Itinéraires franco-brésiliens du café

Dans le succès planétaire qu’est l’histoire du café, une des premières mondialisations[1], on peut distinguer quelques itinéraires franco-brésiliens spécifiques, quelques chemins par lesquels la plante est arrivée de France – ou plutôt de ses colonies – jusqu’au Brésil, le pays qui est depuis les années 1830 et jusqu’à aujourd’hui le premier producteur mondial de café.

Le caféier est originaire d’Éthiopie, où ses fruits étaient consommés sous forme de pâte ou de boisson, pour ses vertus médicinales. De là l’arbuste fut introduit au Yémen aux environs du XIVe siècle, et c’est là que furent créées ses premières plantations. Pour répondre à une demande en forte hausse, sa culture s’est ensuite déplacée, dès le début du XVIIe siècle, vers Java puis vers l’Amérique, après un passage rapide par l’Europe. Ces transferts ont toutefois reposé sur une base génétique très limitée : seuls quelques plants de chacune des deux principales variétés, Typica et Bourbon, ont été exportés, puis dupliqués partout dans le monde.

Récapitulons quelques étapes de cette migration :

En 1614, une délégation de marchands hollandais et de spécialistes de l’horticulture visite Aden afin d’étudier comment les Arabes transformaient le café, et dès 1616 la Compagnie néerlandaise des Indes orientales s’y approvisionnait.  

En 1658 la culture du « moka » est tentée par les Hollandais à Ceylan.

En 1706 les Hollandais implantent le café à Java, et un plant est déposé au jardin botanique d’Amsterdam.

En 1708 les corsaires malouins organisent la première « expéditions de Moka », en contournant l’Afrique, et rapportent 1 500 tonnes de café à Saint-Malo.

En 1711 une deuxième expédition de Moka est organisée par Antoine Crozat.

En 1712, la France et la Hollande préparent la paix qui sera signée lors du Traité d’Utrecht (en 1713). Le bourgmestre d’Amsterdam offre à Louis XIV un pied de café, qui meurt rapidement.

En 1713, Antoine de Jussieu, professeur aux serres du Jardin du roi, futur Jardin des plantes de Paris, publie une description de la plante dans les Mémoires de l’Académie des sciences.

En 1714 les Hollandais envoient à Louis XIV un second pied, qu’il fait soigner dans son jardin de Marly-le-Roi.

En 1715 La Cour ayant apprécié le goût du café, la Compagnie des Indes orientales charge Guillaume Dufresne d’Arsel d’implanter à La Réunion des plants de moka. Dès septembre 1715, six plants de moka, offerts cette fois par le sultan du Yémen, sont transplantés à Saint-Paul de la Réunion. La Compagnie des Indes orientales organise la production, l’achat de graines, construit des greniers et des routes. Elle offre des concessions gratuites à tout colon de 15 à 60 ans acceptant d’entretenir cent plants de café.

En 1718 un plant hollandais arrive au Suriname.

En 1725, le gouverneur de Cayenne, Claude Guillouet d’Orvilliers se rend au Suriname hollandais, où il obtient des pieds de café en cachette, puis en plante mille à douze cents pieds. Mais en Guyane comme en Martinique, la culture du café est vite concurrencée par l’expansion sur l’île de La Réunion.

En 1726 le café commence à être cultivé en quantités significative à La Réunion (alors appelée Île Bourbon, qui ne comptait encore que 734 habitants en 1704). Dans une lettre au ministre de la Marine du 27 avril 1728, le gouverneur de La Réunion Pierre-Benoît Dumas s’enthousiasme : « On ne peut rien voir de plus beau que les plantations de café qui se multiplient à l’infini. Cette île sera, dans peu (de temps), capable d’en fournir au-delà de la consommation du royaume ». La variété « Bourbon », ou « Bourbon pointu », est alors jugée la meilleure au monde. Elle permet une récolte de 20 à 30 % supérieure à celle obtenue à partir du Typica, mais la qualité du produit final est similaire.

En 1727 le Brésil est encore une colonie portugaise, dont l´économie repose sur la production de canne à sucre. Le gouverneur de la province du Grão-Pará, frontalière de la Guyane, soucieux de développer d´autres sources de revenus pour sa région, dépêche à Cayenne un jeune lieutenant-colonel, avec la délicate mission d´en ramener des boutures ou des semences de caféier. L´opération est délicate, car les nations productrices, dont la France, interdisent totalement la multiplication de caféiers hors de leur contrôle. Elle réussit pourtant, mais malheureusement, les caféiers ne supportent pas bien le long voyage entre Cayenne et Belém, où seul un pied arrive vivant.

En 1809, l’occupation de la Guyane française par les Portugais eut notamment pour effet le pillage du jardin botanique de Cayenne, dont nombre de plantes furent transférées au Pará puis à Rio de Janeiro. Diverses espèces de plantes donnant des épices et des fruits ont ainsi été envoyées au Brésil, tels que la noix de muscade, le clou girofle, l’arbre à pain, ainsi que des plants de noyers, d’avocatiers et de canne à sucre Cayenne, de beaucoup supérieure à celle qui était alors cultivée au Brésil. Mais pas, semble-t-il, de caféier.

L’histoire prend alors d’autres chemins. En 1859 commença au Brésil la diffusion des caféiers dits « Bourbon » mais son nom ne vient qu’indirectement de celui l’île de la Réunion, où il a d’abord prospéré et reçu son nom. Cette nouvelle variété a été produite par Luiz Pereira Barreto[2], quand un navire avait apporté au Brésil une nouvelle variété de café, dite Libéria, il en avait acheté douze pieds.

Lors de la première floraison, il pensa qu’il s’agissait d’un café de qualité inférieure, à cause de la taille exagérée des fleurs, et celles-ci fanèrent faute de fécondation. Lors de la deuxième floraison, il décida de fertiliser artificiellement les fleurs en les croisant avec celles des espèces qu’il cultivait jusque-là, et les fruits, une fois mûrs, furent traités pour que les graines puissent être plantées. Malgré tous ses soins, il n’obtint que cinq pieds, mais c’étaient de belles plantes, avec des fruits d’excellente qualité, absolument différents du Libéria des espèces locales. Avec le produit de ces cinq pieds, rapidement multipliés, Luiz Barreto et sa famille ont commencé une plantation de café qui au bout de quatre ans comptait quatre mille pieds. Se rappelant avoir vu dans les serres de l’Université de Bruxelles, où il avait étudié, une qualité de café très similaire, connue sous le nom de « Bourbon », il le donna ce nom à la nouvelle variété.

Filiation indirecte donc, hélas. On peut le regretter, et regretter aussi que ne soit pas attestée une version plus pittoresque, voire plus piquante, de la mission du jeune lieutenant-colonel brésilien, Francisco de Mello Palheta. Selon quelques sources[3], celui-ci était beau garçon, élégant et fougueux, et pour se procurer les précieuses boutures, faute de parvenir à convaincre le gouverneur, il aurait joué de ses charmes auprès de son épouse, Madame d´Orvilliers. Gagnant sa confiance, il aurait ainsi obtenu les précieuses bouture en remerciements pour leurs longues promenades dans les jardins du palais du gouverneur.

Vraie ou pas, cette belle histoire franco-brésilienne a eu au moins pour effet d’inspirer quelques artistes et la création de deux marques de café, qui ont eu beaucoup de succès dans les années 1970 et sont encore présentes aujourd’hui sur le marché, ou essaient d’y revenir respectivement nommées Palheta et Madame d’Orvilliers. Se non è vero

[1] Voir “Le monde dans nos tasses, trois siècles de petit déjeuner” de Christian Grataloup, Arland Colin 2017 et https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_caf%C3%A9iculture

[2] https://revistacafeicultura.com.br/?mat=19954

[3] https://www.brasil-agora.com/2015/04/10/bresil-le-pays-du-cafe/