Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café

Le Viaduto do Chá (« viaduc du thé ») franchit la vallée de l’Anhangabaú[1], dans le centre de São Paulo. C’est une des icônes de la ville, il sert souvent de toile de fond à des interviews ou des « micros-trottoirs » de télévision et c’est un décor fréquent pour les films et telenovelas situés dans le centre de São Paulo. Du fait de cette célébrité il apparaît souvent sur des images, depuis le début de sa longue histoire, et en les observant on voit se dérouler une partie des transformations de la ville, évolution de l’architecture, des moyens de transport et du costume des passants.

Situé aujourd’hui en plein cœur de la ville, ce viaduc a été une des premières étapes de l’expansion de la ville, lorsqu’elle commença à sortir de son centre historique (autour du collège des Jésuites, fondé en 1554) pour entamer la croissance qui la fit passer de 31.385 habitants en 1872 à près de douze millions en 2014, selon L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique).

Figure n° 1 Situation et aspect actuel du Viaduto do Chá

Situation et imageSource: Google Maps et Google Earth

Avant la construction du viaduc, pour aller du centre au quartier où se situe aujourd’hui le théâtre municipal, il fallait descendre une pente raide vers la vallée de l’Anhangabaú, traverser le pont de Lorena et escalader la pente opposée par la bien nommée Ladeira do Paredão (côte de la falaise), actuelle  Rua Xavier de Toledo.

On traversait alors le Morro do Chá (colline du thé), ainsi nommée parce qu’elle était occupée par la chácara (exploitation agricole) du même nom, propriété du Baron de Tatuí, qui y faisait cultiver des légumes et du thé, et dont le viaduc prit le nom.

L’initiative de sa construction revient à un immigrant français, Jules Martin (Montiers 1832-São Paulo 1906), peintre, enseignant, architecte, lithographe et entrepreneur. Selon l’Encyclopédie Itaú des arts visuel[2]:

« Malgré sa formation artistique, Jules Martin ne s’affirmera pas en tant que peintre, mais en tant qu’entrepreneur polyvalent. Sa carrière depuis son arrivée à São Paulo, est jalonnée par d’ambitieux projets éditoriaux et urbains. Parmi ses projets éditoriaux, Martin s’illustre pour avoir imprimé les premières cartes détaillées de São Paulo – en grands formats ou formats de poche – et de villes voisines en pleine expansion économique, telle Santos ».

Jules Martin était en effet déjà connu par la carte de l’État de São Paulo[3] dont il avait publié une lithographie en 1877 (Cavenaghi 2006), quand l’idée lui vint de construire un pont reliant le centre-ville aux nouveaux quartiers qui naissaient alors de l’autre côté de la vallée de l’Anhangabaú, pour joindre la Rua Direita à la Rua Barão de Itapetininga, en traversant la chacara do Chá. Celle-ci était alors en cours de lotissement, cela apparaît sur le plan de 1881 de la figure n°2, où les rues du nouveau quartier sont esquissées, elles ne commencent à être tracées et occupées que sur celui de 1895.

Ce ne fut pas une entreprise facile. Recueillir les fonds nécessaires, convaincre les autorités municipales, avoir gain de cause pour l’expropriation de maisons appartenant à des personnalités influentes, la bataille dura15 ans.

Figure n° 2 Localisation du viaduc sur les plans de la ville de 1810 à nos jours

1810 a nos jours-p

Les travaux ont commencé en 1888, mais furent arrêtés un mois plus tard, en raison de la résistance du baron de Tatuí, qui avait été exproprié mais refusait de déménager, jusqu’au jour où la population attaqua à coups de pioches l’un de ses murs de son manoir. La construction du viaduc ne fut reprise qu’en 1889, par la « Companhia Paulista do Viaducto do Chá », qui édifia sur une structure en acier, importée d’Allemagne, un viaduc de 240 mètres de longueur, dont 180 de structure métallique, et de 14 mètres de large, qui fut inauguré le 6 novembre 1892.

Photo 1 Inauguration du Viaduto do Chá, 6 novembre 1892

1890 Inauguração do Viaduto do Chá

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Photo 2 La structure métallique du viaduc

1892 Viaduto Chá

http://martiusstaden.org.br/js/ckfinder/userfiles/images/Viaduto%20Ch%C3%A1.jpg, Acervo do Instituto Martius-Staden.

Dès lors, le viaduc permit de franchir commodément la vallée de l’Anhangabaú, à pied ou en utilisant les tramways hippomobiles desservant les nouveaux quartiers. Les véhicules à traction animale y passaient sans problèmes, sauf ceux à axe fixe (comme les chars à bœufs), qui étaient interdits.

La photo 3 montre, à droite, le terrain où serait construit plus tard le Teatro Municipal et, tout au fond, l’École Normale où – a beaucoup plus tard – commença à fonctionner l’Universidade de São Paulo (USP) et où enseigna donc Pierre Monbeig.

Photo 3 Le viaduc sur la vallée de l’Anhangabaú

São Paulo de Piratininga

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Le viaduc avait des portails et guérites de bois à ses extrémités (photo 4). La Companhia Ferrocarril y percevait trois vinténs[4] de ceux qui voulaient traverser. Mais le conseil municipal demanda bientôt la suppression du péage qu’il considérait comme « une véritable honte pour toute la population et les progrès de São Paulo ». Le viaduc fut alors racheté par la Ville et son franchissement devint gratuit.

Photo 4 Les portails et guérites de péage à l’entrée du viaduc

1895-Viaduto do Cha

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Vers 1900 le photographe Guilherme Gaensly prend une photo du viaduc et de la vallée, où l’on voit bien qu’elle est encore occupée par des exploitations agricole de maraîchage, dont celle du Baron de Itapetininga.

Photo 5 Le viaduc et la vallée vers 1900

1900-viaduto-do-cha-p

http://brasildelonge.files.wordpress.com/2013/01/viaduto-do-chc3a1-0.jpg

Quelques années plus tard, le viaduc a dû être reconstruit pour être renforcé et élargi quand les tramways électriques ont commencé à y circuler.

Photo 6 Travaux de renforcement et d’élargissement en 1902

1902-Viaduto do Cha 1902-01

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

En 1910, la vallée de l’Anhangabaú, sous le viaduc, fut aménagée en parc, le Parque Anhangabaú, bordé sur les deux flancs de la vallée par des bâtiments d’architecture européenne, dont la Mairie (à gauche de la photo 7), le palais Prates, siège de l’Automobile Club  (à droite) et l’Edifício Sampaio Moreira (au centre).

Claude Lévi-Strauss mentionne cette transformation dans Tristes Tropiques (Lévi-Strauss 1955) : « On débouche au bord du ravin de l’Anhangabahu (sic, orthographe de l’époque), franchi par un pont qui est une des principales artères de la ville. Le bas-fond est occupé par un parc dans le goût anglais : pelouses ornées de statues et de kiosques, tandis qu’à l’aplomb des deux talus s’élèvent les principaux édifices : le théâtre municipal, l’hôtel Esplanada, l’Automobile Club, les bureaux de la compagnie canadienne qui assure l’éclairage et les transports ».

Photo 7 Le Parque Anhangabaú en 1910

1910 Parque Anhangabaú 2

http://imageshack.com/f/62anhangabaupostal4small3huj

Les premières photos en couleurs (ou colorisées à la main) montrent la circulation tranquille de l´époque (contemporaine de la Belle Époque française), où le viaduc servait notamment à se rendre au Théâtre Municipal, inspiré du palais Garnier, inauguré en 1911.

Photo 8 Cartes postales en couleurs

Cartes en couleurs

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette image de 1919 São Paulo paraît être une ville européenne, juste après le conflit qui amorce le déclin – pour ne pas dire le suicide – de l’Europe, et les premières automobiles se mêlent aux tramways électriques.

Photo 9 Urbanisme européen et premières automobiles

1919 Viaduto do Chá 1919-08888SS77

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

Sur cette carte postale des années 1920 le viaduc est bordé sur la gauche de l’image, par un palais qui fut longtemps le siège du Grand Hôtel de la Rôtisserie Sportsman, un haut-lieu de la gastronomie, puis dans sa phase finale, le siège du journal A Noite. Sur la droite, le Théâtre São José, plus tard démoli pour faire place à l’immeuble Alexander Mackenzie, siège de la Light and Power Company, concessionnaire de l’éclairage et des transports de la ville.

Photo 10 Années 1920

1920-antigo-viaduto-do-cha-hotel-sportsman-e-teatro

http://sampahistorica.wordpress.com/category/viaduto-do-cha-e-vale-do-anhangabau/page/4/

À la fin des années 1920 les voitures automobiles se font plus nombreuses et les marques mentionnées par les publicités murales indiquent une américanisation de l’économie et de la société pauliste.

Photo 11 Fin des années 1920, voitures américaines

1925 viaduto do Cha sao_paulo

http://cafeguinacultural.blogspot.com.br/2010/11/viaduto-do-cha-da-historia-antiga-aos_20.htm

Avec l’explosion démographique de la ville (de 579 033 habitants à 1 326 261 en 1940), le viaduc de métal allemand à plancher de bois ne pouvait plus supporter le grand nombre de personnes et de véhicules motorisés qui passaient par là tous les jours et commencé à sembler étroit, insuffisant. Un nouveau projet fut dessiné par Elisário Bahiana, mais comme le demande plaisamment José Horta Manzano (Manzano 2013), « Que faire entre la démolition du premier viaduc et la construction du second ? Comment les tramways, les voitures et les piétons pourraient-ils passer d’un côté à l’autre ? La solution était simple : d’abord, construire le nouveau viaduc et alors seulement démolir le vieux. Et ainsi fut fait ».

Le nouveau viaduc n’occupe donc pas exactement la place de l’ancien. La photo 12, de 1938 et créditée à J. Duarte Benedicto, montre la coexistence des deux ponts, le nouveau déjà prêt et l’ancien encore debout, pratiquement collés l’uns à l’autre, celui de gauche étant le nouveau, plus large. Au premier plan, à droite, le bâtiment de la Light, aujourd’hui transformé en centre commercial. Toujours à droite, plus au fond, l’Edifício Matarazzo[5] en construction, l’un des rares témoignages de l’architecture mussolinienne existant dans la ville. Après la débâcle de l’empire Matarazzo, le bâtiment a servi de siège à la Banque d’État Banespa et abrite actuellement la Mairie. En bas à gauche, le palais Prates, à l’angle de la Praça do Patriarca et de la rue Libero Badaró, démoli dans les années 60 pour faire place à une tour de verre qui a gardé le nom de l’ancien propriétaire, l’Edifício Conde de Prates.

Raimundo Menezes raconte la fin de l’ancien viaduc : « Le jour où l’on a commencé à démolir la relique – le lundi 18 avril, 1938 – il n’y a pas eu de cérémonie… Seuls quelques paulistanos[6], amoureux du passé, se sont arrêtés un peu pour observer les travailleurs au travail, pioches à la main, détruisant le pont historique, témoin muet d’un passé pas trop lointain ». Cette fois, le lit du pont serait deux fois plus large et assis sur un élégant arc, de béton, soutenu par deux grands piliers.

Photo 12 L’ancien et le nouveau viaduc côte à côte (à gauche) et le nouveau seul (à droite)

1938 et 1940

http://brasildelonge.com/2013/01/ et http://www.aprenda450anos.com.br/450anos/vila_metropole/2-3_viaduto_cha.asp, Crédit Hildegard Rosenthal

 Au début des années 1940, la fonction du Parque Anhangabaú a radicalement changé après la mise en œuvre d’un projet conçu par le maire Prestes Maia, dont le principal objectif était de rationaliser le transport sur roues (bus et voitures). On construisit alors trois avenues qui traversent la ville : Anhangabaú, 9 de Julho et Itororó et dans le fond de la vallée les parkings occupèrent la place où jadis poussaient des légumes et ou naguère se promenaient les élégantes (à gauche de l’image de 1945 la tour Matarazzo terminée).

Photo 13 Viaduto do Chá en 1945

1945-viaduto-do-chc3a1-iia

http://brasildelonge.com/2013/01/

Sur l’image aérienne de 1947 le palais Prates est toujours là (il a été démoli au d´but des années 1950) l’Edifício Matarazzo (à gauche) qui dépassait déjà sensiblement l’immeuble de la Light (à droite) n’est plus la plus haute, une série de gratte-ciel apparaissent à l’arrière-plan.

Photo 14 Vallée l’Anhangabaú (désormais souterrain) en 1947

1947-palacetes-prates-ed-matarazzo-light-dmitri-kessel

http://sampahistorica.files.wordpress.com/2013/09/1947-vista-do-vale-do-anhangabac3ba-palacetes-prates-ed-matarazzo-viaduto-do-chc3a1-e-light-dmitri-kessel.jpg

Comme le montre la photo de 1950, les environs du viaduc ont pris une allure de City, de centre des affaires, avant que beaucoup de sièges d’entreprises ne partent vers l’Avenida Paulista. C’est là que, tout au long des années 1960 et 1970, en fonction de la nouvelle législation sur l’occupation de sols et d’une intense spéculation immobilière, ont commencé à être construits des immeubles de bureaux de 30 étages en moyenne qui ont pris la place des palais des barons du café.

Photo 15 Le Viaduto do Chá et le bâtiment de la Light en 1950

1950 Viaduto do Chá 1950-02

http://antigoviadutodocha.blogspot.com.br/2013/04/blog-post.html

À la fin des années 1960 l’Edifício Matarazzo n’est plus la propriété du groupe que pour peu de temps (il  a été vendu en 1972) et l’Edifício Conde de Prates a pris la place du palais Prates sur le bord de l’Anhangabaú. Il ne reste de la belle époque que son jumeau, là aussi pour peu de temps puisqu’il fut démoli en 1969 et remplacé par l’Edifício Grande São Paulo, un building à façade de verre.

Photo 16 La vallée de l’Anhangabaú à la fin des années 1960

1970-vale-do-anhangabau

https://sampahistorica.wordpress.com/tag/conde-prates/

Plus tard, en 1991, une bretelle routière a été construite dans le Parque Anhangabaú (ou plutôt de ce qu’il en restait), pour relier les Avenues 9 de Julho e 23 de Maio, et un tunnel permet désormais le passage des véhicules dans le fond de la vallée, ce qui a permis de reconstituer des jardins sur la dalle qui le couvre. La vallée est donc redevenue un espace piétonnier, haut-lieu des manifestations et c’est là qu’ont été installés des écrans géants pour les fanatiques de futebol qui n’ont pu s’offrir de billets pour assister dans les stades aux matchs de la Coupe du Monde de 2014.

Photo 17 Bretelle routière et tunnel sous le viaduto do Chá

Street view 1

Street view Google Maps

Sur cette photographie de 2007, l’immeuble de la Light, devenu un centre commercial, est un peu en retrait par rapport au viaduc, l’espace qui l’en sépare est celui qu’occupait l’ancien viaduc. À gauche l’Edifício Conde de Prates, au milieu la tour qui a remplacé les Mappin Stores.

Photo 18 Le viaduto do Chá en 2007

2007 travail 2p

@Hervé Théry 2007

L’Edifício Conde de Prates et l’Edifício Grande São Paulo rapetissent les immeubles du début du XXe siècle. À droite la structure métallique blanche qui recouvre la Praça do Patriarca, dans l’axe du Viaduto do Chá.

Generations  de buildings-p

@Hervé Théry 2006

Avec la croissance et l’expansion de la ville, la majorité de ses habitants vit désormais dans ses immenses périphéries[7] et non plus dans le centre, qui de plus se dévitalise, comme beaucoup de villes des Amériques. Le viaduc qui se trouvait hors du centre historique et a servi à l’étendre, a suivi son destin s’est trouvé progressivement de plus en plus loin du lieu de vie de la plupart des paulistanos (figures n°3 et renvoi n°1).

Figure n° 3 Le viaduto do Chá par rapport au centre de São Paulo

Situation 1810,,1868 et 1897

Il reste pourtant un lieu de référence pour eux, et parfois un lieu de ralliement en raison de présence de la Mairie (ou du moins des bureaux du Maire et de son cabinet), qui occupe l’ancien Edifício Matarazzo, ce qui fait que périodiquement des manifestations se produisent sous ses fenêtre, sur la Praça do Patriarca.

Photo 19 Manifestation sur la Praça do Patriarca, devant la mairie

Manif p

@Hervé Théry 2009

C’est aussi là, cette fois sur le trottoir du Viaduto do Chá lui-même, qu’en avril 2010 près de 700 « sans-toit » ont dressé des tentes, à côté du bâtiment de la mairie, après que 2 000 familles aient occupé deux bâtiments abandonnés du centre et un terrain dans le sud de la ville. Selon le FLM (Front de Lutte pour le Logement), l’utilisation de ces trois sites pour la construction de logements sociaux est une demande de longue date du mouvement et la Mairie ne met guère de bonne volonté à les exproprier et à les aménager.

Photo 20 Des « sans-toit » occupent le viaduto do Chá

2010 2010 sem tetos

http://www.portalflm.com.br/galeria/album/72157623953791998/photo/4561633927/viaduto-do-cha-rotina-ocupacao-abril-2010-ocupacao-viaduto-do-cha-2%C2%BA-dia.html

Ce dernier épisode et cette dernière photo montrent bien à quel point le Viaduto do Chá est toujours intégré dans l’histoire de la ville : le contraste entre le centre commercial (l’ancien siège de la Light) illuminé et les campement des sans-toit dans la rue reflète bien la diversité et aussi conflits de la société paulistana actuelle. Ce viaduc qui le franchit la vallée de l’Anhangabaú reste bien un des hauts-lieux de São Paulo, comme il l’a été depuis l’époque déjà lointaine – 137 ans – où Jules Martin l’a imaginé.

Sources

  • « Como se fez o Viaduto do Chá », Veja São Paulo, IV Centenário de São Paulo, especial Memória, janeiro de 2004
  • Cavenaghi, A. J., « O território paulista na iconografia oitocentista: mapas, desenhos e fotografias. Análise de uma herança cotidiana », An. mus. paul. vol.14 no.1, São Paulo Jan. / June 2006, http://dx.doi.org/10.1590/S0101-47142006000100007
  • Lévi-Strauss, C., Tristes Tropiques, Plon, Paris, 1955
  • Moura, P. C. de, São Paulo de outrora: evocações da metrópole. Belo Horizonte: Ed. Itatiaia; São Paulo: Ed. da Universidade de São Paulo, 1980. 312p.

[1] Son nom vient du Tupi-Guarani Anhanga-ba-y, rivière des maléfices. Les Indiens pensaient que ses eaux causaient des maladies physiques et spirituelles. Pas de très bon augure…

[3] Où toute la partie nord-ouest de l’État était marquée terreno desconhecido (terres inconnues).

[4] Ancienne monnaie brésilienne de 20 reis, correspondant à la vingtième partie du cruzado (monnaie ayant une valeur nominale de 400 reis). Elle a cessé d’avoir cours légal en 1942 avec la création du cruzeiro.

[5] Francesco Matarazzo (Castellabate 9 Mars 1854 – São Paulo, 10 Décembre 1937) était un agriculteur italien qui, en 1881, avait émigré au Brésil, où il fut d’abord colporteur, avant de créer le plus grand complexe industriel d’Amérique latine du début du XXe siècle. À sa mort il était l’homme le plus riche du pays et la richesse produite par ses industries dépassait le PIB de tous les États brésiliens à l’exception de São Paulo.

[6] Habitants de la ville de São Paulo, alors que ceux de l’État de São Paulo sont les paulistas.



Citer ce billet
Braises (2014, 3 septembre). Le Viaduto do chá à São Paulo, un « viaduc du thé » dans la capitale du café. Braises. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4nl