Les deux agricultures brésiliennes

Les deux agricultures brésiliennes

Lors de la publication des résultats définitifs du recensement agricole de 2017, l’IBGE[1] indiquait dans ses notes techniques qu’il l’avait réalisé « dans le but de dépeindre la réalité du Brésil agraire […] et tous les changements survenus depuis la dernière enquête, le recensement agricole de 2006 ». De fait, bien des changements se sont produits dans les dix années écoulées entre les deux recensements, mais bien des structures de fond persistent, et ce n’est pas le moindre intérêt du recensement que de montrer.

La date de référence pour le recensement agricole de 2017 est le 30 septembre 2017, concernant les informations sur les personnes employées, les stocks, le bétail, les cultures permanentes et la sylviculture. Pour la période de référence pour les productions, la superficie, le volume de travail au cours de l’année, etc. sont l’intervalle du 1er octobre 2016 au 30 septembre 2017. Les principaux concepts de métadonnées sont détaillés à l’adresse https://metadados.ibge.gov.br/consulta/estatisticos/operacoes-estatisticas/CA et les données elles-mêmes sont disponibles, gratuitement,  aux échelles du Brésil entier, des grandes régions, des États, des mésorégions, des microrégions géographiques et des communes à l’adresse https://www.ibge.gov.br/estatisticas/economicas/agricultura-e-pecuaria/21814-2017-censo-agropecuario.html?=&t=o-que-e

Une première exploitation des données du recensement agro-pastoral permet de mettre sous forme d’images l’opposition entre agriculture familiale et agriculture non familiale, la répartition des principaux cheptels de l’élevage et les la persistance de structures agraires très contrastées.

Agriculture familiale et non familiale

Le recensement de 2017 fait, comme celui de 2006, la distinction entre « agriculture familiale » et « agriculture non familiale ». Le choix des termes n’est pas très heureux, il semble avoir été dicté par le souci d’éviter de parler d’« agriculture paysanne » et d’« agriculture commerciale » (ou d’« agriculture capitaliste »), termes qui étaient tabous du temps du régime militaire sous lequel le pays avec vécu de 1964 à 1985. À cette réserve près, la distinction est utile en ce qu’elle fait bien apparaître que l’agriculture brésilienne est double, par les systèmes d’exploitation, les performances, les marchés visés et – en ce qui nous concerne ici – la répartition spatiale.

La figure 1 montre à la fois le nombre des exploitations d’agriculture familiale (indiquée par la taille des cercles) et leur proportion dans le total des exploitations (indiquée par la couleur des cercles). Elle montre bien qu’ils sont particulièrement nombreux, et en proportion importante du total des exploitations, dans le Nordeste et le Sud.

Figure 1 Les exploitations d’« agriculture familiale »

La figure 2, construite selon les mêmes principes, montre le nombre des exploitations de l’agriculture non familiale et leur place dans le total des exploitations : c’est cette fois dans le Sudeste et le Centre-Ouest qu’elles sont prédominantes, définissant le polygone où domine ce qui est généralement désigné au Brésil comme agronegócio ou agrobusiness

Figure 2 Les exploitations d’« agriculture non familiale »

Une bonne façon de caractériser l’agriculture famille est de produire une carte à partir d’une donnée qui figure dans le recensement, la proportion de la main-d’œuvre de l’exploitation qui a des liens de parenté avec le producteur responsable de l’exploitation. La figure 3 confirme bien que c’est dans le Nord et le Nordeste qu’elle est prédominante, ainsi que dans le sud-est du Minas Gerais et une partie du Santa Catarina.

Figure 3 Main d’œuvre avec lien de parenté

À l’inverse, la proportion de la main-d’œuvre qui n’a pas de lien de parenté avec le producteur (figure 4) prédomine dans le polygone de l‘agronegócio, déjà vu sur la figure 2, ainsi que dans le sud de l’État de Bahia, la région de production du cacao.

Figure 4 Main d’œuvre sans lien de parenté

Cette concentration est plus nette encore si l’on prend comme critère, comme sur la figure 5, la proportion des exploitations qui sont administrées par un représentant du producteur, en général un régisseur chargé par lui de gérer l’exploitation en son absence lorsqu’il réside ailleurs, ce qui est en général le cas.

Figure 5 Administrateurs

Répartition et diversité des cheptels

La figure 6 montre à la fois le nombre total des animaux d’élevage et d’autre part le poids relatif des différents types d’animaux. La taille des cercles indique leur nombre total, calculé en UGB (unité de gros bétail) qui donne un coefficient à chaque sorte d’animaux depuis les bovins jusqu’aux volailles, de façon à pouvoir les totaliser. La couleur des cercles indique la prédominance (établie sur un diagramme triangulaire) de trois sortes d’animaux, marron pour les bovins, rouge pour les volailles et bleu pour les caprins et les ovins.

Figure 6 Les cheptels

La figure 7 raffine cette typologie grâce à une analyse en classification ascendante hiérarchique (CAH, dite aussi analyse de cluster). Son principe est de grouper entre elles les régions de profils similaires et de les caractériser par leur écart à la moyenne indiquée, sur le graphique situé sous la carte, par un graphique à barres plus ou moins longues selon que le groupe s’écarte de la moyenne par des taux supérieurs (barres vers la droite) ou inférieure (barres vers la gauche).

La carte fait apparaître que c’est l’élevage bovin qui domine dans la plupart des régions (le Brésil compte plus de têtes de bétail que d’habitants) mais que des régions spécialisées apparaissent pour d’autres types d’animaux. Le Nordeste est caractérisé par l’élevage des ânes, mulets, chèvres et moutons (dans une variante locale prédominent les premiers et les deux derniers), tandis que dans le Sud et quelques régions d’Amazonie c’est l’élevage des porcs qui domine.

Dans le premier cas on peut l’expliquer par la présence de petites exploitations familiales pratiquant la polyculture, où l’élevage des ports tient toute sa place, notamment dans les colonies de descendants d’immigrants allemands. Dans le second cas l’étendue des zones roses (en particulier dans l’extrême nord-ouest, la région dite de « la tête du chien ») ne doit pas faire illusion, cette prédominance de l’élevage des ports est plutôt liée à la difficulté des autres élevages dans ces régions souvent amphibies.

C’est en revanche justement la présence de l’eau qui permet l’élevage des buffles en Amapá et dans l’île de Marajó, en Amazonie, et dans une petite région aux limites des États de São Paulo et du Paraná. Enfin, les régions de production de volailles sont en général proches des grandes villes, les principaux marchés consommateurs d’œufs et de viande de volaille.

Figure 7 Types d’élevages

Structures agraires

Le contraste majeur dans l’agriculture brésilienne est toutefois à chercher moins du côté des productions que des structures agraires. Il est si fort qu’il existait jusqu’en 2016 deux ministères de l’agriculture, l’un qui s’occupait des grands productions tournées principalement vers l’exportation (soja, canne à sucre, café, coton) tandis que l’autre, le ministère du développement agraire, était chargé du soutien à la petite agriculture, et a été rattaché ensuite au ministère des affaires sociales.

La figure 8, construite elle aussi à partir d’une classification ascendante hiérarchique, construit une typologie à partir des tailles d’exploitation. On y voit bien que les petites exploitations dominent en Amazonie orientale, en haute Amazonie et dans le Nordeste et que, à part une petite catégorie des exploitations moyenne de 5 à 50 ha (dans le Sudeste et le Sud), ce sont les grandes exploitations qui dominent dans le polygone central, qui tend maintenant à s’étendre vers le nord et le nord-ouest au long des routes reliant l’Amazonie au reste du pays.

Figure 8 Typologie des exploitations par taille

La figure 9 se focalise sur les exploitations de moins de 5 ha et de plus de 50 ha, en nombre absolu et en proportion dans le total des exploitations. Elle confirme la localisation des plus petites dans les régions citées et montre que les plus grandes sont aussi présentes sur les fronts pionniers, au long de la Transamazonienne et au nord du Mato Grosso, où les lots de colonisations dépassent en effet les 50 ha.

Figure 9 Exploitation agricoles de moins de 5 ha et plus de 50 ha

La figure 10 qui représente le pourcentage des établissements de moins de 5 ha et de plus de 10 000 ha (pour ne retenir que les petites et les très grandes) précise encore davantage ces localisations, d’autant plus qu’on y a fait la moyenne de chacune des communes avec ses voisines, pour mesurer 1 tendance régionale. Dans le cas des très grandes, elle confirme qu’elles se situent principalement dans le Mato Grosso mais aussi dans la nouvelle région du soja de l’ouest de Bahia et du sud du Piauí et du Maranhão.

Figure 10 Exploitation agricoles de moins de 5 ha et de plus de 10000 ha

Ao focar ainda mais nos menores e menores (menos de 0,1 ha e mais de 10 000 ha), a figura 11 confirma que a principal concentração da primeira vai do Ceará até Belém, mas está localizada também no estado do Rio de Janeiro, enquanto os muito grandes são praticamente limitados aos dois Mato Grosso, com um máximo na região do Pantanal

Figure 11 Pourcentage d’exploitation agricoles de moins de 0,1 ha et de plus de 10 000 ha

On se trouve donc bien en face de la très vieille structure agraire si présente en Amérique latine depuis la conquête espagnole et portugaise, l’opposition entre minifundio et latifundio. Cette dualité entre très petites et les très grandes exploitations agricoles y est en général héritée de l’opposition ce qui est resté entre les mains des descendants des premiers occupants indigènes, d’une part, et d’autre part entre les grandes haciendas ou fazendas constituées par les nouveaux maîtres espagnols et portugais. Mais on voit bien que cette structure duale se reproduit avec les fronts pionniers, sur des terres jusque-là très peu peuplées.

La figure 12 qui utilise l’anamorphose pour représenter graphiquement la concentration des très petites et très grandes exploitations, en augmentant ou diminuant la taille des régions où elles sont situées, montre donc que si les minifundios encore sont très présents dans le Nord et le Nordeste, le centre Ouest du pays est réellement devenu le domaine des très grandes, avec la constitution de nouveaux latifundios de production massive. Les données du tout nouveau recensement agro pastoral confirme donc que cette très ancienne structure, avec de nouvelles modalités et plus d’efficacité, et donc toujours très active au Brésil.

Figure 12 Minifundio et latifundio

[1] Institut Brésilien de Géographie et Statistique


Une réflexion sur « Les deux agricultures brésiliennes »

  1. Interessante analise Hervé. Em sintese, os dados de agricultura revelam uma cartografia e avanços e desafios gerais do territorio do Brasil.

Les commentaires sont fermés.