Inégalités brésiliennes : PIB, valeur ajoutée, impôts

Grâce à la mise en ligne sur le site de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique, équivalent de l’IGN et de l’INSEE) de la valeur du PIB 2018 par commune, on peut élaborer des cartes qui montrent clairement l’ampleur des inégalités qui marquent le pays.

Comme l’indique la page du site qui donne accès aux données (https://sidra.ibge.gov.br/pesquisa/pib-munic/tabelas ) « Un système d’indicateurs municipaux avec des informations économiques et sociales est un outil important pour la planification des politiques publiques. Avec la promulgation de la Constitution fédérale de 1988, qui a donné aux municipalités plus de responsabilité et d’autonomie, les demandes d’informations économiques normalisées et comparables au niveau municipal ont été élargies, tant par des agents publics et privés, que par des spécialistes de l’économie, et par la société en général. Les résultats du PIB des communes permettent d’identifier les domaines de création de revenus, en produisant des informations qui saisissent les spécificités du pays. ».

Les cartes qui suivent ont été élaborées, à partir de ces données, en utilisant les logiciels Philcarto (Philippe Waniez) et Cartes et Données (Articque). La partie haute de la première situe les grandes masses du PIB (taille des cercles proportionnels) et leur part dans le total national (couleur des cercle), sa partie basse l’étendue des « microrégions » où il est produit : trois d’entre elles (São Paulo, Rio de Janeiro et Brasília) en représentent 23%, alors qu’elles ne comptent que 14,5% de la population et 0,15% du territoire. Avec la catégorie suivante (18 régions) on est déjà à 50% du total, avec 38% de la population et 1,4% du territoire. Avec les deux suivantes (77 et 138 régions) on arrive à 90% du PIB, avec 78% de la population et 34% du territoire. Et finalement, les 100 dernières, en jaune pâle sur la carte, ne représentent que 10% de la richesse nationale – en termes économiques du moins – pour 22% de la population et 66% du territoire.

Figure 1 Inégalités du PIB, monétaires et territoriales

La figure 2 compare la répartition du PIB avec celle de deux autres indicateurs fournis dans les données publiées par l’IBGE, la valeur ajoutée produite et les impôts payés dans chaque région. Toutes trois sont construites en faisant la moyenne de chaque région avec celles qui l’entourent (en deux auréoles successives) et sont très semblables, à part la présence plus moins forte de la zone franche de Manaus et des détails du tracé des catégories intermédiaires : sur les trois on identifie bien les points forts du Sudeste et du Sud, et les zones déprimées du Nordeste et d’Amazonie.

Figure 2 PIB, valeur ajoutée et impôts

La figure 3 décompose la valeur ajoutée en secteurs économiques : la répartition de celle qui est produite par l’industrie (qui pèse 22% de la valeur ajoutée totale) l’est plus que celle des services marchands, qui avec 56% du total sont désormais le premier secteur économique. La valeur ajoutée du secteur agropastoral est bien différente, très marquée par l’expansion du complexe soja-maïs-coton-élevage bovin dans le Centre-Ouest mais elle ne représente plus que 5% de la valeur ajoutée totale (sans les activités industrielles et de services qui l’encadrent en amont et en aval de la production agricole). Enfin le service public, 17% de la valeur ajoutée, a une diffusion plus large, notamment autour de la capitale, Brasília.

Figure 3 Secteurs de la Valeur ajoutée

La figure 4 synthétise les précédentes et montrant la valeur ajoutée par secteur sur un fond de carte anamorphosé en fonction du PIB 2018 par microrégion et où la gamme de couleurs indique le PIB per capita. Elle montre bien le poids de São Paulo et de Rio de Janeiro, grâce à la valeur ajoutée produite par les services marchands, puis de Brasília, grâce à celle du secteur public. Suivent les autres métropoles régionales, celles du Nordeste et d’Amazonie n’ayant pas un poids suffisant pour empêcher que le reste de ces deux régions n’apparaissent loin derrière les autres en PIB per capita (en jaune clair) et de superficie très réduite par l’anamorphose.

Figure 4 Valeur ajoutée par secteur



Citer ce billet
Braises (2021, 5 janvier). Inégalités brésiliennes : PIB, valeur ajoutée, impôts. Braises. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4pd