Archives par mot-clé : Bossa nova

« Garota de Ipanema », 55 ans plus tard

Plus de 55 ans après sa création « Garota de Ipanema » (la fille d’Ipanema), composée en 1962 par Vinícius de Moraes et Antônio Carlos Jobim, est encore l’une des chansons les plus connues de toute la bossa nova. Elle en est considérée comme l’hymne, plus encore que « Chega de Saudade » (assez de nostalgie) enregistré par João Gilberto en 1958, qui avait provoqué une véritable révolution dans la musique populaire brésilienne.

Elle est devenue l’un des plus grands « standards » du XXe siècle, elle a été et continue d’être enregistré par de nombreuses interprètes. Officiellement, il y aurait près de 300 versions, mais le nombre réel doit être près de deux fois plus élevé, compte tenu des versions non autorisées. Au total, c’est la deuxième chanson la plus enregistrée dans l’histoire de la musique pop, après « Yesterday » par les Beatles (Vinciguerra 2012).

Paroles originales et traduction française

Olha que coisa mais linda / Regarde quelle belle chose

Mais cheia de graça / Si pleine de grâce

É ela menina, que vem e que passa / C’est elle la fille, qui vient et qui passe

Num doce balanço a caminho do mar / Dans un doux balancement sur le chemin de la mer

Moça do corpo dourado / Demoiselle au corps doré

Do sol de Ipanema / Par le soleil d’Ipanema

O seu balançado é mais que um poema / Son balancement est plus qu’un poème

É a coisa mais linda que eu já vi passar / C’est la chose la plus belle que j’ai vu passer

 Ai ! Por que estou tão sozinho ? / Oh, pourquoi suis je si seul…

Ai ! Como tudo é tão triste / Oh, comme tout est si triste…

Ai ! A beleza que existe / Ah, la beauté qui existe

A beleza que não é só minha / La beauté qui n’est pas qu’a moi,

Que também passa sozinha  / Que passe aussi toute seule

 Ai ! Se ela soubesse que quando ela passa / Oh, si elle savait que quand elle passe

O mundo interinho se enche de graça / Le monde entier se remplit de grâce

E fica mais lindo por causa do amor / Et devient plus beau grâce à l’amour

Só por causa do amor… / Juste à cause de l’amour…

Copyright Marcus Vinícius da Cruz de M. Moraes et Antônio Carlos Brasileiro de A. Jobim

Pour entendre cette version par Tom Jobim et Vinícius de Moraes:https://www.youtube.com/watch?v=lg_afqmeZoE  ou (en public et plus jazzy) https://www.youtube.com/watch?v=KJzBxJ8ExRk

Géographie

Ipanema est un quartier situé dans la zone sud de la ville de Rio de Janeiro, à l’ouest de celui de Copacabana, séparé de lui par la pointe rocheuse où se situe le fort du même nom. Dans les années 1960 il était plus chic que le quartier pionnier de l’occupation du littoral[1], mais il a depuis lors été quelque peu délaissé au profit d’autres plages situées plus loin sur le littoral. La chanson date donc bien un moment d’un gigantesque jeu de saute-mouton immobilier, les plus riches reportant plus loin leurs somptueuses villas à mesure que les moins riches viennent s’installer à proximité. Ipanema, Leblon, les abords de la lagune Lagoa de Freitas, ont été ainsi successivement occupés, puis le mouvement a continué vers Barra da Tijuca, au prix de la construction d’une voie rapide à pistes superposées, indispensable pour franchir les passages où les mornes rocheux tombent directement dans la mer.

Figure 1 Localisation d’Ipanema

Google Maps

Figure 2 Ipanema entre Copacabana et Leblon

Google Maps

Histoire

La chanson avait été composée pour une comédie musicale intitulée Dirigível, à laquelle travaillait alors Vinícius de Moraes. Le titre original était « Menina que passa » (« La fille qui passe »), et les premiers vers étaient différents de ceux de la chanson définitive, plus sombres. Mais ni Tom ni Vinícius n’aimaient les paroles, et elles furent donc remaniées par Vinícius, qui fréquentait assidument avec Tom e bar Veloso (aujourd’hui rebaptisé Garota de Ipanema), où ils s’installaient fréquemment aux petites tables installées sur le trottoir, face à la mer.

La première version

Vinha cansado de tudo / J’étais fatigué de tout

De tantos caminhos / De tant de chemins

Tão sem poesia / Tellement sans poésie

Tão sem passarinhos / Tellement sans oiseaux

Com medo da vida / Peur de la vie

Com medo de amar / Peur d’aimer

Quando na tarde vaziaQuand dans l’après-midi vide

Tão linda no espaçoTellement belle dans l’espace

Eu vi a meninaJ’ai vu cette fille

Que vinha num passo / Qui marchait d’un pas

Cheio de balanço / Qui semblait une danse

Caminho do mar / Sur le chemin de la mer

Figure 3 Tom Jobim et Vinícius de Moraes

http://www.gazetadopovo.com.br

La chanson leur y a été inspirée par Heloísa Eneida Menezes Paes Pinto (dite Helô Pinheiro), une jeune fille qui vivait dans la rue Montenegro, à Ipanema. Chaque jour, elle passait devant le bar Veloso pour aller à la plage et y entrait parfois acheter des cigarettes pour sa mère.

Beaucoup de femmes ont prétendu être la muse inspiratrice de la chanson, mais c’est l’auteur lui-même, Vinícius, qui a fait connaître publiquement le nom d’Heloísa Pinheiro : « c’est pour elle que nous avons fait, avec respect et un enchantement muet, la samba qui l’a fait connaître dans le monde entier et fait de notre bien-aimée Ipanema un mot magique dans les oreilles étrangères », a expliqué le poète de l’époque.

Dans « Revelação a verdadeira Garota de Ipanema » (Révélation la vraie fille d’Ipanema, 2004), Vinícius  de Moraes a écrit: « C’était le paradigme de la jeune carioca: une adolescente dorée, un mélange de fleur et de sirène, pleine de lumière et de grâce, à la voir on est aussi triste, parce qu’elle porte avec elle, en route vers la mer, le sentiment de la jeunesse qui disparaît, de la beauté qui n’est pas la nôtre, c’est un don de la vie dans son constant mouvement de flux et reflux ».

Figure 4 Vinícius de Moraes e Helô Pinheiro

http://g1.globo.com

Le succès international

La chanson a été présentée pour la première fois au public carioca le 2 août 1962, le premier enregistrement commercial par Pery Ribeiro date de 1962, mais elle n’a connu sa véritable reconnaissance comme succès international que lorsque, trois ans plus tard, certains artistes américains ont repris sa mélodie. Le 19 mars 1963, elle figurait sur un disque publié par Verve Records et l’année suivante sur le LP Getz / Gilberto (enregistré en mars 1963, sorti en mars 1964), interprétée par Astrud Gilberto, avec João Gilberto à la guitare, Stan Getz au saxophone et la participation de Tom Jobim au piano.

Pour entendre version de Pery Ribeiro: https://www.youtube.com/watch?v=jc6nMjX9pNU&feature=youtu.be

La version de João Gilberto et Stan Getz:

https://www.youtube.com/watch?v=P5sA3fb9Yn4

Lors d’une session d’enregistrement à New York, l’idée leur était venue de créer une version en anglais, dont Norman Gimbel a écrit les paroles. L’épouse de João Gilberto, Astrud Gilberto, était la seule des Brésiliennes du groupe à bien parler anglais et sa voix, sans maniérisme de chanteuse professionnelle, s’est révélée être parfaite pour la chanson. Le single de la chanson est devenu un succès international, dans sa version complète où étaient également incluses les paroles portugaises chantées par João Gilberto, alors qu’elle avait été raccourcie pour la version qui figure sur l’album Getz / Gilberto. Aux États-Unis, le single a culminé à la cinquième place du Billboard Hot 100, et s’est classé au premier rang pendant deux semaines dans la catégorie Easy Listening. Il a culminé au numéro 29 au Royaume-Uni, a très bien figuré dans les classements du monde entier et la reconnaissance majeure est venue avec le Grammy of Recording of the Year, en 1965.

Traduction en anglais

Tall and tan and young and lovely

The girl from Ipanema goes walking

And when she passes, each one she passes goes – ah

When she walks, she’s like a samba

That swings so cool and sways so gentle

That when she passes, each one she passes goes – ooh

(Ooh) But I watch her so sadly

How can I tell her I love her?

Yes I would give my heart gladly

But each day, when she walks to the sea

She looks straight ahead, not at me

Tall, (and) tan, (and) young, (and) lovely

The girl from Ipanema goes walking

And when she passes, I smile – but she doesn’t see (doesn’t see)

(She just doesn’t see, she never sees me…)

 Pour entendre cette version par Astrud Gilberto: https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA

L’héritage de « Garota de Ipanema » a été reconnu lors des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été 2016 à Rio de Janeiro : les mascottes olympiques et paralympiques ont été respectivement nommées Vinícius et Tom, d’après les co-auteurs de la chanson. La cérémonie d’ouverture des Jeux comportait une séquence sur elle et le petit-fils de Jobim, Daniel Jobim, y a interprété la chanson. Spotify a rapporté que la chanson avait été diffusée sur son service 40 000 fois par jour dans les jours qui ont suivi la cérémonie (1 200% d’augmentation), tandis qu’aux États-Unis, la chanson a atteint la 5e place.

Une marque évidente du succès de la chanson est le nombre de reprises par d’autres interprètes et dans des films et téléfilms. Une version instrumentale avait déjà été faite pour le film Girl from Ipanema, en 1967. Sa version anglaise a été chantée par Frank Sinatra, Cher, Nat King Cole, Plácido Domingo, Ella Fitzgerald, Cliff Richards, Madonna, Amy Winehouse et plusieurs autres artistes. Un duo entre Xuxa et Daniel Jobim faisait partie de la bande-son et de l’ouverture de la telenovela de la Rede Globo, Aquele Beijo.

 Pour entendre d’autres versions:

En portugais

Daniel Jobim aux JO de Rio 2016 https://www.youtube.com/watch?v=jXPk4ahT6zY

Baden Powell https://www.youtube.com/watch?v=KTUyLMLdwJo

Elis Regina e Hermeto Paschoal https://www.youtube.com/watch?v=zGnqyIfyXOI

Elsa Soares e Wilson das Neves https://www.youtube.com/watch?v=YB4LUEtrS5o

Gal Costa https://www.youtube.com/watch?v=ITsKmGfiStY

Marina Lima https://www.youtube.com/watch?v=w3twDCV6vKo

Nara Leão https://www.youtube.com/watch?v=z-faHBCDnI4

Roberto Carlos et Caetano Veloso https://www.youtube.com/watch?v=qcf9Opdfmzw

Sepultura https://www.youtube.com/watch?v=dUgr50v_e3M

Xuxa et Daniel Jobim https://www.youtube.com/watch?v=vQFqjTUCBhk

Xuxa et Daniel Jobim https://www.youtube.com/watch?v=vQFqjTUCBhk

En anglais

Amy Winehouse https://www.youtube.com/watch?v=cMCm1I25IJA

Cher https://www.youtube.com/watch?v=NjPK7Qc0ZXE

Cliff Richards https://www.youtube.com/watch?v=TTiK5UthiFA

Frank Sinatra https://www.youtube.com/watch?v=ue4_VM5jxTU

Madonna https://www.youtube.com/watch?v=VGj2IBNZC-Y

Mike Tyson https://www.youtube.com/watch?v=ymadl0aVPC0

Nat King Cole https://www.youtube.com/watch?v=FKT10vJFqp8

Plácido Domingo et Paula Fernandes https://www.youtube.com/watch?v=FKT10vJFqp8

Stevie Wonder https://www.youtube.com/watch?v=ydVvI8N0V9o

Tom Jobim et Frank Sinatra https://www.youtube.com/watch?v=ue4_VM5jxTU

En d’autres langues

Chinois https://www.youtube.com/watch?v=rL9T0mnicmo

Finlandais – Laila Kinunnen https://www.youtube.com/watch?v=wDBbwbGzyhg&feature=youtu.be

Français – Jacqueline François https://www.youtube.com/watch?v=eeVuSLM4krQ&feature=youtu.be

Espagnol et anglais – Maria Esteli Gradiz Rodriguez https://www.youtube.com/watch?v=QzZyr4mRcC4&feature=youtu.be

Esperanto https://www.youtube.com/watch?v=gouAIO8gx_w&feature=youtu.be

Diverses langues https://www.youtube.com/watch?v=7LX9ybOtr_Y

La musique est également présente dans sa version musicale au générique du film Finding Nemo (Le Monde de Nemo en France ou Trouver Nemo au Québec), sorti en mai 2003, et dans une version de musique ascenseur dans le film The Blues Brothers.

Lorsqu’elle est chantée par des artistes féminines, la chanson devient souvent « The Boy from Ipanema », comme l’on fait Peggy Lee (1964), Ella Fitzgerald, The Supremes (1965) et Shirley Bassey (1966). Petula Clark l’a chanté en 1977 dans The Muppet Show et Diana Krall l’a enregistré sur son album de 2009 Quiet Nights.

Pour entendre ces versions:

Diana Krall https://www.youtube.com/watch?v=F5nrXZiHYbY

Ella Fitzgerald https://www.youtube.com/watch?v=0mEAPqxED70

Peggy Lee https://www.youtube.com/watch?v=8GrXmoVNDVw

Petula Clark https://www.youtube.com/watch?v=_RKQI5P7GAU

Shirley Bassey https://www.youtube.com/watch?v=Ltpt8M4lH9w

The Supremes https://www.youtube.com/watch?v=tZPFlR3yrtM

La chanson a été couronnée au Latin Grammy Hall of Fame en 2001 et en 2004, elle a été l’un des 50 enregistrements choisis par la Library of Congress pour être ajoutés au registre national des enregistrements. En 2009, elle a été classée par l’édition brésilienne de Rolling Stone comme une des trente plus grandes chansons brésiliennes.

Autre marque de succès, Garota de Ipanema a connu parodies et procès. Une parodie de la chanson, avec des paroles différentes écrites par Stephen Sondheim, est intitulée The Boy From… et une autre, de Bob Rivers, était intitulée The Girl With Emphysema… En 2001, les propriétaires des droits d’auteur de la chanson (les héritiers des compositeurs) ont poursuivi Helô Pinheiro pour avoir utilisé son titre comme nom de sa boutique de vêtements. Dans leur plainte, ils ont déclaré qu’ils ne lui avaient pas permis d’utiliser un nom qui leur appartenait légalement. En réponse elle a fait état du communiqué de presse de Jobim et Moraes, dans lequel ils avaient déclaré qu’elle était la vraie fille d’Ipanema, comme preuve qu’ils avaient bien l’intention de lui accorder l’usage du titre, et le tribunal a statué en sa faveur.

Pour entendre ces versions:

Stephen Sondheim  https://www.youtube.com/watch?v=zdNkvByFVvI

Bob Rivers https://www.youtube.com/watch?v=5-wyCWE4kSk

55 ans plus tard

Aujourd’hui âgée de 72 ans, mariée à son petit ami de l’époque, mère de quatre enfants et grand-mère de trois petits-enfants, Helô Pinheiro se souvient avec nostalgie, dans un entretien de 2015 (Silveira 2015), de la plage qu’elle a contribué à faire connaître dans le monde entier.

« Elle n’avait que 17 ans lorsque les précurseurs de la bossa nova la virent passer sur le chemin de la mer. Ce n’est que deux ans et demi plus tard qu’elle a su avoir été l’inspiration de la chanson. Je disais “Mais non, je ne suis pas tout ça. Qu’est-ce que ça veut dire ?” ». Elle ajoutait: « “Tout ce que j’ai vécu est maintenant du passé. Je plaisante qu’aujourd’hui je suis la petite vieille d’Ipanema, plus la fille d’Ipanema”. La vie de l’adolescente timide, fille d’un père militaire et d’une mère rigide, a été bouleversée. Harcelée par des journalistes du monde entier, elle a commencé à être recherchée comme modèle et mannequin. À l’époque, elle sortait déjà avec Fernando Pinheiro, sa fidélité à son premier amour a été déterminante, elle ne s’est pas laissé emporter par la galanterie des bossa-novistas ». […]

Figure 5 Helô Pinheiro hier et aujourd’hui

La photographie du bas est l’image d’accueil du site d’Helô Pinheiro, celle du haut est un montage puisque le paysage d’arrière-plan est dans son état actuel. http://helopinheiro.com.br/

“Nous étions beaucoup plus naturels, nous jouions au volleyball sur la plage, mais sans ce souci de se montrer. Les gens d’aujourd’hui sont très inquiets d’avoir un corps bien travaillé, plein de muscles […] Mais je plaisante que le sable est le même, et la mer est la même. Elle continue à nous rafraîchir, le sable a toujours la même texture et le morne Dois Irmãos continue à embellir le paysage. Je pense qu’Ipanema est un cadeau de Dieu” ». Mais la bossa nova a été la bande son de sa vie et c’est Garota de Ipanema qui lui indique que son téléphone portable reçoit un appel ».

Figure 6 Le bar Veloso devenu Garota de Ipanema

http://garotadeipanemashop.com

Le bar Veloso est devenu Garota de Ipanema  et à côté se trouve un Garota de Ipanema Shop, au coin de la rue qui s’appelait Montenegro et a été rebaptisée rue Vinícius de Moraes, devenus des sites touristiques qui accueillent tous les jours de nombreux visiteurs du monde entier.

Figure 7 La rue Vinícius de Moraes

http://garotadeipanemashop.com

Références webographiques

EFE, « Música ‘Garota de Ipanema’ completa 50 anos de sucesso, ciúmes e disputas judiciais », Gazeto do Povo, 04/07/2012, http://www.gazetadopovo.com.br/caderno-g/musica-garota-de-ipanema-completa-50-anos-de-sucesso-ciumes-e-disputas-judiciais-2i5touazm7qtvnyfpa4zzrrke

Garota de Ipanea Shop, « A história da garota de Ipanema », http://garotadeipanemashop.com/historia-da-garota-de-ipanema/?v=19d3326f3137

Morais, Vinícius de, « Revelação: a verdadeira Garota de Ipanema. », November 24, 2004, http://oblogdopeter.blogspot.fr/2004/11/revelao-verdadeira-garota-de.html

Paroles originales et traduction française, https://www.lacoccinelle.net/263038.html

Silveira, Daniel, « Eterna ‘Garota de Ipanema’ lembra com saudade do Rio de 1965 », G1 Rio, 08/02/2015, http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/noticia/2015/02/eterna-garota-de-ipanema-lembra-com-saudade-do-rio-de-1965-assista.html

Vinciguerra, Thomas, « The Elusive Girl From Ipanema », The Wall Street Journal, Thomas, July 2, 2012, https://www.wsj.com/articles/SB10001424052702303649504577492603567202024

X, « Garota de Ipanema », Wikipédia, a enciclopédia livre, https://pt.wikipedia.org/wiki/Garota_de_Ipanema

X, « The Girl from Ipanema », Wikipedia, the free encyclopedia, https://en.wikipedia.org/wiki/The_Girl_from_Ipanema

[1] Voir dans Braises « Histoire d’un lieu mythique, Copacabana« , (https://braises.hypotheses.org/1303).