Archives par mot-clé : Coupe du Monde

Un musée du futebol et de son contexte

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associé à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales : malgré sa déception de la Coupe du Monde de 2014, scellée par l’humiliante défaite 7-1 en demi-finale face à l’Allemagne, le pays reste celui qui a le plus souvent remporté cette Coupe, cinq fois, comme le rappellent les cinq étoiles brodées sur le maillot de la Seleção. Une visite au Museu do futebol, à São Paulo, permet de cerner les rapports entre ce sport et sa place, réelle et imaginaire, dans la société brésilienne.

Le musée est situé sous les gradins du stade municipal, dont le nom officiel est Paulo Machado de Carvalho, mais qui est plus connu sous le nom de Pacaembu, celui du quartier. Construit en 1940 dans un style que l’on peut qualifier de mussolinien – le Président de la République de l’époque, Getúlio Vargas, ne cachait pas ses sympathies pour le régime fasciste – le stade n’appartient à aucune équipe et a même des difficultés à assurer sa programmation depuis que celle qui l’utilisait le plus souvent, le Corinthians, a pu se faire construire son propre stade à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 2014.

Figure n° 1 Localisation du musée

Localisation

Source: Google maps

De ce fait c’est un lieu bien choisi pour ouvrir un musée consacré au football, sans prendre parti pour une équipe ou une autre, et l’on trouve en vente dans sa boutique et sur le vaste parking voisin (figure 2) des maillots et des drapeaux des principaux clubs du pays et même de clubs étrangers, dont le PSG.

Figure n° 2 Le stade Pacaembu

1bis - Pacaembu 2

© Hervé Théry 2015

L’entrée du musée (figure 3) laisse clairement voir la structure des gradins sous lesquels il est abrité, elle est tapissée d’images (affiches, fanions, publicités, etc.) à la gloire des clubs, des joueurs ou du football en général.

Figure n° 3 Sous les gradins, le musée

2 - Sous les gradins 3

© Hervé Théry 2015

Une première salle (figure 4) est consacrée aux origines et à l’histoire lointaine du futebol – comme le sport est appelé au Brésil – les photographies en noir et blanc ou aux tons sépia étant encadrées à l’ancienne, dans des cadres dorés, pour bien souligner qu’il est ici question d’histoire ancienne, remontant au début du XXe siècle, ce qui pour ce pays est quasiment la préhistoire.

Une place particulière est faite à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1994 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle du Hampshire d’où il revenait.

Figure n° 4 Les origines

3ter - Origines

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

D’autres salles sont consacrées aux grands joueurs (dont Pelé et Garrincha), salle curieusement dites des « anges baroques », aux plus beaux buts (commentés par des professionnels ou des personnalités connues), aux retransmissions à la radio qui faisaient vibrer le pays avant la télévision, aux plus beaux délires des finales (sur écrans géants et fond sonore assourdissant). Une autre (figure 5) est consacrée – façon Guinness Book of Records – aux chiffres extrêmes du sport, du public le plus nombreux ayant assisté à un match (plus de 180 000 personnes, au Maracanã) au moins nombreux (55 personnes) en passant par les 1 282 buts marqués par Pelé au cours de sa carrière.

Figure n° 5 Les records

7bis- Records

© Hervé Théry 2015

La salle des Coupes du Monde rassemble sur des totems lumineux (figure 6) des images de toutes ces grand-messes du football mondial, en les associant très pédagogiquement à leur contexte politique, économique et culturel. Curieusement celle de 2014 est encore inachevée, bien qu’y figure déjà la photo de la Mannschaft allemande, qui a laissé au Brésil un souvenir amer, tempéré par le fait qu’elle a terrassé en finale l’archi-rival argentin, lui évitant ainsi le complet désastre.

Figure n° 6 Les Coupes du Monde

4 - 1998

© Hervé Théry 2015

Parmi les documents rassemblés sur ces supports se détachent des slogans et des manchettes de journaux (figure 7) qui sont restés dans les mémoires, depuis l’appel aux armes des habitants de São Paulo lors de la tentative de sécession de 1932, jusqu’au slogan du temps de la dictature militaire (1964-1985) « Brasil, ame-o ou deixe-o » (Brésil, aimez-le ou quittez-le), calqué sur son équivalent aux États-Unis, « America love it or leave it ». En regard de ces excès les manchettes sur les résultats du futebol paraissent anodines, comme le « Carnaval en juin » qui salua la troisième Coupe du Monde, même avec l’emphase d’un « le monde s’incline devant le plus grand football de l’Univers »…

Figure n° 7 Slogans

5bis - Slogans

© Hervé Théry 2015

Les images choisies pour retracer le contexte sont particulièrement bien choisies, la figure 8 en retient la construction de la Transamazonienne, autre grand orgueil du régime militaire, les débuts de la carrière syndicale de Lula, futur président de la République, le retour de la démocratie en 1985 et l’impeachment du président Collor en 1992, qui donna lieu à des célébrations dignes d’une victoire en finale.

Figure n° 8 Contextes

6bis - Contexte

© Hervé Théry 2015

Une des salles est toutefois bien différente, elle est présentée sur place et sur le site du musée[1] de la façon suivante: « La fatidique défaite de l’équipe du Brésil face à l’Uruguay, en finale de la Coupe du Monde 1950 au Maracana, est présenté à l’exposition comme un rite de passage ».

De fait la salle est un passage obligé pour pousuivre la visite. On y accède en soulevant un lourd rideau noir, pour se trouver dans l’obscurité (figure 9) face à un écran ou tourne en boucle un film en noir et blanc de ce match vieux de 65 ans, que le Brésil se voyait gagner pour inaugurer dignement le Maracanã, le plus grand stade au monde, et qu’il perdit 2-1.

Le site du musée décrit ainsi l’intention et la « couleur » de la salle: « Dans cette salle, nous sommes confrontés à l’un des moments les plus tragiques et silencieux qui ont eu lieu dans le pays au cours des dernières décennies. Une préparation acoustique de haute technologie crée un climat pénible, qui fait que le visiteur entend le battement d’un cœur lourd … ».

Figure n° 9 Tristesse

8bis - Tristesse 2

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

Á en juger par cette salle, et par les autres salles de ce remarquable musée, on ne peut qu’être d’accord avec l’écrivain José Lins Rego et sa phrase citée en bonne place sur une de ses plaques, « La connaissance du Brésil passe par le futebol ».

© Hervé Théry 2015

Références

Site du musée: http://museudofutebol.org.br/

Bertrand Piraudeau, Le football brésilien, regards anthropologiques, géographiques et sociologiques, L’Harmattan, 2014

Hervé Théry, « Futebol et hiérarchies urbaines au Brésil », M@ppemonde n° 81 (1-2006), http://mappemonde.mgm.fr/num9/articles/art06103.html

[1] http://museudofutebol.org.br/exposicao/longa-duracao/10-sala-10/

Géographie du futebol

Quand l’attention ne se focalise pas sur la Coupe du Monde, tous les quatre ans, le Brésil suit avec passion sa Coupe et ses championnats nationaux, tout aussi disputés. Les programmes de télévision, les radios et les journaux font place belle au sport-roi et dans tout le pays les dimanches après-midis sont consacrés aux matches et les lundis matins à commenter les résultats du week-end, nationaux, régionaux et locaux.

Au vu des résultats, et malgré toute l´énergie déployée par les petites équipes, on ne peut toutefois que constater que le succès va généralement aux équipes des grandes villes, et que comme disait Voltaire, « Dieu est toujours pour les gros bataillons »[1]. Malgré quelques exceptions, comme le Santos où s’illustra Pelé, on a l’impression que la hiérarchie footballistique suit de près la hiérarchie urbaine. On peut toufefois vouloir le vérifier, c’est ce que j’ai fait dans une recherche à paraître d’une part dans un livre dirigé par Bertrand Piraudeau, d’autre part (sous forme plus brève) dans un article de la revue Jurisport: l’idée était de mesurer si les deux hiérarchies coïncident, ou si elles diffèrent sur quelques points, de chercher des corrélations et voir s’il n’existerait pas quelques facteurs spécifiques.

On a pour cela une base statistique solide, la CBF (Confederação brasileira de futebol), tient des comptes minutieux des résultats, publiés sur son site (http://www.cbf.com.br/), et l’on dispose donc de données pour vérifier ou invalider cette hypothèse, notamment par un traitement cartographique[2].

Les données disponibles en janvier 2014, qui portent sur l’ensemble de l’année 2013 pour les quatre ligues nationale (ici appelées séries A, B, C et D), permettent non seulement de vérifier que les équipes des série A et B sont en effet les meilleures (la série B paraissant plus pugnace, sans doute pour tenter de « monter » en série A). Elles montrent aussi, rien qu’en calculant la population moyenne des villes où les clubs sont installés, que celle-ci va en décroissant avec les séries, de plus de 2,5 millions d’habitants pour la série A à un peu plus d’un demi-million pour la série D. Elles permettent enfin de construire des cartes montrant localisation et poids démographique des villes-sièges des équipes disputant ces épreuves.

 Population communale et classification du meilleur club de la ville

Population et classification

 

Sur le site de la CBF figure en outre un classement complet des clubs, au-delà de ceux qui jouent dans le quatre séries du championnat, résultat d’un travail complexe de traitement des résultats puisqu’il prend en compte à la fois leurs résultats dans les matchs de Coupe du Brésil et dans le championnat, selon des critères clairement affichés : le classement obtenu en série A, B ou C vaut tant de points, atteindre les 32e de finales tant de points, les 16ede finale tant, etc. La carte que j’en ai tiré confirme la poids des grandes villes, notamment celles du Sud-Sudeste, qui se taillent la part du lion dans ce classement.

Classement des clubs par la CBF en 2014

Ranking CBF 2014 [Converti]

Sur les données des championnats, plus complètes en termes de données, j’ai choisi de mener une classification ascendante hiérarchique (CAH) associant des critères de succès au football (points par habitant – pour réduire l’effet de masse – victoires, but marqués, victoires à l’extérieur, points par partie) et d’autres caractérisant la situation socio-économique de la ville.

La typologie produite par la CAH produit de groupes de villes ayant des profils semblable. Sur ces profil (situé sous la carte), pour chaque variable le groupe est soit au-dessus (barres vers la droite) soit au-dessous (barres vers la gauche) de l’ensemble des villes analysées. Cette typologie peut être interprétée comme suit:

–          Groupe 1: résultats au futebol un peu au-dessus de la moyenne, principalement en termes de buts marqués et de victoires à l’extérieur, mais moins en points par partie (on est dans l’élite, les défenses sont efficaces) et en points par habitant (ce sont des villes très peuplées). La marque distinctive du groupe est un PIB par habitant et un indice de développement élevés, elles se situent toutes (à une exception près), dans le Sudeste, le Sul et la partie du Centre-Ouest qui s’est récemment développée grâce à la culture du soja, du maïs et du coton.

–          Groupe 2: proche du précédent, avec des résultats moins bons dans les stades (les cercles indiquant le nombre de points sont plus petits), mais tous au-dessus de la moyenne, un PIB par habitant plus bas mais un meilleur indice de développement. Il comprend Brasília, Vitória (capitale de l’État d’Espírito Santo), les villes industrielles de Catalão, et Betim, et Barueri, dans la banlieue de São Paulo.

–          Groupe 3: résultats au futebol en-dessous de la moyenne, sauf pour le nombre de points par partie et par habitant (ce sont des villes moins peuplées), PIB par habitant et indice de développement plus bas que la moyenne et surtout – c’est le trait distinctif du groupe – proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família, donc de pauvres. Sans surprise, ce groupe se situe tout entier dans le Nordeste et en Amazonie, les régions les plus pauvres du pays,

–          Groupes 4 et 5: proches du précédent, avec des résultats sur les terrains un peu meilleurs pour le groupe 4 (en victoires et buts marqués) et moins bons pour le groupe 5, alors que c’est l’inverse pour la proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família. Sauf la petite ville de Goianésia (moins de 60 000 habitants) dans les Goiás, Aracruz (Espírito Santo) et les banlieues pauvres de Rio de Janeiro (Nova Iguaçu et Duque de Caxias) toutes sont dans le Nordeste et en Amazonie. On trouve ici bon nombre de capitales d’États fédérés, plutôt dans le groupe 5, moins marqué par la pauvreté.

Typologie des villes participant au championnat

CAH indices-5

Cette typologie qui associe résultats aux sportifs et poids des villes a donc manifestement une dimension socio-économique, à côté de sa dimension démographique, et l’on retrouve ici – sans surprise – les disparités bien connues entre le Brésil du Sud-Sudeste et l’ensemble Norte-Nordeste, une des trames majeures de la géographie sociale brésilienne. Toutefois, on a vu ici et là des exceptions, de grandes équipes dans de petites villes, de belles réussites même dans des régions pauvres, ce qui oblige à changer d’échelle d’analyse, à passer de celle des villes à celle des clubs.

 Il suffit de parler un peu de football avec des passionnés de ce sport pour réaliser que la fidélité des supporters (torcedores) va en fait non pas à leur ville mais à leur club. C’est d’autant plus perceptible que de multiples signes extérieurs leur permettent d’afficher leur appartenance, les clubs ont un drapeau, un blason, un maillot (camisa). Il est de bon ton de revêtir ce dernier pour aller assister aux matchs, évidemment, mais aussi pour aller jouer une partie entre amis, aller à la plage, ou même au cinéma ou au shopping center.

Un des éléments principaux de la fidélité fanatique des supporters à leur club est la rivalité avec ceux d’autres équipes, dont aucune n’est aussi vive que celle qui les oppose à l’autre (ou aux autres) torcidas (groupes de torcedores) de leur ville. On « est » Fluminense, Vasco ou Flamengo (à Rio), São Paulo, Palmeiras ou  Corinthians (à São Paulo). L’effet de ces rivalités est manifestement positif puisque toutes les premières villes du classement de la CBF comptent au moins deux clubs, et souvent plus. De toute évidence l’émulation entre les clubs est un puissant aiguillon, incitant les joueurs à se surpasser, les dirigeants à attirer les meilleurs joueurs, les supporters à fréquenter les stades pour les encourager. Si l’on y ajoute les rivalités régionales entre villes proches, comme João Pessoa et Campina Grande, ou Londrina et Maringá, et les rivalités entres les capitales d’États proches, on voit bien que la compétition avec les voisins est le ressort principal de l’excellence.

Répartition des points entre les clubs d’une même ville

Graphique clubs

Il est pourtant un moment où ces rivalités disparaissent, ou plutôt se transfèrent sur un autre plan: quand le Brésil joue dans les compétitions internationales, l’unité se fait et la ferveur qui entoure l’équipe nationale est sans égale. Pendant les matchs le pays s’arrête, chaque but marqué provoque une vague de hurlements d’enthousiasme devant les télévisions, dans tous les coins du pays, des grandes métropoles aux bourgades misérables du Nordeste et jusqu’au dernier village d’Amazonie. Les explosions de pétards permettent de suivre le score (ou du moins celui du Brésil) même aux rares sceptiques qui vaquent à d’autres occupations pendant ces moments de communion nationale.

Cette ferveur et cette communion sont telles que la meilleure Université du pays, l’USP (Universidade de São Paulo) a supprimé les cours (não haverá aula), dans son calendrier officiel pour 2014 les jours où le Brésil jouera un match (jogo do Brasil) et ceux où se jouera à São Paulo un match de la Coupe, même si le Brésil n’y participe pas. Nous signalons –  pour éviter les commentaires malicieux – que les jours perdus ont été compensés en avançant la date de la rentrée. Mais les mois de juin et juillet vont être durs…

Calendrier 2014 de l’Universidade de São Paulo

Calendario USP

 

Source: USP, https://uspdigital.usp.br/jupiterweb/jupCalendario2014_final.jsp


[2] La première étape du traitement des cartes statistiques a été réalisée en utilisant le logiciel Philcarto, disponible sur le site philcarto.free.fr.