Archives de catégorie : Histoire

Marc Ferrez, un photographe témoin de son temps

Marc Ferrez (1843-1923) a été témoin des extraordinaires transformations qu’a connu le Brésil du milieu du XIXe siècle au premier quart du XXe et nous a laissé sur elles un précieux témoignages sous formes de photographie d’une grande qualité. On mesure grâce à elles l’évolution du pays puisque les premières montrent encore des esclaves tandis que les dernières sont consacrées au développement du cinéma à Rio.

En suivant, résumant et complétant la chronologie établie par Andrea C. T. Wanderley « O brilhante cronista visual Marc Ferrez »[1], on peut retracer les étapes principales de sa carrière autour de quelques-unes de ses photographies.

Les débuts

Marc Ferrez est né à Rio de Janeiro, le 7 décembre 1843. Son père était sculpteur et graveur, ainsi que son oncle Marc Ferrez. Diplômés de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, ils avaient rejoint la Mission française qui avait été invitée à Rio en 1816 quand la Reine, le prince Régent et toute la Cour Portugaise s’y étaient repliés pour fuir l’avancée des troupes napoléoniennes. Cette mission avait été des étapes majeures du développement des arts au Brésil, elle a puissamment contribué à y développer l’influence culturelle française, et par cette filiation Marc Ferrez s’y inscrit pleinement, en prolongeant dans son domaine, la photographie, ce qui avait commencé dans la littérature, la peinture, la sculpture et la mode.

Il passa quelques années en France, on ne sait pas exactement à quel moment il y est parti mais on sait qu’il en revint vers 1863 et que le 12 mars 1867 il déposa auprès du conseil municipal de Rio de Janeiro une demande de licence pour exploiter un établissement photographique au numéro 96 de la Rua São José, sous la marque commerciale Marc Ferrez & Cia.

Dès 1868 il pouvait annoncer la vente d’« une vaste collection de vues de Rio de Janeiro et de navires de guerre de toutes les nations[2] » (Jornal do Commercio, 6 décembre 1868), mais hélas ces photos n’ont pas été conservées car le 18 novembre 1863, un incendie détruisit son atelier, son équipement photographique et toutes les plaques de ses premières années de photographe (Jornal do Commercio, 19 novembre 1873).

En 1875, Ferrez commença à travailler comme photographe pour la Commission géologique de l’Empire, dirigée par l’américain Charles Frederick Hartt (1840-1878), qui devint directeur de la section géologie du Musée national en 1876. Il visita les États actuels d’Alagoas, Bahia. Pernambouc et une partie de la région amazonienne, dans le cadre d’une mission scientifique menée sous les auspices du gouvernement impérial, qui produisit la première représentation photographique de diverses régions du territoire brésilien[3].

Figure 1 Marc Ferrez en 1876

En cartouche son tampon et une publicité pour ses activités de photographe

Marc Ferrez. Marc Ferrez aos 33 anos de idade, c. 1876. Rio de Janeiro, RJ / Acervo IMS

En 1877 il fit sa première exposition à la galerie La glace élégante, 13 rua do Ouvidor, où il exposa de nombreuses fois tout au long de sa carrière. En 1878, il se rendit en France à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, où il présenta un panorama de Rio de Janeiro qu’il avait déjà exposé à l’Exposition universelle de Philadelphie en 1876. Il y acheta un appareil de prise de vue panoramique, avec cet équipement, pesant plus de 100 kilos, il était possible de produire de grandes images allant jusqu’à 1,1 mètre sans les distorsions souvent causées par la juxtaposition de plusieurs photographies.

Elle lui servit souvent pour produire des photographies de paysages, notamment de Rio de Janeiro, comme celles des figures 2 et 3, prises respectivement de Santa Tereza et du Corcovado. Sur la seconde il a joué avec l’illusion procuré par la double exposition, lui et un ami apparaissent deux fois sur la photo.

Figure 2 Panorama de Rio de Janeiro de Santa Tereza vers 1885

Acervo IMS Panorama parcial do Rio de Janeiro, c. 1885. Rio de janeiro, RJ / Acervo IMS

Figure 3 Panorama de Rio de Janeiro du Corcovado vers 1885

 

Marc Ferrez,, Acervo IMS

Dans les années 1880 Ferrez commença à développer de nouvelles activités. D’une part, celles de commerçant et de représentant de produits et articles de photographie, activités d’où il tira dès lors une grande partie de ses revenus. D’autre part il entreprit de photographier une des transformations les plus spectaculaires du Brésil d’alors, la construction des chemins de fer.

Images de la modernité

Parmi les premières images de ce nouveau Brésil figurent celles qu’il exposa en 1880 dans le magasin du lithographe Jules Martin, des photographies réalisées dans la Province de São Paulo, où il s’était rendu pour la première fois (Jornal da Tarde, 29 septembre 1880). Parmi elles, des vues du chemin de fer Santos-Jundiaí, via São Paulo, récemment construite pour écouler la production de café qui se développait rapidement dans l’ouest de la Province.

Figure 4 Le chemin de fer Santos à São Paulo, vers 1880

Acervo Instituto Moreira Salles.

Il en fit ensuite d’autres chemins de fer, comme la ligne Dona Thereza Cristina (Santa Catarina), toujours à la galerie La Glace élégante (Gazeta da Tarde, 11 de novembro de 1884) et participa à l’inauguration de la da ferrovia do Paraná (19 décembre 1884, 4 février 1885).  « Couvrir » les inaugurations de ces nouvelles infrastructures lui donna l’occasion de photographier les autorités qui les honoraient de leur présence, à commencer par l’Empereur lui-même.

Photographies de la famille impériale et de célébrités

Photographiant le chantier du chemin de fer Dom Pedro II, reliant São Paulo au Minas Gerais, il enregistra ainsi (figure 4) la présence de l’empereur Pedro II et de son entourage à l’entrée du tunnel de la Serra da Mantiqueira (Gazeta de Notícias, 27 juin 1882).

Figure 5 Inauguration d’un tunnel en présence de l’empereur et de son entourage, 1882.

Acervo IMS

Ferrez eut d’autres occasions de faire des clichés de membres de la famille impériale, d’autant plus facilement que Dom Pedro II appréciait la photographie. Il avait lui-même été fasciné par la nouveauté qu’elle était encore au début de son règne, au point d’être surnommé « l’Empereur photographe ») et il constitua l’une des premières et des plus riches collections d’images du monde (et de lui-même).

Figure 6 Les enfants de l’Empereur en 1883

  1. Pedro de Alcântara, D. Antônio Gastão e D. Luís Maria en 1883.

Marc Ferrez fut reçu par Dom Pedro II, notamment lorsque celui-ci lui l’a élevé au rang de Chevalier de l’Ordre de la Rose le 7 mars 1885 (Publicador Maranhense, 26 mars 1885). Il a aussi photographié la cérémonie d’installation de la princesse Isabel (1846 – 1921) comme régente en l’absence de son père (parti faire un long voyage), à la cathédrale de la Sé. Le Te Deum célébré à cette occasion lui a probablement offert sa première occasion d’utiliser les nouveaux flashs de magnésium récemment reçus d’Europe.

Figure 7 Te Deum pour l’installation de la princesse Isabel  comme régente

Coleção Princesa Isabel

Outre ceux de la famille impériale Ferrez fit aussi des portraits d’autres célébrités de l’époque, parfois en collaboration avec un autre photographe, Insley Pacheco. Il exposa ainsi à Notre Dame de Paris, en 1884, un portrait[4] de l’astronome belge Louis Ferdinand Cruls (1848 – 1908), directeur de l’observatoire impérial de Rio de Janeiro (Jornal do Commercio, 4 juillet 1884). Celui-ci fut plus tard l’auteur du rapport qui définissait le périmètre (« rectangle Cruls ») où devrait être construite la future capitale dont le projet avait été inscrit dans la Constitution de 1891 mais ne fut réalisé que bien plus tard, avec la construction de Brasília.

Dans la première édition du magazine Galeria Contemporânea do Brasil, fut publiée une photographie d’un des plus importants écrivains brésiliens, Machado de Assis[5], identifiée comme une « photographie inaltérable de Marc Ferrez et cliché d’Insley Pacheco » (Revista Ilustrada, 31 août 1884, dans la section « Livres à lire »).

Toutefois, tout en témoignant de la naissance du Brésil moderne et des dernières splendeurs de l’Empire, Ferrez a aussi connu – et photographié – les dernières années de l’esclavage, qui n’a été aboli au Brésil qu’en 1888.

Photographies de l’esclavage

Des mesures avaient été prises pour réduire le nombre des esclaves : interdiction de la traite, « loi du ventre libre », qui établissait que leurs enfants naissaient libres, « loi des sexagénaires », qui libérait ceux d’entre eux – ils étaient rares – qui atteignaient 60 ans. Mais jusqu’à la veille de l’abolition il restait légal d’en posséder et il n’était pas fréquent qu’ils soient affranchis.  C’est pourtant ce que firent en 1884 Ferrez et ses sœurs Francisca et Augustine, qui libèrent deux esclaves, dont l’un travaillait à la Maison Leuzinger et l’autre était boulanger (Gazeta da Tarde, 13 décembre 1884).

En dehors de cette action individuelle, Ferrez contribua d’une autre façon à faire avancer la cause de l’abolition, en réalisant une des rares photographies montrant un groupe d’esclaves amenés d’Afrique, prise avant qu’ils ne débarquent de leur voyage transatlantique (figure 8). Parfois présentée comme prise sur un navire négrier il semble qu’elle l’ait en fait été à bord d’un navire de la marine britannique (peut-être le HMS London), qui en avait abordé un et libéré les esclaves africains. Mais d’une façon ou d’une autre l’image eut un fort impact en montrant que malgré toutes les interdictions ce trafic scandaleux existait encore.

Figure 8 Groupe d’esclaves amenés d’Afrique au Brésil

https://sluizalves.wordpress.com/2012/12/04/abolicao-da-escravidao-no-brasil/navio-frances-com-escravos-a-venda-no-rio-de-janeiro-marc-ferrez/

Ferrez prit par ailleurs des photos d’esclaves au travail, que de soit dans les plantations de café, comme orpailleurs ou en ville, travaillant comme domestiques ou comme « escravos de ganho » (« esclaves de gain »), dont leurs maîtres louaient les services[6].

Figure 9 Esclaves dans une plantation de café dans la vallée du Paraíba do Sul, c.1885.

Acervo IMS, http://www.crb8.org.br/marc-ferrez-o-fotografo-que-registrou-a-escravidao-e-o-brasil-do-imperio/

Figure 10 Esclaves orpailleurs dans le Minas Gerais

2430cx065-01

https://www.historiailustrada.com.br/2014/04/raras-fotografias-escravos-brasileiros.html

Figure 11 Esclaves domestique à Bahia vers 1860

https://www.historiailustrada.com.br/2014/04/raras-fotografias-escravos-brasileiros.html et https://idd.org.br/acervo-digital/iconografia/painel-historico/escravidao/

En réalisant et publiant ses photographies, Ferrez contribua à rendre visible l’existence et les conditions de travail d’esclaves au Brésil à l’extrême fin du XIXe siècle, alors qu’ils avaient été libérés dans la plupart des autres pays, et de ce fait contribua à appuyer la cause de l’abolition défendue au Brésil et à l’étranger.

En dehors de cette mutation majeure de la société brésilienne, il fut aussi le témoin d’un autre bouleversement, celui de ses villes, où se produisaient alors des réformes urbanistiques très inspirées de modèles européens, en particulier de celui de Paris.

Mutations urbaines

Ferrez eut d’autant plus l’occasion de comparer ce qui se passait à Rio de Janeiro avec qui s’était passé à Paris sous Haussmann qu’il fit plusieurs fois aller-retour entre les deux capitales, et que ses images franchissaient elles aussi l’Atlantique. Il présenta des vues de Rio de Janeiro à l’Exposition universelle qui se tint à Paris, du 6 mai au 31 octobre 1889, occasion ou fut inaugurée la tour Eiffel. Dans l’article « La Révolution au Brésil » sur la chute de l’Empire, Le Monde illustré publia, le 30 novembre 1889, un dessin basé sur une photographie de la statue équestre de Dom Pedro I, réalisée par lui dans les années 1870.

En 1900 furent lancés les livres O Rio de Janeiro em 1900 : vistas e excursões (Rio de Janeiro en 1900 : vues et excursions) du militaire et journaliste Francisco Ferreira da Rosa (1864-1952) et Estados Unidos do Brasil (Les États-Unis du Brésil) par le géographe et anarchiste français Élisée Reclus (1830-1905). Le premier comprenait des photographies produites par Ferrez et le second des gravures de T. Taylor et A. Slom réalises à partir de ses photos. La même année il participa à l’Exposition universelle qui se tint de nouveau à Paris.

Ayant assisté aux bouleversements causés par l’« haussmannisation » de la capitale française il s’attendait peut-être à ce qu’il s’en produise de semblables à Rio mais on ne sait pas s’il s’attendait en être affecté personnellement. En tout cas, le 4 décembre1903, il accepta la proposition d’indemnisation pour le bien qui lui appartenait, rue San Jose, qui serait démoli pour la construction de l’avenue centrale et reçut 25 Contos de Réis pour sa propriété. Il tirait également de la construction de cette rue une réalisation professionnelle de grande valeur, l’Album da Avenida Central, un important témoignage sur la réforme de la voie principale de la capitale fédérale d’alors. Ce type de photographie a été fondamental pour la construction et la diffusion d’une nouvelle image de Rio de Janeiro, associée aux idéaux de civilisation et de progrès.

Figure 12 L’Avenida Central en 1906

L’Avenida Central, actuelle avenida Rio Branco, aux environs de la rua do Ouvidor et de la rua Miguel Couto, 1906

Acervo IMS

Parallèlement à ces mutations de la ville qui l’entourait, Ferrez s’engagea dans une évolution personnelle permit d’ajouter à la photographie une nouvelle dimension professionnelle quand il devint des pionniers du cinéma au Brésil.

Après la photographie, le cinéma

Avec son fils, Julio, il obtint la représentation au Brésil de la société française Pathé Frères, la plus grande usine de films et de d’appareils cinématographiques en Europe. En 1908 sortit le film réalisé par Julio Ferrez Nhô Anastácio chegou de viagem (M’sieur Anastácio revient de voyage), considéré comme la première comédie brésilienne et la société Marc Ferrez produisit des films sur les chantiers ferroviaires alors en cours au Brésil. En 1911 le film Notre-Dame de Paris a été montré avec grand succès au Cinéma Pathé (Fon-Fon, 4 novembre 1911) et tout au long de 1911 plusieurs films projetés par la Casa Marc Ferrez & Filhos ont été annoncés dans le magazine.

Figure 13 Le cinéma Pathé vers 1919

Acervo IMS, http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/2515

Les dernières années

Jusqu’au bout Ferrez s’est tenu au courant des progrès techniques puisque c’est lui qui a introduit au Brésil les autochromes, un procédé photographique couleur mis au point par les frères Lumière et qu’il s’est ainsi converti la photographie en couleur.

Mais l’âge venant il commença ensuite à prendre du recul, passa plus de temps en France, notamment à Vichy où il alla faire une cure en 1915. En 1921 il se rendit de nouveau en France, à Paris, il y réalisa de magnifiques photographies de roses lors de ses visites à la roseraie du parc de Bagatelle, dans le bois de Boulogne, qu’il fréquentait souvent.

En 1922 il embarqua sur le Lutetia le 31 juillet à Bordeaux[7] pour revenir au Brésil et arriva à Rio de Janeiro le 14 août (O Paiz, 15 août 1922). Ce fut son dernier grand voyage, il mourut le 12 janvier 1923 et fut enterré au cimetière São João Batista (Gazeta de Notícias, 16 janvier 1923, et Fon-Fon, 20 janvier 1923).

[1] Disponible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/?p=13570. Andrea C. T. Wanderley la signe comme “editora-assistente e pesquisadora do portal Brasiliana Fotográfica”

[2] Car il était photographe officiel de la Marine impériale

[3] Selon Gilberto Ferrez, son petit-fils, c’est au cours de ce voyage que Marc Ferrez a contracté une maladie du foie, qu’il n’a jamais guérie

[4] Accessible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/4770

[5] Accessible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/953

[6] Dans ce dernier cas les photographies présentées ne sont pas de Marc Ferrez

[7] Le pionnier de l’aviation Alberto Santos Dumont (1873 – 1932) était également à bord

São Paulo vue par Auguste de Saint-Hilaire (1819)

Qui connaît, par expérience personnelle, par l’image ou par des lectures l’actuelle métropole géante qu’est São Paulo (qui compte aujourd’hui plus de 18 millions d’habitants), ne peut qu’être surpris de la description qu’en fait un voyageur du XIXe siècle, Auguste de Saint-Hilaire.

Ce botaniste français a parcouru de 1816 à 1822[1] les actuels États de Rio de Janeiro, Espírito Santo, Minas Gerais, Goiás, São Paulo, Santa Catarina et Rio Grande do Sul, voyageant à cheval ou à dos d’âne sur des routes précaires et le plus souvent en s’ouvrant un passage à la machette. Il savait prendre son temps – il est resté 15 mois dans le Goiás – et revenir dans les endroits qu’il jugeait intéressants : il s’est rendu à trois reprises dans le Minas Gerais, dont il avait particulièrement apprécié les paysages et les habitants.

Au cours de ses voyages, il fit des observations détaillées de la végétation et plus largement les milieux naturels des régions parcourues, mais il a aussi rassemblé des informations sur l’utilisation des plantes par les habitants et noté une foule de détails sur la culture et l’anthropologie des régions parcourues. Les historiens brésiliens considèrent donc aujourd’hui que ses descriptions constituent, à condition qu’on en fasse une analyse critique, un bon état des lieux des paysages et de la société brésilienne, très utile à la connaissance de ce grand pays.

Voyage dans la Province de Saint-Paul

Les textes ci-dessous sont extraits de la quatrième partie des Voyages dans l’intérieur du Brésil, Voyage dans les provinces de Saint-Paul et de Sainte-Catherine, tome premier[2]. Auguste de Saint-Hilaire y fait figurer sous son nom, en page de garde, une série impressionnante de titres[3] mais l’ouvre par une préface d’une remarquable modestie :

« L’auteur a suivi dans cette nouvelle relation, qui est une continuation du Voyage aux sources du S. Francisco et dans la province de Goyaz[4], le même plan que dans la précédente ; il ne pourrait, par conséquent, que répéter ce qu’il a dit alors. On y trouvera décrits avec la même exactitude, non-seulement les lieux qu’il a visités, mais encore les changements que les écrivains ont indiqués depuis son voyage. Cet ouvrage est comme une sorte d’ébauche de la monographie des contrées qu’il a parcourues. Il s’est livré aux mêmes observations critiques, et a tâché de rectifier les nombreuses erreurs qui se sont répandues dans les livres sur la géographie et ethnographie du Brésil ; il a cité avec le même soin tous les écrivains auxquels il a emprunté quelque chose et dans ce but il a fait tous ses efforts pour réunir les ouvrages publiés sur le Brésil. Souvent on rencontrera, dans cet ouvrage, des numéros qui devaient renvoyer à la description des plantes caractéristiques de chaque canton ; les circonstances n’ont pas permis que cette partie du travail fût achevée : ces descriptions se trouveront, il faut l’espérer, à la fin du Voyage dans la Province du Rio Grande do Sul ».

Dans son « Chapitre premier – Tableau abrégé de la province de S. Paul », il présente d’abord rapidement l’histoire du Brésil puis de la Province, en glorifiant le rôle des aventuriers qui en sont partis pour explorer l’intérieur du continent. :

« L’intérieur du Brésil n’a pas toujours été sillonné par des chemins et parsemé d’habitations hospitalières ; il fut un temps où l’on n’y découvrait pas une cabane, aucune trace de cultures et où les bêtes féroces en disputaient l’empire ; alors les Paulistes le parcoururent dans tous les sens. Ces audacieux aventuriers, comme on le verra plus tard avec détail, pénétrèrent plusieurs foi dans le Paraguay, découvrirent la province de Pihauy[5], les mines de Sabará, celles de Paracatú, s’enfoncèrent dans les vastes solitudes de Cuyabá[6] et de Goyaz, parcoururent la province de Rio Grande do Su1, arrivèrent le nord du Brésil jusqu’au Maranhão et à la rivière des Amazones, et ayant franchi la Cordilière du Pérou, attaquèrent les Espagnols au centre de leurs possessions » (page 23).

Il tente ensuite (page 108), après avoir décrit les composantes des milieux naturels (relief, climat, végétation) d’estimer la population de la Province, alors bien loin de ses actuels 44 millions d’habitants :

« D’après des pièces probablement toutes officielles il y aurait eu dans la Province de S. Paul :

En l777, 116 975 individus

En 1805, 192 729

En 1812, 205 267

En 1813, 209 219, répartis en 26 150 feux.

En 1814, 211 918

En 1815, 215 021

En 1820, 239 290

En 1826, 258 901

En 1838, 326 902, répartis en 50 968 feux »

Sur la composition de cette population il fait une analyse qui commence comme une typologie relativement neutre mais se termine sur une conclusion qui lue aujourd’hui est – pour reprendre le mot qu’il emploie, mais pas pour les mêmes raisons – assez « embrassante » :

« La population de la France, comme celle de toute l’Europe occidentale, est parfaitement homogène : une seule race d’hommes et points d’esclaves. Il n’en est malheureusement pas de même pour Brésil. Non seulement l’esclavagisme y est admis, mais trois races entièrement distinctes et les nombreux métis qu’elles ont produits s’y partagent la population. Des esclaves noirs, les uns créoles, les autres africains ; quelques Indiens baptisés, un nombre considérable d’Indiens sauvages ; des mulâtres libres, des mulâtres esclaves ; des hommes libres, légalement considérés comme appartenant à la race causasique, mais parmi lesquels se trouve une foule de métis de blancs et d’indiennes : tels sont les habitants de la province de S.Paul, étrange bigarrure d’où résultent des complications également embarrassantes pour l’administration et dangereuses pour la morale publique » (page 123).

Figure 1 Composition de la population de la Province de São Paulo

La ville de São Paulo

Sa visite de la ville de São Paulo a commencé le 29 octobre 1819 et son séjour y a duré « depuis le 1er de novembre jusqu’au 9 de décembre » (page 238).

Sur la ville, son jugement est d’emblée positif : « Je traversai 1a ville de S. Paul, incontestablement la plus jolie de toutes celle que j’avais visitées depuis que j’étais au Brésil » (page 237), puis « Non seulement la situation de S. Paul est charmante mais on y respire un air pur » (page 249) et encore « Les maisons, bâties en pisé très solide, sont toutes blanches et couvertes en tuiles creuses ; aucune n’annonce la grandeur et la magnificence, mais on en voit un grand nombre qui, outre le rez-de-chaussée, ont un deuxième étage et se font remarquer par un aspect de gaîté et de propreté » (page 251).

Figure 2 L’entrée de São Paulo en 1821

Panorama de São Paulo en 1821), Arnaud Julien Pallière (1784-1862), Instituto Itaú Cultural

Les comparaisons qu’il fait avec Ouro Preto, alors capitale du Minas Gerais, sont à son avantage de São Paulo : « On y voit un grand nombre de jolies maisons et les rues ne sont pas désertes comme celles de Vila Rica (Ouro Preto) ; les édifices publics sont bien entretenus et l’on n’a point à chaque pas, comme dans une grande partie des villes et villages de Minas Gerais, les regards affligés par l’aspect de l’abandon et des ruines. Celles des rues de la ville qui sont placées sur le flanc de la colline et par lesquelles on se rend dans la campagne sont les seules qui vont en descendant ; les autres s’étendent sur un terrain plat. Toutes sont larges, assez droites et les voitures peuvent y circuler. Les plus jolies sont les rues Droite (Direita) et António Luiz. Quelques-unes sont pavées, mais elles le sont mal ; d’autres le sont seulement devant les maisons » (page 249).

Les principaux monuments lui plaisent également – à quelques réserves près –  notamment la résidence des « Capitães-generais governadores » (« capitaines genéraux gouverneurs ») :

« C’est dans l’ancien couvent des Jésuites que les capitaines-généraux faisaient leur résidence ; cet édifice, depuis qu’il a cessé d’être occupé par des religieux, a pris le nom de palais (palacio), mais n’a réellement d’autre apparence que celle d’un monastère. Le palais, puisqu’il faut lui donner ce nom, est un grand bâtiment à un étage formé par deux corps de logis qui se rencontrent à angle droit et dont l’un est terminé par l’église. Dans ce dernier, les fenêtres sont très rapprochées ; celles de l’autre corps de logis, au contraire, sont fort écartées les unes des autres, ce qui produit un disparate. D’ailleurs la position du palais est aussi heureusement choisie que celle de tous les édifices élevés au Brésil par les jésuites. Construit à. une des extrémités de la ville, il se rattache à celle-ci par sa façade, qui forme deux de côtés d’une petite place carrée ; le derrière du bâtiment regarde la campagne » (page 254).

Figure 3 Palais du gouvernement de São Paulo en 1827 (ancien collège des jésuites)

Jean-Baptiste Debret (1768-1848), collection Aluízio Rebelo de Araújo e Ana Helena Americano de Araújo

C’est en effet la cadre naturel de cette petite ville qui lui plaît :  « Quand on se place aux fenêtres du palais, du côté qui regarde la campagne, on jouit d’une vue délicieuse, celle de la plaine que j’ai déjà décrite. Au-dessous de la ville, on voit le Tamandatahy[7] qui coule en serpentant dans une prairie en partie couverte d’eau (novembre), et au-delà de laquelle s’étendent des pâturages parsemés de touffes de bois peu élevées. Sur la gauche, du côté du nord-ouest, l’horizon est borné par les montagnes de Jaraguá, qui décrivent un demi-cercle. Sur la droite, la plaine s’étend au loin ; le chemin de Rio, de Janeiro la traverse et est bordé de maisons de campagne ; des bestiaux paissent dans la prairie et le paysage est encore animé par les caravanes qui arrivent à la ville, celles qui sortent et par le grand nombre de femmes qui lavent leur linge sur le bord de la rivière » (page 255).

São Paulo ressemblait alors à ce que sont aujourd’hui les villes historiques bien préservées comme Ouro Preto, Tiradentes ou Parati

Figure 4 São Paulo en 1826

Picture 2791

Charles Landseer (1799–1879), Instituto Moreira Salles

La population

Si charmante qu’elle soit – et peut-être pour cette raison même – São Paulo était effet alors une petite ville : « En 1822, la population de la ville et de son district se montait à 25 682 personnes, réparties dans 15 paroisses » (page p 244) et pour analyser sa composition Saint Hilaire a recours de nouveau aux catégories utilisées à l’époque :

« Il y a tant de vague dans les documents sur la population que l’on possède jusqu’ici sur la population de S. Paul que je n’oserais indiquer d’une manière précise les rapports numériques des différentes castes qui composent; cependant, je pense pouvoir dire qu’en 1839 le nombre de Blancs égalait à peine 4/5 de celui des hommes de couleur, noirs et mulâtres; qu’il fallait considérer à peu près nul celui des indigènes; que le nombre de femmes libres, blanches mulâtresses et noires l’emportait  d’une manière sensible sur celui des hommes libres appartenant à ces mêmes races; enfin que les esclaves ne formaient guère qu’un tiers de la population totale » (page 245).

Dans la description qu’il fait du commerce le jugement de Saint Hilaire est plus que nuancé, et les comparaisons avec ceux de Rio de Janeiro et Paris sont peu favorables à São Paulo :

« On ne rencontre point à S. Paul de nègres parcourant les rues, comme à Rio de Janeiro, avec des marchandises sur leurs têtes. Les légumes et 1es menues denrées sont vendus par des négresses qui se tiennent accroupies dans la rue à laquelle ce commerce a fait donner le nom de rua da Quitanda. Quant aux comestibles indispensables tels que la farine, le lard, le riz, le maïs, la viande sèche (carne sêca), les marchands qui les débitent sont, pour la plupart, réunis dans une même rue que l’on appelle rua das Casinhas (rue des maisonnettes), parce qu’effectivement chaque boutique forme une petite maison séparée. Ce n’est pas dans ces boutiques qu’il faudrait chercher la propreté et l’ordre : elles sont obscures et enfumées. Le lard, les grains, la viande y sont jetés pêle-mêle, et 1’on y est encore prodigieusement loin de cet art avec lequel nos marchands de Paris savent donner un air appétissant aux aliments les plus grossiers. Il n’y a point à S. Paul de rue aussi fréquentée que celle des Casinhas. Les gens de la campagne y vendent leurs denrées aux marchands, et les consommateurs vont les acheter entre les mains de, ces derniers. Pendant le jour c’est un encombrement de nègres, de campagnards, de mulets, de muletiers ; le soir, la scène change, les bêtes de somme et les acheteurs font place à des nuées de prostituées d’un ordre inférieur, attirées par les camaradas (serviteurs libres) et les gens de la campagne, qu’elles cherchent à prendre dans leurs filets » (pages 261-262).

Figure 5 Tropeiros (muletiers) pauvres à São Paulo

Jean-Baptiste Debret (1768-1848, Caixa Cultural

Son jugement sur les femmes de São Paulo est, on le voit, guère flatteur, malgré une dernière notation où cette fois ce sont les Parisiennes – ou du moins une catégorie d’entre elles – qui a le mauvais rôle :

« Les femmes qui jouissaient de quelque fortune, m’a-t-on dit, pendant mon séjour à S. Paul, travaillaient à de petits ouvrages dans l’intérieur de leurs maisons ; elles brodaient, faisaient des fleurs, tandis qu’un grand nombre de femmes pauvres, ajoutait-on, restaient dans l’oisiveté pendant toute la durée du jour, et, quand la nuit commençait, elles se répandaient dans la ville pour se livrer au trafic de leurs charmes, devenus leur seule ressource. […] Nulle part je n’avais vu un aussi grand nombre de prostituées ; il y en avait de toutes les couleurs, les pavés en étaient, pour ainsi dire, couverts. Elle se promenaient avec lenteur ou attendaient les chalands dans les carrefours ; mais i1 faut le dire, jamais elles n’abordaient personne. On ne les entendait pas non plus injurier les hommes ou s’injurier entre elle ; à peine regardaient-elles ceux qui passaient ; elles conservaient une sorte de pudeur extérieure et n’avaient absolument rien de ce dévergondage cynique qui, à la même époque, révoltait si souvent chez les prostituées parisiennes de bas étage » (pages 271-272).

La conclusion – paradoxale – d’Auguste de Saint Hilaire

Laissant de côté les jugements de valeur, où il difficile de faire la part de l’opinion personnelle d’Auguste de Saint Hilaire et celle des préjugés dominants à l’époque[8], on retiendra plutôt ce qu’il dit de sa situation, qu’il ne juge pas si avantageuse :

« La ville de São Paulo possède, comme on le voit, divers édifices publics et tout le monde convient qu’elle est jolie et agréablement située ; mais il serait inexact de dire que sa position est très favorable pour le commerce. Il n’y a pas, il est vrai, plus de neuf à douze lieues entre elle et la mer ; cependant, quand on part de Santos, le port le plus voisin, on ne peut faire le voyage en moins de deux jours, obligé que l’on est de gravir la partie extrêmement escarpée de la chaîne maritime qui porte le nom de Serra do Cubatão » (page 259).

Et il continue sur une analyse sans complaisance :

« La ville de S. Paul n’est qu’un centre de dépôt pour les marchandises d’Europe et un lieu de transit pour les produits du pays ; elle a un besoin indispensable du port de Santos et ce dernier pourrait, à la rigueur, se passer d’elle. S. Paul n’aurait certainement jamais été plus florissant que Santos, s’il n’était devenu le chef-lieu de la province et le siège de toutes les autorités civiles et ecclésiastiques » (page 259).

On ne saurait mieux souligner la part du volontarisme dans la croissance de São Paulo : c’est ce facteur qui a fait naître la ville autour du collège des Jésuites puis la décision d’y installer le gouvernement de la Province et plus tard d’y centrer le commerce du café, qui transitait par sa gare sur la ligne Santos-Jundiaí, reliant donc le port aux plantations de l’ouest de l’État. Sans la troisième décision, São Paulo pourrait être aujourd’hui encore une petite ville touristique et universitaire, une sorte de Cambridge ou de Heidelberg brésilienne autour de sa Facuté de Droit, le premier établissement d’enseignement supérieur du pays, fondée en 1827. On peut le regretter, mais l’histoire en a décidé autrement…

[1] Il quitta le Brésil en 1822 et revint en France et pour écrire et à publier ses livres. Les principaux sont Voyage dans la province de Rio de Janeiro et Minas Geraes (Paris, 1830, 2 vol.), Voyage dans le district des diamants et sur le littoral du Brésil (Paris, 1833, 2 vol.) et Voyage aux sources de San Francisco et dans la province de Goyaz (Paris, 1847-48, 2 vol.).

[2] Publié chez Arthus Bertand, libraire-éditeur, Libraire de la Société de Géographie, Rue Hautefeuille n° 21, 1851, accessible sur gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

[3] Membre de l’Académie des Science de l’Institut de France, Professeur à la Faculté des Sciences de Paris, Chevalier de la Légion d’Honneur, des Ordre du Christ et de la Croix du Sud, des Académies de Belin, S. Petersbourg, Lisbonne, C.L.C. des Curieux de la nature, de la société Linéenne de Londres, de l’Institut Historique de Géographique brésilien, de la Société d’Histoire Naturelle de Boston, de celle de Genève, Botanique d’Édimbourg, Médicale de Rio de Janeiro, Philomathique de Paris, des Sciences d’Orléans, etc.

[4] Écrit aujourd’hui Goiás

[5] Écrit aujourd’hui Piauí

[6] Écrit aujourd’hui Cuiabá

[7] Écrit aujourd’hui Tamanduateí

[8] Évidemment inacceptables pour nous mais on se gardera bien de tomber dans l’erreur fatale en histoire, l’anachronisme, à vouloir appliquer nos critères à des époques passées.

Itinéraires franco-brésiliens du café

Dans le succès planétaire qu’est l’histoire du café, une des premières mondialisations[1], on peut distinguer quelques itinéraires franco-brésiliens spécifiques, quelques chemins par lesquels la plante est arrivée de France – ou plutôt de ses colonies – jusqu’au Brésil, le pays qui est depuis les années 1830 et jusqu’à aujourd’hui le premier producteur mondial de café.

Le caféier est originaire d’Éthiopie, où ses fruits étaient consommés sous forme de pâte ou de boisson, pour ses vertus médicinales. De là l’arbuste fut introduit au Yémen aux environs du XIVe siècle, et c’est là que furent créées ses premières plantations. Pour répondre à une demande en forte hausse, sa culture s’est ensuite déplacée, dès le début du XVIIe siècle, vers Java puis vers l’Amérique, après un passage rapide par l’Europe. Ces transferts ont toutefois reposé sur une base génétique très limitée : seuls quelques plants de chacune des deux principales variétés, Typica et Bourbon, ont été exportés, puis dupliqués partout dans le monde.

Récapitulons quelques étapes de cette migration :

En 1614, une délégation de marchands hollandais et de spécialistes de l’horticulture visite Aden afin d’étudier comment les Arabes transformaient le café, et dès 1616 la Compagnie néerlandaise des Indes orientales s’y approvisionnait.  

En 1658 la culture du « moka » est tentée par les Hollandais à Ceylan.

En 1706 les Hollandais implantent le café à Java, et un plant est déposé au jardin botanique d’Amsterdam.

En 1708 les corsaires malouins organisent la première « expéditions de Moka », en contournant l’Afrique, et rapportent 1 500 tonnes de café à Saint-Malo.

En 1711 une deuxième expédition de Moka est organisée par Antoine Crozat.

En 1712, la France et la Hollande préparent la paix qui sera signée lors du Traité d’Utrecht (en 1713). Le bourgmestre d’Amsterdam offre à Louis XIV un pied de café, qui meurt rapidement.

En 1713, Antoine de Jussieu, professeur aux serres du Jardin du roi, futur Jardin des plantes de Paris, publie une description de la plante dans les Mémoires de l’Académie des sciences.

En 1714 les Hollandais envoient à Louis XIV un second pied, qu’il fait soigner dans son jardin de Marly-le-Roi.

En 1715 La Cour ayant apprécié le goût du café, la Compagnie des Indes orientales charge Guillaume Dufresne d’Arsel d’implanter à La Réunion des plants de moka. Dès septembre 1715, six plants de moka, offerts cette fois par le sultan du Yémen, sont transplantés à Saint-Paul de la Réunion. La Compagnie des Indes orientales organise la production, l’achat de graines, construit des greniers et des routes. Elle offre des concessions gratuites à tout colon de 15 à 60 ans acceptant d’entretenir cent plants de café.

En 1718 un plant hollandais arrive au Suriname.

En 1725, le gouverneur de Cayenne, Claude Guillouet d’Orvilliers se rend au Suriname hollandais, où il obtient des pieds de café en cachette, puis en plante mille à douze cents pieds. Mais en Guyane comme en Martinique, la culture du café est vite concurrencée par l’expansion sur l’île de La Réunion.

En 1726 le café commence à être cultivé en quantités significative à La Réunion (alors appelée Île Bourbon, qui ne comptait encore que 734 habitants en 1704). Dans une lettre au ministre de la Marine du 27 avril 1728, le gouverneur de La Réunion Pierre-Benoît Dumas s’enthousiasme : « On ne peut rien voir de plus beau que les plantations de café qui se multiplient à l’infini. Cette île sera, dans peu (de temps), capable d’en fournir au-delà de la consommation du royaume ». La variété « Bourbon », ou « Bourbon pointu », est alors jugée la meilleure au monde. Elle permet une récolte de 20 à 30 % supérieure à celle obtenue à partir du Typica, mais la qualité du produit final est similaire.

En 1727 le Brésil est encore une colonie portugaise, dont l´économie repose sur la production de canne à sucre. Le gouverneur de la province du Grão-Pará, frontalière de la Guyane, soucieux de développer d´autres sources de revenus pour sa région, dépêche à Cayenne un jeune lieutenant-colonel, avec la délicate mission d´en ramener des boutures ou des semences de caféier. L´opération est délicate, car les nations productrices, dont la France, interdisent totalement la multiplication de caféiers hors de leur contrôle. Elle réussit pourtant, mais malheureusement, les caféiers ne supportent pas bien le long voyage entre Cayenne et Belém, où seul un pied arrive vivant.

En 1809, l’occupation de la Guyane française par les Portugais eut notamment pour effet le pillage du jardin botanique de Cayenne, dont nombre de plantes furent transférées au Pará puis à Rio de Janeiro. Diverses espèces de plantes donnant des épices et des fruits ont ainsi été envoyées au Brésil, tels que la noix de muscade, le clou girofle, l’arbre à pain, ainsi que des plants de noyers, d’avocatiers et de canne à sucre Cayenne, de beaucoup supérieure à celle qui était alors cultivée au Brésil. Mais pas, semble-t-il, de caféier.

L’histoire prend alors d’autres chemins. En 1859 commença au Brésil la diffusion des caféiers dits « Bourbon » mais son nom ne vient qu’indirectement de celui l’île de la Réunion, où il a d’abord prospéré et reçu son nom. Cette nouvelle variété a été produite par Luiz Pereira Barreto[2], quand un navire avait apporté au Brésil une nouvelle variété de café, dite Libéria, il en avait acheté douze pieds.

Lors de la première floraison, il pensa qu’il s’agissait d’un café de qualité inférieure, à cause de la taille exagérée des fleurs, et celles-ci fanèrent faute de fécondation. Lors de la deuxième floraison, il décida de fertiliser artificiellement les fleurs en les croisant avec celles des espèces qu’il cultivait jusque-là, et les fruits, une fois mûrs, furent traités pour que les graines puissent être plantées. Malgré tous ses soins, il n’obtint que cinq pieds, mais c’étaient de belles plantes, avec des fruits d’excellente qualité, absolument différents du Libéria des espèces locales. Avec le produit de ces cinq pieds, rapidement multipliés, Luiz Barreto et sa famille ont commencé une plantation de café qui au bout de quatre ans comptait quatre mille pieds. Se rappelant avoir vu dans les serres de l’Université de Bruxelles, où il avait étudié, une qualité de café très similaire, connue sous le nom de « Bourbon », il le donna ce nom à la nouvelle variété.

Filiation indirecte donc, hélas. On peut le regretter, et regretter aussi que ne soit pas attestée une version plus pittoresque, voire plus piquante, de la mission du jeune lieutenant-colonel brésilien, Francisco de Mello Palheta. Selon quelques sources[3], celui-ci était beau garçon, élégant et fougueux, et pour se procurer les précieuses boutures, faute de parvenir à convaincre le gouverneur, il aurait joué de ses charmes auprès de son épouse, Madame d´Orvilliers. Gagnant sa confiance, il aurait ainsi obtenu les précieuses bouture en remerciements pour leurs longues promenades dans les jardins du palais du gouverneur.

Vraie ou pas, cette belle histoire franco-brésilienne a eu au moins pour effet d’inspirer quelques artistes et la création de deux marques de café, qui ont eu beaucoup de succès dans les années 1970 et sont encore présentes aujourd’hui sur le marché, ou essaient d’y revenir respectivement nommées Palheta et Madame d’Orvilliers. Se non è vero

[1] Voir “Le monde dans nos tasses, trois siècles de petit déjeuner” de Christian Grataloup, Arland Colin 2017 et https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_caf%C3%A9iculture

[2] https://revistacafeicultura.com.br/?mat=19954

[3] https://www.brasil-agora.com/2015/04/10/bresil-le-pays-du-cafe/

 

« O Grito do Ipiranga », le tableau de Pedro Américo et la réalité historique

Pedro Américo de Figueiredo et Melo (Areia, 29 avril 1843 – Florence, 7 octobre 1905) était un romancier, poète, scientifique, théoricien de l’art, essayiste, philosophe, homme politique et enseignant brésilien, mais on se souvient mieux de lui comme peintre et auteur du tableau « Independência ou Morte! » « (L’indépendance ou la mort ! »), plus connu comme “O Grito do Ipiranga” (3Le cri de l’Ipiranga »), une toile monumentale de 4,15×7,6m, aujourd’hui exposée dans le musée construit sur les lieux mêmes où l’évènement s’est produit.

C’est en effet sur les rives du fleuve Ipiranga, un petit ruisseau situé au centre de la ville actuelle de S. Paulo, qu’a eu lieu l’un des épisodes les plus célèbres de l’histoire du Brésil. Dom Pedro, Prince-Régent du Brésil pour le compte de son père, roi du Portugal, s’était rendu à São Paulo le 14 août, espérant y avoir le même succès que dans le Minas Gerais, quelques mois plus tôt, et s’assurer de la fidélité locale. Il y était arrivé le 25 août et y était resté jusqu’au 5 septembre. De retour de Santos – où il n’était allé que pour surveiller les défenses côtières – il rencontra des messagers envoyés de Rio de Janeiro par son épouse, Leopoldina et son gouvernement, venus à sa rencontre sur la route de Santos.

Informé par eux que les Cortes de Lisbonne avaient réduit ses pouvoirs, il aurait alors déclaré à ses compagnons de voyage et à sa garde d’honneur sa volonté de rendre irréversible la séparation entre le Brésil et le Portugal, et prononcé la célèbre expression « L’indépendance ou la mort ». C’est un épisode dont les détails sont d’une véracité douteuse, mais le 7 septembre est néanmoins devenu la fête nationale du Brésil, officiellement célébré comme le Jour de l’Indépendance. Il a de fait été un moment crucial, suivi d’actes décisifs : le 2 octobre 1822 Dom Pedro est proclamé empereur du Brésil sous le nom de Pedro Ier, et le 1er décembre il est couronné.

Sa mémoire est d’autant plus célébrée que l’épisode a été quelque peu magnifié par le tableau de Pedro Américo.  Le peintre a réalisé son tableau à Florence en 1888, soit 66 ans après la proclamation de l’indépendance du Brésil, l’Empereur l’avait commandé dans le cadre de la construction du musée de l’Ipiranga (l’actuel Museu Paulista) et il devait mettre en valeur la monarchie. Le peintre a donc pris quelques libertés avec la réalité historique, et le tableau n’est pas une représentation fidèle de l’événement :

  • Chevaux : le groupe dont faisait partie Dom Pedro n’utilisait pas de chevaux, à l’époque, on utilisait des ânes et des mules pour les longs voyages, et en particulier pour le trajet qu’il achevait alors de Santos à São Paulo, le port et le plateau où se situe la ville étant séparés par un dénivelé de plus de 800 mètres.
  • Nombre de soldats : l’escorte qui accompagnait Dom Pedro était peu nombreuse
  • Vêtements : ni Dom Pedro ni ses compagnons de voyage ne portaient d’uniformes d’apparat, mais de confortables vêtements de voyage.
  • Maison de la proclamation : la première mention de la maison qui figure à l’arrière-plan date de 1884, soit 62 ans après le cri d’Ipiranga.
  • Topographie : l’Ipiranga est mal situé, ce ruisseau devrait être derrière la personne qui regarde la peinture.
  • Intrus : le peintre y a inclus un autoportrait, bien qu’il soit né bien après l’indépendance. Mais on peut mettre cette « erreur » sur le compte d’une tradition bien établie, il n’est pas le premier à s’inclure discrètement dans sa toile.
  • Incident de voyage : sur le tableau, le prince semble se tenir dans une attitude triomphante, mais en vérité, il éprouvait de fortes douleurs. Il avait la diarrhée, causée d’après de nombreux historiens par les fatigues du voyage et ne s’était arrêté près de ce ruisseau, en pleine campagne, que pour se soulager avant d’arriver en ville.

On a donc affaire ici à une œuvre de commande, ou pour reprendre une expression heureuse d’un des analystes du tableau, de la « vision épique d’un évènement prosaïque »

Par ailleurs Pedro Américo a aussi été accusé d’avoir plagié d’autres tableaux, notamment « 1807, Friedland » d’Ernest Meissonier (1815–1891). Les oeuvres des peintres français Jean-Louis Ernest Meissonier et Horace Vernet ont en effet été utilisées comme sources. Américo a étudié Napoléon III lors de la bataille de Solférino (1863) et Friedland 1807 (1875), tous deux de Meissonier et de Napoléon lors de la bataille de Friedland (1850), de Vernet. Les peintures présentent des similitudes : la disposition de D. Pedro et des soldats de droite a une structure similaire à celle de Friedland 1807 : la concentration de soldats dans les deux images est similaire ; la position de D. Pedro sur un point plus élevé de la topographie rapproche aussi le travail d’Américo de celui de Meissonier. La seule différence sensible est que sur la gauche un groupe de hussards est remplacé par un char à bœufs. Mais on peut plaider qu’Américo, qui souhaitait représenter D. Pedro comme un grand homme d’État, a pu se référer volontairement à la figure de Napoléon dans l’œuvre de Meissonier.

En haut le tableau de Pedro Américo, Independência ou Morte! (1888), en bas celui d’Ernest Meissonier, « 1807, Friedland »

Références

Bastos, Lucia. “Nem as margens ouviram. O Grito do Ipiranga não teve qualquer repercussão na época”. Revista de História, 16/09/2009.

Campofiorito, Quirino. História da pintura brasileira no século XIX. Rio de Janeiro: Pinakotheke, 1983.

Domingues, Joelza Ester, Blog: Ensinar História, https://ensinarhistoriajoelza.com.br/o-grito-do-ipiranga-uma-fraude/

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. O brado do Ipiranga. São Paulo, Edusp, 1999.

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. “A invenção do grito”. Revista de História, 19/09/2007.

Shlichta, Consuelo Alcioni B. D. “Independência ou morte (1888), de Pedro Américo: a pintura histórica e a elaboração de uma certidão visual para a nação”. Anpuh, XXV Simpósio Nacional de História, Fortaleza, 2009.

Wikipedia, “Independência ou Morte (Pedro Américo)”, https://pt.wikipedia.org/wiki/Independ%C3%AAncia_ou_Morte_(Pedro_Am%C3%A9rico)

Le Brésil dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

L’Édition Numérique, Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) met pour la première fois à disposition de tous, librement et gratuitement, l’accès à l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert (1751-1772). L’ENCCRE a utilisé pour cela le premier des deux exemplaires conservés à la Bibliothèque Mazarine, dont les 17 volumes de texte et 11 volumes de planches font partie du premier tirage de la première édition. Acquis au moment de la parution, livraison après livraison, et mis à la disposition des usagers de la bibliothèque, il n’a jamais quitté son lieu de conservation initial.

L’ENCCRE est le premier exemplaire numérisé original, homogène et complet de l’Encyclopédie. Comme l’indique le site[1] « L’interface numérique permet à la fois d’admirer la beauté de cet exemplaire, de redécouvrir le spectacle de ses 2 579 planches, d’y naviguer de façon intuitive et innovante, et d’y effectuer les recherches les plus variées, comme les plus pointues ». Cette mise à disposition est d’autant plus utile qu’il s’agit d’un ouvrage fondamental dans l’histoire des idées puisque c’est la première encyclopédie française, une véritable synthèse des connaissances de son temps.

Il était tentant, pour Braises, de voir ce qu’elle dit du Brésil. En utilisant le modes d’accès par la nomenclature et par domaine de l’ENCCRE, on y a trouvé une des entrées principales à « Brésil », une au verbe « Brésiller », une entrée secondaire « Bois de Brésil » (dans l’entrée « Bois ») et trois noms de lieux, « Olinde », «  Sébastien, saint » (Rio de Janeiro) et «  Salvador, San », que Salvador de Bahia partage avec deux autres villes, en Afrique et en Amérique centrale. On trouvera ci-dessous le fac-simile de ces articles, leur transcription, des illustrations (l’Encyclopédie n’en contient pas pour ces articles), autant que possible françaises et de la même époque.

Brésil, Brésiller, Bois de Brésil

La plus longue entrée principale associe donc au nom du pays une entrée secondaire (bois de Brésil) et est immédiatement suivie par une autre (brésiller), l’une et l’autre renvoyant à la première richesse qui a pu être exportée du territoire « découvert »[2] par Pedro Cabral en 1500 et dont il avait alors pris possession au nom de la Couronne portugaise.

L’association vient de ce que le pays, après avoir d’abord été appelé Terra da Vera Cruz (Terre de la Vraie Croix) ou Terra dos Papagaios (Terre des Perroquets), a pris le nom de son premier produit d’exportation et bien des observateurs ont déjà fait remarquer sarcastiquement que la prédominance du commerce sur la religion ou la faune annonçait déjà que le pays était voué à devenir une colonie agro-exportatrice.

Figure 1 Entrées Brésil et brésiller

BRESIL, (Géog.) Grande contrée de l’Amérique méridionale, bornée au nord, à l’orient & au midi par la mer, & à l’occident par le pays des Amazones & le Paraguai : les côtes qui ont environ 1200 lieues de long sur 60 de large, appartiennent aux Portugais. L’intérieur du pays est habité par des peuples sauvages & idolatres, qui se défigurent le visage pour paroître plus redoutables à leurs ennemis : on prétend qu’ils sont anthropophages. Les plus connus sont les Topinambous, les Marjagas & les Onétacas. Cette partie du Nouveau-monde est fort riche. Les Espagnols la reconnurent en 1500. Alvarès Cabral, Portugais, en prit possession en 1501 pour son roi. Voyez quant à son commerce Saint-Salvador, Olinde, & Saint-Sebastien  (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

La présentation du pays est – pour un lecteur d’aujourd’hui – banalement descriptive, commençant par la liste des mers et terres adjacentes, la seule originalité étant que le texte situe l’Amazonie à l’ouest du Brésil, et non au nord. C’est toutefois compréhensible à lire la suite, qui oppose le littoral peuplé par les Portugais à l’intérieur encore occupé par les « Indiens »[3].

Le premier ensemble, de 1 200 kilomètres sur 240 (si l’on adopte une équivalence de quatre kilomètres par lieue) est de fait à peu près l’espace que les Portugais avaient colonisé à la date de rédaction du texte. Le second, dont les dimensions ne sont pas mentionnées car elles étaient de fait ignorées, montre que les Amérindiens étaient alors, même sous la plume des auteurs de l’un des ouvrages majeurs du mouvement des Lumières, vus comme des « sauvages », et pas même comme des « bons sauvages » puisque l’accent est mis sur leur aspect (volontairement) effrayant, leur « idolâtrie » et la pratique de l’anthropophagie, tout juste atténuée par un « on prétend que ». Atténuation bien inutile puisque cette pratique était attestée depuis le XVIe siècle, notamment par des auteurs français comme (André Thévet ou Jean de Léry) et qu’il aurait fallu remettre dans un contexte cérémoniel et social qui l’explique, sans le justifier. Ce n’était manifestement pas le souci des auteurs de la notice, comme le montre la suite, qui qualifie le pays comme « fort riche » et – après avoir attribué sa reconnaissance aux Espagnols en 1500 et la prise de possession par Cabral en 1501[4] – passe au commerce, en renvoyant aux trois entrées sur les villes principales.

L’entrée suivante, « brésiller », un verbe aujourd’hui inusité, est très courte, et se résume pratiquement à un renvoi vers une autre entrée principale, sur le bois de Brésil, complétée seulement par une précision technique sur les méthodes de teinture qui l’utilisent, elle-même suivie de la mention « voyez teinture » : dans ce Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers les techniques ont manifestement le pas sur la géographie.

BRESILLER, v. act. (Teinture) C’est teindre avec le bois de Bresil ; il faut que les toiles & les fils à marquer ayent été teints en bonne cuve, pour être bresillés. Voyez Teinture (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

Figure 2 Entrée Bois de Brésil

Bois de Bresil ; ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil, province de l’Amérique. M. Huet soûtient cependant qu’on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays. Voyez Huetiana, pag. 268.

On le surnomme différemment suivant les divers lieux d’où il vient ; ainsi il y a le bresil de Fernambouc, le bresil du Japon, le bresil de Lamon, le bresil de sainte Marthe, & enfin le bresillet ou bois de la Jamaique qu’on apporte des îles Antilles.

L’arbre de bresil croît ordinairement dans des lieux secs & arides, & au milieu des rochers. Il devient fort gros & fort grand, & pousse de longues branches, dont les rameaux sont chargés de quantité de petites feuilles à demi-rondes. Son tronc est rarement droit, mais tortu & raboteux, & plein de nœuds à peu près comme l’épine blanche. Ses fleurs, qui sont semblables au muguet & d’un très-beau rouge, exhalent une odeur agréable & très-amie du cerveau qu’elle fortifie. Quoique cet arbre soit très-gros, il est couvert d’un aubier si épais, que lorsque les Sauvages l’ont enlevé de dessus le vif du bois, si le tronc étoit de la grosseur d’un homme, à peine reste-t-il une bûche de bresil de la grosseur de la jambe.

Le bois de Brésil mérite dans l’Encyclopédie une notice plus longue que le pays éponyme. Elle reconnaît sa qualité (« Le plus estimé est le bresil de Fernambouc ») et son antériorité (« ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil »), tout en notant qu’il peut provenir d’ailleurs (Japon, Lamon, S Marthe, Jamaïque) et que «  cependant […] on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays » selon M. Huet.

Il est en effet possible que ce nom de « bois de braise » lui ait été donné par les Portugais s’ils l’ont connu avant le Brésil, en provenance de Lamon (s’il s’agit bien du Lamon de Vénétie): dès le Moyen Âge, le « bois de braise » provenait des Indes via la Perse, importé en Europe par les Vénitiens. C’est à la « couleur de braise » (brasa en portugais) du bois qu’il doit son nom dans cette langue (pau brasil) et de fait la dénomination vient facilement à l’esprit quand on voit la couleur du bois, une fois le tronc dégagé de son aubier.

Figure 3 Bois de Brésil

https://braises.hypotheses.org/482

Le bois de bresil est très-pesant, fort sec, & pétille beaucoup dans le feu, où il ne fait presque point de fumée à cause de sa grande sécheresse.

Toutes ces différentes sortes de bresil n’ont point de moelle, à la réserve de celui du Japon. Le plus estimé est le bresil de Fernambouc.

Pour bien choisir ce dernier, il faut qu’il soit en bûches lourdes, compact, bien sain, c’est-à-dire sans aubier & sans pourriture ; qu’après avoir été éclaté, de pâle qu’il est il devienne rougeâtre, & qu’étant mâché il ait un goût sucré.

Le bois de bresil est propre pour les ouvrages de tour, & prend bien le poli : cependant son principal usage est pour la teinture, où il sert à teindre en rouge, mais c’est une fausse couleur qui s’évapore aisément, & qu’on ne peut employer sans l’alun & le tartre. Voyez Teinture.

Du bois de bresil de Fernambouc on tire une espece de carmin par le moyen des acides : on en fait aussi de la lacque liquide pour la mignature[5]. V. Rouge, Lacque, &c. (Vol II [B-Cez] p.308a).

Ce n’est pas sans raison que l’Encyclopédie associe aussi fortement le bois de braise et le Brésil, car ce fut longtemps sa principale richesse, ou du moins celle qui intéressait le plus les Portugais, la principale exportation de leur colonie d’Amérique. En cela ils avaient eu moins de chance que les Espagnols, qui avaient mis la main sur les métaux précieux du Pérou et du Mexique, et il leur a fallu attendre la mise en place des plantations de canne à sucre et surtout la découverte de l’or du Minas Gerais (la bien nommée province des « mines générales »), au XVIIIe siècle, pour que le Brésil les enrichisse vraiment.

Du moins le pau brasil ne leur coutait pas beaucoup d’efforts puisque c’étaient les Indiens qui faisaient l’essentiel du travail, coupant les arbres en forêt et apportant les troncs dépouillés de leur aubier jusqu’à la côte. Là ils les échangeaient contre des outils de métal auprès de commerçants venus d’Outre-Atlantique, un cycle de collecte et d’échanges qui apparaît bien sur la carte de Giacomo Gastaldi (figure 4). Ces commerçants étaient en général portugais mais aussi parfois français, car les navigateurs normands avaient bien compris le profit à tirer de cet échange inégal, avec l’encouragement de la Couronne, qui voyait là une bonne occasion de battre en brèche l’attribution de ces terres au Portugal par le traité de Tordesillas (1494).

Figure 4 Le Brésil vu par Giacomo Gastaldi (1556)

Olga Okuneva, « Ensaio sobre o mapa «Brasil» de G. Gastaldi pertencente ao Delle navigationi e viaggi de G. B. Ramusio (1556; 1565; 1606) », Terra Brasilis (Nova Série) [En ligne], 2 | 2013. URL : http://journals.openedition.org/terrabrasilis/715  ; DOI : 10.4000/terrabrasilis.715

Entre le XVIe siècle, où le bois de braise a donné son nom au pays, et la rédaction de l’Encyclopédie, le Brésil a bien sur beaucoup changé, comme le montrent les entrées consacrées à des trois principales villes, Olinda/Recife, Rio de Janeiro et Salvador.

Trois villes : Olinda, Rio de Janeiro, Salvador

Figure 5 Entrée Olinde

Olinde, (Géog.) ville de l’Amérique méridionale au Bresil, dans la capitanie de Fernambouc. Elle étoit située sur un côteau d’un agréable aspect ; & la riviere qui tombe dans le port, s’appelle Bibiribe. Les Hollandois s’en emparerent en 1630, & les Portugais n’ont pas réparé ses ruines. Longit. selon Cassini, 342. 21. 30. lat. 8. 18. Long. suivant Harris, 342. 31. 15. lat. 7. 48. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 449a).

D’Olinda – francisée en Olinde – le texte ne dit pas grand-chose, si ce n’est qu’après sa prise par les Hollandais elle n’a pas retrouvé son ancienne splendeur et de fait c’est Recife, située quelques à quelques kilomètres d’elle, développée par eux sous le nom de Mauritsstad qui est devenue la capitale du Pernambuco après sa reprise par les Portugais.

Figure 6 La prise de Recife par les Hollandais en 1630

http://wordpress1.brazil-travel.net/recife-dos-holandeses/

Figure 7 Entrée Saint Sébastien

Sébastien, saint, (Géog. mod.) Ville de l’Amérique méridionale, au Brésil, dans la capitainerie de Rio-Janéiro, sur la côte occidentale du golfe formé par cette riviere, dans une plaine entourée de montagnes. Corréa, célebre capitaine du xv. siecle, fonda cette ville, que son petit-fils augmenta & embellit dans le siecle suivant. Les Jésuites & les Bénédictins y ont des palais : c’est le siege d’un évêque suffragant de Saint-Salvador, & la résidence du gouverneur de la province. Le commerce consiste principalement en coton, & bois du Brésil. Latit. méridion. 23. 46. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 852b).

L’entrée « Saint Sébastien », est consacrée à Rio de Janeiro, dont le nom officiel est de fait São Sebastião do Rio de Janeiro. La ville est présentée comme fondée par « Corréa, célèbre capitaine », alors qu’on considère généralement qu’elle l’a été par Estácio de Sá, le 1er mars 1565, et surtout sans mentionner qu’en novembre 1555, Nicolas Durant de Villegaignon, accompagné de 600 colons avait débarqué dans la baie de Guanabara, fondé sur l’île qui porte encore son nom (figure 8) un établissement baptisé Fort-Coligny et projeté de créer sur la terre ferme Henryville, future capitale de la « France Antarctique ». Trop occupés à leurs querelles internes entre catholiques et protestants les colons négligèrent de renforcer leurs défenses et les Portugais n’eurent guère de mal à les déloger et à fonder leur propre colonie au même endroit.

Au moment de la rédaction de l’Encyclopédie Rio de Janeiro n’était encore que « résidence du gouverneur de la province » et son commerce consistait « principalement en coton et bois du Brésil ». Mais en 1763 elle devint la capitale de la colonie portugaise lorsque que le « caminho novo », le « nouveau chemin » en fit le débouché principal des convois de mules transportant jusqu’à son port, pour l’embarquer vers Lisbonne, l’or récemment découvert dans le Minas Gerais. Ce fit le point de départ de la croissance de la ville, alors encore très petite.

Figure 8 Extrait de la carte « Plan de la Baye de Rio de Janeiro »

Jacques Bellin (1703-1772) était cartographe au ministère de la Marine française. En 1764, il publia Le Petit Atlas Maritime, un ouvrage en cinq volumes contenant 581 cartes. Cette carte de 21 x 32 cm, extraite du deuxième volume de l’atlas, montre la baie de Rio de Janeiro, elle est conservée à la Bibliothèque nationale du Brésil, http://hdl.loc.gov/loc.wdl/brrjbn.187 )

Figure 9 Entrée San-Salvador

3°. San-Salvador, ville de l’Amérique méridionale, au Bresil, dont elle est la capitale. Elle est grande, bien bâtie, fort peuplée, très-commerçante, & située sur la baie de tous les Saints, Bahya de Todos los Santos ; son assiette n’est pas avantageuse, parce qu’elle est haute & basse, & qu’elle n’a presque point de rues qui soient droites.

Comme on ne peut s’y servir d’aucunes voitures, les esclaves y font la fonction de chevaux, & transportent d’un lieu à un autre, toutes les marchandises ; ils portent aussi les habitans sur une espece de lit de coton à réseau, suspendu par les deux bouts ; ce lit ou palanquin est couvert d’une impériale, d’où pendent des rideaux qui empêchent d’être vû, & qui garantissent du soleil. On est fort à son aise dans ce lit ; la tête repose sur un chevet, & le corps sur un petit matelas proprement piqué ; la chaleur violente du climat, & la molesse extrème des habitans, ont rendu ces hamacs très-communs, non-seulement pour faire les visites, mais aussi pour se rendre à l’église.

San-Salvador, est la résidence du viceroi du Bresil, le siege d’un archevêque, d’un conseil souverain, & d’une cour des monnoies.

Les maisons y sont hautes, & presque toutes de pierre de taille & de brique. Les églises sont riches, & les communautés nombreuses ; les jésuites seuls y sont au nombre de près de deux cens, & les plus riches de tous les religieux. Ils y possedent une église & un college magnifique, où ils entretiennent six régens pour enseigner.

L’actuelle ville de Salvador de Bahia n’apparaît dans l‘Encyclopédie qu’au troisième paragraphe d’une entrée « San-Salvador » un « nom commun à plusieurs lieux », après « 1°. San-Salvador, ville d’Afrique, sur la côte orientale de l’Ethiopie, capitale du Congo » et « 2°. San-Salvador, ville de l’Amérique, au gouvernement de Guatimala ».

C’est alors la capitale du Brésil et « la résidence du Vice-Roi du Brésil, le siège d’un archevêque, d’un conseil souverain et d’une cour des monnaies », « fort peuplée, très commerçante », dotée de nombreuses églises et communautés religieuses, dont les Jésuites sont les plus riches. Ce n’est pourtant pas ce qui retient d’abord l’attention du rédacteur, qui préfère décrire les palanquins dans lesquels les habitants (certains du moins) se font transporter par des esclaves.

Figure 10 Un propriétaire foncier rentre à son exploitation

https://voyager1.net/regresso-de-um-proprietario-de-jean-baptiste-debret/

Cette habitude est attribué au fait que la ville est partagée entre ville haute et ville basse, mais surtout à « la chaleur violente du climat » et à la « mollesse extrême » des Bahianais, une réputation – injustifiée ou très exagérée, comme tous les ethnotypes – qui dure jusqu’à nos jours. La même scène retint au siècle suivant l’attention de Jean-Baptiste Debret, un des membres de la mission artistique française qui vint au Brésil en 1816 et nous a laissé de nombreux témoignages de la vie quotidienne au Brésil (figure 10).

Figure 11 Entrée San-Salvador (suite)

San-Salvador, est un lieu de grand abord pour les marchandises qui s’y trafiquent, telles que sont les toiles, les baies, les serges, & les perpétuanes[6] ; les chapeaux, les bas de soie & de fil, les biscuits, les farines, le froment, les vins de port-à-port, &c. les huiles, le beurre, le fromage, les batteries de cuisine, les esclaves de Guinée, &c. Pour toutes ces choses, on y reçoit en retour de l’or, du sucre, du tabac, du bois de teinture de Brésil & autres ; des peaux, des huiles, des suifs, du baume de copahu[7], de l’ypécacuana[8], &c.

Cette ville si avantageuse pour les Portugais, est sur une hauteur de 80 toises, qui dépend de la côte orientale de la baie de tous les Saints. Cette hauteur est très-difficile à grimper, & on s’y sert d’une espece de gruë pour monter & descendre les marchandises du port à la ville.

 Revenant à des notations plus conformes au ton général du « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers », le rédacteur détaille ensuite les marchandises importées qui se vendent à Salvador : tissus, vêtements, denrées alimentaires, ainsi que les « esclaves de Guinée », mis sur le même plan que les autres articles. On les échanges contre des produits agricoles et de cueillette (dont le bois du Brésil), ou contre de l’or, qui ouvre la liste.

Ici encore le site de la ville crée des contraintes et impose l’usage de grues, ou du portage à dos d’homme ou d’animaux. Faible inconvénient en regard des avantages défensifs et de l’abri que le relief offre a la Baie de tous les Saints.

Figure 12 Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil, 1757

PRÉVOST, Antoine François, 1697-1763. Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil. – In: Histoire Générale des Voïages ou nouvelle collection de toutes les relations de Voiages par Mer et par Terre, qui ont été publiées jusqu’a present dans les differentes langues de toutes les Nations connues, Chez Didot, Libraire et Imprimeur, 1757.

San-Salvador est en général bien fortifiée, mais la garnison est aussi débauchée que mal disciplinée. Les autres habitans ne valent guere mieux ; ils sont voluptueux, ignorans, vains, & bigots. Ils marchent ordinairement un rosaire à la main, un chapelet au col, un S. Antoine sur l’estomac, un poignard sur le sein, un pistolet dans la poche, & une longue épée au côté, afin de ne pas perdre l’occasion en disant leurs chapelets, de se venger d’un ennemi. Lat. méridionale, 12. (D. J.) (Vol XIV [Reggi-SEM], 1765 p.582b).

Hélas le paragraphe final, en dehors de la demi-phrase initiale et de la notation finale de la latitude, retombe dans des jugements de valeur très négatifs sur la garnison, étendus ensuite aux « autres habitants » qui « ne valent guère mieux ». Ils sont « voluptueux, ignorants, vains et bigots », caractérisés par un mélange de religiosité et d’animosité, portant sur eux à la fois des objets de piété et des armes.

Le rédacteur qui signe de ses initiales D.J. partage manifestement les préjugés que bien des Européens du Nord avaient alors sur les Latins du Sud, on trouve à l’époque – et même plus tard – des tirades semblables sur les Siciliens, les Corses ou les Espagnols, tous englobés (au XIXe siècle) dans le terme méprisant « rastaquouères », soumis à l’influence de l’Église et portés sur la vendetta. Décidément, même dans une œuvre aussi remarquable que l’Encyclopédie, l’un des principaux symboles de l’époque des Lumières, les stéréotypes ont la vie dure.

[1] Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie

[2] Les Amérindiens (et leurs défenseurs) objectent à cette expression, soulignant que leurs ancêtres habitaient le continent bien avant l’arrivée des conquistadores.

[3] Pour reprendre l’appellation héritée de l’erreur initiale de Christophe Colomb, qui croyait avoir atteint les Indes

[4][4] Il semble en effet que Vicente Yañez Pinzón ait vu le 26 janvier 1500 un cap qu’il avait appelé Cap de Sainte-Marie de la Consolation. Mais la découverte du Brésil est généralement attribuée à Pedro Alvares Cabral qui était arrivé le 22 avril 1500 en vue d’une montagne à laquelle il donna le nom de Monte Pascoal. Il célébra le 26 avril 1500 une première messe célébrée sur l’île de la Coroa Vermelha, prit le 1er mai 1500 possession de la terre au nom du Roi et célébra une deuxième messe en présence des commandants de ses navires et de nombreux “Indiens”, scène que représente le tableau “Première messe au Brésil” de Victor Meireles.

[5] Variante désuète de miniature selon le Dictionnaire critique de la langue française, Jean Féraud, 1788

[6] Selon Jacques Savary des Bruslons, Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières, Volume 38, 1762, La sempiterne ou perpétuane est une «espèce d’étoffe de laine croisée, dont la qualité a rapport à celle d’une serge […] dont il se fait quantité en Flandres, & dont le débit le plus ordinaire est pour l’Espagne et l’Italie […] En Espagne on ne les appelle que sempiternes, à cause de leur longue durée»

[7] Réputé pour ses vertus apaisantes et réparatrices, le baume de Copahu, appelée aussi huile de Copaïba, est traditionnellement conseillé pour préparer des huiles de massage pour le confort articulaire

[8] L’Ipeca, Ipéca ou Ipécacuana (du portugais ipecacuanha, du tupi Ygpecaya). Sa racine de contient de l’émétine, un alcaloïde aux propriétés émétisantes (vomitives), il n’est plus guère utilisé comme tel mais l’est en homéopathie.

« Garota de Ipanema », 55 ans plus tard

Plus de 55 ans après sa création « Garota de Ipanema » (la fille d’Ipanema), composée en 1962 par Vinícius de Moraes et Antônio Carlos Jobim, est encore l’une des chansons les plus connues de toute la bossa nova. Elle en est considérée comme l’hymne, plus encore que « Chega de Saudade » (assez de nostalgie) enregistré par João Gilberto en 1958, qui avait provoqué une véritable révolution dans la musique populaire brésilienne.

Elle est devenue l’un des plus grands « standards » du XXe siècle, elle a été et continue d’être enregistré par de nombreuses interprètes. Officiellement, il y aurait près de 300 versions, mais le nombre réel doit être près de deux fois plus élevé, compte tenu des versions non autorisées. Au total, c’est la deuxième chanson la plus enregistrée dans l’histoire de la musique pop, après « Yesterday » par les Beatles (Vinciguerra 2012).

Paroles originales et traduction française

Olha que coisa mais linda / Regarde quelle belle chose

Mais cheia de graça / Si pleine de grâce

É ela menina, que vem e que passa / C’est elle la fille, qui vient et qui passe

Num doce balanço a caminho do mar / Dans un doux balancement sur le chemin de la mer

Moça do corpo dourado / Demoiselle au corps doré

Do sol de Ipanema / Par le soleil d’Ipanema

O seu balançado é mais que um poema / Son balancement est plus qu’un poème

É a coisa mais linda que eu já vi passar / C’est la chose la plus belle que j’ai vu passer

 Ai ! Por que estou tão sozinho ? / Oh, pourquoi suis je si seul…

Ai ! Como tudo é tão triste / Oh, comme tout est si triste…

Ai ! A beleza que existe / Ah, la beauté qui existe

A beleza que não é só minha / La beauté qui n’est pas qu’a moi,

Que também passa sozinha  / Que passe aussi toute seule

 Ai ! Se ela soubesse que quando ela passa / Oh, si elle savait que quand elle passe

O mundo interinho se enche de graça / Le monde entier se remplit de grâce

E fica mais lindo por causa do amor / Et devient plus beau grâce à l’amour

Só por causa do amor… / Juste à cause de l’amour…

Copyright Marcus Vinícius da Cruz de M. Moraes et Antônio Carlos Brasileiro de A. Jobim

Pour entendre cette version par Tom Jobim et Vinícius de Moraes:https://www.youtube.com/watch?v=lg_afqmeZoE  ou (en public et plus jazzy) https://www.youtube.com/watch?v=KJzBxJ8ExRk

Géographie

Ipanema est un quartier situé dans la zone sud de la ville de Rio de Janeiro, à l’ouest de celui de Copacabana, séparé de lui par la pointe rocheuse où se situe le fort du même nom. Dans les années 1960 il était plus chic que le quartier pionnier de l’occupation du littoral[1], mais il a depuis lors été quelque peu délaissé au profit d’autres plages situées plus loin sur le littoral. La chanson date donc bien un moment d’un gigantesque jeu de saute-mouton immobilier, les plus riches reportant plus loin leurs somptueuses villas à mesure que les moins riches viennent s’installer à proximité. Ipanema, Leblon, les abords de la lagune Lagoa de Freitas, ont été ainsi successivement occupés, puis le mouvement a continué vers Barra da Tijuca, au prix de la construction d’une voie rapide à pistes superposées, indispensable pour franchir les passages où les mornes rocheux tombent directement dans la mer.

Figure 1 Localisation d’Ipanema

Google Maps

Figure 2 Ipanema entre Copacabana et Leblon

Google Maps

Histoire

La chanson avait été composée pour une comédie musicale intitulée Dirigível, à laquelle travaillait alors Vinícius de Moraes. Le titre original était « Menina que passa » (« La fille qui passe »), et les premiers vers étaient différents de ceux de la chanson définitive, plus sombres. Mais ni Tom ni Vinícius n’aimaient les paroles, et elles furent donc remaniées par Vinícius, qui fréquentait assidument avec Tom e bar Veloso (aujourd’hui rebaptisé Garota de Ipanema), où ils s’installaient fréquemment aux petites tables installées sur le trottoir, face à la mer.

La première version

Vinha cansado de tudo / J’étais fatigué de tout

De tantos caminhos / De tant de chemins

Tão sem poesia / Tellement sans poésie

Tão sem passarinhos / Tellement sans oiseaux

Com medo da vida / Peur de la vie

Com medo de amar / Peur d’aimer

Quando na tarde vaziaQuand dans l’après-midi vide

Tão linda no espaçoTellement belle dans l’espace

Eu vi a meninaJ’ai vu cette fille

Que vinha num passo / Qui marchait d’un pas

Cheio de balanço / Qui semblait une danse

Caminho do mar / Sur le chemin de la mer

Figure 3 Tom Jobim et Vinícius de Moraes

http://www.gazetadopovo.com.br

La chanson leur y a été inspirée par Heloísa Eneida Menezes Paes Pinto (dite Helô Pinheiro), une jeune fille qui vivait dans la rue Montenegro, à Ipanema. Chaque jour, elle passait devant le bar Veloso pour aller à la plage et y entrait parfois acheter des cigarettes pour sa mère.

Beaucoup de femmes ont prétendu être la muse inspiratrice de la chanson, mais c’est l’auteur lui-même, Vinícius, qui a fait connaître publiquement le nom d’Heloísa Pinheiro : « c’est pour elle que nous avons fait, avec respect et un enchantement muet, la samba qui l’a fait connaître dans le monde entier et fait de notre bien-aimée Ipanema un mot magique dans les oreilles étrangères », a expliqué le poète de l’époque.

Dans « Revelação a verdadeira Garota de Ipanema » (Révélation la vraie fille d’Ipanema, 2004), Vinícius  de Moraes a écrit: « C’était le paradigme de la jeune carioca: une adolescente dorée, un mélange de fleur et de sirène, pleine de lumière et de grâce, à la voir on est aussi triste, parce qu’elle porte avec elle, en route vers la mer, le sentiment de la jeunesse qui disparaît, de la beauté qui n’est pas la nôtre, c’est un don de la vie dans son constant mouvement de flux et reflux ».

Figure 4 Vinícius de Moraes e Helô Pinheiro

http://g1.globo.com

Le succès international

La chanson a été présentée pour la première fois au public carioca le 2 août 1962, le premier enregistrement commercial par Pery Ribeiro date de 1962, mais elle n’a connu sa véritable reconnaissance comme succès international que lorsque, trois ans plus tard, certains artistes américains ont repris sa mélodie. Le 19 mars 1963, elle figurait sur un disque publié par Verve Records et l’année suivante sur le LP Getz / Gilberto (enregistré en mars 1963, sorti en mars 1964), interprétée par Astrud Gilberto, avec João Gilberto à la guitare, Stan Getz au saxophone et la participation de Tom Jobim au piano.

Pour entendre version de Pery Ribeiro: https://www.youtube.com/watch?v=jc6nMjX9pNU&feature=youtu.be

La version de João Gilberto et Stan Getz:

https://www.youtube.com/watch?v=P5sA3fb9Yn4

Lors d’une session d’enregistrement à New York, l’idée leur était venue de créer une version en anglais, dont Norman Gimbel a écrit les paroles. L’épouse de João Gilberto, Astrud Gilberto, était la seule des Brésiliennes du groupe à bien parler anglais et sa voix, sans maniérisme de chanteuse professionnelle, s’est révélée être parfaite pour la chanson. Le single de la chanson est devenu un succès international, dans sa version complète où étaient également incluses les paroles portugaises chantées par João Gilberto, alors qu’elle avait été raccourcie pour la version qui figure sur l’album Getz / Gilberto. Aux États-Unis, le single a culminé à la cinquième place du Billboard Hot 100, et s’est classé au premier rang pendant deux semaines dans la catégorie Easy Listening. Il a culminé au numéro 29 au Royaume-Uni, a très bien figuré dans les classements du monde entier et la reconnaissance majeure est venue avec le Grammy of Recording of the Year, en 1965.

Traduction en anglais

Tall and tan and young and lovely

The girl from Ipanema goes walking

And when she passes, each one she passes goes – ah

When she walks, she’s like a samba

That swings so cool and sways so gentle

That when she passes, each one she passes goes – ooh

(Ooh) But I watch her so sadly

How can I tell her I love her?

Yes I would give my heart gladly

But each day, when she walks to the sea

She looks straight ahead, not at me

Tall, (and) tan, (and) young, (and) lovely

The girl from Ipanema goes walking

And when she passes, I smile – but she doesn’t see (doesn’t see)

(She just doesn’t see, she never sees me…)

 Pour entendre cette version par Astrud Gilberto: https://www.youtube.com/watch?v=UJkxFhFRFDA

L’héritage de « Garota de Ipanema » a été reconnu lors des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été 2016 à Rio de Janeiro : les mascottes olympiques et paralympiques ont été respectivement nommées Vinícius et Tom, d’après les co-auteurs de la chanson. La cérémonie d’ouverture des Jeux comportait une séquence sur elle et le petit-fils de Jobim, Daniel Jobim, y a interprété la chanson. Spotify a rapporté que la chanson avait été diffusée sur son service 40 000 fois par jour dans les jours qui ont suivi la cérémonie (1 200% d’augmentation), tandis qu’aux États-Unis, la chanson a atteint la 5e place.

Une marque évidente du succès de la chanson est le nombre de reprises par d’autres interprètes et dans des films et téléfilms. Une version instrumentale avait déjà été faite pour le film Girl from Ipanema, en 1967. Sa version anglaise a été chantée par Frank Sinatra, Cher, Nat King Cole, Plácido Domingo, Ella Fitzgerald, Cliff Richards, Madonna, Amy Winehouse et plusieurs autres artistes. Un duo entre Xuxa et Daniel Jobim faisait partie de la bande-son et de l’ouverture de la telenovela de la Rede Globo, Aquele Beijo.

 Pour entendre d’autres versions:

En portugais

Daniel Jobim aux JO de Rio 2016 https://www.youtube.com/watch?v=jXPk4ahT6zY

Baden Powell https://www.youtube.com/watch?v=KTUyLMLdwJo

Elis Regina e Hermeto Paschoal https://www.youtube.com/watch?v=zGnqyIfyXOI

Elsa Soares e Wilson das Neves https://www.youtube.com/watch?v=YB4LUEtrS5o

Gal Costa https://www.youtube.com/watch?v=ITsKmGfiStY

Marina Lima https://www.youtube.com/watch?v=w3twDCV6vKo

Nara Leão https://www.youtube.com/watch?v=z-faHBCDnI4

Roberto Carlos et Caetano Veloso https://www.youtube.com/watch?v=qcf9Opdfmzw

Sepultura https://www.youtube.com/watch?v=dUgr50v_e3M

Xuxa et Daniel Jobim https://www.youtube.com/watch?v=vQFqjTUCBhk

Xuxa et Daniel Jobim https://www.youtube.com/watch?v=vQFqjTUCBhk

En anglais

Amy Winehouse https://www.youtube.com/watch?v=cMCm1I25IJA

Cher https://www.youtube.com/watch?v=NjPK7Qc0ZXE

Cliff Richards https://www.youtube.com/watch?v=TTiK5UthiFA

Frank Sinatra https://www.youtube.com/watch?v=ue4_VM5jxTU

Madonna https://www.youtube.com/watch?v=VGj2IBNZC-Y

Mike Tyson https://www.youtube.com/watch?v=ymadl0aVPC0

Nat King Cole https://www.youtube.com/watch?v=FKT10vJFqp8

Plácido Domingo et Paula Fernandes https://www.youtube.com/watch?v=FKT10vJFqp8

Stevie Wonder https://www.youtube.com/watch?v=ydVvI8N0V9o

Tom Jobim et Frank Sinatra https://www.youtube.com/watch?v=ue4_VM5jxTU

En d’autres langues

Chinois https://www.youtube.com/watch?v=rL9T0mnicmo

Finlandais – Laila Kinunnen https://www.youtube.com/watch?v=wDBbwbGzyhg&feature=youtu.be

Français – Jacqueline François https://www.youtube.com/watch?v=eeVuSLM4krQ&feature=youtu.be

Espagnol et anglais – Maria Esteli Gradiz Rodriguez https://www.youtube.com/watch?v=QzZyr4mRcC4&feature=youtu.be

Esperanto https://www.youtube.com/watch?v=gouAIO8gx_w&feature=youtu.be

Diverses langues https://www.youtube.com/watch?v=7LX9ybOtr_Y

La musique est également présente dans sa version musicale au générique du film Finding Nemo (Le Monde de Nemo en France ou Trouver Nemo au Québec), sorti en mai 2003, et dans une version de musique ascenseur dans le film The Blues Brothers.

Lorsqu’elle est chantée par des artistes féminines, la chanson devient souvent « The Boy from Ipanema », comme l’on fait Peggy Lee (1964), Ella Fitzgerald, The Supremes (1965) et Shirley Bassey (1966). Petula Clark l’a chanté en 1977 dans The Muppet Show et Diana Krall l’a enregistré sur son album de 2009 Quiet Nights.

Pour entendre ces versions:

Diana Krall https://www.youtube.com/watch?v=F5nrXZiHYbY

Ella Fitzgerald https://www.youtube.com/watch?v=0mEAPqxED70

Peggy Lee https://www.youtube.com/watch?v=8GrXmoVNDVw

Petula Clark https://www.youtube.com/watch?v=_RKQI5P7GAU

Shirley Bassey https://www.youtube.com/watch?v=Ltpt8M4lH9w

The Supremes https://www.youtube.com/watch?v=tZPFlR3yrtM

La chanson a été couronnée au Latin Grammy Hall of Fame en 2001 et en 2004, elle a été l’un des 50 enregistrements choisis par la Library of Congress pour être ajoutés au registre national des enregistrements. En 2009, elle a été classée par l’édition brésilienne de Rolling Stone comme une des trente plus grandes chansons brésiliennes.

Autre marque de succès, Garota de Ipanema a connu parodies et procès. Une parodie de la chanson, avec des paroles différentes écrites par Stephen Sondheim, est intitulée The Boy From… et une autre, de Bob Rivers, était intitulée The Girl With Emphysema… En 2001, les propriétaires des droits d’auteur de la chanson (les héritiers des compositeurs) ont poursuivi Helô Pinheiro pour avoir utilisé son titre comme nom de sa boutique de vêtements. Dans leur plainte, ils ont déclaré qu’ils ne lui avaient pas permis d’utiliser un nom qui leur appartenait légalement. En réponse elle a fait état du communiqué de presse de Jobim et Moraes, dans lequel ils avaient déclaré qu’elle était la vraie fille d’Ipanema, comme preuve qu’ils avaient bien l’intention de lui accorder l’usage du titre, et le tribunal a statué en sa faveur.

Pour entendre ces versions:

Stephen Sondheim  https://www.youtube.com/watch?v=zdNkvByFVvI

Bob Rivers https://www.youtube.com/watch?v=5-wyCWE4kSk

55 ans plus tard

Aujourd’hui âgée de 72 ans, mariée à son petit ami de l’époque, mère de quatre enfants et grand-mère de trois petits-enfants, Helô Pinheiro se souvient avec nostalgie, dans un entretien de 2015 (Silveira 2015), de la plage qu’elle a contribué à faire connaître dans le monde entier.

« Elle n’avait que 17 ans lorsque les précurseurs de la bossa nova la virent passer sur le chemin de la mer. Ce n’est que deux ans et demi plus tard qu’elle a su avoir été l’inspiration de la chanson. Je disais “Mais non, je ne suis pas tout ça. Qu’est-ce que ça veut dire ?” ». Elle ajoutait: « “Tout ce que j’ai vécu est maintenant du passé. Je plaisante qu’aujourd’hui je suis la petite vieille d’Ipanema, plus la fille d’Ipanema”. La vie de l’adolescente timide, fille d’un père militaire et d’une mère rigide, a été bouleversée. Harcelée par des journalistes du monde entier, elle a commencé à être recherchée comme modèle et mannequin. À l’époque, elle sortait déjà avec Fernando Pinheiro, sa fidélité à son premier amour a été déterminante, elle ne s’est pas laissé emporter par la galanterie des bossa-novistas ». […]

Figure 5 Helô Pinheiro hier et aujourd’hui

La photographie du bas est l’image d’accueil du site d’Helô Pinheiro, celle du haut est un montage puisque le paysage d’arrière-plan est dans son état actuel. http://helopinheiro.com.br/

“Nous étions beaucoup plus naturels, nous jouions au volleyball sur la plage, mais sans ce souci de se montrer. Les gens d’aujourd’hui sont très inquiets d’avoir un corps bien travaillé, plein de muscles […] Mais je plaisante que le sable est le même, et la mer est la même. Elle continue à nous rafraîchir, le sable a toujours la même texture et le morne Dois Irmãos continue à embellir le paysage. Je pense qu’Ipanema est un cadeau de Dieu” ». Mais la bossa nova a été la bande son de sa vie et c’est Garota de Ipanema qui lui indique que son téléphone portable reçoit un appel ».

Figure 6 Le bar Veloso devenu Garota de Ipanema

http://garotadeipanemashop.com

Le bar Veloso est devenu Garota de Ipanema  et à côté se trouve un Garota de Ipanema Shop, au coin de la rue qui s’appelait Montenegro et a été rebaptisée rue Vinícius de Moraes, devenus des sites touristiques qui accueillent tous les jours de nombreux visiteurs du monde entier.

Figure 7 La rue Vinícius de Moraes

http://garotadeipanemashop.com

Références webographiques

EFE, « Música ‘Garota de Ipanema’ completa 50 anos de sucesso, ciúmes e disputas judiciais », Gazeto do Povo, 04/07/2012, http://www.gazetadopovo.com.br/caderno-g/musica-garota-de-ipanema-completa-50-anos-de-sucesso-ciumes-e-disputas-judiciais-2i5touazm7qtvnyfpa4zzrrke

Garota de Ipanea Shop, « A história da garota de Ipanema », http://garotadeipanemashop.com/historia-da-garota-de-ipanema/?v=19d3326f3137

Morais, Vinícius de, « Revelação: a verdadeira Garota de Ipanema. », November 24, 2004, http://oblogdopeter.blogspot.fr/2004/11/revelao-verdadeira-garota-de.html

Paroles originales et traduction française, https://www.lacoccinelle.net/263038.html

Silveira, Daniel, « Eterna ‘Garota de Ipanema’ lembra com saudade do Rio de 1965 », G1 Rio, 08/02/2015, http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/rio-450-anos/noticia/2015/02/eterna-garota-de-ipanema-lembra-com-saudade-do-rio-de-1965-assista.html

Vinciguerra, Thomas, « The Elusive Girl From Ipanema », The Wall Street Journal, Thomas, July 2, 2012, https://www.wsj.com/articles/SB10001424052702303649504577492603567202024

X, « Garota de Ipanema », Wikipédia, a enciclopédia livre, https://pt.wikipedia.org/wiki/Garota_de_Ipanema

X, « The Girl from Ipanema », Wikipedia, the free encyclopedia, https://en.wikipedia.org/wiki/The_Girl_from_Ipanema

[1] Voir dans Braises Histoire d’un lieu mythique, Copacabana“, (https://braises.hypotheses.org/1303).

La genèse du Christ du Corcovado

La statue du Christ qui domine la baie de Rio de Janeiro est une icône connue dans le monde entier et elle est étroitement associée à l’image de la ville et du Brésil. Elle est pourtant relativement récente (elle a n’a été érigée au sommet du morne du Corcovado qu’en 1931). Revenir sur sa genèse et sa construction permet de la situer dans l’histoire du Brésil avant, pendant et après sa construction.

Figure 1 Le Christ du Corcovado domine Rio de Janeiro

https://inspirationseek.com/cristo-redentor-rio-de-janeiro-best-places-to-visit-in-brazil/

Une icône

Le Christ du Corcovado est un des dix monuments les plus visités au monde[1]: en 2016 le site a été visité par 3 305 010 personnes contre 2 945 355 en 2015, une augmentation de 12% en un an[2]. Le nombre de visites journalières a battu un record historique lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, le 26 juillet 2013, avec 20 000 personnes, alors que la moyenne quotidienne est de 5 500 visites.

La statue apparaît dans d’innombrables films et séries télévisées, la montrer même fugitivement suffit pour signifier que l’action se déroule au Brésil, tout comme une brève apparition de la Tour Eiffel suffit à  indiquer qu’elle se situe à Paris. Elle a fait l’objet non seulement de myriades de reproductions de toutes tailles vendues aux touristes mais aussi de films et de chansons dont « Corcovado », l’un des plus grands succès de Tom Jobim, le père de la bossa nova et plusieurs villes, au Brésil et ailleurs dans le monde, ont construit des répliques de ce Christ aux bras ouverts, probablement pour bénéficier de l’aura de Rio de Janeiro en lui empruntant son icône.

L’identification avec le pays est telle que l’image du Christ a été utilisée par l’hebdomadaire britannique The Economist à trois reprises (en 2009, 2013 et 2016) pour symboliser le décollage économique du pays, son décrochage et la trahison dont il aurait été victime.

Figure 2 Le Christ sur trois couvertures de The Economist

Le Corcovado avant le Christ

Depuis la découverte de la baie de Guanabara, le 1er janvier 1502, par les navigateurs Gonçalo Coelho et Américo Vespucci, deux mornes tropicaux attirent l’attention de tous les voyageur, le Pain de Sucre[3], qui domine l’entrée de la baie et le Corcovado, situé un peu plus à  l’écart mais beaucoup plus haut puisqu’il culmine à 710 m contre 396 pour le Pain de Sucre.

Son sommet a été atteint pour la première fois – officiellement du moins – le 22 Février 1824, quand l’Empereur du Brésil, Dom Pedro Ier, y a mené une expédition.

Figure 4 Le Corcovado avant le Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Le décret impérial 3372 du 7 Janvier 1872 a accordé une concession pour construire un chemin de fer menant au sommet du Corcovado. Les travaux de la première partie de la ligne ont commencé le 2 Janvier 1883, pour relier le quartier de Cosme Velho à Paineiras. Elle a été inaugurée le 9 octobre 1884, en présence de Pedro II et de la famille impériale. Puis les travaux se sont poursuivis et le sommet a été atteint le 1er juillet 1885. La ligne, à crémaillère, a au total 3 824m de long, c’est l’une des plus raides au monde et la première à avoir été électrifiée en Amérique du Sud. Un belvédère avait alors été construit au sommet, un pavillon de fer, verre et ardoise de 13,50 m de diamètre et de 46 tonnes, dont tous les matériaux ont été acheminés par le chemin de fer.

La route qui relie la ville au Christ Rédempteur n’a quant à elle été construite que dans les années 1930. Les techniques modernes n’étaient toutefois pas absentes du sommet du Corcovado puisque la société américaine Westinghouse y avait installé une station émettrice pour réaliser la première démonstration expérimentale de téléphonie radio au Brésil, au cours de l’exposition commémorant le centenaire de l’indépendance, en 1922. Cela crée une parenté avec la Tour Eiffel, elle aussi dotée d’une station de radio (militaire), qui l’a sauvée de la destruction à laquelle elle était promise à la fin de la concession accordée pour l’Exposition Universelle de 1889.

Figure 5 Le chemin de fer du Corcovado en 1884

La genèse du Christ

L’idée de construire un monument au sommet du Corcovado vient du prêtre français Pierre Marie Boss, arrivé au Brésil en 1865. De la fenêtre de l’école où il enseignait il regardait le morne du Corcovado, en pensant – raconta-t-il plus tard – « Quel beau piédestal pour une statue de notre Seigneur ». L’initiative avait reçu le soutien de la princesse Isabel, la fille de l’Empereur, mais elle tourna court avec l’avènement de la République (le 15 novembre 1889) et l’exil de la famille impériale. La séparation de l’Église et de l’État par la première Constitution républicaine du Brésil, en 1891, fut un autre facteur de complication.

En 1921, l’approche du premier centenaire de l’indépendance du Brésil (1822) a été l’occasion de proposer à nouveau la construction d’un monument au Christ Rédempteur, et l’autorisation de construire le monument sur le Corcovado a été accordée le 1er juin 1922. L’année suivante, une campagne de financement a été lancée pour la construction du monument et plusieurs projets ont été présentés.

En 1924, la compagnie de téléphone, avait installé, à  demeure cette fois et en dépit des protestations, une antenne d’émission au sommet du morne. De sa résidence du quartier Botafogo l’ingénieur Heitor da Silva Costa avait noté la forme de l’antenne, en forme de croix dotée de bras horizontaux de 16 mètres, et repris dans cet esprit son projet, qui fut retenu. Il en avait ensuite parlé  avec le sculpteur Paul Landowski à Paris, en 1924: le sculpteur français serait responsable de la construction de la tête et des mains du Christ, et l’artiste plastique brésilien Carlos Oswald de la préparation et de la conception finale du monument. Cette même année avait commencé la préparation du modèle en plâtre de la future sculpture.

La première pierre du monument avait été posée le 4 avril 1922, mais les travaux au sommet du Corcovado n’ont commencé qu’en 1926, entravés par les difficultés du site et du transport du matériel vers le sommet par chemin de fer.

La population de la ville a collaboré volontairement aux travaux en enveloppant de fines doublures de toile des centaines de milliers de pierres triangulaires de stéatite[4] destinées à revêtir la statue. Au passage elles (ce travail ayant été fait principalement par des femmes) ajoutaient souvent des demandes, des bénédictions et des prières derrière chacune de ces pierres, que plus tard les travailleurs ont appliquées en mosaïque sur la statue.

Étape par étape, la construction du Christ Rédempteur

  1. La statue a d’abord été ébauchée en France par le sculpteur français Paul Landowski. Avant que le travail ne soit réalisé en vraie grandeur plusieurs modèles en plâtre avaient été préparés.
  2. Ces éléments ont été transportés de France au Brésil en morceaux: la tête était composée de 50 pièces et chaque main avait 3,2 mètres de long. Une exposition des moulages en plâtre des mains du Christ, sur le modèle préparé par Landowski, a eu lieu sur le Corcovado en 1929.

Figure 6 Main et tête du Christ

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html et http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

  1. Des échafaudages en bois et en fer ont permis aux travailleurs d’avoir accès aux points les plus élevés du chantier. Les différentes parties de Christ ont été progressivement intégrées au châssis métallique monté pour supporter le poids de la statue.

Figure 7 Le Christ dans les échafaudages

http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

  1. La première partie mise en place a été la tête, le Christ étant donc construit de haut en bas. Toutes les parties extérieures ont alors été revêtues de la mosaïque de stéatite, une matière qui, bien qu’elle soit facilement rayée, résiste bien aux variations de température.

Figure 8 Le revêtement de pierre-savon

http://thesevensistersseries.com/cristo-redentor/4590607581 et http://acessoverdade.blogspot.com.br/2014/03/

L’inauguration

En 1931, le jour de la fête de la sainte patronne du Brésil, Nossa Senhora Aparecida, le 12 octobre, le monument a été solennellement inauguré, avec la participation du président Getúlio Vargas (1882-1954), alors chef du gouvernement provisoire, et de Pedro Ernesto (1884-1942), Gouverneur nommé  du District fédéral, comme était alors nommée région de Rio de Janeiro.

Figure 9 Inauguration du Christ

http://ngcanela-news.blogspot.com.br/2012/08/monumento-do-cristo-redentor.html et http://origemdascoisas.com/a-origem-do-cristo-redentor/

Au moment de la consécration toutes les cloches des églises de Rio de Janeiro ont retenti pendant trois minutes. Tout au long de la cérémonie une escadrille de l’aviation militaire a fait des évolutions acrobatiques autour du monument du Christ Rédempteur.

L’inventeur Guglielmo Marconi (1864-1937), le créateur de la télégraphie sans fil, devait allumer, par signal radio émis de son yacht Electra ancré dans la baie de Gênes, les projecteurs prévus pour illuminer le monument la nuit. Les lumières ont finalement été allumées depuis Rio de Janeiro et la population n’a pas pu voir cet éclairage, car un nuage épais enveloppait le Christ Rédempteur.

Caractéristiques du Christ Rédempteur

Hauteur totale du monument – 38 mètres

Hauteur de la statue – 30  mètres

Hauteur de la tête – 3,75 mètres

Longueur de la main – 3,20 mètres

Distance entre les extrémités des doigts – 28 mètres

Poids de la statue – 1 145 tonnes

Poids de la tête – 30 tonnes

Poids de chaque main – 8 tonnes

Poids de chaque bras – 57 tonnes.

 

Les travaux d’amélioration

– En 1943, a commencé une campagne d’expansion des belvédères, et la construction d’escaliers et de murets de protection (existants jusqu’à ce jour). Ce travail a été inauguré le 3 juillet 1945.

– En 1965, lors des célébrations du 4e centenaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été installé et inauguré par le pape Paul VI, depuis le Vatican.

– En 1973, tout le parc national de Tijuca (l’un des plus grands parcs urbains au Brésil, qui inclut le Corcovado) a été classé par l’Institut national du patrimoine (IPHAN).

– En 1979, le chemin de fer a été rouvert après une modernisation complète.

– En 1980, la statue a été rénovée pour recevoir la visite du pape Jean Paul II, qui a dit une messe au pied de celui-ci.

– Depuis l’an 2000, quand il a reçu un nouvel éclairage, le monument et ses accès ont fait l’objet d’un processus de revitalisation. Le point culminant a été l’ouverture de l’accès mécanisé, avec trois ascenseurs panoramiques et quatre escalators en 2003, au profit des personnes âgées et handicapées.

Figure 10 Travaux de réparation

http://randomenthusiasm.com/7903354-the-brave-men-who-repair-christ-the-redeemer-statue-have-the-sca

– En 2010, la mosaïque en stéatite couvrant la statue a été restaurée, on a supprimé la patine biologique (champignons et autres micro-organismes) qui s’y était peu à peu formée. Ont été également réparés les paratonnerres situés sur la tête et les bras de la statue, fréquemment frappés par la foudre en raison de la position de la statue.

Figure 11 Un éclair frappe le Christ

http://epicpew.com/breathtaking-images-jesus-christ-the-redeemer/

– Le 1er mars 2011, date anniversaire de la ville de Rio de Janeiro, un nouvel éclairage a été inauguré, formé de 300 projecteurs à LED de dernière génération, donnant  la possibilité de créer différents effets de couleurs. Le Christ a ainsi été illuminé en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris de novembre 2016.

Figure 12 Le Christ en bleu-blanc-rouge après les attentats de Paris

Antonio Scorza, O Globo, http://blogs.oglobo.globo.com/agora-no-mundo/post/cristo-redentor-ganha-iluminacao-especial-com-cores-da-bandeira-da-franca.html

La statue a finalement connu une double consécration, nationale et internationale qui a définitivement assis son statut d’icône : en 2005 la statue a été classée par l’Institut du patrimoine historique et artistique (IPHAN), entrant ainsi dans le patrimoine historique et culturel du Brésil. Et en juillet 2007, le Christ Rédempteur a été élu l’une des sept merveilles du monde lors d’une élection populaire[5] qui a rassemblé plus de 100 millions de voix. Dans le résultat final, le Christ était à la troisième place, derrière la Grande Muraille de Chine et Petra, en Jordanie, devant des monuments connus dans le monde entier comme Machu Picchu, le Colisée de Rome et le Taj Mahal d’Agra.

Bibliographie

Antônio Sérgio Ribeiro, Cristo Redentor: 80 anos de um símbolo, 11/10/2011, http://www.al.sp.gov.br/noticia/?id=310849

Cristo Redentor, http://www.clebinho.pro.br/wp/?p=3140

História do Cristo Redentor, Tudo sobre engenharia e construção civil, http://www.meiacolher.com/2015/02/historia-do-cristo-redentor-fotos-da.html

Inauguração do Cristo Redentor, http://brasilianafotografica.bn.br/?p=2602

[1] Le premier est Notre-Dame de Paris, (12 millions de visiteurs). Puis viennent 2) la Grande Muraille de Chine (9 millions), 3) l’Opéra de Sydney (7,4 millions), 4) la Tour Eiffel (6,7millions), 5) le Lincoln Memorial de Washington(6 millions), 6) le Colisée de Rome (5,11 millions), 7) la Statue de la Liberté de New York (4,24 millions), 8) l’Alhambra de Grenade (3 millions), 9) les pyramides de Gizeh, en Egypte (3 millions), et derrière lui 11) le Taj Mahal d’Agra, en Inde (2,5 millions) http://www.tourism-review.fr/les-dix-monuments-les-plus-visites-dans-le-monde-news3748#wV3UPSgPR0xSfzkz.99

[2] http://g1.globo.com/turismo-e-viagem/noticia/parques-nacionais-registram-recorde-de-visitantes-pelo-10-ano-consecutivo.ghtml

[3] Que les premiers occupants de la baie, des Français menés par Nicolas Durand de Villegaignon avaient baptisé « Le Pot de Beurre », sans doute par nostalgie de la Normandie dont beaucoup étaient issus.

[4] Roche tendre principalement composée de talc, plus connue au Brésil comme « pierre-savon » et très utilisée par l’artisanat car elle est facile à graver et sculpter

[5] Organisée par la Fondation New 7 Wonders

La conquête de l’État de São Paulo vu par des cartes anciennes (1837-1932)

Alors que l’État de São Paulo, aujourd’hui peuplé de plus de quarante millions d’habitants est devenu le centre de gravité de l’économie brésilienne, il peut paraître étrange de lire sur des cartes de son territoire à la fin du XIXe siècle les mentions « territoire inconnu », « terres peu explorées », « terres inhabitées », voire « terrains occupés par des indigènes féroces ». C’est que sa très rapide croissance démographique (tableau 1) et économique ne s’est produite qu’après l’arrivée des chemins de fer qui ont permis l’exportation en masse du café et le déclenchement d’une conquête pionnière de tout l’ouest de l’État, dans des zones en effet encore peuplées uniquement d’Indiens (ceux qui avaient échappé aux raids des chasseurs d’esclaves) près de quatre siècles après l’arrivée des Portugais, en 1500.

Rassembler et observer une série de cartes anciennes (datées de 1837 à 1910) permet d’observer  cette avancée du peuplement, de la vague pionnière du café et des chemins de fer qui en ont assuré la logistique, série à laquelle ont  été ajoutées deux images produites au moment où l’État, enivré par son succès, avait envisagé de se séparer du Brésil et de prendre son indépendance.

Tableau 1 Population de l’État de São Paulo et du Brésil

 

État de

São Paulo

Brésil Proportion

(%)

1872 837 354 10 112 061 8,28
1890 1.384 753 14 333 915 9,66
1900 2 282 279 17 318 556 13,18
1920 4 592 188 30 635 605 14,99
1940 7 180 316 41 236 315 17,41

Source: recensements démographiques

La première carte représente la Province de São Paulo au début de l’Empire (1822-1889). En février 1835, les membres de l’Assemblée législative provinciale de São Paulo ont approuvé le projet de produire une carte de la Province. Deux ans plus tard, en 1837, a été publiée la « Carte chorographique de la province de São Paulo », conçue par Daniel Peter Müller, maréchal retraité du corps des ingénieurs. La carte a été lithographiée à Paris et, selon Cavenaghi (2006), elle a été la première forme officielle de représentation et de promotion de l’image du territoire de la Province (État après 1891). C’est un témoignage cartographique rare de la Province quand  elle incluait encore le Paraná, qui a obtenu son indépendance en 1853. Sa population était à l’époque de 326 000 habitants, moins du centième de sa population actuelle. C’est sur cette carte qu’apparaît pour la première fois dans l’Ouest la mention “Sertão Desconhecido“, (sertão inconnu), le sertão étant l’équivalent de la brousse africaine, de l’outback australien, du bled algérien ou de la wilderness américaine, des régions de l’intérieur des terres, peu peuplées, mal connues et encore assez mystérieuses.

Figure 1 Daniel Pedro Müller, Mappa Chorographico da Provincia de São Paulo (1837)

Paris: Alexis Orgiazzi, c.1841. 1 mapa: 148 x 140 cm. Acervo do Arquivo Público do Estado de São Paulo. Fundo IHGSP, http://lemad.fflch.usp.br/node/3826

La deuxième carte est extraite du premier atlas géographique de l’Empire brésilien, publié en 1868 par Cândido Mendes, le premier au Brésil, dont la figure 2 représente la province de São Paulo. On notera non seulement qu’elle est littéralement « orientée » (le haut de la carte correspond à l’Est, pas au Nord et que la planche inclut des plans des villes de São Paulo et Santos (le port principal), mais aussi que cette fois les régions occidentales sont présentées comme des « terrains occupés par des indigènes féroces »  (Terrenos occupados pelos indígenas feroses).

Figure 2 Cândido Mendes, Provincia de São Paulo, Atlas do Império do Brazil, 1868

Les premières cartes modernes de la Province ont été publiées à partir du milieu des années 1870. Jules Martin[1] en a lancé trois éditions différentes en 1875, 1876 et 1877. La Carta Ilustrada da Província de São Paulo, en 1875, fut la première image du territoire largement diffusée. Les journaux soulignaient que ce serait la carte existante la plus complète de la Province, et qu’elle serait corrigée et complétée par diverses données. La vente était proposée en deux formats, de prix assez élevé, sur papier et sur tissu, la seconde étant destinée aux voyageurs.

L’année suivante, en 1876, la même carte était vendue sous le titre « Guide des voyageurs dans la Province de S. Paulo », cette fois à un prix plus abordable. Comme la carte imprimée sur tissu, le titre indique bien l’intention de Martin et le format répond à cette demande puisque, une fois repliée, elle a un format commode de 15,2 sur 10,4 cm. Le voyage est en effet un facteur crucial pour la production de la plupart des cartes de cette époque, et celle-ci est directement liée à l’expansion des chemins de fer, les entreprises ferroviaires ayant commandé de nouvelles études géographiques afin de construire leurs lignes.

Sur cette carte, tout en indiquant la topographie, les rivières et les villes de la Province, Martin décrit en trait plein les chemins de fer construits et par des lignes pointillées ceux qui sont prévus. Traversant au nord-ouest tout le « territoire inconnu », vers les Provinces de Goyaz (aujourd’hui Goiás) et Minas Geraes (Minas Gerais), elles sont ainsi une première manifestation  d’un aspect récurrent des cartes produites par Martin, la projection d’éléments futurs dans ses images. La mention « Terrenos Desconhecidos » (Terres inconnues) continue à y remplir une grande partie du territoire, mais de nouvelles villes y apparaissent comme Araraquara, Jaboticabal et Barretos, étapes de la «marche civilisatrice» vers la région nord-ouest de la province. La représentation du Rio Grande, la frontière entre les Provinces de São Paulo et du Minas Gerais, était loin d’être une réalité cartographique précise, mais reflétait le besoin de montrer l’extension réelle du territoire.

Martin produit enfin, en 1877, une nouvelle version de la carte de la Province la « 3e édition corrigée, agrandie et illustré avec 30 vues des principaux édifices de la capitale et tous les chemins de fer ». Il propose d’envoyer la carte aux acheteurs par la poste, sans frais supplémentaires, ce qui suppose qu’il vise un marché plus large que la seule ville de São Paulo. La cartographie de São Paulo avait donc commencé, dans le dernier quart du XIXe siècle, à attirer l’attention d’un plus grand nombre d’utilisateurs, et il est significatif que Jose Maria Lisboa ait publié en 1878 une nouvelle carte provinciale de Martin en pièce jointe à son Almanach Litterario. Elle avait pour but de promouvoir la représentation de la Province telle qu’elle était connue à ce moment et Lisboa a toujours soutenu que la plupart des documents publiés dans le ses almanachs était actualisés grâce à la collaboration de ses lecteurs, avec qui était en contact par correspondance. Un almanach est en effet un ouvrage de consultation permanente, qui contient des informations sur le calendrier religieux, les horaires des trains, entre autres, et était vendu à  un prix accessible à une grande partie de la population

Figure 3 Jules Martin, Carta da Provincia de S.Paulo (1877)

Litografia, 32cm x 21cm (LISBOA, 1983, p. 208). http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

La carte de la province de São Paulo 1882 de Claudio Lomellino de Carvalho présente une caractéristique différente de ses prédécesseurs depuis Müller, elle réduit la partie de la province classée comme «inconnue». Le mot sertão n’est plus présent, la désignation retenue est plus neutre que celle de Candido Mendes en 1868 et s’adapte aux exigences de la mise en valeur. Ces zones inconnues sont classées comme «terrains», ce qui indique une possibilité de possession et de colonisation, il n’est plus question de la menace des indigènes.

Figure 4 Provincia de S. Paulo, Cláudio Lomellino de Carvalho (1882)

Acervo da Biblioteca da Faculdade de Economia, Administração e Contabilidade da Universidade de São Paulo, São Paulo, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

La « Carta da Provincia de São Paulo » a été établie par C. D. Rath em 1877, em noir et blanc. Cette version colorisée a été produite par le gouvernement provincial en 1886 et faisait partie de la « Carteira do Viajante » (Portefeuille du voyageur). Les régions non encore occupées du nord-ouest sont qualifiées de « sertão pouco conhecido e ocupado pelos indígenas » (« brousse peu connue et occupée par les indigènes ». Le choix de nuances de bleu pour les Provinces voisines comme pour la mer donne l’impression que celle de São Paulo est une île.

Figure 5 Carta da Provincia de São Paulo, C. D. Rath (1886)

http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

L’expansion des plantations de café a déclenché un long processus de croissance économique et sociale qui a duré plus d’un siècle. Intensifiée par la construction de chemins de fer, à partir de 1866, elle a été responsable de l’occupation de grandes zones de l’Ouest de São Paulo et de la fondation des dizaines de villes, à mesure de l’avancée des rails. La carte de la Province São Paulo de 1886, organisée par la « Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo » (Société pour la promotion de l’immigration à S. Paulo) était destinée à faire de la publicité pour attirer des immigrants dans les nouvelles zones d’occupation. Le document fait apparaître les chemins de fer et mentionne la distance de chaque ville par rapport au port de Santos, des données climatiques et des informations sur la géographie. Tout le nord-ouest de la Province est caractérisé comme « terres inhabitées », bien qu’y vivent encore quelques Indiens.

Figure 6 Mappa da Provincia de São Paulo mandado organisada pela Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo (1886)

Acervo Apesp, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

La figure 7 est un extrait d’une carte du Brésil, publiée en 1892, peu après la proclamation de la République (1889). Les lignes de chemin de fer y sont bien visibles, le nord-ouest de l’État est indiqué comme « Terrenos pouco explorados » (ce qui peut se traduire tant par « terres peu explorées » que par « terrains peu exploités »). La population de l’État était alors d’un peu moins de 1,4 millions d’habitats sur les 14 millions que comptait le pays.

Figure 7 Mapa extraído da Carta da Republica dos Estados Unidos do Brazil (1892)

http://www.historia-brasil.com/mapas/1892/imagens/brasil-1892.jpg

Au début du XXe siècle a commencé un nouveau cycle migratoire de grande intensité, marqué en particulier par l’arrivée d’Italiens, d’Allemands, d’Espagnols et de Japonais (dont le premier groupe arriva en juin 1908). Toute une infrastructure avait été mise en place pour les recevoir au port de Santos et les transporter directement vers les plantations de café et d’autres zones agricoles de São Paulo et d’autres États du Sud. En janvier 2008, le Secrétariat à l’Agriculture de l’État de São Paulo a lancé la publication mensuelle, O Immigrante, en portugais, espagnol, français, anglais, italien, allemand, polonais et ancien letton, avec des photos prises sur le parcours des immigrants du port de Santos vers les fermes et les colonies de l’intérieur. La couverture porte une carte de facture médiocre où le contour de l’État est très approximatif mais où du moins sont représentés les courants migratoires convergeant vers São Paulo. Les Paulistes étaient alors 2,3 millions sur 17 millions de Brésiliens.

Figure 8 couverture de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Sur la carte qui figure dans ce premier numéro de O Immigrante (figure 10) se détachent les colonies déjà installée ou en projet, les chemins de fer construits, en construction ou en projet. L’un d’entre eux traverserait de bout en bout la région nord-ouest, devenue « zona pouco conhecida » (zone peu connue). De part et d’autre de la carte des carrés de couleur situent la superficie de l’État de São Paulo et la population du Brésil par rapport à celles de pays européens.

Figure 9 Carte extraite de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Exemplar no acervo do Arquivo do Estado de São Paulo, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

Sur la carte de l’Atlas de Francisco Ignacio Homem de Mello, de 1909 (figure 8), apparaît désormais la vallée du Paranapanema, au sud, rapprochant ainsi le format de l’État de São Paulo de ce qu’il est représenté aujourd’hui. La connaissance du territoire progresse, notamment dans la région du nord-ouest, qui n’est plus une terra incognita. Y apparaît São José do Rio Preto, fondée officiellement en 1852, bien que la ville ait été connue depuis au moins 1858 comme Curato Jaboticabal. Il y a donc clairement une évolution dans la collecte et l’organisation de l’information cartographique, et une préoccupation visible de la délimitation des territoires des Provinces.

La production de café avait alors déjà occupé une longue bande sud-nord, à la lisière entre le territoire officiellement connu et la frontière pionnière, et il était nécessaire de montrer les zones conquises et de faire disparaître les derniers « blancs » de la carte. Sont identifiées les routes maritimes reliant le port de Santos aux principales villes du pays et du monde entier, les chemins de fer existants, en cours d’exécution et à l’étude, les principales colonies agricoles et diverses statistiques économiques.

Figure 10 Francisco Ignacio Homem de Mello, Estado de São Paulo, 1909

Gravé por A. Simon – Paris. Impressão litográfica, 32cm x 50cm, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Sur la remarquable carte de 1910 publiée (en français) par la Commission Géographique et Géologique de São Paulo (figure 11) sont distinguées les zones encore en forêts et les différentes déjà implantées: café, canne à sucre, coton, riz et autres. Les chemins de fer des différentes compagnies (Paulista, Mogiana, Sorocobana, Noroeste) sont distinguées par un code de couleur, ce qui fait apparaître leurs zones d’influence, dont Pierre Monbeig (1937 et 1952) a bien montré qu’elles étaient âprement disputées. L’exemplaire dont a été tirée la figure est conservé à la National Diet Library, la bibliothèque de la Chambre des Députés du Japon, pays qui envoyait alors de nombreux migrants vers São Paulo. Il a été scanné et publié à haute définition, ce qui permet d’en observer les moindres détails.

Figure 11 Carte générale de  l’État de São Paulo, Commission Géographique et Géologique de São Paulo (1910)

Lith. Laporte et Dosse, Anvers, Copyright © 2009- National Diet Library. Japan. All Rights Reserved, http://www.ndl.go.jp/brasil/data/R/010/010-001r.html

Au cours de la República Velha (Ancienne République, 1889-1930), l’occupation de  l’intérieur s’est intensifiée et a atteint les limites ouest et nord de l’État. La population de l’État a doublé de 1900 à 1920 (passant de 2,3 à 4,6 millions d’habitants et elle serait de 7,2 millions en 1940). Dans le même temps 109 communes ont été créées, soit près du double du nombre antérieur, et l’on avait atteint le nombre de 224 en 1930. Outre l’expansion continue de la production de café, le  motif principal de la création de nouvelles communes était la plus grande autonomie dont elles jouissaient désormais avec l’élargissement de leurs compétences et la hausse de la perception des impôts.

L’État de São Paulo voit donc s’accroître sa puissance économique et son poids politique, au point de dominer, en partie, le pouvoir central. Celui-ci était alors marqué par l’alternance de présidents originaires de São Paulo – représentant les intérêts des planteurs de café – et du Minas Gerais – représentant ceux des éleveurs – et a de ce fait été qualifiée de « politique du café au lait ». Mais en 1930 les Paulistes décidèrent de rompre l’alternance, ce qui déclencha une révolte contre eux d’une coalition d’États et un coup de force mené par Getúlio Vargas, qui s’empara du pouvoir et ne le rendit qu’en 1945.

La période qui a suivi (1930-1945) a donc été marquée par de vives tensions et la tentative, en 1932, de sécession de l’État de São Paulo qui, faute de pouvoir dominer le Brésil, décida de s’en séparer, ce qui donna  lieu à de nombreuses publications à la gloire de l’État, dont la carte routière de la figure 12, ou celui-ci est représenté par une jeune femme, dont le visage est parcouru par les principales routes de la région du café tandis que les régions du nord-ouest sont recouvertes par un foulard aux couleurs du drapeau de São Paulo.

Figure 12 Plano de viaçao de rodagem do estado de Sao Paulo, Revoluçao constitucionalista (1932)

O Diario, http://humanasmogi.blogspot.com.br/2014/02/caminhos-antigos-viii.html

La figure 13 est carte est clandestine, qui a failli causer l’arrestation de son auteur et la fermeture de l’imprimerie. Après la répression de la tentative de sécession de 1932, toute personne qui aurait osé imprimer une carte São Paulo « Constitutionaliste » (comme s’auto-proclamait le mouvement sécessionniste), prenait des risques. Et celle-ci a été retrouvée 45 ans après dans le faux plafond où un imprimeur apeuré l’avait caché. Sur l’original on voit clairement les armées de São Paulo et du reste du Brésil, avec leurs drapeaux et les avions qui menaçaient de bombarder la ville. Dans le coin gauche, entre un bandeirante (les premiers explorateurs – et chasseurs d’esclaves – partis de São Paulo) et un soldat constitutionnaliste, un cartouche porte les mots « Ceci est la véritable carte de la révolution qui a eu lieu à São Paulo dans l’année MCMXXXII ».

En 1972 les éditions Hamburg prirent le contrôle de la Weiss et Cia Ltda, une des plus anciennes imprimeries au Brésil. Comme son bâtiment était vétuste, des travaux étaient nécessaires et quand on enleva le faux plafond on trouva parmi les gravats un rouleau de papiers. Des employés âgés reconnurent, grâce aux initiales JWR écrites dans le coin droit, le travail de Wasth José Rodrigues, le premier illustrateur de Monteiro Lobato. Ils racontèrent qu’une fois la « révolution » terminée, des soldats étaient venus perquisitionner l’imprimerie, car le propriétaire avait été dénoncé pour avoir imprimé une carte « séparatiste ». Les matrices, de lourdes pierres de 30 à 40 kilos, avaient été brisées sur place, mais certaines cartes, des œuvres d’art imprimées en six couleurs (aujourd’hui on en utilise au maximum de quatre) ont été préservées et cachées.

Figure 13 Carte de la période de la Revolução Constitucionalista (1937)

http://vejasp.abril.com.br/cidades/oitenta-anos-revolucao-1932/

La sécession, réprimée militairement, ayant échoué, les élites dirigeantes de São Paulo choisirent un autre chemin, la modernisation de leur État, pour en faire – au lieu de s’en séparer – le plus avancé du pays, ce qui se traduisit entre autres initiatives par la fondation de l’Universidade de São Paulo, l’USP. Les cartes de son territoire furent elles aussi améliorées, notamment après la fondation de l’IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística) et sont aujourd’hui aux normes les plus récentes, mais on ne peut s’empêcher d’avoir la nostalgie du temps où elles portaient des mentions rappelant les hic sunt dracones ou hic sunt leones (« ici il y a des dragon » ou « ici il y a des lions »), expression utilisée par les cartographes romains et médiévaux pour annoter les zones inconnues de leurs cartes.

Sources

Beier, José Rogério, “Os aldeamentos indígenas paulistas na representação cartográfica de Daniel Pedro Müller (1837)”, Oficina de Cartografia Histórica, http://lemad.fflch.usp.br/node/3838

Cavenaghi, Airton José “O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana”, Anais do Museu Paulista: História e Cultura Material, vol.14 no.1 São Paulo Jan./June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Cursos de Turismo e Engenharia de Energia, http://www.rosana.unesp.br/#!/pesquisa/laboratorio-de-patrimonio-cultural/projetos/projeto-memoria-ferroviaria-pmf/documentos—relatorios/mapas/

Exposicao Cenarios  As cidades do interior de São paulo no começo do sculo XX, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

Leite, Mateus Pavan de Moura, Jules Martin : mapas litográficos de São Paulo, http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

Mapa de uma revolução, http://tudoporsaopaulo1932.blogspot.com.br/2013/12/o-mapa-de-uma-revolucao.html

Monbeig, Pierre, “Les voies de communication dans l’État de São Paulo (Brésil)”, Bulletin de l’Association de géographes français, 1937, Vol.14,  N° 102,  pp. 9-16, http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1937_num_14_102_7005

Monbeig, Pierre, Pionniers et planteurs de Sao Paulo, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n° 28, 1952.

O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

[1] Jules-Victor-André Martin (Montiers1832 – São Paulo 1906). Peintre, professeur, architecte, lithographe et entrepreneur, arrivé à São Paulo em 1868, il y monta en 1871 un des premiers ateliers de lithographie qui reçut en 1875 de l’Empereur Pedro II le titre de « lithographie impériale ».

Deux fois mieux que la «Longue Marche», la Colonne Prestes

Nous nous souvenons encore, bien qu’elle ait eu lieu au IVe siècle avant Jésus-Christ, de l’Anabase, la marche des Dix Mille racontée par Xénophon, 2 600 kilomètres de la Mésopotamie à la Mer Noire. La mémoire de la retraite de Russie, en 1812, est encore présente dans nos esprits, mille kilomètres de souffrances dans l’hiver russe. Et qui ne connaît la « Longue Marche », de Mao Zedong, qui a conduit l’Armée Rouge sur 12 000 kilomètres du Jiangxi au Shaanxi ?

Pourquoi, alors, parle-t-on si peu de la Colonne Prestes, qui parcourut de 1925 à 1927 plus de 25 000 kilomètres à travers le Brésil, plus du double de la Longue Marche, près de dix fois l’Anabase et 25 fois la retraite de Russie ? Parce que son principal inspirateur est devenu secrétaire général du Parti Communiste, tout comme Mao Zedong ? Il est certain que cela l’a desservi aux yeux des autorités brésiliennes, notamment sous la dictature militaire (1964-1985). Parce qu’il a au total été vaincu ? Les Dix Mille et Napoléon l’ont été aussi, et ce dernier a causé bien plus de morts. Probablement parce que cette marche a connu moins d’épisodes dramatiques que les trois autres et n’a pas été aussi bien contée que par Xénophon ou les mémorialistes de l’Empereur et du Grand Timonier.

Rappelons d’abord les traits principaux des autres marches, pour mieux comprendre ce que la Colonne Prestes a de différent. On pourra alors la situer dans son contexte, en suivre le parcours, analyser les causes de son relatif échec et sa postérité, pour finir par tenter de mesurer – par des comparaisons – ce que représente cette marche de 25 000 kilomètres.

D’autres longues marches

Les « Dix Mille » (qui étaient en fait un peu plus de 13 000) étaient des mercenaires grecs engagés par Cyrus le Jeune, le second fils de Darius II, qui voulait ravir le trône à son frère aîné Artaxerxès. II fut battu et tué à la bataille de Counaxa, en Mésopotamie à une centaine de kilomètres de Babylone. Bien que vainqueurs des troupes qui leur avaient été opposées, les Dix Mille durent s’échapper et réussirent à rejoindre l’Arménie via les sources du Tigre et de l’Euphrate. La traversée des montagnes arméniennes, en hiver, et de provinces hostiles fut rude, marquée par des combats incessants avec les tribus locales jusqu’à l’arrivée à Trapézonte (actuelle Trabzon) au bord du Pont-Euxin (l’actuelle Mer Noire). Cette épopée nous est connue par l’Anabase, le récit de Xénophon, le commandant de l’arrière-garde de l’armée des mercenaires grecs où il relate le célèbre cri « Thalassa ! Thalassa ! » (« La mer ! La mer !») poussée par les Grecs apercevant le Pont-Euxin à la sortie des montagnes.

Figure 1 La Campagne de Russie de 1812

retraite-russie-_fwnqodeux_c-i3x3cuwfrqtp9g

https://strategietotale.com/forum/64-la-campagne-de-russie/139093-dossier-la-campagne-de-russie-et-la-traversee-de-la-berezina

La retraite de Russie désigne le repli de l’armée napoléonienne depuis Moscou jusqu’en France, en 1812, qui vit mourir la quasi-totalité de l’armée impériale. En donnant l’ordre de repli, le 18 octobre 1812, Napoléon espérait regrouper ses troupes, puis marcher sur Smolensk où il attendrait la fin de l’hiver pour relancer l’offensive. Le 8 novembre, à Smolensk, il ne restait guère plus de 40 000 hommes en état de porter des armes sur les 100 000 partis de Moscou quinze jours plus tôt. Mais ce n’était que le début d’une longue et terrible retraite qui ne s’acheva que l4 décembre, au bout de deux mois et de plus de mille kilomètres de souffrances. Le froid intense de l’hiver, les maladies (dont le typhus, très meurtrier) et les constantes attaques russes, notamment lors de la traversée de la Berezina provoquèrent des milliers de morts. Au total, des 600 000 soldats entrés en Russie, moins de 40 000 en repartirent, comme le montre, sur la figure 3, la différence entre les effectifs à l’aller (épaisseur du trait rose) et au retour (trait noir). Bien que la distance parcourue soit plus faible que dans les autres cas, c’est donc surtout la tragédie humaine qui attire encore l’attention sur la retraite de Russie.

Figure 2 Êvolution des effectifs de l’armée impériale durant la campagne de Russie

retraite-de-russie-minard

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/29/Minard.png

La Longue Marche est un périple de plus d’un an mené par l’Armée rouge chinoise et une partie de l’appareil du Parti communiste chinois pour échapper à l’Armée nationale révolutionnaire du Kuomintang, durant la Guerre civile chinoise. Commencée le 15 octobre 1934, elle prit fin le 19 octobre 1935, et coûta la vie à entre 90 000 et 100 000 hommes des troupes communistes menées par Mao Zedong: 130 000 hommes, avaient percé les lignes du Kuomintang, après une marche d’environ 12 000 kilomètres et la traversée de onze provinces, ils ne furent que 20 000 à 30 000 à arriver en vie. Son coût humain a donc été moindre que celui de la retraite de Russie mais bien plus élevé que ceux de l’Anabase et de la Colonne Prestes.

Figure 3 La Longue Marche chinoise

map_of_the_long_march_1934-1935-en-svg

https://commons.wikimedia.org/wiki/File :Map_of_the_Long_March_1934-1935-en.svg#/media/File :Map_of_the_Long_March_1934-1935-en.svg

Le contexte

La Colonne Prestes a été  mené par des militaires opposants au gouvernement d’Artur Bernardes (1922-1926). Leur «Longue Marche» de 1925-27 a été l’aboutissement d’un mouvement militaire, appelé tenentismo (de tenente, lieutenants). Ce mouvement armé visait à renverser les oligarchies qui dominaient le pays et à développer un ensemble de réformes institutionnelles, telles que le scrutin secret, la défense de l’enseignement public et l’enseignement primaire obligatoire pour toute la population.

Depuis la fin du XIXe siècle, on avait assisté au développement d’un mouvement au sein de l’Armée, qui se voyait comme la véritable responsable de l’établissement de la République. En dépit de cet esprit de corps, ce n’est pas l’Armée dans son ensemble qui a participé aux rébellions qui ont eu lieu dans les années 20. Le mouvement armé a été principalement organisé par des lieutenants avec la participation des sergents, caporaux et soldats, tandis que leadership militaire restait fidèle à l’ordre établi.

Le premier soulèvement militaire a eu lieu à Rio de Janeiro, la révolte des « Dix-Huit du Fort », connu aussi comme « Révolte du Fort de Copacabana », le 5 Juillet 1922.

Figure 4 La « Révolte du Fort de Copacabana »

18-do-forte-original

http://www.osul.com.br/tag/o-civil-dos-18-do-forte-de-copacabana/

En 1924, une nouvelle rébellion s’est produite, cette fois à São Paulo. Après de nombreuses batailles contre les troupes fidèles au gouvernement, les rebelles se sont réfugiés dans l’intérieur de l’État.

Figure 5 La révolte de 1924 à São Paulo

a-coluna-27200

http://revolucaobrasileirade1924.blogspot.fr/p/coluna-prestes.html

La marche de la Colonne Prestes

À São Paulo, devant l’avancée des forces légitimistes qui réprimaient leur soulèvement, les rebelles décidèrent de quitter la capitale de l’État le 28 juillet 1924, amorçant une marche à travers l’État en direction du sud-ouest. Entrant au Paraná, en septembre ils prirent Guaíra et Foz do Iguaçu (où ils établirent leur quartier général).

Dès le début de la campagne du Paraná, certains dirigeants étaient partis pour le Rio Grande do Sul, afin de collaborer avec les officiers engagés dans la préparation de la révolte militaire qui ouvrirait, dans cet État, un nouveau front pour lutter contre le gouvernement. En octobre 1924, le soulèvement y fut finalement déclenché, avec le soulèvement, commandé par le capitaine Luis Carlos Prestes, du 1er Bataillon Ferroviaire, basé à Santo Ângelo. Dans le même temps, d’autres unités s’étaient soulevées dans des villes voisines, São Luís, São Borja et Uruguaiana.

Les forces rebelles du Rio Grande do Sul marchèrent alors vers le nord de l’État, dans le but d’atteindre Foz do Iguaçu et de rejoindre les rebelles de São Paulo. En avril 1925, après avoir traversé l’État du Santa Catarina et une partie du Paraná (livrant avec les troupes loyalistes des combats qui leur firent perdre près de la moitié de leurs hommes), elles arrivèrent à Foz do Iguaçu.

Le 12 avril 1925, la décision fut prise de poursuivre la marche et d’envahir Mato Grosso. Sous le commandement principal de Prestes (chef d’état-major), fut formé ce qui serait connu comme Colonne Prestes, composée de quatre détachements, dirigés par Cordeiro de Farias, João Alberto, Siqueira Campos e Djalma Dutra.

Figure 6 L’itinéraire de la Colonne Prestes

coluna-prestes-2

La Colonne traversa donc le Paraná fin avril 1925 et entra en territoire paraguayen pour atteindre le Mato Grosso. Elle parcourut ensuite le Goiás, le Minas Gerais et revint dans le Goiás. Puis elle continua vers le Nordeste et en novembre atteignit le Maranhão. En décembre, elle entra dans le Piauí et livra à Teresina de sérieux combats avec les forces gouvernementales. En janvier 1926, elle traversa le Ceará, arriva dans le Rio Grande do Norte et en février fit irruption dans la Paraíba, rencontrant à Piancó une résistance sérieuse dirigée par le Père Aristides Ferreira da Cruz, le dirigeant politique local. Après d’âpres combats, la ville fut  occupée par les révolutionnaires.

Poursuivant sa marche vers le sud, la Colonne traversa alors les États de Pernambuco et de Bahia et se dirigea vers le nord du Minas Gerais. Se heurtant à une forte réaction légaliste et devant se réapprovisionner en munitions, le commandement décida de revenir vers le Nordeste en retraversant l’État de Bahia., le Piauí, atteignit le Goiás et enfin revint au Mato Grosso en octobre 1926. Entre février et mars 1927, après une difficile traversée du Pantanal, une partie de la Colonne dirigée par Siqueira Campos arriva au Paraguay, tandis que le reste entrait en Bolivie.

Au vu des conditions précaires où ils se trouvaient, les révolutionnaires de la Colonne décidèrent de s’exiler. Miguel Costa partit pour Libres, en Argentine, tandis que Prestes et deux cents hommes se dirigèrent vers Gaiba, en Bolivie, où ils travaillèrent un certain temps pour une société britannique, Bolivia Concessions Limited. Le 5 juillet 1927, les exilés inaugurèrent à Gaiba un monument à leurs morts. Au cours de leur marche de près de deux ans, ils avaient parcouru environ 25 000 kilomètres.

Figure 7 Prestes et les officiers de la Colonne exilés en Bolivie en 1927

exilados_na_bolivia_271111

http://www.gazetadopovo.com.br/vida-e-cidadania/coluna-prestes-a-maior-marcha-da-historia-mundial-9cwou2kl62j3yr7820ehvt26m

Un mouvement révolutionnaire ?

Les pouvoirs publics considéraient certainement la Colonne Prestes comme un danger. À preuve, les troupes qu’ils ont rassemblées pour la combattre, nombreuses et très diverses, montrant la volonté du gouvernement et des coroneis (les grands propriétaires fonciers) d’éliminer ce foyer de la rébellion. L’Armée, les polices des États, les jagunços (hommes de main des grands propriétaires colonels) et même des cangaceiros (« bandits d’honneur » du sertão, la région semi-aride du Nordeste) ont participé à la lutte. Dans les États économiquement puissants les oligarchies ont constitué des forces policières organisées comme de petites armées, dans les États économiquement faibles les propriétaires ont levé de véritables armées privées.

Dans les villes où elle passait, la Colonne Prestes a en effet suscité non seulement l’attention de la population mais aussi celle des coroneis, qui étaient la cible principale de la critique du mouvement. Se sachant toujours surveillés par les troupes gouvernementales, les rebelles tentaient toujours d’éviter les confrontations directes avec les troupes gouvernementales, par des tactiques de dépistage ou de guérilla si l’affrontement devenait inévitable.

Lors de rassemblements dans les villes temporairement occupées et dans ses manifestes, la Colonne dénonçait la situation politique et sociale du pays, la pauvreté de la population et l’exploitation des pauvres par les dirigeants politiques. Elle n’a toutefois pas réussi à attirer efficacement la sympathie de l’opinion publique, bien qu’à quelques reprises des villes ou des groupes d’hommes aient soutenu le mouvement, et même l’aient rejoint. L’idée de départ était que le mouvement croîtrait en nombre et en force tout au long de la marche, mais elle s’est révélée fausse lors du parcours dans le Nordeste. Dans un environnement naturel difficile, bien contrôlé par les grands propriétaires terriens, elle ne trouva pas dans les masses rurales le support espéré et a donc échoué à atteindre son objectif, étendre la révolution à tout le Brésil. Cette désillusion fait penser à celle que connut quarante ans plus tard Che Guevara quand il tenta, sans succès, de reproduire en Bolivie les mécanismes qui avaient assuré le triomphe de la révolution cubaine, de la Sierra Maestra à La Havane, une erreur qu’il paya de sa vie en 1967.

Des recherches ont été menées sur l’accueil tiède réservé aux révolutionnaires. En 1998, le Centre de recherche et de documentation (CPDOC) de la Fondation Getulio Vargas a ouvert un ensemble de 70 000 lettres, manuscrits et photos de Juarez Távora. Participant à la Révolte Paulista de 1924, Távora a participé avec Prestes et Miguel Costa au commandement de la Colonne. Parmi les documents de ce dossier, il y avait des lettres écrites et reçues par ses dirigeants, qui indiquent que le groupe n’a pas été reçu avec enthousiasme partout où il allait. En apprenant l’arrivée des rebelles, les habitants avaient souvent le réflexe de fuir, par crainte des atrocités dénoncées par les adversaires de la Colonne. Dans son livre Coluna Prestes : o avesso da lenda (1994) Eliane Brum rapporte des témoignages en ce sens de survivants du passage de la Colonne Prestes, après avoir refait 70 ans plus tard, les 25 000 kilomètres de sa marche.

Le mouvement dirigé par Prestes a du moins aidé à dénoncer les problèmes créés par la concentration du pouvoir entre les mains des oligarchies de l’Ancienne République. Le mouvement a ainsi contribué à saper les bases, déjà affaiblies, du système oligarchique et à ouvrir la voie à la Révolution de 1930. Peu de temps après, lors de la période agitée qui a marqué celle-ci, une partie des lieutenants qui avaient participé à la marche de la Colonne ont rejoint le gouvernement dirigé par Getúlio Vargas.

La marche a également mis en avant la personne de Prestes. Il a été surnommé « chevalier de l’espérance » dans la lutte contre les puissances dominantes de la bureaucratie et des élites. Il ne fut pas le principal dirigeant de la Colonne, mais il était le cerveau, défendant la liberté politique, le scrutin secret et la justice sociale. En 1927, alors que de nombreux combattants étaient restés en exil en Bolivie, il rejoignit l’Argentine, où il prit une orientation politique plus claire en rejoignant le Parti communiste Brésilien (PCB), puis a séjourné en Russie de 1931 à 1934, avant de revenir au Brésil comme l’un des dirigeants du Parti communiste brésilien (PCB). De ce fait, il devint une des icônes du mouvement communiste dans le monde et le livre que lui consacra Jorge Amado fut traduit en plusieurs langues, dont le français (figure 9).

Figure 8 Le livre de Jorge Amado sur Luís Carlos Prestes et as traduction française

jorge-amado-br-et-f

http://librairie-entropie-paris.blogspot.com.br/2014/02/jorge-amado-le-chevalier-de-lesperance.html

Postérité

Une des traces les plus visibles de la Colonne est le mémorial qui lui a été consacré à Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, le dernier créé au Brésil, en 1988, par sa séparation du Goiás.

Figure 9 Le Mémorial à la Colonne-Prestes e aux « 18 du Fort » à Palmas

A6CF66 Museum Palmas Tocantins Brazil
A6CF66 Museum Palmas Tocantins Brazil

http://secom.to.gov.br/noticia/222692/ et http://www.viajenaviagem.com/2012/09/vnvbrasil-rumo-ao-jalapao-uma-aventura-offline

Cette construction a été voulue par José Wilson Siqueira Campos, le premier gouverneur de l’État, après avoir été un des plus ardents promoteurs de sa création. Il a conçu et mis en œuvre un important programme de travaux qui ont donné à Palmas son allure de vraie capitale dÉtat. Oeuvre de l’architecte Oscar Niemeyer, le mémorial a été construit en 2000 (et a ouvert le 5 octobre 2001). Le gouverneur voulait ainsi honorer l’un des leaders de la colonne, Antonio de Siqueira Campos, qui a participé  au mouvement des lieutenants depuis la Révolte des Dix-Huit du Fort de Copacabana, en juillet 1922.

La rampe d’accès à l’entrée et à la sculpture en bronze est de couleur de rouge, pour représenter le sang versé pour leur pays et sa forme de faucille symbolise le communisme. Le mémorial raconte l’histoire de la Colonne Prestes et de ses membres, par des photographies, des documents et des objets personnels. Le monument aux Dix-Huit du Fort est composé de dix-huit sculptures de deux mètres de haut, en l’honneur des héros de l’insurrection.

25 000 kilomètres…

Sans revenir sur son sens et sa postérité politiques on ne peut qu’être impressionné par l’exploit que représente cette marche de 25 000 kilomètres, dans des régions mal connues, sans vraies routes et ponctuée de combats parfois violents.

Pour s’en faire une idée, on peut se demander ce que ces kilomètres représenteraient au départ de Paris: ils permettraient (figures 11 et 12) d’aller vers l’Est jusqu’à Vladivostok (Russie)  et vers le Sud jusqu’au Cap (Afrique du Sud), dans les deux cas un peu moins ou un peu plus de 12 000 kilomètres, et d’en revenir…

Figure 10 Paris-Vladivostok, 11 916 km

paris-vladivostok

Source : Google Maps

Figure 11 Paris-Le Cap, 12 835 km

paris-le-cap

 

Pour rester em Amérique du Sud, une distance égale à celle parcourue par la Colonne Prestes lui aurait permis, em partant comme elle de Santo Ângelo de faire pratiquement le tour du continent: de Santo Ângelo à Ushuaia (4 102 km), d’Ushuaia à Bogota (9 545 km), de Bogota à Fortaleza, via Manaus (7 678 km) et finalement de Fortaleza à Santo Ângelo (4 160 km), soit un total de 25 485 kilomètres.

Figure 12 Le tour de l’Amérique du Sud en 25 000 km

tour-amerique-du-sud

Source : Google Maps

On peut être effaré par ces chiffres, voire pris de doutes, mais si l’on divise la distance parcourue par le nombre de jours écoulés du début à la fin de la marche (814 jours du 12 avril 1925 au 5 juillet 1927), la moyenne parcourue par jour est de 31 kilomètres. C’est curieusement (mais pas si curieusement, si l’on considère que dans les deux cas il s’agissait d’hommes bien entraînés) le même chiffre auquel parvient, pour les marcheurs de l’Anabase, Marcel Gabrielli (1995), dans un article qui fait partie d’un numéro thématique de la revue Pallas « Dans les pas des Dix-Mille »:

« Donc, si l’on excepte les jours de retard, l’armée a mis 85 jours pour parcourir 522 parsanges, soit environ 2 600 kilomètres. Donc, une moyenne d’environ six parsanges par jour, c’est-à-dire 30 kilomètres environ par journée de marche ».

Ainsi donc, si l’on ose dire, la boucle est bouclée, de l’Anabase aux marcheurs de la Colonne Prestes, à cela près que ceux-ci, eux, n’ont jamais atteint la mer, ni leur but ultime, rendant leur exploit inutile, et en cela même peut-être plus impressionnant encore.

Bibliographie

Colonne Prestes

A Coluna Prestes, http://www.historianet.com.br/conteudo/default.aspx ?codigo =296

Brum, Eliane ; Coluna Prestes : o avesso da lenda ; Editora Artes e Ofícios, 1994

Coluna Prestes, https://pt.wikipedia.org/wiki/Coluna_Prestes

CPDOC-FGV, Coluna Prestes, http://cpdoc.fgv.br/producao/dossies/AEraVargas1/anos20/CrisePolitica/ColunaPrestes

Duarte, Lidiane, Coluna Prestes, http://www.infoescola.com/historia/coluna-prestes/

Marin, Richard, « La longue marche de la Colonne Prestes ou l’épopée d’un échec (octobre 1924 février 1927) », Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Année 1986, Volume 47, Numéro 1, pp. 65-81, http://www.persee.fr/doc/carav_0008-0152_1986_num_47_1_2285

Prestes, « Brésil, Anita Leocádia, Les 90 ans de la Colonne Prestes », Interview http://www.tlaxcala-int.org/article.asp ?reference =13769

Rafael Policeno de Souza, “A Coluna Prestes : uma abordagem necessária”, Revista Historiador Número 03, Ano 03, Dezembro de 2010 (PDF).

Sousa, Rainer Coluna Prestes, http://mundoeducacao.bol.uol.com.br/historiadobrasil/coluna-prestes.htm

Steinmetz, Muriel, « Retour sur le passé révolutionnaire du Brésil, Entretien avec Fernando Morais », L’Humanité, 16 Avril, 2015, http://www.humanite.fr/retour-sur-le-passe-revolutionnaire-du-bresil-571442

Autres grandes marches

Gabrielli, Marcel « Transport et logistique militaire dans l ‘Anabase », Pallas 1995 Volume 43 Numéro 1 pp. 109-122, http://www.persee.fr/doc/palla_0031-0387_1995_num_43_1_1365

Guillermaz, Jacques Histoire du Parti communiste chinois. Des origines à la conquête du pouvoir (1921-1949), Payot & Rivages, 2004.

La Longue marche, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_Marche

Napopedia, La Campagne de Russie, http://www.napopedia.fr/fr/Campagnes/russie

Retraite de Russie, https://fr.wikipedia.org/wiki/Retraite_de_Russie

Sun Shuyun, La Longue Marche, J.-C. Lattès, 2006.

Xénophon, Anabase, https://fr.wikipedia.org/wiki/Anabase_(X %C3 %A9nophon)