Archives par mot-clé : disparités

Le Brésil dans le monde et ses inégalités

La publication de données récentes, dans divers domaines, permet de produire ou mettre à jour des images qui aident à situer le Brésil dans le monde et de mesurer ses inégalités internes. Les premières portent sur le commerce extérieur (elles montrent que le Brésil est dans une situation intermédiaire entre les pays les plus avancés et les plus pauvres), et sur les flux aériens de passagers entre lui et le reste du monde. À l’intérieur du pays les mêmes flux aériens de passagers, mais cette fois sur les lignes intérieures, montrent bien les lignes de force du pays et aident à mesurer les inégalités de poids entre les villes. Celles-ci sont confirmées par une analyse cartographique de la localisation des régions où se concentrent les familles les plus riches du pays, tandis que les données sur la distribution de la population par commune en 2016 et son évolution depuis 2000 font ressortir les régions en perte de vitesse et la marque front pionnier qui avance vers le nord amazonien.

Le Brésil et le monde

Le commerce extérieur du Brésil montre bien les orientations de ses échanges, leurs évolutions récentes et la place du pays dans le monde d’aujourd’hui. Les partenaires principaux sont les voisins du Mercosul (principalement l’Argentine), les États-Unis, l’Europe, et de plus en plus la Chine, dont le poids était naguère très limité. Elle a aujourd’hui largement dépassé le Japon comme principal partenaire asiatique, grâce à ses achats massifs de minerai de fer, de soja, de viande et de sucre, en échange d’une foule de produits manufacturés, des plus banals (textiles de bas de gamme) aux plus sophistiqués (électro-ménager et informatique).

Le solde est néanmoins positif pour le Brésil, comme il l’est avec la Russie, plusieurs pays du Moyen Orient (le Brésil ayant acquis son autosuffisance en pétrole) et avec ses voisins d’Amérique du Sud, à l’exception de la Bolivie (à qui il achète du gaz sans pouvoir lui vendre beaucoup en échange en raison de sa faible population et plus encore de son faible pouvoir d’achat). En revanche les soldes sont négatifs avec les États-Unis et l’Europe, qui vendent au Brésil des produits à haute valeur unitaire et lui achètent principalement des minerais et des denrées agricoles, à la notable exception des avions de l’Embraer.

Le Brésil a donc une position spécifique dans la division internationale du travail, il a un solde positif avec les pays moins développés que lui en Amérique du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient, et des soldes négatifs avec les grandes puissances économiques. Cela signifie qu’il occupe une position intermédiaire entre les pays développés du « centre » (auxquels il achète des produits manufacturés, ainsi que des services, qui n’apparaissent pas ici, et vend des produits primaires), et les pays plus périphériques que lui (voisins sud-américains, producteurs de pétrole d’Afrique et du Moyen-Orient), auxquels il vend des biens manufacturés et achète des produits primaires, ce qui reflète sa position intermédiaire entre « Sud » et « Nord ».

Figure 1 Le commerce extérieur brésilien en 2016

Une autre façon de jauger la place du Brésil dans le monde est d’observer les flux aériens qui y mènent ou en viennent. Parmi les compagnies aériennes brésiliennes, seules deux (TAM et Gol) ont des réseaux internationaux, dont le dessin souligne les régions du monde avec lesquelles le Brésil entretient les échanges les plus denses. Toutes les deux privilégient nettement trois directions : les pays voisins d’Amérique du Sud, l’Europe et les États-Unis. En des temps plus fastes, la Varig (qui entretemps a fait faillite) avait des lignes vers le Japon, via la Californie, vers Bangkok, via l’Afrique du sud, vers l’Angola et le Nigeria mais ces temps de gloire sont désormais révolus et le pragmatisme a amené les compagnies survivantes à se concentrer sur les lignes les plus fréquentées par les clients brésiliens, et donc les plus rentables.

Heureusement, bon nombre de compagnies étrangères desservent le Brésil, issues des pays avec lesquels elle entretient des relations anciennes (voisins sud-américains, États-Unis, Japon et Europe), mais aussi de ceux avec lesquels ses échanges se sont plus récemment développés, notamment la Chine, les Émirats Arabes unis et la Turquie. La Turkish Airlines dessert au passage le Sénégal, ce qui atténue un peu le vide africain, les liaisons avec ce continent, censé tenir une place-clé dans la diplomatie brésilienne, se résumant á une ligne vers l’Angola et une vers l’Afrique du Sud, l’une et l’autre tenue par des compagnies étrangères.

Figure 2 Flux internationaux de passagers en 2016

Inégalités brésiliennes

L’observation des flux aériens de passagers à l’intérieur du pays révèle les lignes de forces du territoire car les déplacements de ceux qui peuvent prendre l’avion afin de se rendre dans d’autres villes pour régler leurs affaires, publiques et privées, donne une bonne idée des échanges entre elles. La figure 3 comporte deux éléments : d’une part les flux entre les 27 États de la fédération (en rouge) et d’autre part la localisation des principaux aéroports (en vert).

Le dessin ne reflète pas exactement la réalité puisque les États sont reliés « à vol d’oiseau », de centre (géométrique) à centre, sans tenir compte de la localisation des aéroports (mais les carrés verts qui les représentent sont bien à leur place) ni des couloirs aériens qui existent dans certaines régions du pays (mais pas dans d’autres, où les pilotes ont la liberté de couper au plus court). Les flux principaux sont toutefois clairs, les plus importants sont de loin ceux qui accompagnent la direction du littoral, de la frontière méridionale jusqu’à Recife, et notamment ceux qui relient entre elles les villes du Sudeste et du Sud, ils apparaissent comme la « colonne vertébrale » du pays. Si l’on y ajoute l’axe secondaire qui longe le littoral plus au nord, puis la vallée de l’Amazone, il rassemble l’essentiel des liaisons aériennes du pays

Mais si l’organisation spatiale du trafic aérien reflète dans l’ensemble la logique de l’organisation territoriale brésilienne – et de ce fait la renforce – il permet aussi, par sa capacité à s’affranchir partiellement des distances et des obstacles, de faire émerger d’autres axes. C’est notamment le cas des faisceaux des flux, qui relient São Paulo et Brasília au nord amazonien, Pará, Amazonas, Rondônia (via Cuiabá), et Acre. Cet éventail de lignes structurant les échanges du Nord du pays vers la capitale politique mais surtout vers la capitale économique du pays a sans nul doute été un des moyens majeurs de la « capture » de tout le Centre-Ouest et de l’Amazonie, au moins de l’Amazonie occidentale, dans la zone d’attraction pauliste.

Figure 3 Flux internes de passagers en 2016

Ce dessin des flux aériens reflète bien la centralisation économique et politique du pays. Le trafic des vingt premiers aéroports en 2016 démontre la prédominance écrasante de São Paulo, dont les deux aéroports, Guarulhos (l’aéroport international, situé hors de la ville) et Congonhas (l’ancien aéroport, désormais inclus dans le tissu urbain mais maintenu en activité pour le trafic intérieur, d’affaires notamment), se situent en tête de liste, et de très loin, avec respectivement 36,6 et près de 21 millions de passagers.

La capitale, Brasília ne vient qu’ensuite, et même derrière Rio de Janeiro si l’on totalise les deux aéroports de la cidade maravilhosa, l’international du Galeão (rebaptisé du nom du musicien Tom Jobim, père de la bossa nova,) et le national, Santos Dumont. Plus bas sur la liste viennent, sans surprise, les grandes capitales régionales, avec une prime à celles qui bénéficient de flux touristiques, comme Salvador de Bahia, Recife ou Fortaleza, dans le Nordeste. La seule ville de la liste qui ne soit pas une capitale d’État est Campinas, située à 100 km de São Paulo et qui fonctionne de fait comme son troisième aéroport.

Aéroport Passagers en 2016 État
São Paulo Guarulhos 36 596 326  São Paulo
São Paulo Congonhas 20 816 957  São Paulo
Brasília Juscelino Kubitschek 17 947 153  Distrito Federal
Rio de Janeiro Galeão 16 103 011  Rio de Janeiro
Belo Horizonte Confins 9 638 798  Minas Gerais
Campinas Viracopos 9 325 252  São Paulo
Rio de Janeiro Santos Dumont 9 065 905  Rio de Janeiro
Porto Alegre Salgado Filho 7 648 743  Rio Grande do Sul
Salvador Luís Eduardo Magalhães 7 526 358  Bahia
Recife Guararapes 6 811 676  Pernambuco
Curitiba Afonso Pena 6 385 838  Paraná
Fortaleza Pinto Martins 5 706 489  Ceará
Florianópolis Hercílio Luz 3 536 435  Santa Catarina
Belém Val-de-Cans 3 282 513  Pará
Vitória Eurico de Aguiar Salles 3 120 166  Espírito Santo
Goiânia Santa Genoveva 3 016 798  Goiás
Cuiabá Marechal Rondon 2 840 559  Mato Grosso
Manaus Eduardo Gomes 2 651 452  Amazonas
Natal Governador Aluízio Alves 2 316 349  Rio Grande do Norte
Maceió Zumbi dos Palmares 1 995 069  Alagoas

En termes de zones de desserte, les situations des États sont aussi bien différentes. Ici encore São Paulo se détache, avec un nombre de liaisons qui est près du double de celles de Rio de Janeiro, et qui lui donnent un rayonnement réellement national. Brasília a connu une forte croissance récente grâce à sa position centrale, qui en fait un hub de fait, car bien des liaisons de région à région transitent par elle, et lui apportent des flux de transit qui s’ajoutent à ceux des politiciens et des solliciteurs « montant » vers la capitale. C’est pourtant vers et depuis São Paulo que les déplacements sont les plus nombreux, et tant le Minas Gerais que le Rio Grande do Sul ainsi que – à une échelle plus limitée, le Pará amazonien alimentent principalement des flux vers cette ville, bien plus que vers Rio de Janeiro.

Figure 4 Flux de passagers des principaux États en 2016

Les flux aériens reflètent donc (et dans une certaine mesure alimentent) les très fortes inégalités régionales (entre régions riches du Sudeste et du Centre-Ouest et régions pauvres d’Amazonie et du Nordeste), elles-mêmes reliées aux inégalités sociales qui sont une des caractéristiques marquantes, et l’un des problèmes majeurs, du pays.

La figure 5 apporte trois informations différentes grâce au recours à trois types de représentation cartographique: l’anamorphose déforme le fonds de carte des microrégions en donnant à chacune la taille qu’elle « mérite » en fonction de son nombre de foyers dont les revenus sont supérieurs à 10 fois le salaire minimum. La couleur affectée à ce fonds ainsi déformé correspond à la proportion de ces foyers dans le total de ceux de la microrégion, la nuance de vert étant d’autant plus forte que cette proportion est élevée. Et finalement le « camembert »[1] centré sur chaque microrégion indique la part des tranches de revenus visés, de 10 à 15 salaires minimums, de 15 à 20 salaires minimums et plus de 30 fois le salaire minimum. Il souligne la concentration des familles aisées dans les grandes villes, en particulier à Rio de Janeiro et à São Paulo en nombre absolu, et en proportion à Brasilia, où le District fédéral est de taille limitée et n’inclut pas les périphéries pauvres qui marquent les autres grandes métropoles.

Figure 5 Où sont les riches ?

Une des composantes évidentes des disparités démographiques du pays est la très nette opposition entre les régions littorales et intérieures, qui reflète aujourd’hui encore les effets du processus de colonisation et de peuplement du territoire, menée depuis la côte: les premières sont densément peuplées alors que les secondes ne sont pour la plupart que très faiblement occupées. Même les zones de concentration sont irrégulières, jusque dans des États très peuplés apparaissent de vides importants, seuls São Paulo, le Paraná, Rio de Janeiro et quelques petits États côtiers voient leur territoire occupé de façon continue. Dans le reste du territoire la répartition de la population est étroitement corrélée avec les réseaux de transport, voies navigables dans la haute Amazonie mais surtout et de plus en plus routes de desserte régionale et nationale. Dans le Sud-Est elles ont remplacé les chemins de fer naguère construits pour exporter les produits de l’intérieur, notamment le café de São Paulo, on en voit encore la trace dans les chapelets de villes alignées au long de leur tracé

En Amazonie méridionale et orientale ce sont les routes ouvertes pour l’amarrer au reste du pays et lui ouvrir ses ressources qui ont commandé la localisation des villes pionnières, qui ici aussi s’alignent au long de leur tracé, que ce soir celui des routes Belém-Brasília ou Cuiabá-Santarém (Nord/Sud), de la Transamazonienne (Est/Ouest) ou des pénétrantes Sud-est/Nord-ouest) comme la BR364 Cuiabá-Porto Velho.

Une modeste correction est toutefois apportée par l’évolution récente de la population, comme le montre la figure 6, construite sur la base des données officielles sur la population de chaque commune en 2016. L’IBGE (institut brésilien de géographie et statistiques) a en effet l’obligation de calculer et de publier annuellement ce chiffre au Journal Officiel, une mesure qui a été adoptée essentiellement à la demande des autorités locales, qui se plaignaient de n’avoir des données officielles du recensement de tous les dix ans alors que les évolutions intermédiaires pouvaient être rapides, ce qui avait pour elles des effets fâcheux puisqu’une bonne partie des subventions et transferts est liée aux effectifs de population dans chaque commune.

Entre 2000 et 2016 les – rares – cas de diminution concernent pour l’essentiel des régions rurales proches du littoral, dans le Nordeste, et des frontières, dans l’extrême Sud. On en trouve toutefois aussi en Amazonie, soit dans des vielles régions de l' »Amazonie des fleuves » en perte de vitesse par rapport à l' »Amazonie des routes », soit dans des régions que où le front de conquête est stabilisé et d’où les pionniers repartent de l’avant, comme en Rondônia et sur la Transamazonienne. À l’opposé, les progressions les plus rapides (de +50 à +281%) signalent les fronts pionniers encore actifs, au long de l’« arc du déboisement » et dans l’extrême Nord, et dans les périphéries des grandes métropoles, Rio, São Paulo et Brasília-Goiânia.

Figure 6 Répartition et évolution de la population des communes entre 2000 et 2016

Cette brève analyse permet donc souligner de mettre en évidence deux conclusions. D’une part que le Brésil dispose de statistiques de qualité, rassemblées et traitées par des organismes publics directement intéressés à les produire et à les utiliser, en l’occurrence le ministère du commerce extérieur, l’agence nationale de l’aviation civile et l’institut national de géographie et statistique. Il est à noter que ces données sont mises à disposition librement, gratuitement et à échelle fine sur Internet, ce qui est loin d’être le cas dans beaucoup de pays du monde, France comprise. Et d’autre part que le Brésil, bien que se hissant progressivement au rang de pays émergent, voire émergé, continue à être un pays très marqué par de profondes inégalités entre régions riches et pauvres, régions côtières consolidées et régions pionnières intérieures encore en cours de formation.

[1] On notera que (différence de références culturelles oblige) cette représentation graphique porte au Brésil le nom de « pizza »…

Images de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) a lancé en juin 2017 l’« Atlas de la violence 2017 », produit en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP). L’ouvrage, qui analyse les homicides au Brésil, a été présenté sur son site le 5, les sources utilisées pour l’étude sont les données de mortalité du Système d’information (SIM), le ministère de la Santé, pour les années2005-2015, et l’information tirée des dossiers de police publiés dans le 10e Annuaire brésilien de la Sécurité publique du FBSP.

L’Atlas compile et commente de nombreuses statistiques, mais offre peu de cartes, principalement à l’échelle du Brésil par États. Cependant, puisque l’Atlas est disponible en ligne (gratuitement) en format .pdf, il est a été possible d’en extraire les données et de les cartographier de façon plus complète.

Les données

Les données compilées par l’Atlas sont effrayantes. Le Brésil a enregistré en 2015, 59 080 homicides, alors qu’en 2005 ils n’étaient « que » étaient 48 136, soit une augmentation de 22,7%. Cela représente 160 morts violentes par jour, l’équivalent du nombre de passagers d’un Airbus A320 ou d’un Boeing 727-100 : imaginons la consternation et les réactions dans le pays si l’un de ces avions tombait tous les jours, tuant tous leurs passagers …

L’étude analyse les chiffres absolus et les taux d’homicides par 100 000 habitants (l’indicateur internationalement reconnu pour les comparaisons) entre 2005 et 2015. Pour le Brésil dans son ensemble le taux était de 28,9 et l’Atlas détaille les données par région, État fédéré et communes de plus de 100 000 habitants. Notons que 2% des communes (111) ont représenté en 2015 la moitié des cas de meurtre dans le pays, et que 10% d’entre elle (557) concentrent 76,5% de tous les décès.

Les États qui ont plus que doublé leur taux de meurtre dans la période analysée sont situés dans les régions du Nord et du Nord-Est, le pire cas étant le Rio Grande do Norte avec une augmentation de 232% (44,9 en 2015 contre 13,5 en 2005). Viennent ensuite Sergipe (134,7%) et le Maranhão (130,5%). Heureusement, il y a aussi des développements plus favorables, Pernambuco et l’Espirito Santo ont réduit leur taux de 20% et 21,5%, mais les réductions les plus importantes ont été dans le Sud-Est, à São Paulo, le taux a chuté de 44,3% (de 21 9 à 12,2) et à Rio de Janeiro, de 36,4% (48,2 à 30,6).

Les communes les plus et les moins violentes

La seule analyse isolée des taux d’homicides peut cacher le véritable niveau d’agression meurtrière par des tiers dans une commune. Un des exemples est Barreiras (Bahia), où a été enregistré un seul homicide en 2015, ce qui mettrait la ville parmi les plus paisibles du pays. Cependant, il y a eu aussi à Barreiras cette année-là 119 morts violentes de causes indéterminées (MVCI), un taux de 77,3 par 100 mille habitants, ce qui met la ville parmi les communes les plus violentes.

C’est pourquoi, pour établir la liste des communes les plus les moins violentes du Brésil en 2015, l’étude a porté à la fois sur les décès dus à l’agression (homicide) et sur les morts violentes de causes indéterminées (MVCI): Altamira, dans le Pará, est alors en tête, avec un taux de 107, viennent ensuite Lauro de Freitas (Bahia, 97,7), Nossa Senhora do Socorro (Sergipe, 96,4), São José de Ribamar (Maranhão, 96,4) et Simões Filho (Bahia, 92,3). Dans l’ensemble, les régions du Nord et du Nord-Est représentent 22 communes sur les 30 plus violentes en 2015 et parmi les 30 les plus paisibles, 24 sont des communes du Sud-Est. Cependant, les deux premières sur la liste sont situées dans l´État de Santa Catarina: Jaragua do Sul (3,7) et Brusque (4,1). Viennent ensuite Americana (4,8) et Jau (6.3), dans l’État de São Paulo, Araxa (Minas Gerais, 6,8) et Botucatu (São Paulo, 7,2).

Profil des victimes

Les victimes sont pour la plupart des jeunes entre 15 et 29 ans : plus de 318 000 d’entre eux ont été assassinés au Brésil entre 2005 et 2015, rien qu’en 2015 ont été commis 31 264 meurtres de personnes de cet âge. En ce qui concerne les États, il apparaît une grande disparité, alors qu’à São Paulo ce nombre a chuté de 49,4% dans les onze ans, dans le Rio Grande do Norte le taux d’homicides chez les jeunes a augmenté de 292,3%. Les jeunes hommes continuent d’être les principales victimes, ils représentent plus de 92% des homicides. En Alagoas et dans le Sergipe le taux d’homicides des jeunes hommes a atteint respectivement 233 et 230,4 par 100 000 habitants en 2015.

Sur 100 personnes tuées au Brésil, 71 sont noirs. Selon les informations fournies par l’Atlas les Noirs ont 23,5% plus de risque d’être assassinées que les Brésiliens d’autres couleurs de peau, après actualisation des effets de l’âge, de l’éducation, du sexe, de la situation matrimoniale et du lieu de résidence.

Les données sur les décès dus à l’intervention de la police ont deux sources : la base de données SIM donne des chiffres sur ceux qui ont été liés aux « interventions légales et opérations de guerre » (942) et celle du FBSP en compte 3 320 dans tout le pays. Les États qui ont connu le plus de meurtres de ce genre selon le SIM en 2015 ont été Rio de Janeiro (281), Sâo Paulo (277) et Bahia (225). Selon les données FBSP ont été enregistrés dans l’État de São Paulo 848 décès dus à l’action de la police, 645 à Rio de Janeiro et 299 à Bahia.

Les cartes

Pour compléter le travail effectué par l’IPEA et le FBSP on peut d’abord le mettre dans le contexte mondial. Il convient de noter que, pour les meurtres, le Brésil est l’une des pires situations parmi les pays du monde, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales (2013), il était (avec un peu plus de 40 000 morts) pratiquement à égalité avec l’Inde (qui a une population six fois plus nombreuse), mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Cependant, si l’on fait le calcul du nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 à la 10ème place, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), El Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9). Cependant, dans l’ensemble, plus de gens meurent assassinés au Brésil que dans les pays en guerre : en Syrie 256 000 personnes sont mortes en quatre ans, et 279 000 Brésil …

Figure 1 Homicides dans le monde

Source: http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/VC.IHR.PSRC.P5/countries

À partir des données par État publiées par l’IPEA, ont été préparés trois cartes analytiques et une carte synthétique (Figure 2). Les cartes d’analyse montrent les fortes proportions de décès causés par des armes à feu et de jeunes dans le total des homicides, en particulier dans le nord-est, et celle l’une des causes les plus troublantes de décès, l’intervention de la police (en service ou hors service), qui met en évidence le cas de Rio Grande do Norte.

La carte synthétique, réalisée en utilisant la technique de classification hiérarchique ascendante (dite aussi analyse de cluster) groupes les États en fonction d’un certain nombre de critères décrits dans l’Atlas. Cette analyse permet de dégager cinq profils, chacun caractérisé par le fait que le groupe est pour chacun d’entre eux au-dessus de la moyenne globale (barre de couleur vers la droite) ou au-dessous (barre vers la gauche), la longueur de la barre indiquant la façon dont le groupe diffère de moyenne pour ce critère. La taille des cercles sur chaque État est proportionnel au nombre d’homicides et sa couleur indique à quel groupe il appartient.

  • Le profil 4 (cercles jaunes sur la carte), qui comprend neuf États, en particulier du Sud et du Sud-Est, est au-dessous la moyenne pour tous les critères.
  • Profil 1 (cercles rouges sur la carte), qui regroupe sept États, est proche de la moyenne, généralement un peu en dessous, sauf pour le taux global, les victimes non-noires, les femmes et les femmes non-noires.
  • Le profil 2 (cercles bleus sur la carte), sept États, dont quatre dans le nord-est, est au-dessous de la moyenne pour les victimes non noires et les femmes non noires, mais bien au-dessus de la moyenne pour le taux général, les taux de jeunes, d’hommes jeunes, de noirs, de femmes, de femmes noires, l’utilisation d’armes à feu et le pourcentage d’utilisation de celles-ci dans les meurtres. C’est l’une des situations les plus préoccupantes.
  • Le profil 3 (cercle vert sur la carte) concerne un seul État, le Roraima, qui est bien au-dessus de la moyenne pour les victimes non noires, les femmes et les femmes non noires.
  • Le profil 5 (cercles roses sur la carte), est spécifique de deux états, Alagoas et Sergipe, il est au-dessus de la moyenne pour tous les critères, sauf les victimes non noires et les femmes non noires.

Figure 2 Homicides au Brésil, une synthèse

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

Enfin, la figure 3 cartes regroupe et cartographie des données qui restent sont séparées dans l’Atlas, les taux d’homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitants. Les gammes de couleurs qui classent les États et les communes en quatre niveaux de taux d’homicides par 100 000 habitants représentés par quatre nuances – d’intensité croissante – sont volontairement les mêmes (en dehors du minimum et maximum) pour pouvoir observer les écarts qui se produisent entre la situation générale chaque État et celles de certaines de ses grandes villes (la taille du cercle est proportionnelle au nombre d’homicides dans la commune).

  • Pour certains États, en particulier Santa Catarina et São Paulo, le taux général de l’État et ceux des grandes villes sont faibles – par rapport à la moyenne nationale – ce qui se traduit par de cercles clairs dans États de couleurs claires (moins de 16,65 d’homicides 100 000 habitants).
  • Une deuxième catégorie est formée par les États du Sud et du Sud-Est (plus l’Acre et le Piauí), aux couleurs un peu plus fortes (16,55 à 32,30 et de 32,30 à 51,40 homicides par 100 000 habitants) qui comprend les villes aux couleurs plus foncées (51,4 homicides par 100 000 habitants), comme les régions métropolitaines de Curitiba, Porto Alegre, Belo Horizonte et principalement Rio de Janeiro.
  • La troisième catégorie se compose des États de la troisième catégorie (32,2 à 51,4 homicides par 100 000 habitants), tous du Nord et du Nord-Est, plus l’Espírito Santo, et deux États de la quatrième catégorie (plus de 51,4 homicides par 100 000 habitants), l’Alagoas et le Sergipe. Notons que presque toutes les grandes villes sont dans des situations encore pires, généralement dans une plage dont le maximum dépasse largement le maximum enregistré pour les États (jusqu’à 105,2 homicides par 100 000 habitants contre 58,10). Se détachent ici – a tragiquement – les cas de Fortaleza, Salvador et Manaus, ainsi que – dans une moindre mesure – Belém, São Luís, Recife et João Pessoa. En dehors des grandes villes littoral apparaît également un groupe de six communes situées dans le « bec de perroquet » et au long de la Transamazonienne, aux confins du Pará, du Maranhão et du Tocantins.

Figure 3 Homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitantes

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

En dehors de ce dernier cas (une région de conflits fonciers aigus), c’est évidemment dans les communes les plus peuplées, et en particulier dans leurs quartiers les plus pauvres, que les pires situations se produisent. L’Atlas fournit un diagnostic clair, et les cartes tirées de ses données le rendent encore plus évident. L’un et les autres sont à la disposition des forces de l’ordre et des autorités politiques, des ONG humanitaires et qui défendent les droits humains, des médias et de la population, la victime constante de cette violence. Nous savons maintenant où devraient se concentrer les efforts visant à réduire progressivement ce niveau de violence inacceptable.

Paysages du programme Minha casa, minha vida

Le programme “Minha casa, minha vida” (« Ma Maison, Ma Vie »), le plus grand programme de construction de logements des trente dernières années, a profondément changé le paysage de nombreuses villes brésiliennes en y créant d’immense quartiers de maisons identiques, alignées au cordeau et très proches les unes des autres (figure 3). Lancé en 2009,  au cours du second mandat de l’ancien président Luíz Inácio Lula da Silva, il est devenu l’un des principaux fleurons des politiques gouvernementales de Dilma Rousseff. Conçu pour stimuler la construction et à lutter contre les effets de la crise économique internationale, le programme a commencé en 2008, il est devenu un instrument pour réduire le déficit de logements dans le pays. Si elle est menée à bien, la troisième phase du programme, lancée en mars 2016, portant le total de maisons construites à 5,75 millions de maisons pour 23 millions de bénéficiaires, pourrait lui faire dépasser les résultats de la BNH (Banque nationale du logement), créée sous la dictature militaire (1964-1985).

Récemment, le programme a fait l’objet d’une controverse quand Michel Temer (PMDB) a pris ses fonctions en tant que président par intérim après la destitution de Dilma Rousseff. Les membres du MTST (Mouvement des travailleurs sans-abri) ont occupé le hall du Secrétariat de la Présidence, sur l’avenue Paulista de São Paulo, pour exiger que le nouveau ministre des Villes ne revienne sur sa décision de révoquer l’ordre du gouvernement Dilma Rousseff autorisant la construction de nouvelles unités.

Au moment où le programme semble menacé il est donc opportun d’essayer de faire le point. Sans prétention à faire une analyse approfondie, nous avons choisi un angle spécifique et, après une brève présentation de son histoire, nous avons cherché à repérer la marque du programme sur le paysage des villes brésiliennes sur des photos (prises sur le terrain ou récoltées sur Internet) et des images verticales de Google Earth, en particulier dans les villes de taille moyenne, mais aussi dans certaines capitales. Enfin deux interviews nous aideront compléter l’évaluation du programme, en en soulignant les forces et les faiblesses.

Le programme et son évolution

La première étape du programme a atteint, au moins sur le papier, son objectif de fournir entre 2009 et 2011 un million de maisons à la population ayant un revenu allant jusqu’à dix salaires minimums (environ 1 400 Euros) . Selon le rapport de la Cour des comptes (TCU) à la fin de 2010 un peu plus d’un million de contrats pour la construction ou le financement de logements avaient été signés, soit 100,4% de l’objectif du programme. Toutefois, sur ce total seulement 238 000 (23%) avaient été livrés. Au cours des deux premières phases du programme de logement ont été investi environ 240 milliards de Reais (68,6 milliards d’Euros)[1].

Sur les deux millions de logements prévus pour 2014, 1,2 million étaient destinés aux familles gagnant jusqu’à 1 600 Reais par mois (457 Euros). Pour les familles dont le revenu était inférieur à 3 100 Reais (885 Euros), l’objectif était de construire 600 000 logements et 200 000 pour ceux qui gagnaient jusqu’à 5 000 Reais (1 428 Euros). En outre, le gouvernement a répondu à la demande des sociétés de BTP et a augmenté la valeur moyenne des logements pour la population à faible revenu de 42 000 à 55 000 Reais (12 000 à 15 715 Euros.

En 2014, l’année où elle a été candidate à la réélection, la présidente avait promis que la troisième phase du programme de logements livrerait trois millions de logements. En mars 2016, au milieu de la procédure de destitution lancé contre elle et un jour après que le PMDB, son principal soutien en dehors du Parti des Travailleurs, ait rompu officiellement avec elle, a été lancée la troisième phase du programme, dont le but était de fournir deux millions de logements pour 2018 (et donc un total réduit d’un million). Selon le Ministère des Villes, la prévision du gouvernement était alors d’investir environ 210 milliards de Reais (60 milliards d’Euros) dans cette nouvelle étape.

Toujours en mars 2016, le gouvernement fédéral a lancé le portail du programme (http://www.minhacasaminhavida.gov.br/) qui rassemble les informations sur le programme. Le 17 octobre 2016 il indiquait un total de 4 219 366 maisons déjà commandées, 294,5 milliards de Reais (80 milliards d’Euros) investis, 2 632 953 familles ayant reçu un logement, soit 10,5 millions de personnes relogées et 1 586 413 sur le point d’obtenir leurs maisons.

Si l’on cartographie les actions du programme (figure 1) on voit que de nouvelles maisons ont été effectivement construites dans tout le pays, en priorité dans les régions déficitaires. Cependant, il existe une différenciation des éléments qui composent ce déficit. En ce qui concerne les logements insalubres, le Maranhão est l’État qui a le pourcentage le plus élevé, suivi de près par le Pará, le Piauí, le Ceará et la Bahia. Mais la composante décohabitation représente plus d’un tiers des ménages dans le Pará, le Ceará, le Rio Grande do Norte, la Paraíba, le Sergipe, l’Alagoas, la Bahia, le Minas Gerais, Rio de Janeiro et le Rio Grande do Sul. Dans d’autres États c’est la charge excessive du loyer dans le budget de la famille qui a poussé les gens à chercher à bénéficier des actions du programme.

Figure 1 Répartition des actions du programme

10-20-minha-casa-minha-vida

Source: Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry, Atlas do Brasil, Edusp, 3ª edição sous presse.

Paysages urbains

Les images qui suivent montrent les effets du programme sur les paysages urbains, vus sur le terrain ou sur internet, que ce soit des photos de l’inauguration des nouveaux ensembles ou des vues verticales obtenues à partir de Google Earth. La figure 2 situe les villes mentionnées.

Figure 2 Villes citées

cidades-citadas

Figure 3 Paysages du programme

sol

1) Serra Talhada (PE), 2) Posse (GO), 3) Jí-Paraná (RO), 4) Santarém (PA), 5) São Carlos (SP), 6) Imperatiz (PA). Sources: Voir la note en bas de page[2]

Ce qui est frappant sur ces photos est l’uniformité des paysages produits, en raison de la normalisation des maisons. Dans le cas de Serra Talhada (photo 1 sur la figure 3), ville de Pernambuco située à 450 km de Recif), le Conjunto Habitacional Poço da Cruz a été créé, au km 418 de la route BR232, près du centre de Serra Talhada. Sa planification avait été prévue en deux étapes, la seconde formée par Poço da Cruz III (195 maisons), et le Poço da Cruz IV (500 maisons, livrées le 1er février 2016). Avec la livraison de ces 500 logements ce sont environ 1 200 familles qui s’ajoutent au quartier de Vila Bela, et en font un des plus peuplés de la ville. Les maisons de Poço da Cruz IV ont une superficie 32,23m2, divisée en deux chambres, couloir, salon, salle de bains, cuisine et buanderie, un modèle qui se répète dans d’autres ensembles du programme.

Figure 4 Plan typique des maisons du programme

planta

Fonte: http://www.cantodasideias.com/plantas-de-casas-populares/

Villes moyennes

Dans les villes moyennes l’impact du programme est fort parce qu’il a conduit à la construction de quartiers qui deviennent souvent les plus grands de la ville. L’option « images historiques » Google Earth permet de suivre les étapes de leur apparition à la périphérie des villes, comme à Ponta Pora et Sobral, sur la figure 5 et dans les paragraphes suivants.

Figure 5 Nouveaux quartiers dans deux villes moyennes

ponta-pora-e-sobral

Fonte Google Earth

Ponta Porã

Le programme a livré en juillet 2016 plus d’un millier de logement dans la ville de Ponta Porã (Mato Grosso do Sul, 330 km de Campo Grande), le plus grand ensemble de logements jamais construit dans l’État, et l’un des plus importants au Brésil. Sa construction avait commencé en 2014, le financement fédéral étent complété par le gouvernement de l’État et les municipalités pour 10% des montants (donation de terrains).

La cité, qui a reçu le nom de Kemel Saad, est située dans le quartier Jardim dos Eucaliptos. Au total, y ont été investis environ 63,7 millions de Reais (18,2 millions d’Euros) dont 3 (850 000 Euros) par le gouvernement de l’État. Les maisons, construites sur 250 mètres carrés de terrain, ont 41,6 m² et disposent de deux chambres à coucher, salon, cuisine et salle de bains. Parmi ces logements, 31 sont adaptés pour les personnes handicapées et 832 sont conçus pour les femmes. Les murs de la cuisine, salle de bains et buanderie, où a été installé le lavoir, sont carrelés sur une hauteur d’un mètre et demi, toutes les portes intérieures sont en bois, et celles qui donnent accès à l’extérieur sont en fer.

Sobral

En mars 2016, ont été livrés des maisons du programme à 976 familles de Sobral (Ceará, à 240 km de Fortaleza). Le même jour, 1 458 autres familles ont reçu un logement au cours de cérémonies simultanées dans quatre autres États: Rio Grande do Sul, Mato Grosso do Sul, São Paulo et Minas Gerais, au total 2 434 familles. En 2015 2 911 logements avaient été livrés dans le Ceará, 768 à Fortaleza et 2 143 dans l’intérieur. Le total des investissements a été de 229 millions de Reais (65,4 millions d’Euros), dont une contribution du gouvernement de l’État de 11 millions de Reais (3,14 millions d’Euros).

À Sobral, les maisons font partie du quartier résidentiel « Fierté Tropicale » (Orgulho Tropical), trois modules qui, ensemble, comptent 3 368 maisons pour un investissement de 198,5  millions de Reais (56,7 millions d’Euros), dont 10,11 (2,9) de l’État. Chaque maison est de 42,9 mètres carrés, divisés en salle de séjour, cuisine, deux chambres, salle de bains et buanderie.

Parauapebas

À Parauapebas le programme a contribué de manière significative à l’expansion de la zone urbaine, qui a doublé entre 2006 et 2001, une croissance portée à la fois par l’effet du programme et par la situation financière favorable de la municipalité, qui bénéficie des royalties provenant de l’exploitation des mines de fer de Carajás.

Figure 6 Maisons du programme à Parauapebas (PA)

parauapebas-minha-casa-minha-vida-3

Photos Hervé Théry 2009

Figure 7 Parauapebas 2006-2013

parauapebas-crescimento-2006-2013

Figura 8 Crescimento de Parauapebas

parauapebas-2006-2013-plages

Source Google Earth et Hervé Théry

Effets sur le paysage des capitales

L’effet du programme est si fort qu’il est sensible même à la périphérie de certaines capitales d’États. Lorsque l’on voyage en avion les nouveaux quartiers sont clairement visibles dans le paysage, car ils sont généralement construits dans des zones jusque-là non urbanisées. Le remplacement du le vert de la végétation par le rouge vif de la terre nue, et la géométrie rigide des alignements de centaines de maisons saute aux yeux des voyageurs.

De nouveaux quartiers géométriques

Figure 9 Vues aériennes de nouveaux quartiers

aeriennes

Photos Manaus Google Earth , Cuiabá, Natal e São Luís Hervé Théry, 2015 e 2016

Le cas de Fortaleza est exemplaire car la capitale du Ceará aura, quand il sera terminé, le plus grand projet Minha Casa Minha Vida du pays, dans le quartier d’Ancuri.

Ancuri

Figure 10 Localisation d’Ancuri

ancuri-localizacao

Source: Google Earth et Hervé Théry

Plus de 1 700 familles y bénéficieront de la construction de la première étape du résidentiel Luiz Gonzaga. Lancé en octobre 2015, il abritera 1 760 maisons et recevra des investissements de 130,6 millions Reais (37,3 millions d’Euros) de l’Union et de l’État. En tout, le programme compte à Fortaleza 25 088 logements  répartis sur 29 sites. Les logements sont de 47,3 m² divisé en deux chambres, cuisine, salle de bains, salon et véranda.

C’est également le premier ensemble, au Ceará, de la modalité dans lequel des organisations non gouvernementales, comme des associations et des coopératives, présentent leurs demandes et sont responsables de la gestion du chantier. Dans ce cas, les familles, dont le revenu brut mensuel ne doit pas dépasser 1 600 Reais (457 Euros), commencent à payer, après la mise à disposition du logement, un maximum de 5% de leur revenu familial.

Figure 11 Étapes de la construction de la cité Luis Gonzaga

ancuri

Source: Google Earth

La demande de logements est si forte que l’attribution est faite par tirage au sort, après établissement des priorités pour certaines catégories de bénéficiaires. Le premier tirage au sort était réservé aux familles inscrites jusqu’au 13 novembre 2014, 88 068 d’entre elles avaient été enregistrées et ont pu participer cette fois. Sur un total de 3 304 logements ont d’abord été tirés au sort 3% destinés uniquement aux familles comptant un ou des handicapés, et 3% pour les familles dont le chef ou le conjoint est âgé de plus de 60 ans.

Les autres familles inscrites pourront être incluses dans d’autres occasions, le nombre de maisons des prochains tirages variant en fonction du degré d’avancement des travaux. Six critères prioritaires ont été retenus: les familles vivant dans les zones à risque; celles qui sont dirigés par des femmes; celles qui ont des membres âgés ou handicapés; celles qui sont bénéficiaires de loyers sociaux; les familles nombreuses (plus de trois personnes partageant la même chambre); et celles qui comptent des personnes atteintes de maladies chroniques graves comme le cancer, le sida, les maladies cardiaques ou l’hémophilie.

Une tranche de 75% des parts sera affectée familles qui répondent à cinq des six critères, les autres 25% à celles qui répondent à quatre critères. Pour chaque groupe, 30% de plus seront sélectionnés en liste supplémentaire. Les gagnants recevront les maisons après validation des informations fournies lors de l’inscription, si elles sont fausses, la personne sélectionnée sera exclue du processus.

Au total, les impacts du programme sont assez forts pour remodeler la périphérie de grandes villes, comme Cuiabá et São Luis, qui ont  reçu en quelques années bon nombre de nouveaux quartiers (figure 12).

Figure 12 Étapes de la construction de nouveaux quartiers,

cuiaba-e-sao-luis

Source: Google Earth et Hervé Théry

Em conclusion, deux interviews

Enfin, deux interviews donnent des visions contrastées du programme. Le premier est celui d’Adauto Cardoso, professeur à l’Université fédérale de Rio de Janeiro et chercheur à l’Observatoire des Métropoles, qui suit la question du logement et notamment les actions de Minha Casa Minha Vida. Dans cette interview (publiée sur le site de l’Observatoire des Métropoles), il commente les principaux problèmes de la première étape du programme et leurs effets sur la configuration des régions métropolitaines du Brésil.

La deuxième est celle d’Inês Magalhães, sociologue diplômée de l’Université Catholique de São Paulo (PUC-SP) et spécialiste de la planification et de la gestion. Depuis 2003, elle a travaillé au Ministère des villes, d’abord en tant que directrice, puis en tant que secrétaire nationale au logement et, enfin en tant que ministre (pendant 21 jours, la veille de la mise en accusation de Dilma Rousseff). Dans l’interview (publiée sur le site Web du magazine Forum), il fait le point sur le programme au moment de la transition politique entre les gouvernements Rousseff et Temer.

Adauto Cardoso

D’après les études de l’Observatoire des Métropoles, quels problèmes ont été rencontrés dans la première étape de Minha Casa, Minha Vida?

Nous pouvons parler de quatre problèmes majeurs dans le programme fédéral. Le premier, qui apparaît dans toutes les analyses que nous avons faites, est lié à l’emplacement des nouvelles cités, puisque la plupart d’entre elles sont construites dans des zones périphériques, peu en rapport avec le tissu urbain. Nous avons des exemples de maisons complètement isolées par rapport à la ville, ce qui a des implications en termes d’infrastructures de transport et en termes de la qualité de vie pour les populations qui y vivent […].

En outre le programme ne réussit pas à prendre en charge la question foncière, le problème de la terre et de la valeur de celle-ci […]. Ainsi, plus on investit dans le programme, plus les terres prennent de valeur, plus le coût de l’unité va augmenter, et plus de cet argent sera capturé par la propriété de la terre, par les propriétaires. Le résultat est que vous utilisez des ressources publiques, vous accordez des subventions pour aider la population à faible revenu, mais cela bénéficie indirectement aux propriétaires de la terre […].

Et quels sont les autres problèmes?

Un deuxième défaut vient des technologies utilisées dans ces entreprises. Nous avons observé un certain nombre de problèmes à cet égard, puisque les plans sont des solutions conventionnelles et peu adaptables à la population à faible revenu […]. Par exemple, les projets ont été réalisés avec des coûts de charges relativement élevés, ce qui créer de difficultés pour les familles à faible revenu. […]. Un autre problème [vient des] solutions constructives […] Par exemple, certains constructeurs utilisent un « moule tunnel »[3] qui produit des murs en béton, si le résident veut percer un trou pour placer un tableau ou ouvrir une porte, il ne le peut pas. […] Les solutions architecturales sont classiques et sont répétées à travers le Brésil, sans une adaptation aux besoins régionaux de la population […].

D’autres difficultés viennent du modèle de copropriété fermée, conçu pour le mode de vie de la classe moyenne, peu adaptée à ces nouveaux développements […]. Dans le cas des projets construits dans des zones très reculées se pose toujours le problème de l’absence de services pour la population, car les zones commerciales ne sont pas autorisés dans ces ensembles purement résidentiels.

Il y a des résultats différents entre les États?

Nous avons constaté une claire distorsion régionale dans la répartition des ressources. [Dans la première phase] Bahia a reçu 11,6% des contrats depuis 2011, et São Paulo 19%[4]. D’autre part, il y a des États qui ont reçu peu de ressources, comme le Ceará (2,2%), et l’Espírito Santo (1,8%). Le Pará, par exemple, a reçu moins de ressources que l’État d’Alagoas, alors qu’il souffre d’une grave pénurie de logements.

Et si l’on regarde la dynamique de la distribution au sein de chaque État nous voyons aussi la même distorsion, dans le cas de Rio de Janeiro la plupart des ressources ont été allouées à la région métropolitaine, et pas à toutes les municipalités. Itaboraí, par exemple, qui a une très forte dynamique urbaine et une très grande demande de logements pour les populations à faible revenu, n’a reçu aucune cité pour la tranche de zéro à trois fois le salaire minimum, c’est la capitale qui a reçu la quasi-totalité des fonds pour ces tranches de revenu. Et en dehors de la région métropolitaine seulement deux municipalités ont reçu des fonds: Volta Redonda et Cabo Frio.

Inês Magalhães

Vous qui étiez au ministère des Villes depuis le son premier titulaire, Olivio Dutra (PT), quelle évaluation pouvez-vous faire depuis la première unité livrée jusqu’à ce jour? Quel est le résultat concret dans la vie des gens?

Inês Magalhães – Lorsque nous avons lancé le Minha Casa, Minha Vida (MCMV), en 2009, nous avions de très grands défis à relever. Parmi eux, répondre à demande de la population à faible revenu et combler le déficit de logements dans le pays. Aujourd’hui, sept ans plus tard, nous pouvons dire que nous sommes sur la bonne voie pour surmonter ces défis, plus de 90% de nos ressources ont été allouées à des familles dont le revenu est inférieur à trois fois le salaire minimum.

Depuis le lancement des contrats ont été signés pour la construction de 4,25 millions de logements. À la fin de la troisième phase de MCMV, 5,75 millions d’unités bénéficieront toucheront 23 millions de personnes. Aujourd’hui, plus de 10 millions de personnes vivent dans une maison du programme et le MCMV est présent dans plus de 5 300 municipalités[5]. Cela signifie que les familles à faible revenu vivant dans plus de 96% des municipalités brésiliennes ont accès à ce programme de logement […].

Quel est le calendrier établi par le gouvernement fédéral pour le Minha Casa, Minha Vida d’ici la fin de cette année?

Inês Magalhães – En mars de cette année, le gouvernement a annoncé la troisième phase du programme avec l’objectif de deux millions d’unités dans la période 2015-2018. Pour 2016, l’objectif est de 480 000 unités, dont 110 000 pour la tranche 1 (familles ayant un revenu jusqu’à 1,800 Reais / 514 Euros).

Que manque-t-il pour rendre le droit au logement atteigne un plus grand nombre de bénéficiaires?

Inês Magalhães – A la fin de MCMV 3, auront été passés des contrats pour 5,75 millions d’unités. Quand elles auront été livrées, il y aura plus de 23 millions de bénéficiaires, c’est-à-dire qu’une personne sur huit dans le pays sera bénéficiaire du programme. Je souligne que la plupart des avantages pour la tranche 1 (69%) ont été alloués à des familles dont le revenu ne dépasse pas 800 Reais (229 Euros) par mois, ce qui montre bien l’adéquation entre le programme et les caractéristiques du déficit de logements existants dans le pays.

Referências

Observatório das metrópoles, “Desafios para a política habitacional na 2ª etapa do programa minha-casa minha vida”, sem data, http://observatoriodasmetropoles.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1695%3Adesafios-para-a-politica-habitacional-2o-etapa-do-programa-minha-casa%20minhavida&catid=43%3Anoticias&Itemid=114&lang=pt

“Duarte irá construir mais 695 casas populares em Serra Talhada”, 31/01/2012, http://www1.duarteconstrucoes.com.br/cms/opencms/duarte2011/pt/noticias/arquivos/0031.html

“Fortaleza inicia maior obra do Minha Casa Minha Vida do País”17/10/2015, http://www.opovo.com.br/app/opovo/cotidiano/2015/10/17/noticiasjornalcotidiano,3520330/fortaleza-inicia-maior-obra-do-minha-casa-minha-vida-do-pais.shtml.

“Fortaleza terá maior projeto Minha Casa Minha Vida do país”, 9/10/2015, http://www.vermelho.org.br/noticia/271631-1

Filipe Matoso, “Governo lança terceira fase do programa Minha Casa, Minha Vida”, 30/03/2016, http://g1.globo.com/politica/noticia/2016/03/governo-lanca-terceira-fase-do-programa-minha-casa-minha-vida.html

Lucio Borges, “Minha Casa Minha Vida” entrega hoje maior conjunto habitacional de MS em Ponta Porã, 20 de julho de 2016, http://paginabrazil.com/minha-casa-minha-vida-entrega-hoje-maior-conjunto-habitacional-de-ponta-pora/

Marco Piva, “Minha Casa, Minha Vida em risco? ”, 13/5/2016, http://www.revistaforum.com.br/2016/05/13/minha-casa-minha-vida-em-risco/

Murilo Viana, “Prefeitura prevê entrega de 10 mil casas em 2016”, 01/12/2015, http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/cadernos/negocios/prefeitura-preve-entrega-de-10-mil-casas-em-2016-1.1445034

Wellington Ramalhoso, “Minha Casa, Minha Vida deu certo? Veja pontos positivos e negativos”, 19/06/2016, http://noticias.uol.com.br/cotidiano/ultimas-noticias/2016/06/19/minha-casa-minha-vida-deu-certo-veja-pontos-positivos-e-negativos.htm

Wilame Januário, “Minha Casa, Minha Vida: Sobral recebe maior empreendimento do interior do Ceará”, 07/3/2016, http://www.ceara.gov.br/sala-de-imprensa/noticias/15877-minha-casa-minha-vida-sobral-recebe-maior-empreendimento-do-interior-do-ceara

Marco Piva, “Minha Casa, Minha Vida em risco? ”, 13/5/2016, http://www.revistaforum.com.br/2016/05/13/minha-casa-minha-vida-em-risco/

Murilo Viana, “Prefeitura prevê entrega de 10 mil casas em 2016”, 01/12/2015, http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/cadernos/negocios/prefeitura-preve-entrega-de-10-mil-casas-em-2016-1.1445034

Wellington Ramalhoso, “Minha Casa, Minha Vida deu certo? Veja pontos positivos e negativos”, 19/06/2016, http://noticias.uol.com.br/cotidiano/ultimas-noticias/2016/06/19/minha-casa-minha-vida-deu-certo-veja-pontos-positivos-e-negativos.htm

Wilame Januário, “Minha Casa, Minha Vida: Sobral recebe maior empreendimento do interior do Ceará”, 07/3/2016, http://www.ceara.gov.br/sala-de-imprensa/noticias/15877-minha-casa-minha-vida-sobral-recebe-maior-empreendimento-do-interior-do-ceara

[1] Le cours du change Reais/Euros adopté tout au long de cet article est celui d’octobre 2016, 3,5/1.

[2] 1) Serra Talhada (PE), http://www1.duarteconstrucoes.com.br/cms/opencms/duarte2011/pt/noticias/arquivos/0031.html;

2) Posse (GO), http://www.dinomarmiranda.com/2015/05/prefeitura-de-posse-go-vai-realizar-dia.html;

3) Jí-Paraná (RO), http://www.portaljipa.com.br/?pg=noticias&i=MTY0MzU=;

4) Santarém (PA), http://www.brasil.gov.br/governo/2016/05/residencial-salvacao-transforma-vidas-em-santarem-no-para;

5) São Carlos (SP), https://wordpaulotamer.wordpress.com/2015/10/14/presidente-dilma-roussef-e-governador-geraldo-alckmin-parceiros-no-programa-minha-casa-minha-vida/;

6) Imperatiz (PA), http://g1.globo.com/ma/maranhao/bom-dia-mirante/videos/v/construcao-do-minha-casa-minha-vida-segue-atrasada-em-imperatriz-ma/4855899/.

[3] Système qui permet de construire simultanément piliers, murs et dalles, facilite une répétition normalisée, utilise peu de main-d’œuvre qualifiée et assure une grande vitesse de construction.

[4] Bahia a 15 millions d’habitants et São Paulo 44 (note du traducteur)

[5] Sur les 5 570 que compte le pays.

Tout le monde regarde la Globo, ou presque

Le Groupe Globo est le plus grand conglomérat de médias au Brésil, son fleuron étant la Rede Globo de Televisão, la principale chaîne de télévision du pays. Son origine est le journal A Noite, fondé et dirigée par Irineu Marinho à Rio de Janeiro, alors capitale du Brésil, en 1925, il fonda un deuxième journal O Globo. À sa mort soudaine, quelques semaines plus tard, son fils Roberto Marinho hérita du journal, en 1944, il lança la Radio Globo, également à Rio de Janeiro, et en 1964 la TV Globo. Actuellement, le groupe est présent dans la télévision gratuite et payante, le marketing, la production, le satellite et la télévision par câble, les droits internationaux de marketing, des journaux et des magazines, des maisons d’édition, des stations de radio, des câblo-opérateurs, des sites Web, des productions cinématographiques et dans l’industrie musicale. Le conglomérat se compose de plus de 80 entreprises différentes et emploie plus de 24.000 personnes.

La Globo domine le marché des médias : entre le 1er janvier et le 31 août 2015 la TV Globo a eu le meilleur taux d’écoute 95,37% du temps. Ses concurrents classés deuxième et troisième ont été le groupe SBT, avec 2,59% et la Record avec 2,02%, en quatrième la Band avec 0,01% du temps[1]. Du 1er au 30 mars, la Globo a atteint 12% de moyenne d’audience sur 24 heures dans le grand São Paulo, SBT et Record étant ex aequo avec 5 points en moyenne sur 24 heures[2]. Un de ses points forts – plus même que les novelas, pour lesquelles elle est parfois devancée – est son journal télévisé du soir : le 29 septembre 2015, par exemple, son Jornal Nacional a enregistré 24 points d’audience contre 12 pour le Jornal da Record, 4 pour le Jornal da Band et 2 pour le Jornal do SBT.

Figure 1 Logo de la Globo et de son Jornal Nacional

Simbolos Globo

Grâce à cette domination, la Globo représente à elle seule plus de la moitié du chiffre d’affaires de toutes les stations de télévision du pays, y compris ses filiales et ses concurrents, elle fait plus de dix fois le chiffre d’affaires du SBT et de la Record à São Paulo, le principal marché du pays. Le groupe représente à lui seul un tiers de toutes les entreprises de médias collectant de la publicité, y compris les journaux, les magazines, la télévision par câble, la radio et Internet[3].

Ces rentrées sont obtenues par la vente d’espaces publicitaires et les annonceurs potentiels peuvent savoir combien ils peuvent espérer toucher de clients potentiels en consultant un « Atlas de couverture » accessible en ligne[4].

Figure 2 Page d’accueil de l’Atlas de couverture de la Globo

Atlas de Cobertura

http://comercial2.redeglobo.com.br/atlasdecobertura/paginas/home.aspx?mp=Brasil

L’Atlas permet de connaître en détail la couverture géographique de chacune des 123 stations locales de radiodiffusion de la Rede Globo : les communes couvertes, la population de chaque localité, le nombre de ménages avec TV, le nombre de téléspectateurs potentiel et l’indice de potentiel de consommation.

  • L’étendue de la couverture est mise à jour le premier jour ouvrable de chaque mois par les équipes techniques de toutes les stations de radiodiffusion de la Rede Globo.
  • La population (POP), les ménages avec TV (DTV) et les téléspectateurs potentiels (Tel Pot.) sont estimées par la firme d’enquêtes et sondages Ibope (actuellement sur la base de janvier / 2015) et sont valables pendant 12 mois.
  • L’indice de potentiel de consommation (IPC%) donne pour chaque commune du pays la part, en pourcentage, du potentiel total de consommation du pays.
  • Depuis octobre 2012 sont fournies des cartes montrant la zone couverte par chaque station de radiodiffusion, destinées à visualiser les données fournies sous forme de tableau Excel.

Grâce à ces données chiffrées, il est possible de produire une carte (figure 3) du pourcentage de téléspectateurs potentiels dans la population (source IBGE) et de population des zones de couverture par les stations de radiodiffusion de la Rede Globo. On y retrouve une configuration très fréquente au Brésil, une forte opposition entre d’une part le Sud, le Sudeste et le Nordeste côtier, où les pourcentages sont élevés, et d’autre part le Nord amazonien et le Nordeste intérieur, où ils peuvent être très bas (à l’exception des capitales d’États, notamment Manaus), tandis que dans le Centre-Ouest se détachent les abords des grandes routes de pénétration, Brasília-Belém, Cuiabá-Porto Velho et Cuiabá-Santarém. On note toutefois que dans le Sudeste apparaît une zone de pourcentages plus bas dans le centre du Paraná et le sud de l´État de São Paulo. Déjè repérée sur d’autres indices socio-économiques (IDH-M, Firja) cette zone déprimée est donc confirmée par cet indice à fonction purement commerciale. La population des zones de diffusion correspond grosso modo à celle de la population du pays, les plus peuplées étant celles du littoral, alors que celles de l’intérieur du continent ont des effectifs beaucoup plus faibles.

Figure 3 Pourcentage de téléspectateurs potentiels et population des zones de diffusion

Pct spectateurs et pop zone diffusion

Le site donne des informations sur les 123 stations de radiodiffusion de la programmation de la Globo, des plus grandes aux plus petites. Elles sont de tailles très inégales : elles peuvent se restreindre à une seule commune ou en compter jusqu’à 182, leur superficie va de 2 500 à plus d’un million et demi de kilomètres carrés, leur population de 45 000 à 19,5 millions d’habitants.

Tableau 1 Les plus grandes stations de diffusion et les plus peuplées

Station de Diffusion Communes Superficie Population
Rede Amazônica Manaus 58 1.537.888 3.632.626
Tv Centro América Cuiabá 123 786.258 2.674.499
Tv Liberal Belém 88 392.145 5.378.915
Tv Tapajós 12 250.071 688.959
Rede Amazônica Boa Vista 15 224.301 500.316
Tv Globo São Paulo 32 6.917 19.547.661
Tv Globo Rio De Janeiro 18 5.138 12.025.594
Tv Globo Belo Horizonte 182 66.300 7.282.131
Tv Verdes Mares Fortaleza 118 87.508 6.937.686
Tv Bahia 139 116.408 6.540.830

Figure 4 Partage du pays entre les stations de radiodiffusion de la Rede Globo

Exibidoras e a sua zona

Le maillage du territoire par ces stations est très curieux. On comprend aisément qu’en Amazonie les faibles densités de population aient amené à créer de très vastes concessions, de façon à ce qu’elles aient une masse critique suffisante de téléspectateurs potentiels à offrir aux annonceurs publicitaires et de fait les plus grandes stations se situent dans le nord du pays. Mais on y trouve aussi quelques-unes des plus petites, comme Rede Amazônica Ariquemes, Rede Amazônica Cacoal, TV Centro América Rondonópolis et TV Centro América Sinop, qui ne couvrent chacune qu’une seule commune, de moins de 200 000 habitants. Les deux premières citées se situent en Rondônia, partagé entre six stations alors que l’immense Amazonas n’en compte que deux, au demeurant inégales, une pour Itacoatiara (95 000 habitants) et une pour tout le reste de l’État. On comprend que dans le Sudeste densément peuplé ont ait pu tailler un grand nombre de concessions (São Paulo en a une douzaine), mais la figure 4 montre dans le Nordeste des partages aux géométries étranges. Parfois le partage est simple, comme dans le Ceará (nord/sud), ou le Rio Grande do Norte (est/ouest), voire un monopole (Alagoas ou Sergipe). Mais la carte de certains États laisse perplexe devant tant de complication des tracés, comme à Bahia ou dans le Maranhão, qui ont chacun six stations différentes. On ne peut s’empêcher de penser, quand on connaît un peu la politique brésilienne, que ces concessions et le détail de leur tracé ont dû être âprement négociés avec les grandes familles qui ont un poids considérable dans ces deux États

La diversité des situations peut être illustrée par deux exemples, ceux des stations de la Globo à São Paulo et la TV Mirante à São Luís do Maranhão, à l’aide de figures tirées de l’Atlas de couverture Globo.

Figure 5 Deux exemples de stations de diffusion

Sao Paulo e Sao Luis

La première est celle qui couvre la population la plus nombreuse de tout le pays, près de vingt millions d’habitants, avec une forte proportion de familles aisées (classes A et B) : au total, cette seule zone représente 12% du pouvoir d’achat du pays. À l’opposé, celle de la capitale maranhense a une population bien moins nombreuse (un peu plus de quatre millions d’habitants), plus jeune, plus féminine, plus pauvre (19% de familles à bas et très bas revenus, D et E), si bien qu’elle ne totalise que 1,1% du marché national.

L’atlas répertorie par ailleurs deux catégories de communes qui sont dans une situation particulière, qui en fait les exclus du système, celles qui n’ont accès au signal de la Globo que via satellite, et celles qui n’y ont pas accès du tout

Les communes sans couverture de la Globo ne sont que 80, mais représentent au total 275 850 km2, et un peu moins d’un million d’habitants, dont près de 900 000 téléspectateurs potentiels. Elles sont principalement situées en Amazonie mais il en subsiste encore dans le centre du Paraná et même une dans l’État de São Paulo.

Tableau 2 Communes sans couverture de la Globo, les dix plus peuplées

État Population Dom TV Tel.

potentiels

São Félix do Xingu PA 112.183 25.025 99.629
Tucumã PA 36.975 10.209 35.378
Posse GO 34.293 9.833 32.784
Almeirim PA 33.525 7.559 30.954
Colniza MT 32.174 6.636 22.376
Bagre PA 25.541 3.219 19.096
Campos Belos GO 19.568 5.671 18.768
São João do Rio do Peixe PB 18.068 5.444 17.794
Ribeirão Branco SP 18.009 4.910 16.714
Mangueirinha PR 17.507 5.163 16.689

Les communes qui ne bénéficient que d’une couverture par satellite sont 315, totalisant 583 928 km2 (un peu plus que la superficie de la France), un peu plus de deux millions d’habitants et un peu moins de deux millions de téléspectateurs potentiels. Un nombre non négligeable donc, 1% de la population brésilienne, mais seulement 0,6% du pouvoir d’achat du pays. Dans ces communes un relais VHF/UHF est mis à disposition de la Mairie et l’autorisation est donnée de relayer le signal satellitaire de la Globo, sans que les téléspectateurs aient besoin d’une antenne parabolique.

Tableau 3  Les Communes Couvertes Uniquement Via Satellite

Région États Communes Population Dom

TV

Tel.

Potentiels

IPC

%

Norte 56 480.508 117.409 424.617 0,139
  Pará 5 211.535 46.885 187.968 0,06
  Tocantins 51 268.973 70.524 236.649 0,079
Nordeste 188 1.074.260 282.127 994.843 0,254
  Maranhão 5 39.280 7.468 35.495 0,005
  Paraíba 94 557.494 160.095 547.953 0,149
  Pernambuco 1 14.190 3.333 12.236 0,002
  Piauí 88 463.296 111.231 399.159 0,098
Sudeste 4 34.286 9.585 31.532 0,011
  São Paulo 4 34.286 9.585 31.532 0,011
Sul 8 90.148 27.442 85.905 0,035
  Paraná 8 90.148 27.442 85.905 0,035
Centro-Oeste 59 439.461 124.926 397.666 0,161
  Goiás 44 308.247 91.576 288.832 0,114
  Mato Grosso 15 131.214 33.350 108.834 0,047
Total Brésil   315 2.118.663 561.489 1.934.563 0,6

 

Dans les deux cas les communes concernées sont principalement situées en Amazonie, au long du front pionnier de l' »arc du déboisement », mais on en trouve aussi dans le Sudeste, notamment dans le centre du Paraná, déjà cité.

Figure 6 Téléspectateurs potentiels dans des communes sans couverture de la Globo ou uniquement via satellite

Sem e sat fr

On peut donc tirer de cet atlas de couverture des indicateurs qui en disent long sur les disparités du territoire brésilien, et qui ont en outre l’avantage d’être constamment mis à jour. Ce n’est certes pas son objectif, qui est de vendre de la publicité, comme le disait avec franchise, (voire cynisme) Patrick Le Lay, alors président-directeur général du groupe TF1 (l’équivalent français de la Globo, en moins hégémonique). Il définissait ainsi ce que sa chaîne de télévision vendait à ses annonceurs : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible »[5]. Si pour se vendre à ses annonceurs la Globo a éprouvé le besoin de produire un document aussi riche d’enseignements et dont on peut tirer – en en faisant un usage détourné – un usage scientifique et désintéressé, qu’elle en soit remerciée. Elle n’est pas connue – c’est un euphémisme – par la densité de son contenu culturel, mais par cette publication elle nous offre un outil bien utile.

[1] http://celebridades.uol.com.br/ooops/ultimas-noticias/2015/09/14/feltrin-record-e-sbt-ameacam-globo-no-ibope-nem-sonhando.htm

[2] http://otvfoco.com.br/em-marco-audiencia-de-globo-sbt-e-record-ficaram-estagnadas/#ixzz3nDvgSx2r

[3] http://noticiasdatv.uol.com.br/noticia/mercado/globo-futura-r-11-5-bilhoes-dez-vezes-mais-que-record-e-sbt-2179#ixzz3nDtYEoVn

[4] http://comercial2.redeglobo.com.br/atlasdecobertura/paginas/home.aspx?mp=Brasil

[5] Cité par Les associés d’EIM, Les dirigeants face au changement, Éditions du Huitième jour, 2004

Fuseaux horaires, heure d’été et heure d’hiver au Brésil

Les différentes parties de la planète Terre ne reçoivent pas simultanément la lumière du soleil : alors que dans certains endroits il fait jour, dans d’autres il fait nuit, ou c’est déjà l’aube. C’est pourquoi la planète a été divisée en 24 zones, chacune correspondant à une différence d’une heure de l’ensoleillement.

Figure 1 Les fuseaux horaires dans le monde

time_zone_world_98

http://www.lib.utexas.edu/maps/world_maps/time_zone_world_98.jpg

Du fait de leur extension en longitude les plus grands pays du monde s’étendent sur plusieurs fuseaux horaires et ont dû adopter des heures de référence différentes selon les régions.

Figure 2 Fuseaux horaires officiels dans les grands pays

Fuseaux nationaux

Comme le Brésil s’étend d’est en ouest sur 4 319 km de la Ponta de Seixas (Paraíba[1]) à la source de la rivière Moa (Acre), il compte quatre fuseaux horaires. Mais comme dans ce domaine les gouvernements ont une certaine marge de manœuvre, ça n’a pas toujours été le cas. En 2008 le nombre de fuseaux a été réduit à trois puis il a été ramené à quatre en 2013 (figure 1).

Figure 3 Changements du nombre de fuseaux horaires en 2008 et 2013

Fusos horarios 2008 e 2013

Dans un premier temps, les fuseaux horaires au Brésil était quatre : le premier (GMT-2), décalé de deux heures par rapport à l’heure de référence, Greenwich Mean Time, et ne concernait que les îles océaniques comme Fernando de Noronha (située à 360 kilomètres à l’est-nord-est de Natal), São Pedro et São Paulo (1 000 km au nord-est) et Trindade et Martin Vaz (1 170 km à l’est de Vitória).

Le second (GMT-3) couvrait la plus grande partie du pays, y compris sa capitale, Brasilia. Le troisième (GMT-4) incluait les États du Centre-Ouest et du Nord, y compris la partie occidentale du Pará, et le dernier (GMT-5) ne concernait qu’une petite partie de l’Amazonas et de l’Acre.

En 2008 une loi promulguée par le président Luiz Ignacio Lula da Silva a supprimé la zone GMT-5 et l’a intégrée à la zone GMT-4, tandis que tout l’État de Pará était rattaché à la zone GMT-3. Cependant en 2010 un référendum a été soumis à la population d’Acre et d’une partie de l’Amazonas et il a été décidé de revenir à la situation antérieure, la zone GMT-5 a donc été rétablie, mais le Pará continue à faire pleinement partie de la zone GMT-3.

En raison de cette différence, l’État d’Acre, à l’extrême ouest du pays, a deux heures de différence avec Brasília, portée à trois heures quand l’heure d’été est en vigueur dans la capitale brésilienne. Le District Fédéral de Brasília applique en effet l’alternance heure d’été/heure d’hiver, comme certains États du Sud, alors que ceux du Nord ne le font pas, la variation de la durée du jour étant très faibles aux basses latitudes où ils se situent. Pour ceux qui l’appliquent, le changement vers l’heure d’été s’est fait cette année le 19 octobre 2014 (hémisphère Sud oblige) et le retour à l’horaire d’hiver le 22 février 2015

Figure 4 États pratiquant – ou pas – l’alternance heure d’été/Heure d’hiver

Horaire d'hiver et ete

Décidément être un grand pays n’a pas que des avantages, cela peut aussi créer des complications que n’ont pas les petits pays.

[1] Vincent Dubreuil, « Cap à l’est… ou, où est vraiment la « Punta del Este » ? »,Confins 21 | 2014  http://confins.revues.org/9714, DOI : 10.4000/confins.9714

États brésiliens et pays du monde

Le Brésil est un pays-continent marqué par de profondes inégalités, tous les manuels de géographie le disent. Mais il n’est pas facile de le faire comprendre pleinement à qui n’y a jamais voyagé, seules les heures d’avion ou de bus passés à le parcourir font réellement sentir son immensité. Et ce n’est qu’en observant les conditions de vie de ses habitants que l’on perçoit l’ampleur des disparités entre des régions où l’on vit grosso modo comme en Europe et d’autres encore très pauvres.

À défaut de pouvoir offrir un voyage, on a cherché des moyens de rendre compte de façon aussi claire que possible de la taille et de la diversité du pays, par des données chiffrées et par des cartes. Les données chiffrées du tableau 1 rapprochent d’un pays étranger chacun des 27 États de l’Union (et le district fédéral de Brasília), pour trois variables, sa superficie (en milliers de kilomètres carrés), sa population (en millions d’habitants) et son Indice de Développement Humain, ou IDH, calculé à l’échelle mondiale et recalculé pour les États brésiliens par le PNUD.

Le tableau se lit donc, ligne à ligne, comme suit : l’État de Rondônia a une superficie comparable à celle du pays X, une population comparable à celle du pays Y et un IDH comparable à celui du pays Z. Le simple rapprochement des comparaisons avec des pays très différents entre eux donne des indices sur la dissimilitude des situations entre des États immenses et peu peuplés – en Amazonie notamment – d’autres peuplés mais encore pauvres – dans le Nordeste – et d’autres enfin qui ont atteint, avec une population relativement dense, des niveaux proches de certains pays européens.

Tableau 1 Pays et États brésiliens, trois variables

Tableau

Pour faciliter la comparaison visuelle de ces données mondiales, on a eu recours à des cartes qui mettent en regard les États brésiliens et les pays du reste du monde. La figure 1 montre que les États du Sudeste et du Sud du Brésil ont un poids démographique comparable à celui de bien des pays, à commencer par ses voisins sud-américains, l´État de São Paulo faisant à peu près jeu égal avec l’Argentine. En revanche celle des États amazonien est bien faible pour occuper leur immense superficie.

Figure 1 Population des pays et États

 Populaçao

La figure 2, associant superficie et population par le calcul de la densité, détache également l´État de São Paulo et celui de Rio de Janeiro, de niveau europén (et supérieur à celui de la France), tandis que celui des États amazoniens est proches de celui des pays du Sahel et du Sahara, du Canada ou de l’Australie.

Figure 2 Densité démographique des pays et États

Densite

La figure 3, la carte de l’IDH, montre également un Brésil dont certaines parties – au sud et dans le centre-ouest pionnier – se hissent à des scores comparables à ceux de l’Europe orientale, alors que le nord et le Nordeste en sont au mieux à ceux de l’Afrique du nord ou australe, ou de l’Asie du sud-est.

Figure 3 IDH des pays et États

IDH

Pour mieux jauger les superficies des États brésiliens on a eu recours à l’artifice de superposer leur contour et celui de pays de taille comparable.

Figure 4 États brésiliens et pays de superficie équivalente

UFs et pays séparés

Tous les ajustements ne sont pas parfaits – les pays peuvent avoir la même superficie qu’un État brésilien mais pas la même forme – mais parfois même la forme est proche, et le rapprochement n’en est que plus saisissant, comme pour les couples Nigeria/Mato Grosso, Angola/Pará, Mato Grosso do Sul/Allemagne, Botswana/Minas Gerais ou Roumanie/São Paulo (dans ce dernier cas en inclinant un peu la Roumanie).

Enfin, pour rassembler les trois données et faire un pendant visuel au tableau 1, on a reporté sur une carte du Brésil les formes du pays équivalent en taille à chaque État (nommé en noir), représenté sous forme de graphique de barres la population de son équivalent démographique (nommé en rouge) et mentionné (en vert) son équivalent en IDH. La carte confirme bien ce que disait la dernière ligne du tableau, la superficie totale du Brésil est très proche du total de celles de ces 28 pays – et non des moindres – et à part dans l’extrême ouest cette sorte de Frankenstein cartographique reconstitue raisonnablement bien la mosaïque brésilienne, à quelques lacunes et recouvrements près.

Figure 5 Pays et États brésiliens, les équivalences

Pays et UFs-v4-Fr

Il ne reste plus alors qu’a parcourir le pays en rapprochant les trois noms de pays associés à chaque État pour mesurer la diversité des situations. Pour nous en teniur Pa deux exemples on notera que São Paulo a la taille et l’IDH de la Roumanie avec la population de l’Argentine, Brasília la taille du sultanat de Brunei, la population de la Jamaïque et l’IDH du Chili, ce qui ne manquera pas d’alimenter les plaisanteries que les Brésiliens font sur leur capitale.

L’équipement des domiciles, indicateur de développement

Une façon de mesurer le niveau de richesse des régions est de s’intéresser à l’équipement dont leurs habitants ont pu doter leurs domiciles, ce que permet de savoir le recensement démographique fait par l’IBGE, dont le dernier date de 2010. Sur une série de six cartes[1] représentant le niveau d’équipement des ménages brésiliens en 2010, quatre (le réfrigérateur, la machine à laver le linge, la voiture et l’ordinateur relié à Internet) montrent sensiblement la même répartition, avec des degrés divers de concentration. Deux autres, la radio et la moto,  en révèle d’autres, bien différentes : la géographie de l’équipement des ménages est avant tout une géographie économique, en rapport avec les revenus, mais elle est parfois aussi une géographie culturelle, aux déterminants plus mystérieux.

Figure n° 1 Six équipements des domiciles

6 equipement des domiciles

Ces biens ont été choisis dans une liste plus longue, qui contenait à la fois d’autres objets (télévision, aspirateur, etc.) et des distinctions de niveau d’équipement (une ou plusieurs voitures, télévisions, lignes de téléphone). On a préféré ne pas multiplier les cartes à la fois parce que, pour les taux équipements les plus forts (plus de trois voitures par exemple), les nombres de ménages concernés devenaient très faibles, et parce que les répartitions se répétaient beaucoup. Il n’en apparaît en fait que deux : celle du réfrigérateur, de la machine à laver le linge, de la voiture et de l’ordinateur relié à Internet (elle est identique pour d’autres équipements) montre la situation privilégiée de l’ensemble Sud-Sudeste, mieux équipé que le Nordeste et le Nord, auquel il faut désormais ajouter le Centre-Ouest, qui les a rejoints. À l’intérieur de cet ensemble se détachent pourtant des axes mieux équipés, comme celui  qui va de Santos au Triângulo mineiro, auquel il faut ajouter Brasília, et les façades littorales du Rio Grande do Sul et du Santa Catarina. Ils n’apparaissent pas pour les réfrigérateurs, ou tous les foyers sont équipés, un peu pour les voitures  et les machines à laver le linge, qui sont des biens plus rares, plus nettement pour les ordinateurs connectés, dont on trouve aussi des concentrations dans les capitales et grandes villes des États.

Tout autre est la distribution du taux d’équipement en radios. La région de concentration principale est ici la zone frontalière entre le Rio Grande do Sul et le Santa Catarina, dont la caractéristique principale est d’être une région de forte présence de descendants de colons européens, arrivés au XIXe siècle, qui ont développé une petite agriculture familiale bien différente de ce que l’on trouve dans le reste du pays.

L’équipement des foyers en motos dessine sur la carte deux ensembles dont l’un correspond bien aux fronts pionniers de l' »arc du déboisement » et l’autre aux régions les plus actives du sertão, l’intérieur semi-aride du Nordeste. Ces régions ont en commun d’avoir des routes médiocres, où les voitures ont du mal à circuler, et de connaître un certain succès économique, qui permet à ses habitants de s’offrir ces machines, qui facilitent leur déplacements tout en coutant bien moins cher qu’une voiture. Dans le second cas, celui du sertão, les motos remplacent les ânes, qui étaient il y a encore une vingtaine d’années, le moyen de transport dominant.

Figure n° 2 Avant les motos, les ânes

Jumentos

©Hervé Théry, 1977

Cette répartition est assez discriminante pour introduire des nuances dans une analyse par classification ascendante hiérarchique, où elle amène à distinguer dans l’ensemble Sud-Sudeste-Centre Ouest des régions un peu moins bien équipées que les plus riches, et dans l’ensemble plus pauvre du Nord-Nordeste un groupe où les motos sont plus fréquentes que la moyenne nationale.

Figure n° 3 Typologie des équipements des domiciles

Equipements CAH 4 classes 2


[1] La première version de ces cartes a été faite sur Philcarto, logiciel gratuit disponible sur le site http://philcarto.free.fr/