Périphéries de São Paulo

La majorité des onze millions d’habitants de São Paulo, et plus encore des 18 millions d’habitants de sa « région métropolitaine » de 39 municípios (communes) vivent dans les immenses périphéries poussées à la va-vite dans les années de sa croissance la plus rapide, dans les années 1950 et 1960.

Une bonne partie de ces périphéries sont occupées par des favelas, qui entourent le centre – dégradé – de la ville et sa première couronne de quartiers chics – au sud-ouest – et de quartiers résidentiels pour classes moyennes. Au-delà persistent de vastes étendues de forêts, progressivement mitées par la croissance de la lointaine banlieue, que des lignes de train (pour les pauvres) et des voies autoroutières (pour les riches) rendent accessibles au prix de longues heures de transport.

Ces banlieues ne sont pas très facile d’accès, car à la difficulté de s’orienter dans un lacis complexe de rues pas toujours asphaltées s’ajoute un fort sentiment d’insécurité. L’usage du GPS résout la première difficulté, la seconde est plus difficile à vaincre car même si la réalité mesurée par les statistiques de police ne la justifient que partiellement elle rend difficile de convaincre des accompagnateurs de vous guider dans ces quartiers.

Heureusement, la disposition des couloirs aériens donnant accès aux aéroports de São Paulo (celui des vols nationaux, Congonhas et celui des vols internationaux, Guarulhos) permet, à chaque atterrissage et décollage, de collectionner des photos prises à basse altitude qui donnent une bonne idée de la configuration des ces quartiers.

Une de leurs caractéristiques les plus frappantes est  la juxtaposition dse zones industrielles, résidentielles et commerciales, sans zonage ni planification.

On peut y trouver – par exemple – des installations de stockage de carburant à proximité de zones résidentielles denses, qui se sont très probablement développées sans autorisation sur des sites inconstructibles.

Dans les quartiers les plus proches des grands axes, les plus visibles donc, ont été tentées des opérations de remplacement des maisons basses, vite et mal construites, par des immeubles d’appartements appelés Cingapura, puisque c’est à Singapour que – dit-on – le gouverneur de l’époque en a trouvé le modèle.

Dans la périphérie Sud, entre le centre et les lacs de barrage Billings et Guarapiranga, le bâti est plus dense encore, sans grandes trouées ni espaces verts.

L’effet global, vu d’avion, de ces quartiers périphériques, est d’une couche uniforme de maisons basses, qui suit et souligne les ondulations du relief en demi-oranges caractéristique de l’évolution géomorphologique sous climat tropical.

Vus de plus près, le bâti montre des différences entre les axes principaux, où se concentrent les activités économiques (petites industries, entrepôts, commerce, etc.) et les cœur des ilôts occupés par les logements.

La plus étendue des périphéries du município de São Paulo, la Zona leste est peuplée de 4,5 millions d’habitants, et ne compte guère d’axes ou d’équipements structurants, à part le terminus de la ligne 3 du métro, doté d’amples terrains expropriés pour les aires de manœuvre et d’entretien. C’est pourquoi le choix a été fait d’y construire le stade qui devrait – s’il est fini à temps – le match d’ouverture de la Coupe du Monde de football, en 2014 et servir de pôle de développement à la zone.

Un des derniers espaces verts, aux confins de la Zona Leste et de Guarulhos, est le Parc écologique du Tietê, aménagé sur les zones inondables par les crues annuelles de la rivière. Cette « coulée verte » est évidemment bienvenue dans ce monde minéral, mais elle est attaquée de toute part par l’avancée urbaine et mal défendue par une APA (Area de proteção ambiental, zone de protection environnementale) peu efficace.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Cartes, Non classé, Photos. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">