Tous les articles par Braises

La conquête de l’État de São Paulo vu par des cartes anciennes (1837-1932)

Alors que l’État de São Paulo, aujourd’hui peuplé de plus de quarante millions d’habitants est devenu le centre de gravité de l’économie brésilienne, il peut paraître étrange de lire sur des cartes de son territoire à la fin du XIXe siècle les mentions « territoire inconnu », « terres peu explorées », « terres inhabitées », voire « terrains occupés par des indigènes féroces ». C’est que sa très rapide croissance démographique (tableau 1) et économique ne s’est produite qu’après l’arrivée des chemins de fer qui ont permis l’exportation en masse du café et le déclenchement d’une conquête pionnière de tout l’ouest de l’État, dans des zones en effet encore peuplées uniquement d’Indiens (ceux qui avaient échappé aux raids des chasseurs d’esclaves) près de quatre siècles après l’arrivée des Portugais, en 1500.

Rassembler et observer une série de cartes anciennes (datées de 1837 à 1910) permet d’observer  cette avancée du peuplement, de la vague pionnière du café et des chemins de fer qui en ont assuré la logistique, série à laquelle ont  été ajoutées deux images produites au moment où l’État, enivré par son succès, avait envisagé de se séparer du Brésil et de prendre son indépendance.

Tableau 1 Population de l’État de São Paulo et du Brésil

 

État de

São Paulo

Brésil Proportion

(%)

1872 837 354 10 112 061 8,28
1890 1.384 753 14 333 915 9,66
1900 2 282 279 17 318 556 13,18
1920 4 592 188 30 635 605 14,99
1940 7 180 316 41 236 315 17,41

Source: recensements démographiques

La première carte représente la Province de São Paulo au début de l’Empire (1822-1889). En février 1835, les membres de l’Assemblée législative provinciale de São Paulo ont approuvé le projet de produire une carte de la Province. Deux ans plus tard, en 1837, a été publiée la « Carte chorographique de la province de São Paulo », conçue par Daniel Peter Müller, maréchal retraité du corps des ingénieurs. La carte a été lithographiée à Paris et, selon Cavenaghi (2006), elle a été la première forme officielle de représentation et de promotion de l’image du territoire de la Province (État après 1891). C’est un témoignage cartographique rare de la Province quand  elle incluait encore le Paraná, qui a obtenu son indépendance en 1853. Sa population était à l’époque de 326 000 habitants, moins du centième de sa population actuelle. C’est sur cette carte qu’apparaît pour la première fois dans l’Ouest la mention « Sertão Desconhecido« , (sertão inconnu), le sertão étant l’équivalent de la brousse africaine, de l’outback australien, du bled algérien ou de la wilderness américaine, des régions de l’intérieur des terres, peu peuplées, mal connues et encore assez mystérieuses.

Figure 1 Daniel Pedro Müller, Mappa Chorographico da Provincia de São Paulo (1837)

Paris: Alexis Orgiazzi, c.1841. 1 mapa: 148 x 140 cm. Acervo do Arquivo Público do Estado de São Paulo. Fundo IHGSP, http://lemad.fflch.usp.br/node/3826

La deuxième carte est extraite du premier atlas géographique de l’Empire brésilien, publié en 1868 par Cândido Mendes, le premier au Brésil, dont la figure 2 représente la province de São Paulo. On notera non seulement qu’elle est littéralement « orientée » (le haut de la carte correspond à l’Est, pas au Nord et que la planche inclut des plans des villes de São Paulo et Santos (le port principal), mais aussi que cette fois les régions occidentales sont présentées comme des « terrains occupés par des indigènes féroces »  (Terrenos occupados pelos indígenas feroses).

Figure 2 Cândido Mendes, Provincia de São Paulo, Atlas do Império do Brazil, 1868

Les premières cartes modernes de la Province ont été publiées à partir du milieu des années 1870. Jules Martin[1] en a lancé trois éditions différentes en 1875, 1876 et 1877. La Carta Ilustrada da Província de São Paulo, en 1875, fut la première image du territoire largement diffusée. Les journaux soulignaient que ce serait la carte existante la plus complète de la Province, et qu’elle serait corrigée et complétée par diverses données. La vente était proposée en deux formats, de prix assez élevé, sur papier et sur tissu, la seconde étant destinée aux voyageurs.

L’année suivante, en 1876, la même carte était vendue sous le titre « Guide des voyageurs dans la Province de S. Paulo », cette fois à un prix plus abordable. Comme la carte imprimée sur tissu, le titre indique bien l’intention de Martin et le format répond à cette demande puisque, une fois repliée, elle a un format commode de 15,2 sur 10,4 cm. Le voyage est en effet un facteur crucial pour la production de la plupart des cartes de cette époque, et celle-ci est directement liée à l’expansion des chemins de fer, les entreprises ferroviaires ayant commandé de nouvelles études géographiques afin de construire leurs lignes.

Sur cette carte, tout en indiquant la topographie, les rivières et les villes de la Province, Martin décrit en trait plein les chemins de fer construits et par des lignes pointillées ceux qui sont prévus. Traversant au nord-ouest tout le « territoire inconnu », vers les Provinces de Goyaz (aujourd’hui Goiás) et Minas Geraes (Minas Gerais), elles sont ainsi une première manifestation  d’un aspect récurrent des cartes produites par Martin, la projection d’éléments futurs dans ses images. La mention « Terrenos Desconhecidos » (Terres inconnues) continue à y remplir une grande partie du territoire, mais de nouvelles villes y apparaissent comme Araraquara, Jaboticabal et Barretos, étapes de la «marche civilisatrice» vers la région nord-ouest de la province. La représentation du Rio Grande, la frontière entre les Provinces de São Paulo et du Minas Gerais, était loin d’être une réalité cartographique précise, mais reflétait le besoin de montrer l’extension réelle du territoire.

Martin produit enfin, en 1877, une nouvelle version de la carte de la Province la « 3e édition corrigée, agrandie et illustré avec 30 vues des principaux édifices de la capitale et tous les chemins de fer ». Il propose d’envoyer la carte aux acheteurs par la poste, sans frais supplémentaires, ce qui suppose qu’il vise un marché plus large que la seule ville de São Paulo. La cartographie de São Paulo avait donc commencé, dans le dernier quart du XIXe siècle, à attirer l’attention d’un plus grand nombre d’utilisateurs, et il est significatif que Jose Maria Lisboa ait publié en 1878 une nouvelle carte provinciale de Martin en pièce jointe à son Almanach Litterario. Elle avait pour but de promouvoir la représentation de la Province telle qu’elle était connue à ce moment et Lisboa a toujours soutenu que la plupart des documents publiés dans le ses almanachs était actualisés grâce à la collaboration de ses lecteurs, avec qui était en contact par correspondance. Un almanach est en effet un ouvrage de consultation permanente, qui contient des informations sur le calendrier religieux, les horaires des trains, entre autres, et était vendu à  un prix accessible à une grande partie de la population

Figure 3 Jules Martin, Carta da Provincia de S.Paulo (1877)

Litografia, 32cm x 21cm (LISBOA, 1983, p. 208). http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

La carte de la province de São Paulo 1882 de Claudio Lomellino de Carvalho présente une caractéristique différente de ses prédécesseurs depuis Müller, elle réduit la partie de la province classée comme «inconnue». Le mot sertão n’est plus présent, la désignation retenue est plus neutre que celle de Candido Mendes en 1868 et s’adapte aux exigences de la mise en valeur. Ces zones inconnues sont classées comme «terrains», ce qui indique une possibilité de possession et de colonisation, il n’est plus question de la menace des indigènes.

Figure 4 Provincia de S. Paulo, Cláudio Lomellino de Carvalho (1882)

Acervo da Biblioteca da Faculdade de Economia, Administração e Contabilidade da Universidade de São Paulo, São Paulo, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

La « Carta da Provincia de São Paulo » a été établie par C. D. Rath em 1877, em noir et blanc. Cette version colorisée a été produite par le gouvernement provincial en 1886 et faisait partie de la « Carteira do Viajante » (Portefeuille du voyageur). Les régions non encore occupées du nord-ouest sont qualifiées de « sertão pouco conhecido e ocupado pelos indígenas » (« brousse peu connue et occupée par les indigènes ». Le choix de nuances de bleu pour les Provinces voisines comme pour la mer donne l’impression que celle de São Paulo est une île.

Figure 5 Carta da Provincia de São Paulo, C. D. Rath (1886)

http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

L’expansion des plantations de café a déclenché un long processus de croissance économique et sociale qui a duré plus d’un siècle. Intensifiée par la construction de chemins de fer, à partir de 1866, elle a été responsable de l’occupation de grandes zones de l’Ouest de São Paulo et de la fondation des dizaines de villes, à mesure de l’avancée des rails. La carte de la Province São Paulo de 1886, organisée par la « Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo » (Société pour la promotion de l’immigration à S. Paulo) était destinée à faire de la publicité pour attirer des immigrants dans les nouvelles zones d’occupation. Le document fait apparaître les chemins de fer et mentionne la distance de chaque ville par rapport au port de Santos, des données climatiques et des informations sur la géographie. Tout le nord-ouest de la Province est caractérisé comme « terres inhabitées », bien qu’y vivent encore quelques Indiens.

Figure 6 Mappa da Provincia de São Paulo mandado organisada pela Sociedade Promotora de Immigração de S. Paulo (1886)

Acervo Apesp, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

La figure 7 est un extrait d’une carte du Brésil, publiée en 1892, peu après la proclamation de la République (1889). Les lignes de chemin de fer y sont bien visibles, le nord-ouest de l’État est indiqué comme « Terrenos pouco explorados » (ce qui peut se traduire tant par « terres peu explorées » que par « terrains peu exploités »). La population de l’État était alors d’un peu moins de 1,4 millions d’habitats sur les 14 millions que comptait le pays.

Figure 7 Mapa extraído da Carta da Republica dos Estados Unidos do Brazil (1892)

http://www.historia-brasil.com/mapas/1892/imagens/brasil-1892.jpg

Au début du XXe siècle a commencé un nouveau cycle migratoire de grande intensité, marqué en particulier par l’arrivée d’Italiens, d’Allemands, d’Espagnols et de Japonais (dont le premier groupe arriva en juin 1908). Toute une infrastructure avait été mise en place pour les recevoir au port de Santos et les transporter directement vers les plantations de café et d’autres zones agricoles de São Paulo et d’autres États du Sud. En janvier 2008, le Secrétariat à l’Agriculture de l’État de São Paulo a lancé la publication mensuelle, O Immigrante, en portugais, espagnol, français, anglais, italien, allemand, polonais et ancien letton, avec des photos prises sur le parcours des immigrants du port de Santos vers les fermes et les colonies de l’intérieur. La couverture porte une carte de facture médiocre où le contour de l’État est très approximatif mais où du moins sont représentés les courants migratoires convergeant vers São Paulo. Les Paulistes étaient alors 2,3 millions sur 17 millions de Brésiliens.

Figure 8 couverture de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Sur la carte qui figure dans ce premier numéro de O Immigrante (figure 10) se détachent les colonies déjà installée ou en projet, les chemins de fer construits, en construction ou en projet. L’un d’entre eux traverserait de bout en bout la région nord-ouest, devenue « zona pouco conhecida » (zone peu connue). De part et d’autre de la carte des carrés de couleur situent la superficie de l’État de São Paulo et la population du Brésil par rapport à celles de pays européens.

Figure 10 Carte extraite de O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908

Exemplar no acervo do Arquivo do Estado de São Paulo, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

Sur la carte de l’Atlas de Francisco Ignacio Homem de Mello, de 1909 (figure 8), apparaît désormais la vallée du Paranapanema, au sud, rapprochant ainsi le format de l’État de São Paulo de ce qu’il est représenté aujourd’hui. La connaissance du territoire progresse, notamment dans la région du nord-ouest, qui n’est plus une terra incognita. Y apparaît São José do Rio Preto, fondée officiellement en 1852, bien que la ville ait été connue depuis au moins 1858 comme Curato Jaboticabal. Il y a donc clairement une évolution dans la collecte et l’organisation de l’information cartographique, et une préoccupation visible de la délimitation des territoires des Provinces.

La production de café avait alors déjà occupé une longue bande sud-nord, à la lisière entre le territoire officiellement connu et la frontière pionnière, et il était nécessaire de montrer les zones conquises et de faire disparaître les derniers « blancs » de la carte. Sont identifiées les routes maritimes reliant le port de Santos aux principales villes du pays et du monde entier, les chemins de fer existants, en cours d’exécution et à l’étude, les principales colonies agricoles et diverses statistiques économiques.

Figure 9 Francisco Ignacio Homem de Mello, Estado de São Paulo, 1909

Gravé por A. Simon – Paris. Impressão litográfica, 32cm x 50cm, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Sur la remarquable carte de 1910 publiée (en français) par la Commission Géographique et Géologique de São Paulo (figure 10) sont distinguées les zones encore en forêts et les différentes déjà implantées: café, canne à sucre, coton, riz et autres. Les chemins de fer des différentes compagnies (Paulista, Mogiana, Sorocobana, Noroeste) sont distinguées par un code de couleur, ce qui fait apparaître leurs zones d’influence, dont Pierre Monbeig (1937 et 1952) a bien montré qu’elles étaient âprement disputées. L’exemplaire dont a été tirée la figure est conservé à la National Diet Library, la bibliothèque de la Chambre des Députés du Japon, pays qui envoyait alors de nombreux migrants vers São Paulo. Il a été scanné et publié à haute définition, ce qui permet d’en observer les moindres détails.

Figure 10 Carte générale de  l’État de São Paulo, Commission Géographique et Géologique de São Paulo (1910)

Lith. Laporte et Dosse, Anvers, Copyright © 2009- National Diet Library. Japan. All Rights Reserved, http://www.ndl.go.jp/brasil/data/R/010/010-001r.html

Au cours de la República Velha (Ancienne République, 1889-1930), l’occupation de  l’intérieur s’est intensifiée et a atteint les limites ouest et nord de l’État. La population de l’État a doublé de 1900 à 1920 (passant de 2,3 à 4,6 millions d’habitants et elle serait de 7,2 millions en 1940). Dans le même temps 109 communes ont été créées, soit près du double du nombre antérieur, et l’on avait atteint le nombre de 224 en 1930. Outre l’expansion continue de la production de café, le  motif principal de la création de nouvelles communes était la plus grande autonomie dont elles jouissaient désormais avec l’élargissement de leurs compétences et la hausse de la perception des impôts.

L’État de São Paulo voit donc s’accroître sa puissance économique et son poids politique, au point de dominer, en partie, le pouvoir central. Celui-ci était alors marqué par l’alternance de présidents originaires de São Paulo – représentant les intérêts des planteurs de café – et du Minas Gerais – représentant ceux des éleveurs – et a de ce fait été qualifiée de « politique du café au lait ». Mais en 1930 les Paulistes décidèrent de rompre l’alternance, ce qui déclencha une révolte contre eux d’une coalition d’États et un coup de force mené par Getúlio Vargas, qui s’empara du pouvoir et ne le rendit qu’en 1945.

La période qui a suivi (1930-1945) a donc été marquée par de vives tensions et la tentative, en 1932, de sécession de l’État de São Paulo qui, faute de pouvoir dominer le Brésil, décida de s’en séparer, ce qui donna  lieu à de nombreuses publications à la gloire de l’État, dont la carte routière de la figure 11, ou celui-ci est représenté par une jeune femme, dont le visage est parcouru par les principales routes de la région du café tandis que les régions du nord-ouest sont recouvertes par un foulard aux couleurs du drapeau de São Paulo.

Figure 11 Plano de viaçao de rodagem do estado de Sao Paulo, Revoluçao constitucionalista (1932)

O Diario, http://humanasmogi.blogspot.com.br/2014/02/caminhos-antigos-viii.html

La figure 12 est carte est clandestine, qui a failli causer l’arrestation de son auteur et la fermeture de l’imprimerie. Après la répression de la tentative de sécession de 1932, toute personne qui aurait osé imprimer une carte São Paulo « Constitutionaliste » (comme s’auto-proclamait le mouvement sécessionniste), prenait des risques. Et celle-ci a été retrouvée 45 ans après dans le faux plafond où un imprimeur apeuré l’avait caché. Sur l’original on voit clairement les armées de São Paulo et du reste du Brésil, avec leurs drapeaux et les avions qui menaçaient de bombarder la ville. Dans le coin gauche, entre un bandeirante (les premiers explorateurs – et chasseurs d’esclaves – partis de São Paulo) et un soldat constitutionnaliste, un cartouche porte les mots « Ceci est la véritable carte de la révolution qui a eu lieu à São Paulo dans l’année MCMXXXII ».

En 1972 les éditions Hamburg prirent le contrôle de la Weiss et Cia Ltda, une des plus anciennes imprimeries au Brésil. Comme son bâtiment était vétuste, des travaux étaient nécessaires et quand on enleva le faux plafond on trouva parmi les gravats un rouleau de papiers. Des employés âgés reconnurent, grâce aux initiales JWR écrites dans le coin droit, le travail de Wasth José Rodrigues, le premier illustrateur de Monteiro Lobato. Ils racontèrent qu’une fois la « révolution » terminée, des soldats étaient venus perquisitionner l’imprimerie, car le propriétaire avait été dénoncé pour avoir imprimé une carte « séparatiste ». Les matrices, de lourdes pierres de 30 à 40 kilos, avaient été brisées sur place, mais certaines cartes, des œuvres d’art imprimées en six couleurs (aujourd’hui on en utilise au maximum de quatre) ont été préservées et cachées.

Figure 12 Carte de la période de la Revolução Constitucionalista (1937)

http://vejasp.abril.com.br/cidades/oitenta-anos-revolucao-1932/

La sécession, réprimée militairement, ayant échoué, les élites dirigeantes de São Paulo choisirent un autre chemin, la modernisation de leur État, pour en faire – au lieu de s’en séparer – le plus avancé du pays, ce qui se traduisit entre autres initiatives par la fondation de l’Universidade de São Paulo, l’USP. Les cartes de son territoire furent elles aussi améliorées, notamment après la fondation de l’IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística) et sont aujourd’hui aux normes les plus récentes, mais on ne peut s’empêcher d’avoir la nostalgie du temps où elles portaient des mentions rappelant les hic sunt dracones ou hic sunt leones (« ici il y a des dragon » ou « ici il y a des lions »), expression utilisée par les cartographes romains et médiévaux pour annoter les zones inconnues de leurs cartes.

Sources

Beier, José Rogério, “Os aldeamentos indígenas paulistas na representação cartográfica de Daniel Pedro Müller (1837)”, Oficina de Cartografia Histórica, http://lemad.fflch.usp.br/node/3838

Cavenaghi, Airton José “O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana”, Anais do Museu Paulista: História e Cultura Material, vol.14 no.1 São Paulo Jan./June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007

Cursos de Turismo e Engenharia de Energia, http://www.rosana.unesp.br/#!/pesquisa/laboratorio-de-patrimonio-cultural/projetos/projeto-memoria-ferroviaria-pmf/documentos—relatorios/mapas/

Exposicao Cenarios  As cidades do interior de São paulo no começo do sculo XX, http://www.al.sp.gov.br/cenarios/linha-do-tempo/imperio.html

Leite, Mateus Pavan de Moura, Jules Martin : mapas litográficos de São Paulo, http://www.snh2015.anpuh.org/resources/anais/39/1439844757_ARQUIVO_seminarioanpuh_mateuspavan_17_08.pdf

Mapa de uma revolução, http://tudoporsaopaulo1932.blogspot.com.br/2013/12/o-mapa-de-uma-revolucao.html

Monbeig, Pierre, « Les voies de communication dans l’État de São Paulo (Brésil)”, Bulletin de l’Association de géographes français, 1937, Vol.14,  N° 102,  pp. 9-16, http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1937_num_14_102_7005

Monbeig, Pierre, Pionniers et planteurs de Sao Paulo, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n° 28, 1952.

O Immigrante, Anno I, Num 1, Janeiro 1908, www.novomilenio.inf.br/santos/fotos/fotos359.pdf

[1] Jules-Victor-André Martin (Montiers1832 – São Paulo 1906). Peintre, professeur, architecte, lithographe et entrepreneur, arrivé à São Paulo em 1868, il y monta en 1871 un des premiers ateliers de lithographie qui reçut en 1875 de l’Empereur Pedro II le titre de « lithographie impériale ».

Deux fois mieux que la «Longue Marche», la Colonne Prestes

Nous nous souvenons encore, bien qu’elle ait eu lieu au IVe siècle avant Jésus-Christ, de l’Anabase, la marche des Dix Mille racontée par Xénophon, 2 600 kilomètres de la Mésopotamie à la Mer Noire. La mémoire de la retraite de Russie, en 1812, est encore présente dans nos esprits, mille kilomètres de souffrances dans l’hiver russe. Et qui ne connaît la « Longue Marche », de Mao Zedong, qui a conduit l’Armée Rouge sur 12 000 kilomètres du Jiangxi au Shaanxi ?

Pourquoi, alors, parle-t-on si peu de la Colonne Prestes, qui parcourut de 1925 à 1927 plus de 25 000 kilomètres à travers le Brésil, plus du double de la Longue Marche, près de dix fois l’Anabase et 25 fois la retraite de Russie ? Parce que son principal inspirateur est devenu secrétaire général du Parti Communiste, tout comme Mao Zedong ? Il est certain que cela l’a desservi aux yeux des autorités brésiliennes, notamment sous la dictature militaire (1964-1985). Parce qu’il a au total été vaincu ? Les Dix Mille et Napoléon l’ont été aussi, et ce dernier a causé bien plus de morts. Probablement parce que cette marche a connu moins d’épisodes dramatiques que les trois autres et n’a pas été aussi bien contée que par Xénophon ou les mémorialistes de l’Empereur et du Grand Timonier.

Rappelons d’abord les traits principaux des autres marches, pour mieux comprendre ce que la Colonne Prestes a de différent. On pourra alors la situer dans son contexte, en suivre le parcours, analyser les causes de son relatif échec et sa postérité, pour finir par tenter de mesurer – par des comparaisons – ce que représente cette marche de 25 000 kilomètres.

D’autres longues marches

Les « Dix Mille » (qui étaient en fait un peu plus de 13 000) étaient des mercenaires grecs engagés par Cyrus le Jeune, le second fils de Darius II, qui voulait ravir le trône à son frère aîné Artaxerxès. II fut battu et tué à la bataille de Counaxa, en Mésopotamie à une centaine de kilomètres de Babylone. Bien que vainqueurs des troupes qui leur avaient été opposées, les Dix Mille durent s’échapper et réussirent à rejoindre l’Arménie via les sources du Tigre et de l’Euphrate. La traversée des montagnes arméniennes, en hiver, et de provinces hostiles fut rude, marquée par des combats incessants avec les tribus locales jusqu’à l’arrivée à Trapézonte (actuelle Trabzon) au bord du Pont-Euxin (l’actuelle Mer Noire). Cette épopée nous est connue par l’Anabase, le récit de Xénophon, le commandant de l’arrière-garde de l’armée des mercenaires grecs où il relate le célèbre cri « Thalassa ! Thalassa ! » (« La mer ! La mer !») poussée par les Grecs apercevant le Pont-Euxin à la sortie des montagnes.

Figure 1 La Campagne de Russie de 1812

retraite-russie-_fwnqodeux_c-i3x3cuwfrqtp9g

https://strategietotale.com/forum/64-la-campagne-de-russie/139093-dossier-la-campagne-de-russie-et-la-traversee-de-la-berezina

La retraite de Russie désigne le repli de l’armée napoléonienne depuis Moscou jusqu’en France, en 1812, qui vit mourir la quasi-totalité de l’armée impériale. En donnant l’ordre de repli, le 18 octobre 1812, Napoléon espérait regrouper ses troupes, puis marcher sur Smolensk où il attendrait la fin de l’hiver pour relancer l’offensive. Le 8 novembre, à Smolensk, il ne restait guère plus de 40 000 hommes en état de porter des armes sur les 100 000 partis de Moscou quinze jours plus tôt. Mais ce n’était que le début d’une longue et terrible retraite qui ne s’acheva que l4 décembre, au bout de deux mois et de plus de mille kilomètres de souffrances. Le froid intense de l’hiver, les maladies (dont le typhus, très meurtrier) et les constantes attaques russes, notamment lors de la traversée de la Berezina provoquèrent des milliers de morts. Au total, des 600 000 soldats entrés en Russie, moins de 40 000 en repartirent, comme le montre, sur la figure 3, la différence entre les effectifs à l’aller (épaisseur du trait rose) et au retour (trait noir). Bien que la distance parcourue soit plus faible que dans les autres cas, c’est donc surtout la tragédie humaine qui attire encore l’attention sur la retraite de Russie.

Figure 2 Êvolution des effectifs de l’armée impériale durant la campagne de Russie

retraite-de-russie-minard

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/29/Minard.png

La Longue Marche est un périple de plus d’un an mené par l’Armée rouge chinoise et une partie de l’appareil du Parti communiste chinois pour échapper à l’Armée nationale révolutionnaire du Kuomintang, durant la Guerre civile chinoise. Commencée le 15 octobre 1934, elle prit fin le 19 octobre 1935, et coûta la vie à entre 90 000 et 100 000 hommes des troupes communistes menées par Mao Zedong: 130 000 hommes, avaient percé les lignes du Kuomintang, après une marche d’environ 12 000 kilomètres et la traversée de onze provinces, ils ne furent que 20 000 à 30 000 à arriver en vie. Son coût humain a donc été moindre que celui de la retraite de Russie mais bien plus élevé que ceux de l’Anabase et de la Colonne Prestes.

Figure 3 La Longue Marche chinoise

map_of_the_long_march_1934-1935-en-svg

https://commons.wikimedia.org/wiki/File :Map_of_the_Long_March_1934-1935-en.svg#/media/File :Map_of_the_Long_March_1934-1935-en.svg

Le contexte

La Colonne Prestes a été  mené par des militaires opposants au gouvernement d’Artur Bernardes (1922-1926). Leur «Longue Marche» de 1925-27 a été l’aboutissement d’un mouvement militaire, appelé tenentismo (de tenente, lieutenants). Ce mouvement armé visait à renverser les oligarchies qui dominaient le pays et à développer un ensemble de réformes institutionnelles, telles que le scrutin secret, la défense de l’enseignement public et l’enseignement primaire obligatoire pour toute la population.

Depuis la fin du XIXe siècle, on avait assisté au développement d’un mouvement au sein de l’Armée, qui se voyait comme la véritable responsable de l’établissement de la République. En dépit de cet esprit de corps, ce n’est pas l’Armée dans son ensemble qui a participé aux rébellions qui ont eu lieu dans les années 20. Le mouvement armé a été principalement organisé par des lieutenants avec la participation des sergents, caporaux et soldats, tandis que leadership militaire restait fidèle à l’ordre établi.

Le premier soulèvement militaire a eu lieu à Rio de Janeiro, la révolte des « Dix-Huit du Fort », connu aussi comme « Révolte du Fort de Copacabana », le 5 Juillet 1922.

Figure 4 La « Révolte du Fort de Copacabana »

18-do-forte-original

http://www.osul.com.br/tag/o-civil-dos-18-do-forte-de-copacabana/

En 1924, une nouvelle rébellion s’est produite, cette fois à São Paulo. Après de nombreuses batailles contre les troupes fidèles au gouvernement, les rebelles se sont réfugiés dans l’intérieur de l’État.

Figure 5 La révolte de 1924 à São Paulo

a-coluna-27200

http://revolucaobrasileirade1924.blogspot.fr/p/coluna-prestes.html

La marche de la Colonne Prestes

À São Paulo, devant l’avancée des forces légitimistes qui réprimaient leur soulèvement, les rebelles décidèrent de quitter la capitale de l’État le 28 juillet 1924, amorçant une marche à travers l’État en direction du sud-ouest. Entrant au Paraná, en septembre ils prirent Guaíra et Foz do Iguaçu (où ils établirent leur quartier général).

Dès le début de la campagne du Paraná, certains dirigeants étaient partis pour le Rio Grande do Sul, afin de collaborer avec les officiers engagés dans la préparation de la révolte militaire qui ouvrirait, dans cet État, un nouveau front pour lutter contre le gouvernement. En octobre 1924, le soulèvement y fut finalement déclenché, avec le soulèvement, commandé par le capitaine Luis Carlos Prestes, du 1er Bataillon Ferroviaire, basé à Santo Ângelo. Dans le même temps, d’autres unités s’étaient soulevées dans des villes voisines, São Luís, São Borja et Uruguaiana.

Les forces rebelles du Rio Grande do Sul marchèrent alors vers le nord de l’État, dans le but d’atteindre Foz do Iguaçu et de rejoindre les rebelles de São Paulo. En avril 1925, après avoir traversé l’État du Santa Catarina et une partie du Paraná (livrant avec les troupes loyalistes des combats qui leur firent perdre près de la moitié de leurs hommes), elles arrivèrent à Foz do Iguaçu.

Le 12 avril 1925, la décision fut prise de poursuivre la marche et d’envahir Mato Grosso. Sous le commandement principal de Prestes (chef d’état-major), fut formé ce qui serait connu comme Colonne Prestes, composée de quatre détachements, dirigés par Cordeiro de Farias, João Alberto, Siqueira Campos e Djalma Dutra.

Figure 6 L’itinéraire de la Colonne Prestes

coluna-prestes-2

La Colonne traversa donc le Paraná fin avril 1925 et entra en territoire paraguayen pour atteindre le Mato Grosso. Elle parcourut ensuite le Goiás, le Minas Gerais et revint dans le Goiás. Puis elle continua vers le Nordeste et en novembre atteignit le Maranhão. En décembre, elle entra dans le Piauí et livra à Teresina de sérieux combats avec les forces gouvernementales. En janvier 1926, elle traversa le Ceará, arriva dans le Rio Grande do Norte et en février fit irruption dans la Paraíba, rencontrant à Piancó une résistance sérieuse dirigée par le Père Aristides Ferreira da Cruz, le dirigeant politique local. Après d’âpres combats, la ville fut  occupée par les révolutionnaires.

Poursuivant sa marche vers le sud, la Colonne traversa alors les États de Pernambuco et de Bahia et se dirigea vers le nord du Minas Gerais. Se heurtant à une forte réaction légaliste et devant se réapprovisionner en munitions, le commandement décida de revenir vers le Nordeste en retraversant l’État de Bahia., le Piauí, atteignit le Goiás et enfin revint au Mato Grosso en octobre 1926. Entre février et mars 1927, après une difficile traversée du Pantanal, une partie de la Colonne dirigée par Siqueira Campos arriva au Paraguay, tandis que le reste entrait en Bolivie.

Au vu des conditions précaires où ils se trouvaient, les révolutionnaires de la Colonne décidèrent de s’exiler. Miguel Costa partit pour Libres, en Argentine, tandis que Prestes et deux cents hommes se dirigèrent vers Gaiba, en Bolivie, où ils travaillèrent un certain temps pour une société britannique, Bolivia Concessions Limited. Le 5 juillet 1927, les exilés inaugurèrent à Gaiba un monument à leurs morts. Au cours de leur marche de près de deux ans, ils avaient parcouru environ 25 000 kilomètres.

Figure 7 Prestes et les officiers de la Colonne exilés en Bolivie en 1927

exilados_na_bolivia_271111

http://www.gazetadopovo.com.br/vida-e-cidadania/coluna-prestes-a-maior-marcha-da-historia-mundial-9cwou2kl62j3yr7820ehvt26m

Un mouvement révolutionnaire ?

Les pouvoirs publics considéraient certainement la Colonne Prestes comme un danger. À preuve, les troupes qu’ils ont rassemblées pour la combattre, nombreuses et très diverses, montrant la volonté du gouvernement et des coroneis (les grands propriétaires fonciers) d’éliminer ce foyer de la rébellion. L’Armée, les polices des États, les jagunços (hommes de main des grands propriétaires colonels) et même des cangaceiros (« bandits d’honneur » du sertão, la région semi-aride du Nordeste) ont participé à la lutte. Dans les États économiquement puissants les oligarchies ont constitué des forces policières organisées comme de petites armées, dans les États économiquement faibles les propriétaires ont levé de véritables armées privées.

Dans les villes où elle passait, la Colonne Prestes a en effet suscité non seulement l’attention de la population mais aussi celle des coroneis, qui étaient la cible principale de la critique du mouvement. Se sachant toujours surveillés par les troupes gouvernementales, les rebelles tentaient toujours d’éviter les confrontations directes avec les troupes gouvernementales, par des tactiques de dépistage ou de guérilla si l’affrontement devenait inévitable.

Lors de rassemblements dans les villes temporairement occupées et dans ses manifestes, la Colonne dénonçait la situation politique et sociale du pays, la pauvreté de la population et l’exploitation des pauvres par les dirigeants politiques. Elle n’a toutefois pas réussi à attirer efficacement la sympathie de l’opinion publique, bien qu’à quelques reprises des villes ou des groupes d’hommes aient soutenu le mouvement, et même l’aient rejoint. L’idée de départ était que le mouvement croîtrait en nombre et en force tout au long de la marche, mais elle s’est révélée fausse lors du parcours dans le Nordeste. Dans un environnement naturel difficile, bien contrôlé par les grands propriétaires terriens, elle ne trouva pas dans les masses rurales le support espéré et a donc échoué à atteindre son objectif, étendre la révolution à tout le Brésil. Cette désillusion fait penser à celle que connut quarante ans plus tard Che Guevara quand il tenta, sans succès, de reproduire en Bolivie les mécanismes qui avaient assuré le triomphe de la révolution cubaine, de la Sierra Maestra à La Havane, une erreur qu’il paya de sa vie en 1967.

Des recherches ont été menées sur l’accueil tiède réservé aux révolutionnaires. En 1998, le Centre de recherche et de documentation (CPDOC) de la Fondation Getulio Vargas a ouvert un ensemble de 70 000 lettres, manuscrits et photos de Juarez Távora. Participant à la Révolte Paulista de 1924, Távora a participé avec Prestes et Miguel Costa au commandement de la Colonne. Parmi les documents de ce dossier, il y avait des lettres écrites et reçues par ses dirigeants, qui indiquent que le groupe n’a pas été reçu avec enthousiasme partout où il allait. En apprenant l’arrivée des rebelles, les habitants avaient souvent le réflexe de fuir, par crainte des atrocités dénoncées par les adversaires de la Colonne. Dans son livre Coluna Prestes : o avesso da lenda (1994) Eliane Brum rapporte des témoignages en ce sens de survivants du passage de la Colonne Prestes, après avoir refait 70 ans plus tard, les 25 000 kilomètres de sa marche.

Le mouvement dirigé par Prestes a du moins aidé à dénoncer les problèmes créés par la concentration du pouvoir entre les mains des oligarchies de l’Ancienne République. Le mouvement a ainsi contribué à saper les bases, déjà affaiblies, du système oligarchique et à ouvrir la voie à la Révolution de 1930. Peu de temps après, lors de la période agitée qui a marqué celle-ci, une partie des lieutenants qui avaient participé à la marche de la Colonne ont rejoint le gouvernement dirigé par Getúlio Vargas.

La marche a également mis en avant la personne de Prestes. Il a été surnommé « chevalier de l’espérance » dans la lutte contre les puissances dominantes de la bureaucratie et des élites. Il ne fut pas le principal dirigeant de la Colonne, mais il était le cerveau, défendant la liberté politique, le scrutin secret et la justice sociale. En 1927, alors que de nombreux combattants étaient restés en exil en Bolivie, il rejoignit l’Argentine, où il prit une orientation politique plus claire en rejoignant le Parti communiste Brésilien (PCB), puis a séjourné en Russie de 1931 à 1934, avant de revenir au Brésil comme l’un des dirigeants du Parti communiste brésilien (PCB). De ce fait, il devint une des icônes du mouvement communiste dans le monde et le livre que lui consacra Jorge Amado fut traduit en plusieurs langues, dont le français (figure 9).

Figure 8 Le livre de Jorge Amado sur Luís Carlos Prestes et as traduction française

jorge-amado-br-et-f

http://librairie-entropie-paris.blogspot.com.br/2014/02/jorge-amado-le-chevalier-de-lesperance.html

Postérité

Une des traces les plus visibles de la Colonne est le mémorial qui lui a été consacré à Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, le dernier créé au Brésil, en 1988, par sa séparation du Goiás.

Figure 9 Le Mémorial à la Colonne-Prestes e aux « 18 du Fort » à Palmas

A6CF66 Museum Palmas Tocantins Brazil
A6CF66 Museum Palmas Tocantins Brazil

http://secom.to.gov.br/noticia/222692/ et http://www.viajenaviagem.com/2012/09/vnvbrasil-rumo-ao-jalapao-uma-aventura-offline

Cette construction a été voulue par José Wilson Siqueira Campos, le premier gouverneur de l’État, après avoir été un des plus ardents promoteurs de sa création. Il a conçu et mis en œuvre un important programme de travaux qui ont donné à Palmas son allure de vraie capitale dÉtat. Oeuvre de l’architecte Oscar Niemeyer, le mémorial a été construit en 2000 (et a ouvert le 5 octobre 2001). Le gouverneur voulait ainsi honorer l’un des leaders de la colonne, Antonio de Siqueira Campos, qui a participé  au mouvement des lieutenants depuis la Révolte des Dix-Huit du Fort de Copacabana, en juillet 1922.

La rampe d’accès à l’entrée et à la sculpture en bronze est de couleur de rouge, pour représenter le sang versé pour leur pays et sa forme de faucille symbolise le communisme. Le mémorial raconte l’histoire de la Colonne Prestes et de ses membres, par des photographies, des documents et des objets personnels. Le monument aux Dix-Huit du Fort est composé de dix-huit sculptures de deux mètres de haut, en l’honneur des héros de l’insurrection.

25 000 kilomètres…

Sans revenir sur son sens et sa postérité politiques on ne peut qu’être impressionné par l’exploit que représente cette marche de 25 000 kilomètres, dans des régions mal connues, sans vraies routes et ponctuée de combats parfois violents.

Pour s’en faire une idée, on peut se demander ce que ces kilomètres représenteraient au départ de Paris: ils permettraient (figures 11 et 12) d’aller vers l’Est jusqu’à Vladivostok (Russie)  et vers le Sud jusqu’au Cap (Afrique du Sud), dans les deux cas un peu moins ou un peu plus de 12 000 kilomètres, et d’en revenir…

Figure 10 Paris-Vladivostok, 11 916 km

paris-vladivostok

Source : Google Maps

Figure 11 Paris-Le Cap, 12 835 km

paris-le-cap

 

Pour rester em Amérique du Sud, une distance égale à celle parcourue par la Colonne Prestes lui aurait permis, em partant comme elle de Santo Ângelo de faire pratiquement le tour du continent: de Santo Ângelo à Ushuaia (4 102 km), d’Ushuaia à Bogota (9 545 km), de Bogota à Fortaleza, via Manaus (7 678 km) et finalement de Fortaleza à Santo Ângelo (4 160 km), soit un total de 25 485 kilomètres.

Figure 12 Le tour de l’Amérique du Sud en 25 000 km

tour-amerique-du-sud

Source : Google Maps

On peut être effaré par ces chiffres, voire pris de doutes, mais si l’on divise la distance parcourue par le nombre de jours écoulés du début à la fin de la marche (814 jours du 12 avril 1925 au 5 juillet 1927), la moyenne parcourue par jour est de 31 kilomètres. C’est curieusement (mais pas si curieusement, si l’on considère que dans les deux cas il s’agissait d’hommes bien entraînés) le même chiffre auquel parvient, pour les marcheurs de l’Anabase, Marcel Gabrielli (1995), dans un article qui fait partie d’un numéro thématique de la revue Pallas « Dans les pas des Dix-Mille »:

« Donc, si l’on excepte les jours de retard, l’armée a mis 85 jours pour parcourir 522 parsanges, soit environ 2 600 kilomètres. Donc, une moyenne d’environ six parsanges par jour, c’est-à-dire 30 kilomètres environ par journée de marche ».

Ainsi donc, si l’on ose dire, la boucle est bouclée, de l’Anabase aux marcheurs de la Colonne Prestes, à cela près que ceux-ci, eux, n’ont jamais atteint la mer, ni leur but ultime, rendant leur exploit inutile, et en cela même peut-être plus impressionnant encore.

Bibliographie

Colonne Prestes

A Coluna Prestes, http://www.historianet.com.br/conteudo/default.aspx ?codigo =296

Brum, Eliane ; Coluna Prestes : o avesso da lenda ; Editora Artes e Ofícios, 1994

Coluna Prestes, https://pt.wikipedia.org/wiki/Coluna_Prestes

CPDOC-FGV, Coluna Prestes, http://cpdoc.fgv.br/producao/dossies/AEraVargas1/anos20/CrisePolitica/ColunaPrestes

Duarte, Lidiane, Coluna Prestes, http://www.infoescola.com/historia/coluna-prestes/

Marin, Richard, « La longue marche de la Colonne Prestes ou l’épopée d’un échec (octobre 1924 février 1927) », Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Année 1986, Volume 47, Numéro 1, pp. 65-81, http://www.persee.fr/doc/carav_0008-0152_1986_num_47_1_2285

Prestes, « Brésil, Anita Leocádia, Les 90 ans de la Colonne Prestes », Interview http://www.tlaxcala-int.org/article.asp ?reference =13769

Rafael Policeno de Souza, “A Coluna Prestes : uma abordagem necessária”, Revista Historiador Número 03, Ano 03, Dezembro de 2010 (PDF).

Sousa, Rainer Coluna Prestes, http://mundoeducacao.bol.uol.com.br/historiadobrasil/coluna-prestes.htm

Steinmetz, Muriel, « Retour sur le passé révolutionnaire du Brésil, Entretien avec Fernando Morais », L’Humanité, 16 Avril, 2015, http://www.humanite.fr/retour-sur-le-passe-revolutionnaire-du-bresil-571442

Autres grandes marches

Gabrielli, Marcel « Transport et logistique militaire dans l ‘Anabase », Pallas 1995 Volume 43 Numéro 1 pp. 109-122, http://www.persee.fr/doc/palla_0031-0387_1995_num_43_1_1365

Guillermaz, Jacques Histoire du Parti communiste chinois. Des origines à la conquête du pouvoir (1921-1949), Payot & Rivages, 2004.

La Longue marche, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_Marche

Napopedia, La Campagne de Russie, http://www.napopedia.fr/fr/Campagnes/russie

Retraite de Russie, https://fr.wikipedia.org/wiki/Retraite_de_Russie

Sun Shuyun, La Longue Marche, J.-C. Lattès, 2006.

Xénophon, Anabase, https://fr.wikipedia.org/wiki/Anabase_(X %C3 %A9nophon)

L’Antiquité survit dans les prénoms brésiliens

Heródoto Barbeiro est journaliste, présentateur du journal de la chaîne brésilienne de télévision Record News. Temístocles Américo Corrêa Cezar est professeur à l’Université Fédérale de Rio Grande do Sul. Diógenes Salsas Alves est chercheur à l’Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE, Institut National de Recherches Spatiales), Deocleciano Bittencourt Rosa est professeur à l’Université Fédérale du Mato Grosso, Julio Cesar Suzuki à l’Université de São Paulo (USP).

Le prénom du premier cité est un hommage au savant grec du IVe siècle avant Jésus Christ considéré comme le « Père de l’Histoire » . Celui du deuxième  se réfère à Thémistocle (v. 524 – 459 av. J.C.), homme d’État et stratège athénien, qui joua un rôle déterminant dans la victoire grecque lors de la deuxième guerre médique. Dioclétien (Caius Aurelius Valerius Diocletianus Augustus (244-311), était un empereur romain qui régna de 284 à 305. Diogène de Sinope, également appelé Diogène le Cynique (Sinope v. 413 – Corinthe, v. 327 av. J.C.), était un philosophe grec et le plus célèbre représentant de l’école cynique. Il n’est pas nécessaire de présenter Jules César (Caius Iulius Caesar), né à Rome en 100 av. J.-C. et mort le 15 mars 44 av. J.C., aux ides de mars, dans la même ville).

Qui vit au Brésil après avoir « fait ses humanités » grecque et latine remarque avec plaisir cette présence de prénoms issus de l’Antiquité, mais la nouveauté est qu’on peut maintenant la quantifier grâce à une recherche publiée en avril 2016 par l’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique), Nomes no Brasil. Elle analyse les prénoms de tous les résidents du pays, collectés lors dernier recensement démographique, en 2010. La liste compte 130 348 noms différents (pour un peu moins de 200 millions de personnes), et recense les prénoms les plus communs pour chaque décennie depuis 1930, permettant savoir ce qui était à la mode ou pas dans chaque période. L’information est organisée par sexe, États et communes, et un site spécifique permet d’interroger la base de données prénom par prénom[1].

Figure 1 Le site Nomes no Brasil

nomes-do-brasil

Sans surprise, le prénom le plus fréquent est Maria, c’est celui de 11,7 millions de brésiliennes. C’est plus du double du prénom masculin le plus porté, Joseph (José). Suivent, dans le même registre religieux de personnages bibliques, saints et évangélistes, Anne (Ana), Jean (João), Antoine (Antônio), François (Francisco), Charles (Carlos), Paul (Paulo), Pierre (Pedro), Lucas, Louis (Luíz) et Marc (Marcos), comme le montre le tableau 1.

Tableau 1 Les prénoms les plus fréquents

Nom Fréquence Pourcentage Ranga Étatb Tauxc

.

Maria 11.734.129 6,41 1 PI 11.645,19
José 5.574.529 3,14 2 AL 7.961,53
Ana 3.089.858 1,69 3 CE 2.154,84
João 2.984.119 1,63 4 RN 2.284,17
Antônio 2.576.348 1,41 5 CE 3.541,58
Francisco 1.772.197 0,97 6 CE 6.155,41
Carlos 1.489.191 0,81 7 RJ 1.194,59
Paulo 1.423.262 0,78 8 RS 1.014,19
Pedro 1.219.605 0,67 9 DF 830,57
Lucas 1.127.310 0,62 10 DF 749,29
Luiz 1.107.792 0,61 11 RJ 802,10
Marcos 1.106.165 0,6 12 RJ 703,72

a-Rang de popularité, du plus au moins populaire.

b- État de fréquence maximum du prénom. c- par 100 000 habitants

Les noms antiques ne figurent pas dans cette tête de liste de 12 noms, mais le premier d’entre eux n’est pas si loin puisque Philippe se classe au 18e rang, suivi par Juliana au 29e, Fábio au 32e, Léandro au 39e, Camila au 43e, Alexandre au 51e (mais il serait bien plus haut si on y ajoutait les variantes masculines et féminines), etc.

Les prénoms antiques les plus fréquents

Tableau 2 Les prénoms antiques les plus fréquents

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Felipe 615.924 18 SP 447,49 Alessandra 243.633 121 RJ 197,48
Adriana 567.968 28 SP 363,10 Flávia 233.904 128 RJ 182,00
Fábio 547.965 32 SP 371,30 Caio 227.778 134 RJ 189,08
Juliana 534.706 29 RJ 392,22 Helena 197.591 162 PR 138,01
Leandro 509.248 39 RJ 338,12 Hélio 137.525 221 MG 109,85
Camila 471.559 43 SP 319,27 Moises 124.697 120 AM 136,74
Alexandre 444.097 51 RJ 383,96 César 118.934 260 RS 106,90
Júlia 431.842 54 SP 310,25 Juliano 115.736 266 RS 184,07
Claúdia 359.494 66 RJ 333,43 Augusto 105.177 292 RS 74,60
Claúdio 352.031 71 RJ 274,05 Alexandro 76.950 379 PE 69,08
Adriano 338.315 79 SC 215,43 Diana 74.947 392 RR 81,91
Júlio 336.030 81 RJ 242,28 Romulo 53.192 232 AP 82,15
Mário 269.379 107 AM 222,19 Emilia 51.734 526 PR 42,98
Flavio 265.201 56 RJ 181,62 Íris 50.228 537 SE 51,89
Cícero 248.627 118 AL 1019,77

 

La plupart des porteurs de ces prénoms n’ont probablement pas conscience de leur origine antique, à commencer par les 615 924 Philippes qui perpétuent le souvenir de plusieurs rois de Macédoine amateurs de cavalerie militaire, comme l’indique l´étymologie de Phílippos (« qui aime les chevaux »). Le plus connu est Philippe II (né en 382 av. J.-C. et mort assassiné en 336 av. J.C.), fit de la Macédoine la plus grande puissance du monde grec. Père d’Alexandre le Grand il a été, selon le philosophe péripatéticien Théophraste, « le plus grand des rois de Macédoine, non seulement par sa fortune, mais encore par sa sagesse et sa modération ».

Figure 2 Monnaie à l’effigie de Philippe de Macédoine

philippe-de-macedoine-bgr_354105

Ce monnayage avec le cavalier passant aurait débuté après la victoire des chevaux de Philippe aux Jeux Olympiques (348 AC.). http://www.cgb.fr/macedoine-royaume-de-macedoine-philippe-ii-tetradrachme,bgr_354105,a.html

Il en va probablement de même pour les noms suivants de la liste des prénoms les plus fréquents, qui font survivre à dix mille kilomètres de distance la mémoire d’hommes et de femmes morts depuis plus de deux mille ans.

Juliana/o

Ce prénom qui a une version féminine et une version masculine (534 706 porteuses et 115 736 porteurs) renvoie à la dynastie julio-claudienne (14-68) qui compta, après Auguste (27 av. J.C.-14 apr. J.C., 105 177 prénoms au Brésil), les quatre empereurs qui lui succèdent: Tibère (14-37, 1 660 prénoms), Caligula (37-41, aucun prénom), Claude (41-54, 352 031 prénoms) et Néron (54-68, 807 prénoms). Celui-ci vient bon dernier car il symbolise pour la postérité ce que le pire de l’histoire romaine Les historiens antiques, Tacite et Suétone, ont tracé un sombre portrait de cet empereur qui – entre autres méfaits – fit incendier Rome et les chrétiens, dont il fut le premier persécuteur, ont encore noirci ce tableau. Il est même surprenant que son nom ait survécu au Brésil, contrairement à ceux de Caligula ou de Messaline.

Figure 3 L’Empereur Auguste

ob_ac9637_60

http://www.paris-pour-la-vie.com/2014/05/moi-auguste-empereur-de-rome-au-grans-palais.html

Fábio/a

Ce prénom (547 965 fois présent dans le recensement sous sa forme masculine et 18 250 au féminin) rappelle la gens Fabia, une famille patricienne dont l’origine remonte aux premiers temps de la Rome royale. Elle affirmait descendre d’Hercule et du fils de Mercure, Évandre (121 093 porteurs), qui construisit une ville sur le mont Palatin. La gens Fabia portait ce nom parce qu’elle a importé, dit la légende, la culture de la fève (faba). Son membre le plus éminent a été Fabius Maximus Quintus (env. 275 env. 203), dont le sens tactique lui valut le sobriquet de Cunctator (« le temporisateur »).

Figure 4 Fabius Maximus Quintus, dit Cunctator

24fabio-massimo

http://www.comicartfans.com/gallerypiece.asp?piece=682471

Leandro/a

Le prénom Leandro, porté par plus d’un demi-million de brésiliens (et dans sa version féminine par 34 464 brésiliennes), est celui du protagoniste masculin de l’histoire tragique d’un couple d’amoureux de la mythologie grecque, Héro et Léandre. Héro était prêtresse d’Aphrodite à Sestos (sur la rive européenne de l’Hellespont), tandis que Léandre habitait à Abydos, sur la rive asiatique. Toutes les nuits, Léandre traversait le détroit à la nage, guidé par une lampe qu’Héro allumait en haut de la tour où elle vivait. Mais lors d’un orage, la lampe s’éteignit et Léandre s’égara dans les ténèbres. Lorsque la mer rejeta son corps le lendemain, Héro se suicida en se jetant du haut de sa tour.

Figure 5 Hero et Leandre, par Joseph Taillasson

hero-et-leandre-taillasson-bordx026

http://andrewhopkinsart.blogspot.com.br/2011/01/joseph-taillasson-hero-et-leandre-salon.html

Camila

Les deux formes Camila (471 559 porteuses) et Camilla (10 455 porteuses) évoquent Camille, jeune romaine, sœur des Horaces (6 937 porteurs) et fiancée à l’un des Curiaces, fut tuée par son frère, vainqueur dans le combat des trois Horaces contre les trois Curiaces, parce qu’elle maudissait sa victoire (667 av. J.C.). Pierre Corneille en a fait l’héroïne de sa tragédie Horace, dans laquelle il lui fait prononcer contre Rome des imprécations célèbres :

« Rome, l’unique objet de mon ressentiment !

Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !

Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !

Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !

Puissent tous ses voisins ensemble conjurés

Saper ses fondements encor mal assurés !

Et si ce n’est assez de toute l’Italie,

Que l’Orient contre elle à l’Occident s’allie ;

Que cent peuples unis des bouts de l’univers

Passent pour la détruire et les monts et les mers !  »

Figure 6 Camila entre Horaces et Curiaces par Guiseppe Cesari

horaces-curiaces

Les Horaces contre les Curiaces, Guiseppe Cesari, © Musée du Capitole, Rome, https://mythologica.fr/rome/horaces.htm

Alexandre

L’Alexandre dont plus d’un million (1 005 638) Brésiliens et Brésiliennes portent le prénom (444 097 Alexandre, plus 243 633 Alessandra, 150 491 Alessandro, 90 467 Alexandra et 76 950 Alexandro) est Alexandre le Grand, ou Alexandre III de Macédoine, né en 356 av. J.-C. à Pella (Grèce), mort en 323 av. J.-C. à Babylone, l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité. Fils de Philippe II, élève d’Aristote et roi de Macédoine à partir de 336 av. J.C., il devint l’un des plus grands conquérants de l’histoire. Il fit de son petit royaume le maître de l’immense empire perse achéménide, s’avança jusqu’aux rives de l’Indus et fonda près de 70 villes, dont la majorité porte le nom d’Alexandrie.

Figure 7 Les expéditions d’Alexandre

1009142-lexpedition_dalexandre

https://www.tes.com/lessons/VNdUyan_G9rmQw/alexandre-le-grand

Flavio/a

Les Flavii sont les membres de la gens Flavia (le nomen Flavius signifie « blond » en latin). Cette dynastie romaine (69-96) fondée par Vespasien (69-79, 250 prénoms masculins seulement) a été ensuite représentée par ses fils Titus (79-81, 4 334 prénoms masculins et 359 féminins) et Domitien (81-96, 1403 et 477 prénoms).

Claúdio/a

La gens Claudia a été fondée par Appius Claudius, d’origine sabine, qui vient à Rome avec quelque 5 000 clients en ~ 504. Les Claudii accèdent au titre impérial au début du1er siècle en la personne de Tibère (1 660 prénoms).

Adriano/a

Adriana (567 968 prénoms) et Adriano (338 315) évoquent Hadrien (Traianus Hadrianus Augustus, né en 76 à Italica et mort en 138 à Baïes), est un empereur de la dynastie des Antonins. Il succède en 117 à Trajan (1 497 prénoms) et règne jusqu’à sa mort. Empereur humaniste, lettré, poète et philosophe à la réputation pacifique, il rompt avec la politique expansionniste de son prédécesseur, s’attachant à pacifier et à structurer administrativement l’Empire, tout en consolidant des frontières parfois poreuses.

Figure 8 Buste d’Hadrien et Mémoires d’Hadrine de Marguerite Yourcenar

hadrien-et-memoires

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Buste_cuirass%C3%A9_d’Hadrien_2.jpg

Júlio

Les Iulii, ou gens Iulia, appartiennent à une vieille famille de la Rome antique que la tradition fait descendre du Troyen Iule (ou Ascagne), fils d’Énée (5 595 prénoms) et de Créuse (24 841 prénoms), amené en Italie par son père après la chute de Troie. Ce fondateur d’Albe la Longue est considéré comme le créateur de la famille qui, selon l’empereur Claude, se joint ensuite aux patriciens de Rome. Par ce lignage, Jules César revendiqua, lorsqu’il prononça l’éloge funèbre de sa tante Julia, une ascendance remontant à Vénus.

Les Iulii historiquement connus sont une famille patricienne d’importance mineure, qui exerça quelques consulats mais ne fit pas partie, au 1er siècle av. J.C., de la cinquantaine de familles de la nobilitas qui fournissaient la plupart des consuls. Les Iulii connurent des revers de fortune, et Jules César grandit dans une maison assez modeste du bas quartier de Subure, de mauvaise réputation, ce qui rend plus remarquable encore son ascension au sommet du pouvoir et son passage à la postérité, même si celle-ci se fait parfois sous forme de caricature dans une célèbre série de bandes dessinées et dans ses dérivés au cinéma.

Figure 9 Jules César interprété par Alain Delon dans Astérix aux Jeux olympiques

delon-en-jules-cesar

http://www.papodecinema.com.br/filmes/asterix-nos-jogos-olimpicos

Mario

Le prénom Mario (sans version féminine, pour des raisons évidentes) se réfère à Caius Marius (né en 157 av. J.C. à Cereatae, près d’Arpinum et mort à Rome en 86 av. J.C.), élu consul à sept reprises et connu principalement pour avoir réformé l’armée romaine, en permettant le recrutement de citoyens qui n’étaient pas propriétaires terriens, les proletarii, et en restructurant les légions en plusieurs cohortes. Il épousa Julia Caesaris, tante de Jules César.

Ciceron

Cicéron (en latin Marcus Tullius Cicero, né en 106 av. J.C. à Arpinum et assassiné le en 43 av. J.C. à Gaète), n’appartenait pas à la noblesse, ce qui en principe excluait un rôle politique majeur. Mais après une solide formation à la rhétorique et au droit, il réussit grâce à ses talents d’avocat à se constituer suffisamment d’appuis pour parvenir en 63 av. J.C. à la magistrature suprême, le consulat. Dans une République en crise menacée par les ambitieux, il déjoua la conjuration de Catilina (aucun  prénom dans la liste de l’IBGE) par la seule énergie de ses discours, les Catilinaires. Orateur remarquable, il publie une abondante production considérée comme un modèle de l’expression latine classique, utilisé jusqu’à aujourd’hui comme norme pour l’enseignement du latin. Il est aussi présent sous la forme de la Société Internationale des Amis de Cicéron (site http://tulliana.eu, newsletter https://tulliananews.wordpress.com/ ).

Figure 10 Cicéron dénonce Catilina par Cesare Maccari, 1889

maccari-cicero

https://pt.wikipedia.org/wiki/C%C3%ADcero#/media/File:Maccari-Cicero.jpg

Au Brésil le prénom ne se réfère toutefois pas qu’à lui, du moins pas directement, car il a été porté par un religieux très populaire. Cicero Romão Batista (Crato 1844 – Juazeiro 1934). Dans la dévotion populaire, il est connu comme Padre Cicero ou Padim Ciço. Charismatique, a eu un grand prestige et d’influence sur la vie sociale, politique et religieuse du Ceará et du Nordeste, ce qui explique que le prénom soit à son maximum de popularité dans l’Alagoas (le plus élevé de tout le tableau 2). Un statue monumentale à son effigie a même été élevée à Juazeiro do Norte (Ceará).

Figure 11 Statue du Padre Cícero à Juazeiro do Norte

padim-cico-sdc10563

http://passe-ando.blogspot.com.br/2010/08/o-caminho-do-meu-padim-pade-cico.html

Les moins cités

À l’autre extrémité du spectre de fréquence figurent les prénoms antiques les moins représentés qui perpétuent néanmoins, même en plus petit nombre, le souvenir de l’Antiquité dans la vie quotidienne des Brésiliens.

Tableau 3 Les prénoms les moins fréquents

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Hera 22 120.692 Alcibiades 196 26.474 SC 0,38
Hades 22 120.646 Setimo 223 24.194 RS 0,48
Fedra 26 107.212 Juno 211 24.114 MG 0,15
Eratóstenes 32 92.819 Anastasia 234 23.357 RS 0,50
Spartaco 35 87.869 SP 0,05 Vênus 234 23.351 RN 0,76
Nabucodonosor 39 81.143 Zeus 238 23.078 BA 0,25
Heródoto 49 69.037 Vespasiano 250 22.313 MS 1,39
Catão 64 57.465 CE 18,00 Orfeu 275 20.842 RS 0,28
Atena 68 55.075 Ajax 277 20.688 PA 1,56
Afrodite 76 50.976 SP 0,04 Euridice 97 20.521 SP 0,12
Júpiter 86 46.918 RJ 0,11 Asdrubal 284 20.311 RS 0,28
Aspásia 109 39.554 RJ 0,15 Minerva 392 16.109 PI 0,58
Tarquino 129 35.396 MA 0,46 Pompeu 395 16.010 PI 0,61
Cincinato 150 31.887 MG 0,12 Arquimedes 3.169 3.737 MT 2,37
Atlas 166 29.704 PE 0,26 Pitágoras 464 14.269 DF 0,74
Telemaco 191 27.007 PR 0,26 Cleopatra 479 13.985 PB 0,85

 

Y figurent des dieux grecs et romains, des rois et empereurs romains (Tarquin, Septime Severe, Vespasien) ou d’autres royaumes antiques (le babylonien Nabuchodonosor, le carthaginois Asdrubal, l’égyptienne Cléopatre).

On y trouve aussi des figures illustres de la vie politique romaine, comme Marcus Porcius Cato, dit Caton l’Ancien ou le Censeur (c.234-c.149), un Romain aux mœurs irréprochables du temps de la Rome républicaine, devenu le symbole de la virtus romaine, alliance de courage et d’abnégation, de fierté patriotique et d’austérité morale. Lucius Quinctius Cincinnatus (v. 519 – v. 430 av. J.C.) était considéré par les Romains comme un des héros du premier siècle de la République et comme un modèle de vertu et d’humilité. On ne peut que regretter que ces deux prénoms ne soient pas davantage populaires en ce temps où l’opinion brésilienne semble ne plus supporter certains comportements douteux de ses hommes (et femmes) politiques

D’autres étaient plus controversés, comme Cneius Pompeius Magnus, dit Pompée (v.106-v.48) qui, au même titre que César et Alexandre le Grand, figure pourtant dans la Vie des hommes illustres de Plutarque. Il est toutefois principalement connu pour avoir été le héros malheureux de la guerre civile qui mit un terme à la République romaine, et le concurrent malchanceux de César. Alcibiade (né en -450 et mort en -404), adopté par Périclès a été dans la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. l’une des personnalités politiques les plus importantes du monde grec. L’épisode majeur de sa vie est la guerre du Péloponnèse, qui opposa Athènes à Sparte de 431 à 404 et vit la ruine finale de l’empire athénien : au cours de ces années, Alcibiade combattit alternativement dans l’armée athénienne, dans le camp spartiate et chez les satrapes de Perse.

La liste comprend encore quelques grandes figures de la science et de la philosophie, comme Ératosthène (Cyrène v. -276 – Alexandrie, Égypte, v. -194), astronome, géographe, philosophe et mathématicien grec du IIIe siècle av. J.-C. Archimède de Syracuse (né à Syracuse vers 287 av. J.C. et mort en cette même ville en 212 av. J.C.), est considéré comme l’un des principaux scientifiques de l’Antiquité classique. Parmi ses domaines d’étude en physique, on peut citer l’hydrostatique, la mécanique statique et l’explication du principe du levier. Il est crédité de la conception de plusieurs outils innovants, comme la vis d’Archimède. La vie énigmatique de Pythagore (né vers 580 av. J.C. à Samos et mort vers 495 av. J.C.) permet difficilement d’éclaircir l’histoire de ce réformateur religieux, mathématicien, philosophe et thaumaturge. Hérodote le mentionne comme « l’un des plus grands esprits de la Grèce».

Ce même Hérodote (IVe siècle avant J.C) a été un historien et un explorateur, né à Halicarnasse. Son unique œuvre, intitulée Histoires ou Enquêtes, est considérée comme le premier ouvrage historique. Elle relate les différents voyages qu’il a effectués (en Égypte, à Babylone, en Macédoine) et traite de tous les humains (« tant les grecs que les barbares »). Il est vivement critiqué par les Anciens (Aristote le traite de « mythologue », Plutarque le trouve trop proche des barbares), mais la postérité le considérera, suivant en cela l’opinion de Cicéron, comme le premier historien, le « Père de l’Histoire » et un des premiers géographes (d’où le nom de la revue fondée par Yves Lacoste).

Figure 12 Le monde d’Hérodote

880px-herodotus_world_map-fr-svg

http://www.wikiwand.com/fr/H%C3%A9rodote

Un prénom issu de l’Antiquité, Orphée/Orfeu, et (un peu) présents au Brésil doit son succès (relatif) à une transposition d’un mythe antique au Brésil. Selon la légende, Orphée descendit aux Enfers pour en ramener sa bien-aimée. Hadès (22 prénoms, honorable score pour un dieu des Enfers) et Perséphone (aucun prénom) consentirent à laisser partir Eurydice, à condition que tant qu’il serait dans le Royaume des morts, il ne chercherait pas à la voir. Orfée oublia sa promesse, pour son plus grand malheur, et la jeune fille retomba aussitôt dans les abîmes. Inspiré de ce mythe, Orfeu negro est un film musical franco-italo-brésilien de Marcel Camus, adapté d’une pièce de Vinícius de Moraes (dont le prénom latin est porté par 304 822 Brésiliens), Orfeu da Conceição (1956). Sorti en 1959 il a reçu la Palme d’or au Festival de Cannes de la même année, il revisite le mythe d’Orphée et d’Eurydice en le transposant de Thrace à Rio de Janeiro pendant le carnaval, Orfeu y est conducteur de tramway et Eurydice une jeune campagnarde. Le film marqua les esprits, en France, en Europe et aux États-Unis. Il révèla dans le monde entier un style musical, la bossa nova, une terminologie alors encore inconnue en dehors du Brésil.

Figure 13 DVD du film Orfeu Negro

orfeu

https://coversblog.wordpress.com/2009/08/27/orfeu-negro/

Dieux grecs et romains

On aura noté que bon nombre des prénoms d’origine antique présents au Brésil sont ceux de dieux grecs et romains, qui méritent donc qu’on les regarde de plus près, en particulier pour voir si c’est la première ou la deuxième catégorie qui est la plus populaire.

Le tableau 6 montre que c’est sans ambiguïté le monde grec qui l’emporte, le dieu le plus populaire étant Dionysos, suivi par Hermès. Seules deux figures féminines l’emportent du côté romain, Diana et Vénus, mais dans le premier cas est probable que le choix du prénom se réfère plus à une princesse anglaise qu’à la déesse grecque.

Tableau 6 Prénoms de dieux grecs et romains

Nom Fréquence Rang État Taux Nom Fréquence Rang État Taux
Dionísio 19.442 1.058 MS 16,78 Baco 0
Hermes 12.485 1.412 RS 14,05 Mercúrio 0
Ceres 1.492 6.288 Demeter 0
Ártemis 553 12.650 AM 3,04 Diana 74.947 392 RR 81,91
Zeus 238 23.078 BA 0,25 Júpiter 86 46.918 RJ 0,11
Afrodite 76 50.976 SP 0,04 Vênus 234 23.351 RN 0,76
Netuno 33 Poseidon 0
Hera 22 120.692 Juno 0 24.114 MG 0,15
Hades 22 120.646 Plutão 0

Une géographie des prénoms antiques?

En guise de conclusion on peut esquisser l’analyse de la distribution géographique de ces prénoms antiques puisque que la base de données de l’IBGE donne une indication sur l’État où la fréquence de chaque prénom est à son maximum. On aurait évidemment préféré avoir des indications sur la présence des prénoms dans chaque État, mais telle quelle cette information permet déjà de tirer quelques conclusions.

L’analyse du nombre de prénoms (193 en tout) met en tête le Rio Grande do Sul, qui en compte 19, peut-être parce que c’est dans cet État que s’est concentrée au XIXe siècle une immigration massive de colons d’origine européenne, dont certains auraient apporté avec eux une culture classique ou le grec et le latin avaient une place importante. Suivent Rio de Janeiro et São Paulo, les États les plus développés, où cette même culture garde une forte position.

Figure 14 Distribution des prénoms antiques et e de leurs porteurs par État

prenoms-et-porteurs-de-prenoms-par-etat-2

En nombre de porteurs de prénoms antiques, dont le total atteint presque 9,5 millions dans tout le pays, ce sont évidemment les États les plus peuplés qui se détachent mais curieusement dans ce cas celui de Rio de Janeiro (avec 3,5 millions de porteurs), vient devant celui de São Paulo (qui en compte tout de même 2,7 millions) alors que les deux États ont respectivement 16 et 44 millions d’habitants. Suit le Rio Grande do Sul avec près d’un demi-million et le Santa Catarina avec près de 400 000. Le troisième territoire de cette région Sud (qui a reçu la majeure partie des immigrants européens), le Paraná suit de près, tout de même derrière l’Amazonas, qui n’a pas connu le même afflux d’Européens. Tous les autres États en comptent également à la seule exception du Goiás.

Quand dans son sonnet Língua portuguesa, à la gloire de la langue portugaise, Olavo Bilac (1865-1918) la qualifiait de “Última flor do Lácio, inculta e bela” (« Dernière fleur du Latium, inculte et belle ») il se référait au fait qu’elle a été la dernière langue romane transmis au (futur) Portugal à partir du latin vulgaire, parlé par les soldats romains, pour la plupart issus de la région du Latium. Le dernier vers du premier tercet dit  “Amo-te, ó rude e doloroso idioma” (« Je t’aime, ô langue rude et douloureuse »). Manifestement, à en juger par le nombre de prénoms antiques, essentiellement grecs et latins, que les parents brésiliens donnent à leurs enfants, l’amour de l’Antiquité a été transmis avec la langue et a lui aussi survécu et prospéré au Brésil.

[1] http://censo2010.ibge.gov.br/nomes/#/search

Paysages du programme Minha casa, minha vida

Le programme “Minha casa, minha vida” (« Ma Maison, Ma Vie »), le plus grand programme de construction de logements des trente dernières années, a profondément changé le paysage de nombreuses villes brésiliennes en y créant d’immense quartiers de maisons identiques, alignées au cordeau et très proches les unes des autres (figure 3). Lancé en 2009,  au cours du second mandat de l’ancien président Luíz Inácio Lula da Silva, il est devenu l’un des principaux fleurons des politiques gouvernementales de Dilma Rousseff. Conçu pour stimuler la construction et à lutter contre les effets de la crise économique internationale, le programme a commencé en 2008, il est devenu un instrument pour réduire le déficit de logements dans le pays. Si elle est menée à bien, la troisième phase du programme, lancée en mars 2016, portant le total de maisons construites à 5,75 millions de maisons pour 23 millions de bénéficiaires, pourrait lui faire dépasser les résultats de la BNH (Banque nationale du logement), créée sous la dictature militaire (1964-1985).

Récemment, le programme a fait l’objet d’une controverse quand Michel Temer (PMDB) a pris ses fonctions en tant que président par intérim après la destitution de Dilma Rousseff. Les membres du MTST (Mouvement des travailleurs sans-abri) ont occupé le hall du Secrétariat de la Présidence, sur l’avenue Paulista de São Paulo, pour exiger que le nouveau ministre des Villes ne revienne sur sa décision de révoquer l’ordre du gouvernement Dilma Rousseff autorisant la construction de nouvelles unités.

Au moment où le programme semble menacé il est donc opportun d’essayer de faire le point. Sans prétention à faire une analyse approfondie, nous avons choisi un angle spécifique et, après une brève présentation de son histoire, nous avons cherché à repérer la marque du programme sur le paysage des villes brésiliennes sur des photos (prises sur le terrain ou récoltées sur Internet) et des images verticales de Google Earth, en particulier dans les villes de taille moyenne, mais aussi dans certaines capitales. Enfin deux interviews nous aideront compléter l’évaluation du programme, en en soulignant les forces et les faiblesses.

Le programme et son évolution

La première étape du programme a atteint, au moins sur le papier, son objectif de fournir entre 2009 et 2011 un million de maisons à la population ayant un revenu allant jusqu’à dix salaires minimums (environ 1 400 Euros) . Selon le rapport de la Cour des comptes (TCU) à la fin de 2010 un peu plus d’un million de contrats pour la construction ou le financement de logements avaient été signés, soit 100,4% de l’objectif du programme. Toutefois, sur ce total seulement 238 000 (23%) avaient été livrés. Au cours des deux premières phases du programme de logement ont été investi environ 240 milliards de Reais (68,6 milliards d’Euros)[1].

Sur les deux millions de logements prévus pour 2014, 1,2 million étaient destinés aux familles gagnant jusqu’à 1 600 Reais par mois (457 Euros). Pour les familles dont le revenu était inférieur à 3 100 Reais (885 Euros), l’objectif était de construire 600 000 logements et 200 000 pour ceux qui gagnaient jusqu’à 5 000 Reais (1 428 Euros). En outre, le gouvernement a répondu à la demande des sociétés de BTP et a augmenté la valeur moyenne des logements pour la population à faible revenu de 42 000 à 55 000 Reais (12 000 à 15 715 Euros.

En 2014, l’année où elle a été candidate à la réélection, la présidente avait promis que la troisième phase du programme de logements livrerait trois millions de logements. En mars 2016, au milieu de la procédure de destitution lancé contre elle et un jour après que le PMDB, son principal soutien en dehors du Parti des Travailleurs, ait rompu officiellement avec elle, a été lancée la troisième phase du programme, dont le but était de fournir deux millions de logements pour 2018 (et donc un total réduit d’un million). Selon le Ministère des Villes, la prévision du gouvernement était alors d’investir environ 210 milliards de Reais (60 milliards d’Euros) dans cette nouvelle étape.

Toujours en mars 2016, le gouvernement fédéral a lancé le portail du programme (http://www.minhacasaminhavida.gov.br/) qui rassemble les informations sur le programme. Le 17 octobre 2016 il indiquait un total de 4 219 366 maisons déjà commandées, 294,5 milliards de Reais (80 milliards d’Euros) investis, 2 632 953 familles ayant reçu un logement, soit 10,5 millions de personnes relogées et 1 586 413 sur le point d’obtenir leurs maisons.

Si l’on cartographie les actions du programme (figure 1) on voit que de nouvelles maisons ont été effectivement construites dans tout le pays, en priorité dans les régions déficitaires. Cependant, il existe une différenciation des éléments qui composent ce déficit. En ce qui concerne les logements insalubres, le Maranhão est l’État qui a le pourcentage le plus élevé, suivi de près par le Pará, le Piauí, le Ceará et la Bahia. Mais la composante décohabitation représente plus d’un tiers des ménages dans le Pará, le Ceará, le Rio Grande do Norte, la Paraíba, le Sergipe, l’Alagoas, la Bahia, le Minas Gerais, Rio de Janeiro et le Rio Grande do Sul. Dans d’autres États c’est la charge excessive du loyer dans le budget de la famille qui a poussé les gens à chercher à bénéficier des actions du programme.

Figure 1 Répartition des actions du programme

10-20-minha-casa-minha-vida

Source: Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry, Atlas do Brasil, Edusp, 3ª edição sous presse.

Paysages urbains

Les images qui suivent montrent les effets du programme sur les paysages urbains, vus sur le terrain ou sur internet, que ce soit des photos de l’inauguration des nouveaux ensembles ou des vues verticales obtenues à partir de Google Earth. La figure 2 situe les villes mentionnées.

Figure 2 Villes citées

cidades-citadas

Figure 3 Paysages du programme

sol

1) Serra Talhada (PE), 2) Posse (GO), 3) Jí-Paraná (RO), 4) Santarém (PA), 5) São Carlos (SP), 6) Imperatiz (PA). Sources: Voir la note en bas de page[2]

Ce qui est frappant sur ces photos est l’uniformité des paysages produits, en raison de la normalisation des maisons. Dans le cas de Serra Talhada (photo 1 sur la figure 3), ville de Pernambuco située à 450 km de Recif), le Conjunto Habitacional Poço da Cruz a été créé, au km 418 de la route BR232, près du centre de Serra Talhada. Sa planification avait été prévue en deux étapes, la seconde formée par Poço da Cruz III (195 maisons), et le Poço da Cruz IV (500 maisons, livrées le 1er février 2016). Avec la livraison de ces 500 logements ce sont environ 1 200 familles qui s’ajoutent au quartier de Vila Bela, et en font un des plus peuplés de la ville. Les maisons de Poço da Cruz IV ont une superficie 32,23m2, divisée en deux chambres, couloir, salon, salle de bains, cuisine et buanderie, un modèle qui se répète dans d’autres ensembles du programme.

Figure 4 Plan typique des maisons du programme

planta

Fonte: http://www.cantodasideias.com/plantas-de-casas-populares/

Villes moyennes

Dans les villes moyennes l’impact du programme est fort parce qu’il a conduit à la construction de quartiers qui deviennent souvent les plus grands de la ville. L’option « images historiques » Google Earth permet de suivre les étapes de leur apparition à la périphérie des villes, comme à Ponta Pora et Sobral, sur la figure 5 et dans les paragraphes suivants.

Figure 5 Nouveaux quartiers dans deux villes moyennes

ponta-pora-e-sobral

Fonte Google Earth

Ponta Porã

Le programme a livré en juillet 2016 plus d’un millier de logement dans la ville de Ponta Porã (Mato Grosso do Sul, 330 km de Campo Grande), le plus grand ensemble de logements jamais construit dans l’État, et l’un des plus importants au Brésil. Sa construction avait commencé en 2014, le financement fédéral étent complété par le gouvernement de l’État et les municipalités pour 10% des montants (donation de terrains).

La cité, qui a reçu le nom de Kemel Saad, est située dans le quartier Jardim dos Eucaliptos. Au total, y ont été investis environ 63,7 millions de Reais (18,2 millions d’Euros) dont 3 (850 000 Euros) par le gouvernement de l’État. Les maisons, construites sur 250 mètres carrés de terrain, ont 41,6 m² et disposent de deux chambres à coucher, salon, cuisine et salle de bains. Parmi ces logements, 31 sont adaptés pour les personnes handicapées et 832 sont conçus pour les femmes. Les murs de la cuisine, salle de bains et buanderie, où a été installé le lavoir, sont carrelés sur une hauteur d’un mètre et demi, toutes les portes intérieures sont en bois, et celles qui donnent accès à l’extérieur sont en fer.

Sobral

En mars 2016, ont été livrés des maisons du programme à 976 familles de Sobral (Ceará, à 240 km de Fortaleza). Le même jour, 1 458 autres familles ont reçu un logement au cours de cérémonies simultanées dans quatre autres États: Rio Grande do Sul, Mato Grosso do Sul, São Paulo et Minas Gerais, au total 2 434 familles. En 2015 2 911 logements avaient été livrés dans le Ceará, 768 à Fortaleza et 2 143 dans l’intérieur. Le total des investissements a été de 229 millions de Reais (65,4 millions d’Euros), dont une contribution du gouvernement de l’État de 11 millions de Reais (3,14 millions d’Euros).

À Sobral, les maisons font partie du quartier résidentiel « Fierté Tropicale » (Orgulho Tropical), trois modules qui, ensemble, comptent 3 368 maisons pour un investissement de 198,5  millions de Reais (56,7 millions d’Euros), dont 10,11 (2,9) de l’État. Chaque maison est de 42,9 mètres carrés, divisés en salle de séjour, cuisine, deux chambres, salle de bains et buanderie.

Parauapebas

À Parauapebas le programme a contribué de manière significative à l’expansion de la zone urbaine, qui a doublé entre 2006 et 2001, une croissance portée à la fois par l’effet du programme et par la situation financière favorable de la municipalité, qui bénéficie des royalties provenant de l’exploitation des mines de fer de Carajás.

Figure 6 Maisons du programme à Parauapebas (PA)

parauapebas-minha-casa-minha-vida-3

Photos Hervé Théry 2009

Figure 7 Parauapebas 2006-2013

parauapebas-crescimento-2006-2013

Figura 8 Crescimento de Parauapebas

parauapebas-2006-2013-plages

Source Google Earth et Hervé Théry

Effets sur le paysage des capitales

L’effet du programme est si fort qu’il est sensible même à la périphérie de certaines capitales d’États. Lorsque l’on voyage en avion les nouveaux quartiers sont clairement visibles dans le paysage, car ils sont généralement construits dans des zones jusque-là non urbanisées. Le remplacement du le vert de la végétation par le rouge vif de la terre nue, et la géométrie rigide des alignements de centaines de maisons saute aux yeux des voyageurs.

De nouveaux quartiers géométriques

Figure 9 Vues aériennes de nouveaux quartiers

aeriennes

Photos Manaus Google Earth , Cuiabá, Natal e São Luís Hervé Théry, 2015 e 2016

Le cas de Fortaleza est exemplaire car la capitale du Ceará aura, quand il sera terminé, le plus grand projet Minha Casa Minha Vida du pays, dans le quartier d’Ancuri.

Ancuri

Figure 10 Localisation d’Ancuri

ancuri-localizacao

Source: Google Earth et Hervé Théry

Plus de 1 700 familles y bénéficieront de la construction de la première étape du résidentiel Luiz Gonzaga. Lancé en octobre 2015, il abritera 1 760 maisons et recevra des investissements de 130,6 millions Reais (37,3 millions d’Euros) de l’Union et de l’État. En tout, le programme compte à Fortaleza 25 088 logements  répartis sur 29 sites. Les logements sont de 47,3 m² divisé en deux chambres, cuisine, salle de bains, salon et véranda.

C’est également le premier ensemble, au Ceará, de la modalité dans lequel des organisations non gouvernementales, comme des associations et des coopératives, présentent leurs demandes et sont responsables de la gestion du chantier. Dans ce cas, les familles, dont le revenu brut mensuel ne doit pas dépasser 1 600 Reais (457 Euros), commencent à payer, après la mise à disposition du logement, un maximum de 5% de leur revenu familial.

Figure 11 Étapes de la construction de la cité Luis Gonzaga

ancuri

Source: Google Earth

La demande de logements est si forte que l’attribution est faite par tirage au sort, après établissement des priorités pour certaines catégories de bénéficiaires. Le premier tirage au sort était réservé aux familles inscrites jusqu’au 13 novembre 2014, 88 068 d’entre elles avaient été enregistrées et ont pu participer cette fois. Sur un total de 3 304 logements ont d’abord été tirés au sort 3% destinés uniquement aux familles comptant un ou des handicapés, et 3% pour les familles dont le chef ou le conjoint est âgé de plus de 60 ans.

Les autres familles inscrites pourront être incluses dans d’autres occasions, le nombre de maisons des prochains tirages variant en fonction du degré d’avancement des travaux. Six critères prioritaires ont été retenus: les familles vivant dans les zones à risque; celles qui sont dirigés par des femmes; celles qui ont des membres âgés ou handicapés; celles qui sont bénéficiaires de loyers sociaux; les familles nombreuses (plus de trois personnes partageant la même chambre); et celles qui comptent des personnes atteintes de maladies chroniques graves comme le cancer, le sida, les maladies cardiaques ou l’hémophilie.

Une tranche de 75% des parts sera affectée familles qui répondent à cinq des six critères, les autres 25% à celles qui répondent à quatre critères. Pour chaque groupe, 30% de plus seront sélectionnés en liste supplémentaire. Les gagnants recevront les maisons après validation des informations fournies lors de l’inscription, si elles sont fausses, la personne sélectionnée sera exclue du processus.

Au total, les impacts du programme sont assez forts pour remodeler la périphérie de grandes villes, comme Cuiabá et São Luis, qui ont  reçu en quelques années bon nombre de nouveaux quartiers (figure 12).

Figure 12 Étapes de la construction de nouveaux quartiers,

cuiaba-e-sao-luis

Source: Google Earth et Hervé Théry

Em conclusion, deux interviews

Enfin, deux interviews donnent des visions contrastées du programme. Le premier est celui d’Adauto Cardoso, professeur à l’Université fédérale de Rio de Janeiro et chercheur à l’Observatoire des Métropoles, qui suit la question du logement et notamment les actions de Minha Casa Minha Vida. Dans cette interview (publiée sur le site de l’Observatoire des Métropoles), il commente les principaux problèmes de la première étape du programme et leurs effets sur la configuration des régions métropolitaines du Brésil.

La deuxième est celle d’Inês Magalhães, sociologue diplômée de l’Université Catholique de São Paulo (PUC-SP) et spécialiste de la planification et de la gestion. Depuis 2003, elle a travaillé au Ministère des villes, d’abord en tant que directrice, puis en tant que secrétaire nationale au logement et, enfin en tant que ministre (pendant 21 jours, la veille de la mise en accusation de Dilma Rousseff). Dans l’interview (publiée sur le site Web du magazine Forum), il fait le point sur le programme au moment de la transition politique entre les gouvernements Rousseff et Temer.

Adauto Cardoso

D’après les études de l’Observatoire des Métropoles, quels problèmes ont été rencontrés dans la première étape de Minha Casa, Minha Vida?

Nous pouvons parler de quatre problèmes majeurs dans le programme fédéral. Le premier, qui apparaît dans toutes les analyses que nous avons faites, est lié à l’emplacement des nouvelles cités, puisque la plupart d’entre elles sont construites dans des zones périphériques, peu en rapport avec le tissu urbain. Nous avons des exemples de maisons complètement isolées par rapport à la ville, ce qui a des implications en termes d’infrastructures de transport et en termes de la qualité de vie pour les populations qui y vivent […].

En outre le programme ne réussit pas à prendre en charge la question foncière, le problème de la terre et de la valeur de celle-ci […]. Ainsi, plus on investit dans le programme, plus les terres prennent de valeur, plus le coût de l’unité va augmenter, et plus de cet argent sera capturé par la propriété de la terre, par les propriétaires. Le résultat est que vous utilisez des ressources publiques, vous accordez des subventions pour aider la population à faible revenu, mais cela bénéficie indirectement aux propriétaires de la terre […].

Et quels sont les autres problèmes?

Un deuxième défaut vient des technologies utilisées dans ces entreprises. Nous avons observé un certain nombre de problèmes à cet égard, puisque les plans sont des solutions conventionnelles et peu adaptables à la population à faible revenu […]. Par exemple, les projets ont été réalisés avec des coûts de charges relativement élevés, ce qui créer de difficultés pour les familles à faible revenu. […]. Un autre problème [vient des] solutions constructives […] Par exemple, certains constructeurs utilisent un « moule tunnel »[3] qui produit des murs en béton, si le résident veut percer un trou pour placer un tableau ou ouvrir une porte, il ne le peut pas. […] Les solutions architecturales sont classiques et sont répétées à travers le Brésil, sans une adaptation aux besoins régionaux de la population […].

D’autres difficultés viennent du modèle de copropriété fermée, conçu pour le mode de vie de la classe moyenne, peu adaptée à ces nouveaux développements […]. Dans le cas des projets construits dans des zones très reculées se pose toujours le problème de l’absence de services pour la population, car les zones commerciales ne sont pas autorisés dans ces ensembles purement résidentiels.

Il y a des résultats différents entre les États?

Nous avons constaté une claire distorsion régionale dans la répartition des ressources. [Dans la première phase] Bahia a reçu 11,6% des contrats depuis 2011, et São Paulo 19%[4]. D’autre part, il y a des États qui ont reçu peu de ressources, comme le Ceará (2,2%), et l’Espírito Santo (1,8%). Le Pará, par exemple, a reçu moins de ressources que l’État d’Alagoas, alors qu’il souffre d’une grave pénurie de logements.

Et si l’on regarde la dynamique de la distribution au sein de chaque État nous voyons aussi la même distorsion, dans le cas de Rio de Janeiro la plupart des ressources ont été allouées à la région métropolitaine, et pas à toutes les municipalités. Itaboraí, par exemple, qui a une très forte dynamique urbaine et une très grande demande de logements pour les populations à faible revenu, n’a reçu aucune cité pour la tranche de zéro à trois fois le salaire minimum, c’est la capitale qui a reçu la quasi-totalité des fonds pour ces tranches de revenu. Et en dehors de la région métropolitaine seulement deux municipalités ont reçu des fonds: Volta Redonda et Cabo Frio.

Inês Magalhães

Vous qui étiez au ministère des Villes depuis le son premier titulaire, Olivio Dutra (PT), quelle évaluation pouvez-vous faire depuis la première unité livrée jusqu’à ce jour? Quel est le résultat concret dans la vie des gens?

Inês Magalhães – Lorsque nous avons lancé le Minha Casa, Minha Vida (MCMV), en 2009, nous avions de très grands défis à relever. Parmi eux, répondre à demande de la population à faible revenu et combler le déficit de logements dans le pays. Aujourd’hui, sept ans plus tard, nous pouvons dire que nous sommes sur la bonne voie pour surmonter ces défis, plus de 90% de nos ressources ont été allouées à des familles dont le revenu est inférieur à trois fois le salaire minimum.

Depuis le lancement des contrats ont été signés pour la construction de 4,25 millions de logements. À la fin de la troisième phase de MCMV, 5,75 millions d’unités bénéficieront toucheront 23 millions de personnes. Aujourd’hui, plus de 10 millions de personnes vivent dans une maison du programme et le MCMV est présent dans plus de 5 300 municipalités[5]. Cela signifie que les familles à faible revenu vivant dans plus de 96% des municipalités brésiliennes ont accès à ce programme de logement […].

Quel est le calendrier établi par le gouvernement fédéral pour le Minha Casa, Minha Vida d’ici la fin de cette année?

Inês Magalhães – En mars de cette année, le gouvernement a annoncé la troisième phase du programme avec l’objectif de deux millions d’unités dans la période 2015-2018. Pour 2016, l’objectif est de 480 000 unités, dont 110 000 pour la tranche 1 (familles ayant un revenu jusqu’à 1,800 Reais / 514 Euros).

Que manque-t-il pour rendre le droit au logement atteigne un plus grand nombre de bénéficiaires?

Inês Magalhães – A la fin de MCMV 3, auront été passés des contrats pour 5,75 millions d’unités. Quand elles auront été livrées, il y aura plus de 23 millions de bénéficiaires, c’est-à-dire qu’une personne sur huit dans le pays sera bénéficiaire du programme. Je souligne que la plupart des avantages pour la tranche 1 (69%) ont été alloués à des familles dont le revenu ne dépasse pas 800 Reais (229 Euros) par mois, ce qui montre bien l’adéquation entre le programme et les caractéristiques du déficit de logements existants dans le pays.

Referências

Observatório das metrópoles, “Desafios para a política habitacional na 2ª etapa do programa minha-casa minha vida”, sem data, http://observatoriodasmetropoles.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1695%3Adesafios-para-a-politica-habitacional-2o-etapa-do-programa-minha-casa%20minhavida&catid=43%3Anoticias&Itemid=114&lang=pt

“Duarte irá construir mais 695 casas populares em Serra Talhada”, 31/01/2012, http://www1.duarteconstrucoes.com.br/cms/opencms/duarte2011/pt/noticias/arquivos/0031.html

“Fortaleza inicia maior obra do Minha Casa Minha Vida do País”17/10/2015, http://www.opovo.com.br/app/opovo/cotidiano/2015/10/17/noticiasjornalcotidiano,3520330/fortaleza-inicia-maior-obra-do-minha-casa-minha-vida-do-pais.shtml.

“Fortaleza terá maior projeto Minha Casa Minha Vida do país”, 9/10/2015, http://www.vermelho.org.br/noticia/271631-1

Filipe Matoso, “Governo lança terceira fase do programa Minha Casa, Minha Vida”, 30/03/2016, http://g1.globo.com/politica/noticia/2016/03/governo-lanca-terceira-fase-do-programa-minha-casa-minha-vida.html

Lucio Borges, “Minha Casa Minha Vida” entrega hoje maior conjunto habitacional de MS em Ponta Porã, 20 de julho de 2016, http://paginabrazil.com/minha-casa-minha-vida-entrega-hoje-maior-conjunto-habitacional-de-ponta-pora/

Marco Piva, “Minha Casa, Minha Vida em risco? ”, 13/5/2016, http://www.revistaforum.com.br/2016/05/13/minha-casa-minha-vida-em-risco/

Murilo Viana, “Prefeitura prevê entrega de 10 mil casas em 2016”, 01/12/2015, http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/cadernos/negocios/prefeitura-preve-entrega-de-10-mil-casas-em-2016-1.1445034

Wellington Ramalhoso, “Minha Casa, Minha Vida deu certo? Veja pontos positivos e negativos”, 19/06/2016, http://noticias.uol.com.br/cotidiano/ultimas-noticias/2016/06/19/minha-casa-minha-vida-deu-certo-veja-pontos-positivos-e-negativos.htm

Wilame Januário, “Minha Casa, Minha Vida: Sobral recebe maior empreendimento do interior do Ceará”, 07/3/2016, http://www.ceara.gov.br/sala-de-imprensa/noticias/15877-minha-casa-minha-vida-sobral-recebe-maior-empreendimento-do-interior-do-ceara

Marco Piva, “Minha Casa, Minha Vida em risco? ”, 13/5/2016, http://www.revistaforum.com.br/2016/05/13/minha-casa-minha-vida-em-risco/

Murilo Viana, “Prefeitura prevê entrega de 10 mil casas em 2016”, 01/12/2015, http://diariodonordeste.verdesmares.com.br/cadernos/negocios/prefeitura-preve-entrega-de-10-mil-casas-em-2016-1.1445034

Wellington Ramalhoso, “Minha Casa, Minha Vida deu certo? Veja pontos positivos e negativos”, 19/06/2016, http://noticias.uol.com.br/cotidiano/ultimas-noticias/2016/06/19/minha-casa-minha-vida-deu-certo-veja-pontos-positivos-e-negativos.htm

Wilame Januário, “Minha Casa, Minha Vida: Sobral recebe maior empreendimento do interior do Ceará”, 07/3/2016, http://www.ceara.gov.br/sala-de-imprensa/noticias/15877-minha-casa-minha-vida-sobral-recebe-maior-empreendimento-do-interior-do-ceara

[1] Le cours du change Reais/Euros adopté tout au long de cet article est celui d’octobre 2016, 3,5/1.

[2] 1) Serra Talhada (PE), http://www1.duarteconstrucoes.com.br/cms/opencms/duarte2011/pt/noticias/arquivos/0031.html;

2) Posse (GO), http://www.dinomarmiranda.com/2015/05/prefeitura-de-posse-go-vai-realizar-dia.html;

3) Jí-Paraná (RO), http://www.portaljipa.com.br/?pg=noticias&i=MTY0MzU=;

4) Santarém (PA), http://www.brasil.gov.br/governo/2016/05/residencial-salvacao-transforma-vidas-em-santarem-no-para;

5) São Carlos (SP), https://wordpaulotamer.wordpress.com/2015/10/14/presidente-dilma-roussef-e-governador-geraldo-alckmin-parceiros-no-programa-minha-casa-minha-vida/;

6) Imperatiz (PA), http://g1.globo.com/ma/maranhao/bom-dia-mirante/videos/v/construcao-do-minha-casa-minha-vida-segue-atrasada-em-imperatriz-ma/4855899/.

[3] Système qui permet de construire simultanément piliers, murs et dalles, facilite une répétition normalisée, utilise peu de main-d’œuvre qualifiée et assure une grande vitesse de construction.

[4] Bahia a 15 millions d’habitants et São Paulo 44 (note du traducteur)

[5] Sur les 5 570 que compte le pays.

Fromages de France et du Brésil

Le Brésil n’est pas un grand pays de fromages, contrairement à la France, qui s’enorgueillit tant de la qualité et de la variété de ses productions dans ce domaine.
Il est même l’une des icônes de la Nation et de sa diversité, comme le montre la figure 1 qui associe un fromage en forme de France et un camembert nommé Marianne (dont on peut déplorer qu’il soit « fabriqué en Picardie » et pas en Normandie, comme l’exige l’appellation d’origine). Cette diversité est si grande, et l’attachement aux produits locaux si fort, que l’on prête au General de Gaulle la phrase « Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? ».

Figure 1 France et fromage
france-et-fromage

Source: http://bernard-richard-histoire.com/2015/10/19/lactualite-et-lhistoire-sur-les-etiquettes-de-fromages-francais/

De fait, la plupart des régions françaises ont développé des variétés locales de fromages , à base de lait de vache, de chèvre ou de brebis, à pâte molle (à croûte fleurie ou à croûte lavée) ou pressée (cuites ou non-cuites), plus ou moins secs, plus ou moins affinés, cendrés, persillés, en forme de cylindre bas et vertical, long et horizontal, de parallélépipède, de cône, de cube, etc. Même les régions d’Outre-Mer ont les leurs, comme le montre la figure 2.

Figure 2 Fromages et régions

fromages-et-regions

Sources: http://www.produits-laitiers.com/dossier/les-signes-officiels-de-qualite-des-produits-laitiers/ et https://www.opendatasoft.com/fr/2015/05/04/open-data-cartographie-la-carte-des-fromages-francais/

On fait même parfois de la gastronomie locale, des produits du terroir dont les fromages sont les plus notables, un des fondements de l’identité régionale, et ils disputent âprement les médailles très recherchées du Concours Général associé au Salon Agricole de Paris. Sur les sacs édités à cette occasion (figure 3) la liaison est explicitement faite entre région, goût et France.

Figure 3 Goût et région

region-et-gout

Source: sacs distribués au Salon Agricole de Paris

Face à cette diversité et à cet enracinement local et affectif, la production brésilienne fait pâle figure, avec un petit nombre de fromages bien moins élaborés. La raison de cette faiblesse est simple, l’élevage bovin y est principalement le fait de très grandes exploitations, comptant des centaines ou de milliers de têtes de bétail, surveillées par des vaqueiros à cheval (tout à fait comparables aux cowboys nord-américains). Dans ces conditions la priorité a été donnée à la production de viande, car il est évidemment plus commode de rassembler un groupe de bœufs (jusque-là laissés à eux-mêmes dans la savane) et de les conduire à l’abattoir – jadis à pied et aujourd’hui en bétaillère – que de traire des vaches tous les jours.

Comme les Brésiliens ne consommaient traditionnellement que peu de lait, une petite production locale suffisait aux besoins, et le développement récent de la consommation de yaourts et dérivés a été rendue possible par celui de grandes exploitations spécialisées avec stabulation et traite automatiques (sur la deuxième partie de la figure 4 une ferme de 1 500 vaches laitières).

Figure 4 Élevage à viande dans le Mato Grosso et laiterie industrielle près de São Paulo

elevages-a-viande-et-lait

Photos Hervé Théry 2009 et 2015

Il existe pourtant une production brésilienne de fromages, de l’ordre de 1,5 million de tonnes en 2016 (contre 1,8 en France), dont les principaux sont le queijo Minas et le queijo prata, auquel il faut ajouter le Minas frescal, un fromage frais qui doit être consommé très rapidement.

Figure 5 Fromages brésiliens

queijos

Sources: carte http://www.papodevinho.com/2016/02/veja-que-interessante-esse-mapa-do.html?m=1, queijo-minas, http://deliciasdasfazendas.lojavirtualnuvem.com.br, queijo prato http://www.queijariademinas.com.br/queijos/queijo-prato-300-gramas-fatiadas.html, frescal http://adoroumacozinha.blogspot.com.br

La consommation par tête est encore faible (5,3 kg par personne et par an, contre 25 en France) mais elle s’accroit rapidement et l’on observe un effort de diversification avec le développement de productions artisanales de qualité, reproduisant des types de fromages européens (mozzarella, parmesan, gruyère, brie, etc.). On peut même – est-ce une bonne idée? – associer deux types de fromages comme cette invention de São Vicente de Minas (la « capitale brésilienne des fromages fins »), le « Camembleu […] qui a uni en un seul les deux fromages les plus appréciés par les Brésiliens, le camembert et gorgonzola ».

Figure 6 Fromages artisanaux

queijos-finos

Sources: Grupiara http://naoseicozinhar.ne10.uol.com.br/noticias-de-gastro-9 et http://www.blogvinhotinto.com.br/destaquesdoblog/dicas-para-degustar-queijos-e-vinhos/

La fromagerie Cruzeiro (figure 7) indique sur son site « Le fromage est un produit traditionnel dans notre région, il est fait de la même manière depuis environ 200 ans, depuis l’arrivée dans cette région des premières expéditions à la recherche de l’or, nous sommes situés dans le district de Brejo Bonito, dans la commune de Fortaleza-MG à une altitude de 920 mètres au-dessus du niveau de la mer, à 60 km de Patos de Minas ». Cela témoigne d’un vrai souci d’associer le produit au terroir et à l’histoire locale, et c’est à tout prendre mieux que de copier telles quelles des productions industrielles françaises, dont celle qui a pour emblème un bovin hilare.

Figure 7 Fromage artisanal et fromage industriel mimétique

queijos-e-copias

Source: Queijaria Cruzeiro http://www.queijariacruzeiro.com.br et http://www.embalagemmarca.com.br/2013/01/queijo-a-vaca-que-ri-chega-ao-brasil/

On commence même à trouver des étals intéressants (celui de la figure 8 annonce du « Gouda national » et du « Gorgonzola national’ à côté du ‘Roquefort argentin ») même s’ils ne peuvent évidemment pas encore rivaliser avec ceux de la rue Mouffetard ou de tout autre marché parisien.

Figure 8 Étal de fromages au marché municipal de São Paulo et rue Mouffetard, à Paris.

etals-compares

Photos Hervé Théry 2006 et 2008

Espérons qu’avec cette nouvelle production se développera une culture du fromage qui amènera de plus en plus de Brésiliens à l’apprécier, après tout il fait déjà partie du plus classique des desserts brésiliens, le Roméo et Juliette (fromage frais et pâte de goyave). Mais souhaitons que l’accès à des fromages plus élaborés ne soit pas utilisé pour le « revisiter » sous la forme du désastre gastronomique de la figure 9, associant Brie coulant et confiture d’oranges…

Figure 9 Romeu e Julieta classique et « revisité »

romeo-e-julieta

Source: http://noemiamartins.blogspot.com.br/2010/05/um-pf-necessario.html et http://www.laticiniosmarilia.com.br/sobre_queijo/artigos/exibe/9

 

Le Brésil, pays carnivore

Le Brésil compte l’un des plus importants cheptels de bovins au monde[1], plus de 200 millions de têtes, si bien que le pays compte plus de bovins que d’humains. À la différence de la France, dont le bétail compte essentiellement des races de type Bos taurus, comme les Charolais, Limousines, etc., le troupeau brésilien est composé en majorité de races de type zébu, de la sous-espèce Bos indicus, reconnaissable à leur bosse sur le dos et à leurs oreilles tombantes. La Nelore (viande) ou la Gir (mixte lait/viande) ont été importées d’Inde au XIXe siècle car elles sont bien adaptées aux conditions d’élevage en zone chaudes et humides. « Très rustique, le Nelore est bâti pour résister aux fortes chaleurs des tropiques grâce à des glandes sudoripares très développées et à sa peau noire recouverte de poils blancs qui le protège du soleil. La race s’est aussi adaptée aux insectes grâce à sa peau lâche mais dense qui rend l’animal moins sensible aux tiques et aux moustiques. Il possède une couche musculaire sous-cutanée efficace pour faire trembler la peau et éloigner les insectes. Bon marcheur et bon transformateur de fourrages grossiers en viande, le Nelore sait s’adapter à des restrictions en eau lors d’une sécheresse et peut différer sa croissance en cas de disette sans que cela ne se répercute sur la reproduction et le poids adulte »[2].

Figure 1 Charolais et Nelore

nelore-et-charolais

Source: http://www.boucherie-clavel.fr/portfolio/boeuf-charolais et http://www.altagenetics.com.br/Busca/Touro/3408

Les différences ne s’arrêtent pas à la composition du cheptel, elles se prolongent dans la façon dont on découpe les bêtes – bien que leur anatomie soit exactement la même – dans les deux pays. Un boucher français et un boucher brésilien ne découpent pas l’animal de la même façon, et ils le font d’autant moins que s’ils s’y risquaient leurs clients n’achèteraient pas la viande mise en vente, faute de reconnaître les morceaux dont ils ont l’habitude. C’est la mésaventure qui est arrivée à Carrefour lors de son installation au Brésil, il lui a fallu adopter la découpe brésilienne, qui ne coïncide avec la française que pour un seul morceau, le filet. La divergence des « cartes du bœuf » s’expliquent en partie par l’usage différent qui est fait en cuisine de pièces de bœuf, qui sont le plus souvent grillés au Brésil alors qu’en France elles peuvent aussi être braisées ou mitonnées.

Figure 2 Découpe du bœuf en France et au Brésil

coupe-boeuf-et-boi

Sources: fourchetteetedredon.wordpress.com et http://temperonoforte.com.br

On ne cherchera évidemment pas à savoir si une méthode est meilleure ou moins bonne que l’autre, on notera seulement, en comparant le prix auquel sont vendu ces morceaux dans les deux pays, que la viande est nettement moins chère au Brésil qu’en France (figure 3), de quatre à huit fois selon les morceaux.

Figure 3 Prix de la viande de bœuf en France et au Brésil

prix-compares-4

Le différentiel vient de ce que, malgré les mérites et le savoir-faire des éleveurs français, ils ne peuvent rivaliser en termes de prix de production avec leurs homologues brésiliens. Le fait que le Brésil (dont la superficie représente plus de quinze fois celle de la France) dispose d’immenses pâturages, bien arrosés, d’une main d’œuvre spécialisée, aux salaires bien inférieurs aux salaires français, et d’un puissant appareil agroindustriel lui a permis de constituer cet immense cheptel, de produire de la viande en grande quantité et à bas prix et de devenir le premier exportateur de viande au monde.

Figure 4 Arrivée des premiers zébus et troupeau dans le Mato Grosso

elevages

Photos Hervé Théry au musée d’Araxá et à la fazenda Santa Maria da Amazônia

Cela permet aux Brésiliens de sacrifier sans que cela leur coûte trop cher à l’un de leurs rites favoris, le churrasco, qui rassemble familles et amis autour de grands plats de viande – de bœuf principalement – dans leur jardin ou sur le balcon de leur appartement. La churrasqueira – équivalent du barbecue – est plus ou moins élaborée et imposante selon les moyens de la famille mais elle est toujours le centre de l’attention pendant les quelques heures où l’on y fait griller des pièces de viande. Celles-ci sont ensuite distribuées en petits morceaux aux convives, qui les saisissent avec des cure-dents de bois et les accompagnent de manioc bouilli ou de farofa (une sorte de chapelure de manioc) et de bière très fraîche.

Figure  5 Churrasqueiras fixe et mobile

churrasqueiras

Sources: http://www.artetijolos.com.br/espaco-gourrmet et http://www.pontofrio.com.br/UtilidadesDomesticas

Il existe par ailleurs des restaurants spécialisés, les churrascarias, où des garçons circulent entre les tables avec d’énormes morceaux de viande grillée dont ils taillent à la demande des tranches qu’ils déposent dans les assiettes, un système connu sous le nom de rodízio (figure xxx). Beaucoup sont tenues par des restaurateurs originaires du Rio Grande do Sul, un État dont les habitants sont surnommés gaúchos, en référence aux cavaliers des pampas, au service des éleveurs dont les troupeaux occupaient ces vastes pâturages naturels.

Figure 6 Churrascaria et service de la viande

churrascaria-1

Photo Hervé Théry à Goiânia en 2016 et hohcopelandwj.wordpress.com

Avec – éventuellement – des salades et des légumes pris aux buffets disposés sur les côtés du restaurant, la viande est le plat unique, et la consommation moyenne calculée par les restaurateurs pour fixer le prix – forfaitaire – du repas est d’un kilo de viande par personne en moyenne ( une moyenne qui inclut femmes, enfants et personnes âgées, ce qui laisse penser que certains doivent dépasser largement ce total). Les convives ne réalisent pas forcément qu’ils absorbent cette quantité de viande car le repas s’étale généralement sur plusieurs heures, le week-end le plus souvent.

Figure 7 Churrascaria et picanha

churrascaria-2

Sources: http://churrascariatropeiro.com.br et http://www.picanhafatiada.com.br/saibamais/saiba-escolher-uma-picanha-de-qualidade

Tout cela fait du Brésil un pays nettement carnivore, comme on peut s’en achever de s’en convaincre en notant que la consommation par tête et par an y est de 24 kilos de viande, par tête et par an, ce qui le classe aux tout premiers rangs mondiaux, derrière seulement ses voisins du Cône Sud et les États-Unis.

Tableau 1. Consommation de viande de bœuf par têt et par an

Gros mangeurs Kg/an Petits mangeurs Kg/an
Uruguay 46,4 Indonésie 1,9
Argentine 40,4 Thaïlande 1,8
Paraguay 25,6 Nigéria 1,7
États-Unis 24,7 Bangladesh 0,9
Brésil 24,2 Mozambique 0,8
Australie 22,8 Ghana 0,7
Israël 20,2 Inde 0,5

Comme les carcasses sont en moyenne au Brésil d’un peu plus de 200 kilos, on peut donc calculer qu’une famille brésilienne de 5 personnes mange un demi-bœuf par an, quelle que soit la façon dont elle le découpe…

[1] Avec l’Inde, où la majeure partie de la population est hindouiste, considère les vaches comme sacrées, et ne mange pas de viande bovine

[2] Robin Vergonjeanne, Terre-net Média, ttp://www.web-agri.fr/conduite-elevage/genetique-race/article/nelore-gir-ou-girolanda-vous-connaissez-1175-101526.html

Le Tietê, le fleuve de São Paulo

Le Tietê est une rivière[1] de l’État de São Paulo, qu’il traverse sur 1 010 km d’Est en Ouest, des environs de la ville de São Paulo au rio Paraná : contrairement à la plupart des fleuves fleuves, le Tietê court en effet vers l’intérieur du continent, et non pas vers la mer, caractéristique qui en a fait jadis un vecteur important dans la colonisation du pays.

Mapa Rio_Tiete

Figure 1 Le Rio Tietê dans l´État de São Paulo

http://2rodasaventura.com/blog/wp-content/uploads/2013/05/Rio_Tiete.jpg

Histoire

Ses sources sont situées à 1 120 mètres d’altitude, à Salesópolis, dans la Serra do Mar, protégées aujourd’hui par le parc Nascentes do Rio Tietê (sources du Rio Tietê). Bien qu’elles soient seulement 22 kilomètres de la mer, les contreforts de la Serra do Mar le forcent à couler dans la direction opposée, traversant l’État de São Paulo vers le nord-ouest jusqu’au lac formé par le barrage de Jupiá, sur le fleuve Paraná, entre les municipalités d’Itapura et Castilho, à une cinquantaine de kilomètres en aval de la ville de Pereira Barreto.

Figure 2 Sources du Tietê

L1000082

©Hervé Théry 2011

Figure 3 « Ici naît le Tietê »

L1000081

©Hervé Théry 2011

Figure 4 Le Tietê entre sa source et São Paulo

SP SP Mogi Tiete champetre

©Hervé Théry 2011

Les rives du fleuve étaient déjà habitées[2] par les Indiens avant l’arrivée des Portugais et elles ont été les premières terres occupées par les Portugais sur le plateau central. Dans la seconde moitié du XVIe siècle des missions y furent installées pour convertir les indigènes au catholicisme, et fournir de la main-d’œuvre aux colons. L’accès au Tietê fut l’une des raisons principales de la fondation par les Jésuites, en 1554, du collège qui a été le point de départ de ce qui est devenu, en 1560, la vila[3] de São Paulo.

L’expansion s’est ensuite faite au long du Tietê avec la fondation, en 1580, de Santana de Parnaíba[4]. Dans la seconde moitié du siècle suivant, des habitants de Santos montèrent sur le plateau et fondèrent Mogi das Cruzes, qui en 1661 est devenu une vila et peu après le village indigène de Nossa Senhora da Escada (Notre-Dame de l’échelle).

La découverte des mines d’or dans la région de Cuiabá, au début du XVIIIe siècle, a favorisé l’intensification de la navigation sur le Tietê. Outre les colons qui allaient tenter leur chance dans les mines, des convois de bateaux de commerce, appelés « moussons », descendaient le fleuve et ont favorisé la croissance de villages qui servaient de points d’appui aux voyageurs. Ils pouvaient y obtenir des approvisionnements jusqu’à ce qu’ils atteignent leur destination, et ces villages ont ensuite été inclus dans les itinéraires des éleveurs et des chercheurs d’or, qu’ils suivent ou croisent le fleuve.

La vallée du Tietê a ensuite partagé le destin du reste de l’État de São Paulo, progressivement conquis par le front du café au XIXe et au début du XXe siècles. Dans la ville de São Paulo, ses rives avaient une fonction récréative, servant de lieu de loisirs et de baignade aux habitants de la ville, même si l’on a peine à l’imaginer quand on voit dans quel état il est aujourd’hui.

Figure 5 Promenade en barque sur le Tietê en 1900

4-passeio-de-barco-no-rio-tiete1909-acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana

Acervo-ophelia-moraes-moreira-smct-prefeitura-de-santana.jpg, https://unipalphaville.wordpress.com/category/uncategorized

Encore dans les années 1920 et 1930, le Tietê était utilisé pour les activités de pêche et de sports nautiques sur la rivière. À cette époque, des clubs de natation et de régates ont été créés le long de la rivière, comme le Clube de Regatas Tietê et le Clube Esperia, qui existent encore aujourd’hui[5].

Figure 6 Activités sportives sur le Tietê

memoria_t

http://www.pescarianoriotiete.com/2010_09_01_archive.html

Aménagement

La volonté de rectifier le cours du Tietê est ancienne[6]. Dès 1866, le président de la province de São Paulo, João Alfredo Correia de Oliveira, avait insisté sur la nécessité d’utiliser ses várzeas (plaines inondables) ainsi que celles de son affluent le Tamanduateí. À la fin du XIXe siècle le gouvernement de l’État avait déjà pris en charge l’organisation d’une commission d’assainissement du Tietê pour en contrôler les inondations. Dans les années 1920 la « Société d’Amélioration de São Paulo », réunissant des ingénieurs et des spécialistes de questions sanitaires, avait défendu la nécessité de rectifier le cours sinueux du fleuve et de draguer son lit

Parmi eux avait été embauché l’ingénieur sanitaire Francisco Saturnino Rodrigues de Brito, auteur de plusieurs ouvrages sur la rivière. Dans un rapport publié en 1926, il recommandait la préservation des zones humides comme un moyen de maîtriser les inondations. Son projet prévoyait un grand parc dans la plaine inondable, pour réguler l’écoulement du Tietê pendant la saison des crues. À l’embouchure de chaque affluent devait être préservée une zone pour former deux lacs de trois kilomètres de long sur un de large, avec une île au milieu.

Figure 7 Projet de rectification du cours du Tietê

Rectif tiete2bis

http://wasserlink.wordpress.com/2013/10/22/do-outro-lado-do-rio-parte-2-projetos-abandonados-canalizacoes-e-retificacoes-dos-rios-de-sao-paulo/

Le Plano de Avenidas (Plan des Avenues) du maire de São Paulo Prestes Maia incluait, entre autres, la mise en œuvre de parkways formé par des voies sur berge au long du Tietê et du Pinheiros et la canalisation du Tietê. Celle-ci permettrait d’y faire passer le trafic routier et ferroviaire, et d’y développer la navigation et les loisirs par l’affectation de ses rives d’un côté aux chemins de fer et l’autre aux résidences et à la promenade, ainsi que des zones industrielles par la canalisation du Pinheiros et du Tamanduatei.

Des travaux reprenant une partie de ces projets ont commencé en 1938 et pris fin dans les années 1960, lorsque le Tietê a été doté de voies sur berge (marginais). Le Pinheiros a subi une rectification de son lit, entre 1937 et 1957, exécuté par la Light, la compagnie canadienne qui avait le monopole de la production et de la distribution d’électricité, des travaux qui, couplés avec la construction du barrage Billings en 1923, ont favorisé l’expansion de l’occupation du secteur sud de la ville.

Figure 8 L’ancien lit du Tietê dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê

La figure montre l’ancien lit du fleuve (relevé sur une carte de la ville en 1943) sur une image de satellite de 2007 dans l’actuel Parque Ecológico do Tietê.

meandrostiete_2007gdhttp://www.ecotiete.org.br/historico/meandros_tiete.htm

Les inondations répétées ont forcé le gouvernement de l’État de São Paulo à aménager presque tous les tronçons du Tietê dans la ville de São Paulo, atteignant la limite de la viabilité économique des travaux d’ingénierie qui pourraient augmenter la capacité d’écoulement de la rivière et contrôler ses inondations périodiques.

De ce fait, les études techniques ont commencé à se concentrer sur la récupération des fonctions naturelles des plaines inondables en amont du tronçon qui traverse la ville comme alternative viable pour le contrôle des inondations. Le projet résultant, appelé Parque Várzeas do Tietê (parc des zones inondables du Tietê) envisageait dans sa conception originale (en 1976) d’écarter les voies sur berge du cours du fleuve pour permettre l’implantation d’un parc sur ses rives, intégrant le cours d’eau de façon écologiquement plus appropriée, et en y implantant des équipements culturels, sportifs, des jardins et des pépinières, etc.

On est bien loin aujourd’hui de ce rêve et les voies sur berge été progressivement accaparé par la circulation automobile : sur certains tronçons on ne compte pas moins de 11 voies de circulation dans chaque sens, aménagées en faisant disparaître progressivement tous les espaces verts. C’est une stratégie sans issue car les nouvelles voies créées pour remédier à la saturation ont été à leur tour saturées dès qu’elles ont été inaugurées. Le seul espoir d’y voir se réduire la circulation est la conclusion de l’anneau autoroutier en construction autour de São Paulo, qui devrait détourner des voies sur berges la circulation à longue distance. Trois des quatre tronçons prévus déjà été réalisés et à chaque fois que l’un d’entre eux a été mis en service la circulation des camions a légèrement diminué, pour un temps.

Figure 9 Voie sur berge (marginais) du Tietê

97 - Vôo Panorâmico SP - Marginal Tietê

Sources: http://outrasviagensmundoafora.blogspot.com.br/

Un des exemples les plus frappants de l’artificialisation des rives est la confluence du Pinheiros et du Tietê : la figure 10 associe (en cartouc) le paysage tel qu’il était en 1929 et la situation actuelle où les berges de rivières sont entièrement prises par des voies de circulation et où même le confluent est traversé par des bretelles routières.

Figure 10 Confluence du Pinheiros e Tietê

Confluent Pinheiros-Tiete Earth hier et aujourd'hui 2

Source: http://aguasclarasdoriopinheiros.org.br/rio-pinheiros/historia/ et Google Maps

Le seul reste de ce vaste projet et le parc écologique du Tietê, un peu en aval de São Paulo, à proximité de l’aéroport international de Guarulhos, qui non seulement permet aux crues du Tietê de s’étaler sans dommage dans une zone inondable mais crée aussi un vaste espace vert en bordure de la Zone Est, qui en a bien besoin.

Figure 11 Le Parque ecológico do Tietê

SP SP Parce ecologique du Tiete

©Hervé Théry 2010

Utilisation (plus ou moins heureuse) des várzeas

À défaut d’être devenu des parcs, les zones inondables des berges du Tietê ont reçu d’autres usages, plus ou moins heureux. Elles servent notamment aux maraîchers qui y ont trouvé des sols fertiles et faciles à irriguer avec l’eau de la rivière, si bien qu’elles produisent une partie des fruits et légumes consommé par les habitants de São Paulo. Elles sont heureusement situées pour la plupart en amont de la ville, et ne sont donc pas touchés par la pollution créée par celle-ci.

Figure 12 Maraîchage dans les plaines inondables du Tietê

SP SP Mogi Produçao de hortigranjeiros

©Hervé Théry 2011

Autre usage des plaines inondables, l’extraction de sable et de gravier, a en revanche des effets écologiques extrêmement négatifs, perturbant le drainage et en laissant après elle un paysage lunaire. Quelques-unes des carrières servent, après l’extraction des matériaux de construction, à déposer les gravats issus de destructions et de rénovations de bâtiments, leurs heureux propriétaires recevant ainsi de l’argent pour creuser des trous puis pour les combler.

Figure 13 Extraction de sable dans les plaines inondable du Tietê

DSCN1048

©Hervé Théry 2011

Cependant, ce qui occupe la plus grande partie des plaines inondables, chaque année davantag,e est l’occupation urbaine qui avance depuis les terrasses encadrant la vallée jusque dans le lit majeur et parfois même jusqu’au bord de la rivière. Menée le plus souvent sans autorisation et sans tenir compte du zonage, pourtant censé être impératif, elle se fait de façon désordonnée et très préjudiciable à fois à la conservation de l’environnement et au bien-être de ses habitants.

Figure 14 Occupation urbaine dans les plaines inondables du Tietê

L1020803

©Hervé Théry 2011

Cette occupation urbaine se fait la plupart du temps sous forme de quartier en autoconstruction par ses habitants, sans plan d’urbanisme et sans prise en compte des risques, ce qui fait qu’ils sont régulièrement victimes d’inondations. Ils ne veulent pas entendre qu’ils se sont eux-mêmes exposés au risque en allant s’installer dans des zones constructibles, ils réclament – et parfois obtiennent – que les pouvoirs publics engagent des travaux de protection de leur quartier, notamment des digues qui en protègent le pourtour. Ce n’est pourtant pas une panacée, comme on l’a vu lorsque, à plusieurs reprises, ces digues ont été franchies par les inondations et ont eu pour effet de freiner l’évacuation des eaux.

Figure 15 Digue de protection d’un quartier d’invasion dans les plaines inondables du Tietê

L1000195

©Hervé Théry 2011

Si l’on interroge des habitants de São Paulo (ou même plus largement au Brésil) sur le mot qu’ils associent le plus volontiers à « Tietê » on a de bonnes chances de tenir en réponse le mot « pollution » tant la qualité de ses eaux et dégradée dans sa traversée de la ville et en aval.

Pollution

Bien qu’il soit l’un des fleuves les plus importants sur le plan économique pour l’État de São Paulo et même pour le pays, le Tietê est en effet surtout connu pour ses problèmes environnementaux, en particulier dans le tronçon qui traverse la ville de São Paulo. Les difficultés ont commencé dans les années 1920 avec la construction du lac de barrage de Guarapiranga para la Light. Cette intervention a modifié le régime hydrique de la rivière dans la capitale, mais la dégradation de la rivière par la pollution industrielle et les eaux usées domestiques vient principalement du processus d’industrialisation et d’expansion urbaine non planifiée qui a eu lieu dans les années 1940 à 1970. Il a été accompagné – à la fois cause et conséquence – par la croissance rapide de la population dans cette période, la commune passant d’une population de deux millions d’habitants dans les années 1940 à plus de six millions dans les années 1960.

Ce processus de dégradation a également affecté ses principaux affluents, l’Aricanduva et le Tamanduateí, ce dernier étant plus particulièrement dangereux parce qu’il apportait au Tietê les eaux usées de grandes usines de la région dite ABC (Santo André, São Bernardo e São Caetano). Permettre une expansion majeure du parc industriel à São Paulo sans contreparties environnementales a rapidement rendu impossible l’utilisation des eaux du Tietê pour alimenter la ville et pour ses loisirs.

Après les années du « miracle brésilien » des années 70 et les difficultés qui ont suivi le choc pétrolier, une prise de conscience progressive sur les questions environnementales s’est fait jour, notamment après la conférence de Rio de 1992. Des mesures ont été prises pour réduire la pollution du Tietê, en particulier grâce à une aide du Japon, attribuée en reconnaissance de la façon dont le Brésil avait accueilli les migrants issus de ce pays.

La trainée de pollution dans le Tietê en aval de São Paulo qui, dans les années 1990, avait atteint une centaine de kilomètres, avait progressivement réduit, mais la situation s’est de nouveau dégradée avec la crise hydrique de 2015. À la suite d’une légère réduction de la pluviosité (d’environ 3 %), la ville de São Paulo a dû mettre en place un rationnement non réellement reconnu par les autorités mais bien réel dans les quartiers périphériques où la pression été diminué et où l’eau n’atteignait pas les points les plus hauts et les plus éloignés.

Faute d’eau pour diluer la charge liquide et solide des égouts et des galeries pluviales, le Tietê a été sensiblement plus pollué, selon la Fondation SOS Mata Atlântica, la tache de pollution en aval de São Paulo a augmenté de 71 km à 157 km en un an. La zone, considérée comme morte par manque d’oxygène s’étendait alors jusqu’à Mogi das Cruzes et Salto.

Un des effets les plus spectaculaires de cette pollution a été qu’en aval immédiat de São Paulo le Tietê a été fréquemment recouvert d’une épaisse couche de mousse blanche, produite par le déversement dans ses eaux de détergents issus des salles de bains, des cuisines et des machines à laver des 18 millions d’habitants de l’agglomération. Une partie des eaux usées et certes traitée par les stations d’épuration, mais dans les quartiers populaires et les favelas ce sont les galeries pluviales qui font fonction de tout-à-l’égout et leur contenu va directement à la rivière.

Figure 16 Mousse de savon sur le Tietê en aval de São Paulo

SP Santana do Parnaiba Tiete pollue 1

©Hervé Théry 2008

À Pirapora de Bom Jesus, dans la région métropolitaine de São Paulo, les mousses ont dépassé en juin 2015 la hauteur du pont et ont fait irruption dans les maisons des rues proches de la rivière. Selon le gouvernement de l’État de São Paulo, le phénomène était dû à la présence de grandes quantités de détergent non-biodégradable, et aggravé par la saison sèche en raison du faible débit d’eau, insuffisant pour dissoudre les polluants

Figure 17 Le Tietê envahi par la mousse de savon à Pirapora

Pirapora do Bom Jesus- SP- Brasil- 23/06/2015- Imagens feitas ontem (22/06), mostram a grande concentração de espuma no rio Tietê. A formação de espumas, que ocorre frequentemente no Rio Tietê ao longo das cidades de Santana de Parnaíba, Salto e Pirapora do Bom Jesus, está relacionada principalmente a baixa vazão da água, a presença de esgotos domésticos não tratados que dificultam a decomposição de detergentes domésticos. Os moradores da cidade ainda reclamam do mau cheiro que fica mais intenso, conforme a quantidade de espuma aumenta. Foto: Rafael Pacheco
. Foto: Rafael Pacheco

http://Photospublicas.s3.amazonaws.com/files/2015/06/RP_espuma-poluicao-rio-Tiete-Pirapora-Bom-Jesus_22062015002.jpg

Cette mousse n’est pourtant qu’une partie du problème, s’y ajoute une importante charge solide de déchets ménagers, à cause des insuffisances de la collecte des ordures, et toutes sortes d’objets finissent dans les eaux de la rivière. À Pirapora do Bom Jesus, située à environ 50 km de la capitale, il est fréquent de trouver des déchets comme des sacs et bouteilles en plastique, des chaussures, des balles de tennis, des emballages en polystyrène expansé, etc., flottant dans la rivière. Selon le Secrétariat d’État aux ressources en eau, la Compagnie des eaux Sabesp recueille 84% des déchets et traite 70% des eaux usées de São Paulo, mais certaines municipalités de la région métropolitaine ne traitent pas les effluents des égouts.

Figure 18 Ordures ménagères dans le Tietê

rio-tiet6e-sao-paulo

https://andradetalis.wordpress.com/tag/royalties-agua/

En aval, tout va mieux

Pour conclure sur une note plus optimiste, on notera que le Tietê est un cas rare de cours d’eau qui commence sale et se termine propre. Après avoir traversé l’agglomération de São Paulo presque au début de son parcours il continue vers le nord-ouest et parcourt de bout en bout l’État de São Paulo, recevant sur ces deux rives des affluents issus de régions rurales qui lui apportent des eaux propres, et celles-ci diluent progressivement ses eaux sales jusqu’à ce que, avec l’aide de l’épuration naturelle, pratiquement toute trace de pollution ait disparu. À hauteur de Barra Bonita le Tietê est devenu si propre que l’on a peine à imaginer que c’est le même cours d’eau pollué qu’il était à la sortie de la ville de São Paulo.

Figure 19 Le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

Photo José Reynaldo da Fonseca – REFON – https://pt.wikipedia.org/wiki/Rio_Tiet%C3%AA#/media/File:Rio_Tiet%C3%AA_Barra_Bonita_150606_REFON.jpg

Il a même été possible de développer sur le lac créé par les barrages mis en place pour faciliter la navigation sur le Tietê diverses formes de tourisme, notamment des promenades en bateau et des mini-croisières qui ont rencontré un certain succès.

Figure 20 Bateau de croisière sur le Tietê à Barra Bonita

Lat.: S Long.: W Alt. metros:

http://udiviagens.blogspot.com.br/2011/06/barra-bonita-sp.html

La preuve que les eaux sont effectivement propres et salubres est qu’y naissent et y vivent assez de poissons pour que se développent des activités de pêche sportive. Les touristes en rapportent quelques kilos de poissons pour les manger avec leur famille, ce que personne n’envisagerait de faire à proximité de São Paulo.

Figure 21 Pêche dans le Tietê à Barra Bonita

FOTOS PESCARIA PRAIA 268

http://pescasagaesportiva.blogspot.com.br/2012/06/tucunares-do-rio-tiete.html

De ce point de vue la récupération de la qualité des eaux du Tietê a mieux réussi que celle de la Tamise de la Seine, pas tellement à vrai dire grâce aux politiques mises en place mais grâce à l’immensité du territoire brésilien aux capacités de régénération naturelle des eaux, pourvu qu’on leur laisse le temps et l’espace nécessaire.

C’est malgré tout assez réjouissant de voir qu’au moins dans sa partie aval le Tietê à pu garder ou retrouver ce qui faisait son attrait pour les populations indiennes avant l’arrivée des Portugais et justifie ainsi de nouveau l’étymologie de son nom. En tupi  « ti » désigne l’eau d’une rivière et « été » signifie « très bon, vrai, authentique », le Tietê étant donc une véritable et une très bonne rivière.

[1] Techniquement c’est une rivière puisqu’elle se jette dans le Paraná, pas dans la mer, mais il a pratiquement la même longueur que la Loire, le principal fleuve français (1 010 km,) et son débit à São Paulo (1 188 m3/s) est déjà supérieur au module du fleuve à Saint-Nazaire (931 m3/s).

[2] Les éléments historiques de ce texte sont pour la plupart tirés de Zanirato, S. H., « História da ocupação e das intervenções na várzea do rio Tietê ». Revista Crítica Histórica, v. 4, p. 117-129, 2011.

[3] Première étape de la reconnaissance institutionnelle, avant de devenir une ville (cidade).

[4] «Santana de Parnaíba, berceau des Bandeirantes», Braises,  https://braises.hypotheses.org/717

[5] http://portal.esperia.com.br/site/ et http://guia.folha.uol.com.br/passeios/2016/07/10003103-centro-esportivo-tiete-tem-boas-quadras-de-tenis-e-futebol-americano.shtml

[6]  Informações obtidas de http://alotatuape.com.br/tiete-o-rio-de-sao-paulo/, textos: Professor Fausto Henrique G. Nogueira (IFSP), edição: Gerson Soares

Hiver à São Paulo

Quand on pense au Brésil, on évoque en général des images de chaleur, de plage, de forêt amazonienne. C’est en effet un pays de climat tropical, où les températures sont en général élevées, voire très élevées. Ce n’est pourtant pas le cas toute l’année ni dans toutes ses régions et il peut y faire froid en hiver (entre juin et septembre) notamment dans le sud : dans l’hémisphère sud les températures décroissent vers le sud et ce sont les régions situées au nord qui sont les plus chaudes. C’est le cas à São Paulo car, bien que la ville soit située juste sur le tropique du Capricorne, étant situé à 800 m d’altitude, elle peut avoir l’hiver des températures franchement fraîches.

Cela a par exemple été le cas dans les premières heures du 6 juin 2016 quand la ville enregistré son record de température minimum de l’année : 5 ° C au Mirante de Santana, dans le nord de la ville, selon les informations fournies par le Centre de gestion des urgences (CGE) de la Mairie.

L’entrée d’une forte masse d’air polaire a fait chuter la température de 10ºC en douze heures et les météorologues d’Inmet (Institut de météorologie) ont signalé qu’il avait gelé dans certaines villes proches, comme Itapevi, dans la région métropolitaine. Dans l’État de São Paulo, la température la plus basse a été enregistrée à Barra do Turvo, dans la vallée du Ribeira: -0.2 ° C, en-dessous de la température enregistrée le jeudi 9 au même endroit, 0,4 °.

Figure 1 Bulletins météo du début de l’hiver 2016

Temperatures 2

Source: Climatempo 14-6-16 et INPE Cptec 12-6-16

Temperatures

Source: Cptec – Températures au Brésil le 12-6-16, Minimas du Sudeste le 12-6-16, Minimas du Sul le 12-6-16

Si l’on s’en tient aux seuls mois de juin, toujours selon la même agence, la température de ce matin du 16 juin 2016 a été la température la plus basse depuis le 30 juin 1994, lorsque le thermomètre avait déjà indiqué 5°C à São Paulo. La température la plus basse avait été de 1,2°C le 26, record absolu pour ce mois de juin qui avait connu la pire vague de froid de toute la série commencée en 1943.

En hiver, l’entrée d’une forte masse d’air polaire, accompagnée de forte nébulosité fait parfois que les températures restent très faibles, même dans l’après-midi, où des températures maximales comprises entre 14°C et 16°C sont fréquentes, même pendant l’automne et au début du printemps. Pendant l’hiver, il y a eu parfois des après-midis où la température ne dépasse pas 10°C, comme le 24 juillet 2013, où le maximum avait été de 8,5°C.

Figure 2 Um passant se protège du froid devant le théâtre municipal de São Paulo

27set2012---homem-se-protege-de-frio-que-atinge-o-centro-de-sao-paulo-nas-primeiras-horas-do-dia-a-capital-paulista-teve-a-menor-temperatura-do-anoter

http://noticias.uol.com.br/album/2012/09/26/frio-pelo-brasil-2012.htm?mobile

Ces températures peuvent ne pas paraître très basses à des Européens, qui ont l’habitude de températures négative en hiver, mais il faut rappeler que les logements brésiliens n’ont pas de chauffage et sont très mal isolés, si bien que ces températures extérieures se répètent à l’intérieur.

Figure 3 Petit matin à 8°C sur l’Avenida Paulista

são-paulo-frio

Source: http://www.pensamentoverde.com.br/colunistas/reflexoes-sobre-o-frio-para-alem-do-cobertor/

Figure 4 10°C le matin devant la Cathédrale de São Paulo

Segunda-feira (22) gelada em São Paulo, a minima fica em 9ºC mas o vento deixa a sensação termica proxima aos 5ºC.

http://noticias.r7.com/sao-paulo/fotos/sp-tera-chuva-leve-e-dia-frio-com-maxima-de-16-c-20110822.html

São Paulo n’est pourtant pas la région la plus froide du Brésil, les températures sont fréquemment beaucoup plus basses dans les trois États du Sud. C’est dans les régions montagneuses du Santa Catarina que l’on trouve les points les plus froids de tout le pays, il n’est pas rare qu’il y neige l’hiver, ce qui donne tous les ans aux médias l’occasion de diffuser des images de chalets sous la neige, dont on reconnaîtra que bien peu de ceux qui les voient pensent qu’elles ont été prises au Brésil.

Figure 5 Bom-Jardim-da-Serra (Santa Catarina)

Bom-Jardim-da-Serra

Source: http://amigodeviagem.com.br/que-tal-ver-neve-sem-sair-do-brasil-veja-algumas-cidades-catarinenses-onde-indo-e-possivel/

Figure 6 Gelée blanche le matin dans le Santa Catarina

timthumb

Source: http://www.capitalfm.com.br/abril-pode-terminar-com-neve-no-sul/

Une application pour cartographier les fusillades à Rio de Janeiro

Peu de temps avant l’ouverture des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, prévue pour le 5 août, 2016, une préoccupation majeure des organisateurs et des autorités brésiliennes était évidemment la sécurité. Une innovation cartographique, qui a été lancée un peu plus d’un mois avant l’ouverture, devrait permettre, à défaut d’y mettre fin, au moins de connaître, grâce à la participation de la population, l’étendue du risque lié aux constants échanges de tirs qui se produisent dans la ville, entre trafiquants de drogue et avec la police. Une nouvelle application mobile peut être utilisé pour les cartographier, Fogo Cruzado (tirs croisés), publié le 5 Juillet 2016 par Amnesty International, elle signale les cas de tirs avec blessures, les fusillades sans victimes et les fusillades multiples. Cette information sera utilisée pour créer des rapports qui seront mis à disposition sur le site www.fogocruzado.org.br.

Figure 1 L’image d’ouverture de l’application

Capa aplicativo petit

La genèse du projet

L’idée de créer l’application est de la journaliste et experte en sécurité publique Cecilia Oliveira. Dans une interview, Claudio Lima (références ci-dessous) lui pose des questions qui aident à comprendre le projet

« – Comment est née l’idée de créer une application qui cartographie la violence en ville?

– L’année dernière je cherchais des renseignements sur les blessés par balles perdues et les échanges des tirs dans la ville et je n’ai rien trouvé […] Cela m’a donné l’idée de commencer à recenser ces fusillades, en les suivant par la presse, les bulletins d’information de la police qui sont disponibles sur le internet et les associations locales d’habitants. Je me suis aperçu que le problème était beaucoup plus grave qu’on ne l’imaginait et j’ai proposé le projet.à Amnesty International.

– L’application a déjà enregistré de nombreux cas, peut-elle être utile aux touristes pendant les Jeux Olympiques?

-. Il est important que les gens – touristes ou non – sachent que la violence se produit sélectivement à Rio. Ceux qui souffrent sont les habitants des favelas et des banlieues, généralement de jeunes hommes noirs qui deviennent victimes de la guerre de la drogue. […] La région métropolitaine de Rio de Janeiro a des niveaux élevés de violence armée. Selon Mapa da Violência (la carte de la violence), il y aurait eu environ 3 500 meurtres par armes à feu en 2012. Parmi ceux-ci, 2 000 ont concerné des jeunes âgés de 15 à 29 ans

– Pourquoi selon vous est-il important d’avoir accès à l’information?

– Un outil comme l’application Fogo Cruzado est surtout un moyen de faire pression sur les autorités pour qu’elles adoptent des politiques de sécurité publique qui respectent les droits de l’homme. Sur la base des données produites par l’application, nous allons demander des informations complémentaires aux autorités de mieux comprendre les impacts des tirs ».

Pour l’instant, la priorité est donnée, pour la préparation du rapport, à certaines régions, y compris Jacarezinho, Manguinhos, Complexo da Maré, Complexo do Alemão, Acari, Cité de Dieu. Dans ces quartiers, Amnesty International a conclu des partenariats avec d’autres organisations, ce qui permettra de confirmer si les notifications envoyées par les utilisateurs de l’application sont correctes. Dans la première semaine qui a suivi le lancement de l’application ont été reçues plus de 400 notifications envoyées par les utilisateurs. Parmi ceux-ci, 265 ont été validés par Amnesty International, elles ont signalé 24 morts, 20 blessés et 51 des opérations de police.

Comment fonctionne Fogo Cruzado?

Selon son site Web, l’application permettra d’approfondir le débat sur la sécurité publique à Rio de Janeiro, permettant que la population des quartiers les plus touchés par la logique de la guerre se manifeste concrètement et en toute sécurité. C’est un moyen pour la population de montrer, par le biais de l’application, qu’elle est souvent placée au milieu de « feux croisés ». L’application permet à tout citoyen de partager des données chaque fois qu’il est a vu ou entendu une fusillade. En remplissant un formulaire simple et sécurisé, l’information est transformée par l’application en une notification sur une carte de la région métropolitaine de Rio de Janeiro

Colabore aplicativo 2

Figure 2 Le formulaire de notification

Ainsi, en interaction avec la population, les cartes produites par l’application peuvent être regroupées et combinées avec des informations provenant d’autres domaines comme la santé et l’éducation. De ce processus émerge progressivement une image plus réelle de la violence armée dans la ville, qui sera utile pour  définir des politiques publiques plus efficaces pour faire face au problème.

Il est prévu de publier les documents suivants:

  • – Carte hebdomadaire: nombre de tirs dans la semaine (disponible à partir du 13/7).
  • – Carte mensuelle: nombre de tirs au cours du mois (disponible à partir du 02/08).
  • – Carte trimestrielle: nombre de tirs au cours du trimestre (disponible à partir du 30/09).

Les cartes fournissent des informations sur le nombre de coups de feu, s’il y a eu des décès et des blessures, et les localisations des faits. Sur les cartes hebdomadaires et trimestrielles figureront également des informations comparatives disponibles pour les périodes antérieures et une analyse plus approfondie. L’application est disponible en téléchargement gratuit pour Android et iOS.

Fogo cruzado site1

Figure 3 Carte générale des fusillades dans la région métropolitaine, par quartier.

Fogo cruzado site 3

Figure 4 Zoom sur une zone de favelas

Fogo cruzado site 4

Figure 5 Details de l’une des notifications

Relatorio 1

Figure 7 Rapport sur les fusillades dans la deuxième semaine de fonctionnement

Relatorio 2

Figure 8 Détail du rapport par quartier

Webographie

Filipe Oliveira, « App Fogo Cruzado mapeia tiroteios no Rio e ajuda a contabilizar perdas », 14-7-2016, http://www1.folha.uol.com.br/tec/2016/07/1791334-app-fogo-cruzado-mapeia-tiroteios-no-rio-e-ajuda-a-contabilizar-perdas.shtml

Fernanda Rouvenat, « App registra mais de 250 tiroteios no RJ em 7 dias; média é de 1,5 por hora », 14/7/2016, http://g1.globo.com/rio-de-janeiro/noticia/2016/07/app-registra-mais-de-250-tiroteios-no-rj-em-7-dias-media-e-de-15-por-hora.html

Felipe Payão, « App ‘Fogo Cruzado’ ajuda morador e turista a fugir de tiroteios no RJ », 5/7/2016,  Em Segurança, http://www.tecmundo.com.br/seguranca/106907-app-fogo-cruzado-ajuda-morador-turista-fugir-tiroteios-rj.htm

Claudio Lima, « Entrevistamos uma das criadoras do app Fogo Cruzado », 12/7/2016,

http://www.psafe.com/blog/entrevistamos-uma-das-criadoras-do-app-fogo-cruzado/

São Paulo vue du ciel

Le dimanche 1er mai a été l’occasion de réaliser le projet rêvé depuis longtemps mais qui supposait un dimanche de temps très stable et très clair, survoler São Paulo en hélicoptère. Un temps très stable et très clair pour voler dans de bonnes conditions, un dimanche pour bénéficier du prix réduit offert par les compagnies dont l’essentiel du chiffre d’affaires provient des vols fait les jours ouvrables pour effectuer des déplacements professionnels. Comme la ville compte plus de 900 hélicoptères, la première flotte au monde (avant New York), la concurrence est rude et ces vols ce week-end sont à des prix presque abordables. Une vingtaine de photos ont été chargées sur un album Flickr à l’adresse https://flic.kr/s/aHskvSG98D.

Être assis à côté du pilote dans un petit hélicoptère à quatre places permet d’avoir une vision presque panoramique sur la ville et le parcours est conçu de façon à survoler ses principaux monuments.

Figure n° 1 Le musée Ipiranga vu de l’hélicoptère.

Ipiranga 3

©Hervé Théry 2016

Le point de départ est le Campo de Marte (Champ-de-Mars), l’ancien aéroport aujourd’hui réservé aux vols d’affaires et d’hélicoptères, un peu comme le Bourget à Paris.

Figure n° 2 Le hangar du Campo de Marte

Hangar dos helicopteros N_publi

©Hervé Théry 2016

Le passage par le hangar a permis de voir une partie de la flotte d’hélicoptères, au repos ce jour-là puisque les vols d’affaires sont inexistants le dimanche. Le hangar était toutefois loin d’être rempli car une partie des clients loue des hélicoptères pour se rendre à leurs maisons de campagne ou du bord de mer, évitant ainsi les embouteillages du week-end.

Figure n° 3 Hélicoptères en attente

Helicos au hangar

©Hervé Théry 2016

Le vol réalisé en un peu plus de 40 minutes a permis de parcourir une bonne partie du centre de la ville, comme cela apparaît sur la figure numéro quatre, et de voir la plupart des points et monuments remarquables de la ville.

Figure n° 4 Le parcours dans le centre de São Paulo

Parcours

On notera toutefois qu’il n’a qui n’a représenté qu’une très petit proportion l’agglomération de São Paulo, comme le montre la figure numéro cinq.

Figure n° 5 Le parcours par rapport à l’agglomération de São Paulo

Parcours RMSP

©Hervé Théry 2016

Le premier point remarquable est – à tout seigneur tout honneur – le Patio do Colegio, la place du collège des Jésuites qui a été l’origine de la ville de São Paulo. Restauré dans un état proche de l’original après avoir un temps servi de palais du gouverneur, il est entouré de bâtiments néoclassiques XIXe siècle et de bâtiments plus récents stylent nord-américain du XXe siècle, une ‘évolution de l’architecture qui constitue un raccourci des étapes de la croissance de la ville.

Figure n° 6 La Patio do Colegio

Patio do Colegio 2

©Hervé Théry 2016

Un autre monument témoigne du déclin de l’influence de l’Église catholique et de la montée en puissance des religions pentecôtistes : face à l’énorme « temple de Salomon » érigé par l’Igreja Universal do Reino de Deus (Église universelle du règne de Dieu) la pauvre église catholique São João Batista fait bien pâle figure.

Figure n° 7 Le nouveau temple de Salomon

Templo de Salomao e Igreja catolica N

©Hervé Théry 2016

Entre la ville historique, longtemps contenue sur un étroit plateau triangulaire, et son extension au XIXe siècle, le Viaduto do Chá (viaduc du thé[1]), permet de franchir la vallée de l’Anhangabau. Celle-ci est aujourd’hui occupée par une voie rapide, en partie recouverte par une dalle où se tenait ce jour-là une manifestation du 1er mai protestant contre la destitution de la président de la république Dilma Rousseff. Sur la gauche de l’image apparaît le théâtre municipal, à l’architecture inspirée de l’opéra de Paris.

Figure n° 8 Vale do Anhangabau

Vale do Anhangabau

©Hervé Théry 2016

L’avenue Paulista est l’un des axes majeurs de la ville, au long duquel s’alignaient originellement les maisons des barons du café, mais celles-ci ont été remplacées par des immeubles de bureaux. Les centres d’affaires ayant pour une bonne part migré vers d’autres quartiers, l’avenue a aujourd’hui une fonction largement culturelle et est fermée à la circulation le dimanche. Elle était, lors de notre passage, occupée en partie par une autre manifestation, celle-ci favorable à la destitution de la Présidente. Pour la survoler en toute sécurité hélicoptère a dû prendre un peu de hauteur, ce qui permet d’avoir une idée de l’étendue de la ville.

Figure n° 9 Panorama centré sur l’Avenida Paulista

Paulista panorama 2

©Hervé Théry 2016

Au retour vers le point de départ, le parcours nous a amené à survoler les zones industrielles de la ville, au long d’un autre affluent du Tietê, la modeste rivière qui traverse São Paulo. Le viaduc surélevé qui apparaît bien sur l’image grâce sa peinture jaune est une voie en site propre réservée aux bus. Le centre-ville est à l’arrière-plan et tout au fond de l’image apparaît le pic de Jaraguá, le point culminant de la région.

Figure n° 10 Zones industrielles et résidentielles

Zone industrielle  et centre_publi

©Hervé Théry 2016

Le survol en hélicoptère permet évidemment d’avoir une vue plus ample que celles qu’on peut avoir au sol, mais on n’appréhende encore qu’une toute petite partie de cette immense métropole de plus de 18 millions d’habitants.

[1] Voir le billet Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café, http://braises.hypotheses.org/513)

Productions agricoles en 2014 et leur dynamique depuis 1990

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) publie chaque année des données sur la production agricole et de l’élevage par commune[1], organisées sur en bases connues comme PAM (production agricole par commune) et PPM (production de l’élevage par commune). Les deux sont librement et gratuitement accessibles sur le site de l’IBGE, via la base de données Sidra (http://www.sidra.ibge.gov.br). La PAM indique, pour chaque production agricole, la superficie ensemencée, la superficie récoltée, la quantité produite et la valeur de la production, pour les années de 1990 à 2014. Le PPM donne pour les mêmes années le nombre de têtes de chaque type de cheptel, la production de lait, d’œufs, de miel, de cocons de ver à soie et de laine, plus le nombre de vaches traites et de moutons tondus. Les données peuvent être extraites, à l’échelle des communes ou de leurs agrégations (microrégions, mésorégions, États et régions), pour l’ensemble du pays ou d’une partie de celui-ci, États ou « visions territoriales » spécifiques comme la région semi-aride, l’Amazonie ou les « territoires de la citoyenneté ».

Les données de 2014 étant disponibles, nous avons trouvé intéressant d’en tirer des cartes (en utilisant les logiciels Philcarto[2] et Adobe Illustrator[3]) de la distribution des principales productions agricoles et de l’élevage dans les 557 microrégions que compte le pays, et de l’évolution de certaines au cours des 24 dernières années.

Élevage

La figure 1 regroupe les cheptels recensés en 2014, recalculés en UGB (unités de gros bétail) pour pouvoir comparer leur importance relative, en poids et en pression sur les ressources naturelles : le nombre brut est multiplié 0,3 pour les porcs, 0,1 pour les moutons, les chèvres 0,09 0,01 poulets, etc.

Ce calcul fait apparaître clairement la prédominance de l’élevage bovin, le nombre de bovins dans le pays étant plus élevé que le nombre d’êtres humains (212 millions contre 202,7 millions selon l’estimation officielle de l’IBGE pour 2014).

Tableau 1 Cheptels bruts et en UGB

Bovins Volailles Porcins Équidés Ovins Caprins Buffles Total
212 1.331 38 5 18 9 1 1.614
212 13 11 4 2 1 1 244

Millions de têtes. Source : IBGE, PPM 2014

Les bovins sont présents dans tout le pays, en particulier dans le Centre-Ouest, tandis que les autres cheptels sont concentrés dans des régions bien définies : buffles dans l’embouchure de l’Amazone, chèvres dans les régions intérieures du Nordeste, moutons dans la campagne gaúcha du Rio Grande do Sul. Les porcs et les poulets ont des distributions similaires, dans les régions d’agriculture familiale du Sud et à proximité des grandes villes du Sudeste, ainsi que – plus récemment – dans la région du soja du Mato Grosso, où les producteurs ont créé des parcs d’engraissement pour valoriser leur production de céréales et de protéines animales.

Dans la dynamique historique, ce qui attire l’attention est la croissance du nombre de bovins (figures 2 et 3) et son expansion vers le nord, en Amazonie, tandis qu’ils diminuent dans le sertão du Nordeste et dans l’État de São Paulo, où ils cèdent la place à la canne à sucre (figure 4 et 5).

Figure 1 Cheptels en 2014

Elevages 2 fr

Figure 2 Bovins en 1990

Bovins 1990 fr

Figure 3 Bovins en 2014

Bovins 2014 fr

Figure 4 Avancée de l’élevage bovin de 1990 à 2004

Bovinos Var 90-10 choro fr

Bovinos 90-14 micro fr

Agriculture

La distribution des productions agricoles est elle aussi très contrastée et marquée de fortes dynamiques. La figure 5 regroupe les principales d’entre elles, en tonnages et à la même échelle, exceptée la canne à sucre dont les volumes sont si élevés qu’ils déséquilibrent toute comparaison. Elle fait apparaître la prédominance du soja et du maïs, dans les mêmes régions puisqu’ils sont souvent associés dans les rotations culturales.

La canne à sucre occupe des régions immédiatement au sud de celle du soja, dans le Goiás, le Mato Grosso do Sul et surtout l’État de São Paulo, où elle a replacé le café – qui a migré vers le sud du Minas Gerais et l’Espírito Santo (figures 6 et 7) – principalement depuis le développement de la production d’alcool combustible lancée par le plan Proalcool de 1973 (d’où le choix de la date de référence de la figure 7). Les plantations d’orangers sont elles aussi concentrées dans l´État de São Paulo.

Les autres cultures se partagent clairement entre celles du nord (manioc et palmier à huile), du Nordeste (manioc, canne à sucre, noix de coco, bananes) et celles du Sud (riz, blé, raisin et pommes), en fonction des aptitudes climatiques et des marchés consommateurs de chaque région.

Tableau 2 Principales productions agricoles

Canne à sucre Soja Maïs Manioc Oranges Riz
737 87 80 23 17 12
Bananes Blé Haricots Café Noix de coco Raisin
7 6 3 3 2 1

Millions de tonnes. Source : IBGE, PAM 2014

Figure 5 Principales productions agricoles en 2014

Toutes cultures 2014-2 fr

Figure 6  Déplacements du café

Cafe 1990 2014 micro 2 fr

Figure 7 Déplacements de la canne à sucre

Cana 1973-2010 micro fr

Les figures 8 et 9 montrent l’ampleur du déplacement des régions productrices de soja et de maïs depuis le Sud, où elles ont commencé dans les années 1970, vers le Mato Grosso puis vers le Maranhão, le Piauí et plus récemment vers le Pará. C’est toutefois encore le Mato Grosso, au terme d’une croissance spectaculaire (figures 10 et 11) qui est le centre de gravité de ce complexe soja-maïs, auquel s’ajoutent de plus en plus le coton et les parcs d’engraissement déjà mentionnés.

Figure 8 Déplacements du soja

Soja 1990-2014 micro -1+1 fr

Figure 9 Déplacements  du maïs

Milho 90-2014 micro -1+1 fr

Figure 10 Production de soja en 1990

soja 1990 mun 3D fr

Figura 11 Production de soja en 2014

soja 2014 mun 3D fr

[1] Le Brésil en comptait 5 570 en 2014 (contre 36 68 en France) alors que sa superficie est plus de quinze fois plus grande

[2] Logiciel gratuit qui peut être téléchargé à partir du site de l’auteur http://philcarto.free.fr/

[3] Pour la superposition des cartes analytiques et le traitement graphique final

Havaianas, du chinelo de pedreiro au succès mondial

Havaianas est un fabricant des tongs (sandales composées d’une semelle et de brides en caoutchouc) qui étaient à l’origine un produit de consommation populaire, vendu uniquement au Brésil, et est devenu en vingt ans un produit de mode mondialement connu.

Origines

L’entreprise Fabrica Brasileira de Alpargatas e Calçados a été créée en 1907 mais la marque Havaianas (« hawaïennes » en portugais) n’a été lancée qu’en 1962. Jusque-là spécialisée dans la fabrication d’espadrille en toile et en corde, elle avait alors décidé de fabriquer des tong légères en caoutchouc, librement inspirée des sandales japonaises Zori, à semelle en paille de riz et bride de tissu.

Figure 1 Sandales Zori et Havianas tradicional

Zori et havaianas

http://otaku-plane.blogspot.fr/ et http://calcados.mercadolivre.com.br/chinelos/havaianas

Le succès a été immédiat auprès des classes populaires grâce à son petit prix, mais surtout aux propriétés du caoutchouc, antidérapant, qui ne brûle pas les pieds (contrairement au plastique), ne sent pas et est très résistant. C’était donc la chaussure idéale pour ceux qui étaient pour la plupart jusque-là littéralement des « va-nu-pieds », elle a chaussé des générations de travailleurs sur les chantiers et dans les champs et était surnommée – non sans un certain méprise de classe – chinelos de pedreiro (tongs de maçon). Elles étaient si populaires que le gouvernement en avait fixé les prix, comme pour d’autres produits tels que le riz et les haricots, la base de l’alimentation brésilienne.

Figure 2 Chinelos de pedreiro, les chaussures des pauvres

sebastiao_salgado_pés

Photo Sebastião Salgado, http://modosdeolhar.blogspot.fr/search/label/Sebasti%C3%A3o%20Salgado

Le tournant

Durant une trentaine d’années, le produit n’a pas évolué, les premiers modèles, nommés Havaianas Tradicional, étaient disponibles dans une unique version : brides bleues, et semelle blanche et bleue. Selon la légende de l’entreprise le changement est dû à un hasard, suite à un problème technique un lot entier de tongs est sorti en vert au lieu de la couleur bleue traditionnelle. Comme ce lot s’est bien vendu, les Havaianas ont commencé à être produites avec des brides de différentes couleurs (rouge, jaune, vert et noir). À partir de 1994 la semelle fut elle aussi proposée en plusieurs couleurs.

La même année a eu lieu un autre changement, sans doute plus décisif, dans le domaine du marketing. Pour résister à la contrefaçon la firme a cherché à consolider son image par des campagnes de publicité et de communication, mettant notamment en scène des artistes, des joueurs de football et des mannequins. Dans les années 1990 elle a connu un premier succès avec sa ligne « Top monochrome », puis elle y a ajouté en 1998 une touche de patriotisme avec la création d’un modèle « Havaianas Brasil » orné du drapeau brésilien, en signe de soutien à l’équipe nationale, la seleção, pour la Coupe du monde de football.

Figure 3 Havaianas à drapeau brésilien

havaianas-sandale-brasil-logo-vert-2

http://www.keepitforyou.com/fr

Chic

Le marketing de la marque a ensuite cherché à l’associer à d’autres nomes fameux. De 2003 à 2009, chaque acteur proposé aux Oscars a reçu un modèle exclusif, à partir de 2004 démarrèrent les collections en édition limitée avec des marques ou créateurs reconnus, comme Swarovski, ou le joaillier H. Stern qui proposa des tongs décorées d’or ou de diamants.On a alors commencé à trouver des Havaianas même dans les shoppings centers les plus chics du pays.

Figure 4 Stand Havaianas dans le shopping center de Mossoró

Mossoro Havaianas 2

Photo H. Théry 2015

De nombreuses séries spéciales ont été réalisées, comme celles de l’hôtel Meurice et de l’hôtel Murano, ou celles de la fondation du footballeur Raï, vendues au profit des enfants des favelas. Depuis que deux présentateurs de télévision très connus au Brésil ont choisi d’offrir des Havaianas à leurs invités le jour de leur mariage il est devenu chic, dans certains milieux, d’offrir des tongs aux invités pour qu’ils puissent danser toute la nuit. La marque a donc créé comme elle l’indique sur son site multilingue deux « modèles spéciaux pour les mariages, Havaianas Top wedding et Havaianas Slim wedding, pré-personnalisées avec l’une des trois paires de pin’s exclusifs de votre choix ».

Succès mondial

Au début des années 2000 les exportations représentaient moins de 3% des revenus d’Alpargatas, ils pèsent aujourd’hui environ 30% du total. La société est présente dans 117 pays, en France elle possédait en 2012 deux boutiques en propre à Paris, plus six en franchise Et la firme a fermé, en entrant sur le marché japonais, le cycle qu’elle avait commencé par la copie de sandales de paysans nippo-brésiliens. Ces dernières années, la société Alpartagas s’est diversifiée en créant une collection de sacs et bagages en 2009, ou une ligne de chaussures fermées comme des espadrilles, des ballerines, ou des bottes en 2010, mais la division Havaianas représente les deux tiers de ses ventes mondiales avec un chiffre d’affaires de 520 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010 et 650 millions en 2014.

Alpartagas appartenait pour 44 % au groupe de BTP Camargo Corrêa, celui-ci a vendu, via une OPA, ses actions à la société brésilienne J&F, qui contrôle le plus grand vendeur de viande dans le monde, JBS, qui souhaitait diversifier le portefeuille d’activités de l’entreprise. De son côté Camargo Corrêa a dû reconnaître sa participation aux actions d’entente illicites et de corruption développés autour de la compagnie pétrolière Petrobras. En août elle a signé un accord de clémence avec les procureurs fédéraux et cherche à se recentrer sur ses métiers centraux.

Différentiel de prix

Selon les calculs de Capital[1], « chaque paire coûterait entre 1,50 et 2,50 Euros à fabriquer, pour un prix moyen de vente de 10 euros (20 euros en France). En ajoutant 1,10 euro de frais de mar­keting et 5 euros de coûts de ­distribution, la marge atteindrait 18% d’après nos estimations, comparable à celle de Nike, le plus rentable des fabricants de sportswear ».

Mais il semble que Havaianas ait une politique de prix adaptée à chaque marché national. Sur le site en français d’achat en ligne sont proposées, pour les femmes, des tongs, sandales, espadrilles et bottes de pluie, dont les prix vont de 10 € à 55 €. Pour les hommes des tongs, espadrilles et sneakers, entre 10 € à 50 €. Le site est décliné pour 28 pays européens, y compris Andorre, Saint-Marin et le Saint-Siège (Cité, du, Vatican).

Figure 5 Modèles pour femmes et pour hommes sur le site français d’Havaianas

Modeles France

http://www.havaianas-store.com/fr

Sur le site brésilien les prix vont de 12.90 Reais (3,22 €) à 274,90 Reais (69 €) mais il existe aussi un modèle Swarovski (195 euros), associant au caoutchouc pas moins de 174 cristaux. Alors que sur le site français l’écart entre les modèles les moins chers et les plus chers est dans un rapport de 1 à 5,5, sur le site brésilien le rapport est de 1 à 21, même pour des tongs apparemment à peu près identiques le Brésil est décidément un pays d’inégalités.

Figure 6 Modèles les moins chers et les plus chers sur le site brésilien d’Havaianas

Modeles Brésil

www.loja.havaianas.com.br

[1] http://www.capital.fr/enquetes/succes/havaianas-ou-l-art-de-vendre-le-caoutchouc-a-prix-d-or-608668

Un tsunami de boue, de Mariana à la mer

La Brésil a la chance de ne pas être exposé à de graves risques naturels : pas de volcans actifs, peu de sismicité, pas de cyclones tropicaux. Mais il vient de connaître le pire désastre environnemental de son histoire avec la rupture de barrages dans l’État du Minas Gerais, dont le nom signifie « mines générales ». Il est e effet un des premiers producteurs de minerais du pays et les barrages qui ont cédé faisaient partie d’un complexe minier, à 35 km du centre de la ville de Mariana, ville minière historique à 124 kilomètres de Belo Horizonte.

Figure 1 Localisation

Localisation

http://s2.glbimg.com/1WlhgD60guri_V3a3UYOt1dAgVU=/s.glbimg.com/jo/g1/f/original/2015/11/05/estouro-barragem-mariana-mg_vale.jpg

Les barrages de Fundão et Santarém, situés entre Mariana et Ouro Preto, dans le Minas Gerais, ont cédé le 5 novembre 2015, libérant une vague de boue de 2,5 m de haut, une boue qui s’est propagée jusqu’à la mer, à 670 km en aval.

Le barrage qui s’est rompu était le Fundão, ce qui a ensuite endommagé le barrage de Santarém, tous deux situés dans le subdistrito de Bento Rodrigues. Ces barrages servaient à retenir les boues provenant de l’extraction de minerai de fer dans les mines immédiatement en amont. Le barrage de Fundão avait une licence d’exploitation valide jusqu’en 2019, mais les permis d’exploitation de Germano (le 3e barrage du complexe) et Santarém avaient expiré depuis mai 2013 et juillet 2013, respectivement. Le Fundão faisait l’objet de travaux de surélévation pour accroître sa capacité.

Figure 2 Les barrages avant leur rupture

Barrages

http://www.mecanorte.com.br/areas-de-atuacao/projetos-realizados/barragens

Les barrages appartiennent à la compagnie minière Samarco, une entreprise fondée en 1977 qui produit de boulettes de minerai de fer utilisées dans la production d’acier. Samarco est contrôlée par la Vale, la plus grande entreprise minière brésilienne (et la 2e au monde) et l’anglo-australienne BHP Billiton. Elle opère dans le Minas Gerais et l’Espírito Santo et est le 10e plus grand exportateur du pays.

Figure 3 Les barrages, en aval des mines de fer

Bento Rodrigues Google Earth

Google Maps

Selon la Samarco, la boue se compose pour l’essentiel de sable et ne présente aucun élément chimique dangereux pour la santé. Selon l’Ibama (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables), la boue est composée principalement d’oxyde de fer (d’où sa couleur rouge) et de sable. Les images de la coulée qui a suivi la rupture des barrages, très spectaculaires, ont été reproduites dans de nombreux journaux dans le monde, notamment celles de Felipe Dana (AP).

Figure 4 Après la rupture des barrages

Aerial view of the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area.  (AP Photo/Felipe Dana)
Aerial view of the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area. (AP Photo/Felipe Dana)

http://cdn-parismatch.ladmedia.fr/var/news/storage/images/paris-match/actu/environnement/une-gigantesque-coulee-de-boue-fait-17-morts-bresil-860733/node_860753/9106389-1-fre-FR/image.jpg

Le volume de boue liquide libéré par la rupture des barrages est estimé à 40 milliards de litres, volume équivalent à un cube de 342 mètres de côté, ou encore 16 000 piscines olympiques de 2,5 millions de litres.

Figure 5 Le volume de boue libéré par la rupture des barrages

Cube

http://arte.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/22/rastro-lama/

Le village de Bento Rodrigues, subdistrito de Mariana, situé immédiatement en aval, des barrages (cadre rouge sur le figure 3), a été recouvert par la boue qui est sortie des barrages, et a été dévasté. L’inondation a détruit la plupart des maisons, plus de 600 personnes se sont retrouvées sans abri et ont été secourues par les pompiers. Elles ont abandonné leurs maisons et fui vers les parties supérieures de la région, sans qu’aucun signal d’alerte n’ait été émis. La Samarco admis que les résidents n’ont été avertis que par téléphone.

Figure 6 Bento Rodrigues après le passage de la vague de boue

BRAZIL-DAMBURST/

http://g1.globo.com/minas-gerais/fotos/2015/11/barragem-se-rompe-e-distrito-de-mariana-e-inundado.htm

Au 1er décembre le bilan s’établissait à 15 morts. La police a fait le difficile travail d’identification des corps des victimes, un homme n’a pas été identifié, neuf corps ont été reconnus par les familles et les cinq autres par des techniques médico-légales telles que l’ADN et la tomographie. Quatre personnes sont toujours portées disparues.

Figure 7 Bento Rodrigues après le passage de la vague de boue, détail

Two dogs stand on the roof of a destroyed house at the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday, in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area.  (AP Photo/Felipe Dana)
Two dogs stand on the roof of a destroyed house at the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday, in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area. (AP Photo/Felipe Dana)

http://www.wsj.com/articles/hopes-fade-for-survivors-of-brazil-dam-burst-as-companies-criticized-1447018759

La boue a ensuite parcouru des centaines de communes du Minas Gerais et de l’Espírito Santo, provoquant des ruptures de l’approvisionnement en eau dans des villes comme de Governador Valadares (MG) et Colatina (ES).

Figure 8 La boue dans les vallées en aval

cms-image-000467673

http://www.brasil247.com/images/cms-image-000467673.jpg

La boue a progressivement a parcouru tout la vallée du rio Doce, jusqu’à la mer : le 6 novembre elle avait atteint Belo Oriente et le barrage hydroélectrique de Risolato Neves, le 8 le barrage hydroélectrique de Baguari (le 9 novembre 500 kilos de poissons morts en ont été retirés) et la ville de Governador Valadares (278 363 habitants en 2015 selon l’IBGE), le 9 la ville de Baixo Guandu (31 467  hab.), Colantina (122 646  hab.), où les écoles ont été fermées, et Linhares (163 662  hab.).

Figure 9 Le parcours de la vague de boue dans la vallée du Rio Doce

Sequence  verticale

http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/1708857-rio-doce-nao-morreu-mas-sera-lento-caro-e-dificil-recupera-lo.shtml?cmpid=comptw

La boue a ensuite atteint la mer dans la région de Regência, à l’embouchure du Rio Doce, qui est une zone protégée car elle est considérée comme nurserie pour de nombreuses espèces marines, en particulier les tortues. Avant son arrivée, des membres du projet Tamar avaient déplacé des nids de tortues, à titre préventif.

Selon un modèle mathématique développé par des chercheurs de l’UFRJ (Université Fédérale de Rio de Janeiro) il est prédit que la boue polluera 9 km le long de la côte. Les impacts sur l’océan doivent être moins radicaux que dans la vallée du Rio Doce, mais ils peuvent être de longue durée et affecter, pendant de nombreuses années, la présence d’algues, mollusques, crustacés et poissons

Figure 10 La boue atteint la mer

BARRAGEM/ROMPIMENTO/OCEANO

http://dw9kw6lfaa11c.cloudfront.net/wp-content/uploads/2015/11/a8fe5ed8860db0435249dc9f659973ea.jpg

Pour la biogéographe Claudia Câmara do Vale, professeur à l’Université fédérale de l’Espírito Santo, la récupération du Rio Doce pendra « beaucoup plus que juste une décennie, comme cela a été annoncé ». Samarco « devrait supporter les frais de reconstitution de l’environnement, ou il prendra 50 ans, ou plus » […] Outre la question de la destruction de la faune, il y aura des changements hydrodynamiques dans la rivière elle-même, qui aura une plus grande charge à transporter jusqu’à son embouchure. Nous ne pouvons pas dire avec certitude que ces déchets l’atteindront, car il y a aura de la sédimentation pendant le transport […] Quant au contexte social, plusieurs communautés de pêcheurs au long du Doce seront sans revenus, ou même sans nourriture. Beaucoup sont des communautés qui vivent en autosubsistance et trouvent dans le fleuve leur source protéines (le poisson) et sur ses rives leurs cultures de alimentaires. Du Rio Doce dépend l’approvisionnement en eau de plusieurs grandes villes comme Colatina, par exemple, et de plus petites, qui souffriront de pénuries. L’élevage et grandes exploitations agricoles, qui dépendent de l’eau du Rio Doce auront des pertes incalculables » [1].

Pour Paul Rosman, professeur d’ingénierie côtière à la COPPE / UFRJ et auteur d’une étude commandée par le ministère de l’Environnement afin d’évaluer l’impact et l’étendue de l’arrivée de la boue de la mer, il y a trois scénarios différents de gravité de la catastrophe et de vitesse de récupération. Dans la haute vallée, là où le barrage a cédé à proximité de Bento Rodrigues, elle devrait prendre plus d’un an et dépendra des opérations de nettoyage des décombres et d’un programme de reboisement. Pour lui, la société et les gouvernements du Minas Gerais et fédéral doivent exiger de la Vale et de BHP Hillington, propriétaires de Samarco, le processus de reboisement et de reconstruction de l’environnement, un coût «négligeable» pour ces entreprises. Sur la plupart du parcours du rio Doce, la pluie devrait effacer les dégâts et les poissons devraient être revenus dans la rivière en cinq mois, tandis qu’en mer la dilution des sédiments doit se produire plus rapidement, avant janvier l’année prochaine[2].

L’IBAMA (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) a imposé à Samarco une amende de 250 millions de Reais (61 millions d’Euros). Il a invoqué cinq infractions, punies de 50 millions de Reais chacune. La compagnie est poursuivie pour avoir pollué des rivières, rendu des zones urbaines impropres à l’habitation, provoqué une perturbation de l’approvisionnement public en eau, jeté des déchets sans respecter les exigences légales, causé la mort des animaux et une perte de biodiversité le long du rio Doce, mettant en danger la santé humaine. En moyenne les contrevenants environnementaux ne paient que 8,7% des amendes imposées par l’IBAMA.

[1]http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/1712352-mineradora-e-governo-tem-sido-desastrosos-diz-biogeografa-do-es.shtml

[2] http://www1.folha.uol.com.br/bbc/2015/11/1712387-rio-doce-ressuscitara-em-cinco-meses-afirma-pesquisador.shtml

Distances au Brésil et dans le monde, voyages imaginaires

Ce voyage imaginaire a commencé quand j’ai voulu calculer les distances séparant São Paulo, par la route, des frontières des pays voisins, en utilisant le logiciel Google Maps. J’avais besoin de ces données pour m’aider à convaincre des lecteurs français que si les Brésiliens parlent peu les langues étrangères c’est en grande partie parce que – leur pays étant immense – il leur est difficile de se rendre à l’étranger. Par exemple, pour les habitants de São Paulo, la plus peuplée du pays, la frontière la plus proche est située à plus de 1 000 kilomètres.

Une fois cette mesure effectuée, il était tentant d’utiliser les possibilités de cet outil pour d’autres recherches. D’abord sur les distances routières entre Brasilia et les autres capitales sud-américaines, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur du Brésil, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur des grands pays de taille comparable ou supérieure à celle du Brésil. Et finalement sur les plus grandes distance possibles que l’on puisse parcourir par la route dans le monde, selon Google Maps, soit d’une seule traite, soit en enchaînant les étapes.

Tableau 1 Distances entre São Paulo et les frontières des pays voisins

Distance (km) Temps (h)
Foz do Iguaçu 1.061 12,5
Corumbá 1.432 16,75
Chuí 1.654 19,5
Guajara Mirim 3.311 45
Cruzeiro do Sul 4.131 56
Pacaraima 4.810 67

La frontière la plus proche de São Paulo, d’après Google Maps, est atteinte à Foz do Iguaçu (où se situent les cataractes de l’Iguaçu[1]) à 1 061 km de la ville. Corumbá, à la frontière de la Bolivie est à 1 400 km, la frontière de l’Uruguay sur le rio Chui est à plus de 1 600 km et les suivantes sont beaucoup plus lointaines : Guajara-Mirim, autre frontière avec la Bolivie, est à 3 300 km et Cruzeiro do Sul, près de la frontière du Pérou à 4 005 km. Enfin Pacaraima, à la frontière du Venezuela est à près de 5 000 km, 4 810 exactement d’après Google Maps.

Photo 1 Le kilomètre zéro de la route BR101, plus de 4 500 km de bout en bout

RN Marco zero BR101 B

En poursuivant l’exercice par la mesure des distances entre Brasilia et les autres capitales sud-américaine, on constate que la plus proche et une fois encore celle du Paraguay, Asunción, à un peu moins de 2 000 km. Montevideo, la capitale uruguayenne est à environ 3 000 km, ainsi que La Paz, en Bolivie, et Buenos Aires, en Argentine. Les suivantes sont nettement plus loin, Santiago à 4 000 km, Lima à un peu plus de 4 500, Caracas à 5 600 et enfin les capitales andines les plus lointaines, Quito et Bogotá, sont respectivement à 6 300 et 6 700 km (cette dernière via le Venezuela), trajets qui d’après Google Maps prendraient 87 et 97 heures de route, en roulant jour et nuit.

Tableau 2 Distances entre Brasília et les autres capitales sud-américaines

Distance (km) Temps(h)
Asunción 1.860 24
Montevideo 2.930 34
La Paz 3.007 41
Buenos Aires 3.209 37
Santiago de Chile 3.907 47
Lima 4.526 61
Caracas 5.654 79
Quito 6.376 87
Bogotá 6.712 97

Photo 2 Panneau routier à la sortie nord de Brasília

DF plaque Fortaleza 2273

Passant de mesures relativement réalistes à un exercice de fiction, je me suis demandé ce que représenterait un tour du Brésil passant par les capitales de tous ses États fédérés. Cela pourrait être une idée de rallye (mais certainement pas de tour cycliste !), et la question s’est posée récemment puisqu’avant les Jeux Olympiques qui doivent se tenir à Rio de Janeiro en 2016 la torche olympique doit parcourir toutes les capitales brésiliennes. Le parcours se fait en grande partie en avion (rotas aéreas, en bleu sur la figure 1) mais que se passerait-il si l’on devait le faire par la route ?

Figure 1 Le parcours de la torche olympique

Tocha olimpica 1435942515664

http://esportes.estadao.com.br/noticias/jogos-olimpicos,tocha-olimpica-inova-ao-ganhar-cores-e-movimento,1718550

Tableau 3 Tour du Brésil

Distance (km) Temps (h)
1 – Porto Alegre – Boa Vista 9.667 132
2 – Boa Vista – Maceió 7.401 109
3 – Maceió – Brasilia 3.818 52
Total 20.886 293

Comme le logiciel ne permet pas de programmer plus de 10 étapes j’ai dû fractionner ce tour du Brésil en plusieurs tronçons, et la règle que je me suis donné était de passer par toutes les capitales avec un minimum d’aller-retour. Sur le premier tronçon, partant de Porto Alegre et allant jusqu’en Amazonie le seul aller-retour a été celui qui permet, depuis Porto Velho, de passer par l’Acre, dans l’extrême ouest. Le deuxième tronçon partant de Boa Vista, repasse à Manaus, ce sera le deuxième et dernier aller-retour. Ensuite de Manaus le trajet rejoint la côte du Nordeste[2], puis un troisième tronçon va de Maceió à Brasilia, ce qui permet de faire aboutir le tour du Brésil dans la capitale fédérale. Une seule capitale d’État est laissée de côté, Macapá, pour la bonne raison qu’elle n’est pas accessible par la route depuis Belém (il faudrait traverser l’embouchure de l’Amazone), alors qu’elle est reliée à Cayenne, en Guyane française

Au total le parcours de ce tour du Brésil représente – toujours selon Google Maps – près de 21 000 km (plus de la moitié de la circonférence terrestre) et 293 heures (douze jours et douze nuits). On remarquera qu’un tour de l’Amérique du Sud construit selon les mêmes principes serait un peu plus court, il ne faudrait parcourir « que » 18 768 km pour rejoindre les capitales sud-américaines (sauf celles des Guyanes).

Figure 2 Tour du Brésil et de l’Amérique du Sud

Tour du Brésil

Photo 3 Panneau routier à la sortie de Santarém, en Amazonie

PA Santarem plaque de distances

Ayant ainsi exploré les distances à l’intérieur du Brésil et de son continent, j’ai eu envie de faire le même exercice pour les autres très grands pays du monde, ce que le logiciel permet puisqu’il couvre l’ensemble de la planète. J’ai donc essayé de calculer les plus longues distances possible à l’intérieur de ces pays, elles apparaissent sur le tableau 4 et la figure 3, dans le même ordre.

Tableau 4 Distances maximales à l’intérieur des grands pays

Distance Temps Pays
Chuí – Cruzeiro do Sul 5.141 69 Brésil
Bangor – San Diego 5.194 48 États-Unis
Cairn – Perth 5.256 57 Australie
Québec – Prince Rupert 5.309 55 Canada
Zhanjiang – Kashi 5.330 78 Chine
Pacaraima – João Pessoa[3] 5.585 81 Brésil
Chui – Pacaraima 5.819 80 Brésil
Sébastopol – Vladivostok 10.169 124 Russie
Mourmansk – Vladivostok 10.378 125 Russie

Des distances équivalentes à celles observées au Brésil se retrouvent Australie, au Canada, aux États-Unis ou en Chine, dépassant 5 000 km. Les records mondiaux sont toutefois atteints en Russie, le plus grand pays au monde (plus du double de la superficie du Brésil) et l’on arrive à y projeter des parcours de plus de 10 000 km, comme entre Sébastopol et Vladivostok ou entre Mourmansk et Vladivostok. Dans les deux cas il s’agit de ports militaires et ces distances sont probablement franchies par des convois de transferts de matériel entre un port et l’autre (même si ceux-ci se font plutôt par chemins de fer).

Figure 3 Les plus longs trajets possibles dans les plus grands pays au monde

Distance max grand pays portrait v2

Explorant davantage les possibilités de Google Maps je me suis ensuite demandé quelles étaient les plus grandes étapes que l’on pouvait programmer sur le logiciel en une seule traite, de point à point : les plus longues que j’ai obtenues figureraient sur le continent américain s’il n’y avait pas une coupure de la Panaméricaine entre le nord de la Colombie et le sud du Panama. Il n’a en effet jamais été possible d’y construire une route, à cause du terrain extrêmement accidenté et surtout des pluies très abondantes qui tombent dans cette région.

Tableau 5 Les plus longues distances possibles en une seule étape

Distance Temps
Ushuaia – Turbo 9.882 126
Yaviza – Anchorage 11.511 131
Paris- Vladivostok 12.018 139
Le Cap – Nordkapp 17.512 225

De ce fait les plus longues étapes se font soit en Amérique du Sud, soit en Amérique du Nord. D’Ushuaia, à la pointe de la Patagonie, à la dernière ville atteinte par la route au nord de la Colombie le trajet est près de 10 000 km, puis de la première ville au sud du Panama jusqu’en Alaska il est de 11 500 km, et si les deux trajets étaient réunis on aurait un parcours de 20 000 km, la moitié de la circonférence terrestre. Je n’ai pas fait figurer dans le tableau 5 les distances internes à la Russie déjà mentionnées, j’ai juste ajouté – pour le plaisir de rêver – un trajet Paris-Vladivostok de 12 000 km. Dans le même ordre d’idée on peut planifier, en ayant beaucoup de temps devant soi, un trajet entre le Cap Nord, au nord de la Norvège, et Le Cap, en Afrique du Sud, une bagatelle de 17 500 km.

Figure 4 Les plus longues distances d’une seule traite

Une etape

Je me suis enfin demandé si l’on pouvait à partir du logiciel planifier un tour du monde routier – ou du moins du Vieux Monde, puisque les Amériques sont ici hors-jeu –  en parcourant le plus grand nombre possible de kilomètres. À cette occasion j’ai remarqué une limitation de Google Maps, pour lequel certaines frontières ne peuvent pas être franchies, alors qu’en réalité l’examen de la carte montre qu’il existe bel et bien un passage (figure 4), il s’agit donc de blocages géopolitiques.

Figure 5 « Impossible de calculer l’itinéraire entre Lahore, Pakistan et Amritsar, Pendjab, Inde »

Lahore Amritsar

En partant de Vladivostok il est ainsi possible de programmer un voyage qui traverse toute l’Eurasie jusqu’au nord de la Norvège (mais sans aller jusqu’au Cap Nord pour éviter un aller-retour) et de là jusqu’au sud de l’Afrique, puis qui repart vers le nord jusqu’à Wadi Halfa, à la frontière nord du Soudan. Comme le passage entre le Soudan et l’Égypte n’est pas permis par le logiciel, le deuxième trajet repart d’Assouan, dans le sud de l’Égypte, et va sans encombre jusqu’au Pakistan, d’où – selon logiciel – il n’est pas possible de passer en Inde.

Tableau 6 Un tour du Monde par la route

Distance Temps
1- Vladivostok Wadi Halfa 36.269 454
2 – Assouan Lahore 6.940 85
3 – Amritsar Hanoi 10.685 172
4 – Nanning Yanbian 4.850 61
Total 58.744 772

Figure 6 Un tour du Vieux Monde par la route

Tour du Monde

Le troisième trajet repart donc d’Amritsar, juste au-delà de la frontière indienne et se poursuit jusqu’à Hanoi, où il s’arrête, puisque la Chine semble avoir fermé ses frontières terrestres, et il faut donc ajouter un trajet purement chinois, entre Nanning et Yanbian, pour atteindre la frontière avec la Russie, d’où l’on pourrait boucler le trajet en revenant à Vladivostok. Au total le parcours représente 58 744 km toujours, d’après Google Maps, sans compter les (petits) raccords[4] qui serait nécessaires.

Sa durée théorique de 772 heures représenterait donc un peu plus de 30 jours, bien moins que les 80 jours qu’il avait fallu à Phileas Fogg pour faire le tour du monde mais cela supposerait des automobilistes héroïques, roulant jour et nuit sur des routes pas toujours faciles, sans compter les franchissements de frontières et autres aventures qui ne manqueraient pas de se produire sur un aussi long trajet. Mais ces petites contingences – qui font une bonne part de la saveur des vrais voyages – ne concernent pas  qui fait, comme Xavier de Maistre[5], un « voyage autour de [sa] chambre », ou en l’occurrence autour de son écran.

[1] https://braises.hypotheses.org/664

[2] En empruntant la Transamazonienne puisque le logiciel le juge possible, alors qu’elle est en fait difficilement utilisable dans sa partie occidentale, au-delà d’Altamira, uniquement en 4×4 en saison sèche.

[3] On pourrait afficher 6 711 km entre Paracaraima et João Pessoa si Google Maps n’offrait pas la possibilité de passer par la Transamazonienne, et qu’il faille donc passer plus au sud.

[4] Environ 30 km entre Wadi Halfa et Assouan, 48 km entre Lahore et Amritsar, 330 km entre Yanbian et Vladivostok.

[5] Voyage autour de ma chambre (1794), réédition Mille et une Nuits, Paris, 2002. Il écrivit ce livre au cours des quarante-deux jours d’arrêts qui lui furent infligés pour s’être livré à un duel contre un officier piémontais

Défilé du 7 septembre à Brasília

La fête nationale est, au Brésil comme en France, l’occasion d’un défilé militaire sur l’une des artères majeures de la ville, en l’occurrence l’Axe Monumental de Brasília, où se situent tous les monuments officiels de la ville, de la Place des Trois pouvoirs jusqu’à la Bibliothèque nationale, en passant par l’esplanade des ministères et la cathédrale.

La Présidente Dima Rousseff a cette année encore ouvert le défilé dans la Rolls Royce 1953 qui est la voiture officielle des Présidents depuis Getúlio Vargas.

Brasília - DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR
Brasília – DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR

Foto: Ichiro Guerra/PR – http://www2.planalto.gov.br/centrais-de-conteudos/imagens/desfile-civico-militar-de-7-de-setembro-em-comemoracao-ao-dia-da-independencia

Une des attractions récurrentes du défilé, très attendu par les spectateurs, est le passage des Dragons de l’Indépendance, dont le nom officiel est 1º Regimento de Cavalaria de Guardas, l’équivalent de la Garde Républicaine française.

datas-comemorativas-2015

http://www.vidadeturista.com/wp-content/uploads/2015/01/datas-comemorativas-2015.jpg

Comme ailleurs un autre moment fort est le passage des blindés, ici vus devant la cathédrale ce qui, sans aller à évoquer « le sabre et le goupillon » associe du moins des symboles forts des pouvoirs militaire et spirituel.
Chars + avions

© Hervé Théry 2015

Le défilé de 2015 a attirés des milliers de badauds, dont beaucoup s’accumulaient dans les rares zones librement accessibles du bout de l’esplanade, comme ici devant le Musée National de Brasília.
Foule

© Hervé Théry 2015

L’affluence y était d’autant plus grande que les espaces accessibles aux non-VIP sur l’esplanade étaient peu nombreux et qu’il fallait faire une longue queue pour y accéder, une fois le défilé commencé, en espérant occuper la place de ceux qui partiraient avant la fin.
Fila 1

© Hervé Théry 2015

Beaucoup de spectateurs n’ont donc vu du défilé que les barrières érigées pour protéger les tribunes d’une invasion par le vulgum pecus des citoyens ordinaires.

Tapumes 1

© Hervé Théry 2015

Certains ont bien tenté de forcer le passage entre les plaques métalliques, ici devant la caméra du réseau de télévision SBT, mais la police militaire mettait toujours rapidement fin à ces tentatives.

Invasao

© Hervé Théry 2015

Les réticences des autorités à laisser les citoyens accéder librement au défilé venaient de ce qu’elles craignaient des manifestations hostiles à la Présidente ou à son prédécesseur et mentor, Luís Inácio « Lula » da Silva, comme celles qui apparaissent sur la photo ci-dessous. Ils y sont représentés par des mannequins gonflables géants, la première avec un long nez à la Pinocchio, parce qu’elle est accusée d’avoir beaucoup menti pour obtenir sa réélection en 2014, l’autre en uniforme de prisonnier en raison des accusations de corruption portées contre lui dans divers scandales.

Bonecos

https://www.youtube.com/watch?v=e4XbC0cJPdQ, http://msalx.veja.abril.com.br/2015/08/16/1735/pe6Cx/alx_manifestacao_contra_gov_09_original.jpeg?1439757346

Malgré tout le défilé est un moment d’exaltation nationale, notamment au passage de l’Esquadrilha da Fumaça (littéralement l' »Escadrille de la fumée », officiellement « Esquadrão de Demonstração Aérea – EDA »), l’équivalent de la Patrouille de France. On notera tout de même – sans chauvinisme aucun – que cette dernière, elle, parvient à dessiner le drapeau national dans le ciel de Paris le 14 juillet…

Brasília - DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
Brasília – DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013.     REUTERS/Charles Platiau  (FRANCE - Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) - RTX11MJ5
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE – Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) – RTX11MJ5

https://en.wikipedia.org/wiki/Smoke_Squadron et http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-festivites-ensoleillees-du-14-Juillet-521677