L’Amazonie, « forêt urbanisée »

Selon la géographe brésilienne Bertha Becker l’Amazonie est une « forêt urbanisée », une formule paradoxale qu’elle avait inventée pour indiquer que cette région, encore occupée en majeure partie par la plus grande forêt tropicale au monde, est aussi une région comptant un grand nombre de villes, de toutes tailles, anciennes ou toute récentes, qui se partagent l’essentiel de l’activité économique régionale, et la majorité de sa population. L’attention de l’opinion publique et des medias se focalise généralement sur le défrichement des forêts, les sort des indiens ou celui des populations rurales traditionnelles, mais il est bon de rappeler que la plupart des 20 millions d’habitants de l’Amazonie brésilienne vivent en effet aujourd’hui en ville, et méritent que l’on s’y intéresse.

Le graphique et la carte n° 1 montrent la croissance urbaine accélérée de de la population urbaine, en Amazonie comme dans tout le pays. Le Brésil devenu est un pays de citadins : alors que deux Brésiliens sur trois vivaient à la campagne il y a quarante ans, les trois quarts vivent désormais en ville. Le point d’inflexion se situe dans les années 1960, la courbe de la population urbaine, qui avait commencé à croître rapidement dans la décennie précédente du fait de la croissance naturelle des citadins et de l’exode rural, croisa alors celle de la population rurale. Dans quatre des cinq grandes régions la prédominance de la population urbaine est aujourd’hui bien nette, et même dans le Norte amazonien le nombre des citadins l’emporte sur celui des ruraux. Le croisement des courbes s’est produit selon les régions à des dates différentes : alors que dans le Sudeste il remonte aux années 1950, dans le Sul et le Centro-Oeste il a fallu attendre les années 60, dans le Nordeste les années 80 et dans le Norte il ne date que des années 1990.

Figure 1 Population urbaine et population rurale

População urbana e rural

 

Photo 1 Belém, approche de l’aéroport

PA Belem vu d'avion 2

©Hervé Théry

Photo 2 Belém, le centre

PA Belem peninsule 1

©Hervé Théry

Photo 3 Skyline de Belém

PA Belem crépuscule

©Hervé Théry

L ‘Amazonie brésilienne compte deux villes de plus d’un million d’habitants, Manaus et Belém. La première a connu une croissance spectaculaire depuis la création de la Zone Franche qui a permis d’y créer des industries d’assemblage (électro-ménager, électronique, motos) dont les produits entrent ensuite sans taxe d’importation dans tout le pays. Toutes les capitales des États fédérés ont elles aussi beaucoup grandi, et nombre de villes nouvelles sont apparues au long des routes transamazoniennes construites dans les années 1970. Une carte en secteurs de cercles (figure n° 2) montre leur progression – notamment celle de Manaus – et une carte en anamorphose  (figure n° 3) leur poids dans la population totale.

Figure n° 2 Population urbaine de 1970 à  2010

Popurbaine 1970-2010 portions

Figure n° 3 Population urbaine en 1980 et 2010

Popurbaine 1980 et 2010 anamorf

Le taux d’urbanisation (figure n° 4, proportion des citadins dans la population totale) est donc désormais élevé dans une grande partie de la région, mais plus nettement sur ses marges méridionales, où progresse le complexe soja-maïs-coton.

Figure n° 4 Taux d’urbanisation

Ur et tx urb 2010 voisins 2_v3

La croissance urbaine est donc causée autant par développement de l’agrobusiness – les propriétaires de ses exploitations géantes vivant pour la plupart en ville –  que par celui de l’industrie, celle-ci étant surtout responsable de la croissance de quelques communes dotées de ressources minières ou pétrolières, et de Manaus, où la modernisation liée à la zone franche a presque fait disparaître les témoins du l’âge d’or du boom du caoutchouc, y compris l’Opéra qui en est le symbole.

Figure n° 5 Spécialisations économique

Triangle pct PIB

Photo 4 Manaus, aéroport et zones industrielles au bord de l’Amazone

AM Manaus aeroport  et rencontre des eaux 1

©Hervé Théry

Photo 5 Maisons anciennes et immeubles récents à Manaus

AM Manaus maison Belle epoque

©Hervé Théry

Photo 6 Manaus, l’opéra cerné par les immeubles récents

AM Manaus l'Opera cerné 1

©Hervé Théry

 

Photo 7 Manaus, la Zone Franche

AM Manaus residences, usines et rencontre des eaux

©Hervé Théry

Photo 8 Manaus, quartiers périphériques

AM Manaus banlieues 2

©Hervé Théry

D’autres capitales des États fédérés ont grandi vite et parfois anarchiquement sous l’effet de facteurs extérieurs, comme la construction de barrages à Porto Velho ou même sont nés avec eux, comme Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, fondée en 1989 et qui est passée de 0 à 228 332 habitants de cette date au recensement de 2010 de l’IBGE et à 265 000 en 2014 selon l’estimation du même organisme. Et le programme Minha casa minha vida, qui a déjà lancé la construction de 3 millions de logements et prévoit d’en construire au total 4 millions, a aussi beaucoup contribué au développement de nouveaux quartiers dans bien des villes, mêmes moyennes.

Photo 9 Porto Velho, le Madeira et le chantier du barrage de Santo Antônio

RO Porto Velho centre

©Hervé Théry

Photo 10 Palmas, capitale de l’État du Tocantins

TO_PALMAS

©Hervé Théry

Photo 11 QuartierMinha casa minha vida à Parauapebas

PA Parauapebas Minha casa minha vida 1

©Hervé Théry

Toutes ces villes se partagent donc l’essentiel de la population et de la richesse de la région, chacune dans sa propre aire d’influence. La carte qui les délimite (figure n° 3) est fondée sur un algorithme qui suppose que l’attraction d’une ville, tout comme celle d’une planète, est fonction de sa masse et inversement proportionnelle à la distance qui la sépare du lieu considéré. Elle montre bien l’opposition entre les aires ou se sont développé de nombreuses villes pionnières, au long des routes, au sud et à l’est de la région, et l’Amazonas ou tout le poids urbain se concentre à Manaus, dont l’aire d’influence s’étend sans limites vers le nord-ouest. Il subsiste encore des zones peu polarisées par les villes, au nord du Mato Grosso et dans le sud du Pará, là où se situent de grandes réserves indiennes, comme le Parc du Xingu.

Figure n° 6 Aires d’influence des villes

Aires d'influence

 



Citer ce billet
Braises (2015, 18 mai). L’Amazonie, « forêt urbanisée ». Braises. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4nt