Anamorphoses d’États brésiliens

La pandémie de Covid-19 a pris au Brésil des proportions catastrophiques et beaucoup de scientifiques s’efforcent de comprendre ses mécanismes. Les épidémiologistes, virologues, biologistes, etc., sont évidemment en première ligne mais les sciences sociales s’efforcent également de contribuer à cet effort. Pour notre part, en tant que géographes nous nous sommes demandé comment le virus pouvait se propager si rapidement dans un pays aussi grand que le Brésil, et c’est la raison d’être du dossier publié le 1er juin dans la revue Confins, avec un article introductif « Comment le coronavirus parcourt le Brésil, trois cas exemplaires », suivi de trois analyses du rôle des routes dans sa diffusion dans le Sud, des fleuves dans l’Amazonas et de son déplacement des quartiers touristiques vers les quartiers populaires à Fortaleza[1].

Comme la situation est particulièrement grave en Amazonas, des collègues de l’Université de Manaus m’avaient demandé une contribution à leur bulletin de l’Atlas ODS de l’Amazonas. À cette occasion, pour bien montrer le poids de la capitale, Manaus, dans cet État amazonien, j’avais eu recours à la technique de l’anamorphose, où les territoires sont déformés en fonction d’une caractéristique statistique. Un des résultats de ce travail[2] apparait sur la figure 1, où la taille des communes est proportionnelle à leur population et où celle de Manaus prend une taille démesurée, bien supérieure à celle qu’elle occupe sur la carte classique (en gris, en bas de la figure).

Figure 1 Le contexte de l’épidémie de Covid-19 dans l’État d’Amazonas

En observant le résultat j’avais remarqué remarque que l’État prenait, curieusement la forme d’un pacu, nom utilisé pour désigner différentes espèces de poissons de l’Amazone[3].

C’est ce que montre la figure 2, en mettant en regard la carte anamorphosée selon la population communale (au centre), la carte par symboles proportionnels à cette même population (à droite) et une photographie de pacu (à gauche).

Figure 2 Anamorphose de l’État d’Amazonas

Cette remarque faite dans une circonstance tragique m’a donné, une fois les articles publiés les articles scientifiques (où je me suis bien entendu gardé de faire cette remarque), l’idée de tenter de faire la même démarche sur d’autres États brésiliens, en utilisant à nouveau, comme pour l’Amazonas, les données de population officielle en 2019 publiés par l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) et le logiciel de cartographie Cartes et Données de la société Articque.

Les résultats sont parfois surprenants et les figures suivantes évoquent presque tous (à deux ou trois exceptions près) des animaux vivant au Brésil, ou au moins dans ses zoos : j’espère que cette évocation – rigoureusement subjective, j’en conviens – pourra faire sourire mes amis brésiliens à un moment tragiques et où ils ont bien besoin de moments de détente.

L’État amazonien d’Acre prend lui aussi la forme d’un animal vivant dans les eaux de l’Amazone, le peixe-boi-da-amazônia (Trichechus inunguis) un lamantin dont le nom populaire (« poisson-boeuf ») vient de ce qu’il peut atteindre jusqu’à 2,5 mètres et peser jusqu’à 300 kilos.

Figure 3 Anamorphose de l’Acre

L’Alagoas, bien que nordestin, prend lui aussi la forme d’un poisson de l’Amazone et du Pantanal, le piranha, la déformation provoquée par la nombreuse population de sa capitale, Maceió évoquant sa gueule ouverte.

Figure 4 Anamorphose de l’Alagoas

Figure 5 Anamorphose de Bahia

Bahia est L’un des rares cas où l’on n’a pas pu trouver de ressemblance avec un animal : sa silhouette évoque celle d’un portefaix si lourdement chargé que son visage est tourné vers le bas.

Figure 6 Anamorphose de l’Espírito Santo

L’Espírito Santo prend la forme d’un crabe, ses pinces sont dessinées par le contour de la baie de Vitória dont les contours sont amplifiés par l’importance démographique de la capitale. La ressemblance est particulièrement adaptée pour cet État côtier proche de Rio et rappelle la phrase de Frei Vicente do Salvador, en 1627, selon laquelle les Portugais installés au Brésil étaient comme « des crabes qui grattent [le sable du] littoral sans jamais s’enfoncer vers l’intérieur ».

Figure 7 Anamorphose du Maranhão

En raison du poids démographique de sa capitale, qui forme la tête de l’animal, le Maranhão prend la forme d’un d’écureuil volant, les quatre pattes et la queue bien déployées pour mieux planer. Dommage seulement que l’animal ne soit pas présent au Brésil.

Figure 8 Anamorphose du Mato Grosso do Sul

Dans le Mato Grosso do Sul la masse de la population de la capitale, Campo Grande, dilate le centre de l’État et lui donne l’allure d’un singe hurleur d’Amazonie à la gueule grande ouverte pour produire les sons retentissants qui justifient le nom de l’espèce. Ils ne sont pas présents dans cet État mais on les trouve un peu plus au nord dans le Mato Grosso dont il était la naguère partie méridionale avant de s’en séparer en 1979.

Figure 9 Anamorphose du Mato Grosso

Une fois encore c’est le poids de la capitale, Cuiabá, qui déforme la maille des communes, formant au centre de l’État le museau d’un chien vu de face, tandis que le profil rectiligne de sa frontière du nord dessine le sommet de la tête et les oreilles

Figure 10 Anamorphose du Pará

Comme la population du Pará est fortement concentrée dans les environs de Belém, cette partie de l’État est fortement amplifié et lui donne l’allure d’une tête de lama, tandis que le nord-ouest de son territoire, très peu peuplé et donc très réduit par l’anamorphose, dessine les oreilles. Il faut toutefois reconnaître que cet animal, bien qu’originaire du continent Bien que originaires du continent, n’est pas présent dans la région, sauf peut-être dans ses zoos.

Figure 11 Anamorphose de la Paraíba

La forme générale de la Paraíba évoque celle d’un jacaré, un caïman tourné vers le littoral, dont la gueule grande ouverte correspond à l’emplacement de la capitale, João Pessoa.

Figure 12 Anamorphose du Paraná

L’anamorphose du Paraná lui donne la forme d’une tête de chien dont les régions les plus peuplées forment le museau et les yeux, la capitale Curitiba pour le premier et les villes jumelles de Londrina et Maringá pour les seconds. Il est assez logique de choisir ici un chien de race européenne puisque la plupart des habitants de cet État sont descendants de colons venus de ce continent.

Figure 13 Anamorphose du Pernambuco

L’anamorphose donne au Pernambuco, dont la forme allongée et sinueuse l’évoquait déjà, l’allure d’un serpent qui aurait avalé une proie bien trop grosse pour lui : cette fois encore c’est l’importance de la population de la capitale qui dilate très fortement la maille communale dans la partie proche du littoral.

Figure 14 Anamorphose du Piauí

Une fois anamorphosée, la forme de l’État du Piauí évoque aussi celle d’un serpent qui aurait eu, comme on le dit familièrement « les yeux plus gros que le ventre ». En l’occurrence le serpent a tout de même réussi à avaler sa proie mais elle gonfle fortement son estomac… Celui-ci correspond à l’emplacement de Teresina, une des rares capitales qui ne sont pas situées sur le littoral.

Figure 15 Anamorphose de l’État Rio de Janeiro

L’anamorphose transforme l’État de Rio de Janeiro en scorpion, les pinces en avant et la queue redressée, rendu seulement un peu plus ventru qu’il ne faudrait par la très nombreuse population de la capitale.

Figure 16 Anamorphose du Rio Grande do Norte

Il est déjà habituel de comparer la forme de l’État du Rio Grande do Norte un éléphant à cause de la « trompe » que dessine son avancée vers le sud-ouest. L’anamorphose renforce cette ressemblance en mettant seulement plus en évidence la massivité de l’arrière-train, causée une fois encore la concentration de population dans la capitale, Natal

Figure 17 Anamorphose du Rio Grande do Sul

Tout comme l’Amazonas à l’autre bout du pays, le Rio Grande do Sul est transformé en poisson par l’anamorphose, mais cette fois ce n’est plus un poisson rond de l’Amazone, plutôt un poisson plat comme le carrelet. Aussi connu comme plie, le Pleuronectes platessa ne vit pas dans les eaux brésiliennes, mais on peut argumenter que la plupart des habitants de cet État sont eux aussi d’origine européenne, descendants des colons allemands et italiens arrivés au XIXe siècle.

Figure 18 Anamorphose du Santa Catarina

Le Santa Catarina devient lui aussi un poisson, dont la tête massive évoque le Labre à tête de mouton (Semicossyphus reticulatus) une espèce vivant dans les mers du Japon, de Chine et Corée du Sud. Un peu trop asiatique pour correspondre à l’immigration qui a peuplé cet État, elle aussi européenne, l’immigration japonaise se dirigeant plutôt vers l’état de São Paulo, un peu plus au nord.

Figure 19 Anamorphose de l’État de São Paulo

Arrivant justement à ce moment de notre parcours à l’État de São Paulo, nous constatons que cette fois l’anamorphose ne produit pas un poisson, mais un oiseau, en l’occurrence un colibri dont le bec effilé est dessiné par la région de faible densité du Pontal do Parapanema, au nord-ouest, tandis que le sud de l’État est très fortement enflé la présence des 18 millions d’habitants de la région métropolitaine de São Paulo.

Les trois derniers États ne ressemblent pas, une fois anamorphosés, à des animaux, les formes qu’ils acquièrent font plutôt penser à des objets, de surcroît sans aucun rapport avec le Brésil.

Figure 20 Anamorphose du Goiás

La déformation créée dans l’État du Goiás par la prédominance démographique de sa capitale, Goiânia, semble créer un visage entouré de décoration foisonnante d’un masque vénitien. On notera que l’encoche qui marque son côté oriental, et qui correspond au territoire qui lui a été enlevé pour créer le district fédéral se retrouve sur le masque vénitien à peu près au même endroit, sur son côté droit.

Figure 21 Anamorphose de l’État de Sergipe

Dans l’État de Sergipe, la déformation induite par le poids démographique de la capitale, Aracaju, paraît dessiner un visage surmonté d’un curieux couvre-chef plat. J’ai choisi d’y voir une coiffe bretonne, plus précisément du pays d’Auray, car j’ai déjà eu l’occasion de noter que si ce carnet s’intitule Braises c’est en partie à cause de parentés affectives – pour moi du moins – entre le Brésil et la Bretagne[4].

Figure 22 Anamorphose du Tocantins

Pour finir, on aurait pu s’attendre à ce que le format du Tocantins évoque un animal, puisque la « pointe » par lequel il se termine au nord est généralement appelé le Bico do Papagaio, le « bec du perroquet ». Mais une fois l’anamorphose réalisée ce n’est pas un animal qui est apparu, mais plutôt un lutin à chapeau pointu, dont le visage correspond à la capitale, Palmas. Bien que fondée seulement après la création de l’État, en 1988, celle-ci a déjà grandi suffisamment pour déformer la maille communale, bien plus que la ville du Nord, Araguaina.

[1] « Como o coronavírus viaja pelo Brasil, três casos exemplares », Confins 45, 2020, http://journals.openedition.org/confins/28436

[2] “Covid-19 no Amazonas: elementos de contexto », Boletim ODS Atlas Amazonas, Especial n.º 5, maio-2020 | ISSN: 2675-0384, https://www.atlasodsamazonas.ufam.edu.br/ultimas-noticias/111-covid-19-no-amazonas-elementos-de-contexto-por-herve-thery.html

[3] De la sous-famille des Serrasalminae, apparentés aux piranhas, mais herbivores ou omnivores.

[4] Pourquoi le titre « Braises« , https://braises.hypotheses.org/482


Une réflexion sur « Anamorphoses d’États brésiliens »

  1. Bonjour, très originale l’anamorphose animalière ! Il fallait y penser. Comme vous le dites, la vie continue et un petit sourire ne fait pas de mal.

Les commentaires sont fermés.