Archives par mot-clé : disparités

Les États brésiliens parmi les pays du Monde

La publication du recensement démographique de 2022 par l’IBGE est l’occasion de reprendre[1] une comparaison entre les États qui forment la fédération brésilienne et celle de divers pays du monde : par leur taille et leur population ils sont en effet pour beaucoup d’eux comparables à des nations d’autres continents. Ces rapprochements inattendus peuvent aider des lecteurs français à comprendre l’immensité et les contrastes de peuplement du Brésil, mais aussi des lecteurs brésiliens à prendre conscience de la taille réelle de leur pays.

Le tableau ci-dessous montre que le plus peuplé des États brésiliens, São Paulo, qui compte près de 44 millions et demi d’habitants, a une population proche de celle du Soudan, un peu inférieure à celle de l’Espagne et de l’Argentine (47 millions) et un peu supérieure à celle de l’Algérie ou de l’Ukraine (43 et 41 millions). Avec une population qui le situe dans l’ordre de grandeur de bon nombre de pays européens et une superficie qui est à peu près celle du Royaume-Uni, sa densité démographique est proche de celle de l’Italie.

D’autres cas montrent des disparités plus grandes entre les cas comparables en population et en superficie. Malgré la très rapide croissance démographique qui l’a fait passer de moins de 10 millions d’habitants à la fin du XIXe siècle à plus de 200 millions actuellement, quelques États brésiliens ont encore de très faibles densités : Rio de Janeiro a la population du Tchad sur la superficie du Danemark (bien plus petit que ce pays africain) et une densité proche de celle des Philippines. Le Paraná rassemble la population de la Belgique sur un territoire d’une taille voisine de celle du Kirghizistan, avec des densités afghanes, et le Rio Grande do Sul celle de la Grèce sur le territoire du Burkina Faso, avec une densité mozambicaine.

On peut constater sur le tableau que certains pays étrangers sont deux fois cités (ils y sont marqués en rouge) et trois États brésiliens (ils y sont encadrés) se comparent alors à deux d’entre eux, bien qu’ils soient très dissemblables.

  • Le Minas Gerais à la population du Mali sur la superficie de Madagascar (proche de de celle de la France) et a donc à peu près la densité du Venezuela ;
  • Le Rio Grande do Norte a la population de la Mongolie sur la superficie de la Bosnie et la densité de la Bulgarie ;
  • L’Amapa a à peu près la même population que le Guyana sur la superficie du Tadjikistan (qui en est proche) et toutes deux ont les très basses densités du Botswana ou de la Mauritanie. Le Santa Catarina à la population de Hong Kong sur la superficie de la Hongrie et donc une densité proche de celles du Maroc, sans avoir comme lui des parties désertiques.
  • Les États qui ont la plus faible population du pays, pour la plupart situés en Amazonie (celle du moins peuplé, le Roraima est proche de celle du Luxembourg), ont pour équivalent dans le monde des pays proches d’eux, comme le Guyana ou parfois situés au bout du monde comme la Mauritanie, le Botswana ou le Tadjikistan.

Passer du tableau à la carte permet de mieux visualiser les correspondances entre États brésiliens et pays du monde. La première carte, qui garde les contours réels des États brésiliens, montre un fort contraste entre leurs superficies mais aussi les populations totales de chacun d’entre eux et par conséquent de leurs densités : élevées dans certains des États du Nordeste et du Sudeste elle décroissent sensiblement vers l’intérieur du continent et deviennent très faibles en Amazonie.

Sur la deuxième carte la surface des États a été anamorphosée en fonction de leur population, et donc dilatée pour ceux où elle est nombreuse et réduite pour ceux où elle est faible, et le nom de chacun d’entre eux a été remplacé par celui de pays qui ont à peu près le même nombre d’habitants (les mêmes que sur le tableau).

Sur la troisième l’anamorphose est cette fois fondée sur les densités démographiques (le nombre d’habitants par kilomètre carré) ce qui renforce encore visuellement les contrastes entre les États densément peuplés du littoral des deux régions citées et fait pratiquement disparaître l’Amazonie, aux très faibles densités[2].

[1] « États brésiliens et pays du monde », https://braises.hypotheses.org/604

[2] Ce billet est le centième publié sur ce carnet de recherche.

Premières images du recensement brésilien de 2022

Lors du lancement de l’un des premières livraisons de son nouveau recensement démographique[1] le président par intérim de l’IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique) Cimar Azeredo, a souligné qu’avec ces données, l’Institut remplit sa mission de faire un portrait exact du Brésil. Selon lui, le principal avantage de disposer, par exemple d’une enquête sans précédent sur la population quilombola[2] est que les politiques publiques pourront désormais être élaborées sur la base de preuves et non de récits. « Aujourd’hui, nous avons mis les quilombolas sur la carte, et nous allons y mettre aussi les indigènes et les habitants des bidonvilles. C’est un point important, car ce sont les populations qui ont le plus besoin de ces statistiques, nous devons savoir de combien d’écoles, de combien de centres de santé, tout ce dont ces populations ont besoin. Ce qui se passe est une réparation historique. Nous avons vu des quilombolas s’identifier et se voir dans le recensement de 2022. L’IBGE en est très fier », a déclaré M. Azeredo.

Cette déclaration contraste évidemment avec celle faite par Jair Bolsonaro lorsqu’il était candidat à la présidence de la République (PSC-RJ) : il avait proféré des attaques racistes contre les Noirs lors d’une conférence au Club Hébraïque de Rio de Janeiro et déclaré que, s’il était élu, il avait l’intention de mettre fin à toutes les réserves foncières pour les peuples indigènes et les quilombolas. « Je suis allé dans un quilombo. L’afro-descendant le plus léger pesait sept arrobas[3]. Ils ne font rien. Je ne pense qu’ils ne sont même plus capables de procréer »[4].

Ce nouveau recensement démographique[5] constitue en effet la principale source de référence pour comprendre les conditions de vie de la population dans toutes les communes brésiliennes et ses résultats fournissent des informations précieuses pour l’administration publique et la planification sociale et économique du pays. Le précédent avait été fait en 2010 et le suivant était prévu en 2020, mais en raison de la pandémie de COVID-19 et de coupes budgétaires drastiques faites en 2021 par le gouvernement de Jair Bolsonaro, l’opération a été reprogrammée pour 2022. Pour le réaliser, 106,8 millions d’adresses et 90,7 millions de ménages ont été visités dans les 5 568 communes du pays dans ses 26 États, le district fédéral et le district de Fernando de Noronha. Ces résultats sont disponibles à différents niveaux géographiques : Brésil, Grandes régions, États, concentrations urbaines et communes.

Les notes techniques qui accompagnent la publication indiquent, entre autres considérations méthodologiques, les définitions adoptées dans la recherche et résument les procédures générales utilisées pour collecter et traiter les données de l’enquête. Toutes ces informations sont disponibles sur le site web de l’IBGE, sur son Système de Récupération Automatique (Sidra[6]), sur la Plate-forme géographique interactive (PGI), ainsi que sur la page de l’enquête.

Les cartes ci-dessous ont été élaborées à partir de ces données et sont accompagnées de brefs commentaires basés en partie sur les informations fournies par l’IBGE lors de la publication de chaque série de données.

Une croissance plus lente

L’une des premières surprises du recensement a été la poursuite du ralentissement de la croissance démographique. L’estimation faite par l’IBGE en août 2021 était que la population brésilienne serait de 213,3 millions, mais le résultat du recensement est sensiblement inférieur, avec 203 millions (plus précisément 203 062 512).  Il s’agit tout de même d’une augmentation de 12,3 millions de personnes par rapport au total enregistré lors du recensement de 2010 (190 755 799), ce qui prolonge la série historique qui a vu le pays passer de moins de 10 millions d’habitants lors du premier recensement moderne en 1872 à donc plus de 200 en 2020, une multiplication par 20 en 150 ans. Mais le taux de croissance annuel moyen de la population brésilienne a été le plus faible jamais enregistré depuis 1872, soit 0,52 % (lors du recensement de 2010, il s’élevait encore à 1,17 %), de toute évidence, la croissance rapide qui avait commencé avec la réduction des taux de mortalité à partir des années 1940 s’est arrêtée avec la baisse des taux de fécondité dans les années 1960, ce qui a conduit à une diminution du taux de croissance de la population à partir des années 1970.

Cependant, la réduction n’affecte pas de la même manière l’ensemble du territoire national : si toutes les régions ont un taux de croissance annuel moyen de plus en plus faible, le Centre-Ouest, où progresse le front pionnier de la culture du soja et de l’élevage, a un taux deux fois plus élevé que la moyenne nationale : alors que le taux annuel brésilien était de 0,52 %, celui du Centre-Ouest a été de 1,23 %, contre 1,9 % en 2021. Lors des recensements de 2010 et 2000, la région ayant le taux de croissance le plus élevé était le Nord amazonien, dont le taux a considérablement baissé dans l’édition actuelle, passant de 2,09 en 2010 à 0,75 en 2022.

Figure 1 Croissance de la population brésilienne de 1872 à 2020

Évolution de la population entre 2010 et 2022

Dans l’ensemble, l’évolution de la population entre les deux derniers recensements a donc a été positive. Mais la carte numéro 1 (où les points jaunes correspondent à des communes où le total de population constatée par l’IBGE a été contesté devant les tribunaux) confirme qu’elle est loin d’avoir été homogène dans tout le pays : les triangles verts qui signalent l’augmentation de la population des communes sont très majoritaires, et particulièrement concentrés sur un axe Sud/Nord qui va du Santa Catarina, dans le sud, jusqu’au Roraima, tout au nord de l’Amazonie. Les triangles roses et rouges indiquent au contraire les régions qui ont perdu de la population entre 2010 et 2020 principalement dans le Nordeste mais aussi dans l’extrême sud (toute la partie méridionale du Rio Grande do Sul), le Rondônia et le Maranhão.

Carte 1 Évolution de la population entre 2010 et 2020

La carte 2 ne prend en compte que les changements de population – positifs et négatifs – de plus de 3 000 habitants par commune : cela rend plus visibles les pertes de population qui se sont produites dans plusieurs villes du Nordeste. Elles apparaissent également dans les confins du Maranhão et du Pará et dans le Rondônia, qui étaient des zones pionnières et des zones d’afflux de population au cours des décennies précédentes, une remarquable inversion de tendance en moins d’un demi-siècle.

Carte 2 Gains et pertes de population de plus de 3 000 habitants

La carte 3 montre les gains de population de chaque État à l’aide de symboles proportionnels (triangles rouges), et le fond anamorphosé, déformé en fonction de la population de chaque État, prend une couleur correspondant à son taux d’évolution.

Carte 3 Évolution de la population par État entre 2010 et 2020

Âges de la population

Dans sa quatrième livraison de données, l’IBGE a publié des informations sur la population résidente par âge et par sexe, ainsi que certains indicateurs dérivés, tels que l’âge médian, l’indice de vieillissement et le sex-ratio (le rapport entre le nombre des hommes et des femmes). L’âge médian – l’indicateur qui divise une population entre les 50 % les plus jeunes et les 50 % les plus âgés – a augmenté de 2010 à 2022, passant de 29 ans à 35 ans, ce qui indique un net vieillissement de la population. Au cours de la même période, cet indicateur a augmenté dans le Nord amazonien de 24 à 29 ans, dans le Nordeste de 27 à 33 ans, dans le Sudeste de 31 à 37 ans, dans le Sud de 31 à 36 ans et dans le Centre-Ouest de 28 à 33 ans.

Bien qu’il soit évident que cet âge médian est encore très bas par rapport aux pays du Vieux Continent (et que donc le Brésil n’a pas trop de souci à se faire à court terme pour le paiement des retraites) la répartition entre les classes d’âge est, elle aussi, très différente d’une région à l’autre : comme le montre la carte 4, les jeunes sont beaucoup plus nombreux dans le Nord amazonien, le centre Ouest et une bonne partie du Nordeste. Les classes d’âge actif prédominent dans le Sudeste et est le Centre-Ouest, le cœur économique du pays, tandis que le pourcentage de personnes âgées devient plus significatif dans le Sud et quelques parties du Sudeste.

Carte 4 Population jeune, en âge de travailler et âgée en 2022

Si l’on construit une typologie à partir de cette distribution des classes d’âge en trois groupes, on peut faire apparaître, en utilisant une CAH, classification ascendante hiérarchique, (carte 5) des régions où l’un (ou deux) d’entre eux, sans prédominer, le distingue(nt) de la moyenne nationale. Dans presque tout le pays on constate que c’est celui des jeunes qui domine, avec une présence plus forte encore en haute Amazonie. Les groupes de la population d’âge actif sont particulièrement présents sur l’axe pionnier qui avance vers le nord-ouest et secondairement vers certaines parties du Nordeste, marquant la trace des fronts agricoles vers lesquels migrent les pionniers. Dans le Sudeste, ou l’économie est plus mûre, on observe une cohabitation des actifs et des personnes plus âgées, ces derniers devenant dominants dans l’extrême sud du pays et dans des régions spécifiques comme le nord du Minas Gerais et le centre de l’État de Bahia : ce sont des régions d’émigration, d’où partent précisément ces mêmes pionniers.

Carte 5 Typologie des groupes d’âge

Population par couleur de peau

Avec la cinquième livraison de données[7], l’IBGE a rendu publiques des informations qui permettent de connaître le nombre de résidents du point de vue de leur appartenance ethnique et raciale, en tenant compte de deux principes directeurs. La catégorisation de la couleur ou de la race[8] est historiquement étudiée depuis le recensement démographique de 1991 (blanc, noir, jaune, brun et indigène). Ce qui est nouveau, c’est l’adoption, pour la première fois, de méthodologies quantitatives et qualitatives visant à comprendre les différents aspects de la perception personnelle de ces catégories, étant donné que divers critères d’appartenance identitaire peuvent être utilisés pour cette classification (origine familiale, couleur de la peau, traits physiques, ethnicité, entre autres), et que les cinq catégories établies peuvent être prises en compte par l’informateur.

Les statistiques fournies, disponibles aux échelles du Brésil entier, des grandes régions, des unités de la fédération (États) et des communes, sont organisées selon différentes dimensions d’analyse : population résidente pour chaque catégorie de couleur ou de race et leur part relative respective dans la population résidente totale, sexe, groupes d’âge, âge médian et indice de vieillissement. Dans une approche complémentaire, la publication fournit également un aperçu de la participation de chacune des cinq catégories considérées dans la population résidente totale de l’Amazonie légale, en raison de leur représentativité spatiale sur cette partie du territoire brésilien.

Dans une publication complémentaire[9], l’IBGE indique qu’au moment du recensement de 2022, environ 92,1 millions de personnes se déclaraient métisses (pardos), soit 45,3 % de la population du pays. Depuis 1991, ce contingent n’avait pas dépassé la population blanche, qui s’élevait à 88,2 millions (soit 43,5 % de la population du pays). Par ailleurs, 20,6 millions de personnes se déclarent noires (pretos, 10,2 %), 1,7 million se déclarent indigènes (indígenas, 0,8 %) et 850 100 se déclarent jaunes (amarelos, 0,4 %).

La carte 6 est construite en traçant dans chacune des « régions immédiates » définies par l’IBGE des cercles proportionnels au nombre de personnes de chacune de ces catégories de couleur de peau, auxquels est affectée une gamme chromatique d’autant plus sombre que leur proportion dans la population totale est élevée. Le groupe le plus nombreux, celui des métis (pardos) prédomine dans le Nord amazonien, le Nordeste et le Centre-Ouest. Il est moins présent dans le Sudeste et notamment les deux grandes métropoles, São Paulo et Rio de Janeiro, et franchement minoritaire dans les deux États du Sud. Le deuxième en effectif, celui des blancs (brancos) est au contraire massivement présent en nombre et en proportion dans les trois états du Sud et l’État de São Paulo. La présence des personnes qui déclarent être noires (pretos) est forte à Salvador et dans tous l’État de Bahia, du Maranhão, à Rio de Janeiro et dans le Minas Gerais, mais très limitée ailleurs. Enfin pour les deux dernières catégories, les « jaunes » (amarelos, c’est-à-dire les brésiliens d’origine asiatique) et les indigènes (indígenas) il a fallu adopter une autre échelle pour la représentation des cercles proportionnels car ce sont des catégories très peu nombreuses : la carte ainsi modifiée montre que les premiers sont surtout présents dans l’État de Sao Paulo et le nord du Paraná (où leurs parents ou grands-parents ont été amenés jadis pour la culture du café) et les seconds dans l’extrême nord-ouest amazonien et dans quelques autres États avec des effectifs – et surtout une proportion – bien moindre.

Carte 6 Population par couleur de peau

Si l’on synthétise cette distribution des groupes de couleurs de peau dans une typologie, elle aussi menée grâce à une classification ascendante hiérarchique (carte 7), on observe que dans la plus grande partie du territoire national ce sont les métis qui ont la plus forte présence alors que dans le sud ce sont les blancs. Les autres catégories ne sont significativement présentes que dans un petit nombre de régions, certaines parties du Nordeste pour les noirs, une partie de São Paulo pour les « jaunes » et la très haute Amazonie pour les indigènes. Dans dans les trois cas existe quelques exceptions liées à des migrations vers des régions de production tout à fait particulières (comme les cultures irriguées ou le poivre pour les colons d’origine japonaise) ou des zones de refuge (comme les populations noires qui ont créé des quilombos dans l’intérieur du Nordeste).

Carte 7 Typologie des couleurs de peau

Peuples autochtones

Dans cette édition du recensement, l’IBGE a cherché des informations qui lui permettraient de mieux connaître la population « indigène » (selon sa terminologie) et sa répartition à l’intérieur et à l’extérieur des « terres indigènes »[10]. À cette fin, il a établi des partenariats avec divers organismes et ONGs, s’est appuyé sur le soutien fondamental des guides des communautés indigènes et a bénéficié de l’accompagnement de diverses organisations représentatives, avec l’interlocution de l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil (APIB), garantissant le droit à une consultation libre, préalable et informée à tous les stades de l’opération.

Avec cette publication, l’IBGE met à jour les statistiques précédemment disponibles, organisées en grands thèmes : la population autochtone résidente et sa proportion par rapport à la population résidente totale, le total des domiciles occupés par au moins un résident autochtone, le nombre de résidents (total et autochtone), le nombre moyen de résidents (total et autochtone), et le pourcentage de résidents autochtones par rapport au nombre total de résidents dans ces ménages.

Les résultats ont été annoncés lors d’un événement organisé à la Casa do Olodum, située sur la place du Pelourinho[11], à Salvador. La cérémonie s’est déroulée en présence de représentants des principaux partenaires de l’Institut, tels que le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), les ministères de l’égalité raciale, de la planification et des peuples indigènes, Olodum[12], le secrétariat du gouvernement de l’État de Bahia pour la promotion de l’égalité raciale et des peuples et communautés traditionnels (Sepromi), parmi d’autres institutions.

Selon l’IBGE, la population indigène du pays s’élevait à en 20221 à 1 693 535 personnes, ce qui représente 0,83 % de la population totale du pays, dont un peu plus de la moitié (51,2 %) était concentrée en Amazonie. En 2010, lors du précédent recensement, 896 917 indigènes étaient recensés dans le pays : cela équivaut à une augmentation de 88,82 % en 12 ans

Selon Marta Antunes, chef du projet « Peuples et communautés traditionnels » de l’IBGE, l’augmentation du nombre d’indigènes entre les deux recensements s’explique principalement par les changements méthodologiques apportés pour améliorer la prise en compte de cette population. « Ce n’est qu’avec les données par sexe, âge et ethnie et les questions de mortalité, de fécondité et de migration qu’il sera possible de mieux comprendre la dimension démographique de l’augmentation du nombre total d’autochtones entre 2010 et 2022, dans les différentes sections. Il y a aussi le fait que nous avons élargi la question “vous considérez-vous comme autochtone ? En 2010, nous avons constaté que 15,3 % de la population ayant répondu qu’elle était autochtone dans les terres indigènes provenait de ce questionnaire », explique-t-elle.

Lors du précédent recensement démographique, la question sur leur couleur ou race a été posée à toutes les habitants du pays. Cependant, la question « vous considérez-vous comme indigène ? » n’était posée qu’aux personnes résidant dans des « terres indigènes » officiellement délimitées et se déclarant blanches, noires, métis ou jaunes, c’est-à-dire lorsqu’elles répondaient à cette question qu’elles n’étaient pas indigènes. En 2022, cette question a été étendue à d’autres localités indigènes, qui comprennent, outre les territoires officiellement délimités par la FUNAI, les « groupements indigènes » identifiés par l’IBGE et d’autres « localités indigènes », qui sont des ménages dispersés dans des zones urbaines ou rurales avec une présence avérée ou potentielle d’indigènes. Lors du recensement de 2022, environ 27,6 % de la population autochtone du pays s’est déclarée comme telle en répondants à cette question.

Ce changement de méthodologie explique le quasi-doublement du nombre des autochtones comptabilisés par le recensement, et met en lumière le fait qu’en ne comptant que ceux qui sont présents dans les « terres indigènes », on rendait invisibles les personnes qui, tout en se considérant encore comme des « indigènes », ont choisi de quitter ces réserves et de migrer vers des régions où la plupart des habitants font partie d’autres groupes.

La première image de la carte 8 met en regard les demi-cercles rouges de ceux qui habitent dans les terres indigènes et les demi-cercles bleus de ceux qui ont choisi de s’installer ailleurs. En Amazonie ils ont rejoint les communes les plus peuplées de la vallée de l’Amazone et de ses principaux affluents, dans le Nordeste ils sont beaucoup plus nombreux à habiter sur le littoral que dans les rares réserves qui leur restent. Ce n’est que sur un axe sud-ouest/nord-est qu’ils ont massivement choisi de rester dans les terres indigènes, sauf dans le Mato Grosso do Sul, où certains ont dû migrer vers les villes à cause de l’étroitesse des terres qui leur ont été laissées.

La deuxième image, consacrée aux habitants non indigènes habitant dans les terres indigènes, montre qu’ils sont présents presque partout dans le pays avec des proportions élevées dans le Nordeste et sur les fronts pionniers du Pará.  La troisième associe la répartition des personnes qui se considèrent comme « indigènes » mais qui résident hors des « terres indigènes », dont la distribution correspond d’assez près à la hiérarchie urbaine brésilienne, avec une prédominance de ses principales métropoles. La gradation de couleur correspondant à leur proportion hors des terres qui leur sont réservées n’est élevée qu’en haute Amazonie, secondairement dans le centre du Maranhão et quelques parties du Mato Grosso et du Mato Grosso do Sul.

Carte 8 Population autochtone, à l’intérieur et à l’extérieur des « terres indigènes »

Quilombolas

Dans cette édition du recensement, l’IBGE a étudié pour la première fois la population quilombola et ses caractéristiques démographiques, géographiques et socio-économiques dans le cadre d’une enquête de recensement. Pour ce faire, il a établi des partenariats avec divers organismes et ONGs, avec le soutien des leaders communautaires et a bénéficié de l’accompagnement permanent de la Coordination nationale pour l’articulation des communautés rurales noires quilombolas (Conaq), garantissant le droit à une consultation libre, préalable et informée à toutes les étapes de l’opération. Cette enquête sans précédent a été saluée comme une reconquête historique par les autorités et surtout par les différents leaders de quilombos présents lors de l’événement de lancement, qui a réuni plus de 120 personnes dans l’auditorium du siège de l’Institut National de la Colonisation et de la Réforme Agraire (INCRA) à Brasilia.

L’information selon laquelle le pays compte 1 327 802 quilombolas, soit 0,65 % de la population totale, a été soulignée dans la presse nationale et même à l’étranger, avec des articles publiés par le journal britannique The Guardian et la BBC.

Carte 9 Population de Quilombolas

La carte 9, qui situe ces populations quilombolas, fait bien apparaître les zones ou des esclaves fuyant les principales régions de plantation avaient pu trouver refuge en s’enfonçant vers l’intérieur du pays : vers la pré-Amazonie du Maranhão, vers l’intérieur du Pará, ou l’extrême sud de l’État de Sao Paulo (Vale do Ribeira). Le groupe le plus remarquable est toutefois celui qui dessine deux axes nord-est/sud-ouest au long du littoral et dans le centre de l’État de Bahia, avec des prolongements du nord au sud du Minas Gerais et vers le Goiás-Tocantins : cette configuration est tout à fait inédite et méritera des recherches particulières quand d’autres données du recensement auront été rendues disponibles par l’IBGE.

[1] https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/22827-censo-demografico-2022.html

[2] Les quilombolas sont les habitants des quilombos, communautés formées à l’origine par des esclaves qui s’échappaient des plantations. Le mot quilombo vient de la langue bantoue et fait référence au “guerrier de la forêt”.

[3] L’arroba (de l’arabe ar-rub, la quatrième partie) équivalait à l’origine à la quatrième partie d’un quintal, soit 25 livres (environ 12 kg). Avec l’introduction du système international d’unités, l’arroba a perdu une grande partie de sa fonction, mais elle n’a pas cessé d’exister ; au Brésil, elle est toujours utilisée pour mesurer le poids des bovins et des porcs. Son symbole @ est aujourd’hui largement utilisé en informatique pour indiquer l’emplacement des adresses électroniques.

[4] https://congressoemfoco.uol.com.br/projeto-bula/reportagem/bolsonaro-quilombola-nao-serve-nem-para-procriar/

[5] https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/22827-censo-demografico-2022.html

[6] https://sidra.ibge.gov.br/home/pmc/brasil

[7] https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/22827-censo-demografico-2022.html?edicao=38698

[8] Selon la terminologie de l’IBGE

[9] https://agenciadenoticias.ibge.gov.br/agencia-noticias/2012-agencia-de-noticias/noticias/38719-censo-2022-pela-primeira-vez-desde-1991-a-maior-parte-da-populacao-do-brasil-se-declara-parda

[10]https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/22827-censo-demografico-2022.html?edicao=37417

[11] Littéralement du « petit pilori » car c’est là, dit-on, que les esclaves étaient punis. Elle est inscrite par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’Humanité sous la dénomination « Centre historique de Salvador de Bahia ».

[12] Groupe culturel brésilien de la communauté noire de Salvador, fondée en 1979 par un groupe d’habitants du quartier de Pelourinho dans le but de participer au Carnaval. Son principal objectif est la lutte contre le racisme, la promotion et le soutien à la communauté afro-brésilienne.

Dynamique de la vaccination contre la Covid-19 au Brésil

Après des débuts tardifs et laborieux, la vaccination contre là Covid-19 avance aujourd’hui rapidement au Brésil. Depuis le début de la campagne, un peu plus de 4,5 millions de personnes ont reçu une dose unique de vaccin, plus de 155 millions une 1ère dose et 113 millions une 2ème dose. Le 4 novembre, 75 % de la population avait reçu au moins une dose, 55 % avait terminé le premier cycle de vaccination et 4,3 % avait déjà reçu une dose de rappel.

La répartition des personnes vaccinées est toutefois loin d’être homogène il évolue au fil du temps. La figure 1 retrace la situation à trois dates, en avril, juillet et octobre 2021. Élaborée à partir de données du Système Unique de Santé (SUS), recueillies et traitées par André Nagy, elle montre bien les progrès de la couverture vaccinale dans les régions les plus peuplées : alors qu’en avril les taux étaient élevés dans les régions périphériques comme l’extrême nord amazonien ou le sertão du Nordeste, en juillet elle s’était renforcée sur l’axe São Paulo-Mato Grosso do Sul, et plus encore en octobre : à cette date c’est tout l’État de Sao Paulo qui se singularise par une couverture dense et homogène de tout son territoire.

La figure 2 confirme cette avance non seulement dans la capitale mais aussi au long des axes de transport vers l’Ouest de l’État, alors que dans le reste du pays la couverture est bien plus complète dans les capitales que dans l’intérieur et reste faible en Amazonie, alors que c’est une des régions qui a été le plus touchées par l’épidémie.

 

Terrorisme au Brésil ?

Peut-on parler de terrorisme au Brésil ? Pour répondre à cette question, on peut examiner les données qui concernent ce pays dans la base de données Global Terrorism Database (GTD) et les visualiser par des cartes commentées[1]. Cette base a le – grand – mérite d’exister et de permettre des comparaisons avec les autres pays du monde, mais ne peut évidemment prétendre rendre compte de la diversité des situations locales. En analysant les cas qui y figurent, on peut toutefois faire apparaître qu’ils relèvent de plusieurs logiques différentes et construire une typologie qui en rende compte. Cette constatation amène à explorer des phénomènes voisins, comme le nombre des homicides, dont le terrorisme n’est que l’une des causes.

Le Brésil dans la Global Terrorism Database

La Global Terrorism Database répertorie les évènements considérés comme relevant du terrorisme dans le monde depuis 1970. Elle est basée à l’Université du Maryland, et est maintenue en activité par le consortium START que bénéficie d’un soutien direct du gouvernement des États-Unis. Ses données issues d’informations de presse sur les incidents, ont été synthétisées depuis 2012 dans le Global Terrorism Index, rapport élaboré en collaboration avec l’Institute for Economics and Peace (Sidney).

Figure 1 Le Global Terrorism Index (GTI) des pays du monde

Dans cette base, le Brésil apparaît dans une situation moyenne, la base GTD y recense 284 cas d’actes terroristes, ce qui le met en 59e position mondiale, bien loin derrière des dizaines de milliers en Irak, au Pakistan et en Afghanistan, mais bien plus que dans bien d’autres pays comme les petites îles du Pacifique des Caraïbes ou – plus curieusement – en Corée du Nord…

Tableau 1 Nombre de cas recensés : le Brésil entre les pays les plus et les moins affectés

Rang Pays Cas
1 Irak 26 057
2 Pakistan 14 847
3 Afghanistan 14 509
4 Inde 12 853
5 Colombie 8 515
59 Brésil 284
195 Vanuatu 2
196 Andorre 1
197 Antigua et Barbuda 1
201 Corée du Nord 1
204 Vatican 1

Si l’on analyse leur répartition au Brésil on constate une prédominance – attendue – des deux grandes métropoles, São Paulo et Rio de Janeiro et de leurs banlieues, mais d’autres ont eu lieu dans toutes les régions du pays avec quelques concentrations, en Amazonie ou dans l’intérieur de l’État de São Paulo.

Figure 2 Nombre cas par commune

Période

L’analyse de la répartition des cas par période montre que la période de dictature militaire (1965-1985) est celle où ils sont les plus nombreux, dans les principales métropoles et dans des guérillas situées dans des régions reculées du pays. S’y détachèrent alors des figures de la lutte armée contre le régime, comme Carlos Marighella, l’un des principaux organisateurs de la lutte armée contre la dictature et considéré comme l’ennemi numéro un du régime. Il a été co-fondateur d’Ação Libertadora Nacional, en novembre 1969, et a tué à São Paulo dans une embuscade tendue par des agents du DOPS (Département de l’ordre politique et social). Une autre grande figure en a été Carlos Lamarca : capitaine de l’armée brésilienne, il en a déserté en 1969, devenant l’un des commandants de le Vanguarda Popular Revolucionária (VPR), une organisation de guérilla armée. Pourchassé par les forces de sécurité à travers le pays, il a commandé plusieurs braquages de banque, monté une guérilla dans la région du Vale do Ribeira, au sud de l’État de São Paulo et a dirigé le groupe qui a enlevé l’ambassadeur de Suisse Giovanni Bucher à Rio de Janeiro en 1970, en échange de la libération de 70 prisonniers politiques. Persécuté pendant plus de deux ans par les militaires, il a été localisé et tué à l’intérieur de Bahia le 17 septembre 1971. Mais bien d’autres se sont produits après le retour de la démocratie, avant et après l’arrivée au pouvoir de Luís Inácio « Lula » da Silva et du Parti des Travailleurs (PT) en 2003.

Figure 3 Nombre de cas par période et par commune

Responsables

La liste des responsables des événements classifiés comme terroristes dans la GTD montre ses limites : près de 70 % sont inconnus. Parmi ceux dont les auteurs sont connus, les plus nombreux sont dus à des « escadrons de la mort » (death squads, 13 actions), le mouvement des paysans sans terres (MST, 7), l’Avant-garde Populaire Révolutionnaire (VPR, 5), l’Alliance anticommuniste brésilienne (AAB, 4), le Commandement des Chasseurs de Communistes (CCC, 3), des extrémistes néo-nazis et des extrémistes de droite (3 chacun).

Tableau 2 Principaux types de responsables (plus de 2 cas)

Nombre %
Inconnus 197 69,4
Escadrons de la mort 13 4,6
Mouvement des paysans sans terres (MST) 7 2,5
Avant-garde Populaire Révolutionnaire (VPR) 5 1,8
Alliance Anticommuniste Brésilienne (AAB) 4 1,4
Commandos de Chasseurs de Communistes (CCC) 3 1,1
Fermiers 3 1,1
Extrémistes néo-nazis 3 1,1
Extrémistes de droite 3 1,1

Les autres cas appartiennent à des catégories qui ne paraissent pas pouvoir être qualifiés de terroristes : partis et mouvements politiques, groupes sociaux (orpailleurs, fonctionnaires, syndicalistes), organisations criminelles et peuples indiens.

  • Groupes terroristes: Black September, Commando Delta, Left-Wing Terrorists, M-19 (Movement of April 19), Revolutionary Armed Forces of Colombia (FARC), Right-wing Terrorists, Shining Path (SL)
  • Mouvements politiques: Amazonas Liberation Front, Brazilian Democratic Mobilization Party (PMBD), Left-Wing Demonstrators, Neo-Fascist extremists, Palestinian support group, Pro-Palestinian extremists
  • Mouvements sociaux : Armed Gold Miners, Civil Servants and Unionists, Individuals claimed to be policemen, Skinheads, Union members
  • Organisations criminelles : Chinese Mafia, Comando Vermelho (Red Command), Drug-Related Terrorists, First Capital Command (PCC), Gunmen, Narco-Terrorists
  • Peuples indiens : Guajajara Tribe, Guaycaipuro Indians, Kaingang Indians, Korubo Tribe, Krikapi Indians, Pareci Indians, Pataxo Indians, Terena Indians.

Pour rendre compte de cette diversité nous avons opté pour une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH). Dans ce type d’analyse, des groupes sont formés en fonction de leur ressemblance pour les variables analysées. La représentation graphique qui figure sous la carte indique, pour chaque variable, si le groupe est au-dessus de la moyenne (barres horizontales vers la droite) ou au-dessous (barres horizontales vers la gauche). Une couleur est attribuée à chaque groupe et sur la carte chaque commune reçoit cette couleur en fonction du groupe dont elle fait partie, appliquée sur un cercle de taille proportionnelle au nombre de cas recensés dans la base de données.

Figure 4 Nombre de cas par responsable et par commune

On notera que la base inclut comme terroristes des actions qui ne semblent pas vraiment en relever, et qui ne sont en rien comparables : celles d’organisation criminelles qui luttent, souvent les armes à la main, pour le contrôle du trafic de drogue et de « leurs » territoires, et celles des peuples indigènes protégeant les leurs ou revendiquant sa démarcation : les premiers se situent principalement dans les grandes métropoles et les seconds en Amazonie.

Figure 5 Actes menés par des organisations criminelles et des peuples indigènes

Cibles

La diversité et la localisation des cibles des actions recensées laisse aussi supposer des causes bien différentes : les autorités civiles et militaires ou les infrastructures sensibles ne viennent qu’après le monde des affaires (21,5%) et des « citoyens ordinaires » (17,3%).

Tableau 3 Types de cibles

Nombre %
Hommes d’affaires 61 21,5
Citoyens ordinaires 49 17,3
Gouvernement 44 15,5
Journalistes et médias 38 13,4
Diplomates 22 7,7
Personnalités religieuses 11 3,9
Transports 11 3,9
Inconnu 10 3,5
Militaires 9 3,2
Police 9 3,2

Sur la figure 6 la CAH et apparaître des classes définies de la victime principale des actes terroristes, dont la couleur est reportée sur la carte : militaires pour le groupe 1, journalistes pour le groupe 2, figures et institutions religieuses pour le 3, citoyens ordinaires pour le 4, gouvernement pour le 5, police pour le 6 et milieux d’affaires pour le 7.

Figure 6 Nombre de cas par cibles et par commune

Types d’attaques

La liste des types d’attaque et des moyens employés est classique, les principaux sont les assassinats (25,4%), l’usage d’explosifs (22 ,9%), les attaques à main armée (19,4%), et les prises d’otages (15,5%). Cette dernière catégorie a été notamment utilisées sous la dictature militaire, à Rios et São Paulo, et l’on remarque l’utilisation généralisée des armes à feu, dans un pays où leur circulation est peu contrôlée.

Tableau 4 Types d’attaques

Nombre %
Assassinat 72 25,4
Explosifs 65 22,9
Attaque à main armée 55 19,4
Prise d’otages 44 15,5
Attaque d’infrastructures 21 7,4
Inconnu 17 6,0

Tableau 5 Types d’armes utilisées

Nombre %
Armes à feu 121 42,6
Explosifs 72 25,4
Inconnu 56 19,7
Incendie 22 7,7

Figure 7 Type d’attaque par commune

Victimes

La répartition du nombre de victimes est conforme à celle des cas recensés, avec une prédominance des deux grandes métropoles. Ne ressort guère la proportion plus élevée de tués en Amazonie et de blessés dans les États du Sud et du Sudeste.

Tableau 6 Victimes (plus de 5)

Ville Tués Blessés Total
Total général 213 168 381
Rio de Janeiro 83 45 128
São Paulo 52 31 83
Amambai 0 28 28
Salvador 3 12 15
Tabatinga 3 9 12
Baixada Fluminense 9 0 9
Campinas 5 4 9
Sandovalina district 0 8 8
Francisco Morato 5 2 7
Curitiba 0 6 6

Nationalité des victimes

Une des grandes différences entre les cas brésiliens et d’autres au Moyen-Orient et en Asie est la nationalité des victimes, avec une absolue prédominance (plus de 80 %) de nationaux : au Brésil le terrorisme, tel qu’il est entendu dans la GTD, est un phénomène interne : les seuls étrangers en nombre significatifs sont les ressortissants des États-Unis (12,5 %) et de l’Allemagne (1,1 %), en raison des prises d’otages par des groupes de gauche du temps de la dictature militaire, ceux de tous les autres pays représentent moins de 1 % ( Royaume-Uni, Israël, Japon) ou même de 0,5 % (Bolivie, Chili, Irak, Nigeria, Paraguay, Espagne, Suède, Uruguay) du total.

Figure 8 Nationalité des victimes

Une typologie

À partir de ces éléments analytiques peut commencer à construire une typologie en produisant des tableaux croisés rapprochant deux éléments, puis les prendre tous en compte en même temps, de façon à faire apparaître des groupes aux profils semblables, en utilisant de nouveau une CAH.

Le rapprochement des variables analytiques des tableaux croisés souligne que les victimes principales sont des hommes d’affaires des citoyens ordinaires (ce qui fait penser à des extorsions et à des « dégâts collatéraux ») ou des agents gouvernementaux, victimes d’assassinats ou de prises d’otages. Ces dernières sont plus rares pour les autres catégories, à part les diplomates, dont ceux des États-Unis enlevés par des groupes révolutionnaires sous la dictature militaire. L’usage des armes à feu et des explosifs contre ces trois catégories représentent l’essentiel du total, le reste se dispersant avec des pourcentages très limités.

Pour construire une typologie qui prenne en compte les principales variables de la base de données, nous avons choisi d’utiliser à nouveau une CAH, et cette méthode fait apparaître des groupes aux caractéristiques bien distinctes :

  • Le premier, qui compte quinze communes, est principalement marqué par des assassinats de journalistes dans la période 2003-2018 ;
  • Le deuxième est lié à des conflits fonciers entre membres du mouvement des paysans sans terre (MST) et des grands propriétaires, dans le Sudeste ;
  • Le troisième renvoie à d’autres conflits fonciers en Amazonie, se traduisant par des attaques contre la police ou des infrastructures de transport ;
  • Le quatrième est celui qui a provoqué le plus de morts et de blessés, toutes causes confondues, particulièrement à Salvador de Bahia ;
  • Le cinquième est de loin celui qui est le complexe et le plus étoffé, avec 24 cas dans une série de villes, principalement à Rio de Janeiro et São Paulo, sans prédominance nette de telle ou telle variable ;
  • Le sixième est caractérisé par l’attaque contre des institutions, des « figures religieuses » et des infrastructures au moyen d’explosifs, dans la période la plus récente, ;
  • Dans le septième ces moyens étaient plutôt utilisés contre des militaires, dans la période ils étaient au pouvoir, avant 1985.
  • Le huitième et dernier rassemble des cas d’attaque contre le gouvernement provoquant des blessés, assez logiquement centré sur la capitale fédérale, Brasilia, et quelques capitales des États fédérés.

Figure 9 Typologie par commune

D’autres types d’homicides

Les cas recensés dans cette base sont évidemment bien loin de représenter toutes les violences que connaît le Brésil, et les 213 tués qui y figurent (pour une période de près de 50 ans) sont peu de choses par rapport au nombre d’homicides que connaît le pays, qui ne sont que très minoritairement causés par le terrorisme : ils sont bien plus nombreux et en font l’un des pays les plus violents au monde. Dans les données disponibles à l’échelle mondiale, le Brésil venait en 2018 en seconde position avec près de 60 000 morts, dépassé seulement par le Nigéria. En nombre d’homicides pour 100 000 habitants il ne vient certes qu’en seizième rang, mais derrière des pays beaucoup moins peuplés que lui, principalement (à part le Lesotho, le Venezuela, l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Mexique) des petits pays d’Amérique centrale des Caraïbes.

Tableau 10 Nombre absolu d’homicides et taux par 100 000 habitants

Pays Nombre d’homicides Rang Population en 2020 (millions) Homicides par 100 000 hab. Année Rang
Par nombre absolu    
Nigeria 71 168 1 206,1 34,5 2016 11
Brésil 58 204 2 212,6 27,4 2018 16
Inde 42 494 3 1 380,0 3,1 2018 89
Mexique 37 482 4 128,9 29,1 2018 14
Afrique du Sud 21 292 5 59,3 35,9 2017 10
Etats-Unis 16 408 6 331,0 5,0 2018 72
Colombie 12 896 7 50,9 25,3 2018 18
Russie 11 980 8 145,9 8,2 2018 45
Venezuela 10 432 9 28,4 36,7 2018 7
Éthiopie 10 108 10 115,0 8,8 2012 42
Pour 100 000 hab.
Salvador 3 374 20 6,5 52,0 2018 1
Iles Vierges des Etats-Unis 51 125 0,1 49,3 2012 2
Jamaïque 1 299 35 3,0 43,9 2018 3
Lesotho 933 46 2,1 43,6 2015 4
Honduras 3 855 19 9,9 38,9 2018 5
Belize 150 99 0,4 37,8 2017 6
Venezuela 10 432 9 28,4 36,7 2018 7
Saint Vincent et les Grenadine 41 133 0,1 36,5 2016 8
Saint Kitts et Nevis 19 149 0,1 36,1 2012 9
Afrique du Sud 21 292 5 59,3 35,9 2017 10
Bahamas 126 106 0,4 32 2017 12
Nigeria 71168 1 206,1 34,5 2016 11
Trinité et Tobago 429 69 0,4 30,6 2015 13
Mexique 37 482 4 128 ,9 29,1 2018 14
Saint Martin 11 157 0,03 27,7 2016 15
Brésil 58 204 2 212,6 27,4 2018 16

Source : Banque Mondiale. Nombre d’homicides recalculé à partir du taux, seule donnée disponible.

Figure 10 Homicides dans le monde en 2018

De surcroît leur nombre s’accroît constamment, comme on peut le savoir grâce à une autre base de données, celle que l’Institut de recherche économique appliquée (Ipea) a créée en partenariat avec le Forum brésilien de la sécurité publique, le portail « Atlas de la violence », accessible en ligne à l’adresse https://www.ipea.gov.br/atlasviolencia/download/24 / atlas-de-violence-2020. Le rapport ne contient que des cartes par État mais le portail inclut des statistiques par commune, à partir desquelles ont été faites les cartes suivantes. Elles montrent que le nombres et le taux d’homicides sont très différents selon les régions du pays et que la situation s’aggrave tout au long de la période pour laquelle on dispose de données, de 1997 à 2017.

Figure 11 Nombre d’homicides par commune 1987-2017

On note également que le nombre des homicides, d’abord concentrés dans les grandes villes du Sudeste, notamment Rio de Janeiro et São Paulo, s’accroît progressivement dans les autres régions comme l’Amazonie et le Nordeste

Figure 12 Homicides dans les principales villes 1987-2017

Tableau 11 Homicides en 2018 dans les principales villes du pays

  Homicides en 2018 Taux d’homicides en 2018_
Rio de Janeiro 1 865 27,88
Fortaleza 1 677 63,44
Salvador 1 545 54,07
Belém 1 072 72,15
Manaus 1 053 49,08
Recife 666 40,66
Goiânia 588 39,31
Porto Alegre 544 36,78
São Paulo 535 4,39
Brasília 530 17,82
Total/moyenne national/e 57 081 21,09

Pour compléter les données du portail de la violence on peut recourir à celle produite par le système de santé, qui répertorie les causes de chaque décès. Parmi elles figurent, aux côtés des accidents et des maladies, les plus fréquents, ceux qui ont inscrits sous la rubrique « homicide ». Cela permet de calculer non seulement leur taux pour 100 000 habitants à l’échelle communale, mais aussi la part qu’ils représentent dans la mortalité générale.

Cette approche fait ressortir les fronts pionniers amazoniens, notamment en Amazonie orientale, au sud de Belém (c’est aussi la région principale de travail esclave). Les guerres de gangs sont les principaux responsables des morts dans les grandes villes du Nordeste, comme Fortalezea, tandis que São Paulo a réussi à endiguer les enlèvements et les pires effets des guerres entre narcotrafiquants. Au total, les violences rurales et le banditisme ont donc pris le dessus sur le terrorisme politique

Figure 13 Homicides par 100 000 habitants et part dans la mortalité

Comme l’a montré l’analyse, dans le cas du Brésil, des actions classées comme terroristes dans la GTD, certaines relèvent plutôt de la criminalité et les homicides de tous types y sont bien plus nombreux que ceux qu’elles ont provoquées. C’est vrai dans d’autres pays et l’on peut tenter, en guise de conclusion, de rapprocher trois géographies, celle du terrorisme, des homicides et de la criminalité. Ce faisant, on situe mieux le cas du Brésil, mais on ouvre aussi des perspectives pour une des analyses semblables d’autres pays, comme le montre la figure 12, qui classe les pays du monde selon leur score de terrorisme, d’homicides et de criminalité.

Figure 14 Terrorisme, homicides et criminalité

Une dernière CAH est la base d’une dernière carte (figure 13), les pays y sont répartis en groupes aux profils similaires, où prédomine la criminalité, les homicides ou le terrorisme (et un quatrième, de pays sur lesquels on n’a pas d’information suffisante). Ils y sont notés sur une échelle qui commence à 100 pour celui où la situation est la plus grave. Le premier groupe est le plus nombreux, avec 94 pays. Le Brésil est dans le second, de 23 pays, dont la plupart sont trop petits pour être visibles sur la carte. Le troisième, celui du terrorisme, regroupe 35 pays, sur lesquels il serait intéressant de mener une recherche similaire à celle menée sur le Brésil.

Figure 15 Une typologie mondiale

Bibliographie

  1. Dory, Daniel, « L’analyse géopolitique du terrorisme : conditions théoriques et conceptuelles », L’Espace Politique[En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 11 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.4482
  2. Dory, Daniel, « Les Terrorism studies à l’heure du bilan », Sécurité globale 2020/2 (N° 22)
  3. Dory, Daniel, « Terrorisme : retour sur quelques questions fondamentales, Hommage à Bernard Lavilliers », Sécurité Globale n°43 2019 (n°17 nouvelle série)
  4. Dory, Daniel, Le terrorisme comme objet géographique : un état des lieux, Annales de géographie 2019/4 (N° 728)
  5. Start, Global Terrorism Database (GTD), https://www.start.umd.edu/research-projects/global-terrorism-database-gtd
  6. Théry, Hervé, « Géographie de la violence», in Brésil, corruption, trafic, violence, criminalité, vers la fin du cauchemar, N. Dolo et B. Racouchot eds, Eska Editions, 2019, pp. 55-69, ISBN 978282240655
  7. Théry, Hervé, « Image de la violence au Brésil », Carnet de recherche Braises, 2017, https://braises.hypotheses.org/1240
  8. Théry, Hervé, « Géographie de la violence au Brésil », Spécial Brésil demain, Sécurité globale numéro 16 nouvelle série, Eska, décembre 2018, ISSN 1959-6782, pp. 25-37

[1] Ce texte reprend un article publié en collaboration avec Daniel Dory, avec des cartes moins nombreuses et en noir et blanc, dans la revue Sécurité globale : « Le terrorisme au Brésil : réalités, évolutions et incertitudes », Sécurité globale 2021/2 (N° 26), pp.17-35, https://www.cairn.info/revue-securite-globale-2021-2-page-17.htm

Inégalités brésiliennes : PIB, valeur ajoutée, impôts

Grâce à la mise en ligne sur le site de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique, équivalent de l’IGN et de l’INSEE) de la valeur du PIB 2018 par commune, on peut élaborer des cartes qui montrent clairement l’ampleur des inégalités qui marquent le pays.

Comme l’indique la page du site qui donne accès aux données (https://sidra.ibge.gov.br/pesquisa/pib-munic/tabelas ) « Un système d’indicateurs municipaux avec des informations économiques et sociales est un outil important pour la planification des politiques publiques. Avec la promulgation de la Constitution fédérale de 1988, qui a donné aux municipalités plus de responsabilité et d’autonomie, les demandes d’informations économiques normalisées et comparables au niveau municipal ont été élargies, tant par des agents publics et privés, que par des spécialistes de l’économie, et par la société en général. Les résultats du PIB des communes permettent d’identifier les domaines de création de revenus, en produisant des informations qui saisissent les spécificités du pays. ».

Les cartes qui suivent ont été élaborées, à partir de ces données, en utilisant les logiciels Philcarto (Philippe Waniez) et Cartes et Données (Articque). La partie haute de la première situe les grandes masses du PIB (taille des cercles proportionnels) et leur part dans le total national (couleur des cercle), sa partie basse l’étendue des « microrégions » où il est produit : trois d’entre elles (São Paulo, Rio de Janeiro et Brasília) en représentent 23%, alors qu’elles ne comptent que 14,5% de la population et 0,15% du territoire. Avec la catégorie suivante (18 régions) on est déjà à 50% du total, avec 38% de la population et 1,4% du territoire. Avec les deux suivantes (77 et 138 régions) on arrive à 90% du PIB, avec 78% de la population et 34% du territoire. Et finalement, les 100 dernières, en jaune pâle sur la carte, ne représentent que 10% de la richesse nationale – en termes économiques du moins – pour 22% de la population et 66% du territoire.

Figure 1 Inégalités du PIB, monétaires et territoriales

La figure 2 compare la répartition du PIB avec celle de deux autres indicateurs fournis dans les données publiées par l’IBGE, la valeur ajoutée produite et les impôts payés dans chaque région. Toutes trois sont construites en faisant la moyenne de chaque région avec celles qui l’entourent (en deux auréoles successives) et sont très semblables, à part la présence plus moins forte de la zone franche de Manaus et des détails du tracé des catégories intermédiaires : sur les trois on identifie bien les points forts du Sudeste et du Sud, et les zones déprimées du Nordeste et d’Amazonie.

Figure 2 PIB, valeur ajoutée et impôts

La figure 3 décompose la valeur ajoutée en secteurs économiques : la répartition de celle qui est produite par l’industrie (qui pèse 22% de la valeur ajoutée totale) l’est plus que celle des services marchands, qui avec 56% du total sont désormais le premier secteur économique. La valeur ajoutée du secteur agropastoral est bien différente, très marquée par l’expansion du complexe soja-maïs-coton-élevage bovin dans le Centre-Ouest mais elle ne représente plus que 5% de la valeur ajoutée totale (sans les activités industrielles et de services qui l’encadrent en amont et en aval de la production agricole). Enfin le service public, 17% de la valeur ajoutée, a une diffusion plus large, notamment autour de la capitale, Brasília.

Figure 3 Secteurs de la Valeur ajoutée

La figure 4 synthétise les précédentes et montrant la valeur ajoutée par secteur sur un fond de carte anamorphosé en fonction du PIB 2018 par microrégion et où la gamme de couleurs indique le PIB per capita. Elle montre bien le poids de São Paulo et de Rio de Janeiro, grâce à la valeur ajoutée produite par les services marchands, puis de Brasília, grâce à celle du secteur public. Suivent les autres métropoles régionales, celles du Nordeste et d’Amazonie n’ayant pas un poids suffisant pour empêcher que le reste de ces deux régions n’apparaissent loin derrière les autres en PIB per capita (en jaune clair) et de superficie très réduite par l’anamorphose.

Figure 4 Valeur ajoutée par secteur

Atlas de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (Ipea), en partenariat avec le Forum brésilien de la sécurité publique, a développé le portail « Atlas de la violence », accessible en ligne à l’adresse https://www.ipea.gov.br/atlasviolencia/download/24 / atlas-de-violence-2020.

Le rapport ne contient que des cartes par État mais le portail inclut des statistiques par commune à partir desquelles ont été faites les cartes suivantes. Elles montrent que le nombres et le taux d’homicides sont très différents selon les régions du pays et que la situation s’aggrave dans le Nord et le Nordeste.

 

 

Aide d’urgence et subvention aux familles

L’aide d’urgence distribuée dans tout le Brésil pour soutenir les familles les plus affectées par la crise liée à la pandémie de Covid-19 a largement bénéficié au Nordeste, tout comme la Bolsa família, car c’est là que se concentre la population la plus pauvre. Mais si l’on compare les montants en jeu on constate qu’ils sont bien plus élevés, par famille et surtout au total et puisqu’il a été donné à près de 54 millions de bénéficiaires, plus du quart de la population du pays, y compris des régions que la Bolsa família, atteignait peu. Il est prévu que cette aide temporaire soient réduits, ce qui inquiète beaucoup les bénéficiaires, et aussi le gouvernement car le maintien de la popularité du président – notamment dans le Nordeste – est largement due à cette aide.

 

Où sont les riches ?

Pour répondre à la question « où sont les riches ? », des chercheurs de la Fundação Getúlio Vargas (FGV Social) ont utilisé les données issues des déclarations de l’impôt sur le revenu des particuliers (IRPF) de 2018. Selon le directeur de FGV Social, Marcelo Neri, c’est la première fois qu’une analyse de ces données est publiée, elles fournissent des informations qu’on ne trouve pas dans le recensement, « nous voyons ceux qui déclarent l’impôt sur le revenu comme une sorte de ligne de richesse » (à l’opposé de la « ligne de pauvreté).

Les auteurs de l’étude ont effectué le calcul du revenu moyen des communes de deux manières : en prenant en compte la population totale en 2019[1] et uniquement les contribuables. Les données sont publiées sous forme de tableau, il ne semble pas possible de les exporter, mais une autre source nous a permis de le faire, l’article « Vérifier les revenus moyens et les capitaux propres de votre ville », publié par Folha de S. Paulo, où un tableau interactif « permet de voir où il y a plus de contribuables, quel est le revenu mensuel moyen et le patrimoine accumulé. […] En cliquant sur les champs disponibles, il est possible de classer le tableau de plusieurs manières : par États ou communes à revenus plus ou moins élevés, par richesse moyenne de ses habitants et pourcentage de la population déclarant l’IRPF ». L’écran affiche jusqu’à 100 communes et permet – via un processus laborieux de copier / coller – de créer un tableau unique des 5 570 communes que compte le pays.

Ce tableau a été utilisé pour produire les cartes suivantes, des revenus et patrimoines déclarés et des puis analysent la différence entre ce qui est déclaré et la moyenne calculée pour l’ensemble de la population : les résultats répondent clairement à la question initiale et montrent bien où sont les riches.

Revenus déclarés

La moyenne nationale des assujettis à l’impôt sur le revenu en 2018 était de 14,4%, moins que la moyenne de l’Amérique latine et de nombreux pays du sud de l’Europe. Mais cette moyenne nationale n’a guère de sens tant sont fortes les disparités entre les parties du territoire national, que montre la figure 1. À l’échelle des États, apparaît déjà un niveau de revenus beaucoup plus élevé dans ceux du Sud que dans ceux du Nord et du Nordeste et l’on note qu’il l’est plus encore dans les capitales que dans la moyenne de l’État.

À l’échelle des communes les disparités sont encore bien plus grandes, des zones de faiblesse apparaissent à l’intérieur quelques États du Sud, comme le centre du Paraná, tandis qu’à l’inverse certaines communes du Nord et du Nordeste ont des niveaux élevés de déclaration (et donc de revenus) comme la région des mines de fer de Carajas ou le pôle d’agriculture irriguée de Juazeiro-Petrolina. Globalement c’est bien toutefois la prédominance du Sud Sud-Est qui se confirme, à laquelle il faut ajouter le centre ouest et en particulier les régions productrices de soja.

C’est dans le District fédéral de Brasília qu’il y a le plus de contribuables, 24,8%, et les revenus moyens les plus élevés parmi les 27 unités de la Fédération, en moyenne et parmi ceux qui déclarent leurs revenus. Dans la population totale, le revenu y est de 2 981 Reais[2] par mois contre 1 228 dans la moyenne générale du pays, et de 11 994 parmi les contribuables contre 8 528 Reais en moyenne. Comme l’explique Fernando Canzian[3]: « Les salaires des fonctionnaires fédéraux expliquent que le District fédéral ait un revenu moyen supérieur à celui des États plus riches, comme São Paulo et Rio de Janeiro[4]. Dans la région du Lac Sud, où vivent les ministres, les politiciens et les hauts fonctionnaires, le revenu mensuel déclaré est plus de quatre fois supérieur à la moyenne nationale : 38 460 Reais. […] À Ceilândia[5], le revenu mensuel moyen de la population (déclarant ou non IRPF) n’atteint pas 800 Reais ».

Figure 1 Revenu déclaré dans les communes, les États et leurs capitales

« Les résultats montrent une nouvelle frontière où les gains sont de plus en plus concentrés dans certaines régions du Centre-Ouest, où de nombreux nouveaux riches ont des revenus élevés », déclare Neri. Un exemple est Aporé (Goiás), où seulement 11,3% des habitants déclarent leurs revenus pour l’IRPF. Ils font de la commune la deuxième du pays en termes de revenus (46 400 Reais par mois) et la première en patrimoine (6,5 millions de Reais en moyenne). Neri souligne que les niveaux d’éducation restent des déterminants de l’inégalité au Brésil. « L’effet de l’enseignement supérieur est très important pour les revenus et n’a pas diminué, même pendant la crise ». Selon un rapport de l’OCDE, avoir un diplôme universitaire au Brésil signifie un revenu moyen de 150% supérieur à celui de ceux qui n’en ont pas (environ 85% de la population).

Comme le travail de la FGV distingue les revenus déclarés de ceux qui sont calculés en faisant la moyenne pour l’ensemble de la population, on peut produire deux cartes différentes. On rencontre toutefois ici un problème sérieux, les valeurs sont tellement différentes qu’il est a priori impossible de créer des catégories comparables pour l’une et pour l’autre. Il a donc fallu dégager une petite zone de recouvrement pour faire ressortir les quelques cas qui ont des valeurs comparables, les plus bas des revenus déclarés et les plus élevés de la moyenne générale. Ils sont colorés en rouge sur la figure 2, signalant en quelque sorte les plus riches des pauvres et les plus pauvres des riches.

Figure 2 Revenus moyens et revenus déclarés

Patrimoines

Un des aspects les plus intéressants du travail de la FGV est qu’il permet de connaître les patrimoines, dont on soupçonnait qu’ils étaient plus inégaux que les revenus, sans disposer réellement de moyens de les mesurer. Ceux qui sont déclarés pour l’impôt sur le revenu ne sont pas forcément totalement sincères, malgré tous les contrôles auxquels procède l’administration fiscale, mais tels qu’ils sont, ils montrent déjà de très fortes disparités.

En termes nationaux, en tenant compte de l’ensemble de la population (qu’elle déclare ou non l’IRPF), le patrimoine brésilien en immobilier (environ la moitié de ce qui est déclaré), en automobile ou en investissements est de 41 000 Reais, variant de 78 000 dans le District Fédéral à 5 600 dans le Maranhão.

Comme l’image globale de la figure 3 est un peu complexe, on a mis à part sur les deux petites cartes du bas les plus petits et les plus gros patrimoines : les premiers se concentrent dans les zones les plus peuplées du Norte et du Sudeste tandis que les seconds sont rares (mais pas absents) dans le Nordeste, très nombreux dans le Sud et le Sudeste mais aussi dans le Centre -Ouest grâce au développement de l’agrobusiness.

Figure 3 Patrimoines déclarés

Différences

Finalement, parce que les cartes des revenus et des patrimoines moyens et déclarés donnaient à peu près les mêmes configurations spatiales, on a choisi de faire des cartes des différence entre les uns et les autres, les figures 4 et 5. Toutes deux proposent très fortement Nordeste et Amazonie d’une part, Sud, Sudeste et Centre-Ouest d’autre part (où l’on observe des alignements de communes au long des routes pionnières avançant vers l’Amazonie, Brasilia Belém, BR163 et BR364). On remarque cependant que les disparités sont encore plus fortes les patrimoines les revenus, au détriment du Nord et du Nordeste, où les patrimoines sont beaucoup plus limités. Ceux du Centre-Ouest s’y remarquent d’autant plus quand on sait que jusqu’aux années 1970 ces régions étaient très peu peuplées et que ces patrimoines ont donc été accumulés en moins de 50 ans.

Figure 4 Différence entre les revenus moyens et les revenus déclarés

Figure 5 Différence entre les patrimoines moyens et les patrimoines déclarés

Deux exemples

Pour donner à ces chiffres plus de « chair », Katna Baran et Fernanda Canofre donnent dans la Folha de S. Paulo deux exemples opposés, la commune la plus riche et la plus pauvre selon les travaux de FGV, Nova Lima (Minas Gerais) et Fernando Falcão (Maranhão). Alors que la première a la plus forte concentration de personnes aisées du Brésil, avec un revenu estimé à 6 200 Reais et le 5e revenu le plus élevé parmi les contribuables (20 477 Reais), la seconde a le revenu moyen le plus bas du pays, 20 Reais. A Nova Lima, 30,5% des habitants sont contribuables, contre seulement 0,71% à Fernando Falcão.

Les revenus élevés de la ville du Minas Gerais sont tirés vers le haut par les résidents des condominiums de luxe qui ont quitté Belo Horizonte pour s’y installer, ses avantages principaux étant le climat plus frais et la sécurité. Nova Lima est donc considérée comme une sorte d’extension de la capitale, avec environ 96 000 habitants et une superficie plus grande que celle-ci, elle est formée de quartiers aux conditions sociales très différentes. Les sociétés minières, comme Vale, possèdent la plupart des terres et alors que les condominiums de luxe sont situés dans des régions éloignées, la population à faible revenu est concentrée dans la région centrale, que la plupart de ceux qui vivent en copropriété fréquentent rarement.

Katna Baran et Fernanda Canofre racontent : « Il y a deux ans et demi, l’architecte Sergio Viana, 42 ans, a quitté Belo Horizonte pour une maison dans une copropriété à Nova Lima. Son bureau y a été déplacé, il y a un supermarché et une pharmacie, du travail pour sa femme et l’école bilingue de ses enfants. Avec un revenu supérieur à 6 000 Reais, la famille a suivi la trajectoire d’une grande partie des résidents. Dans le condominium de Sergio, l’un des 47 de la ville, où les lots valent jusqu’à 1,3 million de Reais et les maisons varient de 900 000 Reais à 10 millions Reais, l’offre est rare.

À plus de 2 000 kilomètres de là, à Fernando Falcão (Maranhão), Maiane Araújo, 23 ans, a terminé le lycée mais n’a pas trouvé de travail et, pour élever seule son fils de trois ans, dépend essentiellement de 180 Reais de la Bolsa Família[6]. C’est la principale source de revenus pour 19% des habitants de la commune où elle vit et où plus de 40% de la population a demandé une aide d’urgence du gouvernement pendant la pandémie. L’agriculture et la pisciculture occupent près de 86% de la population, mais la production est presque entièrement destinée à l’autoconsommation. La commune a été démembrée il y a 23 ans de Barra do Corda, 71% de sa superficie est occupée par des réserves indiennes, mais la population a plus que doublé en dix ans, elle est aujourd’hui d’environ 10 500 habitants. Pour ceux qui ont une source de revenus, le salaire est bas, même pour les fonctionnaires. En excluant le maire, qui gagne 15 000 Reais, et le maire-adjoint, 5 000 Reais, les 493 employés de la mairie de Fernando Falcão reçoivent en moyenne 1 669 Reais, sans tenir compte des déductions ».

Pour l’économiste de l’Ipea (Institut de recherche économique appliquée) Pedro Ferreira de Souza, une réponse plus structurelle aux inégalités serait que le Brésil poursuive des réformes qui augmentent le nombre de personnes qui déclarent l’impôt sur le revenu et réduisent les déductions qui favorisent les plus riches. Souza est l’auteur de Une histoire des inégalités : la concentration des revenus parmi les riches au Brésil, prix Jabuti du meilleur livre de 2019 et qui analyse les disparités sociales dans le pays et l’effet de l’impôt sur le revenu. Cité par Katna Baran et Fernanda Canofre, il déclare : « Nous taxons beaucoup la consommation et peu les revenus et les patrimoines. Changer cela est le moyen le plus évident de lutter contre les inégalités ». Selon Souza, l’idéal serait que de plus en plus de gens fassent des déclarations de revenus, même si les plus pauvres ne payent aucun impôt. Il voit également la possibilité pour le Brésil de créer une tranche d’imposition supérieure au taux maximum de 27,5% pour ceux qui gagnent le plus. « D’autres pays à revenu intermédiaire comme le Brésil ont des taux maximums de 35% à 40%. Nous pourrions facilement le faire ici aussi ».

Webographie

FGV Social, “A renda dos ricos – FGV social debate a desigualdade a partir do imposto de renda”, https://cps.fgv.br/destaques/renda-dos-ricos-fgv-social-debate-desigualdade-partir-do-imposto-de-renda

Herzer, André Rafael “Estudo da FGV apresenta como é a distribuição geográfica da riqueza”, 25/8/2020,https://jornalibia.com.br/regiao/valedocai/estudo-da-fgv-apresenta-como-e-a-distribuicao-geografica-da-riqueza/

Canzian, Fernando, “Imposto de Renda explicita vantagem de servidores federais e desigualdade”, 19/9/2020, https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2020/09/imposto-de-renda-explicita-vantagem-de-servidores-federais-e-desigualdade.shtml

Canofre, Fernanda e Baran, Katna, “Diferenças regionais revelam abismo da desigualdade de renda no Brasil”, 19/9/2020, https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2020/09/diferencas-regionais-revelam-abismo-da-desigualdade-de-renda-no-brasil.shtml

[1] TCU / IBGE 2019

[2] Le taux de change était de 6,5 Reais par Euro en septembre 2020

[3] Références en webographie à la fin du texte

[4] On peut nuancer cette affirmation en précisant que ces salaires sont déclarés directement par l’État, sans marge pour la fraude, et que le District Fédéral est petit et quasiment dépourvu des quartiers périphériques et des zones rurales qui baissent la moyenne des grands États.

[5] Le quartier le plus pauvre, d’immenses ensembles de petites maisons créés par la CEI, la « Compagnie d’Éradication des Invasions », d’où son nom.

[6] Un équivalent, grosso modo, des allocations familiales

Patrie bien aimée … mais laquelle ?

L’hebdomadaire Veja a raconté il y a quelques mois[1] comment une campagne de publicité lancée par le gouvernement de Jair Bolsonaro avait provoqué une polémique.

Il s’agissait de faire connaître le programme Pro-Brasil, qui visait à encourager les investissements pour soutenir l’économie. L’image choisie pour l’illuster apparaissait sous le slogan de l’administration Bolsonaro, « Pátria Amada Brasil » (« Patrie bien aimée, Brésil ») et a été diffusée par les canaux officiels de l’administration fédérale. La campagne a été créée par le cabinet du ministre de la Maison civile (rôle équivalent à celui d’un Premier Ministre), le général Walter Braga Netto, qui dirige également le programme Pro-Brésil.

Image 1. La Campagne

La campagne a été aussitôt « « La cible de critiques sur les réseaux sociaux pour avoir utilisé une photo où n’apparaissent que des enfants blancs, sans représenter, par conséquent, l’hétérogénéité de la population brésilienne. La plupart des critiques font état d’un manque de diversité, d’enfants noirs ou autochtones ».

La photo utilisée dans la publication a été extraite d’une banque d’images gratuite, une sorte de catalogue de photos publicitaires utilisées par les agences du monde entier.

Image 2, Exemple de groupe d’enfants dans une banque d’images

https:// fr.freepik.com/photos-vecteurs-libre/groupe-enfants

La même image a été utilisée dans d’autres actions de communication diffusées dans d’autres pays (voir quelques exemples ci-dessous).

Image 3 : Le même groupe d’enfants dans d’autres campagnes

Les répercussions sur les réseaux sociaux ont été en majorité critiques, bien que des partisans du gouvernement aient trouvé – et dit – que la controverse était « le résultat d’un activisme exagéré ». Certaines étaient franchement indignées, comme celle du directeur de l’ONG Educafro, le Frère David Santos, qui « a officialisé le mécontentement : il a adressé une lettre […] à la ministre de la Femme, de la Famille et des Droits de l’Homme, Damares Alves, pour exiger la suspension de la publicité. “Nous avons demandé qu’elle soit remplacée par une autre photo comprenant des enfants noirs, autochtones et physiquement handicapés”, a-t-il déclaré. Il a souligné que le Statut sur l’égalité raciale contient un article qui oblige les agences de publicité à présenter la diversité raciale dans les publicités. “Il est inquiétant que le gouvernement lui-même ne suive pas une directive prévue par la loi fédérale”, a-t-il déclaré ».

D’autres internautes ont choisi l’ironie face à cette campagne dont on ne sait si elle a simplement été mal pensée et mal exécutée ou si elle reflète l’idéologie dominante de ce gouvernement (les deux peut-être) en posant avec (fausse) naïveté la question : « Patrie bien aimée … mais laquelle ? ».

[1] Dans un article de Mariana Zylberkan du 23 avril 2020, https://veja.abril.com.br/brasil/gabinete-de-braga-netto-criou-peca-polemica-apenas-com-criancas-brancas/

Des inégalités en cascade

À l’échelle mondiale l’Indice de Développement Humain (IDH) calculé par le PNUD montre que le Brésil est en situation moyenne entre les pays développés d’Europe et d’Amérique du Nord/Australie et les moins développés d’Afrique et d’Asie. Mais ce n’est qu’un effet de moyenne car si ses États du Sud ont des niveaux de développement comparables à ceux de l’Europe de l’Est, ceux du Nord sont plus proches des niveaux africains. À l’échelle nationale l’État de São Paulo se détache nettement du reste du pays, suivi de façon plus contrastée par les trois États du Sud et la région de production de soja du Centre-Ouest, en opposition franche avec le Nordeste et la région Nord, où l’IDH (recalculé à l’échelle des communes) est beaucoup plus bas. À l’intérieur de l’État de São Paulo la situation de l’axe central allant de la capitale vers le nord-ouest est plus favorable que celle des communes rurales, notamment dans le sud-ouest de l’État et aux deux extrémités du territoire, à l’est et à l’ouest. Enfin, à l’échelle de la commune centrale, São Paulo, l’IDH distingue des couronnes successives du centre vers la périphérie, au nord et au sud de la commune, mais surtout à l’est, dans la Zona Leste, qui compte 4,5 millions d’habitants.

Carte réalisée pour le chapitre « Population et inégalités au Brésil », de Marie-Françoise Fleury et Maie Girardot, in Population et inégalités dans le monde, aux éditions Atlante.

On notera qu’il suffit d’inverser la gamme de couleurs pour attirer l’attention sur les pays, régions, communes et quartiers moins favorisés: astuce de cartographie ancienne, mais  toujours efficace.

Le Brésil parmi les grands pays du monde

Des infographies créées par le studio Lebedev[1] montrent les superficies réelles de pays, de territoires et d’îles majeures sans distorsion liée à la projection de la surface – courbe – de la planère à la surface – plane – de la feuille de papier ou de l’écran.

La page du site intitulée Land surface (https://www.artlebedev.com/susha/) permet de comparer les superficies de territoire du monde entier.

Il l’illustre en comparant les superficies de l’Australie, de l’Inde et du Groenland, dont les projections habituelles faussent la perception (figure 1)

Un poster global classe tous les pays du monde par surface (figure 2), en commençant par la Russie (16 millions de kilomètres carrés), suivie par l’Antarctique (12 millions) en descendant jusqu’aux micro-îles du Pacifique et Vatican (0,5 km2), invisible sur l’image.

Le haut du poster détache les grands pays, dont le Brésil fait partie (figure 3)

On peut ensuite comparer les superficies des pays deux à deux, et ainsi situer celle du Brésil par rapport à d’autres pays, grands ou moins grands.

Par rapport à la Russie, qui a le double de sa surface, il parait petit (figure 4)

Il fait presque jeu égal avec la Chine (figure 5)

Le Canada (figure 6)

Les États-Unis, sans l’Alaska et Hawaï (figure 7)

En revanche les principaux pays européens semblent bien petits face à lui, comme cela apparait en rassemblant leurs images (figure 8). Le plus petit qui apparaisse sur cette figure, la Belgique, avec ses 30 000 km2, tient à l’aise dans l’île de Marajó (à l’embouchure de l’Amazone) mais avec 5.5% de sa population produit 15.5% de son PIB.

Et l’on peut confirmer visuellement que le Brésil bien quinze fois plus grand que la France (figure 9).

[1] Fondé en 1995, ce studio est une société privée qui emploie plus de 300 personnes. Il produit du design industriel, urbain et environnemental, des systèmes d’orientation de l’architecture et des livres. Le Studio a son siège à Moscou et nous avons des bureaux à Kiev, Londres et New York. Selon son site (https://www.artlebedev.com ) son objectif est « de fournir des solutions simples, élégantes et logiques qui restent fidèles au sens voulu » et il précise « Par principe, nous ne travaillons pas avec des particuliers, des partis politiques, des organisations religieuses, […] ou ceux dont les opinions sont en conflit avec les nôtres ».

Estimer la population en quelques clics

Le bulletin d’information du site Géoconfluences[1] recommande un outil développé par la NASA (Administration Nationale de l’Aéronautique et de l’Espace) qui estime la population de n’importe quelle partie du monde en quelques clics. Disponible sur son site Earthdata[2], il est basé sur un carroyage mondial fin et qui permet d’estimer la population contenue dans un polygone (dessiné librement par l’utilisateur) ou dans un cercle (de diamètre configurable). La fiabilité de l’estimation dépend bien entendu de la qualité des données disponibles et donc des services statistiques des pays concernés.

Cet outil est accessible aux adresses suivantes :

– Vision générale du service: http://sedac.ciesin.columbia.edu/data/collection/gpw-v4/population-estimation-service

– Application Gridded Population of the World (GPW4): http://sedac.ciesin.columbia.edu/mapping/popest/gpw-v4/

Comme l’indiqué Géoconfluences, les images de la NASA sont libres de droits pour une utilisation non commerciale, en particulier pour un usage éducatif, sauf indication contraire.

Ci-dessous des exemples concernant le Brésil ou le mettre en perspective : deux exemples de cercles et de polygones, l’estimation de la population de grandes régions par des cercles et des polygones opposant Brésil peuplé et Brésil « vide ». D’autres polygones situent les concentrations urbaines brésiliennes et sud-américaines par rapport aux mégalopoles mondiales ses densités aux extrêmes observés dans le monde.

Deux exemples, cercle et polygone

Dès que l’on dessine un polygone, le système donne une estimation de la population y est incluse. La première tentation est évidemment de vérifier la qualité des données en traçant une forme qui se rapproche le plus possible de celle du pays, pour vérifier si l’estimation de la population nationale est correcte. Dans le cas du Brésil elle l’est en effet puisque la population en 2015 y est de 202 millions d’habitants, très proche de celle calculée par l’Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE). De même, un cercle qui inclut la partie la plus peuplée du pays, dans le Sud Sud-Est (et du même coup une partie du Paraguay), donne une estimation de 130 millions d’habitants, qui paraît tout à fait plausible.

Figure 1 Exemples de polygone et de cercle

Régions

On peut ensuite parcourir les régions du pays et y tracer des cercles qui en évaluent la population, soit globalement soit pour certaines portions. Dans le cas de l’Amazonie, si l’on se centre sur la partie occidentale, la moins peuplée, on y trouve un peu plus de 7 millions d’habitants sur un peu moins de 3 millions de kilomètres carrés, ce qui lui donne une densité de 2,6 habitants au kilomètre carré même en incluant Manaus (2,1 millions d’habitants).

Figure 2 7,6 millions d’habitants en Amazonie

Le centre Ouest, qui inclut Brasilia et les régions pionnières où progresse la culture du soja, voit sa population estimée à 23 millions d’habitants sur presque 3 millions de kilomètres carrés, et donc une densité de huit habitants par kilomètre carré.

Figure 3 23 millions d’habitants dans le Centre Ouest

Le Nordeste a 54 millions d’habitants dans sa partie la plus peuplée, sur 1,5 million de kilomètres carrés, et donc une densité de 35,6.

Figure 4 54 millions d’habitants dans le Nordeste

Enfin, si l’on se centre sur ce qui peut être considéré comme le cœur du Brésil, en traçant un cercle qui inclue São Paulo, Rio de Janeiro et Brasilia, on y trouve près de 92 millions d’habitants sur un million de kilomètres, soit une densité de 83 habitants par km2.

Figure 5 91 millions d’habitants Cœur du Brésil

Brésil « plein » et Brésil « vide »

Comme cela est bien apparu en parcourant les différentes régions du pays, les masses de population et les densités de peuplement y sont très différentes. Si l’on essaie d’évaluer successivement la population du Brésil « plein », proche du littoral, et celle du Brésil « vide » (ou à peu près) qui se situe dans l’intérieur, on obtient dans le premier cas un total de 183 millions d’habitants sur un peu plus de 3 millions de kilomètres carrés (densité 56), dans l’autre presque 17 millions d’habitants sur un peu moins de 5 millions de kilomètres carrés, soit une densité de 3,5.

Figure 6 Brésil « plein »

Figure 7 Brésil « vide »

« Bananes »

Tracer des polygones pour estimer la population qui y est incluse permet aussi d’évaluer le poids démographique des principales agglomérations brésiliennes par rapport aux mégalopoles mondiales. La plus connue d’entre elles (décrite dans les années 1940 par Jean Gottmann, sous le nom de «Boswash » car elle s’étendait alors de Boston à Washington), aurait aujourd’hui (ou plutôt avait en 2015) selon GPW4 48,5 millions d’habitants.

Figure 8 « Boswash » 48 millions d’habitants

Son équivalent brésilien, restreint à l’axe Belo Horizonte-Curitiba en avait la même date 69 millions.

Figure 9 Belo Horizonte-Curitiba 69 millions d’habitants

Si l’on élargit le champ vers le Sud, de façon à aller de Boston Atlanta, on arrive dans le cas des États-Unis a 74,5 millions d’habitants…

Figure 10 Boston-Atlanta 74 millions d’habitants

… et dans le cas brésilien, en allant jusqu’à Porto Alegre, à 79 millions d’habitants et donc à des masses démographiques tout à fait comparables.

Figure 11 Belo Horizonte-Porto Alegre 79 millions d’habitants

Une autre mégalopole mondiale, celle qui se situe au centre de l’Europe et est désormais connue (depuis les travaux de Roger Brunet et du GIP Reclus) comme la « banane bleue » représente un total de 112,5 millions d’habitants.

Figure 12 La « Banane bleue », 112 millions d’habitants

Figure 13 La « Banane sud-américaine », 117 millions d’habitants

Si l’on lui cherche un équivalent qui associe le cœur du Brésil aux parties les plus peuplées de son continent, et que l’on trace une « banane sud-américaine » allant de Belo Horizonte jusqu’à Valparaiso (au Chili), on y trouve 117 millions d’habitants, là aussi un total tout à fait comparable mais sur une surface bien plus grande, 1 million de kilomètres carrés contre 310 000 km².

Densités extrêmes

On peut enfin, pour mettre le Brésil dans une perspective mondiale, chercher à le situer par rapport aux densités extrêmes de la planète. Les plus basses se trouvent, pour des cercles englobant environ 3 millions de kilomètres carrés, en Australie (112 000 habitants, densité 0,03), dans le Nord canadien (534 000 habitants, densité 0,19) ou en Sibérie (914 000 habitants, densité 0,3).

Figure 14 De 0 à 1 million d’habitants

Les plus basses densités sud-américaines, en Amazonie occidentale (8,6 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 2,8), ne se situent pas à ces niveaux extrêmes, mais plutôt à ceux de la Patagonie (3 millions d’habitants sur un peu moins d’un million de kilomètres carrés, densité 3), doubles de celles du Sahara (un peu moins de 5 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 1,5).

Figure 15 De 3 à10 millions d’habitants

À l’opposé, le cœur du continent sud-américain (de São Paulo à Buenos Aires) avec 111 millions d’habitants sur 2,2 millions de kilomètres carrés à une population et une densité (49) comparables à celle du centre du Mexique (117,4 millions d’habitants pour un million de kilomètres carrés, densité 78) ou du golfe persique (presque 129 millions d’habitants sur 2,7 millions de kilomètres carrés, densité 47).

Figure 16 De 110 à 120 millions d’habitants

Aucune densité brésilienne ne s’approche des records mondiaux que l’on peut trouver en Europe (372 millions d’habitants sur 2,1 million de kilomètres carrés, densité 176), et plus encore en Asie, que ce soit en Chine (1 065 000 000 d’habitants sur 2,9 millions kilomètres carrés, densité 367) en Inde (1 155 000 000 d’habitants sur 2,8 millions de kilomètres carrés, densité 407).

Figure 17 De 372 à 1 155 millions d’habitants

Au total, Gridded Population of the World (GPW4) est donc un outil utile et facile à utiliser, qui permet de parcourir le monde, d’y observer la répartition de la population et de mettre en perspective les situations de ses régions, que ce soit le Brésil, comme ici, ou de tout autre pays.

[1] http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/nasa-outil-quadrillage-demographique

[2] https://earthdata.nasa.gov/

La carte du crime à São Paulo, entre Suède et Afrique du Sud

Une enquête menée par la Folha de S. Paulo[1] analyse, quartier par quartier et rue par rue, le nombre de morts violentes dans la ville alors que les données gouvernementales permettent seulement de les connaître districts de police. L’analyse a été faite à partir de la base de données du gouvernement de l’État, qui recense des milliers de décès. Le critère adopté celui qui est utilisé à l’échelle internationale, il retient les homicides, les lésions corporelles suivies de décès et les vols suivis de décès, mais exclut les décès liés à des d’affrontements avec des policiers.

Pour localiser précisément les crimes, on a utilisé les adresses portées sur les constats, disponibles sur le site du Secrétariat d’État de la Sécurité Publique de São Paulo, en essayant d’éviter au maximum les doubles enregistrements. En raison de l’inexactitude des constats, il peut y avoir quelques duplications ou omissions mais le nombre global est similaire à celui de la SSP. La population utilisée pour calculer le taux de mortalité des districts est le recensement de l’IBGE de 2010 car il n’y a pas d’estimations récentes avec ce niveau de régionalisation.

Contrastes

Le Jardim Paulista, un des quartiers les plus chics de la ville, dans la zone ouest a pour ces catégories un taux de 1 décès pour 100 000 habitants. Un autre « jardin », bien moins chic, le  Jardim São Luís a eu pour sa part un taux de 16 décès par mort violente pour 100 000 habitants, soit deux fois la moyenne de la ville. Les quartiers violents se situent en grande partie dans le sud de la ville 9Figure 1) mais celui de Jaçanã (zone nord) apparaît dans une situation pire encore, avec 23 décès pour 100 000 habitants. Les districts centraux comme celui de la (la cathédrale) ont des taux qui dépassent 70 morts pour 100 000 habitants, mais ils ne reflètent pas la réalité de la région, car ils ont peu de résidents permanents (ce sont en grande partie des quartiers d’affaires), et l’indice ne tient pas compte de leur nombreuse population flottante qui y circule, comme celle de la Cracolândia (le « quartier du crack »), où les drogués sont souvent prêts à tout, même au crime, pour se procurer leurs doses.

Figure n° 1 Taux de morts violentes par district

Lieux dangereux

La répétition des crimes dans les mêmes endroits fait partie de la dynamique de la violence dans cette ville si marquée par les inégalités. La région qui comprend les quartiers Jardim São Luís, Capão Redondo, Jardim Angela, Campo Limpo et Grajaú, au sud-ouest, concentre 20% des morts violentes de toute la ville. Ce n’est pas par hasard que la route d’Itapecerica (figure 2), qui coupe la région, est la plus mortelle de la capitale, avec un total de 11 morts violentes en 12 mois, dont une forte proportion d’homicides. Les environs de l’Avenue Paulista en compte bien moins et les morts aux abords de la voie rapide Fernão Dias (qui mène à Belo Horizonte) sont principalement dus aux interventions policières.

Figure n° 2 Configurations locales de la violence

Source: Folha de S.Paulo/SSP

Les victimes sont pour la plupart jeunes (21% avaient entre 20 et 29 ans, 24% entre 30 et 39 ans), ont en général un niveau de scolarisation faible (37% niveau primaire, 16% niveau secondaire, 3% niveau supérieur), et les deux tiers meurent sur la voie publique. Le cas le plus fréquent est en effet un meurtre commis par des motards casqués, probablement liés à des groupe d’extermination, qui tirent et disparaissent sans laisser de traces. C’est le cas du policier Eduardo Alexandre Miquelino qui, à ses heures libres, circulait dans le quartier Capão Redondo en commettant des meurtres, il a été arrêté en 2015 et soupçonné d’avoir tué au moins 12 personnes.

Le gouvernement de l’État de São Paulo affirme que le nombre de décès violents a connu une « chute expressive », y compris dans les régions périphériques. « Les cas d’homicides intentionnels ont diminué de 17,74% et ont atteint le plus bas niveau pour la série historique commencée en 2001: 51 par mois, 11 de moins que les 62 comptabilisés en août de l’année dernière », indique une note du Secrétariat de la sécurité publique. En utilisant un critère différent de l’étude de la Folha, qui exclut les vols suivis par la mort, la SSP indique que les homicides ont chuté de 82% depuis 2001 dans la région qui comprend Jardim São Luís, Campo Limpo, Capão Redondo et Jardim Angela. Selon les comptes du gouvernement, le nombre de morts par 100 000 personnes dans cette région est passé de 88,71 à 13,26. En ce qui concerne le district de Jaçanã (zone nord), le secrétariat affirme que les décès ont diminué de 75% au cours de la même période, et la police militaire y a saisi des armes (2 700 en 2016) pour réduire les homicides et cherché à montrer au maximum sa présence, dans le but d’inhiber les actes de violence. Selon ses responsables le taux d’homicide est par ailleurs lié à des problèmes qui ne relèvent pas la police, tels que l’éducation, l’assainissement de base et les loisirs

Comparaisons nationales et internationales

De fait la situation de São Paulo est loin d’être la pire du pays, et l’on peut la mettre en perspective en comparant ses niveaux de violence à celle de pays étrangers.

Comme le montrait déjà une carte un billet précédent, « Images de la violence au Brésil »[2], São Paulo a en effet une situation moins grave que celle d’autres régions et villes du pays. La figure 3, fondée sur les données de l’« Atlas de la violence 2017 », publié par l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP), situe tant l’État que la ville dans les taux d’homicides les plus bas du pays. Pour cette dernière il est (avec 8,5 meurtres par 100 000 habitants), inférieur à la moyenne brésilienne (27) et à ceux d’autres capitales d’États, comme Curitiba (26), Porto Alegre (46,2), Manaus (52,8), São Luis (60,9) et Fortaleza (63,7).

Figure n° 3 Homicides par État et ville de plus de 100 00 habitants

L’indice IHA (Indice d’homicides d’adolescents) a été mis au point par l’Unicef, l’Observatoire des favelas et le Secrétariat national pour la promotion des droits de l’enfant et de l’adolescent du gouvernement fédéral[3]. Il est élaboré en utilisant les données sur les décès du Ministère de la Santé pour 2014, les dernières disponibles, et ne prend en compte que les 300 communes du pays (sur 5 570) de plus de 100 000 habitants. La croissance des taux qui est observée dans le pays s’explique en partie par une augmentation dans le Sudeste (qui croît en effet après une période de déclin jusqu’en 2011) et principalement dans le Nordeste qui a atteint 6,5, alors que le Sud a un taux de 2,3. C’est le Ceará qui a les taux les plus inquiétants notamment dans les quartiers les plus pauvres de Fortaleza, sa capitale, qui ont le pire IHA. L’État de São Paulo a le troisième indice le plus bas du pays (1,6), seulement supérieur à ceux du Roraima (1,4) et du Santa Catarina (0,9), et dans sa capitale l’IHA est de 2,2.

Figure n° 4 Indice d’homicides d’adolescents (IHA) en 2005 et 2014

Les comparaisons sont donc plutôt favorables à l’échelle nationale mais si l’on passe à l’échelle mondiale elles le sont beaucoup moins : l’indice de morts violentes de São Paulo est plus élevé que celui de pays comme la République démocratique du Congo, ou la Colombie, deux pays qui ont connue ou connaissent encore des guerres civiles. C’est ce que montre le graphique de la Folha de S. Paulo qui compare la « température » des quartiers de São Paulo à ceux de pays étrangers, de la Suède à l’Afrique du Sud (dont les valeurs sont reprises pour les limites de classe de la figure 1).

Figure n°  5 Violences à São Paulo et dans le monde

São Paulo a bien des quartiers où le niveau de violence est proche de ceux de l’Europe, comme le Jardim Paulista, un quartier aisé de l’ouest qui a un taux de mortalité violente de 1 pour 100 000 habitants, semblable à celui de la Suède. Si l’on s’en tient aux crimes entraînant des décès, 33 des 96 districts de la ville ont des taux inférieurs à ceux des États-Unis (4,8).Mais Jaçanã (zone nord), avec 23 décès par 100 000 habitants, a un taux plus haut que celui du Mexique, en proie à une véritable guerre entre les trafiquants de drogue.

Figure n°  6 Homicides dans le monde

La situation globale est donc loin d’être satisfaisante. Même si la situation de São Paulo s’est améliorée, le Brésil est un des pires pays au monde selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales, 2013, il arrivait avec un peu plus de 40 000 morts à peu près à égalité avec l’Inde (dont la population est six fois plus nombreuse) mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. En calculant le nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 au 10e rang mondial, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), le Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9).

Des données plus récentes sont plus inquiétantes encore : selon le forum brésilien sur la sécurité publique en 2015, 58 000 personnes ont été tuées dans le pays (en moyenne une toutes les neuf minutes). Plus de gens ont été assassinés au Brésil entre 2010 et 2014 (279 000) que dans des pays en guerre, comme la Syrie (256 000)…

Tableau 1 : Les pays les plus violents au monde

Pays Nombre d’homicides

2013

Taux par

100 000 hab.

2013/2014

Brésil 40 974 24,6
Inde 40 752 3,2
Mexique 25 757 15,7
Éthiopie 20 239 8
Nigeria 18 422 10
Afrique du Sud 15 940 33
Colombie 15 459 27,9
Russie 14 574 9,5

*Taux d’homicide par pays selon la dernière année disponible selon l’UNODC. Source : Office des Nations unies contre la drogue et le crime 2015

Cette réalité tragique ne paraît pourtant pas être une préoccupation majeure pour les pouvoirs publics et pour l’opinion brésilienne, qui semblent la considérer comme une sorte de fatalité. Reste à espérer qu’une prise de conscience se produira et mènera l’ensemble de la société à prendre les mesures nécessaires pour réduire ce fléau.

[1] Artur Rodrigues, Raphael Hernandes, Daniel Mariani et Marlene Bergamo, Folha de S. Paulo, 9/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2017/10/1925481-mapa-da-morte-em-sp-vai-da-suecia-ate-o-mexico-locais-dos-crimes-se-repetem.shtml

[2] https://braises.hypotheses.org/1240

[3] http://www.crianca.mppr.mp.br/arquivos/File/publi/obs_favelas/iha_2014.pdf

Le Brésil dans le monde et ses inégalités

La publication de données récentes, dans divers domaines, permet de produire ou mettre à jour des images qui aident à situer le Brésil dans le monde et de mesurer ses inégalités internes. Les premières portent sur le commerce extérieur (elles montrent que le Brésil est dans une situation intermédiaire entre les pays les plus avancés et les plus pauvres), et sur les flux aériens de passagers entre lui et le reste du monde. À l’intérieur du pays les mêmes flux aériens de passagers, mais cette fois sur les lignes intérieures, montrent bien les lignes de force du pays et aident à mesurer les inégalités de poids entre les villes. Celles-ci sont confirmées par une analyse cartographique de la localisation des régions où se concentrent les familles les plus riches du pays, tandis que les données sur la distribution de la population par commune en 2016 et son évolution depuis 2000 font ressortir les régions en perte de vitesse et la marque front pionnier qui avance vers le nord amazonien.

Le Brésil et le monde

Le commerce extérieur du Brésil montre bien les orientations de ses échanges, leurs évolutions récentes et la place du pays dans le monde d’aujourd’hui. Les partenaires principaux sont les voisins du Mercosul (principalement l’Argentine), les États-Unis, l’Europe, et de plus en plus la Chine, dont le poids était naguère très limité. Elle a aujourd’hui largement dépassé le Japon comme principal partenaire asiatique, grâce à ses achats massifs de minerai de fer, de soja, de viande et de sucre, en échange d’une foule de produits manufacturés, des plus banals (textiles de bas de gamme) aux plus sophistiqués (électro-ménager et informatique).

Le solde est néanmoins positif pour le Brésil, comme il l’est avec la Russie, plusieurs pays du Moyen Orient (le Brésil ayant acquis son autosuffisance en pétrole) et avec ses voisins d’Amérique du Sud, à l’exception de la Bolivie (à qui il achète du gaz sans pouvoir lui vendre beaucoup en échange en raison de sa faible population et plus encore de son faible pouvoir d’achat). En revanche les soldes sont négatifs avec les États-Unis et l’Europe, qui vendent au Brésil des produits à haute valeur unitaire et lui achètent principalement des minerais et des denrées agricoles, à la notable exception des avions de l’Embraer.

Le Brésil a donc une position spécifique dans la division internationale du travail, il a un solde positif avec les pays moins développés que lui en Amérique du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient, et des soldes négatifs avec les grandes puissances économiques. Cela signifie qu’il occupe une position intermédiaire entre les pays développés du « centre » (auxquels il achète des produits manufacturés, ainsi que des services, qui n’apparaissent pas ici, et vend des produits primaires), et les pays plus périphériques que lui (voisins sud-américains, producteurs de pétrole d’Afrique et du Moyen-Orient), auxquels il vend des biens manufacturés et achète des produits primaires, ce qui reflète sa position intermédiaire entre « Sud » et « Nord ».

Figure 1 Le commerce extérieur brésilien en 2016

Une autre façon de jauger la place du Brésil dans le monde est d’observer les flux aériens qui y mènent ou en viennent. Parmi les compagnies aériennes brésiliennes, seules deux (TAM et Gol) ont des réseaux internationaux, dont le dessin souligne les régions du monde avec lesquelles le Brésil entretient les échanges les plus denses. Toutes les deux privilégient nettement trois directions : les pays voisins d’Amérique du Sud, l’Europe et les États-Unis. En des temps plus fastes, la Varig (qui entretemps a fait faillite) avait des lignes vers le Japon, via la Californie, vers Bangkok, via l’Afrique du sud, vers l’Angola et le Nigeria mais ces temps de gloire sont désormais révolus et le pragmatisme a amené les compagnies survivantes à se concentrer sur les lignes les plus fréquentées par les clients brésiliens, et donc les plus rentables.

Heureusement, bon nombre de compagnies étrangères desservent le Brésil, issues des pays avec lesquels elle entretient des relations anciennes (voisins sud-américains, États-Unis, Japon et Europe), mais aussi de ceux avec lesquels ses échanges se sont plus récemment développés, notamment la Chine, les Émirats Arabes unis et la Turquie. La Turkish Airlines dessert au passage le Sénégal, ce qui atténue un peu le vide africain, les liaisons avec ce continent, censé tenir une place-clé dans la diplomatie brésilienne, se résumant á une ligne vers l’Angola et une vers l’Afrique du Sud, l’une et l’autre tenue par des compagnies étrangères.

Figure 2 Flux internationaux de passagers en 2016

Inégalités brésiliennes

L’observation des flux aériens de passagers à l’intérieur du pays révèle les lignes de forces du territoire car les déplacements de ceux qui peuvent prendre l’avion afin de se rendre dans d’autres villes pour régler leurs affaires, publiques et privées, donne une bonne idée des échanges entre elles. La figure 3 comporte deux éléments : d’une part les flux entre les 27 États de la fédération (en rouge) et d’autre part la localisation des principaux aéroports (en vert).

Le dessin ne reflète pas exactement la réalité puisque les États sont reliés « à vol d’oiseau », de centre (géométrique) à centre, sans tenir compte de la localisation des aéroports (mais les carrés verts qui les représentent sont bien à leur place) ni des couloirs aériens qui existent dans certaines régions du pays (mais pas dans d’autres, où les pilotes ont la liberté de couper au plus court). Les flux principaux sont toutefois clairs, les plus importants sont de loin ceux qui accompagnent la direction du littoral, de la frontière méridionale jusqu’à Recife, et notamment ceux qui relient entre elles les villes du Sudeste et du Sud, ils apparaissent comme la « colonne vertébrale » du pays. Si l’on y ajoute l’axe secondaire qui longe le littoral plus au nord, puis la vallée de l’Amazone, il rassemble l’essentiel des liaisons aériennes du pays

Mais si l’organisation spatiale du trafic aérien reflète dans l’ensemble la logique de l’organisation territoriale brésilienne – et de ce fait la renforce – il permet aussi, par sa capacité à s’affranchir partiellement des distances et des obstacles, de faire émerger d’autres axes. C’est notamment le cas des faisceaux des flux, qui relient São Paulo et Brasília au nord amazonien, Pará, Amazonas, Rondônia (via Cuiabá), et Acre. Cet éventail de lignes structurant les échanges du Nord du pays vers la capitale politique mais surtout vers la capitale économique du pays a sans nul doute été un des moyens majeurs de la « capture » de tout le Centre-Ouest et de l’Amazonie, au moins de l’Amazonie occidentale, dans la zone d’attraction pauliste.

Figure 3 Flux internes de passagers en 2016

Ce dessin des flux aériens reflète bien la centralisation économique et politique du pays. Le trafic des vingt premiers aéroports en 2016 démontre la prédominance écrasante de São Paulo, dont les deux aéroports, Guarulhos (l’aéroport international, situé hors de la ville) et Congonhas (l’ancien aéroport, désormais inclus dans le tissu urbain mais maintenu en activité pour le trafic intérieur, d’affaires notamment), se situent en tête de liste, et de très loin, avec respectivement 36,6 et près de 21 millions de passagers.

La capitale, Brasília ne vient qu’ensuite, et même derrière Rio de Janeiro si l’on totalise les deux aéroports de la cidade maravilhosa, l’international du Galeão (rebaptisé du nom du musicien Tom Jobim, père de la bossa nova,) et le national, Santos Dumont. Plus bas sur la liste viennent, sans surprise, les grandes capitales régionales, avec une prime à celles qui bénéficient de flux touristiques, comme Salvador de Bahia, Recife ou Fortaleza, dans le Nordeste. La seule ville de la liste qui ne soit pas une capitale d’État est Campinas, située à 100 km de São Paulo et qui fonctionne de fait comme son troisième aéroport.

Aéroport Passagers en 2016 État
São Paulo Guarulhos 36 596 326  São Paulo
São Paulo Congonhas 20 816 957  São Paulo
Brasília Juscelino Kubitschek 17 947 153  Distrito Federal
Rio de Janeiro Galeão 16 103 011  Rio de Janeiro
Belo Horizonte Confins 9 638 798  Minas Gerais
Campinas Viracopos 9 325 252  São Paulo
Rio de Janeiro Santos Dumont 9 065 905  Rio de Janeiro
Porto Alegre Salgado Filho 7 648 743  Rio Grande do Sul
Salvador Luís Eduardo Magalhães 7 526 358  Bahia
Recife Guararapes 6 811 676  Pernambuco
Curitiba Afonso Pena 6 385 838  Paraná
Fortaleza Pinto Martins 5 706 489  Ceará
Florianópolis Hercílio Luz 3 536 435  Santa Catarina
Belém Val-de-Cans 3 282 513  Pará
Vitória Eurico de Aguiar Salles 3 120 166  Espírito Santo
Goiânia Santa Genoveva 3 016 798  Goiás
Cuiabá Marechal Rondon 2 840 559  Mato Grosso
Manaus Eduardo Gomes 2 651 452  Amazonas
Natal Governador Aluízio Alves 2 316 349  Rio Grande do Norte
Maceió Zumbi dos Palmares 1 995 069  Alagoas

En termes de zones de desserte, les situations des États sont aussi bien différentes. Ici encore São Paulo se détache, avec un nombre de liaisons qui est près du double de celles de Rio de Janeiro, et qui lui donnent un rayonnement réellement national. Brasília a connu une forte croissance récente grâce à sa position centrale, qui en fait un hub de fait, car bien des liaisons de région à région transitent par elle, et lui apportent des flux de transit qui s’ajoutent à ceux des politiciens et des solliciteurs « montant » vers la capitale. C’est pourtant vers et depuis São Paulo que les déplacements sont les plus nombreux, et tant le Minas Gerais que le Rio Grande do Sul ainsi que – à une échelle plus limitée, le Pará amazonien alimentent principalement des flux vers cette ville, bien plus que vers Rio de Janeiro.

Figure 4 Flux de passagers des principaux États en 2016

Les flux aériens reflètent donc (et dans une certaine mesure alimentent) les très fortes inégalités régionales (entre régions riches du Sudeste et du Centre-Ouest et régions pauvres d’Amazonie et du Nordeste), elles-mêmes reliées aux inégalités sociales qui sont une des caractéristiques marquantes, et l’un des problèmes majeurs, du pays.

La figure 5 apporte trois informations différentes grâce au recours à trois types de représentation cartographique: l’anamorphose déforme le fonds de carte des microrégions en donnant à chacune la taille qu’elle « mérite » en fonction de son nombre de foyers dont les revenus sont supérieurs à 10 fois le salaire minimum. La couleur affectée à ce fonds ainsi déformé correspond à la proportion de ces foyers dans le total de ceux de la microrégion, la nuance de vert étant d’autant plus forte que cette proportion est élevée. Et finalement le « camembert »[1] centré sur chaque microrégion indique la part des tranches de revenus visés, de 10 à 15 salaires minimums, de 15 à 20 salaires minimums et plus de 30 fois le salaire minimum. Il souligne la concentration des familles aisées dans les grandes villes, en particulier à Rio de Janeiro et à São Paulo en nombre absolu, et en proportion à Brasilia, où le District fédéral est de taille limitée et n’inclut pas les périphéries pauvres qui marquent les autres grandes métropoles.

Figure 5 Où sont les riches ?

Une des composantes évidentes des disparités démographiques du pays est la très nette opposition entre les régions littorales et intérieures, qui reflète aujourd’hui encore les effets du processus de colonisation et de peuplement du territoire, menée depuis la côte: les premières sont densément peuplées alors que les secondes ne sont pour la plupart que très faiblement occupées. Même les zones de concentration sont irrégulières, jusque dans des États très peuplés apparaissent de vides importants, seuls São Paulo, le Paraná, Rio de Janeiro et quelques petits États côtiers voient leur territoire occupé de façon continue. Dans le reste du territoire la répartition de la population est étroitement corrélée avec les réseaux de transport, voies navigables dans la haute Amazonie mais surtout et de plus en plus routes de desserte régionale et nationale. Dans le Sud-Est elles ont remplacé les chemins de fer naguère construits pour exporter les produits de l’intérieur, notamment le café de São Paulo, on en voit encore la trace dans les chapelets de villes alignées au long de leur tracé

En Amazonie méridionale et orientale ce sont les routes ouvertes pour l’amarrer au reste du pays et lui ouvrir ses ressources qui ont commandé la localisation des villes pionnières, qui ici aussi s’alignent au long de leur tracé, que ce soir celui des routes Belém-Brasília ou Cuiabá-Santarém (Nord/Sud), de la Transamazonienne (Est/Ouest) ou des pénétrantes Sud-est/Nord-ouest) comme la BR364 Cuiabá-Porto Velho.

Une modeste correction est toutefois apportée par l’évolution récente de la population, comme le montre la figure 6, construite sur la base des données officielles sur la population de chaque commune en 2016. L’IBGE (institut brésilien de géographie et statistiques) a en effet l’obligation de calculer et de publier annuellement ce chiffre au Journal Officiel, une mesure qui a été adoptée essentiellement à la demande des autorités locales, qui se plaignaient de n’avoir des données officielles du recensement de tous les dix ans alors que les évolutions intermédiaires pouvaient être rapides, ce qui avait pour elles des effets fâcheux puisqu’une bonne partie des subventions et transferts est liée aux effectifs de population dans chaque commune.

Entre 2000 et 2016 les – rares – cas de diminution concernent pour l’essentiel des régions rurales proches du littoral, dans le Nordeste, et des frontières, dans l’extrême Sud. On en trouve toutefois aussi en Amazonie, soit dans des vielles régions de l'”Amazonie des fleuves” en perte de vitesse par rapport à l'”Amazonie des routes”, soit dans des régions que où le front de conquête est stabilisé et d’où les pionniers repartent de l’avant, comme en Rondônia et sur la Transamazonienne. À l’opposé, les progressions les plus rapides (de +50 à +281%) signalent les fronts pionniers encore actifs, au long de l’« arc du déboisement » et dans l’extrême Nord, et dans les périphéries des grandes métropoles, Rio, São Paulo et Brasília-Goiânia.

Figure 6 Répartition et évolution de la population des communes entre 2000 et 2016

Cette brève analyse permet donc souligner de mettre en évidence deux conclusions. D’une part que le Brésil dispose de statistiques de qualité, rassemblées et traitées par des organismes publics directement intéressés à les produire et à les utiliser, en l’occurrence le ministère du commerce extérieur, l’agence nationale de l’aviation civile et l’institut national de géographie et statistique. Il est à noter que ces données sont mises à disposition librement, gratuitement et à échelle fine sur Internet, ce qui est loin d’être le cas dans beaucoup de pays du monde, France comprise. Et d’autre part que le Brésil, bien que se hissant progressivement au rang de pays émergent, voire émergé, continue à être un pays très marqué par de profondes inégalités entre régions riches et pauvres, régions côtières consolidées et régions pionnières intérieures encore en cours de formation.

[1] On notera que (différence de références culturelles oblige) cette représentation graphique porte au Brésil le nom de « pizza »…

Images de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) a lancé en juin 2017 l’« Atlas de la violence 2017 », produit en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP). L’ouvrage, qui analyse les homicides au Brésil, a été présenté sur son site le 5, les sources utilisées pour l’étude sont les données de mortalité du Système d’information (SIM), le ministère de la Santé, pour les années2005-2015, et l’information tirée des dossiers de police publiés dans le 10e Annuaire brésilien de la Sécurité publique du FBSP.

L’Atlas compile et commente de nombreuses statistiques, mais offre peu de cartes, principalement à l’échelle du Brésil par États. Cependant, puisque l’Atlas est disponible en ligne (gratuitement) en format .pdf, il est a été possible d’en extraire les données et de les cartographier de façon plus complète.

Les données

Les données compilées par l’Atlas sont effrayantes. Le Brésil a enregistré en 2015, 59 080 homicides, alors qu’en 2005 ils n’étaient “que” étaient 48 136, soit une augmentation de 22,7%. Cela représente 160 morts violentes par jour, l’équivalent du nombre de passagers d’un Airbus A320 ou d’un Boeing 727-100 : imaginons la consternation et les réactions dans le pays si l’un de ces avions tombait tous les jours, tuant tous leurs passagers …

L’étude analyse les chiffres absolus et les taux d’homicides par 100 000 habitants (l’indicateur internationalement reconnu pour les comparaisons) entre 2005 et 2015. Pour le Brésil dans son ensemble le taux était de 28,9 et l’Atlas détaille les données par région, État fédéré et communes de plus de 100 000 habitants. Notons que 2% des communes (111) ont représenté en 2015 la moitié des cas de meurtre dans le pays, et que 10% d’entre elle (557) concentrent 76,5% de tous les décès.

Les États qui ont plus que doublé leur taux de meurtre dans la période analysée sont situés dans les régions du Nord et du Nord-Est, le pire cas étant le Rio Grande do Norte avec une augmentation de 232% (44,9 en 2015 contre 13,5 en 2005). Viennent ensuite Sergipe (134,7%) et le Maranhão (130,5%). Heureusement, il y a aussi des développements plus favorables, Pernambuco et l’Espirito Santo ont réduit leur taux de 20% et 21,5%, mais les réductions les plus importantes ont été dans le Sud-Est, à São Paulo, le taux a chuté de 44,3% (de 21 9 à 12,2) et à Rio de Janeiro, de 36,4% (48,2 à 30,6).

Les communes les plus et les moins violentes

La seule analyse isolée des taux d’homicides peut cacher le véritable niveau d’agression meurtrière par des tiers dans une commune. Un des exemples est Barreiras (Bahia), où a été enregistré un seul homicide en 2015, ce qui mettrait la ville parmi les plus paisibles du pays. Cependant, il y a eu aussi à Barreiras cette année-là 119 morts violentes de causes indéterminées (MVCI), un taux de 77,3 par 100 mille habitants, ce qui met la ville parmi les communes les plus violentes.

C’est pourquoi, pour établir la liste des communes les plus les moins violentes du Brésil en 2015, l’étude a porté à la fois sur les décès dus à l’agression (homicide) et sur les morts violentes de causes indéterminées (MVCI): Altamira, dans le Pará, est alors en tête, avec un taux de 107, viennent ensuite Lauro de Freitas (Bahia, 97,7), Nossa Senhora do Socorro (Sergipe, 96,4), São José de Ribamar (Maranhão, 96,4) et Simões Filho (Bahia, 92,3). Dans l’ensemble, les régions du Nord et du Nord-Est représentent 22 communes sur les 30 plus violentes en 2015 et parmi les 30 les plus paisibles, 24 sont des communes du Sud-Est. Cependant, les deux premières sur la liste sont situées dans l´État de Santa Catarina: Jaragua do Sul (3,7) et Brusque (4,1). Viennent ensuite Americana (4,8) et Jau (6.3), dans l’État de São Paulo, Araxa (Minas Gerais, 6,8) et Botucatu (São Paulo, 7,2).

Profil des victimes

Les victimes sont pour la plupart des jeunes entre 15 et 29 ans : plus de 318 000 d’entre eux ont été assassinés au Brésil entre 2005 et 2015, rien qu’en 2015 ont été commis 31 264 meurtres de personnes de cet âge. En ce qui concerne les États, il apparaît une grande disparité, alors qu’à São Paulo ce nombre a chuté de 49,4% dans les onze ans, dans le Rio Grande do Norte le taux d’homicides chez les jeunes a augmenté de 292,3%. Les jeunes hommes continuent d’être les principales victimes, ils représentent plus de 92% des homicides. En Alagoas et dans le Sergipe le taux d’homicides des jeunes hommes a atteint respectivement 233 et 230,4 par 100 000 habitants en 2015.

Sur 100 personnes tuées au Brésil, 71 sont noirs. Selon les informations fournies par l’Atlas les Noirs ont 23,5% plus de risque d’être assassinées que les Brésiliens d’autres couleurs de peau, après actualisation des effets de l’âge, de l’éducation, du sexe, de la situation matrimoniale et du lieu de résidence.

Les données sur les décès dus à l’intervention de la police ont deux sources : la base de données SIM donne des chiffres sur ceux qui ont été liés aux « interventions légales et opérations de guerre » (942) et celle du FBSP en compte 3 320 dans tout le pays. Les États qui ont connu le plus de meurtres de ce genre selon le SIM en 2015 ont été Rio de Janeiro (281), Sâo Paulo (277) et Bahia (225). Selon les données FBSP ont été enregistrés dans l’État de São Paulo 848 décès dus à l’action de la police, 645 à Rio de Janeiro et 299 à Bahia.

Les cartes

Pour compléter le travail effectué par l’IPEA et le FBSP on peut d’abord le mettre dans le contexte mondial. Il convient de noter que, pour les meurtres, le Brésil est l’une des pires situations parmi les pays du monde, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales (2013), il était (avec un peu plus de 40 000 morts) pratiquement à égalité avec l’Inde (qui a une population six fois plus nombreuse), mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Cependant, si l’on fait le calcul du nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 à la 10ème place, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), El Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9). Cependant, dans l’ensemble, plus de gens meurent assassinés au Brésil que dans les pays en guerre : en Syrie 256 000 personnes sont mortes en quatre ans, et 279 000 Brésil …

Figure 1 Homicides dans le monde

Source: http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/VC.IHR.PSRC.P5/countries

À partir des données par État publiées par l’IPEA, ont été préparés trois cartes analytiques et une carte synthétique (Figure 2). Les cartes d’analyse montrent les fortes proportions de décès causés par des armes à feu et de jeunes dans le total des homicides, en particulier dans le nord-est, et celle l’une des causes les plus troublantes de décès, l’intervention de la police (en service ou hors service), qui met en évidence le cas de Rio Grande do Norte.

La carte synthétique, réalisée en utilisant la technique de classification hiérarchique ascendante (dite aussi analyse de cluster) groupes les États en fonction d’un certain nombre de critères décrits dans l’Atlas. Cette analyse permet de dégager cinq profils, chacun caractérisé par le fait que le groupe est pour chacun d’entre eux au-dessus de la moyenne globale (barre de couleur vers la droite) ou au-dessous (barre vers la gauche), la longueur de la barre indiquant la façon dont le groupe diffère de moyenne pour ce critère. La taille des cercles sur chaque État est proportionnel au nombre d’homicides et sa couleur indique à quel groupe il appartient.

  • Le profil 4 (cercles jaunes sur la carte), qui comprend neuf États, en particulier du Sud et du Sud-Est, est au-dessous la moyenne pour tous les critères.
  • Profil 1 (cercles rouges sur la carte), qui regroupe sept États, est proche de la moyenne, généralement un peu en dessous, sauf pour le taux global, les victimes non-noires, les femmes et les femmes non-noires.
  • Le profil 2 (cercles bleus sur la carte), sept États, dont quatre dans le nord-est, est au-dessous de la moyenne pour les victimes non noires et les femmes non noires, mais bien au-dessus de la moyenne pour le taux général, les taux de jeunes, d’hommes jeunes, de noirs, de femmes, de femmes noires, l’utilisation d’armes à feu et le pourcentage d’utilisation de celles-ci dans les meurtres. C’est l’une des situations les plus préoccupantes.
  • Le profil 3 (cercle vert sur la carte) concerne un seul État, le Roraima, qui est bien au-dessus de la moyenne pour les victimes non noires, les femmes et les femmes non noires.
  • Le profil 5 (cercles roses sur la carte), est spécifique de deux états, Alagoas et Sergipe, il est au-dessus de la moyenne pour tous les critères, sauf les victimes non noires et les femmes non noires.

Figure 2 Homicides au Brésil, une synthèse

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

Enfin, la figure 3 cartes regroupe et cartographie des données qui restent sont séparées dans l’Atlas, les taux d’homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitants. Les gammes de couleurs qui classent les États et les communes en quatre niveaux de taux d’homicides par 100 000 habitants représentés par quatre nuances – d’intensité croissante – sont volontairement les mêmes (en dehors du minimum et maximum) pour pouvoir observer les écarts qui se produisent entre la situation générale chaque État et celles de certaines de ses grandes villes (la taille du cercle est proportionnelle au nombre d’homicides dans la commune).

  • Pour certains États, en particulier Santa Catarina et São Paulo, le taux général de l’État et ceux des grandes villes sont faibles – par rapport à la moyenne nationale – ce qui se traduit par de cercles clairs dans États de couleurs claires (moins de 16,65 d’homicides 100 000 habitants).
  • Une deuxième catégorie est formée par les États du Sud et du Sud-Est (plus l’Acre et le Piauí), aux couleurs un peu plus fortes (16,55 à 32,30 et de 32,30 à 51,40 homicides par 100 000 habitants) qui comprend les villes aux couleurs plus foncées (51,4 homicides par 100 000 habitants), comme les régions métropolitaines de Curitiba, Porto Alegre, Belo Horizonte et principalement Rio de Janeiro.
  • La troisième catégorie se compose des États de la troisième catégorie (32,2 à 51,4 homicides par 100 000 habitants), tous du Nord et du Nord-Est, plus l’Espírito Santo, et deux États de la quatrième catégorie (plus de 51,4 homicides par 100 000 habitants), l’Alagoas et le Sergipe. Notons que presque toutes les grandes villes sont dans des situations encore pires, généralement dans une plage dont le maximum dépasse largement le maximum enregistré pour les États (jusqu’à 105,2 homicides par 100 000 habitants contre 58,10). Se détachent ici – a tragiquement – les cas de Fortaleza, Salvador et Manaus, ainsi que – dans une moindre mesure – Belém, São Luís, Recife et João Pessoa. En dehors des grandes villes littoral apparaît également un groupe de six communes situées dans le « bec de perroquet » et au long de la Transamazonienne, aux confins du Pará, du Maranhão et du Tocantins.

Figure 3 Homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitantes

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

En dehors de ce dernier cas (une région de conflits fonciers aigus), c’est évidemment dans les communes les plus peuplées, et en particulier dans leurs quartiers les plus pauvres, que les pires situations se produisent. L’Atlas fournit un diagnostic clair, et les cartes tirées de ses données le rendent encore plus évident. L’un et les autres sont à la disposition des forces de l’ordre et des autorités politiques, des ONG humanitaires et qui défendent les droits humains, des médias et de la population, la victime constante de cette violence. Nous savons maintenant où devraient se concentrer les efforts visant à réduire progressivement ce niveau de violence inacceptable.