Les États brésiliens parmi les pays du Monde

La publication du recensement démographique de 2022 par l’IBGE est l’occasion de reprendre[1] une comparaison entre les États qui forment la fédération brésilienne et celle de divers pays du monde : par leur taille et leur population ils sont en effet pour beaucoup d’eux comparables à des nations d’autres continents. Ces rapprochements inattendus peuvent aider des lecteurs français à comprendre l’immensité et les contrastes de peuplement du Brésil, mais aussi des lecteurs brésiliens à prendre conscience de la taille réelle de leur pays.

Le tableau ci-dessous montre que le plus peuplé des États brésiliens, São Paulo, qui compte près de 44 millions et demi d’habitants, a une population proche de celle du Soudan, un peu inférieure à celle de l’Espagne et de l’Argentine (47 millions) et un peu supérieure à celle de l’Algérie ou de l’Ukraine (43 et 41 millions). Avec une population qui le situe dans l’ordre de grandeur de bon nombre de pays européens et une superficie qui est à peu près celle du Royaume-Uni, sa densité démographique est proche de celle de l’Italie.

D’autres cas montrent des disparités plus grandes entre les cas comparables en population et en superficie. Malgré la très rapide croissance démographique qui l’a fait passer de moins de 10 millions d’habitants à la fin du XIXe siècle à plus de 200 millions actuellement, quelques États brésiliens ont encore de très faibles densités : Rio de Janeiro a la population du Tchad sur la superficie du Danemark (bien plus petit que ce pays africain) et une densité proche de celle des Philippines. Le Paraná rassemble la population de la Belgique sur un territoire d’une taille voisine de celle du Kirghizistan, avec des densités afghanes, et le Rio Grande do Sul celle de la Grèce sur le territoire du Burkina Faso, avec une densité mozambicaine.

On peut constater sur le tableau que certains pays étrangers sont deux fois cités (ils y sont marqués en rouge) et trois États brésiliens (ils y sont encadrés) se comparent alors à deux d’entre eux, bien qu’ils soient très dissemblables.

  • Le Minas Gerais à la population du Mali sur la superficie de Madagascar (proche de de celle de la France) et a donc à peu près la densité du Venezuela ;
  • Le Rio Grande do Norte a la population de la Mongolie sur la superficie de la Bosnie et la densité de la Bulgarie ;
  • L’Amapa a à peu près la même population que le Guyana sur la superficie du Tadjikistan (qui en est proche) et toutes deux ont les très basses densités du Botswana ou de la Mauritanie. Le Santa Catarina à la population de Hong Kong sur la superficie de la Hongrie et donc une densité proche de celles du Maroc, sans avoir comme lui des parties désertiques.
  • Les États qui ont la plus faible population du pays, pour la plupart situés en Amazonie (celle du moins peuplé, le Roraima est proche de celle du Luxembourg), ont pour équivalent dans le monde des pays proches d’eux, comme le Guyana ou parfois situés au bout du monde comme la Mauritanie, le Botswana ou le Tadjikistan.

Passer du tableau à la carte permet de mieux visualiser les correspondances entre États brésiliens et pays du monde. La première carte, qui garde les contours réels des États brésiliens, montre un fort contraste entre leurs superficies mais aussi les populations totales de chacun d’entre eux et par conséquent de leurs densités : élevées dans certains des États du Nordeste et du Sudeste elle décroissent sensiblement vers l’intérieur du continent et deviennent très faibles en Amazonie.

Sur la deuxième carte la surface des États a été anamorphosée en fonction de leur population, et donc dilatée pour ceux où elle est nombreuse et réduite pour ceux où elle est faible, et le nom de chacun d’entre eux a été remplacé par celui de pays qui ont à peu près le même nombre d’habitants (les mêmes que sur le tableau).

Sur la troisième l’anamorphose est cette fois fondée sur les densités démographiques (le nombre d’habitants par kilomètre carré) ce qui renforce encore visuellement les contrastes entre les États densément peuplés du littoral des deux régions citées et fait pratiquement disparaître l’Amazonie, aux très faibles densités[2].

[1] « États brésiliens et pays du monde », https://braises.hypotheses.org/604

[2] Ce billet est le centième publié sur ce carnet de recherche.



Citer ce billet
Braises (2024, 11 février). Les États brésiliens parmi les pays du Monde. Braises. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vswv