Estimer la population en quelques clics

Le bulletin d’information du site Géoconfluences[1] recommande un outil développé par la NASA (Administration Nationale de l’Aéronautique et de l’Espace) qui estime la population de n’importe quelle partie du monde en quelques clics. Disponible sur son site Earthdata[2], il est basé sur un carroyage mondial fin et qui permet d’estimer la population contenue dans un polygone (dessiné librement par l’utilisateur) ou dans un cercle (de diamètre configurable). La fiabilité de l’estimation dépend bien entendu de la qualité des données disponibles et donc des services statistiques des pays concernés.

Cet outil est accessible aux adresses suivantes :

– Vision générale du service: http://sedac.ciesin.columbia.edu/data/collection/gpw-v4/population-estimation-service

– Application Gridded Population of the World (GPW4): http://sedac.ciesin.columbia.edu/mapping/popest/gpw-v4/

Comme l’indiqué Géoconfluences, les images de la NASA sont libres de droits pour une utilisation non commerciale, en particulier pour un usage éducatif, sauf indication contraire.

Ci-dessous des exemples concernant le Brésil ou le mettre en perspective : deux exemples de cercles et de polygones, l’estimation de la population de grandes régions par des cercles et des polygones opposant Brésil peuplé et Brésil « vide ». D’autres polygones situent les concentrations urbaines brésiliennes et sud-américaines par rapport aux mégalopoles mondiales ses densités aux extrêmes observés dans le monde.

Deux exemples, cercle et polygone

Dès que l’on dessine un polygone, le système donne une estimation de la population y est incluse. La première tentation est évidemment de vérifier la qualité des données en traçant une forme qui se rapproche le plus possible de celle du pays, pour vérifier si l’estimation de la population nationale est correcte. Dans le cas du Brésil elle l’est en effet puisque la population en 2015 y est de 202 millions d’habitants, très proche de celle calculée par l’Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE). De même, un cercle qui inclut la partie la plus peuplée du pays, dans le Sud Sud-Est (et du même coup une partie du Paraguay), donne une estimation de 130 millions d’habitants, qui paraît tout à fait plausible.

Figure 1 Exemples de polygone et de cercle

Régions

On peut ensuite parcourir les régions du pays et y tracer des cercles qui en évaluent la population, soit globalement soit pour certaines portions. Dans le cas de l’Amazonie, si l’on se centre sur la partie occidentale, la moins peuplée, on y trouve un peu plus de 7 millions d’habitants sur un peu moins de 3 millions de kilomètres carrés, ce qui lui donne une densité de 2,6 habitants au kilomètre carré même en incluant Manaus (2,1 millions d’habitants).

Figure 2 7,6 millions d’habitants en Amazonie

Le centre Ouest, qui inclut Brasilia et les régions pionnières où progresse la culture du soja, voit sa population estimée à 23 millions d’habitants sur presque 3 millions de kilomètres carrés, et donc une densité de huit habitants par kilomètre carré.

Figure 3 23 millions d’habitants dans le Centre Ouest

Le Nordeste a 54 millions d’habitants dans sa partie la plus peuplée, sur 1,5 million de kilomètres carrés, et donc une densité de 35,6.

Figure 4 54 millions d’habitants dans le Nordeste

Enfin, si l’on se centre sur ce qui peut être considéré comme le cœur du Brésil, en traçant un cercle qui inclue São Paulo, Rio de Janeiro et Brasilia, on y trouve près de 92 millions d’habitants sur un million de kilomètres, soit une densité de 83 habitants par km2.

Figure 5 91 millions d’habitants Cœur du Brésil

Brésil « plein » et Brésil « vide »

Comme cela est bien apparu en parcourant les différentes régions du pays, les masses de population et les densités de peuplement y sont très différentes. Si l’on essaie d’évaluer successivement la population du Brésil « plein », proche du littoral, et celle du Brésil « vide » (ou à peu près) qui se situe dans l’intérieur, on obtient dans le premier cas un total de 183 millions d’habitants sur un peu plus de 3 millions de kilomètres carrés (densité 56), dans l’autre presque 17 millions d’habitants sur un peu moins de 5 millions de kilomètres carrés, soit une densité de 3,5.

Figure 6 Brésil « plein »

Figure 7 Brésil « vide »

« Bananes »

Tracer des polygones pour estimer la population qui y est incluse permet aussi d’évaluer le poids démographique des principales agglomérations brésiliennes par rapport aux mégalopoles mondiales. La plus connue d’entre elles (décrite dans les années 1940 par Jean Gottmann, sous le nom de «Boswash » car elle s’étendait alors de Boston à Washington), aurait aujourd’hui (ou plutôt avait en 2015) selon GPW4 48,5 millions d’habitants.

Figure 8 « Boswash » 48 millions d’habitants

Son équivalent brésilien, restreint à l’axe Belo Horizonte-Curitiba en avait la même date 69 millions.

Figure 9 Belo Horizonte-Curitiba 69 millions d’habitants

Si l’on élargit le champ vers le Sud, de façon à aller de Boston Atlanta, on arrive dans le cas des États-Unis a 74,5 millions d’habitants…

Figure 10 Boston-Atlanta 74 millions d’habitants

… et dans le cas brésilien, en allant jusqu’à Porto Alegre, à 79 millions d’habitants et donc à des masses démographiques tout à fait comparables.

Figure 11 Belo Horizonte-Porto Alegre 79 millions d’habitants

Une autre mégalopole mondiale, celle qui se situe au centre de l’Europe et est désormais connue (depuis les travaux de Roger Brunet et du GIP Reclus) comme la « banane bleue » représente un total de 112,5 millions d’habitants.

Figure 12 La « Banane bleue », 112 millions d’habitants

Figure 13 La « Banane sud-américaine », 117 millions d’habitants

Si l’on lui cherche un équivalent qui associe le cœur du Brésil aux parties les plus peuplées de son continent, et que l’on trace une « banane sud-américaine » allant de Belo Horizonte jusqu’à Valparaiso (au Chili), on y trouve 117 millions d’habitants, là aussi un total tout à fait comparable mais sur une surface bien plus grande, 1 million de kilomètres carrés contre 310 000 km².

Densités extrêmes

On peut enfin, pour mettre le Brésil dans une perspective mondiale, chercher à le situer par rapport aux densités extrêmes de la planète. Les plus basses se trouvent, pour des cercles englobant environ 3 millions de kilomètres carrés, en Australie (112 000 habitants, densité 0,03), dans le Nord canadien (534 000 habitants, densité 0,19) ou en Sibérie (914 000 habitants, densité 0,3).

Figure 14 De 0 à 1 million d’habitants

Les plus basses densités sud-américaines, en Amazonie occidentale (8,6 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 2,8), ne se situent pas à ces niveaux extrêmes, mais plutôt à ceux de la Patagonie (3 millions d’habitants sur un peu moins d’un million de kilomètres carrés, densité 3), doubles de celles du Sahara (un peu moins de 5 millions d’habitants sur 3,1 million de kilomètres carrés, densité 1,5).

Figure 15 De 3 à10 millions d’habitants

À l’opposé, le cœur du continent sud-américain (de São Paulo à Buenos Aires) avec 111 millions d’habitants sur 2,2 millions de kilomètres carrés à une population et une densité (49) comparables à celle du centre du Mexique (117,4 millions d’habitants pour un million de kilomètres carrés, densité 78) ou du golfe persique (presque 129 millions d’habitants sur 2,7 millions de kilomètres carrés, densité 47).

Figure 16 De 110 à 120 millions d’habitants

Aucune densité brésilienne ne s’approche des records mondiaux que l’on peut trouver en Europe (372 millions d’habitants sur 2,1 million de kilomètres carrés, densité 176), et plus encore en Asie, que ce soit en Chine (1 065 000 000 d’habitants sur 2,9 millions kilomètres carrés, densité 367) en Inde (1 155 000 000 d’habitants sur 2,8 millions de kilomètres carrés, densité 407).

Figure 17 De 372 à 1 155 millions d’habitants

Au total, Gridded Population of the World (GPW4) est donc un outil utile et facile à utiliser, qui permet de parcourir le monde, d’y observer la répartition de la population et de mettre en perspective les situations de ses régions, que ce soit le Brésil, comme ici, ou de tout autre pays.

[1] http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/nasa-outil-quadrillage-demographique

[2] https://earthdata.nasa.gov/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Braises (19 février 2018). Estimer la population en quelques clics. Braises. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4oq