Archives de catégorie : Cartes

La formation du territoire brésilien

La formation du territoire brésilien

Le site Panmythica, Dimensões de um mesmo mundo (dimensions d’un même monde, https://www.panmythica.com/), animé par Michael serra, offre parmi bien d’autres sujets (guides de l’aérospatiale, des aéronefs, des androïdes, des armes blanches, des armes à feu, des divinités, des vaisseaux spatiaux, des guerriers sacrés, des navires, des véhicules, etc.) trois animation de cartes sur l’évolution des subdivisions du Brésil, des communes de l’État de São Paulo et de la région métropolitaine de sa capitale :

https://www.panmythica.com/2008/04/mapas-histricos-do-brasil.html

https://www.panmythica.com/2020/04/mapa-da-capitania-e-da-provincia-de-sao.html

https://www.panmythica.com/2020/04/mapa-da-evolucao-territorial-da-atual.html

La première représente le massage des capitaineries coloniales aux provinces impériales puis aux États sous la République, de 1534 (créations des « capitaineries héréditaires) à 1988 (création de l’État de Tocantins). Elle n’a pas la prétention d’être, comme l’indique le site « une représentation officielle de l’évolution de l’histoire du Brésil, mais seulement une tentative de refléter les principaux faits de son expansion territoriale. De nombreuses cartes, essentiellement les plus anciennes, représentent les zones revendiquées par une unité administrative, ce qui ne signifie pas qu’elles en avaient le contrôle ou la possession totale (en fait, jusqu’au milieu du XIXe siècle, une grande partie était occupée par les amérindiens) Les frontières entre unités administratives ne doivent pas être considérées comme des faits établis mais uniquement des suggestions approximatives, basées sur des rapports, des cartes de l’hydrographie, des chaînes de montagnes, etc. Un autre fait à souligner, principalement sur des cartes très anciennes, est que les documents cartographiques de l’époque, dans la grande majorité des cas, n’étaient pas à jour au moment de leur publication. Les effets des décrets royaux, par exemple, ont tardé à apparaître sur les cartes les plus récentes et donc la base principale de ce travail ont été les informations textuelles, et non les cartes ».

Outre l’animation, le site offre les 125 cartes qui le composent, toutes disponibles en format vectoriel .ai (Adobe Illustrator) dont quelques-unes sont présentées ci-dessous avec le court texte qui les accompagne (parfois légèrement développé). Cette sélection très partielle de compte de l’ensemble du récit composé par les 125 images, il est vivement conseillé de se reporter à l’animation vous retrouver la continuité de cette histoire de presque cinq siècles. Les couleurs indiquent l’appartenance à une même unité administrative et les caractères majuscules indiquent une unité administrative d’ordre supérieur, entre lesquelles le Brésil a été divisé à certaines périodes.

Figura 1 1534

1534 – Formation de capitaineries héréditaires délimitées par la ligne issue du traité de Tordesillas, partageant l’Amérique du Sud entre les Portugais, elle est, et les Espagnols à l’ouest.

Figura 2 1593

1593 – La Bandeira (expédition d’exploration) d’Antônio Macedo et Domingos Luís Grau, partie de São Vicente, longe la rive gauche du Tocantins jusqu’à la zone actuellement occupée par l’État du même nom. Du fait de cette exploration, qui définissait le territoire occupé au nom de la capitainerie de São Vicente, la limite occidentale des autres capitaineries a pu être dessinée, au moins en termes de revendications

Figura 4 1637

1637 – Les Hollandais, qui avaient occupé la capitainerie de Pernambuco en 1630, conquièrent la capitainerie de Sergipe del-Rei. Création de la « sous-capitainerie » du Cap Nord, dans le Grão-Pará (actuellement Amapá). L’expédition de Pedro Teixeira explore presque entièrement la région amazonienne jusqu’au Pérou et déclare les terres propriétés de l’État de Maranhão

Figura 3 1709

1709 – Après la découverte de l’or dans l’actuel État du Minas Gerais, la capitainerie de São Vicente devient la capitainerie de São Paulo et Minas de Ouro, apogée de l’expansion des terres parcourues et revendiquées par les Bandeirantes.

Figura 5 1748

1748 – Création des capitaineries du Mato Grosso et du Goiás, qui faisaient partie de celle de São Paulo. Celle-ci est supprimée et incorporée à celle de Rio de Janeiro.

Figura 6 1772

1772 – L’État de Grão-Pará et Maranhão est divisé en deux partie, l’État de Grão-Pará et Rio Negro et l’État de Maranhão et Piauí, chacune composée de deux capitaineries.

Figura 7 1809

1809 – Les troupes portugaise venues du Brésil envahissent la Guyane française et établissent la colonie de Cayenne et Guyane

Figura 8 1824

1824 – Après la révolte de la Confédération de l’Équateur, Pernambuco est puni par la perte des territoires situés sur la rive ouest du São Francisco au profit de la province de Minas Gerais

Figura 9 1853

1853 – La province du Paraná est créée au sud de celle de São Paulo.

Figura 10 1903

1903 – L’Acre se sépare de la Bolivie et est incorporé par le Brésil en tant que territoire fédéral.

Figura 1962

1960 – Création de l’actuel District fédéral de Brasília, l’ancien, centré sur Rio de Janeiro, devient l’État de Guanabara. En 1962, les territoires fédéraux d’Acre et Amapá deviennent des États. Le territoire de Rio Branco devient le territoire de Roraima

Figura 12 1988

1988 – Le territoire de Roraima devient l’État de Roraima. Création de l’État de Tocantins.

Bibliographie

  • Atlas Digital da América Lusa (http://lhs.unb.br/atlas/In%C3%ADcio )
  • Biblioteca Digital de Cartografia Histórica da Universidade de São Paulo (http://www.mapashistoricos.usp.br/ )
  • Guia Geográfico da História do Brasil (https://www.historia-brasil.com/mapas/mapas-historicos.htm )
  • Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística: Portal Cidades (https://cidades.ibge.gov.br/ )
  • Memória da Administração Pública Brasileira – Arquivo Nacional (http://mapa.an.gov.br/ )
  • ALBUQUERQUE, Manoel Maurício; REIS, Arthur Cézar Ferreira; CARVALHO, Carlos Delgado de. Atlas histórico escolar. Rio de Janeiro: FENAME, 1977.
  • BUENO, Eduardo. A coroa, a cruz e a espada. Rio de Janeiro: Estação Brasil, 2016.
  • BUENO, Eduardo. Capitães do Brasil. Rio de Janeiro: Estação Brasil, 2016.
  • CALIXTO, Benedito de Jesus. Capitanias paulistas. 2ª edição. São Paulo: Duprat e Mayenca, 1927.
  • CASTRO, Carlos Félix Ferreira. A história do Piauí. Teresina: 2006.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. Os limites cartográficos das Capitanias Hereditárias do Sul. 3º Simpósio Brasileiro de Cartografia Histórica. Belo Horizonte: UFMG, 2016.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. Reconstruindo o mapa das Capitanias Hereditárias. São Paulo: USP, 2013.
  • CINTRA, Jorge Pimenta. A formação do Território da Capitania do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Acervo Arquivo Nacional, 2016.
  • ELLIS, Myriam. São Paulo, de Capitania a Provincia: Pontos de partida para uma história político-administrativa da Capitania de São Paulo. Campinas: Unicamp, 1972.
  • FERREIRA, Jurandyr Pires. Enciclopédia dos Municípios Brasileiros. Volumes 1 ao 36. Rio de Janeiro: IBGE, 1957.
  • GUIMARÃES, Eduardo Nunes. A influência paulista na formação econômica e social do Triângulo Mineiro.
  • INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA. Evolução da Divisão Territorial do Brasil – 1872-2010. Rio de Janeiro, 2011.
  • MAIA, Luiz Carlos Mourão; FARIAS, Luiz Carlos Moreira. Histórico da divisa Ceará-Piauí. Fortaleza: Assembleia Legislativa do Estado do Ceará: 2019.
  • MARTINS, Herbert Toledo Martins. A retaliação de Pernambuco: o caso da Comarca do Rio de São Francisco. Revista CLIO, vol. 28.2.
  • MOTT, Luiz R. B. Descrição da Capitania de São José do Piauí – 1772. Campinas: Unicamp.
  • NEVES, Juliana Brainer Barroso. Colonização e resistência no Paraguaçu-Bahia, 1530-1678. Recife, 2008.
  • OLIVEIRA FILHO, Pedro Affonso; BRITO, Juliana de; GONÇALVES, Maísa Albino dos Santos. Os relegados: a história oculta dos primeiros povos do Pontal do Triângulo. UFG/Jataí.
  • PENNA, Patrícia Ladeira. Benta Pereira: mulher, rebelião e família em Campos dos Goytacazes, 1748. Niterói: UFF, 2014.
  • PICANÇO, Jefferson de Lima; MESQUITA, Maria José. A cartografia primitiva da Baía de Paranaguá (séculos XVI-XVII) e os limites da América Portuguesa. Campinas: Unicamp, 2015.
  • PRIORI, Ângelo [et al.]. História do Paraná: séculos XIX e XX. Maringá: Eduem, 2012.
  • RAZENTE, Nestor. Povoações abandonadas no Brasil. Londrina: Eduel, 2016.
  • SILVA, Leonardo Augusto Ramos. Os índios principais na sublevação do Caeté (1741-1745). Manaus: Revista Manduarisawa, vol. 2, nº 1, 2018.
  • TOLEDO, Roberto Pompeu. A capital da solidão. Rio de Janeiro: Editora Objetiva, 2003.
  • VALENCIA VILLA, Carlos. O retorno dos mapas: sistemas de informação geográfica em história. Porto Alegre: Ladeira Livros, 2016.

Cartes historiques de Rio de Janeiro

Une recherche de cartes historiques de Rio de Janeiro m’a conduit à visiter Gallica, le site de la Bibliothèque nationale de France (gallica.bnf.fr/). Une grande partie des documents de la bibliothèque y sont disponibles et peuvent être téléchargés en format .pdf, accompagnés d’un texte qui indique que « les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF »

Une recherche « Rio de Janeiro » restreinte à « cartes », a donné 158 résultats, parmi lesquels j’ai choisi celles qui me paraissaient les plus intéressantes, reproduites ci-dessous[1] en ordre chronologique. Sous chaque image figure la description copiée du fichier .pdf dans lequel est inclus le document téléchargé.

La plus ancienne date de la tentative française d’une colonie dans la baie de Guanabara, la « France antarctique ». Elle a été dessinée par André Thévet, le moine de l’ordre des Cordeliers qui y participa et en fit le récit. Il y donne le nom d’« Île aux Français » à celle qui est aujourd’hui rappelée « Île de Villegaignon », du nom du chef de l’expédition. Il indique au nord de la baie une « ville Henry » qui n’a jamais existé mais sur le site de laquelle s’est développée l’actuelle ville de Rio de Janeiro.

Figure 1 André Thévet, La baie de Guanabara en 155

Thevet, André (1516-1590). Cartographe. Gouffre de la rivière de Ganabara ou Janaire / [André Thevet]. 1586

La deuxième carte relate également les tentatives françaises d’implantation au Brésil. Elle a été dessinée d’après les récits de voyages de Villegaignon et un peu plus tard de Jean de Léry. L’île occupée par les Français porte bien cette fois le nom de leur chef et on peut noter que le morne tropical qui est aujourd’hui connu comme le « Pain de sucre », y est appelé le « Pot de beurre », sans doute un effet de la nostalgie que ces navigateurs normands avaient de leur province natale.

Figure 2 La baie de Guanabara d’après Villegaignon et Jean de Léry, 1557-1558

Villegagnon, Nicolas Durand de (1510-1571 ; chevalier de), La France antarctique autrement le Rio de Janeiro / tirée des voyages que Villegagnon et Jean de Leri ont faits au Brésil les années 1557 et 1558. 1800.

Il existe par ailleurs une version coloriée de cette carte, citée dans un article sur Jean de Léry[2].

Figure 3 Version coloriée de la carte précédente

Celso Serqueira qui l’a mise en ligne sur son site « Mapas antigos, histórias curiosas » (« cartes anciennes, histoires curieuses »[3]), la décrit ainsi : « La carte est riche en détails et montre la conformation topographique originale du Pain de Sucre (Pot de Beurre), loin de la plage. Avec les mornes d’Urca et de Cara-de-Cão, elle a formé l’île de Trindade, qui est aujourd’hui intégrée au continent à la suite de l’ensablement et d’un remblaiement réalisé à la fin du XVIIe siècle. Autre curiosité, l’indication des points d’intérêt tantôt en français, tantôt en langue autochtone ».

La figure 4 comporte moins de toponymes, dont celui du Pain de sucre, les autres étant des indications pratiques des endroits où trouver de l’eau, on en avait déposé les malades et la situation des forts portugais défendant la ville de Saint-Sébastien, son nom officiel. Un vaste fleuve paraît déboucher au fond de la baie, contrairement à la carte précédente, qui n’y faisait figurer que de modestes cours d’eau et pas la « rivière de janvier » dont les premiers découvreurs avait cru que la baie était l’estuaire

Figure 4 La baie de Guanabara selon La baie de Guanabara selon François Froger, 1700

Froger, François (1676-171.?). Auteur adapté. Entrée de la rivière de Janeyro à la côte du Brésil. 1700.

Les figures suivantes relatent l’attaque française de Rio de Janeiro en 1711[4]. La France était alors en pleine guerre de succession d’Espagne, avec son alliée l’Espagne elle affrontait une coalition comportant l’Angleterre, le Portugal, l’Autriche, la Prusse et les Pays-Bas. Cette guerre interminable ruinait les finances de Louis XIV, et avait surgi l’idée de s’emparer de l’or venant du Brésil portugais : une fois par an, un convoi de galions chargés de métaux précieux des Amériques quittait Rio de Janeiro pour le Portugal.

La figure 5, en couleurs, montre des détails de la ville, de ses principaux monuments et des forts qui la défendaient.

Figure 5 La baie de Guanabara selon Louis de Lagrange-Chancel, 1711

La Grange-Chancel, Louis de (1678-1747). Cartographe. Plan de la baye, ville, forteresses et attaques de Rio Janeiro / levé par le chev[al]ier de la Grange cap[itai]ne des gre[nadi]ers au mois de 9.bre 1711. 1711.

En 1710 une première expédition de cinq vaisseaux et d’un millier de soldats avait été lancée, mais l’opération de débarquement avait été un échec et son chef fait prisonnier avec plus de 600 hommes, puis assassiné en mars 1711. Louis XIV confia alors à René Duguay-Trouin, ancien corsaire de Saint-Malo devenu officier de la Royale, une flotte de 15 vaisseaux et 6 000 hommes. L’État étant désargenté, le financement de l’expédition, 700 000 livres au total, avait été assuré par des armateurs malouins qui espéraient se rémunérer sur le butin.

L’escadre quitta La Rochelle le 9 juin 1711. Elle entra dans la baie de Rio le 12 septembre suivant, entama le siège de la ville et livra l’assaut final le 21 septembre. La ville fut contrainte de payer une forte rançon pour éviter d’être pillée et détruite et l’escadre se retira le 13 novembre pour prendre le chemin du retour, mais fut dispersée par une violente tempête après avoir franchi l’équateur. À l’arrivée à Brest (6 février 1712), trois navires avaient sombré, dont Le Magnanime qui ramenait une large partie du butin. Néanmoins, le bénéfice financier de l’opération restait considérable, plus de 1,3 tonne d’or et 1 600 000 livres de marchandises. D’après Duguay-Trouin l’opération rapporta « quatre-vingt-douze pour cent de profit à ceux qui s’y étaient intéressés »

La figure 6 (où le haut de la carte est orienté vers l’ouest) donne plus de détails sur le déroulement de l’attaque elle-même que sur la configuration de la ville et de la baie.

Figure 6 La baie de Guanabara lors de l’attaque de Duguay-Trouin, en 1711

Plan de la baye et de la ville de Rio de Janeiro … prise par l’escadre commandée par M. Duguay Trouin, et armée par les particuliers de St Malo, en 1711. 1711.

La figure 7 est plus sommaire, ne respecte pas non plus l’orientation habituelle (le haut de la carte pointe aussi vers l’ouest) et exagère considérablement la largeur de l’entrée de la baie. Elle est néanmoins intéressante car elle est datée de 1762, c’est-à-dire d’un an avant que Rio de Janeiro ne devienne la capitale du Brésil portugais. Cette décision avait été prise – alors que la ville était bien plus petite que l’ancienne capitale, Salvador de Bahia – en raison de la découverte des gisements d’or du Minas Gerais : on avait alors ouvert un « nouveau chemin » (caminho novo) entre les mines et ce petit port sans grande importance, à la fois ce que sa baie pouvait abriter de nombreux navires et parce que ce nouveau chemin était plus facile à surveiller que la route vers Salvador, au long de laquelle l’or avait tendance à disparaître au lieu de payer l’impôt dû au roi.

Figure 7 La baie de Guanabara selon Jean-Barthélémy Houel, 1762

Houel, Jean-Barthélemy (17..-17..). Cartographe du modèle. Plan de l’entrée du Port de Rio de Janeiro dans l’état qu’il se trouvoit dans l’année de 1762 / Levé et. dessiné par Jean Barthelemy Houel ingénieur de SMC. 1762.

Sur la figure 8, de 1760, voit encore mieux que la ville (en rouge) n’occupait qu’une très petite partie des rivages de la baie.

Figure 8 La baie de Guanabara en 1760

Plano do Rio de Janeiro…. 1760

La figure 9, de 1764, le confirme, avant la croissance induite par son statut de capitale la ville avait une étendue très limitée, entre la mer, une série de mornes tropicaux et une « plaine marécageuse » à l’ouest (haut de la carte).

Figure 9 La baie de Guanabara selon Jacques-Nicolas Bellin, 1764

Bellin, Jacques-Nicolas (1703-1772). Cartographe. Plan de la baye de Rio-Janeiro / [par J.N.Bellin]. 1764.

La figure 10, de 1810, montre qu’une quarantaine d’années plus tard la ville n’avait pas beaucoup grandi et n’occupait toujours que son site initial, un peu en retrait de l’entrée de la baie

Figure 10 La baie de Guanabara selon Manoel Vieira Leão, 1810

Leão, Manoel Vieira. Auteur du texte. Plan de la baie de Rio de Janeiro / d’après un manuscrit portugais de Manoel Vieira Leão, 1810.

La figure 11, de 1890, montre au contraire une très forte expansion dans les 80 ans écoulés depuis la figure précédente. Entre-temps sa croissance avait connu une très forte accélération avec l’arrivée, en 1816, du roi du Portugal de Cour, qui s’étaient repliés au Brésil en fuyant l’invasion du Portugal par les troupes napoléoniennes. Outre la croissance démographique déclenchée par cette arrivée, la ville a bénéficié de l’implantation des institutions permettant au roi de diriger son royaume depuis sa nouvelle capitale : son palais, les bureaux du gouvernement, les résidences de ses ministres et fonctionnaires. Mais aussi une Bibliothèque nationale, un jardin botanique et divers autres lieux destinés à agrémenter son séjour dans la ville. À son retour au Portugal, en 1821, le roi laissa au Brésil son fils et héritier et quand, l’année suivante, celui-ci refusa de se rendre à la convocation du nouveau régime installé au Portugal et proclama l’indépendance du Brésil, Rio en devint la capitale.

Ce nouveau statut et la prospérité apportée par le boom du café, qui commença aux environs de la ville, ont permis un développement rapide du bâti, dont témoigne la figure : sortant de son cadre colonial elle a commencé à progresser vers l’ouest (ici vers le haut de la carte) et surtout, grâce à la construction de tunnels, à sortir de la baie et à se développer sur le littoral atlantique avec les premières occupations des quartiers de Copacabana et Ipanema.

Figure 11 Plan de la ville de Rio de Janeiro et de ses banlieues, 1890

Planta da cidade do Rio de Janeiro e suburbios. 1890.

La figure 12, de 1900, détaille davantage l’occupation qui s’étend à partir du vieux centre colonial et donne des détails sur les moyens de transport modernes (« avec les horaires des tramways, chemins de fer, ferries, les routes, etc. »). Mais il ne montre pas les nouveaux quartiers du littoral atlantique, sans doute parce qu’ils sont alors purement résidentiels et balnéaires.

Figure 12 Plan de Rio de Janeiro édité par E. Mérian, 1900

Merian, A. (18..-19..?). Auteur du texte. Planta do Rio de Janeiro com os horarios dos bondes, estradas de ferro, barcas, estradas de rodagem etc… editada / por A. Merian. 1900.

En revanche la figure 13, de 1911, les inclut bien, et la représentation de la topographie aide à comprendre pourquoi ils sont séparés du reste de la ville, tournée vers la baie.

Figure 13 Plan de Rio de Janeiro dans l’Almanach Garnier de 1911

Lespinasse (18..-18.. ; dessinateur). Auteur du texte. Planta da cidade do Rio de Janeiro organizasa para o Almanaque Garnier de 1911 / Lespinasse del. ; H. Demoulin sc.. 1911.

Pour conclure et mesurer à quel point la ville a grandi depuis lors, on peut rapprocher le plan de 1890 (figure 11) d’images extraites d’OpenStreetMap et de Google Earth, centrées sur le même espace (repéré par un cadre noir ou blanc) et d’un cadrage plus large pour monter l’extension actuelle de l’agglomération. Elle dépasse de très loin celle de la ville telle qu’elle était dessinée en 1890, repérée par un liseré rouge[5].

Figure 14 Rio de Janeiro, la croissance de 1890 à 2020

[1]  Comme le permet le site, puisque le texte qui accompagne chaque document indique « Leur réutilisation s’inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 » et que « La réutilisation non commerciale de ces contenus ou dans le cadre d’une publication académique ou scientifique est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF « »

[2] http://philo-lettres.fr/litterature-francaise/litterature-xvieme-siecle/lery/

[3] http://serqueira.com.br/mapas/frances.htm

[4] Sources : https://www.herodote.net/21_septembre_1711-evenement-17110921.php , https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Rio_de_Janeiro_(1711)  et http://s192700369.onlinehome.fr/bat/fregates/duguay/celebre4.htm

[5] Le même exercice a été fait pour d’autres villes brésiliennes dans un billet précédent, « D’Élisée Reclus à OpenStreetMap, la croissance des villes brésiliennes de 1894 à 2020 », https://braises.hypotheses.org/1714

D’Élisée Reclus à OpenStreetMap, la croissance des villes brésiliennes de 1894 à 2020

Le volume XIX, de la deuxième Géographie Universelle, « L’Amérique du Sud, l’Amazonie et La Plata (Guyanes, Brésil, Paraguay, Uruguay, République argentine) » inclut bon nombre de cartes de villes brésiliennes qui donnent une image de leur étendue en 1894, au moment de la publication de l’ouvrage.

Cette deuxième Géographie Universelle, après l’œuvre pionnière publiée à partir de 1810 par Malte-Brun[1], fut l’œuvre d’un seul homme, le géographe Elisée Reclus (1830-1906). L’ouvrage compte 20 tomes, publié en 18 ans, de 1876 à 1894 et illustrés par des cartes et gravures en noir et blanc. Près de la moitié des cartes sont de son ami Charles Perron, cartographe anarchiste suisse : principal collaborateur du géographe, il est avec lui à l’origine de production de cartes statistiques, thématiques et géopolitiques qui sont une innovation de l’ouvrage.

Comme ce volume est disponible en format pdf sur Gallica, le site de la Bibliothèque Nationale de France (à l’adresse suivante: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31525j), on a pu les en extraire en faisant des copies d’écran. Pour mesurer à quel point elles ont grandi a mis en regard pour chacune d’entre elles la carte de la Géographie Universelle et des images extraites d’OpenStreetMap et de Google Earth, centrées sur le même espace qu’elle (repéré par un cadre noir ou blanc) et le plus souvent suivie de cadrages plus larges pour monter l’extension actuelle de l’agglomération. Elle dépasse toujours de très loin celle de la ville telle qu’elle était dessinée en 1894, repérée par un liseré rouge.

Les villes sont présentées par ordre alphabétique, certaines (Fortaleza, par exemple) n’occupent qu’une petite partie du cadre car le cartographe est parti de cartes marines dont l’auteur s’intéressait plus à la profondeur de l’eau dans les chenaux d’accès qu’à la ville elle-même. D’autres sont mise dans leur contexte régional, comme l’ensemble São Paulo-Santos, ou Cayenne (ici ajoutée in fine aux villes brésiliennes) dans son « île ».

Figure 1 Belém

La capitale du Pará, Belém, est à peine visible sur la carte de 1894, perdue parmi les îles de l’embouchure du rio Guama (l’embouchure de l’Amazone se situe de l’autre côté de l’île de Marajó, plus grande que la Belgique), alors que l’on alors est en plein boom du caoutchouc, qui a fait sa fortune.

Depuis lors elle a énormément grandi, occupant toute la presqu’île de son site initial et débordant largement vers le nord et l’est, au long du fleuve et vers l’intérieur des terres, au long de la route Brasilia- Belém. La construction de celle-ci, lancée en 1959 dans la foulée de celle de la nouvelle capitale, l’a rattachée au reste du Brésil par voie terrestre pour la première fois, alors que jusque là elle ne l’était que par voie maritime ou aérienne.

Figure 2 Fortaleza

Fortaleza a longtemps tourné le dos à la mer, et regardait vers le sertão, l’intérieur semi-aride (où s’était développé l’élevage extensif qui était la base économique de l’État), et en 1894 le littoral était pratiquement désert. C’est avec le « désir de rivage », l’intérêt pour la fréquentation des plages et le tourisme balnéaire, que la ville est passée par une « maritimisation » et une occupation rapide de tout le littoral. Celui-ci est bordé par des quartiers bien équipés et chers, alors que les énormes périphéries intérieures le sont par des migrants venus des campagnes délaissées par l’exode rural massif qu’a connu le pays.

Figure 3 João Pessoa

Sur la carte de 1894 João Pessoa s’appelle encore Parahyba, elle a pris son nom actuel le 4 septembre 1930 en hommage à un homme politique assassiné la même année, un des événements majeurs de la révolution de 1930 menée par Getúlio Vargas. João Pessoa est connue comme « la ville où le soleil se lève en premier » car elle abrite la Pointe de Seixas, le point le plus oriental des Amériques. Situé en fond d’estuaire elle était reliée par une ligne de chemin de fer à l’avant-port de Cabedelo, qui est officiellement kilomètre zéro de la route Transamazonienne.

La croissance urbaine ultérieure a depuis longtemps rejoint Cabedelo, et a continué largement tout au long du littoral atlantique puis vers l’intérieur des terres, englobant Santa Rita et la petite commune de Bayeux, ainsi rebaptisée pour célébrer la libération de la ville française homonyme, lors du débarquement en Normandie.

Figure 4 Maceió

La ville de Maceió la ville n’occupe qu’une très petite partie de la carte de 1894 et n’a même pas de port, tout juste un hameau littoral, probablement de pêcheurs. Sur la carte actuelle l’espace occupé par le même cadrage est entièrement urbanisé, des installations portuaires ont été aménagées ainsi que des avenues de bord de mer, ici aussi parmi les plus valorisées de la ville. En élargissant le cadre on constate qu’il ne s’agit que d’une petite partie d’une agglomération qui s’étend très loin vers le nord jusqu’à la cité universitaire et à l’aéroport.

Figure 5 Natal

En 1894 la partie urbanisée de la carte consistait en deux ensembles séparés, d’un côté la ville créée à l’époque coloniale, de l’autre le quartier qui s’était développé autour de la gare de chemin de fer. Toutes deux se situaient à l’intérieur de l’estuaire protégé par la presqu’île au bout de laquelle avait été construit le fort des rois mages, construit à l’origine pour repousser les incursions de corsaires et d’aventurier français. Son extrémité est d’ailleurs toujours occupée par des installations militaires, celles du 17e groupe d’artilleries de campagne, mais elle est néanmoins parcourue par une route qui donne accès au pont permettant de traverser l’estuaire à son embouchure. C’était d’autant plus nécessaire bonne partie de l’agglomération se situe désormais sur l’autre rive.

Sur la rive gauche on remarque que les dunes ont été préservées et incluses dans un parc, alors que sur la rive droite l’urbanisation va jusqu’au bord de la mer. Sur ces images  le nouvel aéroport est encore en travaux et mal relié à la ville, l’ancien étant désormais réservés à la base aérienne, toute proche de la zone militaire de Barreira do Inferno (« barrière de l’Enfer ») où sont faits des tests de missiles.

Figure 6 Paranaguá

Le port Paranaguá, dans le Paraná, a connu un très fort développement quand il a été aménagé pour l’embarquement du soja, initialement produit dans le Sud du pays. Il l’est resté en majeure partie, même quand la production s’est déplacée vers le Mato Grosso, à plus de 2 000 kilomètres plus au nord, soit la distance Paris-Minsk ou Paris-Istamboul. Mais une partie croissante des grains sont désormais exporté par l’Amazone, à partir des ports d’Itacoatiara (près de Manaus) et de Santarém.

Figure 7 Porto Alegre

En 1894 la ville de Porto Alegre n’occupait qu’une petite péninsule au débouché d’une coalescence de rivières dans le lac Guaiba, d’où l’on peut rejoindre la mer, via la « lagune des canards » (Lagoa dos Patos). Sa croissance est liée à sa fonction de porte d’entrée de la colonisation européenne, des millions d’Italiens et Allemands y sont passés pour aller s’installer plus au nord et implanter une agriculture de petite propriété sans équivalent dans le reste du Brésil (dont les seuls vignobles du pays). C’est donc vers le nord de la ville s’est étendue, incluant dans l’agglomération la ville de Novo Hamburgo dont le nom dit bien quelle était l’origine de ses habitants.

Figure 8 Recife

Alors que la première implantation coloniale portugaise s’était faite à Olinda, un peu plus au nord, Recife s’est développée lors de l’occupation par les Hollandais au XVIIe siècle, qui en avaient fait la capitale de leur éphémère colonie. En 1894 la ville n’occupait que de petites presqu’îles créées par un cordon littoral et une petite tête de pont sur la côte, à l’abri des récifs qui ont donné leur nom à la ville. L’agglomération compte aujourd’hui plus d’un million et demi d’habitants et s’étire tout au long du littoral sur plus de 40 km du nord au sud.

La représentation de Rio de Janeiro dans la Géographie Universelle (figure 9) étant peu satisfaisante (la multiplication des hachures rend difficile la reconnaissance des limites urbaines) on a eu recours à une autre plan de la ville d’une date proche (1890), également disponible sur Gallica.

Figure 9 Rio de Janeiro dans la Géographie Universelle

Figure 10 Rio de Janeiro

Rio de Janeiro a une longue histoire depuis la tentative française d’installation, en 1555, d’une colonie dans la baie de Guanabara, la « France antarctique ». Il en reste le nom d’une île encore aujourd’hui appelée « Ilha de Villegaignon », du nom du chef de l’expédition, rattachée à la ville par la construction de l’aéroport Santos-Dumont. Il est seulement dommage que le morne tropical qui est aujourd’hui connu comme le « Pain de sucre », ait perdu le nom de « Pot de beurre » qui lui avait été donné, sans doute sous l’effet de la nostalgie que ces navigateurs normands avaient de leur province natale.

La ville est restée très longtemps cantonnée à l’intérieur de la baie de Guanabara, que ses découvreurs avaient pris pour l’embouchure d’un fleuve, la « rivière de janvier » qui lui a donné son nom. Sa croissance a été très limitée jusqu’à ce qu’elle devienne en 1763 la capitale de la colonie portugaise (une décision prise pour contrôler plus efficacement la sortie de l’or extrait du Minas Gerais), et surtout l’arrivée du roi du Portugal et de sa Cour, fuyant l’avancée des troupes napoléoniennes vers Lisbonne. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle, avec l’ouverture des tunnels vers la côte atlantique se sont développées des quartiers résidentiels balnéaires, dont le plus connu est Copacabana.

La ville s’est alors insérée tant bien que mal entre la montagne, la mer et une série de mornes tropicaux, dont certains sont encore couverts de forêts et inclus dans des parcs nationaux ou locaux.  Elle compte aujourd’hui un peu plus de 6,7 millions d’habitants et avec ses banlieues l’agglomération en compte au total plus de 11,8 millions, c’est la deuxième du pays après celle de São Paulo

Le centre historique n’en occupe plus qu’une très petite partie, elle s’est développée vers le sud, au long des plages, et surtout vers le nord puis l’ouest par la construction désordonnée de banlieues qui entremêlent industries, entrepôts, quartiers populaires, terrains vagues et favelas. Le fond de la baie est occupé par des industries dont certaines très polluantes (comme les raffineries de Duque de Caxias) et la ville de Niteroi fait face à Rio sur son flanc oriental.

Figure 11 Salvador

Salvador de Bahia a été fondée sur un abrupt dominant la « Baie de tous les Saints » (Bahia de Todos os Santos) qui offrait un abri idéal aux navires des colonisateurs portugais. Elle s’est développée quand ils ont trouvé dans la canne à sucre une base économique pour la colonie dont elle est devenue la capitale jusqu’en 1763.

Enrichie par les booms successifs du sucre et de l’or, elle recèle encore aujourd’hui des trésors d’architecture baroque qui en font des grandes attractions touristiques du pays. Mais ici encore la partie historique ne représente plus qu’une très petite partie de l’agglomération qui a conquis toute la presqu’île qui sépare la baie de la mer. Elle s’est étendue au long du littoral bien au-delà de l’aéroport par une série de sites balnéaires, tandis que vers le nord elle a rejoint les zones industrielles nées autour du pôle pétrochimique de Camaçari.

Figure 12 São Paulo

La petite mission fondée par les Jésuites en 1554 est devenue, au terme d’une croissance tardive mais rapide, la première agglomération du continent sud-américain. Lorsque le Brésil a pris son indépendance, en 1822, la ville avait à peine 7 000 habitants. Elle avait été choisie comme siège d’une des deux premières facultés de droit du pays, en 1827, justement parce que c’était une petite ville où les étudiants pourraient travailler au calme. Une extraordinaire croissance l’a ensuite fait passer de 31 000 habitants en 1872 à 19 millions en 2010 : sa population a donc été multipliée par près de 612 en 138 ans et par 2 714 en 188 ans. Cette croissance a été dévoreuse d’espace : l’agglomération couvre plus de 8 000 km², 80 fois la superficie de la ville de Paris et près de trois fois celle de l’agglomération parisienne.

Figure 13 São Paulo et Santos

Situé sur le revers d’un plateau incliné vers l’ouest, la ville est séparée de la mer par un abrupt de plus de 800 m de dénivelé, mais a toujours fonctionné en liaison avec son port, Santos. Celui-ci, né avant elle, a grandi avec elle pour exporter ses productions et celles de l’intérieur, à commencer par le café qui a été le grand moteur de sa croissance : elle a vraiment décollé avec la construction du chemin de fer de Santos a Jundiai, via São Paulo, par les Anglais. Inaugurée en 1867 il a permis l’exportation du café produits à l’ouest de São Paulo et drainé vers la ville par plusieurs compagnies de chemin de fer concurrentes, qui ont colonisé chacune une partie de l’État en acheminant les immigrants (principalement italiens puis japonais) jusqu’aux plantations et en sens inverse le café jusqu’au port de Santos.

Figure 14 Ubatuba

Ubatuba était une très petite ville isolée au pied de la serra do Mar jusqu’à la construction de la route côtière Rio-Santos (1973-1975) qui en a fait une des villes balnéaires de la Riviera paulista. Celle-ci s’étend de Santos jusqu’à la frontière de l’État de Rio de Janeiro, depuis Guarujá en passant par Bertioga, Maresias, São Sebastião et Caraguatatuba.

Cet ensemble de stations balnéaires accueille chaque week-end et plus encore aux vacances d’été (en janvier-février, hémisphère sud oblige), des millions de citadins descendus du plateau de São Paulo. Le flux est tel qu’au moment de la descente sept des huit voies que comptent les deux autoroutes reliant São Paulo à Santos sont réservées à la descente, et vice-versa au moment des retours.

Avec cette mutation le village de pêcheurs à peine visible sur la carte de 1894 est devenu une ville balnéaire qui occupe tout le littoral et remonte dans les vallées des rivières qui dévalent la Serra do Mar, jusqu’aux limites du parc d’État du même nom, et parfois un peu au-delà…

Figure 15 Vitória

Vitória, la capitale de l’État d’Espírito Santo, a connu une croissance rapide avec la construction du port de Tubarão (en haut à droite de l’image OpenStreetMap cadrée comme l’image originale), par où est exporté le minerai de fer du Minas Gerais, après avoir suivi la vallée du Rio Doce. Autour du terminal portuaire s’est développé complexe industriel de traitement du minerai qui occupe toute la presqu’île déserte sur la carte de 1894 mais est bien visible sur les cartes et l’image satellitaire actuelle.

Figure 16 Cayenne

Pour conclure on peut faire le même exercice à partir de deux autres cartes qui figurent dans la Géographie Universelle d’Élisée Reclus, celles de Cayenne et de l’« île de Cayenne » dont elle fait partie et dont l’urbanisation survenue depuis 1894 a largement dépassé les limites.

Figure 17 Île de Cayenne

[1] Hervé Théry, « Visions ambiguës d’un Brésil disparu, le Brésil dans la Géographie universelle de Conrad Malte-Brun », Annales de géographie n° 683, février 2012, Issn 0003-4010, pp 66-85.

Des inégalités en cascade

À l’échelle mondiale l’Indice de Développement Humain (IDH) calculé par le PNUD montre que le Brésil est en situation moyenne entre les pays développés d’Europe et d’Amérique du Nord/Australie et les moins développés d’Afrique et d’Asie. Mais ce n’est qu’un effet de moyenne car si ses États du Sud ont des niveaux de développement comparables à ceux de l’Europe de l’Est, ceux du Nord sont plus proches des niveaux africains. À l’échelle nationale l’État de São Paulo se détache nettement du reste du pays, suivi de façon plus contrastée par les trois États du Sud et la région de production de soja du Centre-Ouest, en opposition franche avec le Nordeste et la région Nord, où l’IDH (recalculé à l’échelle des communes) est beaucoup plus bas. À l’intérieur de l’État de São Paulo la situation de l’axe central allant de la capitale vers le nord-ouest est plus favorable que celle des communes rurales, notamment dans le sud-ouest de l’État et aux deux extrémités du territoire, à l’est et à l’ouest. Enfin, à l’échelle de la commune centrale, São Paulo, l’IDH distingue des couronnes successives du centre vers la périphérie, au nord et au sud de la commune, mais surtout à l’est, dans la Zona Leste, qui compte 4,5 millions d’habitants.

Carte réalisée pour le chapitre « Population et inégalités au Brésil », de Marie-Françoise Fleury et Maie Girardot, in Population et inégalités dans le monde, aux éditions Atlante.

On notera qu’il suffit d’inverser la gamme de couleurs pour attirer l’attention sur les pays, régions, communes et quartiers moins favorisés: astuce de cartographie ancienne, mais  toujours efficace.

Le Brésil parmi les grands pays du monde

Des infographies créées par le studio Lebedev[1] montrent les superficies réelles de pays, de territoires et d’îles majeures sans distorsion liée à la projection de la surface – courbe – de la planère à la surface – plane – de la feuille de papier ou de l’écran.

La page du site intitulée Land surface (https://www.artlebedev.com/susha/) permet de comparer les superficies de territoire du monde entier.

Il l’illustre en comparant les superficies de l’Australie, de l’Inde et du Groenland, dont les projections habituelles faussent la perception (figure 1)

Un poster global classe tous les pays du monde par surface (figure 2), en commençant par la Russie (16 millions de kilomètres carrés), suivie par l’Antarctique (12 millions) en descendant jusqu’aux micro-îles du Pacifique et Vatican (0,5 km2), invisible sur l’image.

Le haut du poster détache les grands pays, dont le Brésil fait partie (figure 3)

On peut ensuite comparer les superficies des pays deux à deux, et ainsi situer celle du Brésil par rapport à d’autres pays, grands ou moins grands.

Par rapport à la Russie, qui a le double de sa surface, il parait petit (figure 4)

Il fait presque jeu égal avec la Chine (figure 5)

Le Canada (figure 6)

Les États-Unis, sans l’Alaska et Hawaï (figure 7)

En revanche les principaux pays européens semblent bien petits face à lui, comme cela apparait en rassemblant leurs images (figure 8). Le plus petit qui apparaisse sur cette figure, la Belgique, avec ses 30 000 km2, tient à l’aise dans l’île de Marajó (à l’embouchure de l’Amazone) mais avec 5.5% de sa population produit 15.5% de son PIB.

Et l’on peut confirmer visuellement que le Brésil bien quinze fois plus grand que la France (figure 9).

[1] Fondé en 1995, ce studio est une société privée qui emploie plus de 300 personnes. Il produit du design industriel, urbain et environnemental, des systèmes d’orientation de l’architecture et des livres. Le Studio a son siège à Moscou et nous avons des bureaux à Kiev, Londres et New York. Selon son site (https://www.artlebedev.com ) son objectif est « de fournir des solutions simples, élégantes et logiques qui restent fidèles au sens voulu » et il précise « Par principe, nous ne travaillons pas avec des particuliers, des partis politiques, des organisations religieuses, […] ou ceux dont les opinions sont en conflit avec les nôtres ».

Anamorphoses d’États brésiliens

La pandémie de Covid-19 a pris au Brésil des proportions catastrophiques et beaucoup de scientifiques s’efforcent de comprendre ses mécanismes. Les épidémiologistes, virologues, biologistes, etc., sont évidemment en première ligne mais les sciences sociales s’efforcent également de contribuer à cet effort. Pour notre part, en tant que géographes nous nous sommes demandé comment le virus pouvait se propager si rapidement dans un pays aussi grand que le Brésil, et c’est la raison d’être du dossier publié le 1er juin dans la revue Confins, avec un article introductif « Comment le coronavirus parcourt le Brésil, trois cas exemplaires », suivi de trois analyses du rôle des routes dans sa diffusion dans le Sud, des fleuves dans l’Amazonas et de son déplacement des quartiers touristiques vers les quartiers populaires à Fortaleza[1].

Comme la situation est particulièrement grave en Amazonas, des collègues de l’Université de Manaus m’avaient demandé une contribution à leur bulletin de l’Atlas ODS de l’Amazonas. À cette occasion, pour bien montrer le poids de la capitale, Manaus, dans cet État amazonien, j’avais eu recours à la technique de l’anamorphose, où les territoires sont déformés en fonction d’une caractéristique statistique. Un des résultats de ce travail[2] apparait sur la figure 1, où la taille des communes est proportionnelle à leur population et où celle de Manaus prend une taille démesurée, bien supérieure à celle qu’elle occupe sur la carte classique (en gris, en bas de la figure).

Figure 1 Le contexte de l’épidémie de Covid-19 dans l’État d’Amazonas

En observant le résultat j’avais remarqué remarque que l’État prenait, curieusement la forme d’un pacu, nom utilisé pour désigner différentes espèces de poissons de l’Amazone[3].

C’est ce que montre la figure 2, en mettant en regard la carte anamorphosée selon la population communale (au centre), la carte par symboles proportionnels à cette même population (à droite) et une photographie de pacu (à gauche).

Figure 2 Anamorphose de l’État d’Amazonas

Cette remarque faite dans une circonstance tragique m’a donné, une fois les articles publiés les articles scientifiques (où je me suis bien entendu gardé de faire cette remarque), l’idée de tenter de faire la même démarche sur d’autres États brésiliens, en utilisant à nouveau, comme pour l’Amazonas, les données de population officielle en 2019 publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) et le logiciel de cartographie Cartes et Données de la société Articque.

Les résultats sont parfois surprenants et les figures suivantes évoquent presque tous (à deux ou trois exceptions près) des animaux vivant au Brésil, ou au moins dans ses zoos : j’espère que cette évocation – rigoureusement subjective, j’en conviens – pourra faire sourire mes amis brésiliens à un moment tragiques et où ils ont bien besoin de moments de détente.

L’État amazonien d’Acre prend lui aussi la forme d’un animal vivant dans les eaux de l’Amazone, le peixe-boi-da-amazônia (Trichechus inunguis) un lamantin dont le nom populaire (« poisson-boeuf ») vient de ce qu’il peut atteindre jusqu’à 2,5 mètres et peser jusqu’à 300 kilos.

Figure 3 Anamorphose de l’Acre

L’Alagoas, bien que nordestin, prend lui aussi la forme d’un poisson de l’Amazone et du Pantanal, le piranha, la déformation provoquée par la nombreuse population de sa capitale, Maceió évoquant sa gueule ouverte.

Figure 4 Anamorphose de l’Alagoas

Figure 5 Anamorphose de Bahia

Bahia est L’un des rares cas où l’on n’a pas pu trouver de ressemblance avec un animal : sa silhouette évoque celle d’un portefaix si lourdement chargé que son visage est tourné vers le bas.

Figure 6 Anamorphose de l’Espírito Santo

L’Espírito Santo prend la forme d’un crabe, ses pinces sont dessinées par le contour de la baie de Vitória dont les contours sont amplifiés par l’importance démographique de la capitale. La ressemblance est particulièrement adaptée pour cet État côtier proche de Rio et rappelle la phrase de Frei Vicente do Salvador, en 1627, selon laquelle les Portugais installés au Brésil étaient comme « des crabes qui grattent [le sable du] littoral sans jamais s’enfoncer vers l’intérieur ».

Figure 7 Anamorphose du Maranhão

En raison du poids démographique de sa capitale, qui forme la tête de l’animal, le Maranhão prend la forme d’un d’écureuil volant, les quatre pattes et la queue bien déployées pour mieux planer. Dommage seulement que l’animal ne soit pas présent au Brésil.

Figure 8 Anamorphose du Mato Grosso do Sul

Dans le Mato Grosso do Sul la masse de la population de la capitale, Campo Grande, dilate le centre de l’État et lui donne l’allure d’un singe hurleur d’Amazonie à la gueule grande ouverte pour produire les sons retentissants qui justifient le nom de l’espèce. Ils ne sont pas présents dans cet État mais on les trouve un peu plus au nord dans le Mato Grosso dont il était la naguère partie méridionale avant de s’en séparer en 1979.

Figure 9 Anamorphose du Mato Grosso

Une fois encore c’est le poids de la capitale, Cuiabá, qui déforme la maille des communes, formant au centre de l’État le museau d’un chien vu de face, tandis que le profil rectiligne de sa frontière du nord dessine le sommet de la tête et les oreilles

Figure 10 Anamorphose du Pará

Comme la population du Pará est fortement concentrée dans les environs de Belém, cette partie de l’État est fortement amplifié et lui donne l’allure d’une tête de lama, tandis que le nord-ouest de son territoire, très peu peuplé et donc très réduit par l’anamorphose, dessine les oreilles. Il faut toutefois reconnaître que cet animal, bien qu’originaire du continent Bien que originaires du continent, n’est pas présent dans la région, sauf peut-être dans ses zoos.

Figure 11 Anamorphose de la Paraíba

La forme générale de la Paraíba évoque celle d’un jacaré, un caïman tourné vers le littoral, dont la gueule grande ouverte correspond à l’emplacement de la capitale, João Pessoa.

Figure 12 Anamorphose du Paraná

L’anamorphose du Paraná lui donne la forme d’une tête de chien dont les régions les plus peuplées forment le museau et les yeux, la capitale Curitiba pour le premier et les villes jumelles de Londrina et Maringá pour les seconds. Il est assez logique de choisir ici un chien de race européenne puisque la plupart des habitants de cet État sont descendants de colons venus de ce continent.

Figure 13 Anamorphose du Pernambuco

L’anamorphose donne au Pernambuco, dont la forme allongée et sinueuse l’évoquait déjà, l’allure d’un serpent qui aurait avalé une proie bien trop grosse pour lui : cette fois encore c’est l’importance de la population de la capitale qui dilate très fortement la maille communale dans la partie proche du littoral.

Figure 14 Anamorphose du Piauí

Une fois anamorphosée, la forme de l’État du Piauí évoque aussi celle d’un serpent qui aurait eu, comme on le dit familièrement « les yeux plus gros que le ventre ». En l’occurrence le serpent a tout de même réussi à avaler sa proie mais elle gonfle fortement son estomac… Celui-ci correspond à l’emplacement de Teresina, une des rares capitales qui ne sont pas situées sur le littoral.

Figure 15 Anamorphose de l’État Rio de Janeiro

L’anamorphose transforme l’État de Rio de Janeiro en scorpion, les pinces en avant et la queue redressée, rendu seulement un peu plus ventru qu’il ne faudrait par la très nombreuse population de la capitale.

Figure 16 Anamorphose du Rio Grande do Norte

Il est déjà habituel de comparer la forme de l’État du Rio Grande do Norte un éléphant à cause de la « trompe » que dessine son avancée vers le sud-ouest. L’anamorphose renforce cette ressemblance en mettant seulement plus en évidence la massivité de l’arrière-train, causée une fois encore la concentration de population dans la capitale, Natal

Figure 17 Anamorphose du Rio Grande do Sul

Tout comme l’Amazonas à l’autre bout du pays, le Rio Grande do Sul est transformé en poisson par l’anamorphose, mais cette fois ce n’est plus un poisson rond de l’Amazone, plutôt un poisson plat comme le carrelet. Aussi connu comme plie, le Pleuronectes platessa ne vit pas dans les eaux brésiliennes, mais on peut argumenter que la plupart des habitants de cet État sont eux aussi d’origine européenne, descendants des colons allemands et italiens arrivés au XIXe siècle.

Figure 18 Anamorphose du Santa Catarina

Le Santa Catarina devient lui aussi un poisson, dont la tête massive évoque le Labre à tête de mouton (Semicossyphus reticulatus) une espèce vivant dans les mers du Japon, de Chine et Corée du Sud. Un peu trop asiatique pour correspondre à l’immigration qui a peuplé cet État, elle aussi européenne, l’immigration japonaise se dirigeant plutôt vers l’état de São Paulo, un peu plus au nord.

Figure 19 Anamorphose de l’État de São Paulo

Arrivant justement à ce moment de notre parcours à l’État de São Paulo, nous constatons que cette fois l’anamorphose ne produit pas un poisson, mais un oiseau, en l’occurrence un colibri dont le bec effilé est dessiné par la région de faible densité du Pontal do Parapanema, au nord-ouest, tandis que le sud de l’État est très fortement enflé la présence des 18 millions d’habitants de la région métropolitaine de São Paulo.

Les trois derniers États ne ressemblent pas, une fois anamorphosés, à des animaux, les formes qu’ils acquièrent font plutôt penser à des objets, de surcroît sans aucun rapport avec le Brésil.

Figure 20 Anamorphose du Goiás

La déformation créée dans l’État du Goiás par la prédominance démographique de sa capitale, Goiânia, semble créer un visage entouré de décoration foisonnante d’un masque vénitien. On notera que l’encoche qui marque son côté oriental, et qui correspond au territoire qui lui a été enlevé pour créer le district fédéral se retrouve sur le masque vénitien à peu près au même endroit, sur son côté droit.

Figure 21 Anamorphose de l’État de Sergipe

Dans l’État de Sergipe, la déformation induite par le poids démographique de la capitale, Aracaju, paraît dessiner un visage surmonté d’un curieux couvre-chef plat. J’ai choisi d’y voir une coiffe bretonne, plus précisément du pays d’Auray, car j’ai déjà eu l’occasion de noter que si ce carnet s’intitule Braises c’est en partie à cause de parentés affectives – pour moi du moins – entre le Brésil et la Bretagne[4].

Figure 22 Anamorphose du Tocantins

Pour finir, on aurait pu s’attendre à ce que le format du Tocantins évoque un animal, puisque la « pointe » par lequel il se termine au nord est généralement appelé le Bico do Papagaio, le « bec du perroquet ». Mais une fois l’anamorphose réalisée ce n’est pas un animal qui est apparu, mais plutôt un lutin à chapeau pointu, dont le visage correspond à la capitale, Palmas. Bien que fondée seulement après la création de l’État, en 1988, celle-ci a déjà grandi suffisamment pour déformer la maille communale, bien plus que la ville du Nord, Araguaina.

[1] « Como o coronavírus viaja pelo Brasil, três casos exemplares », Confins 45, 2020, http://journals.openedition.org/confins/28436

[2] “Covid-19 no Amazonas: elementos de contexto », Boletim ODS Atlas Amazonas, Especial n.º 5, maio-2020 | ISSN: 2675-0384, https://www.atlasodsamazonas.ufam.edu.br/ultimas-noticias/111-covid-19-no-amazonas-elementos-de-contexto-por-herve-thery.html

[3] De la sous-famille des Serrasalminae, apparentés aux piranhas, mais herbivores ou omnivores.

[4] Pourquoi le titre « Braises« , https://braises.hypotheses.org/482

Estimer la population en quelques clics

Le bulletin d’information du site Géoconfluences[1] recommande un outil développé par la NASA (Administration Nationale de l’Aéronautique et de l’Espace) qui estime la population de n’importe quelle partie du monde en quelques clics. Disponible sur son site Earthdata[2], il est basé sur un carroyage mondial fin et qui permet d’estimer la population contenue dans un polygone (dessiné librement par l’utilisateur) ou dans un cercle (de diamètre configurable). La fiabilité de l’estimation dépend bien entendu de la qualité des données disponibles et donc des services statistiques des pays concernés.

Cet outil est accessible aux adresses suivantes :

– Vision générale du service: http://sedac.ciesin.columbia.edu/data/collection/gpw-v4/population-estimation-service

– Application Gridded Population of the World (GPW4): http://sedac.ciesin.columbia.edu/mapping/popest/gpw-v4/

Comme l’indiqué Géoconfluences, les images de la NASA sont libres de droits pour une utilisation non commerciale, en particulier pour un usage éducatif, sauf indication contraire.

Ci-dessous des exemples concernant le Brésil ou le mettre en perspective : deux exemples de cercles et de polygones, l’estimation de la population de grandes régions par des cercles et des polygones opposant Brésil peuplé et Brésil « vide ». D’autres polygones situent les concentrations urbaines brésiliennes et sud-américaines par rapport aux mégalopoles mondiales ses densités aux extrêmes observés dans le monde.

Deux exemples, cercle et polygone

Dès que l’on dessine un polygone, le système donne une estimation de la population y est incluse. La première tentation est évidemment de vérifier la qualité des données en traçant une forme qui se rapproche le plus possible de celle du pays, pour vérifier si l’estimation de la population nationale est correcte. Dans le cas du Brésil elle l’est en effet puisque la population en 2015 y est de 202 millions d’habitants, très proche de celle calculée par l’Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE). De même, un cercle qui inclut la partie la plus peuplée du pays, dans le Sud Sud-Est (et du même coup une partie du Paraguay), donne une estimation de 130 millions d’habitants, qui paraît tout à fait plausible.

Figure 1 Exemples de polygone et de cercle

Régions

On peut ensuite parcourir les régions du pays et y tracer des cercles qui en évaluent la population, soit globalement soit pour certaines portions. Dans le cas de l’Amazonie, si l’on se centre sur la partie occidentale, la moins peuplée, on y trouve un peu plus de 7 millions d’habitants sur un peu moins de 3 millions de kilomètres carrés, ce qui lui donne une densité de 2,6 habitants au kilomètre carré même en incluant Manaus (2,1 millions d’habitants).

Figure 2 7,6 millions d’habitants en Amazonie

Le centre Ouest, qui inclut Brasilia et les régions pionnières où progresse la culture du soja, voit sa population estimée à 23 millions d’habitants sur presque 3 millions de kilomètres carrés, et donc une densité de huit habitants par kilomètre carré.

Figure 3 23 millions d’habitants dans le Centre Ouest

Le Nordeste a 54 millions d’habitants dans sa partie la plus peuplée, sur 1,5 million de kilomètres carrés, et donc une densité de 35,6.

Figure 4 54 millions d’habitants dans le Nordeste

Enfin, si l’on se centre sur ce qui peut être considéré comme le cœur du Brésil, en traçant un cercle qui inclue São Paulo, Rio de Janeiro et Brasilia, on y trouve près de 92 millions d’habitants sur un million de kilomètres, soit une densité de 83 habitants par km2.

Figure 5 91 millions d’habitants Cœur du Brésil

Brésil « plein » et Brésil « vide »

Comme cela est bien apparu en parcourant les différentes régions du pays, les masses de population et les densités de peuplement y sont très différentes. Si l’on essaie d’évaluer successivement la population du Brésil « plein », proche du littoral, et celle du Brésil « vide » (ou à peu près) qui se situe dans l’intérieur, on obtient dans le premier cas un total de 183 millions d’habitants sur un peu plus de 3 millions de kilomètres carrés (densité 56), dans l’autre presque 17 millions d’habitants sur un peu moins de 5 millions de kilomètres carrés, soit une densité de 3,5.

Figure 6 Brésil « plein »

Figure 7 Brésil « vide »

« Bananes »

Tracer des polygones pour estimer la population qui y est incluse permet aussi d’évaluer le poids démographique des principales agglomérations brésiliennes par rapport aux mégalopoles mondiales. La plus connue d’entre elles (décrite dans les années 1940 par Jean Gottmann, sous le nom de «Boswash » car elle s’étendait alors de Boston à Washington), aurait aujourd’hui (ou plutôt avait en 2015) selon GPW4 48,5 millions d’habitants.

Figure 8 « Boswash » 48 millions d’habitants

Son équivalent brésilien, restreint à l’axe Belo Horizonte-Curitiba en avait la même date 69 millions.

Figure 9 Belo Horizonte-Curitiba 69 millions d’habitants

Si l’on élargit le champ vers le Sud, de façon à aller de Boston Atlanta, on arrive dans le cas des États-Unis a 74,5 millions d’habitants…

Figure 10 Boston-Atlanta 74 millions d’habitants

… et dans le cas brésilien, en allant jusqu’à Porto Alegre, à 79 millions d’habitants et donc à des masses démographiques tout à fait comparables.

Figure 11 Belo Horizonte-Porto Alegre 79 millions d’habitants

Une autre mégalopole mondiale, celle qui se situe au centre de l’Europe et est désormais connue (depuis les travaux de Roger Brunet et du GIP Reclus) comme la « banane bleue » représente un total de 112,5 millions d’habitants.

Figure 12 La « Banane bleue », 112 millions d’habitants

Figure 13 La « Banane sud-américaine », 117 millions d’habitants

Si l’on lui cherche un équivalent qui associe le cœur du Brésil aux parties les plus peuplées de son continent, et que l’on trace une « banane sud-américaine » allant de Belo Horizonte jusqu’à Valparaiso (au Chili), on y trouve 117 millions d’habitants, là aussi un total tout à fait comparable mais sur une surface bien plus grande, 1 million de kilomètres carrés contre 310 000 km².

Densités extrêmes

On peut enfin, pour mettre le Brésil dans une perspective mondiale, chercher à le situer par rapport aux densités extrêmes de la planète. Les plus basses se trouvent, pour des cercles englobant environ 3 millions de kilomètres carrés, en Australie (112 000 habitants, densité 0,03), dans le Nord canadien (534 000 habitants, densité 0,19) ou en Sibérie (914 000 habitants, densité 0,3).

Figure 14 De 0 à 1 million d’habitants

Les plus basses densités sud-américaines, en Amazonie occidentale (8,6 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 2,8), ne se situent pas à ces niveaux extrêmes, mais plutôt à ceux de la Patagonie (3 millions d’habitants sur un peu moins d’un million de kilomètres carrés, densité 3), doubles de celles du Sahara (un peu moins de 5 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 1,5).

Figure 15 De 3 à10 millions d’habitants

À l’opposé, le cœur du continent sud-américain (de São Paulo à Buenos Aires) avec 111 millions d’habitants sur 2,2 millions de kilomètres carrés à une population et une densité (49) comparables à celle du centre du Mexique (117,4 millions d’habitants pour un million de kilomètres carrés, densité 78) ou du golfe persique (presque 129 millions d’habitants sur 2,7 millions de kilomètres carrés, densité 47).

Figure 16 De 110 à 120 millions d’habitants

Aucune densité brésilienne ne s’approche des records mondiaux que l’on peut trouver en Europe (372 millions d’habitants sur 2,1 million de kilomètres carrés, densité 176), et plus encore en Asie, que ce soit en Chine (1 065 000 000 d’habitants sur 2,9 millions kilomètres carrés, densité 367) en Inde (1 155 000 000 d’habitants sur 2,8 millions de kilomètres carrés, densité 407).

Figure 17 De 372 à 1 155 millions d’habitants

Au total, Gridded Population of the World (GPW4) est donc un outil utile et facile à utiliser, qui permet de parcourir le monde, d’y observer la répartition de la population et de mettre en perspective les situations de ses régions, que ce soit le Brésil, comme ici, ou de tout autre pays.

[1] http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/nasa-outil-quadrillage-demographique

[2] https://earthdata.nasa.gov/

La carte du crime à São Paulo, entre Suède et Afrique du Sud

Une enquête menée par la Folha de S. Paulo[1] analyse, quartier par quartier et rue par rue, le nombre de morts violentes dans la ville alors que les données gouvernementales permettent seulement de les connaître districts de police. L’analyse a été faite à partir de la base de données du gouvernement de l’État, qui recense des milliers de décès. Le critère adopté celui qui est utilisé à l’échelle internationale, il retient les homicides, les lésions corporelles suivies de décès et les vols suivis de décès, mais exclut les décès liés à des d’affrontements avec des policiers.

Pour localiser précisément les crimes, on a utilisé les adresses portées sur les constats, disponibles sur le site du Secrétariat d’État de la Sécurité Publique de São Paulo, en essayant d’éviter au maximum les doubles enregistrements. En raison de l’inexactitude des constats, il peut y avoir quelques duplications ou omissions mais le nombre global est similaire à celui de la SSP. La population utilisée pour calculer le taux de mortalité des districts est le recensement de l’IBGE de 2010 car il n’y a pas d’estimations récentes avec ce niveau de régionalisation.

Contrastes

Le Jardim Paulista, un des quartiers les plus chics de la ville, dans la zone ouest a pour ces catégories un taux de 1 décès pour 100 000 habitants. Un autre « jardin », bien moins chic, le  Jardim São Luís a eu pour sa part un taux de 16 décès par mort violente pour 100 000 habitants, soit deux fois la moyenne de la ville. Les quartiers violents se situent en grande partie dans le sud de la ville 9Figure 1) mais celui de Jaçanã (zone nord) apparaît dans une situation pire encore, avec 23 décès pour 100 000 habitants. Les districts centraux comme celui de la (la cathédrale) ont des taux qui dépassent 70 morts pour 100 000 habitants, mais ils ne reflètent pas la réalité de la région, car ils ont peu de résidents permanents (ce sont en grande partie des quartiers d’affaires), et l’indice ne tient pas compte de leur nombreuse population flottante qui y circule, comme celle de la Cracolândia (le « quartier du crack »), où les drogués sont souvent prêts à tout, même au crime, pour se procurer leurs doses.

Figure n° 1 Taux de morts violentes par district

Lieux dangereux

La répétition des crimes dans les mêmes endroits fait partie de la dynamique de la violence dans cette ville si marquée par les inégalités. La région qui comprend les quartiers Jardim São Luís, Capão Redondo, Jardim Angela, Campo Limpo et Grajaú, au sud-ouest, concentre 20% des morts violentes de toute la ville. Ce n’est pas par hasard que la route d’Itapecerica (figure 2), qui coupe la région, est la plus mortelle de la capitale, avec un total de 11 morts violentes en 12 mois, dont une forte proportion d’homicides. Les environs de l’Avenue Paulista en compte bien moins et les morts aux abords de la voie rapide Fernão Dias (qui mène à Belo Horizonte) sont principalement dus aux interventions policières.

Figure n° 2 Configurations locales de la violence

Source: Folha de S.Paulo/SSP

Les victimes sont pour la plupart jeunes (21% avaient entre 20 et 29 ans, 24% entre 30 et 39 ans), ont en général un niveau de scolarisation faible (37% niveau primaire, 16% niveau secondaire, 3% niveau supérieur), et les deux tiers meurent sur la voie publique. Le cas le plus fréquent est en effet un meurtre commis par des motards casqués, probablement liés à des groupe d’extermination, qui tirent et disparaissent sans laisser de traces. C’est le cas du policier Eduardo Alexandre Miquelino qui, à ses heures libres, circulait dans le quartier Capão Redondo en commettant des meurtres, il a été arrêté en 2015 et soupçonné d’avoir tué au moins 12 personnes.

Le gouvernement de l’État de São Paulo affirme que le nombre de décès violents a connu une « chute expressive », y compris dans les régions périphériques. « Les cas d’homicides intentionnels ont diminué de 17,74% et ont atteint le plus bas niveau pour la série historique commencée en 2001: 51 par mois, 11 de moins que les 62 comptabilisés en août de l’année dernière », indique une note du Secrétariat de la sécurité publique. En utilisant un critère différent de l’étude de la Folha, qui exclut les vols suivis par la mort, la SSP indique que les homicides ont chuté de 82% depuis 2001 dans la région qui comprend Jardim São Luís, Campo Limpo, Capão Redondo et Jardim Angela. Selon les comptes du gouvernement, le nombre de morts par 100 000 personnes dans cette région est passé de 88,71 à 13,26. En ce qui concerne le district de Jaçanã (zone nord), le secrétariat affirme que les décès ont diminué de 75% au cours de la même période, et la police militaire y a saisi des armes (2 700 en 2016) pour réduire les homicides et cherché à montrer au maximum sa présence, dans le but d’inhiber les actes de violence. Selon ses responsables le taux d’homicide est par ailleurs lié à des problèmes qui ne relèvent pas la police, tels que l’éducation, l’assainissement de base et les loisirs

Comparaisons nationales et internationales

De fait la situation de São Paulo est loin d’être la pire du pays, et l’on peut la mettre en perspective en comparant ses niveaux de violence à celle de pays étrangers.

Comme le montrait déjà une carte un billet précédent, « Images de la violence au Brésil »[2], São Paulo a en effet une situation moins grave que celle d’autres régions et villes du pays. La figure 3, fondée sur les données de l’« Atlas de la violence 2017 », publié par l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP), situe tant l’État que la ville dans les taux d’homicides les plus bas du pays. Pour cette dernière il est (avec 8,5 meurtres par 100 000 habitants), inférieur à la moyenne brésilienne (27) et à ceux d’autres capitales d’États, comme Curitiba (26), Porto Alegre (46,2), Manaus (52,8), São Luis (60,9) et Fortaleza (63,7).

Figure n° 3 Homicides par État et ville de plus de 100 00 habitants

L’indice IHA (Indice d’homicides d’adolescents) a été mis au point par l’Unicef, l’Observatoire des favelas et le Secrétariat national pour la promotion des droits de l’enfant et de l’adolescent du gouvernement fédéral[3]. Il est élaboré en utilisant les données sur les décès du Ministère de la Santé pour 2014, les dernières disponibles, et ne prend en compte que les 300 communes du pays (sur 5 570) de plus de 100 000 habitants. La croissance des taux qui est observée dans le pays s’explique en partie par une augmentation dans le Sudeste (qui croît en effet après une période de déclin jusqu’en 2011) et principalement dans le Nordeste qui a atteint 6,5, alors que le Sud a un taux de 2,3. C’est le Ceará qui a les taux les plus inquiétants notamment dans les quartiers les plus pauvres de Fortaleza, sa capitale, qui ont le pire IHA. L’État de São Paulo a le troisième indice le plus bas du pays (1,6), seulement supérieur à ceux du Roraima (1,4) et du Santa Catarina (0,9), et dans sa capitale l’IHA est de 2,2.

Figure n° 4 Indice d’homicides d’adolescents (IHA) en 2005 et 2014

Les comparaisons sont donc plutôt favorables à l’échelle nationale mais si l’on passe à l’échelle mondiale elles le sont beaucoup moins : l’indice de morts violentes de São Paulo est plus élevé que celui de pays comme la République démocratique du Congo, ou la Colombie, deux pays qui ont connue ou connaissent encore des guerres civiles. C’est ce que montre le graphique de la Folha de S. Paulo qui compare la « température » des quartiers de São Paulo à ceux de pays étrangers, de la Suède à l’Afrique du Sud (dont les valeurs sont reprises pour les limites de classe de la figure 1).

Figure n°  5 Violences à São Paulo et dans le monde

São Paulo a bien des quartiers où le niveau de violence est proche de ceux de l’Europe, comme le Jardim Paulista, un quartier aisé de l’ouest qui a un taux de mortalité violente de 1 pour 100 000 habitants, semblable à celui de la Suède. Si l’on s’en tient aux crimes entraînant des décès, 33 des 96 districts de la ville ont des taux inférieurs à ceux des États-Unis (4,8).Mais Jaçanã (zone nord), avec 23 décès par 100 000 habitants, a un taux plus haut que celui du Mexique, en proie à une véritable guerre entre les trafiquants de drogue.

Figure n°  6 Homicides dans le monde

La situation globale est donc loin d’être satisfaisante. Même si la situation de São Paulo s’est améliorée, le Brésil est un des pires pays au monde selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales, 2013, il arrivait avec un peu plus de 40 000 morts à peu près à égalité avec l’Inde (dont la population est six fois plus nombreuse) mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. En calculant le nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 au 10e rang mondial, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), le Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9).

Des données plus récentes sont plus inquiétantes encore : selon le forum brésilien sur la sécurité publique en 2015, 58 000 personnes ont été tuées dans le pays (en moyenne une toutes les neuf minutes). Plus de gens ont été assassinés au Brésil entre 2010 et 2014 (279 000) que dans des pays en guerre, comme la Syrie (256 000)…

Tableau 1 : Les pays les plus violents au monde

Pays Nombre d’homicides

2013

Taux par

100 000 hab.

2013/2014

Brésil 40 974 24,6
Inde 40 752 3,2
Mexique 25 757 15,7
Éthiopie 20 239 8
Nigeria 18 422 10
Afrique du Sud 15 940 33
Colombie 15 459 27,9
Russie 14 574 9,5

*Taux d’homicide par pays selon la dernière année disponible selon l’UNODC. Source : Office des Nations unies contre la drogue et le crime 2015

Cette réalité tragique ne paraît pourtant pas être une préoccupation majeure pour les pouvoirs publics et pour l’opinion brésilienne, qui semblent la considérer comme une sorte de fatalité. Reste à espérer qu’une prise de conscience se produira et mènera l’ensemble de la société à prendre les mesures nécessaires pour réduire ce fléau.

[1] Artur Rodrigues, Raphael Hernandes, Daniel Mariani et Marlene Bergamo, Folha de S. Paulo, 9/10/2017, http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2017/10/1925481-mapa-da-morte-em-sp-vai-da-suecia-ate-o-mexico-locais-dos-crimes-se-repetem.shtml

[2] https://braises.hypotheses.org/1240

[3] http://www.crianca.mppr.mp.br/arquivos/File/publi/obs_favelas/iha_2014.pdf

La population du Brésil en 2017

L’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 30 août 2017 les chiffres officiels de la population pour 2017, à la date de référence le 1er juillet 2017. L’Institut publie cette estimation annuellement pour ajuster, entre autres, les subventions du Fonds de participation attribuées aux États et communes (municípios), et qui elle est également une référence pour divers indicateurs sociaux, économiques et démographiques[1].

Selon l’IBGE « la populations des communes ont été estimées par une procédure mathématique et sont le résultat de la répartition des populations des États, projetés par des méthodes démographiques, entre les communes. La méthode est basée sur la projection de la population de l’État et la tendance à la croissance des communes, calculée entre les deux derniers recensements démographiques (2000 et 2010). Les estimations municipales comprennent également les changements dans les limites territoriales municipales qui ont eu lieu après 2010. Le tableau de la population estimée pour chaque commune a été publié aujourd’hui au Journal Officiel de l’Union (D.O.U.). La note méthodologique et les estimations démographiques pour les 5 570 communes et 27 États se trouvent à l’adresse https://ww2.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/estimativa2017/default.shtm« .

La population du pays, selon ces données, est officiellement de 207 660 929 habitants, soit une augmentation de 0,77% par rapport à 2016 (206 081 432). Il est donc, de loin, le plus peuplé d’Amérique du Sud, devant la Colombie et l’Argentine (46 et 40 millions, respectivement) et le cinquième dans le monde, après l’Indonésie et devant le Pakistan. Et le cinquième du monde, pour le moment du moins, puisque selon l’article « Tous les pays du monde (2017) » de la revue Population & Sociétés (Numéro 547 Septembre 2017), il doit être dépassé en 2050 par le Pakistan

Tableau 1  Les pays les plus peuplés au monde en 2017 et 2050

2017 Rang 2050 Rang
Chine 1387 1 1343 2
Inde 1352 2 1676 1
États-Unis 325 3 397 4
Indonésie 264 4 322 5
Brésil 208 5 231 7
Pakistan 199 6 311 6
Nigeria 191 7 411 3
Bangladesh 165 8 202 9
Russie 147 9
Mexique 129 10
Congo 216 8
Éthiopie 191 10

La commune de São Paulo continue à être la plus peuplée du pays, avec 12,1 millions d’habitants, suivie de Rio de Janeiro (6,5 millions d’habitants), Brasilia et Salvador (environ 3,0 millions d’habitants chacune). Dix-sept communes brésiliennes ont une population de plus d’un million de personnes, soit 45,5 millions d’habitants, 21,9% de la population brésilienne. Parmi les États, les trois plus peuplés sont dans le sud-est, et les cinq moins peuplés sont dans le nord amazonien. Le leader est São Paulo, avec 45,1 millions d’habitants, concentrant 21,7% de la population du pays. Le Roraima est le moins peuplé avec 522 000 habitants (0,3% de la population totale).

Tableau 2 Communes de plus d’un million d’habitants

Ordre Estado Município Population 2017
SP São Paulo 12.106.920
RJ Rio de Janeiro 6.520.266
DF Brasília 3.039.444
BA Salvador 2.953.986
CE Fortaleza 2.627.482
MG Belo Horizonte 2.523.794
AM Manaus 2.130.264
PR Curitiba 1.908.359
PE Recife 1.633.697
10º RS Porto Alegre 1.484.941
11º GO Goiânia 1.466.105
12º PA Belém 1.452.275
13º SP Guarulhos 1.349.113
14º SP Campinas 1.182.429
15º MA São Luís 1.091.868
16º RJ São Gonçalo 1.049.826
17º AL Maceió 1.029.129
TOTAL 45.549.898
% / Brésil 21,9%
Total 207.660.929
 Source: IBGE, Diretoria de Pesquisas – DPE, Coordenação de População e Indicadores Sociais – COPIS.

Un peu plus de la moitié de la population brésilienne (56,5% ou 117,2 millions) vit dans les 310 communes (5,6% du total), qui comptent plus de 100 000 habitants. Celles de plus de 500 000 habitants (42) concentrent 30,2% de la population du pays (62,6 millions d’habitants). Celles de moins de 20 000 habitants (68,3%) ne représentent que 15,5% de la population du pays (32,2 millions d’habitants). Serra da Saudade (Minas Gerais) est la commune brésilienne la moins peuplée avec 812 habitants en 2017, suivie par Borá (SP), avec 839 habitants, et Araguainha (MT), avec 931 habitants 9(ces trois communes sont  les seules du pays à compter moins de 1 000 habitants).

Pour ce qui est des régions métropolitaines (RM) et des régions intégrées de développement (RIDES) constituées au 31 décembre 2016, la RM de São Paulo est la plus peuplée, avec 21,4 millions d’habitants, suivie de celle de Rio de Janeiro (12,4 millions d’habitants), de la RM de Belo Horizonte (5,9 millions d’habitants) et de la RIDE du District fédéral de Brasília (4,4 millions d’habitants). Parmi les régions métropolitaines ou les RIDES, 28 ont une population de plus d’un million d’habitants et représentent 97,9 millions d’habitants, soit 47,1% de la population totale.

Entre 2016 et 2017 près du quart des 5 570 municipalités brésiliennes (1 364) ont connu une réduction de leur population. Dans plus de la moitié d’entre elles (56,2% ou 3 130), les taux de croissance de la population ont été inférieurs à 1%, et dans 207 (3,7% du total), la croissance a été égale ou supérieure à 2%. C’est parmi les communes des régions du Nord et du Centre-Ouest, que l’on trouve les proportions les plus élevées des communes ayant eu des taux de croissance supérieurs à 1%, et dans Sud la proportion la plus élevée de municipalités à des taux négatifs.

La population est loin d’être répartie uniformément dans tout le pays. Il existe encore une opposition claire entre les régions côtières et intérieures, qui reflète encore les effets de la colonisation et de l’histoire du peuplement : les premières sont densément peuplées, les secondes beaucoup moins.

Figure 1 Répartition de la population

Au long de la période 2000-2017 on constate (figure 2), que les communes dont la population a diminué (en bleu sur la carte) sont rares et petites. Pour la plupart, les effectifs ont augmenté (jusqu’à + 50% en jaune) au cours de ces 17 ans et certains ont augmenté très rapidement (de + 50% à près de + 300% en rouge). La se produit principalement sur les fronts pionniers d’Amazonie et à la périphérie des grandes villes, Rio, São Paulo et Brasília. São Paulo a encore gagné plus d’un million et demi d’habitants dans cette période, Rio un peu plus d’un demi-million et Brasília a atteint pour la première fois les 3 millions d’habitants, un fait remarquable pour une ville fondée en 1960.

Figure 2 Évolution 2010-2017 de la population par commune

[1] Article 102 de la Loi nº 8.443/1992 et de la Loi complementaire nº 143/2013

Le Rodoanel, rocade autoroutière de São Paulo

Le Rodoanel Mário Covas (SP-21), mieux connu sous le nom de Rodoanel Metropolitano de São Paulo est le plus grand chantier routier du pays, c’est une rocade autoroutière à deux fois trois voies de 180 kilomètres, encore en construction autour du centre de São Paulo. Elle est principalement destinée à réduire l’intense trafic de camions venant de l’intérieur de l’État et des différentes régions du pays, qui y provoque une grave congestion urbaine. Le Rodoanel a donc été pensé comme un moyen de dévier des flux comme, par exemple ceux qui vont du port de Santos, au sud de la ville, vers Rio de Janeiro, à l’ouest, sans passer par le centre-ville.

En effet, les voies sur berge des rios Tietê et Pinheiros y jouent à la fois le rôle de desserte locale et de liaison entre les autoroutes convergeant vers São Paulo et elles sont constamment saturées. L’idée est donc venue aux responsables de la construction des infrastructures routières d’implanter un anneau autoroutier comparable à celui qui existe autour de bon nombre de villes nord-américaines et de métropoles européennes (comme les autoroutes A86 et Francilienne autour de Paris, A10 autour de Berlin et M25 autour de Londres, le MKAD à Moscou, le Ring de Bruxelles ou le Grand raccordement annulaire/GRA de Rome).

Un immense chantier

Sa construction a été et est encore un gigantesque chantier, car les voies et les échangeurs ont été largement dimensionnés et la topographie en demi-oranges[1] a exigé beaucoup de remblais et déblais. De vastes tranchées ont révélé la terre rouge du sous-sol et par endroit éventré des collines couvertes d’une dense forêt tropicale jusque-là préservée, au grand chagrin des ONGs de préservation de l’environnement (figure 1). Des mesures compensatoires ont toutefois été prises, si vastes que les viviers de toute la région ont eu beaucoup de mal à fournir les millions des boutures d’arbres requises pour les plantations à réaliser.

Figure 1 Déblais et remblais sur les chantiers du Rodoanel

Photos Hervé Théry 2009

Par ailleurs, il a fallu en plusieurs points franchir les bras des lacs de barrage qui fonctionnent aujourd’hui comme réserve d’eau potable pour la ville.  Il a donc fallu prendre de grandes précautions pour que les énormes volumes de terre remuée par les engins de chantier n’aillent pas polluer ces réserves d’eau, principalement lors de la saison des pluies, très violente en climat tropical. Avec la collaboration des services de la mairie et de l’État de São Paulo, les compagnies de travaux publics qui avaient remporté les marchés de construction avaient mis en place, lors de cette phase du chantier, un système d’alerte qui arrêtait automatiquement le chantier si une pollution était détectée dans les lacs.

Figure 2 Étapes de la construction d’un pont 1

Photos Hervé Théry 2008 et http://www.dnit.gov.br/noticias/trecho-sul-do-rodoanel-e-inaugurado/image/image_view_fullscreen

La qualité des mesures prises pour protéger l’environnement et la durée des travaux ont de ce fait pendant plusieurs années fait du Rodoanel l’une des destinations favorites des professeurs des universités de São Paulo pour mener des visites de chantiers avec leurs étudiants de génie civil, biologie, environnement et géographie.

Figure 3 Étapes de la construction d’un pont 2

Photos Hervé Théry 2009 et 2012

Situation

Le Rodoanel est à la fois une infrastructure d’intérêt national, car les axes qui y convergent relient São Paulo, le principal pôle économique national, au reste du pays, et la figure 4 fait bien apparaître la convergence vers lui de ses voies principales. On y voit bien l’éventail de routes qui s’étend du nord-est (vers Rio de Janeiro et au-delà) au sud-ouest (vers le Sud du Brésil, l’Uruguay et l’Argentine). Au sud-est il donne en outre accès au port de Santos, en contrebas de São Paulo, porte d’entrée de la plupart des importations du pays et principal port de sortie pour des exportations dont le Brésil est le premier producteur mondial, comme le sucre, l’alcool combustible, le café et le soja (dans ce dernier cas, conjointement avec le port de Paranaguá, dans le Paraná).

Figure 4 São Paulo dans les réseaux routiers brésiliens

C’est donc aussi un point de passage obligé pour les relations d’autres régions entre elles, par exemple entre Rio de Janeiro et le sud du pays, ou entre le Sud et le Nordeste, au long d’un axe parallèle au littoral mais situé non pas dans les étroites plaines littorales ou à flanc de la Serra do Mar mais sur le haut plateau intérieur. Le trajet passe donc inévitablement par São Paulo même si les voitures, bus et camions qui le fréquentent n’ont rien à y faire, redoutent ce passage et souhaiteraient l’éviter.

Figure 5 São Paulo, noeud de communications

http://www.sp-turismo.com/mapa.htm

Mais c’est aussi une voie d’intérêt local, car il redistribue les circulations entre divers points de l’agglomération, les banlieues industrielles et les zones résidentielles, les condominiums fermés des classes aisées à l’ouest et les grands ensembles des classes populaires à l’est, le littoral où se sont développées d’importantes infrastructures touristiques, et l’intérieur d’où vient la nourriture nécessaire à la subsistance de près de vingt millions de personnes.

La rocade a été d’emblée conçue comme une voie autoroutière, avec de larges espaces vides ou à remplir, à proximité des zones résidentielles, par des plantations forestières afin d’éviter l’occupation des zones voisines. Néanmoins, sa simple présence – et même souvent l’annonce de son tracé – a provoqué un mouvement intense de spéculation dans ces régions, la proximité de la rocade devenant un facteur attractif même si les points d’entrée sont volontairement rares.

Figure 6 Le Rodoanel de São Paulo

https://goppp.wordpress.com/2011/08/02/be-bid-abre-painel-para-investigar-obra-do-rodoanel/

Antécédents et genèse

L’idée d’une rocade contournant le cœur de la région du Grand São Paulo avait été envisagée par les planificateurs urbains depuis la deuxième décennie du XXe siècle. Elle avait fini par donner naissance, dans les années 1970, aux deux voies sur berge du Tietê et du Pinheiros et aux avenues Jacu Pêssego et Fabio Eduardo Ramos Esquível. Ensemble elles forment un cercle distant de 5 à 10 km de la capitale et relient entre elles les dix principales autoroutes[2] qui arrivent dans la ville de São Paulo. Elles délimitent le « centre élargi » (en jaune sur la figure 6) où s’appliquent des restrictions de circulation aux heures de pointe, un jour par semaine, en fonction du numéro de plaque minéralogique des véhicules.

Mais ces voies ont perdu leurs caractéristiques de voies rapides et sont devenues de banales voies urbaines. Au fil du temps et de la croissance de la ville, elles ont été incluses dans des régions densément peuplées, la multiplication des intersections et des feux de circulation a provoqué une saturation du système. Des études menées avant 1992 avaient examiné trois solutions de rechange et de nombreuses variantes dans un rayon de 10 à 40 km du centre de São Paulo. Les volumes de trafic permis par chaque projet dépendaient du tracé, la distance au centre influant directement sur le volume de trafic attiré par le projet, sa longueur totale de la voie nouvelle et les types d’impacts provoqués. Le choix a finalement été fait de tracer le Rodoanel à une distance de 20 à 30 km du centre.

Figure 7 Les quatre tronçons du Rodoanel et les dix autoroutes qu’il relie

http://cdn1.sempretops.com/wp-content/uploads/mapa-rodoanel.jpg et https://commons.wikimedia.org/wiki/File:RodoanelSP.JPG

Les quatre tronçons

L’exécution des travaux a été divisée en quatre sections, Ouest, Sud, Est et Nord. Plus de 75% du parcours total ont été livrés, les tronçons Ouest, Sud et Est, inaugurés respectivement en 2002, 2010 et 2014. La partie Nord, encore en construction, devrait ouvrir en mars 2018.

Tronçon Ouest (32 km)

Inauguré le 11 octobre 2002, ce tronçon est de 32 km permet l’accès aux autoroutes Régis Bittencourt, Bandeirantes, Anhanguera, Castelo Branco et Raposo Tavares. Il vise à empêcher que les véhicules qui veulent seulement passer de l’une à l’autre de ces autoroutes empruntent le dernier tronçon des voies sur berge Tietê et Pinheiros et d’autres avenues qui traversent l’ouest de la capitale.

Figure 8 Échangeurs autoroutiers sur le Rodoanel

http://www.constran.com.br/contratodetalhes.php?idcontrato=39

Tronçon Sud (57 km)

Ouverte le 1er avril 2010, la partie sud du Rodoanel prolonge le segment ouest à partir de l’échangeur avec la Régis Bittencourt, passe par les échangeurs avec les autoroutes Imigrantes et Anchieta (qui donnent accès au port de Santos et aux stations balnéaires du littoral) puis au « complexe routier » Jacu Pêssego et de là à l’autoroute Ayrton Senna, vers Rio de Janeiro.

La construction de ce tronçon devait initialement commencer en 2003, peu de temps après la fin de celle du tronçon ouest et devait être terminée en 2008, mais une série de problèmes environnementaux et de questions politiques (qui ont ralenti le transfert des fonds) a ont eu pour conséquence que le contrat n’a été signé que trois ans plus tard, le 27 avril 2006. Le premier coup de pioche (ou plutôt de pelleteuse) a été donné 28 mai 2007, et l’inauguration célébrée le 30 mars 2010. Son ouverture a réduit la circulation des camions de 43% sur la voie sur berge Pinheiros et de 37% des véhicules sur l’Avenida dos Bandeirantes. Mais deux mois plus tard, une partie des véhicules lourds étaient de retour, préférant les embouteillages aux péages, en juin 2010, il y avait 18% de camions de plus sur l’avenue par rapport à l’après-inauguration du tronçon Sud. Pourtant, le trafic sur l’avenue Bandeirantes était encore loin de ce qu’il était lorsque le tronçon Sud n’existait pas, à l’époque il y avait en moyenne 30% de camions en plus.

Tronçon Est (43,5 km)

Sur le tronçon de 38 km entre Mauá et l’autoroute Ayrton Senna les travaux avaient commencé le 11 août 2011. Il a ouvert le 3 juillet 2014 et le tronçon restant de 5,5 km vers l’Ayrton Senna a suivi le 27 juin 2015. Ce tronçon sud sert à la liaison entre les autoroutes qui desservent le port de Santos (et le littoral) avec cette autoroutes menant vers Rio de Janeiro et tout le Nord du pays, en évitant de passer par le centre de São Paulo.

Tronçon Nord (44 km)

Les travaux de ce tronçon ont commencé le 11 mars 2013, il reliera les parties ouest et est, complétant ainsi la rocade, et donnera accès, par une bretelle à l’aéroport international de Guarulhos (figure 9) et aux autoroutes Presidente Dutra (vers Rio de Janeiro) et Fernão Dias (vers Belo Horizonte). Il servira à retirer de la voie sur berge du Tietê les véhicules venant du Minas Gerais, au nord, ou de la vallée do Paraíba et de Rio de Janeiro, à l’est. On estime que ce tronçon verra quotidiennement passer 65 000 véhicules dont 30 000 camions.

Figure 9 Accès du tronçon nord à l’aéroport et aux autoroutes

http://www.penaestrada.com.br/obras-rodoanel-norte/

Ce tronçon présente des particularités qui compliquent sa construction. La première est la présence des hautes collines de la Serra da Cantareira, au nord de la ville de São Paulo, une ceinture verte reconnue comme région de préservation de l’environnement par l’UNESCO. Cela exige que la voie soit conçue différemment, avec plusieurs kilomètres de viaducs et tunnels.

Figure 10 Les travaux du tronçon nord entre Serra da Cantareira et São Paulo

O Gov

Alexandre Carvalho/A2img, http://fotospublicas.com/geraldo-alckmin-participou-de-visita-tecnica-ao-lote-3-do-trecho-norte-do-rodoanel-mario-covas/

Un autre facteur est l’existence de la route Dom Pedro I (SP065), qui relie déjà l’autoroute Presidente Dutra à Campinas, à moins de 50 kilomètres au nord du tronçon nord: elle est considérée comme sous-utilisée, bien qu’elle porte déjà pratiquement tout le flux de circulation entre le Minas Gerais, la vallée do Paraíba et Rio de Janeiro.

La construction de ce tronçon a donc été longtemps retardée par le retard du financement de la BID (Banque Interaméricaine de Développement), qui a exigé plusieurs changements dans les documents d’appel d’offres, ce qui a causé de nombreux recours déposés par les concurrents et amené les organismes de contrôle à poser de nombreuses questions. Ces difficultés ont finalement été surmontées et en décembre 2012, la BID a fait son premier versement de fonds en faveur du gouvernement de l’État pour la construction du tronçon. Les travaux devraient se terminer en 2018, s’il n’y a plus de recours en justice.

Retards et controverses

La mise en œuvre du projet Rodoanel, qui a déjà coûté plus de 1 milliard de Reais[3] aux coffres publics depuis 1998, a fait l’objet de plusieurs plaintes pour surfacturation depuis 2001 et un audit de la Cour des comptes (TCU) réalisé entre janvier 2007 et juillet 2008 en a effectivement apporté la preuve dans la construction du tronçon sud. Le Bureau du procureur général et la police fédérale ont demandé les détails sur des détournements de fonds publics, estimés à 39,6 millions de Reais[4].

Les travaux ont par ailleurs connu plusieurs interruptions. En 2016 (Senra 2016) une grève d’environ un mois sur l’un des lots a conduit le Dersa[5] à menacer de rompre le contrat avec le consortium chargé de le construire. Jusqu’alors, moins de la moitié (42%) du travail avait été fait. Ce n’était pas la première fois que le consortium responsable du lot 1 avait interrompu la construction. Selon la Dersa l’entrepreneur avait déjà suspendu les travaux pendant environ deux mois au début de 2015. Le but était d’amener la Dersa à signer un avenant au contrat d’un montant de 716 millions de Reais[6]. La décision a été reportée de trois mois, après que la police fédérale ait ouvert une enquête sur des surfacturations d’au moins 170 millions de Reais[7] dans les travaux de terrassement.

En mars 2017, le journal O Estado de São Paulo (Estadão 2017) notait qu’au cours des quatre années écoulées depuis le début des travaux, en février 2013, un peu plus de la moitié du projet (55%) avait été réalisée, et que ce serait « un acte de foi » de penser qu’en un an les 45% restants seraient terminés. Leur conclusion a déjà été reportée à trois reprises : à février 2016, juin 2017 et maintenant mars 2018. Les retards ont entraîné des modifications contractuelles qui représentent déjà une augmentation de 235 millions de Reais par rapport au coût total des travaux initialement prévu de 4 milliards de Reais[8].

La Dersa a attribué les retards aux difficultés rencontrées pour mener à bien les expropriations nécessaires, en particulier dans la ville de Guarulhos, à travers de laquelle passe la plus grande partie du tronçon Nord. Selon elle, 95% des expropriations ont été faites devant les tribunaux, ce qui a soumis l’avancement des travaux au – très lent – progrès des affaires devant les tribunaux. En outre, le Ministère Public de l’État (MPE) a commencé une enquête sur les activités d’un gang formé par des avocats et des juges qui agissaient de manière coordonnée pour augmenter l’évaluation des biens immobiliers expropriés de plus de 100% du montant dû. Selon l’accusation, les pertes subies par les caisses de l’État peuvent atteindre 1,3 milliard de Reais[9], pas moins d’un tiers de la valeur totale des travaux.

Le Rodoanel est donc un bon exemple de la situation toute spéciale de São Paulo dans le pays. On peut donc y voir, d’une certaine façon, son image même, de sa puissance économique et de sa primauté urbaine unique au Brésil, mais aussi des difficultés immenses créées par cette puissance, en termes de flux à contrôler, de contrastes à gérer, de risques d’explosion toujours présents. Cette rocade fait bien partie de la métropole brésilienne par excellence, celle qui résume les forces, les potentiels, mais aussi les fragilités et les contradictions du Brésil actuel.

Bibliographie

Wikipedia, Rodoanel Mário Covas, https://pt.wikipedia.org/wiki/Rodoanel_M%C3%A1rio_Covas

Senra, Ricardo, “Consórcio paralisa obra do Rodoanel Norte e Dersa ameaça romper contrato”, O Estado de S. Paulo 03/06/2016, http://noticias.uol.com.br/ultimas-noticias/agencia-estado/2016/06/03/consorcio-paralisa-obra-do-rodoanel-norte-e-dersa-ameaca-romper-contrato.htm

Estadão, “O atraso do Rodoanel”, O Estado de S.Paulo, 04 Março 2017, http://opiniao.estadao.com.br/noticias/geral,o-atraso-do-rodoanel,70001686476

[1] Colline hémisphérique modelée dans les altérites, typique des socles en milieu tropical humide.

[2] Anhanguera, Bandeirantes, Castelo Branco, Raposo Tavares, Régis Bittencourt, Imigrantes, Anchieta, Ayrton Senna, Presidente Dutra et Fernão Dias

[3] 277 millions d’Euros au cours de juillet 2017

[4] 11 millions d’Euros au même cours

[5] Le DERSA – (Desenvolvimento Rodoviário S.A.) est une société de capital mixte, contrôlée par le gouvernement de l’État de São Paulo, dont le but est de construire, d’exploiter, d’entretenir et de gérer les routes

[6] 199 millions d’Euros

[7] 47 millions d’Euros

[8] 65 millions d’Euros sur 1,1 milliard

[9] 360 millions d’Euros

Images de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) a lancé en juin 2017 l’« Atlas de la violence 2017 », produit en partenariat avec le Forum brésilien sur la sécurité publique (FBSP). L’ouvrage, qui analyse les homicides au Brésil, a été présenté sur son site le 5, les sources utilisées pour l’étude sont les données de mortalité du Système d’information (SIM), le ministère de la Santé, pour les années2005-2015, et l’information tirée des dossiers de police publiés dans le 10e Annuaire brésilien de la Sécurité publique du FBSP.

L’Atlas compile et commente de nombreuses statistiques, mais offre peu de cartes, principalement à l’échelle du Brésil par États. Cependant, puisque l’Atlas est disponible en ligne (gratuitement) en format .pdf, il est a été possible d’en extraire les données et de les cartographier de façon plus complète.

Les données

Les données compilées par l’Atlas sont effrayantes. Le Brésil a enregistré en 2015, 59 080 homicides, alors qu’en 2005 ils n’étaient « que » étaient 48 136, soit une augmentation de 22,7%. Cela représente 160 morts violentes par jour, l’équivalent du nombre de passagers d’un Airbus A320 ou d’un Boeing 727-100 : imaginons la consternation et les réactions dans le pays si l’un de ces avions tombait tous les jours, tuant tous leurs passagers …

L’étude analyse les chiffres absolus et les taux d’homicides par 100 000 habitants (l’indicateur internationalement reconnu pour les comparaisons) entre 2005 et 2015. Pour le Brésil dans son ensemble le taux était de 28,9 et l’Atlas détaille les données par région, État fédéré et communes de plus de 100 000 habitants. Notons que 2% des communes (111) ont représenté en 2015 la moitié des cas de meurtre dans le pays, et que 10% d’entre elle (557) concentrent 76,5% de tous les décès.

Les États qui ont plus que doublé leur taux de meurtre dans la période analysée sont situés dans les régions du Nord et du Nord-Est, le pire cas étant le Rio Grande do Norte avec une augmentation de 232% (44,9 en 2015 contre 13,5 en 2005). Viennent ensuite Sergipe (134,7%) et le Maranhão (130,5%). Heureusement, il y a aussi des développements plus favorables, Pernambuco et l’Espirito Santo ont réduit leur taux de 20% et 21,5%, mais les réductions les plus importantes ont été dans le Sud-Est, à São Paulo, le taux a chuté de 44,3% (de 21 9 à 12,2) et à Rio de Janeiro, de 36,4% (48,2 à 30,6).

Les communes les plus et les moins violentes

La seule analyse isolée des taux d’homicides peut cacher le véritable niveau d’agression meurtrière par des tiers dans une commune. Un des exemples est Barreiras (Bahia), où a été enregistré un seul homicide en 2015, ce qui mettrait la ville parmi les plus paisibles du pays. Cependant, il y a eu aussi à Barreiras cette année-là 119 morts violentes de causes indéterminées (MVCI), un taux de 77,3 par 100 mille habitants, ce qui met la ville parmi les communes les plus violentes.

C’est pourquoi, pour établir la liste des communes les plus les moins violentes du Brésil en 2015, l’étude a porté à la fois sur les décès dus à l’agression (homicide) et sur les morts violentes de causes indéterminées (MVCI): Altamira, dans le Pará, est alors en tête, avec un taux de 107, viennent ensuite Lauro de Freitas (Bahia, 97,7), Nossa Senhora do Socorro (Sergipe, 96,4), São José de Ribamar (Maranhão, 96,4) et Simões Filho (Bahia, 92,3). Dans l’ensemble, les régions du Nord et du Nord-Est représentent 22 communes sur les 30 plus violentes en 2015 et parmi les 30 les plus paisibles, 24 sont des communes du Sud-Est. Cependant, les deux premières sur la liste sont situées dans l´État de Santa Catarina: Jaragua do Sul (3,7) et Brusque (4,1). Viennent ensuite Americana (4,8) et Jau (6.3), dans l’État de São Paulo, Araxa (Minas Gerais, 6,8) et Botucatu (São Paulo, 7,2).

Profil des victimes

Les victimes sont pour la plupart des jeunes entre 15 et 29 ans : plus de 318 000 d’entre eux ont été assassinés au Brésil entre 2005 et 2015, rien qu’en 2015 ont été commis 31 264 meurtres de personnes de cet âge. En ce qui concerne les États, il apparaît une grande disparité, alors qu’à São Paulo ce nombre a chuté de 49,4% dans les onze ans, dans le Rio Grande do Norte le taux d’homicides chez les jeunes a augmenté de 292,3%. Les jeunes hommes continuent d’être les principales victimes, ils représentent plus de 92% des homicides. En Alagoas et dans le Sergipe le taux d’homicides des jeunes hommes a atteint respectivement 233 et 230,4 par 100 000 habitants en 2015.

Sur 100 personnes tuées au Brésil, 71 sont noirs. Selon les informations fournies par l’Atlas les Noirs ont 23,5% plus de risque d’être assassinées que les Brésiliens d’autres couleurs de peau, après actualisation des effets de l’âge, de l’éducation, du sexe, de la situation matrimoniale et du lieu de résidence.

Les données sur les décès dus à l’intervention de la police ont deux sources : la base de données SIM donne des chiffres sur ceux qui ont été liés aux « interventions légales et opérations de guerre » (942) et celle du FBSP en compte 3 320 dans tout le pays. Les États qui ont connu le plus de meurtres de ce genre selon le SIM en 2015 ont été Rio de Janeiro (281), Sâo Paulo (277) et Bahia (225). Selon les données FBSP ont été enregistrés dans l’État de São Paulo 848 décès dus à l’action de la police, 645 à Rio de Janeiro et 299 à Bahia.

Les cartes

Pour compléter le travail effectué par l’IPEA et le FBSP on peut d’abord le mettre dans le contexte mondial. Il convient de noter que, pour les meurtres, le Brésil est l’une des pires situations parmi les pays du monde, selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Pour la dernière année disponible dans ses statistiques mondiales (2013), il était (avec un peu plus de 40 000 morts) pratiquement à égalité avec l’Inde (qui a une population six fois plus nombreuse), mais devant le Mexique, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Cependant, si l’on fait le calcul du nombre d’homicides par 100 000 habitants, il était en 2014 à la 10ème place, avec un taux de 24,6, derrière le Honduras (74,6), El Salvador (64,2), le Venezuela (62), l’Afrique du Sud (33) et la Colombie (27,9). Cependant, dans l’ensemble, plus de gens meurent assassinés au Brésil que dans les pays en guerre : en Syrie 256 000 personnes sont mortes en quatre ans, et 279 000 Brésil …

Figure 1 Homicides dans le monde

Source: http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/VC.IHR.PSRC.P5/countries

À partir des données par État publiées par l’IPEA, ont été préparés trois cartes analytiques et une carte synthétique (Figure 2). Les cartes d’analyse montrent les fortes proportions de décès causés par des armes à feu et de jeunes dans le total des homicides, en particulier dans le nord-est, et celle l’une des causes les plus troublantes de décès, l’intervention de la police (en service ou hors service), qui met en évidence le cas de Rio Grande do Norte.

La carte synthétique, réalisée en utilisant la technique de classification hiérarchique ascendante (dite aussi analyse de cluster) groupes les États en fonction d’un certain nombre de critères décrits dans l’Atlas. Cette analyse permet de dégager cinq profils, chacun caractérisé par le fait que le groupe est pour chacun d’entre eux au-dessus de la moyenne globale (barre de couleur vers la droite) ou au-dessous (barre vers la gauche), la longueur de la barre indiquant la façon dont le groupe diffère de moyenne pour ce critère. La taille des cercles sur chaque État est proportionnel au nombre d’homicides et sa couleur indique à quel groupe il appartient.

  • Le profil 4 (cercles jaunes sur la carte), qui comprend neuf États, en particulier du Sud et du Sud-Est, est au-dessous la moyenne pour tous les critères.
  • Profil 1 (cercles rouges sur la carte), qui regroupe sept États, est proche de la moyenne, généralement un peu en dessous, sauf pour le taux global, les victimes non-noires, les femmes et les femmes non-noires.
  • Le profil 2 (cercles bleus sur la carte), sept États, dont quatre dans le nord-est, est au-dessous de la moyenne pour les victimes non noires et les femmes non noires, mais bien au-dessus de la moyenne pour le taux général, les taux de jeunes, d’hommes jeunes, de noirs, de femmes, de femmes noires, l’utilisation d’armes à feu et le pourcentage d’utilisation de celles-ci dans les meurtres. C’est l’une des situations les plus préoccupantes.
  • Le profil 3 (cercle vert sur la carte) concerne un seul État, le Roraima, qui est bien au-dessus de la moyenne pour les victimes non noires, les femmes et les femmes non noires.
  • Le profil 5 (cercles roses sur la carte), est spécifique de deux états, Alagoas et Sergipe, il est au-dessus de la moyenne pour tous les critères, sauf les victimes non noires et les femmes non noires.

Figure 2 Homicides au Brésil, une synthèse

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

Enfin, la figure 3 cartes regroupe et cartographie des données qui restent sont séparées dans l’Atlas, les taux d’homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitants. Les gammes de couleurs qui classent les États et les communes en quatre niveaux de taux d’homicides par 100 000 habitants représentés par quatre nuances – d’intensité croissante – sont volontairement les mêmes (en dehors du minimum et maximum) pour pouvoir observer les écarts qui se produisent entre la situation générale chaque État et celles de certaines de ses grandes villes (la taille du cercle est proportionnelle au nombre d’homicides dans la commune).

  • Pour certains États, en particulier Santa Catarina et São Paulo, le taux général de l’État et ceux des grandes villes sont faibles – par rapport à la moyenne nationale – ce qui se traduit par de cercles clairs dans États de couleurs claires (moins de 16,65 d’homicides 100 000 habitants).
  • Une deuxième catégorie est formée par les États du Sud et du Sud-Est (plus l’Acre et le Piauí), aux couleurs un peu plus fortes (16,55 à 32,30 et de 32,30 à 51,40 homicides par 100 000 habitants) qui comprend les villes aux couleurs plus foncées (51,4 homicides par 100 000 habitants), comme les régions métropolitaines de Curitiba, Porto Alegre, Belo Horizonte et principalement Rio de Janeiro.
  • La troisième catégorie se compose des États de la troisième catégorie (32,2 à 51,4 homicides par 100 000 habitants), tous du Nord et du Nord-Est, plus l’Espírito Santo, et deux États de la quatrième catégorie (plus de 51,4 homicides par 100 000 habitants), l’Alagoas et le Sergipe. Notons que presque toutes les grandes villes sont dans des situations encore pires, généralement dans une plage dont le maximum dépasse largement le maximum enregistré pour les États (jusqu’à 105,2 homicides par 100 000 habitants contre 58,10). Se détachent ici – a tragiquement – les cas de Fortaleza, Salvador et Manaus, ainsi que – dans une moindre mesure – Belém, São Luís, Recife et João Pessoa. En dehors des grandes villes littoral apparaît également un groupe de six communes situées dans le « bec de perroquet » et au long de la Transamazonienne, aux confins du Pará, du Maranhão et du Tocantins.

Figure 3 Homicides par État et par commune de plus de 100 000 habitantes

Source: http://www.ipea.gov.br/portal/images/170609_atlas_da_violencia_2017.pdf. Elaboração pelo autor

En dehors de ce dernier cas (une région de conflits fonciers aigus), c’est évidemment dans les communes les plus peuplées, et en particulier dans leurs quartiers les plus pauvres, que les pires situations se produisent. L’Atlas fournit un diagnostic clair, et les cartes tirées de ses données le rendent encore plus évident. L’un et les autres sont à la disposition des forces de l’ordre et des autorités politiques, des ONG humanitaires et qui défendent les droits humains, des médias et de la population, la victime constante de cette violence. Nous savons maintenant où devraient se concentrer les efforts visant à réduire progressivement ce niveau de violence inacceptable.

La conquête de l’État de São Paulo vu par des cartes anciennes (1837-1932)

Alors que l’État de São Paulo, aujourd’hui peuplé de plus de quarante millions d’habitants est devenu le centre de gravité de l’économie brésilienne, il peut paraître étrange de lire sur des cartes de son territoire à la fin du XIXe siècle les mentions « territoire inconnu », « terres peu explorées », « terres inhabitées », voire « terrains occupés par des indigènes féroces ». C’est que sa très rapide croissance démographique (tableau 1) et économique ne s’est produite qu’après l’arrivée des chemins de fer qui ont permis l’exportation en masse du café et le déclenchement d’une conquête pionnière de tout l’ouest de l’État, dans des zones en effet encore peuplées uniquement d’Indiens (ceux qui avaient échappé aux raids des chasseurs d’esclaves) près de quatre siècles après l’arrivée des Portugais, en 1500.

Rassembler et observer une série de cartes anciennes (datées de 1837 à 1910) permet d’observer  cette avancée du peuplement, de la vague pionnière du café et des chemins de fer qui en ont assuré la logistique, série à laquelle ont  été ajoutées deux images produites au moment où l’État, enivré par son succès, avait envisagé de se séparer du Brésil et de prendre son indépendance.

Tableau 1 Population de l’État de São Paulo et du Brésil

 

État de

São Paulo

Brésil Proportion

(%)

1872 837 354 10 112 061 8,28
1890 1.384 753 14 333 915 9,66
1900 2 282 279 17 318 556 13,18
1920 4 592 188 30 635 605 14,99
1940 7 180 316 41 236 315 17,41

Source: recensements démographiques

La première carte représente la Province de São Paulo au début de l’Empire (1822-1889). En février 1835, les membres de l’Assemblée législative provinciale de São Paulo ont approuvé le projet de produire une carte de la Province. Deux ans plus tard, en 1837, a été publiée la « Carte chorographique de la province de São Paulo », conçue par Daniel Peter Müller, maréchal retraité du corps des ingénieurs. La carte a été lithographiée à Paris et, selon Cavenaghi (2006), elle a été la première forme officielle de représentation et de promotion de l’image du territoire de la Province (État après 1891). C’est un témoignage cartographique rare de la Province quand  elle incluait encore le Paraná, qui a obtenu son indépendance en 1853. Sa population était à l’époque de 326 000 habitants, moins du centième de sa population actuelle. C’est sur cette carte qu’apparaît pour la première fois dans l’Ouest la mention « Sertão Desconhecido« , (sertão inconnu), le sertão étant l’équivalent de la brousse africaine, de l’outback australien, du bled algérien ou de la wilderness américaine, des régions de l’intérieur des terres, peu peuplées, mal connues et encore assez mystérieuses.

Figure 1 Daniel Pedro Müller, Mappa Chorographico da Provincia de São Paulo (1837)

Paris: Alexis Orgiazzi, c.1841. 1 mapa: 148 x 140 cm. Acervo do Arquivo Público do Estado de São Paulo. Fundo IHGSP, http://lemad.fflch.usp.br/node/3826

La deuxième carte est extraite du premier atlas géographique de l’Empire brésilien, publié en 1868 par Cândido Mendes, le premier au Brésil, dont la figure 2 représente la province de São Paulo. On notera non seulement qu’elle est littéralement « orientée » (le haut de la carte correspond à l’Est, pas au Nord et que la planche inclut des plans des villes de São Paulo et Santos (le port principal), mais aussi que cette fois les régions occidentales sont présentées comme des « terrains occupés par des indigènes féroces »  (Terrenos occupados pelos indígenas feroses).

Figure 2 Cândido Mendes, Provincia de São Paulo, Atlas do Império do Brazil, 1868

Les premières cartes modernes de la Province ont été publiées à partir du milieu des années 1870. Jules Martin[1] en a lancé trois éditions différentes en 1875, 1876 et 1877. La Carta Ilustrada da Província de São Paulo, en 1875, fut la première image du territoire largement diffusée. Les journaux soulignaient que ce serait la carte existante la plus complète de la Province, et qu’elle serait corrigée et complétée par diverses données. La vente était proposée en deux formats, de prix assez élevé, sur papier et sur tissu, la seconde étant destinée aux voyageurs.

L’année suivante, en 1876, la même carte était vendue sous le titre « Guide des voyageurs dans la Province de S. Paulo », cette fois à un prix plus abordable. Comme la carte imprimée sur tissu, le titre indique bien l’intention de Martin et le format répond à cette demande puisque, une fois repliée, elle a un format commode de 15,2 sur 10,4 cm. Le voyage est en effet un facteur crucial pour la production de la plupart des cartes de cette époque, et celle-ci est directement liée à l’expansion des chemins de fer, les entreprises ferroviaires ayant commandé de nouvelles études géographiques afin de construire leurs lignes.

Sur cette carte, tout en indiquant la topographie, les rivières et les villes de la Province, Martin décrit en trait plein les chemins de fer construits et par des lignes pointillées ceux qui sont prévus. Traversant au nord-ouest tout le « territoire inconnu », vers les Provinces de Goyaz (aujourd’hui Goiás) et Minas Geraes (Minas Gerais), elles sont ainsi une première manifestation  d’un aspect récurrent des cartes produites par Martin, la projection d’éléments futurs dans ses images. La mention « Terrenos Desconhecidos » (Terres inconnues) continue à y remplir une grande partie du territoire, mais de nouvelles villes y apparaissent comme Araraquara, Jaboticabal et Barretos, étapes de la «marche civilisatrice» vers la région nord-ouest de la province. La représentation du Rio Grande, la frontière entre les Provinces de São Paulo et du Minas Gerais, était loin d’être une réalité cartographique précise, mais reflétait le besoin de montrer l’extension réelle du territoire.

Martin produit enfin, en 1877, une nouvelle version de la carte de la Province la « 3e édition corrigée, agrandie et illustré avec 30 vues des principaux édifices de la capitale et tous les chemins de fer ». Il propose d’envoyer la carte aux acheteurs par la poste, sans frais supplémentaires, ce qui suppose qu’il vise un marché plus large que la seule ville de São Paulo. La cartographie de São Paulo avait donc commencé, dans le dernier quart du XIXe siècle, à attirer l’attention d’un plus grand nombre d’utilisateurs, et il est significatif que Jose Maria Lisboa ait publié en 1878 une nouvelle carte provinciale de Martin en pièce jointe à son Almanach Litterario. Elle avait pour but de promouvoir la représentation de la Province telle qu’elle était connue à ce moment et Lisboa a toujours soutenu que la plupart des documents publiés dans le ses almanachs était actualisés grâce à la collaboration de ses lecteurs, avec qui était en contact par correspondance. Un almanach est en effet un ouvrage de consultation permanente, qui contient des informations sur le calendrier religieux, les horaires des trains, entre autres, et était vendu à  un prix accessible à une grande partie de la population

Figure 3 Jules Martin, Carta da Provincia de S.Paulo (1877)

Litografia, 32cm x 21cm (LISBOA, 1983, p. 208). http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

La carte de la province de São Paulo 1882 de Claudio Lomellino de Carvalho présente une caractéristique différente de ses prédécesseurs depuis Müller, elle réduit la partie de la province classée comme «inconnue». Le mot sertão n’est plus présent, la désignation retenue est plus neutre que celle de Candido Mendes en 1868 et s’adapte aux exigences de la mise en valeur. Ces zones inconnues sont classées comme «terrains», ce qui indique une possibilité de possession et de colonisation, il n’est plus question de la menace des indigènes.

Figure 4 Provincia de S. Paulo, Cláudio Lomellino de Carvalho (1882)

Acervo da Biblioteca da Faculdade de Economia, Administração e Contabilidade da Universidade de São Paulo, São Paulo, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

La « Carta da Provincia de São Paulo » a été établie par C. D. Rath em 1877, em noir et blanc. Cette version colorisée a été produite par le gouvernement provincial en 1886 et faisait partie de la « Carteira do Viajante » (Portefeuille du voyageur). Les régions non encore occupées du nord-ouest sont qualifiées de « sertão pouco conhecido e ocupado pelos indígenas » (« brousse peu connue et occupée par les indigènes ». Le choix de nuances de bleu pour les Provinces voisines comme pour la mer donne l’impression que celle de São Paulo est une île.

Figure 5 Carta da Provincia de São Paulo, C. D. Rath (1886)

http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

L’expansion des plantations de café a déclenché un long processus de croissance économique et sociale qui a duré plus d’un siècle. Intensifiée par la construction de chemins de fer, à partir de 1866, elle a été responsable de l’occupation de grandes zones de l’Ouest de São Paulo et de la fondation des dizaines de villes, à mesure de l’avancée des rails. La carte de la Province São Paulo de 1886, organisée par la « Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo » (Société pour la promotion de l’immigration à S. Paulo) était destinée à faire de la publicité pour attirer des immigrants dans les nouvelles zones d’occupation. Le document fait apparaître les chemins de fer et mentionne la distance de chaque ville par rapport au port de Santos, des données climatiques et des informations sur la géographie. Tout le nord-ouest de la Province est caractérisé comme « terres inhabitées », bien qu’y vivent encore quelques Indiens.

Figure 6 Mappa da Provincia de São Paulo mandado organisada pela Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo (1886)

Acervo Apesp, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

La figure 7 est un extrait d’une carte du Brésil, publiée en 1892, peu après la proclamation de la République (1889). Les lignes de chemin de fer y sont bien visibles, le nord-ouest de l’État est indiqué comme « Terrenos pouco explorados » (ce qui peut se traduire tant par « terres peu explorées » que par « terrains peu exploités »). La population de l’État était alors d’un peu moins de 1,4 millions d’habitats sur les 14 millions que comptait le pays.

Figure 7 Mapa extraído da Carta da Republica dos Estados Unidos do Brazil (1892)

http://www.historia-brasil.com/mapas/1892/imagens/brasil-1892.jpg

Au début du XXe siècle a commencé un nouveau cycle migratoire de grande intensité, marqué en particulier par l’arrivée d’Italiens, d’Allemands, d’Espagnols et de Japonais (dont le premier groupe arriva en juin 1908). Toute une infrastructure avait été mise en place pour les recevoir au port de Santos et les transporter directement vers les plantations de café et d’autres zones agricoles de São Paulo et d’autres États du Sud. En janvier 2008, le Secrétariat à l’Agriculture de l’État de São Paulo a lancé la publication mensuelle, O Immigrante, en portugais, espagnol, français, anglais, italien, allemand, polonais et ancien letton, avec des photos prises sur le parcours des immigrants du port de Santos vers les fermes et les colonies de l’intérieur. La couverture porte une carte de facture médiocre où le contour de l’État est très approximatif mais où du moins sont représentés les courants migratoires convergeant vers São Paulo. Les Paulistes étaient alors 2,3 millions sur 17 millions de Brésiliens.

Figure 8 couverture de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Sur la carte qui figure dans ce premier numéro de O Immigrante (figure 10) se détachent les colonies déjà installée ou en projet, les chemins de fer construits, en construction ou en projet. L’un d’entre eux traverserait de bout en bout la région nord-ouest, devenue « zona pouco conhecida » (zone peu connue). De part et d’autre de la carte des carrés de couleur situent la superficie de l’État de São Paulo et la population du Brésil par rapport à celles de pays européens.

Figure 9 Carte extraite de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Exemplar no acervo do Arquivo do Estado de São Paulo, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

Sur la carte de l’Atlas de Francisco Ignacio Homem de Mello, de 1909 (figure 8), apparaît désormais la vallée du Paranapanema, au sud, rapprochant ainsi le format de l’État de São Paulo de ce qu’il est représenté aujourd’hui. La connaissance du territoire progresse, notamment dans la région du nord-ouest, qui n’est plus une terra incognita. Y apparaît São José do Rio Preto, fondée officiellement en 1852, bien que la ville ait été connue depuis au moins 1858 comme Curato Jaboticabal. Il y a donc clairement une évolution dans la collecte et l’organisation de l’information cartographique, et une préoccupation visible de la délimitation des territoires des Provinces.

La production de café avait alors déjà occupé une longue bande sud-nord, à la lisière entre le territoire officiellement connu et la frontière pionnière, et il était nécessaire de montrer les zones conquises et de faire disparaître les derniers « blancs » de la carte. Sont identifiées les routes maritimes reliant le port de Santos aux principales villes du pays et du monde entier, les chemins de fer existants, en cours d’exécution et à l’étude, les principales colonies agricoles et diverses statistiques économiques.

Figure 10 Francisco Ignacio Homem de Mello, Estado de São Paulo, 1909

Gravé por A. Simon – Paris. Impressão litográfica, 32cm x 50cm, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Sur la remarquable carte de 1910 publiée (en français) par la Commission Géographique et Géologique de São Paulo (figure 11) sont distinguées les zones encore en forêts et les différentes déjà implantées: café, canne à sucre, coton, riz et autres. Les chemins de fer des différentes compagnies (Paulista, Mogiana, Sorocobana, Noroeste) sont distinguées par un code de couleur, ce qui fait apparaître leurs zones d’influence, dont Pierre Monbeig (1937 et 1952) a bien montré qu’elles étaient âprement disputées. L’exemplaire dont a été tirée la figure est conservé à la National Diet Library, la bibliothèque de la Chambre des Députés du Japon, pays qui envoyait alors de nombreux migrants vers São Paulo. Il a été scanné et publié à haute définition, ce qui permet d’en observer les moindres détails.

Figure 11 Carte générale de  l’État de São Paulo, Commission Géographique et Géologique de São Paulo (1910)

Lith. Laporte et Dosse, Anvers, Copyright © 2009- National Diet Library. Japan. All Rights Reserved, http://www.ndl.go.jp/brasil/data/R/010/010-001r.html

Au cours de la República Velha (Ancienne République, 1889-1930), l’occupation de  l’intérieur s’est intensifiée et a atteint les limites ouest et nord de l’État. La population de l’État a doublé de 1900 à 1920 (passant de 2,3 à 4,6 millions d’habitants et elle serait de 7,2 millions en 1940). Dans le même temps 109 communes ont été créées, soit près du double du nombre antérieur, et l’on avait atteint le nombre de 224 en 1930. Outre l’expansion continue de la production de café, le  motif principal de la création de nouvelles communes était la plus grande autonomie dont elles jouissaient désormais avec l’élargissement de leurs compétences et la hausse de la perception des impôts.

L’État de São Paulo voit donc s’accroître sa puissance économique et son poids politique, au point de dominer, en partie, le pouvoir central. Celui-ci était alors marqué par l’alternance de présidents originaires de São Paulo – représentant les intérêts des planteurs de café – et du Minas Gerais – représentant ceux des éleveurs – et a de ce fait été qualifiée de « politique du café au lait ». Mais en 1930 les Paulistes décidèrent de rompre l’alternance, ce qui déclencha une révolte contre eux d’une coalition d’États et un coup de force mené par Getúlio Vargas, qui s’empara du pouvoir et ne le rendit qu’en 1945.

La période qui a suivi (1930-1945) a donc été marquée par de vives tensions et la tentative, en 1932, de sécession de l’État de São Paulo qui, faute de pouvoir dominer le Brésil, décida de s’en séparer, ce qui donna  lieu à de nombreuses publications à la gloire de l’État, dont la carte routière de la figure 12, ou celui-ci est représenté par une jeune femme, dont le visage est parcouru par les principales routes de la région du café tandis que les régions du nord-ouest sont recouvertes par un foulard aux couleurs du drapeau de São Paulo.

Figure 12 Plano de viaçao de rodagem do estado de Sao Paulo, Revoluçao constitucionalista (1932)

O Diario, http://humanasmogi.blogspot.com.br/2014/02/caminhos-antigos-viii.html

La figure 13 est carte est clandestine, qui a failli causer l’arrestation de son auteur et la fermeture de l’imprimerie. Après la répression de la tentative de sécession de 1932, toute personne qui aurait osé imprimer une carte São Paulo « Constitutionaliste » (comme s’auto-proclamait le mouvement sécessionniste), prenait des risques. Et celle-ci a été retrouvée 45 ans après dans le faux plafond où un imprimeur apeuré l’avait caché. Sur l’original on voit clairement les armées de São Paulo et du reste du Brésil, avec leurs drapeaux et les avions qui menaçaient de bombarder la ville. Dans le coin gauche, entre un bandeirante (les premiers explorateurs – et chasseurs d’esclaves – partis de São Paulo) et un soldat constitutionnaliste, un cartouche porte les mots « Ceci est la véritable carte de la révolution qui a eu lieu à São Paulo dans l’année MCMXXXII ».

En 1972 les éditions Hamburg prirent le contrôle de la Weiss et Cia Ltda, une des plus anciennes imprimeries au Brésil. Comme son bâtiment était vétuste, des travaux étaient nécessaires et quand on enleva le faux plafond on trouva parmi les gravats un rouleau de papiers. Des employés âgés reconnurent, grâce aux initiales JWR écrites dans le coin droit, le travail de Wasth José Rodrigues, le premier illustrateur de Monteiro Lobato. Ils racontèrent qu’une fois la « révolution » terminée, des soldats étaient venus perquisitionner l’imprimerie, car le propriétaire avait été dénoncé pour avoir imprimé une carte « séparatiste ». Les matrices, de lourdes pierres de 30 à 40 kilos, avaient été brisées sur place, mais certaines cartes, des œuvres d’art imprimées en six couleurs (aujourd’hui on en utilise au maximum de quatre) ont été préservées et cachées.

Figure 13 Carte de la période de la Revolução Constitucionalista (1937)

http://vejasp.abril.com.br/cidades/oitenta-anos-revolucao-1932/

La sécession, réprimée militairement, ayant échoué, les élites dirigeantes de São Paulo choisirent un autre chemin, la modernisation de leur État, pour en faire – au lieu de s’en séparer – le plus avancé du pays, ce qui se traduisit entre autres initiatives par la fondation de l’Universidade de São Paulo, l’USP. Les cartes de son territoire furent elles aussi améliorées, notamment après la fondation de l’IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística) et sont aujourd’hui aux normes les plus récentes, mais on ne peut s’empêcher d’avoir la nostalgie du temps où elles portaient des mentions rappelant les hic sunt dracones ou hic sunt leones (« ici il y a des dragon » ou « ici il y a des lions »), expression utilisée par les cartographes romains et médiévaux pour annoter les zones inconnues de leurs cartes.

Sources

Beier, José Rogério, “Os aldeamentos indígenas paulistas na representação cartográfica de Daniel Pedro Müller (1837)”, Oficina de Cartografia Histórica, http://lemad.fflch.usp.br/node/3838

Cavenaghi, Airton José “O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana”, Anais do Museu Paulista: História e Cultura Material, vol.14 no.1 São Paulo Jan./June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Cursos de Turismo e Engenharia de Energia, http://www.rosana.unesp.br/#!/pesquisa/laboratorio-de-patrimonio-cultural/projetos/projeto-memoria-ferroviaria-pmf/documentos—relatorios/mapas/

Exposicao Cenarios  As cidades do interior de São paulo no começo do sculo XX, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

Leite, Mateus Pavan de Moura, Jules Martin : mapas litográficos de São Paulo, http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

Mapa de uma revolução, http://tudoporsaopaulo1932.blogspot.com.br/2013/12/o-mapa-de-uma-revolucao.html

Monbeig, Pierre, « Les voies de communication dans l’État de São Paulo (Brésil)”, Bulletin de l’Association de géographes français, 1937, Vol.14,  N° 102,  pp. 9-16, http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1937_num_14_102_7005

Monbeig, Pierre, Pionniers et planteurs de Sao Paulo, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n° 28, 1952.

O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

[1] Jules-Victor-André Martin (Montiers1832 – São Paulo 1906). Peintre, professeur, architecte, lithographe et entrepreneur, arrivé à São Paulo em 1868, il y monta en 1871 un des premiers ateliers de lithographie qui reçut en 1875 de l’Empereur Pedro II le titre de « lithographie impériale ».

Deux fois mieux que la «Longue Marche», la Colonne Prestes

Nous nous souvenons encore, bien qu’elle ait eu lieu au IVe siècle avant Jésus-Christ, de l’Anabase, la marche des Dix Mille racontée par Xénophon, 2 600 kilomètres de la Mésopotamie à la Mer Noire. La mémoire de la retraite de Russie, en 1812, est encore présente dans nos esprits, mille kilomètres de souffrances dans l’hiver russe. Et qui ne connaît la « Longue Marche », de Mao Zedong, qui a conduit l’Armée Rouge sur 12 000 kilomètres du Jiangxi au Shaanxi ?

Pourquoi, alors, parle-t-on si peu de la Colonne Prestes, qui parcourut de 1925 à 1927 plus de 25 000 kilomètres à travers le Brésil, plus du double de la Longue Marche, près de dix fois l’Anabase et 25 fois la retraite de Russie ? Parce que son principal inspirateur est devenu secrétaire général du Parti Communiste, tout comme Mao Zedong ? Il est certain que cela l’a desservi aux yeux des autorités brésiliennes, notamment sous la dictature militaire (1964-1985). Parce qu’il a au total été vaincu ? Les Dix Mille et Napoléon l’ont été aussi, et ce dernier a causé bien plus de morts. Probablement parce que cette marche a connu moins d’épisodes dramatiques que les trois autres et n’a pas été aussi bien contée que par Xénophon ou les mémorialistes de l’Empereur et du Grand Timonier.

Rappelons d’abord les traits principaux des autres marches, pour mieux comprendre ce que la Colonne Prestes a de différent. On pourra alors la situer dans son contexte, en suivre le parcours, analyser les causes de son relatif échec et sa postérité, pour finir par tenter de mesurer – par des comparaisons – ce que représente cette marche de 25 000 kilomètres.

D’autres longues marches

Les « Dix Mille » (qui étaient en fait un peu plus de 13 000) étaient des mercenaires grecs engagés par Cyrus le Jeune, le second fils de Darius II, qui voulait ravir le trône à son frère aîné Artaxerxès. II fut battu et tué à la bataille de Counaxa, en Mésopotamie à une centaine de kilomètres de Babylone. Bien que vainqueurs des troupes qui leur avaient été opposées, les Dix Mille durent s’échapper et réussirent à rejoindre l’Arménie via les sources du Tigre et de l’Euphrate. La traversée des montagnes arméniennes, en hiver, et de provinces hostiles fut rude, marquée par des combats incessants avec les tribus locales jusqu’à l’arrivée à Trapézonte (actuelle Trabzon) au bord du Pont-Euxin (l’actuelle Mer Noire). Cette épopée nous est connue par l’Anabase, le récit de Xénophon, le commandant de l’arrière-garde de l’armée des mercenaires grecs où il relate le célèbre cri « Thalassa ! Thalassa ! » (« La mer ! La mer !») poussée par les Grecs apercevant le Pont-Euxin à la sortie des montagnes.

Figure 1 La Campagne de Russie de 1812

retraite-russie-_fwnqodeux_c-i3x3cuwfrqtp9g

https://strategietotale.com/forum/64-la-campagne-de-russie/139093-dossier-la-campagne-de-russie-et-la-traversee-de-la-berezina

La retraite de Russie désigne le repli de l’armée napoléonienne depuis Moscou jusqu’en France, en 1812, qui vit mourir la quasi-totalité de l’armée impériale. En donnant l’ordre de repli, le 18 octobre 1812, Napoléon espérait regrouper ses troupes, puis marcher sur Smolensk où il attendrait la fin de l’hiver pour relancer l’offensive. Le 8 novembre, à Smolensk, il ne restait guère plus de 40 000 hommes en état de porter des armes sur les 100 000 partis de Moscou quinze jours plus tôt. Mais ce n’était que le début d’une longue et terrible retraite qui ne s’acheva que l4 décembre, au bout de deux mois et de plus de mille kilomètres de souffrances. Le froid intense de l’hiver, les maladies (dont le typhus, très meurtrier) et les constantes attaques russes, notamment lors de la traversée de la Berezina provoquèrent des milliers de morts. Au total, des 600 000 soldats entrés en Russie, moins de 40 000 en repartirent, comme le montre, sur la figure 3, la différence entre les effectifs à l’aller (épaisseur du trait rose) et au retour (trait noir). Bien que la distance parcourue soit plus faible que dans les autres cas, c’est donc surtout la tragédie humaine qui attire encore l’attention sur la retraite de Russie.

Figure 2 Êvolution des effectifs de l’armée impériale durant la campagne de Russie

retraite-de-russie-minard

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/29/Minard.png

La Longue Marche est un périple de plus d’un an mené par l’Armée rouge chinoise et une partie de l’appareil du Parti communiste chinois pour échapper à l’Armée nationale révolutionnaire du Kuomintang, durant la Guerre civile chinoise. Commencée le 15 octobre 1934, elle prit fin le 19 octobre 1935, et coûta la vie à entre 90 000 et 100 000 hommes des troupes communistes menées par Mao Zedong: 130 000 hommes, avaient percé les lignes du Kuomintang, après une marche d’environ 12 000 kilomètres et la traversée de onze provinces, ils ne furent que 20 000 à 30 000 à arriver en vie. Son coût humain a donc été moindre que celui de la retraite de Russie mais bien plus élevé que ceux de l’Anabase et de la Colonne Prestes.

Figure 3 La Longue Marche chinoise

map_of_the_long_march_1934-1935-en-svg

https://commons.wikimedia.org/wiki/File :Map_of_the_Long_March_1934-1935-en.svg#/media/File :Map_of_the_Long_March_1934-1935-en.svg

Le contexte

La Colonne Prestes a été  mené par des militaires opposants au gouvernement d’Artur Bernardes (1922-1926). Leur «Longue Marche» de 1925-27 a été l’aboutissement d’un mouvement militaire, appelé tenentismo (de tenente, lieutenants). Ce mouvement armé visait à renverser les oligarchies qui dominaient le pays et à développer un ensemble de réformes institutionnelles, telles que le scrutin secret, la défense de l’enseignement public et l’enseignement primaire obligatoire pour toute la population.

Depuis la fin du XIXe siècle, on avait assisté au développement d’un mouvement au sein de l’Armée, qui se voyait comme la véritable responsable de l’établissement de la République. En dépit de cet esprit de corps, ce n’est pas l’Armée dans son ensemble qui a participé aux rébellions qui ont eu lieu dans les années 20. Le mouvement armé a été principalement organisé par des lieutenants avec la participation des sergents, caporaux et soldats, tandis que leadership militaire restait fidèle à l’ordre établi.

Le premier soulèvement militaire a eu lieu à Rio de Janeiro, la révolte des « Dix-Huit du Fort », connu aussi comme « Révolte du Fort de Copacabana », le 5 Juillet 1922.

Figure 4 La « Révolte du Fort de Copacabana »

18-do-forte-original

http://www.osul.com.br/tag/o-civil-dos-18-do-forte-de-copacabana/

En 1924, une nouvelle rébellion s’est produite, cette fois à São Paulo. Après de nombreuses batailles contre les troupes fidèles au gouvernement, les rebelles se sont réfugiés dans l’intérieur de l’État.

Figure 5 La révolte de 1924 à São Paulo

a-coluna-27200

http://revolucaobrasileirade1924.blogspot.fr/p/coluna-prestes.html

La marche de la Colonne Prestes

À São Paulo, devant l’avancée des forces légitimistes qui réprimaient leur soulèvement, les rebelles décidèrent de quitter la capitale de l’État le 28 juillet 1924, amorçant une marche à travers l’État en direction du sud-ouest. Entrant au Paraná, en septembre ils prirent Guaíra et Foz do Iguaçu (où ils établirent leur quartier général).

Dès le début de la campagne du Paraná, certains dirigeants étaient partis pour le Rio Grande do Sul, afin de collaborer avec les officiers engagés dans la préparation de la révolte militaire qui ouvrirait, dans cet État, un nouveau front pour lutter contre le gouvernement. En octobre 1924, le soulèvement y fut finalement déclenché, avec le soulèvement, commandé par le capitaine Luis Carlos Prestes, du 1er Bataillon Ferroviaire, basé à Santo Ângelo. Dans le même temps, d’autres unités s’étaient soulevées dans des villes voisines, São Luís, São Borja et Uruguaiana.

Les forces rebelles du Rio Grande do Sul marchèrent alors vers le nord de l’État, dans le but d’atteindre Foz do Iguaçu et de rejoindre les rebelles de São Paulo. En avril 1925, après avoir traversé l’État du Santa Catarina et une partie du Paraná (livrant avec les troupes loyalistes des combats qui leur firent perdre près de la moitié de leurs hommes), elles arrivèrent à Foz do Iguaçu.

Le 12 avril 1925, la décision fut prise de poursuivre la marche et d’envahir Mato Grosso. Sous le commandement principal de Prestes (chef d’état-major), fut formé ce qui serait connu comme Colonne Prestes, composée de quatre détachements, dirigés par Cordeiro de Farias, João Alberto, Siqueira Campos e Djalma Dutra.

Figure 6 L’itinéraire de la Colonne Prestes

coluna-prestes-2

La Colonne traversa donc le Paraná fin avril 1925 et entra en territoire paraguayen pour atteindre le Mato Grosso. Elle parcourut ensuite le Goiás, le Minas Gerais et revint dans le Goiás. Puis elle continua vers le Nordeste et en novembre atteignit le Maranhão. En décembre, elle entra dans le Piauí et livra à Teresina de sérieux combats avec les forces gouvernementales. En janvier 1926, elle traversa le Ceará, arriva dans le Rio Grande do Norte et en février fit irruption dans la Paraíba, rencontrant à Piancó une résistance sérieuse dirigée par le Père Aristides Ferreira da Cruz, le dirigeant politique local. Après d’âpres combats, la ville fut  occupée par les révolutionnaires.

Poursuivant sa marche vers le sud, la Colonne traversa alors les États de Pernambuco et de Bahia et se dirigea vers le nord du Minas Gerais. Se heurtant à une forte réaction légaliste et devant se réapprovisionner en munitions, le commandement décida de revenir vers le Nordeste en retraversant l’État de Bahia., le Piauí, atteignit le Goiás et enfin revint au Mato Grosso en octobre 1926. Entre février et mars 1927, après une difficile traversée du Pantanal, une partie de la Colonne dirigée par Siqueira Campos arriva au Paraguay, tandis que le reste entrait en Bolivie.

Au vu des conditions précaires où ils se trouvaient, les révolutionnaires de la Colonne décidèrent de s’exiler. Miguel Costa partit pour Libres, en Argentine, tandis que Prestes et deux cents hommes se dirigèrent vers Gaiba, en Bolivie, où ils travaillèrent un certain temps pour une société britannique, Bolivia Concessions Limited. Le 5 juillet 1927, les exilés inaugurèrent à Gaiba un monument à leurs morts. Au cours de leur marche de près de deux ans, ils avaient parcouru environ 25 000 kilomètres.

Figure 7 Prestes et les officiers de la Colonne exilés en Bolivie en 1927

exilados_na_bolivia_271111

http://www.gazetadopovo.com.br/vida-e-cidadania/coluna-prestes-a-maior-marcha-da-historia-mundial-9cwou2kl62j3yr7820ehvt26m

Un mouvement révolutionnaire ?

Les pouvoirs publics considéraient certainement la Colonne Prestes comme un danger. À preuve, les troupes qu’ils ont rassemblées pour la combattre, nombreuses et très diverses, montrant la volonté du gouvernement et des coroneis (les grands propriétaires fonciers) d’éliminer ce foyer de la rébellion. L’Armée, les polices des États, les jagunços (hommes de main des grands propriétaires colonels) et même des cangaceiros (« bandits d’honneur » du sertão, la région semi-aride du Nordeste) ont participé à la lutte. Dans les États économiquement puissants les oligarchies ont constitué des forces policières organisées comme de petites armées, dans les États économiquement faibles les propriétaires ont levé de véritables armées privées.

Dans les villes où elle passait, la Colonne Prestes a en effet suscité non seulement l’attention de la population mais aussi celle des coroneis, qui étaient la cible principale de la critique du mouvement. Se sachant toujours surveillés par les troupes gouvernementales, les rebelles tentaient toujours d’éviter les confrontations directes avec les troupes gouvernementales, par des tactiques de dépistage ou de guérilla si l’affrontement devenait inévitable.

Lors de rassemblements dans les villes temporairement occupées et dans ses manifestes, la Colonne dénonçait la situation politique et sociale du pays, la pauvreté de la population et l’exploitation des pauvres par les dirigeants politiques. Elle n’a toutefois pas réussi à attirer efficacement la sympathie de l’opinion publique, bien qu’à quelques reprises des villes ou des groupes d’hommes aient soutenu le mouvement, et même l’aient rejoint. L’idée de départ était que le mouvement croîtrait en nombre et en force tout au long de la marche, mais elle s’est révélée fausse lors du parcours dans le Nordeste. Dans un environnement naturel difficile, bien contrôlé par les grands propriétaires terriens, elle ne trouva pas dans les masses rurales le support espéré et a donc échoué à atteindre son objectif, étendre la révolution à tout le Brésil. Cette désillusion fait penser à celle que connut quarante ans plus tard Che Guevara quand il tenta, sans succès, de reproduire en Bolivie les mécanismes qui avaient assuré le triomphe de la révolution cubaine, de la Sierra Maestra à La Havane, une erreur qu’il paya de sa vie en 1967.

Des recherches ont été menées sur l’accueil tiède réservé aux révolutionnaires. En 1998, le Centre de recherche et de documentation (CPDOC) de la Fondation Getulio Vargas a ouvert un ensemble de 70 000 lettres, manuscrits et photos de Juarez Távora. Participant à la Révolte Paulista de 1924, Távora a participé avec Prestes et Miguel Costa au commandement de la Colonne. Parmi les documents de ce dossier, il y avait des lettres écrites et reçues par ses dirigeants, qui indiquent que le groupe n’a pas été reçu avec enthousiasme partout où il allait. En apprenant l’arrivée des rebelles, les habitants avaient souvent le réflexe de fuir, par crainte des atrocités dénoncées par les adversaires de la Colonne. Dans son livre Coluna Prestes : o avesso da lenda (1994) Eliane Brum rapporte des témoignages en ce sens de survivants du passage de la Colonne Prestes, après avoir refait 70 ans plus tard, les 25 000 kilomètres de sa marche.

Le mouvement dirigé par Prestes a du moins aidé à dénoncer les problèmes créés par la concentration du pouvoir entre les mains des oligarchies de l’Ancienne République. Le mouvement a ainsi contribué à saper les bases, déjà affaiblies, du système oligarchique et à ouvrir la voie à la Révolution de 1930. Peu de temps après, lors de la période agitée qui a marqué celle-ci, une partie des lieutenants qui avaient participé à la marche de la Colonne ont rejoint le gouvernement dirigé par Getúlio Vargas.

La marche a également mis en avant la personne de Prestes. Il a été surnommé « chevalier de l’espérance » dans la lutte contre les puissances dominantes de la bureaucratie et des élites. Il ne fut pas le principal dirigeant de la Colonne, mais il était le cerveau, défendant la liberté politique, le scrutin secret et la justice sociale. En 1927, alors que de nombreux combattants étaient restés en exil en Bolivie, il rejoignit l’Argentine, où il prit une orientation politique plus claire en rejoignant le Parti communiste Brésilien (PCB), puis a séjourné en Russie de 1931 à 1934, avant de revenir au Brésil comme l’un des dirigeants du Parti communiste brésilien (PCB). De ce fait, il devint une des icônes du mouvement communiste dans le monde et le livre que lui consacra Jorge Amado fut traduit en plusieurs langues, dont le français (figure 9).

Figure 8 Le livre de Jorge Amado sur Luís Carlos Prestes et as traduction française

jorge-amado-br-et-f

http://librairie-entropie-paris.blogspot.com.br/2014/02/jorge-amado-le-chevalier-de-lesperance.html

Postérité

Une des traces les plus visibles de la Colonne est le mémorial qui lui a été consacré à Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, le dernier créé au Brésil, en 1988, par sa séparation du Goiás.

Figure 9 Le Mémorial à la Colonne-Prestes e aux « 18 du Fort » à Palmas

A6CF66 Museum Palmas Tocantins Brazil
A6CF66 Museum Palmas Tocantins Brazil

http://secom.to.gov.br/noticia/222692/ et http://www.viajenaviagem.com/2012/09/vnvbrasil-rumo-ao-jalapao-uma-aventura-offline

Cette construction a été voulue par José Wilson Siqueira Campos, le premier gouverneur de l’État, après avoir été un des plus ardents promoteurs de sa création. Il a conçu et mis en œuvre un important programme de travaux qui ont donné à Palmas son allure de vraie capitale dÉtat. Oeuvre de l’architecte Oscar Niemeyer, le mémorial a été construit en 2000 (et a ouvert le 5 octobre 2001). Le gouverneur voulait ainsi honorer l’un des leaders de la colonne, Antonio de Siqueira Campos, qui a participé  au mouvement des lieutenants depuis la Révolte des Dix-Huit du Fort de Copacabana, en juillet 1922.

La rampe d’accès à l’entrée et à la sculpture en bronze est de couleur de rouge, pour représenter le sang versé pour leur pays et sa forme de faucille symbolise le communisme. Le mémorial raconte l’histoire de la Colonne Prestes et de ses membres, par des photographies, des documents et des objets personnels. Le monument aux Dix-Huit du Fort est composé de dix-huit sculptures de deux mètres de haut, en l’honneur des héros de l’insurrection.

25 000 kilomètres…

Sans revenir sur son sens et sa postérité politiques on ne peut qu’être impressionné par l’exploit que représente cette marche de 25 000 kilomètres, dans des régions mal connues, sans vraies routes et ponctuée de combats parfois violents.

Pour s’en faire une idée, on peut se demander ce que ces kilomètres représenteraient au départ de Paris: ils permettraient (figures 11 et 12) d’aller vers l’Est jusqu’à Vladivostok (Russie)  et vers le Sud jusqu’au Cap (Afrique du Sud), dans les deux cas un peu moins ou un peu plus de 12 000 kilomètres, et d’en revenir…

Figure 10 Paris-Vladivostok, 11 916 km

paris-vladivostok

Source : Google Maps

Figure 11 Paris-Le Cap, 12 835 km

paris-le-cap

 

Pour rester em Amérique du Sud, une distance égale à celle parcourue par la Colonne Prestes lui aurait permis, em partant comme elle de Santo Ângelo de faire pratiquement le tour du continent: de Santo Ângelo à Ushuaia (4 102 km), d’Ushuaia à Bogota (9 545 km), de Bogota à Fortaleza, via Manaus (7 678 km) et finalement de Fortaleza à Santo Ângelo (4 160 km), soit un total de 25 485 kilomètres.

Figure 12 Le tour de l’Amérique du Sud en 25 000 km

tour-amerique-du-sud

Source : Google Maps

On peut être effaré par ces chiffres, voire pris de doutes, mais si l’on divise la distance parcourue par le nombre de jours écoulés du début à la fin de la marche (814 jours du 12 avril 1925 au 5 juillet 1927), la moyenne parcourue par jour est de 31 kilomètres. C’est curieusement (mais pas si curieusement, si l’on considère que dans les deux cas il s’agissait d’hommes bien entraînés) le même chiffre auquel parvient, pour les marcheurs de l’Anabase, Marcel Gabrielli (1995), dans un article qui fait partie d’un numéro thématique de la revue Pallas « Dans les pas des Dix-Mille »:

« Donc, si l’on excepte les jours de retard, l’armée a mis 85 jours pour parcourir 522 parsanges, soit environ 2 600 kilomètres. Donc, une moyenne d’environ six parsanges par jour, c’est-à-dire 30 kilomètres environ par journée de marche ».

Ainsi donc, si l’on ose dire, la boucle est bouclée, de l’Anabase aux marcheurs de la Colonne Prestes, à cela près que ceux-ci, eux, n’ont jamais atteint la mer, ni leur but ultime, rendant leur exploit inutile, et en cela même peut-être plus impressionnant encore.

Bibliographie

Colonne Prestes

A Coluna Prestes, http://www.historianet.com.br/conteudo/default.aspx ?codigo =296

Brum, Eliane ; Coluna Prestes : o avesso da lenda ; Editora Artes e Ofícios, 1994

Coluna Prestes, https://pt.wikipedia.org/wiki/Coluna_Prestes

CPDOC-FGV, Coluna Prestes, http://cpdoc.fgv.br/producao/dossies/AEraVargas1/anos20/CrisePolitica/ColunaPrestes

Duarte, Lidiane, Coluna Prestes, http://www.infoescola.com/historia/coluna-prestes/

Marin, Richard, « La longue marche de la Colonne Prestes ou l’épopée d’un échec (octobre 1924 février 1927) », Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Année 1986, Volume 47, Numéro 1, pp. 65-81, http://www.persee.fr/doc/carav_0008-0152_1986_num_47_1_2285

Prestes, « Brésil, Anita Leocádia, Les 90 ans de la Colonne Prestes », Interview http://www.tlaxcala-int.org/article.asp ?reference =13769

Rafael Policeno de Souza, “A Coluna Prestes : uma abordagem necessária”, Revista Historiador Número 03, Ano 03, Dezembro de 2010 (PDF).

Sousa, Rainer Coluna Prestes, http://mundoeducacao.bol.uol.com.br/historiadobrasil/coluna-prestes.htm

Steinmetz, Muriel, « Retour sur le passé révolutionnaire du Brésil, Entretien avec Fernando Morais », L’Humanité, 16 Avril, 2015, http://www.humanite.fr/retour-sur-le-passe-revolutionnaire-du-bresil-571442

Autres grandes marches

Gabrielli, Marcel « Transport et logistique militaire dans l ‘Anabase », Pallas 1995 Volume 43 Numéro 1 pp. 109-122, http://www.persee.fr/doc/palla_0031-0387_1995_num_43_1_1365

Guillermaz, Jacques Histoire du Parti communiste chinois. Des origines à la conquête du pouvoir (1921-1949), Payot & Rivages, 2004.

La Longue marche, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_Marche

Napopedia, La Campagne de Russie, http://www.napopedia.fr/fr/Campagnes/russie

Retraite de Russie, https://fr.wikipedia.org/wiki/Retraite_de_Russie

Sun Shuyun, La Longue Marche, J.-C. Lattès, 2006.

Xénophon, Anabase, https://fr.wikipedia.org/wiki/Anabase_(X %C3 %A9nophon)

Productions agricoles en 2014 et leur dynamique depuis 1990

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) publie chaque année des données sur la production agricole et de l’élevage par commune[1], organisées sur en bases connues comme PAM (production agricole par commune) et PPM (production de l’élevage par commune). Les deux sont librement et gratuitement accessibles sur le site de l’IBGE, via la base de données Sidra (http://www.sidra.ibge.gov.br). La PAM indique, pour chaque production agricole, la superficie ensemencée, la superficie récoltée, la quantité produite et la valeur de la production, pour les années de 1990 à 2014. Le PPM donne pour les mêmes années le nombre de têtes de chaque type de cheptel, la production de lait, d’œufs, de miel, de cocons de ver à soie et de laine, plus le nombre de vaches traites et de moutons tondus. Les données peuvent être extraites, à l’échelle des communes ou de leurs agrégations (microrégions, mésorégions, États et régions), pour l’ensemble du pays ou d’une partie de celui-ci, États ou « visions territoriales » spécifiques comme la région semi-aride, l’Amazonie ou les « territoires de la citoyenneté ».

Les données de 2014 étant disponibles, nous avons trouvé intéressant d’en tirer des cartes (en utilisant les logiciels Philcarto[2] et Adobe Illustrator[3]) de la distribution des principales productions agricoles et de l’élevage dans les 557 microrégions que compte le pays, et de l’évolution de certaines au cours des 24 dernières années.

Élevage

La figure 1 regroupe les cheptels recensés en 2014, recalculés en UGB (unités de gros bétail) pour pouvoir comparer leur importance relative, en poids et en pression sur les ressources naturelles : le nombre brut est multiplié 0,3 pour les porcs, 0,1 pour les moutons, les chèvres 0,09 0,01 poulets, etc.

Ce calcul fait apparaître clairement la prédominance de l’élevage bovin, le nombre de bovins dans le pays étant plus élevé que le nombre d’êtres humains (212 millions contre 202,7 millions selon l’estimation officielle de l’IBGE pour 2014).

Tableau 1 Cheptels bruts et en UGB

Bovins Volailles Porcins Équidés Ovins Caprins Buffles Total
212 1.331 38 5 18 9 1 1.614
212 13 11 4 2 1 1 244

Millions de têtes. Source : IBGE, PPM 2014

Les bovins sont présents dans tout le pays, en particulier dans le Centre-Ouest, tandis que les autres cheptels sont concentrés dans des régions bien définies : buffles dans l’embouchure de l’Amazone, chèvres dans les régions intérieures du Nordeste, moutons dans la campagne gaúcha du Rio Grande do Sul. Les porcs et les poulets ont des distributions similaires, dans les régions d’agriculture familiale du Sud et à proximité des grandes villes du Sudeste, ainsi que – plus récemment – dans la région du soja du Mato Grosso, où les producteurs ont créé des parcs d’engraissement pour valoriser leur production de céréales et de protéines animales.

Dans la dynamique historique, ce qui attire l’attention est la croissance du nombre de bovins (figures 2 et 3) et son expansion vers le nord, en Amazonie, tandis qu’ils diminuent dans le sertão du Nordeste et dans l’État de São Paulo, où ils cèdent la place à la canne à sucre (figure 4 et 5).

Figure 1 Cheptels en 2014

Elevages 2 fr

Figure 2 Bovins en 1990

Bovins 1990 fr

Figure 3 Bovins en 2014

Bovins 2014 fr

Figure 4 Avancée de l’élevage bovin de 1990 à 2004

Bovinos Var 90-10 choro fr

Bovinos 90-14 micro fr

Agriculture

La distribution des productions agricoles est elle aussi très contrastée et marquée de fortes dynamiques. La figure 5 regroupe les principales d’entre elles, en tonnages et à la même échelle, exceptée la canne à sucre dont les volumes sont si élevés qu’ils déséquilibrent toute comparaison. Elle fait apparaître la prédominance du soja et du maïs, dans les mêmes régions puisqu’ils sont souvent associés dans les rotations culturales.

La canne à sucre occupe des régions immédiatement au sud de celle du soja, dans le Goiás, le Mato Grosso do Sul et surtout l’État de São Paulo, où elle a replacé le café – qui a migré vers le sud du Minas Gerais et l’Espírito Santo (figures 6 et 7) – principalement depuis le développement de la production d’alcool combustible lancée par le plan Proalcool de 1973 (d’où le choix de la date de référence de la figure 7). Les plantations d’orangers sont elles aussi concentrées dans l´État de São Paulo.

Les autres cultures se partagent clairement entre celles du nord (manioc et palmier à huile), du Nordeste (manioc, canne à sucre, noix de coco, bananes) et celles du Sud (riz, blé, raisin et pommes), en fonction des aptitudes climatiques et des marchés consommateurs de chaque région.

Tableau 2 Principales productions agricoles

Canne à sucre Soja Maïs Manioc Oranges Riz
737 87 80 23 17 12
Bananes Blé Haricots Café Noix de coco Raisin
7 6 3 3 2 1

Millions de tonnes. Source : IBGE, PAM 2014

Figure 5 Principales productions agricoles en 2014

Toutes cultures 2014-2 fr

Figure 6  Déplacements du café

Cafe 1990 2014 micro 2 fr

Figure 7 Déplacements de la canne à sucre

Cana 1973-2010 micro fr

Les figures 8 et 9 montrent l’ampleur du déplacement des régions productrices de soja et de maïs depuis le Sud, où elles ont commencé dans les années 1970, vers le Mato Grosso puis vers le Maranhão, le Piauí et plus récemment vers le Pará. C’est toutefois encore le Mato Grosso, au terme d’une croissance spectaculaire (figures 10 et 11) qui est le centre de gravité de ce complexe soja-maïs, auquel s’ajoutent de plus en plus le coton et les parcs d’engraissement déjà mentionnés.

Figure 8 Déplacements du soja

Soja 1990-2014 micro -1+1 fr

Figure 9 Déplacements  du maïs

Milho 90-2014 micro -1+1 fr

Figure 10 Production de soja en 1990

soja 1990 mun 3D fr

Figura 11 Production de soja en 2014

soja 2014 mun 3D fr

[1] Le Brésil en comptait 5 570 en 2014 (contre 36 68 en France) alors que sa superficie est plus de quinze fois plus grande

[2] Logiciel gratuit qui peut être téléchargé à partir du site de l’auteur http://philcarto.free.fr/

[3] Pour la superposition des cartes analytiques et le traitement graphique final

Distances au Brésil et dans le monde, voyages imaginaires

Ce voyage imaginaire a commencé quand j’ai voulu calculer les distances séparant São Paulo, par la route, des frontières des pays voisins, en utilisant le logiciel Google Maps. J’avais besoin de ces données pour m’aider à convaincre des lecteurs français que si les Brésiliens parlent peu les langues étrangères c’est en grande partie parce que – leur pays étant immense – il leur est difficile de se rendre à l’étranger. Par exemple, pour les habitants de São Paulo, la plus peuplée du pays, la frontière la plus proche est située à plus de 1 000 kilomètres.

Une fois cette mesure effectuée, il était tentant d’utiliser les possibilités de cet outil pour d’autres recherches. D’abord sur les distances routières entre Brasilia et les autres capitales sud-américaines, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur du Brésil, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur des grands pays de taille comparable ou supérieure à celle du Brésil. Et finalement sur les plus grandes distance possibles que l’on puisse parcourir par la route dans le monde, selon Google Maps, soit d’une seule traite, soit en enchaînant les étapes.

Tableau 1 Distances entre São Paulo et les frontières des pays voisins

Distance (km) Temps (h)
Foz do Iguaçu 1.061 12,5
Corumbá 1.432 16,75
Chuí 1.654 19,5
Guajara Mirim 3.311 45
Cruzeiro do Sul 4.131 56
Pacaraima 4.810 67

La frontière la plus proche de São Paulo, d’après Google Maps, est atteinte à Foz do Iguaçu (où se situent les cataractes de l’Iguaçu[1]) à 1 061 km de la ville. Corumbá, à la frontière de la Bolivie est à 1 400 km, la frontière de l’Uruguay sur le rio Chui est à plus de 1 600 km et les suivantes sont beaucoup plus lointaines : Guajara-Mirim, autre frontière avec la Bolivie, est à 3 300 km et Cruzeiro do Sul, près de la frontière du Pérou à 4 005 km. Enfin Pacaraima, à la frontière du Venezuela est à près de 5 000 km, 4 810 exactement d’après Google Maps.

Photo 1 Le kilomètre zéro de la route BR101, plus de 4 500 km de bout en bout

RN Marco zero BR101 B

En poursuivant l’exercice par la mesure des distances entre Brasilia et les autres capitales sud-américaine, on constate que la plus proche et une fois encore celle du Paraguay, Asunción, à un peu moins de 2 000 km. Montevideo, la capitale uruguayenne est à environ 3 000 km, ainsi que La Paz, en Bolivie, et Buenos Aires, en Argentine. Les suivantes sont nettement plus loin, Santiago à 4 000 km, Lima à un peu plus de 4 500, Caracas à 5 600 et enfin les capitales andines les plus lointaines, Quito et Bogotá, sont respectivement à 6 300 et 6 700 km (cette dernière via le Venezuela), trajets qui d’après Google Maps prendraient 87 et 97 heures de route, en roulant jour et nuit.

Tableau 2 Distances entre Brasília et les autres capitales sud-américaines

Distance (km) Temps(h)
Asunción 1.860 24
Montevideo 2.930 34
La Paz 3.007 41
Buenos Aires 3.209 37
Santiago de Chile 3.907 47
Lima 4.526 61
Caracas 5.654 79
Quito 6.376 87
Bogotá 6.712 97

Photo 2 Panneau routier à la sortie nord de Brasília

DF plaque Fortaleza 2273

Passant de mesures relativement réalistes à un exercice de fiction, je me suis demandé ce que représenterait un tour du Brésil passant par les capitales de tous ses États fédérés. Cela pourrait être une idée de rallye (mais certainement pas de tour cycliste !), et la question s’est posée récemment puisqu’avant les Jeux Olympiques qui doivent se tenir à Rio de Janeiro en 2016 la torche olympique doit parcourir toutes les capitales brésiliennes. Le parcours se fait en grande partie en avion (rotas aéreas, en bleu sur la figure 1) mais que se passerait-il si l’on devait le faire par la route ?

Figure 1 Le parcours de la torche olympique

Tocha olimpica 1435942515664

http://esportes.estadao.com.br/noticias/jogos-olimpicos,tocha-olimpica-inova-ao-ganhar-cores-e-movimento,1718550

Tableau 3 Tour du Brésil

Distance (km) Temps (h)
1 – Porto Alegre – Boa Vista 9.667 132
2 – Boa Vista – Maceió 7.401 109
3 – Maceió – Brasilia 3.818 52
Total 20.886 293

Comme le logiciel ne permet pas de programmer plus de 10 étapes j’ai dû fractionner ce tour du Brésil en plusieurs tronçons, et la règle que je me suis donné était de passer par toutes les capitales avec un minimum d’aller-retour. Sur le premier tronçon, partant de Porto Alegre et allant jusqu’en Amazonie le seul aller-retour a été celui qui permet, depuis Porto Velho, de passer par l’Acre, dans l’extrême ouest. Le deuxième tronçon partant de Boa Vista, repasse à Manaus, ce sera le deuxième et dernier aller-retour. Ensuite de Manaus le trajet rejoint la côte du Nordeste[2], puis un troisième tronçon va de Maceió à Brasilia, ce qui permet de faire aboutir le tour du Brésil dans la capitale fédérale. Une seule capitale d’État est laissée de côté, Macapá, pour la bonne raison qu’elle n’est pas accessible par la route depuis Belém (il faudrait traverser l’embouchure de l’Amazone), alors qu’elle est reliée à Cayenne, en Guyane française

Au total le parcours de ce tour du Brésil représente – toujours selon Google Maps – près de 21 000 km (plus de la moitié de la circonférence terrestre) et 293 heures (douze jours et douze nuits). On remarquera qu’un tour de l’Amérique du Sud construit selon les mêmes principes serait un peu plus court, il ne faudrait parcourir « que » 18 768 km pour rejoindre les capitales sud-américaines (sauf celles des Guyanes).

Figure 2 Tour du Brésil et de l’Amérique du Sud

Tour du Brésil

Photo 3 Panneau routier à la sortie de Santarém, en Amazonie

PA Santarem plaque de distances

Ayant ainsi exploré les distances à l’intérieur du Brésil et de son continent, j’ai eu envie de faire le même exercice pour les autres très grands pays du monde, ce que le logiciel permet puisqu’il couvre l’ensemble de la planète. J’ai donc essayé de calculer les plus longues distances possible à l’intérieur de ces pays, elles apparaissent sur le tableau 4 et la figure 3, dans le même ordre.

Tableau 4 Distances maximales à l’intérieur des grands pays

Distance Temps Pays
Chuí – Cruzeiro do Sul 5.141 69 Brésil
Bangor – San Diego 5.194 48 États-Unis
Cairn – Perth 5.256 57 Australie
Québec – Prince Rupert 5.309 55 Canada
Zhanjiang – Kashi 5.330 78 Chine
Pacaraima – João Pessoa[3] 5.585 81 Brésil
Chui – Pacaraima 5.819 80 Brésil
Sébastopol – Vladivostok 10.169 124 Russie
Mourmansk – Vladivostok 10.378 125 Russie

Des distances équivalentes à celles observées au Brésil se retrouvent Australie, au Canada, aux États-Unis ou en Chine, dépassant 5 000 km. Les records mondiaux sont toutefois atteints en Russie, le plus grand pays au monde (plus du double de la superficie du Brésil) et l’on arrive à y projeter des parcours de plus de 10 000 km, comme entre Sébastopol et Vladivostok ou entre Mourmansk et Vladivostok. Dans les deux cas il s’agit de ports militaires et ces distances sont probablement franchies par des convois de transferts de matériel entre un port et l’autre (même si ceux-ci se font plutôt par chemins de fer).

Figure 3 Les plus longs trajets possibles dans les plus grands pays au monde

Distance max grand pays portrait v2

Explorant davantage les possibilités de Google Maps je me suis ensuite demandé quelles étaient les plus grandes étapes que l’on pouvait programmer sur le logiciel en une seule traite, de point à point : les plus longues que j’ai obtenues figureraient sur le continent américain s’il n’y avait pas une coupure de la Panaméricaine entre le nord de la Colombie et le sud du Panama. Il n’a en effet jamais été possible d’y construire une route, à cause du terrain extrêmement accidenté et surtout des pluies très abondantes qui tombent dans cette région.

Tableau 5 Les plus longues distances possibles en une seule étape

Distance Temps
Ushuaia – Turbo 9.882 126
Yaviza – Anchorage 11.511 131
Paris- Vladivostok 12.018 139
Le Cap – Nordkapp 17.512 225

De ce fait les plus longues étapes se font soit en Amérique du Sud, soit en Amérique du Nord. D’Ushuaia, à la pointe de la Patagonie, à la dernière ville atteinte par la route au nord de la Colombie le trajet est près de 10 000 km, puis de la première ville au sud du Panama jusqu’en Alaska il est de 11 500 km, et si les deux trajets étaient réunis on aurait un parcours de 20 000 km, la moitié de la circonférence terrestre. Je n’ai pas fait figurer dans le tableau 5 les distances internes à la Russie déjà mentionnées, j’ai juste ajouté – pour le plaisir de rêver – un trajet Paris-Vladivostok de 12 000 km. Dans le même ordre d’idée on peut planifier, en ayant beaucoup de temps devant soi, un trajet entre le Cap Nord, au nord de la Norvège, et Le Cap, en Afrique du Sud, une bagatelle de 17 500 km.

Figure 4 Les plus longues distances d’une seule traite

Une etape

Je me suis enfin demandé si l’on pouvait à partir du logiciel planifier un tour du monde routier – ou du moins du Vieux Monde, puisque les Amériques sont ici hors-jeu –  en parcourant le plus grand nombre possible de kilomètres. À cette occasion j’ai remarqué une limitation de Google Maps, pour lequel certaines frontières ne peuvent pas être franchies, alors qu’en réalité l’examen de la carte montre qu’il existe bel et bien un passage (figure 4), il s’agit donc de blocages géopolitiques.

Figure 5 « Impossible de calculer l’itinéraire entre Lahore, Pakistan et Amritsar, Pendjab, Inde »

Lahore Amritsar

En partant de Vladivostok il est ainsi possible de programmer un voyage qui traverse toute l’Eurasie jusqu’au nord de la Norvège (mais sans aller jusqu’au Cap Nord pour éviter un aller-retour) et de là jusqu’au sud de l’Afrique, puis qui repart vers le nord jusqu’à Wadi Halfa, à la frontière nord du Soudan. Comme le passage entre le Soudan et l’Égypte n’est pas permis par le logiciel, le deuxième trajet repart d’Assouan, dans le sud de l’Égypte, et va sans encombre jusqu’au Pakistan, d’où – selon logiciel – il n’est pas possible de passer en Inde.

Tableau 6 Un tour du Monde par la route

Distance Temps
1- Vladivostok Wadi Halfa 36.269 454
2 – Assouan Lahore 6.940 85
3 – Amritsar Hanoi 10.685 172
4 – Nanning Yanbian 4.850 61
Total 58.744 772

Figure 6 Un tour du Vieux Monde par la route

Tour du Monde

Le troisième trajet repart donc d’Amritsar, juste au-delà de la frontière indienne et se poursuit jusqu’à Hanoi, où il s’arrête, puisque la Chine semble avoir fermé ses frontières terrestres, et il faut donc ajouter un trajet purement chinois, entre Nanning et Yanbian, pour atteindre la frontière avec la Russie, d’où l’on pourrait boucler le trajet en revenant à Vladivostok. Au total le parcours représente 58 744 km toujours, d’après Google Maps, sans compter les (petits) raccords[4] qui serait nécessaires.

Sa durée théorique de 772 heures représenterait donc un peu plus de 30 jours, bien moins que les 80 jours qu’il avait fallu à Phileas Fogg pour faire le tour du monde mais cela supposerait des automobilistes héroïques, roulant jour et nuit sur des routes pas toujours faciles, sans compter les franchissements de frontières et autres aventures qui ne manqueraient pas de se produire sur un aussi long trajet. Mais ces petites contingences – qui font une bonne part de la saveur des vrais voyages – ne concernent pas  qui fait, comme Xavier de Maistre[5], un « voyage autour de [sa] chambre », ou en l’occurrence autour de son écran.

[1] https://braises.hypotheses.org/664

[2] En empruntant la Transamazonienne puisque le logiciel le juge possible, alors qu’elle est en fait difficilement utilisable dans sa partie occidentale, au-delà d’Altamira, uniquement en 4×4 en saison sèche.

[3] On pourrait afficher 6 711 km entre Paracaraima et João Pessoa si Google Maps n’offrait pas la possibilité de passer par la Transamazonienne, et qu’il faille donc passer plus au sud.

[4] Environ 30 km entre Wadi Halfa et Assouan, 48 km entre Lahore et Amritsar, 330 km entre Yanbian et Vladivostok.

[5] Voyage autour de ma chambre (1794), réédition Mille et une Nuits, Paris, 2002. Il écrivit ce livre au cours des quarante-deux jours d’arrêts qui lui furent infligés pour s’être livré à un duel contre un officier piémontais