La disparition annoncée des chambres de bonne

Dans un article de la Folha de S. Paulo intitulé « La chambre de bonne devient rare sur les plans [d’appartements], mais sa mini-salle de bain résiste »[1], Júlia Zaremba écrivait : « La chambre de bonne est sur le point de disparaître. Des appartements plus petits, des arrière-cuisines[2] réduites, des changements culturels et des droits du travail garantis même pour les domestiques contribuent à expliquer la disparition de cette pièce, désormais limitée aux logements chers »

Présente dans des films comme Domésticas (2001) et Que Horas Ela Volta?? (2015) c’était un héritage de l’esclavage, dont la logique était d’avoir á tout moment quelqu’un sous la main pour servir la famille, mais cela a changé ». La figure qui accompagne l’article et son commentaire explicitent cette évolution

Figure 1 Deux siècles d’évolution des chambres de bonnes

XIXe siècle

« Dans les anciennes maisons de maître les dépendances pour les domestiques se situaient en dehors de la résidence, dans des édicules situés au fond du terrain, héritage des senzalas[3] de l’époque coloniale. Elles comportaient d’habitude plus d’une chambre et d’une salle de bains ».

Années 1930

« Les grandes villes sont de plus en plus constituées d’immeubles dont les appartements reproduisent les caractéristiques des maisons. On crée de grandes arrière-cuisines, avec des espaces pour laver et sécher les vêtements, ainsi que des chambres de bonnes d’environ 4,5 m². Dans quelques immeubles elles se situent en dehors de l’immeuble ».

Années 1950

« L’arrière-cuisine commence à diminuer, la taille des salles de séjour augmente, ce qui se traduit par une réduction de celle des chambres de bonne. Ce changement est dû à l’arrivée de nouvelles technologies come la machine à laver, et à la réduction de l’offre de terrains disponibles, qui provoque une augmentation du prix du mètre carré ».

Année 2000

« Les appartements deviennent plus compacts et comportent des pièces intégrées, par exemple la cuisine et le living. L’arrière-cuisine est encore réduite, les chambres de bonne commencent à disparaître ».

En résumé, « L’arrière-cuisine a représenté jusqu’à 25% de l’appartement, et plus elle était grande plus la valeur de la propriété était élevée. Au fil des ans, l’espace a diminué, tandis que l’espace de vie augmentait : la chambre de bonne faisait 4,5 mètres carrés, contre 3 mètres carrés en moyenne aujourd’hui. La salle de bain de service est toujours là, elle mesure généralement entre 1,8 et 3,5 mètres carrés et doit toujours être proche de la cuisine et de l’arrière-cuisine, pour plus d”intimité” ». On pourrait ajouter, intimité de qui, celle de la bonne ou celle des maîtres ? Ils s’assurent, en lui réservant une petite salle de bains (ou plutôt une salle d’eau), qu’elle n’utilisera pas la leur…

Que deviennent les chambres de bonnes ?

Cette disparition est bien visible sur l’évolution de plans d’appartements inclus dans des publicités immobilières glanées sur internet au fil des quinze dernières années

Elles résist(ai)e

Figure  2 Appartement 156m2 Aguas Claras (Brasília) 2004

Figure  3 Appartement chic 2004

Elles deviennent réversibles

« Il existe des cas où la chambre est approuvée sur plan en tant que débarras mais – dans la publicité – vendue comme chambre de bonne selon Fasanella. C’est parfois un artifice pour contourner la législation, alors qu’il n’y a pas les conditions minimales pour que l’espace soit considéré comme une chambre. Mais l’obsolescence de la chambre de bonne conduit souvent les familles à changer la fonction de cette pièce, qui se transforme en bureau (figure 4), cave à vin, penderie, ou s’intègre dans d’autres espaces. Les projets actuels ont tendance à inclure une zone joker, explique Marcello Romano, président de Bossa Nova Sotheby’s. “Le plan est aujourd’hui pensé comme multifonctionnel et répond aux demandes” ». Pour pouvoir servir à plusieurs usages la pièce est prévue avec deux portes, l’un donnant sur le living, l’autres sur l’arrière-cuisine, elle sert alors de chambre d’appoint ou chambre de bonne, selon la porte qu’on ouvre ou condamne.

Figure 4 Réversible 2005

Figure  5 Reversible 2017

Elles sont toujours là dans les grands appartements …

« Mais il y a ceux qui tiennent encore à la chambre de bonne : les acheteurs d’appartement de plus de 200 mètres carrés. “La demande est de 100% parmi le public AAA”, déclare Ana Paula Kaneyuki, du groupe Lopes. Selon elle, aujourd’hui la chambre de bonne dispose “de la climatisation, d’internet et du bouquet de chaînes de télévision que la famille utilise”. Dans l’immeuble New Castle de la société de construction Bueno Netto, dans le quartier du Morumbi, à São Paulo, les appartements de 940 mètres carrés comptent trois chambres de bonne de 5,3 mètres carrés chacune. Cyrela, de son côté, prévoit deux chambres de bonne dans les appartements de plus de 300 mètres carrés, comme dans l’immeuble Heritage, à Itaim Bibi, également à São Paulo.

On peut citer ici un extrait la description d’un appartement de 501 m2 habitables (doté de six places de stationnement et coutant 1 018 ans du salaire minimum brésilien), publiée dans un billet antérieur de Braises[4] : “Les employés de maison ont leur place bien prévue, et bien séparée du reste de l’appartement : deux chambres de bonne (avec toilettes et douche bien à elles), dépense, buanderie, lingerie. Toutes ces pièces, ainsi que le hall, le couloir de service et la salle du chauffeur (dotée d’un canapé où il attend qu’on ait besoin de lui), sont carrelés de blanc, alors que les sols du reste de l’appartement ont des sols de parquet ou de carrelages de couleur”.

… mais parfois sous d’autres noms et alternatives…

Mais même dans les grands appartements on offre parfois, sur les plans du moins, des alternatives aux chambres de bonne, même si leur taille permettrait de les affecter réellement à cet usage. Cela peut être un « dépôt » servant de dépense pour la cuisine ou de débarras, les immeubles brésiliens n’ayant que très rarement une cave correspondant à chaque appartement.

Figure  6 Quatre chambres dont 2 suites131m2 2017

Cela peut être une « aire technique » ou une « aire de service » même si sa superficie est presque suffisante pour une chambre, qu’elle se prolonge par une petite salle de bain et qu’y est dessiné un meuble aux fonctions indéterminées mais qui pourrait être un lit d’une personne ou un canapé-lit.

Figure  7 Quatre chambres dont 2 suites161m2 2017

L’ambiguïté est parfois cultivée comme dans cet appartement de 106 m² ou apparaît dans l’arrière-cuisine une salle de bain de service, une buanderie et un « espace multi-usages » où sont dessinés un lit et une penderie dotée de cintres identiques à ceux qui figurent dans les chambres

Figure  8 Trois chambres dont 1 suites et chambre de bonne 106m2 2017

L’alternative peut être plus ouverte comme dans cet appartement de 275 mètres carrés où sont dessinées une chambre de bonne et une salle de bain qui lui est visiblement destinée, mais où est portée en marge la mention « espace multi-usages avec possibilité d’agrandissement de la cuisine ». Il n’y a pas si longtemps il aurait été impensable qu’un appartement de cette superficie, comptant quatre suites et quatre places de stationnement, ne prévoie pas explicitement une ou plusieurs chambres de bonne.

Figure  9 Quatre suites 275m2 2017

… ou disparaissent purement et simplement

Cela semble pourtant bien être le sens de l’évolution, comme le confirment des plans distribués en 2019 dans les rues d’un quartier aisé de São Paulo pour vendre des appartements qui se veulent résolument modernes et apporter « une touche nordique dans les Jardins[5] ».

Le premier, de 94 m² et deux suites, ne prévoit aucun espace de service, pas même une une salle d’eau pour une femme de ménage, tout juste une pièce dotée d’un lavabo pour les invités, qui sert aussi de buanderie puisqu’on y loge la machine à laver le linge. Le second est un loft de 80 m², dont une mezzanine où se situe l’unique chambre, tandis que dans la partie basse la cuisine ouverte est séparée de la grande pièce à vivre par un simple comptoir, qui remplace la salle à mang

Figure 10 Deux suites 94m2 2019

Figure  11 Loft 80m2 2019

Le loft compte quand même deux salles d’eau, celle du haut avec douche pour les maîtres de maison, celle du bas se décomposant d’une part en toilettes et lave-mains (ce qui était naguère aussi rare au Brésil que fréquent en France), pour les visiteurs, et d’autre part buanderie, probablement utilisée par la faxineira, la femme de ménage qui vient entretenir l’appartement un ou plusieurs jours par semaine mais n’y vit pas.

Figure 12 Le même loft en perspective

Pour compenser la disparition progressive des chambres de bonne (et semble-t-il de plus en plus souvent des salles d’eau qui leur étaient associées) la mode chez les promoteurs est de proposer des zones communes pour le personnel de service. Sont alors installés réfectoire, armoires et douches pour le personnel du bâtiment (encore très nombreux au Brésil), ainsi que pour les femmes de ménage qui ne passent plus que la journée sur place.

Cette évolution marque donc la rupture de liens anciens, remontant à l’époque coloniale[6], où un personnel de service (plus ou moins nombreux selon le niveau social des maitres de maison) vivait sur place, à leurs côtés : cuisinière, femme de chambre, nourrice, valet, cocher, etc. On sait que cette présence du personnel de service, souvent esclave et d’origine africaine, a beaucoup contribué au métissage – plus ou moins consenti, à la fois biologique et culturel – qui est l’une des caractéristiques fortes de la société brésilienne.

Plus récemment et à l’échelle plus modeste des classes moyennes urbaines, qui avaient encore il y quelques décennies des bonnes à plein temps alors que ce n’est plus en Europe qu’un lointain souvenir, cette proximité avait des avantages et des inconvénients. Il était très commode pour les ménages dont la femme travaille de ne pas avoir à se soucier de rentrer à temps pour prendre les enfants à la sortie de l’école, d’autant que les écoles brésiliennes ne fonctionnent souvent qu’une partie de la journée, le matin ou l’après-midi. En revanche il pouvait être pesant d’avoir constamment, jour et nuit, dans l’appartement une personne qui, si proche qu’elle soit, n’était tout de même pas de la famille, au sens de la famille étroite d’aujourd’hui, qui tend à remplacer au Brésil comme ailleurs les familles étendues de naguère.

Les sept millions de bonnes que compte le pays y ont-elles gagné ou perdu ? D’un côté elles retrouvent désormais tous les jours mari et enfants, dont elles étaient séparées toute la semaine au mieux et souvent pour de longs mois quand elles venaient de régions lointaines – et pauvres – du pays, le plus souvent le Nordeste. Mais comme les bonnes habitent en général loin de l’immeuble qui est leur lieu de travail, c’est au prix de longues heures de transport, parfois des heures matin et soir alors que jusque-là leur lieu de résidence et de travail se confondaient.

Seule exception, le cas où une favela est proche, où elles peuvent trouver ou créer un logement à la portée de leurs faibles moyens financiers : ce n’est évidemment qu’un pis-aller mais cela explique aussi que les tentatives de reloger les habitants des favelas dans des logements plus confortables mais plus lointains soient en général vouées à l’échec. D’une certaine façon on peut dire que la ségrégation s’est renforcée puisque la cohabitation de personnes de niveaux sociaux et de niveau de revenus très différent ne se produit plus à l’intérieur des appartements, mais hors de ses murs. Elle s’est reportée à l’échelle de l’immeuble ou même plus loin puisqu’il n’y a pas l’équivalent de ce qui se passait dans les immeubles français avec l’étage des chambres de bonne.


[1] Júlia Zaremba, “Quarto de empregada torna-se raro em projetos, mas banheirinho resiste”, Folha de S. Paulo, 09/06/2018, https://Www1.Folha.Uol.Com.Br/Sobretudo/Morar/2018/06/1971353-Quarto-De-Empregada-E-Raro-Mas-Banheiro-De-Servico-Resiste-Na-Planta-Atual.Shtml

[2] On a traduit ainsi área de servico, qui inclut dépense, buanderie et chambre(s) de bonne et sa/leur salle de bains

[3] Bâtiment où les maîtres logeaient – mal – leurs esclaves

[4] “Appartements de luxe à São Paulo”, (17/9/2011) , https://braises.hypotheses.org/171

[5] Le quartier le plus chic et le plus cher de São Paulo

[6] De l’arrivée des Portugais à l’Indépendance, de 1500 à 1822.