Le Rodoanel, rocade autoroutière de São Paulo

Le Rodoanel Mário Covas (SP-21), mieux connu sous le nom de Rodoanel Metropolitano de São Paulo est le plus grand chantier routier du pays, c’est une rocade autoroutière à deux fois trois voies de 180 kilomètres, encore en construction autour du centre de São Paulo. Elle est principalement destinée à réduire l’intense trafic de camions venant de l’intérieur de l’État et des différentes régions du pays, qui y provoque une grave congestion urbaine. Le Rodoanel a donc été pensé comme un moyen de dévier des flux comme, par exemple ceux qui vont du port de Santos, au sud de la ville, vers Rio de Janeiro, à l’ouest, sans passer par le centre-ville.

En effet, les voies sur berge des rios Tietê et Pinheiros y jouent à la fois le rôle de desserte locale et de liaison entre les autoroutes convergeant vers São Paulo et elles sont constamment saturées. L’idée est donc venue aux responsables de la construction des infrastructures routières d’implanter un anneau autoroutier comparable à celui qui existe autour de bon nombre de villes nord-américaines et de métropoles européennes (comme les autoroutes A86 et Francilienne autour de Paris, A10 autour de Berlin et M25 autour de Londres, le MKAD à Moscou, le Ring de Bruxelles ou le Grand raccordement annulaire/GRA de Rome).

Un immense chantier

Sa construction a été et est encore un gigantesque chantier, car les voies et les échangeurs ont été largement dimensionnés et la topographie en demi-oranges[1] a exigé beaucoup de remblais et déblais. De vastes tranchées ont révélé la terre rouge du sous-sol et par endroit éventré des collines couvertes d’une dense forêt tropicale jusque-là préservée, au grand chagrin des ONGs de préservation de l’environnement (figure 1). Des mesures compensatoires ont toutefois été prises, si vastes que les viviers de toute la région ont eu beaucoup de mal à fournir les millions des boutures d’arbres requises pour les plantations à réaliser.

Figure 1 Déblais et remblais sur les chantiers du Rodoanel

Photos Hervé Théry 2009

Par ailleurs, il a fallu en plusieurs points franchir les bras des lacs de barrage qui fonctionnent aujourd’hui comme réserve d’eau potable pour la ville.  Il a donc fallu prendre de grandes précautions pour que les énormes volumes de terre remuée par les engins de chantier n’aillent pas polluer ces réserves d’eau, principalement lors de la saison des pluies, très violente en climat tropical. Avec la collaboration des services de la mairie et de l’État de São Paulo, les compagnies de travaux publics qui avaient remporté les marchés de construction avaient mis en place, lors de cette phase du chantier, un système d’alerte qui arrêtait automatiquement le chantier si une pollution était détectée dans les lacs.

Figure 2 Étapes de la construction d’un pont 1

Photos Hervé Théry 2008 et http://www.dnit.gov.br/noticias/trecho-sul-do-rodoanel-e-inaugurado/image/image_view_fullscreen

La qualité des mesures prises pour protéger l’environnement et la durée des travaux ont de ce fait pendant plusieurs années fait du Rodoanel l’une des destinations favorites des professeurs des universités de São Paulo pour mener des visites de chantiers avec leurs étudiants de génie civil, biologie, environnement et géographie.

Figure 3 Étapes de la construction d’un pont 2

Photos Hervé Théry 2009 et 2012

Situation

Le Rodoanel est à la fois une infrastructure d’intérêt national, car les axes qui y convergent relient São Paulo, le principal pôle économique national, au reste du pays, et la figure 4 fait bien apparaître la convergence vers lui de ses voies principales. On y voit bien l’éventail de routes qui s’étend du nord-est (vers Rio de Janeiro et au-delà) au sud-ouest (vers le Sud du Brésil, l’Uruguay et l’Argentine). Au sud-est il donne en outre accès au port de Santos, en contrebas de São Paulo, porte d’entrée de la plupart des importations du pays et principal port de sortie pour des exportations dont le Brésil est le premier producteur mondial, comme le sucre, l’alcool combustible, le café et le soja (dans ce dernier cas, conjointement avec le port de Paranaguá, dans le Paraná).

Figure 4 São Paulo dans les réseaux routiers brésiliens

C’est donc aussi un point de passage obligé pour les relations d’autres régions entre elles, par exemple entre Rio de Janeiro et le sud du pays, ou entre le Sud et le Nordeste, au long d’un axe parallèle au littoral mais situé non pas dans les étroites plaines littorales ou à flanc de la Serra do Mar mais sur le haut plateau intérieur. Le trajet passe donc inévitablement par São Paulo même si les voitures, bus et camions qui le fréquentent n’ont rien à y faire, redoutent ce passage et souhaiteraient l’éviter.

Figure 5 São Paulo, noeud de communications

http://www.sp-turismo.com/mapa.htm

Mais c’est aussi une voie d’intérêt local, car il redistribue les circulations entre divers points de l’agglomération, les banlieues industrielles et les zones résidentielles, les condominiums fermés des classes aisées à l’ouest et les grands ensembles des classes populaires à l’est, le littoral où se sont développées d’importantes infrastructures touristiques, et l’intérieur d’où vient la nourriture nécessaire à la subsistance de près de vingt millions de personnes.

La rocade a été d’emblée conçue comme une voie autoroutière, avec de larges espaces vides ou à remplir, à proximité des zones résidentielles, par des plantations forestières afin d’éviter l’occupation des zones voisines. Néanmoins, sa simple présence – et même souvent l’annonce de son tracé – a provoqué un mouvement intense de spéculation dans ces régions, la proximité de la rocade devenant un facteur attractif même si les points d’entrée sont volontairement rares.

Figure 6 Le Rodoanel de São Paulo

https://goppp.wordpress.com/2011/08/02/be-bid-abre-painel-para-investigar-obra-do-rodoanel/

Antécédents et genèse

L’idée d’une rocade contournant le cœur de la région du Grand São Paulo avait été envisagée par les planificateurs urbains depuis la deuxième décennie du XXe siècle. Elle avait fini par donner naissance, dans les années 1970, aux deux voies sur berge du Tietê et du Pinheiros et aux avenues Jacu Pêssego et Fabio Eduardo Ramos Esquível. Ensemble elles forment un cercle distant de 5 à 10 km de la capitale et relient entre elles les dix principales autoroutes[2] qui arrivent dans la ville de São Paulo. Elles délimitent le « centre élargi » (en jaune sur la figure 6) où s’appliquent des restrictions de circulation aux heures de pointe, un jour par semaine, en fonction du numéro de plaque minéralogique des véhicules.

Mais ces voies ont perdu leurs caractéristiques de voies rapides et sont devenues de banales voies urbaines. Au fil du temps et de la croissance de la ville, elles ont été incluses dans des régions densément peuplées, la multiplication des intersections et des feux de circulation a provoqué une saturation du système. Des études menées avant 1992 avaient examiné trois solutions de rechange et de nombreuses variantes dans un rayon de 10 à 40 km du centre de São Paulo. Les volumes de trafic permis par chaque projet dépendaient du tracé, la distance au centre influant directement sur le volume de trafic attiré par le projet, sa longueur totale de la voie nouvelle et les types d’impacts provoqués. Le choix a finalement été fait de tracer le Rodoanel à une distance de 20 à 30 km du centre.

Figure 7 Les quatre tronçons du Rodoanel et les dix autoroutes qu’il relie

http://cdn1.sempretops.com/wp-content/uploads/mapa-rodoanel.jpg et https://commons.wikimedia.org/wiki/File:RodoanelSP.JPG

Les quatre tronçons

L’exécution des travaux a été divisée en quatre sections, Ouest, Sud, Est et Nord. Plus de 75% du parcours total ont été livrés, les tronçons Ouest, Sud et Est, inaugurés respectivement en 2002, 2010 et 2014. La partie Nord, encore en construction, devrait ouvrir en mars 2018.

Tronçon Ouest (32 km)

Inauguré le 11 octobre 2002, ce tronçon est de 32 km permet l’accès aux autoroutes Régis Bittencourt, Bandeirantes, Anhanguera, Castelo Branco et Raposo Tavares. Il vise à empêcher que les véhicules qui veulent seulement passer de l’une à l’autre de ces autoroutes empruntent le dernier tronçon des voies sur berge Tietê et Pinheiros et d’autres avenues qui traversent l’ouest de la capitale.

Figure 8 Échangeurs autoroutiers sur le Rodoanel

http://www.constran.com.br/contratodetalhes.php?idcontrato=39

Tronçon Sud (57 km)

Ouverte le 1er avril 2010, la partie sud du Rodoanel prolonge le segment ouest à partir de l’échangeur avec la Régis Bittencourt, passe par les échangeurs avec les autoroutes Imigrantes et Anchieta (qui donnent accès au port de Santos et aux stations balnéaires du littoral) puis au « complexe routier » Jacu Pêssego et de là à l’autoroute Ayrton Senna, vers Rio de Janeiro.

La construction de ce tronçon devait initialement commencer en 2003, peu de temps après la fin de celle du tronçon ouest et devait être terminée en 2008, mais une série de problèmes environnementaux et de questions politiques (qui ont ralenti le transfert des fonds) a ont eu pour conséquence que le contrat n’a été signé que trois ans plus tard, le 27 avril 2006. Le premier coup de pioche (ou plutôt de pelleteuse) a été donné 28 mai 2007, et l’inauguration célébrée le 30 mars 2010. Son ouverture a réduit la circulation des camions de 43% sur la voie sur berge Pinheiros et de 37% des véhicules sur l’Avenida dos Bandeirantes. Mais deux mois plus tard, une partie des véhicules lourds étaient de retour, préférant les embouteillages aux péages, en juin 2010, il y avait 18% de camions de plus sur l’avenue par rapport à l’après-inauguration du tronçon Sud. Pourtant, le trafic sur l’avenue Bandeirantes était encore loin de ce qu’il était lorsque le tronçon Sud n’existait pas, à l’époque il y avait en moyenne 30% de camions en plus.

Tronçon Est (43,5 km)

Sur le tronçon de 38 km entre Mauá et l’autoroute Ayrton Senna les travaux avaient commencé le 11 août 2011. Il a ouvert le 3 juillet 2014 et le tronçon restant de 5,5 km vers l’Ayrton Senna a suivi le 27 juin 2015. Ce tronçon sud sert à la liaison entre les autoroutes qui desservent le port de Santos (et le littoral) avec cette autoroutes menant vers Rio de Janeiro et tout le Nord du pays, en évitant de passer par le centre de São Paulo.

Tronçon Nord (44 km)

Les travaux de ce tronçon ont commencé le 11 mars 2013, il reliera les parties ouest et est, complétant ainsi la rocade, et donnera accès, par une bretelle à l’aéroport international de Guarulhos (figure 9) et aux autoroutes Presidente Dutra (vers Rio de Janeiro) et Fernão Dias (vers Belo Horizonte). Il servira à retirer de la voie sur berge du Tietê les véhicules venant du Minas Gerais, au nord, ou de la vallée do Paraíba et de Rio de Janeiro, à l’est. On estime que ce tronçon verra quotidiennement passer 65 000 véhicules dont 30 000 camions.

Figure 9 Accès du tronçon nord à l’aéroport et aux autoroutes

http://www.penaestrada.com.br/obras-rodoanel-norte/

Ce tronçon présente des particularités qui compliquent sa construction. La première est la présence des hautes collines de la Serra da Cantareira, au nord de la ville de São Paulo, une ceinture verte reconnue comme région de préservation de l’environnement par l’UNESCO. Cela exige que la voie soit conçue différemment, avec plusieurs kilomètres de viaducs et tunnels.

Figure 10 Les travaux du tronçon nord entre Serra da Cantareira et São Paulo

O Gov

Alexandre Carvalho/A2img, http://fotospublicas.com/geraldo-alckmin-participou-de-visita-tecnica-ao-lote-3-do-trecho-norte-do-rodoanel-mario-covas/

Un autre facteur est l’existence de la route Dom Pedro I (SP065), qui relie déjà l’autoroute Presidente Dutra à Campinas, à moins de 50 kilomètres au nord du tronçon nord: elle est considérée comme sous-utilisée, bien qu’elle porte déjà pratiquement tout le flux de circulation entre le Minas Gerais, la vallée do Paraíba et Rio de Janeiro.

La construction de ce tronçon a donc été longtemps retardée par le retard du financement de la BID (Banque Interaméricaine de Développement), qui a exigé plusieurs changements dans les documents d’appel d’offres, ce qui a causé de nombreux recours déposés par les concurrents et amené les organismes de contrôle à poser de nombreuses questions. Ces difficultés ont finalement été surmontées et en décembre 2012, la BID a fait son premier versement de fonds en faveur du gouvernement de l’État pour la construction du tronçon. Les travaux devraient se terminer en 2018, s’il n’y a plus de recours en justice.

Retards et controverses

La mise en œuvre du projet Rodoanel, qui a déjà coûté plus de 1 milliard de Reais[3] aux coffres publics depuis 1998, a fait l’objet de plusieurs plaintes pour surfacturation depuis 2001 et un audit de la Cour des comptes (TCU) réalisé entre janvier 2007 et juillet 2008 en a effectivement apporté la preuve dans la construction du tronçon sud. Le Bureau du procureur général et la police fédérale ont demandé les détails sur des détournements de fonds publics, estimés à 39,6 millions de Reais[4].

Les travaux ont par ailleurs connu plusieurs interruptions. En 2016 (Senra 2016) une grève d’environ un mois sur l’un des lots a conduit le Dersa[5] à menacer de rompre le contrat avec le consortium chargé de le construire. Jusqu’alors, moins de la moitié (42%) du travail avait été fait. Ce n’était pas la première fois que le consortium responsable du lot 1 avait interrompu la construction. Selon la Dersa l’entrepreneur avait déjà suspendu les travaux pendant environ deux mois au début de 2015. Le but était d’amener la Dersa à signer un avenant au contrat d’un montant de 716 millions de Reais[6]. La décision a été reportée de trois mois, après que la police fédérale ait ouvert une enquête sur des surfacturations d’au moins 170 millions de Reais[7] dans les travaux de terrassement.

En mars 2017, le journal O Estado de São Paulo (Estadão 2017) notait qu’au cours des quatre années écoulées depuis le début des travaux, en février 2013, un peu plus de la moitié du projet (55%) avait été réalisée, et que ce serait « un acte de foi » de penser qu’en un an les 45% restants seraient terminés. Leur conclusion a déjà été reportée à trois reprises : à février 2016, juin 2017 et maintenant mars 2018. Les retards ont entraîné des modifications contractuelles qui représentent déjà une augmentation de 235 millions de Reais par rapport au coût total des travaux initialement prévu de 4 milliards de Reais[8].

La Dersa a attribué les retards aux difficultés rencontrées pour mener à bien les expropriations nécessaires, en particulier dans la ville de Guarulhos, à travers de laquelle passe la plus grande partie du tronçon Nord. Selon elle, 95% des expropriations ont été faites devant les tribunaux, ce qui a soumis l’avancement des travaux au – très lent – progrès des affaires devant les tribunaux. En outre, le Ministère Public de l’État (MPE) a commencé une enquête sur les activités d’un gang formé par des avocats et des juges qui agissaient de manière coordonnée pour augmenter l’évaluation des biens immobiliers expropriés de plus de 100% du montant dû. Selon l’accusation, les pertes subies par les caisses de l’État peuvent atteindre 1,3 milliard de Reais[9], pas moins d’un tiers de la valeur totale des travaux.

Le Rodoanel est donc un bon exemple de la situation toute spéciale de São Paulo dans le pays. On peut donc y voir, d’une certaine façon, son image même, de sa puissance économique et de sa primauté urbaine unique au Brésil, mais aussi des difficultés immenses créées par cette puissance, en termes de flux à contrôler, de contrastes à gérer, de risques d’explosion toujours présents. Cette rocade fait bien partie de la métropole brésilienne par excellence, celle qui résume les forces, les potentiels, mais aussi les fragilités et les contradictions du Brésil actuel.

Bibliographie

Wikipedia, Rodoanel Mário Covas, https://pt.wikipedia.org/wiki/Rodoanel_M%C3%A1rio_Covas

Senra, Ricardo, “Consórcio paralisa obra do Rodoanel Norte e Dersa ameaça romper contrato”, O Estado de S. Paulo 03/06/2016, http://noticias.uol.com.br/ultimas-noticias/agencia-estado/2016/06/03/consorcio-paralisa-obra-do-rodoanel-norte-e-dersa-ameaca-romper-contrato.htm

Estadão, “O atraso do Rodoanel”, O Estado de S.Paulo, 04 Março 2017, http://opiniao.estadao.com.br/noticias/geral,o-atraso-do-rodoanel,70001686476

[1] Colline hémisphérique modelée dans les altérites, typique des socles en milieu tropical humide.

[2] Anhanguera, Bandeirantes, Castelo Branco, Raposo Tavares, Régis Bittencourt, Imigrantes, Anchieta, Ayrton Senna, Presidente Dutra et Fernão Dias

[3] 277 millions d’Euros au cours de juillet 2017

[4] 11 millions d’Euros au même cours

[5] Le DERSA – (Desenvolvimento Rodoviário S.A.) est une société de capital mixte, contrôlée par le gouvernement de l’État de São Paulo, dont le but est de construire, d’exploiter, d’entretenir et de gérer les routes

[6] 199 millions d’Euros

[7] 47 millions d’Euros

[8] 65 millions d’Euros sur 1,1 milliard

[9] 360 millions d’Euros


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Braises (15 juillet 2017). Le Rodoanel, rocade autoroutière de São Paulo. Braises. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4oj