Tous les articles par Braises

Cartes historiques de Rio de Janeiro

Une recherche de cartes historiques de Rio de Janeiro m’a conduit à visiter Gallica, le site de la Bibliothèque nationale de France (gallica.bnf.fr/). Une grande partie des documents de la bibliothèque y sont disponibles et peuvent être téléchargés en format .pdf, accompagnés d’un texte qui indique que « les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF »

Une recherche « Rio de Janeiro » restreinte à « cartes », a donné 158 résultats, parmi lesquels j’ai choisi celles qui me paraissaient les plus intéressantes, reproduites ci-dessous[1] en ordre chronologique. Sous chaque image figure la description copiée du fichier .pdf dans lequel est inclus le document téléchargé.

La plus ancienne date de la tentative française d’une colonie dans la baie de Guanabara, la « France antarctique ». Elle a été dessinée par André Thévet, le moine de l’ordre des Cordeliers qui y participa et en fit le récit. Il y donne le nom d’« Île aux Français » à celle qui est aujourd’hui rappelée « Île de Villegaignon », du nom du chef de l’expédition. Il indique au nord de la baie une « ville Henry » qui n’a jamais existé mais sur le site de laquelle s’est développée l’actuelle ville de Rio de Janeiro.

Figure 1 André Thévet, La baie de Guanabara en 155

Thevet, André (1516-1590). Cartographe. Gouffre de la rivière de Ganabara ou Janaire / [André Thevet]. 1586

La deuxième carte relate également les tentatives françaises d’implantation au Brésil. Elle a été dessinée d’après les récits de voyages de Villegaignon et un peu plus tard de Jean de Léry. L’île occupée par les Français porte bien cette fois le nom de leur chef et on peut noter que le morne tropical qui est aujourd’hui connu comme le « Pain de sucre », y est appelé le « Pot de beurre », sans doute un effet de la nostalgie que ces navigateurs normands avaient de leur province natale.

Figure 2 La baie de Guanabara d’après Villegaignon et Jean de Léry, 1557-1558

Villegagnon, Nicolas Durand de (1510-1571 ; chevalier de), La France antarctique autrement le Rio de Janeiro / tirée des voyages que Villegagnon et Jean de Leri ont faits au Brésil les années 1557 et 1558. 1800.

Il existe par ailleurs une version coloriée de cette carte, citée dans un article sur Jean de Léry[2].

Figure 3 Version coloriée de la carte précédente

Celso Serqueira qui l’a mise en ligne sur son site « Mapas antigos, histórias curiosas » (« cartes anciennes, histoires curieuses »[3]), la décrit ainsi : « La carte est riche en détails et montre la conformation topographique originale du Pain de Sucre (Pot de Beurre), loin de la plage. Avec les mornes d’Urca et de Cara-de-Cão, elle a formé l’île de Trindade, qui est aujourd’hui intégrée au continent à la suite de l’ensablement et d’un remblaiement réalisé à la fin du XVIIe siècle. Autre curiosité, l’indication des points d’intérêt tantôt en français, tantôt en langue autochtone ».

La figure 4 comporte moins de toponymes, dont celui du Pain de sucre, les autres étant des indications pratiques des endroits où trouver de l’eau, on en avait déposé les malades et la situation des forts portugais défendant la ville de Saint-Sébastien, son nom officiel. Un vaste fleuve paraît déboucher au fond de la baie, contrairement à la carte précédente, qui n’y faisait figurer que de modestes cours d’eau et pas la « rivière de janvier » dont les premiers découvreurs avait cru que la baie était l’estuaire

Figure 4 La baie de Guanabara selon La baie de Guanabara selon François Froger, 1700

Froger, François (1676-171.?). Auteur adapté. Entrée de la rivière de Janeyro à la côte du Brésil. 1700.

Les figures suivantes relatent l’attaque française de Rio de Janeiro en 1711[4]. La France était alors en pleine guerre de succession d’Espagne, avec son alliée l’Espagne elle affrontait une coalition comportant l’Angleterre, le Portugal, l’Autriche, la Prusse et les Pays-Bas. Cette guerre interminable ruinait les finances de Louis XIV, et avait surgi l’idée de s’emparer de l’or venant du Brésil portugais : une fois par an, un convoi de galions chargés de métaux précieux des Amériques quittait Rio de Janeiro pour le Portugal.

La figure 5, en couleurs, montre des détails de la ville, de ses principaux monuments et des forts qui la défendaient.

Figure 5 La baie de Guanabara selon Louis de Lagrange-Chancel, 1711

La Grange-Chancel, Louis de (1678-1747). Cartographe. Plan de la baye, ville, forteresses et attaques de Rio Janeiro / levé par le chev[al]ier de la Grange cap[itai]ne des gre[nadi]ers au mois de 9.bre 1711. 1711.

En 1710 une première expédition de cinq vaisseaux et d’un millier de soldats avait été lancée, mais l’opération de débarquement avait été un échec et son chef fait prisonnier avec plus de 600 hommes, puis assassiné en mars 1711. Louis XIV confia alors à René Duguay-Trouin, ancien corsaire de Saint-Malo devenu officier de la Royale, une flotte de 15 vaisseaux et 6 000 hommes. L’État étant désargenté, le financement de l’expédition, 700 000 livres au total, avait été assuré par des armateurs malouins qui espéraient se rémunérer sur le butin.

L’escadre quitta La Rochelle le 9 juin 1711. Elle entra dans la baie de Rio le 12 septembre suivant, entama le siège de la ville et livra l’assaut final le 21 septembre. La ville fut contrainte de payer une forte rançon pour éviter d’être pillée et détruite et l’escadre se retira le 13 novembre pour prendre le chemin du retour, mais fut dispersée par une violente tempête après avoir franchi l’équateur. À l’arrivée à Brest (6 février 1712), trois navires avaient sombré, dont Le Magnanime qui ramenait une large partie du butin. Néanmoins, le bénéfice financier de l’opération restait considérable, plus de 1,3 tonne d’or et 1 600 000 livres de marchandises. D’après Duguay-Trouin l’opération rapporta « quatre-vingt-douze pour cent de profit à ceux qui s’y étaient intéressés »

La figure 6 (où le haut de la carte est orienté vers l’ouest) donne plus de détails sur le déroulement de l’attaque elle-même que sur la configuration de la ville et de la baie.

Figure 6 La baie de Guanabara lors de l’attaque de Duguay-Trouin, en 1711

Plan de la baye et de la ville de Rio de Janeiro … prise par l’escadre commandée par M. Duguay Trouin, et armée par les particuliers de St Malo, en 1711. 1711.

La figure 7 est plus sommaire, ne respecte pas non plus l’orientation habituelle (le haut de la carte pointe aussi vers l’ouest) et exagère considérablement la largeur de l’entrée de la baie. Elle est néanmoins intéressante car elle est datée de 1762, c’est-à-dire d’un an avant que Rio de Janeiro ne devienne la capitale du Brésil portugais. Cette décision avait été prise – alors que la ville était bien plus petite que l’ancienne capitale, Salvador de Bahia – en raison de la découverte des gisements d’or du Minas Gerais : on avait alors ouvert un « nouveau chemin » (caminho novo) entre les mines et ce petit port sans grande importance, à la fois ce que sa baie pouvait abriter de nombreux navires et parce que ce nouveau chemin était plus facile à surveiller que la route vers Salvador, au long de laquelle l’or avait tendance à disparaître au lieu de payer l’impôt dû au roi.

Figure 7 La baie de Guanabara selon Jean-Barthélémy Houel, 1762

Houel, Jean-Barthélemy (17..-17..). Cartographe du modèle. Plan de l’entrée du Port de Rio de Janeiro dans l’état qu’il se trouvoit dans l’année de 1762 / Levé et. dessiné par Jean Barthelemy Houel ingénieur de SMC. 1762.

Sur la figure 8, de 1760, voit encore mieux que la ville (en rouge) n’occupait qu’une très petite partie des rivages de la baie.

Figure 8 La baie de Guanabara en 1760

Plano do Rio de Janeiro…. 1760

La figure 9, de 1764, le confirme, avant la croissance induite par son statut de capitale la ville avait une étendue très limitée, entre la mer, une série de mornes tropicaux et une « plaine marécageuse » à l’ouest (haut de la carte).

Figure 9 La baie de Guanabara selon Jacques-Nicolas Bellin, 1764

Bellin, Jacques-Nicolas (1703-1772). Cartographe. Plan de la baye de Rio-Janeiro / [par J.N.Bellin]. 1764.

La figure 10, de 1810, montre qu’une quarantaine d’années plus tard la ville n’avait pas beaucoup grandi et n’occupait toujours que son site initial, un peu en retrait de l’entrée de la baie

Figure 10 La baie de Guanabara selon Manoel Vieira Leão, 1810

Leão, Manoel Vieira. Auteur du texte. Plan de la baie de Rio de Janeiro / d’après un manuscrit portugais de Manoel Vieira Leão, 1810.

La figure 11, de 1890, montre au contraire une très forte expansion dans les 80 ans écoulés depuis la figure précédente. Entre-temps sa croissance avait connu une très forte accélération avec l’arrivée, en 1816, du roi du Portugal de Cour, qui s’étaient repliés au Brésil en fuyant l’invasion du Portugal par les troupes napoléoniennes. Outre la croissance démographique déclenchée par cette arrivée, la ville a bénéficié de l’implantation des institutions permettant au roi de diriger son royaume depuis sa nouvelle capitale : son palais, les bureaux du gouvernement, les résidences de ses ministres et fonctionnaires. Mais aussi une Bibliothèque nationale, un jardin botanique et divers autres lieux destinés à agrémenter son séjour dans la ville. À son retour au Portugal, en 1821, le roi laissa au Brésil son fils et héritier et quand, l’année suivante, celui-ci refusa de se rendre à la convocation du nouveau régime installé au Portugal et proclama l’indépendance du Brésil, Rio en devint la capitale.

Ce nouveau statut et la prospérité apportée par le boom du café, qui commença aux environs de la ville, ont permis un développement rapide du bâti, dont témoigne la figure : sortant de son cadre colonial elle a commencé à progresser vers l’ouest (ici vers le haut de la carte) et surtout, grâce à la construction de tunnels, à sortir de la baie et à se développer sur le littoral atlantique avec les premières occupations des quartiers de Copacabana et Ipanema.

Figure 11 Plan de la ville de Rio de Janeiro et de ses banlieues, 1890

Planta da cidade do Rio de Janeiro e suburbios. 1890.

La figure 12, de 1900, détaille davantage l’occupation qui s’étend à partir du vieux centre colonial et donne des détails sur les moyens de transport modernes (« avec les horaires des tramways, chemins de fer, ferries, les routes, etc. »). Mais il ne montre pas les nouveaux quartiers du littoral atlantique, sans doute parce qu’ils sont alors purement résidentiels et balnéaires.

Figure 12 Plan de Rio de Janeiro édité par E. Mérian, 1900

Merian, A. (18..-19..?). Auteur du texte. Planta do Rio de Janeiro com os horarios dos bondes, estradas de ferro, barcas, estradas de rodagem etc… editada / por A. Merian. 1900.

En revanche la figure 13, de 1911, les inclut bien, et la représentation de la topographie aide à comprendre pourquoi ils sont séparés du reste de la ville, tournée vers la baie.

Figure 13 Plan de Rio de Janeiro dans l’Almanach Garnier de 1911

Lespinasse (18..-18.. ; dessinateur). Auteur du texte. Planta da cidade do Rio de Janeiro organizasa para o Almanaque Garnier de 1911 / Lespinasse del. ; H. Demoulin sc.. 1911.

Pour conclure et mesurer à quel point la ville a grandi depuis lors, on peut rapprocher le plan de 1890 (figure 11) d’images extraites d’OpenStreetMap et de Google Earth, centrées sur le même espace (repéré par un cadre noir ou blanc) et d’un cadrage plus large pour monter l’extension actuelle de l’agglomération. Elle dépasse de très loin celle de la ville telle qu’elle était dessinée en 1890, repérée par un liseré rouge[5].

Figure 14 Rio de Janeiro, la croissance de 1890 à 2020

[1]  Comme le permet le site, puisque le texte qui accompagne chaque document indique « Leur réutilisation s’inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 » et que « La réutilisation non commerciale de ces contenus ou dans le cadre d’une publication académique ou scientifique est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : “Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France” ou « Source gallica.bnf.fr / BnF “»

[2] http://philo-lettres.fr/litterature-francaise/litterature-xvieme-siecle/lery/

[3] http://serqueira.com.br/mapas/frances.htm

[4] Sources : https://www.herodote.net/21_septembre_1711-evenement-17110921.php , https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Rio_de_Janeiro_(1711)  et http://s192700369.onlinehome.fr/bat/fregates/duguay/celebre4.htm

[5] Le même exercice a été fait pour d’autres villes brésiliennes dans un billet précédent, « D’Élisée Reclus à OpenStreetMap, la croissance des villes brésiliennes de 1894 à 2020 », https://braises.hypotheses.org/1714

D’Élisée Reclus à OpenStreetMap, la croissance des villes brésiliennes de 1894 à 2020

Le volume XIX, de la deuxième Géographie Universelle, « L’Amérique du Sud, l’Amazonie et La Plata (Guyanes, Brésil, Paraguay, Uruguay, République argentine) » inclut bon nombre de cartes de villes brésiliennes qui donnent une image de leur étendue en 1894, au moment de la publication de l’ouvrage.

Cette deuxième Géographie Universelle, après l’œuvre pionnière publiée à partir de 1810 par Malte-Brun[1], fut l’œuvre d’un seul homme, le géographe Elisée Reclus (1830-1906). L’ouvrage compte 20 tomes, publié en 18 ans, de 1876 à 1894 et illustrés par des cartes et gravures en noir et blanc. Près de la moitié des cartes sont de son ami Charles Perron, cartographe anarchiste suisse : principal collaborateur du géographe, il est avec lui à l’origine de production de cartes statistiques, thématiques et géopolitiques qui sont une innovation de l’ouvrage.

Comme ce volume est disponible en format pdf sur Gallica, le site de la Bibliothèque Nationale de France (à l’adresse suivante: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31525j), on a pu les en extraire en faisant des copies d’écran. Pour mesurer à quel point elles ont grandi a mis en regard pour chacune d’entre elles la carte de la Géographie Universelle et des images extraites d’OpenStreetMap et de Google Earth, centrées sur le même espace qu’elle (repéré par un cadre noir ou blanc) et le plus souvent suivie de cadrages plus larges pour monter l’extension actuelle de l’agglomération. Elle dépasse toujours de très loin celle de la ville telle qu’elle était dessinée en 1894, repérée par un liseré rouge.

Les villes sont présentées par ordre alphabétique, certaines (Fortaleza, par exemple) n’occupent qu’une petite partie du cadre car le cartographe est parti de cartes marines dont l’auteur s’intéressait plus à la profondeur de l’eau dans les chenaux d’accès qu’à la ville elle-même. D’autres sont mise dans leur contexte régional, comme l’ensemble São Paulo-Santos, ou Cayenne (ici ajoutée in fine aux villes brésiliennes) dans son « île ».

Figure 1 Belém

La capitale du Pará, Belém, est à peine visible sur la carte de 1894, perdue parmi les îles de l’embouchure du rio Guama (l’embouchure de l’Amazone se situe de l’autre côté de l’île de Marajó, plus grande que la Belgique), alors que l’on alors est en plein boom du caoutchouc, qui a fait sa fortune.

Depuis lors elle a énormément grandi, occupant toute la presqu’île de son site initial et débordant largement vers le nord et l’est, au long du fleuve et vers l’intérieur des terres, au long de la route Brasilia- Belém. La construction de celle-ci, lancée en 1959 dans la foulée de celle de la nouvelle capitale, l’a rattachée au reste du Brésil par voie terrestre pour la première fois, alors que jusque là elle ne l’était que par voie maritime ou aérienne.

Figure 2 Fortaleza

Fortaleza a longtemps tourné le dos à la mer, et regardait vers le sertão, l’intérieur semi-aride (où s’était développé l’élevage extensif qui était la base économique de l’État), et en 1894 le littoral était pratiquement désert. C’est avec le « désir de rivage », l’intérêt pour la fréquentation des plages et le tourisme balnéaire, que la ville est passée par une « maritimisation » et une occupation rapide de tout le littoral. Celui-ci est bordé par des quartiers bien équipés et chers, alors que les énormes périphéries intérieures le sont par des migrants venus des campagnes délaissées par l’exode rural massif qu’a connu le pays.

Figure 3 João Pessoa

Sur la carte de 1894 João Pessoa s’appelle encore Parahyba, elle a pris son nom actuel le 4 septembre 1930 en hommage à un homme politique assassiné la même année, un des événements majeurs de la révolution de 1930 menée par Getúlio Vargas. João Pessoa est connue comme « la ville où le soleil se lève en premier » car elle abrite la Pointe de Seixas, le point le plus oriental des Amériques. Situé en fond d’estuaire elle était reliée par une ligne de chemin de fer à l’avant-port de Cabedelo, qui est officiellement kilomètre zéro de la route Transamazonienne.

La croissance urbaine ultérieure a depuis longtemps rejoint Cabedelo, et a continué largement tout au long du littoral atlantique puis vers l’intérieur des terres, englobant Santa Rita et la petite commune de Bayeux, ainsi rebaptisée pour célébrer la libération de la ville française homonyme, lors du débarquement en Normandie.

Figure 4 Maceió

La ville de Maceió la ville n’occupe qu’une très petite partie de la carte de 1894 et n’a même pas de port, tout juste un hameau littoral, probablement de pêcheurs. Sur la carte actuelle l’espace occupé par le même cadrage est entièrement urbanisé, des installations portuaires ont été aménagées ainsi que des avenues de bord de mer, ici aussi parmi les plus valorisées de la ville. En élargissant le cadre on constate qu’il ne s’agit que d’une petite partie d’une agglomération qui s’étend très loin vers le nord jusqu’à la cité universitaire et à l’aéroport.

Figure 5 Natal

En 1894 la partie urbanisée de la carte consistait en deux ensembles séparés, d’un côté la ville créée à l’époque coloniale, de l’autre le quartier qui s’était développé autour de la gare de chemin de fer. Toutes deux se situaient à l’intérieur de l’estuaire protégé par la presqu’île au bout de laquelle avait été construit le fort des rois mages, construit à l’origine pour repousser les incursions de corsaires et d’aventurier français. Son extrémité est d’ailleurs toujours occupée par des installations militaires, celles du 17e groupe d’artilleries de campagne, mais elle est néanmoins parcourue par une route qui donne accès au pont permettant de traverser l’estuaire à son embouchure. C’était d’autant plus nécessaire bonne partie de l’agglomération se situe désormais sur l’autre rive.

Sur la rive gauche on remarque que les dunes ont été préservées et incluses dans un parc, alors que sur la rive droite l’urbanisation va jusqu’au bord de la mer. Sur ces images  le nouvel aéroport est encore en travaux et mal relié à la ville, l’ancien étant désormais réservés à la base aérienne, toute proche de la zone militaire de Barreira do Inferno (« barrière de l’Enfer ») où sont faits des tests de missiles.

Figure 6 Paranaguá

Le port Paranaguá, dans le Paraná, a connu un très fort développement quand il a été aménagé pour l’embarquement du soja, initialement produit dans le Sud du pays. Il l’est resté en majeure partie, même quand la production s’est déplacée vers le Mato Grosso, à plus de 2 000 kilomètres plus au nord, soit la distance Paris-Minsk ou Paris-Istamboul. Mais une partie croissante des grains sont désormais exporté par l’Amazone, à partir des ports d’Itacoatiara (près de Manaus) et de Santarém.

Figure 7 Porto Alegre

En 1894 la ville de Porto Alegre n’occupait qu’une petite péninsule au débouché d’une coalescence de rivières dans le lac Guaiba, d’où l’on peut rejoindre la mer, via la « lagune des canards » (Lagoa dos Patos). Sa croissance est liée à sa fonction de porte d’entrée de la colonisation européenne, des millions d’Italiens et Allemands y sont passés pour aller s’installer plus au nord et implanter une agriculture de petite propriété sans équivalent dans le reste du Brésil (dont les seuls vignobles du pays). C’est donc vers le nord de la ville s’est étendue, incluant dans l’agglomération la ville de Novo Hamburgo dont le nom dit bien quelle était l’origine de ses habitants.

Figure 8 Recife

Alors que la première implantation coloniale portugaise s’était faite à Olinda, un peu plus au nord, Recife s’est développée lors de l’occupation par les Hollandais au XVIIe siècle, qui en avaient fait la capitale de leur éphémère colonie. En 1894 la ville n’occupait que de petites presqu’îles créées par un cordon littoral et une petite tête de pont sur la côte, à l’abri des récifs qui ont donné leur nom à la ville. L’agglomération compte aujourd’hui plus d’un million et demi d’habitants et s’étire tout au long du littoral sur plus de 40 km du nord au sud.

La représentation de Rio de Janeiro dans la Géographie Universelle (figure 9) étant peu satisfaisante (la multiplication des hachures rend difficile la reconnaissance des limites urbaines) on a eu recours à une autre plan de la ville d’une date proche (1890), également disponible sur Gallica.

Figure 9 Rio de Janeiro dans la Géographie Universelle

Figure 10 Rio de Janeiro

Rio de Janeiro a une longue histoire depuis la tentative française d’installation, en 1555, d’une colonie dans la baie de Guanabara, la « France antarctique ». Il en reste le nom d’une île encore aujourd’hui appelée « Ilha de Villegaignon », du nom du chef de l’expédition, rattachée à la ville par la construction de l’aéroport Santos-Dumont. Il est seulement dommage que le morne tropical qui est aujourd’hui connu comme le « Pain de sucre », ait perdu le nom de « Pot de beurre » qui lui avait été donné, sans doute sous l’effet de la nostalgie que ces navigateurs normands avaient de leur province natale.

La ville est restée très longtemps cantonnée à l’intérieur de la baie de Guanabara, que ses découvreurs avaient pris pour l’embouchure d’un fleuve, la « rivière de janvier » qui lui a donné son nom. Sa croissance a été très limitée jusqu’à ce qu’elle devienne en 1763 la capitale de la colonie portugaise (une décision prise pour contrôler plus efficacement la sortie de l’or extrait du Minas Gerais), et surtout l’arrivée du roi du Portugal et de sa Cour, fuyant l’avancée des troupes napoléoniennes vers Lisbonne. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle, avec l’ouverture des tunnels vers la côte atlantique se sont développées des quartiers résidentiels balnéaires, dont le plus connu est Copacabana.

La ville s’est alors insérée tant bien que mal entre la montagne, la mer et une série de mornes tropicaux, dont certains sont encore couverts de forêts et inclus dans des parcs nationaux ou locaux.  Elle compte aujourd’hui un peu plus de 6,7 millions d’habitants et avec ses banlieues l’agglomération en compte au total plus de 11,8 millions, c’est la deuxième du pays après celle de São Paulo

Le centre historique n’en occupe plus qu’une très petite partie, elle s’est développée vers le sud, au long des plages, et surtout vers le nord puis l’ouest par la construction désordonnée de banlieues qui entremêlent industries, entrepôts, quartiers populaires, terrains vagues et favelas. Le fond de la baie est occupé par des industries dont certaines très polluantes (comme les raffineries de Duque de Caxias) et la ville de Niteroi fait face à Rio sur son flanc oriental.

Figure 11 Salvador

Salvador de Bahia a été fondée sur un abrupt dominant la « Baie de tous les Saints » (Bahia de Todos os Santos) qui offrait un abri idéal aux navires des colonisateurs portugais. Elle s’est développée quand ils ont trouvé dans la canne à sucre une base économique pour la colonie dont elle est devenue la capitale jusqu’en 1763.

Enrichie par les booms successifs du sucre et de l’or, elle recèle encore aujourd’hui des trésors d’architecture baroque qui en font des grandes attractions touristiques du pays. Mais ici encore la partie historique ne représente plus qu’une très petite partie de l’agglomération qui a conquis toute la presqu’île qui sépare la baie de la mer. Elle s’est étendue au long du littoral bien au-delà de l’aéroport par une série de sites balnéaires, tandis que vers le nord elle a rejoint les zones industrielles nées autour du pôle pétrochimique de Camaçari.

Figure 12 São Paulo

La petite mission fondée par les Jésuites en 1554 est devenue, au terme d’une croissance tardive mais rapide, la première agglomération du continent sud-américain. Lorsque le Brésil a pris son indépendance, en 1822, la ville avait à peine 7 000 habitants. Elle avait été choisie comme siège d’une des deux premières facultés de droit du pays, en 1827, justement parce que c’était une petite ville où les étudiants pourraient travailler au calme. Une extraordinaire croissance l’a ensuite fait passer de 31 000 habitants en 1872 à 19 millions en 2010 : sa population a donc été multipliée par près de 612 en 138 ans et par 2 714 en 188 ans. Cette croissance a été dévoreuse d’espace : l’agglomération couvre plus de 8 000 km², 80 fois la superficie de la ville de Paris et près de trois fois celle de l’agglomération parisienne.

Figure 13 São Paulo et Santos

Situé sur le revers d’un plateau incliné vers l’ouest, la ville est séparée de la mer par un abrupt de plus de 800 m de dénivelé, mais a toujours fonctionné en liaison avec son port, Santos. Celui-ci, né avant elle, a grandi avec elle pour exporter ses productions et celles de l’intérieur, à commencer par le café qui a été le grand moteur de sa croissance : elle a vraiment décollé avec la construction du chemin de fer de Santos a Jundiai, via São Paulo, par les Anglais. Inaugurée en 1867 il a permis l’exportation du café produits à l’ouest de São Paulo et drainé vers la ville par plusieurs compagnies de chemin de fer concurrentes, qui ont colonisé chacune une partie de l’État en acheminant les immigrants (principalement italiens puis japonais) jusqu’aux plantations et en sens inverse le café jusqu’au port de Santos.

Figure 14 Ubatuba

Ubatuba était une très petite ville isolée au pied de la serra do Mar jusqu’à la construction de la route côtière Rio-Santos (1973-1975) qui en a fait une des villes balnéaires de la Riviera paulista. Celle-ci s’étend de Santos jusqu’à la frontière de l’État de Rio de Janeiro, depuis Guarujá en passant par Bertioga, Maresias, São Sebastião et Caraguatatuba.

Cet ensemble de stations balnéaires accueille chaque week-end et plus encore aux vacances d’été (en janvier-février, hémisphère sud oblige), des millions de citadins descendus du plateau de São Paulo. Le flux est tel qu’au moment de la descente sept des huit voies que comptent les deux autoroutes reliant São Paulo à Santos sont réservées à la descente, et vice-versa au moment des retours.

Avec cette mutation le village de pêcheurs à peine visible sur la carte de 1894 est devenu une ville balnéaire qui occupe tout le littoral et remonte dans les vallées des rivières qui dévalent la Serra do Mar, jusqu’aux limites du parc d’État du même nom, et parfois un peu au-delà…

Figure 15 Vitória

Vitória, la capitale de l’État d’Espírito Santo, a connu une croissance rapide avec la construction du port de Tubarão (en haut à droite de l’image OpenStreetMap cadrée comme l’image originale), par où est exporté le minerai de fer du Minas Gerais, après avoir suivi la vallée du Rio Doce. Autour du terminal portuaire s’est développé complexe industriel de traitement du minerai qui occupe toute la presqu’île déserte sur la carte de 1894 mais est bien visible sur les cartes et l’image satellitaire actuelle.

Figure 16 Cayenne

Pour conclure on peut faire le même exercice à partir de deux autres cartes qui figurent dans la Géographie Universelle d’Élisée Reclus, celles de Cayenne et de l’« île de Cayenne » dont elle fait partie et dont l’urbanisation survenue depuis 1894 a largement dépassé les limites.

Figure 17 Île de Cayenne

[1] Hervé Théry, « Visions ambiguës d’un Brésil disparu, le Brésil dans la Géographie universelle de Conrad Malte-Brun », Annales de géographie n° 683, février 2012, Issn 0003-4010, pp 66-85.

Des inégalités en cascade

À l’échelle mondiale l’Indice de Développement Humain (IDH) calculé par le PNUD montre que le Brésil est en situation moyenne entre les pays développés d’Europe et d’Amérique du Nord/Australie et les moins développés d’Afrique et d’Asie. Mais ce n’est qu’un effet de moyenne car si ses États du Sud ont des niveaux de développement comparables à ceux de l’Europe de l’Est, ceux du Nord sont plus proches des niveaux africains. À l’échelle nationale l’État de São Paulo se détache nettement du reste du pays, suivi de façon plus contrastée par les trois États du Sud et la région de production de soja du Centre-Ouest, en opposition franche avec le Nordeste et la région Nord, où l’IDH (recalculé à l’échelle des communes) est beaucoup plus bas. À l’intérieur de l’État de São Paulo la situation de l’axe central allant de la capitale vers le nord-ouest est plus favorable que celle des communes rurales, notamment dans le sud-ouest de l’État et aux deux extrémités du territoire, à l’est et à l’ouest. Enfin, à l’échelle de la commune centrale, São Paulo, l’IDH distingue des couronnes successives du centre vers la périphérie, au nord et au sud de la commune, mais surtout à l’est, dans la Zona Leste, qui compte 4,5 millions d’habitants.

Carte réalisée pour le chapitre « Population et inégalités au Brésil », de Marie-Françoise Fleury et Maie Girardot, in Population et inégalités dans le monde, aux éditions Atlante.

On notera qu’il suffit d’inverser la gamme de couleurs pour attirer l’attention sur les pays, régions, communes et quartiers moins favorisés: astuce de cartographie ancienne, mais  toujours efficace.

Le Brésil parmi les grands pays du monde

Des infographies créées par le studio Lebedev[1] montrent les superficies réelles de pays, de territoires et d’îles majeures sans distorsion liée à la projection de la surface – courbe – de la planère à la surface – plane – de la feuille de papier ou de l’écran.

La page du site intitulée Land surface (https://www.artlebedev.com/susha/) permet de comparer les superficies de territoire du monde entier.

Il l’illustre en comparant les superficies de l’Australie, de l’Inde et du Groenland, dont les projections habituelles faussent la perception (figure 1)

Un poster global classe tous les pays du monde par surface (figure 2), en commençant par la Russie (16 millions de kilomètres carrés), suivie par l’Antarctique (12 millions) en descendant jusqu’aux micro-îles du Pacifique et Vatican (0,5 km2), invisible sur l’image.

Le haut du poster détache les grands pays, dont le Brésil fait partie (figure 3)

On peut ensuite comparer les superficies des pays deux à deux, et ainsi situer celle du Brésil par rapport à d’autres pays, grands ou moins grands.

Par rapport à la Russie, qui a le double de sa surface, il parait petit (figure 4)

Il fait presque jeu égal avec la Chine (figure 5)

Le Canada (figure 6)

Les États-Unis, sans l’Alaska et Hawaï (figure 7)

En revanche les principaux pays européens semblent bien petits face à lui, comme cela apparait en rassemblant leurs images (figure 8). Le plus petit qui apparaisse sur cette figure, la Belgique, avec ses 30 000 km2, tient à l’aise dans l’île de Marajó (à l’embouchure de l’Amazone) mais avec 5.5% de sa population produit 15.5% de son PIB.

Et l’on peut confirmer visuellement que le Brésil bien quinze fois plus grand que la France (figure 9).

[1] Fondé en 1995, ce studio est une société privée qui emploie plus de 300 personnes. Il produit du design industriel, urbain et environnemental, des systèmes d’orientation de l’architecture et des livres. Le Studio a son siège à Moscou et nous avons des bureaux à Kiev, Londres et New York. Selon son site (https://www.artlebedev.com ) son objectif est « de fournir des solutions simples, élégantes et logiques qui restent fidèles au sens voulu » et il précise « Par principe, nous ne travaillons pas avec des particuliers, des partis politiques, des organisations religieuses, […] ou ceux dont les opinions sont en conflit avec les nôtres ».

Anamorphoses d’États brésiliens

La pandémie de Covid-19 a pris au Brésil des proportions catastrophiques et beaucoup de scientifiques s’efforcent de comprendre ses mécanismes. Les épidémiologistes, virologues, biologistes, etc., sont évidemment en première ligne mais les sciences sociales s’efforcent également de contribuer à cet effort. Pour notre part, en tant que géographes nous nous sommes demandé comment le virus pouvait se propager si rapidement dans un pays aussi grand que le Brésil, et c’est la raison d’être du dossier publié le 1er juin dans la revue Confins, avec un article introductif « Comment le coronavirus parcourt le Brésil, trois cas exemplaires », suivi de trois analyses du rôle des routes dans sa diffusion dans le Sud, des fleuves dans l’Amazonas et de son déplacement des quartiers touristiques vers les quartiers populaires à Fortaleza[1].

Comme la situation est particulièrement grave en Amazonas, des collègues de l’Université de Manaus m’avaient demandé une contribution à leur bulletin de l’Atlas ODS de l’Amazonas. À cette occasion, pour bien montrer le poids de la capitale, Manaus, dans cet État amazonien, j’avais eu recours à la technique de l’anamorphose, où les territoires sont déformés en fonction d’une caractéristique statistique. Un des résultats de ce travail[2] apparait sur la figure 1, où la taille des communes est proportionnelle à leur population et où celle de Manaus prend une taille démesurée, bien supérieure à celle qu’elle occupe sur la carte classique (en gris, en bas de la figure).

Figure 1 Le contexte de l’épidémie de Covid-19 dans l’État d’Amazonas

En observant le résultat j’avais remarqué remarque que l’État prenait, curieusement la forme d’un pacu, nom utilisé pour désigner différentes espèces de poissons de l’Amazone[3].

C’est ce que montre la figure 2, en mettant en regard la carte anamorphosée selon la population communale (au centre), la carte par symboles proportionnels à cette même population (à droite) et une photographie de pacu (à gauche).

Figure 2 Anamorphose de l’État d’Amazonas

Cette remarque faite dans une circonstance tragique m’a donné, une fois les articles publiés les articles scientifiques (où je me suis bien entendu gardé de faire cette remarque), l’idée de tenter de faire la même démarche sur d’autres États brésiliens, en utilisant à nouveau, comme pour l’Amazonas, les données de population officielle en 2019 publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) et le logiciel de cartographie Cartes et Données de la société Articque.

Les résultats sont parfois surprenants et les figures suivantes évoquent presque tous (à deux ou trois exceptions près) des animaux vivant au Brésil, ou au moins dans ses zoos : j’espère que cette évocation – rigoureusement subjective, j’en conviens – pourra faire sourire mes amis brésiliens à un moment tragiques et où ils ont bien besoin de moments de détente.

L’État amazonien d’Acre prend lui aussi la forme d’un animal vivant dans les eaux de l’Amazone, le peixe-boi-da-amazônia (Trichechus inunguis) un lamantin dont le nom populaire (« poisson-boeuf ») vient de ce qu’il peut atteindre jusqu’à 2,5 mètres et peser jusqu’à 300 kilos.

Figure 3 Anamorphose de l’Acre

L’Alagoas, bien que nordestin, prend lui aussi la forme d’un poisson de l’Amazone et du Pantanal, le piranha, la déformation provoquée par la nombreuse population de sa capitale, Maceió évoquant sa gueule ouverte.

Figure 4 Anamorphose de l’Alagoas

Figure 5 Anamorphose de Bahia

Bahia est L’un des rares cas où l’on n’a pas pu trouver de ressemblance avec un animal : sa silhouette évoque celle d’un portefaix si lourdement chargé que son visage est tourné vers le bas.

Figure 6 Anamorphose de l’Espírito Santo

L’Espírito Santo prend la forme d’un crabe, ses pinces sont dessinées par le contour de la baie de Vitória dont les contours sont amplifiés par l’importance démographique de la capitale. La ressemblance est particulièrement adaptée pour cet État côtier proche de Rio et rappelle la phrase de Frei Vicente do Salvador, en 1627, selon laquelle les Portugais installés au Brésil étaient comme « des crabes qui grattent [le sable du] littoral sans jamais s’enfoncer vers l’intérieur ».

Figure 7 Anamorphose du Maranhão

En raison du poids démographique de sa capitale, qui forme la tête de l’animal, le Maranhão prend la forme d’un d’écureuil volant, les quatre pattes et la queue bien déployées pour mieux planer. Dommage seulement que l’animal ne soit pas présent au Brésil.

Figure 8 Anamorphose du Mato Grosso do Sul

Dans le Mato Grosso do Sul la masse de la population de la capitale, Campo Grande, dilate le centre de l’État et lui donne l’allure d’un singe hurleur d’Amazonie à la gueule grande ouverte pour produire les sons retentissants qui justifient le nom de l’espèce. Ils ne sont pas présents dans cet État mais on les trouve un peu plus au nord dans le Mato Grosso dont il était la naguère partie méridionale avant de s’en séparer en 1979.

Figure 9 Anamorphose du Mato Grosso

Une fois encore c’est le poids de la capitale, Cuiabá, qui déforme la maille des communes, formant au centre de l’État le museau d’un chien vu de face, tandis que le profil rectiligne de sa frontière du nord dessine le sommet de la tête et les oreilles

Figure 10 Anamorphose du Pará

Comme la population du Pará est fortement concentrée dans les environs de Belém, cette partie de l’État est fortement amplifié et lui donne l’allure d’une tête de lama, tandis que le nord-ouest de son territoire, très peu peuplé et donc très réduit par l’anamorphose, dessine les oreilles. Il faut toutefois reconnaître que cet animal, bien qu’originaire du continent Bien que originaires du continent, n’est pas présent dans la région, sauf peut-être dans ses zoos.

Figure 11 Anamorphose de la Paraíba

La forme générale de la Paraíba évoque celle d’un jacaré, un caïman tourné vers le littoral, dont la gueule grande ouverte correspond à l’emplacement de la capitale, João Pessoa.

Figure 12 Anamorphose du Paraná

L’anamorphose du Paraná lui donne la forme d’une tête de chien dont les régions les plus peuplées forment le museau et les yeux, la capitale Curitiba pour le premier et les villes jumelles de Londrina et Maringá pour les seconds. Il est assez logique de choisir ici un chien de race européenne puisque la plupart des habitants de cet État sont descendants de colons venus de ce continent.

Figure 13 Anamorphose du Pernambuco

L’anamorphose donne au Pernambuco, dont la forme allongée et sinueuse l’évoquait déjà, l’allure d’un serpent qui aurait avalé une proie bien trop grosse pour lui : cette fois encore c’est l’importance de la population de la capitale qui dilate très fortement la maille communale dans la partie proche du littoral.

Figure 14 Anamorphose du Piauí

Une fois anamorphosée, la forme de l’État du Piauí évoque aussi celle d’un serpent qui aurait eu, comme on le dit familièrement « les yeux plus gros que le ventre ». En l’occurrence le serpent a tout de même réussi à avaler sa proie mais elle gonfle fortement son estomac… Celui-ci correspond à l’emplacement de Teresina, une des rares capitales qui ne sont pas situées sur le littoral.

Figure 15 Anamorphose de l’État Rio de Janeiro

L’anamorphose transforme l’État de Rio de Janeiro en scorpion, les pinces en avant et la queue redressée, rendu seulement un peu plus ventru qu’il ne faudrait par la très nombreuse population de la capitale.

Figure 16 Anamorphose du Rio Grande do Norte

Il est déjà habituel de comparer la forme de l’État du Rio Grande do Norte un éléphant à cause de la « trompe » que dessine son avancée vers le sud-ouest. L’anamorphose renforce cette ressemblance en mettant seulement plus en évidence la massivité de l’arrière-train, causée une fois encore la concentration de population dans la capitale, Natal

Figure 17 Anamorphose du Rio Grande do Sul

Tout comme l’Amazonas à l’autre bout du pays, le Rio Grande do Sul est transformé en poisson par l’anamorphose, mais cette fois ce n’est plus un poisson rond de l’Amazone, plutôt un poisson plat comme le carrelet. Aussi connu comme plie, le Pleuronectes platessa ne vit pas dans les eaux brésiliennes, mais on peut argumenter que la plupart des habitants de cet État sont eux aussi d’origine européenne, descendants des colons allemands et italiens arrivés au XIXe siècle.

Figure 18 Anamorphose du Santa Catarina

Le Santa Catarina devient lui aussi un poisson, dont la tête massive évoque le Labre à tête de mouton (Semicossyphus reticulatus) une espèce vivant dans les mers du Japon, de Chine et Corée du Sud. Un peu trop asiatique pour correspondre à l’immigration qui a peuplé cet État, elle aussi européenne, l’immigration japonaise se dirigeant plutôt vers l’état de São Paulo, un peu plus au nord.

Figure 19 Anamorphose de l’État de São Paulo

Arrivant justement à ce moment de notre parcours à l’État de São Paulo, nous constatons que cette fois l’anamorphose ne produit pas un poisson, mais un oiseau, en l’occurrence un colibri dont le bec effilé est dessiné par la région de faible densité du Pontal do Parapanema, au nord-ouest, tandis que le sud de l’État est très fortement enflé la présence des 18 millions d’habitants de la région métropolitaine de São Paulo.

Les trois derniers États ne ressemblent pas, une fois anamorphosés, à des animaux, les formes qu’ils acquièrent font plutôt penser à des objets, de surcroît sans aucun rapport avec le Brésil.

Figure 20 Anamorphose du Goiás

La déformation créée dans l’État du Goiás par la prédominance démographique de sa capitale, Goiânia, semble créer un visage entouré de décoration foisonnante d’un masque vénitien. On notera que l’encoche qui marque son côté oriental, et qui correspond au territoire qui lui a été enlevé pour créer le district fédéral se retrouve sur le masque vénitien à peu près au même endroit, sur son côté droit.

Figure 21 Anamorphose de l’État de Sergipe

Dans l’État de Sergipe, la déformation induite par le poids démographique de la capitale, Aracaju, paraît dessiner un visage surmonté d’un curieux couvre-chef plat. J’ai choisi d’y voir une coiffe bretonne, plus précisément du pays d’Auray, car j’ai déjà eu l’occasion de noter que si ce carnet s’intitule Braises c’est en partie à cause de parentés affectives – pour moi du moins – entre le Brésil et la Bretagne[4].

Figure 22 Anamorphose du Tocantins

Pour finir, on aurait pu s’attendre à ce que le format du Tocantins évoque un animal, puisque la « pointe » par lequel il se termine au nord est généralement appelé le Bico do Papagaio, le « bec du perroquet ». Mais une fois l’anamorphose réalisée ce n’est pas un animal qui est apparu, mais plutôt un lutin à chapeau pointu, dont le visage correspond à la capitale, Palmas. Bien que fondée seulement après la création de l’État, en 1988, celle-ci a déjà grandi suffisamment pour déformer la maille communale, bien plus que la ville du Nord, Araguaina.

[1] « Como o coronavírus viaja pelo Brasil, três casos exemplares », Confins 45, 2020, http://journals.openedition.org/confins/28436

[2] “Covid-19 no Amazonas: elementos de contexto », Boletim ODS Atlas Amazonas, Especial n.º 5, maio-2020 | ISSN: 2675-0384, https://www.atlasodsamazonas.ufam.edu.br/ultimas-noticias/111-covid-19-no-amazonas-elementos-de-contexto-por-herve-thery.html

[3] De la sous-famille des Serrasalminae, apparentés aux piranhas, mais herbivores ou omnivores.

[4] Pourquoi le titre “Braises“, https://braises.hypotheses.org/482

L’épidémie de Covid-19 au Brésil, les cartes révèlent les inégalités

Partie d’Asie et après avoir atteint l’Europe, l’épidémie de Covid-19 déferle au Brésil en ce mois de mai 2020. Le nombre de cas connus est déjà préoccupant. Officiellement il se monte le 21 mai à 310 087 cas confirmés et 20 047 décès enregistrés[1]. Ces chiffres sont manifestement sous-estimés car une très grande partie de la population vit dans l’informalité et ne fréquente le système de santé qu’en dernier recours, le plus souvent dans des établissements mal équipés pour faire face à la crise.

Si imparfaits qu’ils soient, ces chiffres montrent néanmoins que l’épidémie n’atteint pas de la même façon les régions et les groupes sociaux, car les facteurs de contagion et la mortalité due au SARS-CoV-2 sont fortement influencés par des caractéristiques socio-démographiques, or le Brésil est marqué par de très fortes inégalités (http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/breves/idhm-bresil) Comme on dispose sur celles-ci de données plus solides, il est possible de recourir à la cartographie pour estimer les facteurs susceptibles d’aggraver la contagion par le Covid-19.

L’analyse des cartes qui suivent fait craindre que le pire soit à venir, d’autant plus que des tensions très vives sont apparues entre les États fédérés, qui ont décidé des mesures de confinement, et l’État fédéral, qui a une politique beaucoup plus hésitante, en grande partie parce que le président de la République n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation, ou a choisi de la minimiser.

Tableau 1. Cas confirmés et décès enregistrés dans les principaux États au 20 mai 2020

Nom

Cas

confirmés

Décès

confirmés

Décès

par million

São Paulo

69 859

5 363

117

Ceará

30 560

1 900

208

Rio de Janeiro

30 372

3 237

187

Amazonas

23 704

1 561

377

Pernambuco

22 560

1 834

192

Pará

18 135

1 633

190

Maranhão

15 114

634

90

Bahia

11 197

362

24

Espírito Santo

8 092

341

85

Paraíba

5 838

230

57

Santa Catarina

5 499

94

13

Minas Gerais

5 286

177

8

Distrito Federal

5 161

77

26

Rio Grande do Sul

4 973

161

14

Amapá

4 549

142

168

Source : https://covid.saude.gov.br/

Une première carte localise les décès (óbitos) accumulés au 20 mai, la mortalité (relation entre le nombre de cas identifiés et le nombre de décès enregistrés) et le nombre de cas par 1000 habitants : elle montre que si les décès sont évidemment plus nombreux dans les grandes villes, le cas de l’Amazonie est préoccupant en proportion de sa – faible – population.

Figure 1 Nombre de décès au 20 mai 2020

Pour analyser ces données, on a choisi d’utiliser des anamorphoses, des cartes où les territoires sont déformés en fonction d’une caractéristique statistique. La figure 1 utilise ce procédé pour représenter les États brésiliens en fonction de leur population, donnant une image du territoire dans laquelle la région du Sudeste et celle du Nordeste prédominent largement (à l’inverse de la répartition géographique en fonction de la surface où c’est l’Amazonie qui domine). Cette carte présente le nombre de cas confirmés et de décès. Elle fait apparaître trois zones critiques, le Nordeste, le Sudeste (principalement Rio de Janeiro et São Paulo) et l’État d’Amazonas. Les deux premières sont aussi les régions les plus peuplées, il y a donc une certaine logique à ce qu’elles soient les plus touchées. La forte contamination dans l’État d’Amazonas, en particulier à Manaus, sa capitale, est peut-être lié à la présence de la zone franche où sont implantées de nombreuses entreprises asiatiques, les allers-retours de leurs expatriés ayant pu importer le virus.

Figure 2. Cas connus et décès enregistrés au 20 mai 2020

La figure 2 cherche des ressemblances avec d’autres anamorphoses. Les cartes permettent de comparer la répartition des phénomènes, de détecter des corrélations qui permettent de supposer une relation, ce sont des hypothèses causales. Les co-incidences ne sont généralement pas des coïncidences, elles permettent de proposer des pistes d’explication, d’envisager des relations de cause à effet, qui devront être ensuite confirmées par une analyse systématique.

En l’occurrence, on voit qu’il existe une très forte parenté entre l’anamorphose basée sur les décès et celle de la répartition des protestants pentecôtistes (appelés au Brésil evangélicos). Une autre similitude, un peu moins nette globalement mais très forte dans la région du Nordeste, se dégage entre la carte de la répartition des très pauvres (personnes gagnant moins de ½ salaire minimum, c’est-à-dire moins de 80 Euros par mois).

Figure 3 Quatre anamorphoses

La troisième carte confirme cette différenciation, très tranchée. La couleur de fond attribuée à chaque État est graduée (du jaune clair au brun foncé) en fonction de la proportion des personnes qui gagnent moins d’un demi-salaire minimum : c’est bien dans le Nordeste que cette proportion est la plus forte.

Les taille des cercles portés sur chaque État indique le nombre de personnes ayant déclaré au dernier recensement (en 2010) être de religion evangélica (protestants pentecôtistes) et la couleur du cercle, graduée du jaune clair au vert sombre, leur proportion dans la population : c’est dans le Sudeste, et en particulier à São Paulo, qu’ils sont les plus nombreux, mais c’est en Amazonie que leur proportion est la plus élevée, ce qui expliquer les taux élevés dans cette région peu peuplée, notamment l’État d’Amazonas.

Figure 4 Facteurs d’aggravation

L’analyse cartographique semble donc proposer la conclusion suivante : en dehors du foyer de l’Amazonas, probablement expliqué par les relations économiques avec l’Asie, deux facteurs semblent se corréler fortement à la distribution des cas et des décès au Brésil, d’un côté les conditions sociales et la pauvreté, d’un autre l’importance des églises évangéliques. Ils n’expliquent pas tout, comme on le voit dans le cas de l’État de Santa Catarina qui a une ex plus forte mortalité que ceux de Bahia et du Piauí alors qu’il compte peu de pauvres et peu d’évangélistes… Peut-être est-ce simplement parce que cet État à l’administration bien organisée détecte mieux les cas de Covid-19 que d’autres ? Ce serait à vérifier, la carte détecte les disparités, elle incite à chercher leurs causes.

On comprend bien comment la pauvreté est un élément d’aggravation de la crise, d’autant que ce facteur joue dans la plupart des pays, tant en Amérique latine qu’en Amérique du Nord. Mais pourquoi une forte proportion d’evangélicos serait-elle un facteur d’aggravation de la contagion ? Parce que beaucoup d’entre eux nient la gravité de l’épidémie, continuent à tenir leurs cultes en pensant que la protection divine suffira pour leur éviter de tomber malades. Ils sont incités en cela par le président de la République, lui-même évangélique et victime d’une sorte de « complexe du miraculé », qui ne cesse de minimiser la pandémie et ses victimes laissant entendre que « Dieu reconnaîtra les siens ».

C’est pour le moins imprudent si l’on en croit les scénarios établis spécifiquement pour le Brésil par l’étude de l’Imperial College, même s’il faut évidemment les prendre avec prudence, comme toute projection.

Tableau 2 Les scénarios de l’Imperial College

Scénario

Restrictions

Cible et effets

Nombre de personnes infectées

Nombre de décès

1

Intenses et précoces

Toute la population, interactions réduites de 75% dès 60 décès par jour

11,5 millions

44 200

2

Intenses et tardives

Toute la population, interactions réduites de 75% dès 480 décès par jour

49,5 millions

206 100

3

Modérées, intenses seulement pour les personnes âgées

Réduction des interactions de 41% pour la population de moins de 70 ans et de 60% pour les plus de 70 ans (moyenne 42,2%)

113 millions

471 700

4

Modérées

Réduction des interactions de de 41%

143 millions

576 000

5

Aucune

Aucune mesure de confinement

182,8 millions

1 100 000

Source: The global impact of Covid-19 and strategies for mitigation and suppression, Walker P.G.T. et al., Imperial College Covid-19 Response Team. Cité par Jean-Yves Carfantan, « Le Président joue à la roulette russe », Blog Brésil : politique, économie, société, https://www.istoebresil.org/

Or la gestion de la crise pandémique est tout sauf une démonstration d’unité politique. Le gouvernement fédéral et les gouverneurs des États ont de graves désaccords sur la conduite à tenir et en particulier sur l’opportunité et la durée du confinement. De ce fait, le Brésil partage avec la Biélorussie, le Turkménistan et le Nicaragua le douteux privilège de faire partie – selon le Financial Times, de l’« alliance des autruches », celle des pays dont les dirigeants s’obstinent dans le déni du Covid-19.

Son président Jair Bolsonaro a d’abord prétendu que ce n’était qu’une « petite grippe », comme d’autres dirigeants dans le monde, puis s’est entêté à minorer la gravité de l’épidémie. Il s’est ensuite opposé aux mesures de confinement décidés par les États, avant de devoir reconnaître qu’il y avait réellement un sérieux problème puis de déclarer, le 28 avril (en faisant un jeu de mots sur son second prénom, Messias) : « Et alors ? Je suis désolé, mais que voulez-vous que je fasse ? Je suis un Messie, mais je ne fais pas de miracles ». La presse – qu’il attaque régulièrement, comme le modèle auquel il se réfère constamment, Donald Trump, n’a pas manqué de dénoncer son aveuglement (figure 4).

Figure 5 Bolsonaro et les morts du Covid

Devant cette incurie, beaucoup de Brésiliens (habitués depuis des années à ne pas trop compter sur les services publics) ont décidé d’agir par eux-mêmes. C’est notamment le cas des habitants de la favela Santa Marta, à Rio de Janeiro, qui ont publié l’appel suivant: (https://wikifavelas.com.br/index.php?title=Sanitiza%C3%A7%C3%A3o_do_Santa_Marta):

« Nous avons eu l’idée de faire nous-mêmes le processus d’assainissement de la favela ! Nous avons obtenu les premiers dons et avons déjà commencé volontairement à réaliser, avec l’équipement de sécurité approprié, cette action préventive pour désinfecter les rues, ruelles, ruelles et funiculaire du morne Santa Marta ».

Avec le matériel qu’ils ont pu se procurer grâce à ces dons, ils désinfectent eux-mêmes les chemins par où passent les travailleurs qui doivent aller travailler pour gagner, au jour le jour, un peu d’argent pour nourrir leur famille. Bel exemple, qui mérite d’être soutenu, et preuve qu’au Brésil, comme ailleurs, la crise actuelle remet en pleine lumière des populations « invisibles » en situation normale.

Figure 6  Les habitants des favelas se débrouillent seuls

https://wikifavelas.com.br/index.php?title=Sanitiza%C3%A7%C3%A3o_do_Santa_Marta

[1] Ce texte reprend et actualise des articles publiés sur Géoconfluences (“La pandémie de Covid-19, regards croisés de géographes” (http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/pandemie-de-covid-19-regards-croises-de-geographes ) et sur le blog Covidam, “Covid-19 au Brésil : aggravants, scénarios et risques”, (https://covidam.institutdesameriques.fr/covid-19-au-bresil-aggravants-scenarios-et-risques/ ) qui décrivaient respectivement la situation au xx mai et 22 avril.

Les deux agricultures brésiliennes

Les deux agricultures brésiliennes

Lors de la publication des résultats définitifs du recensement agricole de 2017, l’IBGE[1] indiquait dans ses notes techniques qu’il l’avait réalisé « dans le but de dépeindre la réalité du Brésil agraire […] et tous les changements survenus depuis la dernière enquête, le recensement agricole de 2006 ». De fait, bien des changements se sont produits dans les dix années écoulées entre les deux recensements, mais bien des structures de fond persistent, et ce n’est pas le moindre intérêt du recensement que de montrer.

La date de référence pour le recensement agricole de 2017 est le 30 septembre 2017, concernant les informations sur les personnes employées, les stocks, le bétail, les cultures permanentes et la sylviculture. Pour la période de référence pour les productions, la superficie, le volume de travail au cours de l’année, etc. sont l’intervalle du 1er octobre 2016 au 30 septembre 2017. Les principaux concepts de métadonnées sont détaillés à l’adresse https://metadados.ibge.gov.br/consulta/estatisticos/operacoes-estatisticas/CA et les données elles-mêmes sont disponibles, gratuitement,  aux échelles du Brésil entier, des grandes régions, des États, des mésorégions, des microrégions géographiques et des communes à l’adresse https://www.ibge.gov.br/estatisticas/economicas/agricultura-e-pecuaria/21814-2017-censo-agropecuario.html?=&t=o-que-e

Une première exploitation des données du recensement agro-pastoral permet de mettre sous forme d’images l’opposition entre agriculture familiale et agriculture non familiale, la répartition des principaux cheptels de l’élevage et les la persistance de structures agraires très contrastées.

Agriculture familiale et non familiale

Le recensement de 2017 fait, comme celui de 2006, la distinction entre « agriculture familiale » et « agriculture non familiale ». Le choix des termes n’est pas très heureux, il semble avoir été dicté par le souci d’éviter de parler d’« agriculture paysanne » et d’« agriculture commerciale » (ou d’« agriculture capitaliste »), termes qui étaient tabous du temps du régime militaire sous lequel le pays avec vécu de 1964 à 1985. À cette réserve près, la distinction est utile en ce qu’elle fait bien apparaître que l’agriculture brésilienne est double, par les systèmes d’exploitation, les performances, les marchés visés et – en ce qui nous concerne ici – la répartition spatiale.

La figure 1 montre à la fois le nombre des exploitations d’agriculture familiale (indiquée par la taille des cercles) et leur proportion dans le total des exploitations (indiquée par la couleur des cercles). Elle montre bien qu’ils sont particulièrement nombreux, et en proportion importante du total des exploitations, dans le Nordeste et le Sud.

Figure 1 Les exploitations d’« agriculture familiale »

La figure 2, construite selon les mêmes principes, montre le nombre des exploitations de l’agriculture non familiale et leur place dans le total des exploitations : c’est cette fois dans le Sudeste et le Centre-Ouest qu’elles sont prédominantes, définissant le polygone où domine ce qui est généralement désigné au Brésil comme agronegócio ou agrobusiness

Figure 2 Les exploitations d’« agriculture non familiale »

Une bonne façon de caractériser l’agriculture famille est de produire une carte à partir d’une donnée qui figure dans le recensement, la proportion de la main-d’œuvre de l’exploitation qui a des liens de parenté avec le producteur responsable de l’exploitation. La figure 3 confirme bien que c’est dans le Nord et le Nordeste qu’elle est prédominante, ainsi que dans le sud-est du Minas Gerais et une partie du Santa Catarina.

Figure 3 Main d’œuvre avec lien de parenté

À l’inverse, la proportion de la main-d’œuvre qui n’a pas de lien de parenté avec le producteur (figure 4) prédomine dans le polygone de l‘agronegócio, déjà vu sur la figure 2, ainsi que dans le sud de l’État de Bahia, la région de production du cacao.

Figure 4 Main d’œuvre sans lien de parenté

Cette concentration est plus nette encore si l’on prend comme critère, comme sur la figure 5, la proportion des exploitations qui sont administrées par un représentant du producteur, en général un régisseur chargé par lui de gérer l’exploitation en son absence lorsqu’il réside ailleurs, ce qui est en général le cas.

Figure 5 Administrateurs

Répartition et diversité des cheptels

La figure 6 montre à la fois le nombre total des animaux d’élevage et d’autre part le poids relatif des différents types d’animaux. La taille des cercles indique leur nombre total, calculé en UGB (unité de gros bétail) qui donne un coefficient à chaque sorte d’animaux depuis les bovins jusqu’aux volailles, de façon à pouvoir les totaliser. La couleur des cercles indique la prédominance (établie sur un diagramme triangulaire) de trois sortes d’animaux, marron pour les bovins, rouge pour les volailles et bleu pour les caprins et les ovins.

Figure 6 Les cheptels

La figure 7 raffine cette typologie grâce à une analyse en classification ascendante hiérarchique (CAH, dite aussi analyse de cluster). Son principe est de grouper entre elles les régions de profils similaires et de les caractériser par leur écart à la moyenne indiquée, sur le graphique situé sous la carte, par un graphique à barres plus ou moins longues selon que le groupe s’écarte de la moyenne par des taux supérieurs (barres vers la droite) ou inférieure (barres vers la gauche).

La carte fait apparaître que c’est l’élevage bovin qui domine dans la plupart des régions (le Brésil compte plus de têtes de bétail que d’habitants) mais que des régions spécialisées apparaissent pour d’autres types d’animaux. Le Nordeste est caractérisé par l’élevage des ânes, mulets, chèvres et moutons (dans une variante locale prédominent les premiers et les deux derniers), tandis que dans le Sud et quelques régions d’Amazonie c’est l’élevage des porcs qui domine.

Dans le premier cas on peut l’expliquer par la présence de petites exploitations familiales pratiquant la polyculture, où l’élevage des ports tient toute sa place, notamment dans les colonies de descendants d’immigrants allemands. Dans le second cas l’étendue des zones roses (en particulier dans l’extrême nord-ouest, la région dite de « la tête du chien ») ne doit pas faire illusion, cette prédominance de l’élevage des ports est plutôt liée à la difficulté des autres élevages dans ces régions souvent amphibies.

C’est en revanche justement la présence de l’eau qui permet l’élevage des buffles en Amapá et dans l’île de Marajó, en Amazonie, et dans une petite région aux limites des États de São Paulo et du Paraná. Enfin, les régions de production de volailles sont en général proches des grandes villes, les principaux marchés consommateurs d’œufs et de viande de volaille.

Figure 7 Types d’élevages

Structures agraires

Le contraste majeur dans l’agriculture brésilienne est toutefois à chercher moins du côté des productions que des structures agraires. Il est si fort qu’il existait jusqu’en 2016 deux ministères de l’agriculture, l’un qui s’occupait des grands productions tournées principalement vers l’exportation (soja, canne à sucre, café, coton) tandis que l’autre, le ministère du développement agraire, était chargé du soutien à la petite agriculture, et a été rattaché ensuite au ministère des affaires sociales.

La figure 8, construite elle aussi à partir d’une classification ascendante hiérarchique, construit une typologie à partir des tailles d’exploitation. On y voit bien que les petites exploitations dominent en Amazonie orientale, en haute Amazonie et dans le Nordeste et que, à part une petite catégorie des exploitations moyenne de 5 à 50 ha (dans le Sudeste et le Sud), ce sont les grandes exploitations qui dominent dans le polygone central, qui tend maintenant à s’étendre vers le nord et le nord-ouest au long des routes reliant l’Amazonie au reste du pays.

Figure 8 Typologie des exploitations par taille

La figure 9 se focalise sur les exploitations de moins de 5 ha et de plus de 50 ha, en nombre absolu et en proportion dans le total des exploitations. Elle confirme la localisation des plus petites dans les régions citées et montre que les plus grandes sont aussi présentes sur les fronts pionniers, au long de la Transamazonienne et au nord du Mato Grosso, où les lots de colonisations dépassent en effet les 50 ha.

Figure 9 Exploitation agricoles de moins de 5 ha et plus de 50 ha

La figure 10 qui représente le pourcentage des établissements de moins de 5 ha et de plus de 10 000 ha (pour ne retenir que les petites et les très grandes) précise encore davantage ces localisations, d’autant plus qu’on y a fait la moyenne de chacune des communes avec ses voisines, pour mesurer 1 tendance régionale. Dans le cas des très grandes, elle confirme qu’elles se situent principalement dans le Mato Grosso mais aussi dans la nouvelle région du soja de l’ouest de Bahia et du sud du Piauí et du Maranhão.

Figure 10 Exploitation agricoles de moins de 5 ha et de plus de 10000 ha

Ao focar ainda mais nos menores e menores (menos de 0,1 ha e mais de 10 000 ha), a figura 11 confirma que a principal concentração da primeira vai do Ceará até Belém, mas está localizada também no estado do Rio de Janeiro, enquanto os muito grandes são praticamente limitados aos dois Mato Grosso, com um máximo na região do Pantanal

Figure 11 Pourcentage d’exploitation agricoles de moins de 0,1 ha et de plus de 10 000 ha

On se trouve donc bien en face de la très vieille structure agraire si présente en Amérique latine depuis la conquête espagnole et portugaise, l’opposition entre minifundio et latifundio. Cette dualité entre très petites et les très grandes exploitations agricoles y est en général héritée de l’opposition ce qui est resté entre les mains des descendants des premiers occupants indigènes, d’une part, et d’autre part entre les grandes haciendas ou fazendas constituées par les nouveaux maîtres espagnols et portugais. Mais on voit bien que cette structure duale se reproduit avec les fronts pionniers, sur des terres jusque-là très peu peuplées.

La figure 12 qui utilise l’anamorphose pour représenter graphiquement la concentration des très petites et très grandes exploitations, en augmentant ou diminuant la taille des régions où elles sont situées, montre donc que si les minifundios encore sont très présents dans le Nord et le Nordeste, le centre Ouest du pays est réellement devenu le domaine des très grandes, avec la constitution de nouveaux latifundios de production massive. Les données du tout nouveau recensement agro pastoral confirme donc que cette très ancienne structure, avec de nouvelles modalités et plus d’efficacité, et donc toujours très active au Brésil.

Figure 12 Minifundio et latifundio

[1] Institut Brésilien de Géographie et Statistique

L’indice FIRJAN de développement municipal (IFDM)

L’IFDM – l’indice FIRJAN de développement municipal – est produit par la FIRJAN (Fédération des industries de Rio de Janeiro), il mesure chaque année le développement socioéconomique des communes brésiliennes (un peu plus de cinq mille) dans trois domaines, emploi et revenu, éducation et la santé. Créé en 2008, il est élaboré exclusivement sur la base des statistiques publiques officielles, mises à disposition par les ministères du Travail, de l’Éducation et de la Santé.

Comme cela est expliqué dans l’annexe méthodologique (disponible sur le site de la Firjan en format pdf en ligne), l’IFDM accorde une pondération égale aux trois domaines (emploi et revenu, éducation et santé) pour produire un indicateur unique du niveau de développement socio-économique local, en faisant la moyenne des résultats obtenus dans chaque l’un de ces trois volets.

L’indice varie de 0 (minimum) à 1 (maximum) pour classer le niveau de chaque commune et sa méthodologie permet de déterminer avec précision si l’amélioration relative qui s’est produite d’une année à l’autre résulte de l’adoption de politiques spécifiques, ou si le résultat obtenu ne reflète que la baisse d’autres communes.

L’IFDM a un décalage de deux ans en moyenne, en raison des délais de publication des statistiques des Ministères du Travail, de l’Éducation et de la Santé. En raison de retards dans la publication des données de DataSus, la branche statistique du ministère de la Santé, l’édition 2018 de l’IFDM est fondées sur des données préliminaires de 2016 pour construire le calcul de l’aspect santé.

L’édition 2018 de l’IFDM apporte des comparaisons avec les autres années de la série historique, qui a commencé en 2005. Bien que le Brésil compte 5 570 municipalités, le classement général n’en prend en compte que 5 471, soit 99,5% de la population brésilienne. Les nouvelles communes, pour lesquelles les données n’existent pas encore, ont été exclues de l’analyse, ainsi que les 94 pour lesquelles les données étaient absentes, insuffisantes ou incohérentes.

Accès à la publication et aux données

Site : https://www.firjan.com.br/ifdm

– Version complète de la publication FDM 2018 – Ano base 2016 (27 pages) : https://www.firjan.com.br/data/files/67/A0/18/D6/CF834610C4FC8246F8A809C2/IFDM_2018.pdf

– Annexe méthodologique (15 pages): https://www.firjan.com.br/data/files/E8/06/F0/D5/58E1B610E6543AA6A8A809C2/Metodologia%20IFDM%20-%20Final.pdf

– Downloads des données: https://www.firjan.com.br/ifdm/downloads

– E-mail de contact : economia@firjan.com.br

Quelques résultats

À partir des données de l’IFDM, nous avons préparé quelques cartes thématiques, de la situation en 2016 et 2005, de l’évolution entre les deux dates et entre 2014 et 2016

Figure 1 L’IFDM en 2016

La carte réalisée à partir des données de l’indice IFDM 2018/base 2016 montre la structure bien connue des « deux Brésils », le Nord et le Nordeste d’une part et le Sud / Sudeste d’autre part. Mais il faut maintenant ajouter au second le Centre-Ouest, qui figure désormais dans les deux catégories supérieures de la carte avec un indice supérieur à 07. De la même façon il faut distinguer à l’intérieur du Nord Nordeste les situations déprimées de la haute Amazonie et de quelques régions de l’intérieur du Pará, du Maranhão et de Bahia et, au contraire, la bonne situation d’une grande partie du Ceará et du Seridó dans le sud du Rio Grande do Norte.

Figure 2 L’IFDM en 2005

La comparaison entre les cartes de 2016 et de 2005 est encourageante en ce que les zones représentant un niveau élevé de l’indice sont beaucoup plus étendues sur la première que sur la seconde, dénotant un progrès général du pays. On remarque notamment que la zone la plus sombre, correspondant à des indices supérieurs à 08, qui était en 2005 limitée à l’axe central de l’État de São Paulo et à de petites zones dans le Paraná, le Santa Catarina et le Rio Grande do Sul, est beaucoup plus vaste sur la carte de 2016, par une extension des zones précédentes mais aussi par leur apparition dans le Minas Gerais et plusieurs États du centre Ouest, en particulier dans la zone productrice de soja du Mato Grosso.

Figure 3 Évolution de l’IFDM entre 2005 e 2016

Pour confirmer et compléter cette impression visuelle, nous avons calculé pour chaque commune l’évolution de l’indice 2005 et 2016 et utiliser cette différence pour construire une nouvelle carte (figure 5). Elle fait apparaître un rattrapage, une progression des régions qui avaient en 2005 des indices les plus faibles, en particulier dans le Nordeste. À l’opposé on constate un recul ou une très faible progression dans les régions où il est le plus élevé dans le sud et Sudeste, qui a été souligné sur la carte dans l’usage de la couleur rouge. Il s’agit donc d’une certaine réduction des inégalités puisque ce sont les communes les moins développés qui progressent le plus rapidement tandis que les plus développés voient leur indice stagner ou se réduire légèrement.

Figure 4 Évolution de l’ IFDM entre 2014 e 2016

Cette impression est confirmée si l’on réduit la période d’analyse aux années 2014-2016, marquées par une crise économique plus aiguë, sur la carte construite pour l’évolution de l’indice au cours de ces deux années, il est encore plus net que ce sont les régions les plus développées qui ont souffert puisque que l’indice y est presque partout en recul, ce que soulignent les couleurs froides correspondant à des valeurs négative. Ce recul est particulièrement fort pour l’État de Rio, l’Espírito Santo, le sud du Minas Gerais et le nord de Santa Catarina.

L’indice IFDM produit par la Firjan est donc un très utile moyen d’analyse des disparités et des dynamiques territoriales du Brésil, avec les trois immenses avantages 1) de couvrir le Brésil entier à l’échelle communale, 2) d’être produit annuellement, alors que l’IDH, l”indice de développement humain, n’a été calculé que pour quatre dates et 3) d’être accessibles librement et gratuitement en ligne. On ne peut donc qu’être reconnaissant à la fédération des industries de Rio de Janeiro de vraies fonctions de service public en mettant cet outil à notre disposition.

Marc Ferrez, un photographe témoin de son temps

Marc Ferrez (1843-1923) a été témoin des extraordinaires transformations qu’a connu le Brésil du milieu du XIXe siècle au premier quart du XXe et nous a laissé sur elles un précieux témoignages sous formes de photographie d’une grande qualité. On mesure grâce à elles l’évolution du pays puisque les premières montrent encore des esclaves tandis que les dernières sont consacrées au développement du cinéma à Rio.

En suivant, résumant et complétant la chronologie établie par Andrea C. T. Wanderley « O brilhante cronista visual Marc Ferrez »[1], on peut retracer les étapes principales de sa carrière autour de quelques-unes de ses photographies.

Les débuts

Marc Ferrez est né à Rio de Janeiro, le 7 décembre 1843. Son père était sculpteur et graveur, ainsi que son oncle Marc Ferrez. Diplômés de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, ils avaient rejoint la Mission française qui avait été invitée à Rio en 1816 quand la Reine, le prince Régent et toute la Cour Portugaise s’y étaient repliés pour fuir l’avancée des troupes napoléoniennes. Cette mission avait été des étapes majeures du développement des arts au Brésil, elle a puissamment contribué à y développer l’influence culturelle française, et par cette filiation Marc Ferrez s’y inscrit pleinement, en prolongeant dans son domaine, la photographie, ce qui avait commencé dans la littérature, la peinture, la sculpture et la mode.

Il passa quelques années en France, on ne sait pas exactement à quel moment il y est parti mais on sait qu’il en revint vers 1863 et que le 12 mars 1867 il déposa auprès du conseil municipal de Rio de Janeiro une demande de licence pour exploiter un établissement photographique au numéro 96 de la Rua São José, sous la marque commerciale Marc Ferrez & Cia.

Dès 1868 il pouvait annoncer la vente d’« une vaste collection de vues de Rio de Janeiro et de navires de guerre de toutes les nations[2] » (Jornal do Commercio, 6 décembre 1868), mais hélas ces photos n’ont pas été conservées car le 18 novembre 1863, un incendie détruisit son atelier, son équipement photographique et toutes les plaques de ses premières années de photographe (Jornal do Commercio, 19 novembre 1873).

En 1875, Ferrez commença à travailler comme photographe pour la Commission géologique de l’Empire, dirigée par l’américain Charles Frederick Hartt (1840-1878), qui devint directeur de la section géologie du Musée national en 1876. Il visita les États actuels d’Alagoas, Bahia. Pernambouc et une partie de la région amazonienne, dans le cadre d’une mission scientifique menée sous les auspices du gouvernement impérial, qui produisit la première représentation photographique de diverses régions du territoire brésilien[3].

Figure 1 Marc Ferrez en 1876

En cartouche son tampon et une publicité pour ses activités de photographe

Marc Ferrez. Marc Ferrez aos 33 anos de idade, c. 1876. Rio de Janeiro, RJ / Acervo IMS

En 1877 il fit sa première exposition à la galerie La glace élégante, 13 rua do Ouvidor, où il exposa de nombreuses fois tout au long de sa carrière. En 1878, il se rendit en France à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, où il présenta un panorama de Rio de Janeiro qu’il avait déjà exposé à l’Exposition universelle de Philadelphie en 1876. Il y acheta un appareil de prise de vue panoramique, avec cet équipement, pesant plus de 100 kilos, il était possible de produire de grandes images allant jusqu’à 1,1 mètre sans les distorsions souvent causées par la juxtaposition de plusieurs photographies.

Elle lui servit souvent pour produire des photographies de paysages, notamment de Rio de Janeiro, comme celles des figures 2 et 3, prises respectivement de Santa Tereza et du Corcovado. Sur la seconde il a joué avec l’illusion procuré par la double exposition, lui et un ami apparaissent deux fois sur la photo.

Figure 2 Panorama de Rio de Janeiro de Santa Tereza vers 1885

Acervo IMS Panorama parcial do Rio de Janeiro, c. 1885. Rio de janeiro, RJ / Acervo IMS

Figure 3 Panorama de Rio de Janeiro du Corcovado vers 1885

 

Marc Ferrez,, Acervo IMS

Dans les années 1880 Ferrez commença à développer de nouvelles activités. D’une part, celles de commerçant et de représentant de produits et articles de photographie, activités d’où il tira dès lors une grande partie de ses revenus. D’autre part il entreprit de photographier une des transformations les plus spectaculaires du Brésil d’alors, la construction des chemins de fer.

Images de la modernité

Parmi les premières images de ce nouveau Brésil figurent celles qu’il exposa en 1880 dans le magasin du lithographe Jules Martin, des photographies réalisées dans la Province de São Paulo, où il s’était rendu pour la première fois (Jornal da Tarde, 29 septembre 1880). Parmi elles, des vues du chemin de fer Santos-Jundiaí, via São Paulo, récemment construite pour écouler la production de café qui se développait rapidement dans l’ouest de la Province.

Figure 4 Le chemin de fer Santos à São Paulo, vers 1880

Acervo Instituto Moreira Salles.

Il en fit ensuite d’autres chemins de fer, comme la ligne Dona Thereza Cristina (Santa Catarina), toujours à la galerie La Glace élégante (Gazeta da Tarde, 11 de novembro de 1884) et participa à l’inauguration de la da ferrovia do Paraná (19 décembre 1884, 4 février 1885).  « Couvrir » les inaugurations de ces nouvelles infrastructures lui donna l’occasion de photographier les autorités qui les honoraient de leur présence, à commencer par l’Empereur lui-même.

Photographies de la famille impériale et de célébrités

Photographiant le chantier du chemin de fer Dom Pedro II, reliant São Paulo au Minas Gerais, il enregistra ainsi (figure 4) la présence de l’empereur Pedro II et de son entourage à l’entrée du tunnel de la Serra da Mantiqueira (Gazeta de Notícias, 27 juin 1882).

Figure 5 Inauguration d’un tunnel en présence de l’empereur et de son entourage, 1882.

Acervo IMS

Ferrez eut d’autres occasions de faire des clichés de membres de la famille impériale, d’autant plus facilement que Dom Pedro II appréciait la photographie. Il avait lui-même été fasciné par la nouveauté qu’elle était encore au début de son règne, au point d’être surnommé « l’Empereur photographe ») et il constitua l’une des premières et des plus riches collections d’images du monde (et de lui-même).

Figure 6 Les enfants de l’Empereur en 1883

  1. Pedro de Alcântara, D. Antônio Gastão e D. Luís Maria en 1883.

Marc Ferrez fut reçu par Dom Pedro II, notamment lorsque celui-ci lui l’a élevé au rang de Chevalier de l’Ordre de la Rose le 7 mars 1885 (Publicador Maranhense, 26 mars 1885). Il a aussi photographié la cérémonie d’installation de la princesse Isabel (1846 – 1921) comme régente en l’absence de son père (parti faire un long voyage), à la cathédrale de la Sé. Le Te Deum célébré à cette occasion lui a probablement offert sa première occasion d’utiliser les nouveaux flashs de magnésium récemment reçus d’Europe.

Figure 7 Te Deum pour l’installation de la princesse Isabel  comme régente

Coleção Princesa Isabel

Outre ceux de la famille impériale Ferrez fit aussi des portraits d’autres célébrités de l’époque, parfois en collaboration avec un autre photographe, Insley Pacheco. Il exposa ainsi à Notre Dame de Paris, en 1884, un portrait[4] de l’astronome belge Louis Ferdinand Cruls (1848 – 1908), directeur de l’observatoire impérial de Rio de Janeiro (Jornal do Commercio, 4 juillet 1884). Celui-ci fut plus tard l’auteur du rapport qui définissait le périmètre (« rectangle Cruls ») où devrait être construite la future capitale dont le projet avait été inscrit dans la Constitution de 1891 mais ne fut réalisé que bien plus tard, avec la construction de Brasília.

Dans la première édition du magazine Galeria Contemporânea do Brasil, fut publiée une photographie d’un des plus importants écrivains brésiliens, Machado de Assis[5], identifiée comme une « photographie inaltérable de Marc Ferrez et cliché d’Insley Pacheco » (Revista Ilustrada, 31 août 1884, dans la section « Livres à lire »).

Toutefois, tout en témoignant de la naissance du Brésil moderne et des dernières splendeurs de l’Empire, Ferrez a aussi connu – et photographié – les dernières années de l’esclavage, qui n’a été aboli au Brésil qu’en 1888.

Photographies de l’esclavage

Des mesures avaient été prises pour réduire le nombre des esclaves : interdiction de la traite, « loi du ventre libre », qui établissait que leurs enfants naissaient libres, « loi des sexagénaires », qui libérait ceux d’entre eux – ils étaient rares – qui atteignaient 60 ans. Mais jusqu’à la veille de l’abolition il restait légal d’en posséder et il n’était pas fréquent qu’ils soient affranchis.  C’est pourtant ce que firent en 1884 Ferrez et ses sœurs Francisca et Augustine, qui libèrent deux esclaves, dont l’un travaillait à la Maison Leuzinger et l’autre était boulanger (Gazeta da Tarde, 13 décembre 1884).

En dehors de cette action individuelle, Ferrez contribua d’une autre façon à faire avancer la cause de l’abolition, en réalisant une des rares photographies montrant un groupe d’esclaves amenés d’Afrique, prise avant qu’ils ne débarquent de leur voyage transatlantique (figure 8). Parfois présentée comme prise sur un navire négrier il semble qu’elle l’ait en fait été à bord d’un navire de la marine britannique (peut-être le HMS London), qui en avait abordé un et libéré les esclaves africains. Mais d’une façon ou d’une autre l’image eut un fort impact en montrant que malgré toutes les interdictions ce trafic scandaleux existait encore.

Figure 8 Groupe d’esclaves amenés d’Afrique au Brésil

https://sluizalves.wordpress.com/2012/12/04/abolicao-da-escravidao-no-brasil/navio-frances-com-escravos-a-venda-no-rio-de-janeiro-marc-ferrez/

Ferrez prit par ailleurs des photos d’esclaves au travail, que de soit dans les plantations de café, comme orpailleurs ou en ville, travaillant comme domestiques ou comme « escravos de ganho » (« esclaves de gain »), dont leurs maîtres louaient les services[6].

Figure 9 Esclaves dans une plantation de café dans la vallée du Paraíba do Sul, c.1885.

Acervo IMS, http://www.crb8.org.br/marc-ferrez-o-fotografo-que-registrou-a-escravidao-e-o-brasil-do-imperio/

Figure 10 Esclaves orpailleurs dans le Minas Gerais

2430cx065-01

https://www.historiailustrada.com.br/2014/04/raras-fotografias-escravos-brasileiros.html

Figure 11 Esclaves domestique à Bahia vers 1860

https://www.historiailustrada.com.br/2014/04/raras-fotografias-escravos-brasileiros.html et https://idd.org.br/acervo-digital/iconografia/painel-historico/escravidao/

En réalisant et publiant ses photographies, Ferrez contribua à rendre visible l’existence et les conditions de travail d’esclaves au Brésil à l’extrême fin du XIXe siècle, alors qu’ils avaient été libérés dans la plupart des autres pays, et de ce fait contribua à appuyer la cause de l’abolition défendue au Brésil et à l’étranger.

En dehors de cette mutation majeure de la société brésilienne, il fut aussi le témoin d’un autre bouleversement, celui de ses villes, où se produisaient alors des réformes urbanistiques très inspirées de modèles européens, en particulier de celui de Paris.

Mutations urbaines

Ferrez eut d’autant plus l’occasion de comparer ce qui se passait à Rio de Janeiro avec qui s’était passé à Paris sous Haussmann qu’il fit plusieurs fois aller-retour entre les deux capitales, et que ses images franchissaient elles aussi l’Atlantique. Il présenta des vues de Rio de Janeiro à l’Exposition universelle qui se tint à Paris, du 6 mai au 31 octobre 1889, occasion ou fut inaugurée la tour Eiffel. Dans l’article « La Révolution au Brésil » sur la chute de l’Empire, Le Monde illustré publia, le 30 novembre 1889, un dessin basé sur une photographie de la statue équestre de Dom Pedro I, réalisée par lui dans les années 1870.

En 1900 furent lancés les livres O Rio de Janeiro em 1900 : vistas e excursões (Rio de Janeiro en 1900 : vues et excursions) du militaire et journaliste Francisco Ferreira da Rosa (1864-1952) et Estados Unidos do Brasil (Les États-Unis du Brésil) par le géographe et anarchiste français Élisée Reclus (1830-1905). Le premier comprenait des photographies produites par Ferrez et le second des gravures de T. Taylor et A. Slom réalises à partir de ses photos. La même année il participa à l’Exposition universelle qui se tint de nouveau à Paris.

Ayant assisté aux bouleversements causés par l’« haussmannisation » de la capitale française il s’attendait peut-être à ce qu’il s’en produise de semblables à Rio mais on ne sait pas s’il s’attendait en être affecté personnellement. En tout cas, le 4 décembre1903, il accepta la proposition d’indemnisation pour le bien qui lui appartenait, rue San Jose, qui serait démoli pour la construction de l’avenue centrale et reçut 25 Contos de Réis pour sa propriété. Il tirait également de la construction de cette rue une réalisation professionnelle de grande valeur, l’Album da Avenida Central, un important témoignage sur la réforme de la voie principale de la capitale fédérale d’alors. Ce type de photographie a été fondamental pour la construction et la diffusion d’une nouvelle image de Rio de Janeiro, associée aux idéaux de civilisation et de progrès.

Figure 12 L’Avenida Central en 1906

L’Avenida Central, actuelle avenida Rio Branco, aux environs de la rua do Ouvidor et de la rua Miguel Couto, 1906

Acervo IMS

Parallèlement à ces mutations de la ville qui l’entourait, Ferrez s’engagea dans une évolution personnelle permit d’ajouter à la photographie une nouvelle dimension professionnelle quand il devint des pionniers du cinéma au Brésil.

Après la photographie, le cinéma

Avec son fils, Julio, il obtint la représentation au Brésil de la société française Pathé Frères, la plus grande usine de films et de d’appareils cinématographiques en Europe. En 1908 sortit le film réalisé par Julio Ferrez Nhô Anastácio chegou de viagem (M’sieur Anastácio revient de voyage), considéré comme la première comédie brésilienne et la société Marc Ferrez produisit des films sur les chantiers ferroviaires alors en cours au Brésil. En 1911 le film Notre-Dame de Paris a été montré avec grand succès au Cinéma Pathé (Fon-Fon, 4 novembre 1911) et tout au long de 1911 plusieurs films projetés par la Casa Marc Ferrez & Filhos ont été annoncés dans le magazine.

Figure 13 Le cinéma Pathé vers 1919

Acervo IMS, http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/2515

Les dernières années

Jusqu’au bout Ferrez s’est tenu au courant des progrès techniques puisque c’est lui qui a introduit au Brésil les autochromes, un procédé photographique couleur mis au point par les frères Lumière et qu’il s’est ainsi converti la photographie en couleur.

Mais l’âge venant il commença ensuite à prendre du recul, passa plus de temps en France, notamment à Vichy où il alla faire une cure en 1915. En 1921 il se rendit de nouveau en France, à Paris, il y réalisa de magnifiques photographies de roses lors de ses visites à la roseraie du parc de Bagatelle, dans le bois de Boulogne, qu’il fréquentait souvent.

En 1922 il embarqua sur le Lutetia le 31 juillet à Bordeaux[7] pour revenir au Brésil et arriva à Rio de Janeiro le 14 août (O Paiz, 15 août 1922). Ce fut son dernier grand voyage, il mourut le 12 janvier 1923 et fut enterré au cimetière São João Batista (Gazeta de Notícias, 16 janvier 1923, et Fon-Fon, 20 janvier 1923).

[1] Disponible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/?p=13570. Andrea C. T. Wanderley la signe comme “editora-assistente e pesquisadora do portal Brasiliana Fotográfica”

[2] Car il était photographe officiel de la Marine impériale

[3] Selon Gilberto Ferrez, son petit-fils, c’est au cours de ce voyage que Marc Ferrez a contracté une maladie du foie, qu’il n’a jamais guérie

[4] Accessible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/4770

[5] Accessible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/953

[6] Dans ce dernier cas les photographies présentées ne sont pas de Marc Ferrez

[7] Le pionnier de l’aviation Alberto Santos Dumont (1873 – 1932) était également à bord

São Paulo vue par Auguste de Saint-Hilaire (1819)

Qui connaît, par expérience personnelle, par l’image ou par des lectures l’actuelle métropole géante qu’est São Paulo (qui compte aujourd’hui plus de 18 millions d’habitants), ne peut qu’être surpris de la description qu’en fait un voyageur du XIXe siècle, Auguste de Saint-Hilaire.

Ce botaniste français a parcouru de 1816 à 1822[1] les actuels États de Rio de Janeiro, Espírito Santo, Minas Gerais, Goiás, São Paulo, Santa Catarina et Rio Grande do Sul, voyageant à cheval ou à dos d’âne sur des routes précaires et le plus souvent en s’ouvrant un passage à la machette. Il savait prendre son temps – il est resté 15 mois dans le Goiás – et revenir dans les endroits qu’il jugeait intéressants : il s’est rendu à trois reprises dans le Minas Gerais, dont il avait particulièrement apprécié les paysages et les habitants.

Au cours de ses voyages, il fit des observations détaillées de la végétation et plus largement les milieux naturels des régions parcourues, mais il a aussi rassemblé des informations sur l’utilisation des plantes par les habitants et noté une foule de détails sur la culture et l’anthropologie des régions parcourues. Les historiens brésiliens considèrent donc aujourd’hui que ses descriptions constituent, à condition qu’on en fasse une analyse critique, un bon état des lieux des paysages et de la société brésilienne, très utile à la connaissance de ce grand pays.

Voyage dans la Province de Saint-Paul

Les textes ci-dessous sont extraits de la quatrième partie des Voyages dans l’intérieur du Brésil, Voyage dans les provinces de Saint-Paul et de Sainte-Catherine, tome premier[2]. Auguste de Saint-Hilaire y fait figurer sous son nom, en page de garde, une série impressionnante de titres[3] mais l’ouvre par une préface d’une remarquable modestie :

« L’auteur a suivi dans cette nouvelle relation, qui est une continuation du Voyage aux sources du S. Francisco et dans la province de Goyaz[4], le même plan que dans la précédente ; il ne pourrait, par conséquent, que répéter ce qu’il a dit alors. On y trouvera décrits avec la même exactitude, non-seulement les lieux qu’il a visités, mais encore les changements que les écrivains ont indiqués depuis son voyage. Cet ouvrage est comme une sorte d’ébauche de la monographie des contrées qu’il a parcourues. Il s’est livré aux mêmes observations critiques, et a tâché de rectifier les nombreuses erreurs qui se sont répandues dans les livres sur la géographie et ethnographie du Brésil ; il a cité avec le même soin tous les écrivains auxquels il a emprunté quelque chose et dans ce but il a fait tous ses efforts pour réunir les ouvrages publiés sur le Brésil. Souvent on rencontrera, dans cet ouvrage, des numéros qui devaient renvoyer à la description des plantes caractéristiques de chaque canton ; les circonstances n’ont pas permis que cette partie du travail fût achevée : ces descriptions se trouveront, il faut l’espérer, à la fin du Voyage dans la Province du Rio Grande do Sul ».

Dans son « Chapitre premier – Tableau abrégé de la province de S. Paul », il présente d’abord rapidement l’histoire du Brésil puis de la Province, en glorifiant le rôle des aventuriers qui en sont partis pour explorer l’intérieur du continent. :

« L’intérieur du Brésil n’a pas toujours été sillonné par des chemins et parsemé d’habitations hospitalières ; il fut un temps où l’on n’y découvrait pas une cabane, aucune trace de cultures et où les bêtes féroces en disputaient l’empire ; alors les Paulistes le parcoururent dans tous les sens. Ces audacieux aventuriers, comme on le verra plus tard avec détail, pénétrèrent plusieurs foi dans le Paraguay, découvrirent la province de Pihauy[5], les mines de Sabará, celles de Paracatú, s’enfoncèrent dans les vastes solitudes de Cuyabá[6] et de Goyaz, parcoururent la province de Rio Grande do Su1, arrivèrent le nord du Brésil jusqu’au Maranhão et à la rivière des Amazones, et ayant franchi la Cordilière du Pérou, attaquèrent les Espagnols au centre de leurs possessions » (page 23).

Il tente ensuite (page 108), après avoir décrit les composantes des milieux naturels (relief, climat, végétation) d’estimer la population de la Province, alors bien loin de ses actuels 44 millions d’habitants :

« D’après des pièces probablement toutes officielles il y aurait eu dans la Province de S. Paul :

En l777, 116 975 individus

En 1805, 192 729

En 1812, 205 267

En 1813, 209 219, répartis en 26 150 feux.

En 1814, 211 918

En 1815, 215 021

En 1820, 239 290

En 1826, 258 901

En 1838, 326 902, répartis en 50 968 feux »

Sur la composition de cette population il fait une analyse qui commence comme une typologie relativement neutre mais se termine sur une conclusion qui lue aujourd’hui est – pour reprendre le mot qu’il emploie, mais pas pour les mêmes raisons – assez « embrassante » :

« La population de la France, comme celle de toute l’Europe occidentale, est parfaitement homogène : une seule race d’hommes et points d’esclaves. Il n’en est malheureusement pas de même pour Brésil. Non seulement l’esclavagisme y est admis, mais trois races entièrement distinctes et les nombreux métis qu’elles ont produits s’y partagent la population. Des esclaves noirs, les uns créoles, les autres africains ; quelques Indiens baptisés, un nombre considérable d’Indiens sauvages ; des mulâtres libres, des mulâtres esclaves ; des hommes libres, légalement considérés comme appartenant à la race causasique, mais parmi lesquels se trouve une foule de métis de blancs et d’indiennes : tels sont les habitants de la province de S.Paul, étrange bigarrure d’où résultent des complications également embarrassantes pour l’administration et dangereuses pour la morale publique » (page 123).

Figure 1 Composition de la population de la Province de São Paulo

La ville de São Paulo

Sa visite de la ville de São Paulo a commencé le 29 octobre 1819 et son séjour y a duré « depuis le 1er de novembre jusqu’au 9 de décembre » (page 238).

Sur la ville, son jugement est d’emblée positif : « Je traversai 1a ville de S. Paul, incontestablement la plus jolie de toutes celle que j’avais visitées depuis que j’étais au Brésil » (page 237), puis « Non seulement la situation de S. Paul est charmante mais on y respire un air pur » (page 249) et encore « Les maisons, bâties en pisé très solide, sont toutes blanches et couvertes en tuiles creuses ; aucune n’annonce la grandeur et la magnificence, mais on en voit un grand nombre qui, outre le rez-de-chaussée, ont un deuxième étage et se font remarquer par un aspect de gaîté et de propreté » (page 251).

Figure 2 L’entrée de São Paulo en 1821

Panorama de São Paulo en 1821), Arnaud Julien Pallière (1784-1862), Instituto Itaú Cultural

Les comparaisons qu’il fait avec Ouro Preto, alors capitale du Minas Gerais, sont à son avantage de São Paulo : « On y voit un grand nombre de jolies maisons et les rues ne sont pas désertes comme celles de Vila Rica (Ouro Preto) ; les édifices publics sont bien entretenus et l’on n’a point à chaque pas, comme dans une grande partie des villes et villages de Minas Gerais, les regards affligés par l’aspect de l’abandon et des ruines. Celles des rues de la ville qui sont placées sur le flanc de la colline et par lesquelles on se rend dans la campagne sont les seules qui vont en descendant ; les autres s’étendent sur un terrain plat. Toutes sont larges, assez droites et les voitures peuvent y circuler. Les plus jolies sont les rues Droite (Direita) et António Luiz. Quelques-unes sont pavées, mais elles le sont mal ; d’autres le sont seulement devant les maisons » (page 249).

Les principaux monuments lui plaisent également – à quelques réserves près –  notamment la résidence des « Capitães-generais governadores » (« capitaines genéraux gouverneurs ») :

« C’est dans l’ancien couvent des Jésuites que les capitaines-généraux faisaient leur résidence ; cet édifice, depuis qu’il a cessé d’être occupé par des religieux, a pris le nom de palais (palacio), mais n’a réellement d’autre apparence que celle d’un monastère. Le palais, puisqu’il faut lui donner ce nom, est un grand bâtiment à un étage formé par deux corps de logis qui se rencontrent à angle droit et dont l’un est terminé par l’église. Dans ce dernier, les fenêtres sont très rapprochées ; celles de l’autre corps de logis, au contraire, sont fort écartées les unes des autres, ce qui produit un disparate. D’ailleurs la position du palais est aussi heureusement choisie que celle de tous les édifices élevés au Brésil par les jésuites. Construit à. une des extrémités de la ville, il se rattache à celle-ci par sa façade, qui forme deux de côtés d’une petite place carrée ; le derrière du bâtiment regarde la campagne » (page 254).

Figure 3 Palais du gouvernement de São Paulo en 1827 (ancien collège des jésuites)

Jean-Baptiste Debret (1768-1848), collection Aluízio Rebelo de Araújo e Ana Helena Americano de Araújo

C’est en effet la cadre naturel de cette petite ville qui lui plaît :  « Quand on se place aux fenêtres du palais, du côté qui regarde la campagne, on jouit d’une vue délicieuse, celle de la plaine que j’ai déjà décrite. Au-dessous de la ville, on voit le Tamandatahy[7] qui coule en serpentant dans une prairie en partie couverte d’eau (novembre), et au-delà de laquelle s’étendent des pâturages parsemés de touffes de bois peu élevées. Sur la gauche, du côté du nord-ouest, l’horizon est borné par les montagnes de Jaraguá, qui décrivent un demi-cercle. Sur la droite, la plaine s’étend au loin ; le chemin de Rio, de Janeiro la traverse et est bordé de maisons de campagne ; des bestiaux paissent dans la prairie et le paysage est encore animé par les caravanes qui arrivent à la ville, celles qui sortent et par le grand nombre de femmes qui lavent leur linge sur le bord de la rivière » (page 255).

São Paulo ressemblait alors à ce que sont aujourd’hui les villes historiques bien préservées comme Ouro Preto, Tiradentes ou Parati

Figure 4 São Paulo en 1826

Picture 2791

Charles Landseer (1799–1879), Instituto Moreira Salles

La population

Si charmante qu’elle soit – et peut-être pour cette raison même – São Paulo était effet alors une petite ville : « En 1822, la population de la ville et de son district se montait à 25 682 personnes, réparties dans 15 paroisses » (page p 244) et pour analyser sa composition Saint Hilaire a recours de nouveau aux catégories utilisées à l’époque :

« Il y a tant de vague dans les documents sur la population que l’on possède jusqu’ici sur la population de S. Paul que je n’oserais indiquer d’une manière précise les rapports numériques des différentes castes qui composent; cependant, je pense pouvoir dire qu’en 1839 le nombre de Blancs égalait à peine 4/5 de celui des hommes de couleur, noirs et mulâtres; qu’il fallait considérer à peu près nul celui des indigènes; que le nombre de femmes libres, blanches mulâtresses et noires l’emportait  d’une manière sensible sur celui des hommes libres appartenant à ces mêmes races; enfin que les esclaves ne formaient guère qu’un tiers de la population totale » (page 245).

Dans la description qu’il fait du commerce le jugement de Saint Hilaire est plus que nuancé, et les comparaisons avec ceux de Rio de Janeiro et Paris sont peu favorables à São Paulo :

« On ne rencontre point à S. Paul de nègres parcourant les rues, comme à Rio de Janeiro, avec des marchandises sur leurs têtes. Les légumes et 1es menues denrées sont vendus par des négresses qui se tiennent accroupies dans la rue à laquelle ce commerce a fait donner le nom de rua da Quitanda. Quant aux comestibles indispensables tels que la farine, le lard, le riz, le maïs, la viande sèche (carne sêca), les marchands qui les débitent sont, pour la plupart, réunis dans une même rue que l’on appelle rua das Casinhas (rue des maisonnettes), parce qu’effectivement chaque boutique forme une petite maison séparée. Ce n’est pas dans ces boutiques qu’il faudrait chercher la propreté et l’ordre : elles sont obscures et enfumées. Le lard, les grains, la viande y sont jetés pêle-mêle, et 1’on y est encore prodigieusement loin de cet art avec lequel nos marchands de Paris savent donner un air appétissant aux aliments les plus grossiers. Il n’y a point à S. Paul de rue aussi fréquentée que celle des Casinhas. Les gens de la campagne y vendent leurs denrées aux marchands, et les consommateurs vont les acheter entre les mains de, ces derniers. Pendant le jour c’est un encombrement de nègres, de campagnards, de mulets, de muletiers ; le soir, la scène change, les bêtes de somme et les acheteurs font place à des nuées de prostituées d’un ordre inférieur, attirées par les camaradas (serviteurs libres) et les gens de la campagne, qu’elles cherchent à prendre dans leurs filets » (pages 261-262).

Figure 5 Tropeiros (muletiers) pauvres à São Paulo

Jean-Baptiste Debret (1768-1848, Caixa Cultural

Son jugement sur les femmes de São Paulo est, on le voit, guère flatteur, malgré une dernière notation où cette fois ce sont les Parisiennes – ou du moins une catégorie d’entre elles – qui a le mauvais rôle :

« Les femmes qui jouissaient de quelque fortune, m’a-t-on dit, pendant mon séjour à S. Paul, travaillaient à de petits ouvrages dans l’intérieur de leurs maisons ; elles brodaient, faisaient des fleurs, tandis qu’un grand nombre de femmes pauvres, ajoutait-on, restaient dans l’oisiveté pendant toute la durée du jour, et, quand la nuit commençait, elles se répandaient dans la ville pour se livrer au trafic de leurs charmes, devenus leur seule ressource. […] Nulle part je n’avais vu un aussi grand nombre de prostituées ; il y en avait de toutes les couleurs, les pavés en étaient, pour ainsi dire, couverts. Elle se promenaient avec lenteur ou attendaient les chalands dans les carrefours ; mais i1 faut le dire, jamais elles n’abordaient personne. On ne les entendait pas non plus injurier les hommes ou s’injurier entre elle ; à peine regardaient-elles ceux qui passaient ; elles conservaient une sorte de pudeur extérieure et n’avaient absolument rien de ce dévergondage cynique qui, à la même époque, révoltait si souvent chez les prostituées parisiennes de bas étage » (pages 271-272).

La conclusion – paradoxale – d’Auguste de Saint Hilaire

Laissant de côté les jugements de valeur, où il difficile de faire la part de l’opinion personnelle d’Auguste de Saint Hilaire et celle des préjugés dominants à l’époque[8], on retiendra plutôt ce qu’il dit de sa situation, qu’il ne juge pas si avantageuse :

« La ville de São Paulo possède, comme on le voit, divers édifices publics et tout le monde convient qu’elle est jolie et agréablement située ; mais il serait inexact de dire que sa position est très favorable pour le commerce. Il n’y a pas, il est vrai, plus de neuf à douze lieues entre elle et la mer ; cependant, quand on part de Santos, le port le plus voisin, on ne peut faire le voyage en moins de deux jours, obligé que l’on est de gravir la partie extrêmement escarpée de la chaîne maritime qui porte le nom de Serra do Cubatão » (page 259).

Et il continue sur une analyse sans complaisance :

« La ville de S. Paul n’est qu’un centre de dépôt pour les marchandises d’Europe et un lieu de transit pour les produits du pays ; elle a un besoin indispensable du port de Santos et ce dernier pourrait, à la rigueur, se passer d’elle. S. Paul n’aurait certainement jamais été plus florissant que Santos, s’il n’était devenu le chef-lieu de la province et le siège de toutes les autorités civiles et ecclésiastiques » (page 259).

On ne saurait mieux souligner la part du volontarisme dans la croissance de São Paulo : c’est ce facteur qui a fait naître la ville autour du collège des Jésuites puis la décision d’y installer le gouvernement de la Province et plus tard d’y centrer le commerce du café, qui transitait par sa gare sur la ligne Santos-Jundiaí, reliant donc le port aux plantations de l’ouest de l’État. Sans la troisième décision, São Paulo pourrait être aujourd’hui encore une petite ville touristique et universitaire, une sorte de Cambridge ou de Heidelberg brésilienne autour de sa Facuté de Droit, le premier établissement d’enseignement supérieur du pays, fondée en 1827. On peut le regretter, mais l’histoire en a décidé autrement…

[1] Il quitta le Brésil en 1822 et revint en France et pour écrire et à publier ses livres. Les principaux sont Voyage dans la province de Rio de Janeiro et Minas Geraes (Paris, 1830, 2 vol.), Voyage dans le district des diamants et sur le littoral du Brésil (Paris, 1833, 2 vol.) et Voyage aux sources de San Francisco et dans la province de Goyaz (Paris, 1847-48, 2 vol.).

[2] Publié chez Arthus Bertand, libraire-éditeur, Libraire de la Société de Géographie, Rue Hautefeuille n° 21, 1851, accessible sur gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

[3] Membre de l’Académie des Science de l’Institut de France, Professeur à la Faculté des Sciences de Paris, Chevalier de la Légion d’Honneur, des Ordre du Christ et de la Croix du Sud, des Académies de Belin, S. Petersbourg, Lisbonne, C.L.C. des Curieux de la nature, de la société Linéenne de Londres, de l’Institut Historique de Géographique brésilien, de la Société d’Histoire Naturelle de Boston, de celle de Genève, Botanique d’Édimbourg, Médicale de Rio de Janeiro, Philomathique de Paris, des Sciences d’Orléans, etc.

[4] Écrit aujourd’hui Goiás

[5] Écrit aujourd’hui Piauí

[6] Écrit aujourd’hui Cuiabá

[7] Écrit aujourd’hui Tamanduateí

[8] Évidemment inacceptables pour nous mais on se gardera bien de tomber dans l’erreur fatale en histoire, l’anachronisme, à vouloir appliquer nos critères à des époques passées.

Itinéraires franco-brésiliens du café

Dans le succès planétaire qu’est l’histoire du café, une des premières mondialisations[1], on peut distinguer quelques itinéraires franco-brésiliens spécifiques, quelques chemins par lesquels la plante est arrivée de France – ou plutôt de ses colonies – jusqu’au Brésil, le pays qui est depuis les années 1830 et jusqu’à aujourd’hui le premier producteur mondial de café.

Le caféier est originaire d’Éthiopie, où ses fruits étaient consommés sous forme de pâte ou de boisson, pour ses vertus médicinales. De là l’arbuste fut introduit au Yémen aux environs du XIVe siècle, et c’est là que furent créées ses premières plantations. Pour répondre à une demande en forte hausse, sa culture s’est ensuite déplacée, dès le début du XVIIe siècle, vers Java puis vers l’Amérique, après un passage rapide par l’Europe. Ces transferts ont toutefois reposé sur une base génétique très limitée : seuls quelques plants de chacune des deux principales variétés, Typica et Bourbon, ont été exportés, puis dupliqués partout dans le monde.

Récapitulons quelques étapes de cette migration :

En 1614, une délégation de marchands hollandais et de spécialistes de l’horticulture visite Aden afin d’étudier comment les Arabes transformaient le café, et dès 1616 la Compagnie néerlandaise des Indes orientales s’y approvisionnait.  

En 1658 la culture du « moka » est tentée par les Hollandais à Ceylan.

En 1706 les Hollandais implantent le café à Java, et un plant est déposé au jardin botanique d’Amsterdam.

En 1708 les corsaires malouins organisent la première « expéditions de Moka », en contournant l’Afrique, et rapportent 1 500 tonnes de café à Saint-Malo.

En 1711 une deuxième expédition de Moka est organisée par Antoine Crozat.

En 1712, la France et la Hollande préparent la paix qui sera signée lors du Traité d’Utrecht (en 1713). Le bourgmestre d’Amsterdam offre à Louis XIV un pied de café, qui meurt rapidement.

En 1713, Antoine de Jussieu, professeur aux serres du Jardin du roi, futur Jardin des plantes de Paris, publie une description de la plante dans les Mémoires de l’Académie des sciences.

En 1714 les Hollandais envoient à Louis XIV un second pied, qu’il fait soigner dans son jardin de Marly-le-Roi.

En 1715 La Cour ayant apprécié le goût du café, la Compagnie des Indes orientales charge Guillaume Dufresne d’Arsel d’implanter à La Réunion des plants de moka. Dès septembre 1715, six plants de moka, offerts cette fois par le sultan du Yémen, sont transplantés à Saint-Paul de la Réunion. La Compagnie des Indes orientales organise la production, l’achat de graines, construit des greniers et des routes. Elle offre des concessions gratuites à tout colon de 15 à 60 ans acceptant d’entretenir cent plants de café.

En 1718 un plant hollandais arrive au Suriname.

En 1725, le gouverneur de Cayenne, Claude Guillouet d’Orvilliers se rend au Suriname hollandais, où il obtient des pieds de café en cachette, puis en plante mille à douze cents pieds. Mais en Guyane comme en Martinique, la culture du café est vite concurrencée par l’expansion sur l’île de La Réunion.

En 1726 le café commence à être cultivé en quantités significative à La Réunion (alors appelée Île Bourbon, qui ne comptait encore que 734 habitants en 1704). Dans une lettre au ministre de la Marine du 27 avril 1728, le gouverneur de La Réunion Pierre-Benoît Dumas s’enthousiasme : « On ne peut rien voir de plus beau que les plantations de café qui se multiplient à l’infini. Cette île sera, dans peu (de temps), capable d’en fournir au-delà de la consommation du royaume ». La variété « Bourbon », ou « Bourbon pointu », est alors jugée la meilleure au monde. Elle permet une récolte de 20 à 30 % supérieure à celle obtenue à partir du Typica, mais la qualité du produit final est similaire.

En 1727 le Brésil est encore une colonie portugaise, dont l´économie repose sur la production de canne à sucre. Le gouverneur de la province du Grão-Pará, frontalière de la Guyane, soucieux de développer d´autres sources de revenus pour sa région, dépêche à Cayenne un jeune lieutenant-colonel, avec la délicate mission d´en ramener des boutures ou des semences de caféier. L´opération est délicate, car les nations productrices, dont la France, interdisent totalement la multiplication de caféiers hors de leur contrôle. Elle réussit pourtant, mais malheureusement, les caféiers ne supportent pas bien le long voyage entre Cayenne et Belém, où seul un pied arrive vivant.

En 1809, l’occupation de la Guyane française par les Portugais eut notamment pour effet le pillage du jardin botanique de Cayenne, dont nombre de plantes furent transférées au Pará puis à Rio de Janeiro. Diverses espèces de plantes donnant des épices et des fruits ont ainsi été envoyées au Brésil, tels que la noix de muscade, le clou girofle, l’arbre à pain, ainsi que des plants de noyers, d’avocatiers et de canne à sucre Cayenne, de beaucoup supérieure à celle qui était alors cultivée au Brésil. Mais pas, semble-t-il, de caféier.

L’histoire prend alors d’autres chemins. En 1859 commença au Brésil la diffusion des caféiers dits « Bourbon » mais son nom ne vient qu’indirectement de celui l’île de la Réunion, où il a d’abord prospéré et reçu son nom. Cette nouvelle variété a été produite par Luiz Pereira Barreto[2], quand un navire avait apporté au Brésil une nouvelle variété de café, dite Libéria, il en avait acheté douze pieds.

Lors de la première floraison, il pensa qu’il s’agissait d’un café de qualité inférieure, à cause de la taille exagérée des fleurs, et celles-ci fanèrent faute de fécondation. Lors de la deuxième floraison, il décida de fertiliser artificiellement les fleurs en les croisant avec celles des espèces qu’il cultivait jusque-là, et les fruits, une fois mûrs, furent traités pour que les graines puissent être plantées. Malgré tous ses soins, il n’obtint que cinq pieds, mais c’étaient de belles plantes, avec des fruits d’excellente qualité, absolument différents du Libéria des espèces locales. Avec le produit de ces cinq pieds, rapidement multipliés, Luiz Barreto et sa famille ont commencé une plantation de café qui au bout de quatre ans comptait quatre mille pieds. Se rappelant avoir vu dans les serres de l’Université de Bruxelles, où il avait étudié, une qualité de café très similaire, connue sous le nom de « Bourbon », il le donna ce nom à la nouvelle variété.

Filiation indirecte donc, hélas. On peut le regretter, et regretter aussi que ne soit pas attestée une version plus pittoresque, voire plus piquante, de la mission du jeune lieutenant-colonel brésilien, Francisco de Mello Palheta. Selon quelques sources[3], celui-ci était beau garçon, élégant et fougueux, et pour se procurer les précieuses boutures, faute de parvenir à convaincre le gouverneur, il aurait joué de ses charmes auprès de son épouse, Madame d´Orvilliers. Gagnant sa confiance, il aurait ainsi obtenu les précieuses bouture en remerciements pour leurs longues promenades dans les jardins du palais du gouverneur.

Vraie ou pas, cette belle histoire franco-brésilienne a eu au moins pour effet d’inspirer quelques artistes et la création de deux marques de café, qui ont eu beaucoup de succès dans les années 1970 et sont encore présentes aujourd’hui sur le marché, ou essaient d’y revenir respectivement nommées Palheta et Madame d’Orvilliers. Se non è vero

[1] Voir “Le monde dans nos tasses, trois siècles de petit déjeuner” de Christian Grataloup, Arland Colin 2017 et https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_caf%C3%A9iculture

[2] https://revistacafeicultura.com.br/?mat=19954

[3] https://www.brasil-agora.com/2015/04/10/bresil-le-pays-du-cafe/

 

« O Grito do Ipiranga », le tableau de Pedro Américo et la réalité historique

Pedro Américo de Figueiredo et Melo (Areia, 29 avril 1843 – Florence, 7 octobre 1905) était un romancier, poète, scientifique, théoricien de l’art, essayiste, philosophe, homme politique et enseignant brésilien, mais on se souvient mieux de lui comme peintre et auteur du tableau « Independência ou Morte! » « (L’indépendance ou la mort ! »), plus connu comme “O Grito do Ipiranga” (3Le cri de l’Ipiranga »), une toile monumentale de 4,15×7,6m, aujourd’hui exposée dans le musée construit sur les lieux mêmes où l’évènement s’est produit.

C’est en effet sur les rives du fleuve Ipiranga, un petit ruisseau situé au centre de la ville actuelle de S. Paulo, qu’a eu lieu l’un des épisodes les plus célèbres de l’histoire du Brésil. Dom Pedro, Prince-Régent du Brésil pour le compte de son père, roi du Portugal, s’était rendu à São Paulo le 14 août, espérant y avoir le même succès que dans le Minas Gerais, quelques mois plus tôt, et s’assurer de la fidélité locale. Il y était arrivé le 25 août et y était resté jusqu’au 5 septembre. De retour de Santos – où il n’était allé que pour surveiller les défenses côtières – il rencontra des messagers envoyés de Rio de Janeiro par son épouse, Leopoldina et son gouvernement, venus à sa rencontre sur la route de Santos.

Informé par eux que les Cortes de Lisbonne avaient réduit ses pouvoirs, il aurait alors déclaré à ses compagnons de voyage et à sa garde d’honneur sa volonté de rendre irréversible la séparation entre le Brésil et le Portugal, et prononcé la célèbre expression « L’indépendance ou la mort ». C’est un épisode dont les détails sont d’une véracité douteuse, mais le 7 septembre est néanmoins devenu la fête nationale du Brésil, officiellement célébré comme le Jour de l’Indépendance. Il a de fait été un moment crucial, suivi d’actes décisifs : le 2 octobre 1822 Dom Pedro est proclamé empereur du Brésil sous le nom de Pedro Ier, et le 1er décembre il est couronné.

Sa mémoire est d’autant plus célébrée que l’épisode a été quelque peu magnifié par le tableau de Pedro Américo.  Le peintre a réalisé son tableau à Florence en 1888, soit 66 ans après la proclamation de l’indépendance du Brésil, l’Empereur l’avait commandé dans le cadre de la construction du musée de l’Ipiranga (l’actuel Museu Paulista) et il devait mettre en valeur la monarchie. Le peintre a donc pris quelques libertés avec la réalité historique, et le tableau n’est pas une représentation fidèle de l’événement :

  • Chevaux : le groupe dont faisait partie Dom Pedro n’utilisait pas de chevaux, à l’époque, on utilisait des ânes et des mules pour les longs voyages, et en particulier pour le trajet qu’il achevait alors de Santos à São Paulo, le port et le plateau où se situe la ville étant séparés par un dénivelé de plus de 800 mètres.
  • Nombre de soldats : l’escorte qui accompagnait Dom Pedro était peu nombreuse
  • Vêtements : ni Dom Pedro ni ses compagnons de voyage ne portaient d’uniformes d’apparat, mais de confortables vêtements de voyage.
  • Maison de la proclamation : la première mention de la maison qui figure à l’arrière-plan date de 1884, soit 62 ans après le cri d’Ipiranga.
  • Topographie : l’Ipiranga est mal situé, ce ruisseau devrait être derrière la personne qui regarde la peinture.
  • Intrus : le peintre y a inclus un autoportrait, bien qu’il soit né bien après l’indépendance. Mais on peut mettre cette « erreur » sur le compte d’une tradition bien établie, il n’est pas le premier à s’inclure discrètement dans sa toile.
  • Incident de voyage : sur le tableau, le prince semble se tenir dans une attitude triomphante, mais en vérité, il éprouvait de fortes douleurs. Il avait la diarrhée, causée d’après de nombreux historiens par les fatigues du voyage et ne s’était arrêté près de ce ruisseau, en pleine campagne, que pour se soulager avant d’arriver en ville.

On a donc affaire ici à une œuvre de commande, ou pour reprendre une expression heureuse d’un des analystes du tableau, de la « vision épique d’un évènement prosaïque »

Par ailleurs Pedro Américo a aussi été accusé d’avoir plagié d’autres tableaux, notamment « 1807, Friedland » d’Ernest Meissonier (1815–1891). Les oeuvres des peintres français Jean-Louis Ernest Meissonier et Horace Vernet ont en effet été utilisées comme sources. Américo a étudié Napoléon III lors de la bataille de Solférino (1863) et Friedland 1807 (1875), tous deux de Meissonier et de Napoléon lors de la bataille de Friedland (1850), de Vernet. Les peintures présentent des similitudes : la disposition de D. Pedro et des soldats de droite a une structure similaire à celle de Friedland 1807 : la concentration de soldats dans les deux images est similaire ; la position de D. Pedro sur un point plus élevé de la topographie rapproche aussi le travail d’Américo de celui de Meissonier. La seule différence sensible est que sur la gauche un groupe de hussards est remplacé par un char à bœufs. Mais on peut plaider qu’Américo, qui souhaitait représenter D. Pedro comme un grand homme d’État, a pu se référer volontairement à la figure de Napoléon dans l’œuvre de Meissonier.

En haut le tableau de Pedro Américo, Independência ou Morte! (1888), en bas celui d’Ernest Meissonier, « 1807, Friedland »

Références

Bastos, Lucia. “Nem as margens ouviram. O Grito do Ipiranga não teve qualquer repercussão na época”. Revista de História, 16/09/2009.

Campofiorito, Quirino. História da pintura brasileira no século XIX. Rio de Janeiro: Pinakotheke, 1983.

Domingues, Joelza Ester, Blog: Ensinar História, https://ensinarhistoriajoelza.com.br/o-grito-do-ipiranga-uma-fraude/

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. O brado do Ipiranga. São Paulo, Edusp, 1999.

Oliveira, Cecília Helena de Salles & MATTOS, Claudia Valladão de. “A invenção do grito”. Revista de História, 19/09/2007.

Shlichta, Consuelo Alcioni B. D. “Independência ou morte (1888), de Pedro Américo: a pintura histórica e a elaboração de uma certidão visual para a nação”. Anpuh, XXV Simpósio Nacional de História, Fortaleza, 2009.

Wikipedia, “Independência ou Morte (Pedro Américo)”, https://pt.wikipedia.org/wiki/Independ%C3%AAncia_ou_Morte_(Pedro_Am%C3%A9rico)

Anthropophagie et démesure brésiliennes

Les Brésiliens francophiles aiment souligner l’influence française dans leur pays et affirment qu’ils aiment importer des idées françaises, que par exemple leur législation est basée sur le Code Civil napoléonien, ou leur « lois des eaux » sur le modèle français des agences de bassin. Certes, mais il faut bien reconnaître qu’en les important ils modifient ces emprunts au point que les Français ont parfois du mal à les reconnaître. Il n’y a là rien que de normal, il est tout à fait logique que pour adapter quoi que ce soit (idée, institution ou pratique) qui vienne de la vieille Europe, elles doivent être adaptées aux réalités, habitudes et goûts locaux.

Mais le changement est souvent drastique, car en les absorbant, les Brésiliens les assimilent et les transforment, parfois radicalement. Cela commence para la prononciation, « Carr’four » devient « Carréfour », Leroy-Merlin » se prononce « Léroï-Merlinne », et cela continue par la transcription des mots jadis français, réécrits en fonction de leur prononciation locale : abajur (abat-jour), bibelô (bibelot), bijuteria (bijouterie), bisoté (biseauté), bufê (buffet), camelô (camelot), chofer (chauffeur), maiô (maillot), suflê (soufflé), sutiã (soutien-gorge), tafetá (taffetas), toalete (toilette), etc.

Cette tendance ne date pas d’hier et pour qualifier ce processus – et attirer l’attention – un courant artistique brésilien avait dans années 1920 choisi de se baptiser « mouvement anthropophagique »[1]. S’appuyant sur le Manifesto antropófago (« Manifeste anthropophage ») du poète et agitateur Oswald de Andrade, il prônait non pas le rejet des cultures étrangères (et en particulier des cultures européennes), mais au contraire leur appropriation, leur absorption, leur assimilation. Pour cela il proposait aux Brésiliens de s’inspirer de la façon dont les « Indiens » qui peuplaient la côte du (futur) Brésil avaient accueilli les Européens qui le « découvraient » : en les mangeant, pour assimiler leur savoir, leur force, leur puissance, mais en les mettant – si l’on ose dire – « à leur sauce ».

La métaphore a été elle-même bien assimilée et dans sa série des « Portraits de géographe »[2] de la Société de Géographie, celui qu’elle m’a consacré avait pour titre « Le Brésil est un pays anthropophage… »[3]. Le rédacteur a choisi de la titrer ainsi car j’y relatais que, quand il m’avait incité à travailler sur ce pays, Pierre Monbeig « m’avait honnêtement averti que ‘ce pays est anthropophage’, et qu’il me dévorerait probablement », j’ajoutais en conclusion que « je ne lui reproche pas d’avoir été englouti par le pays, comme il l’avait prédit ».

On peut avoir confirmation de cette tendance à transformer, en général dans le sens de l’exagération, ce qui vient d’Europe, en observant des images ce que deviennent au Brésil un certain nombre de produits ou d’institutions. Puisque la métaphore d’Oswald de Andrade passait par l’alimentation, on peut commencer par l’assimilation au Brésil de la banane flambée, du croissant ou du « jambon-beurre » français.

Banane, croissant, sandwich, pizza

Figure 1 Banane flambée, versions français t brésilienne

La toute simple banane flambée française (elle-même le produit d’un échange avec les Amériques, d’où viennent le fruit et le rhum qui sert à la flamber) y devient ainsi un plat élaboré, où des rondelles de banane baignent dans un jus extrêmement sucré et sont accompagnées de glace décorée d’un coulis de fraise et chocolat.

Figure 2 Croissant et sandwich, version française et brésilienne

Au Brésil le croissant est rarement servi nature, il est en général fourré, soit d’une garniture salée (ici un strogonoff[4] de filet de bœuf) ou sucrée (ici un mélange de chocolat et de crème fraîche parsemée de bonbons M&M). Et cela doit convenir au public puisque, par exemple, le réseau Croasonho, un mot-valise formé à partir de croassã (croissant, dans sa transcription brésilienne) et de sonho (rêve) sert 18 000 « croissants » par jour dans ses 73 établissements.

Le sandwich, qui est souvent en France un simple « jambon-beurre » peut devenir l’incroyable sanduiche de mortadela servi au marché municipal de São Paulo, avec beaucoup de mortadelle et très peu de pain. Celui-ci est en général un petit pain blanc bien mal nommé pão francês (« pain français »), bien qu’il n’ait que de lointains rapports avec son modèle original. Ou encore un invraisemblable hamburger multi étages dont on se demande comment on peut bien le prendre en bouche.

Figure 3 Pizza, versions italienne et brésilienne

La pizza vient d’Italie, son origine remonterait à l’Antiquité tardive et le mot y serait apparu en 997[5]. Cette pâte plate ressemble à de nombreux pains que l’on trouve encore aujourd’hui dans différents pays du bassin méditerranéen, mais c’est en Italie qu’elle s’est développée sous sa forme actuelle. Avec les échanges qui ont suivi l’expansion européenne dans le monde, la tomate et le buffle (dont le lait sert à fabriquer la mozzarella) arrivèrent en Italie, plus précisément à Naples et les Napolitains ont été les premiers à recouvrir leur pain de tomates. Au départ, ce plat simple était vendu dans les rues de Naples et dans les pizzerias où ce pain était cuit dans un four à bois, comme dans une boulangerie. Parmi les classiques de la pizza italienne figurent en bonne place la calabresa (du nom de la Calábria, région où est née la saucisse pimentée de sa garniture) ou la Margherita (figure 3), qui est en soi un symbole d’italianité puisqu’elle doit son nom à la reine Margherita de Savoie, ayant – dit-on – été créée par Raffaele Esposito lors d’une de ses visites à Naples : sa garniture de basilic, mozzarella et tomates est censée représenter le drapeau italien vert-blanc-rouge.

Bon nombre de Brésiliens, notamment les Paulistanos[6] pensent que leurs pizzaiolos ont considérablement amélioré la pizza italienne en inventant de nouvelles garnitures salées (courgettes et bacon, poireaux et mortadelle, cœur de palmier et brocoli, roquette aux tomates séchées, oignons et crème de tofu) ou sucrées (banane avec fromage blanc et cannelle, lait concentré – très – sucré et fraise, Nutella et noix de coco, Brie à la poire[7]). Voire, comme sur la figure 3, ananas et glace au coulis de chocolat ou chocolat recouvert (derechef) de bonbons M&M.

Un autre domaine ou s’illustre la tendance brésilienne à importer puis à transformer une habitude – pour ne pas dire une institution – française, est le cas des boulangeries, des restaurants et des plats qu’on y sert au jour le jour ou dans les grandes occasions.

Boulangeries, plat du jour et plat de fête, restaurants

Figure 5 Boulangerie, versions françaises

Une boulangerie française est tout bonnement un endroit où l’on va acheter son pain, en général tous les jours puisque cet aliment, après avoir était longtemps base de l’alimentation des Français, est encore aujourd’hui présent sur la table à tous les repas, depuis le petit déjeuner jusqu’au souper. Mais si somptueux que soit le décor de certaines d’entre elles, si varié que soit le choix qu’elles offrent, on ne s’attend pas y trouver autre chose que du pain et des pâtisseries, ou à la rigueur et plus récemment des sandwiches.

Au Brésil en revanche les padarias, qui sont en principe l’équivalent des boulangeries françaises, sont devenus des magasins où l’on peut trouver de tout et même – en cherchant un peu – du pain. On peut le voir dans le cas emblématique de la boulangerie do Moinho (du moulin), situé à Cuiabá (Mato Grosso).

Figure 6 Boulangerie, version brésilienne

Comme l’indique fièrement le site de la boulangerie[8], « L’ensemble du bâtiment de la boulangerie Moinho est entièrement axé sur la préservation de l’environnement et les économies d’énergie, avec une technologie de pointe, visant une productivité élevée […] le client sera en mesure de l’observer dans la pratique : trancheurs allemands, robinets américains, gondoles et comptoirs italiens, cave suisse, comptoir de préparation et serre d’exposition venus du Japon, machine à expresso informatisée italienne, extracteur de poudre de café allemand ». Une boulangerie mondialisée donc, comme en témoigne le totem indiquant directions et distances des grandes villes mondiales installée devant le bâtiment, mais on notera qu’à aucun moment il n’est question de produire du pain…

L’insistance est bien davantage mise sur la décoration sur ce qui est censé être la production de l’établissement : « Les sièges du restaurant sont les mêmes que ceux des motos Harley Davidson. Ses comptoirs sont en granit « blue » produit en Amazonie. Les luminaires de la cafétéria sont les mêmes que dans les vieilles rues de São Paulo. L’escalier menant au restaurant est en bois du Chili et de Bolivie, et la rampe en fer a été forgée à la main par des forgerons italiens. Le lustre de l’escalier vient d’Espagne, et compte 10 000 cristaux venus de la République tchèque. Les fleurs, pour la plupart des tulipes, bien qu’artificielles, viennent de Hollande ». On est ici bien loin de la modeste boulangerie de quartier où l’on passe au retour du travail pour acheter la baguette du soir et les croissants du petit déjeuner.

Pour rester dans le domaine des habitudes alimentaires, quelle idée de fait-on d’un bon plat du jour au Brésil, l’équivalent du « steaks-frites » qui a longtemps été le plat favori des français ? Dans ce cas, pas d’importation d’idées étrangères, l’unanimité se fait sur arroz-feijão-bife, riz-haricots rouges-steak de bœuf (figure 4), ou au moins les deux premiers avec une autre viande ou un œuf si la viande de bœuf est trop chère. On peut y ajouter ad libitum un peu de salade voir des frites ou des pâtes, mais c’est la base et l’on peut tranquillement envisager d’en manger tous les jours. Et c’est à coup sur ce qui manque le plus aux Brésiliens exilés, sauf aux footballeurs professionnels jouant à l’étranger – ils sont près d’un millier – qui font venir riz, haricots et souvent cuisinier/ère du Brésil pour éviter de souffrir trop durement de la saudade (nostalgie) du pays.

Figure 4 Plat du jour, plat de fête, version française et brésilienne

Qu’en est-il des repas exceptionnels où l’on veut sortir de l’ordinaire, pour un anniversaire, la Saint Valentin ou d’autres occasions festives ? Une tendance fréquente, en France, est d’aller dans un restaurant dit gastronomique, pour y déguster des mets raffinés, à la présentation soignée et originale, et en général en petites quantités depuis la révolution de la « nouvelle cuisine ». Au Brésil, au contraire (peut-être parce que le souvenir de l’époque où une bonne partie de la population était menacée par la faim est toujours présent), on tend à préférer des restaurants qui priment plus par la quantité que par la qualité, comme les churrascarias, ces rôtisseries l’on peut manger de la viande à volonté : la consommation moyenne calculée par les restaurateurs pour un dimanche ordinaire y est de 1 kilo de viande par personne[9]

Sur un point du moins les deux pays convergent, quand ils choisissent de réunir toute la famille autour d’un plat traditionnel roboratif, bien inscrit dans la tradition rurale des deux pays. Au Brésil ce sera la feijoaoda à base de haricots noirs et accompagnés de viande de porc, jadis uniquement les bas morceaux (pieds, oreille, lard, etc.), du temps où c’était la nourriture des esclaves, et aujourd’hui toutes les parties de la bête, y compris les plus nobles. En France c’est le cassoulet, à base de haricots blancs et de viandes diverses, dont du canard ou de l’oie, selon qu’on préfère la tradition de Toulouse ou de Castelnaudary. Cette fois l’emprunt s’est fait en sens inverse puisque le haricot est originaire du continent américain et qu’il a donc fallu attendre le XVIe siècle pour qu’il remplace les fèves qui étaient jusque-là la base de ce plat.

La recherche de la qualité gastronomique ou de la quantité festive se retrouve dans le choix des établissements privilégiés dans chacun des deux pays. C’est en France que l’idée même du restaurant est cense avoir été inventé. La vulgate[10] veut que le premier « restaurant », dans l’acception moderne, ait été ouvert à Paris, rue des Poulies ou rue Bailleul, en 1765 par un marchand de bouillon, nommé Boulanger. Celui-ci avait mis sur sa porte la devise « Venite ad me, omnes qui stomacho laboratis, et ego restaurabo vos » (« Venez tous à moi, vous dont l’estomac crie misère, et je vous restaurerai »). Cela fixa le mot « restaurant » dans son sens actuel, car on trouvait à manger chez lui quand on voulait de la nourriture servie sur table à prix fixé à l’avance, à toute heure et proposée sur une carte.

Ces restaurants étaient tenus par des cuisiniers qui ne trouvaient plus à s’employer dans les hôtels particuliers de la noblesse et proposaient à la population, ou du moins sa fraction la plus aisée, des mets plus raffinés que ceux que l’on servait jusque-là dans les auberges[11]. La tradition est donc bien ancrée en France depuis le XVIIe siècle (date à laquelle a été créé le restaurant parisien Procope, toujours en activité de nos jours, figure 7) et une tendance forte – hors des restaurants de quartier, menacés par la vogue du fastfood – est de donner à ces établissements un cadre qui évoque le luxe ou au moins le confort, comme par exemple les somptueuses dorures du Train Bleu, le restaurant situé au premier étage de la Gare de Lyon (à Paris également).

Figure 7 Restaurants, version française et brésilienne

À l’opposé, en important cette même idée du restaurant, le Brésil s’en est à nouveau écarté dans le sens de la démesure. Une des formules qui s’est le plus développé dans les dernières décennies, au détriment du traditionnel restaurant où l’on commandait « à la carte » (en français dans le texte) et celle de la comida a kilo (« nourriture au kilo »). Le client s’y sert lui-même dans d’immenses buffets offrant des dizaines d’options de salade, plats chaus et desserts, avant de peser son assiette sur des balances situées aux caisses et de régler en sortant le prix de son repas à tant du kilo.

Une autre option, plutôt pour les fins de semaine, les congrès, manifestations sportives ou autres rassemblements, est celle des barbecues géants comme celui de la figure 7, photographié dans le Rio Grande do Sul, où l’on préfère aux broches horizontales le fogo de chão, la viande cuite verticalement sur le lit de braises. Le cas le plus extraordinaire de restauration de masse est toutefois celui du Madalosso, un complexe de restaurants situé dans le quartier de Santa Felicidad, à Curitiba (Paraná). Il comprend le restaurant traditionnel “Velho Madalosso”, fondé en 1963, qui ne comptait que 24 places, mais surtout le « Novo Madalosso », ouvert en 1970, qui compte aujourd’hui 4 645 places assises sur 7 671 mètres carrés, et un parking gratuit pour 900 véhicules, des chiffres qui lui ont garanti son inclusion dans le livre des records Guinness, sous l’intitulé « le plus grand des Amériques »[12].

Pour ne pas en rester aux questions bassement alimentaires, on abordera pour finir deux domaines distincts mais qui en commun que de vastes groupes sociaux s’y rassemblent dans des moments de communion, le football et la religion, domaines que certaines mauvaises langues ont tendance à rapprocher sous l’étiquette « opium du peuple ».

Futebol et églises

L’histoire contemporaine du football remonte à un peu plus de 150 ans, elle a commencé en 1863 en Angleterre, lorsque le rugby football et l’association football se sont séparés et que la Football Association a été créée, devenant ainsi le premier organisme directeur de ce sport.

Figure 8 Football et futebol, version britannique et brésilienne

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associée à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales. Mais comme Braises a déjà eu l’occasion de le raconter[13], il n’y est arrivé que relativement récemment, à l’échelle de l’histoire du pays. En fait elle remonte à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1894 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle d’Eton ou celle du Hampshire, d’où il revenait. Le premier match de football fut organisé à São Paulo, le 14 avril 1895, entre deux équipes d’employés des compagnies anglaise celles de la São Paulo Gas Company et de la São Paulo Railway, un match amical gagné 4-2 par la São Paulo Railway.

Mais il ne fallut pas longtemps pour que le nouveau sport perde son côté aristocratique et entrepreneurial, avec coup d’envoi parfois donné par des membres de la famille royale (figure 8), et devienne au contraire un sport de masse, suivi par des milliers de spectateurs et des groupes organisés de supporters, les torcedores. Le style même du jeu se transforma laissant de plus en plus de place à l’improvisation individuelle et à la recherche du « beau geste » capable d’arracher des cris d’admiration à la foule, avec accompagnement de pétards, percussions et fumigènes, ne gardant rien du flegme britannique qui présidait aux premiers matchs dans les public schools.

La religion dominante du Brésil a elle aussi été importé d’Europe après l’arrivée des Portugais, que ce soit le catholicisme hégémonique pendant des siècles ou, plus récemment, les religions néo-pentecôtistes qui se développent rapidement à son détriment. Outre son empreinte religieuse, morale et culturelle, la religion a laissé sa marque dans tout le pays sous la forme de milliers d’églises de tous les styles qui se sont succédé du XVIe siècle à nos jours.

Mais ici encore l’héritage a été profondément transformé, les styles architecturaux importés d’Europe subissant tour à tour une dérive locale dans le sens de l’exagération. C’est en particulier le cas du baroque qui a connu au Brésil un de ses développements les plus spectaculaires grâce au fait qu’il a coïncidé avec l’un des moments de plus grande prospérité du pays, dû à la découverte des gisements d’or du Minas Gerais, la bien nommée région des « mines générales ». Comparé aux modestes églises de campagne française ou style serein des abbayes romanes, les églises du Minas frappent l’œil le moins averti par leur débauche de décoration et même de luxe.

 Figure 9 Églises, versions française et brésilienne

La ville d’Ouro Preto (littéralement « or noir », de la couleur des pépites que l’on y trouvait) a été d’abord appelée Vila Rica (« ville riche »). Elle a été fondée le 8 juillet 1711 et une foule de chercheurs d’or (bientôt rejoints par des commerçants, artisans, fonctionnaires royaux, etc.) est venue s’y installer dans l’espoir d’y faire fortune, et vers 1750, elle comptait plus d’habitants que Rio de Janeiro ou New York.

La richesse de la ville lui permit de construire une multitude d’églises baroques car les prospecteurs rivalisaient entre eux qui construirait la plus somptueuse : Nossa Senhora do Pilar est ornée de décors qui totalisent plus de 400 kg d’or. Première ville brésilienne à être classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1980, Ouro Preto abrite ainsi un magnifique ensemble architectural baroque, l’un des mieux conservés au monde car la ville, une fois les gisements épuisés, est tombée dans une léthargie aggravée par le transfert, en 1897, de la capitale du Minas Gerais, dans la ville (alors) nouvelle de Belo Horizonte.

On peut de la même façon comparer la pratique des ex-voto dans les deux pays en confrontant (dans le bas de la figure 9) les quelques maquettes de bateaux suspendus à la voûte l’église de Camaret (Finistère) par des marins reconnaissants d’avoir été sauvés du naufrage avec leur équivalent brésilien à la basilique nationale Nossa Senhora Aparecida[14]. Située entre São Paulo et Rio de Janeiro (à 170 km de la première et 264 km de la seconde) c’est l’une de plus grandes églises au monde, la deuxième après Saint Pierre de Rome. Elle a accueilli 13 millions de pèlerins en 2017, un chiffre qui la situerait sur les listes des monuments les plus visités au monde (au même niveau que Notre Dame de Paris), si elle y figurait du moins, car elle semble avoir échappé à l’attention des faiseurs de palmarès, probablement parce qu’elle est très peu fréquentée par des étrangers.

La Salle des Promesses (Sala das Promessas), au sous-sol du sanctuaire, est un lieu de remerciement et d’hommage, où les fidèles déposent des ex-voto (objets, photos, lettres et témoignages) en mémoire d’un vœu fait lors d’une maladie, dans une situation de danger ou de difficultés, en remerciement de la guérison, de l’issue favorable ou d’une faveur obtenue – selon le pèlerin – par l’intercession de Nossa Senhora Aparecida.  Quand le vœu concerne la santé du pèlerin, il est fréquent qu’il suspende au plafond de la salle une représentation en cire ou en plastique de la partie du corps qui était malade, préalablement achetée dans les boutiques du sanctuaire, qui vendent aussi une multitude d’objets religieux (statues, crucifix, rosaires, médailles, etc.), ainsi que de l’eau « à bénir ou à boire ». De ce fait, le plafond de cette immense salle est entièrement tapissé de têtes, bras et jambes qui donnent irrésistiblement l’impression d’un étal de boucher où l’on pourrait choisir un bon morceau pour son dîner : l’anthropophagie, une fois encore[15].

Décidément la métaphore inventée par Oswald de Andrade est toujours aussi féconde et n’a pas fini de s’appliquer à la façon toute particulière qu’à le Brésil de s’emparer des nouveautés étrangères et de les importer, mais non sans transformer profondément, en général dans le sens de l’amplification, de l’exagération et de la démesure.

Référence des images

Banane flambée

http://lespopcorn.com/the-dreamers-la-banane-flambee-de-matthew-theo-et-isabelle
Hervé Théry 2018

Croissant

http://joseluisparada.org/food/platillos-exoticos-tipicos-de-europa/
http://www.espelhorosa.com.br/croasonho-croissant-recheado-e-a-nova-delicia-da-cidade/
https://exame.abril.com.br/pme/como-este-croissant-recheado-virou-o-queridinho-no-brasil

Sandwichs

https://www.arts-et-gastronomie.com/actu/2016-03-14-jambon-beurre-sandwich-de-luxe
https://veja.abril.com.br/economia/carne-frango-ou-porco-entenda-o-que-e-a-mortadela/
http://www.charlesdog.com.br/2017/12/19/x-tudo-duplo/

Pizza

https://www.tudogostoso.com.br/receita/122635-massa-de-pizza-italiana-deliciosa.html
http://massasditalia.ind.br/receitas/pizza-calabresa/
https://www.pinterest.pt/pin/682647255991782201/
http://gshow.globo.com/receitas-gshow/receita/pizza-de-brigadeiro-com-mms

Plats

https://www.hellofresh.com/recipes/strip-steak-frites-59ce4c5e7901f9567d137722
https://www.aprendum.com.co/curso-online-presentacion-de-platos/
https://en.wikipedia.org/wiki/Cassoulet
http://www.parmeggio.com.br/site/
https://michelletcheablog.wordpress.com/2016/07/21/fogo-de-chao-brazilian-churrascaria
http://www.curtamais.com.br/goiania/lugares-que-servem-feijoada-aos-sabados-em-goiania

Boulangeries

https://myparisianlife.com/2012/12/25/rue-montorgueil-a-morning-stroll/maison-collet-paris-montorgueil-patisserie-boulangerie/
http://crazyaboutparisandfrance.blogspot.com/2011/02/
http://parisbym.com/paris-food/
https://www.petitscommerces.fr/page/boulangerie-basso/
https://sergionavegastronomia.wordpress.com/2012/05/23/a-melhor-baguete-de-paris/
https://www.gosselin.paris/
http://celiacosbrasil.blogspot.com/2014/08/padaria-do-moinho.html
http://www.ndrone.com.br/
Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Padaria Moinho Hervé Théry 2018

Restaurants

Le Train Bleu Hervé Théry 2018
https://www.guideapolis.fr/fr/visite/st-germain-des-pres-du-club-des-cordeliers-aux-2/
https://foodsnobblog.wordpress.com/2009/01/05/lasserre-paris/
http://www.resto-de-paris.com/le-procope-saint-germain-des-pres/restaurant/paris
https://www.grupomarios.com/fotos-de-festa-e-confraternizacao-de-empresa.html
Restaurante a kilo Hervé Théry 2018
https://poracaso.com/pro-domingo-costela-fogo-de-chao-com-o-selo-confraria-do-churrasco-de-qualidade/

Football

https://www.fifa.com/about-fifa/who-we-are/the-game/index.html
https://www.historic-uk.com/CultureUK/Association-Football-or-Soccer/
http://www.jupitermiddle.com/sites/3rd%20Period/website_MNP/origins.html
http://globoesporte.globo.com/sp/santos-e-regiao/futebol/times/santos/noticia/2017/01/gol-de-bicicleta-e-letra-hernandez-se-apresenta-em-vitoria-de-5-1-do-santos.html
Vitória do SPFC Hervé Théry 2005

Églises

Église de Roscanvel (Finistère) Hervé Théry 2018

Abbaye de Fontenay (Bourgogne) Hervé Théry 2012

Église de Camaret-sur-mer Hervé Théry 2018

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009

Église d’Ouro Preto Hervé Théry 1999

Basilique Nossa Senhora Aparecida Hervé Théry 2009


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_anthropophage

[2] https://socgeo.com/category/lire-le-monde/portraits-de-geographes/

[3] https://socgeo.com/2017/09/08/herve-thery-le-bresil-est-un-pays-anthropophage/

[4] Le bœuf Strogonoff est une recette de ragoût de viande de bœuf mariné, sauté, puis braisé avec une sauce à base de crème aigre, de moutarde, de paprika, d’oignons et de champignons. Cette recette classique de la cuisine russe a été elle aussi transformée en remplaçant la crème aigre par de la crème fraiche et la moutarde et le paprika par du ketchup

[5] https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/culture-origine-pizza-5164/

[6] Habitants de la ville de São Paulo, par opposition au plus large Paulistas, habitants de l’État de São Paulo

[7] Une manière originale de permettre une conversation « entre la poire et le fromage »

[8] http://padariadomoinho.com.br//, qui a ici été copié presqu’intégralement.

[9] Déjà évoquées dans Braises « Le Brésil, pays carnivore », https://braises.hypotheses.org/1093

[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Restaurant#%C3%89tymologie

[11] Celles-ci pratiquaient une sorte de vente forcée en obligeant les voyageurs qui y dormaient à y prendre leur repas du soir, d’où l’expression qui figurait sur des pancartes affichées aux murs : « qui dort dîne).

[12] https://pt.wikipedia.org/wiki/Madalosso

[13] « Un musée du futebol et de son contexte », https://braises.hypotheses.org/?s=futebol

[14] « Nossa senhora aparecida, un grand sanctuaire brésilien », https://braises.hypotheses.org/?s=aparecida

[15] Cette photographie, déposée à la photothèque du CNRS, a été retenue par le Théâtre National de Bretagne pour illustrer l’affiche d’un spectacle sur l’anthropophagie, après avoir été choisie par son directeur sur des critères purement visuels, sans qu’il sache ce qu’elle représentait.

La disparition annoncée des chambres de bonne

Dans un article de la Folha de S. Paulo intitulé « La chambre de bonne devient rare sur les plans [d’appartements], mais sa mini-salle de bain résiste »[1], Júlia Zaremba écrivait : « La chambre de bonne est sur le point de disparaître. Des appartements plus petits, des arrière-cuisines[2] réduites, des changements culturels et des droits du travail garantis même pour les domestiques contribuent à expliquer la disparition de cette pièce, désormais limitée aux logements chers »

Présente dans des films comme Domésticas (2001) et Que Horas Ela Volta?? (2015) c’était un héritage de l’esclavage, dont la logique était d’avoir á tout moment quelqu’un sous la main pour servir la famille, mais cela a changé ». La figure qui accompagne l’article et son commentaire explicitent cette évolution

Figure 1 Deux siècles d’évolution des chambres de bonnes

XIXe siècle

« Dans les anciennes maisons de maître les dépendances pour les domestiques se situaient en dehors de la résidence, dans des édicules situés au fond du terrain, héritage des senzalas[3] de l’époque coloniale. Elles comportaient d’habitude plus d’une chambre et d’une salle de bains ».

Années 1930

« Les grandes villes sont de plus en plus constituées d’immeubles dont les appartements reproduisent les caractéristiques des maisons. On crée de grandes arrière-cuisines, avec des espaces pour laver et sécher les vêtements, ainsi que des chambres de bonnes d’environ 4,5 m². Dans quelques immeubles elles se situent en dehors de l’immeuble ».

Années 1950

« L’arrière-cuisine commence à diminuer, la taille des salles de séjour augmente, ce qui se traduit par une réduction de celle des chambres de bonne. Ce changement est dû à l’arrivée de nouvelles technologies come la machine à laver, et à la réduction de l’offre de terrains disponibles, qui provoque une augmentation du prix du mètre carré ».

Année 2000

« Les appartements deviennent plus compacts et comportent des pièces intégrées, par exemple la cuisine et le living. L’arrière-cuisine est encore réduite, les chambres de bonne commencent à disparaître ».

En résumé, « L’arrière-cuisine a représenté jusqu’à 25% de l’appartement, et plus elle était grande plus la valeur de la propriété était élevée. Au fil des ans, l’espace a diminué, tandis que l’espace de vie augmentait : la chambre de bonne faisait 4,5 mètres carrés, contre 3 mètres carrés en moyenne aujourd’hui. La salle de bain de service est toujours là, elle mesure généralement entre 1,8 et 3,5 mètres carrés et doit toujours être proche de la cuisine et de l’arrière-cuisine, pour plus d”intimité” ». On pourrait ajouter, intimité de qui, celle de la bonne ou celle des maîtres ? Ils s’assurent, en lui réservant une petite salle de bains (ou plutôt une salle d’eau), qu’elle n’utilisera pas la leur…

Que deviennent les chambres de bonnes ?

Cette disparition est bien visible sur l’évolution de plans d’appartements inclus dans des publicités immobilières glanées sur internet au fil des quinze dernières années

Elles résist(ai)e

Figure  2 Appartement 156m2 Aguas Claras (Brasília) 2004

Figure  3 Appartement chic 2004

Elles deviennent réversibles

« Il existe des cas où la chambre est approuvée sur plan en tant que débarras mais – dans la publicité – vendue comme chambre de bonne selon Fasanella. C’est parfois un artifice pour contourner la législation, alors qu’il n’y a pas les conditions minimales pour que l’espace soit considéré comme une chambre. Mais l’obsolescence de la chambre de bonne conduit souvent les familles à changer la fonction de cette pièce, qui se transforme en bureau (figure 4), cave à vin, penderie, ou s’intègre dans d’autres espaces. Les projets actuels ont tendance à inclure une zone joker, explique Marcello Romano, président de Bossa Nova Sotheby’s. “Le plan est aujourd’hui pensé comme multifonctionnel et répond aux demandes” ». Pour pouvoir servir à plusieurs usages la pièce est prévue avec deux portes, l’un donnant sur le living, l’autres sur l’arrière-cuisine, elle sert alors de chambre d’appoint ou chambre de bonne, selon la porte qu’on ouvre ou condamne.

Figure 4 Réversible 2005

Figure  5 Reversible 2017

Elles sont toujours là dans les grands appartements …

« Mais il y a ceux qui tiennent encore à la chambre de bonne : les acheteurs d’appartement de plus de 200 mètres carrés. “La demande est de 100% parmi le public AAA”, déclare Ana Paula Kaneyuki, du groupe Lopes. Selon elle, aujourd’hui la chambre de bonne dispose “de la climatisation, d’internet et du bouquet de chaînes de télévision que la famille utilise”. Dans l’immeuble New Castle de la société de construction Bueno Netto, dans le quartier du Morumbi, à São Paulo, les appartements de 940 mètres carrés comptent trois chambres de bonne de 5,3 mètres carrés chacune. Cyrela, de son côté, prévoit deux chambres de bonne dans les appartements de plus de 300 mètres carrés, comme dans l’immeuble Heritage, à Itaim Bibi, également à São Paulo.

On peut citer ici un extrait la description d’un appartement de 501 m2 habitables (doté de six places de stationnement et coutant 1 018 ans du salaire minimum brésilien), publiée dans un billet antérieur de Braises[4] : “Les employés de maison ont leur place bien prévue, et bien séparée du reste de l’appartement : deux chambres de bonne (avec toilettes et douche bien à elles), dépense, buanderie, lingerie. Toutes ces pièces, ainsi que le hall, le couloir de service et la salle du chauffeur (dotée d’un canapé où il attend qu’on ait besoin de lui), sont carrelés de blanc, alors que les sols du reste de l’appartement ont des sols de parquet ou de carrelages de couleur”.

… mais parfois sous d’autres noms et alternatives…

Mais même dans les grands appartements on offre parfois, sur les plans du moins, des alternatives aux chambres de bonne, même si leur taille permettrait de les affecter réellement à cet usage. Cela peut être un « dépôt » servant de dépense pour la cuisine ou de débarras, les immeubles brésiliens n’ayant que très rarement une cave correspondant à chaque appartement.

Figure  6 Quatre chambres dont 2 suites131m2 2017

Cela peut être une « aire technique » ou une « aire de service » même si sa superficie est presque suffisante pour une chambre, qu’elle se prolonge par une petite salle de bain et qu’y est dessiné un meuble aux fonctions indéterminées mais qui pourrait être un lit d’une personne ou un canapé-lit.

Figure  7 Quatre chambres dont 2 suites161m2 2017

L’ambiguïté est parfois cultivée comme dans cet appartement de 106 m² ou apparaît dans l’arrière-cuisine une salle de bain de service, une buanderie et un « espace multi-usages » où sont dessinés un lit et une penderie dotée de cintres identiques à ceux qui figurent dans les chambres

Figure  8 Trois chambres dont 1 suites et chambre de bonne 106m2 2017

L’alternative peut être plus ouverte comme dans cet appartement de 275 mètres carrés où sont dessinées une chambre de bonne et une salle de bain qui lui est visiblement destinée, mais où est portée en marge la mention « espace multi-usages avec possibilité d’agrandissement de la cuisine ». Il n’y a pas si longtemps il aurait été impensable qu’un appartement de cette superficie, comptant quatre suites et quatre places de stationnement, ne prévoie pas explicitement une ou plusieurs chambres de bonne.

Figure  9 Quatre suites 275m2 2017

… ou disparaissent purement et simplement

Cela semble pourtant bien être le sens de l’évolution, comme le confirment des plans distribués en 2019 dans les rues d’un quartier aisé de São Paulo pour vendre des appartements qui se veulent résolument modernes et apporter « une touche nordique dans les Jardins[5] ».

Le premier, de 94 m² et deux suites, ne prévoit aucun espace de service, pas même une une salle d’eau pour une femme de ménage, tout juste une pièce dotée d’un lavabo pour les invités, qui sert aussi de buanderie puisqu’on y loge la machine à laver le linge. Le second est un loft de 80 m², dont une mezzanine où se situe l’unique chambre, tandis que dans la partie basse la cuisine ouverte est séparée de la grande pièce à vivre par un simple comptoir, qui remplace la salle à mang

Figure 10 Deux suites 94m2 2019

Figure  11 Loft 80m2 2019

Le loft compte quand même deux salles d’eau, celle du haut avec douche pour les maîtres de maison, celle du bas se décomposant d’une part en toilettes et lave-mains (ce qui était naguère aussi rare au Brésil que fréquent en France), pour les visiteurs, et d’autre part buanderie, probablement utilisée par la faxineira, la femme de ménage qui vient entretenir l’appartement un ou plusieurs jours par semaine mais n’y vit pas.

Figure 12 Le même loft en perspective

Pour compenser la disparition progressive des chambres de bonne (et semble-t-il de plus en plus souvent des salles d’eau qui leur étaient associées) la mode chez les promoteurs est de proposer des zones communes pour le personnel de service. Sont alors installés réfectoire, armoires et douches pour le personnel du bâtiment (encore très nombreux au Brésil), ainsi que pour les femmes de ménage qui ne passent plus que la journée sur place.

Cette évolution marque donc la rupture de liens anciens, remontant à l’époque coloniale[6], où un personnel de service (plus ou moins nombreux selon le niveau social des maitres de maison) vivait sur place, à leurs côtés : cuisinière, femme de chambre, nourrice, valet, cocher, etc. On sait que cette présence du personnel de service, souvent esclave et d’origine africaine, a beaucoup contribué au métissage – plus ou moins consenti, à la fois biologique et culturel – qui est l’une des caractéristiques fortes de la société brésilienne.

Plus récemment et à l’échelle plus modeste des classes moyennes urbaines, qui avaient encore il y quelques décennies des bonnes à plein temps alors que ce n’est plus en Europe qu’un lointain souvenir, cette proximité avait des avantages et des inconvénients. Il était très commode pour les ménages dont la femme travaille de ne pas avoir à se soucier de rentrer à temps pour prendre les enfants à la sortie de l’école, d’autant que les écoles brésiliennes ne fonctionnent souvent qu’une partie de la journée, le matin ou l’après-midi. En revanche il pouvait être pesant d’avoir constamment, jour et nuit, dans l’appartement une personne qui, si proche qu’elle soit, n’était tout de même pas de la famille, au sens de la famille étroite d’aujourd’hui, qui tend à remplacer au Brésil comme ailleurs les familles étendues de naguère.

Les sept millions de bonnes que compte le pays y ont-elles gagné ou perdu ? D’un côté elles retrouvent désormais tous les jours mari et enfants, dont elles étaient séparées toute la semaine au mieux et souvent pour de longs mois quand elles venaient de régions lointaines – et pauvres – du pays, le plus souvent le Nordeste. Mais comme les bonnes habitent en général loin de l’immeuble qui est leur lieu de travail, c’est au prix de longues heures de transport, parfois des heures matin et soir alors que jusque-là leur lieu de résidence et de travail se confondaient.

Seule exception, le cas où une favela est proche, où elles peuvent trouver ou créer un logement à la portée de leurs faibles moyens financiers : ce n’est évidemment qu’un pis-aller mais cela explique aussi que les tentatives de reloger les habitants des favelas dans des logements plus confortables mais plus lointains soient en général vouées à l’échec. D’une certaine façon on peut dire que la ségrégation s’est renforcée puisque la cohabitation de personnes de niveaux sociaux et de niveau de revenus très différent ne se produit plus à l’intérieur des appartements, mais hors de ses murs. Elle s’est reportée à l’échelle de l’immeuble ou même plus loin puisqu’il n’y a pas l’équivalent de ce qui se passait dans les immeubles français avec l’étage des chambres de bonne.


[1] Júlia Zaremba, “Quarto de empregada torna-se raro em projetos, mas banheirinho resiste”, Folha de S. Paulo, 09/06/2018, https://Www1.Folha.Uol.Com.Br/Sobretudo/Morar/2018/06/1971353-Quarto-De-Empregada-E-Raro-Mas-Banheiro-De-Servico-Resiste-Na-Planta-Atual.Shtml

[2] On a traduit ainsi área de servico, qui inclut dépense, buanderie et chambre(s) de bonne et sa/leur salle de bains

[3] Bâtiment où les maîtres logeaient – mal – leurs esclaves

[4] “Appartements de luxe à São Paulo”, (17/9/2011) , https://braises.hypotheses.org/171

[5] Le quartier le plus chic et le plus cher de São Paulo

[6] De l’arrivée des Portugais à l’Indépendance, de 1500 à 1822.

Le Brésil dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

L’Édition Numérique, Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) met pour la première fois à disposition de tous, librement et gratuitement, l’accès à l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert (1751-1772). L’ENCCRE a utilisé pour cela le premier des deux exemplaires conservés à la Bibliothèque Mazarine, dont les 17 volumes de texte et 11 volumes de planches font partie du premier tirage de la première édition. Acquis au moment de la parution, livraison après livraison, et mis à la disposition des usagers de la bibliothèque, il n’a jamais quitté son lieu de conservation initial.

L’ENCCRE est le premier exemplaire numérisé original, homogène et complet de l’Encyclopédie. Comme l’indique le site[1] « L’interface numérique permet à la fois d’admirer la beauté de cet exemplaire, de redécouvrir le spectacle de ses 2 579 planches, d’y naviguer de façon intuitive et innovante, et d’y effectuer les recherches les plus variées, comme les plus pointues ». Cette mise à disposition est d’autant plus utile qu’il s’agit d’un ouvrage fondamental dans l’histoire des idées puisque c’est la première encyclopédie française, une véritable synthèse des connaissances de son temps.

Il était tentant, pour Braises, de voir ce qu’elle dit du Brésil. En utilisant le modes d’accès par la nomenclature et par domaine de l’ENCCRE, on y a trouvé une des entrées principales à « Brésil », une au verbe « Brésiller », une entrée secondaire « Bois de Brésil » (dans l’entrée « Bois ») et trois noms de lieux, « Olinde », «  Sébastien, saint » (Rio de Janeiro) et «  Salvador, San », que Salvador de Bahia partage avec deux autres villes, en Afrique et en Amérique centrale. On trouvera ci-dessous le fac-simile de ces articles, leur transcription, des illustrations (l’Encyclopédie n’en contient pas pour ces articles), autant que possible françaises et de la même époque.

Brésil, Brésiller, Bois de Brésil

La plus longue entrée principale associe donc au nom du pays une entrée secondaire (bois de Brésil) et est immédiatement suivie par une autre (brésiller), l’une et l’autre renvoyant à la première richesse qui a pu être exportée du territoire « découvert »[2] par Pedro Cabral en 1500 et dont il avait alors pris possession au nom de la Couronne portugaise.

L’association vient de ce que le pays, après avoir d’abord été appelé Terra da Vera Cruz (Terre de la Vraie Croix) ou Terra dos Papagaios (Terre des Perroquets), a pris le nom de son premier produit d’exportation et bien des observateurs ont déjà fait remarquer sarcastiquement que la prédominance du commerce sur la religion ou la faune annonçait déjà que le pays était voué à devenir une colonie agro-exportatrice.

Figure 1 Entrées Brésil et brésiller

BRESIL, (Géog.) Grande contrée de l’Amérique méridionale, bornée au nord, à l’orient & au midi par la mer, & à l’occident par le pays des Amazones & le Paraguai : les côtes qui ont environ 1200 lieues de long sur 60 de large, appartiennent aux Portugais. L’intérieur du pays est habité par des peuples sauvages & idolatres, qui se défigurent le visage pour paroître plus redoutables à leurs ennemis : on prétend qu’ils sont anthropophages. Les plus connus sont les Topinambous, les Marjagas & les Onétacas. Cette partie du Nouveau-monde est fort riche. Les Espagnols la reconnurent en 1500. Alvarès Cabral, Portugais, en prit possession en 1501 pour son roi. Voyez quant à son commerce Saint-Salvador, Olinde, & Saint-Sebastien  (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

La présentation du pays est – pour un lecteur d’aujourd’hui – banalement descriptive, commençant par la liste des mers et terres adjacentes, la seule originalité étant que le texte situe l’Amazonie à l’ouest du Brésil, et non au nord. C’est toutefois compréhensible à lire la suite, qui oppose le littoral peuplé par les Portugais à l’intérieur encore occupé par les « Indiens »[3].

Le premier ensemble, de 1 200 kilomètres sur 240 (si l’on adopte une équivalence de quatre kilomètres par lieue) est de fait à peu près l’espace que les Portugais avaient colonisé à la date de rédaction du texte. Le second, dont les dimensions ne sont pas mentionnées car elles étaient de fait ignorées, montre que les Amérindiens étaient alors, même sous la plume des auteurs de l’un des ouvrages majeurs du mouvement des Lumières, vus comme des « sauvages », et pas même comme des « bons sauvages » puisque l’accent est mis sur leur aspect (volontairement) effrayant, leur « idolâtrie » et la pratique de l’anthropophagie, tout juste atténuée par un « on prétend que ». Atténuation bien inutile puisque cette pratique était attestée depuis le XVIe siècle, notamment par des auteurs français comme (André Thévet ou Jean de Léry) et qu’il aurait fallu remettre dans un contexte cérémoniel et social qui l’explique, sans le justifier. Ce n’était manifestement pas le souci des auteurs de la notice, comme le montre la suite, qui qualifie le pays comme « fort riche » et – après avoir attribué sa reconnaissance aux Espagnols en 1500 et la prise de possession par Cabral en 1501[4] – passe au commerce, en renvoyant aux trois entrées sur les villes principales.

L’entrée suivante, « brésiller », un verbe aujourd’hui inusité, est très courte, et se résume pratiquement à un renvoi vers une autre entrée principale, sur le bois de Brésil, complétée seulement par une précision technique sur les méthodes de teinture qui l’utilisent, elle-même suivie de la mention « voyez teinture » : dans ce Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers les techniques ont manifestement le pas sur la géographie.

BRESILLER, v. act. (Teinture) C’est teindre avec le bois de Bresil ; il faut que les toiles & les fils à marquer ayent été teints en bonne cuve, pour être bresillés. Voyez Teinture (Vol II [B-Cez] 1752, p.412b).

Figure 2 Entrée Bois de Brésil

Bois de Bresil ; ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil, province de l’Amérique. M. Huet soûtient cependant qu’on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays. Voyez Huetiana, pag. 268.

On le surnomme différemment suivant les divers lieux d’où il vient ; ainsi il y a le bresil de Fernambouc, le bresil du Japon, le bresil de Lamon, le bresil de sainte Marthe, & enfin le bresillet ou bois de la Jamaique qu’on apporte des îles Antilles.

L’arbre de bresil croît ordinairement dans des lieux secs & arides, & au milieu des rochers. Il devient fort gros & fort grand, & pousse de longues branches, dont les rameaux sont chargés de quantité de petites feuilles à demi-rondes. Son tronc est rarement droit, mais tortu & raboteux, & plein de nœuds à peu près comme l’épine blanche. Ses fleurs, qui sont semblables au muguet & d’un très-beau rouge, exhalent une odeur agréable & très-amie du cerveau qu’elle fortifie. Quoique cet arbre soit très-gros, il est couvert d’un aubier si épais, que lorsque les Sauvages l’ont enlevé de dessus le vif du bois, si le tronc étoit de la grosseur d’un homme, à peine reste-t-il une bûche de bresil de la grosseur de la jambe.

Le bois de Brésil mérite dans l’Encyclopédie une notice plus longue que le pays éponyme. Elle reconnaît sa qualité (« Le plus estimé est le bresil de Fernambouc ») et son antériorité (« ce bois est ainsi nommé à cause qu’on l’a tiré d’abord du Bresil »), tout en notant qu’il peut provenir d’ailleurs (Japon, Lamon, S Marthe, Jamaïque) et que «  cependant […] on le connoissoit sous ce nom, long-tems avant qu’on eût découvert ce pays » selon M. Huet.

Il est en effet possible que ce nom de « bois de braise » lui ait été donné par les Portugais s’ils l’ont connu avant le Brésil, en provenance de Lamon (s’il s’agit bien du Lamon de Vénétie): dès le Moyen Âge, le « bois de braise » provenait des Indes via la Perse, importé en Europe par les Vénitiens. C’est à la « couleur de braise » (brasa en portugais) du bois qu’il doit son nom dans cette langue (pau brasil) et de fait la dénomination vient facilement à l’esprit quand on voit la couleur du bois, une fois le tronc dégagé de son aubier.

Figure 3 Bois de Brésil

https://braises.hypotheses.org/482

Le bois de bresil est très-pesant, fort sec, & pétille beaucoup dans le feu, où il ne fait presque point de fumée à cause de sa grande sécheresse.

Toutes ces différentes sortes de bresil n’ont point de moelle, à la réserve de celui du Japon. Le plus estimé est le bresil de Fernambouc.

Pour bien choisir ce dernier, il faut qu’il soit en bûches lourdes, compact, bien sain, c’est-à-dire sans aubier & sans pourriture ; qu’après avoir été éclaté, de pâle qu’il est il devienne rougeâtre, & qu’étant mâché il ait un goût sucré.

Le bois de bresil est propre pour les ouvrages de tour, & prend bien le poli : cependant son principal usage est pour la teinture, où il sert à teindre en rouge, mais c’est une fausse couleur qui s’évapore aisément, & qu’on ne peut employer sans l’alun & le tartre. Voyez Teinture.

Du bois de bresil de Fernambouc on tire une espece de carmin par le moyen des acides : on en fait aussi de la lacque liquide pour la mignature[5]. V. Rouge, Lacque, &c. (Vol II [B-Cez] p.308a).

Ce n’est pas sans raison que l’Encyclopédie associe aussi fortement le bois de braise et le Brésil, car ce fut longtemps sa principale richesse, ou du moins celle qui intéressait le plus les Portugais, la principale exportation de leur colonie d’Amérique. En cela ils avaient eu moins de chance que les Espagnols, qui avaient mis la main sur les métaux précieux du Pérou et du Mexique, et il leur a fallu attendre la mise en place des plantations de canne à sucre et surtout la découverte de l’or du Minas Gerais (la bien nommée province des « mines générales »), au XVIIIe siècle, pour que le Brésil les enrichisse vraiment.

Du moins le pau brasil ne leur coutait pas beaucoup d’efforts puisque c’étaient les Indiens qui faisaient l’essentiel du travail, coupant les arbres en forêt et apportant les troncs dépouillés de leur aubier jusqu’à la côte. Là ils les échangeaient contre des outils de métal auprès de commerçants venus d’Outre-Atlantique, un cycle de collecte et d’échanges qui apparaît bien sur la carte de Giacomo Gastaldi (figure 4). Ces commerçants étaient en général portugais mais aussi parfois français, car les navigateurs normands avaient bien compris le profit à tirer de cet échange inégal, avec l’encouragement de la Couronne, qui voyait là une bonne occasion de battre en brèche l’attribution de ces terres au Portugal par le traité de Tordesillas (1494).

Figure 4 Le Brésil vu par Giacomo Gastaldi (1556)

Olga Okuneva, « Ensaio sobre o mapa «Brasil» de G. Gastaldi pertencente ao Delle navigationi e viaggi de G. B. Ramusio (1556; 1565; 1606) », Terra Brasilis (Nova Série) [En ligne], 2 | 2013. URL : http://journals.openedition.org/terrabrasilis/715  ; DOI : 10.4000/terrabrasilis.715

Entre le XVIe siècle, où le bois de braise a donné son nom au pays, et la rédaction de l’Encyclopédie, le Brésil a bien sur beaucoup changé, comme le montrent les entrées consacrées à des trois principales villes, Olinda/Recife, Rio de Janeiro et Salvador.

Trois villes : Olinda, Rio de Janeiro, Salvador

Figure 5 Entrée Olinde

Olinde, (Géog.) ville de l’Amérique méridionale au Bresil, dans la capitanie de Fernambouc. Elle étoit située sur un côteau d’un agréable aspect ; & la riviere qui tombe dans le port, s’appelle Bibiribe. Les Hollandois s’en emparerent en 1630, & les Portugais n’ont pas réparé ses ruines. Longit. selon Cassini, 342. 21. 30. lat. 8. 18. Long. suivant Harris, 342. 31. 15. lat. 7. 48. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 449a).

D’Olinda – francisée en Olinde – le texte ne dit pas grand-chose, si ce n’est qu’après sa prise par les Hollandais elle n’a pas retrouvé son ancienne splendeur et de fait c’est Recife, située quelques à quelques kilomètres d’elle, développée par eux sous le nom de Mauritsstad qui est devenue la capitale du Pernambuco après sa reprise par les Portugais.

Figure 6 La prise de Recife par les Hollandais en 1630

http://wordpress1.brazil-travel.net/recife-dos-holandeses/

Figure 7 Entrée Saint Sébastien

Sébastien, saint, (Géog. mod.) Ville de l’Amérique méridionale, au Brésil, dans la capitainerie de Rio-Janéiro, sur la côte occidentale du golfe formé par cette riviere, dans une plaine entourée de montagnes. Corréa, célebre capitaine du xv. siecle, fonda cette ville, que son petit-fils augmenta & embellit dans le siecle suivant. Les Jésuites & les Bénédictins y ont des palais : c’est le siege d’un évêque suffragant de Saint-Salvador, & la résidence du gouverneur de la province. Le commerce consiste principalement en coton, & bois du Brésil. Latit. méridion. 23. 46. (D. J.) (Vol. XI [N-PARI] 1765, p. 852b).

L’entrée « Saint Sébastien », est consacrée à Rio de Janeiro, dont le nom officiel est de fait São Sebastião do Rio de Janeiro. La ville est présentée comme fondée par « Corréa, célèbre capitaine », alors qu’on considère généralement qu’elle l’a été par Estácio de Sá, le 1er mars 1565, et surtout sans mentionner qu’en novembre 1555, Nicolas Durant de Villegaignon, accompagné de 600 colons avait débarqué dans la baie de Guanabara, fondé sur l’île qui porte encore son nom (figure 8) un établissement baptisé Fort-Coligny et projeté de créer sur la terre ferme Henryville, future capitale de la « France Antarctique ». Trop occupés à leurs querelles internes entre catholiques et protestants les colons négligèrent de renforcer leurs défenses et les Portugais n’eurent guère de mal à les déloger et à fonder leur propre colonie au même endroit.

Au moment de la rédaction de l’Encyclopédie Rio de Janeiro n’était encore que « résidence du gouverneur de la province » et son commerce consistait « principalement en coton et bois du Brésil ». Mais en 1763 elle devint la capitale de la colonie portugaise lorsque que le « caminho novo », le « nouveau chemin » en fit le débouché principal des convois de mules transportant jusqu’à son port, pour l’embarquer vers Lisbonne, l’or récemment découvert dans le Minas Gerais. Ce fit le point de départ de la croissance de la ville, alors encore très petite.

Figure 8 Extrait de la carte « Plan de la Baye de Rio de Janeiro »

Jacques Bellin (1703-1772) était cartographe au ministère de la Marine française. En 1764, il publia Le Petit Atlas Maritime, un ouvrage en cinq volumes contenant 581 cartes. Cette carte de 21 x 32 cm, extraite du deuxième volume de l’atlas, montre la baie de Rio de Janeiro, elle est conservée à la Bibliothèque nationale du Brésil, http://hdl.loc.gov/loc.wdl/brrjbn.187 )

Figure 9 Entrée San-Salvador

3°. San-Salvador, ville de l’Amérique méridionale, au Bresil, dont elle est la capitale. Elle est grande, bien bâtie, fort peuplée, très-commerçante, & située sur la baie de tous les Saints, Bahya de Todos los Santos ; son assiette n’est pas avantageuse, parce qu’elle est haute & basse, & qu’elle n’a presque point de rues qui soient droites.

Comme on ne peut s’y servir d’aucunes voitures, les esclaves y font la fonction de chevaux, & transportent d’un lieu à un autre, toutes les marchandises ; ils portent aussi les habitans sur une espece de lit de coton à réseau, suspendu par les deux bouts ; ce lit ou palanquin est couvert d’une impériale, d’où pendent des rideaux qui empêchent d’être vû, & qui garantissent du soleil. On est fort à son aise dans ce lit ; la tête repose sur un chevet, & le corps sur un petit matelas proprement piqué ; la chaleur violente du climat, & la molesse extrème des habitans, ont rendu ces hamacs très-communs, non-seulement pour faire les visites, mais aussi pour se rendre à l’église.

San-Salvador, est la résidence du viceroi du Bresil, le siege d’un archevêque, d’un conseil souverain, & d’une cour des monnoies.

Les maisons y sont hautes, & presque toutes de pierre de taille & de brique. Les églises sont riches, & les communautés nombreuses ; les jésuites seuls y sont au nombre de près de deux cens, & les plus riches de tous les religieux. Ils y possedent une église & un college magnifique, où ils entretiennent six régens pour enseigner.

L’actuelle ville de Salvador de Bahia n’apparaît dans l‘Encyclopédie qu’au troisième paragraphe d’une entrée « San-Salvador » un « nom commun à plusieurs lieux », après « 1°. San-Salvador, ville d’Afrique, sur la côte orientale de l’Ethiopie, capitale du Congo » et « 2°. San-Salvador, ville de l’Amérique, au gouvernement de Guatimala ».

C’est alors la capitale du Brésil et « la résidence du Vice-Roi du Brésil, le siège d’un archevêque, d’un conseil souverain et d’une cour des monnaies », « fort peuplée, très commerçante », dotée de nombreuses églises et communautés religieuses, dont les Jésuites sont les plus riches. Ce n’est pourtant pas ce qui retient d’abord l’attention du rédacteur, qui préfère décrire les palanquins dans lesquels les habitants (certains du moins) se font transporter par des esclaves.

Figure 10 Un propriétaire foncier rentre à son exploitation

https://voyager1.net/regresso-de-um-proprietario-de-jean-baptiste-debret/

Cette habitude est attribué au fait que la ville est partagée entre ville haute et ville basse, mais surtout à « la chaleur violente du climat » et à la « mollesse extrême » des Bahianais, une réputation – injustifiée ou très exagérée, comme tous les ethnotypes – qui dure jusqu’à nos jours. La même scène retint au siècle suivant l’attention de Jean-Baptiste Debret, un des membres de la mission artistique française qui vint au Brésil en 1816 et nous a laissé de nombreux témoignages de la vie quotidienne au Brésil (figure 10).

Figure 11 Entrée San-Salvador (suite)

San-Salvador, est un lieu de grand abord pour les marchandises qui s’y trafiquent, telles que sont les toiles, les baies, les serges, & les perpétuanes[6] ; les chapeaux, les bas de soie & de fil, les biscuits, les farines, le froment, les vins de port-à-port, &c. les huiles, le beurre, le fromage, les batteries de cuisine, les esclaves de Guinée, &c. Pour toutes ces choses, on y reçoit en retour de l’or, du sucre, du tabac, du bois de teinture de Brésil & autres ; des peaux, des huiles, des suifs, du baume de copahu[7], de l’ypécacuana[8], &c.

Cette ville si avantageuse pour les Portugais, est sur une hauteur de 80 toises, qui dépend de la côte orientale de la baie de tous les Saints. Cette hauteur est très-difficile à grimper, & on s’y sert d’une espece de gruë pour monter & descendre les marchandises du port à la ville.

 Revenant à des notations plus conformes au ton général du « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers », le rédacteur détaille ensuite les marchandises importées qui se vendent à Salvador : tissus, vêtements, denrées alimentaires, ainsi que les « esclaves de Guinée », mis sur le même plan que les autres articles. On les échanges contre des produits agricoles et de cueillette (dont le bois du Brésil), ou contre de l’or, qui ouvre la liste.

Ici encore le site de la ville crée des contraintes et impose l’usage de grues, ou du portage à dos d’homme ou d’animaux. Faible inconvénient en regard des avantages défensifs et de l’abri que le relief offre a la Baie de tous les Saints.

Figure 12 Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil, 1757

PRÉVOST, Antoine François, 1697-1763. Plan de la Ville de St. Salvador, Capitale du Brésil. – In: Histoire Générale des Voïages ou nouvelle collection de toutes les relations de Voiages par Mer et par Terre, qui ont été publiées jusqu’a present dans les differentes langues de toutes les Nations connues, Chez Didot, Libraire et Imprimeur, 1757.

San-Salvador est en général bien fortifiée, mais la garnison est aussi débauchée que mal disciplinée. Les autres habitans ne valent guere mieux ; ils sont voluptueux, ignorans, vains, & bigots. Ils marchent ordinairement un rosaire à la main, un chapelet au col, un S. Antoine sur l’estomac, un poignard sur le sein, un pistolet dans la poche, & une longue épée au côté, afin de ne pas perdre l’occasion en disant leurs chapelets, de se venger d’un ennemi. Lat. méridionale, 12. (D. J.) (Vol XIV [Reggi-SEM], 1765 p.582b).

Hélas le paragraphe final, en dehors de la demi-phrase initiale et de la notation finale de la latitude, retombe dans des jugements de valeur très négatifs sur la garnison, étendus ensuite aux « autres habitants » qui « ne valent guère mieux ». Ils sont « voluptueux, ignorants, vains et bigots », caractérisés par un mélange de religiosité et d’animosité, portant sur eux à la fois des objets de piété et des armes.

Le rédacteur qui signe de ses initiales D.J. partage manifestement les préjugés que bien des Européens du Nord avaient alors sur les Latins du Sud, on trouve à l’époque – et même plus tard – des tirades semblables sur les Siciliens, les Corses ou les Espagnols, tous englobés (au XIXe siècle) dans le terme méprisant « rastaquouères », soumis à l’influence de l’Église et portés sur la vendetta. Décidément, même dans une œuvre aussi remarquable que l’Encyclopédie, l’un des principaux symboles de l’époque des Lumières, les stéréotypes ont la vie dure.

[1] Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie

[2] Les Amérindiens (et leurs défenseurs) objectent à cette expression, soulignant que leurs ancêtres habitaient le continent bien avant l’arrivée des conquistadores.

[3] Pour reprendre l’appellation héritée de l’erreur initiale de Christophe Colomb, qui croyait avoir atteint les Indes

[4][4] Il semble en effet que Vicente Yañez Pinzón ait vu le 26 janvier 1500 un cap qu’il avait appelé Cap de Sainte-Marie de la Consolation. Mais la découverte du Brésil est généralement attribuée à Pedro Alvares Cabral qui était arrivé le 22 avril 1500 en vue d’une montagne à laquelle il donna le nom de Monte Pascoal. Il célébra le 26 avril 1500 une première messe célébrée sur l’île de la Coroa Vermelha, prit le 1er mai 1500 possession de la terre au nom du Roi et célébra une deuxième messe en présence des commandants de ses navires et de nombreux “Indiens”, scène que représente le tableau “Première messe au Brésil” de Victor Meireles.

[5] Variante désuète de miniature selon le Dictionnaire critique de la langue française, Jean Féraud, 1788

[6] Selon Jacques Savary des Bruslons, Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières, Volume 38, 1762, La sempiterne ou perpétuane est une «espèce d’étoffe de laine croisée, dont la qualité a rapport à celle d’une serge […] dont il se fait quantité en Flandres, & dont le débit le plus ordinaire est pour l’Espagne et l’Italie […] En Espagne on ne les appelle que sempiternes, à cause de leur longue durée»

[7] Réputé pour ses vertus apaisantes et réparatrices, le baume de Copahu, appelée aussi huile de Copaïba, est traditionnellement conseillé pour préparer des huiles de massage pour le confort articulaire

[8] L’Ipeca, Ipéca ou Ipécacuana (du portugais ipecacuanha, du tupi Ygpecaya). Sa racine de contient de l’émétine, un alcaloïde aux propriétés émétisantes (vomitives), il n’est plus guère utilisé comme tel mais l’est en homéopathie.