représentations du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, dit Anhanguera

Anhanguera

1e image Bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, Luiz Brizzolara – sculpture en marbre de Carrare – Avenida Paulista – Parque Trianon, https://c3.staticflickr.com/3/2347/2325211910_e9b0ba2fc5_b.jpg. 2e image  http://www.sohistoria.com.br/biografias/bartolomeu/. 3e image Anhanguera, http://www.colegioestadualanhanguera.yolasite.com/resources/pintura%20anhanguera%201956.JPG.opt355x473o0,0s355x473.JPG

Les routes ainsi ouvertes servirent ensuite à des expéditions plus massives, appelées moussons (monções), en références aux vents alternés de l’Océan indien, dont les Portugais se servaient dans leur navigation vers les Indes. Ils avaient appris des Arabes que les utiliser facilitait grandement la navigation à l’aller et au retour, pourvu qu’on se plie à leurs rythmes saisonniers et le nom devint celui des expéditions commerciales que ces vents favorisaient.

Ces monções étaient des expéditions fluviales de peuplement et de commerce. La découverte des mines d’or dans les environs de Cuiabá a ouvert une période de grande euphorie et cette fois encore le Tietê était le chemin des aventuriers qui fondèrent des colonies sur ses rives. Le point de départ le plus fréquent était Porto Feliz, près de Sorocaba, en aval de Santana de Parnaíba, après le tronçon non navigable. Le jour du départ on disait une messe pour la réussite de la mission (scène représentée sur la figure n ° 6 par le peintre Almeida junior), car les voyages étaient dangereux et sur ces rivières, plein d’obstacles, se produisaient naufrages, épidémies et attaques d’Indiens. Les monções rassemblaient des dizaines et même des centaines de pirogues, et quand la nourriture embarquée au départ était épuisée, on prenait le temps de planter du maïs dans un champ défriché sur les berges de la rivière, et d’attendre qu’il pousse. Pendant ce temps, on explorait les environs, créant ainsi progressivement des fermes et des villages, points d’appui le long du chemin pour de futures monções.

Figure n° 6 Almeida Júnior, étude pour A Partida da Monção, 1897

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg, http://revistapesquisa.fapesp.br/wp-content/uploads/2015/04/Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg

Au XIXe siècle, Santana de Parnaíba a traversé une période plus difficile, lorsque se sont ouvertes de nouvelles routes reliant São Paulo à d’autres villes sans passer par elle. Elle a également souffert de ne pas pouvoir remplacer la culture de la canne à sucre par celle du café, comme le faisait alors une grande partie de l’État de São Paulo.

En raison de cette stagnation économique – ou peut-être devrait-on dire grâce à elle – la ville a peu évolué, et préservé son patrimoine historique. Ayant conservé beaucoup de ses anciens bâtiments, la ville possède l’un des plus importants ensembles architecturaux coloniaux de l’État, avec 209 bâtiments, ensemble classé en 1982 par le Conseil de défense du patrimoine artistique, archéologique et touristique de l’État de São Paulo (CONDEPHAAT). Avant ce classement global une résidence bandeirista urbaine et une maison du XVIIIe siècle avaient été classés en 1958 par l’Institut du patrimoine, historique, artistique et national (IPHAN). Réunis, ils abritent aujourd’hui le musée principal de la ville.

Le musée Casa do Anhanguera

En octobre 2013, a été rouvert le musée Casa do Anhanguera, après restructuration et intégration avec la voisine Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo. Le bâtiment original, construit en torchis dans la seconde moitié du XVIIe siècle, était la résidence du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (Anhanguera). Le 14 novembre 1962, pour commémorer l’anniversaire de la ville, elle avait été transformée en musée historique et pédagogique, et constitue jusqu’à aujourd’hui un patrimoine d’une grande valeur architecturale et historique. La Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo est une maison de ville du XVIIIe siècle, un exemple typique de bâtiments Sao Paulo avec des murs porteurs en torchis, couverte de tuiles canal, de grandes portes et haute de plafond.

Figure n° 7 Museu Casa do Anhanguera

Musée et maison

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

La maison d’Anhanguera est reconnue comme la seule maison bandeirista urbaine de l’État de São Paulo. Plusieurs facteurs confirment la datation de la maison. Premièrement, elle se distingue en étant une maison de plain-pied, avec toit à trois tombées et avancée en encorbellement, pour ne pas endommager le bâtiment à la saison des pluies. D’autres éléments distinctifs sont la structure des chambranles de portes et fenêtres en bois de canela preta (Ocotea catharinensis) avec conversadeiras[9], l’épaisseur et la structure des murs extérieurs, qui ont été construits en torchis compacté au pilon alors que les murs intérieurs sont de torchis fait à la main. Et enfin un grenier, utilisé pour stocker aliments et ustensiles qui ne sont pas fréquemment utilisés.

Pour être reconnu comme maison bandeirista urbaine il fallait remplir certaines conditions, comme de ne pas avoir de chapelle ni de salle pour recevoir les voyageurs, deux espaces faisant partie de la mais sans accès direct. Les maisons bandeiristas rurales avaient des chapelles parce que les Portugais étaient très religieux et qu’il leur était impossible de fréquenter constamment l’église. Dans le musée sont exposés des objets de l’époque, la plupart donnés par les habitants de la ville. Parmi les divers objets de musée, on note la présence de lits, qui à l’époque utilisés uniquement par les classes supérieures, les autres dormant dans des hamacs.

 

Figure n° 8 Cama e pilão no museu Casa do Anhanguera

Museu

©Hervé Théry 2009

Santana de Parnaíba a donc hérité de son passé un patrimoine historique matériel et immatériel considérable, qu’elle a su mettre en valeur dans un remarquable musée, et aussi sur le drapeau et la blason de la ville, l’un et l’autre inspirés par son rôle de berceau des bandeirantes.

 

Figure n° 9 Drapeau et blason de Santana de Parnaíba

Drapeau et blason

http://prefeituradesantanadeparnaiba.blogspot.com.br/2014/01/bandeira-e-brasao-da-cidade-de-santana.html

Le drapeau municipal a été créé par le Professeur Arcinoe Antonio Peixoto de Faria. Sa forme rectangulaire est bleue, contenant une croix coticée jaune et rouge et un cercle blanc portant le blason, qui se compose d’un bouclier ibérique portant une carte du Brésil bipartie, une couleur délimitée par ligne de Tordesillas et l’autre pour tout ce qui a été gagné ensuite par l’action des bandeiras. Le bouclier est flanqué de deux bandeirantes vêtus de leurs costumes distinctifs et la devise en latin « Patriam fecit magnam » (j’ai agrandi la Patrie) se réfère à leur action pionnière. La croix représente la foi et le cercle l’éternité, faisant allusion à la foi des citoyens dans l’éternité de leur ville. Les couleurs jaunes et blanches représentent l’or et l’argent, la couleur rouge l’audace, la valeur, l’intrépidité, la générosité, l’honneur et la noblesse, symbolisant l’héritage laissé par les bandeirantes de Parnaíba à leurs futurs concitoyens.

Devant tant de nobles intentions, il est plus regrettable encore que le Tietê lui-même soit aujourd’hui si pollué que sa surface est le plus souvent couverte d’une mousse épaisse (figure 10), résultant du brassage par les rapides des détergents rejetés dans la rivière lors de sa traversée de la ville de São Paulo. Ce n’est évidemment pas très pour le tourisme des villes de Santana de Parnaíba, Pirapora do Bom Jesus, Itu et Salto, toutes incluses dans la tache de pollution qui s’étale en aval de la ville.

Celle-ci réduit d’année en année et l’on peut espérer qu’un jour elle ne souillera plus le berceau des bandeirantes. Elle a régressé d’environ 40 km entre 2000 et 2008, années au cours de laquelle la deuxième étape de nettoyage a été effectuée. Au cours de la première étape, entre 1992 et 1998, la réduction avait été de 120 km. Au début des années 1990 la pollution atteignait Barra Bonita (à 260 km de la capitale), aujourd’hui, elle se limite à Salto (100 km de Sao Paulo). Des villes comme Porto Feliz, Tietê, Anhembi et Bonita peuvent à nouveau avoir des loisirs comme la pêche et le tourisme.

Figure n° 10 Le Tietê à Pirapora do Bom Jesus et Salto

Tiete pollue 2

©Hervé Théry 2009 et http://professormarcianodantas.blogspot.com.br/2012/11/as-sociedades-humanas-e-agua.html

Comme on le voit, bandeiras et bandeirantes tiennent une place considérable dans l’imaginaire pauliste, principalement depuis que leur rôle a été monté en épingle dans les années 20 et 30 du XXe siècle, quand São Paulo a commencé à s’affirmer économiquement, politiquement et culturellement. Une des manifestations les plus notables de cette réécriture est le monument aux bandeiras commandé en 1931 par le gouvernement de l’État de São Paulo.

Cette sculpture monumentale est situé à l’entrée du parc Ibirapuera de São Paulo, elle est constitué de 240 blocs de granit, pesant chacun environ 50 tonnes et mesure une cinquantaine de mètres de longueur sur seize de haut. Elle a été inaugurée en 1954, en même temps que le Parc pour les célébrations du quatrième centenaire de la ville de São Paulo. Le monument représente des bandeirantes de différents groupes ethniques, portugais (barbus), noirs, mamelucos (métis) et Indiens (avec une croix sur la poitrine), tirant un des canots utilisés pour les monções sur le fleuve.

L’inscription gravée sur le socle de la statue indique bien le sens que ses commanditaires voulaient lui donner : « Gloire aux héros qui ont tracé notre destin dans la géographie du monde libre, sans eux le Brésil ne serait pas aussi grand qu’il l’est ». C’est sans aucun doute exagéré et d’autres ne voient dans les bandeirantes que des ruffians sans scrupules, mus par l’appât du gain, que ce soit la quête de l’or et des pierres précieuses ou – pire – le rapt ou le massacre des Indiens, premiers et légitimes occupants de ces terres. C’est également vrai, mais on n’en reste pas moins admiratif devant l’audace de ces hommes partis à la découverte de contrées inconnues à partir d’une modeste bourgade pauliste. Santa de Parnaíba est née et a longtemps prospéré en sachant jouer d’une rente de situation et sait aujourd’hui mettre en valeur l’héritage de cette époque en le transformant en patrimoine et en atout touristique et culturel.

Figure n° 11 Le monument aux bandeiras à São Paulo

Monumento as Bandeiras

©Hervé Théry 2006 et Cecilia Bastos/Jornal da USP

Sources

Santana de Parnaíba

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/imprensa_oficial/2013/Jornal%20Oficial_PMSP_15_BAIXA.pdf

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/cidade.html

Museu Casa do Anhanguera

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/noticias_13/materias/14_10_inauguracao_museo.html

Rio Tietê

http://www.mundovestibular.com.br/articles/5138/1/Rio-Tiete/Paacutegina1.html

http://www.daee.sp.gov.br/index.php?option=com_content&view=article&id=794%3Ao-tiete-por-fausto-nogueira&catid=54%3Aparques&Itemid=53

http://gizmodo.uol.com.br/do-outro-lado-do-rio-terceira-parte/

GOES, Synesio Sampaio. Navegantes, Bandeirantes, Diplomatas: Aspectos da descoberta do continente, da penetração do território brasileiro extra-Tordesilhas e do estabelecimento das fronteiras da Amazônia. Brasília, 1991.

MAYUMI, Lia. Taipa, canela preta e concreto: Um estudo sobre a restauração de casas bandeiristas em São Paulo, São Paulo, 2005.

SALLES, Alexandre Nascimento. Pirapora do Bom Jesus: Dicotomia de Símbolos: o sagrado e o profano como elementos representativos de imagem da cidade. São Paulo, 2009.

SANTOS, Diana Oliveira. “A Casa do Anhanguera”: Restauro e conservação de um monumento Nacional, 2007.

[1] L’intérieur encore mal connu, équivalent de la wilderness aux États-Unis ou l’outback en Australie

[2] Villages d’esclaves fugitifs.

[3] Ce qui justifie leur nom (« drapeau » en portugais) bien qu’elles ne l’aient en réalité certainement rarement – voire jamais – déployé sur le terrain.

[4] Qui fixa en 1494 les limites entre les empires espagnol et portugais.

[5] Cette partie et la suivante sont basées sur les textes du musée Casa de Anhanguera, aimablement communiqués par Agacir Eleutério, Historiadora-Consultora Técnica na Secretaria de Cultura e Turismo da Prefeitura de Santana de Parnaíba.

[6] Premier pas vers l’autonomie juridique de la cidade, ville de plein exercice.

[7] Subdivisions de la colonie, ancêtre des actuels États.

[8] Um alcool de canne à sucre similaire au rhum.

[9] Encoignures où s’asseoir pour converser.

Les chutes d’Iguaçu

Les chutes d’Iguaçu, situées près de Foz do Iguaçu (Paraná) et de la triple frontière Brésil-Argentine-Paraguay, ont été choisies comme l’une des sept merveilles naturelles du monde après une campagne organisée par la Fondation New 7 Wonders qui a recueilli plus de cent millions de votes sur internet. Les chutes étaient parmi les 28 finalistes, et la liste finale a été annoncée lors de la cérémonie de déclaration le 7 Juillet 2007 (07.07.07).

Figure n° 1 Localisation des chutes

Localisation

Google maps

Le premier Européen à voir les chutes a été l’Espagnol Álvar Núñez Cabeza de Vaca, le 31 Janvier 1542. Avant de parcourir le fleuve Paraná et Iguaçu, il avait exploré l’Amérique du Nord, où il avait visité la région des (futurs) États du Mississippi, de l’Arkansas, du Colorado, du Nouveau Mexique et de l’Arizona, atteignant la Californie en 1536. En 1542 il commandait une expédition d’Espagnols qui traversait la région, habitée par les Indiens Caiagangue et Tupi-Guarani, en direction de la colonie d’Asunción, un point stratégique d’où l’on pouvait atteindre l’empire Inca. Largement inaccessible, la région ne fut de nouveau parcourue qu’au XVIIIe siècle, quand les jésuites s’installèrent dans la région pour catéchiser les Indiens. Dans l’intervalle elle avait été disputée entre les domaines espagnols et portugais et la délimitation du territoire n’a été définie qu’après l’indépendance de l’Argentine, du Paraguay et le du Brésil.

Les chutes sont formées par l’Iguaçu («la grande eau» en Tupi-guarani) quand il se précipite, 21 km avant de rejoindre le Paraná, dans un canyon étroit creusé dans les roches basaltiques. Ces roches proviennent du plus grand épanchement de lave qui ait eu lieu sur Terre, il y a entre 120 et 130 millions d’années, au Crétacé. Mais la formation du relief de la chute m’a commencé qu’il y a environ 200 000 ans, le canyon étant creusé par l’érosion régressive des chutes, le long de failles et de fractures dans les roches. Encore aujourd’hui, le bord de la calotte de basalte recule en moyenne de 1.4 à 2.1 cm par an. L’Iguaçu mesure 1 200 mètres de large au-dessus des chutes, mais au-dessous de celles-ci il n’a plus que 65 mètres de largeur. Le front des chutes est d’environ 800 m du côté du Brésil et de 1 900 mètres du côté argentin.

Figure n° 2 Les chutes en vue aérienne

PR Iguaçu parc catatactes 2

©Hervé Théry 2001

Le débit moyen de la rivière est d’environ 1 500 m3 par seconde, allant de 500 m3/s en étiage à 8 500 m3/s aux hautes eaux, entre octobre et mars. C’est le deuxième débit annuel moyen pour une chute d’eau dans le monde, après les chutes du Niagara, 1 746 m³/s. Son débit maximal officiellement enregistrée a été de 46 300 m³/s le 9 juin 2014, mais le système de mesure, débordé par l’ampleur de la crue avait alors arrêté de calculer le débit réel instantané, estimée à entre 50 000 et 60 000 m³/s. En comparaison, le débit moyen du Niagara est de 2 400 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 8 300 m³/s. Le débit moyen des Victoria Falls est de 1 088 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 7 100 m³/s.

Figure n° 3 La gorge du Diable vue du côté argentin

GD2 c

©Hervé Théry 2015

En fonction du débit de la rivière, le nombre de cascades varie, elles sont plus de 250 dans les périodes de débit moyen. On compte 19 chutes principales, cinq du côté brésilien et 14 du côté argentin, ce qui  offre une meilleure vue aux visiteurs les observant depuis le Brésil.

Figure n° 4 La gorge du Diable en vue aérienne (1)

LM1_8972

http://www.fotonat.org/details.php?image_id=51786

Certaines des chutes ont jusqu’à 82 mètres de hauteur, bien que la plupart aient seulement 64 mètres : ces chutes en escaliers sont une conséquence de la structure des coulées basaltiques. La gorge du Diable, en forme de U, reçoit de l’eau de trois côtés, elle a 82 mètres de haut  et 700 mètres de long, c’est la plus impressionnante de toutes les chutes.

Figure n° 5 La gorge du Diable en vue aérienne (2)

p1010935

https://aniyami.wordpress.com/2011/06/

En voyant les chutes d’Iguaçu, l’ancienne première dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt se serait – dit-on – exclamée « Mon pauvre Niagara! ».

Figure n° 6 La gorge du Diable vue du côté brésilien

PR Cataratas 3c

©Hervé Théry 2015

Les chutes d’Iguaçu sont également souvent comparées aux Victoria Falls, qui séparent la Zambie et le Zimbabwe, en Afrique austral. Les chutes d’Iguaçu sont plus larges, car divisées en de nombreuses chutes séparées par de grandes îles, en revanche les Victoria Falls forment le plus grand rideau d’eau dans le monde, avec plus de 1 600 m de large et plus de 100 mètres de haut.

Figure n° 7 Les chutes côté brésilien et la passerelle d’accès des touristes

Cataractes et touristes c

©Hervé Théry 2015

Les chutes sont maintenant incluses dans deux parcs contigus, Parc national d’Iguaçu, au Brésil et le Parc national d’Iguazú, en Argentine. La superficie totale des deux parcs nationaux totalise 250 000 hectares de forêt subtropicale. Le parc national argentin a été créée en 1934 et le parc national brésilien en 1939 (il était le deuxième parc national brésilien créé), afin de gérer et de protéger les sources qui alimente les chutes et tout l’environnement qui les englobe. Les deux parcs, brésilien et argentin, ont été classés site du patrimoine mondial, en 1984 et 1986 respectivement.

Figure n° 8 Affiche du parc national argentin

iguasu-park-map

http://roteirosjali.com/2012/10/10/mapa-turistico-do-parque-nacional-iguazu-argentina/

Figure n°  9 Panneau d’information du parc brésilien

570_Carte parc

©Hervé Théry 2001

Le parc brésilien forme le plus grand fragment restant de forêt atlantique du sud du Brésil. Il abrite une riche biodiversité, constituée d’espèces représentatives de la faune et la flore brésiliennes, dont certaines sont menacées d’extinction, comme le jaguar (Panthera onca), le puma (Puma concolor), le caïman à museau jaune (Caiman latirostris), le perroquet à poitrine violette (Amazon vinacea), l’aigle harpie (harpyja harpie), l’acajou rose (Aspidosperma polyneutron), l’ariticum (Rollinia salicifolia), l’araucaria (Araucaria angustifolia), ainsi que de nombreuses autres espèces de grande valeur et intérêt scientifique.

Figure n° 10 Entrée du parc brésilien et (en cartouche) le logo du parc argentin

Parque-Nacional-do-Iguacu

http://mydestinationanywhere.com/wp-content/uploads/2014/04/Parque-Nacional-do-Iguacu.jpg et https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Cartel_Puerto_Iguaz%C3%BA_-_Logo_del_Parque_Nacional_Iguaz%C3%BA.jpg

L’accès du côté argentin est facilité par le « train écologique » qui amène les visiteurs jusqu’à l’entrée de la Gorge du Diable. Le Paseo Garganta del Diablo est une passerelle d’un kilomètre de long qui conduit le visiteur sur la bord même de la Gorge du Diable.

Figure n° 11 « Train écologique » acheminant les visiteurs côté argentin

Trem Iguaçu

©Hervé Théry 2015

Figure n° 12 La passerelle du Paseo Garganta del Diablo

PR Cataratas Iguaçu 1

©Hervé Théry 2015

Figure n° 13 Touristes au bord de la gorge du Diable

GD4 c

©Hervé Théry 2015

Du côté brésilien, un cheminement a été aménagé le long du canyon sur une longueur de 1 200 m, depuis le sommet du plateau jusqu’à la base de la gorge du Diable, offrant différents points de vue sur plusieurs chutes, si proches qu’il est habituel que les touristes portent des ponchos imperméables jetables, vendus sur place.

Figure n° 14 Passerelle et point de vue du côté brésilien

PR Iguaçu visiteurs 4

©Hervé Théry 2001

Les chutes sont la principale attraction de Foz de Iguaçu, la ville la plus peuplée de la frontière du Brésil, avec 256 088 habitants selon le recensement de 2010 de l’IBGE. La ville possède l’un des six plus grands parcs hôteliers du Brésil, plus de 23 000 lits, et dispose également d’une des meilleures infrastructures dans le pays pour organiser des événements, ses centres de congrès sont en mesure de recevoir 40 000 personnes simultanément. La ville est la deuxième destination des touristes étrangers en visite au Brésil, selon une étude menée par l’Embratur. Elle est également considéré comme l’un des cinq premières villes brésiliennes hébergeant des événements nationaux et internationaux de tourisme, selon l’International Congress and Convention Association – ICCA.

On estime que la région reçoit chaque année plus de 5 millions de touristes, en ajoutant ceux qui visitent les chutes, côté Brésil et côté Argentine (2,5 millions de visiteurs), ceux qui visitent le barrage d’Itaipu (la plus grand centrale hydroélectrique dans le monde par la production totale d’électricité, à 12 kilomètres de la ville, 500 000 visiteurs), ceux qui participent à des événements nationaux et internationaux et ceux qui vont faire des achats à Ciudad del Este, au Paraguay (300 000 visiteurs).

Figure n°  13 Les deux parcs et les deux aéroports

Mapa local Plans

Apple Maps

Deux aéroports internationaux desservent les chutes d’Iguaçu, l’aéroport de Foz do Iguaçu International (UGI) et l’aéroport international Cataratas del Iguazú (IGR). LAN Airlines et Aerolineas Argentinas ont des vols directs à partir de Buenos Aires et plusieurs compagnies aériennes brésiliennes, comme TAM, Gol et Azul offrent des services des principales villes brésiliennes vers Foz do Iguaçu. Avec plus de 24 vols réguliers quotidiens, l’aéroport international de Foz do Iguaçu a été au cours des dernières années l’un des plus dynamiques au Brésil, il a connu près de 2,1 millions d’embarquements et débarquements de passagers en 2011.

Par position stratégique qu’elle occupe, la ville commence à former une nouvelle métropole régionale. Dans un rayon de 170 km autour de Foz do Iguaçu, dans les trois pays, vivent maintenant environ deux millions de personnes, dont 1,2 million dans l’ouest du Paraná. La création du parc technologique d’Itaipu (PTI) et de l’Université fédérale de l’intégration latino-américaine (Unila) à Foz do Iguaçu, pour laquelle doit être construit un bâtiment dessiné par Oscar Niemeyer et destinée à accueillir 10 000 étudiants brésiliens et latino-américain, visent à transformer la région en un centre de connaissances et d’activités universitaires.

Webographie

http://www.cataratasdoiguacu.com.br/portal/paginas/37-cataratas-do-iguacu.aspx

http://pt.wikipedia.org/wiki/Cataratas_do_Igua%C3%A7u

http://www.fozdoiguacudestinodomundo.com.br/sobre-a-cidade/a-cidade

http://www.icmbio.gov.br/parnaiguacu/guia-do-visitante.html

http://world.new7wonders.com/new7wonders-of-nature/the-new7wonders-of-nature/

http://www.anvtravelservice.com.br/aspx/descobrimento-das-cataratas-do-iguacu.html

http://www.mineropar.pr.gov.br/modules/conteudo/conteudo.php?conteudo=12

Questions environnementales dans l’État de São Paulo

Trois images contrastées sur le traitement de l’environnement dans l’État de São Paulo : la première montre l’espace vert créé au long de la plage de Santos, pour que le front de mer soit moins minéral et que les résidents du front de mer aient leur quotas d’espaces verts.

Jardins du front de mer à Santos. cliché Hervé Théry 2011

Les deux autres montrent le Tietê, la rivière qui traverse São Paulo, en aval de la ville : la quantité de détergents est telle qu’en aval d’un petit barrage hydroélectrique et de la première chute importante du cours moyen, à Salto, la surface de l’eau est entièrement couverte d’une mousse épaisse.

Le Tietê en aval de Sao Paulo. Cliché Hervé Théry 2010

Tout espoir n’est pourtant pas interdit puisque la « tache de pollution » en aval de la ville diminue de façon régulière depuis plusieurs années, à mesure que progresse le traitement des eaux rejetées à la rivière.

La chute du Tietê à Salto. Cliché Hervé Théry 2010