Archives par mot-clé : agrobusiness

Cultures et cheptels 1990-2019

L’institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE) a publié en octobre 2020 ses informations annuelles sur la production de l’élevage et de l’agriculture dans le pays, la Pesquisa da Pecuária Municipal, le 15 octobre, et la Produção Agrícola Municipal, le 20 octobre.

La première, l’enquête municipale sur le bétail (PPM) donne des informations sur les cheptels et les produits de l’élevage. Les données, par commune, portent sur le cheptel existant à la date de référence de l’enquête, ainsi que les produits d’origine animale et leur valeur au cours de l’année de référence. Les cheptels analysés comprennent les bovins, les porcs, les poules et poulets, les cailles, les chevaux, les buffles, les chèvres et les moutons. Le produits d’origine animale sont le lait, les œufs de poule, les œufs de caille, le miel, la laine brute et les cocons de vers à soie. La PPM indique également les nombres de vaches traites et de moutons tondus et les productions de l’aquaculture, pisciculture, carcinoculture (crustacés) et malacoculture (mollusques).

La production agricole municipale (PAM) mesure un ensemble de produits issus des cultures temporaires et permanentes, avec des informations sur la superficie ensemencée, la superficie à récolter, la superficie récoltée, les quantités produites, les rendements moyens et les prix moyens payés au producteur au cours de l’année de référence, pour 64 produits agricoles (31 issus de cultures temporaires et 33 de cultures permanentes).

La périodicité des deux publications est annuelle, leur portée géographique est nationale, avec des résultats pour le Brésil entier, ses grandes régions, ses États, ses mésorégions, ses microrégions et ses communes. Les informations municipales pour la production agricole ne sont fournies qu’à partir d’un hectare de superficie occupé par la culture et d’une tonne de production. Toutes deux sont disponibles gratuitement sur le système de récupération automatique IBGE-SIDRA: Produção Agrícola Municipal https://sidra.ibge.gov.br/pesquisa/pam/tabelas, Pesquisa da Pecuária Municipal https://sidra.ibge.gov.br/pesquisa/ppm/quadros/brasil/2019

C’est à partir de ces données qu’ont été produites les cartes ci-dessous. Les trois premières sont construites de la même façon, des cercles proportionnels à la production de chaque culture ou de chaque cheptel en 2019 et des couleurs qui indiquent leur évolution par rapport à 1990, la date la plus ancienne disponible dans le système Sidra : en vert quand a eu lieu une augmentation et en rouge pour une diminution. L’échelle des cercles proportionnels est propre à chacune des cartes, qui ne sont donc pas comparables entre elles.

Pour les cultures permanentes, le fait le plus remarquable est le déplacement des principales zones de production : le café, qui a fait la richesse de São Paulo, y est de moins en moins cultivé, il est aujourd’hui principalement produit dans le Minas Gerais, et secondairement dans les États de Bahia et du Rondônia, où l’on note aussi quelques cas de diminution. Pour les oranges, l’État de Bahia est en recul et c’est São Paulo qui est aujourd’hui la principale zone de production. On note toutefois une forte diminution dans sa région centrale et un report de la production de vers le sud de l’État et le nord du Minas Gerais. Le cacao s’est lui aussi déplacé, à cause de la crise provoquée dans l’état de Bahia par la maladie dite du « balai de sorcière » et c’est désormais le Pará, en Amazonie, qui est le principal producteur. En sens inverse la production de latex n’est plus désormais centrée sur l’Amazonie, mais a migré vers les plantations de l’ouest de l’État de São Paulo[1]. Pommes et sisal restent des productions typiques respectivement du Sud du Nordeste, mais ici aussi la production s’est déplacée, à plus courte distance.

Figure 1 Cultures permanentes

Les cultures temporaires se sont elles aussi beaucoup déplacées au cours de ces 29 ans, à commencer par le soja et le maïs, qui ont migré vers le nord de plus de 2 000 km, faisant du Mato Grosso leur première zone de production (les deux cultures sont en général associées dans la même année). La canne à sucre a quant à elle confirmée la prédominance de São Paulo par rapport aux vieilles régions sucrières du Nordeste, où elle est en déclin.

Ayant conquis tout l’État, en déplaçant même la culture des oranges, sa culture a débordé vers le Mato Grosso do Sul et le Goiás et commencent à apparaître dans le sud du Mato Grosso. Le riz et le manioc, cultures de base pour l’alimentation des Brésiliens, ont connu des destins divergents, celle du riz s’est pour l’essentiel concentrée dans l’extrême sud du pays, dans le Rio Grande do Sul, tandis que celle du manioc reste est encore présente dans tout le pays mais décline dans certaines régions (principalement dans les Nordeste) tandis qu’elle augmente en Amazonie, dans l’ouest de São Paulo et dans le sud du Mato Grosso do Sul.

Figure 2 Cultures temporaires

La répartition des cheptels est très différente selon les espèces : alors que les bovins sont présents partout dans le pays, les porcs, les chèvres, les moutons et les volailles sont concentrées dans certaines régions. Ils ont toutefois tous en commun de connaître, comme les productions agricoles, de grands changements de leur distribution géographique. La plus spectaculaire est celle des bovins, dont le nombre diminue dans le Sud (en particulier les zones traditionnelles d’élevage de l’extrême sud), dans le Sudeste (où se développe la canne à sucre) et dans le Nordeste. En revanche leur nombre augmente beaucoup dans les régions pionnières du Centre-Ouest et d’Amazonie, où les cercles verts qui marquent son avancée récente sont désormais les plus gros du pays, avec près de quatre millions de têtes dans certaines régions.

La production de porcs, que l’on trouvait partout dans le pays, tend à se concentrer dans quelques régions, notamment les zones de petite agriculture paysanne de l’Ouest du Paraná, du Santa Catarina et du Rio Grande do Sul. Mais aussi, de plus en plus, dans le Mato Grosso, où l’abondante production de maïs et de soja peut ainsi être transformé sur place au lieu d’être exportée brute.

Les cheptels de chèvres et de moutons étaient concentrés dans le Nordeste, entièrement pour les premiers et partagés entre Nordeste et Sud pour les seconds : cela reste vrai pour les caprins, avec seulement une re-concentration locale, mais pour les ovins la diminution a été forte dans le sud. La répartition des volailles suit à peu près celle des porcs, avec une concentration plus accentuée dans les régions les plus peuplées du Sudeste et ici aussi une migration vers le Mato Grosso et ses abondantes ressources maïs et soja, qui ont permis l’implantation de grands élevages de poulets en batterie.

Figure 3 Cheptels

Les deux dernières figures reviennent sur l’élevage bovin pour analyser de plus près sa formidable poussée vers le nord amazonien. Sur la figure 4 ont été tracé, pour chaque région, quatre cercles de couleur correspondant au cheptel pour les années 1990, 2000, 2010 et 2019. Celles où les cercles jaunes et oranges, correspondant à 1990 et 2000, sont plus grands que les cercles rouges et marron de 2010 et 2019 indiquent les régions où les cheptels ont diminué. En revanche, celles où les cercles plus foncés prédominent correspondent aux zones de progression de l’élevage bovin et l’on perçoit bien qu’elle se situe sur un arc allant du Rondônia au Maranhão, celui où se produisent les déboisements, les brûlis et l’implantation de pâturages pour l’élevage bovin, qui est toujours le fer de lance de l’avancée pionnière.

Figure 4 Évolution du cheptel bovin 1990-2019

La figure 5, où le fonds de carte a été anamorphosé en fonction de la taille du cheptel bovin en 2019, montre plus clairement encore l’évolution qui s’est produite entre 1990 et 2019, un sensible recul de l’élevage bovin dans le sud (notamment l’ouest de l’État de São Paulo), l’extrême sud et le Nordeste, une très forte avancée dans le sud de l’Amazonie, qui est aujourd’hui de loin la principale région d’élevage bovin du pays.

Figure 5 Évolution du cheptel bovin 1990-2019, fond anamorphosé

[1] Voir René Somain et Martine Droulers, « A seringueira agora é paulista », Confins n°27, 2016, http://journals.openedition.org/confins/10906

Où sont les riches ?

Pour répondre à la question « où sont les riches ? », des chercheurs de la Fundação Getúlio Vargas (FGV Social) ont utilisé les données issues des déclarations de l’impôt sur le revenu des particuliers (IRPF) de 2018. Selon le directeur de FGV Social, Marcelo Neri, c’est la première fois qu’une analyse de ces données est publiée, elles fournissent des informations qu’on ne trouve pas dans le recensement, « nous voyons ceux qui déclarent l’impôt sur le revenu comme une sorte de ligne de richesse » (à l’opposé de la « ligne de pauvreté).

Les auteurs de l’étude ont effectué le calcul du revenu moyen des communes de deux manières : en prenant en compte la population totale en 2019[1] et uniquement les contribuables. Les données sont publiées sous forme de tableau, il ne semble pas possible de les exporter, mais une autre source nous a permis de le faire, l’article « Vérifier les revenus moyens et les capitaux propres de votre ville », publié par Folha de S. Paulo, où un tableau interactif « permet de voir où il y a plus de contribuables, quel est le revenu mensuel moyen et le patrimoine accumulé. […] En cliquant sur les champs disponibles, il est possible de classer le tableau de plusieurs manières : par États ou communes à revenus plus ou moins élevés, par richesse moyenne de ses habitants et pourcentage de la population déclarant l’IRPF ». L’écran affiche jusqu’à 100 communes et permet – via un processus laborieux de copier / coller – de créer un tableau unique des 5 570 communes que compte le pays.

Ce tableau a été utilisé pour produire les cartes suivantes, des revenus et patrimoines déclarés et des puis analysent la différence entre ce qui est déclaré et la moyenne calculée pour l’ensemble de la population : les résultats répondent clairement à la question initiale et montrent bien où sont les riches.

Revenus déclarés

La moyenne nationale des assujettis à l’impôt sur le revenu en 2018 était de 14,4%, moins que la moyenne de l’Amérique latine et de nombreux pays du sud de l’Europe. Mais cette moyenne nationale n’a guère de sens tant sont fortes les disparités entre les parties du territoire national, que montre la figure 1. À l’échelle des États, apparaît déjà un niveau de revenus beaucoup plus élevé dans ceux du Sud que dans ceux du Nord et du Nordeste et l’on note qu’il l’est plus encore dans les capitales que dans la moyenne de l’État.

À l’échelle des communes les disparités sont encore bien plus grandes, des zones de faiblesse apparaissent à l’intérieur quelques États du Sud, comme le centre du Paraná, tandis qu’à l’inverse certaines communes du Nord et du Nordeste ont des niveaux élevés de déclaration (et donc de revenus) comme la région des mines de fer de Carajas ou le pôle d’agriculture irriguée de Juazeiro-Petrolina. Globalement c’est bien toutefois la prédominance du Sud Sud-Est qui se confirme, à laquelle il faut ajouter le centre ouest et en particulier les régions productrices de soja.

C’est dans le District fédéral de Brasília qu’il y a le plus de contribuables, 24,8%, et les revenus moyens les plus élevés parmi les 27 unités de la Fédération, en moyenne et parmi ceux qui déclarent leurs revenus. Dans la population totale, le revenu y est de 2 981 Reais[2] par mois contre 1 228 dans la moyenne générale du pays, et de 11 994 parmi les contribuables contre 8 528 Reais en moyenne. Comme l’explique Fernando Canzian[3]: « Les salaires des fonctionnaires fédéraux expliquent que le District fédéral ait un revenu moyen supérieur à celui des États plus riches, comme São Paulo et Rio de Janeiro[4]. Dans la région du Lac Sud, où vivent les ministres, les politiciens et les hauts fonctionnaires, le revenu mensuel déclaré est plus de quatre fois supérieur à la moyenne nationale : 38 460 Reais. […] À Ceilândia[5], le revenu mensuel moyen de la population (déclarant ou non IRPF) n’atteint pas 800 Reais ».

Figure 1 Revenu déclaré dans les communes, les États et leurs capitales

« Les résultats montrent une nouvelle frontière où les gains sont de plus en plus concentrés dans certaines régions du Centre-Ouest, où de nombreux nouveaux riches ont des revenus élevés », déclare Neri. Un exemple est Aporé (Goiás), où seulement 11,3% des habitants déclarent leurs revenus pour l’IRPF. Ils font de la commune la deuxième du pays en termes de revenus (46 400 Reais par mois) et la première en patrimoine (6,5 millions de Reais en moyenne). Neri souligne que les niveaux d’éducation restent des déterminants de l’inégalité au Brésil. « L’effet de l’enseignement supérieur est très important pour les revenus et n’a pas diminué, même pendant la crise ». Selon un rapport de l’OCDE, avoir un diplôme universitaire au Brésil signifie un revenu moyen de 150% supérieur à celui de ceux qui n’en ont pas (environ 85% de la population).

Comme le travail de la FGV distingue les revenus déclarés de ceux qui sont calculés en faisant la moyenne pour l’ensemble de la population, on peut produire deux cartes différentes. On rencontre toutefois ici un problème sérieux, les valeurs sont tellement différentes qu’il est a priori impossible de créer des catégories comparables pour l’une et pour l’autre. Il a donc fallu dégager une petite zone de recouvrement pour faire ressortir les quelques cas qui ont des valeurs comparables, les plus bas des revenus déclarés et les plus élevés de la moyenne générale. Ils sont colorés en rouge sur la figure 2, signalant en quelque sorte les plus riches des pauvres et les plus pauvres des riches.

Figure 2 Revenus moyens et revenus déclarés

Patrimoines

Un des aspects les plus intéressants du travail de la FGV est qu’il permet de connaître les patrimoines, dont on soupçonnait qu’ils étaient plus inégaux que les revenus, sans disposer réellement de moyens de les mesurer. Ceux qui sont déclarés pour l’impôt sur le revenu ne sont pas forcément totalement sincères, malgré tous les contrôles auxquels procède l’administration fiscale, mais tels qu’ils sont, ils montrent déjà de très fortes disparités.

En termes nationaux, en tenant compte de l’ensemble de la population (qu’elle déclare ou non l’IRPF), le patrimoine brésilien en immobilier (environ la moitié de ce qui est déclaré), en automobile ou en investissements est de 41 000 Reais, variant de 78 000 dans le District Fédéral à 5 600 dans le Maranhão.

Comme l’image globale de la figure 3 est un peu complexe, on a mis à part sur les deux petites cartes du bas les plus petits et les plus gros patrimoines : les premiers se concentrent dans les zones les plus peuplées du Norte et du Sudeste tandis que les seconds sont rares (mais pas absents) dans le Nordeste, très nombreux dans le Sud et le Sudeste mais aussi dans le Centre -Ouest grâce au développement de l’agrobusiness.

Figure 3 Patrimoines déclarés

Différences

Finalement, parce que les cartes des revenus et des patrimoines moyens et déclarés donnaient à peu près les mêmes configurations spatiales, on a choisi de faire des cartes des différence entre les uns et les autres, les figures 4 et 5. Toutes deux proposent très fortement Nordeste et Amazonie d’une part, Sud, Sudeste et Centre-Ouest d’autre part (où l’on observe des alignements de communes au long des routes pionnières avançant vers l’Amazonie, Brasilia Belém, BR163 et BR364). On remarque cependant que les disparités sont encore plus fortes les patrimoines les revenus, au détriment du Nord et du Nordeste, où les patrimoines sont beaucoup plus limités. Ceux du Centre-Ouest s’y remarquent d’autant plus quand on sait que jusqu’aux années 1970 ces régions étaient très peu peuplées et que ces patrimoines ont donc été accumulés en moins de 50 ans.

Figure 4 Différence entre les revenus moyens et les revenus déclarés

Figure 5 Différence entre les patrimoines moyens et les patrimoines déclarés

Deux exemples

Pour donner à ces chiffres plus de « chair », Katna Baran et Fernanda Canofre donnent dans la Folha de S. Paulo deux exemples opposés, la commune la plus riche et la plus pauvre selon les travaux de FGV, Nova Lima (Minas Gerais) et Fernando Falcão (Maranhão). Alors que la première a la plus forte concentration de personnes aisées du Brésil, avec un revenu estimé à 6 200 Reais et le 5e revenu le plus élevé parmi les contribuables (20 477 Reais), la seconde a le revenu moyen le plus bas du pays, 20 Reais. A Nova Lima, 30,5% des habitants sont contribuables, contre seulement 0,71% à Fernando Falcão.

Les revenus élevés de la ville du Minas Gerais sont tirés vers le haut par les résidents des condominiums de luxe qui ont quitté Belo Horizonte pour s’y installer, ses avantages principaux étant le climat plus frais et la sécurité. Nova Lima est donc considérée comme une sorte d’extension de la capitale, avec environ 96 000 habitants et une superficie plus grande que celle-ci, elle est formée de quartiers aux conditions sociales très différentes. Les sociétés minières, comme Vale, possèdent la plupart des terres et alors que les condominiums de luxe sont situés dans des régions éloignées, la population à faible revenu est concentrée dans la région centrale, que la plupart de ceux qui vivent en copropriété fréquentent rarement.

Katna Baran et Fernanda Canofre racontent : « Il y a deux ans et demi, l’architecte Sergio Viana, 42 ans, a quitté Belo Horizonte pour une maison dans une copropriété à Nova Lima. Son bureau y a été déplacé, il y a un supermarché et une pharmacie, du travail pour sa femme et l’école bilingue de ses enfants. Avec un revenu supérieur à 6 000 Reais, la famille a suivi la trajectoire d’une grande partie des résidents. Dans le condominium de Sergio, l’un des 47 de la ville, où les lots valent jusqu’à 1,3 million de Reais et les maisons varient de 900 000 Reais à 10 millions Reais, l’offre est rare.

À plus de 2 000 kilomètres de là, à Fernando Falcão (Maranhão), Maiane Araújo, 23 ans, a terminé le lycée mais n’a pas trouvé de travail et, pour élever seule son fils de trois ans, dépend essentiellement de 180 Reais de la Bolsa Família[6]. C’est la principale source de revenus pour 19% des habitants de la commune où elle vit et où plus de 40% de la population a demandé une aide d’urgence du gouvernement pendant la pandémie. L’agriculture et la pisciculture occupent près de 86% de la population, mais la production est presque entièrement destinée à l’autoconsommation. La commune a été démembrée il y a 23 ans de Barra do Corda, 71% de sa superficie est occupée par des réserves indiennes, mais la population a plus que doublé en dix ans, elle est aujourd’hui d’environ 10 500 habitants. Pour ceux qui ont une source de revenus, le salaire est bas, même pour les fonctionnaires. En excluant le maire, qui gagne 15 000 Reais, et le maire-adjoint, 5 000 Reais, les 493 employés de la mairie de Fernando Falcão reçoivent en moyenne 1 669 Reais, sans tenir compte des déductions ».

Pour l’économiste de l’Ipea (Institut de recherche économique appliquée) Pedro Ferreira de Souza, une réponse plus structurelle aux inégalités serait que le Brésil poursuive des réformes qui augmentent le nombre de personnes qui déclarent l’impôt sur le revenu et réduisent les déductions qui favorisent les plus riches. Souza est l’auteur de Une histoire des inégalités : la concentration des revenus parmi les riches au Brésil, prix Jabuti du meilleur livre de 2019 et qui analyse les disparités sociales dans le pays et l’effet de l’impôt sur le revenu. Cité par Katna Baran et Fernanda Canofre, il déclare : « Nous taxons beaucoup la consommation et peu les revenus et les patrimoines. Changer cela est le moyen le plus évident de lutter contre les inégalités ». Selon Souza, l’idéal serait que de plus en plus de gens fassent des déclarations de revenus, même si les plus pauvres ne payent aucun impôt. Il voit également la possibilité pour le Brésil de créer une tranche d’imposition supérieure au taux maximum de 27,5% pour ceux qui gagnent le plus. « D’autres pays à revenu intermédiaire comme le Brésil ont des taux maximums de 35% à 40%. Nous pourrions facilement le faire ici aussi ».

Webographie

FGV Social, “A renda dos ricos – FGV social debate a desigualdade a partir do imposto de renda”, https://cps.fgv.br/destaques/renda-dos-ricos-fgv-social-debate-desigualdade-partir-do-imposto-de-renda

Herzer, André Rafael “Estudo da FGV apresenta como é a distribuição geográfica da riqueza”, 25/8/2020,https://jornalibia.com.br/regiao/valedocai/estudo-da-fgv-apresenta-como-e-a-distribuicao-geografica-da-riqueza/

Canzian, Fernando, “Imposto de Renda explicita vantagem de servidores federais e desigualdade”, 19/9/2020, https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2020/09/imposto-de-renda-explicita-vantagem-de-servidores-federais-e-desigualdade.shtml

Canofre, Fernanda e Baran, Katna, “Diferenças regionais revelam abismo da desigualdade de renda no Brasil”, 19/9/2020, https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2020/09/diferencas-regionais-revelam-abismo-da-desigualdade-de-renda-no-brasil.shtml

[1] TCU / IBGE 2019

[2] Le taux de change était de 6,5 Reais par Euro en septembre 2020

[3] Références en webographie à la fin du texte

[4] On peut nuancer cette affirmation en précisant que ces salaires sont déclarés directement par l’État, sans marge pour la fraude, et que le District Fédéral est petit et quasiment dépourvu des quartiers périphériques et des zones rurales qui baissent la moyenne des grands États.

[5] Le quartier le plus pauvre, d’immenses ensembles de petites maisons créés par la CEI, la « Compagnie d’Éradication des Invasions », d’où son nom.

[6] Un équivalent, grosso modo, des allocations familiales

Le Brésil, pays carnivore

Le Brésil compte l’un des plus importants cheptels de bovins au monde[1], plus de 200 millions de têtes, si bien que le pays compte plus de bovins que d’humains. À la différence de la France, dont le bétail compte essentiellement des races de type Bos taurus, comme les Charolais, Limousines, etc., le troupeau brésilien est composé en majorité de races de type zébu, de la sous-espèce Bos indicus, reconnaissable à leur bosse sur le dos et à leurs oreilles tombantes. La Nelore (viande) ou la Gir (mixte lait/viande) ont été importées d’Inde au XIXe siècle car elles sont bien adaptées aux conditions d’élevage en zone chaudes et humides. « Très rustique, le Nelore est bâti pour résister aux fortes chaleurs des tropiques grâce à des glandes sudoripares très développées et à sa peau noire recouverte de poils blancs qui le protège du soleil. La race s’est aussi adaptée aux insectes grâce à sa peau lâche mais dense qui rend l’animal moins sensible aux tiques et aux moustiques. Il possède une couche musculaire sous-cutanée efficace pour faire trembler la peau et éloigner les insectes. Bon marcheur et bon transformateur de fourrages grossiers en viande, le Nelore sait s’adapter à des restrictions en eau lors d’une sécheresse et peut différer sa croissance en cas de disette sans que cela ne se répercute sur la reproduction et le poids adulte »[2].

Figure 1 Charolais et Nelore

nelore-et-charolais

Source: http://www.boucherie-clavel.fr/portfolio/boeuf-charolais et http://www.altagenetics.com.br/Busca/Touro/3408

Les différences ne s’arrêtent pas à la composition du cheptel, elles se prolongent dans la façon dont on découpe les bêtes – bien que leur anatomie soit exactement la même – dans les deux pays. Un boucher français et un boucher brésilien ne découpent pas l’animal de la même façon, et ils le font d’autant moins que s’ils s’y risquaient leurs clients n’achèteraient pas la viande mise en vente, faute de reconnaître les morceaux dont ils ont l’habitude. C’est la mésaventure qui est arrivée à Carrefour lors de son installation au Brésil, il lui a fallu adopter la découpe brésilienne, qui ne coïncide avec la française que pour un seul morceau, le filet. La divergence des « cartes du bœuf » s’expliquent en partie par l’usage différent qui est fait en cuisine de pièces de bœuf, qui sont le plus souvent grillés au Brésil alors qu’en France elles peuvent aussi être braisées ou mitonnées.

Figure 2 Découpe du bœuf en France et au Brésil

coupe-boeuf-et-boi

Sources: fourchetteetedredon.wordpress.com et http://temperonoforte.com.br

On ne cherchera évidemment pas à savoir si une méthode est meilleure ou moins bonne que l’autre, on notera seulement, en comparant le prix auquel sont vendu ces morceaux dans les deux pays, que la viande est nettement moins chère au Brésil qu’en France (figure 3), de quatre à huit fois selon les morceaux.

Figure 3 Prix de la viande de bœuf en France et au Brésil

prix-compares-4

Le différentiel vient de ce que, malgré les mérites et le savoir-faire des éleveurs français, ils ne peuvent rivaliser en termes de prix de production avec leurs homologues brésiliens. Le fait que le Brésil (dont la superficie représente plus de quinze fois celle de la France) dispose d’immenses pâturages, bien arrosés, d’une main d’œuvre spécialisée, aux salaires bien inférieurs aux salaires français, et d’un puissant appareil agroindustriel lui a permis de constituer cet immense cheptel, de produire de la viande en grande quantité et à bas prix et de devenir le premier exportateur de viande au monde.

Figure 4 Arrivée des premiers zébus et troupeau dans le Mato Grosso

elevages

Photos Hervé Théry au musée d’Araxá et à la fazenda Santa Maria da Amazônia

Cela permet aux Brésiliens de sacrifier sans que cela leur coûte trop cher à l’un de leurs rites favoris, le churrasco, qui rassemble familles et amis autour de grands plats de viande – de bœuf principalement – dans leur jardin ou sur le balcon de leur appartement. La churrasqueira – équivalent du barbecue – est plus ou moins élaborée et imposante selon les moyens de la famille mais elle est toujours le centre de l’attention pendant les quelques heures où l’on y fait griller des pièces de viande. Celles-ci sont ensuite distribuées en petits morceaux aux convives, qui les saisissent avec des cure-dents de bois et les accompagnent de manioc bouilli ou de farofa (une sorte de chapelure de manioc) et de bière très fraîche.

Figure  5 Churrasqueiras fixe et mobile

churrasqueiras

Sources: http://www.artetijolos.com.br/espaco-gourrmet et http://www.pontofrio.com.br/UtilidadesDomesticas

Il existe par ailleurs des restaurants spécialisés, les churrascarias, où des garçons circulent entre les tables avec d’énormes morceaux de viande grillée dont ils taillent à la demande des tranches qu’ils déposent dans les assiettes, un système connu sous le nom de rodízio (figure xxx). Beaucoup sont tenues par des restaurateurs originaires du Rio Grande do Sul, un État dont les habitants sont surnommés gaúchos, en référence aux cavaliers des pampas, au service des éleveurs dont les troupeaux occupaient ces vastes pâturages naturels.

Figure 6 Churrascaria et service de la viande

churrascaria-1

Photo Hervé Théry à Goiânia en 2016 et hohcopelandwj.wordpress.com

Avec – éventuellement – des salades et des légumes pris aux buffets disposés sur les côtés du restaurant, la viande est le plat unique, et la consommation moyenne calculée par les restaurateurs pour fixer le prix – forfaitaire – du repas est d’un kilo de viande par personne en moyenne ( une moyenne qui inclut femmes, enfants et personnes âgées, ce qui laisse penser que certains doivent dépasser largement ce total). Les convives ne réalisent pas forcément qu’ils absorbent cette quantité de viande car le repas s’étale généralement sur plusieurs heures, le week-end le plus souvent.

Figure 7 Churrascaria et picanha

churrascaria-2

Sources: http://churrascariatropeiro.com.br et http://www.picanhafatiada.com.br/saibamais/saiba-escolher-uma-picanha-de-qualidade

Tout cela fait du Brésil un pays nettement carnivore, comme on peut s’en achever de s’en convaincre en notant que la consommation par tête et par an y est de 24 kilos de viande, par tête et par an, ce qui le classe aux tout premiers rangs mondiaux, derrière seulement ses voisins du Cône Sud et les États-Unis.

Tableau 1. Consommation de viande de bœuf par têt et par an

Gros mangeurs Kg/an Petits mangeurs Kg/an
Uruguay 46,4 Indonésie 1,9
Argentine 40,4 Thaïlande 1,8
Paraguay 25,6 Nigéria 1,7
États-Unis 24,7 Bangladesh 0,9
Brésil 24,2 Mozambique 0,8
Australie 22,8 Ghana 0,7
Israël 20,2 Inde 0,5

Comme les carcasses sont en moyenne au Brésil d’un peu plus de 200 kilos, on peut donc calculer qu’une famille brésilienne de 5 personnes mange un demi-bœuf par an, quelle que soit la façon dont elle le découpe…

[1] Avec l’Inde, où la majeure partie de la population est hindouiste, considère les vaches comme sacrées, et ne mange pas de viande bovine

[2] Robin Vergonjeanne, Terre-net Média, ttp://www.web-agri.fr/conduite-elevage/genetique-race/article/nelore-gir-ou-girolanda-vous-connaissez-1175-101526.html

Productions agricoles en 2014 et leur dynamique depuis 1990

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) publie chaque année des données sur la production agricole et de l’élevage par commune[1], organisées sur en bases connues comme PAM (production agricole par commune) et PPM (production de l’élevage par commune). Les deux sont librement et gratuitement accessibles sur le site de l’IBGE, via la base de données Sidra (http://www.sidra.ibge.gov.br). La PAM indique, pour chaque production agricole, la superficie ensemencée, la superficie récoltée, la quantité produite et la valeur de la production, pour les années de 1990 à 2014. Le PPM donne pour les mêmes années le nombre de têtes de chaque type de cheptel, la production de lait, d’œufs, de miel, de cocons de ver à soie et de laine, plus le nombre de vaches traites et de moutons tondus. Les données peuvent être extraites, à l’échelle des communes ou de leurs agrégations (microrégions, mésorégions, États et régions), pour l’ensemble du pays ou d’une partie de celui-ci, États ou « visions territoriales » spécifiques comme la région semi-aride, l’Amazonie ou les « territoires de la citoyenneté ».

Les données de 2014 étant disponibles, nous avons trouvé intéressant d’en tirer des cartes (en utilisant les logiciels Philcarto[2] et Adobe Illustrator[3]) de la distribution des principales productions agricoles et de l’élevage dans les 557 microrégions que compte le pays, et de l’évolution de certaines au cours des 24 dernières années.

Élevage

La figure 1 regroupe les cheptels recensés en 2014, recalculés en UGB (unités de gros bétail) pour pouvoir comparer leur importance relative, en poids et en pression sur les ressources naturelles : le nombre brut est multiplié 0,3 pour les porcs, 0,1 pour les moutons, les chèvres 0,09 0,01 poulets, etc.

Ce calcul fait apparaître clairement la prédominance de l’élevage bovin, le nombre de bovins dans le pays étant plus élevé que le nombre d’êtres humains (212 millions contre 202,7 millions selon l’estimation officielle de l’IBGE pour 2014).

Tableau 1 Cheptels bruts et en UGB

Bovins Volailles Porcins Équidés Ovins Caprins Buffles Total
212 1.331 38 5 18 9 1 1.614
212 13 11 4 2 1 1 244

Millions de têtes. Source : IBGE, PPM 2014

Les bovins sont présents dans tout le pays, en particulier dans le Centre-Ouest, tandis que les autres cheptels sont concentrés dans des régions bien définies : buffles dans l’embouchure de l’Amazone, chèvres dans les régions intérieures du Nordeste, moutons dans la campagne gaúcha du Rio Grande do Sul. Les porcs et les poulets ont des distributions similaires, dans les régions d’agriculture familiale du Sud et à proximité des grandes villes du Sudeste, ainsi que – plus récemment – dans la région du soja du Mato Grosso, où les producteurs ont créé des parcs d’engraissement pour valoriser leur production de céréales et de protéines animales.

Dans la dynamique historique, ce qui attire l’attention est la croissance du nombre de bovins (figures 2 et 3) et son expansion vers le nord, en Amazonie, tandis qu’ils diminuent dans le sertão du Nordeste et dans l’État de São Paulo, où ils cèdent la place à la canne à sucre (figure 4 et 5).

Figure 1 Cheptels en 2014

Elevages 2 fr

Figure 2 Bovins en 1990

Bovins 1990 fr

Figure 3 Bovins en 2014

Bovins 2014 fr

Figure 4 Avancée de l’élevage bovin de 1990 à 2004

Bovinos Var 90-10 choro fr

Bovinos 90-14 micro fr

Agriculture

La distribution des productions agricoles est elle aussi très contrastée et marquée de fortes dynamiques. La figure 5 regroupe les principales d’entre elles, en tonnages et à la même échelle, exceptée la canne à sucre dont les volumes sont si élevés qu’ils déséquilibrent toute comparaison. Elle fait apparaître la prédominance du soja et du maïs, dans les mêmes régions puisqu’ils sont souvent associés dans les rotations culturales.

La canne à sucre occupe des régions immédiatement au sud de celle du soja, dans le Goiás, le Mato Grosso do Sul et surtout l’État de São Paulo, où elle a replacé le café – qui a migré vers le sud du Minas Gerais et l’Espírito Santo (figures 6 et 7) – principalement depuis le développement de la production d’alcool combustible lancée par le plan Proalcool de 1973 (d’où le choix de la date de référence de la figure 7). Les plantations d’orangers sont elles aussi concentrées dans l´État de São Paulo.

Les autres cultures se partagent clairement entre celles du nord (manioc et palmier à huile), du Nordeste (manioc, canne à sucre, noix de coco, bananes) et celles du Sud (riz, blé, raisin et pommes), en fonction des aptitudes climatiques et des marchés consommateurs de chaque région.

Tableau 2 Principales productions agricoles

Canne à sucre Soja Maïs Manioc Oranges Riz
737 87 80 23 17 12
Bananes Blé Haricots Café Noix de coco Raisin
7 6 3 3 2 1

Millions de tonnes. Source : IBGE, PAM 2014

Figure 5 Principales productions agricoles en 2014

Toutes cultures 2014-2 fr

Figure 6  Déplacements du café

Cafe 1990 2014 micro 2 fr

Figure 7 Déplacements de la canne à sucre

Cana 1973-2010 micro fr

Les figures 8 et 9 montrent l’ampleur du déplacement des régions productrices de soja et de maïs depuis le Sud, où elles ont commencé dans les années 1970, vers le Mato Grosso puis vers le Maranhão, le Piauí et plus récemment vers le Pará. C’est toutefois encore le Mato Grosso, au terme d’une croissance spectaculaire (figures 10 et 11) qui est le centre de gravité de ce complexe soja-maïs, auquel s’ajoutent de plus en plus le coton et les parcs d’engraissement déjà mentionnés.

Figure 8 Déplacements du soja

Soja 1990-2014 micro -1+1 fr

Figure 9 Déplacements  du maïs

Milho 90-2014 micro -1+1 fr

Figure 10 Production de soja en 1990

soja 1990 mun 3D fr

Figura 11 Production de soja en 2014

soja 2014 mun 3D fr

[1] Le Brésil en comptait 5 570 en 2014 (contre 36 68 en France) alors que sa superficie est plus de quinze fois plus grande

[2] Logiciel gratuit qui peut être téléchargé à partir du site de l’auteur http://philcarto.free.fr/

[3] Pour la superposition des cartes analytiques et le traitement graphique final

Les assentamentos, une politique de réforme agraire ?

Les assentamentos sont des zones créées par le gouvernement brésilien pour y installer des familles sans terres. Ils sont constitués par un ensemble lots destinés à devenir des exploitations où des familles paysannes puissent se consacrer à des activités agricoles et à l’élevage. Il sont constitués soit à partir de terres publiques, soit par le partage d’une grande propriété confisquée dans le cadre de mesures de réforme agraire.

Photo 1 Paysans répartissant les lots d’un assentamento

GO SJA assentamento mapaLes assentamentos sont de divers types (figure 1), que ce soit par leur statut (fédéraux ou des États fédérés), destinés à des paysans sans terres venus d’ailleurs, aux populations locales pratiquant la cueillette (extrativistas), aux descendants d’esclaves fugitifs (quilombolas) ou aux populations déplacées par la construction de barrages.

Figure 1 Types d’assentamentos

Assentamentos modalidades

Mais ils ont en commun de se situer principalement en Amazonie, là où leurs promoteurs peuvent disposer de plus de terres libres. Cela ne va pas sans causer d’importants dommages environnementaux, car il faut défricher de vastes surfaces pour y installer les exploitations agricoles, et ouvrir des voies d’accès qui sont ensuite utilisées par les bûcherons et les éleveurs, qui avancent encore bien plus sur les forêts.

De plus les conditions n’y sont pas très bonnes et compromettent les chances de succès de ceux qui y sont installés : « Les assentamentos, gérés par l’Institut national de la colonisation et de la réforme agraire (INCRA) se situent principalement en Amazonie, dans des régions souvent mal dotées et mal desservies, ce qui rend assez précaires les conditions d’installation des familles migrantes concernées. […]. Les occupants n’obtiennent alors qu’un titre foncier provisoire, c’est-à-dire un “contrat de concession d’usage”, qui leur permet d’avoir accès aux crédits. L’octroi du titre définitif n’intervient souvent qu’après de nombreuses années d’occupation, une fois l’assentamento “consolidé” » [Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009].

Figure 2 Assentamentos et biomes

Assentamentos et biomas

La figure 3 montre l’opposition territoriale entre les familles impliquées dans des occupations de terres (lors de conflits fonciers entre paysans sans terres et grands propriétaires) et de familles installées dans les assentamentos. La carte met en évidence une nette opposition nord/sud de deux phénomènes, la lutte pour la terre se développant principalement dans les régions les plus consolidées et de plus grand potentiel pour le développement de l’agriculture paysanne (dans le Sud-Est et le Sud). Alors que les assentamentos sont installées dans les régions d’occupation récente, principalement sur la frontière agricole, où la demande pour les produits de l’agriculture paysanne est moindre, et où la qualité de vie des colons sera probablement plus faible.

Comme le soulignait déjà Bernardo Mançano Fernandes (2005) « Les installations touchent pour l’essentiel l’Amazonie, principalement sur la frontière agropastorale. Il y a donc une opposition entre les lieux de la lutte pour la terre et ceux de l’installation des familles, alors qu’il s’agit de deux moments d’un même conflit. Cela montre que la politique du gouvernement consiste à créer des assentamentos dans des régions où les terres sont les moins chères, du fait de l’éloignement des centres de consommation et du manque d’infrastructures ».

Figure 3 Familles engagées dans des occupations de terres, familles installées dans les assentamentos

Familias em ocupacoes e assentamentos 2

Photo 2 Assentamento dans le Pontal do Parapanema, État de São Paulo

SP Assentamento Che Guevara

Photo 3 Campement de paysans sans terre dans l’attente d’un assentamento près de Parauapebas (Pará)

PA Maraba Acampamento Lourival Santana MST E

Un autre auteur spécialiste de la question, Eduardo Girardi, faisait donc (2009) une nette distinction : « cette constatation […] nous a conduit à étudier la capacité réformatrice des assentamentos, l’instrument principal de la réforme agraire de tous les gouvernements consécutifs après la dictature militaire. [Nous] comprenons que les assentamentos contribuent inégalement à une « vraie réforme » de la structure foncière. Pour y contribuer, nous supposons qu’ils doivent remettre en cause le latifundio/agrobusiness et installer sur la même parcelle de terre une vraie paysannerie. Le résultat final de l’analyse est la figure [4], sur laquelle nous classons les assentamentos selon trois niveaux de contribution à la réforme agraire ». La carte distingue en effet les assentamentos contribuant à la réforme agraire, que ce soit ceux où se sont produit des occupations de terre (en vert foncé) ou non (en vert clair), de ceux qui n’y contribuent pas (en jaune).

« La carte confirme une hypothèse de départ, les assentamentos moins réformateurs ou non-réformateurs sont situés sur la frontière agricole et se confondent avec les politiques d’occupation du territoire et les politiques environnementales. Cela illustre bien l’idée selon laquelle la frontière agricole a été utilisée pour préserver la structure foncière brésilienne et élaborer une réforme agraire conservatrice ».

Figure 2 Types d’assentamentos selon Eduardo Girardi

Assentamentos Girardi img-2

L’inadéquation des localisations conduit donc à de nombreux échecs, « dans la plupart des assentamentos des fronts pionniers d’Amazonie, on constate un phénomène de substitution de colons et de concentration foncière. En effet, les premiers installés sont en général des familles pauvres et sans terre issues d’un autre front pionnier amazonien ou d’exploitations familiales en crise du Centre-Sud et du Nordeste. Cherchant avant tout à assurer leur sécurité alimentaire, manquant de capital et d’outils performants pour défricher, et n’ayant pas de titre de propriété définitif (statut de posseiro ou d‘assentado), ils pratiquent un système de culture sur abattis-brûlis (riz, manioc, haricot, maïs). Peu à peu, ils sèment du pâturage de façon à valoriser leur terrain. Après une période qui peut aller de 5 à 15 ans, une fois qu’une partie du terrain est défriché et planté en pâturage, les agriculteurs les mieux dotés en capital leur rachètent leurs terres, pour y pratiquer, le plus souvent, l’élevage bovin extensif. Les premiers occupants, et surtout leurs enfants, tendent à repartir vers un front pionnier plus récent. Par exemple, Martin Coy [1986] a montré que 63% des colons installés par l’INCRA sur des lots de 100 ha d’un assentamento du Rondônia avaient vendu leurs terres onze ans après leur arrivée, laissant place à des minifundia, juxtaposés aux latifundia aux mains des grands éleveurs » (Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009).

Figure 3 Évolution d’une zone de colonisation selon Martin Coy

SCHEMA_DE_COLONISATION

En plus les dégâts environnementaux, le choix de l’Amazonie pour y installer des milliers de colons, en conflit avec les bûcherons et les éleveurs, mène par ailleurs à de graves conflits fonciers et à la violence, comme le montrent les cartes tirées des base de données constituées par la Commission Pastorale de la Terre (CPT): c’est sur les confins amazoniens, là même où sont installés la plupart des assentamentos, que les assassinats pour la terre sont les plus nombreux.

Figure 5 Assassinats dans des conflits fonciers selon la Commission Pastoral de la Terre

Assassinatos

Figure 6 Menaces de mort  selon la Commission Pastoral de la Terre

Ameaças de morte

Solution en apparence commode pour se débarrasser à peu de frais de la pression des paysans sans terre, les assentamentos sont donc en fait, à long terme, la cause de problèmes bien plus graves, tant environnementaux que sociaux.

Bibliographie

Eduardo Paulon Girardi et Bernardo Mançano Fernandes, 2006, « Brésil: les territoires de la question agraire », M@ppemonde N° 82 (2-2006)

Eduardo Paulon Girardi, 2009, « Atlas da Questão Agrária Brasileira e Cartografia Geográfica Crítica », parágrafos 4 e 5, Confins, 5 | 2009, http://confins.revues.org/5631 ; DOI : 10.4000/confins.5631

Ludivine Eloy, Jean-Philippe Tonneau et Pablo Sidersky, 2009, « Questions foncières et politiques de réforme agraire au Brésil », Geoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/doc/etpays/Bresil/BresilScient2.htm

Coy M., « Développement régional à la périphérie amazonienne : organisation de l’espace, conflits d’intérêts et programmes d’aménagement dans une région de “frontière” : le cas du Rondônia » In : Frontières, mythes et pratiques (Brésil, Nicaragua, Malaysia). Cahiers des Sciences Humaines, 22 (3/4) :371-388, 1986.

Un géant de l’agro-business dans le Mato Grosso

On dit ici et là que le Brésil est devenu « la ferme du monde », comme la Chine est devenue sont usine et l’Inde son bureau. De fait, il a le rare privilège de disposer de millions d’hectares de terres arables disponibles, qui sont progressivement mises en culture par un puissant complexe agro-industriel. Déjà premier producteur mondial de café et de sucre, premier exportateur mondial de viande de bœuf et de jus d’orange concentré, il est aussi plus récemment devenu le second producteur mondial de soja, alors que sa culture n’a commencé au Brésil que dans les années 1970.

Cette montée en puissance est en grande partie due à la mise en place dans les régions pionnières du Centre-Ouest, principalement dans le Mato Grosso, d’immenses domaines agro-pastoraux comme celui du groupe Bom Futuro, situé à Campo Verde, à une centaine de kilomètres à l’Est de Cuiabá, la capitale du Mato Grosso (figures n° 1 et 2). Un voyage récent m’a permis de le visiter pour la deuxième fois et les informations ci-dessous, sans constituer un scoop, apportent je crois quelques éléments concrets pour faire comprendre l’immensité de ces nouvelles exploitations agricoles.

Figure n° 1 Localisation du Mato Grosso

Localisation

L’entreprise

Le groupe[1] appartient à la famille Maggi-Scheffer, ses propriétaires sont trois frères et un beau-frère, qui ont commencé leurs activités agricoles en 1964 à São Miguel do Iguaçu, dans le Paraná. En 1982 ils se sont installés dans le Mato Grosso, alors au début de son boom agricole. En 1988 ils cultivaient 3 000 ha en partenariat avec d’autres membres de la famille Maggi, dont l’un des membres, a été un temps le plus grand producteur de soja au monde, et gouverneur du Mato Grosso. En 1993 les quatre associés ont pris leur indépendance, achèté la fazenda Bom Futuro et en 1994 commencé à y planter du coton.

Ce choix sera une des raisons principales de leur succès, avec la pratique systématique d’une deuxième récolte annuelle (soja + coton ou soja + maïs), le semis direct dans les chaumes (sans labour) et la diversification (élevage, pisciculture, production de semences).

Figure n° 2 Localisation du groupe Bom Futuro

Localisation

Les dimensions

À sa fondation, le groupe cultivait 2 500 ha. Aujourd’hui il en cultive 420 000 (en deux récoltes, sur 250 000 cultivables), et le domaine compte en outre 160 000 de terres destinées à l’élevage et aux réserves forestières que la loi brésilienne leur fait obligation de conserver.

Soja :                     230 000 ha

Maïs :                    105 000 ha

Coton :                    75 000 ha

Autres cultures :     10 000 ha

Total :                   420 000 ha

Toutes ces terres n’appartiennent pas du groupe, la moitié sont louées à des propriétaires qui ont chacun 1 000 ou 2 000 ha. Le prix de la location est calculé en sacs de soja, l’unité de compte universelle dans la région, coté à 57,65 Reais le 21 février 2014 à Primavera do Leste – la référence locale – soit 17,74 Euros à la même date. En moyenne elle se monte à 9 sacs par ha et par an (160 Euros, mais variant de 5 sacs pour des terres sableuses sans infrastructure à 13 sacs pour des terres argileuses et dotées de bonnes infrastructures, comme des silos, l’électricité, etc.). À l’achat ces terres vaudraient de 80 à 100 sacs (1 400 à 1800 Euros) pour les pour les terres sableuses à 400-500 (7 000 à 9 000 Euros) pour des terres argileuses proches de la ville. Il y a 10 ans les prix moyens étaient respectivement de 50 et 200 sacs (900 et 3 500 Euros au cours actuel du soja et des monnaies), ils ont beaucoup monté avec les prix des commodities, les denrées cotées en bourse et demandées par le marché international, la Chine en tête.

Le groupe de souhaite pas s’agrandir davantage, mais ses propriétaires saisissent les occasions qui se présentent et cherchent à diversifier, sans renoncer à la sécurité climatique que leur offre le climat du Mato Grosso. Récemment ils ont acheté des terres dans la vallée de l’Araguaia, plus à l’Est, visant l’exportation de leur production par un chemin de fer, encore en construction, qui permettra une sortie par le port de São Luis, dans le Maranhão. En outre, en réponse aux nouvelles règles environnementales qui ont augmenté la proportion de forêts à conserver, ils cherchent à acheter des terres forestières, dans la même commune ou au moins dans le même bassin fluvial, comme le prescrit la loi.

Figure n° 3 Les terres du groupe Bom Futuro

Bom futuro 1

Figure n° 4 Le siège principal, situé à 32 kilomètres de l’entrée.

Bom futuro 4

Figure n° 5 Une des batteries de silos pour le stockage des grains

MT FAZ  Filadelfia Silos

La production agricole

Le rendement en soja est en moyenne de 53 sacs par hectare, soit 3,2 t, mais cette année 2014 le groupe attend, si tout se passe bien, un rendement de 3,5 t/ha, avec de bon prix. Le maïs produit 6 t/ha en moyenne, mais comme il est planté en deuxième culture, il dépend beaucoup de la quantité de précipitations en fin de saison des pluies. C’est une loterie, mais qui peut donner de très bon résultats et de toute façon coûte peu, juste peu d’engrais puisqu’il utilise les mêmes terres, machines, silos et personnels que le soja qui le précède. Il est normalement prêt en 115 à 125 jours, mais souvent récolté à 140-150 jours puisqu’il clôt le cycle annuel et peut rester en terre sans dommage en période sèche.

À la fondation du groupe, le coton rapportait – selon le directeur technique – sept fois plus que le soja, mais cette différence tend à s’estomper, et ses cotations fluctuent beaucoup selon les années. Le marché est assuré puisque le Brésil consomme 800 000 t de fibres par an, et exporte le reste (mais pas tellement vers la Chine, un marché conquis par USA). En outre, comme le Brésil a réussi à conserver une partie de son industrie textile, les prix internes sont parfois meilleurs que ceux de l’exportation.

Outre le coton, un autre facteur qui a permis le succès de l’entreprise a été l’adoption du « semis direct », qui consiste a planter une récolte dans les chaumes de la précédente, sans labours ni hersage. Expérimentée dans les années 1980 – avec l’aide du Cirad, l’organisme français de coopération agricole – cette pratique a permis entre autres avantages de réduire l’érosion des sols, qui ne restent découverts que quelques jours, d’augmenter leur teneur en matière organique et les rendements.

Le coton ou le maïs sont donc semés juste après la récolte du soja, ce qui donne le temps d’une seconde récolte de maïs ou de coton sur les meilleures terres, alors que sur les plus sableuses on sème plutôt un millet destiné à devenir un engrais vert ou de la brachiara (Brachiaria brizantha) une graminée fourragère destinée à nourrir le bétail mais aussi particulièrement utile pour son pouvoir restructurant sur les sols.

Figure n° 6 Semis direct dans la culture d’engrais vert

MT Faz Filadelfia semis direct 4

Tout cela suppose évidemment une mécanisation massive et les machines en tout genre ne manquent pas dans les fazendas du groupe, depuis les semoirs capables de semer des grains sur près de cinquante rangs à la fois jusqu’aux moissonneuses-batteuses dont les barres de coupe ont une envergure de plus de quinze mètres.

Figure n° 7 Un semoir à 49 lignes

Bom futuro semoirs 1

Au moment des récoltes, et tout particulièrement de celle du soja, qui était en cours lors de notre visite en février 2014, s’organise donc dans les champs et sur les routes qui sillonnent le domaine un ballet complexe de moissonneuses, transbordeurs, camions de transport vers les silos, tracteurs et semoirs, camions citernes, etc.

Figure n° 8 Récolte du soja à la fazenda Filadelfia

Bom futuro moisson 2bis

Figure n° 9 Une des moissonneuses-batteuses

MT Faz Filadelfia machines 3

Au moment de la récolte il faut en outre traiter avec un soin particulier les parcelles destinées aux semences de la campagne suivante. La partie du domaine dont c’est la spécialité produit plus de 700 000 sacs de 60 kg de graines de soja par an (la livraison des semences se fait dans de grands bacs, mais ici aussi la production est comptée en sacs). Bom Futuro en utilise environ 30 %, vend le reste et produit également ses semences de coton, de maïs, de sorgho et d’autres cultures.

Dans d’autres parties du domaine des installations de type plus industriel qu’agricole sont destinées au traitement du coton qui est expédié en fardeaux comprimés vers les filatures ou les ports d’embarquement.

Figure n° 10 Expédition des fardeaux de coton

MT Faz Filadelfia embarquement du coton 2

Pisciculture

À côté de ces activités agricoles, le domaine comprend une partie consacrée à la pisciculture, avec trois unités de production, un laboratoire de reproduction et une unité de commercialisation d’alevins. Le groupe s’est lancé dans cette activité en ayant constaté la très basse consommation de poisson au Brésil, qui pourrait facilement être augmentée s’il existait une offre à bas prix, que le groupe peut obtenir grâce aux atouts dont il dispose.

Figure n° 11 Agriculture irriguée et pisciculture

Bom futuro 3bis

Les bassins de production ont été installés sur des sols de moindre qualité, mais où l’on peut disposer de beaucoup d’eau. Pour nourrir les poissons on utilise des sous-produits de l’exploitations agricole, les protéines animales, étant obtenue par le recyclage des déchets de la production piscicole elle-même (têtes et arrêtes, chairs non utilisées par la production de filets de poisson). Au total l’exploitation compte 150 hectares de bassins, avec un rendement d’environ 11 tonnes par ha/an. Les espèces élevées sont des espèces amazoniennes ou du Pantanal (pintado, piau, matrinxã e peraputanga) et une espèce exotique, le tilápia.

Figure n° 12 Pisciculture et expédition du poisson

Pisciculture

Élevage

Le groupe développe l’élevage bovin depuis 1998, et compte en moyenne 40 000 têtes, qui font partie d’un système agriculture-élevage où l’élevage s’intègre au système de rotation des cultures et contribue à la fertilisation des sols (ce qui paraît évident aux agriculteurs européens mais est une nouveauté au Brésil ou élevage et agriculture sont dans l’immense majorité des cas rigoureusement séparés). Les responsables de ce secteur insistent sur le fait que leur activité se cantonne strictement aux zones déjà défrichées et ne nuit donc pas à l’environnement par l’ouverture de nouvelles zones dans les parties forestières.

Pour la nourriture du bétail sont utilisés des produits et sous- produits de l’agriculture, notamment du maïs et des tourteaux de soja et de coton. Il s’agit d’une embouche, des lots de bétail maigre sont engraissés en confinement, un lot de mai à juillet, un autre de septembre à novembre, suivis par un arrêt au moment des pluies. Le groupe a choisi de participer au système de traçabilité Sisbov garantissant la provenance et de la qualité de la viande par le suivi des bovins, on distingue sur la photo ci-dessous les boucles d’identification jaunes rivetées dans l’oreille des bêtes, qui permettent de les suivre de la naissance à l’abattoir.

Figure n° 13 Élevage en confinement

MT Faz Filadelfia vaqueiro 2

Les problèmes, transports et énergie

Les deux problèmes principaux que doivent affronter les responsables du groupe sont ceux du transport de leurs produits vers les marchés consommateurs et la fourniture d’énergie. Le plus grave est sans conteste l’écoulement de leur récolte, en raison de la distance entre les zones de production et le principal port exportateur, Paranaguá, dans le Paraná. Ce port avait été choisi et équipé pour exporter le soja brésilien (et paraguayen) du temps où l’essentiel de la production se faisait dans le Sud, une décision alors logique mais qui est devenue de plus en plus absurde à mesure que les zones productrices se sont déplacées vers le nord.

Les distances à parcourir sont aujourd’hui démesurées, surtout si on les juge à l’aune européenne. Pour mieux apprécier les kilométrages que les camions de soja doivent parcourir, pour atteindre le port de Paranaguá depuis quelques-unes des villes de la région du soja, on les a rapprochées de distances similaires calculées depuis Paris (dans les deux cas en utilisant des logiciels de calcul de distances routières). Campos Novos dos Parecis est à 2 136 kilomètres du port d’embarquement, soit la distance Paris-Tirana (Albanie) ou Paris-Minsk (Biélorussie). Sorriso est à 2 196 kilomètres, soit Paris-Skopje (Macédoine), Sinop à 2 290 kilomètres, soit Paris-Bergen (Norvège), Alta Floresta à 2 603 kilomètres, soit Paris – Istanboul (Turquie).

C’est pourquoi des solutions alternatives commencent à se mettre en place. Des lignes de chemin de fer ont été construites ou réformées pour atteindre les zones de production, ou du moins s’en rapprocher : elles arrivent actuellement á Rondonópolis, dans le sud du Mato Grosso. Et un port céréalier a été construit par le groupe Maggi à Itacoatiara, sur l’Amazone (un peu en aval de Manaus), desservi par des barges fluviales descendant le rio Madeira au départ de Porto Velho (Rondônia). De là le soja part vers les marchés européens et asiatiques par navires de haute mer, d’une capacité volontairement limitée à 55 000 tonnes (navires dits Panamax) : quand ils descendent l’Amazone, puis font cap vers le nord, ils ne savent pas encore quelle sera leur destination finale, Europe ou Asie, et il faut donc qu’ils puissent, si l’ordre vient d’aller vers la Chine – le client principal – passer par le canal de Panama. Ces voies nouvelles offrent donc des alternatives, mais même pour atteindre le terminal de Porto Velho les distances restent grandes, et peuvent être à peu près équivalentes pour les producteurs du sud du Mato Grosso, dans le cas de Campos Verde 1 580 km contre 1 720 pour Paranaguá.

Pour couvrir la – considérable – consommation électrique du domaine, trois centrales hydroélectriques ont été construites, elles assurent en temps normal les besoins du domaine, et vendent même leur production excédentaire au réseau électrique national. Cependant, les besoins d’énergie pour le séchage des semences et le stockage du grain sur place créent des besoins croissants et l’alimentation électrique par les barrages n’étant plus suffisante, il a fallu installer plusieurs gros générateurs diesel. Pour y remédier, le système de séchage des grains a récemment été changé, en passant du propane à un système à base de bois d’eucalyptus pour alimenter les conduits d’air chaud allant aux bacs de séchage. Le coût du système utilisant le bois d’eucalyptus comme source de chaleur est d’environ 20 % du coût de propane pour la même quantité de séchage.

En guise de conclusion – légèrement ironique – on pourrait dire, en rappelant la célèbre phrase de Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine(1870-1924), dans son discours au 8e Congrès des Soviets, 1919, « Le communisme, c’est les Soviets, plus l’électricité » qu’avec cette production électrique le groupe Bom Futuro se qualifie encore plus – il en sera sans doute surpris – comme digne héritier des sovkhozes soviétiques.

Le côté soviétique est évidemment ce qui fait la différence entre eux et cette entreprise vigoureusement capitaliste. Mais on rappellera que la taille moyenne d’un sovkhoze était de 15 300 hectare (près de trois fois celle des kolkhozes, 5 900 hectares en 1990) et que les sovkhozes étaient plus nombreux en Asie centrale, les partie pionnières de l’Union soviétique, que dans sa partie européenne, comme ces exploitations géantes sont plus fréquentes sur les marges pionnières du Brésil que dans ses parties centrales. Ces terres agricoles collectives représentaient en 1990 24 % du territoire russe, soit 406 millions d’hectares, mais la Russie a définitivement mis fin en 2002 aux kolkhozes et sovkhozes. Une large partie de l’opinion publique étant hostile à leur privatisation, il a fallu plusieurs semaines de négociations au président Vladimir Poutine pour parvenir à un compromis, et le gouvernement espère ainsi accélérer l’arrivée de nouveaux capitaux pour moderniser une agriculture arriérée où la productivité reste très faible. Qui sait si les agriculteurs brésiliens du genre du groupe Bom Futuro ne pourraient pas s’y intéresser, si l’agriculture était ouverte aux étrangers – ce qui n’est pas le cas actuellement – voire s’ils étaient appelés á apporter leur aide comme ils l’ont été au Mozambique.

En attendant, il reste à espérer que la présentation de colosse agro-industriel serve à porter de nouveaux éléments sur l’agora des discussions en cours sur l’avenir de l’agriculture brésilienne, et la concurrence qu’elle fait aux agricultures européennes.


[1] Une vidéo institutionnelle de 15 mn est disponible sur le site du groupe http://www.bomfuturo.com.br/