À propos

Braises vise à rendre compte par le texte et par l’image des transformations que vit, jour après jour, un grand pays émergent, le Brésil. Grâce aux données précises et accessibles qui y sont constamment publiées (gratuitement, la plupart du temps), on peut produire rapidement des cartes qui cadrent les tendances generales, demographiques, politiques, économiques, etc. Un éclairage complémentaire vient d’images produites au cours de séjours de recherche sur le terrain (en Amazonie notamment), ou au fil des la vie dans la plus grande ville du pays, son coeur économique, São Paulo. La la veille sur les publications brésiliennes et la fréquentation assidue des habitants de ce pays en plein changement permettent en outre de tenter de faire comprendre comment ces dynamiques sont vécues, la culture brésilienne étant juste assez différente de la nôtre pour être fascinante, tout en restant accessible à un observateur européen.

______________

Braises intendes to follow, using both texts and images, the transformations of a large developing country, Brazil. Accurate and accessible data are constantly published (for free, most of the time), they make possible to produce maps of general trends, demographic, political, economic, etc.. Another approach is the production of images during research trips in the field (including Amazon), or in the largest city of the country, its economic heart, São Paulo. Finally, by reading Brazilian publications and frequentating daily its inhabitants, one can try to understand how these dynamics are experienced, Brazilian culture being just different enough from ours to be fascinating, while remaining accessible to a european observer.

7 réflexions sur « À propos »

  1. M. THERY votre affirmation sur le plateau de l’émission 28 minutes du 27/08/2019 : “… le SOJA, on ne peut pas le cultiver en France, c’est un produit tropical…” m’a interpelée . J’habite en Bourgogne et observe que les surfaces cultivées en soja sont en constante augmentation depuis bien des années déjà. 154 000 ha en 2018 en France pour 400 000 tonnes produites. Quelques minutes avant que vous disiez cela, la journaliste Nadia DAAM avait pourtant fait état de cette culture hexagonale. Le soja est arrivé en France autour de 1740, premier pays occidental à en expérimenter la culture….

    Réponse: Je vous prie de m’excuser, je dois avouer humblement que je ne savais pas que la production était maintenant aussi importante : vivant depuis quinze ans au Brésil je connais maintenant ce pays mieux que la France… J’aurais dû être prudent, quand j’étais petit on disait que le maïs ne pouvait être cultivé que dans le Sud-Ouest et il y en maintenant dans tout le pays.
    Cela reste malgré tout limité, dans un billet de ce blog je décris une fazenda qui à elle seule cultive 250 000 ha de soja, soit plus que toute la production française que vous citez (154 000 ha).

    1. Merci pour vos précisions.
      J’ai également vu arriver le “turky”, ou “troky” (le maïs) en Bourgogne vers la fin des années 60…
      Votre blog est fort riche et moi, un bien modeste promeneur, curieux comme un vieil instituteur… Pourriez-vous afficher le lien vers le billet que vous évoquez décrivant cette fazenda ?
      Merci d’avance !

      Réponse: Bien volontiers, c’est le billet “Un géant de l’agro-business dans le Mato Grosso”, du 24/2/2014, URL https://braises.hypotheses.org/359 . La liste des billets est en haut et a droite de l’écran.

  2. Bonjour, j’ai lu avec grand intérêt vos textes.

    Bien que le nouveau forum que je viens de mettre en place (https://forum-bresil.com/) soit plutôt destiné aux visiteurs occasionnels du Brésil, mon souhait est de publier aussi des articles de fond sur le Brésil.

    Félicitations pour vos travaux, c’est passionnant.

  3. Bonjour, j’ai parcouru votre document sur l’agriculture et l’élevage ; j’avoue que cela ma donne encor plus d’ espoir pour réalisé mon rêve. en effet je viens de mettre en place une structure qui a les même ambition que la votre, j’ai de la terre disponible et je cherche un partenaire afin qu’on puisse travailler ensemble. mon pays la cote d’ivoire a un climat et une terre très fertile.
    veiller recevoir les salutation les plus distingue.

  4. Bonjour,

    Je viens de parcourir votre carnet, et notamment de lire l’article sur les prénoms antiques. Votre approche m’a beaucoup intéressé et le dossier est passionnant. Si vous avez des données pour une autre pays hispanophone, qui n’auraient pas leur place sur votre carnet dédié au Brésil, le carnet Antiquipop (https://antiquipop.hypotheses.org/), qui aborde la présence de l’Antiquité dans la société contemporaine, serait ravi d’accueillir votre contribution.

    Bien à vous.

    Fabien BP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.