Dimensions du Brésil

Il est toujours difficile de donner aux habitants de la vieille Europe une idée de l’immensité des espaces du Nouveau Monde : habitués aux distances de leurs pays, ils ont peine à comprendre que plusieurs des pays qui le composent, comme les États-Unis, le Canada ou le Brésil, ont une taille comparable à celle de tout leur continent. Pour les y aider on peut avoir recours à des procédés – pour ne pas dire des trucs – cartographiques qui mettent en parallèle les positions, les distances et les surfaces américaines et européennes.

Pour montrer la taille réelle du Brésil on imaginera d’abord ce qui se passerait s’il « migrait » vers l’Europe, puis on comparera des cercles de 1 000 et 1 500 km de rayon centrés respectivement sur Paris et Brasilia. On mettra ensuite en parallèle des distances routières en Europe et au Brésil avant de comparer de façon graphique la superficie de ce dernier à celle des plus grands pays du monde et à ceux de l’union européenne.

Et si le Brésil migrait vers l’Europe ?

Imaginons d’abord ce qui se passerait si le Brésil migrait vers l’Europe, en superposant sa carte à celle du continent européen. C’est ce que fait la figure 1, où le contour de ses États est « posé » sur l’Europe, avec une inclinaison vers l’ouest de façon à ce que les masses continentales se superposent au mieux. Le tableau 1 situe les villes situées le plus près possible des points extrêmes du territoire brésilien par rapport à des villes européennes : Boa Vista (Roraima), au nord, serait alors près de Birmingham, Porto Alegre (Rio Grande do Sul), au sud, près d’Izmir en Turquie, João Pessoa (Paraíba), à l’est, près de Riga et Cruzeiro do Sul (Acre), à l’ouest, près de Madrid

Figure 1 Le Brésil « posé » sur l’Europe

En sens inverse, en partant des villes européennes, l’homologue de Copenhague serait Belém (Pará), celui de Curitiba (Paraná) Istamboul, celui de Brest São Gabriel da Cachoeira (Amazonas) et celui de Rio de Janeiro Odessa.

Dans la même configuration les homologues des capitales brésiliennes seraient Budapest pour Brasilia, Tirana pour Campo Grande, Plovdiv (Bulgarie) pour São Paulo, Chisinau (Moldavie) pour Belo Horizonte (les Paulistas et Mineiros ne vont pas aimer ces comparaisons). Les capitales du Nordeste ont alors des homologues en Europe de l’Est, Gdansk pour Teresina et Minsk pour Maceió, tandis que celles du Nord amazonien en ont en France, Paris pour Manaus (une comparaison qui ravira ses habitants) ou Saint-Étienne pour Porto Velho, ou en Espagne avec Barcelone pour Rio Branco.

Ta nousbleau 1 Positions comparées

Extrêmes du Brésil
Nord Boa Vista Birmingham
Sud Porto Alegre  Izmir (Turquie)
Est João Pessoa Riga
Ouest Cruzeiro do Sul Madrid
Extrêmes européens
Nord Copenhague Belém
Sud Istamboul Curitiba
Ouest Brest São Gabriel da Cachoeira
Est Rio de Janeiro Odessa
Capitales brésiliennes
Centro-Oeste Brasília Budapest
Campo Grande Tirana (Albanie)
Sudeste São Paulo Plovdiv (Bulgarie)
Belo Horizonte Chisinau (Moldavie)
Nordeste Teresina Gdansk
Maceió Minsk
Nord Manaus Paris
Porto Velho Saint Étienne
Rio Branco Barcelone

Une autre façon de faire les comparaisons et de passer des positions relatives aux distances, en commençant par celle qui sont comptées à partir de la capitale.

Distances de la capitale

Si l’on trace, comme cela est fait sur les figures 2 et 3, des cercles dont le rayon est respectivement de 1 000 et 1 500 km, on peut constater que dans le premier cas, celui du Brésil, à 1 000 km de Brasilia on a à peine dépassé Belo Horizonte et pas encore atteint Campo Grande, à 1 500 km on est proche de Belém mais on atteint tout juste la frontière du Rio Grande do Sul. Ce n’est qu’avec le plus grand des deux cercles que l’on sort du territoire brésilien, en effleurant celui de la Bolivie et en incluant la majeure partie du Paraguay, y compris sa capitale.

Figure 2 À 1 000 et 1 500 kilomètres de Brasília

Quand les mêmes cercles sont tracés à partir de Paris, en 1000 km on inclut déjà plusieurs pays étrangers, la totalité de la Belgique et une partie de l’Angleterre, des Pays-Bas et de la Suisse. Avec 1500 km on englobe la plus grande partie du Royaume-Uni, de l’Allemagne – Berlin compris – de l’Autriche et une bonne partie de la République tchèque, de l’Italie, de l’Espagne et de l’Irlande. Décidément les pays européens sont plus à l’échelle des états fédérés du Brésil que du pays tout entier.

Figure 3 À 1 000 et 1 500 kilomètres de Paris

Pour plus de réalisme on peut ensuite passer des distances à vol d’oiseau à des distances parcourues par la route, des trajets comparés de ville à ville.

Trajets comparés

Le principe d’élaboration de la figure 4 est de comparer des trajets intérieurs brésiliens, à des trajets européens, repérés par les mêmes couleurs, selon les principales orientations de la rose des vents. Sur un axe nord-sud le trajet de Pacaraima, à la frontière vénézuélienne, jusqu’au Chuí, à la frontière uruguayenne, n’a pas d’équivalent européen puisque le trajet du Cap Nord, en Norvège, jusqu’à Monemvasia, en Grèce, a 1 000 kilomètres de moins, et il faudrait aller jusqu’au Caire pour arriver au même total. D’est en ouest, le trajet de Natal (Rio Grande do Norte) à Cruzeiro do Sul (Acre) est à peu près le même que celui qui va de Orsk, en Sibérie, à Brest. Du nord-ouest au sud-est, aller de Cruzeiro do Sul à Vitória, équivaut à aller de Thurso, à l’extrême nord de l’Écosse, jusqu’à Ankara, en Turquie. Et du sud-ouest au nord-est, la distance d’Uruguaiana (Rio Grande do Sul) à Natal (Rio Grande do Norte) est à peu près la même que celle qui sépare Lisbonne de Saint-Pétersbourg.

Figure 4 Trajets selon points cardinaux

Tableau 2 Trajets et points cardinaux

Trajet brésilien Distance Trajet européen Distance Différence
Pacaraima Chui 6 255 Nordkapp Monemvasia 5 155 N-S 1 100
Natal Cruzeiro do Sul 5 379 Orsk Brest 5 221 E-O 158
Cruzeiro do Sul Vitoria 4 697 Thurso Ankara 4 540 NO-SE 157
Uruguaiana Natal 4 468 Lisbonne Saint Pétersbourg 4 496 SO-NE -28

Sur la figure 5 des trajets brésiliens de plus en plus longs sont reportés sur un itinéraire partant de Lisbonne et se dirigeant vers l’Est : aller de João Pessoa au Chuí est l’équivalent d’aller de Lisbonne à Moscou. Si l’on va de Cruzeiro do Sul, en Acre, à Joao Pessoa, on continue jusqu’à Nijni Novgorod. Le trajet de Pacaraima, à la frontière vénézuélienne, au Chuí, en passant par l’ouest du pays, permettrait d’atteindre Perm, celui de Pacaraima à João Pessoa mènerait jusqu’à Tioumen, en Sibérie occidentale. Enfin aller d’Oiapoque, à la frontière de la Guyane française jusqu’au Chuí par les routes côtières serait un voyage de 8 000 kilomètres, l’équivalent du parcours Lisbonne-Novosibirsk, en Sibérie, à près de 4 000 kilomètres à l’est de Moscou.

Figure 5  Trajets depuis Lisbonne

Tableau 3 Trajets depuis Lisbonne

Trajet brésilien Distance Trajet européen Distance Différence
João Pessoa Chui 4 416 Lisbonne Moscou 4 563 NE-SE -147
Cruzeiro do Sul João Pessoa 5 374 Lisbonne Nijni-Novgorod 5 047 O-E 327
Pacaraima Chui 5 845 Lisbonne Perm 5 996 NS -151
Pacaraima João Pessoa 6 606 Lisbonne Tioumen 6 678 N-E -72
Oiapoque Chui (par le littoral) 8 018 Lisbonne Novisibirsk 7 947 N-S bis 71

 

Après les positions relatives et les distances, on peut enfin faire comparaison des superficies, toujours en images

Superficies comparées

Pour cela on peut se servir des images créées par le studio Lebedev, qui montrent les superficies réelles des pays, des territoires et des grandes îles sans distorsion liée à la projection de la surface – courbe – de la planète à la surface – plane – de la feuille de papier ou de l’écran. La page de son site internet https://www.artlebedev.com/susha/ permet de comparer des superficies de territoires dans le monde entier[1].

Un poster mondial classe tous les pays du monde par étendue, allant en ordre décroissant de la Russie (16 millions de kilomètres carrés), suivie de l’Antarctique (12 millions) jusqu’aux micro-îles du Pacifique et au Vatican (0,5 km2), invisible sur l’image. La figure 6 montre le haut de ce poster, les plus grands pays et territoires

Figure 6 Les plus grands pays et territoires

Source : https://www.artlebedev.com/susha/

Le site offre la possibilité de comparer visuellement, à la même échelle, les superficies des pays, et permet ainsi de situer celle du Brésil par rapport à d’autres pays, grands ou petits : les principaux pays européens apparaissent très petits par rapport à lui, comme le montrent la figure 7 : la Belgique, avec ses 30 000 km2, tiendrait tout entière dans l’île de Marajó (à l’embouchure de l’Amazonie).

Figure 7 Superficies comparées du Brésil et de quelques pays européens

Source : https://www.artlebedev.com/susha/

On peut enfin rendre cette disproportion plus perceptible encore en imaginant le scénario inverse de celui du début : que se passerait-il si les pays de l’union européenne décidaient de migrer au Brésil ? La figure 7 donne la réponse, ils y tiendraient à l’aise, même si l’on y ajoute la Norvège qui n’en fait pas partie, et même plus encore qu’il n’apparaît sur la figure car malgré le soin mis à tenter d’y ranger le plus rationnellement possible tous les pays il y reste encore de la place : en réalité la superficie totale de l’Union européenne (4,47 millions de kilomètres carrés) n’est que d’un peu plus de la moitié de celle du Brésil (8,51 millions de kilomètres carrés).

Figure 8 Les pays de l’Union européenne dans le Brésil

[1] Confins, « O Brasil entre os grandes países do mundo », Confins 47 | 2020, septembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/confins/31976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.31976


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Braises (11 mars 2021). Dimensions du Brésil. Braises. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4pe