L’épidémie de Covid-19 au Brésil, les cartes révèlent les inégalités

Partie d’Asie et après avoir atteint l’Europe, l’épidémie de Covid-19 déferle au Brésil en ce mois de mai 2020. Le nombre de cas connus est déjà préoccupant. Officiellement il se monte le 21 mai à 310 087 cas confirmés et 20 047 décès enregistrés[1]. Ces chiffres sont manifestement sous-estimés car une très grande partie de la population vit dans l’informalité et ne fréquente le système de santé qu’en dernier recours, le plus souvent dans des établissements mal équipés pour faire face à la crise.

Si imparfaits qu’ils soient, ces chiffres montrent néanmoins que l’épidémie n’atteint pas de la même façon les régions et les groupes sociaux, car les facteurs de contagion et la mortalité due au SARS-CoV-2 sont fortement influencés par des caractéristiques socio-démographiques, or le Brésil est marqué par de très fortes inégalités (http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/breves/idhm-bresil) Comme on dispose sur celles-ci de données plus solides, il est possible de recourir à la cartographie pour estimer les facteurs susceptibles d’aggraver la contagion par le Covid-19.

L’analyse des cartes qui suivent fait craindre que le pire soit à venir, d’autant plus que des tensions très vives sont apparues entre les États fédérés, qui ont décidé des mesures de confinement, et l’État fédéral, qui a une politique beaucoup plus hésitante, en grande partie parce que le président de la République n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation, ou a choisi de la minimiser.

Tableau 1. Cas confirmés et décès enregistrés dans les principaux États au 20 mai 2020

Nom

Cas

confirmés

Décès

confirmés

Décès

par million

São Paulo

69 859

5 363

117

Ceará

30 560

1 900

208

Rio de Janeiro

30 372

3 237

187

Amazonas

23 704

1 561

377

Pernambuco

22 560

1 834

192

Pará

18 135

1 633

190

Maranhão

15 114

634

90

Bahia

11 197

362

24

Espírito Santo

8 092

341

85

Paraíba

5 838

230

57

Santa Catarina

5 499

94

13

Minas Gerais

5 286

177

8

Distrito Federal

5 161

77

26

Rio Grande do Sul

4 973

161

14

Amapá

4 549

142

168

Source : https://covid.saude.gov.br/

Une première carte localise les décès (óbitos) accumulés au 20 mai, la mortalité (relation entre le nombre de cas identifiés et le nombre de décès enregistrés) et le nombre de cas par 1000 habitants : elle montre que si les décès sont évidemment plus nombreux dans les grandes villes, le cas de l’Amazonie est préoccupant en proportion de sa – faible – population.

Figure 1 Nombre de décès au 20 mai 2020

Pour analyser ces données, on a choisi d’utiliser des anamorphoses, des cartes où les territoires sont déformés en fonction d’une caractéristique statistique. La figure 1 utilise ce procédé pour représenter les États brésiliens en fonction de leur population, donnant une image du territoire dans laquelle la région du Sudeste et celle du Nordeste prédominent largement (à l’inverse de la répartition géographique en fonction de la surface où c’est l’Amazonie qui domine). Cette carte présente le nombre de cas confirmés et de décès. Elle fait apparaître trois zones critiques, le Nordeste, le Sudeste (principalement Rio de Janeiro et São Paulo) et l’État d’Amazonas. Les deux premières sont aussi les régions les plus peuplées, il y a donc une certaine logique à ce qu’elles soient les plus touchées. La forte contamination dans l’État d’Amazonas, en particulier à Manaus, sa capitale, est peut-être lié à la présence de la zone franche où sont implantées de nombreuses entreprises asiatiques, les allers-retours de leurs expatriés ayant pu importer le virus.

Figure 2. Cas connus et décès enregistrés au 20 mai 2020

La figure 2 cherche des ressemblances avec d’autres anamorphoses. Les cartes permettent de comparer la répartition des phénomènes, de détecter des corrélations qui permettent de supposer une relation, ce sont des hypothèses causales. Les co-incidences ne sont généralement pas des coïncidences, elles permettent de proposer des pistes d’explication, d’envisager des relations de cause à effet, qui devront être ensuite confirmées par une analyse systématique.

En l’occurrence, on voit qu’il existe une très forte parenté entre l’anamorphose basée sur les décès et celle de la répartition des protestants pentecôtistes (appelés au Brésil evangélicos). Une autre similitude, un peu moins nette globalement mais très forte dans la région du Nordeste, se dégage entre la carte de la répartition des très pauvres (personnes gagnant moins de ½ salaire minimum, c’est-à-dire moins de 80 Euros par mois).

Figure 3 Quatre anamorphoses

La troisième carte confirme cette différenciation, très tranchée. La couleur de fond attribuée à chaque État est graduée (du jaune clair au brun foncé) en fonction de la proportion des personnes qui gagnent moins d’un demi-salaire minimum : c’est bien dans le Nordeste que cette proportion est la plus forte.

Les taille des cercles portés sur chaque État indique le nombre de personnes ayant déclaré au dernier recensement (en 2010) être de religion evangélica (protestants pentecôtistes) et la couleur du cercle, graduée du jaune clair au vert sombre, leur proportion dans la population : c’est dans le Sudeste, et en particulier à São Paulo, qu’ils sont les plus nombreux, mais c’est en Amazonie que leur proportion est la plus élevée, ce qui expliquer les taux élevés dans cette région peu peuplée, notamment l’État d’Amazonas.

Figure 4 Facteurs d’aggravation

L’analyse cartographique semble donc proposer la conclusion suivante : en dehors du foyer de l’Amazonas, probablement expliqué par les relations économiques avec l’Asie, deux facteurs semblent se corréler fortement à la distribution des cas et des décès au Brésil, d’un côté les conditions sociales et la pauvreté, d’un autre l’importance des églises évangéliques. Ils n’expliquent pas tout, comme on le voit dans le cas de l’État de Santa Catarina qui a une ex plus forte mortalité que ceux de Bahia et du Piauí alors qu’il compte peu de pauvres et peu d’évangélistes… Peut-être est-ce simplement parce que cet État à l’administration bien organisée détecte mieux les cas de Covid-19 que d’autres ? Ce serait à vérifier, la carte détecte les disparités, elle incite à chercher leurs causes.

On comprend bien comment la pauvreté est un élément d’aggravation de la crise, d’autant que ce facteur joue dans la plupart des pays, tant en Amérique latine qu’en Amérique du Nord. Mais pourquoi une forte proportion d’evangélicos serait-elle un facteur d’aggravation de la contagion ? Parce que beaucoup d’entre eux nient la gravité de l’épidémie, continuent à tenir leurs cultes en pensant que la protection divine suffira pour leur éviter de tomber malades. Ils sont incités en cela par le président de la République, lui-même évangélique et victime d’une sorte de « complexe du miraculé », qui ne cesse de minimiser la pandémie et ses victimes laissant entendre que « Dieu reconnaîtra les siens ».

C’est pour le moins imprudent si l’on en croit les scénarios établis spécifiquement pour le Brésil par l’étude de l’Imperial College, même s’il faut évidemment les prendre avec prudence, comme toute projection.

Tableau 2 Les scénarios de l’Imperial College

Scénario

Restrictions

Cible et effets

Nombre de personnes infectées

Nombre de décès

1

Intenses et précoces

Toute la population, interactions réduites de 75% dès 60 décès par jour

11,5 millions

44 200

2

Intenses et tardives

Toute la population, interactions réduites de 75% dès 480 décès par jour

49,5 millions

206 100

3

Modérées, intenses seulement pour les personnes âgées

Réduction des interactions de 41% pour la population de moins de 70 ans et de 60% pour les plus de 70 ans (moyenne 42,2%)

113 millions

471 700

4

Modérées

Réduction des interactions de de 41%

143 millions

576 000

5

Aucune

Aucune mesure de confinement

182,8 millions

1 100 000

Source: The global impact of Covid-19 and strategies for mitigation and suppression, Walker P.G.T. et al., Imperial College Covid-19 Response Team. Cité par Jean-Yves Carfantan, « Le Président joue à la roulette russe », Blog Brésil : politique, économie, société, https://www.istoebresil.org/

Or la gestion de la crise pandémique est tout sauf une démonstration d’unité politique. Le gouvernement fédéral et les gouverneurs des États ont de graves désaccords sur la conduite à tenir et en particulier sur l’opportunité et la durée du confinement. De ce fait, le Brésil partage avec la Biélorussie, le Turkménistan et le Nicaragua le douteux privilège de faire partie – selon le Financial Times, de l’« alliance des autruches », celle des pays dont les dirigeants s’obstinent dans le déni du Covid-19.

Son président Jair Bolsonaro a d’abord prétendu que ce n’était qu’une « petite grippe », comme d’autres dirigeants dans le monde, puis s’est entêté à minorer la gravité de l’épidémie. Il s’est ensuite opposé aux mesures de confinement décidés par les États, avant de devoir reconnaître qu’il y avait réellement un sérieux problème puis de déclarer, le 28 avril (en faisant un jeu de mots sur son second prénom, Messias) : « Et alors ? Je suis désolé, mais que voulez-vous que je fasse ? Je suis un Messie, mais je ne fais pas de miracles ». La presse – qu’il attaque régulièrement, comme le modèle auquel il se réfère constamment, Donald Trump, n’a pas manqué de dénoncer son aveuglement (figure 4).

Figure 5 Bolsonaro et les morts du Covid

Devant cette incurie, beaucoup de Brésiliens (habitués depuis des années à ne pas trop compter sur les services publics) ont décidé d’agir par eux-mêmes. C’est notamment le cas des habitants de la favela Santa Marta, à Rio de Janeiro, qui ont publié l’appel suivant: (https://wikifavelas.com.br/index.php?title=Sanitiza%C3%A7%C3%A3o_do_Santa_Marta):

« Nous avons eu l’idée de faire nous-mêmes le processus d’assainissement de la favela ! Nous avons obtenu les premiers dons et avons déjà commencé volontairement à réaliser, avec l’équipement de sécurité approprié, cette action préventive pour désinfecter les rues, ruelles, ruelles et funiculaire du morne Santa Marta ».

Avec le matériel qu’ils ont pu se procurer grâce à ces dons, ils désinfectent eux-mêmes les chemins par où passent les travailleurs qui doivent aller travailler pour gagner, au jour le jour, un peu d’argent pour nourrir leur famille. Bel exemple, qui mérite d’être soutenu, et preuve qu’au Brésil, comme ailleurs, la crise actuelle remet en pleine lumière des populations « invisibles » en situation normale.

Figure 6  Les habitants des favelas se débrouillent seuls

https://wikifavelas.com.br/index.php?title=Sanitiza%C3%A7%C3%A3o_do_Santa_Marta

[1] Ce texte reprend et actualise des articles publiés sur Géoconfluences (« La pandémie de Covid-19, regards croisés de géographes » (http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/pandemie-de-covid-19-regards-croises-de-geographes ) et sur le blog Covidam, « Covid-19 au Brésil : aggravants, scénarios et risques », (https://covidam.institutdesameriques.fr/covid-19-au-bresil-aggravants-scenarios-et-risques/ ) qui décrivaient respectivement la situation au xx mai et 22 avril.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.