Archives par mot-clé : Distances

Deux fois mieux que la «Longue Marche», la Colonne Prestes

Nous nous souvenons encore, bien qu’elle ait eu lieu au IVe siècle avant Jésus-Christ, de l’Anabase, la marche des Dix Mille racontée par Xénophon, 2 600 kilomètres de la Mésopotamie à la Mer Noire. La mémoire de la retraite de Russie, en 1812, est encore présente dans nos esprits, mille kilomètres de souffrances dans l’hiver russe. Et qui ne connaît la « Longue Marche », de Mao Zedong, qui a conduit l’Armée Rouge sur 12 000 kilomètres du Jiangxi au Shaanxi ?

Pourquoi, alors, parle-t-on si peu de la Colonne Prestes, qui parcourut de 1925 à 1927 plus de 25 000 kilomètres à travers le Brésil, plus du double de la Longue Marche, près de dix fois l’Anabase et 25 fois la retraite de Russie ? Parce que son principal inspirateur est devenu secrétaire général du Parti Communiste, tout comme Mao Zedong ? Il est certain que cela l’a desservi aux yeux des autorités brésiliennes, notamment sous la dictature militaire (1964-1985). Parce qu’il a au total été vaincu ? Les Dix Mille et Napoléon l’ont été aussi, et ce dernier a causé bien plus de morts. Probablement parce que cette marche a connu moins d’épisodes dramatiques que les trois autres et n’a pas été aussi bien contée que par Xénophon ou les mémorialistes de l’Empereur et du Grand Timonier.

Rappelons d’abord les traits principaux des autres marches, pour mieux comprendre ce que la Colonne Prestes a de différent. On pourra alors la situer dans son contexte, en suivre le parcours, analyser les causes de son relatif échec et sa postérité, pour finir par tenter de mesurer – par des comparaisons – ce que représente cette marche de 25 000 kilomètres.

D’autres longues marches

Les « Dix Mille » (qui étaient en fait un peu plus de 13 000) étaient des mercenaires grecs engagés par Cyrus le Jeune, le second fils de Darius II, qui voulait ravir le trône à son frère aîné Artaxerxès. II fut battu et tué à la bataille de Counaxa, en Mésopotamie à une centaine de kilomètres de Babylone. Bien que vainqueurs des troupes qui leur avaient été opposées, les Dix Mille durent s’échapper et réussirent à rejoindre l’Arménie via les sources du Tigre et de l’Euphrate. La traversée des montagnes arméniennes, en hiver, et de provinces hostiles fut rude, marquée par des combats incessants avec les tribus locales jusqu’à l’arrivée à Trapézonte (actuelle Trabzon) au bord du Pont-Euxin (l’actuelle Mer Noire). Cette épopée nous est connue par l’Anabase, le récit de Xénophon, le commandant de l’arrière-garde de l’armée des mercenaires grecs où il relate le célèbre cri « Thalassa ! Thalassa ! » (« La mer ! La mer !») poussée par les Grecs apercevant le Pont-Euxin à la sortie des montagnes.

Figure 1 La Campagne de Russie de 1812

retraite-russie-_fwnqodeux_c-i3x3cuwfrqtp9g

https://strategietotale.com/forum/64-la-campagne-de-russie/139093-dossier-la-campagne-de-russie-et-la-traversee-de-la-berezina

La retraite de Russie désigne le repli de l’armée napoléonienne depuis Moscou jusqu’en France, en 1812, qui vit mourir la quasi-totalité de l’armée impériale. En donnant l’ordre de repli, le 18 octobre 1812, Napoléon espérait regrouper ses troupes, puis marcher sur Smolensk où il attendrait la fin de l’hiver pour relancer l’offensive. Le 8 novembre, à Smolensk, il ne restait guère plus de 40 000 hommes en état de porter des armes sur les 100 000 partis de Moscou quinze jours plus tôt. Mais ce n’était que le début d’une longue et terrible retraite qui ne s’acheva que l4 décembre, au bout de deux mois et de plus de mille kilomètres de souffrances. Le froid intense de l’hiver, les maladies (dont le typhus, très meurtrier) et les constantes attaques russes, notamment lors de la traversée de la Berezina provoquèrent des milliers de morts. Au total, des 600 000 soldats entrés en Russie, moins de 40 000 en repartirent, comme le montre, sur la figure 3, la différence entre les effectifs à l’aller (épaisseur du trait rose) et au retour (trait noir). Bien que la distance parcourue soit plus faible que dans les autres cas, c’est donc surtout la tragédie humaine qui attire encore l’attention sur la retraite de Russie.

Figure 2 Êvolution des effectifs de l’armée impériale durant la campagne de Russie

retraite-de-russie-minard

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/29/Minard.png

La Longue Marche est un périple de plus d’un an mené par l’Armée rouge chinoise et une partie de l’appareil du Parti communiste chinois pour échapper à l’Armée nationale révolutionnaire du Kuomintang, durant la Guerre civile chinoise. Commencée le 15 octobre 1934, elle prit fin le 19 octobre 1935, et coûta la vie à entre 90 000 et 100 000 hommes des troupes communistes menées par Mao Zedong: 130 000 hommes, avaient percé les lignes du Kuomintang, après une marche d’environ 12 000 kilomètres et la traversée de onze provinces, ils ne furent que 20 000 à 30 000 à arriver en vie. Son coût humain a donc été moindre que celui de la retraite de Russie mais bien plus élevé que ceux de l’Anabase et de la Colonne Prestes.

Figure 3 La Longue Marche chinoise

map_of_the_long_march_1934-1935-en-svg

https://commons.wikimedia.org/wiki/File :Map_of_the_Long_March_1934-1935-en.svg#/media/File :Map_of_the_Long_March_1934-1935-en.svg

Le contexte

La Colonne Prestes a été  mené par des militaires opposants au gouvernement d’Artur Bernardes (1922-1926). Leur «Longue Marche» de 1925-27 a été l’aboutissement d’un mouvement militaire, appelé tenentismo (de tenente, lieutenants). Ce mouvement armé visait à renverser les oligarchies qui dominaient le pays et à développer un ensemble de réformes institutionnelles, telles que le scrutin secret, la défense de l’enseignement public et l’enseignement primaire obligatoire pour toute la population.

Depuis la fin du XIXe siècle, on avait assisté au développement d’un mouvement au sein de l’Armée, qui se voyait comme la véritable responsable de l’établissement de la République. En dépit de cet esprit de corps, ce n’est pas l’Armée dans son ensemble qui a participé aux rébellions qui ont eu lieu dans les années 20. Le mouvement armé a été principalement organisé par des lieutenants avec la participation des sergents, caporaux et soldats, tandis que leadership militaire restait fidèle à l’ordre établi.

Le premier soulèvement militaire a eu lieu à Rio de Janeiro, la révolte des « Dix-Huit du Fort », connu aussi comme « Révolte du Fort de Copacabana », le 5 Juillet 1922.

Figure 4 La « Révolte du Fort de Copacabana »

18-do-forte-original

http://www.osul.com.br/tag/o-civil-dos-18-do-forte-de-copacabana/

En 1924, une nouvelle rébellion s’est produite, cette fois à São Paulo. Après de nombreuses batailles contre les troupes fidèles au gouvernement, les rebelles se sont réfugiés dans l’intérieur de l’État.

Figure 5 La révolte de 1924 à São Paulo

a-coluna-27200

http://revolucaobrasileirade1924.blogspot.fr/p/coluna-prestes.html

La marche de la Colonne Prestes

À São Paulo, devant l’avancée des forces légitimistes qui réprimaient leur soulèvement, les rebelles décidèrent de quitter la capitale de l’État le 28 juillet 1924, amorçant une marche à travers l’État en direction du sud-ouest. Entrant au Paraná, en septembre ils prirent Guaíra et Foz do Iguaçu (où ils établirent leur quartier général).

Dès le début de la campagne du Paraná, certains dirigeants étaient partis pour le Rio Grande do Sul, afin de collaborer avec les officiers engagés dans la préparation de la révolte militaire qui ouvrirait, dans cet État, un nouveau front pour lutter contre le gouvernement. En octobre 1924, le soulèvement y fut finalement déclenché, avec le soulèvement, commandé par le capitaine Luis Carlos Prestes, du 1er Bataillon Ferroviaire, basé à Santo Ângelo. Dans le même temps, d’autres unités s’étaient soulevées dans des villes voisines, São Luís, São Borja et Uruguaiana.

Les forces rebelles du Rio Grande do Sul marchèrent alors vers le nord de l’État, dans le but d’atteindre Foz do Iguaçu et de rejoindre les rebelles de São Paulo. En avril 1925, après avoir traversé l’État du Santa Catarina et une partie du Paraná (livrant avec les troupes loyalistes des combats qui leur firent perdre près de la moitié de leurs hommes), elles arrivèrent à Foz do Iguaçu.

Le 12 avril 1925, la décision fut prise de poursuivre la marche et d’envahir Mato Grosso. Sous le commandement principal de Prestes (chef d’état-major), fut formé ce qui serait connu comme Colonne Prestes, composée de quatre détachements, dirigés par Cordeiro de Farias, João Alberto, Siqueira Campos e Djalma Dutra.

Figure 6 L’itinéraire de la Colonne Prestes

coluna-prestes-2

La Colonne traversa donc le Paraná fin avril 1925 et entra en territoire paraguayen pour atteindre le Mato Grosso. Elle parcourut ensuite le Goiás, le Minas Gerais et revint dans le Goiás. Puis elle continua vers le Nordeste et en novembre atteignit le Maranhão. En décembre, elle entra dans le Piauí et livra à Teresina de sérieux combats avec les forces gouvernementales. En janvier 1926, elle traversa le Ceará, arriva dans le Rio Grande do Norte et en février fit irruption dans la Paraíba, rencontrant à Piancó une résistance sérieuse dirigée par le Père Aristides Ferreira da Cruz, le dirigeant politique local. Après d’âpres combats, la ville fut  occupée par les révolutionnaires.

Poursuivant sa marche vers le sud, la Colonne traversa alors les États de Pernambuco et de Bahia et se dirigea vers le nord du Minas Gerais. Se heurtant à une forte réaction légaliste et devant se réapprovisionner en munitions, le commandement décida de revenir vers le Nordeste en retraversant l’État de Bahia., le Piauí, atteignit le Goiás et enfin revint au Mato Grosso en octobre 1926. Entre février et mars 1927, après une difficile traversée du Pantanal, une partie de la Colonne dirigée par Siqueira Campos arriva au Paraguay, tandis que le reste entrait en Bolivie.

Au vu des conditions précaires où ils se trouvaient, les révolutionnaires de la Colonne décidèrent de s’exiler. Miguel Costa partit pour Libres, en Argentine, tandis que Prestes et deux cents hommes se dirigèrent vers Gaiba, en Bolivie, où ils travaillèrent un certain temps pour une société britannique, Bolivia Concessions Limited. Le 5 juillet 1927, les exilés inaugurèrent à Gaiba un monument à leurs morts. Au cours de leur marche de près de deux ans, ils avaient parcouru environ 25 000 kilomètres.

Figure 7 Prestes et les officiers de la Colonne exilés en Bolivie en 1927

exilados_na_bolivia_271111

http://www.gazetadopovo.com.br/vida-e-cidadania/coluna-prestes-a-maior-marcha-da-historia-mundial-9cwou2kl62j3yr7820ehvt26m

Un mouvement révolutionnaire ?

Les pouvoirs publics considéraient certainement la Colonne Prestes comme un danger. À preuve, les troupes qu’ils ont rassemblées pour la combattre, nombreuses et très diverses, montrant la volonté du gouvernement et des coroneis (les grands propriétaires fonciers) d’éliminer ce foyer de la rébellion. L’Armée, les polices des États, les jagunços (hommes de main des grands propriétaires colonels) et même des cangaceiros (« bandits d’honneur » du sertão, la région semi-aride du Nordeste) ont participé à la lutte. Dans les États économiquement puissants les oligarchies ont constitué des forces policières organisées comme de petites armées, dans les États économiquement faibles les propriétaires ont levé de véritables armées privées.

Dans les villes où elle passait, la Colonne Prestes a en effet suscité non seulement l’attention de la population mais aussi celle des coroneis, qui étaient la cible principale de la critique du mouvement. Se sachant toujours surveillés par les troupes gouvernementales, les rebelles tentaient toujours d’éviter les confrontations directes avec les troupes gouvernementales, par des tactiques de dépistage ou de guérilla si l’affrontement devenait inévitable.

Lors de rassemblements dans les villes temporairement occupées et dans ses manifestes, la Colonne dénonçait la situation politique et sociale du pays, la pauvreté de la population et l’exploitation des pauvres par les dirigeants politiques. Elle n’a toutefois pas réussi à attirer efficacement la sympathie de l’opinion publique, bien qu’à quelques reprises des villes ou des groupes d’hommes aient soutenu le mouvement, et même l’aient rejoint. L’idée de départ était que le mouvement croîtrait en nombre et en force tout au long de la marche, mais elle s’est révélée fausse lors du parcours dans le Nordeste. Dans un environnement naturel difficile, bien contrôlé par les grands propriétaires terriens, elle ne trouva pas dans les masses rurales le support espéré et a donc échoué à atteindre son objectif, étendre la révolution à tout le Brésil. Cette désillusion fait penser à celle que connut quarante ans plus tard Che Guevara quand il tenta, sans succès, de reproduire en Bolivie les mécanismes qui avaient assuré le triomphe de la révolution cubaine, de la Sierra Maestra à La Havane, une erreur qu’il paya de sa vie en 1967.

Des recherches ont été menées sur l’accueil tiède réservé aux révolutionnaires. En 1998, le Centre de recherche et de documentation (CPDOC) de la Fondation Getulio Vargas a ouvert un ensemble de 70 000 lettres, manuscrits et photos de Juarez Távora. Participant à la Révolte Paulista de 1924, Távora a participé avec Prestes et Miguel Costa au commandement de la Colonne. Parmi les documents de ce dossier, il y avait des lettres écrites et reçues par ses dirigeants, qui indiquent que le groupe n’a pas été reçu avec enthousiasme partout où il allait. En apprenant l’arrivée des rebelles, les habitants avaient souvent le réflexe de fuir, par crainte des atrocités dénoncées par les adversaires de la Colonne. Dans son livre Coluna Prestes : o avesso da lenda (1994) Eliane Brum rapporte des témoignages en ce sens de survivants du passage de la Colonne Prestes, après avoir refait 70 ans plus tard, les 25 000 kilomètres de sa marche.

Le mouvement dirigé par Prestes a du moins aidé à dénoncer les problèmes créés par la concentration du pouvoir entre les mains des oligarchies de l’Ancienne République. Le mouvement a ainsi contribué à saper les bases, déjà affaiblies, du système oligarchique et à ouvrir la voie à la Révolution de 1930. Peu de temps après, lors de la période agitée qui a marqué celle-ci, une partie des lieutenants qui avaient participé à la marche de la Colonne ont rejoint le gouvernement dirigé par Getúlio Vargas.

La marche a également mis en avant la personne de Prestes. Il a été surnommé « chevalier de l’espérance » dans la lutte contre les puissances dominantes de la bureaucratie et des élites. Il ne fut pas le principal dirigeant de la Colonne, mais il était le cerveau, défendant la liberté politique, le scrutin secret et la justice sociale. En 1927, alors que de nombreux combattants étaient restés en exil en Bolivie, il rejoignit l’Argentine, où il prit une orientation politique plus claire en rejoignant le Parti communiste Brésilien (PCB), puis a séjourné en Russie de 1931 à 1934, avant de revenir au Brésil comme l’un des dirigeants du Parti communiste brésilien (PCB). De ce fait, il devint une des icônes du mouvement communiste dans le monde et le livre que lui consacra Jorge Amado fut traduit en plusieurs langues, dont le français (figure 9).

Figure 8 Le livre de Jorge Amado sur Luís Carlos Prestes et as traduction française

jorge-amado-br-et-f

http://librairie-entropie-paris.blogspot.com.br/2014/02/jorge-amado-le-chevalier-de-lesperance.html

Postérité

Une des traces les plus visibles de la Colonne est le mémorial qui lui a été consacré à Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, le dernier créé au Brésil, en 1988, par sa séparation du Goiás.

Figure 9 Le Mémorial à la Colonne-Prestes e aux « 18 du Fort » à Palmas

A6CF66 Museum Palmas Tocantins Brazil
A6CF66 Museum Palmas Tocantins Brazil

http://secom.to.gov.br/noticia/222692/ et http://www.viajenaviagem.com/2012/09/vnvbrasil-rumo-ao-jalapao-uma-aventura-offline

Cette construction a été voulue par José Wilson Siqueira Campos, le premier gouverneur de l’État, après avoir été un des plus ardents promoteurs de sa création. Il a conçu et mis en œuvre un important programme de travaux qui ont donné à Palmas son allure de vraie capitale dÉtat. Oeuvre de l’architecte Oscar Niemeyer, le mémorial a été construit en 2000 (et a ouvert le 5 octobre 2001). Le gouverneur voulait ainsi honorer l’un des leaders de la colonne, Antonio de Siqueira Campos, qui a participé  au mouvement des lieutenants depuis la Révolte des Dix-Huit du Fort de Copacabana, en juillet 1922.

La rampe d’accès à l’entrée et à la sculpture en bronze est de couleur de rouge, pour représenter le sang versé pour leur pays et sa forme de faucille symbolise le communisme. Le mémorial raconte l’histoire de la Colonne Prestes et de ses membres, par des photographies, des documents et des objets personnels. Le monument aux Dix-Huit du Fort est composé de dix-huit sculptures de deux mètres de haut, en l’honneur des héros de l’insurrection.

25 000 kilomètres…

Sans revenir sur son sens et sa postérité politiques on ne peut qu’être impressionné par l’exploit que représente cette marche de 25 000 kilomètres, dans des régions mal connues, sans vraies routes et ponctuée de combats parfois violents.

Pour s’en faire une idée, on peut se demander ce que ces kilomètres représenteraient au départ de Paris: ils permettraient (figures 11 et 12) d’aller vers l’Est jusqu’à Vladivostok (Russie)  et vers le Sud jusqu’au Cap (Afrique du Sud), dans les deux cas un peu moins ou un peu plus de 12 000 kilomètres, et d’en revenir…

Figure 10 Paris-Vladivostok, 11 916 km

paris-vladivostok

Source : Google Maps

Figure 11 Paris-Le Cap, 12 835 km

paris-le-cap

 

Pour rester em Amérique du Sud, une distance égale à celle parcourue par la Colonne Prestes lui aurait permis, em partant comme elle de Santo Ângelo de faire pratiquement le tour du continent: de Santo Ângelo à Ushuaia (4 102 km), d’Ushuaia à Bogota (9 545 km), de Bogota à Fortaleza, via Manaus (7 678 km) et finalement de Fortaleza à Santo Ângelo (4 160 km), soit un total de 25 485 kilomètres.

Figure 12 Le tour de l’Amérique du Sud en 25 000 km

tour-amerique-du-sud

Source : Google Maps

On peut être effaré par ces chiffres, voire pris de doutes, mais si l’on divise la distance parcourue par le nombre de jours écoulés du début à la fin de la marche (814 jours du 12 avril 1925 au 5 juillet 1927), la moyenne parcourue par jour est de 31 kilomètres. C’est curieusement (mais pas si curieusement, si l’on considère que dans les deux cas il s’agissait d’hommes bien entraînés) le même chiffre auquel parvient, pour les marcheurs de l’Anabase, Marcel Gabrielli (1995), dans un article qui fait partie d’un numéro thématique de la revue Pallas « Dans les pas des Dix-Mille »:

« Donc, si l’on excepte les jours de retard, l’armée a mis 85 jours pour parcourir 522 parsanges, soit environ 2 600 kilomètres. Donc, une moyenne d’environ six parsanges par jour, c’est-à-dire 30 kilomètres environ par journée de marche ».

Ainsi donc, si l’on ose dire, la boucle est bouclée, de l’Anabase aux marcheurs de la Colonne Prestes, à cela près que ceux-ci, eux, n’ont jamais atteint la mer, ni leur but ultime, rendant leur exploit inutile, et en cela même peut-être plus impressionnant encore.

Bibliographie

Colonne Prestes

A Coluna Prestes, http://www.historianet.com.br/conteudo/default.aspx ?codigo =296

Brum, Eliane ; Coluna Prestes : o avesso da lenda ; Editora Artes e Ofícios, 1994

Coluna Prestes, https://pt.wikipedia.org/wiki/Coluna_Prestes

CPDOC-FGV, Coluna Prestes, http://cpdoc.fgv.br/producao/dossies/AEraVargas1/anos20/CrisePolitica/ColunaPrestes

Duarte, Lidiane, Coluna Prestes, http://www.infoescola.com/historia/coluna-prestes/

Marin, Richard, « La longue marche de la Colonne Prestes ou l’épopée d’un échec (octobre 1924 février 1927) », Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Année 1986, Volume 47, Numéro 1, pp. 65-81, http://www.persee.fr/doc/carav_0008-0152_1986_num_47_1_2285

Prestes, « Brésil, Anita Leocádia, Les 90 ans de la Colonne Prestes », Interview http://www.tlaxcala-int.org/article.asp ?reference =13769

Rafael Policeno de Souza, “A Coluna Prestes : uma abordagem necessária”, Revista Historiador Número 03, Ano 03, Dezembro de 2010 (PDF).

Sousa, Rainer Coluna Prestes, http://mundoeducacao.bol.uol.com.br/historiadobrasil/coluna-prestes.htm

Steinmetz, Muriel, « Retour sur le passé révolutionnaire du Brésil, Entretien avec Fernando Morais », L’Humanité, 16 Avril, 2015, http://www.humanite.fr/retour-sur-le-passe-revolutionnaire-du-bresil-571442

Autres grandes marches

Gabrielli, Marcel « Transport et logistique militaire dans l ‘Anabase », Pallas 1995 Volume 43 Numéro 1 pp. 109-122, http://www.persee.fr/doc/palla_0031-0387_1995_num_43_1_1365

Guillermaz, Jacques Histoire du Parti communiste chinois. Des origines à la conquête du pouvoir (1921-1949), Payot & Rivages, 2004.

La Longue marche, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_Marche

Napopedia, La Campagne de Russie, http://www.napopedia.fr/fr/Campagnes/russie

Retraite de Russie, https://fr.wikipedia.org/wiki/Retraite_de_Russie

Sun Shuyun, La Longue Marche, J.-C. Lattès, 2006.

Xénophon, Anabase, https://fr.wikipedia.org/wiki/Anabase_(X %C3 %A9nophon)

Distances au Brésil et dans le monde, voyages imaginaires

Ce voyage imaginaire a commencé quand j’ai voulu calculer les distances séparant São Paulo, par la route, des frontières des pays voisins, en utilisant le logiciel Google Maps. J’avais besoin de ces données pour m’aider à convaincre des lecteurs français que si les Brésiliens parlent peu les langues étrangères c’est en grande partie parce que – leur pays étant immense – il leur est difficile de se rendre à l’étranger. Par exemple, pour les habitants de São Paulo, la plus peuplée du pays, la frontière la plus proche est située à plus de 1 000 kilomètres.

Une fois cette mesure effectuée, il était tentant d’utiliser les possibilités de cet outil pour d’autres recherches. D’abord sur les distances routières entre Brasilia et les autres capitales sud-américaines, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur du Brésil, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur des grands pays de taille comparable ou supérieure à celle du Brésil. Et finalement sur les plus grandes distance possibles que l’on puisse parcourir par la route dans le monde, selon Google Maps, soit d’une seule traite, soit en enchaînant les étapes.

Tableau 1 Distances entre São Paulo et les frontières des pays voisins

Distance (km) Temps (h)
Foz do Iguaçu 1.061 12,5
Corumbá 1.432 16,75
Chuí 1.654 19,5
Guajara Mirim 3.311 45
Cruzeiro do Sul 4.131 56
Pacaraima 4.810 67

La frontière la plus proche de São Paulo, d’après Google Maps, est atteinte à Foz do Iguaçu (où se situent les cataractes de l’Iguaçu[1]) à 1 061 km de la ville. Corumbá, à la frontière de la Bolivie est à 1 400 km, la frontière de l’Uruguay sur le rio Chui est à plus de 1 600 km et les suivantes sont beaucoup plus lointaines : Guajara-Mirim, autre frontière avec la Bolivie, est à 3 300 km et Cruzeiro do Sul, près de la frontière du Pérou à 4 005 km. Enfin Pacaraima, à la frontière du Venezuela est à près de 5 000 km, 4 810 exactement d’après Google Maps.

Photo 1 Le kilomètre zéro de la route BR101, plus de 4 500 km de bout en bout

RN Marco zero BR101 B

En poursuivant l’exercice par la mesure des distances entre Brasilia et les autres capitales sud-américaine, on constate que la plus proche et une fois encore celle du Paraguay, Asunción, à un peu moins de 2 000 km. Montevideo, la capitale uruguayenne est à environ 3 000 km, ainsi que La Paz, en Bolivie, et Buenos Aires, en Argentine. Les suivantes sont nettement plus loin, Santiago à 4 000 km, Lima à un peu plus de 4 500, Caracas à 5 600 et enfin les capitales andines les plus lointaines, Quito et Bogotá, sont respectivement à 6 300 et 6 700 km (cette dernière via le Venezuela), trajets qui d’après Google Maps prendraient 87 et 97 heures de route, en roulant jour et nuit.

Tableau 2 Distances entre Brasília et les autres capitales sud-américaines

Distance (km) Temps(h)
Asunción 1.860 24
Montevideo 2.930 34
La Paz 3.007 41
Buenos Aires 3.209 37
Santiago de Chile 3.907 47
Lima 4.526 61
Caracas 5.654 79
Quito 6.376 87
Bogotá 6.712 97

Photo 2 Panneau routier à la sortie nord de Brasília

DF plaque Fortaleza 2273

Passant de mesures relativement réalistes à un exercice de fiction, je me suis demandé ce que représenterait un tour du Brésil passant par les capitales de tous ses États fédérés. Cela pourrait être une idée de rallye (mais certainement pas de tour cycliste !), et la question s’est posée récemment puisqu’avant les Jeux Olympiques qui doivent se tenir à Rio de Janeiro en 2016 la torche olympique doit parcourir toutes les capitales brésiliennes. Le parcours se fait en grande partie en avion (rotas aéreas, en bleu sur la figure 1) mais que se passerait-il si l’on devait le faire par la route ?

Figure 1 Le parcours de la torche olympique

Tocha olimpica 1435942515664

http://esportes.estadao.com.br/noticias/jogos-olimpicos,tocha-olimpica-inova-ao-ganhar-cores-e-movimento,1718550

Tableau 3 Tour du Brésil

Distance (km) Temps (h)
1 – Porto Alegre – Boa Vista 9.667 132
2 – Boa Vista – Maceió 7.401 109
3 – Maceió – Brasilia 3.818 52
Total 20.886 293

Comme le logiciel ne permet pas de programmer plus de 10 étapes j’ai dû fractionner ce tour du Brésil en plusieurs tronçons, et la règle que je me suis donné était de passer par toutes les capitales avec un minimum d’aller-retour. Sur le premier tronçon, partant de Porto Alegre et allant jusqu’en Amazonie le seul aller-retour a été celui qui permet, depuis Porto Velho, de passer par l’Acre, dans l’extrême ouest. Le deuxième tronçon partant de Boa Vista, repasse à Manaus, ce sera le deuxième et dernier aller-retour. Ensuite de Manaus le trajet rejoint la côte du Nordeste[2], puis un troisième tronçon va de Maceió à Brasilia, ce qui permet de faire aboutir le tour du Brésil dans la capitale fédérale. Une seule capitale d’État est laissée de côté, Macapá, pour la bonne raison qu’elle n’est pas accessible par la route depuis Belém (il faudrait traverser l’embouchure de l’Amazone), alors qu’elle est reliée à Cayenne, en Guyane française

Au total le parcours de ce tour du Brésil représente – toujours selon Google Maps – près de 21 000 km (plus de la moitié de la circonférence terrestre) et 293 heures (douze jours et douze nuits). On remarquera qu’un tour de l’Amérique du Sud construit selon les mêmes principes serait un peu plus court, il ne faudrait parcourir « que » 18 768 km pour rejoindre les capitales sud-américaines (sauf celles des Guyanes).

Figure 2 Tour du Brésil et de l’Amérique du Sud

Tour du Brésil

Photo 3 Panneau routier à la sortie de Santarém, en Amazonie

PA Santarem plaque de distances

Ayant ainsi exploré les distances à l’intérieur du Brésil et de son continent, j’ai eu envie de faire le même exercice pour les autres très grands pays du monde, ce que le logiciel permet puisqu’il couvre l’ensemble de la planète. J’ai donc essayé de calculer les plus longues distances possible à l’intérieur de ces pays, elles apparaissent sur le tableau 4 et la figure 3, dans le même ordre.

Tableau 4 Distances maximales à l’intérieur des grands pays

Distance Temps Pays
Chuí – Cruzeiro do Sul 5.141 69 Brésil
Bangor – San Diego 5.194 48 États-Unis
Cairn – Perth 5.256 57 Australie
Québec – Prince Rupert 5.309 55 Canada
Zhanjiang – Kashi 5.330 78 Chine
Pacaraima – João Pessoa[3] 5.585 81 Brésil
Chui – Pacaraima 5.819 80 Brésil
Sébastopol – Vladivostok 10.169 124 Russie
Mourmansk – Vladivostok 10.378 125 Russie

Des distances équivalentes à celles observées au Brésil se retrouvent Australie, au Canada, aux États-Unis ou en Chine, dépassant 5 000 km. Les records mondiaux sont toutefois atteints en Russie, le plus grand pays au monde (plus du double de la superficie du Brésil) et l’on arrive à y projeter des parcours de plus de 10 000 km, comme entre Sébastopol et Vladivostok ou entre Mourmansk et Vladivostok. Dans les deux cas il s’agit de ports militaires et ces distances sont probablement franchies par des convois de transferts de matériel entre un port et l’autre (même si ceux-ci se font plutôt par chemins de fer).

Figure 3 Les plus longs trajets possibles dans les plus grands pays au monde

Distance max grand pays portrait v2

Explorant davantage les possibilités de Google Maps je me suis ensuite demandé quelles étaient les plus grandes étapes que l’on pouvait programmer sur le logiciel en une seule traite, de point à point : les plus longues que j’ai obtenues figureraient sur le continent américain s’il n’y avait pas une coupure de la Panaméricaine entre le nord de la Colombie et le sud du Panama. Il n’a en effet jamais été possible d’y construire une route, à cause du terrain extrêmement accidenté et surtout des pluies très abondantes qui tombent dans cette région.

Tableau 5 Les plus longues distances possibles en une seule étape

Distance Temps
Ushuaia – Turbo 9.882 126
Yaviza – Anchorage 11.511 131
Paris- Vladivostok 12.018 139
Le Cap – Nordkapp 17.512 225

De ce fait les plus longues étapes se font soit en Amérique du Sud, soit en Amérique du Nord. D’Ushuaia, à la pointe de la Patagonie, à la dernière ville atteinte par la route au nord de la Colombie le trajet est près de 10 000 km, puis de la première ville au sud du Panama jusqu’en Alaska il est de 11 500 km, et si les deux trajets étaient réunis on aurait un parcours de 20 000 km, la moitié de la circonférence terrestre. Je n’ai pas fait figurer dans le tableau 5 les distances internes à la Russie déjà mentionnées, j’ai juste ajouté – pour le plaisir de rêver – un trajet Paris-Vladivostok de 12 000 km. Dans le même ordre d’idée on peut planifier, en ayant beaucoup de temps devant soi, un trajet entre le Cap Nord, au nord de la Norvège, et Le Cap, en Afrique du Sud, une bagatelle de 17 500 km.

Figure 4 Les plus longues distances d’une seule traite

Une etape

Je me suis enfin demandé si l’on pouvait à partir du logiciel planifier un tour du monde routier – ou du moins du Vieux Monde, puisque les Amériques sont ici hors-jeu –  en parcourant le plus grand nombre possible de kilomètres. À cette occasion j’ai remarqué une limitation de Google Maps, pour lequel certaines frontières ne peuvent pas être franchies, alors qu’en réalité l’examen de la carte montre qu’il existe bel et bien un passage (figure 4), il s’agit donc de blocages géopolitiques.

Figure 5 « Impossible de calculer l’itinéraire entre Lahore, Pakistan et Amritsar, Pendjab, Inde »

Lahore Amritsar

En partant de Vladivostok il est ainsi possible de programmer un voyage qui traverse toute l’Eurasie jusqu’au nord de la Norvège (mais sans aller jusqu’au Cap Nord pour éviter un aller-retour) et de là jusqu’au sud de l’Afrique, puis qui repart vers le nord jusqu’à Wadi Halfa, à la frontière nord du Soudan. Comme le passage entre le Soudan et l’Égypte n’est pas permis par le logiciel, le deuxième trajet repart d’Assouan, dans le sud de l’Égypte, et va sans encombre jusqu’au Pakistan, d’où – selon logiciel – il n’est pas possible de passer en Inde.

Tableau 6 Un tour du Monde par la route

Distance Temps
1- Vladivostok Wadi Halfa 36.269 454
2 – Assouan Lahore 6.940 85
3 – Amritsar Hanoi 10.685 172
4 – Nanning Yanbian 4.850 61
Total 58.744 772

Figure 6 Un tour du Vieux Monde par la route

Tour du Monde

Le troisième trajet repart donc d’Amritsar, juste au-delà de la frontière indienne et se poursuit jusqu’à Hanoi, où il s’arrête, puisque la Chine semble avoir fermé ses frontières terrestres, et il faut donc ajouter un trajet purement chinois, entre Nanning et Yanbian, pour atteindre la frontière avec la Russie, d’où l’on pourrait boucler le trajet en revenant à Vladivostok. Au total le parcours représente 58 744 km toujours, d’après Google Maps, sans compter les (petits) raccords[4] qui serait nécessaires.

Sa durée théorique de 772 heures représenterait donc un peu plus de 30 jours, bien moins que les 80 jours qu’il avait fallu à Phileas Fogg pour faire le tour du monde mais cela supposerait des automobilistes héroïques, roulant jour et nuit sur des routes pas toujours faciles, sans compter les franchissements de frontières et autres aventures qui ne manqueraient pas de se produire sur un aussi long trajet. Mais ces petites contingences – qui font une bonne part de la saveur des vrais voyages – ne concernent pas  qui fait, comme Xavier de Maistre[5], un « voyage autour de [sa] chambre », ou en l’occurrence autour de son écran.

[1] https://braises.hypotheses.org/664

[2] En empruntant la Transamazonienne puisque le logiciel le juge possible, alors qu’elle est en fait difficilement utilisable dans sa partie occidentale, au-delà d’Altamira, uniquement en 4×4 en saison sèche.

[3] On pourrait afficher 6 711 km entre Paracaraima et João Pessoa si Google Maps n’offrait pas la possibilité de passer par la Transamazonienne, et qu’il faille donc passer plus au sud.

[4] Environ 30 km entre Wadi Halfa et Assouan, 48 km entre Lahore et Amritsar, 330 km entre Yanbian et Vladivostok.

[5] Voyage autour de ma chambre (1794), réédition Mille et une Nuits, Paris, 2002. Il écrivit ce livre au cours des quarante-deux jours d’arrêts qui lui furent infligés pour s’être livré à un duel contre un officier piémontais