Archives par mot-clé : Brasília

Défilé du 7 septembre à Brasília

La fête nationale est, au Brésil comme en France, l’occasion d’un défilé militaire sur l’une des artères majeures de la ville, en l’occurrence l’Axe Monumental de Brasília, où se situent tous les monuments officiels de la ville, de la Place des Trois pouvoirs jusqu’à la Bibliothèque nationale, en passant par l’esplanade des ministères et la cathédrale.

La Présidente Dima Rousseff a cette année encore ouvert le défilé dans la Rolls Royce 1953 qui est la voiture officielle des Présidents depuis Getúlio Vargas.

Brasília - DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR
Brasília – DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR

Foto: Ichiro Guerra/PR – http://www2.planalto.gov.br/centrais-de-conteudos/imagens/desfile-civico-militar-de-7-de-setembro-em-comemoracao-ao-dia-da-independencia

Une des attractions récurrentes du défilé, très attendu par les spectateurs, est le passage des Dragons de l’Indépendance, dont le nom officiel est 1º Regimento de Cavalaria de Guardas, l’équivalent de la Garde Républicaine française.

datas-comemorativas-2015

http://www.vidadeturista.com/wp-content/uploads/2015/01/datas-comemorativas-2015.jpg

Comme ailleurs un autre moment fort est le passage des blindés, ici vus devant la cathédrale ce qui, sans aller à évoquer « le sabre et le goupillon » associe du moins des symboles forts des pouvoirs militaire et spirituel.
Chars + avions

© Hervé Théry 2015

Le défilé de 2015 a attirés des milliers de badauds, dont beaucoup s’accumulaient dans les rares zones librement accessibles du bout de l’esplanade, comme ici devant le Musée National de Brasília.
Foule

© Hervé Théry 2015

L’affluence y était d’autant plus grande que les espaces accessibles aux non-VIP sur l’esplanade étaient peu nombreux et qu’il fallait faire une longue queue pour y accéder, une fois le défilé commencé, en espérant occuper la place de ceux qui partiraient avant la fin.
Fila 1

© Hervé Théry 2015

Beaucoup de spectateurs n’ont donc vu du défilé que les barrières érigées pour protéger les tribunes d’une invasion par le vulgum pecus des citoyens ordinaires.

Tapumes 1

© Hervé Théry 2015

Certains ont bien tenté de forcer le passage entre les plaques métalliques, ici devant la caméra du réseau de télévision SBT, mais la police militaire mettait toujours rapidement fin à ces tentatives.

Invasao

© Hervé Théry 2015

Les réticences des autorités à laisser les citoyens accéder librement au défilé venaient de ce qu’elles craignaient des manifestations hostiles à la Présidente ou à son prédécesseur et mentor, Luís Inácio « Lula » da Silva, comme celles qui apparaissent sur la photo ci-dessous. Ils y sont représentés par des mannequins gonflables géants, la première avec un long nez à la Pinocchio, parce qu’elle est accusée d’avoir beaucoup menti pour obtenir sa réélection en 2014, l’autre en uniforme de prisonnier en raison des accusations de corruption portées contre lui dans divers scandales.

Bonecos

https://www.youtube.com/watch?v=e4XbC0cJPdQ, http://msalx.veja.abril.com.br/2015/08/16/1735/pe6Cx/alx_manifestacao_contra_gov_09_original.jpeg?1439757346

Malgré tout le défilé est un moment d’exaltation nationale, notamment au passage de l’Esquadrilha da Fumaça (littéralement l' »Escadrille de la fumée », officiellement « Esquadrão de Demonstração Aérea – EDA »), l’équivalent de la Patrouille de France. On notera tout de même – sans chauvinisme aucun – que cette dernière, elle, parvient à dessiner le drapeau national dans le ciel de Paris le 14 juillet…

Brasília - DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
Brasília – DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013.     REUTERS/Charles Platiau  (FRANCE - Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) - RTX11MJ5
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE – Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) – RTX11MJ5

https://en.wikipedia.org/wiki/Smoke_Squadron et http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-festivites-ensoleillees-du-14-Juillet-521677

Un voyage de São Paulo à Marabá

Une mission de recherche à Parauapebas (Pará) dans le cadre du programme Duramaz 2 (financé par l’ANR-Agence nationale de la recherche) m’a amené le 16 juillet 2014 à traverser une bonne partie du Brésil, de São Paulo à Marabá, l’aéroport le plus proche de Parauapebas.  Au total un vol de 2 050 km, 885 km et 1h45 de vol de São Paulo à Brasília (où nous avons changé d’avion), 1 165 km et 2h15 de vol de Brasília à Marabá (figure n° 1).

Les photographies ci-dessous, ont été prises par moi-même et ma collègue Marie-Françoise Fleury, de l’Université de Metz, au long de ce transect sud-sud-est / nord-nord-ouest de la capitale économique du pays à sa capitale politique et à l’Amazonie orientale.

Figure n° 1 Le parcours

Voyage 2

Peu après le décollage on survole le Pinheiros, affluent du Tietê, et la favela de Paraisópolis, incrustée au milieu du quartier chic du Morumbi.

Photo n° 1 São Paulo, quartier Morumbi et favela Paraisópolis

Sao Paulo Paraisopolis

©Hervé Théry 2014

Plus au sud apparaissent les étendues immenses de banlieues qui forment la majeure partie de l’agglomération de São Paulo et qui, vers le sud, s’étendent jusqu’au bord de lac de barrage de Guarapiranga (voir sur Flickr l’album Périphérie de São Paulo 2011, https://www.flickr.com/photos/54836825@N00/sets/72157627880525215/ ).

Photo n° 2 São Paulo, zona sul et lac de barrage Guarapiranga

Sao Paulo zona Sul 2

©Hervé Théry 2014

Quittant l’agglomération de São Paulo, on aborde les campagnes les plus prospères du pays, entièrement occupées, sans espaces vides et bien polarisées par un dense réseau de villes moyennes qui sont la force principale de cet « interior » de l’État de São Paulo, qui regroupe près de vingt millions d’habitants, autant que l’agglomération de São Paulo, sur une superficie correspondant à peu près à la moitié de la France.

Photo n°  3 État de São Paulo, ville et campagnes

SP cidade e campo

©Hervé Théry 2014

Un peu plus au nord on aborde la zone de production de canne à sucre, où celle-ci est pratiquement monoculture, organisée de façon rigoureuse autour des grandes « usines » à sucre qui produisent sucre, alcool et énergie électrique grâce à la bagasse (les reste des cannes après qu’on en ait extrait le jus sucré), qui est brûlée dans les chaudières de l’usine. L’énergie ainsi produite est suffisante pour assurer la production du sucre, de l’alcool et vendre le surplus sur le réseau électrique.

Photo n°  4 État de São Paulo, champs de canne à sucre et sucrerie (usina)

SP Usina e canaviais-2

©Hervé Théry 2014

Plus au nord encore, déjà dans l’état du Goiás, on voit apparaître les grands cercles correspondants à des zones irriguée par pivot (jusqu’à 800 m de rayon) qui se sont beaucoup développées dans les dernières années  faisant du Goiás aussi un grand producteur agricole, notamment pour les haricots, une des bases de l’alimentation brésilienne.

Photo n°  5 État de Goiás, pivots d’irrigation

GO Pivos e campo 2

©Hervé Théry 2014

Aux abords de Brasília, au long des routes principales, des » villes satellites » se sont développés principalement vers le sud-ouest, au-delà du District fédéral dans l’État du Goiás, sur plusieurs dizaines de kilomètres.

Photo n°  6 Arrivée à Brasília

DF Chegada a Brasilia

©Hervé Théry 2014

Après la correspondance à Brasília et le décollage vers le nord on survole la ville par l’Est, en commençant par la « péninsule des ministres » où se concentrent quelques-unes des plus belles maisons de Brasília, celles de principaux dirigeants politiques.

Photo n°  7 Lac Paranoá, péninsule des ministres

DF Peninsula do ministros MF

©Marie-Françoise Fleury 2014

En prenant de l’altitude de la distance on voit apparaître progressivement l’ensemble de la ville, où se détache encore le « plan-pilote » qui avait été tracée par Lucio Costa et Oscar Niemeyer au moment de la construction de la ville. La forme d’avion qui lui avait été donnée, avec un axe institutionnel majeur et un axe courbe pour les zones résidentielles, est encore bien visible, bien qu’autour de lui les constructions ce soit multipliées. Au premier plan le lac Paranoá et la péninsule du lac nord, où sont également concentrées des résidences de luxe.

Photo n°  8 Le Plan-pilote de Brasília et le lac nord

DF Plano Piloto 2

©Hervé Théry 2014

De plus loin encore on se rend compte que le plan-pilote est désormais cerné par des villes-satellites de plus en plus nombreuses. Au premier plan la ville de Paranoá, qui n’est pas visible depuis le plan-pilote puisqu’elle est au-delà de l’horizon, et dans le fond l’axe qui s’étend vers le sud-ouest et regroupe l’essentiel des villes-satellites. Voir l’album Flickr https://www.flickr.com/photos/54836825@N00/sets/ .

Photo n°  9 La ville-satellite de Paranoá s’approche du lac

DF Plano Piloto 3

©Hervé Théry 2014

Plus au nord encore le vol prend ensuite l’axe du Tocantins, dans l’État du même nom, et survole de vastes étendues de reliefs disséqués où les vallées sont soulignées en vert par des forêts-galeries.

Photo n°  10 État du Tocantins, relief disséqué

GO relief disseque

©Hervé Théry 2014

Le couloir aérien passe au-dessus de la ville de Porto Nacional, qui était la principale agglomération de la vallée et de l’État (créé en 1988 par démembrement du Goiás),   avant la construction de Palmas, la nouvelle capitale du Tocantins, à partir de 1989.

Photo n°  11 Porto Nacional, au bord du Tocantins

TO Ville du Tocantins

©Hervé Théry 2014

Franchissant la frontière entre le Tocantins et le Pará, on aborde l’Amazonie orientale où les défrichements ont été tellement généralisés qu’il ne reste plus de la forêt qui couvrait toute la région jusqu’aux années 1970 que les zones protégées par des parcs nationaux ou des réserves indiennes, et quelques rares bosquets dans les exploitations agricoles.

Photo n°  12 Amazonie orientale, défrichements généralisés

PA Amazonia oriental desmatada 2 MF

©Marie-Françoise Fleury 2014

À la fin du trajet on arrive enfin à Marabá, au confluent du Tocantins et de l’Itacaiúnas, plus au nord on arriverait dans des zones moins défrichées, en direction de Belém.

Photo n°  13 Marabá, au confluent du Tocantins et de l’Itacaiúnas

PA Maraba MF

©Marie-Françoise Fleury 2014