Archives de catégorie : Cartes historiques

La formation du territoire brésilien

La formation du territoire brésilien

Le site Panmythica, Dimensões de um mesmo mundo (dimensions d’un même monde, https://www.panmythica.com/), animé par Michael serra, offre parmi bien d’autres sujets (guides de l’aérospatiale, des aéronefs, des androïdes, des armes blanches, des armes à feu, des divinités, des vaisseaux spatiaux, des guerriers sacrés, des navires, des véhicules, etc.) trois animation de cartes sur l’évolution des subdivisions du Brésil, des communes de l’État de São Paulo et de la région métropolitaine de sa capitale :

https://www.panmythica.com/2008/04/mapas-histricos-do-brasil.html

https://www.panmythica.com/2020/04/mapa-da-capitania-e-da-provincia-de-sao.html

https://www.panmythica.com/2020/04/mapa-da-evolucao-territorial-da-atual.html

La première représente le massage des capitaineries coloniales aux provinces impériales puis aux États sous la République, de 1534 (créations des « capitaineries héréditaires) à 1988 (création de l’État de Tocantins). Elle n’a pas la prétention d’être, comme l’indique le site « une représentation officielle de l’évolution de l’histoire du Brésil, mais seulement une tentative de refléter les principaux faits de son expansion territoriale. De nombreuses cartes, essentiellement les plus anciennes, représentent les zones revendiquées par une unité administrative, ce qui ne signifie pas qu’elles en avaient le contrôle ou la possession totale (en fait, jusqu’au milieu du XIXe siècle, une grande partie était occupée par les amérindiens) Les frontières entre unités administratives ne doivent pas être considérées comme des faits établis mais uniquement des suggestions approximatives, basées sur des rapports, des cartes de l’hydrographie, des chaînes de montagnes, etc. Un autre fait à souligner, principalement sur des cartes très anciennes, est que les documents cartographiques de l’époque, dans la grande majorité des cas, n’étaient pas à jour au moment de leur publication. Les effets des décrets royaux, par exemple, ont tardé à apparaître sur les cartes les plus récentes et donc la base principale de ce travail ont été les informations textuelles, et non les cartes ».

Outre l’animation, le site offre les 125 cartes qui le composent, toutes disponibles en format vectoriel .ai (Adobe Illustrator) dont quelques-unes sont présentées ci-dessous avec le court texte qui les accompagne (parfois légèrement développé). Cette sélection très partielle de compte de l’ensemble du récit composé par les 125 images, il est vivement conseillé de se reporter à l’animation vous retrouver la continuité de cette histoire de presque cinq siècles. Les couleurs indiquent l’appartenance à une même unité administrative et les caractères majuscules indiquent une unité administrative d’ordre supérieur, entre lesquelles le Brésil a été divisé à certaines périodes.

Figura 1 1534

1534 – Formation de capitaineries héréditaires délimitées par la ligne issue du traité de Tordesillas, partageant l’Amérique du Sud entre les Portugais, elle est, et les Espagnols à l’ouest.

Figura 2 1593

1593 – La Bandeira (expédition d’exploration) d’Antônio Macedo et Domingos Luís Grau, partie de São Vicente, longe la rive gauche du Tocantins jusqu’à la zone actuellement occupée par l’État du même nom. Du fait de cette exploration, qui définissait le territoire occupé au nom de la capitainerie de São Vicente, la limite occidentale des autres capitaineries a pu être dessinée, au moins en termes de revendications

Figura 4 1637

1637 – Les Hollandais, qui avaient occupé la capitainerie de Pernambuco en 1630, conquièrent la capitainerie de Sergipe del-Rei. Création de la « sous-capitainerie » du Cap Nord, dans le Grão-Pará (actuellement Amapá). L’expédition de Pedro Teixeira explore presque entièrement la région amazonienne jusqu’au Pérou et déclare les terres propriétés de l’État de Maranhão

Figura 3 1709

1709 – Après la découverte de l’or dans l’actuel État du Minas Gerais, la capitainerie de São Vicente devient la capitainerie de São Paulo et Minas de Ouro, apogée de l’expansion des terres parcourues et revendiquées par les Bandeirantes.

Figura 5 1748

1748 – Création des capitaineries du Mato Grosso et du Goiás, qui faisaient partie de celle de São Paulo. Celle-ci est supprimée et incorporée à celle de Rio de Janeiro.

Figura 6 1772

1772 – L’État de Grão-Pará et Maranhão est divisé en deux partie, l’État de Grão-Pará et Rio Negro et l’État de Maranhão et Piauí, chacune composée de deux capitaineries.

Figura 7 1809

1809 – Les troupes portugaise venues du Brésil envahissent la Guyane française et établissent la colonie de Cayenne et Guyane

Figura 8 1824

1824 – Après la révolte de la Confédération de l’Équateur, Pernambuco est puni par la perte des territoires situés sur la rive ouest du São Francisco au profit de la province de Minas Gerais

Figura 9 1853

1853 – La province du Paraná est créée au sud de celle de São Paulo.

Figura 10 1903

1903 – L’Acre se sépare de la Bolivie et est incorporé par le Brésil en tant que territoire fédéral.

Figura 1962

1960 – Création de l’actuel District fédéral de Brasília, l’ancien, centré sur Rio de Janeiro, devient l’État de Guanabara. En 1962, les territoires fédéraux d’Acre et Amapá deviennent des États. Le territoire de Rio Branco devient le territoire de Roraima

Figura 12 1988

1988 – Le territoire de Roraima devient l’État de Roraima. Création de l’État de Tocantins.

Bibliographie

  • Atlas Digital da América Lusa (http://lhs.unb.br/atlas/In%C3%ADcio )
  • Biblioteca Digital de Cartografia Histórica da Universidade de São Paulo (http://www.mapashistoricos.usp.br/ )
  • Guia Geográfico da História do Brasil (https://www.historia-brasil.com/mapas/mapas-historicos.htm )
  • Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística: Portal Cidades (https://cidades.ibge.gov.br/ )
  • Memória da Administração Pública Brasileira – Arquivo Nacional (http://mapa.an.gov.br/ )
  • ALBUQUERQUE, Manoel Maurício; REIS, Arthur Cézar Ferreira; CARVALHO, Carlos Delgado de. Atlas histórico escolar. Rio de Janeiro: FENAME, 1977.
  • BUENO, Eduardo. A coroa, a cruz e a espada. Rio de Janeiro: Estação Brasil, 2016.
  • BUENO, Eduardo. Capitães do Brasil. Rio de Janeiro: Estação Brasil, 2016.
  • CALIXTO, Benedito de Jesus. Capitanias paulistas. 2ª edição. São Paulo: Duprat e Mayenca, 1927.
  • CASTRO, Carlos Félix Ferreira. A história do Piauí. Teresina: 2006.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. Os limites cartográficos das Capitanias Hereditárias do Sul. 3º Simpósio Brasileiro de Cartografia Histórica. Belo Horizonte: UFMG, 2016.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. Reconstruindo o mapa das Capitanias Hereditárias. São Paulo: USP, 2013.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. A formação do Território da Capitania do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Acervo Arquivo Nacional, 2016.
  • ELLIS, Myriam. São Paulo, de Capitania a Provincia: Pontos de partida para uma história político-administrativa da Capitania de São Paulo. Campinas: Unicamp, 1972.
  • FERREIRA, Jurandyr Pires. Enciclopédia dos Municípios Brasileiros. Volumes 1 ao 36. Rio de Janeiro: IBGE, 1957.
  • GUIMARÃES, Eduardo Nunes. A influência paulista na formação econômica e social do Triângulo Mineiro.
  • INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA. Evolução da Divisão Territorial do Brasil – 1872-2010. Rio de Janeiro, 2011.
  • MAIA, Luiz Carlos Mourão; FARIAS, Luiz Carlos Moreira. Histórico da divisa Ceará-Piauí. Fortaleza: Assembleia Legislativa do Estado do Ceará: 2019.
  • MARTINS, Herbert Toledo Martins. A retaliação de Pernambuco: o caso da Comarca do Rio de São Francisco. Revista CLIO, vol. 28.2.
  • MOTT, Luiz R. B. Descrição da Capitania de São José do Piauí – 1772. Campinas: Unicamp.
  • NEVES, Juliana Brainer Barroso. Colonização e resistência no Paraguaçu-Bahia, 1530-1678. Recife, 2008.
  • OLIVEIRA FILHO, Pedro Affonso; BRITO, Juliana de; GONÇALVES, Maísa Albino dos Santos. Os relegados: a história oculta dos primeiros povos do Pontal do Triângulo. UFG/Jataí.
  • PENNA, Patrícia Ladeira. Benta Pereira: mulher, rebelião e família em Campos dos Goytacazes, 1748. Niterói: UFF, 2014.
  • PICANÇO, Jefferson de Lima; MESQUITA, Maria José. A cartografia primitiva da Baía de Paranaguá (séculos XVI-XVII) e os limites da América Portuguesa. Campinas: Unicamp, 2015.
  • PRIORI, Ângelo [et al.]. História do Paraná: séculos XIX e XX. Maringá: Eduem, 2012.
  • RAZENTE, Nestor. Povoações abandonadas no Brasil. Londrina: Eduel, 2016.
  • SILVA, Leonardo Augusto Ramos. Os índios principais na sublevação do Caeté (1741-1745). Manaus: Revista Manduarisawa, vol. 2, nº 1, 2018.
  • TOLEDO, Roberto Pompeu. A capital da solidão. Rio de Janeiro: Editora Objetiva, 2003.
  • VALENCIA VILLA, Carlos. O retorno dos mapas: sistemas de informação geográfica em história. Porto Alegre: Ladeira Livros, 2016.

Cartes historiques de Rio de Janeiro

Une recherche de cartes historiques de Rio de Janeiro m’a conduit à visiter Gallica, le site de la Bibliothèque nationale de France (gallica.bnf.fr/). Une grande partie des documents de la bibliothèque y sont disponibles et peuvent être téléchargés en format .pdf, accompagnés d’un texte qui indique que « les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF »

Une recherche « Rio de Janeiro » restreinte à « cartes », a donné 158 résultats, parmi lesquels j’ai choisi celles qui me paraissaient les plus intéressantes, reproduites ci-dessous[1] en ordre chronologique. Sous chaque image figure la description copiée du fichier .pdf dans lequel est inclus le document téléchargé.

La plus ancienne date de la tentative française d’une colonie dans la baie de Guanabara, la « France antarctique ». Elle a été dessinée par André Thévet, le moine de l’ordre des Cordeliers qui y participa et en fit le récit. Il y donne le nom d’« Île aux Français » à celle qui est aujourd’hui rappelée « Île de Villegaignon », du nom du chef de l’expédition. Il indique au nord de la baie une « ville Henry » qui n’a jamais existé mais sur le site de laquelle s’est développée l’actuelle ville de Rio de Janeiro.

Figure 1 André Thévet, La baie de Guanabara en 155

Thevet, André (1516-1590). Cartographe. Gouffre de la rivière de Ganabara ou Janaire / [André Thevet]. 1586

La deuxième carte relate également les tentatives françaises d’implantation au Brésil. Elle a été dessinée d’après les récits de voyages de Villegaignon et un peu plus tard de Jean de Léry. L’île occupée par les Français porte bien cette fois le nom de leur chef et on peut noter que le morne tropical qui est aujourd’hui connu comme le « Pain de sucre », y est appelé le « Pot de beurre », sans doute un effet de la nostalgie que ces navigateurs normands avaient de leur province natale.

Figure 2 La baie de Guanabara d’après Villegaignon et Jean de Léry, 1557-1558

Villegagnon, Nicolas Durand de (1510-1571 ; chevalier de), La France antarctique autrement le Rio de Janeiro / tirée des voyages que Villegagnon et Jean de Leri ont faits au Brésil les années 1557 et 1558. 1800.

Il existe par ailleurs une version coloriée de cette carte, citée dans un article sur Jean de Léry[2].

Figure 3 Version coloriée de la carte précédente

Celso Serqueira qui l’a mise en ligne sur son site « Mapas antigos, histórias curiosas » (« cartes anciennes, histoires curieuses »[3]), la décrit ainsi : « La carte est riche en détails et montre la conformation topographique originale du Pain de Sucre (Pot de Beurre), loin de la plage. Avec les mornes d’Urca et de Cara-de-Cão, elle a formé l’île de Trindade, qui est aujourd’hui intégrée au continent à la suite de l’ensablement et d’un remblaiement réalisé à la fin du XVIIe siècle. Autre curiosité, l’indication des points d’intérêt tantôt en français, tantôt en langue autochtone ».

La figure 4 comporte moins de toponymes, dont celui du Pain de sucre, les autres étant des indications pratiques des endroits où trouver de l’eau, on en avait déposé les malades et la situation des forts portugais défendant la ville de Saint-Sébastien, son nom officiel. Un vaste fleuve paraît déboucher au fond de la baie, contrairement à la carte précédente, qui n’y faisait figurer que de modestes cours d’eau et pas la « rivière de janvier » dont les premiers découvreurs avait cru que la baie était l’estuaire

Figure 4 La baie de Guanabara selon La baie de Guanabara selon François Froger, 1700

Froger, François (1676-171.?). Auteur adapté. Entrée de la rivière de Janeyro à la côte du Brésil. 1700.

Les figures suivantes relatent l’attaque française de Rio de Janeiro en 1711[4]. La France était alors en pleine guerre de succession d’Espagne, avec son alliée l’Espagne elle affrontait une coalition comportant l’Angleterre, le Portugal, l’Autriche, la Prusse et les Pays-Bas. Cette guerre interminable ruinait les finances de Louis XIV, et avait surgi l’idée de s’emparer de l’or venant du Brésil portugais : une fois par an, un convoi de galions chargés de métaux précieux des Amériques quittait Rio de Janeiro pour le Portugal.

La figure 5, en couleurs, montre des détails de la ville, de ses principaux monuments et des forts qui la défendaient.

Figure 5 La baie de Guanabara selon Louis de Lagrange-Chancel, 1711

La Grange-Chancel, Louis de (1678-1747). Cartographe. Plan de la baye, ville, forteresses et attaques de Rio Janeiro / levé par le chev[al]ier de la Grange cap[itai]ne des gre[nadi]ers au mois de 9.bre 1711. 1711.

En 1710 une première expédition de cinq vaisseaux et d’un millier de soldats avait été lancée, mais l’opération de débarquement avait été un échec et son chef fait prisonnier avec plus de 600 hommes, puis assassiné en mars 1711. Louis XIV confia alors à René Duguay-Trouin, ancien corsaire de Saint-Malo devenu officier de la Royale, une flotte de 15 vaisseaux et 6 000 hommes. L’État étant désargenté, le financement de l’expédition, 700 000 livres au total, avait été assuré par des armateurs malouins qui espéraient se rémunérer sur le butin.

L’escadre quitta La Rochelle le 9 juin 1711. Elle entra dans la baie de Rio le 12 septembre suivant, entama le siège de la ville et livra l’assaut final le 21 septembre. La ville fut contrainte de payer une forte rançon pour éviter d’être pillée et détruite et l’escadre se retira le 13 novembre pour prendre le chemin du retour, mais fut dispersée par une violente tempête après avoir franchi l’équateur. À l’arrivée à Brest (6 février 1712), trois navires avaient sombré, dont Le Magnanime qui ramenait une large partie du butin. Néanmoins, le bénéfice financier de l’opération restait considérable, plus de 1,3 tonne d’or et 1 600 000 livres de marchandises. D’après Duguay-Trouin l’opération rapporta « quatre-vingt-douze pour cent de profit à ceux qui s’y étaient intéressés »

La figure 6 (où le haut de la carte est orienté vers l’ouest) donne plus de détails sur le déroulement de l’attaque elle-même que sur la configuration de la ville et de la baie.

Figure 6 La baie de Guanabara lors de l’attaque de Duguay-Trouin, en 1711

Plan de la baye et de la ville de Rio de Janeiro … prise par l’escadre commandée par M. Duguay Trouin, et armée par les particuliers de St Malo, en 1711. 1711.

La figure 7 est plus sommaire, ne respecte pas non plus l’orientation habituelle (le haut de la carte pointe aussi vers l’ouest) et exagère considérablement la largeur de l’entrée de la baie. Elle est néanmoins intéressante car elle est datée de 1762, c’est-à-dire d’un an avant que Rio de Janeiro ne devienne la capitale du Brésil portugais. Cette décision avait été prise – alors que la ville était bien plus petite que l’ancienne capitale, Salvador de Bahia – en raison de la découverte des gisements d’or du Minas Gerais : on avait alors ouvert un « nouveau chemin » (caminho novo) entre les mines et ce petit port sans grande importance, à la fois ce que sa baie pouvait abriter de nombreux navires et parce que ce nouveau chemin était plus facile à surveiller que la route vers Salvador, au long de laquelle l’or avait tendance à disparaître au lieu de payer l’impôt dû au roi.

Figure 7 La baie de Guanabara selon Jean-Barthélémy Houel, 1762

Houel, Jean-Barthélemy (17..-17..). Cartographe du modèle. Plan de l’entrée du Port de Rio de Janeiro dans l’état qu’il se trouvoit dans l’année de 1762 / Levé et. dessiné par Jean Barthelemy Houel ingénieur de SMC. 1762.

Sur la figure 8, de 1760, voit encore mieux que la ville (en rouge) n’occupait qu’une très petite partie des rivages de la baie.

Figure 8 La baie de Guanabara en 1760

Plano do Rio de Janeiro…. 1760

La figure 9, de 1764, le confirme, avant la croissance induite par son statut de capitale la ville avait une étendue très limitée, entre la mer, une série de mornes tropicaux et une « plaine marécageuse » à l’ouest (haut de la carte).

Figure 9 La baie de Guanabara selon Jacques-Nicolas Bellin, 1764

Bellin, Jacques-Nicolas (1703-1772). Cartographe. Plan de la baye de Rio-Janeiro / [par J.N.Bellin]. 1764.

La figure 10, de 1810, montre qu’une quarantaine d’années plus tard la ville n’avait pas beaucoup grandi et n’occupait toujours que son site initial, un peu en retrait de l’entrée de la baie

Figure 10 La baie de Guanabara selon Manoel Vieira Leão, 1810

Leão, Manoel Vieira. Auteur du texte. Plan de la baie de Rio de Janeiro / d’après un manuscrit portugais de Manoel Vieira Leão, 1810.

La figure 11, de 1890, montre au contraire une très forte expansion dans les 80 ans écoulés depuis la figure précédente. Entre-temps sa croissance avait connu une très forte accélération avec l’arrivée, en 1816, du roi du Portugal de Cour, qui s’étaient repliés au Brésil en fuyant l’invasion du Portugal par les troupes napoléoniennes. Outre la croissance démographique déclenchée par cette arrivée, la ville a bénéficié de l’implantation des institutions permettant au roi de diriger son royaume depuis sa nouvelle capitale : son palais, les bureaux du gouvernement, les résidences de ses ministres et fonctionnaires. Mais aussi une Bibliothèque nationale, un jardin botanique et divers autres lieux destinés à agrémenter son séjour dans la ville. À son retour au Portugal, en 1821, le roi laissa au Brésil son fils et héritier et quand, l’année suivante, celui-ci refusa de se rendre à la convocation du nouveau régime installé au Portugal et proclama l’indépendance du Brésil, Rio en devint la capitale.

Ce nouveau statut et la prospérité apportée par le boom du café, qui commença aux environs de la ville, ont permis un développement rapide du bâti, dont témoigne la figure : sortant de son cadre colonial elle a commencé à progresser vers l’ouest (ici vers le haut de la carte) et surtout, grâce à la construction de tunnels, à sortir de la baie et à se développer sur le littoral atlantique avec les premières occupations des quartiers de Copacabana et Ipanema.

Figure 11 Plan de la ville de Rio de Janeiro et de ses banlieues, 1890

Planta da cidade do Rio de Janeiro e suburbios. 1890.

La figure 12, de 1900, détaille davantage l’occupation qui s’étend à partir du vieux centre colonial et donne des détails sur les moyens de transport modernes (« avec les horaires des tramways, chemins de fer, ferries, les routes, etc. »). Mais il ne montre pas les nouveaux quartiers du littoral atlantique, sans doute parce qu’ils sont alors purement résidentiels et balnéaires.

Figure 12 Plan de Rio de Janeiro édité par E. Mérian, 1900

Merian, A. (18..-19..?). Auteur du texte. Planta do Rio de Janeiro com os horarios dos bondes, estradas de ferro, barcas, estradas de rodagem etc… editada / por A. Merian. 1900.

En revanche la figure 13, de 1911, les inclut bien, et la représentation de la topographie aide à comprendre pourquoi ils sont séparés du reste de la ville, tournée vers la baie.

Figure 13 Plan de Rio de Janeiro dans l’Almanach Garnier de 1911

Lespinasse (18..-18.. ; dessinateur). Auteur du texte. Planta da cidade do Rio de Janeiro organizasa para o Almanaque Garnier de 1911 / Lespinasse del. ; H. Demoulin sc.. 1911.

Pour conclure et mesurer à quel point la ville a grandi depuis lors, on peut rapprocher le plan de 1890 (figure 11) d’images extraites d’OpenStreetMap et de Google Earth, centrées sur le même espace (repéré par un cadre noir ou blanc) et d’un cadrage plus large pour monter l’extension actuelle de l’agglomération. Elle dépasse de très loin celle de la ville telle qu’elle était dessinée en 1890, repérée par un liseré rouge[5].

Figure 14 Rio de Janeiro, la croissance de 1890 à 2020

[1]  Comme le permet le site, puisque le texte qui accompagne chaque document indique « Leur réutilisation s’inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 » et que « La réutilisation non commerciale de ces contenus ou dans le cadre d’une publication académique ou scientifique est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF « »

[2] http://philo-lettres.fr/litterature-francaise/litterature-xvieme-siecle/lery/

[3] http://serqueira.com.br/mapas/frances.htm

[4] Sources : https://www.herodote.net/21_septembre_1711-evenement-17110921.php , https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Rio_de_Janeiro_(1711)  et http://s192700369.onlinehome.fr/bat/fregates/duguay/celebre4.htm

[5] Le même exercice a été fait pour d’autres villes brésiliennes dans un billet précédent, « D’Élisée Reclus à OpenStreetMap, la croissance des villes brésiliennes de 1894 à 2020 », https://braises.hypotheses.org/1714