Archives par mot-clé : anthropophagie

Anthropophagie et démesure brésiliennes

Les Brésiliens francophiles aiment souligner l’influence française dans leur pays et affirment qu’ils aiment importer des idées françaises, que par exemple leur législation est basée sur le Code Civil napoléonien, ou leur « lois des eaux » sur le modèle français des agences de bassin. Certes, mais il faut bien reconnaître qu’en les important ils modifient ces emprunts au point que les Français ont parfois du mal à les reconnaître. Il n’y a là rien que de normal, il est tout à fait logique que pour adapter quoi que ce soit (idée, institution ou pratique) qui vienne de la vieille Europe, elles doivent être adaptées aux réalités, habitudes et goûts locaux.

Mais le changement est souvent drastique, car en les absorbant, les Brésiliens les assimilent et les transforment, parfois radicalement. Cela commence para la prononciation, « Carr’four » devient « Carréfour », Leroy-Merlin » se prononce « Léroï-Merlinne », et cela continue par la transcription des mots jadis français, réécrits en fonction de leur prononciation locale : abajur (abat-jour), bibelô (bibelot), bijuteria (bijouterie), bisoté (biseauté), bufê (buffet), camelô (camelot), chofer (chauffeur), maiô (maillot), suflê (soufflé), sutiã (soutien-gorge), tafetá (taffetas), toalete (toilette), etc.

Cette tendance ne date pas d’hier et pour qualifier ce processus – et attirer l’attention – un courant artistique brésilien avait dans années 1920 choisi de se baptiser « mouvement anthropophagique »[1]. S’appuyant sur le Manifesto antropófago (« Manifeste anthropophage ») du poète et agitateur Oswald de Andrade, il prônait non pas le rejet des cultures étrangères (et en particulier des cultures européennes), mais au contraire leur appropriation, leur absorption, leur assimilation. Pour cela il proposait aux Brésiliens de s’inspirer de la façon dont les « Indiens » qui peuplaient la côte du (futur) Brésil avaient accueilli les Européens qui le « découvraient » : en les mangeant, pour assimiler leur savoir, leur force, leur puissance, mais en les mettant – si l’on ose dire – « à leur sauce ».

La métaphore a été elle-même bien assimilée et dans sa série des « Portraits de géographe »[2] de la Société de Géographie, celui qu’elle m’a consacré avait pour titre « Le Brésil est un pays anthropophage… »[3]. Le rédacteur a choisi de la titrer ainsi car j’y relatais que, quand il m’avait incité à travailler sur ce pays, Pierre Monbeig « m’avait honnêtement averti que ‘ce pays est anthropophage’, et qu’il me dévorerait probablement », j’ajoutais en conclusion que « je ne lui reproche pas d’avoir été englouti par le pays, comme il l’avait prédit ».

On peut avoir confirmation de cette tendance à transformer, en général dans le sens de l’exagération, ce qui vient d’Europe, en observant des images ce que deviennent au Brésil un certain nombre de produits ou d’institutions. Puisque la métaphore d’Oswald de Andrade passait par l’alimentation, on peut commencer par l’assimilation au Brésil de la banane flambée, du croissant ou du « jambon-beurre » français.

Banane, croissant, sandwich, pizza

Figure 1 Banane flambée, versions français t brésilienne

La toute simple banane flambée française (elle-même le produit d’un échange avec les Amériques, d’où viennent le fruit et le rhum qui sert à la flamber) y devient ainsi un plat élaboré, où des rondelles de banane baignent dans un jus extrêmement sucré et sont accompagnées de glace décorée d’un coulis de fraise et chocolat.

Figure 2 Croissant et sandwich, version française et brésilienne

Au Brésil le croissant est rarement servi nature, il est en général fourré, soit d’une garniture salée (ici un strogonoff[4] de filet de bœuf) ou sucrée (ici un mélange de chocolat et de crème fraîche parsemée de bonbons M&M). Et cela doit convenir au public puisque, par exemple, le réseau Croasonho, un mot-valise formé à partir de croassã (croissant, dans sa transcription brésilienne) et de sonho (rêve) sert 18 000 « croissants » par jour dans ses 73 établissements.

Le sandwich, qui est souvent en France un simple « jambon-beurre » peut devenir l’incroyable sanduiche de mortadela servi au marché municipal de São Paulo, avec beaucoup de mortadelle et très peu de pain. Celui-ci est en général un petit pain blanc bien mal nommé pão francês (« pain français »), bien qu’il n’ait que de lointains rapports avec son modèle original. Ou encore un invraisemblable hamburger multi étages dont on se demande comment on peut bien le prendre en bouche.

Figure 3 Pizza, versions italienne et brésilienne

La pizza vient d’Italie, son origine remonterait à l’Antiquité tardive et le mot y serait apparu en 997[5]. Cette pâte plate ressemble à de nombreux pains que l’on trouve encore aujourd’hui dans différents pays du bassin méditerranéen, mais c’est en Italie qu’elle s’est développée sous sa forme actuelle. Avec les échanges qui ont suivi l’expansion européenne dans le monde, la tomate et le buffle (dont le lait sert à fabriquer la mozzarella) arrivèrent en Italie, plus précisément à Naples et les Napolitains ont été les premiers à recouvrir leur pain de tomates. Au départ, ce plat simple était vendu dans les rues de Naples et dans les pizzerias où ce pain était cuit dans un four à bois, comme dans une boulangerie. Parmi les classiques de la pizza italienne figurent en bonne place la calabresa (du nom de la Calábria, région où est née la saucisse pimentée de sa garniture) ou la Margherita (figure 3), qui est en soi un symbole d’italianité puisqu’elle doit son nom à la reine Margherita de Savoie, ayant – dit-on – été créée par Raffaele Esposito lors d’une de ses visites à Naples : sa garniture de basilic, mozzarella et tomates est censée représenter le drapeau italien vert-blanc-rouge.

Bon nombre de Brésiliens, notamment les Paulistanos[6] pensent que leurs pizzaiolos ont considérablement amélioré la pizza italienne en inventant de nouvelles garnitures salées (courgettes et bacon, poireaux et mortadelle, cœur de palmier et brocoli, roquette aux tomates séchées, oignons et crème de tofu) ou sucrées (banane avec fromage blanc et cannelle, lait concentré – très – sucré et fraise, Nutella et noix de coco, Brie à la poire[7]). Voire, comme sur la figure 3, ananas et glace au coulis de chocolat ou chocolat recouvert (derechef) de bonbons M&M.

Un autre domaine ou s’illustre la tendance brésilienne à importer puis à transformer une habitude – pour ne pas dire une institution – française, est le cas des boulangeries, des restaurants et des plats qu’on y sert au jour le jour ou dans les grandes occasions.

Boulangeries, plat du jour et plat de fête, restaurants

Figure 5 Boulangerie, versions françaises

Une boulangerie française est tout bonnement un endroit où l’on va acheter son pain, en général tous les jours puisque cet aliment, après avoir était longtemps base de l’alimentation des Français, est encore aujourd’hui présent sur la table à tous les repas, depuis le petit déjeuner jusqu’au souper. Mais si somptueux que soit le décor de certaines d’entre elles, si varié que soit le choix qu’elles offrent, on ne s’attend pas y trouver autre chose que du pain et des pâtisseries, ou à la rigueur et plus récemment des sandwiches.

Au Brésil en revanche les padarias, qui sont en principe l’équivalent des boulangeries françaises, sont devenus des magasins où l’on peut trouver de tout et même – en cherchant un peu – du pain. On peut le voir dans le cas emblématique de la boulangerie do Moinho (du moulin), situé à Cuiabá (Mato Grosso).

Figure 6 Boulangerie, version brésilienne

Comme l’indique fièrement le site de la boulangerie[8], « L’ensemble du bâtiment de la boulangerie Moinho est entièrement axé sur la préservation de l’environnement et les économies d’énergie, avec une technologie de pointe, visant une productivité élevée […] le client sera en mesure de l’observer dans la pratique : trancheurs allemands, robinets américains, gondoles et comptoirs italiens, cave suisse, comptoir de préparation et serre d’exposition venus du Japon, machine à expresso informatisée italienne, extracteur de poudre de café allemand ». Une boulangerie mondialisée donc, comme en témoigne le totem indiquant directions et distances des grandes villes mondiales installée devant le bâtiment, mais on notera qu’à aucun moment il n’est question de produire du pain…

L’insistance est bien davantage mise sur la décoration sur ce qui est censé être la production de l’établissement : « Les sièges du restaurant sont les mêmes que ceux des motos Harley Davidson. Ses comptoirs sont en granit « blue » produit en Amazonie. Les luminaires de la cafétéria sont les mêmes que dans les vieilles rues de São Paulo. L’escalier menant au restaurant est en bois du Chili et de Bolivie, et la rampe en fer a été forgée à la main par des forgerons italiens. Le lustre de l’escalier vient d’Espagne, et compte 10 000 cristaux venus de la République tchèque. Les fleurs, pour la plupart des tulipes, bien qu’artificielles, viennent de Hollande ». On est ici bien loin de la modeste boulangerie de quartier où l’on passe au retour du travail pour acheter la baguette du soir et les croissants du petit déjeuner.

Pour rester dans le domaine des habitudes alimentaires, quelle idée de fait-on d’un bon plat du jour au Brésil, l’équivalent du « steaks-frites » qui a longtemps été le plat favori des français ? Dans ce cas, pas d’importation d’idées étrangères, l’unanimité se fait sur arroz-feijão-bife, riz-haricots rouges-steak de bœuf (figure 4), ou au moins les deux premiers avec une autre viande ou un œuf si la viande de bœuf est trop chère. On peut y ajouter ad libitum un peu de salade voir des frites ou des pâtes, mais c’est la base et l’on peut tranquillement envisager d’en manger tous les jours. Et c’est à coup sur ce qui manque le plus aux Brésiliens exilés, sauf aux footballeurs professionnels jouant à l’étranger – ils sont près d’un millier – qui font venir riz, haricots et souvent cuisinier/ère du Brésil pour éviter de souffrir trop durement de la saudade (nostalgie) du pays.

Figure 4 Plat du jour, plat de fête, version française et brésilienne

Qu’en est-il des repas exceptionnels où l’on veut sortir de l’ordinaire, pour un anniversaire, la Saint Valentin ou d’autres occasions festives ? Une tendance fréquente, en France, est d’aller dans un restaurant dit gastronomique, pour y déguster des mets raffinés, à la présentation soignée et originale, et en général en petites quantités depuis la révolution de la « nouvelle cuisine ». Au Brésil, au contraire (peut-être parce que le souvenir de l’époque où une bonne partie de la population était menacée par la faim est toujours présent), on tend à préférer des restaurants qui priment plus par la quantité que par la qualité, comme les churrascarias, ces rôtisseries l’on peut manger de la viande à volonté : la consommation moyenne calculée par les restaurateurs pour un dimanche ordinaire y est de 1 kilo de viande par personne[9]

Sur un point du moins les deux pays convergent, quand ils choisissent de réunir toute la famille autour d’un plat traditionnel roboratif, bien inscrit dans la tradition rurale des deux pays. Au Brésil ce sera la feijoaoda à base de haricots noirs et accompagnés de viande de porc, jadis uniquement les bas morceaux (pieds, oreille, lard, etc.), du temps où c’était la nourriture des esclaves, et aujourd’hui toutes les parties de la bête, y compris les plus nobles. En France c’est le cassoulet, à base de haricots blancs et de viandes diverses, dont du canard ou de l’oie, selon qu’on préfère la tradition de Toulouse ou de Castelnaudary. Cette fois l’emprunt s’est fait en sens inverse puisque le haricot est originaire du continent américain et qu’il a donc fallu attendre le XVIe siècle pour qu’il remplace les fèves qui étaient jusque-là la base de ce plat.

La recherche de la qualité gastronomique ou de la quantité festive se retrouve dans le choix des établissements privilégiés dans chacun des deux pays. C’est en France que l’idée même du restaurant est cense avoir été inventé. La vulgate[10] veut que le premier « restaurant », dans l’acception moderne, ait été ouvert à Paris, rue des Poulies ou rue Bailleul, en 1765 par un marchand de bouillon, nommé Boulanger. Celui-ci avait mis sur sa porte la devise « Venite ad me, omnes qui stomacho laboratis, et ego restaurabo vos » (« Venez tous à moi, vous dont l’estomac crie misère, et je vous restaurerai »). Cela fixa le mot « restaurant » dans son sens actuel, car on trouvait à manger chez lui quand on voulait de la nourriture servie sur table à prix fixé à l’avance, à toute heure et proposée sur une carte.

Ces restaurants étaient tenus par des cuisiniers qui ne trouvaient plus à s’employer dans les hôtels particuliers de la noblesse et proposaient à la population, ou du moins sa fraction la plus aisée, des mets plus raffinés que ceux que l’on servait jusque-là dans les auberges[11]. La tradition est donc bien ancrée en France depuis le XVIIe siècle (date à laquelle a été créé le restaurant parisien Procope, toujours en activité de nos jours, figure 7) et une tendance forte – hors des restaurants de quartier, menacés par la vogue du fastfood – est de donner à ces établissements un cadre qui évoque le luxe ou au moins le confort, comme par exemple les somptueuses dorures du Train Bleu, le restaurant situé au premier étage de la Gare de Lyon (à Paris également).

Figure 7 Restaurants, version française et brésilienne

À l’opposé, en important cette même idée du restaurant, le Brésil s’en est à nouveau écarté dans le sens de la démesure. Une des formules qui s’est le plus développé dans les dernières décennies, au détriment du traditionnel restaurant où l’on commandait « à la carte » (en français dans le texte) et celle de la comida a kilo (« nourriture au kilo »). Le client s’y sert lui-même dans d’immenses buffets offrant des dizaines d’options de salade, plats chaus et desserts, avant de peser son assiette sur des balances situées aux caisses et de régler en sortant le prix de son repas à tant du kilo.

Une autre option, plutôt pour les fins de semaine, les congrès, manifestations sportives ou autres rassemblements, est celle des barbecues géants comme celui de la figure 7, photographié dans le Rio Grande do Sul, où l’on préfère aux broches horizontales le fogo de chão, la viande cuite verticalement sur le lit de braises. Le cas le plus extraordinaire de restauration de masse est toutefois celui du Madalosso, un complexe de restaurants situé dans le quartier de Santa Felicidad, à Curitiba (Paraná). Il comprend le restaurant traditionnel « Velho Madalosso », fondé en 1963, qui ne comptait que 24 places, mais surtout le « Novo Madalosso », ouvert en 1970, qui compte aujourd’hui 4 645 places assises sur 7 671 mètres carrés, et un parking gratuit pour 900 véhicules, des chiffres qui lui ont garanti son inclusion dans le livre des records Guinness, sous l’intitulé « le plus grand des Amériques »[12].

Pour ne pas en rester aux questions bassement alimentaires, on abordera pour finir deux domaines distincts mais qui en commun que de vastes groupes sociaux s’y rassemblent dans des moments de communion, le football et la religion, domaines que certaines mauvaises langues ont tendance à rapprocher sous l’étiquette « opium du peuple ».

Futebol et églises

L’histoire contemporaine du football remonte à un peu plus de 150 ans, elle a commencé en 1863 en Angleterre, lorsque le rugby football et l’association football se sont séparés et que la Football Association a été créée, devenant ainsi le premier organisme directeur de ce sport.

Figure 8 Football et futebol, version britannique et brésilienne

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associée à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales. Mais comme Braises a déjà eu l’occasion de le raconter[13], il n’y est arrivé que relativement récemment, à l’échelle de l’histoire du pays. En fait elle remonte à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1894 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle d’Eton ou celle du Hampshire, d’où il revenait. Le premier match de football fut organisé à São Paulo, le 14 avril 1895, entre deux équipes d’employés des compagnies anglaise celles de la São Paulo Gas Company et de la São Paulo Railway, un match amical gagné 4-2 par la São Paulo Railway.

Mais il ne fallut pas longtemps pour que le nouveau sport perde son côté aristocratique et entrepreneurial, avec coup d’envoi parfois donné par des membres de la famille royale (figure 8), et devienne au contraire un sport de masse, suivi par des milliers de spectateurs et des groupes organisés de supporters, les torcedores. Le style même du jeu se transforma laissant de plus en plus de place à l’improvisation individuelle et à la recherche du « beau geste » capable d’arracher des cris d’admiration à la foule, avec accompagnement de pétards, percussions et fumigènes, ne gardant rien du flegme britannique qui présidait aux premiers matchs dans les public schools.

La religion dominante du Brésil a elle aussi été importé d’Europe après l’arrivée des Portugais, que ce soit le catholicisme hégémonique pendant des siècles ou, plus récemment, les religions néo-pentecôtistes qui se développent rapidement à son détriment. Outre son empreinte religieuse, morale et culturelle, la religion a laissé sa marque dans tout le pays sous la forme de milliers d’églises de tous les styles qui se sont succédé du XVIe siècle à nos jours.

Mais ici encore l’héritage a été profondément transformé, les styles architecturaux importés d’Europe subissant tour à tour une dérive locale dans le sens de l’exagération. C’est en particulier le cas du baroque qui a connu au Brésil un de ses développements les plus spectaculaires grâce au fait qu’il a coïncidé avec l’un des moments de plus grande prospérité du pays, dû à la découverte des gisements d’or du Minas Gerais, la bien nommée région des « mines générales ». Comparé aux modestes églises de campagne française ou style serein des abbayes romanes, les églises du Minas frappent l’œil le moins averti par leur débauche de décoration et même de luxe.

 Figure 9 Églises, versions française et brésilienne

La ville d’Ouro Preto (littéralement « or noir », de la couleur des pépites que l’on y trouvait) a été d’abord appelée Vila Rica (« ville riche »). Elle a été fondée le 8 juillet 1711 et une foule de chercheurs d’or (bientôt rejoints par des commerçants, artisans, fonctionnaires royaux, etc.) est venue s’y installer dans l’espoir d’y faire fortune, et vers 1750, elle comptait plus d’habitants que Rio de Janeiro ou New York.

La richesse de la ville lui permit de construire une multitude d’églises baroques car les prospecteurs rivalisaient entre eux qui construirait la plus somptueuse : Nossa Senhora do Pilar est ornée de décors qui totalisent plus de 400 kg d’or. Première ville brésilienne à être classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1980, Ouro Preto abrite ainsi un magnifique ensemble architectural baroque, l’un des mieux conservés au monde car la ville, une fois les gisements épuisés, est tombée dans une léthargie aggravée par le transfert, en 1897, de la capitale du Minas Gerais, dans la ville (alors) nouvelle de Belo Horizonte.

On peut de la même façon comparer la pratique des ex-voto dans les deux pays en confrontant (dans le bas de la figure 9) les quelques maquettes de bateaux suspendus à la voûte l’église de Camaret (Finistère) par des marins reconnaissants d’avoir été sauvés du naufrage avec leur équivalent brésilien à la basilique nationale Nossa Senhora Aparecida[14]. Située entre São Paulo et Rio de Janeiro (à 170 km de la première et 264 km de la seconde) c’est l’une de plus grandes églises au monde, la deuxième après Saint Pierre de Rome. Elle a accueilli 13 millions de pèlerins en 2017, un chiffre qui la situerait sur les listes des monuments les plus visités au monde (au même niveau que Notre Dame de Paris), si elle y figurait du moins, car elle semble avoir échappé à l’attention des faiseurs de palmarès, probablement parce qu’elle est très peu fréquentée par des étrangers.

La Salle des Promesses (Sala das Promessas), au sous-sol du sanctuaire, est un lieu de remerciement et d’hommage, où les fidèles déposent des ex-voto (objets, photos, lettres et témoignages) en mémoire d’un vœu fait lors d’une maladie, dans une situation de danger ou de difficultés, en remerciement de la guérison, de l’issue favorable ou d’une faveur obtenue – selon le pèlerin – par l’intercession de Nossa Senhora Aparecida.  Quand le vœu concerne la santé du pèlerin, il est fréquent qu’il suspende au plafond de la salle une représentation en cire ou en plastique de la partie du corps qui était malade, préalablement achetée dans les boutiques du sanctuaire, qui vendent aussi une multitude d’objets religieux (statues, crucifix, rosaires, médailles, etc.), ainsi que de l’eau « à bénir ou à boire ». De ce fait, le plafond de cette immense salle est entièrement tapissé de têtes, bras et jambes qui donnent irrésistiblement l’impression d’un étal de boucher où l’on pourrait choisir un bon morceau pour son dîner : l’anthropophagie, une fois encore[15].

Décidément la métaphore inventée par Oswald de Andrade est toujours aussi féconde et n’a pas fini de s’appliquer à la façon toute particulière qu’à le Brésil de s’emparer des nouveautés étrangères et de les importer, mais non sans transformer profondément, en général dans le sens de l’amplification, de l’exagération et de la démesure.

Référence des images

Banane flambée

http://lespopcorn.com/the-dreamers-la-banane-flambee-de-matthew-theo-et-isabelle
Hervé Théry 2018

Croissant

http://joseluisparada.org/food/platillos-exoticos-tipicos-de-europa/
http://www.espelhorosa.com.br/croasonho-croissant-recheado-e-a-nova-delicia-da-cidade/
https://exame.abril.com.br/pme/como-este-croissant-recheado-virou-o-queridinho-no-brasil

Sandwichs

https://www.arts-et-gastronomie.com/actu/2016-03-14-jambon-beurre-sandwich-de-luxe
https://veja.abril.com.br/economia/carne-frango-ou-porco-entenda-o-que-e-a-mortadela/
http://www.charlesdog.com.br/2017/12/19/x-tudo-duplo/

Pizza

https://www.tudogostoso.com.br/receita/122635-massa-de-pizza-italiana-deliciosa.html
http://massasditalia.ind.br/receitas/pizza-calabresa/
https://www.pinterest.pt/pin/682647255991782201/
http://gshow.globo.com/receitas-gshow/receita/pizza-de-brigadeiro-com-mms

Plats

https://www.hellofresh.com/recipes/strip-steak-frites-59ce4c5e7901f9567d137722
https://www.aprendum.com.co/curso-online-presentacion-de-platos/
https://en.wikipedia.org/wiki/Cassoulet
http://www.parmeggio.com.br/site/
https://michelletcheablog.wordpress.com/2016/07/21/fogo-de-chao-brazilian-churrascaria
http://www.curtamais.com.br/goiania/lugares-que-servem-feijoada-aos-sabados-em-goiania

Boulangeries

https://myparisianlife.com/2012/12/25/rue-montorgueil-a-morning-stroll/maison-collet-paris-montorgueil-patisserie-boulangerie/
http://crazyaboutparisandfrance.blogspot.com/2011/02/
http://parisbym.com/paris-food/
https://www.petitscommerces.fr/page/boulangerie-basso/
https://sergionavegastronomia.wordpress.com/2012/05/23/a-melhor-baguete-de-paris/
https://www.gosselin.paris/
http://celiacosbrasil.blogspot.com/2014/08/padaria-do-moinho.html
http://www.ndrone.com.br/
Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Restaurants

Le Train Bleu Hervé Théry 2018
https://www.guideapolis.fr/fr/visite/st-germain-des-pres-du-club-des-cordeliers-aux-2/
https://foodsnobblog.wordpress.com/2009/01/05/lasserre-paris/
http://www.resto-de-paris.com/le-procope-saint-germain-des-pres/restaurant/paris
https://www.grupomarios.com/fotos-de-festa-e-confraternizacao-de-empresa.html
Restaurante a kilo Hervé Théry 2018
https://poracaso.com/pro-domingo-costela-fogo-de-chao-com-o-selo-confraria-do-churrasco-de-qualidade/

Football

https://www.fifa.com/about-fifa/who-we-are/the-game/index.html
https://www.historic-uk.com/CultureUK/Association-Football-or-Soccer/
http://www.jupitermiddle.com/sites/3rd%20Period/website_MNP/origins.html
http://globoesporte.globo.com/sp/santos-e-regiao/futebol/times/santos/noticia/2017/01/gol-de-bicicleta-e-letra-hernandez-se-apresenta-em-vitoria-de-5-1-do-santos.html
Vitória do SPFC Hervé Théry 2005

Églises

Église de Roscanvel (Finistère) Hervé Théry 2018

Abbaye de Fontenay (Bourgogne) Hervé Théry 2012

Église de Camaret-sur-mer Hervé Théry 2018

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009

Église d’Ouro Preto Hervé Théry 1999

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_anthropophage

[2] https://socgeo.com/category/lire-le-monde/portraits-de-geographes/

[3] https://socgeo.com/2017/09/08/herve-thery-le-bresil-est-un-pays-anthropophage/

[4] Le bœuf Strogonoff est une recette de ragoût de viande de bœuf mariné, sauté, puis braisé avec une sauce à base de crème aigre, de moutarde, de paprika, d’oignons et de champignons. Cette recette classique de la cuisine russe a été elle aussi transformée en remplaçant la crème aigre par de la crème fraiche et la moutarde et le paprika par du ketchup

[5] https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/culture-origine-pizza-5164/

[6] Habitants de la ville de São Paulo, par opposition au plus large Paulistas, habitants de l’État de São Paulo

[7] Une manière originale de permettre une conversation « entre la poire et le fromage »

[8] http://padariadomoinho.com.br//, qui a ici été copié presqu’intégralement.

[9] Déjà évoquées dans Braises « Le Brésil, pays carnivore », https://braises.hypotheses.org/1093

[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Restaurant#%C3%89tymologie

[11] Celles-ci pratiquaient une sorte de vente forcée en obligeant les voyageurs qui y dormaient à y prendre leur repas du soir, d’où l’expression qui figurait sur des pancartes affichées aux murs : « qui dort dîne).

[12] https://pt.wikipedia.org/wiki/Madalosso

[13] « Un musée du futebol et de son contexte », https://braises.hypotheses.org/?s=futebol

[14] « Nossa senhora aparecida, un grand sanctuaire brésilien », https://braises.hypotheses.org/?s=aparecida

[15] Cette photographie, déposée à la photothèque du CNRS, a été retenue par le Théâtre National de Bretagne pour illustrer l’affiche d’un spectacle sur l’anthropophagie, après avoir été choisie par son directeur sur des critères purement visuels, sans qu’il sache ce qu’elle représentait.