Avions vs bus

Un article de la Folha de São Paulo du 22 mars[1] indique que le nombre de passagers des compagnies aériennes fréquentant les lignes intérieures brésiliennes a dépassé cette année, pour la première fois, celui des voyageurs des lignes de bus à longue distance : en 2010, on a compté 66 millions de passagers sur les liaisons aériennes entre États de la Fédération, et les deux premiers mois de 2011 ont connu une progression d’environ 10% par rapport à l’an dernier. Pour cette même année 2010, l’Agence nationale du transport terrestre (ANTT) calcule que le nombre de passagers ayant voyagé en autobus a été de près de 67 millions, avec une tendance à la baisse qui dure depuis 2003. De 2002 à 2010, le nombre de passagers des compagnies aériennes a augmenté de 115% et celui des passagers des bus a diminué de 31%.

C’est là un changement majeur, depuis des décennies l’immense majorité des Brésiliens utilisaient les bus pour se déplacer d’une ville à l’autre, d’autant plus que le (modeste) réseau ferré ne sert plus qu’au transport de marchandises. On date en général de la construction de Brasília (1955-1960) l’option pour le « tout-routier », avec la construction des routes menant à la nouvelle capitale et vers l’Amazonie, et l’installation des industries automobiles dans le pays.

La photo ci-dessous montre un de ces bus pionniers qui amenait vers la ville nouvelle des migrants venus de tout le pays, elle est exposée (sans mention d’auteur) au musée du Catetinho, le « palais » de planches brutes d’où le Président Kubitschek dirigeait la construction de la ville.

Bus desservant Brasília pendant sa construction (sans mention d’auteur, musée du

Aujourd’hui, les bus interurbains brésiliens sont bien plus modernes et confortables que leurs équivalents européens et même nord-américains : climatisés, équipés de WC et de circuits de télévision, ils sont en outre dotés de soutes immenses qui permettent d’emporter beaucoup de bagages. Cette possibilité est particulièrement appréciée par les Nordestins installés à São Paulo ou à Rio de Janeiro, qui aiment rentrer dans leur région d’origine chargés de cadeaux qui attestent de leur réussite.

Bus interurbain, dans ce cas affrété par une agence touristique (cliché Hervé Théry, 2007)

Ces bus sont en outre généralement dotés d’un compresseur et d’un circuit d’air comprimé qui permet de vérifier et de maintenir la pression des pneus.

Dispositif maintenant la pression des pneus (cliché Hervé Théry 2010)

Cette précaution est rendue nécessaire par l’état déplorable de beaucoup de routes, principalement en Amazonie et dans le Nordeste, comme celle qui apparaît ci-dessous : le panneau publicitaire dit « Le DNIT [Département national des infrastructures terrestres] s’occupe de votre sécurité », sans doute les nids de poule font ils fonction de ralentisseurs…

Route BR319 à proximité de Porto Velho (cliché Hervé Théry 2005)

Comme ces bus à longue distance roulent jour et nuit (les chauffeurs se relayant) il est prévu des arrêts réguliers pour que les passagers puissent se restaurer et se détendre les jambes. Conçus pour accueillir des centaines de personnes à la fois, ces relais routiers qui sont en compétition pour attirer automobilistes, camionneurs et compagnies de bus rivalisent de luxe et apparaissent d’autant plus dans le paysage que leur architecture est parfois étrange.

Relais routier dans l’État de São Paulo (cliché Hervé Théry 2008)

C’est ce système bien rodé qui est aujourd’hui concurrencé par le développement du transport aérien de masse. Après une série de faillites retentissantes, deux compagnies se partagent désormais le marché, la TAM (Taxi aéreo de Marília) et la GOL. La première, comme son nom l’indique, est issue d’une firme de taxi aérien de l’intérieur de l’État de São Paulo, l’autre a été fondée par une famille qui a fait fortune dans le transport par autobus mais a senti que l’avenir était ailleurs.

La TAM affiche clairement son « orgueil d’être brésilienne » (cliché Hervé Théry 2009)

Les deux compagnies rivalisent sur les lignes principales avec des avions de ligne modernes (Airbus, Boeing et Embraer, le constructeur brésilien) mais elles laissent de la place à de nombreuses petites compagnies régionales sur les dessertes des petites villes, opérées avec des avions plus petits, à hélice, avec un service nettement plus rustique.

Sur un aérodrome du Mato Grosso le pilote vérifie le train d’atterrissage pendant qu’on fait le plein de son avion (cliché Hervé Théry, 2009).

Grâce à cette offre abondante et à bas prix – les leçons des compagnies low cost ont été retenues – la fréquentation a beaucoup augmenté, en particulier grâce à l’arrivée de clients qui n’avaient jusque-là jamais pris l’avion. Selon la GOL, qui vient pour la première fois de dépasser sa concurrente, aujourd’hui près de la moitié de ses passagers sont issus des classes populaires, celles qui naguère voyageaient en bus. Pour gagner encore plus de parts de marché, la compagnie permet d’étaler le paiement des billets sur de longues périodes, allant jusqu’à 36 mois.

De ce fait c’est le Nordeste, la région la plus pauvre du pays, qui a vu le plus augmenter (en pourcentage) le nombre de passagers aériens entre 2003 et 2010 : en 2003 ils étaient 5 millions, en 2010, leur nombre a bondi à 12,6 millions. L’empregada (employée de maison) Ruth Luz Santos, 47 ans, s’est ainsi rendu à Rio de Aracaju en avion pour la première fois. Avec 400 Reais (170 Euros) payables en trois fois et avec l’aide du patron, elle acheté un billet aller-retour. Elle y a gagné en temps de transport puisque le vol Rio-Aracaju dure deux heures et demie, contre 30 heures pour le trajet en bus, sans grand surcoût puisque le trajet en bus coûte près de 300 Reais.

Selon le directeur général de l’ANTT, Bernardo Figueiredo, « le bus était imbattable parce qu’il n’avait pas de concurrence. Maintenant, il revient à son marché, les trajets jusqu’à 500 kilomètres ». De fait, les lignes les plus touchées sont celles de plus de 1 000 kilomètres. Mais même pour les longues distances, le bus est toujours nécessaire, « les jours de pointe, comme le Carnaval et Noël, nous pouvons multiplier au moins par six fois la capacité de passagers, et ça l’avion ne peut pas le faire ».


[1] Dimmi Amora et Andreza Matais, Folha de São Paulo, 22 mars 2011, http://www1.folha.uol.com.br/fsp/mercado/me2203201103.htm

Salon agricole Fenasucro-Agrocana

Le salon agricole Fenasucro-Agrocana de Sertãozinho (État de São Paulo) est l’un des grands évènements de l’année pour les producteurs de sucre et d’alcool brésiliens et – de plus en plus – des pays voisins, qui viennent au Brésil, le premier producteur mondial de canne à sucre, se renseigner sur les nouvelles technologies qui y sont développées.

On y trouve en effet, dans le parc d’exposition en plein air, des machines agricoles spécialisées pour la culture, la récolte et le transport, de plus en plus perfectionnées et impressionnantes. Comme par exemple des machines à couper la canne dont chacune remplace une centaine de coupeurs de canne, et évite de brûler les pailles avant la coupe : plus de problèmes écologiques et plus de problèmes sociaux, pour les producteurs du moins…

Machine à couper la canne à sucre

À l’intérieur, dans la partie couverte, d’autres entreprises offrent du matériel pour les sucreries et distilleries, matériels très techniques donc, axes, engrenages et valves pour les véritables usines que sont devenues les sucreries de cette région, la plus productive du pays.

Matériel pour usines à sucre et distilleries

Mais comme on est malgré tout au Brésil, même les stands des matériels les plus techniques sont embellis par la présence de charmantes jeunes femmes : peut-être est-ce un atout pour attirer l’attention des chalands dans ce monde très masculin ?

Hotesses d'accueil sur un des stands

Élection présidentielles de 2010

La carte des résultats des trois principaux candidats au premiere tour des élections présidentielles, en octobre, révèlent de forte oppositions régionales: Dilma Rousseff (qui a remporté l’élection au second tour), José Serra (qu’elle a battu au second tour) et Marina Silva ont chacun/e leurs fiefs.

Les trois principaux candidats au premier tour

Dilma gagne nettement dans les régions pauvres, Nordeste (plus le nord du Minas, incluses dans le « polygone de la sécheresse ») et en Amazonas (mais ni dans le Pará ni dans l’Acre). Serra gagne à São Paulo et les parties orientales du Sud (dans l’ouest rural c’est plutôt Dilma) et dans les regions pionnières de l' »arc du déboisement ».

C’est là que Marina – assez logiquement puisqu’elle a été ministre de l’environnement – fait ses plus mauvais scores, en revanche elle est bonne – là aussi assez logiquement – dans l’Acre, chez elle. Mais ses meilleurs scores sont dans les grandes villes et des régions qui tracent curieusement une croix sur le Brésil, du Tocantins au Paraná et du Mato Grosso à Rio. La aussi c’est assez normal pour une candidate qui ne cache pas ses convictions de protestante évangeliste.

Résultats électoraux et indice de développement

Si l’on superpose les résultats des deux principaux candidats (par États, le cartouche indiquant leur score minumum, moyen et maximum) à un carte des niveaux de développement, on voit apparaître  l’étroite coïncidence entre le vote pour Dilma ou Serra et le niveau de développement, mesuré par l’indice Firjan (revenu par tête + santé + scolarité): les régions ou Dilma réalise des scores supérieurs à sa moyenne nationale (liseré mauve) sont celles ou l’indice est bas (nuances de vert), Nordeste et Amazonie.

En contraste, celles ou Serra obtient  ses meilleurs scores (hachure horizontales) sont les plus développées du pays (jaune, orange et rouge), Sud, Sudeste et de plus en plus Centre-Ouest, que l’agro-business (soja et élevage) a transformé en une sorte de Middle-West brésilien. Les régions disputées sont soit celles ou les deux candidats ont de bons pourcentages (comme le Pará, en Amazonie), soit – au contraire – celles ou les deux candidates sont sous leur moyenne nationale, comme le Minas Gerais, deux États qui contiennent à la fois des régions déjà développées et des régions très pauvres.

Au second tour ce sont donc une fois de plus les « deux Brésils » qui  étaient face à  face, Dilma a eu pour elle le vote des pauvres, les plus nombreux, attaches au régime par la Bolsa Familia, touchée aujourd’hui par près du quart des Brésiliens.

Questions environnementales dans l’État de São Paulo

Trois images contrastées sur le traitement de l’environnement dans l’État de São Paulo : la première montre l’espace vert créé au long de la plage de Santos, pour que le front de mer soit moins minéral et que les résidents du front de mer aient leur quotas d’espaces verts.

Jardins du front de mer à Santos. cliché Hervé Théry 2011

Les deux autres montrent le Tietê, la rivière qui traverse São Paulo, en aval de la ville : la quantité de détergents est telle qu’en aval d’un petit barrage hydroélectrique et de la première chute importante du cours moyen, à Salto, la surface de l’eau est entièrement couverte d’une mousse épaisse.

Le Tietê en aval de Sao Paulo. Cliché Hervé Théry 2010

Tout espoir n’est pourtant pas interdit puisque la « tache de pollution » en aval de la ville diminue de façon régulière depuis plusieurs années, à mesure que progresse le traitement des eaux rejetées à la rivière.

La chute du Tietê à Salto. Cliché Hervé Théry 2010

La population du Brésil en 2010

Les premiers résultats du recensement de 2010 ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Une carte en anamorphormose de la population des États qui composent la République fédérative du Brésil donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, elle montre bien le poids prédominant de ceux du Sud et du Nordeste. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas)

Braises

Rendre compte par le texte et par l’image (cartes, photos, mais aussi dessins,caricatures, etc) des transformations que vit, jour après jour, un grand pays émergent: la société brésilienne évolue rapidement, et son territoire, ses villes, ses habitants changent constamment.
En utilisant les données précises et accessibles qui sont constamment publiées (gratuitement, la plupart du temps), on peut produire rapidement des cartes qui cadrent les tendances generales, par exemple les tendances demographiques (les premiers chiffres du recensement de 2010 commencent à sortir), les tendances politiques (les résultats des élections générales de 2010 sont disponibles), tendances économiques (la fédération des industries de Rio publie annuellemnent un indice synthétique de développementà l’échelle communale.
Par ailleurs le fait de passer du temps dans le pays permet de rapporter des images de séjours de recherche sur le terrain (en Amazonie notamment), en alternance avec des images de la plus grande ville du pays, son coeur économique, São Paulo. Enfin la veille sur les publications brésiliennes (abondantes et de qualité croissante), la lecture quotidienne de la presse, la fréquentation assidue des habitants de ce pays en plein changement permet de tenter de comprendre comment ces dynamiques sont vécues, la culture brésilienne étant juste assez différente de la nôtre pour être fascinante tout en restant accessible à un observateur français.