Tous les articles par Braises

Élection présidentielles de 2010

La carte des résultats des trois principaux candidats au premiere tour des élections présidentielles, en octobre, révèlent de forte oppositions régionales: Dilma Rousseff (qui a remporté l’élection au second tour), José Serra (qu’elle a battu au second tour) et Marina Silva ont chacun/e leurs fiefs.

Les trois principaux candidats au premier tour

Dilma gagne nettement dans les régions pauvres, Nordeste (plus le nord du Minas, incluses dans le “polygone de la sécheresse”) et en Amazonas (mais ni dans le Pará ni dans l’Acre). Serra gagne à São Paulo et les parties orientales du Sud (dans l’ouest rural c’est plutôt Dilma) et dans les regions pionnières de l'”arc du déboisement”.

C’est là que Marina – assez logiquement puisqu’elle a été ministre de l’environnement – fait ses plus mauvais scores, en revanche elle est bonne – là aussi assez logiquement – dans l’Acre, chez elle. Mais ses meilleurs scores sont dans les grandes villes et des régions qui tracent curieusement une croix sur le Brésil, du Tocantins au Paraná et du Mato Grosso à Rio. La aussi c’est assez normal pour une candidate qui ne cache pas ses convictions de protestante évangeliste.

Résultats électoraux et indice de développement

Si l’on superpose les résultats des deux principaux candidats (par États, le cartouche indiquant leur score minumum, moyen et maximum) à un carte des niveaux de développement, on voit apparaître  l’étroite coïncidence entre le vote pour Dilma ou Serra et le niveau de développement, mesuré par l’indice Firjan (revenu par tête + santé + scolarité): les régions ou Dilma réalise des scores supérieurs à sa moyenne nationale (liseré mauve) sont celles ou l’indice est bas (nuances de vert), Nordeste et Amazonie.

En contraste, celles ou Serra obtient  ses meilleurs scores (hachure horizontales) sont les plus développées du pays (jaune, orange et rouge), Sud, Sudeste et de plus en plus Centre-Ouest, que l’agro-business (soja et élevage) a transformé en une sorte de Middle-West brésilien. Les régions disputées sont soit celles ou les deux candidats ont de bons pourcentages (comme le Pará, en Amazonie), soit – au contraire – celles ou les deux candidates sont sous leur moyenne nationale, comme le Minas Gerais, deux États qui contiennent à la fois des régions déjà développées et des régions très pauvres.

Au second tour ce sont donc une fois de plus les « deux Brésils » qui  étaient face à  face, Dilma a eu pour elle le vote des pauvres, les plus nombreux, attaches au régime par la Bolsa Familia, touchée aujourd’hui par près du quart des Brésiliens.

Questions environnementales dans l’État de São Paulo

Trois images contrastées sur le traitement de l’environnement dans l’État de São Paulo : la première montre l’espace vert créé au long de la plage de Santos, pour que le front de mer soit moins minéral et que les résidents du front de mer aient leur quotas d’espaces verts.

Jardins du front de mer à Santos. cliché Hervé Théry 2011

Les deux autres montrent le Tietê, la rivière qui traverse São Paulo, en aval de la ville : la quantité de détergents est telle qu’en aval d’un petit barrage hydroélectrique et de la première chute importante du cours moyen, à Salto, la surface de l’eau est entièrement couverte d’une mousse épaisse.

Le Tietê en aval de Sao Paulo. Cliché Hervé Théry 2010

Tout espoir n’est pourtant pas interdit puisque la « tache de pollution » en aval de la ville diminue de façon régulière depuis plusieurs années, à mesure que progresse le traitement des eaux rejetées à la rivière.

La chute du Tietê à Salto. Cliché Hervé Théry 2010

La population du Brésil en 2010

Les premiers résultats du recensement de 2010 ont récemment été publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques). Une carte en anamorphormose de la population des États qui composent la République fédérative du Brésil donne à chacun la taille qu’il “mérite” en fonction de sa population, elle montre bien le poids prédominant de ceux du Sud et du Nordeste. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer leur forme sur la carte anamorphosée et sur la carte de référence (en bas)

Braises

Rendre compte par le texte et par l’image (cartes, photos, mais aussi dessins,caricatures, etc) des transformations que vit, jour après jour, un grand pays émergent: la société brésilienne évolue rapidement, et son territoire, ses villes, ses habitants changent constamment.
En utilisant les données précises et accessibles qui sont constamment publiées (gratuitement, la plupart du temps), on peut produire rapidement des cartes qui cadrent les tendances generales, par exemple les tendances demographiques (les premiers chiffres du recensement de 2010 commencent à sortir), les tendances politiques (les résultats des élections générales de 2010 sont disponibles), tendances économiques (la fédération des industries de Rio publie annuellemnent un indice synthétique de développementà l’échelle communale.
Par ailleurs le fait de passer du temps dans le pays permet de rapporter des images de séjours de recherche sur le terrain (en Amazonie notamment), en alternance avec des images de la plus grande ville du pays, son coeur économique, São Paulo. Enfin la veille sur les publications brésiliennes (abondantes et de qualité croissante), la lecture quotidienne de la presse, la fréquentation assidue des habitants de ce pays en plein changement permet de tenter de comprendre comment ces dynamiques sont vécues, la culture brésilienne étant juste assez différente de la nôtre pour être fascinante tout en restant accessible à un observateur français.