À Petrópolis Son Altesse est trop bonne…

Le 15 février 2022 des pluies torrentielle ont causé des glissements de terrain catastrophiques à Petrópolis, à 68 kilomètres au nord de Rio de Janeiro, dans le massif montagneux de la Serra do Mar (Figure 1). En trois heures il est tombé presque 260 millimètres de pluie, soit 260 litres par mètre carré, le plus grand volume jamais enregistré dans la ville depuis 1932 et les premiers relevés de l’Institut National de Météorologie (Inmet). Ces précipitations ont donc été supérieures aux 185 millimètres attendus pour tout le mois de février. Les rivières Piabanha, Quitandinha et Palatinado sont sorties de leur lit, emportant tout sur leur passage, et des pans entiers des pentes qui domine la ville, gorgées d’eau, se sont effondrés. Une semaine plus tard le total des victimes se montait à 182 morts et 89 disparus

Figure 1 Localisation de Petrópolis

Le lendemain a été publié un étonnant « Message du Prince Impérial du Brésil concernant les pluies à Petrópolis » (figure 2).

Figure 2 Message du Prince Impérial du Brésil concernant les pluies à Petrópolis

En voici la traduction :

« Mes chers Brésiliens et, d’une manière très spéciale, mes chers Petropolitains[1].

Au nom de mon frère, le Prince Dom Luís de Orleans e Bragança, Chef de la Maison impériale du Brésil, et de la Famille impériale, je souhaite exprimer notre profonde consternation face aux terribles dégâts causés par les pluies diluviennes à Petrópolis, dans l’État de Rio de Janeiro, qui ont fait de nombreux morts et sans abri.

En ce moment de graves difficultés, le travail inlassable des pompiers, des policiers, des médecins et des infirmières, ainsi que des bénévoles – parmi lesquels on compte de nombreux monarchistes – mérite notre admiration et notre gratitude, car il témoigne de la charité d’un peuple authentiquement volontariste et chrétien.

La famille impériale, si étroitement liée à Petrópolis, est toujours prête à servir sa population, et nous offrons nos prières et notre solidarité à tous ceux qui souffrent. Je prie Dieu notre Seigneur, par l’intercession du Saint Patron Saint Pierre d’Alcantara, de protéger et d’encourager les bonnes gens de Petrópolis en cette heure d’affliction et de besoin.

São Paulo 16 février 2022

Dom Pedro de Orléans e Bragança

Prince impérial du Brésil »

Qui sont donc ce prince et cette « Famille Impériale », un titre bien anachronique puisque le Brésil est une République depuis 1889, et pourquoi dit-il que cette famille est étroitement liée à Petrópolis ?

Dom Pedro de Orléans et Bragança est effectivement l’un des descendants de Dom Pedro 2°, le second Empereur du Brésil, qui régna de 1831 à 1889, après son père, Dom Pedro 1°, comme le montre l’arbre généalogique de la figure 3. La famille est nombreuse et s’est divisée en deux branches, celle de Petrópolis et celle de Vassouras[2], à laquelle appartient le signataire du message. Il est le deuxième dans l’ordre de succession après son frère, Dom Luís de Orleans e Bragança, mais la probabilité qu’il règne un jour est extrêmement faible puisque les Brésiliens se sont prononcés contre le rétablissement de l’Empira et pour la République lors d’un plébiscite en 1993.

Figure 3 Arbre généalogique de la Famille Impériale du Brésil

Petrópolis, est une « ville impériale » puisqu’elle a été fondée par Dom Pedro 2º en 1843. Le palais impérial, où se trouve aujourd’hui le musée impérial, a commencé à être construit en 1845 et était la résidence préférée de Dom Pedro 2º, qui s’y réfugiait volontiers pour fuir la chaleur de Rio de Janeiro à la saison chaude. Petrópolis était donc une résidence d’été, à la manière de celles que les empereurs de Chine ou les vice-rois des Indes avaient fait édifier, pour les mêmes raisons, dans des régions montagneuses – et donc fraîches – proches de leurs capitales, Pékin et New Delhi. Comme la cour avait suivi les empereurs il construit de nombreuses résidences dans la ville, celle-ci est devenue selon l’Iphan (l’institut du patrimoine historique) « un musée en plein air ». Il attire aujourd’hui des foules touristes qui viennent admirer son architecture et profiter du climat.  Du moins quand il est plus stable que lors de ce dernier épisode catastrophique, qui a aussi affecté le patrimoine historique : le palais impérial n’a pas souffert des pluies du 15 février, mais la Maison de la Princesse Isabel, sur les rives de la rivière Quitandinha, a subi de sérieux dommages.

Une catastrophe annoncée

Comme le raconte Anne Vigna dans Le Monde du 20 février « selon Antonio Guerra, géographe de l’Université fédérale de Rio de Janeiro, spécialiste des désastres naturels de cette région montagneuse « Personne n’a jamais vu une catastrophe d’une telle ampleur et moi non plus, en trente ans d’études ici. C’est sans aucun doute la pire » […]. Antonio Guerra calcule l’inclinaison de la pente : « 55 degrés ! Ces maisons n’auraient jamais dû être construites ici. La législation brésilienne, qui est déjà trop permissive à mon goût, interdit les constructions au-dessus de 45 degrés. Au-dessus de 20 degrés, ce qui représente une pente déjà bien raide, on peut construire en prenant soin d’édifier des murs de contention avec des canaux de drainage, un vrai réseau d’assainissement et surtout moins densifier pour pouvoir reboiser. Rien de cela n’existe dans ce quartier que nous venons de traverser », explique le spécialiste.

Comme à chaque catastrophe, les experts ont rappelé que 25 % du territoire de Petropolis ont déjà été classés « à haut risque » et impropres à la construction. […]. « Il y a une série de facteurs à ces tragédies, mais le plus important reste l’inexistence d’un plan d’urbanisation pour éviter l’occupation désordonnée des flancs des montagnes et récupérer la couverture végétale. Et c’est bien la responsabilité de la municipalité », estime Antonio Guerra.

Figure 4 Dégâts causés par les pluies à Petrópolis

https://www.em.com.br/app/galeria-de-fotos/2022/02/16/interna_galeriafotos,7536/deslizamentos-deixam-vitimas-em-petropolis-no-rj.shtml?sd=no&back=https. Voir aussi photos et vidéos à l’adresse https://exame.com/brasil/temporal-em-petropolis-no-rio-deixa-mortos/

L’absence de mesures prises pour limiter les effets dramatiques de cette catastrophe est d’autant plus coupable que ce n’est pas la première fois que des glissements de terrain provoquent de nombreux morts dans la région : en 2011, de fortes pluies dans la Região Serrana do Rio (la région montagneuse de l’État de Rio de Janeiro) avaient déjà fait plus de 900 morts, dont 72 à Petrópolis, la plus grande catastrophe climatique de l’histoire du Brésil. En 2001, il y a eu 57 décès à Petrópolis et en 2013 une nouvelle tragédie due à la pluie, avec 33 morts.

Le maire n’a mis en place aucune des mesures issues du rapport du Centre national pour la prévention des catastrophes naturelles (Cemaden), créé en 2011, après la tragédie. Le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro, Claudio Castro, n’a utilisé que moins de la moitié du budget consacré à la prévention des désastres naturels, l’équivalent de 33 millions d’Euros sur 70 millions. Selon lui « La population a raison de critiquer, mais c’est une région très accidentée. Malheureusement, il y a eu d’autres tragédies ici. Nous demandons à Dieu que cela ne se reproduise pas et nous ferons notre part », a-t-il déclaré. Selon le ministre Rogério Marinho (Développement régional) « aucun météorologue n’avait prévu » l’augmentation des précipitations en été.

Le Président de la République, Jair Bolsonaro, a survolé la zone en hélicoptère et promis une aide d’urgence de 343 millions d’euros. Il a déclaré qu’il n’est pas possible de prévenir toutes les tragédies telles que celle qui s’est produite à Petrópolis. « Des mesures préventives sont prévues dans le budget, mais il est limité. Souvent, nous ne pouvons pas empêcher tout ce qui peut se passer dans ces 8,5 millions de kilomètres carrés[3] ».

Autrement dit, pour reprendre la citation attribuée à John Fitzgerald Kennedy, contrairement à la victoire (qui « a cent pères »), « la défaite est orpheline ». Mais dans le cas de Petrópolis on peut s’interroger sur le rôle de la Famille Impériale, qui proclame si fort son attachement à la ville : Son Altesse est trop bonne d’offrir « [ses] prières et [sa] solidarité à tous ceux qui souffrent » et de prier « Dieu notre Seigneur, par l’intercession du Saint Patron Saint Pierre d’Alcantara », mais est-il suffisant d’« exprimer notre profonde consternation face aux terribles dégâts causés par les pluies diluviennes », de louer « le travail inlassable » des sauveteurs professionnels et bénévoles (en soulignant au passage que l’on compte parmi eux «  de nombreux monarchistes ») et la « charité d’un peuple authentiquement volontariste et chrétien » ? Si la famille Impériale est « toujours prête à servir sa population, et en cette heure d’affliction et de besoin », peut-être pourrait-elle le faire plus concrètement, grâce aux revenus qu’elle tire de la ville par le biais de la « la taxe du Prince ».

La « taxe du Prince »

Ces revenus sont encaissés pour le compte de certains des descendants de Dom Pedro 2° par la Companhia Imobiliária de Petrópolis (CIP). Elle est chargée de la collecte du laudêmio dans la zone de l’ancienne Fazenda Imperial, les terres achetées par Dom Pedro 1º à partir de 1830, et plus tard par son fils, Dom Pedro 2º, et où se situe aujourd’hui la plus grande partie de la ville de Petrópolis.

Le laudêmio est un instrument de collecte utilisé depuis la période coloniale dans les régions que la Couronne souhaitait occuper. D’autres entités le collectent également, comme l’Église catholique et la Marine. C’est la base juridique de la « taxe du Prince », de 2,5 % sur toutes les transactions immobilières dans la région, prévu dans le décret de fondation de Petrópolis, daté d’avril 1843 et signé par Dom Pedro 2º. Le reçu de son paiement est l’une des exigences pour l’enregistrement des transactions immobilières dans le périmètre concerné.

On n’a toutefois pas d’idée du montant que représente cette taxe sur les transactions immobilières car la taille exacte de l’ancienne ferme impériale et le nombre de propriétés qui s’y trouvent actuellement ne sont pas connus du public, l’argent ne passe pas par les caisses publiques, il est collecté directement par le CIP.

L’existence de la taxe est depuis longtemps objet de controverses, plus de 200 procès remettent en question le calcul de la taxe faite par la CIP. La gestion des biens hérités de Dom Pedro 2° et de la taxe sont au centre d’un conflit juridique au sein même d’une partie de la famille impériale. Mécontents de la direction de la CIP quatre héritiers ont intenté une action en justice. Les procès-verbaux des réunions de la CIP joints à la plainte déposée eux montrent qu’entre 2006 et 2012, la société a distribué 5,8 millions de Reais[4] de ses bénéfices aux héritiers de Dom Pedro 2°. Parmi eux figure Dom Duarte Pio de Bragança, arrière-petit-fils de la princesse Isabel et chef de la Maison Royale du Portugal.

Ivan Finotti a recueilli l’opinion de João Henrique de Orleans e Bragança, membre de la famille Impériale, mais qui ne fait pas partie des six cousins qui ont hérité des revenus du laudêmio. « Cette catastrophe a des coupables que tout le monde connaît », dit-il. « Ce sont les différents maires et conseillers municipaux qui ont encouragé l’occupation des pentes de la région […]. On en parlait ouvertement dans les années 1970. Les politiciens ont fait venir des personnes de Nova Iguaçu et de Caxias, ont donné des terrains dans des zones à risque, sans aucun titre de propriété, en échange de leur inscription sur les listes électorales de la ville. “Venez à Petrópolis où il y a des terrains à construire”, disaient-ils à l’époque. Et c’est toujours comme ça aujourd’hui ».

Quant à la « taxe du Prince » João Henrique de Orleans e Bragança a une opinion bien arrêtée : « Je pense que ce système doit cesser. […]. Quand Dom Pedro 2° l’a institué, le laudêmio avait un sens, il a donné toute la ville, plus de mille parcelles, sans rien faire payer […] Mais, à mon avis, cette idée est déjà dépassée », conclut le prince.

Les lecteurs des articles de la Folha de S. Paulo sont du même avis, exprimé parfois plus vigoureusement dans leurs réactions publiés à leur suite. Pour Maurilio Fernandes Figueiredo, « Le Prince a raison, les conseillers municipaux et les maires ont permis l’occupation des pentes et ont contribué aux différentes tragédies de Petrópolis ». Cristina Dias pense que « La famille royale a l’obligation morale d’allouer 100 % de la redevance de Petrópolis à la reconstruction de la ville ». Selon Eduardo Freitas c’est « Une friponnerie impériale qui aurait dû être éteinte il y a des années. L’extorsion a changé de nom pour devenir la taxe du Prince ? Assez d’entretenir les parasites de l’argent public ». Gerardo Xavier Santiago est plus brutal : « Robespierre n’a pas assez guillotiné ».

Sources

Albuquerque, Ana Luiza et Nogueira, Italo ,“’Não temos como nos precaver de tudo’, diz Bolsonaro em Petrópolis”, Folha de S. Paulo, 18 février 2022, https://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2022/02/nao-temos-como-nos-precaver-de-tudo-diz-bolsonaro-em-petropolis.shtml

Camargo, Cristina, “Casa da Princesa Isabel e Palácio Rio Negro sofreram danos em Petrópolis”, Folha de S. Paulo, 18 février 2022, https://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2022/02/casa-da-princesa-isabel-e-palacio-rio-negro-sofreram-danos-em-petropolis.shtml

Finotti, Ivan, “Desastre em Petrópolis tem culpados que todos conhecem, diz herdeiro da família real”, Folha de S. Paulo, 18 février 2022, https://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2022/02/desastre-em-petropolis-tem-culpados-que-todos-conhecem-diz-herdeiro-da-familia-real.shtml

https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/02/20/a-petropolis-au-bresil-un-bilan-aggrave-par-la-politique-d-urbanisme_6114468_3244.html

Nogueira, Italo, “Gestão da ‘taxa do príncipe’ em Petrópolis racha família imperial e briga chega à Justiça”, Folha de S. Paulo, 18 février 2022,  https://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2022/02/gestao-da-taxa-do-principe-em-petropolis-racha-familia-imperial-e-briga-chega-a-justica.shtml

Vigna, Anne, « A Petropolis au Brésil, un bilan des inondations aggravé par le non-respect des politiques de prévention » ; Le Monde, 20 février 2022

 

[1] Habitants de Petrópolis

[2] Vassouras signifie « balais » en portugais mais c’est aussi le nom d’une ville de l’État de Rio de Janeiro

[3] La superficie totale du Brésil, plus de quinze fois celle de la France.

[4] Près d’un million d’Euros au cours de février 2022.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Braises (23 février 2022). À Petrópolis Son Altesse est trop bonne…. Braises. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4ph