Pourquoi le titre Braises ?

Ce billet aurait dû être écrit dès le début de la publication du carnet pour expliquer à ses lecteurs le choix de son titre : pourquoi Braises (sous-titré, « dynamiques d’un grand pays émergent, le Brésil », porte-t-il ce titre?

Plusieurs raisons convergentes m’ont mené à ce choix. D’abord – avec son accord – en référence et en hommage à la revue Braise que Michel Riaudel[1] a animée de 1984 à 1986, (puis continué comme Infos Brésil de 1987 à 2006), excellente revue consacrée à l’actualité sociale et culturelle du Brésil, au Brésil et en France.

Ensuite parce que je souhaitais un titre qui évoque le Brésil par ses connotations, pour certaines collectives et partagées explicitement ou non avec mes futurs lecteurs, pour d’autres plus privées, personnelles ou communes à de petits groupes de collègues et amis.

La première connotation est partagée – excusez du peu – avec Claude Lévi-Strauss, qui écrit dans les premières pages de Tristes Tropiques, évoquant l’idée qu’il se faisait du pays avant d’y débarquer :

« Le Brésil s’esquissait dans mon imagination comme des gerbes de palmiers contournés, dissimulant des architectures bizarres, le tout baigné dans une odeur de cassolette, détail olfactif introduit subrepticement, semble-t-il, par l’homophonie inconsciemment perçue des mots Brésil et grésiller, mais qui, plus que toute expérience acquise explique qu’aujourd’hui encore je pense d’abord au Brésil comme à un parfum brulé ».

D’autres associations existent entre Brésil et braises, à commencer par le nom du pays, qui vient d’un bois local couleur de braise, le pau brasil. Ce « bois de braise », de son nom scientifique Caesalpinia echinata, a en effet la particularité d’avoir un bois rouge vif qui peut être utilisé pour teindre les étoffes et les Portugais en ont fait le commerce dès le XVIe siècle, faute d’avoir trouvé des mines d’or et d’argent, contrairement à leurs concurrents espagnols.

Figure 1 Pau Brasil, le bois de braise

pau br

http://mariamachado.blog.com/index.php/2012/01/05/o-pau-brasil/

L’étymologie du mot « braise » lui-même vient selon le Littré[2], de l’ancien allemand, bras, feu, et brasen, brûler, il est selon le site Ortolang[3], un terme d’origine obscure, peut-être germanique[4], attesté dès le Xe siècle en latin médiéval dans le domaine nordique. On suppose que le radical bras a ensuite été importé par les Goths dans le monde latin et de là dans les langues dérivées du latin. En français il est attesté vers 1170 sous la forme breze pour désigner du bois réduit par la combustion à l’état de charbon ardent et en 1176 chez Chrétien de Troyes au sens figuré de « flamme, ardeur ».

Il est à noter qu’avant de prendre ce nom évocateur de la couleur du bois, et donc de la chaleur de la braise qu’il rappelait, la terre découverte par Pedro Álvares Cabral en avait porté d’autres, comme Ilha de Vera Cruz, Terra de Santa Cruz, Nova Lusitânia, Cabrália, Terra dos papagaios, etc. Cabrália se référait à son « découvreur », Nova Lusitânia au nouvel espace d’expansion – dont on ne soupçonnait pas l’étendue – acquis par le Portugal. Vera Cruz et Santa Cruz (vraie croix et sainte croix), références religieuses furent les premières utilisées et Pero Vaz de Caminha date son rapport sur la « découverte » de cette nouvelle terre le 1er mai 1500 « de Porto Seguro de Vera Cruz ».

Figure 2 La lettre de Pedro Vaz de Caminha

cartapvc

Terra dos papagaios, « terre des perroquets » se réfère aux oiseaux multicolores et bruyants qui enchantèrent les premiers visiteurs et devinrent rapidement une profitable marchandise d’exportation, la toute première. Mais le terme qui s’imposa et supplanta tous les autres est donc celui qui dérive du bois de braise, premier des « cycles » économiques (avant le sucre, l’or, le café, le caoutchouc) qui ont rythmé l’histoire du Brésil autour de produits d’exportations. Certains verront dans cette prédominance du lucre sur la religion et l’attachement aux racines ibériques un indice de ce qui attendait le pays…

Si cette origine est l’objet de consensus pour la plupart des auteurs, il existe pourtant d’autres hypothèses, défendues avec ardeur par d’autres. Selon certains le nom du pays dérive de celui de de Balj ibn Bishr premier conquérant de l’Andalousie. Le nom de de guerrier était prononcé de différentes manières et, au fil des ans, son nom est entré dans l’histoire comme « Brasile ».

Pour d’autres son nom vient de celui d’une île mythique appelée Brazil (avec un s ou un z) ou Hy-Brazil. Cette légende, née chez les Celtes irlandais, en fait une des îles mystérieuses, peuplé de magiciens, parmi d’autres mythes, comme celui des Îles Fortunées. Lorsqu’il était indiqué sur les cartes marines, dès le XIVe siècle, son emplacement était généralement situé à l’ouest ou au sud-ouest de l’Irlande, puis à mesure des progrès de la navigation dans les Açores, puis dans les Caraïbes. Lorsque sa dernière observation sur une carte marine, en 1865, l´île était devenue plus modestement Brasil Rock.

Figure 3 L’île Brasil

7498336564_8f674df0cf_b

http://bigthink.com/strange-maps/572-the-phantom-island-of-brazil

Même improbable, cette hypothèse sur l’origine du nom du pays a l’avantage – et nous entrons là dans le domaine des connotations subjectives et personnelle – d’établir une association entre le Brésil et la Bretagne, où j’ai passé mon enfance et mon adolescence.

C’est parfois un simple jeu de mots, peut-être involontaire, comme dans le nom de l’entreprise Transports Breiz Ile, installée au Palais, dans l’île bretonne de Belle-Ile-en-Mer. Il est probablement volontaire dans celui de la crêperie Breizh’ilien de Trévou-Tréguignec, dans les Côtes d’Armor. Dans le cas de la firme de production de liqueurs artisanales BreiZ’île, de Camaret sur Mer, la liaison est devenue explicite avec le lancement d’un collector pour la Coupe du Monde de football 2014 au Brésil.

 Figure 4 BreiZ’île

Breiz-il

http://www.breiz-ile.fr/

D’autres ont suivi en lançant des produits dérivés (tee-shirts, boissons gazeuses, etc.) en jouant sur l’association Brésil-Bretagne-football.

Figure 5 Campagnes publicitaires

Montage de pubs

Pour d’autres l’association n’est pas de circonstance, elle reflète des collaborations volontaires entre Bretagne et Brésil. C’est le cas de Breizh-il, une association loi 1901 déclarée à la Préfecture d’Ille et Vilaine le 28 septembre 2004, dont le siège se situe à Rennes. Les membres fondateurs sont des Français ayant vécu plusieurs années au Brésil et des Brésiliens résidant en Bretagne. L’association, à but non lucratif, a pour objectif d’organiser toute action de nature à créer, favoriser, aider, promouvoir et développer les échanges entre la Bretagne et le Brésil, à caractère principalement scientifique et technique (notamment les liens étroits entre le Département de géographie de l’Université Rennes 2 avec ses partenaire brésiliens), mais qui peuvent être également culturels, artistiques, touristiques ou sportifs.

Figure 6 L’association Breizh-il

Brez-il

http://www.bresilarennes.fr/

Il s’en est même failli de peu pour que le rapprochement Ille et Vilaine – Brésil ne devienne plus officiel, au moins dans la dénomination des habitants :

« L’idée de trouver un ethnonyme aux habitants d’Ille-et-Vilaine est née d’une consultation informelle lancée par le journal Ouest France en janvier 2012. Près de 9 000 internautes s’étaient prononcés. C’est «Breizh-Illien» qui, parmi dix propositions, avait recueilli le plus de voix avec 38,5 % de suffrages. Face au succès de ce sondage, le conseil général s’est inspiré de cette consultation »[5].

Malgré la volonté populaire ainsi exprimée « Les 53 conseillers généraux du département ont choisi le nom de Brétilliens et Brétilliennes ». Dommage, il aurait été assez réjouissant – pour moi du moins – que par ce retour inattendu la mythique île celtique fasse son retour en Bretagne, même par un détour via la « braise » gothique, le bois tinctorial et le pays fascinant qui est l’objet de Braises.


[1] Aujourd’hui Maître de Conférences à l’Université de Poitiers.

[4] Tout comme mon patronyme, arrivé dans la future France par les Francs qui s’y établirent au Ve siècle.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Braises (11 juillet 2014). Pourquoi le titre Braises ? Braises. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4ni