Productions agricoles en 2014 et leur dynamique depuis 1990

L’IBGE (Institut brésilien de géographie et statistique) publie chaque année des données sur la production agricole et de l’élevage par commune[1], organisées sur en bases connues comme PAM (production agricole par commune) et PPM (production de l’élevage par commune). Les deux sont librement et gratuitement accessibles sur le site de l’IBGE, via la base de données Sidra (http://www.sidra.ibge.gov.br). La PAM indique, pour chaque production agricole, la superficie ensemencée, la superficie récoltée, la quantité produite et la valeur de la production, pour les années de 1990 à 2014. Le PPM donne pour les mêmes années le nombre de têtes de chaque type de cheptel, la production de lait, d’œufs, de miel, de cocons de ver à soie et de laine, plus le nombre de vaches traites et de moutons tondus. Les données peuvent être extraites, à l’échelle des communes ou de leurs agrégations (microrégions, mésorégions, États et régions), pour l’ensemble du pays ou d’une partie de celui-ci, États ou « visions territoriales » spécifiques comme la région semi-aride, l’Amazonie ou les « territoires de la citoyenneté ».

Les données de 2014 étant disponibles, nous avons trouvé intéressant d’en tirer des cartes (en utilisant les logiciels Philcarto[2] et Adobe Illustrator[3]) de la distribution des principales productions agricoles et de l’élevage dans les 557 microrégions que compte le pays, et de l’évolution de certaines au cours des 24 dernières années.

Élevage

La figure 1 regroupe les cheptels recensés en 2014, recalculés en UGB (unités de gros bétail) pour pouvoir comparer leur importance relative, en poids et en pression sur les ressources naturelles : le nombre brut est multiplié 0,3 pour les porcs, 0,1 pour les moutons, les chèvres 0,09 0,01 poulets, etc.

Ce calcul fait apparaître clairement la prédominance de l’élevage bovin, le nombre de bovins dans le pays étant plus élevé que le nombre d’êtres humains (212 millions contre 202,7 millions selon l’estimation officielle de l’IBGE pour 2014).

Tableau 1 Cheptels bruts et en UGB

Bovins Volailles Porcins Équidés Ovins Caprins Buffles Total
212 1.331 38 5 18 9 1 1.614
212 13 11 4 2 1 1 244

Millions de têtes. Source : IBGE, PPM 2014

Les bovins sont présents dans tout le pays, en particulier dans le Centre-Ouest, tandis que les autres cheptels sont concentrés dans des régions bien définies : buffles dans l’embouchure de l’Amazone, chèvres dans les régions intérieures du Nordeste, moutons dans la campagne gaúcha du Rio Grande do Sul. Les porcs et les poulets ont des distributions similaires, dans les régions d’agriculture familiale du Sud et à proximité des grandes villes du Sudeste, ainsi que – plus récemment – dans la région du soja du Mato Grosso, où les producteurs ont créé des parcs d’engraissement pour valoriser leur production de céréales et de protéines animales.

Dans la dynamique historique, ce qui attire l’attention est la croissance du nombre de bovins (figures 2 et 3) et son expansion vers le nord, en Amazonie, tandis qu’ils diminuent dans le sertão du Nordeste et dans l’État de São Paulo, où ils cèdent la place à la canne à sucre (figure 4 et 5).

Figure 1 Cheptels en 2014

Elevages 2 fr

Figure 2 Bovins en 1990

Bovins 1990 fr

Figure 3 Bovins en 2014

Bovins 2014 fr

Figure 4 Avancée de l’élevage bovin de 1990 à 2004

Bovinos Var 90-10 choro fr

Bovinos 90-14 micro fr

Agriculture

La distribution des productions agricoles est elle aussi très contrastée et marquée de fortes dynamiques. La figure 5 regroupe les principales d’entre elles, en tonnages et à la même échelle, exceptée la canne à sucre dont les volumes sont si élevés qu’ils déséquilibrent toute comparaison. Elle fait apparaître la prédominance du soja et du maïs, dans les mêmes régions puisqu’ils sont souvent associés dans les rotations culturales.

La canne à sucre occupe des régions immédiatement au sud de celle du soja, dans le Goiás, le Mato Grosso do Sul et surtout l’État de São Paulo, où elle a replacé le café – qui a migré vers le sud du Minas Gerais et l’Espírito Santo (figures 6 et 7) – principalement depuis le développement de la production d’alcool combustible lancée par le plan Proalcool de 1973 (d’où le choix de la date de référence de la figure 7). Les plantations d’orangers sont elles aussi concentrées dans l´État de São Paulo.

Les autres cultures se partagent clairement entre celles du nord (manioc et palmier à huile), du Nordeste (manioc, canne à sucre, noix de coco, bananes) et celles du Sud (riz, blé, raisin et pommes), en fonction des aptitudes climatiques et des marchés consommateurs de chaque région.

Tableau 2 Principales productions agricoles

Canne à sucre Soja Maïs Manioc Oranges Riz
737 87 80 23 17 12
Bananes Blé Haricots Café Noix de coco Raisin
7 6 3 3 2 1

Millions de tonnes. Source : IBGE, PAM 2014

Figure 5 Principales productions agricoles en 2014

Toutes cultures 2014-2 fr

Figure 6  Déplacements du café

Cafe 1990 2014 micro 2 fr

Figure 7 Déplacements de la canne à sucre

Cana 1973-2010 micro fr

Les figures 8 et 9 montrent l’ampleur du déplacement des régions productrices de soja et de maïs depuis le Sud, où elles ont commencé dans les années 1970, vers le Mato Grosso puis vers le Maranhão, le Piauí et plus récemment vers le Pará. C’est toutefois encore le Mato Grosso, au terme d’une croissance spectaculaire (figures 10 et 11) qui est le centre de gravité de ce complexe soja-maïs, auquel s’ajoutent de plus en plus le coton et les parcs d’engraissement déjà mentionnés.

Figure 8 Déplacements du soja

Soja 1990-2014 micro -1+1 fr

Figure 9 Déplacements  du maïs

Milho 90-2014 micro -1+1 fr

Figure 10 Production de soja en 1990

soja 1990 mun 3D fr

Figura 11 Production de soja en 2014

soja 2014 mun 3D fr

[1] Le Brésil en comptait 5 570 en 2014 (contre 36 68 en France) alors que sa superficie est plus de quinze fois plus grande

[2] Logiciel gratuit qui peut être téléchargé à partir du site de l’auteur http://philcarto.free.fr/

[3] Pour la superposition des cartes analytiques et le traitement graphique final

Havaianas, du chinelo de pedreiro au succès mondial

Havaianas est un fabricant des tongs (sandales composées d’une semelle et de brides en caoutchouc) qui étaient à l’origine un produit de consommation populaire, vendu uniquement au Brésil, et est devenu en vingt ans un produit de mode mondialement connu.

Origines

L’entreprise Fabrica Brasileira de Alpargatas e Calçados a été créée en 1907 mais la marque Havaianas (« hawaïennes » en portugais) n’a été lancée qu’en 1962. Jusque-là spécialisée dans la fabrication d’espadrille en toile et en corde, elle avait alors décidé de fabriquer des tong légères en caoutchouc, librement inspirée des sandales japonaises Zori, à semelle en paille de riz et bride de tissu.

Figure 1 Sandales Zori et Havianas tradicional

Zori et havaianas

http://otaku-plane.blogspot.fr/ et http://calcados.mercadolivre.com.br/chinelos/havaianas

Le succès a été immédiat auprès des classes populaires grâce à son petit prix, mais surtout aux propriétés du caoutchouc, antidérapant, qui ne brûle pas les pieds (contrairement au plastique), ne sent pas et est très résistant. C’était donc la chaussure idéale pour ceux qui étaient pour la plupart jusque-là littéralement des « va-nu-pieds », elle a chaussé des générations de travailleurs sur les chantiers et dans les champs et était surnommée – non sans un certain méprise de classe – chinelos de pedreiro (tongs de maçon). Elles étaient si populaires que le gouvernement en avait fixé les prix, comme pour d’autres produits tels que le riz et les haricots, la base de l’alimentation brésilienne.

Figure 2 Chinelos de pedreiro, les chaussures des pauvres

sebastiao_salgado_pés

Photo Sebastião Salgado, http://modosdeolhar.blogspot.fr/search/label/Sebasti%C3%A3o%20Salgado

Le tournant

Durant une trentaine d’années, le produit n’a pas évolué, les premiers modèles, nommés Havaianas Tradicional, étaient disponibles dans une unique version : brides bleues, et semelle blanche et bleue. Selon la légende de l’entreprise le changement est dû à un hasard, suite à un problème technique un lot entier de tongs est sorti en vert au lieu de la couleur bleue traditionnelle. Comme ce lot s’est bien vendu, les Havaianas ont commencé à être produites avec des brides de différentes couleurs (rouge, jaune, vert et noir). À partir de 1994 la semelle fut elle aussi proposée en plusieurs couleurs.

La même année a eu lieu un autre changement, sans doute plus décisif, dans le domaine du marketing. Pour résister à la contrefaçon la firme a cherché à consolider son image par des campagnes de publicité et de communication, mettant notamment en scène des artistes, des joueurs de football et des mannequins. Dans les années 1990 elle a connu un premier succès avec sa ligne « Top monochrome », puis elle y a ajouté en 1998 une touche de patriotisme avec la création d’un modèle « Havaianas Brasil » orné du drapeau brésilien, en signe de soutien à l’équipe nationale, la seleção, pour la Coupe du monde de football.

Figure 3 Havaianas à drapeau brésilien

havaianas-sandale-brasil-logo-vert-2

http://www.keepitforyou.com/fr

Chic

Le marketing de la marque a ensuite cherché à l’associer à d’autres nomes fameux. De 2003 à 2009, chaque acteur proposé aux Oscars a reçu un modèle exclusif, à partir de 2004 démarrèrent les collections en édition limitée avec des marques ou créateurs reconnus, comme Swarovski, ou le joaillier H. Stern qui proposa des tongs décorées d’or ou de diamants.On a alors commencé à trouver des Havaianas même dans les shoppings centers les plus chics du pays.

Figure 4 Stand Havaianas dans le shopping center de Mossoró

Mossoro Havaianas 2

Photo H. Théry 2015

De nombreuses séries spéciales ont été réalisées, comme celles de l’hôtel Meurice et de l’hôtel Murano, ou celles de la fondation du footballeur Raï, vendues au profit des enfants des favelas. Depuis que deux présentateurs de télévision très connus au Brésil ont choisi d’offrir des Havaianas à leurs invités le jour de leur mariage il est devenu chic, dans certains milieux, d’offrir des tongs aux invités pour qu’ils puissent danser toute la nuit. La marque a donc créé comme elle l’indique sur son site multilingue deux « modèles spéciaux pour les mariages, Havaianas Top wedding et Havaianas Slim wedding, pré-personnalisées avec l’une des trois paires de pin’s exclusifs de votre choix ».

Succès mondial

Au début des années 2000 les exportations représentaient moins de 3% des revenus d’Alpargatas, ils pèsent aujourd’hui environ 30% du total. La société est présente dans 117 pays, en France elle possédait en 2012 deux boutiques en propre à Paris, plus six en franchise Et la firme a fermé, en entrant sur le marché japonais, le cycle qu’elle avait commencé par la copie de sandales de paysans nippo-brésiliens. Ces dernières années, la société Alpartagas s’est diversifiée en créant une collection de sacs et bagages en 2009, ou une ligne de chaussures fermées comme des espadrilles, des ballerines, ou des bottes en 2010, mais la division Havaianas représente les deux tiers de ses ventes mondiales avec un chiffre d’affaires de 520 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010 et 650 millions en 2014.

Alpartagas appartenait pour 44 % au groupe de BTP Camargo Corrêa, celui-ci a vendu, via une OPA, ses actions à la société brésilienne J&F, qui contrôle le plus grand vendeur de viande dans le monde, JBS, qui souhaitait diversifier le portefeuille d’activités de l’entreprise. De son côté Camargo Corrêa a dû reconnaître sa participation aux actions d’entente illicites et de corruption développés autour de la compagnie pétrolière Petrobras. En août elle a signé un accord de clémence avec les procureurs fédéraux et cherche à se recentrer sur ses métiers centraux.

Différentiel de prix

Selon les calculs de Capital[1], « chaque paire coûterait entre 1,50 et 2,50 Euros à fabriquer, pour un prix moyen de vente de 10 euros (20 euros en France). En ajoutant 1,10 euro de frais de mar­keting et 5 euros de coûts de ­distribution, la marge atteindrait 18% d’après nos estimations, comparable à celle de Nike, le plus rentable des fabricants de sportswear ».

Mais il semble que Havaianas ait une politique de prix adaptée à chaque marché national. Sur le site en français d’achat en ligne sont proposées, pour les femmes, des tongs, sandales, espadrilles et bottes de pluie, dont les prix vont de 10 € à 55 €. Pour les hommes des tongs, espadrilles et sneakers, entre 10 € à 50 €. Le site est décliné pour 28 pays européens, y compris Andorre, Saint-Marin et le Saint-Siège (Cité, du, Vatican).

Figure 5 Modèles pour femmes et pour hommes sur le site français d’Havaianas

Modeles France

http://www.havaianas-store.com/fr

Sur le site brésilien les prix vont de 12.90 Reais (3,22 €) à 274,90 Reais (69 €) mais il existe aussi un modèle Swarovski (195 euros), associant au caoutchouc pas moins de 174 cristaux. Alors que sur le site français l’écart entre les modèles les moins chers et les plus chers est dans un rapport de 1 à 5,5, sur le site brésilien le rapport est de 1 à 21, même pour des tongs apparemment à peu près identiques le Brésil est décidément un pays d’inégalités.

Figure 6 Modèles les moins chers et les plus chers sur le site brésilien d’Havaianas

Modeles Brésil

www.loja.havaianas.com.br

[1] http://www.capital.fr/enquetes/succes/havaianas-ou-l-art-de-vendre-le-caoutchouc-a-prix-d-or-608668

Un tsunami de boue, de Mariana à la mer

La Brésil a la chance de ne pas être exposé à de graves risques naturels : pas de volcans actifs, peu de sismicité, pas de cyclones tropicaux. Mais il vient de connaître le pire désastre environnemental de son histoire avec la rupture de barrages dans l’État du Minas Gerais, dont le nom signifie « mines générales ». Il est e effet un des premiers producteurs de minerais du pays et les barrages qui ont cédé faisaient partie d’un complexe minier, à 35 km du centre de la ville de Mariana, ville minière historique à 124 kilomètres de Belo Horizonte.

Figure 1 Localisation

Localisation

http://s2.glbimg.com/1WlhgD60guri_V3a3UYOt1dAgVU=/s.glbimg.com/jo/g1/f/original/2015/11/05/estouro-barragem-mariana-mg_vale.jpg

Les barrages de Fundão et Santarém, situés entre Mariana et Ouro Preto, dans le Minas Gerais, ont cédé le 5 novembre 2015, libérant une vague de boue de 2,5 m de haut, une boue qui s’est propagée jusqu’à la mer, à 670 km en aval.

Le barrage qui s’est rompu était le Fundão, ce qui a ensuite endommagé le barrage de Santarém, tous deux situés dans le subdistrito de Bento Rodrigues. Ces barrages servaient à retenir les boues provenant de l’extraction de minerai de fer dans les mines immédiatement en amont. Le barrage de Fundão avait une licence d’exploitation valide jusqu’en 2019, mais les permis d’exploitation de Germano (le 3e barrage du complexe) et Santarém avaient expiré depuis mai 2013 et juillet 2013, respectivement. Le Fundão faisait l’objet de travaux de surélévation pour accroître sa capacité.

Figure 2 Les barrages avant leur rupture

Barrages

http://www.mecanorte.com.br/areas-de-atuacao/projetos-realizados/barragens

Les barrages appartiennent à la compagnie minière Samarco, une entreprise fondée en 1977 qui produit de boulettes de minerai de fer utilisées dans la production d’acier. Samarco est contrôlée par la Vale, la plus grande entreprise minière brésilienne (et la 2e au monde) et l’anglo-australienne BHP Billiton. Elle opère dans le Minas Gerais et l’Espírito Santo et est le 10e plus grand exportateur du pays.

Figure 3 Les barrages, en aval des mines de fer

Bento Rodrigues Google Earth

Google Maps

Selon la Samarco, la boue se compose pour l’essentiel de sable et ne présente aucun élément chimique dangereux pour la santé. Selon l’Ibama (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables), la boue est composée principalement d’oxyde de fer (d’où sa couleur rouge) et de sable. Les images de la coulée qui a suivi la rupture des barrages, très spectaculaires, ont été reproduites dans de nombreux journaux dans le monde, notamment celles de Felipe Dana (AP).

Figure 4 Après la rupture des barrages

Aerial view of the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area.  (AP Photo/Felipe Dana)
Aerial view of the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area. (AP Photo/Felipe Dana)

http://cdn-parismatch.ladmedia.fr/var/news/storage/images/paris-match/actu/environnement/une-gigantesque-coulee-de-boue-fait-17-morts-bresil-860733/node_860753/9106389-1-fre-FR/image.jpg

Le volume de boue liquide libéré par la rupture des barrages est estimé à 40 milliards de litres, volume équivalent à un cube de 342 mètres de côté, ou encore 16 000 piscines olympiques de 2,5 millions de litres.

Figure 5 Le volume de boue libéré par la rupture des barrages

Cube

http://arte.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/22/rastro-lama/

Le village de Bento Rodrigues, subdistrito de Mariana, situé immédiatement en aval, des barrages (cadre rouge sur le figure 3), a été recouvert par la boue qui est sortie des barrages, et a été dévasté. L’inondation a détruit la plupart des maisons, plus de 600 personnes se sont retrouvées sans abri et ont été secourues par les pompiers. Elles ont abandonné leurs maisons et fui vers les parties supérieures de la région, sans qu’aucun signal d’alerte n’ait été émis. La Samarco admis que les résidents n’ont été avertis que par téléphone.

Figure 6 Bento Rodrigues après le passage de la vague de boue

BRAZIL-DAMBURST/

http://g1.globo.com/minas-gerais/fotos/2015/11/barragem-se-rompe-e-distrito-de-mariana-e-inundado.htm

Au 1er décembre le bilan s’établissait à 15 morts. La police a fait le difficile travail d’identification des corps des victimes, un homme n’a pas été identifié, neuf corps ont été reconnus par les familles et les cinq autres par des techniques médico-légales telles que l’ADN et la tomographie. Quatre personnes sont toujours portées disparues.

Figure 7 Bento Rodrigues après le passage de la vague de boue, détail

Two dogs stand on the roof of a destroyed house at the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday, in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area.  (AP Photo/Felipe Dana)
Two dogs stand on the roof of a destroyed house at the small town of Bento Rodrigues after a dam burst on Thursday, in Minas Gerais state, Brazil, Friday, Nov. 6, 2015. Brazilian rescuers searched feverishly Friday for possible survivors after two dams burst at an iron ore mine in a southeastern mountainous area. (AP Photo/Felipe Dana)

http://www.wsj.com/articles/hopes-fade-for-survivors-of-brazil-dam-burst-as-companies-criticized-1447018759

La boue a ensuite parcouru des centaines de communes du Minas Gerais et de l’Espírito Santo, provoquant des ruptures de l’approvisionnement en eau dans des villes comme de Governador Valadares (MG) et Colatina (ES).

Figure 8 La boue dans les vallées en aval

cms-image-000467673

http://www.brasil247.com/images/cms-image-000467673.jpg

La boue a progressivement a parcouru tout la vallée du rio Doce, jusqu’à la mer : le 6 novembre elle avait atteint Belo Oriente et le barrage hydroélectrique de Risolato Neves, le 8 le barrage hydroélectrique de Baguari (le 9 novembre 500 kilos de poissons morts en ont été retirés) et la ville de Governador Valadares (278 363 habitants en 2015 selon l’IBGE), le 9 la ville de Baixo Guandu (31 467  hab.), Colantina (122 646  hab.), où les écoles ont été fermées, et Linhares (163 662  hab.).

Figure 9 Le parcours de la vague de boue dans la vallée du Rio Doce

Sequence  verticale

http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/1708857-rio-doce-nao-morreu-mas-sera-lento-caro-e-dificil-recupera-lo.shtml?cmpid=comptw

La boue a ensuite atteint la mer dans la région de Regência, à l’embouchure du Rio Doce, qui est une zone protégée car elle est considérée comme nurserie pour de nombreuses espèces marines, en particulier les tortues. Avant son arrivée, des membres du projet Tamar avaient déplacé des nids de tortues, à titre préventif.

Selon un modèle mathématique développé par des chercheurs de l’UFRJ (Université Fédérale de Rio de Janeiro) il est prédit que la boue polluera 9 km le long de la côte. Les impacts sur l’océan doivent être moins radicaux que dans la vallée du Rio Doce, mais ils peuvent être de longue durée et affecter, pendant de nombreuses années, la présence d’algues, mollusques, crustacés et poissons

Figure 10 La boue atteint la mer

BARRAGEM/ROMPIMENTO/OCEANO

http://dw9kw6lfaa11c.cloudfront.net/wp-content/uploads/2015/11/a8fe5ed8860db0435249dc9f659973ea.jpg

Pour la biogéographe Claudia Câmara do Vale, professeur à l’Université fédérale de l’Espírito Santo, la récupération du Rio Doce pendra « beaucoup plus que juste une décennie, comme cela a été annoncé ». Samarco « devrait supporter les frais de reconstitution de l’environnement, ou il prendra 50 ans, ou plus » […] Outre la question de la destruction de la faune, il y aura des changements hydrodynamiques dans la rivière elle-même, qui aura une plus grande charge à transporter jusqu’à son embouchure. Nous ne pouvons pas dire avec certitude que ces déchets l’atteindront, car il y a aura de la sédimentation pendant le transport […] Quant au contexte social, plusieurs communautés de pêcheurs au long du Doce seront sans revenus, ou même sans nourriture. Beaucoup sont des communautés qui vivent en autosubsistance et trouvent dans le fleuve leur source protéines (le poisson) et sur ses rives leurs cultures de alimentaires. Du Rio Doce dépend l’approvisionnement en eau de plusieurs grandes villes comme Colatina, par exemple, et de plus petites, qui souffriront de pénuries. L’élevage et grandes exploitations agricoles, qui dépendent de l’eau du Rio Doce auront des pertes incalculables » [1].

Pour Paul Rosman, professeur d’ingénierie côtière à la COPPE / UFRJ et auteur d’une étude commandée par le ministère de l’Environnement afin d’évaluer l’impact et l’étendue de l’arrivée de la boue de la mer, il y a trois scénarios différents de gravité de la catastrophe et de vitesse de récupération. Dans la haute vallée, là où le barrage a cédé à proximité de Bento Rodrigues, elle devrait prendre plus d’un an et dépendra des opérations de nettoyage des décombres et d’un programme de reboisement. Pour lui, la société et les gouvernements du Minas Gerais et fédéral doivent exiger de la Vale et de BHP Hillington, propriétaires de Samarco, le processus de reboisement et de reconstruction de l’environnement, un coût «négligeable» pour ces entreprises. Sur la plupart du parcours du rio Doce, la pluie devrait effacer les dégâts et les poissons devraient être revenus dans la rivière en cinq mois, tandis qu’en mer la dilution des sédiments doit se produire plus rapidement, avant janvier l’année prochaine[2].

L’IBAMA (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) a imposé à Samarco une amende de 250 millions de Reais (61 millions d’Euros). Il a invoqué cinq infractions, punies de 50 millions de Reais chacune. La compagnie est poursuivie pour avoir pollué des rivières, rendu des zones urbaines impropres à l’habitation, provoqué une perturbation de l’approvisionnement public en eau, jeté des déchets sans respecter les exigences légales, causé la mort des animaux et une perte de biodiversité le long du rio Doce, mettant en danger la santé humaine. En moyenne les contrevenants environnementaux ne paient que 8,7% des amendes imposées par l’IBAMA.

[1]http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2015/11/1712352-mineradora-e-governo-tem-sido-desastrosos-diz-biogeografa-do-es.shtml

[2] http://www1.folha.uol.com.br/bbc/2015/11/1712387-rio-doce-ressuscitara-em-cinco-meses-afirma-pesquisador.shtml

Distances au Brésil et dans le monde, voyages imaginaires

Ce voyage imaginaire a commencé quand j’ai voulu calculer les distances séparant São Paulo, par la route, des frontières des pays voisins, en utilisant le logiciel Google Maps. J’avais besoin de ces données pour m’aider à convaincre des lecteurs français que si les Brésiliens parlent peu les langues étrangères c’est en grande partie parce que – leur pays étant immense – il leur est difficile de se rendre à l’étranger. Par exemple, pour les habitants de São Paulo, la plus peuplée du pays, la frontière la plus proche est située à plus de 1 000 kilomètres.

Une fois cette mesure effectuée, il était tentant d’utiliser les possibilités de cet outil pour d’autres recherches. D’abord sur les distances routières entre Brasilia et les autres capitales sud-américaines, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur du Brésil, puis sur les distances maximum que l’on peut parcourir à l’intérieur des grands pays de taille comparable ou supérieure à celle du Brésil. Et finalement sur les plus grandes distance possibles que l’on puisse parcourir par la route dans le monde, selon Google Maps, soit d’une seule traite, soit en enchaînant les étapes.

Tableau 1 Distances entre São Paulo et les frontières des pays voisins

Distance (km) Temps (h)
Foz do Iguaçu 1.061 12,5
Corumbá 1.432 16,75
Chuí 1.654 19,5
Guajara Mirim 3.311 45
Cruzeiro do Sul 4.131 56
Pacaraima 4.810 67

La frontière la plus proche de São Paulo, d’après Google Maps, est atteinte à Foz do Iguaçu (où se situent les cataractes de l’Iguaçu[1]) à 1 061 km de la ville. Corumbá, à la frontière de la Bolivie est à 1 400 km, la frontière de l’Uruguay sur le rio Chui est à plus de 1 600 km et les suivantes sont beaucoup plus lointaines : Guajara-Mirim, autre frontière avec la Bolivie, est à 3 300 km et Cruzeiro do Sul, près de la frontière du Pérou à 4 005 km. Enfin Pacaraima, à la frontière du Venezuela est à près de 5 000 km, 4 810 exactement d’après Google Maps.

Photo 1 Le kilomètre zéro de la route BR101, plus de 4 500 km de bout en bout

RN Marco zero BR101 B

En poursuivant l’exercice par la mesure des distances entre Brasilia et les autres capitales sud-américaine, on constate que la plus proche et une fois encore celle du Paraguay, Asunción, à un peu moins de 2 000 km. Montevideo, la capitale uruguayenne est à environ 3 000 km, ainsi que La Paz, en Bolivie, et Buenos Aires, en Argentine. Les suivantes sont nettement plus loin, Santiago à 4 000 km, Lima à un peu plus de 4 500, Caracas à 5 600 et enfin les capitales andines les plus lointaines, Quito et Bogotá, sont respectivement à 6 300 et 6 700 km (cette dernière via le Venezuela), trajets qui d’après Google Maps prendraient 87 et 97 heures de route, en roulant jour et nuit.

Tableau 2 Distances entre Brasília et les autres capitales sud-américaines

Distance (km) Temps(h)
Asunción 1.860 24
Montevideo 2.930 34
La Paz 3.007 41
Buenos Aires 3.209 37
Santiago de Chile 3.907 47
Lima 4.526 61
Caracas 5.654 79
Quito 6.376 87
Bogotá 6.712 97

Photo 2 Panneau routier à la sortie nord de Brasília

DF plaque Fortaleza 2273

Passant de mesures relativement réalistes à un exercice de fiction, je me suis demandé ce que représenterait un tour du Brésil passant par les capitales de tous ses États fédérés. Cela pourrait être une idée de rallye (mais certainement pas de tour cycliste !), et la question s’est posée récemment puisqu’avant les Jeux Olympiques qui doivent se tenir à Rio de Janeiro en 2016 la torche olympique doit parcourir toutes les capitales brésiliennes. Le parcours se fait en grande partie en avion (rotas aéreas, en bleu sur la figure 1) mais que se passerait-il si l’on devait le faire par la route ?

Figure 1 Le parcours de la torche olympique

Tocha olimpica 1435942515664

http://esportes.estadao.com.br/noticias/jogos-olimpicos,tocha-olimpica-inova-ao-ganhar-cores-e-movimento,1718550

Tableau 3 Tour du Brésil

Distance (km) Temps (h)
1 – Porto Alegre – Boa Vista 9.667 132
2 – Boa Vista – Maceió 7.401 109
3 – Maceió – Brasilia 3.818 52
Total 20.886 293

Comme le logiciel ne permet pas de programmer plus de 10 étapes j’ai dû fractionner ce tour du Brésil en plusieurs tronçons, et la règle que je me suis donné était de passer par toutes les capitales avec un minimum d’aller-retour. Sur le premier tronçon, partant de Porto Alegre et allant jusqu’en Amazonie le seul aller-retour a été celui qui permet, depuis Porto Velho, de passer par l’Acre, dans l’extrême ouest. Le deuxième tronçon partant de Boa Vista, repasse à Manaus, ce sera le deuxième et dernier aller-retour. Ensuite de Manaus le trajet rejoint la côte du Nordeste[2], puis un troisième tronçon va de Maceió à Brasilia, ce qui permet de faire aboutir le tour du Brésil dans la capitale fédérale. Une seule capitale d’État est laissée de côté, Macapá, pour la bonne raison qu’elle n’est pas accessible par la route depuis Belém (il faudrait traverser l’embouchure de l’Amazone), alors qu’elle est reliée à Cayenne, en Guyane française

Au total le parcours de ce tour du Brésil représente – toujours selon Google Maps – près de 21 000 km (plus de la moitié de la circonférence terrestre) et 293 heures (douze jours et douze nuits). On remarquera qu’un tour de l’Amérique du Sud construit selon les mêmes principes serait un peu plus court, il ne faudrait parcourir « que » 18 768 km pour rejoindre les capitales sud-américaines (sauf celles des Guyanes).

Figure 2 Tour du Brésil et de l’Amérique du Sud

Tour du Brésil

Photo 3 Panneau routier à la sortie de Santarém, en Amazonie

PA Santarem plaque de distances

Ayant ainsi exploré les distances à l’intérieur du Brésil et de son continent, j’ai eu envie de faire le même exercice pour les autres très grands pays du monde, ce que le logiciel permet puisqu’il couvre l’ensemble de la planète. J’ai donc essayé de calculer les plus longues distances possible à l’intérieur de ces pays, elles apparaissent sur le tableau 4 et la figure 3, dans le même ordre.

Tableau 4 Distances maximales à l’intérieur des grands pays

Distance Temps Pays
Chuí – Cruzeiro do Sul 5.141 69 Brésil
Bangor – San Diego 5.194 48 États-Unis
Cairn – Perth 5.256 57 Australie
Québec – Prince Rupert 5.309 55 Canada
Zhanjiang – Kashi 5.330 78 Chine
Pacaraima – João Pessoa[3] 5.585 81 Brésil
Chui – Pacaraima 5.819 80 Brésil
Sébastopol – Vladivostok 10.169 124 Russie
Mourmansk – Vladivostok 10.378 125 Russie

Des distances équivalentes à celles observées au Brésil se retrouvent Australie, au Canada, aux États-Unis ou en Chine, dépassant 5 000 km. Les records mondiaux sont toutefois atteints en Russie, le plus grand pays au monde (plus du double de la superficie du Brésil) et l’on arrive à y projeter des parcours de plus de 10 000 km, comme entre Sébastopol et Vladivostok ou entre Mourmansk et Vladivostok. Dans les deux cas il s’agit de ports militaires et ces distances sont probablement franchies par des convois de transferts de matériel entre un port et l’autre (même si ceux-ci se font plutôt par chemins de fer).

Figure 3 Les plus longs trajets possibles dans les plus grands pays au monde

Distance max grand pays portrait v2

Explorant davantage les possibilités de Google Maps je me suis ensuite demandé quelles étaient les plus grandes étapes que l’on pouvait programmer sur le logiciel en une seule traite, de point à point : les plus longues que j’ai obtenues figureraient sur le continent américain s’il n’y avait pas une coupure de la Panaméricaine entre le nord de la Colombie et le sud du Panama. Il n’a en effet jamais été possible d’y construire une route, à cause du terrain extrêmement accidenté et surtout des pluies très abondantes qui tombent dans cette région.

Tableau 5 Les plus longues distances possibles en une seule étape

Distance Temps
Ushuaia – Turbo 9.882 126
Yaviza – Anchorage 11.511 131
Paris- Vladivostok 12.018 139
Le Cap – Nordkapp 17.512 225

De ce fait les plus longues étapes se font soit en Amérique du Sud, soit en Amérique du Nord. D’Ushuaia, à la pointe de la Patagonie, à la dernière ville atteinte par la route au nord de la Colombie le trajet est près de 10 000 km, puis de la première ville au sud du Panama jusqu’en Alaska il est de 11 500 km, et si les deux trajets étaient réunis on aurait un parcours de 20 000 km, la moitié de la circonférence terrestre. Je n’ai pas fait figurer dans le tableau 5 les distances internes à la Russie déjà mentionnées, j’ai juste ajouté – pour le plaisir de rêver – un trajet Paris-Vladivostok de 12 000 km. Dans le même ordre d’idée on peut planifier, en ayant beaucoup de temps devant soi, un trajet entre le Cap Nord, au nord de la Norvège, et Le Cap, en Afrique du Sud, une bagatelle de 17 500 km.

Figure 4 Les plus longues distances d’une seule traite

Une etape

Je me suis enfin demandé si l’on pouvait à partir du logiciel planifier un tour du monde routier – ou du moins du Vieux Monde, puisque les Amériques sont ici hors-jeu –  en parcourant le plus grand nombre possible de kilomètres. À cette occasion j’ai remarqué une limitation de Google Maps, pour lequel certaines frontières ne peuvent pas être franchies, alors qu’en réalité l’examen de la carte montre qu’il existe bel et bien un passage (figure 4), il s’agit donc de blocages géopolitiques.

Figure 5 « Impossible de calculer l’itinéraire entre Lahore, Pakistan et Amritsar, Pendjab, Inde »

Lahore Amritsar

En partant de Vladivostok il est ainsi possible de programmer un voyage qui traverse toute l’Eurasie jusqu’au nord de la Norvège (mais sans aller jusqu’au Cap Nord pour éviter un aller-retour) et de là jusqu’au sud de l’Afrique, puis qui repart vers le nord jusqu’à Wadi Halfa, à la frontière nord du Soudan. Comme le passage entre le Soudan et l’Égypte n’est pas permis par le logiciel, le deuxième trajet repart d’Assouan, dans le sud de l’Égypte, et va sans encombre jusqu’au Pakistan, d’où – selon logiciel – il n’est pas possible de passer en Inde.

Tableau 6 Un tour du Monde par la route

Distance Temps
1- Vladivostok Wadi Halfa 36.269 454
2 – Assouan Lahore 6.940 85
3 – Amritsar Hanoi 10.685 172
4 – Nanning Yanbian 4.850 61
Total 58.744 772

Figure 6 Un tour du Vieux Monde par la route

Tour du Monde

Le troisième trajet repart donc d’Amritsar, juste au-delà de la frontière indienne et se poursuit jusqu’à Hanoi, où il s’arrête, puisque la Chine semble avoir fermé ses frontières terrestres, et il faut donc ajouter un trajet purement chinois, entre Nanning et Yanbian, pour atteindre la frontière avec la Russie, d’où l’on pourrait boucler le trajet en revenant à Vladivostok. Au total le parcours représente 58 744 km toujours, d’après Google Maps, sans compter les (petits) raccords[4] qui serait nécessaires.

Sa durée théorique de 772 heures représenterait donc un peu plus de 30 jours, bien moins que les 80 jours qu’il avait fallu à Phileas Fogg pour faire le tour du monde mais cela supposerait des automobilistes héroïques, roulant jour et nuit sur des routes pas toujours faciles, sans compter les franchissements de frontières et autres aventures qui ne manqueraient pas de se produire sur un aussi long trajet. Mais ces petites contingences – qui font une bonne part de la saveur des vrais voyages – ne concernent pas  qui fait, comme Xavier de Maistre[5], un « voyage autour de [sa] chambre », ou en l’occurrence autour de son écran.

[1] https://braises.hypotheses.org/664

[2] En empruntant la Transamazonienne puisque le logiciel le juge possible, alors qu’elle est en fait difficilement utilisable dans sa partie occidentale, au-delà d’Altamira, uniquement en 4×4 en saison sèche.

[3] On pourrait afficher 6 711 km entre Paracaraima et João Pessoa si Google Maps n’offrait pas la possibilité de passer par la Transamazonienne, et qu’il faille donc passer plus au sud.

[4] Environ 30 km entre Wadi Halfa et Assouan, 48 km entre Lahore et Amritsar, 330 km entre Yanbian et Vladivostok.

[5] Voyage autour de ma chambre (1794), réédition Mille et une Nuits, Paris, 2002. Il écrivit ce livre au cours des quarante-deux jours d’arrêts qui lui furent infligés pour s’être livré à un duel contre un officier piémontais

Défilé du 7 septembre à Brasília

La fête nationale est, au Brésil comme en France, l’occasion d’un défilé militaire sur l’une des artères majeures de la ville, en l’occurrence l’Axe Monumental de Brasília, où se situent tous les monuments officiels de la ville, de la Place des Trois pouvoirs jusqu’à la Bibliothèque nationale, en passant par l’esplanade des ministères et la cathédrale.

La Présidente Dima Rousseff a cette année encore ouvert le défilé dans la Rolls Royce 1953 qui est la voiture officielle des Présidents depuis Getúlio Vargas.

Brasília - DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR
Brasília – DF, 07/09/2015. Presidenta Dilma Rousseff durante o desfile cívico-militar de 7 de Setembro em comemoração ao Dia da Independência. Foto: Ichiro Guerra/PR

Foto: Ichiro Guerra/PR – http://www2.planalto.gov.br/centrais-de-conteudos/imagens/desfile-civico-militar-de-7-de-setembro-em-comemoracao-ao-dia-da-independencia

Une des attractions récurrentes du défilé, très attendu par les spectateurs, est le passage des Dragons de l’Indépendance, dont le nom officiel est 1º Regimento de Cavalaria de Guardas, l’équivalent de la Garde Républicaine française.

datas-comemorativas-2015

http://www.vidadeturista.com/wp-content/uploads/2015/01/datas-comemorativas-2015.jpg

Comme ailleurs un autre moment fort est le passage des blindés, ici vus devant la cathédrale ce qui, sans aller à évoquer « le sabre et le goupillon » associe du moins des symboles forts des pouvoirs militaire et spirituel.
Chars + avions

© Hervé Théry 2015

Le défilé de 2015 a attirés des milliers de badauds, dont beaucoup s’accumulaient dans les rares zones librement accessibles du bout de l’esplanade, comme ici devant le Musée National de Brasília.
Foule

© Hervé Théry 2015

L’affluence y était d’autant plus grande que les espaces accessibles aux non-VIP sur l’esplanade étaient peu nombreux et qu’il fallait faire une longue queue pour y accéder, une fois le défilé commencé, en espérant occuper la place de ceux qui partiraient avant la fin.
Fila 1

© Hervé Théry 2015

Beaucoup de spectateurs n’ont donc vu du défilé que les barrières érigées pour protéger les tribunes d’une invasion par le vulgum pecus des citoyens ordinaires.

Tapumes 1

© Hervé Théry 2015

Certains ont bien tenté de forcer le passage entre les plaques métalliques, ici devant la caméra du réseau de télévision SBT, mais la police militaire mettait toujours rapidement fin à ces tentatives.

Invasao

© Hervé Théry 2015

Les réticences des autorités à laisser les citoyens accéder librement au défilé venaient de ce qu’elles craignaient des manifestations hostiles à la Présidente ou à son prédécesseur et mentor, Luís Inácio « Lula » da Silva, comme celles qui apparaissent sur la photo ci-dessous. Ils y sont représentés par des mannequins gonflables géants, la première avec un long nez à la Pinocchio, parce qu’elle est accusée d’avoir beaucoup menti pour obtenir sa réélection en 2014, l’autre en uniforme de prisonnier en raison des accusations de corruption portées contre lui dans divers scandales.

Bonecos

https://www.youtube.com/watch?v=e4XbC0cJPdQ, http://msalx.veja.abril.com.br/2015/08/16/1735/pe6Cx/alx_manifestacao_contra_gov_09_original.jpeg?1439757346

Malgré tout le défilé est un moment d’exaltation nationale, notamment au passage de l’Esquadrilha da Fumaça (littéralement l' »Escadrille de la fumée », officiellement « Esquadrão de Demonstração Aérea – EDA »), l’équivalent de la Patrouille de France. On notera tout de même – sans chauvinisme aucun – que cette dernière, elle, parvient à dessiner le drapeau national dans le ciel de Paris le 14 juillet…

Brasília - DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
Brasília – DF, 07/09/2011. Esquadrilha da fumaça durante o desfile cívico-militar de 7 de setembro. Foto: Roberto Stuckert Filho/PR.
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013.     REUTERS/Charles Platiau  (FRANCE - Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) - RTX11MJ5
The French aerial display team Patrouille de France (French Aerobatic Patrol) flies in front of the Eiffel tower as part of the traditional Bastille day military parade, in Paris, July 14, 2013. REUTERS/Charles Platiau (FRANCE – Tags: ANNIVERSARY MILITARY TPX IMAGES OF THE DAY) – RTX11MJ5

https://en.wikipedia.org/wiki/Smoke_Squadron et http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Les-festivites-ensoleillees-du-14-Juillet-521677

Le paradoxe de la crise de l’eau à São Paulo

Un article récent du magazine Fortune, sous le titre « Comment deux des pays les plus riches en eau sur la Terre peuvent avoir la crise de l’H2O ? », s’ouvrait par « le Brésil a été appelé l' »Arabie saoudite de l’eau ». Les États-Unis comptent le plus grand lac d’eau douce du monde. Les deux vivent une crise de l’eau. Que se passe-t-il ? ». Il continue ainsi : « Les deux nations, le Brésil et les États-Unis, possèdent un cinquième des réserves d’eau douce dans le monde, et pourtant les deux sont confrontés à la crise de l’eau historique. Après deux ans de saisons des pluies insuffisantes, les 20 millions d’habitants de la région métropolitaine de São Paulo, la plus grande ville des Amériques, connaissent des interruptions intermittentes dans la fourniture de l’eau et pourrait voir le rationnement ou même des livraisons de l’eau par camion au cours des prochaines années. En Californie, le gouverneur Jerry Brown a ordonné des réductions de consommation qui pourraient affecter les 39 millions d’habitants de l’Etat. C’est le premier rationnement à travers l’état dans l’histoire du Golden State »[1].

On évalue à 40 000 millions de km3/an, les ressources mondiales en eau douce renouvelable (pluie – évapotranspiration – évaporation), ce qui équivaut à 5 700 m3 par habitant et par an. Neuf pays « géants » de l’eau, dont le Brésil fait partie, se partagent près de 60 % des ressources naturelles renouvelables d’eau douce du monde. Leurs richesses se calculent en milliers de milliards de m3 par an (ou km3) par an.

Les pays riches en eau

Pays                     Précipitation         Ressources totales           Indice/tête

moyenne 1961-1990          (km3/an)                         (m3/an)

(km3/an)

Brésil                         15 236                        8 233                        31 795

Russie                          7 855                        4 507                        29 642

Canada                        5 352                        2 902                        92 662

Indonésie                     5 147                        2 838                        13 381

Chine                           5 995                        2 830                          2 245

États-Unis                    5 800                        2 701                          7 193

Inde                             3 559                        1 897                          1 249

http://www.fao.org/docrep/005/y4473e/y4473e08.htm

À l’opposé un tiers de la population mondiale est privé d’eau potable. 1,1 milliard de personnes réparties dans 80 pays, n’ont pas accès à une eau salubre, et voient leur développement entravé par ce problème Dans certains pays, moins de 40 % de la population a accès à l’eau potable. C’est le cas du Cambodge, du Tchad, de l’Éthiopie, de la Mauritanie, de l’Afghanistan et d’Oman[2].

0221-waterstress-FR v2Source : FAO, Nation unies, World Resources Institute (WRI) Copyright © 2008, United Nations Environment Programme &Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique)

Comme le note F. Boudier, Le Brésil dispose de ressources hydriques colossales, notamment grâce à l’Amazone : pour l’ensemble du bassin amazonien, incluant la contribution des pays d’amont, on estime que la disponibilité d’eaux superficielles est d’environ 251 000 m3/s. Si l’on ne compte que la contribution du territoire brésilien, elle est encore de 180 000 m3/. Mais la richesse hydrologique est répartie de façon inégale : 70% en Amazonie, région où vit moins de 7 % de la population, 15% dans le Centre-Ouest, 6% dans le Sud et le Sud-Est et à peine 3% dans le Nordeste.

Si l’on s’en tient au classement de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) relatif à la disponibilité hydrique par habitant des régions du monde (qui distingue régions d’abondance, intermédiaires et en situation critique[3]), au Brésil, tous les États de la région Nord sont classés dans les régions d’abondance, le Roraima arrivant même à l’incroyable chiffre de 1,7 milliard de m3/personne/an. L’État de Bahia, dont l’approvisionnement est légèrement supérieur à 2 500 m3/personne/an, arrive à avoir d’avantage d’eau que l’État de São Paulo car il bénéficie de l’apport du fleuve São Francisco. La situation des autres États nordestins (Sergipe, Alagoas, Pernambuco, Paraíba, Rio Grande do Norte et Ceará) est préoccupante avec un approvisionnement inférieur à 2 500 m3/personne/an[4].

Un bon indicateur des ressources en eau est le débit moyen des cours d’eau, qui varie de 7,6 à 52,6 litres/seconde/m2, respectivement dans le « polygone des sécheresses » et dans l’extrême Nord-Ouest de l’Amazonie, à la frontière de la Colombie. Dans l’ensemble le Nord et l’Ouest du pays disposent de ressources bien supérieures à celles du Centre-Sud, la partie la plus peuplée du pays, et ici encore les minimums se situent dans le Nordeste. On notera toutefois que si l’on ramène ces totaux à la disponibilité en mètres cubes par habitant et par an, certaines régions très peuplées, comme l’axe du Tietê, dans l’État de São Paulo, ont une situation aussi critique que celle de régions du Nordeste semi-aride. De toute évidence le facteur population pèse au moins aussi lourd dans la formule que le facteur eau disponible, et malgré le bilan globalement favorable du Brésil quelques régions urbaines auront quelques soucis dans les années à venir, en termes de quantité d’eau et plus encore de qualité.

Figure 1 Les eaux du Brésil

EauxFigure 2 Disponibilité en eau

Disponibilite en eauLa même inégalité vaut pour la disponibilité du potentiel hydroélectrique. Les rivières du Sud et du Sud-Est ont le plus grand nombre de barrages et les capacités résiduelles y sont faibles. Le potentiel du São Francisco est toujours important et il a été bien inventorié, mais c’est sans aucun doute dans les bassins de l’Amazone et de l’Araguaia-Tocantins que sont situées les principales réserves. Leur utilisation est toutefois difficile, parce que si les débits sont énormes, la topographie est généralement plate et la construction de barrages peut causer l’inondation de vastes zones de forêts, avec des conséquences écologiques et sociales désastreuses.

 

Figure 3 Potentiel et utilisation de bassins hydroélectriques

Potentiel bassinsLes premières centrales hydroélectriques ont été construites, à partir du début du XXe siècle, dans les États de São Paulo, Minas Gerais, Paraná et Santa Catarina, à côté, donc les villes où l’énergie a été consommée, en utilisant le potentiel des rios Grande, Paranapanema, Iguaçu et Uruguay. Les phases suivantes ont consisté à équiper les autres grands fleuves du Sud-Est, en particulier le système de Tietê-Paraná, et le São Francisco, et à construire quelques barrages isolées en Amazonie, comme Tucuruí. Depuis le milieu des années 1980, c’est dans cette région et dans le Centre-Ouest que les nouveaux barrages ont été construits, malgré de grandes difficultés d’accès, de construction et d’écoulement de la production. C’est clairement un phénomène de diffusion du centre vers la périphérie, comme le confirmé l’emplacement des barrages encore prévus, en particulier sur les fleuves Araguaia et Tocantins. Le problème essentiel que crée cette nouvelle configuration est que, si les barrages du Nord ont un important potentiel, souvent plus élevé que dans le Sud, leur intérêt en termes de marché est limité par la faiblesse de la consommation locale et les distances par rapport aux grands marchés nationaux, nécessitant un transport sur de longues distances, avec technologies pas encore totalement maîtrisées.

Figure Le système hydroélectrique

Systeme hydroelectriquePour le moment le faisceau de lignes à très haute tension qui relie Itaipú à São Paulo est l’axe majeur des réseaux électriques brésiliens. Interconnecté avec le complexe de barrages du Paraná et du Tietê il assure à la région Sudeste une bonne couverture et, la plupart du temps, une alimentation suffisante malgré la croissance constante de la demande. Cela n’a cependant pas suffi à lui éviter le rationnement – volontaire et discipliné – lors de la crise de 2001 (que les Brésiliens avaient surnommée l’« apagão », le « grand black-out»), alors que la région Sud, mieux arrosée, y échappait. Le Nordeste est moins bien doté, puisque la pluviosité y est très faible sur une part importante de son territoire, mais il a la chance qu’un fleuve important, le São Francisco, alimenté en amont par le « château d’eau » du Minas Gerais, traverse les régions les plus sèches, ce qui permet non seulement une puissante irrigation, mais aussi une génération d’énergie qui couvre presque les besoins régionaux. La construction d’une série de centrales hydro-électriques et de barrages régulateurs a mis ce potentiel en production, mais les limites sont atteintes et pour l’avenir il va falloir avoir recours à d’autres sources et à des transferts.

Des lignes à haute tension ont déjà été tirées depuis la centrale amazonienne de Tucuruí, ce qui a permis de mailler davantage le réseau nordestin. Dans le même temps, une ligne à haute tension a été tirée vers la Transamazonienne, ce qui a permis de pousser vers l’ouest un pseudopode du réseau interconnecté, symétrique de celui qui avance année après année vers le Nord du Mato Grosso. Mais le véritable enjeu est de mettre en valeur les potentiels de l’axe de l’Araguaia-Tocantins, qui suit à peu près le tracé de la route Belém – Brasília. C’est donc pour satisfaire les besoins du Nordeste et surtout ceux, infiniment plus grands, du Sudeste, qu’a été entreprise la construction d’une série de barrages et de lignes de transmission sur l’axe Araguaia-Tocantins et plus récemment sur le Madeira. Utilisant les ressources propres de ces fleuves et de leurs affluents, qui sont loin d’être négligeables, cet axe alimentera des lignes qui partiront vers l’est (droit vers Salvador), et sans doute à terme vers l’ouest (et les besoins non satisfaits des régions pionnières du sud-est du Pará et du nord-est du Mato Grosso). Mais surtout ces aménagements seront l’occasion de tirer des lignes à haute et très haute tension vers le nord et le sud, et ce faisant de constituer une liaison nord-sud qui mettra en relation les principales régions du pays. C’est un enjeu considérable, et cet axe est appelé à devenir la colonne vertébrale de l’interconnexion du pays, reliant les principales régions productrices et consommatrices entre elles et plus encore avec les ressources immenses et sous-utilisées du bassin amazonien, la grande frontière énergétique du pays, principalement au bénéfice de São Paulo , qui « boit » ainsi indirectement les eaux de l’Amazone.

 

[1] Rob Curran, 2015, http://fortune.com/2015/04/06/brazil-california-water-crisis-drought/

[2] http://www.cieau.com/les-ressources-en-eau/dans-le-monde/ressources-en-eau-monde

[3] Régions d’abondance : quantité supérieure à 20 000 m3/personne/an, régions intermédiaires : quantité d’environ 5 000 m3/personne/an, régions en situation critique : quantité inférieure à 1500 m3/personne/an

[4] « L’eau au Brésil : les paradoxes de l’abondance ». Chef d’escadron Frédéric Boudier, (gendarmerie nationale), http://www.diploweb.com/forum/eaubresil08037.htm

Tout le monde regarde la Globo, ou presque

Le Groupe Globo est le plus grand conglomérat de médias au Brésil, son fleuron étant la Rede Globo de Televisão, la principale chaîne de télévision du pays. Son origine est le journal A Noite, fondé et dirigée par Irineu Marinho à Rio de Janeiro, alors capitale du Brésil, en 1925, il fonda un deuxième journal O Globo. À sa mort soudaine, quelques semaines plus tard, son fils Roberto Marinho hérita du journal, en 1944, il lança la Radio Globo, également à Rio de Janeiro, et en 1964 la TV Globo. Actuellement, le groupe est présent dans la télévision gratuite et payante, le marketing, la production, le satellite et la télévision par câble, les droits internationaux de marketing, des journaux et des magazines, des maisons d’édition, des stations de radio, des câblo-opérateurs, des sites Web, des productions cinématographiques et dans l’industrie musicale. Le conglomérat se compose de plus de 80 entreprises différentes et emploie plus de 24.000 personnes.

La Globo domine le marché des médias : entre le 1er janvier et le 31 août 2015 la TV Globo a eu le meilleur taux d’écoute 95,37% du temps. Ses concurrents classés deuxième et troisième ont été le groupe SBT, avec 2,59% et la Record avec 2,02%, en quatrième la Band avec 0,01% du temps[1]. Du 1er au 30 mars, la Globo a atteint 12% de moyenne d’audience sur 24 heures dans le grand São Paulo, SBT et Record étant ex aequo avec 5 points en moyenne sur 24 heures[2]. Un de ses points forts – plus même que les novelas, pour lesquelles elle est parfois devancée – est son journal télévisé du soir : le 29 septembre 2015, par exemple, son Jornal Nacional a enregistré 24 points d’audience contre 12 pour le Jornal da Record, 4 pour le Jornal da Band et 2 pour le Jornal do SBT.

Figure 1 Logo de la Globo et de son Jornal Nacional

Simbolos Globo

Grâce à cette domination, la Globo représente à elle seule plus de la moitié du chiffre d’affaires de toutes les stations de télévision du pays, y compris ses filiales et ses concurrents, elle fait plus de dix fois le chiffre d’affaires du SBT et de la Record à São Paulo, le principal marché du pays. Le groupe représente à lui seul un tiers de toutes les entreprises de médias collectant de la publicité, y compris les journaux, les magazines, la télévision par câble, la radio et Internet[3].

Ces rentrées sont obtenues par la vente d’espaces publicitaires et les annonceurs potentiels peuvent savoir combien ils peuvent espérer toucher de clients potentiels en consultant un « Atlas de couverture » accessible en ligne[4].

Figure 2 Page d’accueil de l’Atlas de couverture de la Globo

Atlas de Cobertura

http://comercial2.redeglobo.com.br/atlasdecobertura/paginas/home.aspx?mp=Brasil

L’Atlas permet de connaître en détail la couverture géographique de chacune des 123 stations locales de radiodiffusion de la Rede Globo : les communes couvertes, la population de chaque localité, le nombre de ménages avec TV, le nombre de téléspectateurs potentiel et l’indice de potentiel de consommation.

  • L’étendue de la couverture est mise à jour le premier jour ouvrable de chaque mois par les équipes techniques de toutes les stations de radiodiffusion de la Rede Globo.
  • La population (POP), les ménages avec TV (DTV) et les téléspectateurs potentiels (Tel Pot.) sont estimées par la firme d’enquêtes et sondages Ibope (actuellement sur la base de janvier / 2015) et sont valables pendant 12 mois.
  • L’indice de potentiel de consommation (IPC%) donne pour chaque commune du pays la part, en pourcentage, du potentiel total de consommation du pays.
  • Depuis octobre 2012 sont fournies des cartes montrant la zone couverte par chaque station de radiodiffusion, destinées à visualiser les données fournies sous forme de tableau Excel.

Grâce à ces données chiffrées, il est possible de produire une carte (figure 3) du pourcentage de téléspectateurs potentiels dans la population (source IBGE) et de population des zones de couverture par les stations de radiodiffusion de la Rede Globo. On y retrouve une configuration très fréquente au Brésil, une forte opposition entre d’une part le Sud, le Sudeste et le Nordeste côtier, où les pourcentages sont élevés, et d’autre part le Nord amazonien et le Nordeste intérieur, où ils peuvent être très bas (à l’exception des capitales d’États, notamment Manaus), tandis que dans le Centre-Ouest se détachent les abords des grandes routes de pénétration, Brasília-Belém, Cuiabá-Porto Velho et Cuiabá-Santarém. On note toutefois que dans le Sudeste apparaît une zone de pourcentages plus bas dans le centre du Paraná et le sud de l´État de São Paulo. Déjè repérée sur d’autres indices socio-économiques (IDH-M, Firja) cette zone déprimée est donc confirmée par cet indice à fonction purement commerciale. La population des zones de diffusion correspond grosso modo à celle de la population du pays, les plus peuplées étant celles du littoral, alors que celles de l’intérieur du continent ont des effectifs beaucoup plus faibles.

Figure 3 Pourcentage de téléspectateurs potentiels et population des zones de diffusion

Pct spectateurs et pop zone diffusion

Le site donne des informations sur les 123 stations de radiodiffusion de la programmation de la Globo, des plus grandes aux plus petites. Elles sont de tailles très inégales : elles peuvent se restreindre à une seule commune ou en compter jusqu’à 182, leur superficie va de 2 500 à plus d’un million et demi de kilomètres carrés, leur population de 45 000 à 19,5 millions d’habitants.

Tableau 1 Les plus grandes stations de diffusion et les plus peuplées

Station de Diffusion Communes Superficie Population
Rede Amazônica Manaus 58 1.537.888 3.632.626
Tv Centro América Cuiabá 123 786.258 2.674.499
Tv Liberal Belém 88 392.145 5.378.915
Tv Tapajós 12 250.071 688.959
Rede Amazônica Boa Vista 15 224.301 500.316
Tv Globo São Paulo 32 6.917 19.547.661
Tv Globo Rio De Janeiro 18 5.138 12.025.594
Tv Globo Belo Horizonte 182 66.300 7.282.131
Tv Verdes Mares Fortaleza 118 87.508 6.937.686
Tv Bahia 139 116.408 6.540.830

Figure 4 Partage du pays entre les stations de radiodiffusion de la Rede Globo

Exibidoras e a sua zona

Le maillage du territoire par ces stations est très curieux. On comprend aisément qu’en Amazonie les faibles densités de population aient amené à créer de très vastes concessions, de façon à ce qu’elles aient une masse critique suffisante de téléspectateurs potentiels à offrir aux annonceurs publicitaires et de fait les plus grandes stations se situent dans le nord du pays. Mais on y trouve aussi quelques-unes des plus petites, comme Rede Amazônica Ariquemes, Rede Amazônica Cacoal, TV Centro América Rondonópolis et TV Centro América Sinop, qui ne couvrent chacune qu’une seule commune, de moins de 200 000 habitants. Les deux premières citées se situent en Rondônia, partagé entre six stations alors que l’immense Amazonas n’en compte que deux, au demeurant inégales, une pour Itacoatiara (95 000 habitants) et une pour tout le reste de l’État. On comprend que dans le Sudeste densément peuplé ont ait pu tailler un grand nombre de concessions (São Paulo en a une douzaine), mais la figure 4 montre dans le Nordeste des partages aux géométries étranges. Parfois le partage est simple, comme dans le Ceará (nord/sud), ou le Rio Grande do Norte (est/ouest), voire un monopole (Alagoas ou Sergipe). Mais la carte de certains États laisse perplexe devant tant de complication des tracés, comme à Bahia ou dans le Maranhão, qui ont chacun six stations différentes. On ne peut s’empêcher de penser, quand on connaît un peu la politique brésilienne, que ces concessions et le détail de leur tracé ont dû être âprement négociés avec les grandes familles qui ont un poids considérable dans ces deux États

La diversité des situations peut être illustrée par deux exemples, ceux des stations de la Globo à São Paulo et la TV Mirante à São Luís do Maranhão, à l’aide de figures tirées de l’Atlas de couverture Globo.

Figure 5 Deux exemples de stations de diffusion

Sao Paulo e Sao Luis

La première est celle qui couvre la population la plus nombreuse de tout le pays, près de vingt millions d’habitants, avec une forte proportion de familles aisées (classes A et B) : au total, cette seule zone représente 12% du pouvoir d’achat du pays. À l’opposé, celle de la capitale maranhense a une population bien moins nombreuse (un peu plus de quatre millions d’habitants), plus jeune, plus féminine, plus pauvre (19% de familles à bas et très bas revenus, D et E), si bien qu’elle ne totalise que 1,1% du marché national.

L’atlas répertorie par ailleurs deux catégories de communes qui sont dans une situation particulière, qui en fait les exclus du système, celles qui n’ont accès au signal de la Globo que via satellite, et celles qui n’y ont pas accès du tout

Les communes sans couverture de la Globo ne sont que 80, mais représentent au total 275 850 km2, et un peu moins d’un million d’habitants, dont près de 900 000 téléspectateurs potentiels. Elles sont principalement situées en Amazonie mais il en subsiste encore dans le centre du Paraná et même une dans l’État de São Paulo.

Tableau 2 Communes sans couverture de la Globo, les dix plus peuplées

État Population Dom TV Tel.

potentiels

São Félix do Xingu PA 112.183 25.025 99.629
Tucumã PA 36.975 10.209 35.378
Posse GO 34.293 9.833 32.784
Almeirim PA 33.525 7.559 30.954
Colniza MT 32.174 6.636 22.376
Bagre PA 25.541 3.219 19.096
Campos Belos GO 19.568 5.671 18.768
São João do Rio do Peixe PB 18.068 5.444 17.794
Ribeirão Branco SP 18.009 4.910 16.714
Mangueirinha PR 17.507 5.163 16.689

Les communes qui ne bénéficient que d’une couverture par satellite sont 315, totalisant 583 928 km2 (un peu plus que la superficie de la France), un peu plus de deux millions d’habitants et un peu moins de deux millions de téléspectateurs potentiels. Un nombre non négligeable donc, 1% de la population brésilienne, mais seulement 0,6% du pouvoir d’achat du pays. Dans ces communes un relais VHF/UHF est mis à disposition de la Mairie et l’autorisation est donnée de relayer le signal satellitaire de la Globo, sans que les téléspectateurs aient besoin d’une antenne parabolique.

Tableau 3  Les Communes Couvertes Uniquement Via Satellite

Région États Communes Population Dom

TV

Tel.

Potentiels

IPC

%

Norte 56 480.508 117.409 424.617 0,139
  Pará 5 211.535 46.885 187.968 0,06
  Tocantins 51 268.973 70.524 236.649 0,079
Nordeste 188 1.074.260 282.127 994.843 0,254
  Maranhão 5 39.280 7.468 35.495 0,005
  Paraíba 94 557.494 160.095 547.953 0,149
  Pernambuco 1 14.190 3.333 12.236 0,002
  Piauí 88 463.296 111.231 399.159 0,098
Sudeste 4 34.286 9.585 31.532 0,011
  São Paulo 4 34.286 9.585 31.532 0,011
Sul 8 90.148 27.442 85.905 0,035
  Paraná 8 90.148 27.442 85.905 0,035
Centro-Oeste 59 439.461 124.926 397.666 0,161
  Goiás 44 308.247 91.576 288.832 0,114
  Mato Grosso 15 131.214 33.350 108.834 0,047
Total Brésil   315 2.118.663 561.489 1.934.563 0,6

 

Dans les deux cas les communes concernées sont principalement situées en Amazonie, au long du front pionnier de l' »arc du déboisement », mais on en trouve aussi dans le Sudeste, notamment dans le centre du Paraná, déjà cité.

Figure 6 Téléspectateurs potentiels dans des communes sans couverture de la Globo ou uniquement via satellite

Sem e sat fr

On peut donc tirer de cet atlas de couverture des indicateurs qui en disent long sur les disparités du territoire brésilien, et qui ont en outre l’avantage d’être constamment mis à jour. Ce n’est certes pas son objectif, qui est de vendre de la publicité, comme le disait avec franchise, (voire cynisme) Patrick Le Lay, alors président-directeur général du groupe TF1 (l’équivalent français de la Globo, en moins hégémonique). Il définissait ainsi ce que sa chaîne de télévision vendait à ses annonceurs : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible »[5]. Si pour se vendre à ses annonceurs la Globo a éprouvé le besoin de produire un document aussi riche d’enseignements et dont on peut tirer – en en faisant un usage détourné – un usage scientifique et désintéressé, qu’elle en soit remerciée. Elle n’est pas connue – c’est un euphémisme – par la densité de son contenu culturel, mais par cette publication elle nous offre un outil bien utile.

[1] http://celebridades.uol.com.br/ooops/ultimas-noticias/2015/09/14/feltrin-record-e-sbt-ameacam-globo-no-ibope-nem-sonhando.htm

[2] http://otvfoco.com.br/em-marco-audiencia-de-globo-sbt-e-record-ficaram-estagnadas/#ixzz3nDvgSx2r

[3] http://noticiasdatv.uol.com.br/noticia/mercado/globo-futura-r-11-5-bilhoes-dez-vezes-mais-que-record-e-sbt-2179#ixzz3nDtYEoVn

[4] http://comercial2.redeglobo.com.br/atlasdecobertura/paginas/home.aspx?mp=Brasil

[5] Cité par Les associés d’EIM, Les dirigeants face au changement, Éditions du Huitième jour, 2004

Histoire d’un pionnier

Messias Lopes de Mello  (1926-2015)Messias de Mello

Le texte qui suit est la traduction de la première annexe de la thèse de doctorat de Neli Aparecida de Mello, fille de Messias Lopes de Mello. Soutenue en 2002 en cotutelle entre l’Université Paris X Nanterre et l’Universidade de São Paulo. La thèse était intitulée « Politiques publiques territoriales en Amazonie brésilienne : conflits entre conservation et développement  » et l’auteure avait jugé opportun – le jury lui a donné raison – de donner la parole à l’un des anonymes concernés par ces politiques, à l’un de ces pionniers sans lesquels ces politiques auraient été sans objet.

Car c’est leur volonté irrépressible d’avancer vers ces terres inconnues qui a permis de les occuper, de les mettre en valeur, d’y construire routes et villes, mais aussi – on ne saurait le cacher – de dégrader sensiblement ses forêts et ses rivières. Messias Lopes de Mello a été un de ceux-là, il a participé de la poussée pionnière au long de la route Belém-Brasília, juste après la construction de la nouvelle capitale. Il a souffert des conséquences du coup d’État militaire de 1964, côtoyé la répression de la guérilla de l’Araguaia. Il a ensuite été de ceux qui ont obtenu des terres au long de la Transamazonienne, à ceci près qu’il a dû ouvrir une route pour les atteindre. Le plan Real de 1994 lui a permis de se retirer honorablement de l’aventure amazonienne et de repartir vers le Sud, concluant un parcours exemplaire.

À la demande de sa fille, Messias a raconté sa vie, dans un cahier d’écolier emprunté à l’un de ses petits-fils. Une autre petite-fille a transcrit le texte sur son ordinateur et l’a envoyé par mail à Paris, son gendre a dessiné la carte qui retrace son parcours. Ce texte a dû être un grand effort pour lui qui n’avait pu aller que quatre ans à l’école, mais le résultat, clair et précis, est informatif et touchant. Cédons-lui donc la parole.

Messias raconte son histoire

Je soussigné Messias de Mello, connaisseur de longue date d’une partie de la route Belém-Brasilia, déclare que vers l’an 1957, je suis parti d’Olímpia, São Paulo, avec mon ami M. Elizeu Denadai, à destination de Buriti Alegre de Goiás, grande région d’élevage, pour y acheter du bétail. De là, nous avons décidé de visiter Goiânia, et avons passé la nuit à l’Hôtel Itajubá, place Araguaia. Nous y avons parlé avec des agriculteurs et ils nous ont informés qu’à Planaltina de Goiás[1] on trouvait des bêtes à bon prix. Nous avons pris la route et quand nous sommes arrivés nous avons trouvé un fermier qui nous a dit avoir un troupeau sur sa ferme, dans la vallée du Paraná. Nous avons commencé à négocier le prix, et dit qu’il nous convenait, mais alors l’agriculteur nous a dit que le système de la région était le suivant : j’avancerais un paiement partiel, il rassemblerait les bœufs et, après 20 jours, je pouvais revenir chercher. C’est qu’on était dans l’arrière-pays et qu’il n’y avait pas de clôtures à cette époque. On élevait les bêtes en liberté, personne n’avait de pâturages fermés, on reconnaissait ses bêtes à la marque faite au fer rouge. Face à ces propositions, nous avons décidé d’abandonner l’affaire.

Nous sommes alors retournés à Goiânia. Nous avons su que la zone de Ceres était une région de pâturages fermés et de bétail de bonne qualité. Nous sommes donc allés à Ceres, on nous avait dit de parler à M. Mariano Rodriguez, agriculteur dans le village de Castrinópolis. Nous avons trouvé des bœufs, mais ils étaient trop jeunes, nous cherchions du bétail plus âgé. Puis il nous a renvoyés à M. Uilton Monteiro da Rocha, propriétaire de la fazenda Matão à Porangatu, sur la route Belém-Brasilia. Quand nous sommes arrivés à la ferme, nous avons été bien reçu et avons commencé à négocier, mais l’agriculteur venait de vendre un troupeau de bovins et nous a dit que, dans 20 à 30 jours il en aurait un autre à nous montrer. Suivant d’autres informations nous sommes allés à Porto Nacional, Miracema do Norte et Cristalândia, des petites villes qui existaient déjà à ce moment-là.

Nous avons décidé d’aller à Cristalândia, à 400 kilomètres de Porangatu et 800 d’Annapolis. La route Belém-Brasilia était gravillonnée par endroits et dans d’autres seulement déboisées et nivelée. En arrivant à Cristalândia, nous avons pris contact avec des agriculteurs, Celso Maranhão et Antenor Aguiar, tous les deux agriculteurs et commerçants. À Cristalândia, en 1958, les transactions commerciales ont été très difficiles parce qu’il n’y avait pas de routes, tout était transporté par bateau sur le Tocantins, vers Belém. Au passage des rapides, il fallait débarquer les marchandises et les mettre sur des bêtes de somme pour contourner l’obstacle. Il y avait une seule alternative, l’avion, qui passait une fois par semaine, allant de Belém à Goiânia, et vice versa, en passant à l’époque par Marabá, Impératriz, Tocantinópolis, Carolina, Filadélfia, Pedro Afonso, Araguacema (au bord de l’Araguaia) et Miracema do Norte. La rive droite du Tocantins était habitée par les Indiens.

Revenant à Goiânia nous avons vu 35 bœufs chez l’éleveur Benedito Almeida et fini par les acheter. À cette époque, il n’y avait pas de banque, donc nous avons dû revenir à Olímpia pour aller chercher l’argent. Et tout l’argent était en liquide. En 40 jours j’ai acheté 750 bœufs.

Dans la même année (1958), nous avons formons un convoi pour acheminer du bétail sur pied. Nous avions quatre bêtes de somme pour transporter tout le matériel, les casseroles et la nourriture, des bobines de fil de fer pour faire un corral chaque après-midi, pour y enfermer les bœufs. On tendait le fil de fer d’un arbre à l’autre, en cercle, et le lendemain, on sortait le bétail et on le comptait. Il n’y avait pas de routes, juste des pistes, et nous devions récupérer le fil de fer attaché aux arbres, l’enrouler en deux bobines et le charger sur les bêtes de somme. Le voyage a duré 47 jours jusqu’au confluent de l’Agua Fria et du Javaé, un des bras de l’Araguaia[2]. Le déjeuner et le dîner étaient pris au bord des ruisseaux et les nuits passées sous les arbres. De tout le parcours nous avons vu seulement quatre maisons, au bord de l’Araguaia.

Figure n° 1 Le parcours de Messias Lopes de Mello

Am_Circuits Messias 2fr

Je suis revenu de la fazenda Agua Fria, près du Javaé, qui à cette époque appartenait au brigadier Clovis Classi, qui je ne connaissais pas, et j’ai loué un camion de la fazenda pour nous emmener à Porangatu et rapporter 100 sacs de sel, la distance était de 200 kilomètres. De cette fazenda jusqu’à l’endroit où nous voulions mettre les bovins à engraisser il y avait 20 km et pas de routes, tout a été transporté par des bêtes de somme.

Le voyage avait déjà duré quatre mois et pour aller de Porangatu à Olímpia, nous avons attendu le camion de M. Eliseu, qui était à Cristalândia pour revenir à Olímpia. Pendant la période d’engraissement des bovins, Eliseu et moi avons transportés des marchandises d’Olímpia à Cristalândia. Nous les avons vendues, acheté des porcs, les avons mis dans le camion et sommes allés les vendre à Rio Verde, Bom Jesus, Itumbiara et Quirinopolis, nous avons vendu à engraisser, parce que ces régions cultivaient du maïs. À cette époque, il n’y avait aucun moyen d’industrialisation du maïs et tout était mis à profit pour élever les porcs. Dans ce commerce beaucoup de gens ont perdu de l’argent, à la fois dans le commerce des marchandises comme dans celui des porcs.

Au bout de 87 jours, les bovins ont été vendus à un commerçant de Belém, Pedro Gomes. Il les a ramenés à Cristalândia, les a fait abattre et transporté la viande par avion à Belém. La vente avait été faite à crédit mais l’acheteur n’a pas honoré l’accord, et il a fallu un an pour obtenir ce que nous avions négocié, sans intérêts ni sans tenir compte de l’inflation[3], si bien que nous avons de nouveau perdu de l’argent. En attendant de recevoir l’argent du bétail nous avons fait commerce des marchandises et de porcs, pendant un an.

Figure n° 2 Camions et routes dans les années 1970

Route et camion

©Hervé Théry 1974 et http://www.clasf.com.br/q/caminhao-mb-toco-boiadeiro/

Quand nous avons reçu l’argent, Elizeu nous nous le sommes partagé et j’ai acheté une petite ferme il à Ceres, de M. Severino Lauriano Botelho, plus ou moins en 1959. Là, je travaillais avec Rubens Marcondes, un ami, il m’a donné de l’argent pour acheter 200 bovins. En 1963, sur cette ferme de Ceres, M. Pinheiro Tunico m’a confié 450 bœufs, en divisant le profit. J’ai donc loué pendant un an une ferme sur les rives du rio Ouro, à Porangatu, pour y mettre les bœufs de M. Tunico. Un an après notre transaction est survenue la révolution[4], Monsieur le Président Joao Goulart a été déposé et sous la direction de l’armée les prix des bovins vivants ont fléchi, à l’époque l’arroba[5] était à 31 000 cruzeiros, elle a chuté à 18 000 cruzeiros. Résultat, personne ne voulait vendre des bœufs à ce prix.

Le gouvernement a alors créé des groupes composés d’un lieutenant et de quatre soldats, qui allaient dans les fermes et avertissaient les agriculteurs que le lendemain les camions allaient ramasser des bovins pour les conduire à l’abattoir. Avant ça les lieutenants étaient allés à la Chambre d’Agriculture ou au Bureau Fiscal et avaient demandé combien de têtes de bétail avait chaque éleveur. Par conséquent, ils réquisitionnaient une partie du troupeau au prix de 18.000 cruzeiros, avec paiement à 30 jours. À l’époque, M. Nego de Mello, notre cousin, le propriétaire de la ferme Santa Amelia à Auriflama, São Paulo, avait acheté 400 bovins à engraisser. L’inspection de l’Armée est arrivée à la ferme et a réquisitionné 250 bœufs, et les a fait abattre à Araçatuba, à l’abattoir Tumaia.

Cette réquisition a duré environ deux ans et demi. Et les affaires, ou plutôt le prix du bétail a subi une forte baisse. Comme j’avais les bœufs de Rubens Marcondes et Tunico Pinheiro en association et partage du bénéfice, au bout d’une année les bœufs étaient engraissés et la seule solution a été de les vendre et de liquider la société. J’ai vendu le bétail, nous avons fait les comptes et couvert les coûts. La dévaluation de l’argent nous a fait du tort et je me suis trouvé face à diverses dépenses liées à la pâture, le sel, aux vaccins, aux médicaments, aux ouvriers agricoles. Cela m’a forcé à vendre la ferme de Ceres pour payer les dettes. Ce qui est arrivé en 1968.

Après avoir remis de l’ordre dans mes affaires, j’ai acheté la fazenda Santa Rosa, à Paraíso do Norte, Goiás[6], avec 500 hectares. J’y ai travaillé pendant deux ans, avec un capital de M. Rubens Marcondes. À cette époque, j’avais aussi une bétaillère, avec laquelle je nourrissais ma maison, en faisant du fret.

En 1976, j’ai vendu 120 veaux à M. Florentino Garcia, à São José do Rio Preto, São Paulo, mais cette année je vivais déjà à Altamira, Pará. La route Transamazonienne avait été récemment construite, il y avait tous les 100 kilomètres un campement avec des machines pour aider sur la route. Souvent, un pont s’effondrait ou il apparaissait de bourbiers, ce qui retardait le voyage entre Altamira et Araguaina d’au moins dix jours. C’était un tronçon de 800 km, passant par São Domingos et São Geraldo do Pará, par une route très mauvaise, que l’Armée avait ouverte dans la forêt, en passant près de la Serra de Andorinha.

Cette route a été faite au moment de la révolution pour arrêter les subversifs qui se cachaient dans les montagnes et il y avait d’autres personnes qui se cachaient aussi dans les villages sur les rives du Tocantins[7]. L’Armée surveillait les routes, les villes et les fermes, jusqu’à ce qu’elle ait arrêté les dirigeants. Ils ont tous été arrêtés et tués. À cette époque, l’Armée a fait pression dans tous ces États, le Pará, le Mato Grosso, les Goiás. Je voyageais beaucoup avec mon camion, et il a souvent été fouillé, dans la cabine, sous la carrosserie, tous les documents étaient examinés, puis j’étais autorisé à continuer ma route.

Figure n° 3 Messias Lopes de Mello, éleveur

GO Messias de Mello 2

©Hervé Théry 2004

Quand je suis allé pour la première fois à Altamira, je suis allé au lieu-dit Usine à Sucre (90 km d’Altamira vers Santarém). La terre m’a plu et j’ai demandé des informations à l’INCRA[8] de la ville. Il m’a informé que je devrais m’inscrire, passer un examen de santé, que je ne pouvais pas posséder de terres ailleurs et que je devrais vivre sur les terres acquises. Je devais aussi parler avec des agronomes, pour tester mes connaissances sur l’exploitation des terres par l’agriculture et l’élevage. Ma candidature a été approuvée et je suis allé chercher un lot, ils étaient déjà délimités.

Sur le bord de la route, les lots étaient de 100 hectares, avec une maison, et ils étaient déjà tous occupés. De 2 km et demi à 16 km de la route, les lots étaient de 500 hectares, délimités, mais il n’y avait pas de route pour y accéder, pas d’habitants, que des forêts. J’ai visité plusieurs endroits, tous les 50 km il y avait une personne désignée par l’INCRA, avec la carte des lots numérotés. La démarcation avait été faite avec des poteaux de ciment tous les 100 mètres, qui portaient le numéro de lot, jusqu’à 16 km de la route. Le lot le plus proche que j’aie trouvé était au km27 du tronçon Marabá-Altamira, à droite de la route Transamazonienne, le lot le plus éloigné de la route, le poteau de ciment portait la marque G12-LT23. Après c’étaient des terres de l’Union[9].

Je suis retourné à l’INCRA et j’ai pris possession du lot par une lettre de colonisation agraire, en août 1976. J’ai ensuite repris ma vie normale, l’achat des bêtes grasses que je conduisais à Belém, la vente et l’achat de veaux que j’amenais à Altamira. J’ai engagé dix ouvriers agricoles pour m’aider, je leur ai fait ouvrir une route d’accès[10] et déboiser 50 hectares, ça a été terminé à la fin de juillet de cette année.

Je suis retourné à Olímpia où j’ai acheté 1 500 kilos de semences pour former des pâturages. En arrivant sur la route du lot, je les ai déchargé et loué quatre chevaux avec des selles et je suis allé porter les graines sur le lot, cinq sacs par animal. Je dormais au bord de la route. Ce transport a pris dix jours, et après avoir semé les graines dans la partie du lot qui avait été défrichée et brûlée, j’ai payé les ouvriers agricoles suis retournés à Goiás, puis 60 jours après avoir semé les graines, je suis revenu à Altamira, et comme il avait bien plu, l’herbe était déjà haute.

Figure n° 4 Élevage en Amazonie dans les années 1970

Elevage en Amazonie

©Hervé Théry 1974

La Transamazonienne était une route construite sous le gouvernement du président Médicis, depuis l’État d’Alagoas jusqu’au port d’Itamarati, sur le Madeira, pour se connecter à la route reliant Cuiabá à Porto Velho et Manaus[11]. Le gouvernement l’a faite dans l’intention de coloniser, de construire des maisons pour les familles et de les y installer, avec des écoles et du financement pour aider les familles à survivre. Dans les premières années des agrovilles ont été construites pour servir de points d’appui aux nouvelles familles qui sont venues s’installer.

Ces agrovilles devaient être de petites villes avec des magasins, des médecins et des pharmacies. On a construit également des hangars pour stocker les produits agricoles des colons comme le riz, les haricots, le café, le cacao et d’autres variétés. Ces produits étaient achetés par la Banque du Brésil, et le gouvernement lui avait également ordonné de rassembler des vaches de races laitières et d’en vendre une à chaque famille. Cela a été fait par la Banque du Brésil, mais plus de 80% des familles ont abandonné et migré vers les villes ou sont repartie vers leur région d’origine. Parce que la vie y était dure. Il n’y avait pas de radio, car il n’y avait pas de station émettrice. Il n’y avait pas de loisir, à part rendre visite au voisin.

Quand je passais avec ma bétaillère vers Altamira, des gens qui avaient entendu le rugissement du moteur couraient sur le bord de la route, me saluaient de la main et me criaient leur nostalgie de leur région et la famille qu’ils y avaient laissée. À cette époque il n’y avait pas de bus, il n’y avait pas de téléphone, même pas à Altamira ou à Marabá. Il n’y avait que la radio amateur, et encore, quand ça marchait. Obtenir une communication était rare et presque impossible à réaliser plus d’une fois. La station était bondée toute la journée de personnes en attente de connexions. Les communications se faisaient via Belém, et de là on reliait la radio au téléphone. Ainsi, à cause de cette vie difficile, peu de familles sont restés. Celles qui y sont actuellement sont bien financièrement, mais l’intention du président, qui était de coloniser la région, a échoué.

Je suis allé à Brasilia et obtenu de José Jacinto de l’argent pour acheter du bétail et le mettre au pâturage. L’affaire faite, je suis allé acheter 100 vaches à Dueré, dans la région de l’Araguaia, loué cinq camions et je les ai emmenées à Altamira. Quand elles ont été grasses et je les ai vendues à M.Osvaldo Passarelli à Altamira, et fait mes comptes avec José Jacinto, lui remboursant prestation capital et bénéfices, car il avait une autre affaire en vue.

Figure n° 5 Messias Lopes de Mello

SP Messias

Mes pâturages étaient vides. Je suis retourné à Goiás nouveau vendre ma ferme de Paraíso do Norte et investir l’argent à Altamira. J’ai réussi à la vendre, plus ou moins en 1982. Dans le Goiás, la terre n’était pas chère, alors je n’en ai pas tiré beaucoup d’argent. Lorsque je l’ai eu vendue la ferme je suis allé à Altamira, pour continuer à ouvrir la voie, car il n’y avait que la piste que j’avais faite auparavant, et on ne pouvait y passer qu’à cheval. Nous avons continué à l’ouvrir avec un bulldozer. Nous avons déboisé, fait trois ponts et nivelé la route pour que les voitures puissent passer. Cela fait, j’ai laissé Altamira et la ferme, qui a été rebaptisée « ferme abandonnée  », faute d’aide, et je suis reparti sur la Belém-Brasilia, où je continuais à acheter du bétail et à le conduire à Belém. Les villes de Ribeira, Araguaína, Nova Olinda, Nova Colinas, Alvorada et Figueirópolis n’existaient pas à cette époque. Porangatu était alors une très petite ville parce qu’avant la route Belém-Brasilia le transport était fait par des bêtes de somme et des chevaux. Il avait aussi Ceres, qui était une colonie agricole, après Anápolis et Goiânia. Les années passèrent et les progrès est arrivé, le DNER[12] a amélioré la route Belém-Brasília, en construisant des ponts et en la goudronnant.

Ensuite je suis allé encore une fois à Altamira, j’avais acheté veaux à Goiás et les y ai vendus. Mais personne ne pouvait circuler sur la Transamazonienne quand il pleuvait, ça glissait trop. D’Altamira j’ai conduit du bétail à plusieurs reprises à Santarém (d’Altamira à Santarém il y avait 460 km de routes de terre), a également à Itaituba, de l’autre côté du Tapajós, sur la Transamazonienne.

Le progrès est venu lentement, avec les bûcherons et de grandes scieries, avec la construction de la centrale hydroélectrique de Tucuruí, avec de l’asphalte de Marabá à Repartimento, 185 kilomètres. De Marabá à Altamira c’était déjà fait. De l’Araguaia à Marabá il y a 250 km, par une route qui part de la Transamazonienne. Aujourd’hui Eletronorte construit une centrale électrique à Altamira, l’asphalte va jusqu’à Altamira. De Repartimento à Altamira il y a 320 Km. D’Altamira à Itaituba, au bord du Tapajós, 470 km. Selon M. Osias, sur ce tronçon ont été créés plusieurs villages, dont certains ont grandi, comme les villes de Ruronópolis, Uruará, Medicilândia, Brasil Novo (siège de l’INCRA). Sur ce tronçon, il y a beaucoup de résidents exploitant le cacao, le poivre, le café et le bétail.

Une fois je suis allé vendre des bovins gras dans la zone d’orpaillage d’Oripuri. On allait jusqu’à un village de la route Santarém-Cuiabá, nommé Moraes de Almeida. On quittait la Santarém-Cuiabá, on avançait sur 200 km jusqu’au rio Oripurizão. La route s’arrêtait la, à partir de là le transport se faisait par bateau. Ce fut un voyage très difficile, il y avait beaucoup de bourbiers et il n’y avait presque pas de résidents, donc aucun moyen de lâcher le bétail pour qu’il se repose. Pour le débarquer il fallait le sortir du camion en profitant d’un bord de route escarpé et faire une passerelle et un corral en bois. Il nous a fallu douze jours pour atteindre la zone d’orpaillage. La distance entre Altamira et Oripuri était 1 050 km de routes de terre sans accotements et avec des ponts en bois tout cassés. Une fois là nous avons dû attendre huit jours pour tuer le bétail, car il y en avait d’autres camions devant nous.

De retour à Altamira, je suis allé à la ferme et décidé d’y planter du poivre, j’ai vendu le camion pour faire de l’argent et acheté les plants. J’ai coupé des tuteurs pour soutenir les pieds de poivriers, qui sont des plantes grimpantes. J’ai planté 4 000 pieds, qui ont mis trois ans pour produire. Les prix ont alors chuté et les producteurs ont abandonné la culture. Mais j’ai insisté pour ma plantation. Deux ans sans aucun résultat

Figure n° 6 Plantation de poivre

poivre

©Hervé Théry 2007

J’ai fait un emprunt à la Banque d’Amazonie, à Altamira, pour acheter 100 vaches, faire des enclos, installer une balance pour peser les bœufs. Le financement était sur une durée de sept ans. Le contrat avec la banque prévoyait que le TR (taux de référence) puisse être ajusté au maximum de 85%. Quand j’ai signé le contrat il était de 21%, en un an et demi il est passé à 63%. Par conséquent, ma dette à la banque a triplé, bien sûr le bétail a également augmenté, mais moins, et tous ceux qui ont fait ce type d’emprunt ont eu des problèmes. Lorsque le président Fernando Henrique a changé la monnaie[13], les prix des bovins ont augmenté à Altamira de 15,00 à 35,00 Reais par arroba. J’avais 188 têtes financées par la Banque, toutes grasses, je suis allé à la Banque, demandé le solde dû et comme le bétail suffisait pour payer ma dette j’ai soldé mon emprunt.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de financements octroyés par le Banco do Brasil et le Banco da Amazônia. Ainsi la ville d’Altamira a grandi, mais les conditions d’écoulement des produits sont encore difficiles, il se fait par voie d’eau, par Belém, et à partir de là, il va par la route vers le sud, les centres de consommations principaux sont Anápolis et Goiânia. Maintenant d’Itaituba à Jacareacanga, sur la rive gauche du Tapajós, il y a 400 km et de Jacareacanga au port d’Itamarati 600 kilomètres. Sur cette distance de 1 000 km, entre Itaituba et le port d’Itamarati, ont longtemps circulé les bus de la société Transbrasiliana. Puis les ponts se sont effondrés et les remblais ont été emportés par les pluies, si bien que tout trafic a cessé et ce tronçon est désormais impraticable.

Figure n° 7 Route et pont en Amazonie

Route et pont

©Hervé Théry 2004

Certains résidents qui vivaient entre Itaituba et Jacareacanga sont partis. Entre Jacareacanga e Itamarati il n’y avait plus personne. Il y avait seulement de la forêt, et à ce jour c’est encore une zone d’exploitation clandestine du bois. La route Transamazonienne est aujourd’hui active d’Itaituba à Altamira et Santarém. Et d’Altamira à Marabá, le progrès est plus grand, mais dans l’élevage, il n’y a plus de bois et l’agriculture est faible. Il en va de même de parties de la Transamazonienne que j’ai connues entre Riachão, Carolina et Estreito, dans l’État du Maranhão. On passe un pont sur le Tocantins, sur la route Belém-Brasilia, et sur la rive gauche, entre le Tocantins à l’Araguaia, jusqu’à la ville d’Araguaina, un tronçon de 120 km a décliné à cause des Indiens. Les mouvements qui les protégeaient ont grandi, ils ont brûlé deux ponts et bloqué la circulation.

Actuellement, il y a déjà des abattoirs à Tacua, Xinguara et on est en train d’en construire un à Marabá. Contrôler la dévastation de l’Amazonie n’est pas facile, parce que beaucoup de personnes y vivent. Et avec l’asphalte le progrès d’Altamira sera plus rapide. Et donc les difficultés du passé ne seront plus qu’un souvenir, et dans mon esprit je garde l’espoir d’y retourner un jour.

La suite de l’histoire de Messias Lopes de Mello

  • De 1994 à 1997 : retour à Ceres, fazenda Santa Cruz. Une nouvelle vie, il travaille principalement en tant que gestionnaire de la fazenda qui appartient à son cousin Nego de Mello cousin et était sous la responsabilité de ses enfants Tuta et Custodio de Mello, mais il engraisse aussi quelques bêtes qui lui sont restées sur une partie de la fazenda.
  • De 1997 à 2003 : Auriflama, fazenda Santa Amelia, il fait fonction d’administrateur en échange de pâturage pour l’engraissement des veaux. Cette période se termine au moment où Nego de Mello fait don de la fazenda à ses filles, qui la louent pour la production de canne à sucre.
  • De 2003 à 2007 : Campinaçu, Fazenda Cantagalo. Ayant terminé sa collaboration avec ses cousins, bien qu’ils l’aient invité à continuer, il a préféré recommencer seul. Il a loue la ferme, y engraisse de veaux, mais perd près de deux ans de travail acharné parce que le prix de vente du bétail était presque le même que celui de l’achat.

Figure n° 8 Messias Lopes de Mello à Campinaçu

Messias trabalhando

©Hervé Théry 2006

  • De 2008 à 2012. Après avoir rendu la fazenda louée, il commence à chercher une terre proche de Brasilia, car en raison de son âge avancé (82 ans), sa femme et ses enfants insistent pour qu’il soit plus proche. Après beaucoup de recherches, il réussit à trouver un sitio (5 ha) près de Cristalina, où, une fois de plus, il recommence. Cette fois, cependant, a cessé d’être un éleveur de bovins pour devenir un petit agriculteur, avec l’aide de sa femme Anália. Il cultive de la canne à sucre pour nourrir ses quatre vaches laitières, élève des porcs et des poules pour vendre leurs œufs. Dans le jardin il plante du manioc, des gombos, piments, poivrons, courgettes, chayottes[14], le verger donne des jabuticabas[15], oranges, citrons, mangues, noix de coco, pour la consommation et pour donner aux voisins. Il fait des fromages et de la confiture de lait qu’il apporte à ses enfants à Brasília et São Paulo. Quand il est tombé de cheval, à 85 ans[16], toute la famille a pensé qu’il ne devrait plus vivre seul, et à contrecœur il a accepté de venir vivre en ville.

Figure n° 9 Messias jeune et à la fin de sa vie, au sitio Vitória

Messias jeune et vieux

Auteur inconnu et ©Hervé Théry 2006

  • De 2012 à 2015 il rejoint à Brasilia son épouse Anália, qui a élevé leurs quatre enfants pendant qu’il courait les routes du Brésil. Tous quatre ont fait des études supérieures, devenant professeur, infirmière, professeur d’Université et commissaire de police. Il s’est éteint le 13 septembre 2015, juste après le mariage de son petit-fils, après une longue et belle vie.

La compagne de toujours et la famille

Figure n° 10 Messias, Anália, leurs descendants, parents et amis, lors de son 80e anniversaire

Famille

©Hervé Théry 2006

Vous pouvez citer cet article comme: Hervé Théry, "Histoire d’un pionnier," dans Braises, 20 septembre 2015, http://braises.hypotheses.org/734.

[1] Située à 58 km au nord de Brasília – qui n’existait pas à l’époque – c’était la seule ville de la région choisie trois ans plus tard pour devenir le district fédéral où serait construite la nouvelle capitale.

[2] Messias racontait, comme si c’était la chose la plus banale au monde, comment ils faisaient passer par le troupeau les rivières infestées de piranhas : on égorgeait une bête malade ou affaiblie bien en amont, et pendant que les piranhas, attirés par le sang, l´attaquaient et la dévoraient, le reste du troupeau passait en aval.

[3] 25,4% cette année-là selon la FGV-IBRE, http://portalibre.fgv.br/

[4] Le coup d’État militaire du 31 mars 1964

[5] Unité de poids valant 14,688 kilos.

[6] Aujourd’hui État du Tocantins, créé en 1988.

[7] Il s’agit ici du conflit de l’Araguaia, la seule guérilla rurale qu’ait eu à affronter le régime militaire (1964-1985)

[8] Institut National de Colonisation et Réforme Agraire

[9] Terres publique pas encore attribuées.

[10] Sur 16 km, de la route au lot, à la hache et à la machette dans la forêt primaire. Messias racontait qu’un guide partait en avant le matin et tirait des fusées de détresse pour orienter le travail des bûcherons.

[11] Il s’agit probablement du port d’Humaitá, où la Transamazonienne croise en effet l’axe Cuiabá-Porto Velho-Manaus.

[12] Departamento Nacional de Estrada de Rodagem, Département National des Routes.

[13] En remplaçant le Cruzeiro real par le Real en 1994

[14] (Sechium edule), appelée chuchu au Brésil, christophine en Guyane, chouchou à la Réunion.

[15] Myrtus cauliflora, également appelé vigne brésilienne, petit arbres à fruit natif de la région du Minas Gerais

[16] Il a toujours soutenu qu’il n’était pas tombé, que c’est le cheval qui est tombé sur lui, et il a continué plusieurs jours à s’occuper du sitio malgré une fracture du péroné.

Santana de Parnaíba, berceau des bandeirantes

 

Santana de Parnaíba est une commune de l’État de São Paulo, peuplée d’environ 110.000 habitants, qui fait partie de la « zone métropolitaine » de la capitale. Il ne s’agit toutefois pas d’une banale commune de sa lointaine périphérie de la ville-centre (distante d’un peu plus de 40 km) mais d’une localité qui a connu une histoire tout à fait particulière comme « berceau des bandeirantes », comme le proclame fièrement un panneau signalétique à l’entrée de son centre historique bien préservé (figure n°1).

Figure n°1 Santana do Parnaíba, berceau des bandeirantes

Santana de Parnaiba

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

Santana de Parnaíba, porte do sertão

La ville était un point de départ important de bandeiras, des expéditions partant vers le sertão[1], dont les principaux objectifs étaient à la recherche de main d’œuvre indigène et la lutte contre les tribus indiennes hostiles ou les quilombos[2] à la demande de la couronne portugaise. Sans que cela ait été explicitement leur but, elles ont en outre contribué à la défense et l’expansion du territoire brésilien[3], dépassant les limites fixées par le traité de Tordesillas[4].

La plupart de ces expéditions ont suivi le cours du Tietê, en raison d’une particularité de son parcours, qui traverse pratiquement tout le territoire de l’État d’est en ouest, depuis la Serra do Mar, sur la côte atlantique, jusqu’au Paraná, à l’extrême ouest de l’État. Bien que sa source se situe à moins de 22 km de l’océan, dans les contreforts de la Serra do Mar (dans la commune de Salesópolis, à 110 km à l’est de São Paulo et à environ 1120 m d’altitude), ses eaux coulent sur plus de 1 000 km vers l’ouest avant de se jeter dans le Paraná, parcourant au total une distance de 3 700 km jusqu’à atteindre la mer dans l’estuaire du rio de la Plata.

Pendant de nombreuses années, la rivière a été la seule voie d’accès à l’intérieur de la province de São Paulo et, bien que non navigable en certains endroits, elle est devenu le moyen le plus rapide pour atteindre l’ouest de la province, et de là des régions plus lointaines.

Figure n° 2 Localisation de Santana de Parnaíba

Localisation 3

Source : Google maps

Située sur les rives du Tietê, Santana de Parnaíba a une situation stratégique car elle était le point où la rivière cessait d’être navigable pour qui venait de São Paulo de Piratininga, à cause d’une grande chute d’eau connue sous le nom « chute de l’enfer ». De ce point de la rivière ne pouvait être parcourue à nouveau que 50 km plus loin, en aval du port d’Utu Guaçu, ou Salto Grande, autour duquel ont été fondées les villes de Salto et Itu. Le nom de la ville reflète exactement cette situation, il résulte du rapprochement du nom de la sainte pour laquelle la fondatrice de la ville avait une dévotion particulière – Santa Ana – avec le mot indien Parnaíba qui signifie « rivière non navigable ». Santana de Parnaíba était donc un inévitable point de rupture de charge pour les expéditions qui se dirigeaient vers l’intérieur des terres, ce qui a favorisé lors la période coloniale le contrôle de l’accès à l’hinterland.

Les origines

La fondation de Santana de Parnaíba[5] a eu lieu au tout début du processus d’occupation du territoire brésilien, qui a commencé dans la région avec la fondation en 1532 (par Martim Afonso de Souza), de la première vila[6] brésilienne, São Vicente, sur la côte du futur État de Sao Paulo. Santana de Parnaíba est née du temps de Mem de Sá, le troisième gouverneur général du Brésil, le premier à s’installer dans la région étant Manuel Fernandes Ramos, membre d’une expédition menée en 1561 par Mem de Sa pour explorer l’arrière-pays, en descendant le Tietê, à la recherche de l’or et de métaux précieux. Il construisit une ferme et une chapelle en l’honneur de Saint Antoine, mais elles ne résistèrent pas aux constantes inondations. Après sa mort, en 1589, son épouse Suzana Dias et ses 17 enfants se sont installés sur place, créant l’embryon d’un village et érigeant en 1580, une nouvelle chapelle, cette fois en l’honneur de Santa Ana.

Le 14 novembre 1625 le village qui avait grandi autour de la chapelle a été élevé à la catégorie de vila, démembrée de São Paulo, devenant la troisième vila fondée sur le plateau. Elle avait alors une grande extension territoriale, englobant toutes les terres jusqu’au Paraná. En plus de la famille Fernandes, d’autres pionniers, grands propriétaires terriens et leurs esclaves, étaient alors installés dans la région, comme Fernão Dias Paes, avec près de 5 000 Indiens et les frères Ferdinand et Pero Vaz de Barros, ce dernier fondateur de la ville de São Roque. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Santana de Parnaíba a connu un grand développement à la fois comme l’une des principales régions minières de la capitania[7] et comme exportatrice de main-d’œuvre indigène, capturée par les bandeiras, vers les autres capitanias, ce qui la mettait souvent en conflit avec les jésuites.

Les chemins des bandeirantes vers le sertão

On peut considérer le capitaine André Fernandes (1578 – 1648) comme le premier grand nom du bandeirismo de Santana de Parnaíba. Considéré comme co-fondateur de la ville (avec sa mère, Suzana Dias), c’était l’un des principaux chasseurs d’Indiens de première moitié du XVIIe siècle. Il a parcouru le Goiás, explorant les rives de l’Araguaia, le Paraná, le Rio Grande do Sul, le Mato Grosso do Sul et le Paraguay.

  • Belchior Dias Carneiro (1554-1607), frère de Suzana Dias, a trouvé de l’or au lieu-dit Voturuna, à Santana de Parnaiba, et a parcouru le Goiás, pour combattre combat les Indiens Caiapós, et est mort dans le sertão en 1608.
  • D’autres fils du bandeirante Manoel Fernandes Ramos, Baltazar et Domingos Fernandes (respectivement fondateurs de Sorocaba et d’Itu), ont contribué à la maîtrise de l’accès au Sud et au Centre-Ouest du pays. Entre 1613 et 1615, les trois frères (André, Baltazar et Domingos) parcoururent l’intérieur du Goiás sur les rives de la rivière Paraupava (affluent de l’Araguaia), fondant en chemin de nombreuses villes.
  • Pedro (ou Pero) Barros Vaz (1580-1644) était le chef de l’avant-garde de l’expédition d’Antônio Raposo Tavares et Manuel Preto sur les rives du Parapanema et contre les missions jésuites des Sete Povos das Missões.
  • Fernão Dias Paes (1608-1681) a parcouru les actuels États du Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul. Une de ses bandeiras, qui partit le 21 juillet 1674, a passé sept années à explorer le sertão du Minas Gerais. À la recherche d’argent et d’émeraudes, il a exploré le nord-est de l’État, fondant de nombreux villages sur son chemin pour produire haricots, manioc et maïs. Bien qu’il soit mort en pensant avoir trouvé des émeraudes, alors qu’en fait il s’agissait de tourmalines, des membres de sa bandeira ont continué son œuvre, réalisant une reconnaissance importante pour l’intégration du territoire colonial. Et en 1690, ils trouvèrent de l’or à dans la région d’Ouro Preto et de Mariana.

Figure n° 3 Images des bandeirantes

Bandeirantes

1e image Debret https://historiajacarei.wordpress.com/page/3/. 2e image http://prof-tathy.blogspot.com.br/2012/09/bandeirantes.html. 3e image Debret , sous-titrée « Sauvages civilisés soldats indiens de la province de Coritiba ramenant des sauvages prisonnières », https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ec/Indian_Soldiers_from_the_Coritiba_Province_Escorting_Native_Prisoners.jpg

  • Antonio Raposo Tavares (1598-1658) a commencé en 1648 une expédition qui dura trois ans, parcourant plus de 10 000 km par voie de terre et en suivant les cours d’eau. Il a relié les bassins du Paraguay et du Paraná à celui de l’Amazone, atteignant le Rio Guaporé, puis descendant le Mamoré et le Madeira, jusqu’à atteindre l’Amazone, le suivant jusqu’à son embouchure dans l’état actuel du Pará (figure 4). Cette expédition, entreprise à la demande du roi du Portugal, a ébauché la cartographie des principaux fleuves brésiliens et d’une large partie du territoire national, faisant la jonction de deux axes de pénétration, les bandeiras du sud et les entradas du nord. Elle a fourni des informations qui ont permis, plus de cent ans plus tard, au diplomate Alexandre de Gusmão, représentant du Portugal, de négocier avec l’Espagne les limites territoriales fixées par le traité de Madrid, en 1750.

Figure n° 4 Bandeiras et frontières

Bandeiras et frontieres lieu

  • Bartolomeu Bueno da Silva (1608-1681, surnommé le premier Anhanguera, (« Le vieux démon »), né en Santana de Parnaíba, et en est parti en 1682 avec une nombreuse bandeira, vers l’actuel État de Goiás. Il est notamment connu pour avoir utilisé l’artifice de faire brûler un peu de cachaça[8] en prétendant que c’était de l’eau, pour menacer les Indiens de mettre le feu à leurs rivières.
  • Domingos Jorge Velho (1641-1703) a mené des expéditions qui l’ont conduit dans l’État actuel du Piauí, et a été également à la tête de la bandeira qui détruisit le quilombo de Palmares en 1695, dans l’actuel État d’Alagoas.
  • Pascoal Moreira Cabral (1654-1730), arrière-petit-fils d’André Fernandes, a commandé en 1718, une bandeira contre les Indiens Aripoconé dans le Mato Grosso. En 1719, il a trouvé de l’or sur le Rio Coxipó et fondée Cuiabá, actuelle capitale du Mato Grosso.
  • Le bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (1672-1740), le deuxième Anhanguera, partant de Santana de Parnaíba, a atteint le Goiás par voie terrestre, via le cours supérieur du Rio Paranaíba, dans l’état actuel du Minas Gerais. Il a suivi le cours supérieur du Tocantins et de l’Araguaia, découvert les mines d’or du Goiás, entre 1717 et 1718 et fondé entre 1723 et 1725, le campement de Santana, qui devint plus tard Vila Boa de Goiás, l’embryon de l’État actuel.

Figure n° 5 Représentations du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, dit Anhanguera

Anhanguera

1e image Bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva, Luiz Brizzolara – sculpture en marbre de Carrare – Avenida Paulista – Parque Trianon, https://c3.staticflickr.com/3/2347/2325211910_e9b0ba2fc5_b.jpg. 2e image  http://www.sohistoria.com.br/biografias/bartolomeu/. 3e image Anhanguera, http://www.colegioestadualanhanguera.yolasite.com/resources/pintura%20anhanguera%201956.JPG.opt355x473o0,0s355x473.JPG

Les routes ainsi ouvertes servirent ensuite à des expéditions plus massives, appelées moussons (monções), en références aux vents alternés de l’Océan indien, dont les Portugais se servaient dans leur navigation vers les Indes. Ils avaient appris des Arabes que les utiliser facilitait grandement la navigation à l’aller et au retour, pourvu qu’on se plie à leurs rythmes saisonniers et le nom devint celui des expéditions commerciales que ces vents favorisaient.

Ces monções étaient des expéditions fluviales de peuplement et de commerce. La découverte des mines d’or dans les environs de Cuiabá a ouvert une période de grande euphorie et cette fois encore le Tietê était le chemin des aventuriers qui fondèrent des colonies sur ses rives. Le point de départ le plus fréquent était Porto Feliz, près de Sorocaba, en aval de Santana de Parnaíba, après le tronçon non navigable. Le jour du départ on disait une messe pour la réussite de la mission (scène représentée sur la figure n ° 6 par le peintre Almeida junior), car les voyages étaient dangereux et sur ces rivières, plein d’obstacles, se produisaient naufrages, épidémies et attaques d’Indiens. Les monções rassemblaient des dizaines et même des centaines de pirogues, et quand la nourriture embarquée au départ était épuisée, on prenait le temps de planter du maïs dans un champ défriché sur les berges de la rivière, et d’attendre qu’il pousse. Pendant ce temps, on explorait les environs, créant ainsi progressivement des fermes et des villages, points d’appui le long du chemin pour de futures monções.

Figure n° 6 Almeida Júnior, étude pour A Partida da Monção, 1897

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM

Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg, http://revistapesquisa.fapesp.br/wp-content/uploads/2015/04/Capa_RM-4517-JUL-2011_IM.jpg

Au XIXe siècle, Santana de Parnaíba a traversé une période plus difficile, lorsque se sont ouvertes de nouvelles routes reliant São Paulo à d’autres villes sans passer par elle. Elle a également souffert de ne pas pouvoir remplacer la culture de la canne à sucre par celle du café, comme le faisait alors une grande partie de l’État de São Paulo.

En raison de cette stagnation économique – ou peut-être devrait-on dire grâce à elle – la ville a peu évolué, et préservé son patrimoine historique. Ayant conservé beaucoup de ses anciens bâtiments, la ville possède l’un des plus importants ensembles architecturaux coloniaux de l’État, avec 209 bâtiments, ensemble classé en 1982 par le Conseil de défense du patrimoine artistique, archéologique et touristique de l’État de São Paulo (CONDEPHAAT). Avant ce classement global une résidence bandeirista urbaine et une maison du XVIIIe siècle avaient été classés en 1958 par l’Institut du patrimoine, historique, artistique et national (IPHAN). Réunis, ils abritent aujourd’hui le musée principal de la ville.

Le musée Casa do Anhanguera

En octobre 2013, a été rouvert le musée Casa do Anhanguera, après restructuration et intégration avec la voisine Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo. Le bâtiment original, construit en torchis dans la seconde moitié du XVIIe siècle, était la résidence du bandeirante Bartolomeu Bueno da Silva (Anhanguera). Le 14 novembre 1962, pour commémorer l’anniversaire de la ville, elle avait été transformée en musée historique et pédagogique, et constitue jusqu’à aujourd’hui un patrimoine d’une grande valeur architecturale et historique. La Casa da Cultura Monsenhor Paulo Florêncio da Silveira Camargo est une maison de ville du XVIIIe siècle, un exemple typique de bâtiments Sao Paulo avec des murs porteurs en torchis, couverte de tuiles canal, de grandes portes et haute de plafond.

Figure n° 7 Museu Casa do Anhanguera

Musée et maison

©Hervé Théry 2015 et http://vivendoaoarlivre.blogspot.com.br/2014/11/santana-de-parnaiba.html

La maison d’Anhanguera est reconnue comme la seule maison bandeirista urbaine de l’État de São Paulo. Plusieurs facteurs confirment la datation de la maison. Premièrement, elle se distingue en étant une maison de plain-pied, avec toit à trois tombées et avancée en encorbellement, pour ne pas endommager le bâtiment à la saison des pluies. D’autres éléments distinctifs sont la structure des chambranles de portes et fenêtres en bois de canela preta (Ocotea catharinensis) avec conversadeiras[9], l’épaisseur et la structure des murs extérieurs, qui ont été construits en torchis compacté au pilon alors que les murs intérieurs sont de torchis fait à la main. Et enfin un grenier, utilisé pour stocker aliments et ustensiles qui ne sont pas fréquemment utilisés.

Pour être reconnu comme maison bandeirista urbaine il fallait remplir certaines conditions, comme de ne pas avoir de chapelle ni de salle pour recevoir les voyageurs, deux espaces faisant partie de la mais sans accès direct. Les maisons bandeiristas rurales avaient des chapelles parce que les Portugais étaient très religieux et qu’il leur était impossible de fréquenter constamment l’église. Dans le musée sont exposés des objets de l’époque, la plupart donnés par les habitants de la ville. Parmi les divers objets de musée, on note la présence de lits, qui à l’époque utilisés uniquement par les classes supérieures, les autres dormant dans des hamacs.

 

Figure n° 8 Cama e pilão no museu Casa do Anhanguera

Museu

©Hervé Théry 2009

Santana de Parnaíba a donc hérité de son passé un patrimoine historique matériel et immatériel considérable, qu’elle a su mettre en valeur dans un remarquable musée, et aussi sur le drapeau et la blason de la ville, l’un et l’autre inspirés par son rôle de berceau des bandeirantes.

 

Figure n° 9 Drapeau et blason de Santana de Parnaíba

Drapeau et blason

http://prefeituradesantanadeparnaiba.blogspot.com.br/2014/01/bandeira-e-brasao-da-cidade-de-santana.html

Le drapeau municipal a été créé par le Professeur Arcinoe Antonio Peixoto de Faria. Sa forme rectangulaire est bleue, contenant une croix coticée jaune et rouge et un cercle blanc portant le blason, qui se compose d’un bouclier ibérique portant une carte du Brésil bipartie, une couleur délimitée par ligne de Tordesillas et l’autre pour tout ce qui a été gagné ensuite par l’action des bandeiras. Le bouclier est flanqué de deux bandeirantes vêtus de leurs costumes distinctifs et la devise en latin « Patriam fecit magnam » (j’ai agrandi la Patrie) se réfère à leur action pionnière. La croix représente la foi et le cercle l’éternité, faisant allusion à la foi des citoyens dans l’éternité de leur ville. Les couleurs jaunes et blanches représentent l’or et l’argent, la couleur rouge l’audace, la valeur, l’intrépidité, la générosité, l’honneur et la noblesse, symbolisant l’héritage laissé par les bandeirantes de Parnaíba à leurs futurs concitoyens.

Devant tant de nobles intentions, il est plus regrettable encore que le Tietê lui-même soit aujourd’hui si pollué que sa surface est le plus souvent couverte d’une mousse épaisse (figure 10), résultant du brassage par les rapides des détergents rejetés dans la rivière lors de sa traversée de la ville de São Paulo. Ce n’est évidemment pas très pour le tourisme des villes de Santana de Parnaíba, Pirapora do Bom Jesus, Itu et Salto, toutes incluses dans la tache de pollution qui s’étale en aval de la ville.

Celle-ci réduit d’année en année et l’on peut espérer qu’un jour elle ne souillera plus le berceau des bandeirantes. Elle a régressé d’environ 40 km entre 2000 et 2008, années au cours de laquelle la deuxième étape de nettoyage a été effectuée. Au cours de la première étape, entre 1992 et 1998, la réduction avait été de 120 km. Au début des années 1990 la pollution atteignait Barra Bonita (à 260 km de la capitale), aujourd’hui, elle se limite à Salto (100 km de Sao Paulo). Des villes comme Porto Feliz, Tietê, Anhembi et Bonita peuvent à nouveau avoir des loisirs comme la pêche et le tourisme.

Figure n° 10 Le Tietê à Pirapora do Bom Jesus et Salto

Tiete pollue 2

©Hervé Théry 2009 et http://professormarcianodantas.blogspot.com.br/2012/11/as-sociedades-humanas-e-agua.html

Comme on le voit, bandeiras et bandeirantes tiennent une place considérable dans l’imaginaire pauliste, principalement depuis que leur rôle a été monté en épingle dans les années 20 et 30 du XXe siècle, quand São Paulo a commencé à s’affirmer économiquement, politiquement et culturellement. Une des manifestations les plus notables de cette réécriture est le monument aux bandeiras commandé en 1931 par le gouvernement de l’État de São Paulo.

Cette sculpture monumentale est situé à l’entrée du parc Ibirapuera de São Paulo, elle est constitué de 240 blocs de granit, pesant chacun environ 50 tonnes et mesure une cinquantaine de mètres de longueur sur seize de haut. Elle a été inaugurée en 1954, en même temps que le Parc pour les célébrations du quatrième centenaire de la ville de São Paulo. Le monument représente des bandeirantes de différents groupes ethniques, portugais (barbus), noirs, mamelucos (métis) et Indiens (avec une croix sur la poitrine), tirant un des canots utilisés pour les monções sur le fleuve.

L’inscription gravée sur le socle de la statue indique bien le sens que ses commanditaires voulaient lui donner : « Gloire aux héros qui ont tracé notre destin dans la géographie du monde libre, sans eux le Brésil ne serait pas aussi grand qu’il l’est ». C’est sans aucun doute exagéré et d’autres ne voient dans les bandeirantes que des ruffians sans scrupules, mus par l’appât du gain, que ce soit la quête de l’or et des pierres précieuses ou – pire – le rapt ou le massacre des Indiens, premiers et légitimes occupants de ces terres. C’est également vrai, mais on n’en reste pas moins admiratif devant l’audace de ces hommes partis à la découverte de contrées inconnues à partir d’une modeste bourgade pauliste. Santa de Parnaíba est née et a longtemps prospéré en sachant jouer d’une rente de situation et sait aujourd’hui mettre en valeur l’héritage de cette époque en le transformant en patrimoine et en atout touristique et culturel.

Figure n° 11 Le monument aux bandeiras à São Paulo

Monumento as Bandeiras

©Hervé Théry 2006 et Cecilia Bastos/Jornal da USP

Sources

Santana de Parnaíba

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/imprensa_oficial/2013/Jornal%20Oficial_PMSP_15_BAIXA.pdf

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/cidade.html

Museu Casa do Anhanguera

http://www.santanadeparnaiba.sp.gov.br/noticias_13/materias/14_10_inauguracao_museo.html

Rio Tietê

http://www.mundovestibular.com.br/articles/5138/1/Rio-Tiete/Paacutegina1.html

http://www.daee.sp.gov.br/index.php?option=com_content&view=article&id=794%3Ao-tiete-por-fausto-nogueira&catid=54%3Aparques&Itemid=53

http://gizmodo.uol.com.br/do-outro-lado-do-rio-terceira-parte/

GOES, Synesio Sampaio. Navegantes, Bandeirantes, Diplomatas: Aspectos da descoberta do continente, da penetração do território brasileiro extra-Tordesilhas e do estabelecimento das fronteiras da Amazônia. Brasília, 1991.

MAYUMI, Lia. Taipa, canela preta e concreto: Um estudo sobre a restauração de casas bandeiristas em São Paulo, São Paulo, 2005.

SALLES, Alexandre Nascimento. Pirapora do Bom Jesus: Dicotomia de Símbolos: o sagrado e o profano como elementos representativos de imagem da cidade. São Paulo, 2009.

SANTOS, Diana Oliveira. “A Casa do Anhanguera”: Restauro e conservação de um monumento Nacional, 2007.

[1] L’intérieur encore mal connu, équivalent de la wilderness aux États-Unis ou l’outback en Australie

[2] Villages d’esclaves fugitifs.

[3] Ce qui justifie leur nom (« drapeau » en portugais) bien qu’elles ne l’aient en réalité certainement rarement – voire jamais – déployé sur le terrain.

[4] Qui fixa en 1494 les limites entre les empires espagnol et portugais.

[5] Cette partie et la suivante sont basées sur les textes du musée Casa de Anhanguera, aimablement communiqués par Agacir Eleutério, Historiadora-Consultora Técnica na Secretaria de Cultura e Turismo da Prefeitura de Santana de Parnaíba.

[6] Premier pas vers l’autonomie juridique de la cidade, ville de plein exercice.

[7] Subdivisions de la colonie, ancêtre des actuels États.

[8] Um alcool de canne à sucre similaire au rhum.

[9] Encoignures où s’asseoir pour converser.

Un musée du futebol et de son contexte

Dans l’esprit de beaucoup des habitants de cette planète l’image du Brésil est associé à celle du football, qui est de fait une des grandes passions nationales : malgré sa déception de la Coupe du Monde de 2014, scellée par l’humiliante défaite 7-1 en demi-finale face à l’Allemagne, le pays reste celui qui a le plus souvent remporté cette Coupe, cinq fois, comme le rappellent les cinq étoiles brodées sur le maillot de la Seleção. Une visite au Museu do futebol, à São Paulo, permet de cerner les rapports entre ce sport et sa place, réelle et imaginaire, dans la société brésilienne.

Le musée est situé sous les gradins du stade municipal, dont le nom officiel est Paulo Machado de Carvalho, mais qui est plus connu sous le nom de Pacaembu, celui du quartier. Construit en 1940 dans un style que l’on peut qualifier de mussolinien – le Président de la République de l’époque, Getúlio Vargas, ne cachait pas ses sympathies pour le régime fasciste – le stade n’appartient à aucune équipe et a même des difficultés à assurer sa programmation depuis que celle qui l’utilisait le plus souvent, le Corinthians, a pu se faire construire son propre stade à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 2014.

Figure n° 1 Localisation du musée

Localisation

Source: Google maps

De ce fait c’est un lieu bien choisi pour ouvrir un musée consacré au football, sans prendre parti pour une équipe ou une autre, et l’on trouve en vente dans sa boutique et sur le vaste parking voisin (figure 2) des maillots et des drapeaux des principaux clubs du pays et même de clubs étrangers, dont le PSG.

Figure n° 2 Le stade Pacaembu

1bis - Pacaembu 2

© Hervé Théry 2015

L’entrée du musée (figure 3) laisse clairement voir la structure des gradins sous lesquels il est abrité, elle est tapissée d’images (affiches, fanions, publicités, etc.) à la gloire des clubs, des joueurs ou du football en général.

Figure n° 3 Sous les gradins, le musée

2 - Sous les gradins 3

© Hervé Théry 2015

Une première salle (figure 4) est consacrée aux origines et à l’histoire lointaine du futebol – comme le sport est appelé au Brésil – les photographies en noir et blanc ou aux tons sépia étant encadrées à l’ancienne, dans des cadres dorés, pour bien souligner qu’il est ici question d’histoire ancienne, remontant au début du XXe siècle, ce qui pour ce pays est quasiment la préhistoire.

Une place particulière est faite à Charles Miller (1874-1953) qui – né à São Paulo de parents britanniques – rapporta d’Angleterre en 1994 le premier ballon de football, accompagné d’un livret expliquant les règles du sport récemment codifié pour l’éducation des futurs gentlemen issus des public schools, comme celle du Hampshire d’où il revenait.

Figure n° 4 Les origines

3ter - Origines

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

D’autres salles sont consacrées aux grands joueurs (dont Pelé et Garrincha), salle curieusement dites des « anges baroques », aux plus beaux buts (commentés par des professionnels ou des personnalités connues), aux retransmissions à la radio qui faisaient vibrer le pays avant la télévision, aux plus beaux délires des finales (sur écrans géants et fond sonore assourdissant). Une autre (figure 5) est consacrée – façon Guinness Book of Records – aux chiffres extrêmes du sport, du public le plus nombreux ayant assisté à un match (plus de 180 000 personnes, au Maracanã) au moins nombreux (55 personnes) en passant par les 1 282 buts marqués par Pelé au cours de sa carrière.

Figure n° 5 Les records

7bis- Records

© Hervé Théry 2015

La salle des Coupes du Monde rassemble sur des totems lumineux (figure 6) des images de toutes ces grand-messes du football mondial, en les associant très pédagogiquement à leur contexte politique, économique et culturel. Curieusement celle de 2014 est encore inachevée, bien qu’y figure déjà la photo de la Mannschaft allemande, qui a laissé au Brésil un souvenir amer, tempéré par le fait qu’elle a terrassé en finale l’archi-rival argentin, lui évitant ainsi le complet désastre.

Figure n° 6 Les Coupes du Monde

4 - 1998

© Hervé Théry 2015

Parmi les documents rassemblés sur ces supports se détachent des slogans et des manchettes de journaux (figure 7) qui sont restés dans les mémoires, depuis l’appel aux armes des habitants de São Paulo lors de la tentative de sécession de 1932, jusqu’au slogan du temps de la dictature militaire (1964-1985) « Brasil, ame-o ou deixe-o » (Brésil, aimez-le ou quittez-le), calqué sur son équivalent aux États-Unis, « America love it or leave it ». En regard de ces excès les manchettes sur les résultats du futebol paraissent anodines, comme le « Carnaval en juin » qui salua la troisième Coupe du Monde, même avec l’emphase d’un « le monde s’incline devant le plus grand football de l’Univers »…

Figure n° 7 Slogans

5bis - Slogans

© Hervé Théry 2015

Les images choisies pour retracer le contexte sont particulièrement bien choisies, la figure 8 en retient la construction de la Transamazonienne, autre grand orgueil du régime militaire, les débuts de la carrière syndicale de Lula, futur président de la République, le retour de la démocratie en 1985 et l’impeachment du président Collor en 1992, qui donna lieu à des célébrations dignes d’une victoire en finale.

Figure n° 8 Contextes

6bis - Contexte

© Hervé Théry 2015

Une des salles est toutefois bien différente, elle est présentée sur place et sur le site du musée[1] de la façon suivante: « La fatidique défaite de l’équipe du Brésil face à l’Uruguay, en finale de la Coupe du Monde 1950 au Maracana, est présenté à l’exposition comme un rite de passage ».

De fait la salle est un passage obligé pour pousuivre la visite. On y accède en soulevant un lourd rideau noir, pour se trouver dans l’obscurité (figure 9) face à un écran ou tourne en boucle un film en noir et blanc de ce match vieux de 65 ans, que le Brésil se voyait gagner pour inaugurer dignement le Maracanã, le plus grand stade au monde, et qu’il perdit 2-1.

Le site du musée décrit ainsi l’intention et la « couleur » de la salle: « Dans cette salle, nous sommes confrontés à l’un des moments les plus tragiques et silencieux qui ont eu lieu dans le pays au cours des dernières décennies. Une préparation acoustique de haute technologie crée un climat pénible, qui fait que le visiteur entend le battement d’un cœur lourd … ».

Figure n° 9 Tristesse

8bis - Tristesse 2

© Daniel Théry et Hervé Théry 2015

Á en juger par cette salle, et par les autres salles de ce remarquable musée, on ne peut qu’être d’accord avec l’écrivain José Lins Rego et sa phrase citée en bonne place sur une de ses plaques, « La connaissance du Brésil passe par le futebol ».

© Hervé Théry 2015

Références

Site du musée: http://museudofutebol.org.br/

Bertrand Piraudeau, Le football brésilien, regards anthropologiques, géographiques et sociologiques, L’Harmattan, 2014

Hervé Théry, « Futebol et hiérarchies urbaines au Brésil », M@ppemonde n° 81 (1-2006), http://mappemonde.mgm.fr/num9/articles/art06103.html

[1] http://museudofutebol.org.br/exposicao/longa-duracao/10-sala-10/

L’Amazonie, « forêt urbanisée »

Selon la géographe brésilienne Bertha Becker l’Amazonie est une « forêt urbanisée », une formule paradoxale qu’elle avait inventée pour indiquer que cette région, encore occupée en majeure partie par la plus grande forêt tropicale au monde, est aussi une région comptant un grand nombre de villes, de toutes tailles, anciennes ou toute récentes, qui se partagent l’essentiel de l’activité économique régionale, et la majorité de sa population. L’attention de l’opinion publique et des medias se focalise généralement sur le défrichement des forêts, les sort des indiens ou celui des populations rurales traditionnelles, mais il est bon de rappeler que la plupart des 20 millions d’habitants de l’Amazonie brésilienne vivent en effet aujourd’hui en ville, et méritent que l’on s’y intéresse.

Le graphique et la carte n° 1 montrent la croissance urbaine accélérée de de la population urbaine, en Amazonie comme dans tout le pays. Le Brésil devenu est un pays de citadins : alors que deux Brésiliens sur trois vivaient à la campagne il y a quarante ans, les trois quarts vivent désormais en ville. Le point d’inflexion se situe dans les années 1960, la courbe de la population urbaine, qui avait commencé à croître rapidement dans la décennie précédente du fait de la croissance naturelle des citadins et de l’exode rural, croisa alors celle de la population rurale. Dans quatre des cinq grandes régions la prédominance de la population urbaine est aujourd’hui bien nette, et même dans le Norte amazonien le nombre des citadins l’emporte sur celui des ruraux. Le croisement des courbes s’est produit selon les régions à des dates différentes : alors que dans le Sudeste il remonte aux années 1950, dans le Sul et le Centro-Oeste il a fallu attendre les années 60, dans le Nordeste les années 80 et dans le Norte il ne date que des années 1990.

Figure 1 Population urbaine et population rurale

População urbana e rural

 

Photo 1 Belém, approche de l’aéroport

PA Belem vu d'avion 2

©Hervé Théry

Photo 2 Belém, le centre

PA Belem peninsule 1

©Hervé Théry

Photo 3 Skyline de Belém

PA Belem crépuscule

©Hervé Théry

L ‘Amazonie brésilienne compte deux villes de plus d’un million d’habitants, Manaus et Belém. La première a connu une croissance spectaculaire depuis la création de la Zone Franche qui a permis d’y créer des industries d’assemblage (électro-ménager, électronique, motos) dont les produits entrent ensuite sans taxe d’importation dans tout le pays. Toutes les capitales des États fédérés ont elles aussi beaucoup grandi, et nombre de villes nouvelles sont apparues au long des routes transamazoniennes construites dans les années 1970. Une carte en secteurs de cercles (figure n° 2) montre leur progression – notamment celle de Manaus – et une carte en anamorphose  (figure n° 3) leur poids dans la population totale.

Figure n° 2 Population urbaine de 1970 à  2010

Popurbaine 1970-2010 portions

Figure n° 3 Population urbaine en 1980 et 2010

Popurbaine 1980 et 2010 anamorf

Le taux d’urbanisation (figure n° 4, proportion des citadins dans la population totale) est donc désormais élevé dans une grande partie de la région, mais plus nettement sur ses marges méridionales, où progresse le complexe soja-maïs-coton.

Figure n° 4 Taux d’urbanisation

Ur et tx urb 2010 voisins 2_v3

La croissance urbaine est donc causée autant par développement de l’agrobusiness – les propriétaires de ses exploitations géantes vivant pour la plupart en ville –  que par celui de l’industrie, celle-ci étant surtout responsable de la croissance de quelques communes dotées de ressources minières ou pétrolières, et de Manaus, où la modernisation liée à la zone franche a presque fait disparaître les témoins du l’âge d’or du boom du caoutchouc, y compris l’Opéra qui en est le symbole.

Figure n° 5 Spécialisations économique

Triangle pct PIB

Photo 4 Manaus, aéroport et zones industrielles au bord de l’Amazone

AM Manaus aeroport  et rencontre des eaux 1

©Hervé Théry

Photo 5 Maisons anciennes et immeubles récents à Manaus

AM Manaus maison Belle epoque

©Hervé Théry

Photo 6 Manaus, l’opéra cerné par les immeubles récents

AM Manaus l'Opera cerné 1

©Hervé Théry

 

Photo 7 Manaus, la Zone Franche

AM Manaus residences, usines et rencontre des eaux

©Hervé Théry

Photo 8 Manaus, quartiers périphériques

AM Manaus banlieues 2

©Hervé Théry

D’autres capitales des États fédérés ont grandi vite et parfois anarchiquement sous l’effet de facteurs extérieurs, comme la construction de barrages à Porto Velho ou même sont nés avec eux, comme Palmas, la capitale de l’État du Tocantins, fondée en 1989 et qui est passée de 0 à 228 332 habitants de cette date au recensement de 2010 de l’IBGE et à 265 000 en 2014 selon l’estimation du même organisme. Et le programme Minha casa minha vida, qui a déjà lancé la construction de 3 millions de logements et prévoit d’en construire au total 4 millions, a aussi beaucoup contribué au développement de nouveaux quartiers dans bien des villes, mêmes moyennes.

Photo 9 Porto Velho, le Madeira et le chantier du barrage de Santo Antônio

RO Porto Velho centre

©Hervé Théry

Photo 10 Palmas, capitale de l’État du Tocantins

TO_PALMAS

©Hervé Théry

Photo 11 QuartierMinha casa minha vida à Parauapebas

PA Parauapebas Minha casa minha vida 1

©Hervé Théry

Toutes ces villes se partagent donc l’essentiel de la population et de la richesse de la région, chacune dans sa propre aire d’influence. La carte qui les délimite (figure n° 3) est fondée sur un algorithme qui suppose que l’attraction d’une ville, tout comme celle d’une planète, est fonction de sa masse et inversement proportionnelle à la distance qui la sépare du lieu considéré. Elle montre bien l’opposition entre les aires ou se sont développé de nombreuses villes pionnières, au long des routes, au sud et à l’est de la région, et l’Amazonas ou tout le poids urbain se concentre à Manaus, dont l’aire d’influence s’étend sans limites vers le nord-ouest. Il subsiste encore des zones peu polarisées par les villes, au nord du Mato Grosso et dans le sud du Pará, là où se situent de grandes réserves indiennes, comme le Parc du Xingu.

Figure n° 6 Aires d’influence des villes

Aires d'influence

 

Les chutes d’Iguaçu

Les chutes d’Iguaçu, situées près de Foz do Iguaçu (Paraná) et de la triple frontière Brésil-Argentine-Paraguay, ont été choisies comme l’une des sept merveilles naturelles du monde après une campagne organisée par la Fondation New 7 Wonders qui a recueilli plus de cent millions de votes sur internet. Les chutes étaient parmi les 28 finalistes, et la liste finale a été annoncée lors de la cérémonie de déclaration le 7 Juillet 2007 (07.07.07).

Figure n° 1 Localisation des chutes

Localisation

Google maps

Le premier Européen à voir les chutes a été l’Espagnol Álvar Núñez Cabeza de Vaca, le 31 Janvier 1542. Avant de parcourir le fleuve Paraná et Iguaçu, il avait exploré l’Amérique du Nord, où il avait visité la région des (futurs) États du Mississippi, de l’Arkansas, du Colorado, du Nouveau Mexique et de l’Arizona, atteignant la Californie en 1536. En 1542 il commandait une expédition d’Espagnols qui traversait la région, habitée par les Indiens Caiagangue et Tupi-Guarani, en direction de la colonie d’Asunción, un point stratégique d’où l’on pouvait atteindre l’empire Inca. Largement inaccessible, la région ne fut de nouveau parcourue qu’au XVIIIe siècle, quand les jésuites s’installèrent dans la région pour catéchiser les Indiens. Dans l’intervalle elle avait été disputée entre les domaines espagnols et portugais et la délimitation du territoire n’a été définie qu’après l’indépendance de l’Argentine, du Paraguay et le du Brésil.

Les chutes sont formées par l’Iguaçu («la grande eau» en Tupi-guarani) quand il se précipite, 21 km avant de rejoindre le Paraná, dans un canyon étroit creusé dans les roches basaltiques. Ces roches proviennent du plus grand épanchement de lave qui ait eu lieu sur Terre, il y a entre 120 et 130 millions d’années, au Crétacé. Mais la formation du relief de la chute m’a commencé qu’il y a environ 200 000 ans, le canyon étant creusé par l’érosion régressive des chutes, le long de failles et de fractures dans les roches. Encore aujourd’hui, le bord de la calotte de basalte recule en moyenne de 1.4 à 2.1 cm par an. L’Iguaçu mesure 1 200 mètres de large au-dessus des chutes, mais au-dessous de celles-ci il n’a plus que 65 mètres de largeur. Le front des chutes est d’environ 800 m du côté du Brésil et de 1 900 mètres du côté argentin.

Figure n° 2 Les chutes en vue aérienne

PR Iguaçu parc catatactes 2

©Hervé Théry 2001

Le débit moyen de la rivière est d’environ 1 500 m3 par seconde, allant de 500 m3/s en étiage à 8 500 m3/s aux hautes eaux, entre octobre et mars. C’est le deuxième débit annuel moyen pour une chute d’eau dans le monde, après les chutes du Niagara, 1 746 m³/s. Son débit maximal officiellement enregistrée a été de 46 300 m³/s le 9 juin 2014, mais le système de mesure, débordé par l’ampleur de la crue avait alors arrêté de calculer le débit réel instantané, estimée à entre 50 000 et 60 000 m³/s. En comparaison, le débit moyen du Niagara est de 2 400 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 8 300 m³/s. Le débit moyen des Victoria Falls est de 1 088 m³/s, avec un débit maximal enregistré de 7 100 m³/s.

Figure n° 3 La gorge du Diable vue du côté argentin

GD2 c

©Hervé Théry 2015

En fonction du débit de la rivière, le nombre de cascades varie, elles sont plus de 250 dans les périodes de débit moyen. On compte 19 chutes principales, cinq du côté brésilien et 14 du côté argentin, ce qui  offre une meilleure vue aux visiteurs les observant depuis le Brésil.

Figure n° 4 La gorge du Diable en vue aérienne (1)

LM1_8972

http://www.fotonat.org/details.php?image_id=51786

Certaines des chutes ont jusqu’à 82 mètres de hauteur, bien que la plupart aient seulement 64 mètres : ces chutes en escaliers sont une conséquence de la structure des coulées basaltiques. La gorge du Diable, en forme de U, reçoit de l’eau de trois côtés, elle a 82 mètres de haut  et 700 mètres de long, c’est la plus impressionnante de toutes les chutes.

Figure n° 5 La gorge du Diable en vue aérienne (2)

p1010935

https://aniyami.wordpress.com/2011/06/

En voyant les chutes d’Iguaçu, l’ancienne première dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt se serait – dit-on – exclamée « Mon pauvre Niagara! ».

Figure n° 6 La gorge du Diable vue du côté brésilien

PR Cataratas 3c

©Hervé Théry 2015

Les chutes d’Iguaçu sont également souvent comparées aux Victoria Falls, qui séparent la Zambie et le Zimbabwe, en Afrique austral. Les chutes d’Iguaçu sont plus larges, car divisées en de nombreuses chutes séparées par de grandes îles, en revanche les Victoria Falls forment le plus grand rideau d’eau dans le monde, avec plus de 1 600 m de large et plus de 100 mètres de haut.

Figure n° 7 Les chutes côté brésilien et la passerelle d’accès des touristes

Cataractes et touristes c

©Hervé Théry 2015

Les chutes sont maintenant incluses dans deux parcs contigus, Parc national d’Iguaçu, au Brésil et le Parc national d’Iguazú, en Argentine. La superficie totale des deux parcs nationaux totalise 250 000 hectares de forêt subtropicale. Le parc national argentin a été créée en 1934 et le parc national brésilien en 1939 (il était le deuxième parc national brésilien créé), afin de gérer et de protéger les sources qui alimente les chutes et tout l’environnement qui les englobe. Les deux parcs, brésilien et argentin, ont été classés site du patrimoine mondial, en 1984 et 1986 respectivement.

Figure n° 8 Affiche du parc national argentin

iguasu-park-map

http://roteirosjali.com/2012/10/10/mapa-turistico-do-parque-nacional-iguazu-argentina/

Figure n°  9 Panneau d’information du parc brésilien

570_Carte parc

©Hervé Théry 2001

Le parc brésilien forme le plus grand fragment restant de forêt atlantique du sud du Brésil. Il abrite une riche biodiversité, constituée d’espèces représentatives de la faune et la flore brésiliennes, dont certaines sont menacées d’extinction, comme le jaguar (Panthera onca), le puma (Puma concolor), le caïman à museau jaune (Caiman latirostris), le perroquet à poitrine violette (Amazon vinacea), l’aigle harpie (harpyja harpie), l’acajou rose (Aspidosperma polyneutron), l’ariticum (Rollinia salicifolia), l’araucaria (Araucaria angustifolia), ainsi que de nombreuses autres espèces de grande valeur et intérêt scientifique.

Figure n° 10 Entrée du parc brésilien et (en cartouche) le logo du parc argentin

Parque-Nacional-do-Iguacu

http://mydestinationanywhere.com/wp-content/uploads/2014/04/Parque-Nacional-do-Iguacu.jpg et http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/94/Cartel_Puerto_Iguaz%C3%BA_-_Logo_del_Parque_Nacional_Iguaz%C3%BA.jpg

L’accès du côté argentin est facilité par le « train écologique » qui amène les visiteurs jusqu’à l’entrée de la Gorge du Diable. Le Paseo Garganta del Diablo est une passerelle d’un kilomètre de long qui conduit le visiteur sur la bord même de la Gorge du Diable.

Figure n° 11 « Train écologique » acheminant les visiteurs côté argentin

Trem Iguaçu

©Hervé Théry 2015

Figure n° 12 La passerelle du Paseo Garganta del Diablo

PR Cataratas Iguaçu 1

©Hervé Théry 2015

Figure n° 13 Touristes au bord de la gorge du Diable

GD4 c

©Hervé Théry 2015

Du côté brésilien, un cheminement a été aménagé le long du canyon sur une longueur de 1 200 m, depuis le sommet du plateau jusqu’à la base de la gorge du Diable, offrant différents points de vue sur plusieurs chutes, si proches qu’il est habituel que les touristes portent des ponchos imperméables jetables, vendus sur place.

Figure n° 14 Passerelle et point de vue du côté brésilien

PR Iguaçu visiteurs 4

©Hervé Théry 2001

Les chutes sont la principale attraction de Foz de Iguaçu, la ville la plus peuplée de la frontière du Brésil, avec 256 088 habitants selon le recensement de 2010 de l’IBGE. La ville possède l’un des six plus grands parcs hôteliers du Brésil, plus de 23 000 lits, et dispose également d’une des meilleures infrastructures dans le pays pour organiser des événements, ses centres de congrès sont en mesure de recevoir 40 000 personnes simultanément. La ville est la deuxième destination des touristes étrangers en visite au Brésil, selon une étude menée par l’Embratur. Elle est également considéré comme l’un des cinq premières villes brésiliennes hébergeant des événements nationaux et internationaux de tourisme, selon l’International Congress and Convention Association – ICCA.

On estime que la région reçoit chaque année plus de 5 millions de touristes, en ajoutant ceux qui visitent les chutes, côté Brésil et côté Argentine (2,5 millions de visiteurs), ceux qui visitent le barrage d’Itaipu (la plus grand centrale hydroélectrique dans le monde par la production totale d’électricité, à 12 kilomètres de la ville, 500 000 visiteurs), ceux qui participent à des événements nationaux et internationaux et ceux qui vont faire des achats à Ciudad del Este, au Paraguay (300 000 visiteurs).

Figure n°  13 Les deux parcs et les deux aéroports

Mapa local Plans

Apple Maps

Deux aéroports internationaux desservent les chutes d’Iguaçu, l’aéroport de Foz do Iguaçu International (UGI) et l’aéroport international Cataratas del Iguazú (IGR). LAN Airlines et Aerolineas Argentinas ont des vols directs à partir de Buenos Aires et plusieurs compagnies aériennes brésiliennes, comme TAM, Gol et Azul offrent des services des principales villes brésiliennes vers Foz do Iguaçu. Avec plus de 24 vols réguliers quotidiens, l’aéroport international de Foz do Iguaçu a été au cours des dernières années l’un des plus dynamiques au Brésil, il a connu près de 2,1 millions d’embarquements et débarquements de passagers en 2011.

Par position stratégique qu’elle occupe, la ville commence à former une nouvelle métropole régionale. Dans un rayon de 170 km autour de Foz do Iguaçu, dans les trois pays, vivent maintenant environ deux millions de personnes, dont 1,2 million dans l’ouest du Paraná. La création du parc technologique d’Itaipu (PTI) et de l’Université fédérale de l’intégration latino-américaine (Unila) à Foz do Iguaçu, pour laquelle doit être construit un bâtiment dessiné par Oscar Niemeyer et destinée à accueillir 10 000 étudiants brésiliens et latino-américain, visent à transformer la région en un centre de connaissances et d’activités universitaires.

Webographie

http://www.cataratasdoiguacu.com.br/portal/paginas/37-cataratas-do-iguacu.aspx

http://pt.wikipedia.org/wiki/Cataratas_do_Igua%C3%A7u

http://www.fozdoiguacudestinodomundo.com.br/sobre-a-cidade/a-cidade

http://www.icmbio.gov.br/parnaiguacu/guia-do-visitante.html

http://world.new7wonders.com/new7wonders-of-nature/the-new7wonders-of-nature/

http://www.anvtravelservice.com.br/aspx/descobrimento-das-cataratas-do-iguacu.html

http://www.mineropar.pr.gov.br/modules/conteudo/conteudo.php?conteudo=12

Les assentamentos, une politique de réforme agraire ?

Les assentamentos sont des zones créées par le gouvernement brésilien pour y installer des familles sans terres. Ils sont constitués par un ensemble lots destinés à devenir des exploitations où des familles paysannes puissent se consacrer à des activités agricoles et à l’élevage. Il sont constitués soit à partir de terres publiques, soit par le partage d’une grande propriété confisquée dans le cadre de mesures de réforme agraire.

Photo 1 Paysans répartissant les lots d’un assentamento

GO SJA assentamento mapaLes assentamentos sont de divers types (figure 1), que ce soit par leur statut (fédéraux ou des États fédérés), destinés à des paysans sans terres venus d’ailleurs, aux populations locales pratiquant la cueillette (extrativistas), aux descendants d’esclaves fugitifs (quilombolas) ou aux populations déplacées par la construction de barrages.

Figure 1 Types d’assentamentos

Assentamentos modalidades

Mais ils ont en commun de se situer principalement en Amazonie, là où leurs promoteurs peuvent disposer de plus de terres libres. Cela ne va pas sans causer d’importants dommages environnementaux, car il faut défricher de vastes surfaces pour y installer les exploitations agricoles, et ouvrir des voies d’accès qui sont ensuite utilisées par les bûcherons et les éleveurs, qui avancent encore bien plus sur les forêts.

De plus les conditions n’y sont pas très bonnes et compromettent les chances de succès de ceux qui y sont installés : « Les assentamentos, gérés par l’Institut national de la colonisation et de la réforme agraire (INCRA) se situent principalement en Amazonie, dans des régions souvent mal dotées et mal desservies, ce qui rend assez précaires les conditions d’installation des familles migrantes concernées. […]. Les occupants n’obtiennent alors qu’un titre foncier provisoire, c’est-à-dire un “contrat de concession d’usage”, qui leur permet d’avoir accès aux crédits. L’octroi du titre définitif n’intervient souvent qu’après de nombreuses années d’occupation, une fois l’assentamento “consolidé” » [Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009].

Figure 2 Assentamentos et biomes

Assentamentos et biomas

La figure 3 montre l’opposition territoriale entre les familles impliquées dans des occupations de terres (lors de conflits fonciers entre paysans sans terres et grands propriétaires) et de familles installées dans les assentamentos. La carte met en évidence une nette opposition nord/sud de deux phénomènes, la lutte pour la terre se développant principalement dans les régions les plus consolidées et de plus grand potentiel pour le développement de l’agriculture paysanne (dans le Sud-Est et le Sud). Alors que les assentamentos sont installées dans les régions d’occupation récente, principalement sur la frontière agricole, où la demande pour les produits de l’agriculture paysanne est moindre, et où la qualité de vie des colons sera probablement plus faible.

Comme le soulignait déjà Bernardo Mançano Fernandes (2005) « Les installations touchent pour l’essentiel l’Amazonie, principalement sur la frontière agropastorale. Il y a donc une opposition entre les lieux de la lutte pour la terre et ceux de l’installation des familles, alors qu’il s’agit de deux moments d’un même conflit. Cela montre que la politique du gouvernement consiste à créer des assentamentos dans des régions où les terres sont les moins chères, du fait de l’éloignement des centres de consommation et du manque d’infrastructures ».

Figure 3 Familles engagées dans des occupations de terres, familles installées dans les assentamentos

Familias em ocupacoes e assentamentos 2

Photo 2 Assentamento dans le Pontal do Parapanema, État de São Paulo

SP Assentamento Che Guevara

Photo 3 Campement de paysans sans terre dans l’attente d’un assentamento près de Parauapebas (Pará)

PA Maraba Acampamento Lourival Santana MST E

Un autre auteur spécialiste de la question, Eduardo Girardi, faisait donc (2009) une nette distinction : « cette constatation […] nous a conduit à étudier la capacité réformatrice des assentamentos, l’instrument principal de la réforme agraire de tous les gouvernements consécutifs après la dictature militaire. [Nous] comprenons que les assentamentos contribuent inégalement à une « vraie réforme » de la structure foncière. Pour y contribuer, nous supposons qu’ils doivent remettre en cause le latifundio/agrobusiness et installer sur la même parcelle de terre une vraie paysannerie. Le résultat final de l’analyse est la figure [4], sur laquelle nous classons les assentamentos selon trois niveaux de contribution à la réforme agraire ». La carte distingue en effet les assentamentos contribuant à la réforme agraire, que ce soit ceux où se sont produit des occupations de terre (en vert foncé) ou non (en vert clair), de ceux qui n’y contribuent pas (en jaune).

« La carte confirme une hypothèse de départ, les assentamentos moins réformateurs ou non-réformateurs sont situés sur la frontière agricole et se confondent avec les politiques d’occupation du territoire et les politiques environnementales. Cela illustre bien l’idée selon laquelle la frontière agricole a été utilisée pour préserver la structure foncière brésilienne et élaborer une réforme agraire conservatrice ».

Figure 2 Types d’assentamentos selon Eduardo Girardi

Assentamentos Girardi img-2

L’inadéquation des localisations conduit donc à de nombreux échecs, « dans la plupart des assentamentos des fronts pionniers d’Amazonie, on constate un phénomène de substitution de colons et de concentration foncière. En effet, les premiers installés sont en général des familles pauvres et sans terre issues d’un autre front pionnier amazonien ou d’exploitations familiales en crise du Centre-Sud et du Nordeste. Cherchant avant tout à assurer leur sécurité alimentaire, manquant de capital et d’outils performants pour défricher, et n’ayant pas de titre de propriété définitif (statut de posseiro ou d‘assentado), ils pratiquent un système de culture sur abattis-brûlis (riz, manioc, haricot, maïs). Peu à peu, ils sèment du pâturage de façon à valoriser leur terrain. Après une période qui peut aller de 5 à 15 ans, une fois qu’une partie du terrain est défriché et planté en pâturage, les agriculteurs les mieux dotés en capital leur rachètent leurs terres, pour y pratiquer, le plus souvent, l’élevage bovin extensif. Les premiers occupants, et surtout leurs enfants, tendent à repartir vers un front pionnier plus récent. Par exemple, Martin Coy [1986] a montré que 63% des colons installés par l’INCRA sur des lots de 100 ha d’un assentamento du Rondônia avaient vendu leurs terres onze ans après leur arrivée, laissant place à des minifundia, juxtaposés aux latifundia aux mains des grands éleveurs » (Eloy, Tonneau et Sidersky, 2009).

Figure 3 Évolution d’une zone de colonisation selon Martin Coy

SCHEMA_DE_COLONISATION

En plus les dégâts environnementaux, le choix de l’Amazonie pour y installer des milliers de colons, en conflit avec les bûcherons et les éleveurs, mène par ailleurs à de graves conflits fonciers et à la violence, comme le montrent les cartes tirées des base de données constituées par la Commission Pastorale de la Terre (CPT): c’est sur les confins amazoniens, là même où sont installés la plupart des assentamentos, que les assassinats pour la terre sont les plus nombreux.

Figure 5 Assassinats dans des conflits fonciers selon la Commission Pastoral de la Terre

Assassinatos

Figure 6 Menaces de mort  selon la Commission Pastoral de la Terre

Ameaças de morte

Solution en apparence commode pour se débarrasser à peu de frais de la pression des paysans sans terre, les assentamentos sont donc en fait, à long terme, la cause de problèmes bien plus graves, tant environnementaux que sociaux.

Bibliographie

Eduardo Paulon Girardi et Bernardo Mançano Fernandes, 2006, « Brésil: les territoires de la question agraire », M@ppemonde N° 82 (2-2006)

Eduardo Paulon Girardi, 2009, « Atlas da Questão Agrária Brasileira e Cartografia Geográfica Crítica », parágrafos 4 e 5, Confins, 5 | 2009, http://confins.revues.org/5631 ; DOI : 10.4000/confins.5631

Ludivine Eloy, Jean-Philippe Tonneau et Pablo Sidersky, 2009, « Questions foncières et politiques de réforme agraire au Brésil », Geoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/doc/etpays/Bresil/BresilScient2.htm

Coy M., « Développement régional à la périphérie amazonienne : organisation de l’espace, conflits d’intérêts et programmes d’aménagement dans une région de “frontière” : le cas du Rondônia » In : Frontières, mythes et pratiques (Brésil, Nicaragua, Malaysia). Cahiers des Sciences Humaines, 22 (3/4) :371-388, 1986.

Ce que disent les fuselages, orgueil et décadence

Une série de photos d’avions prises lors de voyages sur les lignes aériennes intérieures brésiliennes – à l’époque sans intentions particulières – permettent de raconter une histoire. Rien qu’en les juxtaposant on révèle l’orgueil éclatant de la compagnie conquérante, et du pays dont elle porte les couleurs, jusqu’à la triste image de celles qui ont fait faillite et donc les avions pourrissent au bord des pistes, sous les yeux des voyageurs.

TAM, l’orgueil d´être brésilienne

symboles orgueil 3

Le slogan était alors non seulement peint sur le fuselage, mais répété par les hôtesses et stewards à chaque atterrissage.

Transporteur officiel de la Sélection brésilienne

Seleção

Photo prise a Natal en mars 2015, plusieurs mois après la Coupe du Monde de 2014, où la seleção brésilienne ne s’est pas particulièrement distinguée.

Les avions de Vladimir Poutine à Brasília

DF Avions russes 2

Brasília a eu l’honneur de la visite de Vladimir Poutine, accompagné d’une nombreuse délégation, à l’occasion d’une réunion des pays du groupe BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine).

Un des derniers avions de la Varig

Varig Belem

La Varig a longtemps été la compagnie porte-drapeau du Brésil, jusqu’à ce qu’elle soit rachetée, au bord de la faillite, par la Gol, qui a commencé comme une modeste compagnie low-cost lancée par un groupe spécialisé dans le transport en autobus. Pour lui éviter de reprendre le passif de la Varig, celle-ci a été scindée en deux compagnies dont l’une n’a gardé que quelques avions … et les dettes.

Avions de ça Transbrasil abandonnés à Brasília en 2011…

Avions abandonnes Brasilia 2011

La Transbrasil n’a pas eu la même chance et a fait purement et simplement faillite, plusieurs de ses avions sont stationnés depuis des années, sans leurs moteurs, sur l’aéroport de Brasília.

… et les mêmes en 2015

Avions abandonnes Brasilia 2015 1

Au fil des années ils se dégradent et tombent littéralement en morceaux

Avions de la Vasp abandonnés à São Paulo

Vasp

La compagnie de l’État de São Paulo, la Vasp, a elle aussi fait faillite et ses avions ont été abandonnés sur les aéroports de Brasilia et de São Paulo, sur un parking périphérique.

Avions abandonnés à Manaus (1)

Avions abandonnés Manaus 1

 Avions abandonnés à Manaus (2)

Avions abandonnes a Manaus

D’autres avions abandonnés à Manaus, où le climat équatorial, chaud et humide, accélère leur dégradation. Triste fin pour qui, naguère, parcourait avec orgueil le ciel brésilien.

Fuseaux horaires, heure d’été et heure d’hiver au Brésil

Les différentes parties de la planète Terre ne reçoivent pas simultanément la lumière du soleil : alors que dans certains endroits il fait jour, dans d’autres il fait nuit, ou c’est déjà l’aube. C’est pourquoi la planète a été divisée en 24 zones, chacune correspondant à une différence d’une heure de l’ensoleillement.

Figure 1 Les fuseaux horaires dans le monde

time_zone_world_98

http://www.lib.utexas.edu/maps/world_maps/time_zone_world_98.jpg

Du fait de leur extension en longitude les plus grands pays du monde s’étendent sur plusieurs fuseaux horaires et ont dû adopter des heures de référence différentes selon les régions.

Figure 2 Fuseaux horaires officiels dans les grands pays

Fuseaux nationaux

Comme le Brésil s’étend d’est en ouest sur 4 319 km de la Ponta de Seixas (Paraíba[1]) à la source de la rivière Moa (Acre), il compte quatre fuseaux horaires. Mais comme dans ce domaine les gouvernements ont une certaine marge de manœuvre, ça n’a pas toujours été le cas. En 2008 le nombre de fuseaux a été réduit à trois puis il a été ramené à quatre en 2013 (figure 1).

Figure 3 Changements du nombre de fuseaux horaires en 2008 et 2013

Fusos horarios 2008 e 2013

Dans un premier temps, les fuseaux horaires au Brésil était quatre : le premier (GMT-2), décalé de deux heures par rapport à l’heure de référence, Greenwich Mean Time, et ne concernait que les îles océaniques comme Fernando de Noronha (située à 360 kilomètres à l’est-nord-est de Natal), São Pedro et São Paulo (1 000 km au nord-est) et Trindade et Martin Vaz (1 170 km à l’est de Vitória).

Le second (GMT-3) couvrait la plus grande partie du pays, y compris sa capitale, Brasilia. Le troisième (GMT-4) incluait les États du Centre-Ouest et du Nord, y compris la partie occidentale du Pará, et le dernier (GMT-5) ne concernait qu’une petite partie de l’Amazonas et de l’Acre.

En 2008 une loi promulguée par le président Luiz Ignacio Lula da Silva a supprimé la zone GMT-5 et l’a intégrée à la zone GMT-4, tandis que tout l’État de Pará était rattaché à la zone GMT-3. Cependant en 2010 un référendum a été soumis à la population d’Acre et d’une partie de l’Amazonas et il a été décidé de revenir à la situation antérieure, la zone GMT-5 a donc été rétablie, mais le Pará continue à faire pleinement partie de la zone GMT-3.

En raison de cette différence, l’État d’Acre, à l’extrême ouest du pays, a deux heures de différence avec Brasília, portée à trois heures quand l’heure d’été est en vigueur dans la capitale brésilienne. Le District Fédéral de Brasília applique en effet l’alternance heure d’été/heure d’hiver, comme certains États du Sud, alors que ceux du Nord ne le font pas, la variation de la durée du jour étant très faibles aux basses latitudes où ils se situent. Pour ceux qui l’appliquent, le changement vers l’heure d’été s’est fait cette année le 19 octobre 2014 (hémisphère Sud oblige) et le retour à l’horaire d’hiver le 22 février 2015

Figure 4 États pratiquant – ou pas – l’alternance heure d’été/Heure d’hiver

Horaire d'hiver et ete

Décidément être un grand pays n’a pas que des avantages, cela peut aussi créer des complications que n’ont pas les petits pays.

[1] Vincent Dubreuil, « Cap à l’est… ou, où est vraiment la « Punta del Este » ? »,Confins 21 | 2014  http://confins.revues.org/9714, DOI : 10.4000/confins.9714