La Province Minière Carajás, 1985-2020

La « Province Minière Carajás » (Província Mineral Carajás) est située dans l’État du Pará, en Amazonie brésilienne. C’est l’une des plus importantes régions minières au monde et la principale du Brésil, car non seulement c’est la deuxième du pays pour le minerai de fer (juste derrière le « Quadrilatère de fer » du Minas Gerais), mais elle recèle en outre une grande diversité de minerais : cuivre, manganèse, nickel, or et platine.

La première image, une copie d’écran de Google Earth annotée, la situe en Amazonie, au sud de Belém et de l’Amazone, proche du tracé de la route Transamazonienne (est-ouest), de la BR163 (sud-nord), qui apparaissent bien sûr l’image, et de la Belém-Brasilia qui n’y apparaît pas car elle ne se distingue pas des défrichements qui ont progressé en direction du nord-ouest.

Figure 1 Localisation de la Province minérale de la Serra de Carajás

La province minière est bien visible, même sans le cadre rouge qui l’entoure, car elle est incluse dans une « aire protégée », la forêt nationale de Carajás, une zone d’« utilisation durable » de près de 400 000 hectares. Celle-ci fait partie d’un ensemble de cinq « unités de conservation » (figure 2) gérées en partenariat avec l’Institut Chico Mendes pour la conservation de la biodiversité (ICMBio).

– Floresta Nacional de Carajás (395 827 hectares)

– Floresta Nacional do Itacaiúnas (51 236 hectares)

– Área de Proteção Ambiental do Igarapé Gelado (23 286 hectares)

– Floresta Nacional do Tapirapé-Aquiri (190 000 hectares)

– Reserva Biológica do Tapirapé (103 000 hectares).

Les surfaces exploitées par l’entreprise minière occupent actuellement moins de 2% des quelque 763 349 hectares qui composent cette zone protégée, à laquelle il faut ajouter la réserve indienne de la Terra Indígena Xikrin do Cateté, de 439 000 hectares

Figure 2 Les aires protégée de la Serra de Carajás

Le contour de ces aires protégées a été progressivement révélé par le défrichement de toutes les terres qui les entourent, comme le montre bien la figure 3, créée en associant des images plus anciennes obtenues grâce au module historique de Google Earth.

Figure 3 Les défrichements cernent progressivement la Province minière de Carajás

On peut noter en observant sur ces images que dans la forme globale de la province, qui fait penser à une tête de chien, apparaît une échancrure entre le « museau » et les « oreilles ». Elle a été causée par une faiblesse du dispositif originel de protection de la province minière, qui laissait à découvert son flanc nord, où passe la voie de chemin de fer qui permet d’exporter le minerai. Des paysans sans terre, dont beaucoup avaient été orpailleurs lors de la ruée vers l’or de la Serra Pelada, avaient commencé à s’y installer en avançant de plus en plus vers l’ouest, comme on peut le voir sur la figure 4. C’est pour parer à cette menace qu’a été créé l’Área de Proteção Ambiental do Igarapé Gelado, un statut qui permet de garder une activité humaine sur place, un peu à la manière des parcs naturels régionaux français.

Figure 4 Menaces sur le flanc nord

En resserrant la focale on peut observer la croissance parallèle des mines de la Serra Norte et de la ville de Parauapebas : les premières étendent progressivement leur emprise, très visible par le contraste entre les roches rouges et le vert de la forêt tropicale, la seconde grandit peu à peu à mesure qu’afflux des migrants attirés par la perspective (souvent illusoire) de trouver de travail dans les mines ou dans les activités d’appui créé autour d’elles.

Figure 5 Croissances parallèles des mines et de la ville

En se rapprochant encore un peu plus peut suivre plus précisément la croissance de la ville de Parauapebas. Elle avait au recensement de 2010 (le dernier en date) une population de 153 908 habitants et sa population estimée par l’institut de statistiques brésiliens était en 2021 de 218.787 personnes. La commune a été créée en 1988 en se séparant de celle de Marabá, et sa croissance a ensuite été rapide

1991     53 335

2000      71 568

2002      80 761

2003      84 376

2004      88 519

2005      91 621

2006      95 225

La figure 5 retrace les principales étapes de cette croissance tel qu’elle apparaît sur les images de Google Earth, puis en superposant sur la même figure quelques-unes des étapes de l’extension progressive du périmètre urbain.

Figure 6 La croissance de Parauapebas



Citer ce billet
Braises (2022, 30 octobre). La Province Minière Carajás, 1985-2020. Braises. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4pj