Archives de catégorie : Cartes

Santana de Parnaíba, berceau des bandeirantes

 

Santana de Parnaíba est une commune de l’État de São Paulo, peuplée d’environ 110.000 habitants, qui fait partie de la “zone métropolitaine” de la capitale. Il ne s’agit toutefois pas d’une banale commune de sa lointaine périphérie de la ville-centre (distante d’un peu plus de 40 km) mais d’une localité qui a connu une histoire tout à fait particulière comme « berceau des bandeirantes », comme le proclame fièrement un panneau signalétique à l’entrée de son centre historique bien préservé (figure n°1).

Figure n°1 Santana do Parnaíba, berceau des bandeirantes

Santana de Parnaiba

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

Santana de Parnaíba, porte do sertão

La ville était un point de départ important de bandeiras, des expéditions partant vers le sertão[1], dont les principaux objectifs étaient à la recherche de main d’œuvre indigène et la lutte contre les tribus indiennes hostiles ou les quilombos[2] à la demande de la couronne portugaise. Sans que cela ait été explicitement leur but, elles ont en outre contribué à la défense et l’expansion du territoire brésilien[3], dépassant les limites fixées par le traité de Tordesillas[4].

La plupart de ces expéditions ont suivi le cours du Tietê, en raison d’une particularité de son parcours, qui traverse pratiquement tout le territoire de l’État d’est en ouest, depuis la Serra do Mar, sur la côte atlantique, jusqu’au Paraná, à l’extrême ouest de l’État. Bien que sa source se situe à moins de 22 km de l’océan, dans les contreforts de la Serra do Mar (dans la commune de Salesópolis, à 110 km à l’est de São Paulo et à environ 1120 m d’altitude), ses eaux coulent sur plus de 1 000 km vers l’ouest avant de se jeter dans le Paraná, parcourant au total une distance de 3 700 km jusqu’à atteindre la mer dans l’estuaire du rio de la Plata.

Pendant de nombreuses années, la rivière a été la seule voie d’accès à l’intérieur de la province de São Paulo et, bien que non navigable en certains endroits, elle est devenu le moyen le plus rapide pour atteindre l’ouest de la province, et de là des régions plus lointaines.

Figure n° 2 Localisation de Santana de Parnaíba

Localisation 3

Source : Google maps

Située sur les rives du Tietê, Santana de Parnaíba a une situation stratégique car elle était le point où la rivière cessait d’être navigable pour qui venait de São Paulo de Piratininga, à cause d’une grande chute d’eau connue sous le nom « chute de l’enfer ». De ce point de la rivière ne pouvait être parcourue à nouveau que 50 km plus loin, en aval du port d’Utu Guaçu, ou Salto Grande, autour duquel ont été fondées les villes de Salto et Itu. Le nom de la ville reflète exactement cette situation, il résulte du rapprochement du nom de la sainte pour laquelle la fondatrice de la ville avait une dévotion particulière – Santa Ana – avec le mot indien Parnaíba qui signifie « rivière non navigable ». Santana de Parnaíba était donc un inévitable point de rupture de charge pour les expéditions qui se dirigeaient vers l’intérieur des terres, ce qui a favorisé lors la période coloniale le contrôle de l’accès à l’hinterland.

Les origines

La fondation de Santana de Parnaíba[5] a eu lieu au tout début du processus d’occupation du territoire brésilien, qui a commencé dans la région avec la fondation en 1532 (par Martim Afonso de Souza), de la première vila[6] brésilienne, São Vicente, sur la côte du futur État de Sao Paulo. Santana de Parnaíba est née du temps de Mem de Sá, le troisième gouverneur général du Brésil, le premier à s’installer dans la région étant Manuel Fernandes Ramos, membre d’une expédition menée en 1561 par Mem de Sa pour explorer l’arrière-pays, en descendant le Tietê, à la recherche de l’or et de métaux précieux. Il construisit une ferme et une chapelle en l’honneur de Saint Antoine, mais elles ne résistèrent pas aux constantes inondations. Après sa mort, en 1589, son épouse Suzana Dias et ses 17 enfants se sont installés sur place, créant l’embryon d’un village et érigeant en 1580, une nouvelle chapelle, cette fois en l’honneur de Santa Ana.

Le 14 novembre 1625 le village qui avait grandi autour de la chapelle a été élevé à la catégorie de vila, démembrée de São Paulo, devenant la troisième vila fondée sur le plateau. Elle avait alors une grande extension territoriale, englobant toutes les terres jusqu’au Paraná. En plus de la famille Fernandes, d’autres pionniers, grands propriétaires terriens et leurs esclaves, étaient alors installés dans la région, comme Fernão Dias Paes, avec près de 5 000 Indiens et les frères Ferdinand et Pero Vaz de Barros, ce dernier fondateur de la ville de São Roque. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Santana de Parnaíba a connu un grand développement à la fois comme l’une des principales régions minières de la capitania[7] et comme exportatrice de main-d’œuvre indigène, capturée par les bandeiras, vers les autres capitanias, ce qui la mettait souvent en conflit avec les jésuites.

Les chemins des bandeirantes vers le sertão

On peut considérer le capitaine André Fernandes (1578 – 1648) comme le premier grand nom du bandeirismo de Santana de Parnaíba. Considéré comme co-fondateur de la ville (avec sa mère, Suzana Dias), c’était l’un des principaux chasseurs d’Indiens de première moitié du XVIIe siècle. Il a parcouru le Goiás, explorant les rives de l’Araguaia, le Paraná, le Rio Grande do Sul, le Mato Grosso do Sul et le Paraguay.

  • Belchior Dias Carneiro (1554-1607), frère de Suzana Dias, a trouvé de l’or au lieu-dit Voturuna, à Santana de Parnaiba, et a parcouru le Goiás, pour combattre combat les Indiens Caiapós, et est mort dans le sertão en 1608.
  • D’autres fils du bandeirante Manoel Fernandes Ramos, Baltazar et Domingos Fernandes (respectivement fondateurs de Sorocaba et d’Itu), ont contribué à la maîtrise de l’accès au Sud et au Centre-Ouest du pays. Entre 1613 et 1615, les trois frères (André, Baltazar et Domingos) parcoururent l’intérieur du Goiás sur les rives de la rivière Paraupava (affluent de l’Araguaia), fondant en chemin de nombreuses villes.
  • Pedro (ou Pero) Barros Vaz (1580-1644) était le chef de l’avant-garde de l’expédition d’Antônio Raposo Tavares et Manuel Preto sur les rives du Parapanema et contre les missions jésuites des Sete Povos das Missões.
  • Fernão Dias Paes (1608-1681) a parcouru les actuels États du Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul. Une de ses bandeiras, qui partit le 21 juillet 1674, a passé sept années à explorer le sertão du Minas Gerais. À la recherche d’argent et d’émeraudes, il a exploré le nord-est de l’État, fondant de nombreux villages sur son chemin pour produire haricots, manioc et maïs. Bien qu’il soit mort en pensant avoir trouvé des émeraudes, alors qu’en fait il s’agissait de tourmalines, des membres de sa bandeira ont continué son œuvre, réalisant une reconnaissance importante pour l’intégration du territoire colonial. Et en 1690, ils trouvèrent de l’or à dans la région d’Ouro Preto et de Mariana.

Figure n° 3 Images des bandeirantes

Bandeirantes

1e image Debret https://historiajacarei.wordpress.com/page/3/. 2e image http://prof-tathy.blogspot.com.br/2012/09/bandeirantes.html. 3e image Debret , sous-titrée « Sauvages civilisés soldats indiens de la province de Coritiba ramenant des sauvages prisonnières », https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ec/Indian_Soldiers_from_the_Coritiba_Province_Escorting_Native_Prisoners.jpg

  • Antonio Raposo Tavares (1598-1658) a commencé en 1648 une expédition qui dura trois ans, parcourant plus de 10 000 km par voie de terre et en suivant les cours d’eau. Il a relié les bassins du Paraguay et du Paraná à celui de l’Amazone, atteignant le Rio Guaporé, puis descendant le Mamoré et le Madeira, jusqu’à atteindre l’Amazone, le suivant jusqu’à son embouchure dans l’état actuel du Pará (figure 4). Cette expédition, entreprise à la demande du roi du Portugal, a ébauché la cartographie des principaux fleuves brésiliens et d’une large partie du territoire national, faisant la jonction de deux axes de pénétration, les bandeiras du sud et les entradas du nord. Elle a fourni des informations qui ont permis, plus de cent ans plus tard, au diplomate Alexandre de Gusmão, représentant du Portugal, de négocier avec l’Espagne les limites territoriales fixées par le traité de Madrid, en 1750.

Figure n° 4 Bandeiras et frontières

Bandeiras et frontieres lieu

  • Bartolomeu Bueno da Silva (1608-1681, surnommé le premier Anhanguera, (« Le vieux démon »), né en Santana de Parnaíba, et en est parti en 1682 avec une nombreuse bandeira, vers l’actuel État de Goiás. Il est notamment connu pour avoir utilisé l’artifice de faire brûler un peu de cachaça[8] en prétendant que c’était de l’eau, pour menacer les Indiens de mettre le feu à leurs rivières.
  • Domingos Jorge Velho (1641-1703) a mené des expéditions qui l’ont conduit dans l’État actuel du Piauí, et a été également à la tête de la bandeira qui détruisit le quilombo de Palmares en 1695, dans l’actuel État d’Alagoas.
  • Pascoal Moreira Cabral (1654-1730), arrière-petit-fils d’André Fernandes, a commandé en 1718, une bandeira contre les Indiens Aripoconé dans le Mato Grosso. En 1719, il a trouvé de l’or sur le Rio Coxipó et fondée Cuiabá, actuelle capitale du Mato Grosso.
  • Le bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (1672-1740), le deuxième Anhanguera, partant de Santana de Parnaíba, a atteint le Goiás par voie terrestre, via le cours supérieur du Rio Paranaíba, dans l’état actuel du Minas Gerais. Il a suivi le cours supérieur du Tocantins et de l’Araguaia, découvert les mines d’or du Goiás, entre 1717 et 1718 et fondé entre 1723 et 1725, le campement de Santana, qui devint plus tard Vila Boa de Goiás, l’embryon de l’État actuel.

Figure n° 5 Représentations du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, dit Anhanguera

Anhanguera

1e image Bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, Luiz Brizzolara – sculpture en marbre de Carrare – Avenida Paulista – Parque Trianon, https://c3.staticflickr.com/3/2347/2325211910_e9b0ba2fc5_b.jpg. 2e image  http://www.sohistoria.com.br/biografias/bartolomeu/. 3e image Anhanguera, http://www.colegioestadualanhanguera.yolasite.com/resources/pintura%20anhanguera%201956.JPG.opt355x473o0,0s355x473.JPG

Les routes ainsi ouvertes servirent ensuite à des expéditions plus massives, appelées moussons (monções), en références aux vents alternés de l’Océan indien, dont les Portugais se servaient dans leur navigation vers les Indes. Ils avaient appris des Arabes que les utiliser facilitait grandement la navigation à l’aller et au retour, pourvu qu’on se plie à leurs rythmes saisonniers et le nom devint celui des expéditions commerciales que ces vents favorisaient.

Ces monções étaient des expéditions fluviales de peuplement et de commerce. La découverte des mines d’or dans les environs de Cuiabá a ouvert une période de grande euphorie et cette fois encore le Tietê était le chemin des aventuriers qui fondèrent des colonies sur ses rives. Le point de départ le plus fréquent était Porto Feliz, près de Sorocaba, en aval de Santana de Parnaíba, après le tronçon non navigable. Le jour du départ on disait une messe pour la réussite de la mission (scène représentée sur la figure n ° 6 par le peintre Almeida junior), car les voyages étaient dangereux et sur ces rivières, plein d’obstacles, se produisaient naufrages, épidémies et attaques d’Indiens. Les monções rassemblaient des dizaines et même des centaines de pirogues, et quand la nourriture embarquée au départ était épuisée, on prenait le temps de planter du maïs dans un champ défriché sur les berges de la rivière, et d’attendre qu’il pousse. Pendant ce temps, on explorait les environs, créant ainsi progressivement des fermes et des villages, points d’appui le long du chemin pour de futures monções.

Figure n° 6 Almeida Júnior, étude pour A Partida da Monção, 1897

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg, http://revistapesquisa.fapesp.br/wp-content/uploads/2015/04/Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg

Au XIXe siècle, Santana de Parnaíba a traversé une période plus difficile, lorsque se sont ouvertes de nouvelles routes reliant São Paulo à d’autres villes sans passer par elle. Elle a également souffert de ne pas pouvoir remplacer la culture de la canne à sucre par celle du café, comme le faisait alors une grande partie de l’État de São Paulo.

En raison de cette stagnation économique – ou peut-être devrait-on dire grâce à elle – la ville a peu évolué, et préservé son patrimoine historique. Ayant conservé beaucoup de ses anciens bâtiments, la ville possède l’un des plus importants ensembles architecturaux coloniaux de l’État, avec 209 bâtiments, ensemble classé en 1982 par le Conseil de défense du patrimoine artistique, archéologique et touristique de l’État de São Paulo (CONDEPHAAT). Avant ce classement global une résidence bandeirista urbaine et une maison du XVIIIe siècle avaient été classés en 1958 par l’Institut du patrimoine, historique, artistique et national (IPHAN). Réunis, ils abritent aujourd’hui le musée principal de la ville.

Le musée Casa do Anhanguera

En octobre 2013, a été rouvert le musée Casa do Anhanguera, après restructuration et intégration avec la voisine Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo. Le bâtiment original, construit en torchis dans la seconde moitié du XVIIe siècle, était la résidence du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (Anhanguera). Le 14 novembre 1962, pour commémorer l’anniversaire de la ville, elle avait été transformée en musée historique et pédagogique, et constitue jusqu’à aujourd’hui un patrimoine d’une grande valeur architecturale et historique. La Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo est une maison de ville du XVIIIe siècle, un exemple typique de bâtiments Sao Paulo avec des murs porteurs en torchis, couverte de tuiles canal, de grandes portes et haute de plafond.

Figure n° 7 Museu Casa do Anhanguera

Musée et maison

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

La maison d’Anhanguera est reconnue comme la seule maison bandeirista urbaine de l’État de São Paulo. Plusieurs facteurs confirment la datation de la maison. Premièrement, elle se distingue en étant une maison de plain-pied, avec toit à trois tombées et avancée en encorbellement, pour ne pas endommager le bâtiment à la saison des pluies. D’autres éléments distinctifs sont la structure des chambranles de portes et fenêtres en bois de canela preta (Ocotea catharinensis) avec conversadeiras[9], l’épaisseur et la structure des murs extérieurs, qui ont été construits en torchis compacté au pilon alors que les murs intérieurs sont de torchis fait à la main. Et enfin un grenier, utilisé pour stocker aliments et ustensiles qui ne sont pas fréquemment utilisés.

Pour être reconnu comme maison bandeirista urbaine il fallait remplir certaines conditions, comme de ne pas avoir de chapelle ni de salle pour recevoir les voyageurs, deux espaces faisant partie de la mais sans accès direct. Les maisons bandeiristas rurales avaient des chapelles parce que les Portugais étaient très religieux et qu’il leur était impossible de fréquenter constamment l’église. Dans le musée sont exposés des objets de l’époque, la plupart donnés par les habitants de la ville. Parmi les divers objets de musée, on note la présence de lits, qui à l’époque utilisés uniquement par les classes supérieures, les autres dormant dans des hamacs.

 

Figure n° 8 Cama e pilão no museu Casa do Anhanguera

Museu

©Hervé Théry 2009

Santana de Parnaíba a donc hérité de son passé un patrimoine historique matériel et immatériel considérable, qu’elle a su mettre en valeur dans un remarquable musée, et aussi sur le drapeau et la blason de la ville, l’un et l’autre inspirés par son rôle de berceau des bandeirantes.

 

Figure n° 9 Drapeau et blason de Santana de Parnaíba

Drapeau et blason

http://prefeituradesantanadeparnaiba.blogspot.com.br/2014/01/bandeira-e-brasao-da-cidade-de-santana.html

Le drapeau municipal a été créé par le Professeur Arcinoe Antonio Peixoto de Faria. Sa forme rectangulaire est bleue, contenant une croix coticée jaune et rouge et un cercle blanc portant le blason, qui se compose d’un bouclier ibérique portant une carte du Brésil bipartie, une couleur délimitée par ligne de Tordesillas et l’autre pour tout ce qui a été gagné ensuite par l’action des bandeiras. Le bouclier est flanqué de deux bandeirantes vêtus de leurs costumes distinctifs et la devise en latin « Patriam fecit magnam » (j’ai agrandi la Patrie) se réfère à leur action pionnière. La croix représente la foi et le cercle l’éternité, faisant allusion à la foi des citoyens dans l’éternité de leur ville. Les couleurs jaunes et blanches représentent l’or et l’argent, la couleur rouge l’audace, la valeur, l’intrépidité, la générosité, l’honneur et la noblesse, symbolisant l’héritage laissé par les bandeirantes de Parnaíba à leurs futurs concitoyens.

Devant tant de nobles intentions, il est plus regrettable encore que le Tietê lui-même soit aujourd’hui si pollué que sa surface est le plus souvent couverte d’une mousse épaisse (figure 10), résultant du brassage par les rapides des détergents rejetés dans la rivière lors de sa traversée de la ville de São Paulo. Ce n’est évidemment pas très pour le tourisme des villes de Santana de Parnaíba, Pirapora do Bom Jesus, Itu et Salto, toutes incluses dans la tache de pollution qui s’étale en aval de la ville.

Celle-ci réduit d’année en année et l’on peut espérer qu’un jour elle ne souillera plus le berceau des bandeirantes. Elle a régressé d’environ 40 km entre 2000 et 2008, années au cours de laquelle la deuxième étape de nettoyage a été effectuée. Au cours de la première étape, entre 1992 et 1998, la réduction avait été de 120 km. Au début des années 1990 la pollution atteignait Barra Bonita (à 260 km de la capitale), aujourd’hui, elle se limite à Salto (100 km de Sao Paulo). Des villes comme Porto Feliz, Tietê, Anhembi et Bonita peuvent à nouveau avoir des loisirs comme la pêche et le tourisme.

Figure n° 10 Le Tietê à Pirapora do Bom Jesus et Salto

Tiete pollue 2

©Hervé Théry 2009 et http://professormarcianodantas.blogspot.com.br/2012/11/as-sociedades-humanas-e-agua.html

Comme on le voit, bandeiras et bandeirantes tiennent une place considérable dans l’imaginaire pauliste, principalement depuis que leur rôle a été monté en épingle dans les années 20 et 30 du XXe siècle, quand São Paulo a commencé à s’affirmer économiquement, politiquement et culturellement. Une des manifestations les plus notables de cette réécriture est le monument aux bandeiras commandé en 1931 par le gouvernement de l’État de São Paulo.

Cette sculpture monumentale est situé à l’entrée du parc Ibirapuera de São Paulo, elle est constitué de 240 blocs de granit, pesant chacun environ 50 tonnes et mesure une cinquantaine de mètres de longueur sur seize de haut. Elle a été inaugurée en 1954, en même temps que le Parc pour les célébrations du quatrième centenaire de la ville de São Paulo. Le monument représente des bandeirantes de différents groupes ethniques, portugais (barbus), noirs, mamelucos (métis) et Indiens (avec une croix sur la poitrine), tirant un des canots utilisés pour les monções sur le fleuve.

L’inscription gravée sur le socle de la statue indique bien le sens que ses commanditaires voulaient lui donner : « Gloire aux héros qui ont tracé notre destin dans la géographie du monde libre, sans eux le Brésil ne serait pas aussi grand qu’il l’est ». C’est sans aucun doute exagéré et d’autres ne voient dans les bandeirantes que des ruffians sans scrupules, mus par l’appât du gain, que ce soit la quête de l’or et des pierres précieuses ou – pire – le rapt ou le massacre des Indiens, premiers et légitimes occupants de ces terres. C’est également vrai, mais on n’en reste pas moins admiratif devant l’audace de ces hommes partis à la découverte de contrées inconnues à partir d’une modeste bourgade pauliste. Santa de Parnaíba est née et a longtemps prospéré en sachant jouer d’une rente de situation et sait aujourd’hui mettre en valeur l’héritage de cette époque en le transformant en patrimoine et en atout touristique et culturel.

Figure n° 11 Le monument aux bandeiras à São Paulo

Monumento as Bandeiras

©Hervé Théry 2006 et Cecilia Bastos/Jornal da USP

Sources

Santana de Parnaíba

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/imprensa_oficial/2013/Jornal%20Oficial_PMSP_15_BAIXA.pdf

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/cidade.html

Museu Casa do Anhanguera

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/noticias_13/materias/14_10_inauguracao_museo.html

Rio Tietê

http://www.mundovestibular.com.br/articles/5138/1/Rio-Tiete/Paacutegina1.html

http://www.daee.sp.gov.br/index.php?option=com_content&view=article&id=794%3Ao-tiete-por-fausto-nogueira&catid=54%3Aparques&Itemid=53

http://gizmodo.uol.com.br/do-outro-lado-do-rio-terceira-parte/

GOES, Synesio Sampaio. Navegantes, Bandeirantes, Diplomatas: Aspectos da descoberta do continente, da penetração do território brasileiro extra-Tordesilhas e do estabelecimento das fronteiras da Amazônia. Brasília, 1991.

MAYUMI, Lia. Taipa, canela preta e concreto: Um estudo sobre a restauração de casas bandeiristas em São Paulo, São Paulo, 2005.

SALLES, Alexandre Nascimento. Pirapora do Bom Jesus: Dicotomia de Símbolos: o sagrado e o profano como elementos representativos de imagem da cidade. São Paulo, 2009.

SANTOS, Diana Oliveira. “A Casa do Anhanguera”: Restauro e conservação de um monumento Nacional, 2007.

[1] L’intérieur encore mal connu, équivalent de la wilderness aux États-Unis ou l’outback en Australie

[2] Villages d’esclaves fugitifs.

[3] Ce qui justifie leur nom (“drapeau” en portugais) bien qu’elles ne l’aient en réalité certainement rarement – voire jamais – déployé sur le terrain.

[4] Qui fixa en 1494 les limites entre les empires espagnol et portugais.

[5] Cette partie et la suivante sont basées sur les textes du musée Casa de Anhanguera, aimablement communiqués par Agacir Eleutério, Historiadora-Consultora Técnica na Secretaria de Cultura e Turismo da Prefeitura de Santana de Parnaíba.

[6] Premier pas vers l’autonomie juridique de la cidade, ville de plein exercice.

[7] Subdivisions de la colonie, ancêtre des actuels États.

[8] Um alcool de canne à sucre similaire au rhum.

[9] Encoignures où s’asseoir pour converser.

L’Amazonie, « forêt urbanisée »

Selon la géographe brésilienne Bertha Becker l’Amazonie est une « forêt urbanisée », une formule paradoxale qu’elle avait inventée pour indiquer que cette région, encore occupée en majeure partie par la plus grande forêt tropicale au monde, est aussi une région comptant un grand nombre de villes, de toutes tailles, anciennes ou toute récentes, qui se partagent l’essentiel de l’activité économique régionale, et la majorité de sa population. L’attention de l’opinion publique et des medias se focalise généralement sur le défrichement des forêts, les sort des indiens ou celui des populations rurales traditionnelles, mais il est bon de rappeler que la plupart des 20 millions d’habitants de l’Amazonie brésilienne vivent en effet aujourd’hui en ville, et méritent que l’on s’y intéresse.

Le graphique et la carte n° 1 montrent la croissance urbaine accélérée de de la population urbaine, en Amazonie comme dans tout le pays. Le Brésil devenu est un pays de citadins : alors que deux Brésiliens sur trois vivaient à la campagne il y a quarante ans, les trois quarts vivent désormais en ville. Le point d’inflexion se situe dans les années 1960, la courbe de la population urbaine, qui avait commencé à croître rapidement dans la décennie précédente du fait de la croissance naturelle des citadins et de l’exode rural, croisa alors celle de la population rurale. Dans quatre des cinq grandes régions la prédominance de la population urbaine est aujourd’hui bien nette, et même dans le Norte amazonien le nombre des citadins l’emporte sur celui des ruraux. Le croisement des courbes s’est produit selon les régions à des dates différentes : alors que dans le Sudeste il remonte aux années 1950, dans le Sul et le Centro-Oeste il a fallu attendre les années 60, dans le Nordeste les années 80 et dans le Norte il ne date que des années 1990.

Figure 1 Population urbaine et population rurale

População urbana e rural

 

Photo 1 Belém, approche de l’aéroport

PA Belem vu d'avion 2

©Hervé Théry

Photo 2 Belém, le centre

PA Belem peninsule 1

©Hervé Théry

Photo 3 Skyline de Belém

PA Belem crépuscule

©Hervé Théry

L ‘Amazonie brésilienne compte deux villes de plus d’un million d’habitants, Manaus et Belém. La première a connu une croissance spectaculaire depuis la création de la Zone Franche qui a permis d’y créer des industries d’assemblage (électro-ménager, électronique, motos) dont les produits entrent ensuite sans taxe d’importation dans tout le pays. Toutes les capitales des États fédérés ont elles aussi beaucoup grandi, et nombre de villes nouvelles sont apparues au long des routes transamazoniennes construites dans les années 1970. Une carte en secteurs de cercles (figure n° 2) montre leur progression – notamment celle de Manaus – et une carte en anamorphose  (figure n° 3) leur poids dans la population totale.

Figure n° 2 Population urbaine de 1970 à  2010

Popurbaine 1970-2010 portions

Figure n° 3 Population urbaine en 1980 et 2010

Popurbaine 1980 et 2010 anamorf

Le taux d’urbanisation (figure n° 4, proportion des citadins dans la population totale) est donc désormais élevé dans une grande partie de la région, mais plus nettement sur ses marges méridionales, où progresse le complexe soja-maïs-coton.

Figure n° 4 Taux d’urbanisation

Ur et tx urb 2010 voisins 2_v3

La croissance urbaine est donc causée autant par développement de l’agrobusiness – les propriétaires de ses exploitations géantes vivant pour la plupart en ville –  que par celui de l’industrie, celle-ci étant surtout responsable de la croissance de quelques communes dotées de ressources minières ou pétrolières, et de Manaus, où la modernisation liée à la zone franche a presque fait disparaître les témoins du l’âge d’or du boom du caoutchouc, y compris l’Opéra qui en est le symbole.

Figure n° 5 Spécialisations économique

Triangle pct PIB

Photo 4 Manaus, aéroport et zones industrielles au bord de l’Amazone

AM Manaus aeroport  et rencontre des eaux 1

©Hervé Théry

Photo 5 Maisons anciennes et immeubles récents à Manaus

AM Manaus maison Belle epoque

©Hervé Théry

Photo 6 Manaus, l’opéra cerné par les immeubles récents

AM Manaus l'Opera cerné 1

©Hervé Théry

 

Photo 7 Manaus, la Zone Franche

AM Manaus residences, usines et rencontre des eaux

©Hervé Théry

Photo 8 Manaus, quartiers périphériques

AM Manaus banlieues 2

©Hervé Théry

D’autres capitales des États fédérés ont grandi vite et parfois anarchiquement sous l’effet de facteurs extérieurs, comme la construction de barrages à Porto Velho ou même sont nés avec eux, comme Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, fondée en 1989 et qui est passée de 0 à 228 332 habitants de cette date au recensement de 2010 de l’IBGE et à 265 000 en 2014 selon l’estimation du même organisme. Et le programme Minha casa minha vida, qui a déjà lancé la construction de 3 millions de logements et prévoit d’en construire au total 4 millions, a aussi beaucoup contribué au développement de nouveaux quartiers dans bien des villes, mêmes moyennes.

Photo 9 Porto Velho, le Madeira et le chantier du barrage de Santo Antônio

RO Porto Velho centre

©Hervé Théry

Photo 10 Palmas, capitale de l’État du Tocantins

TO_PALMAS

©Hervé Théry

Photo 11 QuartierMinha casa minha vida à Parauapebas

PA Parauapebas Minha casa minha vida 1

©Hervé Théry

Toutes ces villes se partagent donc l’essentiel de la population et de la richesse de la région, chacune dans sa propre aire d’influence. La carte qui les délimite (figure n° 3) est fondée sur un algorithme qui suppose que l’attraction d’une ville, tout comme celle d’une planète, est fonction de sa masse et inversement proportionnelle à la distance qui la sépare du lieu considéré. Elle montre bien l’opposition entre les aires ou se sont développé de nombreuses villes pionnières, au long des routes, au sud et à l’est de la région, et l’Amazonas ou tout le poids urbain se concentre à Manaus, dont l’aire d’influence s’étend sans limites vers le nord-ouest. Il subsiste encore des zones peu polarisées par les villes, au nord du Mato Grosso et dans le sud du Pará, là où se situent de grandes réserves indiennes, comme le Parc du Xingu.

Figure n° 6 Aires d’influence des villes

Aires d'influence

 

Les chutes d’Iguaçu

Les chutes d’Iguaçu, situées près de Foz do Iguaçu (Paraná) et de la triple frontière Brésil-Argentine-Paraguay, ont été choisies comme l’une des sept merveilles naturelles du monde après une campagne organisée par la Fondation New 7 Wonders qui a recueilli plus de cent millions de votes sur internet. Les chutes étaient parmi les 28 finalistes, et la liste finale a été annoncée lors de la cérémonie de déclaration le 7 Juillet 2007 (07.07.07).

Figure n° 1 Localisation des chutes

Localisation

Google maps

Le premier Européen à voir les chutes a été l’Espagnol Álvar Núñez Cabeza de Vaca, le 31 Janvier 1542. Avant de parcourir le fleuve Paraná et Iguaçu, il avait exploré l’Amérique du Nord, où il avait visité la région des (futurs) États du Mississippi, de l’Arkansas, du Colorado, du Nouveau Mexique et de l’Arizona, atteignant la Californie en 1536. En 1542 il commandait une expédition d’Espagnols qui traversait la région, habitée par les Indiens Caiagangue et Tupi-Guarani, en direction de la colonie d’Asunción, un point stratégique d’où l’on pouvait atteindre l’empire Inca. Largement inaccessible, la région ne fut de nouveau parcourue qu’au XVIIIe siècle, quand les jésuites s’installèrent dans la région pour catéchiser les Indiens. Dans l’intervalle elle avait été disputée entre les domaines espagnols et portugais et la délimitation du territoire n’a été définie qu’après l’indépendance de l’Argentine, du Paraguay et le du Brésil.

Les chutes sont formées par l’Iguaçu («la grande eau» en Tupi-guarani) quand il se précipite, 21 km avant de rejoindre le Paraná, dans un canyon étroit creusé dans les roches basaltiques. Ces roches proviennent du plus grand épanchement de lave qui ait eu lieu sur Terre, il y a entre 120 et 130 millions d’années, au Crétacé. Mais la formation du relief de la chute m’a commencé qu’il y a environ 200 000 ans, le canyon étant creusé par l’érosion régressive des chutes, le long de failles et de fractures dans les roches. Encore aujourd’hui, le bord de la calotte de basalte recule en moyenne de 1.4 à 2.1 cm par an. L’Iguaçu mesure 1 200 mètres de large au-dessus des chutes, mais au-dessous de celles-ci il n’a plus que 65 mètres de largeur. Le front des chutes est d’environ 800 m du côté du Brésil et de 1 900 mètres du côté argentin.

Figure n° 2 Les chutes en vue aérienne

PR Iguaçu parc catatactes 2

©Hervé Théry 2001

Le débit moyen de la rivière est d’environ 1 500 m3 par seconde, allant de 500 m3/s en étiage à 8 500 m3/s aux hautes eaux, entre octobre et mars. C’est le deuxième débit annuel moyen pour une chute d’eau dans le monde, après les chutes du Niagara, 1 746 m³/s. Son débit maximal officiellement enregistrée a été de 46 300 m³/s le 9 juin 2014, mais le système de mesure, débordé par l’ampleur de la crue avait alors arrêté de calculer le débit réel instantané, estimée à entre 50 000 et 60 000 m³/s. En comparaison, le débit moyen du Niagara est de 2 400 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 8 300 m³/s. Le débit moyen des Victoria Falls est de 1 088 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 7 100 m³/s.

Figure n° 3 La gorge du Diable vue du côté argentin

GD2 c

©Hervé Théry 2015

En fonction du débit de la rivière, le nombre de cascades varie, elles sont plus de 250 dans les périodes de débit moyen. On compte 19 chutes principales, cinq du côté brésilien et 14 du côté argentin, ce qui  offre une meilleure vue aux visiteurs les observant depuis le Brésil.

Figure n° 4 La gorge du Diable en vue aérienne (1)

LM1_8972

http://www.fotonat.org/details.php?image_id=51786

Certaines des chutes ont jusqu’à 82 mètres de hauteur, bien que la plupart aient seulement 64 mètres : ces chutes en escaliers sont une conséquence de la structure des coulées basaltiques. La gorge du Diable, en forme de U, reçoit de l’eau de trois côtés, elle a 82 mètres de haut  et 700 mètres de long, c’est la plus impressionnante de toutes les chutes.

Figure n° 5 La gorge du Diable en vue aérienne (2)

p1010935

https://aniyami.wordpress.com/2011/06/

En voyant les chutes d’Iguaçu, l’ancienne première dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt se serait – dit-on – exclamée “Mon pauvre Niagara!”.

Figure n° 6 La gorge du Diable vue du côté brésilien

PR Cataratas 3c

©Hervé Théry 2015

Les chutes d’Iguaçu sont également souvent comparées aux Victoria Falls, qui séparent la Zambie et le Zimbabwe, en Afrique austral. Les chutes d’Iguaçu sont plus larges, car divisées en de nombreuses chutes séparées par de grandes îles, en revanche les Victoria Falls forment le plus grand rideau d’eau dans le monde, avec plus de 1 600 m de large et plus de 100 mètres de haut.

Figure n° 7 Les chutes côté brésilien et la passerelle d’accès des touristes

Cataractes et touristes c

©Hervé Théry 2015

Les chutes sont maintenant incluses dans deux parcs contigus, Parc national d’Iguaçu, au Brésil et le Parc national d’Iguazú, en Argentine. La superficie totale des deux parcs nationaux totalise 250 000 hectares de forêt subtropicale. Le parc national argentin a été créée en 1934 et le parc national brésilien en 1939 (il était le deuxième parc national brésilien créé), afin de gérer et de protéger les sources qui alimente les chutes et tout l’environnement qui les englobe. Les deux parcs, brésilien et argentin, ont été classés site du patrimoine mondial, en 1984 et 1986 respectivement.

Figure n° 8 Affiche du parc national argentin

iguasu-park-map

http://roteirosjali.com/2012/10/10/mapa-turistico-do-parque-nacional-iguazu-argentina/

Figure n°  9 Panneau d’information du parc brésilien

570_Carte parc

©Hervé Théry 2001

Le parc brésilien forme le plus grand fragment restant de forêt atlantique du sud du Brésil. Il abrite une riche biodiversité, constituée d’espèces représentatives de la faune et la flore brésiliennes, dont certaines sont menacées d’extinction, comme le jaguar (Panthera onca), le puma (Puma concolor), le caïman à museau jaune (Caiman latirostris), le perroquet à poitrine violette (Amazon vinacea), l’aigle harpie (harpyja harpie), l’acajou rose (Aspidosperma polyneutron), l’ariticum (Rollinia salicifolia), l’araucaria (Araucaria angustifolia), ainsi que de nombreuses autres espèces de grande valeur et intérêt scientifique.

Figure n° 10 Entrée du parc brésilien et (en cartouche) le logo du parc argentin

Parque-Nacional-do-Iguacu

http://mydestinationanywhere.com/wp-content/uploads/2014/04/Parque-Nacional-do-Iguacu.jpg et https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Cartel_Puerto_Iguaz%C3%BA_-_Logo_del_Parque_Nacional_Iguaz%C3%BA.jpg

L’accès du côté argentin est facilité par le “train écologique” qui amène les visiteurs jusqu’à l’entrée de la Gorge du Diable. Le Paseo Garganta del Diablo est une passerelle d’un kilomètre de long qui conduit le visiteur sur la bord même de la Gorge du Diable.

Figure n° 11 “Train écologique” acheminant les visiteurs côté argentin

Trem Iguaçu

©Hervé Théry 2015

Figure n° 12 La passerelle du Paseo Garganta del Diablo

PR Cataratas Iguaçu 1

©Hervé Théry 2015

Figure n° 13 Touristes au bord de la gorge du Diable

GD4 c

©Hervé Théry 2015

Du côté brésilien, un cheminement a été aménagé le long du canyon sur une longueur de 1 200 m, depuis le sommet du plateau jusqu’à la base de la gorge du Diable, offrant différents points de vue sur plusieurs chutes, si proches qu’il est habituel que les touristes portent des ponchos imperméables jetables, vendus sur place.

Figure n° 14 Passerelle et point de vue du côté brésilien

PR Iguaçu visiteurs 4

©Hervé Théry 2001

Les chutes sont la principale attraction de Foz de Iguaçu, la ville la plus peuplée de la frontière du Brésil, avec 256 088 habitants selon le recensement de 2010 de l’IBGE. La ville possède l’un des six plus grands parcs hôteliers du Brésil, plus de 23 000 lits, et dispose également d’une des meilleures infrastructures dans le pays pour organiser des événements, ses centres de congrès sont en mesure de recevoir 40 000 personnes simultanément. La ville est la deuxième destination des touristes étrangers en visite au Brésil, selon une étude menée par l’Embratur. Elle est également considéré comme l’un des cinq premières villes brésiliennes hébergeant des événements nationaux et internationaux de tourisme, selon l’International Congress and Convention Association – ICCA.

On estime que la région reçoit chaque année plus de 5 millions de touristes, en ajoutant ceux qui visitent les chutes, côté Brésil et côté Argentine (2,5 millions de visiteurs), ceux qui visitent le barrage d’Itaipu (la plus grand centrale hydroélectrique dans le monde par la production totale d’électricité, à 12 kilomètres de la ville, 500 000 visiteurs), ceux qui participent à des événements nationaux et internationaux et ceux qui vont faire des achats à Ciudad del Este, au Paraguay (300 000 visiteurs).

Figure n°  13 Les deux parcs et les deux aéroports

Mapa local Plans

Apple Maps

Deux aéroports internationaux desservent les chutes d’Iguaçu, l’aéroport de Foz do Iguaçu International (UGI) et l’aéroport international Cataratas del Iguazú (IGR). LAN Airlines et Aerolineas Argentinas ont des vols directs à partir de Buenos Aires et plusieurs compagnies aériennes brésiliennes, comme TAM, Gol et Azul offrent des services des principales villes brésiliennes vers Foz do Iguaçu. Avec plus de 24 vols réguliers quotidiens, l’aéroport international de Foz do Iguaçu a été au cours des dernières années l’un des plus dynamiques au Brésil, il a connu près de 2,1 millions d’embarquements et débarquements de passagers en 2011.

Par position stratégique qu’elle occupe, la ville commence à former une nouvelle métropole régionale. Dans un rayon de 170 km autour de Foz do Iguaçu, dans les trois pays, vivent maintenant environ deux millions de personnes, dont 1,2 million dans l’ouest du Paraná. La création du parc technologique d’Itaipu (PTI) et de l’Université fédérale de l’intégration latino-américaine (Unila) à Foz do Iguaçu, pour laquelle doit être construit un bâtiment dessiné par Oscar Niemeyer et destinée à accueillir 10 000 étudiants brésiliens et latino-américain, visent à transformer la région en un centre de connaissances et d’activités universitaires.

Webographie

http://www.cataratasdoiguacu.com.br/portal/paginas/37-cataratas-do-iguacu.aspx

http://pt.wikipedia.org/wiki/Cataratas_do_Igua%C3%A7u

http://www.fozdoiguacudestinodomundo.com.br/sobre-a-cidade/a-cidade

http://www.icmbio.gov.br/parnaiguacu/guia-do-visitante.html

http://world.new7wonders.com/new7wonders-of-nature/the-new7wonders-of-nature/

http://www.anvtravelservice.com.br/aspx/descobrimento-das-cataratas-do-iguacu.html

http://www.mineropar.pr.gov.br/modules/conteudo/conteudo.php?conteudo=12

Les assentamentos, une politique de réforme agraire ?

Les assentamentos sont des zones créées par le gouvernement brésilien pour y installer des familles sans terres. Ils sont constitués par un ensemble lots destinés à devenir des exploitations où des familles paysannes puissent se consacrer à des activités agricoles et à l’élevage. Il sont constitués soit à partir de terres publiques, soit par le partage d’une grande propriété confisquée dans le cadre de mesures de réforme agraire.

Photo 1 Paysans répartissant les lots d’un assentamento

GO SJA assentamento mapaLes assentamentos sont de divers types (figure 1), que ce soit par leur statut (fédéraux ou des États fédérés), destinés à des paysans sans terres venus d’ailleurs, aux populations locales pratiquant la cueillette (extrativistas), aux descendants d’esclaves fugitifs (quilombolas) ou aux populations déplacées par la construction de barrages.

Figure 1 Types d’assentamentos

Assentamentos modalidades

Mais ils ont en commun de se situer principalement en Amazonie, là où leurs promoteurs peuvent disposer de plus de terres libres. Cela ne va pas sans causer d’importants dommages environnementaux, car il faut défricher de vastes surfaces pour y installer les exploitations agricoles, et ouvrir des voies d’accès qui sont ensuite utilisées par les bûcherons et les éleveurs, qui avancent encore bien plus sur les forêts.

De plus les conditions n’y sont pas très bonnes et compromettent les chances de succès de ceux qui y sont installés : « Les assentamentos, gérés par l’Institut national de la colonisation et de la réforme agraire (INCRA) se situent principalement en Amazonie, dans des régions souvent mal dotées et mal desservies, ce qui rend assez précaires les conditions d’installation des familles migrantes concernées. […]. Les occupants n’obtiennent alors qu’un titre foncier provisoire, c’est-à-dire un “contrat de concession d’usage”, qui leur permet d’avoir accès aux crédits. L’octroi du titre définitif n’intervient souvent qu’après de nombreuses années d’occupation, une fois l’assentamento “consolidé” » [Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009].

Figure 2 Assentamentos et biomes

Assentamentos et biomas

La figure 3 montre l’opposition territoriale entre les familles impliquées dans des occupations de terres (lors de conflits fonciers entre paysans sans terres et grands propriétaires) et de familles installées dans les assentamentos. La carte met en évidence une nette opposition nord/sud de deux phénomènes, la lutte pour la terre se développant principalement dans les régions les plus consolidées et de plus grand potentiel pour le développement de l’agriculture paysanne (dans le Sud-Est et le Sud). Alors que les assentamentos sont installées dans les régions d’occupation récente, principalement sur la frontière agricole, où la demande pour les produits de l’agriculture paysanne est moindre, et où la qualité de vie des colons sera probablement plus faible.

Comme le soulignait déjà Bernardo Mançano Fernandes (2005) « Les installations touchent pour l’essentiel l’Amazonie, principalement sur la frontière agropastorale. Il y a donc une opposition entre les lieux de la lutte pour la terre et ceux de l’installation des familles, alors qu’il s’agit de deux moments d’un même conflit. Cela montre que la politique du gouvernement consiste à créer des assentamentos dans des régions où les terres sont les moins chères, du fait de l’éloignement des centres de consommation et du manque d’infrastructures ».

Figure 3 Familles engagées dans des occupations de terres, familles installées dans les assentamentos

Familias em ocupacoes e assentamentos 2

Photo 2 Assentamento dans le Pontal do Parapanema, État de São Paulo

SP Assentamento Che Guevara

Photo 3 Campement de paysans sans terre dans l’attente d’un assentamento près de Parauapebas (Pará)

PA Maraba Acampamento Lourival Santana MST E

Un autre auteur spécialiste de la question, Eduardo Girardi, faisait donc (2009) une nette distinction : « cette constatation […] nous a conduit à étudier la capacité réformatrice des assentamentos, l’instrument principal de la réforme agraire de tous les gouvernements consécutifs après la dictature militaire. [Nous] comprenons que les assentamentos contribuent inégalement à une « vraie réforme » de la structure foncière. Pour y contribuer, nous supposons qu’ils doivent remettre en cause le latifundio/agrobusiness et installer sur la même parcelle de terre une vraie paysannerie. Le résultat final de l’analyse est la figure [4], sur laquelle nous classons les assentamentos selon trois niveaux de contribution à la réforme agraire ». La carte distingue en effet les assentamentos contribuant à la réforme agraire, que ce soit ceux où se sont produit des occupations de terre (en vert foncé) ou non (en vert clair), de ceux qui n’y contribuent pas (en jaune).

« La carte confirme une hypothèse de départ, les assentamentos moins réformateurs ou non-réformateurs sont situés sur la frontière agricole et se confondent avec les politiques d’occupation du territoire et les politiques environnementales. Cela illustre bien l’idée selon laquelle la frontière agricole a été utilisée pour préserver la structure foncière brésilienne et élaborer une réforme agraire conservatrice ».

Figure 2 Types d’assentamentos selon Eduardo Girardi

Assentamentos Girardi img-2

L’inadéquation des localisations conduit donc à de nombreux échecs, « dans la plupart des assentamentos des fronts pionniers d’Amazonie, on constate un phénomène de substitution de colons et de concentration foncière. En effet, les premiers installés sont en général des familles pauvres et sans terre issues d’un autre front pionnier amazonien ou d’exploitations familiales en crise du Centre-Sud et du Nordeste. Cherchant avant tout à assurer leur sécurité alimentaire, manquant de capital et d’outils performants pour défricher, et n’ayant pas de titre de propriété définitif (statut de posseiro ou d‘assentado), ils pratiquent un système de culture sur abattis-brûlis (riz, manioc, haricot, maïs). Peu à peu, ils sèment du pâturage de façon à valoriser leur terrain. Après une période qui peut aller de 5 à 15 ans, une fois qu’une partie du terrain est défriché et planté en pâturage, les agriculteurs les mieux dotés en capital leur rachètent leurs terres, pour y pratiquer, le plus souvent, l’élevage bovin extensif. Les premiers occupants, et surtout leurs enfants, tendent à repartir vers un front pionnier plus récent. Par exemple, Martin Coy [1986] a montré que 63% des colons installés par l’INCRA sur des lots de 100 ha d’un assentamento du Rondônia avaient vendu leurs terres onze ans après leur arrivée, laissant place à des minifundia, juxtaposés aux latifundia aux mains des grands éleveurs » (Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009).

Figure 3 Évolution d’une zone de colonisation selon Martin Coy

SCHEMA_DE_COLONISATION

En plus les dégâts environnementaux, le choix de l’Amazonie pour y installer des milliers de colons, en conflit avec les bûcherons et les éleveurs, mène par ailleurs à de graves conflits fonciers et à la violence, comme le montrent les cartes tirées des base de données constituées par la Commission Pastorale de la Terre (CPT): c’est sur les confins amazoniens, là même où sont installés la plupart des assentamentos, que les assassinats pour la terre sont les plus nombreux.

Figure 5 Assassinats dans des conflits fonciers selon la Commission Pastoral de la Terre

Assassinatos

Figure 6 Menaces de mort  selon la Commission Pastoral de la Terre

Ameaças de morte

Solution en apparence commode pour se débarrasser à peu de frais de la pression des paysans sans terre, les assentamentos sont donc en fait, à long terme, la cause de problèmes bien plus graves, tant environnementaux que sociaux.

Bibliographie

Eduardo Paulon Girardi et Bernardo Mançano Fernandes, 2006, « Brésil: les territoires de la question agraire », M@ppemonde N° 82 (2-2006)

Eduardo Paulon Girardi, 2009, « Atlas da Questão Agrária Brasileira e Cartografia Geográfica Crítica », parágrafos 4 e 5, Confins, 5 | 2009, http://confins.revues.org/5631 ; DOI : 10.4000/confins.5631

Ludivine Eloy, Jean-Philippe Tonneau et Pablo Sidersky, 2009, « Questions foncières et politiques de réforme agraire au Brésil », Geoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/doc/etpays/Bresil/BresilScient2.htm

Coy M., « Développement régional à la périphérie amazonienne : organisation de l’espace, conflits d’intérêts et programmes d’aménagement dans une région de “frontière” : le cas du Rondônia » In : Frontières, mythes et pratiques (Brésil, Nicaragua, Malaysia). Cahiers des Sciences Humaines, 22 (3/4) :371-388, 1986.

Fuseaux horaires, heure d’été et heure d’hiver au Brésil

Les différentes parties de la planète Terre ne reçoivent pas simultanément la lumière du soleil : alors que dans certains endroits il fait jour, dans d’autres il fait nuit, ou c’est déjà l’aube. C’est pourquoi la planète a été divisée en 24 zones, chacune correspondant à une différence d’une heure de l’ensoleillement.

Figure 1 Les fuseaux horaires dans le monde

time_zone_world_98

http://www.lib.utexas.edu/maps/world_maps/time_zone_world_98.jpg

Du fait de leur extension en longitude les plus grands pays du monde s’étendent sur plusieurs fuseaux horaires et ont dû adopter des heures de référence différentes selon les régions.

Figure 2 Fuseaux horaires officiels dans les grands pays

Fuseaux nationaux

Comme le Brésil s’étend d’est en ouest sur 4 319 km de la Ponta de Seixas (Paraíba[1]) à la source de la rivière Moa (Acre), il compte quatre fuseaux horaires. Mais comme dans ce domaine les gouvernements ont une certaine marge de manœuvre, ça n’a pas toujours été le cas. En 2008 le nombre de fuseaux a été réduit à trois puis il a été ramené à quatre en 2013 (figure 1).

Figure 3 Changements du nombre de fuseaux horaires en 2008 et 2013

Fusos horarios 2008 e 2013

Dans un premier temps, les fuseaux horaires au Brésil était quatre : le premier (GMT-2), décalé de deux heures par rapport à l’heure de référence, Greenwich Mean Time, et ne concernait que les îles océaniques comme Fernando de Noronha (située à 360 kilomètres à l’est-nord-est de Natal), São Pedro et São Paulo (1 000 km au nord-est) et Trindade et Martin Vaz (1 170 km à l’est de Vitória).

Le second (GMT-3) couvrait la plus grande partie du pays, y compris sa capitale, Brasilia. Le troisième (GMT-4) incluait les États du Centre-Ouest et du Nord, y compris la partie occidentale du Pará, et le dernier (GMT-5) ne concernait qu’une petite partie de l’Amazonas et de l’Acre.

En 2008 une loi promulguée par le président Luiz Ignacio Lula da Silva a supprimé la zone GMT-5 et l’a intégrée à la zone GMT-4, tandis que tout l’État de Pará était rattaché à la zone GMT-3. Cependant en 2010 un référendum a été soumis à la population d’Acre et d’une partie de l’Amazonas et il a été décidé de revenir à la situation antérieure, la zone GMT-5 a donc été rétablie, mais le Pará continue à faire pleinement partie de la zone GMT-3.

En raison de cette différence, l’État d’Acre, à l’extrême ouest du pays, a deux heures de différence avec Brasília, portée à trois heures quand l’heure d’été est en vigueur dans la capitale brésilienne. Le District Fédéral de Brasília applique en effet l’alternance heure d’été/heure d’hiver, comme certains États du Sud, alors que ceux du Nord ne le font pas, la variation de la durée du jour étant très faibles aux basses latitudes où ils se situent. Pour ceux qui l’appliquent, le changement vers l’heure d’été s’est fait cette année le 19 octobre 2014 (hémisphère Sud oblige) et le retour à l’horaire d’hiver le 22 février 2015

Figure 4 États pratiquant – ou pas – l’alternance heure d’été/Heure d’hiver

Horaire d'hiver et ete

Décidément être un grand pays n’a pas que des avantages, cela peut aussi créer des complications que n’ont pas les petits pays.

[1] Vincent Dubreuil, « Cap à l’est… ou, où est vraiment la « Punta del Este » ? »,Confins 21 | 2014  http://confins.revues.org/9714, DOI : 10.4000/confins.9714

États brésiliens et pays du monde

Le Brésil est un pays-continent marqué par de profondes inégalités, tous les manuels de géographie le disent. Mais il n’est pas facile de le faire comprendre pleinement à qui n’y a jamais voyagé, seules les heures d’avion ou de bus passés à le parcourir font réellement sentir son immensité. Et ce n’est qu’en observant les conditions de vie de ses habitants que l’on perçoit l’ampleur des disparités entre des régions où l’on vit grosso modo comme en Europe et d’autres encore très pauvres.

À défaut de pouvoir offrir un voyage, on a cherché des moyens de rendre compte de façon aussi claire que possible de la taille et de la diversité du pays, par des données chiffrées et par des cartes. Les données chiffrées du tableau 1 rapprochent d’un pays étranger chacun des 27 États de l’Union (et le district fédéral de Brasília), pour trois variables, sa superficie (en milliers de kilomètres carrés), sa population (en millions d’habitants) et son Indice de Développement Humain, ou IDH, calculé à l’échelle mondiale et recalculé pour les États brésiliens par le PNUD.

Le tableau se lit donc, ligne à ligne, comme suit : l’État de Rondônia a une superficie comparable à celle du pays X, une population comparable à celle du pays Y et un IDH comparable à celui du pays Z. Le simple rapprochement des comparaisons avec des pays très différents entre eux donne des indices sur la dissimilitude des situations entre des États immenses et peu peuplés – en Amazonie notamment – d’autres peuplés mais encore pauvres – dans le Nordeste – et d’autres enfin qui ont atteint, avec une population relativement dense, des niveaux proches de certains pays européens.

Tableau 1 Pays et États brésiliens, trois variables

Tableau

Pour faciliter la comparaison visuelle de ces données mondiales, on a eu recours à des cartes qui mettent en regard les États brésiliens et les pays du reste du monde. La figure 1 montre que les États du Sudeste et du Sud du Brésil ont un poids démographique comparable à celui de bien des pays, à commencer par ses voisins sud-américains, l´État de São Paulo faisant à peu près jeu égal avec l’Argentine. En revanche celle des États amazonien est bien faible pour occuper leur immense superficie.

Figure 1 Population des pays et États

 Populaçao

La figure 2, associant superficie et population par le calcul de la densité, détache également l´État de São Paulo et celui de Rio de Janeiro, de niveau europén (et supérieur à celui de la France), tandis que celui des États amazoniens est proches de celui des pays du Sahel et du Sahara, du Canada ou de l’Australie.

Figure 2 Densité démographique des pays et États

Densite

La figure 3, la carte de l’IDH, montre également un Brésil dont certaines parties – au sud et dans le centre-ouest pionnier – se hissent à des scores comparables à ceux de l’Europe orientale, alors que le nord et le Nordeste en sont au mieux à ceux de l’Afrique du nord ou australe, ou de l’Asie du sud-est.

Figure 3 IDH des pays et États

IDH

Pour mieux jauger les superficies des États brésiliens on a eu recours à l’artifice de superposer leur contour et celui de pays de taille comparable.

Figure 4 États brésiliens et pays de superficie équivalente

UFs et pays séparés

Tous les ajustements ne sont pas parfaits – les pays peuvent avoir la même superficie qu’un État brésilien mais pas la même forme – mais parfois même la forme est proche, et le rapprochement n’en est que plus saisissant, comme pour les couples Nigeria/Mato Grosso, Angola/Pará, Mato Grosso do Sul/Allemagne, Botswana/Minas Gerais ou Roumanie/São Paulo (dans ce dernier cas en inclinant un peu la Roumanie).

Enfin, pour rassembler les trois données et faire un pendant visuel au tableau 1, on a reporté sur une carte du Brésil les formes du pays équivalent en taille à chaque État (nommé en noir), représenté sous forme de graphique de barres la population de son équivalent démographique (nommé en rouge) et mentionné (en vert) son équivalent en IDH. La carte confirme bien ce que disait la dernière ligne du tableau, la superficie totale du Brésil est très proche du total de celles de ces 28 pays – et non des moindres – et à part dans l’extrême ouest cette sorte de Frankenstein cartographique reconstitue raisonnablement bien la mosaïque brésilienne, à quelques lacunes et recouvrements près.

Figure 5 Pays et États brésiliens, les équivalences

Pays et UFs-v4-Fr

Il ne reste plus alors qu’a parcourir le pays en rapprochant les trois noms de pays associés à chaque État pour mesurer la diversité des situations. Pour nous en teniur Pa deux exemples on notera que São Paulo a la taille et l’IDH de la Roumanie avec la population de l’Argentine, Brasília la taille du sultanat de Brunei, la population de la Jamaïque et l’IDH du Chili, ce qui ne manquera pas d’alimenter les plaisanteries que les Brésiliens font sur leur capitale.

Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café

Le Viaduto do Chá (« viaduc du thé ») franchit la vallée de l’Anhangabaú[1], dans le centre de São Paulo. C’est une des icônes de la ville, il sert souvent de toile de fond à des interviews ou des « micros-trottoirs » de télévision et c’est un décor fréquent pour les films et telenovelas situés dans le centre de São Paulo. Du fait de cette célébrité il apparaît souvent sur des images, depuis le début de sa longue histoire, et en les observant on voit se dérouler une partie des transformations de la ville, évolution de l’architecture, des moyens de transport et du costume des passants.

Situé aujourd’hui en plein cœur de la ville, ce viaduc a été une des premières étapes de l’expansion de la ville, lorsqu’elle commença à sortir de son centre historique (autour du collège des Jésuites, fondé en 1554) pour entamer la croissance qui la fit passer de 31.385 habitants en 1872 à près de douze millions en 2014, selon L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique).

Figure n° 1 Situation et aspect actuel du Viaduto do Chá

Situation et imageSource: Google Maps et Google Earth

Avant la construction du viaduc, pour aller du centre au quartier où se situe aujourd’hui le théâtre municipal, il fallait descendre une pente raide vers la vallée de l’Anhangabaú, traverser le pont de Lorena et escalader la pente opposée par la bien nommée Ladeira do Paredão (côte de la falaise), actuelle  Rua Xavier de Toledo.

On traversait alors le Morro do Chá (colline du thé), ainsi nommée parce qu’elle était occupée par la chácara (exploitation agricole) du même nom, propriété du Baron de Tatuí, qui y faisait cultiver des légumes et du thé, et dont le viaduc prit le nom.

L’initiative de sa construction revient à un immigrant français, Jules Martin (Montiers 1832-São Paulo 1906), peintre, enseignant, architecte, lithographe et entrepreneur. Selon l’Encyclopédie Itaú des arts visuel[2]:

« Malgré sa formation artistique, Jules Martin ne s’affirmera pas en tant que peintre, mais en tant qu’entrepreneur polyvalent. Sa carrière depuis son arrivée à São Paulo, est jalonnée par d’ambitieux projets éditoriaux et urbains. Parmi ses projets éditoriaux, Martin s’illustre pour avoir imprimé les premières cartes détaillées de São Paulo – en grands formats ou formats de poche – et de villes voisines en pleine expansion économique, telle Santos ».

Jules Martin était en effet déjà connu par la carte de l’État de São Paulo[3] dont il avait publié une lithographie en 1877 (Cavenaghi 2006), quand l’idée lui vint de construire un pont reliant le centre-ville aux nouveaux quartiers qui naissaient alors de l’autre côté de la vallée de l’Anhangabaú, pour joindre la Rua Direita à la Rua Barão de Itapetininga, en traversant la chacara do Chá. Celle-ci était alors en cours de lotissement, cela apparaît sur le plan de 1881 de la figure n°2, où les rues du nouveau quartier sont esquissées, elles ne commencent à être tracées et occupées que sur celui de 1895.

Ce ne fut pas une entreprise facile. Recueillir les fonds nécessaires, convaincre les autorités municipales, avoir gain de cause pour l’expropriation de maisons appartenant à des personnalités influentes, la bataille dura15 ans.

Figure n° 2 Localisation du viaduc sur les plans de la ville de 1810 à nos jours

1810 a nos jours-p

Les travaux ont commencé en 1888, mais furent arrêtés un mois plus tard, en raison de la résistance du baron de Tatuí, qui avait été exproprié mais refusait de déménager, jusqu’au jour où la population attaqua à coups de pioches l’un de ses murs de son manoir. La construction du viaduc ne fut reprise qu’en 1889, par la « Companhia Paulista do Viaducto do Chá », qui édifia sur une structure en acier, importée d’Allemagne, un viaduc de 240 mètres de longueur, dont 180 de structure métallique, et de 14 mètres de large, qui fut inauguré le 6 novembre 1892.

Photo 1 Inauguration du Viaduto do Chá, 6 novembre 1892

1890 Inauguração do Viaduto do Chá

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Photo 2 La structure métallique du viaduc

1892 Viaduto Chá

http://martiusstaden.org.br/js/ckfinder/userfiles/images/Viaduto%20Ch%C3%A1.jpg, Acervo do Instituto Martius-Staden.

Dès lors, le viaduc permit de franchir commodément la vallée de l’Anhangabaú, à pied ou en utilisant les tramways hippomobiles desservant les nouveaux quartiers. Les véhicules à traction animale y passaient sans problèmes, sauf ceux à axe fixe (comme les chars à bœufs), qui étaient interdits.

La photo 3 montre, à droite, le terrain où serait construit plus tard le Teatro Municipal et, tout au fond, l’École Normale où – a beaucoup plus tard – commença à fonctionner l’Universidade de São Paulo (USP) et où enseigna donc Pierre Monbeig.

Photo 3 Le viaduc sur la vallée de l’Anhangabaú

São Paulo de Piratininga

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Le viaduc avait des portails et guérites de bois à ses extrémités (photo 4). La Companhia Ferrocarril y percevait trois vinténs[4] de ceux qui voulaient traverser. Mais le conseil municipal demanda bientôt la suppression du péage qu’il considérait comme « une véritable honte pour toute la population et les progrès de São Paulo ». Le viaduc fut alors racheté par la Ville et son franchissement devint gratuit.

Photo 4 Les portails et guérites de péage à l’entrée du viaduc

1895-Viaduto do Cha

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Vers 1900 le photographe Guilherme Gaensly prend une photo du viaduc et de la vallée, où l’on voit bien qu’elle est encore occupée par des exploitations agricole de maraîchage, dont celle du Baron de Itapetininga.

Photo 5 Le viaduc et la vallée vers 1900

1900-viaduto-do-cha-p

http://brasildelonge.files.wordpress.com/2013/01/viaduto-do-chc3a1-0.jpg

Quelques années plus tard, le viaduc a dû être reconstruit pour être renforcé et élargi quand les tramways électriques ont commencé à y circuler.

Photo 6 Travaux de renforcement et d’élargissement en 1902

1902-Viaduto do Cha 1902-01

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

En 1910, la vallée de l’Anhangabaú, sous le viaduc, fut aménagée en parc, le Parque Anhangabaú, bordé sur les deux flancs de la vallée par des bâtiments d’architecture européenne, dont la Mairie (à gauche de la photo 7), le palais Prates, siège de l’Automobile Club  (à droite) et l’Edifício Sampaio Moreira (au centre).

Claude Lévi-Strauss mentionne cette transformation dans Tristes Tropiques (Lévi-Strauss 1955) : « On débouche au bord du ravin de l’Anhangabahu (sic, orthographe de l’époque), franchi par un pont qui est une des principales artères de la ville. Le bas-fond est occupé par un parc dans le goût anglais : pelouses ornées de statues et de kiosques, tandis qu’à l’aplomb des deux talus s’élèvent les principaux édifices : le théâtre municipal, l’hôtel Esplanada, l’Automobile Club, les bureaux de la compagnie canadienne qui assure l’éclairage et les transports ».

Photo 7 Le Parque Anhangabaú en 1910

1910 Parque Anhangabaú 2

http://imageshack.com/f/62anhangabaupostal4small3huj

Les premières photos en couleurs (ou colorisées à la main) montrent la circulation tranquille de l´époque (contemporaine de la Belle Époque française), où le viaduc servait notamment à se rendre au Théâtre Municipal, inspiré du palais Garnier, inauguré en 1911.

Photo 8 Cartes postales en couleurs

Cartes en couleurs

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette image de 1919 São Paulo paraît être une ville européenne, juste après le conflit qui amorce le déclin – pour ne pas dire le suicide – de l’Europe, et les premières automobiles se mêlent aux tramways électriques.

Photo 9 Urbanisme européen et premières automobiles

1919 Viaduto do Chá 1919-08888SS77

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette carte postale des années 1920 le viaduc est bordé sur la gauche de l’image, par un palais qui fut longtemps le siège du Grand Hôtel de la Rôtisserie Sportsman, un haut-lieu de la gastronomie, puis dans sa phase finale, le siège du journal A Noite. Sur la droite, le Théâtre São José, plus tard démoli pour faire place à l’immeuble Alexander Mackenzie, siège de la Light and Power Company, concessionnaire de l’éclairage et des transports de la ville.

Photo 10 Années 1920

1920-antigo-viaduto-do-cha-hotel-sportsman-e-teatro

http://sampahistorica.wordpress.com/category/viaduto-do-cha-e-vale-do-anhangabau/page/4/

À la fin des années 1920 les voitures automobiles se font plus nombreuses et les marques mentionnées par les publicités murales indiquent une américanisation de l’économie et de la société pauliste.

Photo 11 Fin des années 1920, voitures américaines

1925 viaduto do Cha sao_paulo

http://cafeguinacultural.blogspot.com.br/2010/11/viaduto-do-cha-da-historia-antiga-aos_20.htm

Avec l’explosion démographique de la ville (de 579 033 habitants à 1 326 261 en 1940), le viaduc de métal allemand à plancher de bois ne pouvait plus supporter le grand nombre de personnes et de véhicules motorisés qui passaient par là tous les jours et commencé à sembler étroit, insuffisant. Un nouveau projet fut dessiné par Elisário Bahiana, mais comme le demande plaisamment José Horta Manzano (Manzano 2013), « Que faire entre la démolition du premier viaduc et la construction du second ? Comment les tramways, les voitures et les piétons pourraient-ils passer d’un côté à l’autre ? La solution était simple : d’abord, construire le nouveau viaduc et alors seulement démolir le vieux. Et ainsi fut fait ».

Le nouveau viaduc n’occupe donc pas exactement la place de l’ancien. La photo 12, de 1938 et créditée à J. Duarte Benedicto, montre la coexistence des deux ponts, le nouveau déjà prêt et l’ancien encore debout, pratiquement collés l’uns à l’autre, celui de gauche étant le nouveau, plus large. Au premier plan, à droite, le bâtiment de la Light, aujourd’hui transformé en centre commercial. Toujours à droite, plus au fond, l’Edifício Matarazzo[5] en construction, l’un des rares témoignages de l’architecture mussolinienne existant dans la ville. Après la débâcle de l’empire Matarazzo, le bâtiment a servi de siège à la Banque d’État Banespa et abrite actuellement la Mairie. En bas à gauche, le palais Prates, à l’angle de la Praça do Patriarca et de la rue Libero Badaró, démoli dans les années 60 pour faire place à une tour de verre qui a gardé le nom de l’ancien propriétaire, l’Edifício Conde de Prates.

Raimundo Menezes raconte la fin de l’ancien viaduc : « Le jour où l’on a commencé à démolir la relique – le lundi 18 avril, 1938 – il n’y a pas eu de cérémonie… Seuls quelques paulistanos[6], amoureux du passé, se sont arrêtés un peu pour observer les travailleurs au travail, pioches à la main, détruisant le pont historique, témoin muet d’un passé pas trop lointain ». Cette fois, le lit du pont serait deux fois plus large et assis sur un élégant arc, de béton, soutenu par deux grands piliers.

Photo 12 L’ancien et le nouveau viaduc côte à côte (à gauche) et le nouveau seul (à droite)

1938 et 1940

http://brasildelonge.com/2013/01/ et http://www.aprenda450anos.com.br/450anos/vila_metropole/2-3_viaduto_cha.asp, Crédit Hildegard Rosenthal

 Au début des années 1940, la fonction du Parque Anhangabaú a radicalement changé après la mise en œuvre d’un projet conçu par le maire Prestes Maia, dont le principal objectif était de rationaliser le transport sur roues (bus et voitures). On construisit alors trois avenues qui traversent la ville : Anhangabaú, 9 de Julho et Itororó et dans le fond de la vallée les parkings occupèrent la place où jadis poussaient des légumes et ou naguère se promenaient les élégantes (à gauche de l’image de 1945 la tour Matarazzo terminée).

Photo 13 Viaduto do Chá en 1945

1945-viaduto-do-chc3a1-iia

http://brasildelonge.com/2013/01/

Sur l’image aérienne de 1947 le palais Prates est toujours là (il a été démoli au d´but des années 1950) l’Edifício Matarazzo (à gauche) qui dépassait déjà sensiblement l’immeuble de la Light (à droite) n’est plus la plus haute, une série de gratte-ciel apparaissent à l’arrière-plan.

Photo 14 Vallée l’Anhangabaú (désormais souterrain) en 1947

1947-palacetes-prates-ed-matarazzo-light-dmitri-kessel

http://sampahistorica.files.wordpress.com/2013/09/1947-vista-do-vale-do-anhangabac3ba-palacetes-prates-ed-matarazzo-viaduto-do-chc3a1-e-light-dmitri-kessel.jpg

Comme le montre la photo de 1950, les environs du viaduc ont pris une allure de City, de centre des affaires, avant que beaucoup de sièges d’entreprises ne partent vers l’Avenida Paulista. C’est là que, tout au long des années 1960 et 1970, en fonction de la nouvelle législation sur l’occupation de sols et d’une intense spéculation immobilière, ont commencé à être construits des immeubles de bureaux de 30 étages en moyenne qui ont pris la place des palais des barons du café.

Photo 15 Le Viaduto do Chá et le bâtiment de la Light en 1950

1950 Viaduto do Chá 1950-02

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

À la fin des années 1960 l’Edifício Matarazzo n’est plus la propriété du groupe que pour peu de temps (il  a été vendu en 1972) et l’Edifício Conde de Prates a pris la place du palais Prates sur le bord de l’Anhangabaú. Il ne reste de la belle époque que son jumeau, là aussi pour peu de temps puisqu’il fut démoli en 1969 et remplacé par l’Edifício Grande São Paulo, un building à façade de verre.

Photo 16 La vallée de l’Anhangabaú à la fin des années 1960

1970-vale-do-anhangabau

https://sampahistorica.wordpress.com/tag/conde-prates/

Plus tard, en 1991, une bretelle routière a été construite dans le Parque Anhangabaú (ou plutôt de ce qu’il en restait), pour relier les Avenues 9 de Julho e 23 de Maio, et un tunnel permet désormais le passage des véhicules dans le fond de la vallée, ce qui a permis de reconstituer des jardins sur la dalle qui le couvre. La vallée est donc redevenue un espace piétonnier, haut-lieu des manifestations et c’est là qu’ont été installés des écrans géants pour les fanatiques de futebol qui n’ont pu s’offrir de billets pour assister dans les stades aux matchs de la Coupe du Monde de 2014.

Photo 17 Bretelle routière et tunnel sous le viaduto do Chá

Street view 1

Street view Google Maps

Sur cette photographie de 2007, l’immeuble de la Light, devenu un centre commercial, est un peu en retrait par rapport au viaduc, l’espace qui l’en sépare est celui qu’occupait l’ancien viaduc. À gauche l’Edifício Conde de Prates, au milieu la tour qui a remplacé les Mappin Stores.

Photo 18 Le viaduto do Chá en 2007

2007 travail 2p

@Hervé Théry 2007

L’Edifício Conde de Prates et l’Edifício Grande São Paulo rapetissent les immeubles du début du XXe siècle. À droite la structure métallique blanche qui recouvre la Praça do Patriarca, dans l’axe du Viaduto do Chá.

Generations  de buildings-p

@Hervé Théry 2006

Avec la croissance et l’expansion de la ville, la majorité de ses habitants vit désormais dans ses immenses périphéries[7] et non plus dans le centre, qui de plus se dévitalise, comme beaucoup de villes des Amériques. Le viaduc qui se trouvait hors du centre historique et a servi à l’étendre, a suivi son destin s’est trouvé progressivement de plus en plus loin du lieu de vie de la plupart des paulistanos (figures n°3 et renvoi n°1).

Figure n° 3 Le viaduto do Chá par rapport au centre de São Paulo

Situation 1810,,1868 et 1897

Il reste pourtant un lieu de référence pour eux, et parfois un lieu de ralliement en raison de présence de la Mairie (ou du moins des bureaux du Maire et de son cabinet), qui occupe l’ancien Edifício Matarazzo, ce qui fait que périodiquement des manifestations se produisent sous ses fenêtre, sur la Praça do Patriarca.

Photo 19 Manifestation sur la Praça do Patriarca, devant la mairie

Manif p

@Hervé Théry 2009

C’est aussi là, cette fois sur le trottoir du Viaduto do Chá lui-même, qu’en avril 2010 près de 700 « sans-toit » ont dressé des tentes, à côté du bâtiment de la mairie, après que 2 000 familles aient occupé deux bâtiments abandonnés du centre et un terrain dans le sud de la ville. Selon le FLM (Front de Lutte pour le Logement), l’utilisation de ces trois sites pour la construction de logements sociaux est une demande de longue date du mouvement et la Mairie ne met guère de bonne volonté à les exproprier et à les aménager.

Photo 20 Des « sans-toit » occupent le viaduto do Chá

2010 2010 sem tetos

http://www.portalflm.com.br/galeria/album/72157623953791998/photo/4561633927/viaduto-do-cha-rotina-ocupacao-abril-2010-ocupacao-viaduto-do-cha-2%C2%BA-dia.html

Ce dernier épisode et cette dernière photo montrent bien à quel point le Viaduto do Chá est toujours intégré dans l’histoire de la ville : le contraste entre le centre commercial (l’ancien siège de la Light) illuminé et les campement des sans-toit dans la rue reflète bien la diversité et aussi conflits de la société paulistana actuelle. Ce viaduc qui le franchit la vallée de l’Anhangabaú reste bien un des hauts-lieux de São Paulo, comme il l’a été depuis l’époque déjà lointaine – 137 ans – où Jules Martin l’a imaginé.

Sources

  • « Como se fez o Viaduto do Chá », Veja São Paulo, IV Centenário de São Paulo, especial Memória, janeiro de 2004
  • Cavenaghi, A. J., « O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana », An. mus. paul. vol.14 no.1, São Paulo Jan. / June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007
  • Lévi-Strauss, C., Tristes Tropiques, Plon, Paris, 1955
  • Moura, P. C. de, São Paulo de outrora: evocações da metrópole. Belo Horizonte: Ed. Itatiaia; São Paulo: Ed. da Universidade de São Paulo, 1980. 312p.

[1] Son nom vient du Tupi-Guarani Anhanga-ba-y, rivière des maléfices. Les Indiens pensaient que ses eaux causaient des maladies physiques et spirituelles. Pas de très bon augure…

[3] Où toute la partie nord-ouest de l’État était marquée terreno desconhecido (terres inconnues).

[4] Ancienne monnaie brésilienne de 20 reis, correspondant à la vingtième partie du cruzado (monnaie ayant une valeur nominale de 400 reis). Elle a cessé d’avoir cours légal en 1942 avec la création du cruzeiro.

[5] Francesco Matarazzo (Castellabate 9 Mars 1854 – São Paulo, 10 Décembre 1937) était un agriculteur italien qui, en 1881, avait émigré au Brésil, où il fut d’abord colporteur, avant de créer le plus grand complexe industriel d’Amérique latine du début du XXe siècle. À sa mort il était l’homme le plus riche du pays et la richesse produite par ses industries dépassait le PIB de tous les États brésiliens à l’exception de São Paulo.

[6] Habitants de la ville de São Paulo, alors que ceux de l’État de São Paulo sont les paulistas.

La population du Brésil en 2014

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) a publié, ce 28 août 2014[1], les estimations de la population résidant dans les 5 570 communes brésiliennes à la date de référence du 1er Juillet 2014. Il estime que le Brésil a actuellement 202,7 millions d’habitants et a eu un taux de croissance de 0,86% de 2013 à 2014.

La commune de São Paulo reste la plus peuplée, avec 11,9 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions), Salvador (2,9 millions), Brasília (2,9 millions) et Fortaleza (2,6 millions). Les 25 communes les plus peuplées ont totalisé 51,0 millions d’habitants, soit 25,2% de la population totale du pays.

Cette publication annuelle[2] obéit à la loi complémentaire n° 59 du 22 Décembre 1988, et à l’article 102 de la loi n° 8443 du 16 Juillet 1992, estimations de population sont essentielles pour le calcul des indicateurs économiques et socio-démographiques entre les périodes et sont également l’un des paramètres utilisés par la Cour des comptes dans la distribution du Fonds de participation des États et des communes.

Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié au Diário Oficial da União (DOU) le même jour. Elle peut également être consultée sur la page www.ibge.gov.br/home/estatistica / population / estimativa2014 . Une analyse complète des estimations de la population se trouve à l’adresse suivante : http://www.ibge.gov.br/home/presidencia/noticias/pdf/analise_estimativas_2014.pdf

Les 25 communes les plus peuplées

Ordre État Commune

População   2014

SP São Paulo

11 895 893

RJ Rio de Janeiro

6 453 682

BA Salvador

2 902 927

DF Brasília

2 852 372

CE Fortaleza

2 571 896

MG Belo Horizonte

2 491 109

AM Manaus

2 020 301

PR Curitiba

1 864 416

PE Recife

1 608 488

10º RS Porto Alegre

1 472 482

11º PA Belém

1 432 844

12º GO Goiânia

1 412 364

13º SP Guarulhos

1 312 197

14º SP Campinas

1 154 617

15º MA São Luís

1 064 197

16º RJ São Gonçalo

1 031 903

17º AL Maceió

1 005 319

18º RJ Duque de Caxias

878 402

19º RN Natal

862 044

20º MS Campo Grande

843 120

21º PI Teresina

840 600

22º SP São Bernardo do Campo

811 489

23º RJ Nova Iguaçu

806 177

24º PB João Pessoa

780 738

25º SP Santo André

707 613

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis

Toutes ensemble, ces communes ont 51 077 190 habitants, 25,2% de la population du pays.  Hors de la capitale, les plus peuplées sont Guarulhos (1,3 million), Campinas (1,2 million), São Gonçalo (1,0 million), Duque de Caxias (878 400), São Bernardo do Campo (811 5000), Nova Iguaçu (806 200), Santo André (707 600), Osasco (693 300) et de São José dos Campos (681 000).  Les 25 communes les plus peuplées hors des capitales d’États représentent un total de 17,0 millions d’habitants, soit 8,4% de la population totale.

Serra da Saudade, dans l’État de Minas Gerais est la municipalité brésilienne de plus petite population, estimée à 822 habitants en 2014, suivie par Bora, dans celui de São Paulo, avec 835 habitants : actuellement, ce sont les deux seules villes de moins de mille habitants.  La population des 25 communes les moins peuplés totalise 32 946 habitants, ce qui représente environ 0,02% de la population totale du Brésil.

Parmi les régions métropolitaines, celle de São Paulo reste la plus peuplée, avec 20,9 millions d’habitants, suivie par celles de Rio de Janeiro (11,9 millions d’habitants), de Belo Horizonte (5,8 millions d’habitants), de Porto Alegre (4,2 millions d’habitants) et la “zone de développement intégrée (RIDE)” du District fédéral et des régions avoisinantes (4,1 millions d’habitants).  Les 25 régions métropolitaines les plus peuplées totalisent 87,0 millions, soit 42,9% de la population totale

Population des régions métropolitaines

Ordre Région Métropolitaine

Population   2014

%   Population totale

RM São Paulo

20 935 204

10,32%

RM Rio de Janeiro

11 973 505

5,91%

RM Belo Horizonte

5 767 414

2,84%

RM Porto Alegre

4 161 237

2,05%

Ride DF e Entorno

4 118 154

2,03%

RM Salvador

3 919 864

1,93%

RM Recife

3 887 261

1,92%

RM Fortaleza

3 818 380

1,88%

RM Curitiba

3 414 115

1,68%

10º RM Campinas

3 043 217

1,50%

11º RM Manaus

2 478 088

1,22%

12º RM Goiânia

2 296 678

1,13%

13º RM Belém

2 129 515

1,05%

14º RM Grande Vitória

1 884 096

0,93%

15º RM Baixada Santista

1 781 620

0,88%

16º RM Natal

1 462 045

0,72%

17º RM Grande São Luís

1 403 111

0,69%

18º RM Maceió

1 246 421

0,61%

19º RM João Pessoa

1 195 904

0,59%

20º RM No/Ne Catarinense

1 191 558

0,59%

21º Ride Teresina

1 180 930

0,58%

22º RM Florianópolis

1 111 702

0,55%

23º RM Aracaju

912 647

0,45%

24º RM Vale do Rio Cuiabá

871 729

0,43%

25º RM Londrina

818 300

0,40%

Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – Copis  RM = Região Metropolitana e RIDE = Região Integrada de Desenvolvimento

Ensembl, ces régions métropolitaines comptent 87 002 695 habitants, 42,91% du total national

Pour compléter le communiqué de presse de l’IBGE, qui se poursuit avec une analyse de la croissance par taille de population des communes (et qui montre que ce sont les villes de taille moyenne qui ont la croissance la plus rapide), nous avons créé une carte à partir de ces données et des données du recensement démographique 2010 de l’IBGE

Population des communes en 2014

Variation 2010-2014 Jenks              Les cercles y sont proportionnels à la population communale en 2014 et la couleur représente sa variation par rapport à celle de 2010[3] : la carte confirme la tendance de ralentissement de la croissance des villes, les plus forts taux figurant dans des communes moyennes ou petites. Ils mettent en évidence la croissance de la zone du Centre-Ouest où se développent les productions de soja, de maïs et de coton. Apparaissent ainsi clairement les axes de la BR153 (Belém-Brasilia), BR163 (Cuiabá-Santarém) et BR364 (Cuiabá-Porto Velho). Une autre région qui a connu une forte croissance démographique (avec un tout autre système de production), a été le Pará oriental et le “bec de perroquet” du Nord Tocantins. On note enfin des taux élevés à ​​la périphérie de la région métropolitaine de São Paulo, sur la côte de Rio de Janeiro, en Espírito Santo et dans le sud de Bahia.


[1] Le texte ci-dessous est fondé sur le communiqué de presse publié par l’IBGE, http://saladeimprensa.ibge.gov.br/noticias?view=noticia&id=1&busca=1&idnoticia=2704, et complété par une carte originale.

[2] En 2013, l’IBGE a publié la population projetée pour les unités de la fédération du pays, par sexe et par âge, par la méthode des composantes démographiques, ce qui représente une amélioration méthodologique. Ainsi, les estimations de la population résidente pour les communes, à la date de référence du 1er Juillet 2014, ont été préparées à partir de cette projection pour chaque État, en intégrant les résultats des paramètres démographiques calculées sur la base des résultats de recensement de 2010 et les dernières informations des registres de naissances et de décès.

[3] En % de la population 2010. Les couleurs chaudes (jaune, orange et rouge) indiquent une augmentation, le bleu une diminution.

Gérer les communes: titulaires, stagiaires et contractuels

L’analyse et la cartographie des informations sur les municipalités permettent de repérer quelques dimensions du développement local en mettant en relief des indicateurs – parfois préoccupants – sur leur fonctionnement. La base de travail sont des données publiées par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique), le Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008), comparables à celles de l’Inventaire Communal, publié naguère par l’INSEE: comme dans celui-ci les données sont déclaratives, elles sont fondées sur les réponses faites aux questionnaires de l’IBGE par les 5 565 communes que compte le Brésil[1]. Comme le nombre de variables est grand, nous en avons choisi quelques-unes portant sur la structure organisationnelle, les aspects juridiques de la planification municipale et surtout sur les ressources humaines disponibles, trois domaines qui indiquent si les autorités locales ont (ou pas) les moyens de faire avancer la réalisation de leurs plans. Dans la dimension organisationnelle on a choisi la capacité à percevoir des impôts et la législation disponible pour la conservation des sites et du patrimoine. Dans la dimension de la planification municipale, l’existence de plans directeurs et de zones industrielles, prévus ou mis en œuvre. Enfin, les éléments sur les ressources humaines portent sur la formation des élus et le nombre des employés municipaux, permanents ou non. Pour concevoir, mettre en œuvre et appliquer leurs politiques, les municipalités doivent en effet pouvoir compter sur une administration efficace, ce qui nécessite une qualification de son personnel et de ses représentants élus, à commencer par le maire[2]. De ce point de vue, il existe de profondes différences entre les régions du Brésil, et l’Amazonie est bien représentative de la diversité des niveaux d’études suivies par les élus communaux, depuis des maires qui n’ont pas terminé l’école primaire jusqu’à ceux qui ont obtenu un diplôme universitaire, en passant par ceux qui ont terminé l’équivalent du lycée. Dans le reste du pays prédominent des deux derniers types, tandis que dans l’état de Piauí, le plus pauvre du pays, compte bon nombre de maires ayant seulement suivi l’enseignement primaire. Une autre information intéressante est la présence – rare – des femmes en politique, elles sont environ 10 % (512 maires de sexe féminin contre 5 046 hommes), mais sans répartition spatiale claire. Une première donnée qui aide à évaluer la capacité de gestion est le nombre des employés municipaux par rapport à la population locale. La figure[3] 1 montre une nette opposition spatiale, de plus fortes proportions d’employés pour 10 000 habitants dans le Nordeste (nord-est du pays, sa région la plus pauvre), alors que dans le Centre-Sud elles sont plus faibles. Le gouvernement municipal est visiblement une source importante d’emploi dans le Nordeste, contrairement au Centre-Sud – excepté l’État de Rio Janeiro – où, bien que les chiffres absolus soient beaucoup plus élevés, les proportions sont plus basses car il existe des alternatives d’emploi dans d’autres activités économiques.

Figura 1 Nombre et proportion des employés municipaux dans la population de la commune

Fr-Total de funcionários por 10 000 hab por microregiao

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Source: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

Pour approfondir l’analyse des conditions dans lesquelles travaillent ces employés, on peut distinguer un autre élément, leur statut stable ou précaire, puisque la force d’une gestion municipale dépend en partie de la stabilité de son personnel technique et administratif, qui assure la continuité des activités administratives et techniques alors que chaque élection peut provoquer des changements parmi les dirigeants municipaux. La figure 2 montre que dans le Nord amazonien, le Nordeste et dans l’intérieur de l’État de São Paulo, la proportion est souvent inférieure à 52 % (cercles rouges), alors que dans le District fédéral la proportion d’actifs sous administration directe est majoritaire (cercles verts), ce qui n’a rien de très d’étonnant puisqu’il s’agit de la capitale fédérale, siège de chacune des trois branches de l’État brésilien, exécutif, législatif et judiciaire. Les municipalités de Rio de Janeiro et São Paulo sont dans la même situation, ainsi que la plupart des capitales d’État, parce qu’elles ont besoin d’une administration stable. La même chose se produit dans trois États du Sud et leurs projections – via la migration de leurs habitants – vers les régions pionnières du Centre-Ouest.

Figura 2 –  Proportion des titulaires dans le total des employés municipaux

Fr-Estatutarios no total de funcionários ativos da administração direta

©Hervé Théry eNeli de Mello-Théry.

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

Pour compléter les effectifs du personnel communal statutaire, deux solutions sont possibles, le recours à des stagiaires ou à des contractuels. La figure 3 montre la part des stagiaires dans le total des employés municipaux, très forte dans le sud-est du pays, avec des points de concentration dans les grandes villes universitaires, en particulier São Paulo et Rio de Janeiro, suivies par le District fédéral et certaines capitales d’États fédérés du Nord-Est. Le fait que les meilleures universités publiques et privées du pays se situent dans ces villes implique qu’y vivent un nombre élevé d’étudiants, qui recherchent dès la première année universitaire les structures publiques ou privées où ils puissent développer et améliorer leurs pratiques professionnelles. Mais cela peut parfois aller trop loin et il n’est pas rare de trouver des services municipaux constitués uniquement d’un responsable et d’un groupe de stagiaires… Si ce statut est utile pour l’apprentissage de l’étudiant, en lui permettant d’entrer tôt dans le monde du travail, y recourir peut dispenser – au moins en apparence –  l’institution publique de chercher à former une main-d’œuvre qualifiée permanente. En apparence seulement, car lorsque le stagiaire atteint un bon niveau dans l’exercice de ses fonctions, il est habituellement sur le point de partir. Le processus de formation devient un éternel recommencement, tous les deux ou trois ans il doit être repris en commençant à zéro.

Figura 3 Proportion des stagiaires dans le total des employés municipaux

Fr-Estagiarios no Total de funcionários ativos da administração direta

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

 L’autre façon de compléter les effectifs des fonctionnaires municipaux permanents est d’avoir recours à des contractuels, engagés de gré à gré sur des contrats temporaires. Dans le Nord amazonien, le Nordeste et dans l’État de Rio de Janeiro de nombreux employés travaillent sans contrat permanent. Ils peuvent occuper des postes de gestion ou de conseil (formant une sorte de cabinet du maire), mais aussi des postes de moindre responsabilité, ce qui est bien moins justifiable, dans tous les cas le recrutement est fait directement par les autorités municipales, sans mise en concurrence. Il est fréquent que cela ouvre la porte au clientélisme ou même au népotisme. Celui-ci est légalement interdit mais il n’est pas très difficile de contourner les règles en faisant recruter des parents par d’autres responsables politiques, en échange de services du même ordre à une prochaine occasion. Spatialement le plus grand pourcentage de ce type de recrutement (plus de la moitié du personnel communal, avec des proportions qui peuvent atteindre 97 %) est concentré dans le Nordeste. Outre le favoritisme, le pourcentage d’employés sans contrat permanent peut également être un effet pervers de l’afflux des royalties pétrolières, comme dans l’État de Rio de Janeiro.

Figura 4 – Proportion des contractuels dans le total des employés municipaux

©Hervé Théry e Neli de Mello-Théry.

Fr-Sem vinculo permanente no Total de funcionários ativos da administração direta

Fonte: IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008.

La cartographie des données du Perfil dos Municípios Brasileiros révèle donc des  indicateurs intéressants sur le fonctionnement des municipalités et de leur capacité à être des vecteurs des politiques publiques. Ces cartes révèlent les grandes disparités qui caractérisent encore le territoire brésilien, et par conséquent les capacités inégales des gouvernements locaux à planifier, exécuter et contrôler des actions publiques susceptibles de peser sur l’organisation des territoires.

Bibliographie IBGE, Perfil dos Municípios Brasileiros – Gestão Pública 2008, http://www.ibge.gov.br/munic2008/ e http://downloads.ibge.gov.br/downloads_estatisticas.htm MOURA, Rosa. “Gestão desarticulada: políticas urbanas em tempos de ajuste estrutural”, In Spósito, M. E. Beltrão: Urbanização e Cidades, 2001, pp. 331-356. MELLO-THÉRY, N. A. de; THÉRY, H. Políticas públicas territoriais e inclusão social. In: Wagner Costa Ribeiro. (Org.). Governança da ordem ambiental internacional e inclusão social. São Paulo, Annablume Editora e Comunicação, 2012, v., p. 199-221. VITTE, Claudete de Castro Silva. “Planejamento urbano, sustentabilidade urbana e qualidade de vida: considerações sobre o significado de cidade e de cidadania no início do século XXI” In KEINERT, Tânia M. M. e KARRUZ, Ana Paula (orgs.) Qualidade de vida: observatórios, experiências e metodologias, São Paulo,  Annablume/Fapesp, 2002. pp. 21-38.


[1] Soit 6,5 fois moins de communes que la France sur un territoire près de seize fois plus vaste.
[2] Ce billet ne reprend qu’un élément, la partie sur le personnel municipal, d’une communication présentée par Hervé Théry e Neli de Mello-Théry au VIIe Congrès du CEISAL (Consejo Europeo de Investigaciones Sociales de América Latina), intitulé “Memoria, presente y porvenir”, qui s’est tenu à Porto en juin 2013, texte  qui sera publié (en portugais) dans les Actes du congrès
[3] Ces données ont été cartographiées en utilisant les logiciels Philcarto (http://philcarto.free.fr/) et Cartes et Données (http://www.articque.com/solutions/cartes-et-donnees/).

L’équipement des domiciles, indicateur de développement

Une façon de mesurer le niveau de richesse des régions est de s’intéresser à l’équipement dont leurs habitants ont pu doter leurs domiciles, ce que permet de savoir le recensement démographique fait par l’IBGE, dont le dernier date de 2010. Sur une série de six cartes[1] représentant le niveau d’équipement des ménages brésiliens en 2010, quatre (le réfrigérateur, la machine à laver le linge, la voiture et l’ordinateur relié à Internet) montrent sensiblement la même répartition, avec des degrés divers de concentration. Deux autres, la radio et la moto,  en révèle d’autres, bien différentes : la géographie de l’équipement des ménages est avant tout une géographie économique, en rapport avec les revenus, mais elle est parfois aussi une géographie culturelle, aux déterminants plus mystérieux.

Figure n° 1 Six équipements des domiciles

6 equipement des domiciles

Ces biens ont été choisis dans une liste plus longue, qui contenait à la fois d’autres objets (télévision, aspirateur, etc.) et des distinctions de niveau d’équipement (une ou plusieurs voitures, télévisions, lignes de téléphone). On a préféré ne pas multiplier les cartes à la fois parce que, pour les taux équipements les plus forts (plus de trois voitures par exemple), les nombres de ménages concernés devenaient très faibles, et parce que les répartitions se répétaient beaucoup. Il n’en apparaît en fait que deux : celle du réfrigérateur, de la machine à laver le linge, de la voiture et de l’ordinateur relié à Internet (elle est identique pour d’autres équipements) montre la situation privilégiée de l’ensemble Sud-Sudeste, mieux équipé que le Nordeste et le Nord, auquel il faut désormais ajouter le Centre-Ouest, qui les a rejoints. À l’intérieur de cet ensemble se détachent pourtant des axes mieux équipés, comme celui  qui va de Santos au Triângulo mineiro, auquel il faut ajouter Brasília, et les façades littorales du Rio Grande do Sul et du Santa Catarina. Ils n’apparaissent pas pour les réfrigérateurs, ou tous les foyers sont équipés, un peu pour les voitures  et les machines à laver le linge, qui sont des biens plus rares, plus nettement pour les ordinateurs connectés, dont on trouve aussi des concentrations dans les capitales et grandes villes des États.

Tout autre est la distribution du taux d’équipement en radios. La région de concentration principale est ici la zone frontalière entre le Rio Grande do Sul et le Santa Catarina, dont la caractéristique principale est d’être une région de forte présence de descendants de colons européens, arrivés au XIXe siècle, qui ont développé une petite agriculture familiale bien différente de ce que l’on trouve dans le reste du pays.

L’équipement des foyers en motos dessine sur la carte deux ensembles dont l’un correspond bien aux fronts pionniers de l'”arc du déboisement” et l’autre aux régions les plus actives du sertão, l’intérieur semi-aride du Nordeste. Ces régions ont en commun d’avoir des routes médiocres, où les voitures ont du mal à circuler, et de connaître un certain succès économique, qui permet à ses habitants de s’offrir ces machines, qui facilitent leur déplacements tout en coutant bien moins cher qu’une voiture. Dans le second cas, celui du sertão, les motos remplacent les ânes, qui étaient il y a encore une vingtaine d’années, le moyen de transport dominant.

Figure n° 2 Avant les motos, les ânes

Jumentos

©Hervé Théry, 1977

Cette répartition est assez discriminante pour introduire des nuances dans une analyse par classification ascendante hiérarchique, où elle amène à distinguer dans l’ensemble Sud-Sudeste-Centre Ouest des régions un peu moins bien équipées que les plus riches, et dans l’ensemble plus pauvre du Nord-Nordeste un groupe où les motos sont plus fréquentes que la moyenne nationale.

Figure n° 3 Typologie des équipements des domiciles

Equipements CAH 4 classes 2


[1] La première version de ces cartes a été faite sur Philcarto, logiciel gratuit disponible sur le site http://philcarto.free.fr/

Géographie du futebol

Quand l’attention ne se focalise pas sur la Coupe du Monde, tous les quatre ans, le Brésil suit avec passion sa Coupe et ses championnats nationaux, tout aussi disputés. Les programmes de télévision, les radios et les journaux font place belle au sport-roi et dans tout le pays les dimanches après-midis sont consacrés aux matches et les lundis matins à commenter les résultats du week-end, nationaux, régionaux et locaux.

Au vu des résultats, et malgré toute l´énergie déployée par les petites équipes, on ne peut toutefois que constater que le succès va généralement aux équipes des grandes villes, et que comme disait Voltaire, « Dieu est toujours pour les gros bataillons »[1]. Malgré quelques exceptions, comme le Santos où s’illustra Pelé, on a l’impression que la hiérarchie footballistique suit de près la hiérarchie urbaine. On peut toufefois vouloir le vérifier, c’est ce que j’ai fait dans une recherche à paraître d’une part dans un livre dirigé par Bertrand Piraudeau, d’autre part (sous forme plus brève) dans un article de la revue Jurisport: l’idée était de mesurer si les deux hiérarchies coïncident, ou si elles diffèrent sur quelques points, de chercher des corrélations et voir s’il n’existerait pas quelques facteurs spécifiques.

On a pour cela une base statistique solide, la CBF (Confederação brasileira de futebol), tient des comptes minutieux des résultats, publiés sur son site (http://www.cbf.com.br/), et l’on dispose donc de données pour vérifier ou invalider cette hypothèse, notamment par un traitement cartographique[2].

Les données disponibles en janvier 2014, qui portent sur l’ensemble de l’année 2013 pour les quatre ligues nationale (ici appelées séries A, B, C et D), permettent non seulement de vérifier que les équipes des série A et B sont en effet les meilleures (la série B paraissant plus pugnace, sans doute pour tenter de “monter” en série A). Elles montrent aussi, rien qu’en calculant la population moyenne des villes où les clubs sont installés, que celle-ci va en décroissant avec les séries, de plus de 2,5 millions d’habitants pour la série A à un peu plus d’un demi-million pour la série D. Elles permettent enfin de construire des cartes montrant localisation et poids démographique des villes-sièges des équipes disputant ces épreuves.

 Population communale et classification du meilleur club de la ville

Population et classification

 

Sur le site de la CBF figure en outre un classement complet des clubs, au-delà de ceux qui jouent dans le quatre séries du championnat, résultat d’un travail complexe de traitement des résultats puisqu’il prend en compte à la fois leurs résultats dans les matchs de Coupe du Brésil et dans le championnat, selon des critères clairement affichés : le classement obtenu en série A, B ou C vaut tant de points, atteindre les 32e de finales tant de points, les 16ede finale tant, etc. La carte que j’en ai tiré confirme la poids des grandes villes, notamment celles du Sud-Sudeste, qui se taillent la part du lion dans ce classement.

Classement des clubs par la CBF en 2014

Ranking CBF 2014 [Converti]

Sur les données des championnats, plus complètes en termes de données, j’ai choisi de mener une classification ascendante hiérarchique (CAH) associant des critères de succès au football (points par habitant – pour réduire l’effet de masse – victoires, but marqués, victoires à l’extérieur, points par partie) et d’autres caractérisant la situation socio-économique de la ville.

La typologie produite par la CAH produit de groupes de villes ayant des profils semblable. Sur ces profil (situé sous la carte), pour chaque variable le groupe est soit au-dessus (barres vers la droite) soit au-dessous (barres vers la gauche) de l’ensemble des villes analysées. Cette typologie peut être interprétée comme suit:

–          Groupe 1: résultats au futebol un peu au-dessus de la moyenne, principalement en termes de buts marqués et de victoires à l’extérieur, mais moins en points par partie (on est dans l’élite, les défenses sont efficaces) et en points par habitant (ce sont des villes très peuplées). La marque distinctive du groupe est un PIB par habitant et un indice de développement élevés, elles se situent toutes (à une exception près), dans le Sudeste, le Sul et la partie du Centre-Ouest qui s’est récemment développée grâce à la culture du soja, du maïs et du coton.

–          Groupe 2: proche du précédent, avec des résultats moins bons dans les stades (les cercles indiquant le nombre de points sont plus petits), mais tous au-dessus de la moyenne, un PIB par habitant plus bas mais un meilleur indice de développement. Il comprend Brasília, Vitória (capitale de l’État d’Espírito Santo), les villes industrielles de Catalão, et Betim, et Barueri, dans la banlieue de São Paulo.

–          Groupe 3: résultats au futebol en-dessous de la moyenne, sauf pour le nombre de points par partie et par habitant (ce sont des villes moins peuplées), PIB par habitant et indice de développement plus bas que la moyenne et surtout – c’est le trait distinctif du groupe – proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família, donc de pauvres. Sans surprise, ce groupe se situe tout entier dans le Nordeste et en Amazonie, les régions les plus pauvres du pays,

–          Groupes 4 et 5: proches du précédent, avec des résultats sur les terrains un peu meilleurs pour le groupe 4 (en victoires et buts marqués) et moins bons pour le groupe 5, alors que c’est l’inverse pour la proportion élevée de bénéficiaires de la Bolsa família. Sauf la petite ville de Goianésia (moins de 60 000 habitants) dans les Goiás, Aracruz (Espírito Santo) et les banlieues pauvres de Rio de Janeiro (Nova Iguaçu et Duque de Caxias) toutes sont dans le Nordeste et en Amazonie. On trouve ici bon nombre de capitales d’États fédérés, plutôt dans le groupe 5, moins marqué par la pauvreté.

Typologie des villes participant au championnat

CAH indices-5

Cette typologie qui associe résultats aux sportifs et poids des villes a donc manifestement une dimension socio-économique, à côté de sa dimension démographique, et l’on retrouve ici – sans surprise – les disparités bien connues entre le Brésil du Sud-Sudeste et l’ensemble Norte-Nordeste, une des trames majeures de la géographie sociale brésilienne. Toutefois, on a vu ici et là des exceptions, de grandes équipes dans de petites villes, de belles réussites même dans des régions pauvres, ce qui oblige à changer d’échelle d’analyse, à passer de celle des villes à celle des clubs.

 Il suffit de parler un peu de football avec des passionnés de ce sport pour réaliser que la fidélité des supporters (torcedores) va en fait non pas à leur ville mais à leur club. C’est d’autant plus perceptible que de multiples signes extérieurs leur permettent d’afficher leur appartenance, les clubs ont un drapeau, un blason, un maillot (camisa). Il est de bon ton de revêtir ce dernier pour aller assister aux matchs, évidemment, mais aussi pour aller jouer une partie entre amis, aller à la plage, ou même au cinéma ou au shopping center.

Un des éléments principaux de la fidélité fanatique des supporters à leur club est la rivalité avec ceux d’autres équipes, dont aucune n’est aussi vive que celle qui les oppose à l’autre (ou aux autres) torcidas (groupes de torcedores) de leur ville. On « est » Fluminense, Vasco ou Flamengo (à Rio), São Paulo, Palmeiras ou  Corinthians (à São Paulo). L’effet de ces rivalités est manifestement positif puisque toutes les premières villes du classement de la CBF comptent au moins deux clubs, et souvent plus. De toute évidence l’émulation entre les clubs est un puissant aiguillon, incitant les joueurs à se surpasser, les dirigeants à attirer les meilleurs joueurs, les supporters à fréquenter les stades pour les encourager. Si l’on y ajoute les rivalités régionales entre villes proches, comme João Pessoa et Campina Grande, ou Londrina et Maringá, et les rivalités entres les capitales d’États proches, on voit bien que la compétition avec les voisins est le ressort principal de l’excellence.

Répartition des points entre les clubs d’une même ville

Graphique clubs

Il est pourtant un moment où ces rivalités disparaissent, ou plutôt se transfèrent sur un autre plan: quand le Brésil joue dans les compétitions internationales, l’unité se fait et la ferveur qui entoure l’équipe nationale est sans égale. Pendant les matchs le pays s’arrête, chaque but marqué provoque une vague de hurlements d’enthousiasme devant les télévisions, dans tous les coins du pays, des grandes métropoles aux bourgades misérables du Nordeste et jusqu’au dernier village d’Amazonie. Les explosions de pétards permettent de suivre le score (ou du moins celui du Brésil) même aux rares sceptiques qui vaquent à d’autres occupations pendant ces moments de communion nationale.

Cette ferveur et cette communion sont telles que la meilleure Université du pays, l’USP (Universidade de São Paulo) a supprimé les cours (não haverá aula), dans son calendrier officiel pour 2014 les jours où le Brésil jouera un match (jogo do Brasil) et ceux où se jouera à São Paulo un match de la Coupe, même si le Brésil n’y participe pas. Nous signalons –  pour éviter les commentaires malicieux – que les jours perdus ont été compensés en avançant la date de la rentrée. Mais les mois de juin et juillet vont être durs…

Calendrier 2014 de l’Universidade de São Paulo

Calendario USP

 

Source: USP, https://uspdigital.usp.br/jupiterweb/jupCalendario2014_final.jsp


[2] La première étape du traitement des cartes statistiques a été réalisée en utilisant le logiciel Philcarto, disponible sur le site philcarto.free.fr.

Les religions au Brésil en 2010

L’IBGE (Institut brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 29 Juin 2012 les données du Recensement de 2010 sur les religions (données de l’enquête détaillée par échantillon). Ses responsables de la communication, commentant ces résultats ont souligné certains des changements qui ont eu lieu depuis le dernier recensement, en 2000, le principal étant le déclin de l’Église catholique et la croissance des religions évangéliques et du nombre de personnes qui prétendent n’avoir aucune religion. Quelques cartes ont été présentées, mais les données sont si riches que leur dimension territoriale – la répartition des religions dans le pays – peut être approfondie. Les cartes suivantes1 ont été élaborées à partir du tableau de données 1489 (Population résidente, par religion, couleur de peau et sexe, Résultats généraux de l’échantillon), à l’échelle des micro-régions (elles sont 558 dans tout le pays)2.

Tableau 1 – Les religions au Brésil en 2010
IBGE, Censo demográfico 2010

Les religions principales
Les grandes religions étaient en 2010, comme l’indique le tableau ci-dessus, l’Église catholique (romaine) et les diverses religions protestantes, puis le groupe qui a déclaré n’avoir «aucune religion». Les trois premières cartes les localisent, en utilisant la même échelle pour les rendre comparables.
Catholiques
Le catholicisme reste dominant dans le Nordeste et dans les régions d’agriculture paysanne du Sud mais dans les grandes villes il ne représente pas plus de deux tiers de la population et même, dans le cas de Rio de Janeiro, la moitié.
Protestants évangéliques
Le public des religions évangéliques est essentiellement urbain, avec une présence plus forte à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Sans religion

Le «sans religion» sont également plus nombreux en milieu urbain et à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Géographies différenciées
Les autres religions n’ont pas le même poids en chiffres absolus, mais certaines présentent des configurations spatiales différenciées, révélées par les cartes ci-dessous, qui ne sont pas comparables avec les trois premières, ni entre eux, parce que leurs effectifs absolus sont à des échelles différentes, adaptées au nombre de fidèles de chaque religion .
Judaïsme
Le judaïsme est une autre religion région urbaine, cette fois c’est São Paulo qui se distingue, avec plus de 44 000 personnes, soit près du double de Rio de Janeiro.
Islam
Les musulmans se concentrent principalement à São Paulo et à Foz do Iguaçu, sur la Triple Frontière Brésil – Argentine – Paraguay.
Candomblé
Les fidèles du Candomblé (religion afro-brésilienne) sont nombreux – comme on pouvait s’y attendre – à Bahia, mais plus encore à Rio de Janeiro
Umbanda
L’Umbanda (autre religion afro-brésilienne) est présente, avec le Candomblé, à Rio de Janeiro, mais son foyer principal est le Rio Grande do Sul, dans la capitale et la partie sud de l’État.
Spiritistes
La répartition des Spiritistes, à part une concentration dans le Rio Grande do Sul similaire à celle de l’Umbanda, dessine un axe Janeiro Rio de Janeiro – São Paulo – Brasilia.
Traditions ésotériques

Brasilia est clairement – au moins en proportion – la capitale brésilienne de l’ésotérisme .
Traditions indigènes
La répartition des fidèles des traditions indigènes suit évidemment celle des Indiens eux-mêmes, concentrés principalement en Amazonie.
Typologies
Deux techniques statistiques permettent la construction de typologies – et de cartes – indiquant quelle religion occupe une place particulière dans chaque région et la différencie des autres, sans être nécessairement en position dominante puisque le catholiques restent partout les plus nombreux.
CAH
La Classification Hiérarchique Ascendante (CAH) construit des groupes de régions de même profil, dont la composition est expliquée par le graphique situé au-dessous de la carte, où chaque groupe apparaît avec des valeurs supérieures à la moyenne (barre vers la droite) ou au-dessous de celle-ci (barre vers la gauche) pour chaque religion. La carte confirme la bonne résistance du catholicisme dans le Nordeste et le sud intérieur (en dehors de la Campanha Gaúcha du sud du Rio Grande do Sul, marquée par l’Umbanda). Dans le reste du pays apparaît la force des évangéliques sauf dans de petites zones marquées par l’Islam (une région), l’Umbanda et le Candomblé (13 régions), les traditions indigènes (6 régions) et l’absence de religion, conjointement avec les évangéliques (3 régions) .
Analyse factorielle

L’analyse factorielle groupe les variables analysées –ici les religions – selon les similitudes ou les différences de leur distribution statistique et géographique, au long d’axes qui rendent compte de ces variations, de manière décroissante. Le premier axe de la figure centrale du graphique, qui se lit de gauche à droite, représente près de 40% de la variabilité et oppose à la religion catholique à tous les autres: la carte du haut de la figure, construit à partir de la position des régions sur cet axe, fait apparaître à nouveau les bastions du catholicisme dans le Nordeste et du Sud. L’axe deux, qui se lit de haut en bas et représente 16,65% de la variabilité, nuance la distribution des «autres» religions, il regroupe d’un côté Umbanda/Candomblé, Islam et judaïsme (groupe du haut du graphique et couleurs chaudes sur la carte du bas), d’autre part les évangéliques, les sans-religion et les traditions indigènes (bas du graphique et des couleurs froides sur la carte). Les deux groupes ont leurs bases principales dans les grandes villes mais la première et la plus répandue dans le Sud et le Centre-Ouest, la seconde dans le Nord et le Nord.
Évolution 2000-2010
Quel est l’impact territorial de la tendance générale de croissance des religions évangéliques et de reflux du catholicisme? Les cartes suivantes analysent cet aspect, une fois éliminé l’effet de la croissance démographique et en faisant la moyenne de chaque région avec ses voisins, afin de renforcer les cohérences régionales en éliminant les phénomènes purement locaux.
Variation 2000-2010 de la religion catholique
Le reflux du catholicisme est général (valeurs négatives dans toutes les régions), mais est plus prononcé dans les grandes villes et sur les fronts pionniers amazoniens, le long de l'”arc de la déforestation” et au-delà. Il semble y avoir une certaine co-incidence entre la religion protestante et l’esprit pionnier, qui devra être étudié plus avant.
Variation 2000-2010 des religions évangéliques
Les progrès des religions évangéliques sont – de façon symétrique du reflux du catholicisme – visibles dans toutes les régions du pays, mais surtout en Acre, dans le sud du Minas Gerais et surtout dans le Nordeste.

Notes

1) Publiées originellement dans la rubrique “images commentées” de Confins, sous un pseudonyme, selon l’usage brésilien de ne pas publier dans une revue quand on en est le rédacteur en chef: René Somain, « Religiões no Brasil em 2010 », Confins 15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2012, URL : http://confins.revues.org/7785 , DOI : 10.4000/confins.7785

2) Ces cartes ont été ébauchées sous les logiciels Philcarto, écrit par Philippe Waniez, et Cartes et Données, du groupe Articque, disponibls gratuitement et respectivament sur les sites http://philcarto.free.fr/  et http://www.geocampus.com/fr/solutions-international/solutions-international-cartes-et-donnees-pro.html

 

Périphéries de São Paulo

La majorité des onze millions d’habitants de São Paulo, et plus encore des 18 millions d’habitants de sa « région métropolitaine » de 39 municípios (communes) vivent dans les immenses périphéries poussées à la va-vite dans les années de sa croissance la plus rapide, dans les années 1950 et 1960.

Une bonne partie de ces périphéries sont occupées par des favelas, qui entourent le centre – dégradé – de la ville et sa première couronne de quartiers chics – au sud-ouest – et de quartiers résidentiels pour classes moyennes. Au-delà persistent de vastes étendues de forêts, progressivement mitées par la croissance de la lointaine banlieue, que des lignes de train (pour les pauvres) et des voies autoroutières (pour les riches) rendent accessibles au prix de longues heures de transport.

Ces banlieues ne sont pas très facile d’accès, car à la difficulté de s’orienter dans un lacis complexe de rues pas toujours asphaltées s’ajoute un fort sentiment d’insécurité. L’usage du GPS résout la première difficulté, la seconde est plus difficile à vaincre car même si la réalité mesurée par les statistiques de police ne la justifient que partiellement elle rend difficile de convaincre des accompagnateurs de vous guider dans ces quartiers.

Heureusement, la disposition des couloirs aériens donnant accès aux aéroports de São Paulo (celui des vols nationaux, Congonhas et celui des vols internationaux, Guarulhos) permet, à chaque atterrissage et décollage, de collectionner des photos prises à basse altitude qui donnent une bonne idée de la configuration des ces quartiers.

Une de leurs caractéristiques les plus frappantes est  la juxtaposition dse zones industrielles, résidentielles et commerciales, sans zonage ni planification.

On peut y trouver – par exemple – des installations de stockage de carburant à proximité de zones résidentielles denses, qui se sont très probablement développées sans autorisation sur des sites inconstructibles.

Dans les quartiers les plus proches des grands axes, les plus visibles donc, ont été tentées des opérations de remplacement des maisons basses, vite et mal construites, par des immeubles d’appartements appelés Cingapura, puisque c’est à Singapour que – dit-on – le gouverneur de l’époque en a trouvé le modèle.

Dans la périphérie Sud, entre le centre et les lacs de barrage Billings et Guarapiranga, le bâti est plus dense encore, sans grandes trouées ni espaces verts.

L’effet global, vu d’avion, de ces quartiers périphériques, est d’une couche uniforme de maisons basses, qui suit et souligne les ondulations du relief en demi-oranges caractéristique de l’évolution géomorphologique sous climat tropical.

Vus de plus près, le bâti montre des différences entre les axes principaux, où se concentrent les activités économiques (petites industries, entrepôts, commerce, etc.) et les cœur des ilôts occupés par les logements.

La plus étendue des périphéries du município de São Paulo, la Zona leste est peuplée de 4,5 millions d’habitants, et ne compte guère d’axes ou d’équipements structurants, à part le terminus de la ligne 3 du métro, doté d’amples terrains expropriés pour les aires de manœuvre et d’entretien. C’est pourquoi le choix a été fait d’y construire le stade qui devrait – s’il est fini à temps – le match d’ouverture de la Coupe du Monde de football, en 2014 et servir de pôle de développement à la zone.

Un des derniers espaces verts, aux confins de la Zona Leste et de Guarulhos, est le Parc écologique du Tietê, aménagé sur les zones inondables par les crues annuelles de la rivière. Cette « coulée verte » est évidemment bienvenue dans ce monde minéral, mais elle est attaquée de toute part par l’avancée urbaine et mal défendue par une APA (Area de proteção ambiental, zone de protection environnementale) peu efficace.

Nouvelles images de la population brésilienne en 2010

Le recensement démographique réalisé en 2010 par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques) contient une foule de renseignements sur les tendances démographiques dans le pays, librement (et gratuitement) accessibles sur son site (www.ibge.gov.br).  À partir de ses données par estado (État de la fédération), microregião (regroupements de commune par bassin de vie) et município (l’équivalent des communes), on peut construire quelques cartes qui révelent de puissants contrastes entre les régions du pays.

Masses

Le Sudeste – la région qui contient les États de São Paulo et de Rio de Janeiro –  est de loin la partie la plus peuplée du pays, et une carte en anamorphose de la population des États qui donne à chacun la taille qu’il « mérite » en fonction de sa population, montre bien leur prédominance. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas).

Figure n° 1 Anamorphose de la population par État en 2010

Le poids spécifique des régions métropolitaines des deux villes éponymes de ces États apparaît bien si l’on répète l’exercice à l’échelle des microregiões : bien que celles-ci aient été conçues pour être, sinon homogènes, du moins comparables, le poids des grandes villes et de leurs satellites atrophie le Sud, secondairement le Nordeste. Inversement l’Amazonie disparaît presque, bien que ses communes soient immenses, certaines d’entre elles étant plus vastes que bien des pays européens.

Figure n° 2 Anamorphose de la population par microregião  en 2010

Densités

L’opposition majeure qui fonde l’organisation de l’espace est donc celle des densités : au littoral densément peuplé – c’est là que se situent toutes les grandes villes – s’oppose l’intérieur qui l’est nettement moins (la seule exception étant Brasília), résultat d’un processus d’occupation et de colonisation qui a commencé par le littoral. Presque partout la densité tombe en dessous de cinq habitants par kilomètre carré dès qu’on s’éloigne de plus de 200 km des côtes, et dans le Nord-Ouest amazonien on tombe même à moins d’un habitant par kilomètre carré. Cette disparité est bien révélée par la  carte classique (elle figure dans le billet « Du nouveau sur la population du Brésil en 2010 », http://braises.hypotheses.org/76), mais une carte en 3D en dit plus sur la contribution des villes, car si vives soient les teintes correspondant à leurs hautes densités, la petite taille de leurs municípios et même de leur microregião les dissimule, au contraire les « pics » de la 3D les fait – littéralement – ressortir par rapport à leur environnement.

Figure n° 3 Densité de population par microregião

On en a confirmation quand on ne prend en compte que la population urbaine de chaque município, les très grandes villes sont concentrées au long du littoral atlantique et parmi elles São Paulo, Rio de Janeiro et quelques autres se détachent nettement.

Figure n°  4 Population urbaine par município

Évolutions

Le boom démographique qui a marqué le XXe siècle a fait passer la population du pays de dix à près de 200 millions d’habitants, ce qui est évidemment un atout formidable, mais aussi un redoutable défi pour nourrir, loger, éduquer ces millions de nouveaux citoyens. Dans le même temps le centre de gravité du pays s’est déplacé, la série des cartes qui retrace l’évolution de la population montre l’extension progressive de la population vers l’Ouest et le Nord, où sont créé de nouveaux États, mais aussi le renforcement progressif du poids du centre, essentiellement São Paulo et Rio de Janeiro.

Figure n°  5 Population des États

Cette croissance s’est bien ralentie – le nombre moyen d’enfants par femme est aujourd’hui plus bas au Brésil qu’en France, mais le dynamisme spatial n’a pas complètement disparu pour autant, des mouvements de population se font toujours, à la fois par la migration et par les différence de dynamisme démographique entre les régions.

Une dernière carte, à l’échelle des municípios, montre que – pour la première fois dans l’histoire du pays, certaines régions perdent de la population (cercles bleus), dans le sud-ouest, dans le nordeste et même dans certaines zones de l’Amazonie (Rondônia et Transamazonienne), occupées dans les années 1970 par une colonisation qui n’a pas réussi à fixer une agriculture à haute densité.

En revanche les forts accroissements (cercles rouges) signalent que des fronts pionniers sont encore actifs dans d’autres régions amazoniennes, comme l’est du Pará (bois et élevage) ou dans le nord du Mato Grosso (soja). La plupart des villes n’ont que des progressions modestes (en pourcentage), la croissance se faisant dans les communes de leurs périphéries.

Figure n°  6 Évolution de la population entre 2000 et 2010

 

La place du Brésil dans le Monde mesurée par les transports aériens et le commerce international

Pour jauger l’importance du Brésil dans le Monde on peut chercher des indicateurs dans deux domaines, les flux aériens et le commerce international, flux de personnes et de marchandises qui révèlent les orientation de ses relations privilégiées avec certains pays.

Flux aériens

Quatre compagnies brésiliennes ont des réseaux internationaux, dont le dessin souligne les régions du monde avec lesquelles le Brésil entretient les échanges les plus denses. La compagnie Gol[1] a racheté en 2007 la compagnie brésilienne la plus ancienne et la plus prestigieuse, la Varig, alors secouée par une grave crise, et repris une partie de ses lignes internationale (mais pas la ligne vers Paris). La TAM[2] a un réseau est encore embryonnaire, mais qui se développe, et est appelé à le faire plus encore avec sa fusion avec LAN Chile en 2010[3]. Ocean Air, la denière venue, s’appelle désormais Avianca elle a repris le nom de la compagnie colombienne, car elle ont désormais le même même propriétaire (brésilien) et accède par elle a son réseau international. Toutes quatre privilégient nettement trois directions, les pays voisins d’Amérique du Sud, l’Europe et les États-Unis. En des temps plus fastes, la Varig avait des lignes vers le Japon, via la Californie, et vers Bangkok, via l’Afrique du sud, vers l’Angola et le Nigeria mais ces temps de gloire sont désormais révolus et le pragmatisme a amené les compagnies brésiliennes à se concentrer sur les lignes les plus rentables.

Destinations internationales des compagnies aériennes des compagnies brésiliennes

Heureusemement bon nombre de compagnies étrangères desservent le Brésil, issues des pays avec lesquels elle entretient des relations anciennes (voisins sud-américains, États-Unis, Japon et Europe), mais aussi de ceux avec lesquels ses échanges se sont plus récemment développés, notamment la Chine, les Émirats Arabes Unis et la Turquie. Celle-ci dessert au passage le Sénégal, ce qui atténue un peu le vide africain, les liaisons avec ce continent censé tenir une place-clé dans la diplomatie brésilienne se résumant á une ligne vers l’Angola et une vers l’Afrique du Sud, l’une et l’autre tenue par des compagnies étrangères.

Passagers vers le Brésil en 2010

 

Passagers depuis et vers le Bresil, compagnies brésiliennes et étrangères
Fret depuis et vers le Bresil, compagnies brésiliennes et étrangères

Commerce extérieur

Le commerce extérieur du Brésil montre bien les orientations de ses échanges, leurs évolutions récentes et la place du pays dans le monde d’aujourd’hui. Les partenaires principaux sont les voisins du Mercosul (principalement l’Argentine), les États-Unis, l’Europe, et de plus en plus la Chine, dont le poids était très limité il y a dix ans. Elle a aujourd’hui largement dépassé le Japon comme principal partenaire asiatique, grâce à ses achats massifs de minerai de fer, de soja, de viande et de sucre, en échange d’une foule de produits manufacturés, des plus banals (textiles de bas de gamme) aux plus sophistiqués (électro-ménager et informatique).

Importations et exportations en 2010
Commerce international en 2010

 Le solde est néanmoins positif pour le Brésil, comme il l’est avec la Russie, plusieurs pays du Moyen Orient (le Brésil ayant acquis son auto-suffisance en pétrole) et avec ses voisins d’Amérique du Sud, à l’exception de la Bolivie à qui il achète du gaz sans pouvoir lui vendre beaucoup en échange, en raison de sa faible population et plus encore de son faible pouvoir d’achat. En revanche les soldes sont négatifs avec les États-Unis et l’Europe, qui vendent au Brésil des produits à haute valeur unitaire et lui achètent principalement des minerais et des denrées agricoles, à la notable exceptions des avions de l’Embraer.

Le Brésil a donc une position spécifique dans la division internationale du travail. Pour la fabrication des produits technologiques il a un solde positif des pays moins développés que lui en Améroque du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient, et des soldes négatifs avec les grandes puissances économiques. Cela signifie qu’il occupe une position intermédiaire entre les pays développés du « centre » (auxquels il achète des produits manufacturés, ainsi que des services, qui n’apparaissent pas ici, et vend des produits primaires), et les pays plus périphériques que lui (voisins sud-américains, producteurs de pétrole d’Afrique et du Moyen-Orient), auxquels il vend des biens manufacturés et achète des produits primaires, ce qui reflète sa position intermédiaire entre « Sud » et « Nord ».


[1] Qui était au départ une compagnie low cost fondée par une compagnie de transport par autobus.

[2] Qui était à l’origine une compagnie de taxis aériens de Marília, d’où son nom.

[3] Qui mettra le groupe LATAM au premier rang pour l’hémisphère Sud avec 280 avions, 40 000 employés et 115 destinations dans 23 pays. La LAN aura 70% des actions et la TAM 30, les deux compagnies continuant à opérer sous leur marque, comme Air France et la KLM.