Archives par mot-clé : démographie

L’Antiquité survit dans les prénoms brésiliens

Heródoto Barbeiro est journaliste, présentateur du journal de la chaîne brésilienne de télévision Record News. Temístocles Américo Corrêa Cezar est professeur à l’Université Fédérale de Rio Grande do Sul. Diógenes Salsas Alves est chercheur à l’Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE, Institut National de Recherches Spatiales), Deocleciano Bittencourt Rosa est professeur à l’Université Fédérale du Mato Grosso, Julio Cesar Suzuki à l’Université de São Paulo (USP).

Le prénom du premier cité est un hommage au savant grec du IVe siècle avant Jésus Christ considéré comme le « Père de l’Histoire » . Celui du deuxième  se réfère à Thémistocle (v. 524 – 459 av. J.C.), homme d’État et stratège athénien, qui joua un rôle déterminant dans la victoire grecque lors de la deuxième guerre médique. Dioclétien (Caius Aurelius Valerius Diocletianus Augustus (244-311), était un empereur romain qui régna de 284 à 305. Diogène de Sinope, également appelé Diogène le Cynique (Sinope v. 413 – Corinthe, v. 327 av. J.C.), était un philosophe grec et le plus célèbre représentant de l’école cynique. Il n’est pas nécessaire de présenter Jules César (Caius Iulius Caesar), né à Rome en 100 av. J.-C. et mort le 15 mars 44 av. J.C., aux ides de mars, dans la même ville).

Qui vit au Brésil après avoir « fait ses humanités » grecque et latine remarque avec plaisir cette présence de prénoms issus de l’Antiquité, mais la nouveauté est qu’on peut maintenant la quantifier grâce à une recherche publiée en avril 2016 par l’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique), Nomes no Brasil. Elle analyse les prénoms de tous les résidents du pays, collectés lors dernier recensement démographique, en 2010. La liste compte 130 348 noms différents (pour un peu moins de 200 millions de personnes), et recense les prénoms les plus communs pour chaque décennie depuis 1930, permettant savoir ce qui était à la mode ou pas dans chaque période. L’information est organisée par sexe, États et communes, et un site spécifique permet d’interroger la base de données prénom par prénom[1].

Figure 1 Le site Nomes no Brasil

nomes-do-brasil

Sans surprise, le prénom le plus fréquent est Maria, c’est celui de 11,7 millions de brésiliennes. C’est plus du double du prénom masculin le plus porté, Joseph (José). Suivent, dans le même registre religieux de personnages bibliques, saints et évangélistes, Anne (Ana), Jean (João), Antoine (Antônio), François (Francisco), Charles (Carlos), Paul (Paulo), Pierre (Pedro), Lucas, Louis (Luíz) et Marc (Marcos), comme le montre le tableau 1.

Tableau 1 Les prénoms les plus fréquents

Nom Fréquence Pourcentage Ranga Étatb Tauxc

.

Maria 11.734.129 6,41 1 PI 11.645,19
José 5.574.529 3,14 2 AL 7.961,53
Ana 3.089.858 1,69 3 CE 2.154,84
João 2.984.119 1,63 4 RN 2.284,17
Antônio 2.576.348 1,41 5 CE 3.541,58
Francisco 1.772.197 0,97 6 CE 6.155,41
Carlos 1.489.191 0,81 7 RJ 1.194,59
Paulo 1.423.262 0,78 8 RS 1.014,19
Pedro 1.219.605 0,67 9 DF 830,57
Lucas 1.127.310 0,62 10 DF 749,29
Luiz 1.107.792 0,61 11 RJ 802,10
Marcos 1.106.165 0,6 12 RJ 703,72

a-Rang de popularité, du plus au moins populaire.

b- État de fréquence maximum du prénom. c- par 100 000 habitants

Les noms antiques ne figurent pas dans cette tête de liste de 12 noms, mais le premier d’entre eux n’est pas si loin puisque Philippe se classe au 18e rang, suivi par Juliana au 29e, Fábio au 32e, Léandro au 39e, Camila au 43e, Alexandre au 51e (mais il serait bien plus haut si on y ajoutait les variantes masculines et féminines), etc.

Les prénoms antiques les plus fréquents

Tableau 2 Les prénoms antiques les plus fréquents

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Felipe 615.924 18 SP 447,49 Alessandra 243.633 121 RJ 197,48
Adriana 567.968 28 SP 363,10 Flávia 233.904 128 RJ 182,00
Fábio 547.965 32 SP 371,30 Caio 227.778 134 RJ 189,08
Juliana 534.706 29 RJ 392,22 Helena 197.591 162 PR 138,01
Leandro 509.248 39 RJ 338,12 Hélio 137.525 221 MG 109,85
Camila 471.559 43 SP 319,27 Moises 124.697 120 AM 136,74
Alexandre 444.097 51 RJ 383,96 César 118.934 260 RS 106,90
Júlia 431.842 54 SP 310,25 Juliano 115.736 266 RS 184,07
Claúdia 359.494 66 RJ 333,43 Augusto 105.177 292 RS 74,60
Claúdio 352.031 71 RJ 274,05 Alexandro 76.950 379 PE 69,08
Adriano 338.315 79 SC 215,43 Diana 74.947 392 RR 81,91
Júlio 336.030 81 RJ 242,28 Romulo 53.192 232 AP 82,15
Mário 269.379 107 AM 222,19 Emilia 51.734 526 PR 42,98
Flavio 265.201 56 RJ 181,62 Íris 50.228 537 SE 51,89
Cícero 248.627 118 AL 1019,77

 

La plupart des porteurs de ces prénoms n’ont probablement pas conscience de leur origine antique, à commencer par les 615 924 Philippes qui perpétuent le souvenir de plusieurs rois de Macédoine amateurs de cavalerie militaire, comme l’indique l´étymologie de Phílippos (« qui aime les chevaux »). Le plus connu est Philippe II (né en 382 av. J.-C. et mort assassiné en 336 av. J.C.), fit de la Macédoine la plus grande puissance du monde grec. Père d’Alexandre le Grand il a été, selon le philosophe péripatéticien Théophraste, « le plus grand des rois de Macédoine, non seulement par sa fortune, mais encore par sa sagesse et sa modération ».

Figure 2 Monnaie à l’effigie de Philippe de Macédoine

philippe-de-macedoine-bgr_354105

Ce monnayage avec le cavalier passant aurait débuté après la victoire des chevaux de Philippe aux Jeux Olympiques (348 AC.). http://www.cgb.fr/macedoine-royaume-de-macedoine-philippe-ii-tetradrachme,bgr_354105,a.html

Il en va probablement de même pour les noms suivants de la liste des prénoms les plus fréquents, qui font survivre à dix mille kilomètres de distance la mémoire d’hommes et de femmes morts depuis plus de deux mille ans.

Juliana/o

Ce prénom qui a une version féminine et une version masculine (534 706 porteuses et 115 736 porteurs) renvoie à la dynastie julio-claudienne (14-68) qui compta, après Auguste (27 av. J.C.-14 apr. J.C., 105 177 prénoms au Brésil), les quatre empereurs qui lui succèdent: Tibère (14-37, 1 660 prénoms), Caligula (37-41, aucun prénom), Claude (41-54, 352 031 prénoms) et Néron (54-68, 807 prénoms). Celui-ci vient bon dernier car il symbolise pour la postérité ce que le pire de l’histoire romaine Les historiens antiques, Tacite et Suétone, ont tracé un sombre portrait de cet empereur qui – entre autres méfaits – fit incendier Rome et les chrétiens, dont il fut le premier persécuteur, ont encore noirci ce tableau. Il est même surprenant que son nom ait survécu au Brésil, contrairement à ceux de Caligula ou de Messaline.

Figure 3 L’Empereur Auguste

ob_ac9637_60

http://www.paris-pour-la-vie.com/2014/05/moi-auguste-empereur-de-rome-au-grans-palais.html

Fábio/a

Ce prénom (547 965 fois présent dans le recensement sous sa forme masculine et 18 250 au féminin) rappelle la gens Fabia, une famille patricienne dont l’origine remonte aux premiers temps de la Rome royale. Elle affirmait descendre d’Hercule et du fils de Mercure, Évandre (121 093 porteurs), qui construisit une ville sur le mont Palatin. La gens Fabia portait ce nom parce qu’elle a importé, dit la légende, la culture de la fève (faba). Son membre le plus éminent a été Fabius Maximus Quintus (env. 275 env. 203), dont le sens tactique lui valut le sobriquet de Cunctator (« le temporisateur »).

Figure 4 Fabius Maximus Quintus, dit Cunctator

24fabio-massimo

http://www.comicartfans.com/gallerypiece.asp?piece=682471

Leandro/a

Le prénom Leandro, porté par plus d’un demi-million de brésiliens (et dans sa version féminine par 34 464 brésiliennes), est celui du protagoniste masculin de l’histoire tragique d’un couple d’amoureux de la mythologie grecque, Héro et Léandre. Héro était prêtresse d’Aphrodite à Sestos (sur la rive européenne de l’Hellespont), tandis que Léandre habitait à Abydos, sur la rive asiatique. Toutes les nuits, Léandre traversait le détroit à la nage, guidé par une lampe qu’Héro allumait en haut de la tour où elle vivait. Mais lors d’un orage, la lampe s’éteignit et Léandre s’égara dans les ténèbres. Lorsque la mer rejeta son corps le lendemain, Héro se suicida en se jetant du haut de sa tour.

Figure 5 Hero et Leandre, par Joseph Taillasson

hero-et-leandre-taillasson-bordx026

http://andrewhopkinsart.blogspot.com.br/2011/01/joseph-taillasson-hero-et-leandre-salon.html

Camila

Les deux formes Camila (471 559 porteuses) et Camilla (10 455 porteuses) évoquent Camille, jeune romaine, sœur des Horaces (6 937 porteurs) et fiancée à l’un des Curiaces, fut tuée par son frère, vainqueur dans le combat des trois Horaces contre les trois Curiaces, parce qu’elle maudissait sa victoire (667 av. J.C.). Pierre Corneille en a fait l’héroïne de sa tragédie Horace, dans laquelle il lui fait prononcer contre Rome des imprécations célèbres :

« Rome, l’unique objet de mon ressentiment !

Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !

Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !

Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !

Puissent tous ses voisins ensemble conjurés

Saper ses fondements encor mal assurés !

Et si ce n’est assez de toute l’Italie,

Que l’Orient contre elle à l’Occident s’allie ;

Que cent peuples unis des bouts de l’univers

Passent pour la détruire et les monts et les mers !  »

Figure 6 Camila entre Horaces et Curiaces par Guiseppe Cesari

horaces-curiaces

Les Horaces contre les Curiaces, Guiseppe Cesari, © Musée du Capitole, Rome, https://mythologica.fr/rome/horaces.htm

Alexandre

L’Alexandre dont plus d’un million (1 005 638) Brésiliens et Brésiliennes portent le prénom (444 097 Alexandre, plus 243 633 Alessandra, 150 491 Alessandro, 90 467 Alexandra et 76 950 Alexandro) est Alexandre le Grand, ou Alexandre III de Macédoine, né en 356 av. J.-C. à Pella (Grèce), mort en 323 av. J.-C. à Babylone, l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité. Fils de Philippe II, élève d’Aristote et roi de Macédoine à partir de 336 av. J.C., il devint l’un des plus grands conquérants de l’histoire. Il fit de son petit royaume le maître de l’immense empire perse achéménide, s’avança jusqu’aux rives de l’Indus et fonda près de 70 villes, dont la majorité porte le nom d’Alexandrie.

Figure 7 Les expéditions d’Alexandre

1009142-lexpedition_dalexandre

https://www.tes.com/lessons/VNdUyan_G9rmQw/alexandre-le-grand

Flavio/a

Les Flavii sont les membres de la gens Flavia (le nomen Flavius signifie « blond » en latin). Cette dynastie romaine (69-96) fondée par Vespasien (69-79, 250 prénoms masculins seulement) a été ensuite représentée par ses fils Titus (79-81, 4 334 prénoms masculins et 359 féminins) et Domitien (81-96, 1403 et 477 prénoms).

Claúdio/a

La gens Claudia a été fondée par Appius Claudius, d’origine sabine, qui vient à Rome avec quelque 5 000 clients en ~ 504. Les Claudii accèdent au titre impérial au début du1er siècle en la personne de Tibère (1 660 prénoms).

Adriano/a

Adriana (567 968 prénoms) et Adriano (338 315) évoquent Hadrien (Traianus Hadrianus Augustus, né en 76 à Italica et mort en 138 à Baïes), est un empereur de la dynastie des Antonins. Il succède en 117 à Trajan (1 497 prénoms) et règne jusqu’à sa mort. Empereur humaniste, lettré, poète et philosophe à la réputation pacifique, il rompt avec la politique expansionniste de son prédécesseur, s’attachant à pacifier et à structurer administrativement l’Empire, tout en consolidant des frontières parfois poreuses.

Figure 8 Buste d’Hadrien et Mémoires d’Hadrine de Marguerite Yourcenar

hadrien-et-memoires

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Buste_cuirass%C3%A9_d’Hadrien_2.jpg

Júlio

Les Iulii, ou gens Iulia, appartiennent à une vieille famille de la Rome antique que la tradition fait descendre du Troyen Iule (ou Ascagne), fils d’Énée (5 595 prénoms) et de Créuse (24 841 prénoms), amené en Italie par son père après la chute de Troie. Ce fondateur d’Albe la Longue est considéré comme le créateur de la famille qui, selon l’empereur Claude, se joint ensuite aux patriciens de Rome. Par ce lignage, Jules César revendiqua, lorsqu’il prononça l’éloge funèbre de sa tante Julia, une ascendance remontant à Vénus.

Les Iulii historiquement connus sont une famille patricienne d’importance mineure, qui exerça quelques consulats mais ne fit pas partie, au 1er siècle av. J.C., de la cinquantaine de familles de la nobilitas qui fournissaient la plupart des consuls. Les Iulii connurent des revers de fortune, et Jules César grandit dans une maison assez modeste du bas quartier de Subure, de mauvaise réputation, ce qui rend plus remarquable encore son ascension au sommet du pouvoir et son passage à la postérité, même si celle-ci se fait parfois sous forme de caricature dans une célèbre série de bandes dessinées et dans ses dérivés au cinéma.

Figure 9 Jules César interprété par Alain Delon dans Astérix aux Jeux olympiques

delon-en-jules-cesar

http://www.papodecinema.com.br/filmes/asterix-nos-jogos-olimpicos

Mario

Le prénom Mario (sans version féminine, pour des raisons évidentes) se réfère à Caius Marius (né en 157 av. J.C. à Cereatae, près d’Arpinum et mort à Rome en 86 av. J.C.), élu consul à sept reprises et connu principalement pour avoir réformé l’armée romaine, en permettant le recrutement de citoyens qui n’étaient pas propriétaires terriens, les proletarii, et en restructurant les légions en plusieurs cohortes. Il épousa Julia Caesaris, tante de Jules César.

Ciceron

Cicéron (en latin Marcus Tullius Cicero, né en 106 av. J.C. à Arpinum et assassiné le en 43 av. J.C. à Gaète), n’appartenait pas à la noblesse, ce qui en principe excluait un rôle politique majeur. Mais après une solide formation à la rhétorique et au droit, il réussit grâce à ses talents d’avocat à se constituer suffisamment d’appuis pour parvenir en 63 av. J.C. à la magistrature suprême, le consulat. Dans une République en crise menacée par les ambitieux, il déjoua la conjuration de Catilina (aucun  prénom dans la liste de l’IBGE) par la seule énergie de ses discours, les Catilinaires. Orateur remarquable, il publie une abondante production considérée comme un modèle de l’expression latine classique, utilisé jusqu’à aujourd’hui comme norme pour l’enseignement du latin. Il est aussi présent sous la forme de la Société Internationale des Amis de Cicéron (site http://tulliana.eu, newsletter https://tulliananews.wordpress.com/ ).

Figure 10 Cicéron dénonce Catilina par Cesare Maccari, 1889

maccari-cicero

https://pt.wikipedia.org/wiki/C%C3%ADcero#/media/File:Maccari-Cicero.jpg

Au Brésil le prénom ne se réfère toutefois pas qu’à lui, du moins pas directement, car il a été porté par un religieux très populaire. Cicero Romão Batista (Crato 1844 – Juazeiro 1934). Dans la dévotion populaire, il est connu comme Padre Cicero ou Padim Ciço. Charismatique, a eu un grand prestige et d’influence sur la vie sociale, politique et religieuse du Ceará et du Nordeste, ce qui explique que le prénom soit à son maximum de popularité dans l’Alagoas (le plus élevé de tout le tableau 2). Un statue monumentale à son effigie a même été élevée à Juazeiro do Norte (Ceará).

Figure 11 Statue du Padre Cícero à Juazeiro do Norte

padim-cico-sdc10563

http://passe-ando.blogspot.com.br/2010/08/o-caminho-do-meu-padim-pade-cico.html

Les moins cités

À l’autre extrémité du spectre de fréquence figurent les prénoms antiques les moins représentés qui perpétuent néanmoins, même en plus petit nombre, le souvenir de l’Antiquité dans la vie quotidienne des Brésiliens.

Tableau 3 Les prénoms les moins fréquents

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Hera 22 120.692 Alcibiades 196 26.474 SC 0,38
Hades 22 120.646 Setimo 223 24.194 RS 0,48
Fedra 26 107.212 Juno 211 24.114 MG 0,15
Eratóstenes 32 92.819 Anastasia 234 23.357 RS 0,50
Spartaco 35 87.869 SP 0,05 Vênus 234 23.351 RN 0,76
Nabucodonosor 39 81.143 Zeus 238 23.078 BA 0,25
Heródoto 49 69.037 Vespasiano 250 22.313 MS 1,39
Catão 64 57.465 CE 18,00 Orfeu 275 20.842 RS 0,28
Atena 68 55.075 Ajax 277 20.688 PA 1,56
Afrodite 76 50.976 SP 0,04 Euridice 97 20.521 SP 0,12
Júpiter 86 46.918 RJ 0,11 Asdrubal 284 20.311 RS 0,28
Aspásia 109 39.554 RJ 0,15 Minerva 392 16.109 PI 0,58
Tarquino 129 35.396 MA 0,46 Pompeu 395 16.010 PI 0,61
Cincinato 150 31.887 MG 0,12 Arquimedes 3.169 3.737 MT 2,37
Atlas 166 29.704 PE 0,26 Pitágoras 464 14.269 DF 0,74
Telemaco 191 27.007 PR 0,26 Cleopatra 479 13.985 PB 0,85

 

Y figurent des dieux grecs et romains, des rois et empereurs romains (Tarquin, Septime Severe, Vespasien) ou d’autres royaumes antiques (le babylonien Nabuchodonosor, le carthaginois Asdrubal, l’égyptienne Cléopatre).

On y trouve aussi des figures illustres de la vie politique romaine, comme Marcus Porcius Cato, dit Caton l’Ancien ou le Censeur (c.234-c.149), un Romain aux mœurs irréprochables du temps de la Rome républicaine, devenu le symbole de la virtus romaine, alliance de courage et d’abnégation, de fierté patriotique et d’austérité morale. Lucius Quinctius Cincinnatus (v. 519 – v. 430 av. J.C.) était considéré par les Romains comme un des héros du premier siècle de la République et comme un modèle de vertu et d’humilité. On ne peut que regretter que ces deux prénoms ne soient pas davantage populaires en ce temps où l’opinion brésilienne semble ne plus supporter certains comportements douteux de ses hommes (et femmes) politiques

D’autres étaient plus controversés, comme Cneius Pompeius Magnus, dit Pompée (v.106-v.48) qui, au même titre que César et Alexandre le Grand, figure pourtant dans la Vie des hommes illustres de Plutarque. Il est toutefois principalement connu pour avoir été le héros malheureux de la guerre civile qui mit un terme à la République romaine, et le concurrent malchanceux de César. Alcibiade (né en -450 et mort en -404), adopté par Périclès a été dans la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. l’une des personnalités politiques les plus importantes du monde grec. L’épisode majeur de sa vie est la guerre du Péloponnèse, qui opposa Athènes à Sparte de 431 à 404 et vit la ruine finale de l’empire athénien : au cours de ces années, Alcibiade combattit alternativement dans l’armée athénienne, dans le camp spartiate et chez les satrapes de Perse.

La liste comprend encore quelques grandes figures de la science et de la philosophie, comme Ératosthène (Cyrène v. -276 – Alexandrie, Égypte, v. -194), astronome, géographe, philosophe et mathématicien grec du IIIe siècle av. J.-C. Archimède de Syracuse (né à Syracuse vers 287 av. J.C. et mort en cette même ville en 212 av. J.C.), est considéré comme l’un des principaux scientifiques de l’Antiquité classique. Parmi ses domaines d’étude en physique, on peut citer l’hydrostatique, la mécanique statique et l’explication du principe du levier. Il est crédité de la conception de plusieurs outils innovants, comme la vis d’Archimède. La vie énigmatique de Pythagore (né vers 580 av. J.C. à Samos et mort vers 495 av. J.C.) permet difficilement d’éclaircir l’histoire de ce réformateur religieux, mathématicien, philosophe et thaumaturge. Hérodote le mentionne comme « l’un des plus grands esprits de la Grèce».

Ce même Hérodote (IVe siècle avant J.C) a été un historien et un explorateur, né à Halicarnasse. Son unique œuvre, intitulée Histoires ou Enquêtes, est considérée comme le premier ouvrage historique. Elle relate les différents voyages qu’il a effectués (en Égypte, à Babylone, en Macédoine) et traite de tous les humains (« tant les grecs que les barbares »). Il est vivement critiqué par les Anciens (Aristote le traite de « mythologue », Plutarque le trouve trop proche des barbares), mais la postérité le considérera, suivant en cela l’opinion de Cicéron, comme le premier historien, le « Père de l’Histoire » et un des premiers géographes (d’où le nom de la revue fondée par Yves Lacoste).

Figure 12 Le monde d’Hérodote

880px-herodotus_world_map-fr-svg

http://www.wikiwand.com/fr/H%C3%A9rodote

Un prénom issu de l’Antiquité, Orphée/Orfeu, et (un peu) présents au Brésil doit son succès (relatif) à une transposition d’un mythe antique au Brésil. Selon la légende, Orphée descendit aux Enfers pour en ramener sa bien-aimée. Hadès (22 prénoms, honorable score pour un dieu des Enfers) et Perséphone (aucun prénom) consentirent à laisser partir Eurydice, à condition que tant qu’il serait dans le Royaume des morts, il ne chercherait pas à la voir. Orfée oublia sa promesse, pour son plus grand malheur, et la jeune fille retomba aussitôt dans les abîmes. Inspiré de ce mythe, Orfeu negro est un film musical franco-italo-brésilien de Marcel Camus, adapté d’une pièce de Vinícius de Moraes (dont le prénom latin est porté par 304 822 Brésiliens), Orfeu da Conceição (1956). Sorti en 1959 il a reçu la Palme d’or au Festival de Cannes de la même année, il revisite le mythe d’Orphée et d’Eurydice en le transposant de Thrace à Rio de Janeiro pendant le carnaval, Orfeu y est conducteur de tramway et Eurydice une jeune campagnarde. Le film marqua les esprits, en France, en Europe et aux États-Unis. Il révèla dans le monde entier un style musical, la bossa nova, une terminologie alors encore inconnue en dehors du Brésil.

Figure 13 DVD du film Orfeu Negro

orfeu

https://coversblog.wordpress.com/2009/08/27/orfeu-negro/

Dieux grecs et romains

On aura noté que bon nombre des prénoms d’origine antique présents au Brésil sont ceux de dieux grecs et romains, qui méritent donc qu’on les regarde de plus près, en particulier pour voir si c’est la première ou la deuxième catégorie qui est la plus populaire.

Le tableau 6 montre que c’est sans ambiguïté le monde grec qui l’emporte, le dieu le plus populaire étant Dionysos, suivi par Hermès. Seules deux figures féminines l’emportent du côté romain, Diana et Vénus, mais dans le premier cas est probable que le choix du prénom se réfère plus à une princesse anglaise qu’à la déesse grecque.

Tableau 6 Prénoms de dieux grecs et romains

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Dionísio 19.442 1.058 MS 16,78 Baco 0
Hermes 12.485 1.412 RS 14,05 Mercúrio 0
Ceres 1.492 6.288 Demeter 0
Ártemis 553 12.650 AM 3,04 Diana 74.947 392 RR 81,91
Zeus 238 23.078 BA 0,25 Júpiter 86 46.918 RJ 0,11
Afrodite 76 50.976 SP 0,04 Vênus 234 23.351 RN 0,76
Netuno 33 Poseidon 0
Hera 22 120.692 Juno 0 24.114 MG 0,15
Hades 22 120.646 Plutão 0

Une géographie des prénoms antiques?

En guise de conclusion on peut esquisser l’analyse de la distribution géographique de ces prénoms antiques puisque que la base de données de l’IBGE donne une indication sur l’État où la fréquence de chaque prénom est à son maximum. On aurait évidemment préféré avoir des indications sur la présence des prénoms dans chaque État, mais telle quelle cette information permet déjà de tirer quelques conclusions.

L’analyse du nombre de prénoms (193 en tout) met en tête le Rio Grande do Sul, qui en compte 19, peut-être parce que c’est dans cet État que s’est concentrée au XIXe siècle une immigration massive de colons d’origine européenne, dont certains auraient apporté avec eux une culture classique ou le grec et le latin avaient une place importante. Suivent Rio de Janeiro et São Paulo, les États les plus développés, où cette même culture garde une forte position.

Figure 14 Distribution des prénoms antiques et e de leurs porteurs par État

prenoms-et-porteurs-de-prenoms-par-etat-2

En nombre de porteurs de prénoms antiques, dont le total atteint presque 9,5 millions dans tout le pays, ce sont évidemment les États les plus peuplés qui se détachent mais curieusement dans ce cas celui de Rio de Janeiro (avec 3,5 millions de porteurs), vient devant celui de São Paulo (qui en compte tout de même 2,7 millions) alors que les deux États ont respectivement 16 et 44 millions d’habitants. Suit le Rio Grande do Sul avec près d’un demi-million et le Santa Catarina avec près de 400 000. Le troisième territoire de cette région Sud (qui a reçu la majeure partie des immigrants européens), le Paraná suit de près, tout de même derrière l’Amazonas, qui n’a pas connu le même afflux d’Européens. Tous les autres États en comptent également à la seule exception du Goiás.

Quand dans son sonnet Língua portuguesa, à la gloire de la langue portugaise, Olavo Bilac (1865-1918) la qualifiait de “Última flor do Lácio, inculta e bela” (« Dernière fleur du Latium, inculte et belle ») il se référait au fait qu’elle a été la dernière langue romane transmis au (futur) Portugal à partir du latin vulgaire, parlé par les soldats romains, pour la plupart issus de la région du Latium. Le dernier vers du premier tercet dit  “Amo-te, ó rude e doloroso idioma” (« Je t’aime, ô langue rude et douloureuse »). Manifestement, à en juger par le nombre de prénoms antiques, essentiellement grecs et latins, que les parents brésiliens donnent à leurs enfants, l’amour de l’Antiquité a été transmis avec la langue et a lui aussi survécu et prospéré au Brésil.

[1] http://censo2010.ibge.gov.br/nomes/#/search

La population du Brésil en 2014

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) a publié, ce 28 août 2014[1], les estimations de la population résidant dans les 5 570 communes brésiliennes à la date de référence du 1er Juillet 2014. Il estime que le Brésil a actuellement 202,7 millions d’habitants et a eu un taux de croissance de 0,86% de 2013 à 2014.

La commune de São Paulo reste la plus peuplée, avec 11,9 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions), Salvador (2,9 millions), Brasília (2,9 millions) et Fortaleza (2,6 millions). Les 25 communes les plus peuplées ont totalisé 51,0 millions d’habitants, soit 25,2% de la population totale du pays.

Cette publication annuelle[2] obéit à la loi complémentaire n° 59 du 22 Décembre 1988, et à l’article 102 de la loi n° 8443 du 16 Juillet 1992, estimations de population sont essentielles pour le calcul des indicateurs économiques et socio-démographiques entre les périodes et sont également l’un des paramètres utilisés par la Cour des comptes dans la distribution du Fonds de participation des États et des communes.

Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié au Diário Oficial da União (DOU) le même jour. Elle peut également être consultée sur la page www.ibge.gov.br/home/estatistica / population / estimativa2014 . Une analyse complète des estimations de la population se trouve à l’adresse suivante : http://www.ibge.gov.br/home/presidencia/noticias/pdf/analise_estimativas_2014.pdf

Les 25 communes les plus peuplées

Ordre État Commune

População   2014

SP São Paulo

11 895 893

RJ Rio de Janeiro

6 453 682

BA Salvador

2 902 927

DF Brasília

2 852 372

CE Fortaleza

2 571 896

MG Belo Horizonte

2 491 109

AM Manaus

2 020 301

PR Curitiba

1 864 416

PE Recife

1 608 488

10º RS Porto Alegre

1 472 482

11º PA Belém

1 432 844

12º GO Goiânia

1 412 364

13º SP Guarulhos

1 312 197

14º SP Campinas

1 154 617

15º MA São Luís

1 064 197

16º RJ São Gonçalo

1 031 903

17º AL Maceió

1 005 319

18º RJ Duque de Caxias

878 402

19º RN Natal

862 044

20º MS Campo Grande

843 120

21º PI Teresina

840 600

22º SP São Bernardo do Campo

811 489

23º RJ Nova Iguaçu

806 177

24º PB João Pessoa

780 738

25º SP Santo André

707 613

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis

Toutes ensemble, ces communes ont 51 077 190 habitants, 25,2% de la population du pays.  Hors de la capitale, les plus peuplées sont Guarulhos (1,3 million), Campinas (1,2 million), São Gonçalo (1,0 million), Duque de Caxias (878 400), São Bernardo do Campo (811 5000), Nova Iguaçu (806 200), Santo André (707 600), Osasco (693 300) et de São José dos Campos (681 000).  Les 25 communes les plus peuplées hors des capitales d’États représentent un total de 17,0 millions d’habitants, soit 8,4% de la population totale.

Serra da Saudade, dans l’État de Minas Gerais est la municipalité brésilienne de plus petite population, estimée à 822 habitants en 2014, suivie par Bora, dans celui de São Paulo, avec 835 habitants : actuellement, ce sont les deux seules villes de moins de mille habitants.  La population des 25 communes les moins peuplés totalise 32 946 habitants, ce qui représente environ 0,02% de la population totale du Brésil.

Parmi les régions métropolitaines, celle de São Paulo reste la plus peuplée, avec 20,9 millions d’habitants, suivie par celles de Rio de Janeiro (11,9 millions d’habitants), de Belo Horizonte (5,8 millions d’habitants), de Porto Alegre (4,2 millions d’habitants) et la « zone de développement intégrée (RIDE) » du District fédéral et des régions avoisinantes (4,1 millions d’habitants).  Les 25 régions métropolitaines les plus peuplées totalisent 87,0 millions, soit 42,9% de la population totale

Population des régions métropolitaines

Ordre Région Métropolitaine

Population   2014

%   Population totale

RM São Paulo

20 935 204

10,32%

RM Rio de Janeiro

11 973 505

5,91%

RM Belo Horizonte

5 767 414

2,84%

RM Porto Alegre

4 161 237

2,05%

Ride DF e Entorno

4 118 154

2,03%

RM Salvador

3 919 864

1,93%

RM Recife

3 887 261

1,92%

RM Fortaleza

3 818 380

1,88%

RM Curitiba

3 414 115

1,68%

10º RM Campinas

3 043 217

1,50%

11º RM Manaus

2 478 088

1,22%

12º RM Goiânia

2 296 678

1,13%

13º RM Belém

2 129 515

1,05%

14º RM Grande Vitória

1 884 096

0,93%

15º RM Baixada Santista

1 781 620

0,88%

16º RM Natal

1 462 045

0,72%

17º RM Grande São Luís

1 403 111

0,69%

18º RM Maceió

1 246 421

0,61%

19º RM João Pessoa

1 195 904

0,59%

20º RM No/Ne Catarinense

1 191 558

0,59%

21º Ride Teresina

1 180 930

0,58%

22º RM Florianópolis

1 111 702

0,55%

23º RM Aracaju

912 647

0,45%

24º RM Vale do Rio Cuiabá

871 729

0,43%

25º RM Londrina

818 300

0,40%

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis  RM = Região Metropolitana e RIDE = Região Integrada de Desenvolvimento

Ensembl, ces régions métropolitaines comptent 87 002 695 habitants, 42,91% du total national

Pour compléter le communiqué de presse de l’IBGE, qui se poursuit avec une analyse de la croissance par taille de population des communes (et qui montre que ce sont les villes de taille moyenne qui ont la croissance la plus rapide), nous avons créé une carte à partir de ces données et des données du recensement démographique 2010 de l’IBGE

Population des communes en 2014

Variation 2010-2014 Jenks              Les cercles y sont proportionnels à la population communale en 2014 et la couleur représente sa variation par rapport à celle de 2010[3] : la carte confirme la tendance de ralentissement de la croissance des villes, les plus forts taux figurant dans des communes moyennes ou petites. Ils mettent en évidence la croissance de la zone du Centre-Ouest où se développent les productions de soja, de maïs et de coton. Apparaissent ainsi clairement les axes de la BR153 (Belém-Brasilia), BR163 (Cuiabá-Santarém) et BR364 (Cuiabá-Porto Velho). Une autre région qui a connu une forte croissance démographique (avec un tout autre système de production), a été le Pará oriental et le « bec de perroquet » du Nord Tocantins. On note enfin des taux élevés à ​​la périphérie de la région métropolitaine de São Paulo, sur la côte de Rio de Janeiro, en Espírito Santo et dans le sud de Bahia.


[1] Le texte ci-dessous est fondé sur le communiqué de presse publié par l’IBGE, http://saladeimprensa.ibge.gov.br/noticias?view=noticia&id=1&busca=1&idnoticia=2704, et complété par une carte originale.

[2] En 2013, l’IBGE a publié la population projetée pour les unités de la fédération du pays, par sexe et par âge, par la méthode des composantes démographiques, ce qui représente une amélioration méthodologique. Ainsi, les estimations de la population résidente pour les communes, à la date de référence du 1er Juillet 2014, ont été préparées à partir de cette projection pour chaque État, en intégrant les résultats des paramètres démographiques calculées sur la base des résultats de recensement de 2010 et les dernières informations des registres de naissances et de décès.

[3] En % de la population 2010. Les couleurs chaudes (jaune, orange et rouge) indiquent une augmentation, le bleu une diminution.

Nouvelles images de la population brésilienne en 2010

Le recensement démographique réalisé en 2010 par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques) contient une foule de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, librement (et gratuitement) accessibles sur son site (www.ibge.gov.br).  À partir de ses données par estado (État de la fédération), microregião (regroupements de commune par bassin de vie) et município (l’équivalent des communes), on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes entre les régions du pays.

Masses

Le Sudeste – la région qui contient les États de São Paulo et de Rio de Janeiro –  est de loin la partie la plus peuplée du pays, et une carte en anamorphose de la population des États qui donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, montre bien leur prédominance. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas).

Figure n° 1 Anamorphose de la population par État en 2010

Le poids spécifique des régions métropolitaines des deux villes éponymes de ces États apparaît bien si l’on répète l’exercice à l’échelle des microregiões : bien que celles-ci aient été conçues pour être, sinon homogènes, du moins comparables, le poids des grandes villes et de leurs satellites atrophie le Sud, secondairement le Nordeste. Inversement l’Amazonie disparaît presque, bien que ses communes soient immenses, certaines d’entre elles étant plus vastes que bien des pays européens.

Figure n° 2 Anamorphose de la population par microregião  en 2010

Densités

L’opposition majeure qui fonde l’organisation de l’espace est donc celle des densités : au littoral densément peuplé – c’est là que se situent toutes les grandes villes – s’oppose l’intérieur qui l’est nettement moins (la seule exception étant Brasília), résultat d’un processus d’occupation et de colonisation qui a commencé par le littoral. Presque partout la densité tombe en dessous de cinq habitants par kilomètre carré dès qu’on s’éloigne de plus de 200 km des côtes, et dans le Nord-Ouest amazonien on tombe même à moins d’un habitant par kilomètre carré. Cette disparité est bien révélée par la  carte classique (elle figure dans le billet « Du nouveau sur la population du Brésil en 2010 », http://braises.hypotheses.org/76), mais une carte en 3D en dit plus sur la contribution des villes, car si vives soient les teintes correspondant à leurs hautes densités, la petite taille de leurs municípios et même de leur microregião les dissimule, au contraire les « pics » de la 3D les fait – littéralement – ressortir par rapport à leur environnement.

Figure n° 3 Densité de population par microregião

On en a confirmation quand on ne prend en compte que la population urbaine de chaque município, les très grandes villes sont concentrées au long du littoral atlantique et parmi elles São Paulo, Rio de Janeiro et quelques autres se détachent nettement.

Figure n°  4 Population urbaine par município

Évolutions

Le boom démographique qui a marqué le XXe siècle a fait passer la population du pays de dix à près de 200 millions d’habitants, ce qui est évidemment un atout formidable, mais aussi un redoutable défi pour nourrir, loger, éduquer ces millions de nouveaux citoyens. Dans le même temps le centre de gravité du pays s’est déplacé, la série des cartes qui retrace l’évolution de la population montre l’extension progressive de la population vers l’Ouest et le Nord, où sont créé de nouveaux États, mais aussi le renforcement progressif du poids du centre, essentiellement São Paulo et Rio de Janeiro.

Figure n°  5 Population des États

Cette croissance s’est bien ralentie – le nombre moyen d’enfants par femme est aujourd’hui plus bas au Brésil qu’en France, mais le dynamisme spatial n’a pas complètement disparu pour autant, des mouvements de population se font toujours, à la fois par la migration et par les différence de dynamisme démographique entre les régions.

Une dernière carte, à l’échelle des municípios, montre que – pour la première fois dans l’histoire du pays, certaines régions perdent de la population (cercles bleus), dans le sud-ouest, dans le nordeste et même dans certaines zones de l’Amazonie (Rondônia et Transamazonienne), occupées dans les années 1970 par une colonisation qui n’a pas réussi à fixer une agriculture à haute densité.

En revanche les forts accroissements (cercles rouges) signalent que des fronts pionniers sont encore actifs dans d’autres régions amazoniennes, comme l’est du Pará (bois et élevage) ou dans le nord du Mato Grosso (soja). La plupart des villes n’ont que des progressions modestes (en pourcentage), la croissance se faisant dans les communes de leurs périphéries.

Figure n°  6 Évolution de la population entre 2000 et 2010

 

Du nouveau sur la population du Brésil en 2010

Les premiers résultats définitifs du recensement de 2010, le Sinopse do Censo Demográfico 2010, ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Outre le total officiel de la population du pays (190 755 799 habitants), la publication offre une mine de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, des données de population par sexe et par groupes d’âge, urbaine et rurale, le nombre moyen de résidents par ménage, le nombre de logements privés occupés ou non. Au cours des prochains mois, l’IBGE publiera de nouvelles données sur la structure territoriale du pays, le maillage des secteurs de recensement et de nouvelles données sociales, économiques et démographiques, selon un calendrier disponible sur son site . Á partir des données par município (commune) de cette livraison, on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes.

Figure 1 La population par município en 2010

La population brésilienne très inégalement distribuée sur le territoire, avec une très forte opposition entre les régions littorales et intérieures, les premières sont densément peuplées alors que les secondes ne sont que très faiblement occupées. Ce contraste reflète les effets du processus d’un processus colonisation et de peuplement du territoire qui s’est pour l’essentiel fait d’est en ouest de la côte vers l’intérieur, et secondairement du sud vers le nord.
Les zones de concentration sont toutefois irrégulières : même dans des États très peuplés apparaissent de vides importants, seuls São Paulo, le Paraná, Rio de Janeiro, le Sergipe, l’Alagoas, la Paraíba et le Ceará voient leu territoire occupé de façon à peu près continue.
Sur le reste du territoire la répartition de la population est étroitement corrélé avec les réseaux de transport, voies navigables (en Amazonie) et routes de desserte régionale: on suit sur la carte, jalonnés par les chefs-lieux des communes, les tracés des principales routes amazoniennes (BR364 Cuiabá-Porto Velho, BR163 Cuiabá-Santarém, BR010 Brasília-Belém, BR230 Transamazônica).

Maille municipale

Figure 2 La superficie des municípios

Cause et conséquence de ces contrastes de peuplement, les disparités entre les municípios sont énormes, si les plus petits sont grosso modo l’équivalent d’une commune de type européen, on trouve à l’autre extrême des territoires de la taille d’un pays du vieux continent. Entre le plus petit, Santa Cruz de Minas (Minas Gerais, 3,6 km2, qui a détroné à ce recensement celui qui détenait jusque lá le record avec 4 km2, Águas de São Pedro, dans l’État de São Paulo) et le plus grand, Altamira (État du Pará, 159 533 km2), le rapport est de plus de 1 à 44 000. Quatre municípios, tous situés en Amazonie, dépassent les 100 000 km2 (leur superficie combinée atteint presque la superficie de la France métropolitaine). Si l’on additionne les superficies des dix premiers d’entre eux (sur plus de 5 000 au total), on arrive à 11 % du territoire national, autant qu’en représentent ensemble les 3 450 plus petits.

Figure 3 Les cas extrêmes

Densités

La répartition des densités de peuplement obéit à une logique clairement est-ouest, résultat du processus d’occupation et de colonisation à partir du littoral. C’est donc dans les parties les plus proches de la mer des régions Nordeste, Sudeste et Sud, que se trouvent les densité les plus élevées, qui peuvent monter jusqu’à plus de 10 000 habitant par kilomètre carré dans les capitales. Si l’on répartit les 5565 municípios en trois groupes égaux, on fait apparaître des plages de densités contrastées: la majeure partie de l’Amazonie et du Centre-Ouest présentent des densités très basses, entre 0,13 et 16 habitants par kilomètre carré, dont ne se détachent que les capitales et quelques municípios où elles se situent entre 16 et 38 habitants par kilomètre carré.
La zone littorale n’est toutefois pas homogène : à peu près déserte au Nord de l’Amazone, elle voit s’opposer nettement, de part et d’autre d’un centre peu densément occupé (Sud de Bahia et Espírito Santo), les deux régions les plus importantes du pays. Dans le Nordeste, le contraste national entre littoral et intérieur est redoublé. Dans le Sudeste et le Sud, en revanche, la densité reste forte dans bien des régions proches des frontières occidentales du pays : c’est le seul endroit où le Brésil peuplé ait une certaine « profondeur », mais les densités chutent brutalement à la frontière entre les États de São Paulo et du Paraná, à l’est, et le Mato Grosso do Sul, à l’ouest.
Masculinité
On terminera par la construction d’autre indicateur démographique simple, le taux de masculinité (ou de féminité, comme on voudra, puisqu’il s’agit simplement de la proportion entre nombre des hommes et celui des femmes dans la population de chaque lieu). Ce ratio classique prend ici un sens nouveau puisqu’il est marqué par une forte opposition spatiale entre les régions littorales et l’intérieur pionnier, et entre villes et campagnes. La prédominance des femmes (en bleu sur la carte) est nette dans les grandes villes, en partie en raison de l’afflux de jeunes rurales qui y trouvent des emplois de domestiques, que les classes moyennes et supérieures emploient encore en grand nombre.
La même prédominance se retrouve dans les campagnes, du Minas Gerais, de São Paulo, de tout le Sud et surtout du Nordeste : cette fois il ne s’agit pas d’un afflux de femmes (et donc d’une sur-féminité), mais du départ des hommes (et donc de sous-masculinité). On retrouve ces hommes dans des zones bien spécifiques (en orange et rouge sur la carte), les zones pionnières du Nordeste (Ouest de la Bahia), Centre-Ouest et Amazonie, notamment sur l’« arc du déboisement», ou plutôt une zones située plus au nord-ouest, que les taux maximaux de masculinité (plus de 105 hommes pour 100 femmes) soulignent clairement, ainsi que dans les États du Roraima et d’Amapá. Ce sont les zones où l’on a besoin de main d’œuvre peu qualifiée mais dotée de force musculaire pour abattre des arbres à la tronçonneuse, ce qui requiert des hommes, jeunes de préférence. Ces ont aussi des régions où l’on vit loin de toute école, de tout dispensaire, et donc sans famille, celle-ci étant laissée, provisoirement ou définitivement, dans les régions d’origine des migrants. La présence d’une ville peut toutefois faire passer en bleu des communes comme Santarém ou Altamira, cette dernière étant particulièrement visible sur la carte en raison de sa superficie, la plus vaste de tout le pays.

Figure 5 Taux de masculinité en 2010

Cette analyse se confirme si l’on fait le calcul du taux de masculinité pour la seule population rurale, ce qui gomme l’effet urbain, et si l’on le représente dans des cercles proportionnels au total de la population rurale. On voit alors bien que les taux de masculinité élevé, en dehors du le Mato Grosso do Sul et de la Campanha gaúcha (terres d’élevage à prédominance traditionnellement masculine) concernent principalement les axes de la conquête pionnière du Centre-Ouest au long des routes déjà mentionnées, les BR364 Cuiabá-Porto Velho, BR163 Cuiabá-Santarém, BR010 Brasília-Belém et BR230 Transamazônica, ainsi que la partie orientale de la vallée de l’Amazone, le Roraima et l’Amapá. Cet indice simple constitue donc toujours un des plus sûrs indices de l’arrivée d’un front pionnier, avec son cortège de phénomènes positifs – augmentation de la population et de la production – et négatifs, du déboisement aux conflits fonciers et à la violence.

Figure 6 Taux de masculinité rurale en 2010

 

La population du Brésil en 2010

Les premiers résultats du recensement de 2010 ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Une carte en anamorphormose de la population des États qui composent la République fédérative du Brésil donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, elle montre bien le poids prédominant de ceux du Sud et du Nordeste. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas)