Archives par mot-clé : Coupe du Monde

Les Indiens manifestent à Brasília : images et enjeux

Le mardi 25 avril 2017 une grande manifestation a rassemblé des milliers d’Indiens le bâtiment du Congrès national[1], à Brasília : plus de 4 000 selon les organisateurs de la manifestation (la police n’a pas donné d’estimation officielle). Au-delà des images spectaculaires – peintures de guerre et coiffes de plumes, arcs et flèches devant les monuments modernistes dessinés par Oscar Niemeyer pour la nouvelle capitale, inaugurée en 1961 – c’est l’occasion de se demander pourquoi les plus anciens occupants de qui est aujourd’hui le Brésil ne sont pas satisfaits de la place qui leur y est laissée, et éprouvent le besoin de le faire savoir.

Leur but était cette fois de protester contre le gouvernement du président Michel Temer et de réclamer des progrès dans la démarcation des territórios indígenas (les réserves indiennes dans la terminologie brésilienne). Vers 15h30, ils se sont avancés sur la pelouse située devant le Congrès mais ont été empêchés par la police anti-émeute d’accéder à l’entrée de la Chambre des Députés et du Sénat. Ils ont néanmoins réussi à briser le blocus et sauté dans la pièce d’eau qui ceinture le bâtiment pour y jeter des cercueils symbolisant les ethnies indiennes disparues au cours des dernières décennies. La police a alors riposté avec des gaz lacrymogènes et dispersé les participants.

Figure 1 Les Indiens pointent leurs flèches sur le palais présidentiel

Lula Marques/ Fotos Públicas, https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html et http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

Figure 2 Les caciques, portant les traditionnelles coiffures de plumes

Raoni http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio e http://www.ebc.com.br/noticias/brasil/2013/10/indios-fazem-manifestacoes-na-esplanada-dos-ministerios

Figure 3 Les chamanes procèdent aux invocations rituelles et les cercueils rappellent les ethnies disparues

Dida Sampaio/Estadão, http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,policia-usa-bombas-para-dispersar-manifestacao-de-indios-em-frente-ao-congresso,70001751516 et http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

Cette manifestation n’était toutefois pas la première du genre et rappellent notamment celles de 2015

Déjà en 2015

Le deuxième jour de la 11ème édition du Campement de la Terre Libre (13-16 avril 2015), environ 1 500 Indiens d’Amazonie, du Nordeste, du Centre-Ouest, du Sudeste et du Sud du Brésil avaient défilé sur l’Esplanade des Ministères en essayant d’attirer l’attention de la présidente Dilma Rousseff sur leur cause. La police militaire – portant casques, boucliers, armures et matraques – avait alors protégé la Cour suprême, l’objectif symbolique des manifestants de la « Mobilisation Nationale Autochtone ».

Pedro Alexandre Sanches (2015) raconte avoir vu, devant le Palais Itamaraty (siège du Ministère des Affaires Étrangères), les motos des voltigeurs de la police slalomer au milieu des archers, des caciques et des chamanes. Un des caciques avait alors barré la route d’une des motos qui tentait d’entrer dans la procession, en répétant un seul mot : « Respect ! Respect ! Respect !». Selon son récit, la manifestation était pacifique, sans vandalisme, les militants lui donnaient une tonalité de célébration, de danse, de chant, de fête. Des familles entières marchaient ensemble, avec des enfants, des adolescents, des couples âgés, main dans la main. La sonorisation annonçait le passage des divers groupes ethniques, chacun avec ses traits distinctifs : Tupinambás, Pataxós, Xucurus, Araras, Guarani-Kaiowá, venus de tout le pays, du Rondônia, du Roraima, du Pará, du Tocantins, du Mato Grosso, du Mato Grosso do Sul, de la Bahia, du Paraná.

Selon Marcello Pellegrini (2015) les Indiens, les corps peint en rouge de pâte d’urucum (roucou) et portant arcs, flèches et massues, avaient alors demandé et obtenu des réunions avec de hauts responsables brésiliens, comme Michel Temer, alors vice-président, le président de la Chambre des Députés et des juges de la Cour suprême fédérale (STF). Ils ont dû avoir recours à ces pressions externes car ils n’ont plus de représentant au Congrès, le dernier était Mário Juruna, élu en 1983: sans représentation, ils n’ont pas les moyens de contrer au Congrès les intérêts de la bancada ruralista, le groupe parlementaire des grands propriétaires, qui réclame, en justice ou par les armes, des terres dont les Indiens disent qu’elles leur appartiennent.

Figure  4 Les Indiens affichent leurs revendications

Traduction des slogans : « La démocratie c’est de délimiter toutes les terres indigènes » et « Fin du génocide, longue vie aux Indiens, aux fleuves et aux arbres ». Photo 1 Mário Vilela/Funai, http://www.funai.gov.br/index.php/comunicacao/noticias/3580-indigenas-ocupam-congresso-nacional-contra-pec-215-presidente-da-camara-plano-matopiba-e-paralizacao-de-demarcacoes et http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

Le point de vue officiel et celui des Indiens

Au Sénat, les rencontres avec les Indiens sont pourtant fréquentes, à en croire, sur son site (photos à l’appui), la « galerie »[2] du « Jour de l’Indien » (Dia do Índio). Selon celle-ci les Indiens viennent régulièrement au Sénat pour participer aux débats sur la délimitation de leurs terres et des questions relatives à la Journée de la lutte des peuples autochtones. Ils ont assisté à des débats tenus par la Commission des droits de l’homme sur de meilleures conditions pour l’éducation et la santé publique dans leurs territoires, ou sur les problèmes causés par le décret qui a remodelé la Funai (Fondation Nationale de l’Indien) et supprimé ses administrations régionales.

Figure  5  Des leaders indiens présentent leurs revendications au Congrès

Foto: Marcelo Camargo/Agência Brasil http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio  et https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html

Figure  6 Des leaders indiens sont reçus par les présidents successifs du Sénat

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

Le point de vue des Indiens, transmis par Mônica Carneiro et Matheus Alencastro sur le site de la Funai, est quelque peu différent. Selon Sonia Guajajara, de l’Association des peuples autochtones du Brésil (APIB), le mouvement indigène est mobilisé depuis le début de l’année 2015 : « Des délégations se sont relayées chaque semaine, chaque mois, tout au long de 2015, pour protester contre la PEC 215 [voir ci-dessous], contre les projets miniers, pour protester contre les autres mesures qui sont discutées ici et qu’ils peuvent voter à tout moment ». Neguinho Truká ajoute que « la Chambre des Députés est la grande menace pour les peuples autochtones du Brésil ».

Présent à la manifestation de 2015, le cacique Babau, du peuple indigène Tupinambá (dans l’état de Bahia, une région marquée par d’intenses conflits fonciers avec les agriculteurs) avait dit, lui aussi, que les populations autochtones devaient revendiquer leurs droits à Brasilia, exprimer leur insatisfaction à l’égard de la bancada ruralista, et demander la régularisation des territoires des communautés traditionnelles. « Assez de concentration des terres entre les mains des puissants. Donnez la terre qui leur revient à ceux qui y vivent, et veulent y prospérer » insistait-il.

Les Indiens qui vivent dans le cerrado (savanes arborées) ont également manifesté contre le plan de développement dit « Matopiba », un mot-valise utilisé pour désigner une zone géographique qui couvre en partie les territoires du Maranhão, du Tocantins, du Piauí et de la Bahia. Elza, représentant des populations autochtones Xerente, avait souligné que son peuple n’acceptera pas le plan : « Nous sommes là pour qu’ils voient que nous existons et que nous n’acceptons pas Matopiba, qui détruit la nature, nous prend notre eau. Nos peuples autochtones vivent des fruits qui poussent dans le cerrado ».

La cacique Nega Kanela, qui vit à Araguacema (Tocantins) sur des terres non encore régularisées, expliquait en outre que la défense du cerrado ne devait pas seulement être le fait des seuls peuples autochtones et des communautés traditionnelles, mais de tout le peuple brésilien. « Le Matobipa pour nous est comme une nuée de sauterelles, il détruira toutes les forêts. Aujourd’hui, nos cours d’eau sont déjà à sec, en raison de l’action de la bancada ruralista. Il y a trop de soja, trop de canne à sucre, maintenant les plantations d’eucalyptus viennent détruire ce qui nous reste. Alors nous, les peuples autochtones défendons le Cerrado […]. Nous ne le protégeons pas seulement pour nous, mais pour toute la population. Parce que le réchauffement climatique est déjà là, et Mapitoba va détruire le peu de cerrado qui nous reste ».

Les acteurs et les enjeux

La frustration des Indiens s’est aggravée parce que bien peu de ce que Dilma Rousseff avait promis au cours de la campagne électorale de 2014 a été réalisé. En octobre de cette année, elle avait publié une « Lettre aux peuples autochtones du Brésil », dans laquelle elle avait réaffirmé son engagement en faveur de la démarcation des terres, de la santé et de l’éducation des autochtones. Le document avait été reçu par eux comme une demande de « deuxième chance » du gouvernement de Dilma, son premier mandat (2011-2014) est celui qui a connu le moins de démarcation de terres depuis le retour à la démocratie, en 1985, ce qui est considéré comme « un tournant historique » par l’ancien président de la Funai, Marcio Santilli : seulement 10 terres délimitées et 11 homologuées (la dernière étape), contre 51 et 21 sous Lula). Et depuis lors, la situation n’a fait qu’empirer.

La Funai, responsable de la protection et de la promotion des droits des Indiens, a vu son budget baisser de 174 millions de Reais en 2013 à 154 en 2014 (de 52 à 46 millions d’Euros) et le nombre de ses employés permanents a diminué de 2 396 à 2 238. En outre, elle a été en situation de précarité institutionnelle pendant la majeure partie du gouvernement Dilma, elle a eu un président intérimaire pendant près de deux ans, fait sans précédent dans son histoire. C’est pourquoi l’Association des peuples autochtones du Brésil (Apib) avait envoyé, le 15 avril 2015, une lettre à la Président, qui exigeait l’accomplissement des promesses de campagne et demandait « aucun droit en moins, aucun retour en arrière, plus de droits et plus de marche en avant ».

Figure 7 La lettre des Indiens à Dilma Rousseff

https://mobilizacaonacionalindigena.files.wordpress.com/2015/04/carta-pc3bablica-da-mobilizac3a7c3a3o-indc3adgena-nacional-c3a0-presidente-dilma-15-de-abril-2015.pdf

La PEC 215

À la Chambre des Députés, des parlementaires de la bancada ruralista ont réactivé la Commission spéciale créée pour étudier la proposition d’amendement constitutionnel (PEC) 215. Si elle est approuvée, celle-ci retirera à l’exécutif l’exclusivité de la démarcation des terres indiennes et partagera ce pouvoir entre lui et le Congrès. Cette initiative est interprétée par les dirigeants indiens comme un moyen de retarder la démarcation, déjà lente, des terres indiennes et selon Rui Daher (2014), ce serait comme donner au renard les clés du poulailler.

L’objet principal du litige est la possession des terres fédérales réservées à l’usage exclusif des Indiens et l’argument principal de la bancada ruralista repose est que, selon les données de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique), 13 % du territoire national sont déjà réservé aux Indiens, qui représentent moins de 0,5% de la population. Sans mentionner, toutefois,  que 98,5 % de ces terres sont situées en Amazonie et que la délimitation des réserves n’empêche pas complètement la spéculation immobilière, l’avancée des chercheurs d’or, des bûcherons ou même le lancement de grands projets publics et privés pour l’exploitation minière et l’énergie hydraulique.

Dans le même temps, la justice se prononce régulièrement sur les conflits en cours, et pas toujours en faveur des Indiens. En octobre 2014, le STF (Supremo Tribunal Federal, la Cour suprême brésilienne) a décidé d’annuler deux reconnaissances des terres occupées traditionnellement par les peuples Guarani-Kaiowá et Terena, dans le Mato Grosso do Sul, et Shin-Apãnjekra dans le Maranhão. De l’avis des juges, la promulgation de la Constitution de 1998 était la date-limite pour reconnaître le droit des autochtones à occuper le territoire. Autrement dit, les Indiens qui n’avaient pas fait reconnaître leur occupation avant 1988 n’ont aucun droit à la terre.

« C’est une décision absurde, qui ne prend pas en compte l’histoire du conflit dans le pays », dit le cacique Lindomar Terena. « Comment aurions-nous pu être sur le terrain en 1988 alors que nous en avons été expulsés et transférés vers des réserves ? ». Le juge du STF Dias Toffoli a déclaré que le recours au pouvoir judiciaire n’est pas la meilleure façon de résoudre des problèmes comme celui-ci. « En justice, il n’y a pas de moyen terme, l’un ou l’autre gagne, ce qui ne résout pas le conflit. Idéalement, ce serait à l’État d’intervient pour créer trouver une solution arbitrée »

Le nœud du problème, la démarcation des terres indiennes

Le processus de démarcation, régi par le décret n° 1775-1796, vise à identifier et signaler les limites du territoire traditionnellement occupé par les peuples autochtones. En vertu du même décret, la délimitation des terres traditionnellement occupées par des autochtones passe par les étapes suivantes, de compétence du pouvoir exécutif [3]:

  1. études d’identification et de délimitation, à la charge de la Funai ;
  2. études administratives « contradictoires » (prenant en compte les points de vue opposés) ;
  3. déclaration des limites, sous la responsabilité du Ministre de la Justice ;
  4. délimitation physique, à la charge de la Funai ;
  5. enquête foncière évaluation des améliorations mises en œuvre par les occupants non indigènes, à la charge de la Funai, conjointement avec l’enregistrement des occupants non indigènes, à la charge de l’INCRA (Institut national de colonisation et réforme agraire) ;
  6. approbation de la démarcation, à la charge de la Présidence ;
  7. expulsion des occupants non indigènes, avec indemnisation des améliorations jugées faites de bonne foi, à la charge de la Funai, et réinstallation des occupants non-autochtones qui correspondent au profil de la réforme agraire, à la charge de l’INCRA ;
  8. enregistrement des terres autochtones au Secrétariat du Patrimoine de l’Union, à la charge de la Funai ;
  9. interdiction de l’accès aux zones réservées à la protection des peuples autochtones isolés, à la charge de la Funai.

À l’heure actuelle, selon l’ISA (Instituto Socioambiental)[4] 480 terres autochtones ont été homologuées mais 224 sont toujours en cours de reconnaissance (108 en identification, 44 identifiées et 72 seulement déclarées). La plupart des terres autochtones – 70% – ont donc été reconnues, si bien que le processus est en « phase terminale », selon l’ancien président de la Funai Marcio Santilli (Milanes, 2013). Le problème est que les zones qui restent sont précisément celles où existent des conflits : « souvent, les problèmes de reconnaissance des terres indigènes se concentrent dans des zones où des titres de propriété ont été donnés à des tiers par le gouvernement lui-même », a déclaré Santilli. Les terres auxquelles il fait référence sont des terres publiques, en territoire indien, qui ont été donnés à des squatters pendant la dictature, dans le cadre de la réforme agraire ou d’un projet « intégrer pour ne pas perdre » en Amazonie.

Ces processus traînent depuis des décennies devant les tribunaux, ce qui augmente l’anxiété et les risques de conflits La solution à cette impasse, argumente Santilli, pourrait être accélérée si la Présidence mettait en œuvre des arrangements de compensation entre les Indiens et les colons, au lieu de judiciariser le conflit. « Il est clair que seul le gouvernement peut résoudre un problème qu’il a lui-même créé dans le passé », dit-il.

Cependant, rien n’indique que la Présidence opter pour cette voie. Une vingtaine de terres indigènes attendent depuis des années la signature présidentielle pour être homologuées, une douzaine d’autres processus, sans qu’aucun obstacle administratif ou judiciaire s’y oppose, attendent les décisions déclaratoires du ministère de la Justice. « Le processus doit être repris, parce que la situation est très mauvaise dans tout le pays. Dans le Mato Grosso do Sul nous vivons une violence constante, il y a des gens qui campent sur le bord des routes et des meurtres sont commis chaque jour. […] Les terres indigènes souffrent de situations graves invasion, l’exploitation forestière et minière » explique Sonia Guajajara, coordinatrice de l’Association des peuples autochtones du Brésil (Apib).

En outre, la PEC 215 n’est pas la seule préoccupation pour les Indiens. Circulent au Congrès un projet de loi (PL) et un projet de loi complémentaire (PLP) de contenu similaire, visant à réduire leurs droits en faveur des intérêts de l’exploitation minière et de l’agro-industrie. Le projet de loi 1610-1696, vise à réglementer l’exploitation minière dans les terres indigènes, alors que la PLP 227 crée des exceptions au droit à l’usage exclusif des terres traditionnelles autochtones, en cas d’intérêt public pour l’Union.

Les problèmes de la démarcation

L’anthropologue Beto Ricardo est l’un des fondateurs de l’Institut socio-environnemental (ISA), un chef de file des organisations de défense des droits des autochtones et des populations traditionnelles. Il raconte à un journaliste de Carta Capital (Milanes, 2013) les arrière-plans de la mobilisation rurale et des tentatives de changer la Constitution.

Carta Capital – Pour se défendre, les Indiens manifesteront à Brasilia. Quels sont les enjeux ? Comme se passe ce débat ?

Beto Ricardo […]. Il n’y pas, y a dans le monde entier, un seul cas où le pouvoir législatif procède à la délimitation des terres, c’est typiquement une tâche de l’exécutif. Par le transfert partiel de cette tâche depuis le pouvoir exécutif vers le législatif, la bancada ruralista a l’intention de paralyser le processus ou de retailler les territoires en fonction de critères politiques, ce qui est manifestement contraire à la Constitution. […]. Les Indiens croient que la Constitution actuelle est un pacte entre l’Etat brésilien et son peuple, modifier ce texte, rapidement, de façon nébuleuse et unilatérale, est une rupture de cette alliance […].

CC- Une étude de l’ISA a montré plusieurs autres projets contraires aux droits des peuples autochtones […]. Quelle est la stratégie derrière tout cela ?

BR […] Certaines propositions peuvent fournir un meilleur moyen de chantage contre le gouvernement, comme la PEC 215, pour forcer l’approbation d’autres propositions telles que la PLP (projeto de lei complementar) 227, qui lui est inférieure dans la hiérarchie juridique (elle n’a besoin que d’un plus petit quorum pour son approbation) mais qui est plus dangereuse pour les droits des autochtones, en raison de la portée de ses dispositions […].

Figure 8 Des négociations qui prennent appui sur la Constitution

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

CC – Pourquoi cette réaction contre la Constitution fédérale maintenant, qu’est-ce qui a changé ? C’est la société qui ne veut plus protéger les Indiens, ou ce sont les grands agriculteurs qui ont pris le pouvoir et l’utilisent contre la société ?

BR – Il y a une distorsion de la représentation politique, avec un poids disproportionné, à la Chambre des Députés, des grands exploitants agricoles, dans un pays essentiellement urbain. […]. Au cours des 25 dernières années, les frontières territoriales se sont fermées. Il y a eu une augmentation significative de la mise en réserve des terres publiques fédérales, y compris la reconnaissance des terres autochtones, la création d’aires protégées et d’autres zones spéciales, en parallèle avec l’augmentation exponentielle de l’agriculture. […] Et maintenant les intérêts expansionnistes des grands agriculteurs veulent se développer sur ces terres de l’Union réservées à des destinations spéciales et collective […].

CC – Que signifient ces changements dans la Constitution pour l’avenir ? Plus de conflits ?

BR – La façon de surmonter ou de réduire les conflits est la démarcation des terres, la paralyser signifie perpétuer les conflits, et réexaminer les démarcations signifie rouvrir les conflits déjà surmontés. En brisant le pacte constitutionnel, le Congrès et le gouvernement mettent ces peuples en conflit permanent avec l’État,  la société et la Nation, comme au temps la dictature militaire (1964-1985). Maintenant, les dégâts politiques dans le pays seraient bien plus grands, car on ne peut plus censurer la presse et les mouvements indigènes […].

CC – Quelles sont les similitudes entre l’actuel mouvement contraire aux droits des Indiens et des quilombos[5] et les changements dans la législation environnementale, comme le Code forestier ?

BR – Avec la destruction du Code forestier brésilien, en 2012, les propriétaires fonciers se sont débarrassés de pratiquement toutes les obligations légales relatives à la fonction environnementale de leurs propriétés. Maintenant, ils veulent avancer au-delà de leurs propriétés afin de faire place à l’expansion de la frontière agricole par l’occupation illégale (même si elle est ensuite légalisée) des terres publiques. Cela ne va pas nuire seulement aux Indiens, mais à tout le Brésil. Ils veulent avancer sur les terres autochtones, les quilombos, les parcs nationaux, les réserves de cueillette, les lotissements de réforme agraire pour augmenter leur patrimoine […]. Rappelez-vous aussi que ces sont ces mêmes élites qui ont massacré les Indiens, naguère, et qui veulent recommencer à le faire maintenant, sont les responsables de la création de l’une des sociétés les plus inégales du monde contemporain, de l’une de ses pires concentrations de terres.

Les Indiens sont intégrés à la société nationale brésilienne, que certains le veuillent ou non, et c’est pourquoi ils manifestent à Brasilia, qui est aussi leur capitale. D’où le raccourci saisissant d’ancestrales coiffures de plumes profilées devant les dômes d’Oscar Niemeyer. Et ils sont partie prenante à ses débats, comme ceux qui ont précédé la Coupe du Monde de football Fifa de 2014 : beaucoup d’entre eux supportent la Seleção, l’équipe nationale (et ont été attristés par sa défaite en demi finale), mais beaucoup ont été aussi révoltés par ses coûts astronomiques – gonflés par la corruption – et se sont joints à d’autre segments de la société pour les dénoncer. Une preuve comme une autre de leur appartenance à la nation brésilienne, pour le meilleur et pour le pire.

Figure  9 Symboles, coiffures de plume, dôme du Sénat et futebol

http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio et http://copadomundo.uol.com.br/album/2014/05/28/indios-jogam-futebol-durante-protesto-em-brasilia-e-usam-bola-fifa-nao.htm

Bibliographie

Carneiro, Mônica, et Alencastro, Matheus, « Indígenas ocupam Congresso Nacional contra PEC 215, presidente da Câmara e paralisação de demarcações », 16 Dezembro 2015, http://www.funai.gov.br/index.php/comunicacao/noticias/3580-indigenas-ocupam-congresso-nacional-contra-pec-215-presidente-da-camara-plano-matopiba-e-paralizacao-de-demarcacoes

Daher, Rui, Agência Brasil, « Sem pressa para a questão indígena », 25/04/2014

Milanez, Felipe, « Fim de demarcações trará mais conflitos, diz estudioso », Carta Capital, 18/09/2013, https://www.cartacapital.com.br/blogs/blog-do-milanez/fim-das-demarcacoes-vai-provocar-mais-conflitos-mortes-e-inseguranca-juridica-afirma-antropologo-5677.html

Pellegrini, Marcelo, « Índios ocupam Brasília para serem enxergados pelo governo », Carta Capital, 19/04/2015, https://www.cartacapital.com.br/sociedade/indios-ocupam-brasilia-para-serem-enxergados-pelo-governo-7001.html

Peron, Isadora, « Polícia usa bombas para dispersar manifestação de índios em frente ao Congresso », O Estado de S. Paulo, 25 abril 2017, http://politica.estadao.com.br/noticias/geral,policia-usa-bombas-para-dispersar-manifestacao-de-indios-em-frente-ao-congresso,70001751516

Sanches, Pedro Alexandre, « A marcha dos invisíveis », Carta Capital, 15 abril 2015, http://farofafa.cartacapital.com.br/2015/04/15/a-marcha-dos-invisiveis/

[1] Sous ses deux coupoles et dans ses deux tours il abrite à la fois le Sénat (coupole convexe) la Chambre des Députés (coupole concave).

[2] http://www12.senado.leg.br/noticias/galerias/dia-do-indio

[3] http://www.funai.gov.br/index.php/2014-02-07-13-24-53

[4] https://terrasindigenas.org.br/

[5] Villages de descendants d’esclaves fugitifs (note du traducteur)).

Un musée du futebol et de son contexte

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associé à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales : malgré sa déception de la Coupe du Monde de 2014, scellée par l’humiliante défaite 7-1 en demi-finale face à l’Allemagne, le pays reste celui qui a le plus souvent remporté cette Coupe, cinq fois, comme le rappellent les cinq étoiles brodées sur le maillot de la Seleção. Une visite au Museu do futebol, à São Paulo, permet de cerner les rapports entre ce sport et sa place, réelle et imaginaire, dans la société brésilienne.

Le musée est situé sous les gradins du stade municipal, dont le nom officiel est Paulo Machado de Carvalho, mais qui est plus connu sous le nom de Pacaembu, celui du quartier. Construit en 1940 dans un style que l’on peut qualifier de mussolinien – le Président de la République de l’époque, Getúlio Vargas, ne cachait pas ses sympathies pour le régime fasciste – le stade n’appartient à aucune équipe et a même des difficultés à assurer sa programmation depuis que celle qui l’utilisait le plus souvent, le Corinthians, a pu se faire construire son propre stade à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 2014.

Figure n° 1 Localisation du musée

Localisation

Source: Google maps

De ce fait c’est un lieu bien choisi pour ouvrir un musée consacré au football, sans prendre parti pour une équipe ou une autre, et l’on trouve en vente dans sa boutique et sur le vaste parking voisin (figure 2) des maillots et des drapeaux des principaux clubs du pays et même de clubs étrangers, dont le PSG.

Figure n° 2 Le stade Pacaembu

1bis - Pacaembu 2

© Hervé Théry 2015

L’entrée du musée (figure 3) laisse clairement voir la structure des gradins sous lesquels il est abrité, elle est tapissée d’images (affiches, fanions, publicités, etc.) à la gloire des clubs, des joueurs ou du football en général.

Figure n° 3 Sous les gradins, le musée

2 - Sous les gradins 3

© Hervé Théry 2015

Une première salle (figure 4) est consacrée aux origines et à l’histoire lointaine du futebol – comme le sport est appelé au Brésil – les photographies en noir et blanc ou aux tons sépia étant encadrées à l’ancienne, dans des cadres dorés, pour bien souligner qu’il est ici question d’histoire ancienne, remontant au début du XXe siècle, ce qui pour ce pays est quasiment la préhistoire.

Une place particulière est faite à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1994 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle du Hampshire d’où il revenait.

Figure n° 4 Les origines

3ter - Origines

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

D’autres salles sont consacrées aux grands joueurs (dont Pelé et Garrincha), salle curieusement dites des « anges baroques », aux plus beaux buts (commentés par des professionnels ou des personnalités connues), aux retransmissions à la radio qui faisaient vibrer le pays avant la télévision, aux plus beaux délires des finales (sur écrans géants et fond sonore assourdissant). Une autre (figure 5) est consacrée – façon Guinness Book of Records – aux chiffres extrêmes du sport, du public le plus nombreux ayant assisté à un match (plus de 180 000 personnes, au Maracanã) au moins nombreux (55 personnes) en passant par les 1 282 buts marqués par Pelé au cours de sa carrière.

Figure n° 5 Les records

7bis- Records

© Hervé Théry 2015

La salle des Coupes du Monde rassemble sur des totems lumineux (figure 6) des images de toutes ces grand-messes du football mondial, en les associant très pédagogiquement à leur contexte politique, économique et culturel. Curieusement celle de 2014 est encore inachevée, bien qu’y figure déjà la photo de la Mannschaft allemande, qui a laissé au Brésil un souvenir amer, tempéré par le fait qu’elle a terrassé en finale l’archi-rival argentin, lui évitant ainsi le complet désastre.

Figure n° 6 Les Coupes du Monde

4 - 1998

© Hervé Théry 2015

Parmi les documents rassemblés sur ces supports se détachent des slogans et des manchettes de journaux (figure 7) qui sont restés dans les mémoires, depuis l’appel aux armes des habitants de São Paulo lors de la tentative de sécession de 1932, jusqu’au slogan du temps de la dictature militaire (1964-1985) « Brasil, ame-o ou deixe-o » (Brésil, aimez-le ou quittez-le), calqué sur son équivalent aux États-Unis, « America love it or leave it ». En regard de ces excès les manchettes sur les résultats du futebol paraissent anodines, comme le « Carnaval en juin » qui salua la troisième Coupe du Monde, même avec l’emphase d’un « le monde s’incline devant le plus grand football de l’Univers »…

Figure n° 7 Slogans

5bis - Slogans

© Hervé Théry 2015

Les images choisies pour retracer le contexte sont particulièrement bien choisies, la figure 8 en retient la construction de la Transamazonienne, autre grand orgueil du régime militaire, les débuts de la carrière syndicale de Lula, futur président de la République, le retour de la démocratie en 1985 et l’impeachment du président Collor en 1992, qui donna lieu à des célébrations dignes d’une victoire en finale.

Figure n° 8 Contextes

6bis - Contexte

© Hervé Théry 2015

Une des salles est toutefois bien différente, elle est présentée sur place et sur le site du musée[1] de la façon suivante: « La fatidique défaite de l’équipe du Brésil face à l’Uruguay, en finale de la Coupe du Monde 1950 au Maracana, est présenté à l’exposition comme un rite de passage ».

De fait la salle est un passage obligé pour pousuivre la visite. On y accède en soulevant un lourd rideau noir, pour se trouver dans l’obscurité (figure 9) face à un écran ou tourne en boucle un film en noir et blanc de ce match vieux de 65 ans, que le Brésil se voyait gagner pour inaugurer dignement le Maracanã, le plus grand stade au monde, et qu’il perdit 2-1.

Le site du musée décrit ainsi l’intention et la « couleur » de la salle: « Dans cette salle, nous sommes confrontés à l’un des moments les plus tragiques et silencieux qui ont eu lieu dans le pays au cours des dernières décennies. Une préparation acoustique de haute technologie crée un climat pénible, qui fait que le visiteur entend le battement d’un cœur lourd … ».

Figure n° 9 Tristesse

8bis - Tristesse 2

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

Á en juger par cette salle, et par les autres salles de ce remarquable musée, on ne peut qu’être d’accord avec l’écrivain José Lins Rego et sa phrase citée en bonne place sur une de ses plaques, « La connaissance du Brésil passe par le futebol ».

© Hervé Théry 2015

Références

Site du musée: http://museudofutebol.org.br/

Bertrand Piraudeau, Le football brésilien, regards anthropologiques, géographiques et sociologiques, L’Harmattan, 2014

Hervé Théry, « Futebol et hiérarchies urbaines au Brésil », M@ppemonde n° 81 (1-2006), http://mappemonde.mgm.fr/num9/articles/art06103.html

[1] http://museudofutebol.org.br/exposicao/longa-duracao/10-sala-10/

Géographie du futebol

Quand l’attention ne se focalise pas sur la Coupe du Monde, tous les quatre ans, le Brésil suit avec passion sa Coupe et ses championnats nationaux, tout aussi disputés. Les programmes de télévision, les radios et les journaux font place belle au sport-roi et dans tout le pays les dimanches après-midis sont consacrés aux matches et les lundis matins à commenter les résultats du week-end, nationaux, régionaux et locaux.

Au vu des résultats, et malgré toute l´énergie déployée par les petites équipes, on ne peut toutefois que constater que le succès va généralement aux équipes des grandes villes, et que comme disait Voltaire, « Dieu est toujours pour les gros bataillons »[1]. Malgré quelques exceptions, comme le Santos où s’illustra Pelé, on a l’impression que la hiérarchie footballistique suit de près la hiérarchie urbaine. On peut toufefois vouloir le vérifier, c’est ce que j’ai fait dans une recherche à paraître d’une part dans un livre dirigé par Bertrand Piraudeau, d’autre part (sous forme plus brève) dans un article de la revue Jurisport: l’idée était de mesurer si les deux hiérarchies coïncident, ou si elles diffèrent sur quelques points, de chercher des corrélations et voir s’il n’existerait pas quelques facteurs spécifiques.

On a pour cela une base statistique solide, la CBF (Confederação brasileira de futebol), tient des comptes minutieux des résultats, publiés sur son site (http://www.cbf.com.br/), et l’on dispose donc de données pour vérifier ou invalider cette hypothèse, notamment par un traitement cartographique[2].

Les données disponibles en janvier 2014, qui portent sur l’ensemble de l’année 2013 pour les quatre ligues nationale (ici appelées séries A, B, C et D), permettent non seulement de vérifier que les équipes des série A et B sont en effet les meilleures (la série B paraissant plus pugnace, sans doute pour tenter de « monter » en série A). Elles montrent aussi, rien qu’en calculant la population moyenne des villes où les clubs sont installés, que celle-ci va en décroissant avec les séries, de plus de 2,5 millions d’habitants pour la série A à un peu plus d’un demi-million pour la série D. Elles permettent enfin de construire des cartes montrant localisation et poids démographique des villes-sièges des équipes disputant ces épreuves.

 Population communale et classification du meilleur club de la ville

Population et classification

 

Sur le site de la CBF figure en outre un classement complet des clubs, au-delà de ceux qui jouent dans le quatre séries du championnat, résultat d’un travail complexe de traitement des résultats puisqu’il prend en compte à la fois leurs résultats dans les matchs de Coupe du Brésil et dans le championnat, selon des critères clairement affichés : le classement obtenu en série A, B ou C vaut tant de points, atteindre les 32e de finales tant de points, les 16ede finale tant, etc. La carte que j’en ai tiré confirme la poids des grandes villes, notamment celles du Sud-Sudeste, qui se taillent la part du lion dans ce classement.

Classement des clubs par la CBF en 2014

Ranking CBF 2014 [Converti]

Sur les données des championnats, plus complètes en termes de données, j’ai choisi de mener une classification ascendante hiérarchique (CAH) associant des critères de succès au football (points par habitant – pour réduire l’effet de masse – victoires, but marqués, victoires à l’extérieur, points par partie) et d’autres caractérisant la situation socio-économique de la ville.

La typologie produite par la CAH produit de groupes de villes ayant des profils semblable. Sur ces profil (situé sous la carte), pour chaque variable le groupe est soit au-dessus (barres vers la droite) soit au-dessous (barres vers la gauche) de l’ensemble des villes analysées. Cette typologie peut être interprétée comme suit:

–          Groupe 1: résultats au futebol un peu au-dessus de la moyenne, principalement en termes de buts marqués et de victoires à l’extérieur, mais moins en points par partie (on est dans l’élite, les défenses sont efficaces) et en points par habitant (ce sont des villes très peuplées). La marque distinctive du groupe est un PIB par habitant et un indice de développement élevés, elles se situent toutes (à une exception près), dans le Sudeste, le Sul et la partie du Centre-Ouest qui s’est récemment développée grâce à la culture du soja, du maïs et du coton.

–          Groupe 2: proche du précédent, avec des résultats moins bons dans les stades (les cercles indiquant le nombre de points sont plus petits), mais tous au-dessus de la moyenne, un PIB par habitant plus bas mais un meilleur indice de développement. Il comprend Brasília, Vitória (capitale de l’État d’Espírito Santo), les villes industrielles de Catalão, et Betim, et Barueri, dans la banlieue de São Paulo.

–          Groupe 3: résultats au futebol en-dessous de la moyenne, sauf pour le nombre de points par partie et par habitant (ce sont des villes moins peuplées), PIB par habitant et indice de développement plus bas que la moyenne et surtout – c’est le trait distinctif du groupe – proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família, donc de pauvres. Sans surprise, ce groupe se situe tout entier dans le Nordeste et en Amazonie, les régions les plus pauvres du pays,

–          Groupes 4 et 5: proches du précédent, avec des résultats sur les terrains un peu meilleurs pour le groupe 4 (en victoires et buts marqués) et moins bons pour le groupe 5, alors que c’est l’inverse pour la proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família. Sauf la petite ville de Goianésia (moins de 60 000 habitants) dans les Goiás, Aracruz (Espírito Santo) et les banlieues pauvres de Rio de Janeiro (Nova Iguaçu et Duque de Caxias) toutes sont dans le Nordeste et en Amazonie. On trouve ici bon nombre de capitales d’États fédérés, plutôt dans le groupe 5, moins marqué par la pauvreté.

Typologie des villes participant au championnat

CAH indices-5

Cette typologie qui associe résultats aux sportifs et poids des villes a donc manifestement une dimension socio-économique, à côté de sa dimension démographique, et l’on retrouve ici – sans surprise – les disparités bien connues entre le Brésil du Sud-Sudeste et l’ensemble Norte-Nordeste, une des trames majeures de la géographie sociale brésilienne. Toutefois, on a vu ici et là des exceptions, de grandes équipes dans de petites villes, de belles réussites même dans des régions pauvres, ce qui oblige à changer d’échelle d’analyse, à passer de celle des villes à celle des clubs.

 Il suffit de parler un peu de football avec des passionnés de ce sport pour réaliser que la fidélité des supporters (torcedores) va en fait non pas à leur ville mais à leur club. C’est d’autant plus perceptible que de multiples signes extérieurs leur permettent d’afficher leur appartenance, les clubs ont un drapeau, un blason, un maillot (camisa). Il est de bon ton de revêtir ce dernier pour aller assister aux matchs, évidemment, mais aussi pour aller jouer une partie entre amis, aller à la plage, ou même au cinéma ou au shopping center.

Un des éléments principaux de la fidélité fanatique des supporters à leur club est la rivalité avec ceux d’autres équipes, dont aucune n’est aussi vive que celle qui les oppose à l’autre (ou aux autres) torcidas (groupes de torcedores) de leur ville. On « est » Fluminense, Vasco ou Flamengo (à Rio), São Paulo, Palmeiras ou  Corinthians (à São Paulo). L’effet de ces rivalités est manifestement positif puisque toutes les premières villes du classement de la CBF comptent au moins deux clubs, et souvent plus. De toute évidence l’émulation entre les clubs est un puissant aiguillon, incitant les joueurs à se surpasser, les dirigeants à attirer les meilleurs joueurs, les supporters à fréquenter les stades pour les encourager. Si l’on y ajoute les rivalités régionales entre villes proches, comme João Pessoa et Campina Grande, ou Londrina et Maringá, et les rivalités entres les capitales d’États proches, on voit bien que la compétition avec les voisins est le ressort principal de l’excellence.

Répartition des points entre les clubs d’une même ville

Graphique clubs

Il est pourtant un moment où ces rivalités disparaissent, ou plutôt se transfèrent sur un autre plan: quand le Brésil joue dans les compétitions internationales, l’unité se fait et la ferveur qui entoure l’équipe nationale est sans égale. Pendant les matchs le pays s’arrête, chaque but marqué provoque une vague de hurlements d’enthousiasme devant les télévisions, dans tous les coins du pays, des grandes métropoles aux bourgades misérables du Nordeste et jusqu’au dernier village d’Amazonie. Les explosions de pétards permettent de suivre le score (ou du moins celui du Brésil) même aux rares sceptiques qui vaquent à d’autres occupations pendant ces moments de communion nationale.

Cette ferveur et cette communion sont telles que la meilleure Université du pays, l’USP (Universidade de São Paulo) a supprimé les cours (não haverá aula), dans son calendrier officiel pour 2014 les jours où le Brésil jouera un match (jogo do Brasil) et ceux où se jouera à São Paulo un match de la Coupe, même si le Brésil n’y participe pas. Nous signalons –  pour éviter les commentaires malicieux – que les jours perdus ont été compensés en avançant la date de la rentrée. Mais les mois de juin et juillet vont être durs…

Calendrier 2014 de l’Universidade de São Paulo

Calendario USP

 

Source: USP, https://uspdigital.usp.br/jupiterweb/jupCalendario2014_final.jsp


[2] La première étape du traitement des cartes statistiques a été réalisée en utilisant le logiciel Philcarto, disponible sur le site philcarto.free.fr.