Patrie bien aimée … mais laquelle ?

L’hebdomadaire Veja a raconté il y a quelques mois[1] comment une campagne de publicité lancée par le gouvernement de Jair Bolsonaro avait provoqué une polémique.

Il s’agissait de faire connaître le programme Pro-Brasil, qui visait à encourager les investissements pour soutenir l’économie. L’image choisie pour l’illuster apparaissait sous le slogan de l’administration Bolsonaro, « Pátria Amada Brasil » (« Patrie bien aimée, Brésil ») et a été diffusée par les canaux officiels de l’administration fédérale. La campagne a été créée par le cabinet du ministre de la Maison civile (rôle équivalent à celui d’un Premier Ministre), le général Walter Braga Netto, qui dirige également le programme Pro-Brésil.

Image 1. La Campagne

La campagne a été aussitôt « « La cible de critiques sur les réseaux sociaux pour avoir utilisé une photo où n’apparaissent que des enfants blancs, sans représenter, par conséquent, l’hétérogénéité de la population brésilienne. La plupart des critiques font état d’un manque de diversité, d’enfants noirs ou autochtones ».

La photo utilisée dans la publication a été extraite d’une banque d’images gratuite, une sorte de catalogue de photos publicitaires utilisées par les agences du monde entier.

Image 2, Exemple de groupe d’enfants dans une banque d’images

https:// fr.freepik.com/photos-vecteurs-libre/groupe-enfants

La même image a été utilisée dans d’autres actions de communication diffusées dans d’autres pays (voir quelques exemples ci-dessous).

Image 3 : Le même groupe d’enfants dans d’autres campagnes

Les répercussions sur les réseaux sociaux ont été en majorité critiques, bien que des partisans du gouvernement aient trouvé – et dit – que la controverse était « le résultat d’un activisme exagéré ». Certaines étaient franchement indignées, comme celle du directeur de l’ONG Educafro, le Frère David Santos, qui « a officialisé le mécontentement : il a adressé une lettre […] à la ministre de la Femme, de la Famille et des Droits de l’Homme, Damares Alves, pour exiger la suspension de la publicité. « Nous avons demandé qu’elle soit remplacée par une autre photo comprenant des enfants noirs, autochtones et physiquement handicapés », a-t-il déclaré. Il a souligné que le Statut sur l’égalité raciale contient un article qui oblige les agences de publicité à présenter la diversité raciale dans les publicités. « Il est inquiétant que le gouvernement lui-même ne suive pas une directive prévue par la loi fédérale », a-t-il déclaré ».

D’autres internautes ont choisi l’ironie face à cette campagne dont on ne sait si elle a simplement été mal pensée et mal exécutée ou si elle reflète l’idéologie dominante de ce gouvernement (les deux peut-être) en posant avec (fausse) naïveté la question : « Patrie bien aimée … mais laquelle ? ».

[1] Dans un article de Mariana Zylberkan du 23 avril 2020, https://veja.abril.com.br/brasil/gabinete-de-braga-netto-criou-peca-polemica-apenas-com-criancas-brancas/