Marc Ferrez, un photographe témoin de son temps

Marc Ferrez (1843-1923) a été témoin des extraordinaires transformations qu’a connu le Brésil du milieu du XIXe siècle au premier quart du XXe et nous a laissé sur elles un précieux témoignages sous formes de photographie d’une grande qualité. On mesure grâce à elles l’évolution du pays puisque les premières montrent encore des esclaves tandis que les dernières sont consacrées au développement du cinéma à Rio.

En suivant, résumant et complétant la chronologie établie par Andrea C. T. Wanderley « O brilhante cronista visual Marc Ferrez »[1], on peut retracer les étapes principales de sa carrière autour de quelques-unes de ses photographies.

Les débuts

Marc Ferrez est né à Rio de Janeiro, le 7 décembre 1843. Son père était sculpteur et graveur, ainsi que son oncle Marc Ferrez. Diplômés de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, ils avaient rejoint la Mission française qui avait été invitée à Rio en 1816 quand la Reine, le prince Régent et toute la Cour Portugaise s’y étaient repliés pour fuir l’avancée des troupes napoléoniennes. Cette mission avait été des étapes majeures du développement des arts au Brésil, elle a puissamment contribué à y développer l’influence culturelle française, et par cette filiation Marc Ferrez s’y inscrit pleinement, en prolongeant dans son domaine, la photographie, ce qui avait commencé dans la littérature, la peinture, la sculpture et la mode.

Il passa quelques années en France, on ne sait pas exactement à quel moment il y est parti mais on sait qu’il en revint vers 1863 et que le 12 mars 1867 il déposa auprès du conseil municipal de Rio de Janeiro une demande de licence pour exploiter un établissement photographique au numéro 96 de la Rua São José, sous la marque commerciale Marc Ferrez & Cia.

Dès 1868 il pouvait annoncer la vente d’« une vaste collection de vues de Rio de Janeiro et de navires de guerre de toutes les nations[2] » (Jornal do Commercio, 6 décembre 1868), mais hélas ces photos n’ont pas été conservées car le 18 novembre 1863, un incendie détruisit son atelier, son équipement photographique et toutes les plaques de ses premières années de photographe (Jornal do Commercio, 19 novembre 1873).

En 1875, Ferrez commença à travailler comme photographe pour la Commission géologique de l’Empire, dirigée par l’américain Charles Frederick Hartt (1840-1878), qui devint directeur de la section géologie du Musée national en 1876. Il visita les États actuels d’Alagoas, Bahia. Pernambouc et une partie de la région amazonienne, dans le cadre d’une mission scientifique menée sous les auspices du gouvernement impérial, qui produisit la première représentation photographique de diverses régions du territoire brésilien[3].

Figure 1 Marc Ferrez en 1876

En cartouche son tampon et une publicité pour ses activités de photographe

Marc Ferrez. Marc Ferrez aos 33 anos de idade, c. 1876. Rio de Janeiro, RJ / Acervo IMS

En 1877 il fit sa première exposition à la galerie La glace élégante, 13 rua do Ouvidor, où il exposa de nombreuses fois tout au long de sa carrière. En 1878, il se rendit en France à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, où il présenta un panorama de Rio de Janeiro qu’il avait déjà exposé à l’Exposition universelle de Philadelphie en 1876. Il y acheta un appareil de prise de vue panoramique, avec cet équipement, pesant plus de 100 kilos, il était possible de produire de grandes images allant jusqu’à 1,1 mètre sans les distorsions souvent causées par la juxtaposition de plusieurs photographies.

Elle lui servit souvent pour produire des photographies de paysages, notamment de Rio de Janeiro, comme celles des figures 2 et 3, prises respectivement de Santa Tereza et du Corcovado. Sur la seconde il a joué avec l’illusion procuré par la double exposition, lui et un ami apparaissent deux fois sur la photo.

Figure 2 Panorama de Rio de Janeiro de Santa Tereza vers 1885

Acervo IMS Panorama parcial do Rio de Janeiro, c. 1885. Rio de janeiro, RJ / Acervo IMS

Figure 3 Panorama de Rio de Janeiro du Corcovado vers 1885

 

Marc Ferrez,, Acervo IMS

Dans les années 1880 Ferrez commença à développer de nouvelles activités. D’une part, celles de commerçant et de représentant de produits et articles de photographie, activités d’où il tira dès lors une grande partie de ses revenus. D’autre part il entreprit de photographier une des transformations les plus spectaculaires du Brésil d’alors, la construction des chemins de fer.

Images de la modernité

Parmi les premières images de ce nouveau Brésil figurent celles qu’il exposa en 1880 dans le magasin du lithographe Jules Martin, des photographies réalisées dans la Province de São Paulo, où il s’était rendu pour la première fois (Jornal da Tarde, 29 septembre 1880). Parmi elles, des vues du chemin de fer Santos-Jundiaí, via São Paulo, récemment construite pour écouler la production de café qui se développait rapidement dans l’ouest de la Province.

Figure 4 Le chemin de fer Santos à São Paulo, vers 1880

Acervo Instituto Moreira Salles.

Il en fit ensuite d’autres chemins de fer, comme la ligne Dona Thereza Cristina (Santa Catarina), toujours à la galerie La Glace élégante (Gazeta da Tarde, 11 de novembro de 1884) et participa à l’inauguration de la da ferrovia do Paraná (19 décembre 1884, 4 février 1885).  « Couvrir » les inaugurations de ces nouvelles infrastructures lui donna l’occasion de photographier les autorités qui les honoraient de leur présence, à commencer par l’Empereur lui-même.

Photographies de la famille impériale et de célébrités

Photographiant le chantier du chemin de fer Dom Pedro II, reliant São Paulo au Minas Gerais, il enregistra ainsi (figure 4) la présence de l’empereur Pedro II et de son entourage à l’entrée du tunnel de la Serra da Mantiqueira (Gazeta de Notícias, 27 juin 1882).

Figure 5 Inauguration d’un tunnel en présence de l’empereur et de son entourage, 1882.

Acervo IMS

Ferrez eut d’autres occasions de faire des clichés de membres de la famille impériale, d’autant plus facilement que Dom Pedro II appréciait la photographie. Il avait lui-même été fasciné par la nouveauté qu’elle était encore au début de son règne, au point d’être surnommé « l’Empereur photographe ») et il constitua l’une des premières et des plus riches collections d’images du monde (et de lui-même).

Figure 6 Les enfants de l’Empereur en 1883

  1. Pedro de Alcântara, D. Antônio Gastão e D. Luís Maria en 1883.

Marc Ferrez fut reçu par Dom Pedro II, notamment lorsque celui-ci lui l’a élevé au rang de Chevalier de l’Ordre de la Rose le 7 mars 1885 (Publicador Maranhense, 26 mars 1885). Il a aussi photographié la cérémonie d’installation de la princesse Isabel (1846 – 1921) comme régente en l’absence de son père (parti faire un long voyage), à la cathédrale de la Sé. Le Te Deum célébré à cette occasion lui a probablement offert sa première occasion d’utiliser les nouveaux flashs de magnésium récemment reçus d’Europe.

Figure 7 Te Deum pour l’installation de la princesse Isabel  comme régente

Coleção Princesa Isabel

Outre ceux de la famille impériale Ferrez fit aussi des portraits d’autres célébrités de l’époque, parfois en collaboration avec un autre photographe, Insley Pacheco. Il exposa ainsi à Notre Dame de Paris, en 1884, un portrait[4] de l’astronome belge Louis Ferdinand Cruls (1848 – 1908), directeur de l’observatoire impérial de Rio de Janeiro (Jornal do Commercio, 4 juillet 1884). Celui-ci fut plus tard l’auteur du rapport qui définissait le périmètre (« rectangle Cruls ») où devrait être construite la future capitale dont le projet avait été inscrit dans la Constitution de 1891 mais ne fut réalisé que bien plus tard, avec la construction de Brasília.

Dans la première édition du magazine Galeria Contemporânea do Brasil, fut publiée une photographie d’un des plus importants écrivains brésiliens, Machado de Assis[5], identifiée comme une « photographie inaltérable de Marc Ferrez et cliché d’Insley Pacheco » (Revista Ilustrada, 31 août 1884, dans la section « Livres à lire »).

Toutefois, tout en témoignant de la naissance du Brésil moderne et des dernières splendeurs de l’Empire, Ferrez a aussi connu – et photographié – les dernières années de l’esclavage, qui n’a été aboli au Brésil qu’en 1888.

Photographies de l’esclavage

Des mesures avaient été prises pour réduire le nombre des esclaves : interdiction de la traite, « loi du ventre libre », qui établissait que leurs enfants naissaient libres, « loi des sexagénaires », qui libérait ceux d’entre eux – ils étaient rares – qui atteignaient 60 ans. Mais jusqu’à la veille de l’abolition il restait légal d’en posséder et il n’était pas fréquent qu’ils soient affranchis.  C’est pourtant ce que firent en 1884 Ferrez et ses sœurs Francisca et Augustine, qui libèrent deux esclaves, dont l’un travaillait à la Maison Leuzinger et l’autre était boulanger (Gazeta da Tarde, 13 décembre 1884).

En dehors de cette action individuelle, Ferrez contribua d’une autre façon à faire avancer la cause de l’abolition, en réalisant une des rares photographies montrant un groupe d’esclaves amenés d’Afrique, prise avant qu’ils ne débarquent de leur voyage transatlantique (figure 8). Parfois présentée comme prise sur un navire négrier il semble qu’elle l’ait en fait été à bord d’un navire de la marine britannique (peut-être le HMS London), qui en avait abordé un et libéré les esclaves africains. Mais d’une façon ou d’une autre l’image eut un fort impact en montrant que malgré toutes les interdictions ce trafic scandaleux existait encore.

Figure 8 Groupe d’esclaves amenés d’Afrique au Brésil

https://sluizalves.wordpress.com/2012/12/04/abolicao-da-escravidao-no-brasil/navio-frances-com-escravos-a-venda-no-rio-de-janeiro-marc-ferrez/

Ferrez prit par ailleurs des photos d’esclaves au travail, que de soit dans les plantations de café, comme orpailleurs ou en ville, travaillant comme domestiques ou comme « escravos de ganho » (« esclaves de gain »), dont leurs maîtres louaient les services[6].

Figure 9 Esclaves dans une plantation de café dans la vallée du Paraíba do Sul, c.1885.

Acervo IMS, http://www.crb8.org.br/marc-ferrez-o-fotografo-que-registrou-a-escravidao-e-o-brasil-do-imperio/

Figure 10 Esclaves orpailleurs dans le Minas Gerais

2430cx065-01

https://www.historiailustrada.com.br/2014/04/raras-fotografias-escravos-brasileiros.html

Figure 11 Esclaves domestique à Bahia vers 1860

https://www.historiailustrada.com.br/2014/04/raras-fotografias-escravos-brasileiros.html et https://idd.org.br/acervo-digital/iconografia/painel-historico/escravidao/

En réalisant et publiant ses photographies, Ferrez contribua à rendre visible l’existence et les conditions de travail d’esclaves au Brésil à l’extrême fin du XIXe siècle, alors qu’ils avaient été libérés dans la plupart des autres pays, et de ce fait contribua à appuyer la cause de l’abolition défendue au Brésil et à l’étranger.

En dehors de cette mutation majeure de la société brésilienne, il fut aussi le témoin d’un autre bouleversement, celui de ses villes, où se produisaient alors des réformes urbanistiques très inspirées de modèles européens, en particulier de celui de Paris.

Mutations urbaines

Ferrez eut d’autant plus l’occasion de comparer ce qui se passait à Rio de Janeiro avec qui s’était passé à Paris sous Haussmann qu’il fit plusieurs fois aller-retour entre les deux capitales, et que ses images franchissaient elles aussi l’Atlantique. Il présenta des vues de Rio de Janeiro à l’Exposition universelle qui se tint à Paris, du 6 mai au 31 octobre 1889, occasion ou fut inaugurée la tour Eiffel. Dans l’article « La Révolution au Brésil » sur la chute de l’Empire, Le Monde illustré publia, le 30 novembre 1889, un dessin basé sur une photographie de la statue équestre de Dom Pedro I, réalisée par lui dans les années 1870.

En 1900 furent lancés les livres O Rio de Janeiro em 1900 : vistas e excursões (Rio de Janeiro en 1900 : vues et excursions) du militaire et journaliste Francisco Ferreira da Rosa (1864-1952) et Estados Unidos do Brasil (Les États-Unis du Brésil) par le géographe et anarchiste français Élisée Reclus (1830-1905). Le premier comprenait des photographies produites par Ferrez et le second des gravures de T. Taylor et A. Slom réalises à partir de ses photos. La même année il participa à l’Exposition universelle qui se tint de nouveau à Paris.

Ayant assisté aux bouleversements causés par l’« haussmannisation » de la capitale française il s’attendait peut-être à ce qu’il s’en produise de semblables à Rio mais on ne sait pas s’il s’attendait en être affecté personnellement. En tout cas, le 4 décembre1903, il accepta la proposition d’indemnisation pour le bien qui lui appartenait, rue San Jose, qui serait démoli pour la construction de l’avenue centrale et reçut 25 Contos de Réis pour sa propriété. Il tirait également de la construction de cette rue une réalisation professionnelle de grande valeur, l’Album da Avenida Central, un important témoignage sur la réforme de la voie principale de la capitale fédérale d’alors. Ce type de photographie a été fondamental pour la construction et la diffusion d’une nouvelle image de Rio de Janeiro, associée aux idéaux de civilisation et de progrès.

Figure 12 L’Avenida Central en 1906

L’Avenida Central, actuelle avenida Rio Branco, aux environs de la rua do Ouvidor et de la rua Miguel Couto, 1906

Acervo IMS

Parallèlement à ces mutations de la ville qui l’entourait, Ferrez s’engagea dans une évolution personnelle permit d’ajouter à la photographie une nouvelle dimension professionnelle quand il devint des pionniers du cinéma au Brésil.

Après la photographie, le cinéma

Avec son fils, Julio, il obtint la représentation au Brésil de la société française Pathé Frères, la plus grande usine de films et de d’appareils cinématographiques en Europe. En 1908 sortit le film réalisé par Julio Ferrez Nhô Anastácio chegou de viagem (M’sieur Anastácio revient de voyage), considéré comme la première comédie brésilienne et la société Marc Ferrez produisit des films sur les chantiers ferroviaires alors en cours au Brésil. En 1911 le film Notre-Dame de Paris a été montré avec grand succès au Cinéma Pathé (Fon-Fon, 4 novembre 1911) et tout au long de 1911 plusieurs films projetés par la Casa Marc Ferrez & Filhos ont été annoncés dans le magazine.

Figure 13 Le cinéma Pathé vers 1919

Acervo IMS, http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/2515

Les dernières années

Jusqu’au bout Ferrez s’est tenu au courant des progrès techniques puisque c’est lui qui a introduit au Brésil les autochromes, un procédé photographique couleur mis au point par les frères Lumière et qu’il s’est ainsi converti la photographie en couleur.

Mais l’âge venant il commença ensuite à prendre du recul, passa plus de temps en France, notamment à Vichy où il alla faire une cure en 1915. En 1921 il se rendit de nouveau en France, à Paris, il y réalisa de magnifiques photographies de roses lors de ses visites à la roseraie du parc de Bagatelle, dans le bois de Boulogne, qu’il fréquentait souvent.

En 1922 il embarqua sur le Lutetia le 31 juillet à Bordeaux[7] pour revenir au Brésil et arriva à Rio de Janeiro le 14 août (O Paiz, 15 août 1922). Ce fut son dernier grand voyage, il mourut le 12 janvier 1923 et fut enterré au cimetière São João Batista (Gazeta de Notícias, 16 janvier 1923, et Fon-Fon, 20 janvier 1923).

[1] Disponible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/?p=13570. Andrea C. T. Wanderley la signe comme “editora-assistente e pesquisadora do portal Brasiliana Fotográfica”

[2] Car il était photographe officiel de la Marine impériale

[3] Selon Gilberto Ferrez, son petit-fils, c’est au cours de ce voyage que Marc Ferrez a contracté une maladie du foie, qu’il n’a jamais guérie

[4] Accessible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/4770

[5] Accessible à l’adresse http://brasilianafotografica.bn.br/brasiliana/handle/20.500.12156.1/953

[6] Dans ce dernier cas les photographies présentées ne sont pas de Marc Ferrez

[7] Le pionnier de l’aviation Alberto Santos Dumont (1873 – 1932) était également à bord