Un musée du futebol et de son contexte

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associé à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales : malgré sa déception de la Coupe du Monde de 2014, scellée par l’humiliante défaite 7-1 en demi-finale face à l’Allemagne, le pays reste celui qui a le plus souvent remporté cette Coupe, cinq fois, comme le rappellent les cinq étoiles brodées sur le maillot de la Seleção. Une visite au Museu do futebol, à São Paulo, permet de cerner les rapports entre ce sport et sa place, réelle et imaginaire, dans la société brésilienne.

Le musée est situé sous les gradins du stade municipal, dont le nom officiel est Paulo Machado de Carvalho, mais qui est plus connu sous le nom de Pacaembu, celui du quartier. Construit en 1940 dans un style que l’on peut qualifier de mussolinien – le Président de la République de l’époque, Getúlio Vargas, ne cachait pas ses sympathies pour le régime fasciste – le stade n’appartient à aucune équipe et a même des difficultés à assurer sa programmation depuis que celle qui l’utilisait le plus souvent, le Corinthians, a pu se faire construire son propre stade à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 2014.

Figure n° 1 Localisation du musée

Localisation

Source: Google maps

De ce fait c’est un lieu bien choisi pour ouvrir un musée consacré au football, sans prendre parti pour une équipe ou une autre, et l’on trouve en vente dans sa boutique et sur le vaste parking voisin (figure 2) des maillots et des drapeaux des principaux clubs du pays et même de clubs étrangers, dont le PSG.

Figure n° 2 Le stade Pacaembu

1bis - Pacaembu 2

© Hervé Théry 2015

L’entrée du musée (figure 3) laisse clairement voir la structure des gradins sous lesquels il est abrité, elle est tapissée d’images (affiches, fanions, publicités, etc.) à la gloire des clubs, des joueurs ou du football en général.

Figure n° 3 Sous les gradins, le musée

2 - Sous les gradins 3

© Hervé Théry 2015

Une première salle (figure 4) est consacrée aux origines et à l’histoire lointaine du futebol – comme le sport est appelé au Brésil – les photographies en noir et blanc ou aux tons sépia étant encadrées à l’ancienne, dans des cadres dorés, pour bien souligner qu’il est ici question d’histoire ancienne, remontant au début du XXe siècle, ce qui pour ce pays est quasiment la préhistoire.

Une place particulière est faite à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1994 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle du Hampshire d’où il revenait.

Figure n° 4 Les origines

3ter - Origines

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

D’autres salles sont consacrées aux grands joueurs (dont Pelé et Garrincha), salle curieusement dites des « anges baroques », aux plus beaux buts (commentés par des professionnels ou des personnalités connues), aux retransmissions à la radio qui faisaient vibrer le pays avant la télévision, aux plus beaux délires des finales (sur écrans géants et fond sonore assourdissant). Une autre (figure 5) est consacrée – façon Guinness Book of Records – aux chiffres extrêmes du sport, du public le plus nombreux ayant assisté à un match (plus de 180 000 personnes, au Maracanã) au moins nombreux (55 personnes) en passant par les 1 282 buts marqués par Pelé au cours de sa carrière.

Figure n° 5 Les records

7bis- Records

© Hervé Théry 2015

La salle des Coupes du Monde rassemble sur des totems lumineux (figure 6) des images de toutes ces grand-messes du football mondial, en les associant très pédagogiquement à leur contexte politique, économique et culturel. Curieusement celle de 2014 est encore inachevée, bien qu’y figure déjà la photo de la Mannschaft allemande, qui a laissé au Brésil un souvenir amer, tempéré par le fait qu’elle a terrassé en finale l’archi-rival argentin, lui évitant ainsi le complet désastre.

Figure n° 6 Les Coupes du Monde

4 - 1998

© Hervé Théry 2015

Parmi les documents rassemblés sur ces supports se détachent des slogans et des manchettes de journaux (figure 7) qui sont restés dans les mémoires, depuis l’appel aux armes des habitants de São Paulo lors de la tentative de sécession de 1932, jusqu’au slogan du temps de la dictature militaire (1964-1985) « Brasil, ame-o ou deixe-o » (Brésil, aimez-le ou quittez-le), calqué sur son équivalent aux États-Unis, « America love it or leave it ». En regard de ces excès les manchettes sur les résultats du futebol paraissent anodines, comme le « Carnaval en juin » qui salua la troisième Coupe du Monde, même avec l’emphase d’un « le monde s’incline devant le plus grand football de l’Univers »…

Figure n° 7 Slogans

5bis - Slogans

© Hervé Théry 2015

Les images choisies pour retracer le contexte sont particulièrement bien choisies, la figure 8 en retient la construction de la Transamazonienne, autre grand orgueil du régime militaire, les débuts de la carrière syndicale de Lula, futur président de la République, le retour de la démocratie en 1985 et l’impeachment du président Collor en 1992, qui donna lieu à des célébrations dignes d’une victoire en finale.

Figure n° 8 Contextes

6bis - Contexte

© Hervé Théry 2015

Une des salles est toutefois bien différente, elle est présentée sur place et sur le site du musée[1] de la façon suivante: « La fatidique défaite de l’équipe du Brésil face à l’Uruguay, en finale de la Coupe du Monde 1950 au Maracana, est présenté à l’exposition comme un rite de passage ».

De fait la salle est un passage obligé pour pousuivre la visite. On y accède en soulevant un lourd rideau noir, pour se trouver dans l’obscurité (figure 9) face à un écran ou tourne en boucle un film en noir et blanc de ce match vieux de 65 ans, que le Brésil se voyait gagner pour inaugurer dignement le Maracanã, le plus grand stade au monde, et qu’il perdit 2-1.

Le site du musée décrit ainsi l’intention et la « couleur » de la salle: « Dans cette salle, nous sommes confrontés à l’un des moments les plus tragiques et silencieux qui ont eu lieu dans le pays au cours des dernières décennies. Une préparation acoustique de haute technologie crée un climat pénible, qui fait que le visiteur entend le battement d’un cœur lourd … ».

Figure n° 9 Tristesse

8bis - Tristesse 2

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

Á en juger par cette salle, et par les autres salles de ce remarquable musée, on ne peut qu’être d’accord avec l’écrivain José Lins Rego et sa phrase citée en bonne place sur une de ses plaques, « La connaissance du Brésil passe par le futebol ».

© Hervé Théry 2015

Références

Site du musée: http://museudofutebol.org.br/

Bertrand Piraudeau, Le football brésilien, regards anthropologiques, géographiques et sociologiques, L’Harmattan, 2014

Hervé Théry, « Futebol et hiérarchies urbaines au Brésil », M@ppemonde n° 81 (1-2006), http://mappemonde.mgm.fr/num9/articles/art06103.html

[1] http://museudofutebol.org.br/exposicao/longa-duracao/10-sala-10/



Citer ce billet
Braises (2015, 6 août). Un musée du futebol et de son contexte. Braises. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4nu