Tous les articles par Braises

(Re)cartographie des données de l’Índice de Progresso Social (IPS)

Dans leur Resumo Executivo, Índice de Progresso Social Brasil 2024[1], ses auteurs expliquent que :

« L’indice de progrès social (IPS) est un outil qui mesure la performance sociale et environnementale des territoires à plusieurs échelles (pays, États, municipalités et même communautés). Il a été développé par l’organisation Social Progress Imperative, qui coordonne la publication annuelle de l’IPS mondial pour 170 pays depuis 2014. En outre, il existe également des initiatives IPS infranationales dans différents pays tels que le Mexique, l’Inde, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne. Ces initiatives infranationales s’inspirent de l’IPS de l’Amazonie lancé par l’Institut de l’Amazonie pour l’homme et l’environnement (Imazon) en 2014. L’IPS est conçu pour compléter les mesures du développement, [il] mesure directement les résultats finaux et a été utilisé pour la planification, l’évaluation et l’amélioration de projets, de programmes et de politiques publiques ».

Comme l’indique un article du magazine Piauí, “O Brasil visto pelo desempenho social e ambiental das cidades” (“Le Brésil vu à travers les performances sociales et environnementales des communes) [2] :

« Créé il y a une dizaine d’années par des scientifiques de Harvard et du MIT aux États-Unis, cet outil va au-delà de la performance économique pour mesurer la performance sociale et environnementale des villes. Pour les créateurs de l’indice, les données économiques ne suffisent pas à évaluer le développement réel de la population. La simple croissance de l’économie peut entraîner une dégradation de l’environnement, une augmentation des inégalités, de l’exclusion et des conflits, et ne se traduit pas par un progrès social ».

Le travail, réalisé en 2023 et 2024 par une équipe de vingt personnes, est basé sur 53 indicateurs. Les indicateurs ont été obtenus auprès de sources officielles et d’instituts de recherche, tels que Ministério da Saúde, Ministério da Cidadania, Sistema Nacional de Informações sobre o Saneamento (SNIS), Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira (Inep), Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (Inpe), Conselho Nacional de Justiça (CNJ), Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), Mapbiomas, Anatel, CadÚnico, entre autres.

Les données ont été regroupées en trois dimensions : « besoins humains fondamentaux », « fondements du bien-être » et « opportunités ».

Figure 1 Les trois « dimensions »

Chaque indicateur reçoit une note de 0 (le plus mauvais) à 100 (le meilleur), et la note pour chaque dimension est la moyenne simple des résultats pour chaque composante. Toutes ces données sont accessibles sur le site web de l’IPS[3] dans un fichier Excel.

À partir de ces données l’équipe de l’IPS a produit un certain nombre de cartes de ses trois « dimensions » et de quelques variables analytiques. Ces cartes sont intéressantes mais peu lisibles, principalement parce que leur légende compte neuf classes : comme l’écrit Laurent Richard, de l’Université Laval[4], « On n’améliore pas nécessairement une carte thématique en accroissant le nombre de classes, car il est de plus en plus difficile pour le lecteur de distinguer différentes classes ».

J’ai donc élaboré des cartes des cartes analytiques des indicateurs, en limitant le nombre de classes à quatre, en « moyennes emboîtées », c’est-à-dire en divisant d’abord l’ensemble des données de la variable par rapport à sa moyenne, puis en subdivisant chacune des deux moitiés en fonction de sa propre moyenne.

L’étape suivante a consisté à repérer les cartes qui présentaient le plus clairement des oppositions spatiales (et donc pas des cartes en « peau de léopard », où l’on ne distingue aucune configuration claire) puis de les grouper en fonction de ces oppositions. J’ai distingué quatre catégories, « São Paulo et le reste », « Le centre étendu », « Les périphéries » et « les fronts pionniers ».

Enfin des cartes de synthèse ont été réalisées en utilisant les variables repérées comme spatialement les plus discriminantes, d’abord par une analyse factorielle, puis par une classification ascendante hiérarchique (CAH)

Cartes analytiques

Les six cartes de la figure 2 montrent à quel point l’État de São Paulo se distingue du reste du Brésil par une situation plus favorable vis-à-vis d’une série d’indicateurs. C’est d’abord le cas pour l’indice général de l’IPS, celui qui rassemble les trois dimensions et les cinquante-trois indicateurs, et plus particulièrement pour l’une des trois dimensions, les « nécessités humaines de base ». Cela se reflète de façon encore plus étroitement centrée sur une partie de l’État de São Paulo pour l’accès à l’information et à la communication et pour la couverture de l’internet 4G et 5G. Sa prédominance est moins nette pour les deux dernières cartes, celle la densité de l’internet fixe à bande large et le logement, où la région Centre-Ouest à des niveaux similaires, comme on peut le voir encore plus nettement sur le groupe suivant de cartes.

Figure 2 São Paulo et le reste

Dans ce deuxième groupe la situation la plus favorable n’est pas systématiquement celle de l’État de São Paulo, elle est souvent partagée avec la région Centre-Ouest et en particulier la région de production du complexe soja-maïs-coton du Nord du Mato Grosso. Il arrive même que cette dernière ait de meilleurs résultats que São Paulo, en particulier pour le PIB par tête, ce qui peut se comprendre puisque la richesse générée par ses productions sont divisés par un plus petit nombre d’habitants.

Il peut arriver également que cette région s’individualise par des caractères négatifs, c’est le cas de l’obésité, qui est nettement plus importante sur cet axe São Paulo-Mato Grosso que dans le reste du pays : le fait de disposer de revenus plus importants n’a, dans ce cas, pas que des avantages.

Figure 3 Le centre étendu

Le troisième groupe de cartes fait apparaître les régions qui sont dans les situations les plus déprimées, ce que l’on peut considérer comme la périphérie du pays, principalement le nord du pays, Nordeste et Amazonie. C’est clairement le cas pour une des dimensions distinguées par l’IPS, les « fondements pour le bien-être ». Cela se traduit notamment par l’équipement des domiciles, bien moins dotés en égouts et accès à l’eau potable, mais aussi dans le domaine scolaire : c’est dans ces régions que le décalage entre la classe fréquentée par les élèves et leur âge réel (c’est-à-dire le retard scolaire) est le plus fort. On notera toutefois que, pour les deux dernières cartes, celle de l’indice synthétique calculé par l’Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira (Inep) pour l’enseignement fondamental et l’accès aux connaissances de base, un État du Nordeste – le Ceará – se distingue du reste de la région, ce qui confirme que ses efforts d’amélioration de l’enseignement de base, menée de façon continue pendant plus de vingt ans, ont porté leurs fruits.

Figure 4 Les périphéries

La quatrième série de cartes fait apparaître et aide à caractériser les fronts pionniers qui se développent dans le nord du pays, sur les confins amazoniens. Ils apparaissent dans les indicateurs de l’IPS de façon principalement négative : la qualité de l’environnement y est compromise, les foyers de chaleur (causés par les incendies forestiers) plus nombreux, la suppression des végétations primaires et secondaires plus fréquentes et les émissions de CO2 plus abondantes. L’environnement n’est en outre pas la seule victime de la poussée pionnière, elle se traduit aussi par le nombre d’homicides et le nombre de morts causés par les accidents de la circulation, dans ces régions où les routes sont en mauvais état et le style de conduite des automobiles et des motos souvent – pour le moins – un peu trop audacieux.

Figure 5 Les fronts pionniers

Cartes de synthèse

La production et l’examen des cartes analytiques ont permis de repérer les variables (indicateurs et « dimensions » plus synthétiques) spatialement les plus discriminantes, et ce sont donc elles qui ont été utilisées pour élaborer des cartes de synthèse. Ce sont les suivantes :

  • Besoins humains fondamentaux
  • Fondements du bien-être
  • IPS Brésil
  • PIB par habitant
  • Décès dus aux accidents de la circulation
  • Homicides
  • Écart entre classe et âge dans l’enseignement secondaire
  • Couverture de l’internet mobile
  • Suppression de la végétation

Ce sont donc elles qui apparaissent (en portugais) en légende des cartes ci-dessous.

La première synthèse a été faite en utilisant une analyse factorielle, dont le principe est de traiter simultanément une série de variables de façon à faire apparaître celles qui ont un rôle semblable dans la distribution statistique des données. La représentation habituelle de ses résultats et d’associer sur un diagramme la position des unités spatiales ou (c’est le cas ici) des variables sur deux axes.

La figure 6 associe donc les axes 1 et 2 issues de l’analyse factorielle, représentant respectivement un peu plus de 40 % et un peu plus de 20 % de la variance, tandis que les deux cartes traduisent spatialement les scores obtenus sur ces axes : sur l’axe 1, qui se lit de droite à gauche, la partie gauche caractérise les régions les mieux dotés pour une série de variables associées entre elles, depuis l’IPS global jusqu’aux bons résultats scolaires et à une meilleure espérance de vie, malgré le fait – déjà noté – que c’est dans cette partie du pays que l’obésité est la plus forte. La carte résultant de cet axe distingue, comme c’est très souvent le cas avec les données statistiques brésiliennes, une opposition entre le nord et le sud du pays.

Le second axe, qui se lit de haut en bas, fait apparaître la spécificité des régions pionnières, caractérisées dans le bas du diagramme par les mêmes facteurs que nous avions notés sur les cartes analytiques, émissions de CO2, suppression de la végétation, homicides et morts dans les accidents de la circulation : ce sont ces régions du nord du Centre-Ouest et du sud de l’Amazonie qui apparaissent sur la carte du bas (en bleu), auquel s’ajoute le Roraima et l’ouest du Rio Grande do Sul.

Figure 6 Analyse factorielle

Les mêmes variables ont été soumises à une classification ascendante hiérarchique (CAH) de façon à faire apparaître une typologie des communes ayant le même type de comportement au vu des indicateurs, et surtout – puisque le but de ce travail et la production de cartes – qui fassent apparaître une régionalisation aussi cohérente que possible.

Le principe de la CAH est de grouper les individus analysés – en l’occurrence les communes brésiliennes – en fonction de leur similitude vis-à-vis des variables étudiées : par défaut le logiciel Philcarto qui a été utilisé pour cette partie du travail produit douze groupes qui peuvent être ensuite regroupés entre eux jusqu’à n’en garder que deux.

C’est ce qui a été fait pour la typologie numéro 1, la bipartition la plus simple possible. On voit sur le graphique à barres qui l’accompagne que les communes coloriées en vert ont des résultats au-dessus de la moyenne (barre à droite de la ligne verticale) pour la plupart des indicateurs, à l’exception de ceux qui ont une connotation nettement négative (homicides, retard scolaire et suppression de la végétation). C’est évidemment le contraire, par construction, pour le groupe colorié en rouge pâle, pour lequel les indicateurs les plus positifs sont nettement en dessous de la moyenne, et les indicateurs négatifs au-dessus.

Si l’on passe de deux groupes à trois, comme c’est le cas pour la typologie numéro 2, on fait apparaître une distinction à l’intérieur du groupe des communes les plus favorisées (en vert pâle sur la carte). Il se distingue du précédent (en vert foncé) par le fait que son PIB par tête est plus élevé et que les morts dans les accidents de la circulation y sont plus nombreux, ce qui a amené à le qualifier de « nouveau centre, riche et violent ».

Figure 7 Typologies 1 e 2

Si l’on augmente encore le nombre de groupes c’est cette fois le groupe des régions les moins favorisés qui se dédouble, avec l’apparition d’un sous-groupe marqué par la violence (en rouge vif sur la carte) : c’est le résultat d’un processus déjà observé par ailleurs[5] qui a vu la violence se déplacer progressivement des grandes villes du Sudeste vers le Nordeste et l’Amazonie.

Figure 8 Typologie 3

L’équipe qui a élaboré l’Índice de Progresso Social (IPS) a eu trois grands mérites, le créer pour rappeler que « les données économiques ne suffisent pas à évaluer le développement réel de la population », trouver et traiter d’autres données pour mieux l’évaluer et enfin les mettre librement et gratuitement à la disposition de qui veut s’en servir. C’est ce qui a permis ce travail de (re)cartographie, dont on espère qu’il pourra donner encore plus de force et d’impact à leur remarquable travail.

[1] https://ipsbrasil.org.br/relatorios

[2] https://piaui.folha.uol.com.br/o-brasil-visto-pelo-desempenho-social-e-ambiental-das-cidades/

[3] https://ipsbrasil.org.br/

[4] Élaboration d’une carte thématique, https://iussp.org/sites/default/files/J3-Txt4-Annexe_V_Seriesf_103f_UN.pdf , p. 253.

[5] « Atlas de la violence au Brésil », https://braises.hypotheses.org/1847  et « O grande deslocamento da violência », Confins 62, 2024, URL http://journals.openedition.org/confins/55944 ,  DOI https://doi.org/10.4000/confins.55944

Les États brésiliens parmi les pays du Monde

La publication du recensement démographique de 2022 par l’IBGE est l’occasion de reprendre[1] une comparaison entre les États qui forment la fédération brésilienne et celle de divers pays du monde : par leur taille et leur population ils sont en effet pour beaucoup d’eux comparables à des nations d’autres continents. Ces rapprochements inattendus peuvent aider des lecteurs français à comprendre l’immensité et les contrastes de peuplement du Brésil, mais aussi des lecteurs brésiliens à prendre conscience de la taille réelle de leur pays.

Le tableau ci-dessous montre que le plus peuplé des États brésiliens, São Paulo, qui compte près de 44 millions et demi d’habitants, a une population proche de celle du Soudan, un peu inférieure à celle de l’Espagne et de l’Argentine (47 millions) et un peu supérieure à celle de l’Algérie ou de l’Ukraine (43 et 41 millions). Avec une population qui le situe dans l’ordre de grandeur de bon nombre de pays européens et une superficie qui est à peu près celle du Royaume-Uni, sa densité démographique est proche de celle de l’Italie.

D’autres cas montrent des disparités plus grandes entre les cas comparables en population et en superficie. Malgré la très rapide croissance démographique qui l’a fait passer de moins de 10 millions d’habitants à la fin du XIXe siècle à plus de 200 millions actuellement, quelques États brésiliens ont encore de très faibles densités : Rio de Janeiro a la population du Tchad sur la superficie du Danemark (bien plus petit que ce pays africain) et une densité proche de celle des Philippines. Le Paraná rassemble la population de la Belgique sur un territoire d’une taille voisine de celle du Kirghizistan, avec des densités afghanes, et le Rio Grande do Sul celle de la Grèce sur le territoire du Burkina Faso, avec une densité mozambicaine.

On peut constater sur le tableau que certains pays étrangers sont deux fois cités (ils y sont marqués en rouge) et trois États brésiliens (ils y sont encadrés) se comparent alors à deux d’entre eux, bien qu’ils soient très dissemblables.

  • Le Minas Gerais à la population du Mali sur la superficie de Madagascar (proche de de celle de la France) et a donc à peu près la densité du Venezuela ;
  • Le Rio Grande do Norte a la population de la Mongolie sur la superficie de la Bosnie et la densité de la Bulgarie ;
  • L’Amapa a à peu près la même population que le Guyana sur la superficie du Tadjikistan (qui en est proche) et toutes deux ont les très basses densités du Botswana ou de la Mauritanie. Le Santa Catarina à la population de Hong Kong sur la superficie de la Hongrie et donc une densité proche de celles du Maroc, sans avoir comme lui des parties désertiques.
  • Les États qui ont la plus faible population du pays, pour la plupart situés en Amazonie (celle du moins peuplé, le Roraima est proche de celle du Luxembourg), ont pour équivalent dans le monde des pays proches d’eux, comme le Guyana ou parfois situés au bout du monde comme la Mauritanie, le Botswana ou le Tadjikistan.

Passer du tableau à la carte permet de mieux visualiser les correspondances entre États brésiliens et pays du monde. La première carte, qui garde les contours réels des États brésiliens, montre un fort contraste entre leurs superficies mais aussi les populations totales de chacun d’entre eux et par conséquent de leurs densités : élevées dans certains des États du Nordeste et du Sudeste elle décroissent sensiblement vers l’intérieur du continent et deviennent très faibles en Amazonie.

Sur la deuxième carte la surface des États a été anamorphosée en fonction de leur population, et donc dilatée pour ceux où elle est nombreuse et réduite pour ceux où elle est faible, et le nom de chacun d’entre eux a été remplacé par celui de pays qui ont à peu près le même nombre d’habitants (les mêmes que sur le tableau).

Sur la troisième l’anamorphose est cette fois fondée sur les densités démographiques (le nombre d’habitants par kilomètre carré) ce qui renforce encore visuellement les contrastes entre les États densément peuplés du littoral des deux régions citées et fait pratiquement disparaître l’Amazonie, aux très faibles densités[2].

[1] « États brésiliens et pays du monde », https://braises.hypotheses.org/604

[2] Ce billet est le centième publié sur ce carnet de recherche.

Premières images du recensement brésilien de 2022

Lors du lancement de l’un des premières livraisons de son nouveau recensement démographique[1] le président par intérim de l’IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique) Cimar Azeredo, a souligné qu’avec ces données, l’Institut remplit sa mission de faire un portrait exact du Brésil. Selon lui, le principal avantage de disposer, par exemple d’une enquête sans précédent sur la population quilombola[2] est que les politiques publiques pourront désormais être élaborées sur la base de preuves et non de récits. « Aujourd’hui, nous avons mis les quilombolas sur la carte, et nous allons y mettre aussi les indigènes et les habitants des bidonvilles. C’est un point important, car ce sont les populations qui ont le plus besoin de ces statistiques, nous devons savoir de combien d’écoles, de combien de centres de santé, tout ce dont ces populations ont besoin. Ce qui se passe est une réparation historique. Nous avons vu des quilombolas s’identifier et se voir dans le recensement de 2022. L’IBGE en est très fier », a déclaré M. Azeredo.

Cette déclaration contraste évidemment avec celle faite par Jair Bolsonaro lorsqu’il était candidat à la présidence de la République (PSC-RJ) : il avait proféré des attaques racistes contre les Noirs lors d’une conférence au Club Hébraïque de Rio de Janeiro et déclaré que, s’il était élu, il avait l’intention de mettre fin à toutes les réserves foncières pour les peuples indigènes et les quilombolas. « Je suis allé dans un quilombo. L’afro-descendant le plus léger pesait sept arrobas[3]. Ils ne font rien. Je ne pense qu’ils ne sont même plus capables de procréer »[4].

Ce nouveau recensement démographique[5] constitue en effet la principale source de référence pour comprendre les conditions de vie de la population dans toutes les communes brésiliennes et ses résultats fournissent des informations précieuses pour l’administration publique et la planification sociale et économique du pays. Le précédent avait été fait en 2010 et le suivant était prévu en 2020, mais en raison de la pandémie de COVID-19 et de coupes budgétaires drastiques faites en 2021 par le gouvernement de Jair Bolsonaro, l’opération a été reprogrammée pour 2022. Pour le réaliser, 106,8 millions d’adresses et 90,7 millions de ménages ont été visités dans les 5 568 communes du pays dans ses 26 États, le district fédéral et le district de Fernando de Noronha. Ces résultats sont disponibles à différents niveaux géographiques : Brésil, Grandes régions, États, concentrations urbaines et communes.

Les notes techniques qui accompagnent la publication indiquent, entre autres considérations méthodologiques, les définitions adoptées dans la recherche et résument les procédures générales utilisées pour collecter et traiter les données de l’enquête. Toutes ces informations sont disponibles sur le site web de l’IBGE, sur son Système de Récupération Automatique (Sidra[6]), sur la Plate-forme géographique interactive (PGI), ainsi que sur la page de l’enquête.

Les cartes ci-dessous ont été élaborées à partir de ces données et sont accompagnées de brefs commentaires basés en partie sur les informations fournies par l’IBGE lors de la publication de chaque série de données.

Une croissance plus lente

L’une des premières surprises du recensement a été la poursuite du ralentissement de la croissance démographique. L’estimation faite par l’IBGE en août 2021 était que la population brésilienne serait de 213,3 millions, mais le résultat du recensement est sensiblement inférieur, avec 203 millions (plus précisément 203 062 512).  Il s’agit tout de même d’une augmentation de 12,3 millions de personnes par rapport au total enregistré lors du recensement de 2010 (190 755 799), ce qui prolonge la série historique qui a vu le pays passer de moins de 10 millions d’habitants lors du premier recensement moderne en 1872 à donc plus de 200 en 2020, une multiplication par 20 en 150 ans. Mais le taux de croissance annuel moyen de la population brésilienne a été le plus faible jamais enregistré depuis 1872, soit 0,52 % (lors du recensement de 2010, il s’élevait encore à 1,17 %), de toute évidence, la croissance rapide qui avait commencé avec la réduction des taux de mortalité à partir des années 1940 s’est arrêtée avec la baisse des taux de fécondité dans les années 1960, ce qui a conduit à une diminution du taux de croissance de la population à partir des années 1970.

Cependant, la réduction n’affecte pas de la même manière l’ensemble du territoire national : si toutes les régions ont un taux de croissance annuel moyen de plus en plus faible, le Centre-Ouest, où progresse le front pionnier de la culture du soja et de l’élevage, a un taux deux fois plus élevé que la moyenne nationale : alors que le taux annuel brésilien était de 0,52 %, celui du Centre-Ouest a été de 1,23 %, contre 1,9 % en 2021. Lors des recensements de 2010 et 2000, la région ayant le taux de croissance le plus élevé était le Nord amazonien, dont le taux a considérablement baissé dans l’édition actuelle, passant de 2,09 en 2010 à 0,75 en 2022.

Figure 1 Croissance de la population brésilienne de 1872 à 2020

Évolution de la population entre 2010 et 2022

Dans l’ensemble, l’évolution de la population entre les deux derniers recensements a donc a été positive. Mais la carte numéro 1 (où les points jaunes correspondent à des communes où le total de population constatée par l’IBGE a été contesté devant les tribunaux) confirme qu’elle est loin d’avoir été homogène dans tout le pays : les triangles verts qui signalent l’augmentation de la population des communes sont très majoritaires, et particulièrement concentrés sur un axe Sud/Nord qui va du Santa Catarina, dans le sud, jusqu’au Roraima, tout au nord de l’Amazonie. Les triangles roses et rouges indiquent au contraire les régions qui ont perdu de la population entre 2010 et 2020 principalement dans le Nordeste mais aussi dans l’extrême sud (toute la partie méridionale du Rio Grande do Sul), le Rondônia et le Maranhão.

Carte 1 Évolution de la population entre 2010 et 2020

La carte 2 ne prend en compte que les changements de population – positifs et négatifs – de plus de 3 000 habitants par commune : cela rend plus visibles les pertes de population qui se sont produites dans plusieurs villes du Nordeste. Elles apparaissent également dans les confins du Maranhão et du Pará et dans le Rondônia, qui étaient des zones pionnières et des zones d’afflux de population au cours des décennies précédentes, une remarquable inversion de tendance en moins d’un demi-siècle.

Carte 2 Gains et pertes de population de plus de 3 000 habitants

La carte 3 montre les gains de population de chaque État à l’aide de symboles proportionnels (triangles rouges), et le fond anamorphosé, déformé en fonction de la population de chaque État, prend une couleur correspondant à son taux d’évolution.

Carte 3 Évolution de la population par État entre 2010 et 2020

Âges de la population

Dans sa quatrième livraison de données, l’IBGE a publié des informations sur la population résidente par âge et par sexe, ainsi que certains indicateurs dérivés, tels que l’âge médian, l’indice de vieillissement et le sex-ratio (le rapport entre le nombre des hommes et des femmes). L’âge médian – l’indicateur qui divise une population entre les 50 % les plus jeunes et les 50 % les plus âgés – a augmenté de 2010 à 2022, passant de 29 ans à 35 ans, ce qui indique un net vieillissement de la population. Au cours de la même période, cet indicateur a augmenté dans le Nord amazonien de 24 à 29 ans, dans le Nordeste de 27 à 33 ans, dans le Sudeste de 31 à 37 ans, dans le Sud de 31 à 36 ans et dans le Centre-Ouest de 28 à 33 ans.

Bien qu’il soit évident que cet âge médian est encore très bas par rapport aux pays du Vieux Continent (et que donc le Brésil n’a pas trop de souci à se faire à court terme pour le paiement des retraites) la répartition entre les classes d’âge est, elle aussi, très différente d’une région à l’autre : comme le montre la carte 4, les jeunes sont beaucoup plus nombreux dans le Nord amazonien, le centre Ouest et une bonne partie du Nordeste. Les classes d’âge actif prédominent dans le Sudeste et est le Centre-Ouest, le cœur économique du pays, tandis que le pourcentage de personnes âgées devient plus significatif dans le Sud et quelques parties du Sudeste.

Carte 4 Population jeune, en âge de travailler et âgée en 2022

Si l’on construit une typologie à partir de cette distribution des classes d’âge en trois groupes, on peut faire apparaître, en utilisant une CAH, classification ascendante hiérarchique, (carte 5) des régions où l’un (ou deux) d’entre eux, sans prédominer, le distingue(nt) de la moyenne nationale. Dans presque tout le pays on constate que c’est celui des jeunes qui domine, avec une présence plus forte encore en haute Amazonie. Les groupes de la population d’âge actif sont particulièrement présents sur l’axe pionnier qui avance vers le nord-ouest et secondairement vers certaines parties du Nordeste, marquant la trace des fronts agricoles vers lesquels migrent les pionniers. Dans le Sudeste, ou l’économie est plus mûre, on observe une cohabitation des actifs et des personnes plus âgées, ces derniers devenant dominants dans l’extrême sud du pays et dans des régions spécifiques comme le nord du Minas Gerais et le centre de l’État de Bahia : ce sont des régions d’émigration, d’où partent précisément ces mêmes pionniers.

Carte 5 Typologie des groupes d’âge

Population par couleur de peau

Avec la cinquième livraison de données[7], l’IBGE a rendu publiques des informations qui permettent de connaître le nombre de résidents du point de vue de leur appartenance ethnique et raciale, en tenant compte de deux principes directeurs. La catégorisation de la couleur ou de la race[8] est historiquement étudiée depuis le recensement démographique de 1991 (blanc, noir, jaune, brun et indigène). Ce qui est nouveau, c’est l’adoption, pour la première fois, de méthodologies quantitatives et qualitatives visant à comprendre les différents aspects de la perception personnelle de ces catégories, étant donné que divers critères d’appartenance identitaire peuvent être utilisés pour cette classification (origine familiale, couleur de la peau, traits physiques, ethnicité, entre autres), et que les cinq catégories établies peuvent être prises en compte par l’informateur.

Les statistiques fournies, disponibles aux échelles du Brésil entier, des grandes régions, des unités de la fédération (États) et des communes, sont organisées selon différentes dimensions d’analyse : population résidente pour chaque catégorie de couleur ou de race et leur part relative respective dans la population résidente totale, sexe, groupes d’âge, âge médian et indice de vieillissement. Dans une approche complémentaire, la publication fournit également un aperçu de la participation de chacune des cinq catégories considérées dans la population résidente totale de l’Amazonie légale, en raison de leur représentativité spatiale sur cette partie du territoire brésilien.

Dans une publication complémentaire[9], l’IBGE indique qu’au moment du recensement de 2022, environ 92,1 millions de personnes se déclaraient métisses (pardos), soit 45,3 % de la population du pays. Depuis 1991, ce contingent n’avait pas dépassé la population blanche, qui s’élevait à 88,2 millions (soit 43,5 % de la population du pays). Par ailleurs, 20,6 millions de personnes se déclarent noires (pretos, 10,2 %), 1,7 million se déclarent indigènes (indígenas, 0,8 %) et 850 100 se déclarent jaunes (amarelos, 0,4 %).

La carte 6 est construite en traçant dans chacune des « régions immédiates » définies par l’IBGE des cercles proportionnels au nombre de personnes de chacune de ces catégories de couleur de peau, auxquels est affectée une gamme chromatique d’autant plus sombre que leur proportion dans la population totale est élevée. Le groupe le plus nombreux, celui des métis (pardos) prédomine dans le Nord amazonien, le Nordeste et le Centre-Ouest. Il est moins présent dans le Sudeste et notamment les deux grandes métropoles, São Paulo et Rio de Janeiro, et franchement minoritaire dans les deux États du Sud. Le deuxième en effectif, celui des blancs (brancos) est au contraire massivement présent en nombre et en proportion dans les trois états du Sud et l’État de São Paulo. La présence des personnes qui déclarent être noires (pretos) est forte à Salvador et dans tous l’État de Bahia, du Maranhão, à Rio de Janeiro et dans le Minas Gerais, mais très limitée ailleurs. Enfin pour les deux dernières catégories, les « jaunes » (amarelos, c’est-à-dire les brésiliens d’origine asiatique) et les indigènes (indígenas) il a fallu adopter une autre échelle pour la représentation des cercles proportionnels car ce sont des catégories très peu nombreuses : la carte ainsi modifiée montre que les premiers sont surtout présents dans l’État de Sao Paulo et le nord du Paraná (où leurs parents ou grands-parents ont été amenés jadis pour la culture du café) et les seconds dans l’extrême nord-ouest amazonien et dans quelques autres États avec des effectifs – et surtout une proportion – bien moindre.

Carte 6 Population par couleur de peau

Si l’on synthétise cette distribution des groupes de couleurs de peau dans une typologie, elle aussi menée grâce à une classification ascendante hiérarchique (carte 7), on observe que dans la plus grande partie du territoire national ce sont les métis qui ont la plus forte présence alors que dans le sud ce sont les blancs. Les autres catégories ne sont significativement présentes que dans un petit nombre de régions, certaines parties du Nordeste pour les noirs, une partie de São Paulo pour les « jaunes » et la très haute Amazonie pour les indigènes. Dans dans les trois cas existe quelques exceptions liées à des migrations vers des régions de production tout à fait particulières (comme les cultures irriguées ou le poivre pour les colons d’origine japonaise) ou des zones de refuge (comme les populations noires qui ont créé des quilombos dans l’intérieur du Nordeste).

Carte 7 Typologie des couleurs de peau

Peuples autochtones

Dans cette édition du recensement, l’IBGE a cherché des informations qui lui permettraient de mieux connaître la population « indigène » (selon sa terminologie) et sa répartition à l’intérieur et à l’extérieur des « terres indigènes »[10]. À cette fin, il a établi des partenariats avec divers organismes et ONGs, s’est appuyé sur le soutien fondamental des guides des communautés indigènes et a bénéficié de l’accompagnement de diverses organisations représentatives, avec l’interlocution de l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil (APIB), garantissant le droit à une consultation libre, préalable et informée à tous les stades de l’opération.

Avec cette publication, l’IBGE met à jour les statistiques précédemment disponibles, organisées en grands thèmes : la population autochtone résidente et sa proportion par rapport à la population résidente totale, le total des domiciles occupés par au moins un résident autochtone, le nombre de résidents (total et autochtone), le nombre moyen de résidents (total et autochtone), et le pourcentage de résidents autochtones par rapport au nombre total de résidents dans ces ménages.

Les résultats ont été annoncés lors d’un événement organisé à la Casa do Olodum, située sur la place du Pelourinho[11], à Salvador. La cérémonie s’est déroulée en présence de représentants des principaux partenaires de l’Institut, tels que le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), les ministères de l’égalité raciale, de la planification et des peuples indigènes, Olodum[12], le secrétariat du gouvernement de l’État de Bahia pour la promotion de l’égalité raciale et des peuples et communautés traditionnels (Sepromi), parmi d’autres institutions.

Selon l’IBGE, la population indigène du pays s’élevait à en 20221 à 1 693 535 personnes, ce qui représente 0,83 % de la population totale du pays, dont un peu plus de la moitié (51,2 %) était concentrée en Amazonie. En 2010, lors du précédent recensement, 896 917 indigènes étaient recensés dans le pays : cela équivaut à une augmentation de 88,82 % en 12 ans

Selon Marta Antunes, chef du projet « Peuples et communautés traditionnels » de l’IBGE, l’augmentation du nombre d’indigènes entre les deux recensements s’explique principalement par les changements méthodologiques apportés pour améliorer la prise en compte de cette population. « Ce n’est qu’avec les données par sexe, âge et ethnie et les questions de mortalité, de fécondité et de migration qu’il sera possible de mieux comprendre la dimension démographique de l’augmentation du nombre total d’autochtones entre 2010 et 2022, dans les différentes sections. Il y a aussi le fait que nous avons élargi la question “vous considérez-vous comme autochtone ? En 2010, nous avons constaté que 15,3 % de la population ayant répondu qu’elle était autochtone dans les terres indigènes provenait de ce questionnaire », explique-t-elle.

Lors du précédent recensement démographique, la question sur leur couleur ou race a été posée à toutes les habitants du pays. Cependant, la question « vous considérez-vous comme indigène ? » n’était posée qu’aux personnes résidant dans des « terres indigènes » officiellement délimitées et se déclarant blanches, noires, métis ou jaunes, c’est-à-dire lorsqu’elles répondaient à cette question qu’elles n’étaient pas indigènes. En 2022, cette question a été étendue à d’autres localités indigènes, qui comprennent, outre les territoires officiellement délimités par la FUNAI, les « groupements indigènes » identifiés par l’IBGE et d’autres « localités indigènes », qui sont des ménages dispersés dans des zones urbaines ou rurales avec une présence avérée ou potentielle d’indigènes. Lors du recensement de 2022, environ 27,6 % de la population autochtone du pays s’est déclarée comme telle en répondants à cette question.

Ce changement de méthodologie explique le quasi-doublement du nombre des autochtones comptabilisés par le recensement, et met en lumière le fait qu’en ne comptant que ceux qui sont présents dans les « terres indigènes », on rendait invisibles les personnes qui, tout en se considérant encore comme des « indigènes », ont choisi de quitter ces réserves et de migrer vers des régions où la plupart des habitants font partie d’autres groupes.

La première image de la carte 8 met en regard les demi-cercles rouges de ceux qui habitent dans les terres indigènes et les demi-cercles bleus de ceux qui ont choisi de s’installer ailleurs. En Amazonie ils ont rejoint les communes les plus peuplées de la vallée de l’Amazone et de ses principaux affluents, dans le Nordeste ils sont beaucoup plus nombreux à habiter sur le littoral que dans les rares réserves qui leur restent. Ce n’est que sur un axe sud-ouest/nord-est qu’ils ont massivement choisi de rester dans les terres indigènes, sauf dans le Mato Grosso do Sul, où certains ont dû migrer vers les villes à cause de l’étroitesse des terres qui leur ont été laissées.

La deuxième image, consacrée aux habitants non indigènes habitant dans les terres indigènes, montre qu’ils sont présents presque partout dans le pays avec des proportions élevées dans le Nordeste et sur les fronts pionniers du Pará.  La troisième associe la répartition des personnes qui se considèrent comme « indigènes » mais qui résident hors des « terres indigènes », dont la distribution correspond d’assez près à la hiérarchie urbaine brésilienne, avec une prédominance de ses principales métropoles. La gradation de couleur correspondant à leur proportion hors des terres qui leur sont réservées n’est élevée qu’en haute Amazonie, secondairement dans le centre du Maranhão et quelques parties du Mato Grosso et du Mato Grosso do Sul.

Carte 8 Population autochtone, à l’intérieur et à l’extérieur des « terres indigènes »

Quilombolas

Dans cette édition du recensement, l’IBGE a étudié pour la première fois la population quilombola et ses caractéristiques démographiques, géographiques et socio-économiques dans le cadre d’une enquête de recensement. Pour ce faire, il a établi des partenariats avec divers organismes et ONGs, avec le soutien des leaders communautaires et a bénéficié de l’accompagnement permanent de la Coordination nationale pour l’articulation des communautés rurales noires quilombolas (Conaq), garantissant le droit à une consultation libre, préalable et informée à toutes les étapes de l’opération. Cette enquête sans précédent a été saluée comme une reconquête historique par les autorités et surtout par les différents leaders de quilombos présents lors de l’événement de lancement, qui a réuni plus de 120 personnes dans l’auditorium du siège de l’Institut National de la Colonisation et de la Réforme Agraire (INCRA) à Brasilia.

L’information selon laquelle le pays compte 1 327 802 quilombolas, soit 0,65 % de la population totale, a été soulignée dans la presse nationale et même à l’étranger, avec des articles publiés par le journal britannique The Guardian et la BBC.

Carte 9 Population de Quilombolas

La carte 9, qui situe ces populations quilombolas, fait bien apparaître les zones ou des esclaves fuyant les principales régions de plantation avaient pu trouver refuge en s’enfonçant vers l’intérieur du pays : vers la pré-Amazonie du Maranhão, vers l’intérieur du Pará, ou l’extrême sud de l’État de Sao Paulo (Vale do Ribeira). Le groupe le plus remarquable est toutefois celui qui dessine deux axes nord-est/sud-ouest au long du littoral et dans le centre de l’État de Bahia, avec des prolongements du nord au sud du Minas Gerais et vers le Goiás-Tocantins : cette configuration est tout à fait inédite et méritera des recherches particulières quand d’autres données du recensement auront été rendues disponibles par l’IBGE.

[1] https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/22827-censo-demografico-2022.html

[2] Les quilombolas sont les habitants des quilombos, communautés formées à l’origine par des esclaves qui s’échappaient des plantations. Le mot quilombo vient de la langue bantoue et fait référence au “guerrier de la forêt”.

[3] L’arroba (de l’arabe ar-rub, la quatrième partie) équivalait à l’origine à la quatrième partie d’un quintal, soit 25 livres (environ 12 kg). Avec l’introduction du système international d’unités, l’arroba a perdu une grande partie de sa fonction, mais elle n’a pas cessé d’exister ; au Brésil, elle est toujours utilisée pour mesurer le poids des bovins et des porcs. Son symbole @ est aujourd’hui largement utilisé en informatique pour indiquer l’emplacement des adresses électroniques.

[4] https://congressoemfoco.uol.com.br/projeto-bula/reportagem/bolsonaro-quilombola-nao-serve-nem-para-procriar/

[5] https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/22827-censo-demografico-2022.html

[6] https://sidra.ibge.gov.br/home/pmc/brasil

[7] https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/22827-censo-demografico-2022.html?edicao=38698

[8] Selon la terminologie de l’IBGE

[9] https://agenciadenoticias.ibge.gov.br/agencia-noticias/2012-agencia-de-noticias/noticias/38719-censo-2022-pela-primeira-vez-desde-1991-a-maior-parte-da-populacao-do-brasil-se-declara-parda

[10]https://www.ibge.gov.br/estatisticas/sociais/populacao/22827-censo-demografico-2022.html?edicao=37417

[11] Littéralement du « petit pilori » car c’est là, dit-on, que les esclaves étaient punis. Elle est inscrite par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’Humanité sous la dénomination « Centre historique de Salvador de Bahia ».

[12] Groupe culturel brésilien de la communauté noire de Salvador, fondée en 1979 par un groupe d’habitants du quartier de Pelourinho dans le but de participer au Carnaval. Son principal objectif est la lutte contre le racisme, la promotion et le soutien à la communauté afro-brésilienne.

La Province Minière Carajás, 1985-2020

La « Province Minière Carajás » (Província Mineral Carajás) est située dans l’État du Pará, en Amazonie brésilienne. C’est l’une des plus importantes régions minières au monde et la principale du Brésil, car non seulement c’est la deuxième du pays pour le minerai de fer (juste derrière le « Quadrilatère de fer » du Minas Gerais), mais elle recèle en outre une grande diversité de minerais : cuivre, manganèse, nickel, or et platine.

La première image, une copie d’écran de Google Earth annotée, la situe en Amazonie, au sud de Belém et de l’Amazone, proche du tracé de la route Transamazonienne (est-ouest), de la BR163 (sud-nord), qui apparaissent bien sûr l’image, et de la Belém-Brasilia qui n’y apparaît pas car elle ne se distingue pas des défrichements qui ont progressé en direction du nord-ouest.

Figure 1 Localisation de la Province minérale de la Serra de Carajás

La province minière est bien visible, même sans le cadre rouge qui l’entoure, car elle est incluse dans une « aire protégée », la forêt nationale de Carajás, une zone d’« utilisation durable » de près de 400 000 hectares. Celle-ci fait partie d’un ensemble de cinq « unités de conservation » (figure 2) gérées en partenariat avec l’Institut Chico Mendes pour la conservation de la biodiversité (ICMBio).

– Floresta Nacional de Carajás (395 827 hectares)

– Floresta Nacional do Itacaiúnas (51 236 hectares)

– Área de Proteção Ambiental do Igarapé Gelado (23 286 hectares)

– Floresta Nacional do Tapirapé-Aquiri (190 000 hectares)

– Reserva Biológica do Tapirapé (103 000 hectares).

Les surfaces exploitées par l’entreprise minière occupent actuellement moins de 2% des quelque 763 349 hectares qui composent cette zone protégée, à laquelle il faut ajouter la réserve indienne de la Terra Indígena Xikrin do Cateté, de 439 000 hectares

Figure 2 Les aires protégée de la Serra de Carajás

Le contour de ces aires protégées a été progressivement révélé par le défrichement de toutes les terres qui les entourent, comme le montre bien la figure 3, créée en associant des images plus anciennes obtenues grâce au module historique de Google Earth.

Figure 3 Les défrichements cernent progressivement la Province minière de Carajás

On peut noter en observant sur ces images que dans la forme globale de la province, qui fait penser à une tête de chien, apparaît une échancrure entre le « museau » et les « oreilles ». Elle a été causée par une faiblesse du dispositif originel de protection de la province minière, qui laissait à découvert son flanc nord, où passe la voie de chemin de fer qui permet d’exporter le minerai. Des paysans sans terre, dont beaucoup avaient été orpailleurs lors de la ruée vers l’or de la Serra Pelada, avaient commencé à s’y installer en avançant de plus en plus vers l’ouest, comme on peut le voir sur la figure 4. C’est pour parer à cette menace qu’a été créé l’Área de Proteção Ambiental do Igarapé Gelado, un statut qui permet de garder une activité humaine sur place, un peu à la manière des parcs naturels régionaux français.

Figure 4 Menaces sur le flanc nord

En resserrant la focale on peut observer la croissance parallèle des mines de la Serra Norte et de la ville de Parauapebas : les premières étendent progressivement leur emprise, très visible par le contraste entre les roches rouges et le vert de la forêt tropicale, la seconde grandit peu à peu à mesure qu’afflux des migrants attirés par la perspective (souvent illusoire) de trouver de travail dans les mines ou dans les activités d’appui créé autour d’elles.

Figure 5 Croissances parallèles des mines et de la ville

En se rapprochant encore un peu plus peut suivre plus précisément la croissance de la ville de Parauapebas. Elle avait au recensement de 2010 (le dernier en date) une population de 153 908 habitants et sa population estimée par l’institut de statistiques brésiliens était en 2021 de 218.787 personnes. La commune a été créée en 1988 en se séparant de celle de Marabá, et sa croissance a ensuite été rapide

1991     53 335

2000      71 568

2002      80 761

2003      84 376

2004      88 519

2005      91 621

2006      95 225

La figure 5 retrace les principales étapes de cette croissance tel qu’elle apparaît sur les images de Google Earth, puis en superposant sur la même figure quelques-unes des étapes de l’extension progressive du périmètre urbain.

Figure 6 La croissance de Parauapebas

Rondônia : images de l’ «anthropisation» d’un État amazonien

Il est parfois donné à des géographes de voir un territoire se transformer sous leurs yeux, changer profondément entre le début et la fin de leur carrière, et c’est la chance que j’ai eue en étudiant depuis près de 50 ans l’État de Rondônia, en Amazonie brésilienne. C’est en là que j’ai fait ma thèse en 1974-1976, j’y suis revenu de multiples fois depuis lors et compte bien le faire à nouveau à l’avenir, pour quelques années encore. J’y ai vu la forêt amazonienne y reculer, mais aussi se mettre en place une vaste zone de production agricole, naître des villes, s’ouvrir des accès vers les pays voisins et le temps passe si vite dans cette région que ma thèse, 38 ans après sa rédaction, a été traduite et publiée comme un document déjà historique. Dans la courte bibliographie finale les lecteurs intéressés trouveront des références à d’autres publications (presque toutes accessibles en ligne) échelonnée au long de quatre décennies. Elles leur permettront, s’ils le souhaitent, d’en savoir plus car ici, en fonction de l’inévitable limitation de l’espace disponible dans un article, j’ai donné la priorité aux images.

Pour ne pas entrer dans les controverses entre partisans du développement et de la préservation, j’ai choisi de mettre l’accent sur ce que l’IBGE appelle l’ « anthropisation » d’un territoire, c’est-à-dire sa transformation par l’action humaine, sans parler de « mise en valeur » ou de « dévastation ». On pourrait fort bien faire au sujet du Rondônia, en insistant sur la création d’espaces productifs, de richesses, de voies de communication au contraire sur les milliers de kilomètres carrés de forêts primaires abattus et brûlés ou sur la contraction des espaces laissés aux populations indigènes et traditionnelles. Je me garderai donc de jugement de valeur et me concentrerai sur les transformations spatiales, sur le grand retournement qui a transformé un territoire amazonien organisé autour du réseau fluvial (et d’une voie ferrée), vers le nord, en un État intégré au reste du Brésil par un réseau de routes, vers le sud.

Le texte qui suit analyse d’abord l’intégration du Rondônia au territoire national brésilien, puis le mode d’occupation par lequel il est passé, avant d’analyser une série de situations locales en s’appuyant sur des images satellitaires recueillies sur le site Google Earth, qui montre leur évolution de 1984 (ou parfois 1975) à 2020.

Intégration dans le territoire national brésilien

Le point de départ de la structuration du territoire de l’État de Rondônia est sans aucun doute la construction de la route BR364 : jusqu’alors, on ne pouvait arriver à Porto Velho que par avion, ou par bateau depuis Manaus. La quasi-totalité de ce qui était alors le Territoire fédéral[1] de Rondônia était couverte de forêts, habitées uniquement par des groupes indigènes et quelques collecteurs de latex d’hévéa (seringueiros), de noix du Brésil et d’orpailleurs (garimpeiros), ce qui donnait à ses 237 000 kilomètres carrés une très faible densité de population : en 1950, sa population était de 39 935 habitants (soit une densité de 0,17 habitants par kilomètre carré), et en 1970, elle n’était encore que de 111 064 habitants (soit une densité de 0,46).

L’État compte aujourd’hui près de deux millions d’habitants[2], sa population a donc été multipliée par quarante en soixante ans, et cette croissance est essentiellement liée à la construction de la route, par laquelle sont arrivés des centaines de milliers de migrants. Des familles d’agriculteurs et d’éleveurs se sont installées en défrichant de vastes étendues de forêt tropicale primaire, des villages ruraux puis des villes de bonne taille ont été créés, ainsi qu’un réseau de chemins et de routes partant de l’axe principal, qui est toujours la BR 364. C’est autour de cette route que s’est structurée l’organisation spatiale de la partie centrale de l’État, suivie de la pénétration vers la vallée du Guaporé, qui était longtemps restée isolée.

La construction de la route avait été décidée par le président Juscelino Kubitscheck, le fondateur de Brasília, le 2 février 1960, lors d’une réunion avec les gouverneurs des États du Nord. La construction du tronçon reliant Cuiabá à Porto Velho et Rio Branco compléterait l’axe Brasilia-Acre, symétrique en Amazonie occidentale de la Brasilia-Belém en Amazonie orientale. « JK » avait déclaré vouloir qu’elle soit terminée à la fin de son mandat, il a été obéi et elle a été inaugurée en janvier 1961. Au cours des années 1960 et 1970, le 5e Bataillon du Génie et de Construction (5° BEC) a été chargé de son entretien, toujours difficile en raison des dommages causés par les fortes pluies de l’Amazonie, jusqu’à ce que le tronçon Cuiabá – Porto Velho soit goudronné en 1983. Aujourd’hui BR364 est l’un des principaux corridors Nord-Sud, traversant des régions à faible densité de population, reliant l’Amazonie au reste du pays et l’ouvrant aux pays voisins Venezuela, Bolivie et Pérou (Figure 1).

Figure 1 Axes routiers Sud-Nord

La figure 2 montre que cette route a eu un effet structurant dans le nord-ouest du pays : si l’on prend comme critère le PIB par kilomètre carré (insuffisant mais acceptable en première approche) on voit comme toujours un contraste majeur entre les régions proches du littoral plus riche (notamment dans le sud et le sud-est) et les régions de l’intérieur beaucoup plus pauvres, mais l’on constate que l’ouverture des nouveaux axes vers le nord ont fait apparaître des corridors de développement ou le PIB par kilomètre carré un est beaucoup plus élevé que celui des régions qu’ils ne traversent pas.

Figure 2 PIB et territoire

Modèles d’occupation

L’effet a été particulièrement sensible, pour le meilleur et pour le pire, dans le Rondônia, que la BR364 traverse du sud-est au nord-ouest. Avant son ouverture le territoire fédéral était entièrement couvert de forêts, après la consolidation de la route, il a été décidé de créer des zones de colonisation publique, et des milliers de paysans ayant afflué, attirés par la distribution gratuite de terres.

La figure 3 montre qu’en 1984, les effets étaient déjà visibles, avec des défrichements en « arête de poisson » de part et d’autre de la route principale. En 2020, cette structure s’est étendue des deux côtés de l’axe routier et ce qui était une étroite clairière le long de la BR 364 est devenu un très grand espace, occupant tout le centre de l’État.

Figure 3 Expansion de l’occupation à partir de la route

La figure 4 met en rapport la structure en « arête de poisson » avec la colonisation menée par l’INCRA, l’Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire, qui distribuait des lots de 500 m sur 2 km, avec l’obligation d’en laisser la moitié en forêt. Comme les lots étaient adossés deux à deux, alignés au long de la route principale et des routes secondaires (les linhas), et que ses occupants les défrichaient progressivement en avançant vers le fond de leur parcelle, le paysage qui en résultait était rapidement zébré par l’alternance de bandes défrichées et de forêts encore intactes (figure 4).

Figure 4 Le schéma de colonisation

Cette structure zébrée a occupé progressivement une part croissante du territoire du Rondônia, à mesure que se développait le réseau routier. Car c’est bien l’’expansion progressive du réseau routier qui a été le vecteur de l’occupation de l’espace : alors qu’en 1974 il n’y avait que deux routes, la BR364 et la BR425 (qui a remplacé le chemin de fer Madeira-Mamoré pour relier Porto Velho à Guajará-Mirim), en 2012 tout un réseau s’est développé autour d’elle pour prolonger progressivement l’axe central (figure 5).

Figure 5 Le réseau routier

Outre cet axe central, des routes de pénétration avaient été ouvertes pour atteindre la vallée de Guaporé-Mamoré à l’ouest, qui fait frontière avec la Bolivie, et les routes principales et secondaires ont été prolongées par de nombreuses « linhas » (vicinales), qui répétaient à l’infini la structure géométriquement régulière des anciens programmes de colonisation.

L’afflux de population lié à cette occupation progressive du territoire s’est également traduit par la multiplication du nombre de communes, qui ont été créées progressivement à mesure que des groupes d’habitants demandaient à pouvoir s’administrer eux-mêmes. Alors qu’en 1970, il n’y en avait que deux, on en compte aujourd’hui 52, le long de la BR364 et des routes qui en divergent (figure 6).

Figure 6 Évolution de la population et de la maille municipale

Outre cet aspect quantitatif, la figure 7 montre combien la nature de l’occupation a changé, car ces photographies comparant la situation de 1974 à celle de 2012 illustrent comment on est passé d’un front pionnier encore précaire à une occupation plus stabilisée : la route a été goudronnée, les ponts élargis, et les maisons en bois construites à la hâte ont cédé la place à des villes dont l’aspect ne diffère pas beaucoup de leurs équivalents dans des régions d’occupation plus ancienne, plus proches de la côte atlantique.

Figure 7 Évolution du paysage en Rondônia 1974-2012

©Hervé Théry

Évolutions locales

Pour observer les évolutions locales de différentes parties du territoire du Rondônia on peut utiliser Google Earth : lancé en 2001, cet outil est disponible en ligne ou sous forme de logiciel gratuit. Sa fonction est de présenter un modèle tridimensionnel du globe, construit à partir d’une mosaïque d’images satellites obtenues de diverses sources, d’images aériennes et de SIG 3D. L’avantage de sa version téléchargeable par rapport à l’accès direct via un navigateur est qu’elle inclut une fonction qui permet de remonter dans le temps vers des situations antérieures, par des images cadrées exactement de la même façon que l’actuelle (figure 6).

Figure 8 L’outil de retour aux situations antérieures

Suivent ci-dessous une série d’images représentatives des évolutions du territoire du Rondônia au cours des quatre dernières décennies, dont la localisation est précisée sur la figure 9.

Figure 9 Localisation des images

Dans le cas de la commune de Buritis, on dispose sur Google Earth d’une image de 1975 où la région est pratiquement complètement intacte, avant d’aborder la série des images couvrants presque quatre décennies un des dates régulièrement espacées (1984, 1000 994, 2004 et 2014), plus la dernière situation disponible (2020), série qui sera utilisée sur la plupart des autres images.

Figure 10 Buritis

En 1984 les premières « arêtes de poisson » commencent tout juste à apparaître au long d’une unique route pénétrante (la BR421), en 1994 ils ont progressé et atteignent le siège actuel de la commune. En 2004 les défrichements deviennent majoritaires sur l’image, en 2014 et 2020 il ne reste plus que de rares espaces forestiers dispersés et, au sud de l’image, le début de la terre indigène Uru-Eu-Wau-Wau, si bien que la structure zébrée a pratiquement disparu.

Figure 11 Cerejeiras

Cerejeiras se situe au sud-ouest de l’État, à la frontière de la Bolivie (au sud), entre la réserve naturelle du parc d’État de Corumbiaria (à l’ouest) et la terre indigène Nambikwara (à l’est), celle-là même étudié par Claude Lévi-Strauss et qu’il décrit dans Tristes tropiques. En 1984 les arêtes de poisson sont bien structurées par quatre axes de pénétration Nord-Sud, qui s’estompent progressivement à mesure que l’ensemble du territoire est défriché, au point d’être pratiquement invisibles sur l’image de 2020.

Figure 12 Costa Marques

Costa Marques est située au bord du Guaporé, qui fait frontière avec la Bolivie. En 1984 cette vallée était encore bien à l’écart de l’afflux pionnier qui se produisait sur la BR 364 et l’on y distingue tout juste le tracé de la BR 429 qui a été ouverte pour la relier à cette vallée jusque-là préservée. À partir de 1994 des défrichements se structurent autour des routes secondaires ouvertes perpendiculairement à elle et qui finissent par permettre un défrichement presque complet, à l’exception de quelques terres protégées, au bord du Guaporé. Au nord-ouest se situe le principal groupe de celles-ci dans tout l’État, associant le parc national de la Serra da Cutia, les terres indigènes Uru-Eu-Wau-Wau et Pacaas Novas et la « réserve de cueillette » du Rio Ouro Preto. C’est la seule grande tache verte qui reste dans tout l’image du Rondônia, derniers vestiges de la forêt primaire qui le couvrait entièrement jusqu’aux années 1970.

Figure 13 Cujubim

Cujubim se situe de l’autre côté de l’État, à l’est de la BR 364. En 1984 son terroir était encore entièrement couvert par la forêt, en 1994 les défrichements atteignent le siège actuel de la commune, avec des tracés irréguliers qui font penser à une occupation spontanée et moins structurée par les lignes droites des linhas issus ou inspirés de la colonisation publique. Celles-ci, déjà présentes à l’ouest (en bordure de la forêt nationale Jamari, bien préservée), apparaissent en 2004 du côté est et guident des défrichements qui font peu à peu disparaître toute la forêt.

Figure 14 Machadinho d’Oeste

Machadinho d’Oeste pourrait se traduire littéralement par « la petite hache de l’Ouest », un nom bien approprié pour un terroir qui a en effet été entièrement défriché, à part quelques blocs de terres protégées. Ici les tracés sont très irréguliers, à commencer par celui des quelques routes déjà ouvertes sur l’image de 1984, à partir desquels progressent les défrichements, sans la régularité géométrique observée dans d’autres parties du Rondônia. Sa population continue à s’accroître on estime sa population à plus de 41 000 habitants en 2021, alors qu’elle n’était que de 31 000 au recensement de 2010. Un peu plus de la moitié des machadinhenses habitent en ville, l’agglomération urbaine est bien visible sur l’image, sans pouvoir rivaliser toutefois avec celle de l’image suivante.

Figure 15 Guajará-Mirim, Porto Velho et Ji-Paraná

Comparer sur Google Earth les image prises 1984 et 2020 des deux villes nées aux deux extrémités de la voie de chemin de fer Madeira-Mamoré (Guajará-Mirim et Porto Velho) et Ji-Paraná (née de la route BR364) montre qu’elles ont évoluée très différemment (figure 15).

Celle qui a le moins évolué est Guajará-Mirim, avec sa ville jumelle bolivienne de l’autre côté du Guaporé, Guayaramerín, elle s’est tout juste un peu étoffée de part et d’autre de son axe central. Sa population estimée en 2021 et de 40 174 habitants.

Porto Velho a beaucoup plus grandi, ce qui est normal pour la capitale d’un État dont la population a tellement augmenté. Elle a grandi dans toutes les directions, vers le nord et vers le sud au long du Madeira, et vers l’est, dans l’axe de la BR 364. Autre changement, on voit sur l’image de 2020 (en bas à gauche) le barrage de Santo Antonio qui a été construit sur les chutes du même nom.

La croissance la plus spectaculaire est celle de Ji-Paraná, devenue la seconde ville la plus peuplée de l’État avec plus de 130 000 habitants. La modeste bourgade née autour de la station du télégraphe installé entre Cuiabá et Porto Velho par le futur maréchal Rondon a connu une croissance spectaculaire avec l’arrivée des migrants par la BR 364. Elle s’est appelée successivement Vila Urupá, Presidente Penna e Vila de Rondônia avant de recevoir son nom actuel en 1977, en devenant une commune indépendante, et la métropole incontestée de la nouvelle région pionnière, bien que désormais talonnée par une rivale, Ariquemes.

Figure 16 Ariquemes

Ariquemes est désormais la troisième ville la plus peuplée de l’État, avec un peu plus de 111 000 habitants en 2021, ce qui est d’autant plus spectaculaire qu’elle n’a été créée qu’en 1977 par le transfert d’un minuscule district de Porto Velho depuis la rive du Rio Jamari vers le bord de la BR 364, ce qui explique pourquoi elle n’apparaît pas sur l’image de 1975. Sa croissance a ensuite été rapide, grâce à l’afflux des migrants venus par la route comme le montre la séquence des images des décennies suivantes. Elle a pourtant été freinée à plusieurs reprises par des épidémies de malaria qui lui avait fait donner le surnom, forme de jeux de « Aqui treme-se » (« ici on tremble »).

Plus spectaculaire encore, bien que n’ayant pas donné naissance à une grande ville, et le cas du réseau urbain qui est apparu dans la partie sud de la région pionnière, autour de Rolim de Moura.

Cette partie du territoire du Rondônia a été entièrement structurée selon la maille orthogonale adoptée initialement dans les périmètres de colonisation publique et répétée ad infinitum (pour ne pas dire ad nauseam) dans toute la région. La séquence des images de la figure 17 montre comment le schéma d’occupation déjà décrit s’y est mis en place, donnant d’abord un paysage zébré de vert et jaune avant que l’occupation et le déboisement de plus en plus complet des parcelles le fasse pratiquement disparaître à l’exception de maigres parcelles encore forestières.

Figure 17 Région de de Rolim de Moura

Sa trace demeure cependant dans le tracé des routes et la localisation des bourgades siège des communes.

Figure 18 Maille routière et urbaine

Sur la figure 18 a été ajouté la maille des routes et des lieux disponibles dans Google Earth, qui montre bien qu’au sud-ouest de la BR 364 (le tracé sinueux dans le coin supérieur droit de l’image, passant par Pimenta Bueno) c’est la maille très régulière des routes secondaires et vicinales qui s’est imposé la plupart du temps, avec des tracés parfaitement rectilignes. Les sièges des communes se situent logiquement aux intersections de ces routes avec une prédominance de commune centrale, Rolim de Moura, qui a aujourd’hui plus de 55 000 habitants.

Conclusion

Cette dernière figure montre tout l’intérêt de l’analyse du cas du Rondônia, bien au-delà de sa valeur purement monographique, car il est rarissime que l’on puisse observer de façon aussi claire la genèse d’un territoire, par la prise de possession et la structuration d’un espace jusque-là pratiquement (mais pas complètement) vide, ou du moins aux densités d’occupation extrêmement basse. Cela n’est évidemment pas possible dans le vieux monde européen, asiatique ou même dans la plupart des régions africaines, ou des milliers d’années d’occupation humaine ont transformé le paysage en un palimpseste indéchiffrable, tant il a été souvent remanié.  Le cas du Rondônia donne à la géographie régionale une valeur presque expérimentale dans la mesure où l’on y voit se mettre en place des formes habituellement déduites, en géographie générale (rurale et urbaine) de modèles théoriques : en Rondônia on peut observer leur naissance à l’œil nu, ou du moins sous l’œil des satellites.

Autres publications sur le Rondônia

  1. Théry, Hervé, Rondônia, mutations d’un territoire fédéral en Amazonie brésilienne, Thèse de IIIe cycle, École Normale Supérieure, 1976, 309 pages. Version révisée et complétée mise en ligne en 2011, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00573787/fr/
  2. Théry, Hervé, « Colonisation et élevage en Rondônia », in Amazonies Nouvelles, Travaux et Mémoires de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine n° 30, pp. 157-164, IHEAL, 1977, https://books.openedition.org/iheal/7104
  3. Théry, Hervé, « Routes transamazoniennes et réorganisation de l’espace, le cas du Rondônia », pp. 5-22, n° 133, Cahiers d’Outre-Mer,1981, https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1981_num_34_133_2967
  4. Théry, Hervé, « Routes et déboisement en Amazonie brésilienne, Rondônia 1974-1996 », pp. 35-40, n° 97/3, Mappemonde, 1997, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00258034 ou http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/Mappe397.html
  5. Théry, Hervé, Rondônia mutações de um Território federal na Amazônia federal, SK Editora, Curitiba, 2012. 304 p.
  6. Théry, Hervé, « Rondônia quarante ans après, images d’hier et d’aujourd’hui » (27/11/2012), carnet de recherche Braises, https://braises.hypotheses.org/285

[1] Ce statut politico-administratif avait été créé dans les années 1940 pour développer des régions considérées stratégiques, placé directement sous le contrôle du gouvernement fédéral

[2] 1 815 247 en 2021 selon l’estimation de l’IBGE, contre 1 562 409 au recensement de 2010

À Petrópolis Son Altesse est trop bonne…

Le 15 février 2022 des pluies torrentielle ont causé des glissements de terrain catastrophiques à Petrópolis, à 68 kilomètres au nord de Rio de Janeiro, dans le massif montagneux de la Serra do Mar (Figure 1). En trois heures il est tombé presque 260 millimètres de pluie, soit 260 litres par mètre carré, le plus grand volume jamais enregistré dans la ville depuis 1932 et les premiers relevés de l’Institut National de Météorologie (Inmet). Ces précipitations ont donc été supérieures aux 185 millimètres attendus pour tout le mois de février. Les rivières Piabanha, Quitandinha et Palatinado sont sorties de leur lit, emportant tout sur leur passage, et des pans entiers des pentes qui domine la ville, gorgées d’eau, se sont effondrés. Une semaine plus tard le total des victimes se montait à 182 morts et 89 disparus

Figure 1 Localisation de Petrópolis

Le lendemain a été publié un étonnant « Message du Prince Impérial du Brésil concernant les pluies à Petrópolis » (figure 2).

Figure 2 Message du Prince Impérial du Brésil concernant les pluies à Petrópolis

En voici la traduction :

« Mes chers Brésiliens et, d’une manière très spéciale, mes chers Petropolitains[1].

Au nom de mon frère, le Prince Dom Luís de Orleans e Bragança, Chef de la Maison impériale du Brésil, et de la Famille impériale, je souhaite exprimer notre profonde consternation face aux terribles dégâts causés par les pluies diluviennes à Petrópolis, dans l’État de Rio de Janeiro, qui ont fait de nombreux morts et sans abri.

En ce moment de graves difficultés, le travail inlassable des pompiers, des policiers, des médecins et des infirmières, ainsi que des bénévoles – parmi lesquels on compte de nombreux monarchistes – mérite notre admiration et notre gratitude, car il témoigne de la charité d’un peuple authentiquement volontariste et chrétien.

La famille impériale, si étroitement liée à Petrópolis, est toujours prête à servir sa population, et nous offrons nos prières et notre solidarité à tous ceux qui souffrent. Je prie Dieu notre Seigneur, par l’intercession du Saint Patron Saint Pierre d’Alcantara, de protéger et d’encourager les bonnes gens de Petrópolis en cette heure d’affliction et de besoin.

São Paulo 16 février 2022

Dom Pedro de Orléans e Bragança

Prince impérial du Brésil »

Qui sont donc ce prince et cette « Famille Impériale », un titre bien anachronique puisque le Brésil est une République depuis 1889, et pourquoi dit-il que cette famille est étroitement liée à Petrópolis ?

Dom Pedro de Orléans et Bragança est effectivement l’un des descendants de Dom Pedro 2°, le second Empereur du Brésil, qui régna de 1831 à 1889, après son père, Dom Pedro 1°, comme le montre l’arbre généalogique de la figure 3. La famille est nombreuse et s’est divisée en deux branches, celle de Petrópolis et celle de Vassouras[2], à laquelle appartient le signataire du message. Il est le deuxième dans l’ordre de succession après son frère, Dom Luís de Orleans e Bragança, mais la probabilité qu’il règne un jour est extrêmement faible puisque les Brésiliens se sont prononcés contre le rétablissement de l’Empira et pour la République lors d’un plébiscite en 1993.

Figure 3 Arbre généalogique de la Famille Impériale du Brésil

Petrópolis, est une « ville impériale » puisqu’elle a été fondée par Dom Pedro 2º en 1843. Le palais impérial, où se trouve aujourd’hui le musée impérial, a commencé à être construit en 1845 et était la résidence préférée de Dom Pedro 2º, qui s’y réfugiait volontiers pour fuir la chaleur de Rio de Janeiro à la saison chaude. Petrópolis était donc une résidence d’été, à la manière de celles que les empereurs de Chine ou les vice-rois des Indes avaient fait édifier, pour les mêmes raisons, dans des régions montagneuses – et donc fraîches – proches de leurs capitales, Pékin et New Delhi. Comme la cour avait suivi les empereurs il construit de nombreuses résidences dans la ville, celle-ci est devenue selon l’Iphan (l’institut du patrimoine historique) « un musée en plein air ». Il attire aujourd’hui des foules touristes qui viennent admirer son architecture et profiter du climat.  Du moins quand il est plus stable que lors de ce dernier épisode catastrophique, qui a aussi affecté le patrimoine historique : le palais impérial n’a pas souffert des pluies du 15 février, mais la Maison de la Princesse Isabel, sur les rives de la rivière Quitandinha, a subi de sérieux dommages.

Une catastrophe annoncée

Comme le raconte Anne Vigna dans Le Monde du 20 février « selon Antonio Guerra, géographe de l’Université fédérale de Rio de Janeiro, spécialiste des désastres naturels de cette région montagneuse « Personne n’a jamais vu une catastrophe d’une telle ampleur et moi non plus, en trente ans d’études ici. C’est sans aucun doute la pire » […]. Antonio Guerra calcule l’inclinaison de la pente : « 55 degrés ! Ces maisons n’auraient jamais dû être construites ici. La législation brésilienne, qui est déjà trop permissive à mon goût, interdit les constructions au-dessus de 45 degrés. Au-dessus de 20 degrés, ce qui représente une pente déjà bien raide, on peut construire en prenant soin d’édifier des murs de contention avec des canaux de drainage, un vrai réseau d’assainissement et surtout moins densifier pour pouvoir reboiser. Rien de cela n’existe dans ce quartier que nous venons de traverser », explique le spécialiste.

Comme à chaque catastrophe, les experts ont rappelé que 25 % du territoire de Petropolis ont déjà été classés « à haut risque » et impropres à la construction. […]. « Il y a une série de facteurs à ces tragédies, mais le plus important reste l’inexistence d’un plan d’urbanisation pour éviter l’occupation désordonnée des flancs des montagnes et récupérer la couverture végétale. Et c’est bien la responsabilité de la municipalité », estime Antonio Guerra.

Figure 4 Dégâts causés par les pluies à Petrópolis

https://www.em.com.br/app/galeria-de-fotos/2022/02/16/interna_galeriafotos,7536/deslizamentos-deixam-vitimas-em-petropolis-no-rj.shtml?sd=no&back=https. Voir aussi photos et vidéos à l’adresse https://exame.com/brasil/temporal-em-petropolis-no-rio-deixa-mortos/

L’absence de mesures prises pour limiter les effets dramatiques de cette catastrophe est d’autant plus coupable que ce n’est pas la première fois que des glissements de terrain provoquent de nombreux morts dans la région : en 2011, de fortes pluies dans la Região Serrana do Rio (la région montagneuse de l’État de Rio de Janeiro) avaient déjà fait plus de 900 morts, dont 72 à Petrópolis, la plus grande catastrophe climatique de l’histoire du Brésil. En 2001, il y a eu 57 décès à Petrópolis et en 2013 une nouvelle tragédie due à la pluie, avec 33 morts.

Le maire n’a mis en place aucune des mesures issues du rapport du Centre national pour la prévention des catastrophes naturelles (Cemaden), créé en 2011, après la tragédie. Le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro, Claudio Castro, n’a utilisé que moins de la moitié du budget consacré à la prévention des désastres naturels, l’équivalent de 33 millions d’Euros sur 70 millions. Selon lui « La population a raison de critiquer, mais c’est une région très accidentée. Malheureusement, il y a eu d’autres tragédies ici. Nous demandons à Dieu que cela ne se reproduise pas et nous ferons notre part », a-t-il déclaré. Selon le ministre Rogério Marinho (Développement régional) « aucun météorologue n’avait prévu » l’augmentation des précipitations en été.

Le Président de la République, Jair Bolsonaro, a survolé la zone en hélicoptère et promis une aide d’urgence de 343 millions d’euros. Il a déclaré qu’il n’est pas possible de prévenir toutes les tragédies telles que celle qui s’est produite à Petrópolis. « Des mesures préventives sont prévues dans le budget, mais il est limité. Souvent, nous ne pouvons pas empêcher tout ce qui peut se passer dans ces 8,5 millions de kilomètres carrés[3] ».

Autrement dit, pour reprendre la citation attribuée à John Fitzgerald Kennedy, contrairement à la victoire (qui « a cent pères »), « la défaite est orpheline ». Mais dans le cas de Petrópolis on peut s’interroger sur le rôle de la Famille Impériale, qui proclame si fort son attachement à la ville : Son Altesse est trop bonne d’offrir « [ses] prières et [sa] solidarité à tous ceux qui souffrent » et de prier « Dieu notre Seigneur, par l’intercession du Saint Patron Saint Pierre d’Alcantara », mais est-il suffisant d’« exprimer notre profonde consternation face aux terribles dégâts causés par les pluies diluviennes », de louer « le travail inlassable » des sauveteurs professionnels et bénévoles (en soulignant au passage que l’on compte parmi eux «  de nombreux monarchistes ») et la « charité d’un peuple authentiquement volontariste et chrétien » ? Si la famille Impériale est « toujours prête à servir sa population, et en cette heure d’affliction et de besoin », peut-être pourrait-elle le faire plus concrètement, grâce aux revenus qu’elle tire de la ville par le biais de la « la taxe du Prince ».

La « taxe du Prince »

Ces revenus sont encaissés pour le compte de certains des descendants de Dom Pedro 2° par la Companhia Imobiliária de Petrópolis (CIP). Elle est chargée de la collecte du laudêmio dans la zone de l’ancienne Fazenda Imperial, les terres achetées par Dom Pedro 1º à partir de 1830, et plus tard par son fils, Dom Pedro 2º, et où se situe aujourd’hui la plus grande partie de la ville de Petrópolis.

Le laudêmio est un instrument de collecte utilisé depuis la période coloniale dans les régions que la Couronne souhaitait occuper. D’autres entités le collectent également, comme l’Église catholique et la Marine. C’est la base juridique de la « taxe du Prince », de 2,5 % sur toutes les transactions immobilières dans la région, prévu dans le décret de fondation de Petrópolis, daté d’avril 1843 et signé par Dom Pedro 2º. Le reçu de son paiement est l’une des exigences pour l’enregistrement des transactions immobilières dans le périmètre concerné.

On n’a toutefois pas d’idée du montant que représente cette taxe sur les transactions immobilières car la taille exacte de l’ancienne ferme impériale et le nombre de propriétés qui s’y trouvent actuellement ne sont pas connus du public, l’argent ne passe pas par les caisses publiques, il est collecté directement par le CIP.

L’existence de la taxe est depuis longtemps objet de controverses, plus de 200 procès remettent en question le calcul de la taxe faite par la CIP. La gestion des biens hérités de Dom Pedro 2° et de la taxe sont au centre d’un conflit juridique au sein même d’une partie de la famille impériale. Mécontents de la direction de la CIP quatre héritiers ont intenté une action en justice. Les procès-verbaux des réunions de la CIP joints à la plainte déposée eux montrent qu’entre 2006 et 2012, la société a distribué 5,8 millions de Reais[4] de ses bénéfices aux héritiers de Dom Pedro 2°. Parmi eux figure Dom Duarte Pio de Bragança, arrière-petit-fils de la princesse Isabel et chef de la Maison Royale du Portugal.

Ivan Finotti a recueilli l’opinion de João Henrique de Orleans e Bragança, membre de la famille Impériale, mais qui ne fait pas partie des six cousins qui ont hérité des revenus du laudêmio. « Cette catastrophe a des coupables que tout le monde connaît », dit-il. « Ce sont les différents maires et conseillers municipaux qui ont encouragé l’occupation des pentes de la région […]. On en parlait ouvertement dans les années 1970. Les politiciens ont fait venir des personnes de Nova Iguaçu et de Caxias, ont donné des terrains dans des zones à risque, sans aucun titre de propriété, en échange de leur inscription sur les listes électorales de la ville. “Venez à Petrópolis où il y a des terrains à construire”, disaient-ils à l’époque. Et c’est toujours comme ça aujourd’hui ».

Quant à la « taxe du Prince » João Henrique de Orleans e Bragança a une opinion bien arrêtée : « Je pense que ce système doit cesser. […]. Quand Dom Pedro 2° l’a institué, le laudêmio avait un sens, il a donné toute la ville, plus de mille parcelles, sans rien faire payer […] Mais, à mon avis, cette idée est déjà dépassée », conclut le prince.

Les lecteurs des articles de la Folha de S. Paulo sont du même avis, exprimé parfois plus vigoureusement dans leurs réactions publiés à leur suite. Pour Maurilio Fernandes Figueiredo, « Le Prince a raison, les conseillers municipaux et les maires ont permis l’occupation des pentes et ont contribué aux différentes tragédies de Petrópolis ». Cristina Dias pense que « La famille royale a l’obligation morale d’allouer 100 % de la redevance de Petrópolis à la reconstruction de la ville ». Selon Eduardo Freitas c’est « Une friponnerie impériale qui aurait dû être éteinte il y a des années. L’extorsion a changé de nom pour devenir la taxe du Prince ? Assez d’entretenir les parasites de l’argent public ». Gerardo Xavier Santiago est plus brutal : « Robespierre n’a pas assez guillotiné ».

Sources

Albuquerque, Ana Luiza et Nogueira, Italo ,“’Não temos como nos precaver de tudo’, diz Bolsonaro em Petrópolis”, Folha de S. Paulo, 18 février 2022, https://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2022/02/nao-temos-como-nos-precaver-de-tudo-diz-bolsonaro-em-petropolis.shtml

Camargo, Cristina, “Casa da Princesa Isabel e Palácio Rio Negro sofreram danos em Petrópolis”, Folha de S. Paulo, 18 février 2022, https://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2022/02/casa-da-princesa-isabel-e-palacio-rio-negro-sofreram-danos-em-petropolis.shtml

Finotti, Ivan, “Desastre em Petrópolis tem culpados que todos conhecem, diz herdeiro da família real”, Folha de S. Paulo, 18 février 2022, https://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2022/02/desastre-em-petropolis-tem-culpados-que-todos-conhecem-diz-herdeiro-da-familia-real.shtml

https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/02/20/a-petropolis-au-bresil-un-bilan-aggrave-par-la-politique-d-urbanisme_6114468_3244.html

Nogueira, Italo, “Gestão da ‘taxa do príncipe’ em Petrópolis racha família imperial e briga chega à Justiça”, Folha de S. Paulo, 18 février 2022,  https://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2022/02/gestao-da-taxa-do-principe-em-petropolis-racha-familia-imperial-e-briga-chega-a-justica.shtml

Vigna, Anne, « A Petropolis au Brésil, un bilan des inondations aggravé par le non-respect des politiques de prévention » ; Le Monde, 20 février 2022

 

[1] Habitants de Petrópolis

[2] Vassouras signifie « balais » en portugais mais c’est aussi le nom d’une ville de l’État de Rio de Janeiro

[3] La superficie totale du Brésil, plus de quinze fois celle de la France.

[4] Près d’un million d’Euros au cours de février 2022.

Dynamique de la vaccination contre la Covid-19 au Brésil

Après des débuts tardifs et laborieux, la vaccination contre là Covid-19 avance aujourd’hui rapidement au Brésil. Depuis le début de la campagne, un peu plus de 4,5 millions de personnes ont reçu une dose unique de vaccin, plus de 155 millions une 1ère dose et 113 millions une 2ème dose. Le 4 novembre, 75 % de la population avait reçu au moins une dose, 55 % avait terminé le premier cycle de vaccination et 4,3 % avait déjà reçu une dose de rappel.

La répartition des personnes vaccinées est toutefois loin d’être homogène il évolue au fil du temps. La figure 1 retrace la situation à trois dates, en avril, juillet et octobre 2021. Élaborée à partir de données du Système Unique de Santé (SUS), recueillies et traitées par André Nagy, elle montre bien les progrès de la couverture vaccinale dans les régions les plus peuplées : alors qu’en avril les taux étaient élevés dans les régions périphériques comme l’extrême nord amazonien ou le sertão du Nordeste, en juillet elle s’était renforcée sur l’axe São Paulo-Mato Grosso do Sul, et plus encore en octobre : à cette date c’est tout l’État de Sao Paulo qui se singularise par une couverture dense et homogène de tout son territoire.

La figure 2 confirme cette avance non seulement dans la capitale mais aussi au long des axes de transport vers l’Ouest de l’État, alors que dans le reste du pays la couverture est bien plus complète dans les capitales que dans l’intérieur et reste faible en Amazonie, alors que c’est une des régions qui a été le plus touchées par l’épidémie.

 

Terrorisme au Brésil ?

Peut-on parler de terrorisme au Brésil ? Pour répondre à cette question, on peut examiner les données qui concernent ce pays dans la base de données Global Terrorism Database (GTD) et les visualiser par des cartes commentées[1]. Cette base a le – grand – mérite d’exister et de permettre des comparaisons avec les autres pays du monde, mais ne peut évidemment prétendre rendre compte de la diversité des situations locales. En analysant les cas qui y figurent, on peut toutefois faire apparaître qu’ils relèvent de plusieurs logiques différentes et construire une typologie qui en rende compte. Cette constatation amène à explorer des phénomènes voisins, comme le nombre des homicides, dont le terrorisme n’est que l’une des causes.

Le Brésil dans la Global Terrorism Database

La Global Terrorism Database répertorie les évènements considérés comme relevant du terrorisme dans le monde depuis 1970. Elle est basée à l’Université du Maryland, et est maintenue en activité par le consortium START que bénéficie d’un soutien direct du gouvernement des États-Unis. Ses données issues d’informations de presse sur les incidents, ont été synthétisées depuis 2012 dans le Global Terrorism Index, rapport élaboré en collaboration avec l’Institute for Economics and Peace (Sidney).

Figure 1 Le Global Terrorism Index (GTI) des pays du monde

Dans cette base, le Brésil apparaît dans une situation moyenne, la base GTD y recense 284 cas d’actes terroristes, ce qui le met en 59e position mondiale, bien loin derrière des dizaines de milliers en Irak, au Pakistan et en Afghanistan, mais bien plus que dans bien d’autres pays comme les petites îles du Pacifique des Caraïbes ou – plus curieusement – en Corée du Nord…

Tableau 1 Nombre de cas recensés : le Brésil entre les pays les plus et les moins affectés

Rang Pays Cas
1 Irak 26 057
2 Pakistan 14 847
3 Afghanistan 14 509
4 Inde 12 853
5 Colombie 8 515
59 Brésil 284
195 Vanuatu 2
196 Andorre 1
197 Antigua et Barbuda 1
201 Corée du Nord 1
204 Vatican 1

Si l’on analyse leur répartition au Brésil on constate une prédominance – attendue – des deux grandes métropoles, São Paulo et Rio de Janeiro et de leurs banlieues, mais d’autres ont eu lieu dans toutes les régions du pays avec quelques concentrations, en Amazonie ou dans l’intérieur de l’État de São Paulo.

Figure 2 Nombre cas par commune

Période

L’analyse de la répartition des cas par période montre que la période de dictature militaire (1965-1985) est celle où ils sont les plus nombreux, dans les principales métropoles et dans des guérillas situées dans des régions reculées du pays. S’y détachèrent alors des figures de la lutte armée contre le régime, comme Carlos Marighella, l’un des principaux organisateurs de la lutte armée contre la dictature et considéré comme l’ennemi numéro un du régime. Il a été co-fondateur d’Ação Libertadora Nacional, en novembre 1969, et a tué à São Paulo dans une embuscade tendue par des agents du DOPS (Département de l’ordre politique et social). Une autre grande figure en a été Carlos Lamarca : capitaine de l’armée brésilienne, il en a déserté en 1969, devenant l’un des commandants de le Vanguarda Popular Revolucionária (VPR), une organisation de guérilla armée. Pourchassé par les forces de sécurité à travers le pays, il a commandé plusieurs braquages de banque, monté une guérilla dans la région du Vale do Ribeira, au sud de l’État de São Paulo et a dirigé le groupe qui a enlevé l’ambassadeur de Suisse Giovanni Bucher à Rio de Janeiro en 1970, en échange de la libération de 70 prisonniers politiques. Persécuté pendant plus de deux ans par les militaires, il a été localisé et tué à l’intérieur de Bahia le 17 septembre 1971. Mais bien d’autres se sont produits après le retour de la démocratie, avant et après l’arrivée au pouvoir de Luís Inácio « Lula » da Silva et du Parti des Travailleurs (PT) en 2003.

Figure 3 Nombre de cas par période et par commune

Responsables

La liste des responsables des événements classifiés comme terroristes dans la GTD montre ses limites : près de 70 % sont inconnus. Parmi ceux dont les auteurs sont connus, les plus nombreux sont dus à des « escadrons de la mort » (death squads, 13 actions), le mouvement des paysans sans terres (MST, 7), l’Avant-garde Populaire Révolutionnaire (VPR, 5), l’Alliance anticommuniste brésilienne (AAB, 4), le Commandement des Chasseurs de Communistes (CCC, 3), des extrémistes néo-nazis et des extrémistes de droite (3 chacun).

Tableau 2 Principaux types de responsables (plus de 2 cas)

Nombre %
Inconnus 197 69,4
Escadrons de la mort 13 4,6
Mouvement des paysans sans terres (MST) 7 2,5
Avant-garde Populaire Révolutionnaire (VPR) 5 1,8
Alliance Anticommuniste Brésilienne (AAB) 4 1,4
Commandos de Chasseurs de Communistes (CCC) 3 1,1
Fermiers 3 1,1
Extrémistes néo-nazis 3 1,1
Extrémistes de droite 3 1,1

Les autres cas appartiennent à des catégories qui ne paraissent pas pouvoir être qualifiés de terroristes : partis et mouvements politiques, groupes sociaux (orpailleurs, fonctionnaires, syndicalistes), organisations criminelles et peuples indiens.

  • Groupes terroristes: Black September, Commando Delta, Left-Wing Terrorists, M-19 (Movement of April 19), Revolutionary Armed Forces of Colombia (FARC), Right-wing Terrorists, Shining Path (SL)
  • Mouvements politiques: Amazonas Liberation Front, Brazilian Democratic Mobilization Party (PMBD), Left-Wing Demonstrators, Neo-Fascist extremists, Palestinian support group, Pro-Palestinian extremists
  • Mouvements sociaux : Armed Gold Miners, Civil Servants and Unionists, Individuals claimed to be policemen, Skinheads, Union members
  • Organisations criminelles : Chinese Mafia, Comando Vermelho (Red Command), Drug-Related Terrorists, First Capital Command (PCC), Gunmen, Narco-Terrorists
  • Peuples indiens : Guajajara Tribe, Guaycaipuro Indians, Kaingang Indians, Korubo Tribe, Krikapi Indians, Pareci Indians, Pataxo Indians, Terena Indians.

Pour rendre compte de cette diversité nous avons opté pour une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH). Dans ce type d’analyse, des groupes sont formés en fonction de leur ressemblance pour les variables analysées. La représentation graphique qui figure sous la carte indique, pour chaque variable, si le groupe est au-dessus de la moyenne (barres horizontales vers la droite) ou au-dessous (barres horizontales vers la gauche). Une couleur est attribuée à chaque groupe et sur la carte chaque commune reçoit cette couleur en fonction du groupe dont elle fait partie, appliquée sur un cercle de taille proportionnelle au nombre de cas recensés dans la base de données.

Figure 4 Nombre de cas par responsable et par commune

On notera que la base inclut comme terroristes des actions qui ne semblent pas vraiment en relever, et qui ne sont en rien comparables : celles d’organisation criminelles qui luttent, souvent les armes à la main, pour le contrôle du trafic de drogue et de « leurs » territoires, et celles des peuples indigènes protégeant les leurs ou revendiquant sa démarcation : les premiers se situent principalement dans les grandes métropoles et les seconds en Amazonie.

Figure 5 Actes menés par des organisations criminelles et des peuples indigènes

Cibles

La diversité et la localisation des cibles des actions recensées laisse aussi supposer des causes bien différentes : les autorités civiles et militaires ou les infrastructures sensibles ne viennent qu’après le monde des affaires (21,5%) et des « citoyens ordinaires » (17,3%).

Tableau 3 Types de cibles

Nombre %
Hommes d’affaires 61 21,5
Citoyens ordinaires 49 17,3
Gouvernement 44 15,5
Journalistes et médias 38 13,4
Diplomates 22 7,7
Personnalités religieuses 11 3,9
Transports 11 3,9
Inconnu 10 3,5
Militaires 9 3,2
Police 9 3,2

Sur la figure 6 la CAH et apparaître des classes définies de la victime principale des actes terroristes, dont la couleur est reportée sur la carte : militaires pour le groupe 1, journalistes pour le groupe 2, figures et institutions religieuses pour le 3, citoyens ordinaires pour le 4, gouvernement pour le 5, police pour le 6 et milieux d’affaires pour le 7.

Figure 6 Nombre de cas par cibles et par commune

Types d’attaques

La liste des types d’attaque et des moyens employés est classique, les principaux sont les assassinats (25,4%), l’usage d’explosifs (22 ,9%), les attaques à main armée (19,4%), et les prises d’otages (15,5%). Cette dernière catégorie a été notamment utilisées sous la dictature militaire, à Rios et São Paulo, et l’on remarque l’utilisation généralisée des armes à feu, dans un pays où leur circulation est peu contrôlée.

Tableau 4 Types d’attaques

Nombre %
Assassinat 72 25,4
Explosifs 65 22,9
Attaque à main armée 55 19,4
Prise d’otages 44 15,5
Attaque d’infrastructures 21 7,4
Inconnu 17 6,0

Tableau 5 Types d’armes utilisées

Nombre %
Armes à feu 121 42,6
Explosifs 72 25,4
Inconnu 56 19,7
Incendie 22 7,7

Figure 7 Type d’attaque par commune

Victimes

La répartition du nombre de victimes est conforme à celle des cas recensés, avec une prédominance des deux grandes métropoles. Ne ressort guère la proportion plus élevée de tués en Amazonie et de blessés dans les États du Sud et du Sudeste.

Tableau 6 Victimes (plus de 5)

Ville Tués Blessés Total
Total général 213 168 381
Rio de Janeiro 83 45 128
São Paulo 52 31 83
Amambai 0 28 28
Salvador 3 12 15
Tabatinga 3 9 12
Baixada Fluminense 9 0 9
Campinas 5 4 9
Sandovalina district 0 8 8
Francisco Morato 5 2 7
Curitiba 0 6 6

Nationalité des victimes

Une des grandes différences entre les cas brésiliens et d’autres au Moyen-Orient et en Asie est la nationalité des victimes, avec une absolue prédominance (plus de 80 %) de nationaux : au Brésil le terrorisme, tel qu’il est entendu dans la GTD, est un phénomène interne : les seuls étrangers en nombre significatifs sont les ressortissants des États-Unis (12,5 %) et de l’Allemagne (1,1 %), en raison des prises d’otages par des groupes de gauche du temps de la dictature militaire, ceux de tous les autres pays représentent moins de 1 % ( Royaume-Uni, Israël, Japon) ou même de 0,5 % (Bolivie, Chili, Irak, Nigeria, Paraguay, Espagne, Suède, Uruguay) du total.

Figure 8 Nationalité des victimes

Une typologie

À partir de ces éléments analytiques peut commencer à construire une typologie en produisant des tableaux croisés rapprochant deux éléments, puis les prendre tous en compte en même temps, de façon à faire apparaître des groupes aux profils semblables, en utilisant de nouveau une CAH.

Le rapprochement des variables analytiques des tableaux croisés souligne que les victimes principales sont des hommes d’affaires des citoyens ordinaires (ce qui fait penser à des extorsions et à des « dégâts collatéraux ») ou des agents gouvernementaux, victimes d’assassinats ou de prises d’otages. Ces dernières sont plus rares pour les autres catégories, à part les diplomates, dont ceux des États-Unis enlevés par des groupes révolutionnaires sous la dictature militaire. L’usage des armes à feu et des explosifs contre ces trois catégories représentent l’essentiel du total, le reste se dispersant avec des pourcentages très limités.

Pour construire une typologie qui prenne en compte les principales variables de la base de données, nous avons choisi d’utiliser à nouveau une CAH, et cette méthode fait apparaître des groupes aux caractéristiques bien distinctes :

  • Le premier, qui compte quinze communes, est principalement marqué par des assassinats de journalistes dans la période 2003-2018 ;
  • Le deuxième est lié à des conflits fonciers entre membres du mouvement des paysans sans terre (MST) et des grands propriétaires, dans le Sudeste ;
  • Le troisième renvoie à d’autres conflits fonciers en Amazonie, se traduisant par des attaques contre la police ou des infrastructures de transport ;
  • Le quatrième est celui qui a provoqué le plus de morts et de blessés, toutes causes confondues, particulièrement à Salvador de Bahia ;
  • Le cinquième est de loin celui qui est le complexe et le plus étoffé, avec 24 cas dans une série de villes, principalement à Rio de Janeiro et São Paulo, sans prédominance nette de telle ou telle variable ;
  • Le sixième est caractérisé par l’attaque contre des institutions, des « figures religieuses » et des infrastructures au moyen d’explosifs, dans la période la plus récente, ;
  • Dans le septième ces moyens étaient plutôt utilisés contre des militaires, dans la période ils étaient au pouvoir, avant 1985.
  • Le huitième et dernier rassemble des cas d’attaque contre le gouvernement provoquant des blessés, assez logiquement centré sur la capitale fédérale, Brasilia, et quelques capitales des États fédérés.

Figure 9 Typologie par commune

D’autres types d’homicides

Les cas recensés dans cette base sont évidemment bien loin de représenter toutes les violences que connaît le Brésil, et les 213 tués qui y figurent (pour une période de près de 50 ans) sont peu de choses par rapport au nombre d’homicides que connaît le pays, qui ne sont que très minoritairement causés par le terrorisme : ils sont bien plus nombreux et en font l’un des pays les plus violents au monde. Dans les données disponibles à l’échelle mondiale, le Brésil venait en 2018 en seconde position avec près de 60 000 morts, dépassé seulement par le Nigéria. En nombre d’homicides pour 100 000 habitants il ne vient certes qu’en seizième rang, mais derrière des pays beaucoup moins peuplés que lui, principalement (à part le Lesotho, le Venezuela, l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Mexique) des petits pays d’Amérique centrale des Caraïbes.

Tableau 10 Nombre absolu d’homicides et taux par 100 000 habitants

Pays Nombre d’homicides Rang Population en 2020 (millions) Homicides par 100 000 hab. Année Rang
Par nombre absolu    
Nigeria 71 168 1 206,1 34,5 2016 11
Brésil 58 204 2 212,6 27,4 2018 16
Inde 42 494 3 1 380,0 3,1 2018 89
Mexique 37 482 4 128,9 29,1 2018 14
Afrique du Sud 21 292 5 59,3 35,9 2017 10
Etats-Unis 16 408 6 331,0 5,0 2018 72
Colombie 12 896 7 50,9 25,3 2018 18
Russie 11 980 8 145,9 8,2 2018 45
Venezuela 10 432 9 28,4 36,7 2018 7
Éthiopie 10 108 10 115,0 8,8 2012 42
Pour 100 000 hab.
Salvador 3 374 20 6,5 52,0 2018 1
Iles Vierges des Etats-Unis 51 125 0,1 49,3 2012 2
Jamaïque 1 299 35 3,0 43,9 2018 3
Lesotho 933 46 2,1 43,6 2015 4
Honduras 3 855 19 9,9 38,9 2018 5
Belize 150 99 0,4 37,8 2017 6
Venezuela 10 432 9 28,4 36,7 2018 7
Saint Vincent et les Grenadine 41 133 0,1 36,5 2016 8
Saint Kitts et Nevis 19 149 0,1 36,1 2012 9
Afrique du Sud 21 292 5 59,3 35,9 2017 10
Bahamas 126 106 0,4 32 2017 12
Nigeria 71168 1 206,1 34,5 2016 11
Trinité et Tobago 429 69 0,4 30,6 2015 13
Mexique 37 482 4 128 ,9 29,1 2018 14
Saint Martin 11 157 0,03 27,7 2016 15
Brésil 58 204 2 212,6 27,4 2018 16

Source : Banque Mondiale. Nombre d’homicides recalculé à partir du taux, seule donnée disponible.

Figure 10 Homicides dans le monde en 2018

De surcroît leur nombre s’accroît constamment, comme on peut le savoir grâce à une autre base de données, celle que l’Institut de recherche économique appliquée (Ipea) a créée en partenariat avec le Forum brésilien de la sécurité publique, le portail « Atlas de la violence », accessible en ligne à l’adresse https://www.ipea.gov.br/atlasviolencia/download/24 / atlas-de-violence-2020. Le rapport ne contient que des cartes par État mais le portail inclut des statistiques par commune, à partir desquelles ont été faites les cartes suivantes. Elles montrent que le nombres et le taux d’homicides sont très différents selon les régions du pays et que la situation s’aggrave tout au long de la période pour laquelle on dispose de données, de 1997 à 2017.

Figure 11 Nombre d’homicides par commune 1987-2017

On note également que le nombre des homicides, d’abord concentrés dans les grandes villes du Sudeste, notamment Rio de Janeiro et São Paulo, s’accroît progressivement dans les autres régions comme l’Amazonie et le Nordeste

Figure 12 Homicides dans les principales villes 1987-2017

Tableau 11 Homicides en 2018 dans les principales villes du pays

  Homicides en 2018 Taux d’homicides en 2018_
Rio de Janeiro 1 865 27,88
Fortaleza 1 677 63,44
Salvador 1 545 54,07
Belém 1 072 72,15
Manaus 1 053 49,08
Recife 666 40,66
Goiânia 588 39,31
Porto Alegre 544 36,78
São Paulo 535 4,39
Brasília 530 17,82
Total/moyenne national/e 57 081 21,09

Pour compléter les données du portail de la violence on peut recourir à celle produite par le système de santé, qui répertorie les causes de chaque décès. Parmi elles figurent, aux côtés des accidents et des maladies, les plus fréquents, ceux qui ont inscrits sous la rubrique « homicide ». Cela permet de calculer non seulement leur taux pour 100 000 habitants à l’échelle communale, mais aussi la part qu’ils représentent dans la mortalité générale.

Cette approche fait ressortir les fronts pionniers amazoniens, notamment en Amazonie orientale, au sud de Belém (c’est aussi la région principale de travail esclave). Les guerres de gangs sont les principaux responsables des morts dans les grandes villes du Nordeste, comme Fortalezea, tandis que São Paulo a réussi à endiguer les enlèvements et les pires effets des guerres entre narcotrafiquants. Au total, les violences rurales et le banditisme ont donc pris le dessus sur le terrorisme politique

Figure 13 Homicides par 100 000 habitants et part dans la mortalité

Comme l’a montré l’analyse, dans le cas du Brésil, des actions classées comme terroristes dans la GTD, certaines relèvent plutôt de la criminalité et les homicides de tous types y sont bien plus nombreux que ceux qu’elles ont provoquées. C’est vrai dans d’autres pays et l’on peut tenter, en guise de conclusion, de rapprocher trois géographies, celle du terrorisme, des homicides et de la criminalité. Ce faisant, on situe mieux le cas du Brésil, mais on ouvre aussi des perspectives pour une des analyses semblables d’autres pays, comme le montre la figure 12, qui classe les pays du monde selon leur score de terrorisme, d’homicides et de criminalité.

Figure 14 Terrorisme, homicides et criminalité

Une dernière CAH est la base d’une dernière carte (figure 13), les pays y sont répartis en groupes aux profils similaires, où prédomine la criminalité, les homicides ou le terrorisme (et un quatrième, de pays sur lesquels on n’a pas d’information suffisante). Ils y sont notés sur une échelle qui commence à 100 pour celui où la situation est la plus grave. Le premier groupe est le plus nombreux, avec 94 pays. Le Brésil est dans le second, de 23 pays, dont la plupart sont trop petits pour être visibles sur la carte. Le troisième, celui du terrorisme, regroupe 35 pays, sur lesquels il serait intéressant de mener une recherche similaire à celle menée sur le Brésil.

Figure 15 Une typologie mondiale

Bibliographie

  1. Dory, Daniel, « L’analyse géopolitique du terrorisme : conditions théoriques et conceptuelles », L’Espace Politique[En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 11 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.4482
  2. Dory, Daniel, « Les Terrorism studies à l’heure du bilan », Sécurité globale 2020/2 (N° 22)
  3. Dory, Daniel, « Terrorisme : retour sur quelques questions fondamentales, Hommage à Bernard Lavilliers », Sécurité Globale n°43 2019 (n°17 nouvelle série)
  4. Dory, Daniel, Le terrorisme comme objet géographique : un état des lieux, Annales de géographie 2019/4 (N° 728)
  5. Start, Global Terrorism Database (GTD), https://www.start.umd.edu/research-projects/global-terrorism-database-gtd
  6. Théry, Hervé, « Géographie de la violence», in Brésil, corruption, trafic, violence, criminalité, vers la fin du cauchemar, N. Dolo et B. Racouchot eds, Eska Editions, 2019, pp. 55-69, ISBN 978282240655
  7. Théry, Hervé, « Image de la violence au Brésil », Carnet de recherche Braises, 2017, https://braises.hypotheses.org/1240
  8. Théry, Hervé, « Géographie de la violence au Brésil », Spécial Brésil demain, Sécurité globale numéro 16 nouvelle série, Eska, décembre 2018, ISSN 1959-6782, pp. 25-37

[1] Ce texte reprend un article publié en collaboration avec Daniel Dory, avec des cartes moins nombreuses et en noir et blanc, dans la revue Sécurité globale : « Le terrorisme au Brésil : réalités, évolutions et incertitudes », Sécurité globale 2021/2 (N° 26), pp.17-35, https://www.cairn.info/revue-securite-globale-2021-2-page-17.htm

Dimensions du Brésil

Il est toujours difficile de donner aux habitants de la vieille Europe une idée de l’immensité des espaces du Nouveau Monde : habitués aux distances de leurs pays, ils ont peine à comprendre que plusieurs des pays qui le composent, comme les États-Unis, le Canada ou le Brésil, ont une taille comparable à celle de tout leur continent. Pour les y aider on peut avoir recours à des procédés – pour ne pas dire des trucs – cartographiques qui mettent en parallèle les positions, les distances et les surfaces américaines et européennes.

Pour montrer la taille réelle du Brésil on imaginera d’abord ce qui se passerait s’il « migrait » vers l’Europe, puis on comparera des cercles de 1 000 et 1 500 km de rayon centrés respectivement sur Paris et Brasilia. On mettra ensuite en parallèle des distances routières en Europe et au Brésil avant de comparer de façon graphique la superficie de ce dernier à celle des plus grands pays du monde et à ceux de l’union européenne.

Et si le Brésil migrait vers l’Europe ?

Imaginons d’abord ce qui se passerait si le Brésil migrait vers l’Europe, en superposant sa carte à celle du continent européen. C’est ce que fait la figure 1, où le contour de ses États est « posé » sur l’Europe, avec une inclinaison vers l’ouest de façon à ce que les masses continentales se superposent au mieux. Le tableau 1 situe les villes situées le plus près possible des points extrêmes du territoire brésilien par rapport à des villes européennes : Boa Vista (Roraima), au nord, serait alors près de Birmingham, Porto Alegre (Rio Grande do Sul), au sud, près d’Izmir en Turquie, João Pessoa (Paraíba), à l’est, près de Riga et Cruzeiro do Sul (Acre), à l’ouest, près de Madrid

Figure 1 Le Brésil « posé » sur l’Europe

En sens inverse, en partant des villes européennes, l’homologue de Copenhague serait Belém (Pará), celui de Curitiba (Paraná) Istamboul, celui de Brest São Gabriel da Cachoeira (Amazonas) et celui de Rio de Janeiro Odessa.

Dans la même configuration les homologues des capitales brésiliennes seraient Budapest pour Brasilia, Tirana pour Campo Grande, Plovdiv (Bulgarie) pour São Paulo, Chisinau (Moldavie) pour Belo Horizonte (les Paulistas et Mineiros ne vont pas aimer ces comparaisons). Les capitales du Nordeste ont alors des homologues en Europe de l’Est, Gdansk pour Teresina et Minsk pour Maceió, tandis que celles du Nord amazonien en ont en France, Paris pour Manaus (une comparaison qui ravira ses habitants) ou Saint-Étienne pour Porto Velho, ou en Espagne avec Barcelone pour Rio Branco.

Ta nousbleau 1 Positions comparées

Extrêmes du Brésil
Nord Boa Vista Birmingham
Sud Porto Alegre  Izmir (Turquie)
Est João Pessoa Riga
Ouest Cruzeiro do Sul Madrid
Extrêmes européens
Nord Copenhague Belém
Sud Istamboul Curitiba
Ouest Brest São Gabriel da Cachoeira
Est Rio de Janeiro Odessa
Capitales brésiliennes
Centro-Oeste Brasília Budapest
Campo Grande Tirana (Albanie)
Sudeste São Paulo Plovdiv (Bulgarie)
Belo Horizonte Chisinau (Moldavie)
Nordeste Teresina Gdansk
Maceió Minsk
Nord Manaus Paris
Porto Velho Saint Étienne
Rio Branco Barcelone

Une autre façon de faire les comparaisons et de passer des positions relatives aux distances, en commençant par celle qui sont comptées à partir de la capitale.

Distances de la capitale

Si l’on trace, comme cela est fait sur les figures 2 et 3, des cercles dont le rayon est respectivement de 1 000 et 1 500 km, on peut constater que dans le premier cas, celui du Brésil, à 1 000 km de Brasilia on a à peine dépassé Belo Horizonte et pas encore atteint Campo Grande, à 1 500 km on est proche de Belém mais on atteint tout juste la frontière du Rio Grande do Sul. Ce n’est qu’avec le plus grand des deux cercles que l’on sort du territoire brésilien, en effleurant celui de la Bolivie et en incluant la majeure partie du Paraguay, y compris sa capitale.

Figure 2 À 1 000 et 1 500 kilomètres de Brasília

Quand les mêmes cercles sont tracés à partir de Paris, en 1000 km on inclut déjà plusieurs pays étrangers, la totalité de la Belgique et une partie de l’Angleterre, des Pays-Bas et de la Suisse. Avec 1500 km on englobe la plus grande partie du Royaume-Uni, de l’Allemagne – Berlin compris – de l’Autriche et une bonne partie de la République tchèque, de l’Italie, de l’Espagne et de l’Irlande. Décidément les pays européens sont plus à l’échelle des états fédérés du Brésil que du pays tout entier.

Figure 3 À 1 000 et 1 500 kilomètres de Paris

Pour plus de réalisme on peut ensuite passer des distances à vol d’oiseau à des distances parcourues par la route, des trajets comparés de ville à ville.

Trajets comparés

Le principe d’élaboration de la figure 4 est de comparer des trajets intérieurs brésiliens, à des trajets européens, repérés par les mêmes couleurs, selon les principales orientations de la rose des vents. Sur un axe nord-sud le trajet de Pacaraima, à la frontière vénézuélienne, jusqu’au Chuí, à la frontière uruguayenne, n’a pas d’équivalent européen puisque le trajet du Cap Nord, en Norvège, jusqu’à Monemvasia, en Grèce, a 1 000 kilomètres de moins, et il faudrait aller jusqu’au Caire pour arriver au même total. D’est en ouest, le trajet de Natal (Rio Grande do Norte) à Cruzeiro do Sul (Acre) est à peu près le même que celui qui va de Orsk, en Sibérie, à Brest. Du nord-ouest au sud-est, aller de Cruzeiro do Sul à Vitória, équivaut à aller de Thurso, à l’extrême nord de l’Écosse, jusqu’à Ankara, en Turquie. Et du sud-ouest au nord-est, la distance d’Uruguaiana (Rio Grande do Sul) à Natal (Rio Grande do Norte) est à peu près la même que celle qui sépare Lisbonne de Saint-Pétersbourg.

Figure 4 Trajets selon points cardinaux

Tableau 2 Trajets et points cardinaux

Trajet brésilien Distance Trajet européen Distance Différence
Pacaraima Chui 6 255 Nordkapp Monemvasia 5 155 N-S 1 100
Natal Cruzeiro do Sul 5 379 Orsk Brest 5 221 E-O 158
Cruzeiro do Sul Vitoria 4 697 Thurso Ankara 4 540 NO-SE 157
Uruguaiana Natal 4 468 Lisbonne Saint Pétersbourg 4 496 SO-NE -28

Sur la figure 5 des trajets brésiliens de plus en plus longs sont reportés sur un itinéraire partant de Lisbonne et se dirigeant vers l’Est : aller de João Pessoa au Chuí est l’équivalent d’aller de Lisbonne à Moscou. Si l’on va de Cruzeiro do Sul, en Acre, à Joao Pessoa, on continue jusqu’à Nijni Novgorod. Le trajet de Pacaraima, à la frontière vénézuélienne, au Chuí, en passant par l’ouest du pays, permettrait d’atteindre Perm, celui de Pacaraima à João Pessoa mènerait jusqu’à Tioumen, en Sibérie occidentale. Enfin aller d’Oiapoque, à la frontière de la Guyane française jusqu’au Chuí par les routes côtières serait un voyage de 8 000 kilomètres, l’équivalent du parcours Lisbonne-Novosibirsk, en Sibérie, à près de 4 000 kilomètres à l’est de Moscou.

Figure 5  Trajets depuis Lisbonne

Tableau 3 Trajets depuis Lisbonne

Trajet brésilien Distance Trajet européen Distance Différence
João Pessoa Chui 4 416 Lisbonne Moscou 4 563 NE-SE -147
Cruzeiro do Sul João Pessoa 5 374 Lisbonne Nijni-Novgorod 5 047 O-E 327
Pacaraima Chui 5 845 Lisbonne Perm 5 996 NS -151
Pacaraima João Pessoa 6 606 Lisbonne Tioumen 6 678 N-E -72
Oiapoque Chui (par le littoral) 8 018 Lisbonne Novisibirsk 7 947 N-S bis 71

 

Après les positions relatives et les distances, on peut enfin faire comparaison des superficies, toujours en images

Superficies comparées

Pour cela on peut se servir des images créées par le studio Lebedev, qui montrent les superficies réelles des pays, des territoires et des grandes îles sans distorsion liée à la projection de la surface – courbe – de la planète à la surface – plane – de la feuille de papier ou de l’écran. La page de son site internet https://www.artlebedev.com/susha/ permet de comparer des superficies de territoires dans le monde entier[1].

Un poster mondial classe tous les pays du monde par étendue, allant en ordre décroissant de la Russie (16 millions de kilomètres carrés), suivie de l’Antarctique (12 millions) jusqu’aux micro-îles du Pacifique et au Vatican (0,5 km2), invisible sur l’image. La figure 6 montre le haut de ce poster, les plus grands pays et territoires

Figure 6 Les plus grands pays et territoires

Source : https://www.artlebedev.com/susha/

Le site offre la possibilité de comparer visuellement, à la même échelle, les superficies des pays, et permet ainsi de situer celle du Brésil par rapport à d’autres pays, grands ou petits : les principaux pays européens apparaissent très petits par rapport à lui, comme le montrent la figure 7 : la Belgique, avec ses 30 000 km2, tiendrait tout entière dans l’île de Marajó (à l’embouchure de l’Amazonie).

Figure 7 Superficies comparées du Brésil et de quelques pays européens

Source : https://www.artlebedev.com/susha/

On peut enfin rendre cette disproportion plus perceptible encore en imaginant le scénario inverse de celui du début : que se passerait-il si les pays de l’union européenne décidaient de migrer au Brésil ? La figure 7 donne la réponse, ils y tiendraient à l’aise, même si l’on y ajoute la Norvège qui n’en fait pas partie, et même plus encore qu’il n’apparaît sur la figure car malgré le soin mis à tenter d’y ranger le plus rationnellement possible tous les pays il y reste encore de la place : en réalité la superficie totale de l’Union européenne (4,47 millions de kilomètres carrés) n’est que d’un peu plus de la moitié de celle du Brésil (8,51 millions de kilomètres carrés).

Figure 8 Les pays de l’Union européenne dans le Brésil

[1] Confins, « O Brasil entre os grandes países do mundo », Confins 47 | 2020, septembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/confins/31976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.31976

Inégalités brésiliennes : PIB, valeur ajoutée, impôts

Grâce à la mise en ligne sur le site de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique, équivalent de l’IGN et de l’INSEE) de la valeur du PIB 2018 par commune, on peut élaborer des cartes qui montrent clairement l’ampleur des inégalités qui marquent le pays.

Comme l’indique la page du site qui donne accès aux données (https://sidra.ibge.gov.br/pesquisa/pib-munic/tabelas ) « Un système d’indicateurs municipaux avec des informations économiques et sociales est un outil important pour la planification des politiques publiques. Avec la promulgation de la Constitution fédérale de 1988, qui a donné aux municipalités plus de responsabilité et d’autonomie, les demandes d’informations économiques normalisées et comparables au niveau municipal ont été élargies, tant par des agents publics et privés, que par des spécialistes de l’économie, et par la société en général. Les résultats du PIB des communes permettent d’identifier les domaines de création de revenus, en produisant des informations qui saisissent les spécificités du pays. ».

Les cartes qui suivent ont été élaborées, à partir de ces données, en utilisant les logiciels Philcarto (Philippe Waniez) et Cartes et Données (Articque). La partie haute de la première situe les grandes masses du PIB (taille des cercles proportionnels) et leur part dans le total national (couleur des cercle), sa partie basse l’étendue des « microrégions » où il est produit : trois d’entre elles (São Paulo, Rio de Janeiro et Brasília) en représentent 23%, alors qu’elles ne comptent que 14,5% de la population et 0,15% du territoire. Avec la catégorie suivante (18 régions) on est déjà à 50% du total, avec 38% de la population et 1,4% du territoire. Avec les deux suivantes (77 et 138 régions) on arrive à 90% du PIB, avec 78% de la population et 34% du territoire. Et finalement, les 100 dernières, en jaune pâle sur la carte, ne représentent que 10% de la richesse nationale – en termes économiques du moins – pour 22% de la population et 66% du territoire.

Figure 1 Inégalités du PIB, monétaires et territoriales

La figure 2 compare la répartition du PIB avec celle de deux autres indicateurs fournis dans les données publiées par l’IBGE, la valeur ajoutée produite et les impôts payés dans chaque région. Toutes trois sont construites en faisant la moyenne de chaque région avec celles qui l’entourent (en deux auréoles successives) et sont très semblables, à part la présence plus moins forte de la zone franche de Manaus et des détails du tracé des catégories intermédiaires : sur les trois on identifie bien les points forts du Sudeste et du Sud, et les zones déprimées du Nordeste et d’Amazonie.

Figure 2 PIB, valeur ajoutée et impôts

La figure 3 décompose la valeur ajoutée en secteurs économiques : la répartition de celle qui est produite par l’industrie (qui pèse 22% de la valeur ajoutée totale) l’est plus que celle des services marchands, qui avec 56% du total sont désormais le premier secteur économique. La valeur ajoutée du secteur agropastoral est bien différente, très marquée par l’expansion du complexe soja-maïs-coton-élevage bovin dans le Centre-Ouest mais elle ne représente plus que 5% de la valeur ajoutée totale (sans les activités industrielles et de services qui l’encadrent en amont et en aval de la production agricole). Enfin le service public, 17% de la valeur ajoutée, a une diffusion plus large, notamment autour de la capitale, Brasília.

Figure 3 Secteurs de la Valeur ajoutée

La figure 4 synthétise les précédentes et montrant la valeur ajoutée par secteur sur un fond de carte anamorphosé en fonction du PIB 2018 par microrégion et où la gamme de couleurs indique le PIB per capita. Elle montre bien le poids de São Paulo et de Rio de Janeiro, grâce à la valeur ajoutée produite par les services marchands, puis de Brasília, grâce à celle du secteur public. Suivent les autres métropoles régionales, celles du Nordeste et d’Amazonie n’ayant pas un poids suffisant pour empêcher que le reste de ces deux régions n’apparaissent loin derrière les autres en PIB per capita (en jaune clair) et de superficie très réduite par l’anamorphose.

Figure 4 Valeur ajoutée par secteur

Cultures et cheptels 1990-2019

L’institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE) a publié en octobre 2020 ses informations annuelles sur la production de l’élevage et de l’agriculture dans le pays, la Pesquisa da Pecuária Municipal, le 15 octobre, et la Produção Agrícola Municipal, le 20 octobre.

La première, l’enquête municipale sur le bétail (PPM) donne des informations sur les cheptels et les produits de l’élevage. Les données, par commune, portent sur le cheptel existant à la date de référence de l’enquête, ainsi que les produits d’origine animale et leur valeur au cours de l’année de référence. Les cheptels analysés comprennent les bovins, les porcs, les poules et poulets, les cailles, les chevaux, les buffles, les chèvres et les moutons. Le produits d’origine animale sont le lait, les œufs de poule, les œufs de caille, le miel, la laine brute et les cocons de vers à soie. La PPM indique également les nombres de vaches traites et de moutons tondus et les productions de l’aquaculture, pisciculture, carcinoculture (crustacés) et malacoculture (mollusques).

La production agricole municipale (PAM) mesure un ensemble de produits issus des cultures temporaires et permanentes, avec des informations sur la superficie ensemencée, la superficie à récolter, la superficie récoltée, les quantités produites, les rendements moyens et les prix moyens payés au producteur au cours de l’année de référence, pour 64 produits agricoles (31 issus de cultures temporaires et 33 de cultures permanentes).

La périodicité des deux publications est annuelle, leur portée géographique est nationale, avec des résultats pour le Brésil entier, ses grandes régions, ses États, ses mésorégions, ses microrégions et ses communes. Les informations municipales pour la production agricole ne sont fournies qu’à partir d’un hectare de superficie occupé par la culture et d’une tonne de production. Toutes deux sont disponibles gratuitement sur le système de récupération automatique IBGE-SIDRA: Produção Agrícola Municipal https://sidra.ibge.gov.br/pesquisa/pam/tabelas, Pesquisa da Pecuária Municipal https://sidra.ibge.gov.br/pesquisa/ppm/quadros/brasil/2019

C’est à partir de ces données qu’ont été produites les cartes ci-dessous. Les trois premières sont construites de la même façon, des cercles proportionnels à la production de chaque culture ou de chaque cheptel en 2019 et des couleurs qui indiquent leur évolution par rapport à 1990, la date la plus ancienne disponible dans le système Sidra : en vert quand a eu lieu une augmentation et en rouge pour une diminution. L’échelle des cercles proportionnels est propre à chacune des cartes, qui ne sont donc pas comparables entre elles.

Pour les cultures permanentes, le fait le plus remarquable est le déplacement des principales zones de production : le café, qui a fait la richesse de São Paulo, y est de moins en moins cultivé, il est aujourd’hui principalement produit dans le Minas Gerais, et secondairement dans les États de Bahia et du Rondônia, où l’on note aussi quelques cas de diminution. Pour les oranges, l’État de Bahia est en recul et c’est São Paulo qui est aujourd’hui la principale zone de production. On note toutefois une forte diminution dans sa région centrale et un report de la production de vers le sud de l’État et le nord du Minas Gerais. Le cacao s’est lui aussi déplacé, à cause de la crise provoquée dans l’état de Bahia par la maladie dite du « balai de sorcière » et c’est désormais le Pará, en Amazonie, qui est le principal producteur. En sens inverse la production de latex n’est plus désormais centrée sur l’Amazonie, mais a migré vers les plantations de l’ouest de l’État de São Paulo[1]. Pommes et sisal restent des productions typiques respectivement du Sud du Nordeste, mais ici aussi la production s’est déplacée, à plus courte distance.

Figure 1 Cultures permanentes

Les cultures temporaires se sont elles aussi beaucoup déplacées au cours de ces 29 ans, à commencer par le soja et le maïs, qui ont migré vers le nord de plus de 2 000 km, faisant du Mato Grosso leur première zone de production (les deux cultures sont en général associées dans la même année). La canne à sucre a quant à elle confirmée la prédominance de São Paulo par rapport aux vieilles régions sucrières du Nordeste, où elle est en déclin.

Ayant conquis tout l’État, en déplaçant même la culture des oranges, sa culture a débordé vers le Mato Grosso do Sul et le Goiás et commencent à apparaître dans le sud du Mato Grosso. Le riz et le manioc, cultures de base pour l’alimentation des Brésiliens, ont connu des destins divergents, celle du riz s’est pour l’essentiel concentrée dans l’extrême sud du pays, dans le Rio Grande do Sul, tandis que celle du manioc reste est encore présente dans tout le pays mais décline dans certaines régions (principalement dans les Nordeste) tandis qu’elle augmente en Amazonie, dans l’ouest de São Paulo et dans le sud du Mato Grosso do Sul.

Figure 2 Cultures temporaires

La répartition des cheptels est très différente selon les espèces : alors que les bovins sont présents partout dans le pays, les porcs, les chèvres, les moutons et les volailles sont concentrées dans certaines régions. Ils ont toutefois tous en commun de connaître, comme les productions agricoles, de grands changements de leur distribution géographique. La plus spectaculaire est celle des bovins, dont le nombre diminue dans le Sud (en particulier les zones traditionnelles d’élevage de l’extrême sud), dans le Sudeste (où se développe la canne à sucre) et dans le Nordeste. En revanche leur nombre augmente beaucoup dans les régions pionnières du Centre-Ouest et d’Amazonie, où les cercles verts qui marquent son avancée récente sont désormais les plus gros du pays, avec près de quatre millions de têtes dans certaines régions.

La production de porcs, que l’on trouvait partout dans le pays, tend à se concentrer dans quelques régions, notamment les zones de petite agriculture paysanne de l’Ouest du Paraná, du Santa Catarina et du Rio Grande do Sul. Mais aussi, de plus en plus, dans le Mato Grosso, où l’abondante production de maïs et de soja peut ainsi être transformé sur place au lieu d’être exportée brute.

Les cheptels de chèvres et de moutons étaient concentrés dans le Nordeste, entièrement pour les premiers et partagés entre Nordeste et Sud pour les seconds : cela reste vrai pour les caprins, avec seulement une re-concentration locale, mais pour les ovins la diminution a été forte dans le sud. La répartition des volailles suit à peu près celle des porcs, avec une concentration plus accentuée dans les régions les plus peuplées du Sudeste et ici aussi une migration vers le Mato Grosso et ses abondantes ressources maïs et soja, qui ont permis l’implantation de grands élevages de poulets en batterie.

Figure 3 Cheptels

Les deux dernières figures reviennent sur l’élevage bovin pour analyser de plus près sa formidable poussée vers le nord amazonien. Sur la figure 4 ont été tracé, pour chaque région, quatre cercles de couleur correspondant au cheptel pour les années 1990, 2000, 2010 et 2019. Celles où les cercles jaunes et oranges, correspondant à 1990 et 2000, sont plus grands que les cercles rouges et marron de 2010 et 2019 indiquent les régions où les cheptels ont diminué. En revanche, celles où les cercles plus foncés prédominent correspondent aux zones de progression de l’élevage bovin et l’on perçoit bien qu’elle se situe sur un arc allant du Rondônia au Maranhão, celui où se produisent les déboisements, les brûlis et l’implantation de pâturages pour l’élevage bovin, qui est toujours le fer de lance de l’avancée pionnière.

Figure 4 Évolution du cheptel bovin 1990-2019

La figure 5, où le fonds de carte a été anamorphosé en fonction de la taille du cheptel bovin en 2019, montre plus clairement encore l’évolution qui s’est produite entre 1990 et 2019, un sensible recul de l’élevage bovin dans le sud (notamment l’ouest de l’État de São Paulo), l’extrême sud et le Nordeste, une très forte avancée dans le sud de l’Amazonie, qui est aujourd’hui de loin la principale région d’élevage bovin du pays.

Figure 5 Évolution du cheptel bovin 1990-2019, fond anamorphosé

[1] Voir René Somain et Martine Droulers, « A seringueira agora é paulista », Confins n°27, 2016, http://journals.openedition.org/confins/10906

Atlas de la violence au Brésil

L’Institut de recherche économique appliquée (Ipea), en partenariat avec le Forum brésilien de la sécurité publique, a développé le portail « Atlas de la violence », accessible en ligne à l’adresse https://www.ipea.gov.br/atlasviolencia/download/24 / atlas-de-violence-2020.

Le rapport ne contient que des cartes par État mais le portail inclut des statistiques par commune à partir desquelles ont été faites les cartes suivantes. Elles montrent que le nombres et le taux d’homicides sont très différents selon les régions du pays et que la situation s’aggrave dans le Nord et le Nordeste.

 

 

Aide d’urgence et subvention aux familles

L’aide d’urgence distribuée dans tout le Brésil pour soutenir les familles les plus affectées par la crise liée à la pandémie de Covid-19 a largement bénéficié au Nordeste, tout comme la Bolsa família, car c’est là que se concentre la population la plus pauvre. Mais si l’on compare les montants en jeu on constate qu’ils sont bien plus élevés, par famille et surtout au total et puisqu’il a été donné à près de 54 millions de bénéficiaires, plus du quart de la population du pays, y compris des régions que la Bolsa família, atteignait peu. Il est prévu que cette aide temporaire soient réduits, ce qui inquiète beaucoup les bénéficiaires, et aussi le gouvernement car le maintien de la popularité du président – notamment dans le Nordeste – est largement due à cette aide.

 

Où sont les riches ?

Pour répondre à la question « où sont les riches ? », des chercheurs de la Fundação Getúlio Vargas (FGV Social) ont utilisé les données issues des déclarations de l’impôt sur le revenu des particuliers (IRPF) de 2018. Selon le directeur de FGV Social, Marcelo Neri, c’est la première fois qu’une analyse de ces données est publiée, elles fournissent des informations qu’on ne trouve pas dans le recensement, « nous voyons ceux qui déclarent l’impôt sur le revenu comme une sorte de ligne de richesse » (à l’opposé de la « ligne de pauvreté).

Les auteurs de l’étude ont effectué le calcul du revenu moyen des communes de deux manières : en prenant en compte la population totale en 2019[1] et uniquement les contribuables. Les données sont publiées sous forme de tableau, il ne semble pas possible de les exporter, mais une autre source nous a permis de le faire, l’article « Vérifier les revenus moyens et les capitaux propres de votre ville », publié par Folha de S. Paulo, où un tableau interactif « permet de voir où il y a plus de contribuables, quel est le revenu mensuel moyen et le patrimoine accumulé. […] En cliquant sur les champs disponibles, il est possible de classer le tableau de plusieurs manières : par États ou communes à revenus plus ou moins élevés, par richesse moyenne de ses habitants et pourcentage de la population déclarant l’IRPF ». L’écran affiche jusqu’à 100 communes et permet – via un processus laborieux de copier / coller – de créer un tableau unique des 5 570 communes que compte le pays.

Ce tableau a été utilisé pour produire les cartes suivantes, des revenus et patrimoines déclarés et des puis analysent la différence entre ce qui est déclaré et la moyenne calculée pour l’ensemble de la population : les résultats répondent clairement à la question initiale et montrent bien où sont les riches.

Revenus déclarés

La moyenne nationale des assujettis à l’impôt sur le revenu en 2018 était de 14,4%, moins que la moyenne de l’Amérique latine et de nombreux pays du sud de l’Europe. Mais cette moyenne nationale n’a guère de sens tant sont fortes les disparités entre les parties du territoire national, que montre la figure 1. À l’échelle des États, apparaît déjà un niveau de revenus beaucoup plus élevé dans ceux du Sud que dans ceux du Nord et du Nordeste et l’on note qu’il l’est plus encore dans les capitales que dans la moyenne de l’État.

À l’échelle des communes les disparités sont encore bien plus grandes, des zones de faiblesse apparaissent à l’intérieur quelques États du Sud, comme le centre du Paraná, tandis qu’à l’inverse certaines communes du Nord et du Nordeste ont des niveaux élevés de déclaration (et donc de revenus) comme la région des mines de fer de Carajas ou le pôle d’agriculture irriguée de Juazeiro-Petrolina. Globalement c’est bien toutefois la prédominance du Sud Sud-Est qui se confirme, à laquelle il faut ajouter le centre ouest et en particulier les régions productrices de soja.

C’est dans le District fédéral de Brasília qu’il y a le plus de contribuables, 24,8%, et les revenus moyens les plus élevés parmi les 27 unités de la Fédération, en moyenne et parmi ceux qui déclarent leurs revenus. Dans la population totale, le revenu y est de 2 981 Reais[2] par mois contre 1 228 dans la moyenne générale du pays, et de 11 994 parmi les contribuables contre 8 528 Reais en moyenne. Comme l’explique Fernando Canzian[3]: « Les salaires des fonctionnaires fédéraux expliquent que le District fédéral ait un revenu moyen supérieur à celui des États plus riches, comme São Paulo et Rio de Janeiro[4]. Dans la région du Lac Sud, où vivent les ministres, les politiciens et les hauts fonctionnaires, le revenu mensuel déclaré est plus de quatre fois supérieur à la moyenne nationale : 38 460 Reais. […] À Ceilândia[5], le revenu mensuel moyen de la population (déclarant ou non IRPF) n’atteint pas 800 Reais ».

Figure 1 Revenu déclaré dans les communes, les États et leurs capitales

« Les résultats montrent une nouvelle frontière où les gains sont de plus en plus concentrés dans certaines régions du Centre-Ouest, où de nombreux nouveaux riches ont des revenus élevés », déclare Neri. Un exemple est Aporé (Goiás), où seulement 11,3% des habitants déclarent leurs revenus pour l’IRPF. Ils font de la commune la deuxième du pays en termes de revenus (46 400 Reais par mois) et la première en patrimoine (6,5 millions de Reais en moyenne). Neri souligne que les niveaux d’éducation restent des déterminants de l’inégalité au Brésil. « L’effet de l’enseignement supérieur est très important pour les revenus et n’a pas diminué, même pendant la crise ». Selon un rapport de l’OCDE, avoir un diplôme universitaire au Brésil signifie un revenu moyen de 150% supérieur à celui de ceux qui n’en ont pas (environ 85% de la population).

Comme le travail de la FGV distingue les revenus déclarés de ceux qui sont calculés en faisant la moyenne pour l’ensemble de la population, on peut produire deux cartes différentes. On rencontre toutefois ici un problème sérieux, les valeurs sont tellement différentes qu’il est a priori impossible de créer des catégories comparables pour l’une et pour l’autre. Il a donc fallu dégager une petite zone de recouvrement pour faire ressortir les quelques cas qui ont des valeurs comparables, les plus bas des revenus déclarés et les plus élevés de la moyenne générale. Ils sont colorés en rouge sur la figure 2, signalant en quelque sorte les plus riches des pauvres et les plus pauvres des riches.

Figure 2 Revenus moyens et revenus déclarés

Patrimoines

Un des aspects les plus intéressants du travail de la FGV est qu’il permet de connaître les patrimoines, dont on soupçonnait qu’ils étaient plus inégaux que les revenus, sans disposer réellement de moyens de les mesurer. Ceux qui sont déclarés pour l’impôt sur le revenu ne sont pas forcément totalement sincères, malgré tous les contrôles auxquels procède l’administration fiscale, mais tels qu’ils sont, ils montrent déjà de très fortes disparités.

En termes nationaux, en tenant compte de l’ensemble de la population (qu’elle déclare ou non l’IRPF), le patrimoine brésilien en immobilier (environ la moitié de ce qui est déclaré), en automobile ou en investissements est de 41 000 Reais, variant de 78 000 dans le District Fédéral à 5 600 dans le Maranhão.

Comme l’image globale de la figure 3 est un peu complexe, on a mis à part sur les deux petites cartes du bas les plus petits et les plus gros patrimoines : les premiers se concentrent dans les zones les plus peuplées du Norte et du Sudeste tandis que les seconds sont rares (mais pas absents) dans le Nordeste, très nombreux dans le Sud et le Sudeste mais aussi dans le Centre -Ouest grâce au développement de l’agrobusiness.

Figure 3 Patrimoines déclarés

Différences

Finalement, parce que les cartes des revenus et des patrimoines moyens et déclarés donnaient à peu près les mêmes configurations spatiales, on a choisi de faire des cartes des différence entre les uns et les autres, les figures 4 et 5. Toutes deux proposent très fortement Nordeste et Amazonie d’une part, Sud, Sudeste et Centre-Ouest d’autre part (où l’on observe des alignements de communes au long des routes pionnières avançant vers l’Amazonie, Brasilia Belém, BR163 et BR364). On remarque cependant que les disparités sont encore plus fortes les patrimoines les revenus, au détriment du Nord et du Nordeste, où les patrimoines sont beaucoup plus limités. Ceux du Centre-Ouest s’y remarquent d’autant plus quand on sait que jusqu’aux années 1970 ces régions étaient très peu peuplées et que ces patrimoines ont donc été accumulés en moins de 50 ans.

Figure 4 Différence entre les revenus moyens et les revenus déclarés

Figure 5 Différence entre les patrimoines moyens et les patrimoines déclarés

Deux exemples

Pour donner à ces chiffres plus de « chair », Katna Baran et Fernanda Canofre donnent dans la Folha de S. Paulo deux exemples opposés, la commune la plus riche et la plus pauvre selon les travaux de FGV, Nova Lima (Minas Gerais) et Fernando Falcão (Maranhão). Alors que la première a la plus forte concentration de personnes aisées du Brésil, avec un revenu estimé à 6 200 Reais et le 5e revenu le plus élevé parmi les contribuables (20 477 Reais), la seconde a le revenu moyen le plus bas du pays, 20 Reais. A Nova Lima, 30,5% des habitants sont contribuables, contre seulement 0,71% à Fernando Falcão.

Les revenus élevés de la ville du Minas Gerais sont tirés vers le haut par les résidents des condominiums de luxe qui ont quitté Belo Horizonte pour s’y installer, ses avantages principaux étant le climat plus frais et la sécurité. Nova Lima est donc considérée comme une sorte d’extension de la capitale, avec environ 96 000 habitants et une superficie plus grande que celle-ci, elle est formée de quartiers aux conditions sociales très différentes. Les sociétés minières, comme Vale, possèdent la plupart des terres et alors que les condominiums de luxe sont situés dans des régions éloignées, la population à faible revenu est concentrée dans la région centrale, que la plupart de ceux qui vivent en copropriété fréquentent rarement.

Katna Baran et Fernanda Canofre racontent : « Il y a deux ans et demi, l’architecte Sergio Viana, 42 ans, a quitté Belo Horizonte pour une maison dans une copropriété à Nova Lima. Son bureau y a été déplacé, il y a un supermarché et une pharmacie, du travail pour sa femme et l’école bilingue de ses enfants. Avec un revenu supérieur à 6 000 Reais, la famille a suivi la trajectoire d’une grande partie des résidents. Dans le condominium de Sergio, l’un des 47 de la ville, où les lots valent jusqu’à 1,3 million de Reais et les maisons varient de 900 000 Reais à 10 millions Reais, l’offre est rare.

À plus de 2 000 kilomètres de là, à Fernando Falcão (Maranhão), Maiane Araújo, 23 ans, a terminé le lycée mais n’a pas trouvé de travail et, pour élever seule son fils de trois ans, dépend essentiellement de 180 Reais de la Bolsa Família[6]. C’est la principale source de revenus pour 19% des habitants de la commune où elle vit et où plus de 40% de la population a demandé une aide d’urgence du gouvernement pendant la pandémie. L’agriculture et la pisciculture occupent près de 86% de la population, mais la production est presque entièrement destinée à l’autoconsommation. La commune a été démembrée il y a 23 ans de Barra do Corda, 71% de sa superficie est occupée par des réserves indiennes, mais la population a plus que doublé en dix ans, elle est aujourd’hui d’environ 10 500 habitants. Pour ceux qui ont une source de revenus, le salaire est bas, même pour les fonctionnaires. En excluant le maire, qui gagne 15 000 Reais, et le maire-adjoint, 5 000 Reais, les 493 employés de la mairie de Fernando Falcão reçoivent en moyenne 1 669 Reais, sans tenir compte des déductions ».

Pour l’économiste de l’Ipea (Institut de recherche économique appliquée) Pedro Ferreira de Souza, une réponse plus structurelle aux inégalités serait que le Brésil poursuive des réformes qui augmentent le nombre de personnes qui déclarent l’impôt sur le revenu et réduisent les déductions qui favorisent les plus riches. Souza est l’auteur de Une histoire des inégalités : la concentration des revenus parmi les riches au Brésil, prix Jabuti du meilleur livre de 2019 et qui analyse les disparités sociales dans le pays et l’effet de l’impôt sur le revenu. Cité par Katna Baran et Fernanda Canofre, il déclare : « Nous taxons beaucoup la consommation et peu les revenus et les patrimoines. Changer cela est le moyen le plus évident de lutter contre les inégalités ». Selon Souza, l’idéal serait que de plus en plus de gens fassent des déclarations de revenus, même si les plus pauvres ne payent aucun impôt. Il voit également la possibilité pour le Brésil de créer une tranche d’imposition supérieure au taux maximum de 27,5% pour ceux qui gagnent le plus. « D’autres pays à revenu intermédiaire comme le Brésil ont des taux maximums de 35% à 40%. Nous pourrions facilement le faire ici aussi ».

Webographie

FGV Social, “A renda dos ricos – FGV social debate a desigualdade a partir do imposto de renda”, https://cps.fgv.br/destaques/renda-dos-ricos-fgv-social-debate-desigualdade-partir-do-imposto-de-renda

Herzer, André Rafael “Estudo da FGV apresenta como é a distribuição geográfica da riqueza”, 25/8/2020,https://jornalibia.com.br/regiao/valedocai/estudo-da-fgv-apresenta-como-e-a-distribuicao-geografica-da-riqueza/

Canzian, Fernando, “Imposto de Renda explicita vantagem de servidores federais e desigualdade”, 19/9/2020, https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2020/09/imposto-de-renda-explicita-vantagem-de-servidores-federais-e-desigualdade.shtml

Canofre, Fernanda e Baran, Katna, “Diferenças regionais revelam abismo da desigualdade de renda no Brasil”, 19/9/2020, https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2020/09/diferencas-regionais-revelam-abismo-da-desigualdade-de-renda-no-brasil.shtml

[1] TCU / IBGE 2019

[2] Le taux de change était de 6,5 Reais par Euro en septembre 2020

[3] Références en webographie à la fin du texte

[4] On peut nuancer cette affirmation en précisant que ces salaires sont déclarés directement par l’État, sans marge pour la fraude, et que le District Fédéral est petit et quasiment dépourvu des quartiers périphériques et des zones rurales qui baissent la moyenne des grands États.

[5] Le quartier le plus pauvre, d’immenses ensembles de petites maisons créés par la CEI, la « Compagnie d’Éradication des Invasions », d’où son nom.

[6] Un équivalent, grosso modo, des allocations familiales

Patrie bien aimée … mais laquelle ?

L’hebdomadaire Veja a raconté il y a quelques mois[1] comment une campagne de publicité lancée par le gouvernement de Jair Bolsonaro avait provoqué une polémique.

Il s’agissait de faire connaître le programme Pro-Brasil, qui visait à encourager les investissements pour soutenir l’économie. L’image choisie pour l’illuster apparaissait sous le slogan de l’administration Bolsonaro, « Pátria Amada Brasil » (« Patrie bien aimée, Brésil ») et a été diffusée par les canaux officiels de l’administration fédérale. La campagne a été créée par le cabinet du ministre de la Maison civile (rôle équivalent à celui d’un Premier Ministre), le général Walter Braga Netto, qui dirige également le programme Pro-Brésil.

Image 1. La Campagne

La campagne a été aussitôt « « La cible de critiques sur les réseaux sociaux pour avoir utilisé une photo où n’apparaissent que des enfants blancs, sans représenter, par conséquent, l’hétérogénéité de la population brésilienne. La plupart des critiques font état d’un manque de diversité, d’enfants noirs ou autochtones ».

La photo utilisée dans la publication a été extraite d’une banque d’images gratuite, une sorte de catalogue de photos publicitaires utilisées par les agences du monde entier.

Image 2, Exemple de groupe d’enfants dans une banque d’images

https:// fr.freepik.com/photos-vecteurs-libre/groupe-enfants

La même image a été utilisée dans d’autres actions de communication diffusées dans d’autres pays (voir quelques exemples ci-dessous).

Image 3 : Le même groupe d’enfants dans d’autres campagnes

Les répercussions sur les réseaux sociaux ont été en majorité critiques, bien que des partisans du gouvernement aient trouvé – et dit – que la controverse était « le résultat d’un activisme exagéré ». Certaines étaient franchement indignées, comme celle du directeur de l’ONG Educafro, le Frère David Santos, qui « a officialisé le mécontentement : il a adressé une lettre […] à la ministre de la Femme, de la Famille et des Droits de l’Homme, Damares Alves, pour exiger la suspension de la publicité. “Nous avons demandé qu’elle soit remplacée par une autre photo comprenant des enfants noirs, autochtones et physiquement handicapés”, a-t-il déclaré. Il a souligné que le Statut sur l’égalité raciale contient un article qui oblige les agences de publicité à présenter la diversité raciale dans les publicités. “Il est inquiétant que le gouvernement lui-même ne suive pas une directive prévue par la loi fédérale”, a-t-il déclaré ».

D’autres internautes ont choisi l’ironie face à cette campagne dont on ne sait si elle a simplement été mal pensée et mal exécutée ou si elle reflète l’idéologie dominante de ce gouvernement (les deux peut-être) en posant avec (fausse) naïveté la question : « Patrie bien aimée … mais laquelle ? ».

[1] Dans un article de Mariana Zylberkan du 23 avril 2020, https://veja.abril.com.br/brasil/gabinete-de-braga-netto-criou-peca-polemica-apenas-com-criancas-brancas/